Navigation – Plan du site
Rabelais et Panurge

Dissidence comique et belliqueuse : influence rabelaisienne dans les pamphlets du début du xviie siècle

Dorothée Lintner

Résumés

L’article s’intéresse à la dissidence rabelaisienne du point de vue de sa réception : au xviie siècle, cette figure d’auteur n’est pas seulement mal jugée, comme l’ont montré de nombreuses études (Lazare Sainéan, Jacques Boulenger..), mais surtout perçue comme belliqueuse et dissidente. S’appuyant non seulement sur les attaques, célèbres, de Garasse, mais aussi sur les libelles anonymes du règne de Louis XIII (le Nouveau Panurge, la Harangue du Capitaine Picotin, l’Anti-Thersite ou la Response à Maître Guillaume), l’article montre le fonctionnement ambigu de la figure dissidente ainsi créée : Rabelais et son personnage Panurge sont critiqués ou fustigés souvent pour leur effronterie farouche, jugée moins ridicule que dangereuse. Ils servent parfois la cause même des pamphlétaires qui semblent les critiquer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jacques Boulenger, Rabelais à travers les âges, Compilation suivie d’une Bibliographie sommaire de (...)
  • 2  Lazare Sainéan, L'Influence et la réputation de Rabelais : interprètes, lecteurs et imitateurs, un (...)
  • 3  Marcel de Grève, L’Interprétation de Rabelais au xvie siècle, Genève, Droz, 1961 et La Réception d (...)
  • 4  Henri Clouzot, Ballets tirés de Rabelais au xviie siècle, Nogent-le-Rotrou, impr. Daupeley-Gouvern (...)
  • 5  « Rabelais et d’Aubigné », Études réunies à la mémoire de Jacques Bailbé, Paris, Champion, 1995, p (...)
  • 6  Alain Mercier, Le Tombeau de la Mélancolie, Littérature et facétie sous Louis XIII, Paris, Champio (...)
  • 7  Sur la réception de Rabelais chez Furetière et les auteurs d’histoires comiques du xviie siècle, j (...)

1La mauvaise réputation de Rabelais au xviie siècle est connue : les synthèses fondatrices de Jacques Boulenger1, de Lazare Sainéan2, puis de Marcel de Grève3 notamment ont bien rappelé comment la geste pantagruélique a pu être déformée, combien la légende a pris souvent le pas sur la réalité de l’auteur et de l’œuvre, et aussi, à quel point cette réception est éclatée. Différents travaux sont déjà venus signaler la diversité des imitations rabelaisiennes notamment sous Louis XIII : Henri Clouzot s’est intéressé aux livrets de Ballets de Cour inspirés des personnages de Rabelais4, Jacques Bailbé s’est pour sa part interrogé sur la réception de Rabelais dans l’œuvre de d’Aubigné5, et Alain Mercier éclaire l’influence de l’auteur dans les pièces facétieuses de l’époque de Louis XIII6. Ces critiques ont montré entre autres, quelles légendes entourent Rabelais et son œuvre, notamment dans la première moitié du siècle, lorsqu’on ne dispose pas d’édition critique sérieuse. Rabelais apparaît souvent comme un auteur certes joyeux mais paillard, et son œuvre est, comme dira Furetière, « farcie d’impuretez et d’impiétés »7. Cependant, malgré ces travaux majeurs, il semble que l’on n’ait pas encore assez mis en avant l’image profondément dissidente et belliqueuse que se forge le siècle classique du moine de Chinon. Si la présence de Rabelais ou de ses œuvres est effectivement peu marquée dans les débats littéraires de l’époque, elle l’est en revanche bien davantage dans les polémiques politiques, religieuses et même militaires, notamment dans le premier tiers du xviie siècle. De nombreux pamphlets citent ou réécrivent les œuvres de Rabelais, mettent ce dernier en scène, dans le cadre de discours virulents où, dans l’ensemble, ils lui reprochent son impertinence de ton, notamment à l’égard de l’église, et voient en lui un défenseur de la cause hérétique. La prétendue vulgarité, la bouffonnerie, en revanche, ne font pas tellement l’objet d’un blâme, parce qu’elles s’accordent assez bien, comme nous le verrons, avec le style caricatural de ces libelles. Ainsi, ces œuvres-là, peu étudiées jusqu’alors par la critique rabelaisienne, offrent l’intérêt de livrer une image d’une dissidence singulière de l’auteur et de ses personnages.

  • 8  Trésor de la langue française « A. Au sing. [Désignant une situation ou un processus]
    1) Vieilli. A (...)

2Le concept de dissidence devra cependant être mobilisé ici avec précaution : en effet il est exprimé, dans les textes, par d’autres mots, plus ou moins proches puisque le terme même de « dissidence » est absent des dictionnaires de Furetière et de Richelet (bien que déjà attesté, d’après le TLF). Ainsi, la définition moderne selon laquelle la dissidence consiste dans le rejet volontaire d’une autorité politique, religieuse ou idéologique à laquelle on s’était d’abord soumis8 sera exprimée dans les textes et les dictionnaires d’époque à travers des lexiques variés : tantôt le rejet correspond à une forme de mutinerie, d’opposition négative et destructrice, et prend pour nom « sédition », « rébellion », « cabale », que mènent des « esprits forts », des « perturbateurs » qui font preuve d’ « opiniastreté ». Tantôt une définition plus neutre fait perdre tout le caractère idéologique de la dissidence qui devient simplement « querelle », « dispute », voire « dissension », ou « discorde ». Autrement dit, il est difficile de trouver un terme qui connote de manière positive ou du moins neutre cet abandon volontaire, ce désaccord assumé vis-à-vis d’une autorité : l’abandon est défection, la marginalisation politique est conspiration, l’écart religieux est hérésie.

3Cette constellation de termes qui se rapprochent du concept de dissidence sans en recouper exactement le sens cependant permettra de cerner d’autant mieux comment les hommes du xviie siècle construisent une figure dissidente de Rabelais, qui assume farouchement son indépendance vis-à-vis de certains dogmes, mais dont le pouvoir d’opposition reste ambigu : dans la terminologie de l’époque, Rabelais incarne alors tantôt un esprit fort, un traître, et même un ennemi digne des grands héros, qu’il faut abattre. Mais en même temps, parce qu’il n’est qu’un auteur de fables, un moine défroqué plus intellectuel que stratège de guerre, parce que son style est comique et donc bas, sa combativité s’en trouve aussi relativisée, rabaissée. Naît ainsi une figure contrastée, faisant tantôt preuve d’une résistance militaire (et hautement dangereuse), et tantôt d’une obstination comique, bouffonne et lâche.

4Avant d’observer plus avant le phénomène dans les libelles, on remarquera que la figure d’auteur n’est pas seule représentée, ni la seule en cause : ses personnages, et notamment celui de Panurge, sont aussi mis en scène et utilisés à des fins polémiques. Or, un personnage aussi ambigu, fuyant et inclassable que Panurge semble mal se prêter à la défense d’une quelconque idéologie dominante, qu’elle soit politique ou religieuse. On observera donc la finesse des stratégies d’écriture mises en place par ces pamphlets, qui renvoient à leurs détracteurs, l’image de la dissidence rabelaisienne.

Rabelais père de la dissidence hérétique

Dissidence farouche, dissidence couarde : l’opinion du Rabelais réformé et de l’Anti-Garasse

  • 9  Le Rabelais réformé par les ministres, et nommément par Pierre Du Moulin, ministre de Charanton, p (...)

5Un premier exemple de la construction d’une figure rabelaisienne dissidente est bien sûr celle conçue par le Père Garasse.On le sait, dans ses deux pamphlets célèbres que sont le Rabelais réformé et la Doctrine curieuse9, le jésuite s’en prend à Rabelais avec une violence inouïe, pour dénoncer son impiété, son hérésie et surtout son influence néfaste sur les esprits. Mais l’intérêt de cette critique d’une violence surprenante réside en ce qu’elle construit à proprement parler une figure d’auteur dissident, c’est-à-dire qu’elle l’assimile de force à une minorité politique et idéologique, qu’elle le présente comme un ennemi résolument dangereux qu’il faut arriver à combattre : Rabelais serait un ennemi de la France, dont la puissance de nuisance dépasserait celle de beaucoup d’hérétiques puisqu’elle les inspirerait. Dans le Rabelais réformé, Garasse fait de Rabelais le père de l’hérésie incarnée alors par Pierre Du Moulin, le premier pasteur de Charenton. Le lien de parenté est expliqué dès l’ouverture du livre dans une pièce de vers intitulée : « Rapport de Rabelais avec les Ministres, et nommément avec Pierre du Moulin, ministre de Charenton ». Il y fait parler Rabelais, qui raconte sa naissance, et compare sa ville natale de Chinon à Carthage :

  • 10  Ibid., p. 9.

Je pris naissance dans Chinon,
Là fut mon lot & mon partage ;
Et luy donnay plus de renom,
Que Didon n’en donne à Carthage.
Car devant que je fusse nay,
Chinon n’estoit qu’une bicoque,
Ou comm’un perdriau mornay
Qui ne peut sortir de la coque10.

6La comparaison de Rabelais à Didon est certes dégradante, mais en même temps, parce qu’elle assimile Chinon à Carthage, elle n’érige pas moins l’auteur en ennemi irréductible et dangereux pour la cause catholique. L’ancien conflit entre Romains et Carthaginois semble renaître, et si Garasse pense venir à bout de Rabelais comme Rome écrasa Carthage, il reconnaît que la guerre sera dure.

7Autrement dit, on devine que malgré les injures, le pamphlet conduit à reconnaître à la geste Pantagruélique une force exceptionnelle, et à son auteur un pouvoir de nuisance digne de grands ennemis héroïques ou historiques.

8La menace qu’incarne Rabelais aux yeux de Garasse se retrouve encore dans la Doctrine curieuse, puisque le jésuite fait du moine de Chinon le maître à penser des libertins, et leur modèle littéraire :

  • 11  Doctrine curieuse, op. cit., livre VIII, section X, p. 1016.

Outre et pardessus ces trois ordres de livres, les Libertins ont en main le Rabelais comme l’enchiridion du libertinage. Ce vaurien ne mérite pas la peine qu’on en parle : je dis seulement que : pour le bien qualifier, il faut dire de luy que c’est la peste et la gangrène de la devotion. Il est impossible d’en lire une page sans danger d’offenser Dieu mortellement, je dis quand même il ne soit point deffendu par les censures ecclesiastiques. Je proteste en conscience que je n’en ay jamais leu quatre lignes de suite ; mais à voir ce qui est rapporté de luy dans les œuvres de maistre Estienne Pasquier, lesquelles j’ay assez diligemment feuilletées, j’estime que Rabelais est un très maudit et pernicieux escrivain […] qui fait plus de degast en France par ses bouffonneries que Calvin par ses nouveautez11.

9« L’enchiridion du libertinage », la « peste et la gangrène de la dévotion », « écrivain pernicieux », Rabelais est bien l’agent de ce courant dissident qu’est le libertinage. Surtout, il est plus dangereux que Calvin parce que ses récits sont bouffons. Parce qu’ils semblent innocents, ceux-ci ont de quoi tromper davantage, et mettre en péril le royaume de France. Rabelais est père d’une dissidence particulièrement dangereuse parce que puissante.

10Cependant, face aux injures de Garasse, d’autres pamphlets viennent offrir une image inverse de Rabelais, qui ne vise pas à réhabiliter l’auteur mais à nuancer la puissance de son opposition : cette figure résistante qui n’a jamais pris les armes et qui sait seulement irriter les autorités par ses discours, s’apparente finalement moins à un descendant d’Hannibal qu’à un nouveau Thersite. La comparaison se retrouve ainsi dans la réponse que les descendants d’Etienne Pasquier ont adressée à Garasse, afin de laver leur ancêtre des calomnies que le jésuite avait proférées contre lui dans sa Doctrine Curieuse. En même temps, ils accusent à leur tour Garasse de tous les maux et de tous les défauts. Cette posture argumentative les oblige alors à revoir le jugement qu’ils portent sur Rabelais. En effet, Pasquier était notamment attaqué par Garasse pour avoir admiré la geste pantagruélique. Par conséquent, ses descendants se voient contraints de justifier ses choix de lecture, et donc de s’opposer au jugement extrémiste du père jésuite à l’égard du moine défroqué.

11Leur position est assez délicate, car, comme nous l’avons vu, Garasse à force d’outrance accorde à Rabelais un authentique pouvoir de rébellion, une puissance de dissidence exceptionnelle. Les descendants de Pasquier n’ont d’autre choix alors que de réhabiliter cet historien en rabaissant Rabelais au rang de Thersite. Mais comme leur intérêt réside surtout à rabaisser Garasse, ils défendent l’argument selon lequel les injures de ce dernier sont finalement pires, plus viles, plus nocives que les bouffonneries de Rabelais. Etant donné que dans la Doctrine Curieuse Rabelais apparaissait comme un ennemi public pour la France, l’Anti-Garasse fait le choix de comparer Rabelais à Thersite, le modèle du lâche, qui malgré ses attaques contre Agamemnon, est rapidement tenu au silence par Ulysse :

  • 12  Deffense pour Estienne Pasquier, vivant conseiller du Roy, et son advocat General en la Chambre de (...)

Je puis en ce lieu à meilleur tiltre comparer ce Docteur Curieux à François Rabelais, Pere de la raillerie, des athéismes, & de la médisance de son siecle, puis qu’il n’y à bon trait de gausserie dans le premier, ny placard d’injure & de medisance, dont le second n’ait abondamment assaisonné ses farces boufonnesques, & ses contes ridicules.
Je ne crains qu’une chose : sçavoir est que Garasse ne reçoive trop d’honneur de ce parallele, & plus qu’il ne mérite ; car c’est proprement comparer Thersite à un singe, & Denis le Tyran à l’Empereur Neron. Tous deux ils sont malicieux, mais l’un l’est plus que l’autre12.

12On constate cependant que la critique contre Rabelais n’est pas complètement dénuée d’éloges. En effet, ses livres sont condamnables, mais pas autant que ceux de Garasse, qui n’a fait qu’imiter Rabelais, et surtout, qui, à défaut d’innover, s’est complu dans la pure méchanceté. Thersite est laid et mauvais, mais du moins sait-il rétorquer à Ulysse. Garasse en revanche, copiant Rabelais avec la maladresse d’un singe, perd jusqu’à son humanité.

13Davantage, Rabelais vise à dénoncer les abus de son temps : il prend des positions certes extrêmes mais qui visent la société, des groupes politiques et religieux larges. Thersite, on s’en souvient, met lui aussi en avant les faiblesses de l’armée achéenne en déroute et abandonnée de Zeus. La présence même dans l’Iliade de ce personnage anti-héroïque est un épisode marquant, car il laisse entendre, dans les premiers chants du poème une voix dissidente. Garasse, pour sa part, n’est capable que d’attaques personnelles :

  • 13  Ibid., p. 42-43.

Rabelais a escrit contre plusieurs, & par une Licence que se donnent quelquesfois les Satyriques sous noms feints, il a descouvert tous les vices de son temps : mais on ne remarque point qu’il ait fait des Livres exprés pour noircir la renommée d’un particulier. […] De voir un Prebstre qui ne doit avoir l’esprit bandé qu’aux choses divines, au sortir du sainct sacrifice aller tremper sa plume dans les injures & dans les calomnies : de voir un Theologien quitter sa gravité pour se revetir de l’habit de Boufon ; de voir un Jesuite si barbare & si assassin que d’aller assouvir sa rage sur un corps mort, & d’aller foüiller dans sa fosse, sept ans apres qu’il est enterré, vomissant contre luy ce qu’il a plus aigre, & de plus furieux ; c’est ce que je ne puis souffrir, & en quoy je trouve que Garasse est plus malicieux que Rabelais, car ce gausseur ne fut jamais descendu jusques à ceste extremité13.

14Les auteurs reconnaissent donc à Rabelais une posture dissidente qui n’est pas dénuée de singularité et même d’utilité morale. Cependant, il n’en reste pas moins que l’application sociale et politique de cette posture farouchement critique doit être condamnée : Rabelais est bien semeur de désordre, et ses disciples sont aussi nocifs que ceux de Garasse. Ainsi s’achève la comparaison entre les deux personnages, à partir d’un détail tout à fait pittoresque, à savoir leurs habits :

  • 14  Ibid., p. 47.

La seconde conclusion est, que tout de mesme que la robbe de Rabelais est à Montpellier, soigneusement conservée à l’exemple de celle de ce Jurisconsulte, qui est à Thoulouze, & qu’on ne passe point Docteur en Medecine si on n’est revestu de ceste riche piece, en laquelle gist toute la fatalité de la Ville.
Ainsi – Veniet lustris labentibus atas. On peut esperer quelque jour que la Robbe & le Bonnet à trois cornes de Garasse, sera porté dans les Archives de l’Hostel de Bourgoigne, comme une precieuse antiquaille ; Et si quelque nouveau Harlequin veut se promouvoir aux degrez de bouffonnerie, sera tenu ledit suppliant de se revestir de ceste belle & authentique Robbe, & de mettre le Bonnet Doctoral de Garasse sur sa teste14.

  • 15  Paris, 1622, in-8°. Voir Edouard Fournier, Variétés historiques, tome 7, p. 247-260.

15Ceux qui se griment en Rabelais ou en Garasse non seulement seront promus bouffons, mais surtout, seront irrémédiablement attachés à leur modèle : le sort de la ville de Montpellier dépend de la toge, et donc la réputation de Rabelais. Ce détail a priori pittoresque et anodin symbolise probablement pour l’époque le parti dissident qu’a embrassé la ville, lorsqu’elle s’est rebellée contre l’armée royale de Louis XIII en 1622. En effet, on retrouve exactement la même image dans un autre pamphlet contemporain : La Grande Division arrivée ces derniers jours entre les femmes et les filles de Montpellier15. Ville séditieuse donc, qui pour se protéger des armées royales, a mis tous ses espoirs dans la toge de Rabelais pour échapper à son destin…

Rabelais père de la sédition militaire à Montpellier

16En effet, dans ce pamphlet, Rabelais est là encore rapproché de grandes figures héroïques, qu’elles soient positives ou non. Cependant, parce qu’il s’agit d’un libelle qui traite du siège de Montpellier insurgée par les armées royales de Louis XIII, la dissidence de Rabelais prend des allures de sédition militaire plutôt que d’hérésie religieuse.

17Ce petit opuscule relevé par Edouard Fournier dans ses Variétés historiques et littéraires, raconte comment les femmes, dans la ville assiégée par les troupes royales en 1622, se plaignent de la situation, déplorent l’erreur folle de leurs maris qui se sont engagés contre leur Roi. Ce texte sert assurément la propagande gallicane, et dénonce, notamment par la voix des femmes, les comportements déloyaux de certaines villes qui empêchent l’unité du royaume. En effet, avant de laisser la parole aux commères, le narrateur affiche clairement ses positions et dénonce une « mutinerie » :

  • 16  Ibid., p. 247.

Perfide et abominable ville, qui par tes impies et damnables revoltes penses faire teste long temps à ce grand Monarque qui te tient assiegée, c’est maintenant que tu peux recognoistre à bon droit que tes trahisons ne te servent qu’à advancer ta ruyne, tes mutineries n’enclinent qu’à ta cheute, tes revoltes ne panchent qu’à ton renversement16.

18« Révoltes », « trahisons », « mutinerie », les termes sont clairs : Montpellier est une ville de séditieux et toute grande figure qui y serait rattachée serait jugée de la même façon. Or, Rabelais étant, depuis son passage à la faculté de médecine, une figure célèbre de la ville, il est mentionné à plusieurs reprises dans le texte, lorsque les femmes cherchent désespérément une forme de protection :

– Ma commère repliqua une grosse dame, on dit que la ville de Troye eût esté imprenable si les Grecs n’eussent derrobé le Palladium qui estoit dans le temple de Minerve, tout le destin de ceste ville n’estoit attaché qu’à ceste petite image : mais nous ne devons encor craindre : la robbe de Rabelais est nostre Palladium : tandis quelle sera en ceste ville jamais elle ne peut estre prise.

19La robe de Rabelais, sa toge de médecin, conservée précieusement à la faculté, pourrait protéger la ville. Mais une autre commère s’empresse de la contredire : le seul moyen de protéger une ville, qu’elle s’appelle Montpellier ou Troie, consiste à posséder une bonne armée, ce qui précisément fait défaut à la première :

  • 17  Ibid., p. 254-255.

– Ah ! Madame, dit alors une damoiselle de qualité, de qui le mary estoit au lict blessé d’un coup de mousquet au bras, il ne se faut pas fier à la robbe de Rabelais ; le plus beau Palladium qu’on puisse souhaiter pour la deffence d’une ville, c’est le nombre des gens et de soldats qui y sont. Si Troye ne se fust laissé ensevelir dans le vin et dans le sommeil, nonobstant le Palladium des Grecs, jamais elle n’eust été prise ; mais quel Palladium et quelle sauvegarde pouvons-nous avoir, puisque nous n’avons tantost plus personne pour nous deffendre ?
Toute notre garnison est presque taillée en pièces ; personne ne s’ose adventurer d’aller aux murailles ny aux coups. Nous avons des capitaines lasches et de peu de courage. Nostre ennemy est puissant, nos forces foibles, sans esperance de secours. Que pouvons-nous espérer, si non qu’une funeste et triste journée où nous passerons toutes au fil de l’espée, si nos maris soutiennent plus longtemps l’effort des armées royalles17 ?

  • 18  L’histoire de toute cette tradition est expliquée par André Pagès dans la Revue de la faculté de m (...)

20L’apparition de la figure de Rabelais est étonnante à deux égards. Tout d’abord, l’auteur devient une figure protectrice, dont la toge serait le symbole matériel. Il est vrai que cette toge a fait l’objet d’un véritable culte dans la faculté de Montpellier dès la mort de l’auteur : non seulement les membres de l’université se la seraient arrachée, morceaux par morceaux, telle une relique, mais rapidement s’est aussi établie la coutume que chaque étudiant prête serment sur la « robe de Rabelais »18.

21Dans le même temps, Rabelais est aussi comparé aux figures tutélaires de la grande ville de Troie : dès lors, malgré son point de vue critique, le narrateur est de fait conduit à revaloriser ce siège et ces séditieux. En effet, il fait à plusieurs reprises référence à l’épopée troyenne, d’abord en réécrivant des vers de l’Énéide :

  • 19  La Grande Division arrivée ces derniers jours entre les femmes et les filles de Montpellier, op. c (...)

Se causam clamat, crimenque, caputque malorum
Filia quaeque manu flavos Mons pessula crines,
Et roseas trahit ungue genas.
Il semble que Virgile eût prophétisé ces vers sur Montpellier, veu qu’on les scauroit adapter à chose où il y ait plus de correspondance : car les bourgeoises de ceste ville, qui ont coustume de voir un nombre infini de jeunes godelureaux qui y vont estudier en medecine, estant privées de leurs douces compagnies et des joyeux passe-temps que leur entretien leur donnoit auparavant ceste revolte, jointe à une infinité de pertes qu’ils ont faites depuis qu’ils se sont souslevez contre les armes de leur souverain, ne peuvent tenir les sanglots qui se crevent dans leurs bouches, ny boucher le passage aux soupirs qu’ils ressentent pour ce subjet19.

22Puis en comparant, par la voix d’une des femmes, le duc de Mayenne (qui conduit les opérations militaires pour le Roi), à Diomède :

  • 20  Ibid., p. 250-251.

Falloit-il que nous sortissions de Montauban l’an passé pour estre traités de la sorte dans Montpellier ? O grand et invincible Diomède, ainçois grand colosse de guerre, M. de Mayenne, que ne suis-je morte par vos mains !
Ainsi parloit la femme d’un medecin de Montauban, qui l’an passé estoit sortie avec son mary au commencement du siège, et se vinrent réfugier à Montpellier, pensans avoir meilleur marché, mais de malheur, son mary avoit esté tué en ceste seconde escarmouche20.

23La robe de Rabelais comparée au palladium de Troie montre donc une figure dissidente paradoxale, une fois encore : le narrateur veut certes souligner qu’une ville peuplée de médecins et d’avocats est moins héroïque que ridicule. En même temps, parce qu’il veut souligner la force des armées royales, et valoriser les chefs qui assiègent la ville en les comparant aux grands héros grecs, il est obligé aussi de souligner la résistance qu’on lui oppose : à ce titre, la figure de Rabelais convient parfaitement, puisqu’il est lié à Montpellier, à la Réforme (du moins le pense-t-on ainsi au xviie siècle), et puisqu’il n’a rien d’un militaire capable de tenir un siège.

24Dissidence lâche et dont pourtant on reconnaît la capacité de résistance, dissidence intellectuelle et pourtant sans cesse rattachée à des figures ou des images héroïques, la posture rabelaisienne ainsi dessinée est on ne peut plus ambiguë, même dans les discours de ses plus farouches détracteurs.


*

25Mais les difficultés d’interprétation croissent lorsque l’on prend en compte les pamphlets qui ne donnent pas à voir une image de Rabelais mais de ses personnages, et notamment de Panurge.

Panurge ou la dissidence inclassable

26Ce personnage en effet pose en lui-même de redoutables problèmes d’interprétation : tour à tour joueur, lâche, violent, rusé, têtu, il incarne une indépendance de parole, de geste et d’action tout à fait remarquable parce que contrastée, notamment en comparaison du caractère sage et constant de Pantagruel. Un personnage si difficile à cerner peut sembler inadapté à servir un discours partisan et arrêté.

27Notre étude s’arrêtera ainsi sur trois pamphlets politiques et religieux, qui montreront l’utilisation toujours plus ambiguë de ce personnage inclassable.

La couardise de Panurge ou le symbole des dissidents pacifistes

  • 21  Voir à ce sujet Jules Mathorez, « À propos d’une campagne de presse contre l’Espagne », Bulletin d (...)
  • 22  François Du Souhait, Le Pacifique ou l’anti-soldat françois, sl, 1604.
  • 23  Maître Guillaume, La Response de maistre Guillaume au soldat franc̜ois, faicte en la présence du R (...)

28Le premier texte qui sera ici évoqué appartient à la série de pamphlets nés pendant la campagne de presse anti-espagnole de 1604-160621, c’est-à-dire lorsque le contexte de rivalités profondes entre la France et l’Espagne à la fin du règne d’Henri IV, donna lieu à d’innombrables pamphlets, venus de tous bords, incitant tantôt le Roi à reprendre l’offensive contre l’Espagne en Navarre, tantôt à préférer des moyens plus diplomatiques. à ces débats enflammés, on notera que des auteurs d’histoires comiques ont participé : c’est le cas de Du Souhait, l’auteur des premières « Histoires comiques » et qui écrit un libelle intitulé le Pacifique ou l’anti-soldat françois22. De même le célèbre fou Maître Guillaume passe pour en avoir écrit un autre tout aussi pacifiste23.

  • 24  Pierre de L’Hostal, Le Soldat françois, s.l.n.n., 1604.
  • 25  L’Anti-Thersite ou Response à Maistre Guillaume adressant au Roy, s.l.n.n., 1605.
  • 26  On relève ainsi un certain nombre d’expressions tantôt empruntées, tantôt paraphrasées : l’ennemi (...)
  • 27  « […] mon but aussi n’est point de m’arrester à ses frivolles discours : Je ne vise point au blanc (...)

29En fait, la querelle naît à la suite de la diffusion d’un premier pamphlet intitulé le Soldat françois de Pierre de L’Hostal24, qui, lui appellait à la guerre contre l’Espagne. Loin de pouvoir nous attarder davantage sur le contexte et sur l’ensemble de ces textes polémiques, nous voudrions en signaler un qui répond à celui de Guillaume, et qui, pour inciter à faire la guerre, mobilise les personnages de Rabelais. Il s’agit de l’anonyme Anti-Thersite ou Response à Maistre Guillaume adressant au Roy25. Le titre est remarquable car il renvoie à nouveau au personnage de Thersite. Autrement dit, les figures rabelaisiennes seront ici aussi mêlées aux figures épiques, flatteuses ou non. En effet, dans le pamphlet on rencontre non seulement de nombreuses réécritures du style rabelaisien26, mais surtout les mentions d’Ulrich Gallet27, de Frère Jean et puis encore de Panurge. Les deux derniers personnages sont opposés l’un à l’autre, d’une manière désormais bien connue des lecteurs rabelaisiens : Frère Jean incarne la bravoure sans borne, et Panurge la plus grande couardise.

30Selon l’auteur du pamphlet, quelques maréchaux armés du bâton de croix de frère Jean, suffiraient à faire gagner la guerre contre l’Espagne :

  • 28  Ibid, p. 51-52. La mention de la bataille de Coutras, éclatant succès d’Henri de Navarre contre le (...)

Il nous veut faire entendre que Messieurs les Mareschaux ont pris le vent de la Paix qu’ilz ne voudroyent sortir hors leurs taniere, non, je ne le puis croire n’en faut que quatre d’ent’reux pour tout battre, le premier quittant le harnois d’acier prendra pour cymetaire la crosse pesante de quel Evesque, & la mithre emperlee en teste, dont il fera plus d’execution que frere Jean du baston de la croix, le second du casque de Pericles, aheurtera tout le monde, le tiers se presentera hardy au choc comme à Coutras, le dernier à coups de bonnetades Albanoises, captera la bien-veillance des troupes ennemies : je ne puis enfin me persuader que ceux qui font profession de l’espee ne desirent la guerre28.

31La mention de frère Jean, armé de son bâton, symbole de la force brute, devrait s’opposer à celle de Panurge, lui qui, préférant se marier plutôt que de combattre, est aussi lâche que les opposants du pamphlétaire :

  • 29  L’expression vient de l’Odyssée d’Homère : le héraut Médon s’est caché sous une peau de vache pour (...)
  • 30  L’image est empruntée à Plutarque, mais on la retrouve aussi au Quart Livre, chapitre XVII : « Plu (...)
  • 31 L’Anti-Thersite, op. cit., p. 62-63.

Voulez-vous savoir qui a destitué son esprit de raison, qui luy cause c’est [cet] estordissement & alienation de bon sens, c’est la peur, ce Deimon, ce Tarbos qui le faict suer, palir, trembler & tressaillir des dents, comme un clavier d’orgues, qui à [a] troublé & garotté son ame, & s’est emparée de son cœur : d’autant que ce Soldat le menace de prendre la peau d’un veau pour couvrir son parazone29. Il craint (plus que Phenace la cheute de la Lune que les Crocodils30, les basteaux d’herbe de papier), qu’il ne s’attaque à la sienne [sa peau ?], en bonne certes il le feroit aussi beau voir que Panurge lardé31.

32L’auteur cible ici moins cette Espagne ennemie qu’un frère Jean pourrait combattre à lui seul, que ces détracteurs dont le pacifisme n’a rien à voir avec une quelconque forme de logique dissidente : il n’est que le pur ressort d’une raison prisonnière de la peur, aussi engourdie que l’est Panurge quand les Turcs l’ont bardé de lard…

33De manière tout à fait attendue, Panurge sert donc ici de référence, de contre-modèle auquel on assimile les détracteurs. Non seulement leur dissidence est vaine et mauvaise, mais en outre, elle n’en est finalement même pas une.

Le courage à la Panurge : refuser la guerre sans passer pour un lâche

  • 32  Les Plaisante[s] Nouvelle[s] apportee[s] sur tout ce qui se passe en la guerre de Piedmont : avec (...)
  • 33  Alain Mercier, Le Tombeau de la mélancolie, op. cit., vol II, p. 1135.
  • 34  Ce fut le cas lors du siège de Genève en 1602, aussi connu sous le nom de « l’Escalade », ou, en 1 (...)

34Un autre libelle défend cependant la position dissidente exactement inverse, et mobilise à cette fin le discours mi-lâche et mi-héroïque de Panurge. Il s’agit d’un libelle anonyme de 1615, intitulé Les Plaisante[s] Nouvelle[s] apportee[s] sur tout ce qui se passe en la guerre de Piedmont : avec la harangue du capitaine Picotin faicte au duc de Savoye sur le mecontentement des soldats françois (1615)32. Alain Mercier dans son recueil le classe parmi les pièces qui montrent le succès que connaît le type du miles gloriosus à cette époque33. Mais il rappelle aussi que cette facétie dénonce la politique picrocholine menée par le duc de Savoie, qui l’a contraint à faire appel à nombre de mercenaires français. Or, non seulement ses échecs furent cuisants34, mais surtout, à en croire l’auteur de la pièce, les troupes n’auraient été ni payées ni dédommagées.

35Ce texte intéresse notre propos en ce qu’il cherche à défendre une cause pacifiste et qu’il mobilise pour cela la figure de Panurge, personnage pourtant célèbre pour sa couardise. Il défend donc une position dissidente et singulière, précisément parce qu’elle est fondée sur le refus d’aller au combat.

36La stratégie adoptée, peu convaincante au premier abord, est en fait finement étudiée notamment parce que le texte est structuré en trois temps : tout d’abord, le capitaine Picotin fait preuve d’une volonté combattante et d’un courage sans limite. Il imite en cela Panurge qui se vante, par temps calme, d’être aussi courageux que « Guillaume sans paour » :

  • 35  Harangue du capitaine Picotin, in Variétés historiques, éd. cit., p. 282.

Mais quoy ! capitaine Picotin, tu as esté tousjours si vaillant, jamais il ne t’a manqué de valeur et maintenant que le grand Turc veut attaquer les Maltois, perdras tu courage ? Nenny, nenny. […] despechons vitte : en trois coups à Malte, à l’armée contre le Turc ; prenons Tripoly, allons vite assieger Constantinople. Il est nostre. Courage ! Rends toy, grand Turc ! Je te tiens prisonnier, prisonnier ! Il est à moy. Donne-moy ton cimeterre. Ha ! le vilain ! comme il pu ! il a chié en ses chausses de peur. Teste de Mahom ! comme ces diables de Turcs fuyent ! J’en veux aujourd’huy plus tuer que jamais ne fit Ogier le Dannois.Petardons le serail, allons viste prendre ces sultannes. A la guerre, à la guerre ! Vive le capitaine Picotin, par mer et par terre35 !

  • 36  Notamment dans le combat de Pantagruel contre Loup-garou. Un des géants empêche Carpalim d’aider P (...)

37Le discours rappelle à la fois les exclamations hystériques de Panurge lorsque les compagnons survivent à la tempête du Quart livre, mais aussi beaucoup de traits héroïques caractéristiques du premier volume. Dans Pantagruel, on s’en souvient, Panurge raconte comment il a fait la guerre aux Turcs ; en outre, le cri « Mahom » y est cité à plusieurs reprises36 (alors qu’il n’apparaît plus dans les livres suivants, de la même façon que les références à Ogier le Danois).

38Mais, dans un deuxième temps, Picotin change soudainement d’avis, abandonne ses prétentions héroïques et assume alors sa parfaite poltronnerie :

  • 37  Harangue du Capitaine Picotin, op. cit., p. 282-283.

Ha ! Picotin, où veux-tu aller ? Ce n’est pas peu de faict de t’embarquer. La mer a des grosses ondes : si une fois tu estois enveloppé là-dedans, il y a des poissons qui t’avalleroyent en un mourceau, et te faudroit puis sortir par le trou du cul. Vive ceux qui plantent des choux ! ilz ont un pied en terre, et l’autre par guère loing. Puis tu serois canonné, tu ne pourrois pas retenir les balles de canon à ta main pour les renvoyer contre les ennemys comme faisoit Gargantua, qui pour une nuict (ayant eu tout le jour la teste pesante), treuva plus de dix mil grosses balles d’artillerie dans ses cheveux. J’aymerois mieux faire comme Cleopatre, qu’en se pignant tumboit des grosses perles precieuses, qu’elle faisoit puis disoudre pour festoyer ce pauvre abusé de Marc Antoine : puis tant d’incommodité, boire d’eau sale, manger le biscuit, et bienheureux quelquefois qui en peut avoir ; à la mercy des vents et de l’eau, tous les jours et nuicts en crainte d’estre attaquez de l’ennemy, qui sont gens rudes et infidelles. Ha ! pauvre Picotin, s’ilz te tenoient, ilz t’enchaîneroient, ilz te feroient couper les couilles ; ilz auroient autant de regretz de toy comme un laquay d’un pety paté. Je n’en suis pas : non, non, je n’en suis pas. Je vous rends vostre croix ; je vous remercie, je ne veux pas estre chevallier par eau : je vas planter des choux. A dio siaz. Je me donne à autant de doubles sequins comme il y a de grains de moutarde dans un boisseau si j’y vas37.

  • 38  Chant I, vers 94-96. « Ô trois et quatre fois heureux ceux qui ont eu la chance de rencontrer la m (...)
  • 39  Quart livre, XVIII, p. 582.
  • 40  Tiers livre, XXIII, p. 421.

39Les emprunts à Rabelais sont évidents, à commencer par la mention de l’épisode du Gué de Vède (Gargantua, XXXVII), lors duquel le géant secoue ses cheveux pour en faire tomber les boulets de canon. Ensuite, on retrouve les vers de l’Enéide que Panurge avait parodiés, dans la tempête du Quart Livre : les fameux « O terque quaterque beati ! Quis ante ora patrum Trojae sub moenibus altis/ Contigit oppetere38 ! » étaient ainsi devenus « O que troys et quatre foys heureulx sont ceulx qui plantent chous. O Parces que ne me fillastez vous pour planteur de Chous ? 39». Picotin, digne héritier de Panurge veut lui aussi planter des choux plutôt que de mourir noyé et de finir « chevallier par eau ». Les jérémiades de Picotin rappellent donc bien les braillements de Panurge aux chapitres XIX et XX du Quart Livre. Enfin, le discours du capitaine emprunte encore à ce personnage ses interjections diaboliques lorsqu’il refusait, au Tiers livre, de retourner voir Raminagrobis : « Ho, ho, je me abuse, et me esguare en mes discours. Le Diable me emport si je y voys40 ».

40Les reprises sont donc d’une rare finesse, et viennent bien tempérer l’impression d’une simple imitation bouffonne. C’est bien l’extrême ambiguïté du personnage de Panurge, sa perpétuelle ambivalence notamment face à la chose militaire qui est ici recherchée par l’auteur du libelle.

41En effet, elle lui permet de poser, de manière faussement désinvolte, la question de la lâcheté et du courage militaire, dans une situation où, selon lui, les courageux sont finalement ceux qui refusent d’aller au combat. En effet, dans un dernier temps du pamphlet, il s’adresse directement au duc de Savoie, et explique, dans un discours beaucoup moins excentrique, les raisons de la désertion française :

  • 41  Harangue du capitaine Picotin, op. cit., p. 284.

Voicy la troisième fois, prince très illustre, qu’ayant appellé à vostre ayde le peuple courageux de France, vous l’avez congedié à mains vuides : sy bien qu’à ce coup la pluspart de ces vaillants capitaines et soldats qui, soubs l’ombre de vos banières, avoient esperance de desnicher le superbe Espagnol de la Lombardie, se voyent frustrez de leur attente41.

42Le pamphlétaire rappelle les enjeux géopolitiques sous-jacents au litige évoqué jusqu’alors : la conquête de la Lombardie et surtout le rêve des troupes françaises de prendre leur revanche sur la fière Espagne. De cette façon, Picotin fait de cette affaire un enjeu proprement national et, surtout, dans un ultime renversement, il accuse le duc de haute trahison :

  • 42  Ibid, p. 284-285.

Qui ne croira à ceste heure que la fin de voz intentions ne visoit à rien autre sinon qu’à espuiser nostre France de gens d’armes pour en faire une boucherie, et vous en descharger par les mains de voz adversaires ? Pensiez-vous desarmer notre jeune monarque, affin de l’exposer aux hostilitez estrangères ? Non, vous ne rayerez jamais du livre de la memoire publique ceste croyance, que vous avez trop bien imprimée par les charactères sanglans de la deffaicte de huict cens de noz compatriotes, les marques d’une infidelité que nous pretendons sur Vostre Altesse, croyant que de guet-à-pand vous nous avez vendu à l’ennemy. Sera-il-dit, le permettrez-vous, illustrissime Seigneur, que la recompense de tant de genereux guerriers qui se sont employez, au prix de leur vie, à la defence de vostre estat, soit le seul mescontentement qu’ils remportent en leurs maisons ?42

43Les rodomontades du capitaine exprimaient donc aussi l’hésitation des soldats français à partir se battre pour un traître, étranger qui plus est, et pour une cause qui dès lors n’est plus la leur.

44Autrement dit, Picotin – alias le narrateur –, vise par ce discours contradictoire à renverser effectivement les forces: alors qu’on pourrait l’accuser de défendre une armée de déserteurs, de soutenir un parti dissident déloyal, il tente de discréditer la politique militaire du duc de Savoie, qui soutient le camp adverse, la coalition espagnole. La dissidence inclassable et excentrique qu’incarne Panurge sert donc ici à déstabiliser, à l’ouverture du libelle, le parti adverse, pouvant accuser l’armée française de désertion. Le courage héroïque et la couardise sont moins opposés que mis en balance, par ce discours modelé sur la voix singulière et discordante du personnage rabelaisien.

45Le libelle semble donc bien atteindre son but, qui est de légitimer le refus de combattre sans que cette position soit assimilée à une forme de la lâcheté, en mobilisant le discours le moins attendu : celui du matamore rabelaisien.

Attaquer la dissidence par la dissidence : le Nouveau Panurge

46Nous nous attarderons encore sur un dernier pamphlet, dans lequel la figure de Panurge, apparaît contre toute attente comme un authentique modèle de dissidence. Il s’agit du Nouveau Panurge, un pamphlet anonyme paru en 1616, qui se présente comme le récit des nouvelles aventures de Panurge, mais qui en réalité constitue une charge violente contre les Protestants. Le parti-pris de ce pamphlet est donc encore plus étonnant que celui du texte précédent : en effet, nous avons vu jusqu’à présent que Panurge (comme Rabelais lui-même) sert surtout de repoussoir, de contre-modèle, notamment parce que l’œuvre rabelaisienne reste généralement perçue comme vulgaire, et trop proche de la cause hérétique. Alors pourquoi et comment oser faire raconter à ce nouveau Panurge sa lutte anti-protestante ? Comment un personnage des plus singuliers, des plus dissidents et assurément peu « orthodoxes », peut-il être mis en scène pour dénoncer le parti protestant, lui-même dissident ? Il semblerait que Panurge constitue justement, pour l’auteur une arme efficace, qui retourne contre l’ennemi ses propres forces.

47En effet, tout au long du récit, le nouveau «Panurge » se charge de calomnier et d’attaquer les protestants, dont les figures historiques sont nommées et même mises en scène. Au chapitre XIV notamment, Panurge descend aux Enfers, y rencontre Luther et Calvin, et les accuse notamment de dissidence :

  • 43  Le Nouveau Panurge, Lyon, 1616, p. 173. Exemplaire consulté à la Bibliothèque de l’Arsenal [8-BL-2 (...)

Perdus, contentez vous d’estre perdus, et ne faites pas perdre les autres. Damnez, ne soyez pas la cause de la damnation des autres. Ha traistres, desloyals, perfides, carnassiers, libertins, ambitieux, n’aurez vous point quelques remords de conscience, quelque pitié, quelque compassion de voir qu’à votre occasion descendent tous les jours là bas tant de pauvres âmes43 ?

48L’ensemble des termes « traistres », « desloyals » « perfides », « carnassiers », « libertins », « ambitieux » définissent de manière négative leur position dissidente. Le discours de Panurge, en cela, ne diffère guère des accusations virulentes de Garasse abordées précédemment, qui réduisait l’opposition radicale des protestants à de la pure et simple perfidie.

49Cependant, l’intérêt de ce récit anonyme réside dans la décision qu’a prise l’auteur de faire de Panurge un défenseur de l’orthodoxie, mais plus encore de lui reconnaître, dès le début du récit, une profonde et authentique posture dissidente. En effet, Panurge s’adresse à son lecteur dans une épître liminaire qui lui permet de se présenter comme une figure d’opposition positive, et radicalement indépendante :

  • 44  Ibid., p. 9-10.

A propos d’humeur, j’oubliais à vous dire que la mienne est composée de telle sorte, qu’elle voudroit plaire à chacun et ne se soucie nullement de ceux qui s’en fascheroient. J’ayme qui m’aime, et qui me hait je le quitte. Avec les Rabelites, je sçay rabeliser, et treuve plus aisé aux sages de contrefaire les folies des fols, qu’aux fols d’imiter la sagesse des sages. […] Blasonnez tant que vous voudrez : conspirez & despitez tout ce que pourrez, vous n’avez de quoi m’oster le soleil : je seray tousjours Panurge : les chiens aboyent à la Lune, mais ils n’ont garde de la mordre. Tel cuydera effacer une once de mon honneur, qu’il en raclera une livre du sien à pis faire, jouë qui voudra, au reste toy qui me lis, recorde toy que tu as Panurge en ton logis. Panurge qui porte un front effronté, et sur lequel tu peux lire le passe-port de passe par tout. Ecris pour luy ou contre luy ce que tu voudras, il portera son nom par tout, voire jusqu’en l’autre monde, bon pour toi si tu t’en sçais servir, & en faire ton profit : avec mon baston, tu pourras aussi bien assaillir que deffendre. Que si ta faiblesse te rend timide, ou si ton courage est par trop lasche à l’entreprinse : donne moy à quelque autre plus hardy et mieux entendu que toi : et lors que je repasseray le seuil de ta porte (si ne te repends), dis moy Adieu44.

50Panurge qui « porte un front effronté », qui « passe partout », dont l’humeur est ainsi faite qu’il ne se soucie nullement de déplaire, apparaît donc, à l’ouverture d’un récit polémique partisan, comme un modèle de dissidence, revendiqué et accepté. Le paradoxe est remarquable, et s’explique probablement par le parti-pris argumentatif d’attaquer le parti opposé en utilisant ses propres armes : autrement dit, il s’agit d’attaquer la dissidence protestante par la dissidence panurgienne, quitte à infléchir, au cours du récit, la position du héros, limiter cette indépendance radicale.

51En conclusion, on s’aperçoit que les auteurs de libelles politiques et religieux du xviie siècle qui s’intéressent à la figure rabelaisienne ou mobilisent son œuvre, travaillent avec minutie, et même stratégie. Rabelais et son personnage Panurge incarnent assurément des figures dissidentes, généralement négatives, mais dont l’extrême complexité non seulement oblige à la prudence, mais surtout sert, de manière étonnante et remarquable, la cause défendue par le pamphlétaire, même quand elle entre en contradiction, à première vue, avec la position rabelaisienne, réelle ou prétendue. La mauvaise réputation de l’œuvre rabelaisienne en matière religieuse peut finalement tenir à l’impression qu’elle laisse, de force et de ridicule : Rabelais ennemi de la France, Rabelais Thersite, Panurge effronté, Panurge poltron, l’auteur et son personnage incarnent, dans les libelles du premier xviie siècle, un modèle efficace de dissidence comique et belliqueuse.

Bibliographie

Corpus primaire

52L’Anti-Thersite ou Response à Maistre Guillaume adressant au Roy, s.l.n.n. 1605.

53Appointement de querelle, faict par Mathurine, entre le soldat franc̜ois & maistre Guillaume, sl., 1605.

54Deffense pour Estienne Pasquier, vivant conseiller du Roy, et son advocat General en la Chambre des Comptes de Paris, contre les impostures et calomnies de François Garasse. à Paris, 1634, p. 31.

55Harangue du capitaine Picotin, in Fournier Édouard Variétés historiques et littéraires, Paris, P. Jannet, puis Pagnerre, 1855-1863.

56Le Nouveau Panurge, Lyon, 1616.

57Les Plaisante[s] Nouvelle[s] apportee[s] sur tout ce qui se passe en la guerre de Piedmont : avec la harangue du capitaine Picotin faicte au duc de Savoye sur le mecontentement des soldats françois. A Bezié, par Claude Moret, 1615. Ce texte est donné par Fournier sous le titre tronqué dans ses Variétés historiques, tome 6, p. 279-286.

58La Response de maistre Guillaume au soldat franc̜ois, faicte en la présence du Roy, à Fontainebleau, sl, 1605.

59Du Souhait,François, Le Pacifique ou l’anti-soldat françois, sl, 1604.

60Garasse, François, Le Rabelais réformé par les ministres, et nommément par Pierre Du Moulin, ministre de Charanton, pour response aux bouffonneries insérées en son livre "De la vocation des pasteurs" , Bruxelles, C. Girard, 1619.

61—, La Doctrine curieuse des beaux esprits de ce temps ou prétendus tels contenant plusieurs maximes pernicieuses à la religion, à l'Estat, & aux bonnes moeurs, combattue et renversée par le P. François Garassus, Paris, S. Chappelet, 1624.

62L’Hostal Pierre de, Le Soldat françois, s.l.n.n. 1604.

Corpus secondaire

63Bailbé, Jacques, « Rabelais et d’Aubigné », Études réunies à la mémoire de Jacques Bailbé, Paris, Champion, 1995, p. 41-83. Article paru à l’origine dans la revue BHR, t. XXI, p. 380-419.

64Boulenger, Jacques, Rabelais à travers les âges, Compilation suivie d’une Bibliographie sommaire de l’œuvre de Maître François, comprenant les éditions qu’on en a données depuis le xvie siècle jusqu’à nos jours, d’une étude sur ses portraits, et d’un examen de ses autographes, Paris, Le Divan, 1925.

65Clouzot, Henri, Ballets tirés de Rabelais au xviie siècle, Nogent-le-Rotrou, impr. Daupeley-Gouverneur, 1907.

66De Grève, Marcel, L’Interprétation de Rabelais au xvie siècle, Genève, Droz, 1961.

67—, La Réception de Rabelais en Europe du xvie au xviiie siècle, études réunies par Claude De Grève et Jean Céard, Paris, Champion, 2009.

68Dubost, Jean-François, « Enjeux identitaires et politiques d’une polémique, Français, Espagnols, Italiens dans les libelles publiés en France en 1615 », Sentiment national dans l’Europe méridionale aux 16e et 17e siècles, sous la dir. de Tallon Alain, Madrid, Casa de Velázquez, 2007, p. 91-122.

69Lintner, Dorothée, « Avatars de l’épopée dans la geste rabelaisienne et les histoires comiques du xviie siècle », thèse soutenue à l’Université Paris III-Sorbonne-Nouvelle, sous la direction de M. Michel Magnien, en cours de publication.

70Mathorez, Jules, « À propos d’une campagne de presse contre l’Espagne », Bulletin du bibliophile, 1913, p. 313-329 et 365-385.

71—, « Les Espagnols et la crise nationale française à la fin du xvie siècle », Bulletin Hispanique, 1916, vol. 18, n°18-2, p. 86-113.

72Mercier, Alain, Le Tombeau de la Mélancolie, Littérature et facétie sous Louis XIII, Paris, Champion, 2005, 2 tomes.

73Pagès, André, Revue de la faculté de médecine de Montpellier-Nîmes, n° 3, nov-déc. 2003, p. 3-6.

74Sainéan, Lazare, L'influence et la réputation de Rabelais : interprètes, lecteurs et imitateurs, un rabelaisien (Marnix de Sainte-Aldegonde), Paris, J. Gamber, 1930.

Haut de page

Notes

1  Jacques Boulenger, Rabelais à travers les âges, Compilation suivie d’une Bibliographie sommaire de l’œuvre de Maître François, comprenant les éditions qu’on en a données depuis le xvie siècle jusqu’à nos jours, d’une étude sur ses portraits, et d’un examen de ses autographes, Paris, Le Divan, 1925.

2  Lazare Sainéan, L'Influence et la réputation de Rabelais : interprètes, lecteurs et imitateurs, un rabelaisien (Marnix de Sainte-Aldegonde), Paris, J. Gamber, 1930.

3  Marcel de Grève, L’Interprétation de Rabelais au xvie siècle, Genève, Droz, 1961 et La Réception de Rabelais en Europe du xvie au xviiie siècle, études réunies par Claude De Grève et Jean Céard, Paris, Champion, 2009.

4  Henri Clouzot, Ballets tirés de Rabelais au xviie siècle, Nogent-le-Rotrou, impr. Daupeley-Gouverneur, 1907, 8 p.

5  « Rabelais et d’Aubigné », Études réunies à la mémoire de Jacques Bailbé, Paris, Champion, 1995, p. 41-83. Article paru à l’origine dans la revue BHR, t. XXI, p. 380-419.

6  Alain Mercier, Le Tombeau de la Mélancolie, Littérature et facétie sous Louis XIII, Paris, Champion, 2005, 2 tomes. Dans cet excellent recueil, l’auteur évoque l’importance de ce qu’il appelle le « phénomène Rabelais » dans la littérature facétieuse. Voir tome 1, p. 27-30.

7  Sur la réception de Rabelais chez Furetière et les auteurs d’histoires comiques du xviie siècle, je me permets de renvoyer à ma thèse de doctorat « Avatars de l’épopée dans la geste rabelaisienne et les histoires comiques du xviie siècle », soutenue à l’Université Paris III-Sorbonne-Nouvelle, sous la direction de M. Michel Magnien.

8  Trésor de la langue française « A. Au sing. [Désignant une situation ou un processus]
1) Vieilli. Action ou état d'une personne ou d'un groupe de personnes qui, en raison de divergences doctrinales, se sépare d'une communauté religieuse, politique, philosophique.
2) Usuel. Action ou état d'une personne ou d'un groupe de personnes qui ne reconnaît plus l'autorité politique à laquelle il se soumettait jusqu'alors.
B. Au sing. ou au plur. [Désignant la cause ou le résultat d'une dissidence]
1) Divergence doctrinale (qui peut entraîner ou entraîne une scission dans une communauté religieuse, politique ou philosophique).
2) P. ext. Désaccord, dissentiment. »

9  Le Rabelais réformé par les ministres, et nommément par Pierre Du Moulin, ministre de Charanton, pour response aux bouffonneries insérées en son livre « De la vocation des pasteurs », Bruxelles, C. Girard, 1619 ; La Doctrine curieuse des beaux esprits de ce temps ou prétendus tels contenant plusieurs maximes pernicieuses à la religion, à l'Estat, & aux bonnes mœurs, combattue et renversée par le P. François Garassus, Paris, S. Chappelet, 1624.

10  Ibid., p. 9.

11  Doctrine curieuse, op. cit., livre VIII, section X, p. 1016.

12  Deffense pour Estienne Pasquier, vivant conseiller du Roy, et son advocat General en la Chambre des Comptes de Paris, contre les impostures et calomnies de François Garasse. A Paris, 1634, p. 31.

13  Ibid., p. 42-43.

14  Ibid., p. 47.

15  Paris, 1622, in-8°. Voir Edouard Fournier, Variétés historiques, tome 7, p. 247-260.

16  Ibid., p. 247.

17  Ibid., p. 254-255.

18  L’histoire de toute cette tradition est expliquée par André Pagès dans la Revue de la faculté de médecine de Montpellier-Nîmes, n° 3, nov-déc. 2003, p. 3-6.

19  La Grande Division arrivée ces derniers jours entre les femmes et les filles de Montpellier, op. cit., p. 248. « Soudain l’esprit égaré par la douleur, elle s’écrie qu’elle est la cause de ces malheurs, et la fille de Montpellier aussi arrache de ses mains ses blonds cheveux et meurtrit ses joues roses avec ses ongles ». Il s’agit originellement des vers 600, 605 et 606 du livre XII. « Se causam clamat crimenque caputque malorum, […], Filia prima manu floros Lavinia crines, Et roseas laniata genas » (« Soudain l’esprit égaré par la douleur, elle s’écrie qu’elle est la cause de ces malheurs […], sa fille Lavinia, la première arrache ses blonds cheveux et meurtrit ses joues roses », trad. Sylvie Laigneau, éd. Le livre de poche, 2004, p. 494.)

20  Ibid., p. 250-251.

21  Voir à ce sujet Jules Mathorez, « À propos d’une campagne de presse contre l’Espagne », Bulletin du bibliophile, 1913, p. 313-329 et 365-385 ; « Les Espagnols et la crise nationale française à la fin du xvie siècle », Bulletin Hispanique, 1916, vol. 18, n°18-2, p. 86-113. Voir aussi l’article récent de Jean-François Dubost, « Enjeux identitaires et politiques d’une polémique, Français, Espagnols, Italiens dans les libelles publiés en France en 1615 », Sentiment national dans l’Europe méridionale aux 16e et 17e siècles, sous la dir. d’Alain Tallon, Madrid, Casa de Velázquez, 2007, p. 91-122.

22  François Du Souhait, Le Pacifique ou l’anti-soldat françois, sl, 1604.

23  Maître Guillaume, La Response de maistre Guillaume au soldat franc̜ois, faicte en la présence du Roy, à Fontainebleau, sl, 1605. On peut encore signaler le pamphlet attribué à Mathurine, la « consœur » de Gros Guillaume : Appointement de querelle, faict par Mathurine, entre le soldat franc̜ois & maistre Guillaume, sl., 1605.

24  Pierre de L’Hostal, Le Soldat françois, s.l.n.n., 1604.

25  L’Anti-Thersite ou Response à Maistre Guillaume adressant au Roy, s.l.n.n., 1605.

26  On relève ainsi un certain nombre d’expressions tantôt empruntées, tantôt paraphrasées : l’ennemi est qualifié d’ « avaleur de frimats », (p. 30), et son argumentaire est le plus « cornu », « depuis que monde cornuant, cornua de cornerie » (p. 51). Cette tournure est calquée sur le fameux portrait de Frère Jean, qui est « vray moyne depuys que le monde moynant moyna de moynerie », Gargantua, XXVII, éd. cit., p. 78.

27  « […] mon but aussi n’est point de m’arrester à ses frivolles discours : Je ne vise point au blanc Satyrique & Mordant, j’entreprends seulement de respondre à ce qui est sérieux : car de repartir à tant d’interrogats & questions legieres, outre, que la chose seroit ennuyeuse. Je croi aussi qu’elle seroit superflue & de peu de plaisir. Je commencerai donc par l’etiquette de son sac.
Je m’estonne fort, puis que son dessein estoit de toucher si haute corde, & traicter un subjet si haut, comme il n’a faict porter à son livre le nom, de Ulrich Gallet, de quelque grand Politique, versé aux affaires, qui pesast comme en juste balance, qui prevint comme une Cassandre le futur (bien que le succès de toute guerre soit incertain) mais au contraire, comme ignorant il l’à inscript du nom de celuy qui au retour de Troye, durant une tempeste nombroit les flots marins », L’Anti-Thersite, op. cit., p. 30, [nous soulignons].

28  Ibid, p. 51-52. La mention de la bataille de Coutras, éclatant succès d’Henri de Navarre contre les troupes royales d’Henri III et contre le clan catholique, semble indiquer que l’auteur de l’Anti-Thersite est un protestant. Dans ce conflit franco-espagnol, ce sont en effet les réformés qui se sont montrés les plus « nationalistes » et va-t-en-guerre, d’après Jules Mathorez. On comprend aussi pourquoi il était fait mention dans un des extraits ci-dessus, de la Savoie et de la Bresse. Le duché catholique mène en effet une politique hostile envers ses voisins, et notamment contre Genève.

29  L’expression vient de l’Odyssée d’Homère : le héraut Médon s’est caché sous une peau de vache pour se protéger des tirs d’Ulysse contre les prétendants (XXII, v. 364-365 : « Mais Médon l’entendit, car cet homme de sens gisait sous un fauteuil : blotti et recouvert de la peau de la vache fraîchement écorchée, il avait évité la Parque ténébreuse », trad. Victor Bérard, éd. Folio, Paris, Gallimard, p. 400). Mais elle a été ensuite commentée par Plutarque dans les Propos de table, VIII, X, 3. On retrouve aussi ces deux références dans le Pantagruel, lorsque le narrateur raconte la terrible sécheresse qui se produit à la naissance du géant, et qui contraint certains hommes à se mettre à l’ombre sous le ventre d’une vache. «Plusieurs se gettoyent dedans les puys. Aultres se mettoyent au ventre d’une vache pour estre à l’hombre : et les appelle Homere Alibantes. ». En réalité, donc, c’est Plutarque qui les nomme ainsi. Enfin, Montaigne encore mobilise cette expression au livre 1, chapitre XX. Voir Essais, Paris, Gallimard, éd. utilisée établie par Jean Balsamo, Michel Magnien et Catherine Magnien-Simonin, 2007, p. 87.

30  L’image est empruntée à Plutarque, mais on la retrouve aussi au Quart Livre, chapitre XVII : « Plutarche aussi on livre qu’il a faict de la face qui aparoist on corps de la Lune, allegue un nommé Phenace, lequel grandement craignoit que la Lune tombast en terre ». En réalité, Plutarque l’appelle Pharnace et c’est Érasme dans ses Adages (I, v. 64) qui donne cette forme précise.

31 L’Anti-Thersite, op. cit., p. 62-63.

32  Les Plaisante[s] Nouvelle[s] apportee[s] sur tout ce qui se passe en la guerre de Piedmont : avec la harangue du capitaine Picotin faicte au duc de Savoye sur le mecontentement des soldats françois. A Bezié, par Claude Moret, 1615. Ce texte est donné par Fournier sous le titre tronqué dans ses Variétés historiques, tome 6, p. 279-286.

33  Alain Mercier, Le Tombeau de la mélancolie, op. cit., vol II, p. 1135.

34  Ce fut le cas lors du siège de Genève en 1602, aussi connu sous le nom de « l’Escalade », ou, en 1629, lors des attaques contre le Piedmont, qui font de la Savoie un allié de l’Espagne, contre la France de Richelieu.

35  Harangue du capitaine Picotin, in Variétés historiques, éd. cit., p. 282.

36  Notamment dans le combat de Pantagruel contre Loup-garou. Un des géants empêche Carpalim d’aider Pantagruel : « Par Golfarin nepveu de Mahon, si tu bouges d’icy, je te mettray au fond de mes chausses comme on faict d’un suppositoire ». Puis, Pantagruel, combattant Loup-garou « lui frappa du pied un si grand coup contre le ventre, qu’il le getta en arrière à jambes rebindaines, et vous le trainnoyt ainsi à l’escorche cul plus d’un traict d’arc. Et Loupgarou s’escrioit, rendant le sang par la gorge. « Mahon, Mahon, Mahon » », Pantagruel, op. cit., XXIX, p. 319. Mireille Huchon rappelle que le coup porté au ventre évoque celui par lequel Roland tue Ferragus. En outre, le nom de Golfarin est à rapprocher de Corfarin, nom d’un sarrasin dans La Mort de Garin le Loherain. Voir Rabelais, O.C, Paris, Gallimard, p. 1327.

37  Harangue du Capitaine Picotin, op. cit., p. 282-283.

38  Chant I, vers 94-96. « Ô trois et quatre fois heureux ceux qui ont eu la chance de rencontrer la mort sous les yeux de leurs parents, au pied des remparts élevés de Troie ! » (éd. cit., p. 47).

39  Quart livre, XVIII, p. 582.

40  Tiers livre, XXIII, p. 421.

41  Harangue du capitaine Picotin, op. cit., p. 284.

42  Ibid, p. 284-285.

43  Le Nouveau Panurge, Lyon, 1616, p. 173. Exemplaire consulté à la Bibliothèque de l’Arsenal [8-BL-21475]. Le passage rappelle aussi, bien entendu, la descente aux enfers d’Epistemon.

44  Ibid., p. 9-10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dorothée Lintner, « Dissidence comique et belliqueuse : influence rabelaisienne dans les pamphlets du début du xviie siècle », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2013-01 | 2013, mis en ligne le 08 mars 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5725 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5725

Haut de page

Auteur

Dorothée Lintner

Université Paris III-Sorbonne Nouvelle
Agrégée de littérature française, Dorothée Lintner a soutenu une thèse en 2011 sur les avatars de l’épopée chez Rabelais et les auteurs d’histoires comiques du XVIIe siècle à l’Université Paris III-Sorbonne-Nouvelle. Elle s’intéresse d’une manière générale à la parodie de la littérature héroïque à la Renaissance et au siècle classique : son fonctionnement, mais aussi ses usages sociologiques et politiques.
Mail : dorothee.lintner [ @ ] club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org