Navigation – Plan du site
De la dissidence cachée à la dissidence ouverte

Étienne Pasquier (1529-1615) ou la dissidence discrète

Catherine Magnien-Simonin

Résumés

La réputation d’Étienne Pasquier, à la fois bon serviteur de ses rois et esprit libre, est le fruit d’une habile construction, patiemment édifiée par l’intéressé sa vie durant et confortée ensuite par ses enfants et ses éditeurs. Pasquier a su gérer habilement la publication de ses réactions écrites aux événements - qu’elles fussent des pièces occasionnelles à large circulation ou réservées à un milieu averti, ou qu’elles fussent des pages, lettres ou chapitres, conservés dans son cabinet, voire rédigés après coup. Le silence résolument gardé sur certaines productions, l’anonymat pour d’autres, la conservation d’autres pièces pour publication posthume, lui ont permis d’exprimer au fil du temps ses désaccords avec la politique royale et d’affermir sa figure d’intellectuel indépendant, au prix de quelques arrangements avec la chronologie ou la vérité historique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Dans son plaidoyer de 1564 contre l’incorporation des jésuites dans l’université française. Pour l (...)

Le succès de Pasquier1 avait été immense […]. Il égalait en hardiesse tout ce qui devait se dire ou s’écrire plus tard. [… Il] a laissé des écrits d’une grande valeur. Les Recherches de la France se divisent en neuf livres, et l’on peut juger par les titres de ces livres de l’importance et de la variété des sujets traités […]. Image d’une si belle carrière, expression si vive et si complète des idées de son époque, Les Lettres de Pasquier demeureront, à bien des titres, une des lectures les plus attachantes et les plus utiles du xvie siècle.

  • 2  Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, [1866], t. XII, p. 351-353.
  • 3  L. Feugère, Œuvres choisies d’Étienne Pasquier, Paris, Firmin Didot, 1849, 2 vol. ; C. Giraud, E.P (...)
  • 4  Dictionnaire des Lettres Françaises sous la direction de Mgr Georges Grente, Le Seizième Siècle, P (...)
  • 5  Il était avocat-conseil des Guise.
  • 6  Montaigne, Les Essais, III, 10: « Pour estre advocat ou financier, il n’en faut pas mescognoistre (...)
  • 7  Nous avons déjà abordé ce thème sous l’angle de l’anonymat, dans « Réflexions sur l’anonymat au xv (...)

1Les louanges que Pierre Larousse rend, dans le long article qu’il lui consacre2, à l’avocat du roi, à l’adversaire des jésuites, au juriste, à l’historien des antiquités françaises, à l’épistolier mondain, au politologue Étienne Pasquier sont multiples. Seule la poésie, latine et française, semble à ses yeux une concession que fit ce grand esprit aux goûts de son époque. Appuyé sur les travaux du juriste Charles Giraud et sur l’anthologie de Léon Feugère3, Pierre Larousse dressait le portrait d’un laïc, défenseur de l’état, patriote, éloquent, érudit, désintéressé et bon père de famille, une espèce d’alter ego idéal d’autrefois. On retrouve encore dans le Dictionnaire des Lettres françaises, sous la plume de Robert Barroux, archiviste paléographe, conservateur des archives de la ville de Paris, l’éloge du Parisien, modèle des vertus morales et intellectuelles françaises, homme de devoir et de raison, précurseur du positivisme en un siècle déchiré par les passions religieuses4. Or cette image, cette réputation, même si elle correspond sans doute en grande part à ce que fut l’homme Étienne Pasquier, est d’abord le fruit d’une habile construction, patiemment édifiée par l’intéressé sa vie durant et confortée ensuite par ses enfants et ses éditeurs. Avec cette construction, Pasquier entendait, tout en servant son roi, et les princes dont il fut le conseil5, avec une fidélité et une constance jamais démenties, laisser à la postérité témoignage de son indépendance d’esprit et de son jugement. Bref, l’écriture lui a permis de persuader que l’avocat du roi et Pasquier « ont tousjours esté deux, d’une separation bien nette6 » ; on pourrait dire crûment, de jouer sur les deux tableaux. Et c’est la gestion habile de ses réactions écrites aux événements – qu’elles fussent des pièces occasionnelles à large circulation ou réservées à un milieu averti, ou qu’elles fussent des pages, lettres ou chapitres, conservés en cabinet, voire rédigés après coup – qui lui a permis l’expression d’une certaine dissidence que nous voulons examiner ici7, dissidence qui a pris la forme de désaccords avec la politique royale et affermi sa figure d’intellectuel indépendant, au prix de quelques arrangements avec la vérité.

Se taire

  • 8  Pour le premier de ces deux « faux pas », voir notre étude dans notre HDR non publiée, Étienne Pas (...)
  • 9  Exhortation aux princes et seigneurs du Conseil privé du Roy, pour obvier aux seditions qui occult (...)
  • 10  Exhortation aux princes, et seigneurs du Conseil privé du Roy, pour obvier aux seditions qui sembl (...)
  • 11  Mémoires de Condé, Londres-Paris, éd. Secousse et Lenglet-Dufresnoy, 1743, II, p. 613-636. Mais co (...)
  • 12 Ad regis Galliæ consiliarios, Exhortatio. Quo pacto obviam iri possit seditionibus ; quæ ob religio (...)

2Gestion habile en général, même s’il faut commencer par examiner deux cas relevant plutôt d’emballements circonstanciels8. Le premier « faux pas » date du premier semestre 1561, entre les états généraux d’Orléans, qui s’étaient tenus du 13 décembre 1560 au 31 janvier 1561, et l’assemblée de Saint-Germain suivie du colloque de Poissy, des 27 août et 9 septembre suivants. Court alors à Paris dans une première9, puis une seconde rédaction corrigée par l’auteur10, une plaquette d’une bonne quarantaine de pages, suscitée par les événements, intitulée Exhortation aux princes et seigneurs du Conseil privé du Roy, pour obvier aux seditions qui occultement semblent nous menacer pour le faict de la Religion. « L’auteur qui étoit apparemment un Particulier, a donné cette Pièce comme si c’étoit un Discours prononcé dans le Conseil extraordinaire tenu à St. Germain-en Laye, le 17 de Janvier 1561, par un de ceux que le Roi y appella », explique en note l’éditeur des Mémoires de Condé où se trouve reproduite l’Exhortation, avec son explicit original, « S.P.P. faciebat11 ». Le succès, immédiat, est considérable puisque la même année voit sortir, outre quatre éditions en français, une traduction en latin, et l’année suivante une en allemand12.

  • 13  Paris, 1759, p. 239, n° 17838.

3Dans le deuxième tome de sa Bibliothèque historique de la France13, Lelong résume et commente l’Exhortation ainsi :

Ce discours est beau et bien suivi. Il veut prouver qu’il n’y a d’autre moyen de pacifier les troubles du Royaume, que d’y permettre deux églises ; et pour cela, on avance que ce moyen est possible, qu’il est nécessaire dans la situation presente, et qu’il ne fera aucun tort à l’Etat.

  • 14 Exhortation, 25 v°.
  • 15  Conseil à la France desolée..., s. l., l’an 1562, au mois d’octobre d’après les précisions de l’ex (...)

Son auteur n’envisage pas la résolution des divisions sur le plan spirituel, mais un moyen pragmatique de restaurer l’ordre public dans le royaume de France. Il ne se préoccupe donc pas de l’unité de la chrétienté. Laïc avant l’heure, il propose une solution nationale pour un état menacé dans son unité nationale : la liberté de conscience. « Pour Dieu, Messeigneurs, ne forcez à coups d’espées nos consciences14 », lance-t-il à ses destinataires. De la séduction qu’exerça alors cette Exhortation reste, outre ses éditions et traductions, le jugement de Sébastien Castellion. Abordant le septième point de son Conseil à la France desolée auquel est montré la cause de la guerre presente, et le remede qui y pourroit estre mis : et principalement est avisé si on doit forcer les consciences15, septième point qui consiste à « appointer, et laisser les deux religions libres », celui que Ferdinand Buisson appelle le pauvre visionnaire de Bâle, note ceci :

  • 16  Conseil à la France desolée..., op. cit., p. 56-57. Plus loin après avoir chiffré à 50 000 les per (...)

Devant que venir à ce poinct, je veux faire mencion, d’un petit livre imprimé l’an passé en François, dont le tiltre est, Exhortation aux princes et seigneurs du conseil privé du Roy, auquel livre est donné le mesme conseil que je veux donner, c’est de permettre en France deux Eglises. Ledict livre (selon mon avis, et de tous ceux auxquels j’en ay parlé, et qui l’ont leu) est escrit par ung homme prudent, quel qu’il soit, et qui donne un conseil tresbon et profitable16.

  • 17  D. Thickett, Préface à l’Exhortation aux princes et seigneurs du conseil privé du roi, dans Estien (...)
  • 18  Exhortation, 6 r°. S. P. P. s’efforce de traiter toujours mieux les protestants : à eux l’église, (...)
  • 19  Exhortation, 5 v°.
  • 20 Exhortation, 21 r°. S. P. P. fait allusion à l’interdiction dont seraient victimes les Protestants (...)
  • 21  « Je deteste d’assister à la messe, j’abhorre de recevoir communion de la main d’un prestre, que j (...)

4Cet homme prudent, ce S. P. P., n’est autre – nous l’avons montré avec certitude après Dorothy Thickett17 – que Stephanus Paschasius Parisiensis, alias Étienne Pasquier. Il prétend adopter dans son libelle un point de vue impartial. Voilà pourquoi, dans sa description de la conjoncture, il présente les deux religions comme « deux sectes » égales en dignité et en détestation réciproque, « ores que le Romain ayt en horreur le Protestant comme heretique, schismatique, et decheu de sa premiere creance : et au contraire, que le Protestant deteste le Romain, comme idolatre, et abusé en la sotte foy de ses ancestres18 ». Il va plus loin dans ce rééquilibrage du point de vue. Il justifie en effet « les Protestants [qui] ne sont point du tout sans raison de requerir une Eglise, veu que celle des Romains depuis le chef jusques aux pieds semble je ne sçay comment depravée19 », s’apitoie sur « ces povres Protestans, qui ne leur demandent que paix20 ». Et il connaît si bien le discours des calvinistes parmi lesquels on lui devine plus d’un ami, qu’il rédige en toute sympathie la prosopopée de « quelcun de cette faction21 ».

  • 22  Exhortation, 12 v°.
  • 23  « Si vostre Edict [de bannissement] sortissoit effect, et que chacun y obeïst, vous rendriez vostr (...)
  • 24  Exhortation, 13 r°.
  • 25  « C’estes vous, qui leur devez [aux prêcheurs] dicter leur leçon en cest endroit, et leur enjoindr (...)

5Et quand S. P. P. s’exprime sur le clergé, le pape, sur la défense des thèses catholiques, c’est pour le moins en partisan d’une réforme profonde de la catholicité. Il souligne le goût du lucre de sa hiérarchie religieuse, et craint que la « reduction » des protestants à l’église catholique « ne se puisse faire, sans tolir aux Prelats les biens, desquels ils sont affriandez, et pour lesquels quelques uns combatent plus, que pour la Foy22 ». Son anticléricalisme n’a d’égal que son antipapisme, violent. Pour S. P. P. la balance du jugement penche en faveur des protestants dont il souligne le poids intellectuel, financier et stratégique23. Enfin « ils ont arguments merveilleusement poignants pour le soustenement de leur cause24 ». En face du discours solide et étayé des calvinistes, frappe la médiocrité, voire la désolante incompétence des prêcheurs catholiques et de leur argumentation. L'auteur ne se leurre pas non plus quant à l’effet de la prédication des ministres calvinistes sur leurs ouailles. Aussi recommande-t-il l’interdiction aux deux confessions de ces prêches qui exaltent les divergences, enflamment les croyants et les poussent à la violence. Car princes, seigneurs et magistrats à qui s’adresse l’Exhortation doivent veiller à maintenir l’état25. Tout cela devait conduire l’auteur de l’Exhortation à renoncer à l’ordre ancien, appuyé sur l’orthodoxie religieuse, et à admettre une révolution en ce domaine.

  • 26 Exhortation, 17 r°-v°.

Et ainsi la Religion quant à soy, n’apporte point la mutation des polices, ains seulement accessoirement : et lors que le Magistrat s’ahurte à une opiniastreté de soustenir une vieille bon gré mal gré contre une nouvelle opinion. Que si les Roys se proposoyent en telles generales mutations de Religion, de permettre que chacun vesquist (sans impieté toutefois et mescognoissance de celuy qui souffrit passion pour nous) selon la Foy en laquelle il pense estre appelé, certes les tumultes se banniroyent, et n’y auroit par mesme moyen aucun changement de la puissance seculiere. Voylà donq, à brief parler, les effects, et non autres que produit une nouvelle Religion26.

  • 27 Le 1er février, par exemple, au lendemain de la clôture des états généraux d’Orléans, Jacques Biena (...)
  • 28  Voir par exemple la lettre IV, 4 à Fonssomme, à propos de « ceux qui se dispensent pour le jourd’h (...)

6Qu’en 1561 la proposition fût sinon courageuse, simplement audacieuse parce que déjà irréalisable, d’autres l’ont démontré avant nous27. Mais qu’on refuse pour cette raison d’en attribuer la paternité à Pasquier, non. Convenons de la distance entre la doctrine professée par la plaquette de 1561 et les positions refroidies à l’égard des calvinistes, assurément loyalistes et conservatrices du Pasquier épistolier de 1586. L’amitié avec Fonssomme et Kerquefinen, de sensibilité réformée, telle que Les Lettres de 1586 nous l’ont conservée, s’exprime en effet dans la plus grande orthodoxie catholique28, et les propos politiques lus dans le second recueil, dans les lettres à Sainte-Marthe publiées en 1619, n’inclinent jamais à la dualité des églises. Et Pasquier n’a jamais ni revendiqué, ni même laissé soupçonner par le moindre indice sa paternité de l’Exhortation.

  • 29  Voir les annotations dans deux exemplaires de la Bibliothèque municipale de Troyes (Recueil factic (...)
  • 30 Lettres, X, 6, de 1585-1586, publiée en 1586, à « Monsieur Brulart seigneur de Chillery Président e (...)

7Alors, que conclure ? Que l’anonyme, ou presque, Exhortation a heureusement conservé, indemne de toute correction, un Pasquier transitoire mais identifiable par son chiffre29, un homme encore jeune qui avait voulu croire, comme tant d’autres dans les années 60, qu’une solution s’offrait au royaume de France dans une médiation pacifique entre des politiques de son acabit, une élite protestante raidie dans le dogme, un peuple catholique conservateur, et des fidèles des deux églises fanatisés par leurs prêcheurs. Puis il a mûri et, convaincu par l’obstination des troubles, renoncé au doux rêve d’une réconciliation, compris qu’il fallait choisir entre l’unité nationale à tout prix et l’anéantissement du pays, avant de constater qu’avec l’avènement quasi providentiel de Henri IV au trône les solutions proposées en 1560 devenaient viables. Inutile donc de soupçonner Pasquier d’avoir adhéré aux idées de la Réforme, pas plus que d’avoir applaudi à la répression plus tard. Accordons-lui qu’il dit vrai quand il proteste avoir toujours persisté dans l’orthodoxie : « Je veux vivre et mourir en ceste foy, et à la mienne volonté que toute nostre France fust reduite souz la mesme creance.30 » Ou encore quand il déclare :

  • 31 Lettres, XXI, 3, 637AB, à Aquaviva ; formulation presque identique dans la lettre XXI, 2, 636A à Lo (...)

Premierement, je vous prie de croire que je ne fus jamais Huguenot (j’useray du mot qui nous est en ceste France mal-heureusement trop familier). Il y a soixante ans et plus de passez que la porte m’y estoit impunément ouverte : toutesfois j’ay, depuis ma jeunesse jusques à huy, conduit, d’une mesme teneur, ma religion en l’Eglise Catholique, Apostolique, Romaine, et non seulement conduit, ains en ay fait profession publique par mes Livres31.

  • 32  Paul Bouteiller nous apprend que, selon des documents conservés au château de Sassy, plusieurs est (...)
  • 33 Les bibliothèques municipales de Bordeaux et d’Angers conservent les deux seuls exemplaires recensé (...)
  • 34  Voir notre article « ‘A Paris, pour Claude Senneton, 1565’ : le mystère de l’édition du Second Liv (...)
  • 35  À côté de Pasquier figurent en effet à son catalogue lyonnais, pour 1565, cinq titres de Pierre Vi (...)
  • 36  Voir Aspects de la propagande cités supra, p. 288 sq.
  • 37  Où l’on trouve bien parmi les fauteurs de trouble « les deux frères Senneton eux disans seigneurs (...)
  • 38 Du 13 mars 1564 au 1er mai 1566.
  • 39  Vincent Sertenas et Jean Longis en 1562, Estienne Groulleau en 1563. Ont aussi disparu leurs assoc (...)
  • 40  Dans Les Lettres, il la prête au style indirect aux parlementaires victimes, à l’issue de la mercu (...)
  • 41  En 1581, 1596, 1607, 1611 et 1621. Voir P. Bouteiller, « Historique et contenu des Recherches », C (...)
  • 42  C’est bien ce mot, et non celui de « providence », qu’emploie Pasquier à moult reprises, et ce n’e (...)
  • 43  Recherches, Paris, Laurent Sonnius, 1621, II, 14, p. 114 (chapitre devenu ensuite le 15e chez Guil (...)
  • 44  Au lecteur du premier livre, publié en 1560 chez Sertenas, ainsi qu’in fine l’ode de Belleau et l’ (...)

8Mis à part son amitié affichée avec Fonssomme et Kerquefinen, mis à part aussi une pièce privée des archives de Sassy concernant le baptême de Nicolas Pasquier retrouvée par P. Bouteiller32, il reste un témoignage de poids des relations que notre épistolier entretenait avec le milieu réformé. Car une chape de silence absolu entoure la première édition du tome second des Recherches de la France, publiée à Paris en 156533, sans extrait de privilège. C’est en effet à un libraire lyonnais, Claude Senneton34, propagandiste politique et religieux à peine clandestin35, bien introduit sur la place parisienne, bientôt compromis sans retour lors de l'occupation et du pillage de Lyon par le baron des Adrets et les mercenaires suisses36 – il gagnera Genève pour échapper à l’ordonnance du 31 janvier 156837 – que s’est en effet adressé Pasquier. Il a sans doute vu en ce Claude Senneton un bon et solide marchand, amateur de fort bel ouvrage, parent de ses amis Claude de Kerquefinen et Pierre Pithou ; ensuite, il le savait non seulement l’éditeur de Kerquefinen, mais aussi celui de Charles Du Moulin, donc l’instrument d’une résistance éclairée et obstinée aux empiètements des pouvoirs. On comprend qu’il ait pu être tenté lui aussi, alors que Charles IX et Catherine accomplissaient leur tour de France38, et que ses libraires favoris avaient disparu39, par une manifestation d’indépendance40. Mais la quasi disparition de cette édition et le silence absolu que Pasquier a entretenu à son sujet sont des plus suspects. Car rien ne sent le fagot dans ce second livre consacré aux institutions civiles françaises qui ont, selon lui, assuré la pérennité de la France au travers des tribulations : le Parlement, la Chambre des comptes, le Grand conseil, les pairs de France, mais aussi le droit d’aînesse, la loi salique et la régence. Ce livre, qui sera augmenté et remanié dans cinq éditions successives41, ne présente apparemment rien qui puisse heurter ni le pouvoir, ni les autorités ecclésiastiques, excepté certains termes de l’avis liminaire « au Peuple François », et les premières et dernières lignes qui regrettent la misère des troubles tout en célébrant une accalmie, puis distinguent dans l’histoire de France la part des hommes, le conseil, de la part, moindre, de la fortune42. Pourtant dans les éditions suivantes le propos a été maintenu : cette laïcisation avant l’heure d’une histoire rendue aux seuls hommes n’est donc pas la raison de la disparition de cette édition de qualité, mais bien l’erreur stratégique sur le choix du libraire. Quand, à la fin de sa vie, Pasquier remanie ses Recherches, il précise au début du chapitre Admirauté, Eaux et Forests du livre II, que « ce second livre fut premierement imprimé en l’an 1567. depuis augmenté selon la diversité des impressions, et maintenant en cette année 1615 d’[un] nouvel appentis43 ». Au format d’un tout petit in-octavo, l’édition orléanaise de Pierre Trepperel de 1567 avait été imprimée sur du papier médiocre et reprenait les liminaires des éditions précédentes44. En certifiant originale cette édition peu glorieuse, l’octogénaire, ou ses héritiers, falsifiaient les faits et oblitéraient jusqu’au souvenir des amitiés lyonnaises et de l’édition Senneton.

9On le voit en examinant l’Exhortation de 1561 et l’édition du second livre des Recherches de 1565, le silence obstiné permettait de gommer certains écarts qu’on aurait pu interpréter, les troubles perdurant, en signes patents de désobéissance à l’autorité civile ou religieuse. Il en allait de même de l’expression des désaccords à propos de la politique ou du comportement royal : seul l’anonymat permettait aux voix critiques de personnalités par ailleurs bénéficiaires du système de se faire entendre. Étienne Pasquier, en des temps où les occasionnels et autres pièces volantes sans signature étaient légion, a bien sûr contribué au concert.

Se dissimuler

  • 45  Nous passons rapidement sur cette question de l’anonymat, résumant notre article cité à la note 7 (...)
  • 46  « Lors que je les [les Lettres amoureuses] fis imprimer, je ne mis mon nom sur le frontispice du l (...)
  • 47  La Jeunesse d’Estienne Pasquier, Paris, Petit-pas, 1610.
  • 48  À quoi il oppose « envoyer à face ouverte le livre », A Sainte-Marthe, XXI, 6, 647B et C.
  • 49  Ordonnances d’Amour, « à Vallezergues, Par l’autorité du Prince d’Amour », s. d. [1564], et à Anve (...)
  • 50  Louis Desgraves, L’Imprimerie à La Rochelle, 2. Les Haultin 1571-1623, Genève, Droz : p. 120, n° 2 (...)
  • 51  Louis Richeome, La Chasse du renard Pasquin, H. Le Pelletier, Villefranche, 1602, p. 67 par exempl (...)
  • 52  Jean Balsamo et Michel Simonin, Abel L’Angelier et Jeanne de Louvain. Catalogue […], Genève, Droz, (...)

10De sa première publication à la dernière dont il fut responsable, Pasquier a toujours joué avec son identité d’auteur45. La première, le Recueil des rymes et proses de E. P.46, sortie à Paris fin 1554, chez Vincent Sertenas, n’en dit pas davantage, tandis que l’extrait de privilège sexennal donne le nom de l’auteur en toutes lettres. Pour sa dernière production poétique, malencontreusement sortie en juin 1610, il se déguise en éditeur de La Jeunesse d’Estienne Pasquier47:« Je ne voulois advoüer le recueil comme venant de ma boutique ; ainsi le verrez-vous en l’epistre liminaire par moy faite sous le nom d’un André du Chesne48 ». Praticien d’un « pseudonymat » ludique, ou de convenance – pour les lestes Ordonnances Generalles d’amour, par exemple, ou pour La Puce ou La Main49– il a veillé ensuite dans ses Lettres à bien témoigner de sa paternité ou de ce qui lui revenait dans les recueils à plusieurs mains. En 1602 encore, sort prétendument à Villefranche Le Catéchisme des Jesuites ou examen de leur doctrine, chez un certain Guillaume Grenier50, adresse reprise au soi-disant « René de la Fon », en fait le jésuite Louis Richeome. L’édition se répand dans l’Europe, diffusion bientôt renforcée par des traductions anglaise, allemande, latine et néerlandaise. L’ouvrage avait en fait, comme l’en accusèrent les jésuites51, été imprimé à La Rochelle sur les presses des héritiers de Jérôme Haultin, libraires huguenots en relations commerciales avec Abel L’Angelier52. Pasquier s’expliquera, toujours dans ses Lettres, sur l’anonymat du

  • 53  Lettres XXI, 2, II, 633C.

Catechisme […] auquel je n’ay voulu apposer mon nom : d’autant que par les Entre-parleurs de mes Dialogues (qui sont l’Advocat, le Jesuite, le Gentil-homme) je suis allegué en plusieurs endroits […] par ces frequentes allegations de moy, j’ay bien voulu que le Lecteur pensast que Pasquier en estoit l’auteur : voire que l’advocat qui tient le premier lieu dans mon pour-parler, estoit le mesme Pasquier […] Comme nul ne fait doute, en quelque pays que ce soit, qu’il n’ait esté par moy composé53.

11Dans une autre lettre qui fait, quelques années plus tard à l’adresse de Louis de Sainte-Marthe, l’historique de ses démêlés avec les jésuites, il consigne :

  • 54  Lettres XXI, 2, 631C.

Le procès extraordinaire ayant esté fait et parfaict à ce malheureux [Pierre Barrière], et l’execution d’iceluy, je vy par le commandement du feu Roy [Henri IV], toutes les pieces, sur lesquelles je dressay un Manifeste dès la ville de Melun, qui y fut imprimé, sans y mettre mon nom, et eut cours par la France avec l’approbation de ceux qui le leurent, voire en ma presence, ne scachans que j’en fusse l’autheur54.

  • 55  Écrits politiques, op. cit., p. 251 sq. Claude Sutto, comme nous, est plus circonspect (Le Catéchi (...)
  • 56  Jacques Clément a assassiné Henri III le 1er août 1589.

12Cette pièce, qui aurait circulé depuis Melun, et que l’on retrouve dans le chapitre VI du troisième livre du Catéchisme, serait l’Histoire prodigieuse d’un detestable parricide entrepris en la personne du Roy, par Pierre Barrière, dit la Barre, et comme sa majesté en fut miraculeusement garentie que D. Thickett a publiée ou, plutôt, une autre, encore à découvrir55. Il est arrivé que des pièces de ce genre ne circulent pas, rendues caduques par la précipitation des événements qui les avaient engendrées. Ainsi, pour le comte de Sanzay, le 5 août 1589, l’avocat résidant alors Tours se peint lui-même en train de composer une plaquette anonyme quand lui parvient la nouvelle de l’assassinat d’Henri III56 :

  • 57  Lettres XIV, 1, 411-412. Il est donc peu judicieux de penser, à l’instar de D. Thickett (Écrits po (...)

Je vais vous dire une chose de moy, qui merite d’estre par vous sçeuë. Je composois une exhortation aux Français, pour les exciter à l’obeïssance de leur Roy ; adressant ma parole, tantost aux Princes, tantost aux Predicateurs, allumettes de nos troubles et divisions. Enfin arrivant sur le commun peuple, specialement de Paris, entr’autres choses je le priois de n’adjouster tant de foy aux moines comme il faisoit […]. Nous recevons dedans Tours la nouvelle de ce malheureux parricide ; et dès l’instant j’abandonnais ma prise, me contentant de mettre au dessous de mon discours ces mots : Que l’advis, que nous en avions eu presentement, m’avoit fait delaisser mon ouvrage. Cela est encore au milieu de mes papiers57.

13Pasquier en écrivit bien d’autres sûrement, qui ont circulé et qu’on pourrait rechercher en se gardant de tomber dans l’illusion où l’enthousiasme pour son auteur conduisit Dorothy Thickett. La chercheuse anglaise a pu en effet publier chez Droz en 1966 un ouvrage qui ne convainquit personne et où guidée par de vagues analogies et non par des preuves, elle proposait sous le titre Estienne Pasquier Ecrits politiques, l’édition de six opuscules imprimés d’auteurs et d’imprimeurs anonymes, datant de 1561 à 1615. Seul le premier est sûrement de la plume de Pasquier. Il s’agit de l’Exhortation évoquée plus haut.

  • 58  Lettres, XIX, 11, 557-562.
  • 59  Indication en manchette. Gustave Charlier, dans « Les ‘Sonnets d’Estat’ » (Mélanges offerts à Paul (...)

14Dans ce domaine de la littérature polémique, à voir les pièces collectionnées par L’Estoile puis, dans un tout autre but, par Henri Hauser, on constate que Pasquier et ses contemporains utilisèrent, pour diffuser leurs idées ou comme exutoire à leurs humeurs, et les presses anonymes, et ce réseau trans-frontière de copie privée qu’offraient certains milieux lettrés, liés par leurs affaires et leurs préoccupations, et qui fonctionnera encore fort bien pendant deux siècles. Une lettre à Antoine Loisel58, ami de quarante ans, et en l’espèce compère, revendiquant entre autres un « Sonnet sur le desreglement des affaires »59, décrit le mécanisme de mise en circulation des pièces anonymes dans ce réseau :

  • 60  Le célèbre pamphlet protestant, d’abord en version latine, puis française (1574), signé Eusèbe Phi (...)

J’avois composé ce sonnet, en deliberation de luy faire tenir prison clause, avec quelques miens brouillas, dedans mon estude ; mais l’ayant communiqué à Monsieur le Chancelier de l’Hospital, qui aimoit naturellement tous ceux qui aimoient le repos de l’Estat, il fut d’advis que je ne le devois envier au public. Au moyen de quoy luy ouvrant sous main la porte, il courut par les mains d’une infinité d’honnestes personnes avec honneur. Entr’autres Monsieur le premier President de T[h]ou, en une bonne compagnie dedans sa maison, où estoit Monsieur le President d[u] Ferrier, lors destiné pour ambassadeur de Venise, le haut loüa grandement, et chacun desireux de sçavoir qui en estoit l’Autheur. C’est (dit-il) Pasquier et non autre : je recognois en ce petit œuvre son esprit. Quelques jours après, le Sieur du Ferrier me trouvant chez Monsieur de la Casedieu, me recita ce qui s’estoit passé chez Monsieur le premier President, me priant de lui dire s’il avoit esté bon devin. A quoy je luy respondy franchement, qu’ouy : mais que je ne souhaittois que sa devination fust divulguée, pour ne desplaire à la populace seditieuse qui se donnoit toute jurisdiction sur les zelateurs de la paix. Ce sonnet eut non seulement vogue ; mais comme la France est pleine de singes, aussi on y enfila une cinquantaine de vers portant leur mescontentement sur le front, tout ainsi comme les miens. Mesme vous le trouverez enchassé dedans une histoire de ce temps (sans nommer l’Autheur) qui fut faicte sous le nom de Resveil-matin60.

15Des circonstances politiques catastrophiques, l’autorité diluée, une démangeaison de plume sentie comme une réussite spirituelle, mais aussi, on l’a vu, la crainte d’attirer sur soi l’hostilité d’adversaires incontrôlables, tout est réuni pour nourrir sur sollicitation amicale ce circuit des pièces anonymes, recopiées par les amateurs du premier cercle, recueillies parfois dans des publications que leur auteur désavouerait s’il avait son mot à dire, ou reconnues quarante ans plus tard et qui circulèrent jusqu’en Italie.

  • 61  Françoise de La Marck, assassinée en septembre 1577.

16Pasquier enchaîne dans cette lettre la présentation – la contextualisation pourrait-on dire – de huit pièces : outre le sonnet, quatre épitaphes en latin, celles de la Mole (1574), de Biron (1602), de l’épouse adultère de Villequier tuée par son mari au Louvre61, et celle de Henri de Guise (janvier 1589) ; trois épigrammes latines, l’une sur les saignées à répétition auxquelles son médecin soumettait le cruel Birague après la Saint-Barthélemy (1572), une autre sur les mariages de Théodore de Bèze et surtout une troisième, plus délicate, sur le roi Henri III à un moment (novembre 1575) où la grammaire latine semblait le captiver davantage que les affaires d’état. Pasquier présente les pièces, grosso modo, dans l’ordre chronologique, en précise les circonstances, les cite et indique leur réception, officielle et officieuse. Pour la dernière, les balles sifflent à ses oreilles, puisque Pibrac lui fait savoir qu’on soupçonne en haut lieu Charles de Marillac, son protégé, d’en être l’auteur. Pour le défendre l’avocat-poète aurait affirmé, spirituellement, qu’on rendrait service au roi en le laissant lire la pièce « pour luy estre une leçon, non de la Grammaire Latine, mais de ce qu’il avoit de faire ».

  • 62  Lettres, XIX, 11, 557D.
  • 63  Ibid. 560A. Voir aussi Lettres VIII, 1, 198B.
  • 64  Lettres XV, 14, 443B (fin 1593-1594) : « J’ai leu avidemment, non une fois, ains deux, le discours (...)
  • 65  Journal du règne de Henri III, éd. L. R. Lefèvre, Paris, 1943, p. 37-38 ; éd. M. Lazard et G. Schr (...)
  • 66  Trois des responsables de la mort tragique du parlementaire parisien Barnabé Brisson : le prêtre A (...)
  • 67  Lettres, XVII, 2, 492C, à Loisel sur l’exécution de Barnabé Brisson par les Seize et le rétablisse (...)

17La lettre, qui recrée donc le contexte historique des huit pièces, conte ensuite leur première diffusion – une copie donnée à Pierre Pithou ou réclamée par Michel de L’Hospital – et leur fortune. L’épitaphe de La Mole rejoint Pibrac en Pologne, le sonnet est lu dans la maison de Christophe de Thou, l’épigramme sur la cruauté de Birague fait florès dans le Palais, l’épigramme sur Henri III grammairien court jusqu’à Rome, comme l'épitaphe de la dame de Villequier jusqu’à Venise. Mieux, la pièce revient chez son auteur : un « honnête homme » passe chez Pasquier pour lui lire son épigramme sur Birague, un maître des requêtes lui rapporte de Grenoble ses distiques sur Bèze, un ami lui propose une copie de son épitaphe depuis Venise. On lui lit sa pièce comme si c’était une nouveauté : « Vous-mesme, écrit-il à Loisel, me venant voir me le [l’épitaphe de Biron] rapportastes ». Et une nouveauté de qualité : « Je vous diray doncques, qu’il ne m’est jamais arrivé de faire quelque eschantillon en vers François, ou Latins, sur l’Estat general de nostre France, ou sur le particulier de quelques Seigneurs signalez, qui n’ait esté favorablement receu par les bons esprits, et personnages d’honneur, ores qu’ils ne sçeussent qui en estoit l’Autheur : tellement que je recueillois le fruit de ma renommée par ceux qui en loüant, en ma presence, mon ouvrage, ne me recongnoissoient pour l’ouvrier62 ». On le loue, donc, en sa présence, quitte à se taire quand il avoue sa paternité : ainsi de Pibrac qui « aussitost n’en parla plus, ne voulant estre trompette de moy en ma presence63 ». Certains le reconnaissent. Ainsi Christophe de Thou, on l’a vu plus haut, ou Antoine Mornac, pour une œuvre non identifiée à ce jour64. Ainsi encore la paternité de Pasquier se trouve-t-elle suggérée par Pierre de L’Estoile qui collecte telle pièce anonyme65, voire telle autre : « Le samedi 27 [août 1594] sur cette exécution mémorable, pour la qualité des trois personnages qu’on vit pendre66, fut divulgué le sizain suivant : ‘Le sergent fut créé pour le malfaiteur pendre […]’ ». Or, ce sizain, Pasquier l’a donné à lire dans Les Lettres, car, pour reprendre sa formule, « [s]on esprit ne p[ouvai]t demeurer oiseux quand les occasions s’y présent[ai]ent67 ».

18Une telle facilité de plume, avouée, reconnue, proclamée partout, laisse donc supposer que des pièces anonymes de Pasquier manuscrites ou imprimées restent à découvrir. Il le disait lui-même à la fin de la lettre XIX, 11, à Loisel, notant aussi la caducité de ce type d’écriture : les pièces occasionnelles

[...] sont comme les fleurs printanieres qui ont quelques souëfve odeur dedans leurs saisons. Plusieurs autres vous pourrois-je reciter tant en François que Latins ; de les vous faire maintenant trouver telles, j’en doute.

Sa longévité l’a incité à songer à la réception de ses œuvres, à la postérité, et il ne s’en cache pas. Préparer des éditions à venir, rassembler, relire pour polir, écarter, faire des révélations qui ne coûtent plus, voilà la besogne décrite dans l’adresse suivante, très composée, à l’ami Sainte-Marthe.

Polir et repolir les éditions … posthumes

  • 68  Lettres, XXI, 6, à Scévole de Sainte-Marthe, du 1er janvier 1613 (II, 648-650). En dépit de ces dé (...)

Je desire faire courir, avant ma mort, trois Tomes de mes escrits, pour, après mon deceds, revivre : le premier de ma jeunesse et sa suitte, qui est cettuy-cy : le second est de mes Lettres, qui ont pris leur vol non seulement par la France, ains en plusieurs nations estranges : et si je croy quelques Imprimeurs qui me sollicitent, j’ay encores dix autres Livres sur le poinct d’estre imprimez, ausquels avez bonne part : et le troisiesme est de mes Recherches de la France, que j’augmente de jour en jour à bonnes enseignes. Je ne vous touche les Epigrammes Latins, que j’ay augmentez d’un septiesme Livre ; et mes Icons, d’un deuxiesme : ny plusieurs Meditations spirituelles que j’ay entre mes papiers. Ce sont œuvres que je laisse à l’arbitrage de mes enfans, pour en disposer comme ils voudront après mon trespas : car pour le regard du Catechisme que j’ay fait contre les Jesuistes, indigné des indignitez prodigieuses, dont ils avoient mal-traicté nostre France pendant nos derniers troubles ; c’est un Livre qui parle aujourd’huy anglois, et Alleman.68

  • 69  Voir respectivement les Lettres, XIII 5, 6 et 10 (les Guise) ; XIII, 8 (Catherine) et XIV 1 et 2 ( (...)
  • 70  « Dès le commencement des troubles de quatre vingts huict, je quittai ma femme et maison, deliberé (...)
  • 71  Au Roy. Congratulation de la paix faite par Sa Majesté entre ses subjectz l'unziesme jour d'aoust (...)
  • 72  Le Plumitif de la Chambre des Comptes, publié par A. de Boislisle, a conservé l’insolente réponse (...)
  • 73  Voir chez Boislisle, ibid., p. 169, pièce 209, le compte rendu de sa réception le 17 octobre 1585  (...)

19Cette longue période de ciselage de l’œuvre permet d’envisager la circulation de textes qui eussent fait scandale en leur premier temps, de rétablir ou d’expliquer les faits, et de faire a posteriori des bilans. La seconde livraison des Lettres, sortie quatre ans après la mort de Pasquier en 1619 chez Jean Petit-pas et Laurent Sonnius, comporte ainsi des lettres, de pseudo-lettres à notre avis, analysant, à l’occasion de leur disparition, le parcours des Guise, de Catherine de Médicis ou d’Henri III : une sorte de travail d’historien contemporanéiste, ou de journaliste de fond, pourrait-on dire aujourd’hui, que ces pages69. Elles permettent au vieillard qui les revoit pour l’édition de faire connaître, lors de la minorité de Louis XIII, la distance critique qu’il prenait, ou aurait prise, avec les rois dont il était pourtant le très fidèle serviteur70. Il est bien le poète courtisan de la Congratulation au Roy [Charles IX] de 1570, qui croit encore à la concorde lors de la paix de Saint-Germain, et plus tard celui qui congratule Henri III pour sa victoire sur les reîtres en 1588 en l’appelant à « banni[r] l’heresie »71. Il est pourtant aussi l’avocat du roi en sa Chambre des comptes qui lance, anonymement, son sonnet sur le « Commencement des troubles de l’an 1585, sous le nom de Saincte Ligue », pour reprocher au souverain ses atermoiements, ses tergiversations, pour tout dire sa duplicité, et la désastreuse multiplication des offices. Et il est aussi celui qui refuse haut et fort, lors de sa réception à la Chambre des comptes, de cesser ses consultations privées72, et figure au nombre de ceux qui tentaient de résister à l’autorité royale quand elle empiétait sur les privilèges du magistrat73.

  • 74  « La devotion du Roy est grande de reduire l’estat de la France en une religion catholique apostol (...)
  • 75  Ces deux discours de Pasquier, cités dans Les Recherches (VI, 35) et les lettres XI, 13, 302 et XI (...)
  • 76  Félibien, p. 752. Figure inverse, le courtisan mauvais conseiller court les Sonnets divers : voir (...)
  • 77  Félibien, ibid. et lettre XII, 2, 327. L’officier s’oppose ainsi aux courtisans au milieu desquels (...)
  • 78  « La necessité présente est par dessus nostre Roy et en consequence de ce le Roy est contrainct de (...)

20Le discours du 25 juin 1586, tel que le manuscrit fonds français 23023 de la Bibliothèque nationale de France l’a conservé, confirme que si Pasquier a résolument choisi son camp74, il espère néanmoins, après avoir démontré qu’il est impossible de créer des offices héréditaires à la Chambre des comptes, que le roi renoncera, désormais en connaissance de cause, à son édit : « Je masseure quil est bon et sage que ces remonstrances luy estant bien et deuement faictes, [Nostre Roy] se departira de la veriffication de l’Edict ». Le discours du 30 septembre 158775 reprendra le thème du loyal avocat du roi qui doit au souverain « particulierement deux choses par dessus les autres officiers du royaume, sçavoir la verité et l’obeissance76 ». Il déclarait, comme dans la lettre XII, 2 à Sainte-Marthe : « Il ne falloit poinct que je fusse advocat du Roy ou lestant, il fault que je descouvre à mon maistre ce que je pense importer à la manutention de son estat exactement et ponctuellement. Je doibs nue verité à mon Roy, cest une charge fonciere, annuelle à ma conscience et à mon estat dont je ne me puis dispenser sans commettre felonnie envers luy77 ». La péroraison accordait néanmoins au roi les circonstances atténuantes de la nécessité78.

  • 79  Il s’agirait de la plaquette anonyme De l’authorité royale, s. l., 1615 [BnF Lb36-403, Arsenal 8 H (...)

21Peut-on conclure de ces oscillations du discours officiel au discours anonyme, de ces retours au point de départ, de ces contradictions, de ces silences, à l’inconstance d’un homme toujours prêt à la palinodie, ou au contraire doit-on noter la grande stabilité de la pensée politique de celui qui en 1615, à l’approche de sa mort, mettait la dernière main à un libelle intitulé De l’authorité royale79? Depuis le Pourparler du prince, sa doctrine n’avait pas varié au fond, restant proche de celle que L’Hospital avait professée dans son discours d’Orléans de décembre 1560.

  • 80  « Quant au surplus, tout ce que je desire entre nous est une paix. C’est la premiere, la seconde, (...)
  • 81  Nous partageons l’avis de Béatrice Sayhi-Périgot qui, après avoir constaté que ni le Pourparler du (...)
  • 82  Voir ce qu’on pourrait appeler sa lâcheté dans l’affaire Lebreton, avocat illuminé que le milieu p (...)

22Au gré des troubles, de tragédie en tragédie, d’édit en paix, de paix en guerre, de roi en roi, Pasquier a pu espérer que l’apaisement – la paix, son unique souci80 – passerait tantôt par la clémence, tantôt par la concorde, puis par la répression ou par un miracle, enfin par la coexistence. Son vœu pourtant n’a jamais varié d’une France – donc d’un roi, d’une loi, d’une langue, d’un système économique – prospère, unie, stable, saine, bref qui en impose à ses voisins. Il n’a sans doute jamais renoncé à croire que la liberté de conscience dont il avait senti le caractère inouï, et que parfois il avait combattue quand il la jugeait contraire à la survie de la nation, était la grande innovation politique de son époque avec laquelle désormais le pouvoir et l’esprit français devraient compter. Pour lui, parlementaire gallican qui avait toujours postulé la séparation du temporel et du spirituel, cela tombait sous le sens81. Voilà sans doute ce que n’ont pu mesurer des lecteurs qui saisissent Pasquier, non dans sa longévité obstinée, mais dans l’instantanéité d’une de ses œuvres ou de son comportement82.

  • 83  Voir l’édit de Boulogne du 11 juillet 1573 : « Premierement, que la memoire de toutes choses passé (...)
  • 84  Entame de la lettre V, 12, à Jacques Labitte (135 D).
  • 85  X, 11, 277D (coordination difficile à interpréter), à Ange Coignet ; dans toutes ces citations les (...)
  • 86  XIII, 6, 374.
  • 87  XIII, 9, 380. Duranti, premier président, et Daphis, avocat général du roi, sont massacrés par les (...)
  • 88  XIX, 11, 560.
  • 89  Voir dans Les Lettres, l’ellipse tout à fait signifiante de Charles IX, alors que Henri II, Franço (...)

23L’exemple du traitement réservé dans Les Lettres à la Saint-Barthélemy, d’évidence et d’obligation occultée83, montre à quel point, quand il s’agit d’un écrivain aussi réfléchi et d’un texte aussi relu et surveillé, il faut ausculter le texte pour ne pas commettre d’erreur d’interprétation. La prudence, ou la perplexité, explique sans doute qu’on ne trouve dans l’ensemble des deux recueils épistolaires que cinq allusions, et encore gazées, à l’événement. Entre la lettre V, 11 qui commente pour Loisel la vie de l’Amiral de Coligny (donc fin août, début septembre 1572), et la lettre V, 12, à Labitte sur le siège de La Rochelle (début décembre 1572 et début 1573), la Saint-Barthélemy correspond d’abord à un blanc dont l’épistolier laisse à penser qu’il n’était pas originel : « A l'issue de ce piteux spectacle dont je vous ay escrit par mes dernieres […] »84. à la fin du premier recueil, la mention de l’événement s’intègre dans un discours historique, sans commisération aucune, prouvant « que Paris a tousjours servy de tombeau à ses ennemys comme nous en peut rendre certains, et la journée des Armaignacs en 1417 et celle des Huguenots de l’an 1572 »85. Mais dans le second recueil, publié posthume en 1619, Pasquier, en politique, affirme à l’usage de Pierre Ayrault que jamais « le succes d’une mort d’Estat [n’a] moyenné la closture finale des maux d’une republique […] Le grand massacre qui fut fait des Huguenots en cette France, l'an 1572. n'estouffa pas leur party, comme le temps nous l'a depuis tesmoigné »86. Plus loin, dans une lettre « sur les desreglemens de la Ligue », à destination de son fils Nicolas, Pasquier, se faisant l’écho d’une opinion protestante, emploie, ou emprunte, un binôme synonymique explicite : « Les huguenots font leur profit de la mort du président [Duranti] ; car ils disent que par permission expresse de Dieu, il fut tué aux Jacobins, lieu autrefois par luy choisy, pour le massacre et boucherie de leurs confreres, en l’an 1572 »87. Enfin, dans une lettre tardive à Loisel, au détour d’une phrase où il brosse un portrait contrasté de Birague, débonnaire en son particulier, « mais au maniement des affaires d’Estat tres cruel contre ceux qu’il estimoit se desvoyer de leur vray chemin », il signale comme en passant, mais avec compassion : « Comme de faict, ce fut celuy auquel on attribua le conseil des cruautez barbaresques de la journée Sainct-Barthelemy dans Paris, en l’an 1572, qui s’espandirent depuis par toute la France »88. Bref tout cela fait peu, mais la retenue, comme le crescendo des termes, en dit beaucoup sur une dissidence qui, silencieuse, anonymée, distillée ou différée, fut toujours discrète89, et qui a forgé pour la postérité la figure d’Étienne Pasquier

Bibliographie

Corpus primaire

24[Castellion, Sébastien], Le Conseil à la France desolée », s.l.n., 1562.

25Condé, Louis de, Mémoires de Condé, éd. Secousse et Lenglet-Dufresnoy, Londres-Paris,1743-1745.

26Eusèbe Philadelphe [Nicolas Barnaud ? Hugues Doneau ?], Le Resveil-Matin des François, touchant les troubles & mouvemens de ce temps, 1574.

27Montaigne, Michel de, Les Essais, éd. de Pierre Villey et Verdun-Léon Saulnier, Paris, PUF, 1965, réimpr. 2004 ; éd. de Jean Balsamo, Catherine Magnien-Simonin et Michel Magnien, Paris, Gallimard, 2007.

28Pasquier, Etienne, Lettres, dans Les Œuvres d’Etienne Pasquier, Amsterdam, Trévoux, 1723.

29—, Les Recherches de la France [1607], éd. critique sous la direction de Marie-Madeleine Fragonard et François Roudault, Paris, Champion, 1996.

30—, Exhortation aux princes et seigneurs du Conseil privé du Roy, pour obvier aux seditions qui occultement semblent nous menacer pour le faict de la Religion, s. l., 1561.

31—, Exhortation aux princes, et seigneurs du Conseil privé du Roy, pour obvier aux seditions qui semblent nous menacer pour le faict de la Religion. Ceste exhortation tirée de la vraye minute de l’autheur, laquelle a esté falsifiée et corrompue par toutes les autres impressions, s. l., 1561.

32—, Ad regis Galliæ consiliarios, Exhortatio. Quo pacto obviam iri possit seditionibus ; quæ ob religionis causam impendere videntur, Ex gallico translata, s. l., 1561.

33—, Ordonnances d’Amour, « à Vallezergues, Par l’autorité du Prince d’Amour », s. d. [1564], et à Anvers (en Enveres), par Pierre Urbert en 1574 (deux fausses adresses).

34—, Au Roy. Congratulation de la paix faite par Sa Majesté entre ses subjectz l'unziesme jour d'aoust (s. l. n. d. [1570]).

35—, La Puce, Paris, Abel L'Angelier, 1582 et 1583.

36—, La Main, Paris, Michel Gadouleau, 1584.

37—, Congratulation au Roy, sur sa victoire et heureux succes contre L'Estranger, par E. Pasquier conseiller, et advocat de sa Majesté en la chambre des Comptes, Paris, Abel L’Angelier, 1588.

38—, La Jeunesse d’Estienne Pasquier, Paris, Petit-pas, 1610.

39—, [Pasquier, Etienne ?.] De l’authorité royale, s. l., 1615.

Corpus secondaire

40Balsamo, Jean et Simonin, Michel, Abel L’Angelier et Jeanne de Louvain. Catalogue […], Genève, Droz, 2002.

41Barbier, Olivier, Dictionnaire des ouvrages anonymes (d’Antoine-Alexandre Barbier), troisième éd., Paris, Paul Daffis, 1872.

42Bouteiller, Paul, « Historique et contenu des Recherches », Cahiers Saulnier n°8, 1991, p. 139-151.

43—, Etienne Pasquier 1529-1615. Sa Vie et sa carrière, Atelier des thèses de Lille III, Paris, 2001.

44Buisson, Ferdinand, Sébastien Castellion, sa vie et son œuvre (1515-1563), Paris, Hachette, 1891, p. 616-630.

45Charlier, Gustave, « Les ‘Sonnets d’Estat’ », dans Mélanges offerts à Paul Laumonier, Paris, 1935, réimpr. Genève, Slatkine, 1972.

46Desgraves, Louis, L’Imprimerie à La Rochelle, 2. Les Haultin 1571-1623, Genève, Droz.

47Dom Félibien, Michel, Recueil de pièces […] Histoire de Paris, Paris, 1725.

48Feugère, Léon, Œuvres choisies d’Etienne Pasquier, Paris, Firmin Didot, 1849, 2 vol.

49Gilly, Carlos, « Sebastian Castellio und der Politische Widerstand gegen Philipp II von Spanien », in Koninklijke Brill, 77-1, Leiden, 1997, p. 23-40.

50Giraud, Charles, Etienne Pasquier. L’interprétation des Institutes de Justinien, Paris, Videcoq et Durand, 1847.

51Hauser, Henri, Les Sources de l’histoire de France, Paris, 1912.

52Huppert, George, L’Idée de l’histoire parfaite, Paris, Flammarion, 1973.

53Lecler, Joseph, Histoire de la tolérance au siècle de la Réforme, Paris, 1994.

54Magnien, Catherine, « Réflexions sur l’anonymat au xvie siècle : l’exemple d’Etienne Pasquier (1529-1615) », Littérales n°39 (2007), p. 9-28.

55—, Etienne Pasquier épistolier, H.D.R., Paris IV, 1999.

56—, « À Paris, pour Claude Senneton, 1565 : le mystère de l’édition du Second livre des Recherches de la France d’Etienne Pasquier », Histoire et civilisation du livre. Revue internationale, II (2006), p. 67-84.

57Parkin, John, «E. Pasquier, tolérant ou indécis?», Studi francesi, Torino, XXIV (fasc. II), mai-août 1980, p. 205-223.

58Richeome, Louis, La Chasse du renard Pasquin, H. Le Pelletier, Villefranche, 1602.

59Sayhi-Périgot, Béatrice, Etienne Pasquier. Pourparlers, Paris, Champion, 1995.

60Simonin, Michel, « L’affaire Lebreton (1586) ou comment de Thou écrivait ses histoires », Devis d’amitié [Mélanges Nicole Cazauran], Paris, Champion, 2002, p. 767-802.

61Sutto, Claude, Le Catéchisme des jésuites, Sherbrooke-Paris, 1982.

62Thickett, Dorothy, Estienne Pasquier. Ecrits politiques, Genève, Droz-Minard, 1966

63Bibliographie des œuvres d’E. P., Genève, 1956.

64—, « Estienne Pasquier and his Part in the Struggle for Tolerance », dans Gérald Berthoud et al (dir.), Aspects de la propagande religieuse, Travaux d’humanisme et de Renaissance, Genève, Droz, 1957.

Haut de page

Notes

1  Dans son plaidoyer de 1564 contre l’incorporation des jésuites dans l’université française. Pour les renvois aux Lettres de Pasquier, sauf indication contraire, nous renvoyons à l’édition de 1723 en deux volumes (Les Œuvres d’E. P., Amsterdam [Trévoux], 1723) qui a pour elle et d’être exhaustive et soignée, et d’être en ligne, en mode texte sur le site Gallica. Nous n’indiquons pas le tome (tome II pour les Lettres), mais la colonne, et éventuellement la lettre marginale.

2  Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, [1866], t. XII, p. 351-353.

3  L. Feugère, Œuvres choisies d’Étienne Pasquier, Paris, Firmin Didot, 1849, 2 vol. ; C. Giraud, E.Pasquier. L’interprétation des Institutes de Justinien, Paris, Videcoq et Durand, 1847.

4  Dictionnaire des Lettres Françaises sous la direction de Mgr Georges Grente, Le Seizième Siècle, Paris, Arthème Fayard, 1951, p. 855-858 : R. Barroux y célèbre « l’érudit, le sage, l’éclairé patriote […]. Si son œuvre n’est point entièrement originale ni exempte d’erreur [… il reste un] véritable précurseur de l’érudition moderne ». Même constat élogieux sous la plume de Frank Lestringant (Dictionnaire des littératures de langue française, Paris, 1986, I, p. 1710-1711) et celle de George Huppert qui a guidé et guide encore toute la réflexion contemporaine sur Pasquier (L’Idée de l’histoire parfaite, Paris, Flammarion, 1973 passim et surtout p. 22-73).

5  Il était avocat-conseil des Guise.

6  Montaigne, Les Essais, III, 10: « Pour estre advocat ou financier, il n’en faut pas mescognoistre la fourbe qu’il y a en telles vacations. Un honneste homme n’est pas comtable du vice ou sottise de son mestier ; et ne doibt pourtant en refuser l’exercice » (Les Essais, Paris, Gallimard, 2007, p. 1057).

7  Nous avons déjà abordé ce thème sous l’angle de l’anonymat, dans « Réflexions sur l’anonymat au xvie siècle : l’exemple d’Étienne Pasquier (1529-1615) », Littérales n°39 (2007), p. 9-28, article dont nous reprenons ici plus bas quatre pages nécessaires à notre démonstration.

8  Pour le premier de ces deux « faux pas », voir notre étude dans notre HDR non publiée, Étienne Pasquier épistolier, Paris IV, 1999, p. 243-265 ; pour le second, voir « À Paris, pour Claude Senneton, 1565 : le mystère de l’édition du Second livre des Recherches de la France d’Étienne Pasquier », Histoire et civilisation du livre. Revue internationale, II (2006), p. 67-84.

9  Exhortation aux princes et seigneurs du Conseil privé du Roy, pour obvier aux seditions qui occultement semblent nous menacer pour le faict de la Religion, s. l., 1561, petit in-4° de 44 pages qui ne comprend que le texte, impression soignée sur beau papier, signée à la fin « S.P.P. faciebat », BNF LB33-13. Même texte dans l’Exhortation et remonstrance aux princes du sang, et seigneurs du privé conseil du Roy, pour obvier aux seditions qui occultement semblent nous menacer pour le faict de la Religion. Œuvre concluant qu’il est expedient et necessaire pour la gloire de Dieu, illustration du royaume, et repos public, avoir en France une Eglise pour les fideles, s. l., 1561 (BNF LB33-14, incomplet).

10  Exhortation aux princes, et seigneurs du Conseil privé du Roy, pour obvier aux seditions qui semblent nous menacer pour le faict de la Religion. Ceste exhortation tirée de la vraye minute de l’autheur, laquelle a esté falsifiée et corrompue par toutes les autres impressions, s. l., 1561, 27 feuillets: Texte B, le seul reconnu par l’auteur (D. Thickett, Bibliographie des œuvres d’Etienne Pasquier, Genève, 1956, n° 50). L’exemplaire de la BNF, coté LB33-13A, est malencontreusement détérioré et manquent au bas des pages de l’avis au lecteur quelques mots aux penultièmes et dernières lignes. Nos citations (Exhortation suivi du foliotage) renvoient à cette édition qu’on trouve en ligne sur le site de la BM de Lyon et sur Gallica.

11  Mémoires de Condé, Londres-Paris, éd. Secousse et Lenglet-Dufresnoy, 1743, II, p. 613-636. Mais comme le note justement John Parkin le texte évoque plutôt la préparation de l’assemblée de Saint-Germain, donc août-septembre 1561: voir son «E. Pasquier, tolérant ou indécis ?», Studi francesi, Torino, XXIV (fasc. II), mai-août 1980, p. 205-223. Et aussi Henri Hauser, Les Sources de l’histoire de France, Paris, 1912, III, 176, n° 1800 ; Joseph Lecler, Histoire de la tolérance au siècle de la Réforme, Paris, 1994, p. 437-442 (1éd. en 1955) ; D. Thickett, « Estienne Pasquier and his part in the struggle for tolerance », dans Gérald Berthoud et al (dir.), Aspects de la propagande religieuse, Travaux d’humanisme et de Renaissance, Genève, Droz, 1957, p. 377-402, ainsi que son Estienne Pasquier. Ecrits politiques, Genève, Droz-Minard, 1966 et sa Bibliographie des œuvres d’E. P., Genève, 1956, n° 50 à 56.

12 Ad regis Galliæ consiliarios, Exhortatio. Quo pacto obviam iri possit seditionibus ; quæ ob religionis causam impendere videntur, Ex gallico translata, s. l., 1561. 75 pages signées S.P.P. faciebat : aucune indication imprimée sur l’identité du traducteur (BNF LB33-15). La traduction allemande de 1562 est l’œuvre de Georg Lauterbek, conseiller brandebourgeois. Juste Lipse en a redonné une version latine, imprimée en 1609 à Strasbourg par Antoine Bertram.

13  Paris, 1759, p. 239, n° 17838.

14 Exhortation, 25 v°.

15  Conseil à la France desolée..., s. l., l’an 1562, au mois d’octobre d’après les précisions de l’explicit, 96 pages. L’identification de l’auteur donnée par La Croix du Maine (« On lui [Castellion] met encore à sus un Livre intitulé Le Conseil à la France desolée » II, 402), a été reprise par Olivier Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes (d’Antoine-Alexandre Barbier), 3e éd., Paris, Paul Daffis, 1872, I, 695 I, 695 et Ferdinand Buisson, Sébastien Castellion, sa vie et son œuvre (1515-1563), Paris, Hachette, 1891, p. 616-630. Buisson ne met pas un instant en doute l’identité de S. P. P., pour lui Pasquier, dont il oppose à plaisir la renommée, même sous le cryptonyme, à l’humble incognito de Castellion. Voir aussi Carlos Gilly, « Sebastian Castellio und der Politische Widerstand gegen Philipp II von Spanien », in Koninklijke Brill, 77-1, Leiden, 1997, p. 23-40.

16  Conseil à la France desolée..., op. cit., p. 56-57. Plus loin après avoir chiffré à 50 000 les pertes humaines, évitables, selon lui, si avait été appliquée la recette donnée dans l’Exhortation, Castellion reprend à l’adresse du lecteur: « Examinés bien le livret et conseil que dit est, et vous trouverés que vous ne scauriés mieux faire que de le suivre ».

17  D. Thickett, Préface à l’Exhortation aux princes et seigneurs du conseil privé du roi, dans Estienne Pasquier, Écrits politiques, Genève, Droz, 1966, p. 23-32.

18  Exhortation, 6 r°. S. P. P. s’efforce de traiter toujours mieux les protestants : à eux l’église, aux catholiques le temple ; à eux la première position dans la plupart des occurrences. Bref un parti pris stylistique qui corrobore le parti pris politique. Michel de l’Hospital avait, le 13 décembre 1560, exprimé la même idée dans son discours d’Orléans : « La douceur profitera plus que la rigueur. Ostons ces mots diaboliques, noms de parts, factions et seditions, lutheriens, huguenots, papistes. Ne changeons le nom de chrestien » (Discours, éd. R. Descimon, Paris, 1993, p. 86-87).

19  Exhortation, 5 v°.

20 Exhortation, 21 r°. S. P. P. fait allusion à l’interdiction dont seraient victimes les Protestants d’user « des droits et devoirs de leurs consciences ».

21  « Je deteste d’assister à la messe, j’abhorre de recevoir communion de la main d’un prestre, que je ne puis recognoistre pour mon legitime pasteur : Je tien pour Idoles toutes ces superfices de pierres entaillées souz la representation des Saincts : Vous me permettez d’un costé de m’en abstenir, mais d’un autre vous ne voulez que je me represente en l’Eglise et assemblée où je veux adorer mon Dieu. Qui me mariera ce pendant ? qui baptizera mes enfans ? brief qui me communiera ? » (Exhortation, 15 r°).

22  Exhortation, 12 v°.

23  « Si vostre Edict [de bannissement] sortissoit effect, et que chacun y obeïst, vous rendriez vostre France toute desolée et deserte de la plus grande partie, voire des gens de grande marque et qualité, des premiers de tous estats […]. Estimez-vous pour cela venir à chef de tant d’hommes qui ne sont point de petite estoffe? car la verité est, que les Protestans surpassent les Romains en pesanteur, sinon en nombre. » (Exhortation, 9 v°-10 v°).

24  Exhortation, 13 r°.

25  « C’estes vous, qui leur devez [aux prêcheurs] dicter leur leçon en cest endroit, et leur enjoindre estroitement que tout ainsi que par le passé ils se sont amusez à esmouvoir le mutin populace au meurdre, ruyne, et desolation de ces povres Protestans, qui ne leur demandent que paix : aussi ils apprennent desormais […] qu’il n’y a point de chose plus pernicieuse en une Republique, plus redoutable entre nous, plus defendue de Dieu, que les seditions populaires […]. Les autheurs des seditions, sont ordinairement les Prescheurs » (Exhortation, 20 v°-21 r°).

26 Exhortation, 17 r°-v°.

27 Le 1er février, par exemple, au lendemain de la clôture des états généraux d’Orléans, Jacques Bienassis, vicaire général de Tours et abbé commendataire de Bois-Aubry, venait de plaider pour la tolérance au moins dans l’attente d’un concile : voir Joseph Lecler qui analyse, avant l’Exhortation de S. P. P., le discours de l’abbé, qu’il juge beaucoup plus franc défenseur de la tolérance que L’Hospital, notant que, comme S. P. P., il prône la liberté de conscience et agite le spectre de l’athéisme auquel seraient réduits certains calvinistes en cas d’interdiction de leur culte (op. cit., p. 435-437).

28  Voir par exemple la lettre IV, 4 à Fonssomme, à propos de « ceux qui se dispensent pour le jourd’huy de faire presches à la guise de la ville de Geneve […] Ces Edits non seulement ne les destournent de leur opinion, mais qui plus est leur accroist la volonté de faire pis » (78 CD).

29  Voir les annotations dans deux exemplaires de la Bibliothèque municipale de Troyes (Recueil factice vert Rés 314243-Rés 314275). D’une part dans l’exemplaire de l’Exhortation « tir[é] de la vraye minute de l’autheur », la signature sous forme d’initiale S. P. P. faciebat a été complétée d’une main connaisseuse – peut-être celle de Pierre Pithou à qui le livre a appartenu – en Step. Pasq. Paris. Faciebat ; d’autre part, sur la page de titre de la traduction latine conservée également dans le fonds troyen, au dessus de Ex Gallico translata, on lit d’une autre main de l’époque l’indication Steph. Paschasii advocati Parisien., completée par a Seb. Castalioni Sabaudo et Liber prohibitus : le livre figure en effet, en compagnie du Catéchisme des Jesuites, à l’Index librorum prohibitorum sous la vedette Pasquier, par un décret du Saint-Office en date du 23 juillet 1609. Le cryptonyme S. P. P. traduit simplement les initiales de la signature officielle de Pasquier en français, trouvée par exemple à la fin de la Congratulation de la Paix de 1570 : « E. Pasquier Parisien ».

30 Lettres, X, 6, de 1585-1586, publiée en 1586, à « Monsieur Brulart seigneur de Chillery Président en la troisiesme chambre des Enquestes du Parlement de Paris » (II, 266C).

31 Lettres, XXI, 3, 637AB, à Aquaviva ; formulation presque identique dans la lettre XXI, 2, 636A à Louis de Sainte-Marthe où il est question de cinquante ans seulement: « Au demeurant je veux que chacun sçache que je ne fus jamais entaché ny du Lutheranisme, ny du Calvinisme. J’ay eu trop de puissance de l’estre impunément dans la France dès et depuis cinquante ans en çà ».

32  Paul Bouteiller nous apprend que, selon des documents conservés au château de Sassy, plusieurs estimèrent à l'époque que Nicolas, baptisé à Saint-Nicolas-du-Chardonnet le 10 février 1562, aurait dû être porté devant le « patriarche », mais que « pour rien son père n’eust envie de changer de religion » (P. Bouteiller, E. Pasquier 1529-1615. Sa Vie et sa carrière, Atelier des thèses de Lille III, Paris, 2001, p. 66).

33 Les bibliothèques municipales de Bordeaux et d’Angers conservent les deux seuls exemplaires recensés à ce jour, outre le nôtre.

34  Voir notre article « ‘A Paris, pour Claude Senneton, 1565’ : le mystère de l’édition du Second Livre des Recherches de la France d’Étienne Pasquier », Histoire et civilisation du livre Revue internationale, II (2006), p. 69-84.

35  À côté de Pasquier figurent en effet à son catalogue lyonnais, pour 1565, cinq titres de Pierre Viret, deux œuvres de Calvin, une de Nicolas Pithou, qui prenaient la suite des trois traductions de Claude de Kerquefinen – les Cent et dix considerations divines de Juan de Valdés, le Dialogue des deux natures du Christ de Pietro Martire Vermigli et les Discours fantastiques de Justin Tonnelier – pour ne pas parler de l’Histoire des persecutions et martyrs de l’Eglise de Paris d’Antoine de Chandieu. Pour le détail, voir l’article cité à la note précédente.

36  Voir Aspects de la propagande cités supra, p. 288 sq.

37  Où l’on trouve bien parmi les fauteurs de trouble « les deux frères Senneton eux disans seigneurs de la Reclaye, et quatre de leurs serviteurs ». Selon Baudrier (VII, 369), il s’agit de Claude et sans doute de Pierre I – Pierre II, conseiller et aumônier du roi, étant resté fidèle à la foi catholique.

38 Du 13 mars 1564 au 1er mai 1566.

39  Vincent Sertenas et Jean Longis en 1562, Estienne Groulleau en 1563. Ont aussi disparu leurs associés du Monophile de 1555, Benoist Prevost, avant octobre 1562 et Charles L’Angelier, avant novembre 1563 (Ph. Renouard, Répertoire des imprimeurs, respectivement p. 396, 284, 185, 354 et 236).

40  Dans Les Lettres, il la prête au style indirect aux parlementaires victimes, à l’issue de la mercuriale du 10 juin 1559, d’« emprisonnements tortionniers » et qu'il qualifie pour se dédouaner de « nouveaux commentateurs » : « Que les opinions devoient estre libres, et non fondées par un Roy [Henri II], pour, puis apres les ayant ouyes, envoier les Conseillers en une prison close » (IV, 3, à Fonssomme).

41  En 1581, 1596, 1607, 1611 et 1621. Voir P. Bouteiller, « Historique et contenu des Recherches », Cahiers Saulnier n°8, p. 139-151.

42  C’est bien ce mot, et non celui de « providence », qu’emploie Pasquier à moult reprises, et ce n’est qu’à la fin du premier chapitre (f. 4 r°) que Dieu apparaît pour la première fois dans cet ouvrage, à propos de la grandeur des rois, « en laquelle Dieu les veuille continuer sans foulle et oppression de leurs subgetz ». Béatrice Sayhi-Périgot faisait la même remarque à propos du Pourparler du Prince (E.P. Pourparlers, Paris, Champion, 1995, p. 366-367 et infra la note 80).

43  Recherches, Paris, Laurent Sonnius, 1621, II, 14, p. 114 (chapitre devenu ensuite le 15e chez Guillaume de Luyne en 1665, p. 107, où l’on lit la même date de 1567).

44  Au lecteur du premier livre, publié en 1560 chez Sertenas, ainsi qu’in fine l’ode de Belleau et l’épigramme d’un « ami de l’auteur », Guillaume des Autels, de la même édition ; et Au peuple françois du second, de 1565 chez Senneton.

45  Nous passons rapidement sur cette question de l’anonymat, résumant notre article cité à la note 7 (Littérales n°39 (2007), p. 9-28) et y reprenant ici trois pages nécessaires à notre démonstration (pages 9-12).

46  « Lors que je les [les Lettres amoureuses] fis imprimer, je ne mis mon nom sur le frontispice du livre, pour sonder, avecques moins de hazard de ma reputation, quel seroit le jugement du peuple. Et de fait j’ay long temps depuis estimé que la memoire en fust perdue, toutes-fois puis n’agueres feuilletant quelques livres en la boutique de L’Angelier, je trouvay qu’on les avoit fait rimprimer avec celles de Parabosco Italien, et qui plus est que l’on avoit mis contre ma volonté, mon nom. Qui me fit penser qu’elles avoyent eu meilleur succès que ne m’estois promis » (A Louis Buisson, lettre VI, 4).

47  La Jeunesse d’Estienne Pasquier, Paris, Petit-pas, 1610.

48  À quoi il oppose « envoyer à face ouverte le livre », A Sainte-Marthe, XXI, 6, 647B et C.

49  Ordonnances d’Amour, « à Vallezergues, Par l’autorité du Prince d’Amour », s. d. [1564], et à Anvers (en Enveres), par Pierre Urbert en 1574 (deux fausses adresses) ; La Puce, Paris, Abel L'Angelier, 1582 et 1583 ; La Main, Paris, Michel Gadouleau, 1584.

50  Louis Desgraves, L’Imprimerie à La Rochelle, 2. Les Haultin 1571-1623, Genève, Droz : p. 120, n° 201.

51  Louis Richeome, La Chasse du renard Pasquin, H. Le Pelletier, Villefranche, 1602, p. 67 par exemple.

52  Jean Balsamo et Michel Simonin, Abel L’Angelier et Jeanne de Louvain. Catalogue […], Genève, Droz, 2002, p. 67 et 123.

53  Lettres XXI, 2, II, 633C.

54  Lettres XXI, 2, 631C.

55  Écrits politiques, op. cit., p. 251 sq. Claude Sutto, comme nous, est plus circonspect (Le Catéchisme des jésuites, Sherbrooke-Paris, 1982, p. 88, n° 375).

56  Jacques Clément a assassiné Henri III le 1er août 1589.

57  Lettres XIV, 1, 411-412. Il est donc peu judicieux de penser, à l’instar de D. Thickett (Écrits politiques, cités, p. 43), que l’opuscule ait été diffusé.

58  Lettres, XIX, 11, 557-562.

59  Indication en manchette. Gustave Charlier, dans « Les ‘Sonnets d’Estat’ » (Mélanges offerts à Paul Laumonier, Paris, 1935, réimpr. Slatkine, 1972, p. 275-286), redonne à Pasquier la chaîne des dix sonnets du manuscrit Fonds français 1662, le premier étant inséré dans Les Recherches (VIII, 5) et le second dans La Jeunesse, p. 510 parmi les Sonnets divers selon la diversité du temps, sous l’argument « Troubles de 1575 sous les noms des Huguenots et des Malcontents, contre le Roy Henri troisiesme ». L’Estoile, Charlier le note, en a inséré huit dans son Journal : les sonnets I à IV en décembre 1575, les sonnets V à IX en 1577. Pour ce sonnet-ci, il figure premier chronologiquement, dans les Sonnets divers selon la diversité du temps avec la date de 1564 (Œuvres, II, 919C).

60  Le célèbre pamphlet protestant, d’abord en version latine, puis française (1574), signé Eusèbe Philadelphe (Nicolas Barnaud ? Hugues Doneau ?), rassemblait des pièces éparses comme une partie du Discours de la Servitude volontaire de La Boétie.

61  Françoise de La Marck, assassinée en septembre 1577.

62  Lettres, XIX, 11, 557D.

63  Ibid. 560A. Voir aussi Lettres VIII, 1, 198B.

64  Lettres XV, 14, 443B (fin 1593-1594) : « J’ai leu avidemment, non une fois, ains deux, le discours par vous faict en qualité de Ligueur, adressé au Prince de la Ligue, dedans lequel combien que vostre nom n’y soit ; et que soyez reconnu pour un naturel contre-Ligueur, toutesfois nous l’avons tous jugé en ceste ville estre de vostre creu, quelque marque et faus semblant dont l’ayez voulu revestir. Car aux œuvres qui sortent de vous, Licet ipse silens, totus es in vultu. Et à la mienne volonté que chacun fust aussi bon Français que vous, et apportast mesme devotion que vous pour le repos general de nostre France ». Dans la lettre suivante, réponse de Pasquier qui confirme cette paternité. Mais nous n’en saurons pas davantage.

65  Journal du règne de Henri III, éd. L. R. Lefèvre, Paris, 1943, p. 37-38 ; éd. M. Lazard et G. Schrenck, Droz, 1992, p. 60.

66  Trois des responsables de la mort tragique du parlementaire parisien Barnabé Brisson : le prêtre Aubin, le bourreau Jean Roseau et le sergent Danès, Journal du règne de Henri IV, éd. L. R. Lefèvre, Paris, 1948, p. 425.

67  Lettres, XVII, 2, 492C, à Loisel sur l’exécution de Barnabé Brisson par les Seize et le rétablissement de la justice royale. Ou encore « Et néanmoins je vous puis dire qu’au milieu, tant de ces causes, que de l’estude que j’ay mise aux anciennetez de nostre France, je n’ay laissé de faire un vers, tantost latin, tantost françois, selon que l’objet m’en presentoit l’invention, ces vers m’estoient ce qu’aux autres un jeu de prime, de flux, de glic, de renette, de triquetrac ou de lourche » (Lettres, VIII, 1, 197BC).

68  Lettres, XXI, 6, à Scévole de Sainte-Marthe, du 1er janvier 1613 (II, 648-650). En dépit de ces déclarations, Les Recherches augmentées ne verront le jour qu’en 1621 et n’atteindront leur dernier état qu’en 1665, et les autres œuvres (poésies et Lettres augmentées à XXII livres) ne sortiront qu’en 1619 à Paris, chez Laurent Sonnius et Jean Petit-pas.

69  Voir respectivement les Lettres, XIII 5, 6 et 10 (les Guise) ; XIII, 8 (Catherine) et XIV 1 et 2 (Henri III) ; même réflexion rétrospective (et tardive ?) sur la disgrâce des favoris (XIII, 11) ou la mort de Barnabé Brisson (XVII, 2 et 3). Figuraient déjà, au premier recueil, Henri II, François II, Anne de Montmorency, l’amiral de Coligny…

70  « Dès le commencement des troubles de quatre vingts huict, je quittai ma femme et maison, deliberé de la suivre sa fortune, jusques au dernier souspir de ma vie ; et ay senty beaucoup d’afflictions en ma famille dans Paris, pour luy avoir esté fidelle serviteur : mais le recognoissant pour mon Prince legitime et naturel […] je voulus […] lui rendre tout le devoir qu’un bon subject doit à son Roy » (Lettres, XIV, 2, 415-416 DA).

71  Au Roy. Congratulation de la paix faite par Sa Majesté entre ses subjectz l'unziesme jour d'aoust (s. l. n. d. [1570]) et Congratulation au Roy, sur sa victoire et heureux succes contre L‘Estranger, par E. Pasquier conseiller, et advocat de sa Majesté en la chambre des Comptes, Paris, Abel L’Angelier, 1588.

72  Le Plumitif de la Chambre des Comptes, publié par A. de Boislisle, a conservé l’insolente réponse du 17 octobre 1585 (Pièces justificatives pour servir à l'histoire des premiers présidents (1506-1791), Nogent-le-Rotrou, 1873, p. 169, n° 209).

73  Voir chez Boislisle, ibid., p. 169, pièce 209, le compte rendu de sa réception le 17 octobre 1585 : Pasquier trouve des échappatoires qui lui assurent de continuer ses activités privées, en dépit du règlement.

74  « La devotion du Roy est grande de reduire l’estat de la France en une religion catholique apostolique et romaine ; la mesme devotion sejourne en nous tous » (loc. cit. à la note suivante).

75  Ces deux discours de Pasquier, cités dans Les Recherches (VI, 35) et les lettres XI, 13, 302 et XIII, 2, ont été publiés par Dom Félibien, Recueil de pièces […] Histoire de Paris, Paris, 1725, t. III ; A. de Boislisle et Th. Glaser.

76  Félibien, p. 752. Figure inverse, le courtisan mauvais conseiller court les Sonnets divers : voir « Un Conseil bigarré qui cache ce qu’il pense » I, 5 ; « Tout mon conseil la verité me taist », V, 9 ; « L’un reblandit le Roy par apparence » IX, 6 ; « Le courtizan flatteur nous accompagne » XII, 9 (La Jeunesse, 1619, p. 508, 511, 513 et 515).

77  Félibien, ibid. et lettre XII, 2, 327. L’officier s’oppose ainsi aux courtisans au milieu desquels le roi « ne veoid le plus souvent que par les yeux, il n’oyt que par les aureilles des Seigneurs qui luy assistent » (Félibien, p. 752).

78  « La necessité présente est par dessus nostre Roy et en consequence de ce le Roy est contrainct de passer outre et aller avant » (Félibien, p. 750). Du point de vue moral, Pasquier s’assure d’avoir pour lui le roi en son for intérieur, et le jugement de la postérité (lettre XII, 2, 327 et Félibien, p. 768).

79  Il s’agirait de la plaquette anonyme De l’authorité royale, s. l., 1615 [BnF Lb36-403, Arsenal 8 H-12745 (10) et 8 H-12741 (6)] que D. Thickett pense de la plume de Pasquier. Mais il resterait à le prouver, bien que l’attribution soit tentante.

80  « Quant au surplus, tout ce que je desire entre nous est une paix. C’est la premiere, la seconde, c’est la derniere partie de mes opinions », lettre X, 6, 267 CD, à Brulart (1586). J. Parkin parle même d’irénisme à la Érasme, et de goût pour la paix à n’importe quel prix, art. cit. p. 215 et 217. Voir par exemple les lettres XI, 10, 299-300 ; XI, 12, 301-302 et XI, 13, 301-302.

81  Nous partageons l’avis de Béatrice Sayhi-Périgot qui, après avoir constaté que ni le Pourparler du Prince, ni les deux premiers livres des Recherches, ni le Pourparler de la loy ne laissent place à une quelconque discussion ou explication théologique, conclut que, mis à part sous la forme de la providence, grande adopératrice et impénétrable à l’homme, Dieu, sorte « de point aveugle de [s]a théorie, est systématiquement absent de la réflexion politique de Pasquier » ; voir son édition citée des Pourparlers, p. 542-544 et son article « A l’arrière-plan des Recherches I et II », Cahiers Saulnier n° 8 (1991), p. 63.

82  Voir ce qu’on pourrait appeler sa lâcheté dans l’affaire Lebreton, avocat illuminé que le milieu parlementaire laissa condamner à mort pour lèse-majesté (Michel Simonin, « L’affaire Lebreton (1586) ou comment de Thou écrivait ses histoires », Devis d’amitié [Mélanges Nicole Cazauran], Paris, Champion, 2002, p. 767-802).

83  Voir l’édit de Boulogne du 11 juillet 1573 : « Premierement, que la memoire de toutes choses passées depuis le vingt quatriesme jour d’aoust dernier passé à l’occasion des troubles et esmotions advenues en nostre royaume, demeurera esteincte et assoupie comme de chose non advenue, et ne sera loisible ne permis à noz procureurs generaulx ne autres personnes publicques ou privées quelconques, en quelque temps ne pour quelque occasion que ce soit, en faire mention, procés ou poursuicte en aucune court ou jurisdiction.(2) Deffendant à tous noz subjectz, de quelque estat et qualité qu’ilz soient, qu’ilz n’ayent à en renouveller la memoire, s’atacquer, injurier ne provocquer l’un l’autre par reproche de ce qui s’est passé, en disputer, contester, quereller ne s’oultrager ou offenser de faict ou de parolle, mais se contenir et vivre paisiblement ensemble comme freres, amys et concitoiens, sur peine aux contrevenans d’estre pugniz comme infracteurs de paix et perturbateurs du repoz public ». L’édit de Beaulieu reprendra en 1576, avant d’autres, l’antienne de l’obligation de l’oubli, déjà lisible dans l’édit de Saint-Germain de 1570.

84  Entame de la lettre V, 12, à Jacques Labitte (135 D).

85  X, 11, 277D (coordination difficile à interpréter), à Ange Coignet ; dans toutes ces citations les italiques sont de notre fait.

86  XIII, 6, 374.

87  XIII, 9, 380. Duranti, premier président, et Daphis, avocat général du roi, sont massacrés par les Ligueurs de Toulouse le 10 février 1589.

88  XIX, 11, 560.

89  Voir dans Les Lettres, l’ellipse tout à fait signifiante de Charles IX, alors que Henri II, François II, Henri III et Henri IV se voient respectivement consacrer les lettres bilans IV, 3 et 4 ; IV, 7 ; XIV 1 et 2 ; XX 2 et 3. Cette ellipse, ce silence, correspond au saut chronologique entre la fin du livre V (siège de la Rochelle fin 1572-1573) et le début du VIe (plaidoyer pour Angoulême en février 1576).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Magnien-Simonin, « Étienne Pasquier (1529-1615) ou la dissidence discrète », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2013-01 | 2013, mis en ligne le 08 mars 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5748 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5748

Haut de page

Auteur

Catherine Magnien-Simonin

Catherine Magnien-Simonin, professeur émérite de Langue et Littérature françaises de la Renaissance à l’Université de Bordeaux 3- Michel de Montaigne, est spécialiste de l’humanisme, de l’épistolaire et des milieux juridiques de la seconde partie du xvie siècle, et s’intéresse particulièrement aux figures mineures. Elle a collaboré à l’édition des Recherches de la France d’Etienne Pasquier (Champion, 1997), publié une vingtaine d’articles sur Pasquier et collaboré à l’édition des Essais de Montaigne dans la bibliothèque de la Pléiade en 2007.
magcath [ @ ] aol.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page