Navigation – Plan du site
De la dissidence cachée à la dissidence ouverte

La dissidence cryptée : anonymat, initiales et attribution des pasquils dans le Journal du règne de Henri III de Pierre de L’Estoile

Gilbert Schrenck

Résumés

Le Journal du règne de Henri III est connu pour les « ramas » patiemment recueillis par L’Estoile et reproduits selon un procédé de collage savamment étudié. Ces pasquils, provenant pour la plupart de dissidents politiques et religieux, ont une fonction pamphlétaire qui vise les institutions de la monarchie et l’extermination du tyran.
La critique dans son ensemble s’est peu intéressée aux libellistes, dont L’Estoile collectionne les « pasquils » anonymes ou cryptés. Il est intéressant d’identifier leurs auteurs, issus d’un milieu lettré qui est en prise directe avec l’actualité la plus brûlante des guerres civiles. Sous cet angle, l’analyse de la dissidence parlementaire apporte un éclairage nouveau sur la pratique pamphlétaire dans le milieu aulique de la seconde moitié du XVIe siècle. Elle favorise la réévaluation d’une littérature dissidente souvent méconnue, mais dont l’impact subversif demeure redoutable.

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous remercions Hélèna Skorovsky pour la version anglaise du résumé en anglais

Texte intégral

J’en estois chez Guillot le songeur ; car on pourroit interpréter, toutefois faussement et par ignorance, T. S. Toussaincts Sottin, Thomas Servin, Tristant Savetier et autres noms et surnoms aussitôt que Thomas Sybille. Que sert-il donc de faire rêver les gens ? A quoi servent deux, trois ou quatre lettres, chacune mise pour un mot, si on ne sait ce qu’elles signifient et on ne les peut connoître ?

  • 1  Lyon, Barthélemy Honorat, 1585, V, 537-538.
  • 2  Sauf indication contraire, nous citons l’éd. du Registre-Journal du règne de Henri III p. p. Madel (...)
  • 3  Cf. « À leur maniere accoustumée, sans respect de Prince ni superieurs, [ils] deschirerent par leu (...)
  • 4  Dissidence, au sens de désaccord d’opinions, de rupture de la coexistence sociale et d’activité in (...)
  • 5  Le Mot qui tue. Une histoire des violences intellectuelles de l’Antiquité à nous jours, sous la di (...)

1Extraites de la Bibliothèque d’Antoine du Verdier1, ces lignes disent plaisamment la sotte vanité qu’il y aurait à vouloir identifier des auteurs qui occultent délibérément au lecteur la paternité de leurs écrits par un jeu d’initiales abscons. Indices ténus d’identités à jamais insolubles, ou effets prudents de masques prêts à être soulevés, les cryptogrammes procèdent d’une instance énonciative qui confère aux textes un statut instable entre anonymat définitif et identification probable. Ce camouflage identitaire, aussi ancien que la littérature, connaît un vif regain dans le Journal du règne de Henri III que L’Estoile sature d’écrits séditieux ramassés au jour le jour à Paris2. En prise directe sur l’actualité, l’œuvre restitue très exactement le climat de violence pamphlétaire attisé par des haines non moins mortifères que les coups portés par le tranchant des épées3. La plume et le glaive s’accordent pour saper les fondements de l’Etat avec la rage particulière qui anime la période des guerres civiles. La déferlante pamphlétaire constitue à cet égard la forme symbolique la plus tangible de la folie dévastatrice qui s’empare des esprits et menace l’équilibre social. Performative par nature, elle représente un acte de dissidence4 et de subversion, qui met en péril l’existence même de l’autorité royale. Effectivement dangereuse et potentiellement criminelle, elle répand « le mot qui tue »5. Elle commence toujours par la dénonciation et finit dans le sang.

  • 6  Le Poète et son œuvre. De la composition à la publication. études réunies par Jean-Eudes Girot, Ge (...)
  • 7  Voir Jacqueline Boucher, « Culture des notables et mentalité populaire dans la propagande qui entr (...)
  • 8  Antonia Szabari, Less Rightly Said. Scandals and Readers in Sixteenth-Century France, Stanford, St (...)

2Cette littérature pasquillaire, faite de « riens » (nugae), de « bagatelles » et autres « ferrailles » (farragines)6, hétéroclite dans ses formes et éphémère dans ses manifestations, exprime cependant le mouvement des opinions, autant qu’elle renseigne sur ses milieux de production et de réception dans la capitale. Sous le règne d’Henri III, elle revêt tous les signes de la politisation extrême des idées, au point que les marqueurs idéologiques traditionnels tendent à s’estomper au profit de la haine indifférenciée envers le monarque. Mais l’impact de ces pasquils sur le public, relayés et multipliés qu’ils sont par d’autres formes de propagande, comme l’iconographie, le placard, le sermon, la caricature et la chanson, est aussi la preuve de leur incontestable succès et de caractéristiques littéraires plus affirmées qu’il n’est généralement reconnu7. Car, bien que situés en marge de la « grande » littérature et condamnés à une existence souterraine en raison même de leur violence éruptive, ce que les Anglo-saxons désignent par le hate speech, ces occasionnels de la dissidence ressortissent à une pratique littéraire, dont on commence à peine à évaluer la portée8.

  • 9  Les initiales sont parfois suivies des lettres « a », « A » (« aucteur, auctor ») et « f. », « F.  (...)
  • 10  Voir en particulier Bernard Guenée, L’Opinion publique à la fin du Moyen-Âge d’après la Chronique (...)

3Dans cette perspective, nous voudrions analyser le corpus poétique constitué par les textes auxquels L’Estoile a attribué, sous une forme plus ou moins énigmatique, des initiales d’auteur9. L’identification de ces logogriphes conduira à repérer plus précisément certains milieux de la dissidence cryptée et, en retour, à éclairer les phénomènes de la circulation et de la réception de ces écrits au sein des réseaux de lecteurs parisiens de lecteurs10.

4Prise de haut, l’attitude de L’Estoile envers ces pasquils peut sembler contradictoire. Il a beau dénoncer le caractère scandaleux de ces

[…] escrits satyriques [qui] pour estre la plus part d’eux impies et vilains, tout oultre, tant que le papier en rougist, n’estoient dignes avec leurs autheurs que du feu, en un autre siecle que cestui-ci, qui semble estre le dernier et l’esgout de tous les precedens (III, 48, 1579),

  • 11  Les exemples, qui suivent, sont tirés des Epistres françoises des personnages illustres et doctes, (...)
  • 12  Voir Jérôme Delatour, « De l’art de plaider doctement. Les notes de lecture de Pierre Dupuy, jeune (...)
  • 13  Voir Klaus Garber, « A propos de la politisation de l’humanisme tardif européen. Jacques Auguste d (...)
  • 14  Cf. L’Estoile revendiquant la « liberté françoise de parler », I, 53, 1574.

il n’en poursuit pas moins sa manie quasi compulsive de collectionneur. Sa fascination pour ce genre de littérature, largement partagée, du reste, avec d’autres parlementaires, nous offre un lieu d’observation privilégié pour comprendre les raisons profondes de cette manifestation poétique peu commune. Les plus grands esprits, et non pas seulement quelques rimailleurs de second rang, s’adonnent au genre, écrivent, échangent et diffusent le fruit de leurs activités prosodiques. Loin de considérer le pasquil comme l’expression marginale d’un moment d’humeur, des juristes lettrés11 comme l’avocat Laurent Bouchel, le conseiller-clerc Jacques Gillot, Louis Servin, Pierre Dupuy12, Jacques-Auguste de Thou13, Nicolas Rigault, ou Jacques Du Plomb, sieur d’Esprinchard, affichent leur intérêt pour l’objet, grâce auquel s’exprime une liberté de parole essentielle et se profère la vérité irremplaçable sur l’histoire14. De ce point de vue, le florilège de poèmes réunis dans le Journal offre un échantillon représentatif des performances poétiques de la dissidence politique de l’époque.

  • 15  Ce qu’avait bien vu Marcel Raymond : « Tous les sonnets contre les vices du siècle ou sur la corru (...)

5Il faut pourtant reconnaître que l’expertise des pièces codées se heurte à de nombreuses difficultés que les rares indications de L’Estoile ne permettent pas toujours de surmonter. Il n’y a pas seulement l’obstacle du déchiffrement qui se pose. Les particularités inhérentes au régime aléatoire de la production des textes, les hasards de la copie et de l’imitation, voire de la parodie, hypothèquent tout aussi fortement les résultats possibles15. Reste la prudence face au verrouillage graphique, en espérant dans le sillage du Quintil horatian, tomber juste :

  • 16  Chacun aura reconnu les initiales de Joachim Du Bellay Angevin.

Pource suis-je d’advis que tu l’escrives au long : afin que quelque lordaut ne interprete ces quatre lettres I.D.B.A. en quelques autres noms sotz, et ridicules, tels que je ne vueil pas dire16.

6Les pasquils cryptés ne sont donc pas seulement des documents sur le règne d’Henri III et l’actualité qu’ils reflètent. Ils renvoient tout aussi fortement à l’acte de leur appropriation, de leur copie et de leur montage au cœur de l’œuvre.

  • 17  Voir G. Schrenck, « Les pasquils dans le Journal du règne de Henri III (1574-1589) de Pierre de L’ (...)
  • 18  Voir Tableau en annexe.
  • 19  I, 178 et VI, 216. De nombreux pasquils sont conservés dans les manuscrits de L’Estoile, dont les (...)
  • 20  Sur la persistance des poèmes en latin dans les milieux lettrés, voir Ian D. McFarlane, « La poési (...)
  • 21  Voir les verbes utilisés par L’Estoile pour désigner les modes de diffusion pamphlétaire : affiche (...)
  • 22  Voir Béatrice Fraenkel, La Signature. Genèse d’un signe, Paris, Gallimard, 1992.

7Le corpus de ces poèmes est constitué de 56 pièces rimées sur un ensemble de 550 (anonymes, ou signées)17, soit 10% du total des textes18 provenant de 36 auteurs répertoriés. Ce taux de production est très faible par rapport à la « milliasse »19 de pièces « ramassées » par le diariste entre 1574 et 1589, mais il atteste la persistance d’une écriture dissidente aux formes brèves (épigrammes, sonnets, huitains, distiques…) rédigées en langue vernaculaire et latine20 sur l’actualité et diffusées par les moyens les plus variés de la propagande publique21. Reste à noter, enfin, que la manière qu’a L’Estoile d’encoder ces textes ressortit à une poétique des signes-signatures22 généralement liée à une réflexion sur la fonction subversive du pasquil « initialisé ». Grâce à l’homogénéité du référencement et à la relative stabilité des procédés de la codification, la méthode de validation se prête à l’établissement d’une grille typologique « parlante ».

8Il existe naturellement des exemples, où le rapport référentiel entre le signe (les initiales) et l’objet (le patronyme référé) demeure pratiquement impossible à établir, comme dans ces pièces qui s’en prennent à des personnages en vue, tel le parlementaire Pierre Séguier, dont le « tumulus »est rédigé par P. Ambos (III, 113, 1580), ou l’évêque de Paris, Pierre de Gondi, « injurié et pasquillé » par P. D. C., ou, encore, Sisteron dans l’épitaphe cryptée Pr. B. (III, 117, 1580). Le « sonnet tragique » (V, 98, 1585) que R. A. D. L. C. consacre au roi, ainsi que le distique latin attribué à S. D. R. (V, 95, 1585) entrent dans la même catégorie d’indétermination.

  • 23  Voir Ingrid A. R. de Smet, Menippean Satire and the Republic of Letters, 1581-1655, Genève, Droz, (...)
  • 24  Sur les frères Perrot et d’autres auteurs cités dans le Journal, voir Janet G. Espiner-Scott, « No (...)
  • 25  Voir V.-L. Saulnier, « Autour du Colloque de Poissy : les avatars d’une chanson de Saint-Gelais à (...)
  • 26  Cf. en juillet 1590.
  • 27  Discours sur les colonels, éd. E. Vaucheret, Paris, Vrin, 1973, p. 213 : « L’on fit de luy force e (...)

9Il semble en aller de même des indications minimalistes qui figurent dans d’autres poèmes. Les rares données, dont on dispose, permettent simplement de conclure qu’il s’agit de lettrés. C’est le cas d’A. M. G. L. P., désigné comme « un docte courtizan » qui ridiculise les épitaphes prétentieuses que Du Perron et Baïf composent à la mémoire du duc de Joyeuse (« Petite, que j’aime la plume… », V, 320, 1587)23. C’est aussi le cas de H. M. qualifié de « sage et docte courtizan », auteur de vers latins « qui coururent en ce temps à la Cour et partout (« Ne, Juvenis, ne tu specie fallaris inani… », III, 156, 1578) ; de D. M., qui deviendra (après enquête de L’Estoile, dont atteste une note marginale) A. P. L. C. P. L., rédacteur de la pièce latine contre Marie Stuart (V, 272, 1587) ; ou de P. R., qui désignerait S. P. Perrot d’après Laurent Bouchel (V, 287, 1587 ; III, 113, 1578)24. La même impuissance identificatoire apparaît dans l’épître latine sur le duc de Guise (« Domini de Parisius… », V, 344, 1587) apostillée B. E. P. A. M. N. et qui réapparaît de nouveau dans le « Discours de la pluie au vent » (V, 120, 1585) de G. F. Cette propagande anti-guisarde se fait aussi en langue vernaculaire, à l’exemple du poème « Eccho » signé L. C.(V, 80, 1585), de la traduction du « pasquillet » italien de L. R. D. M. (V, 181, 1586) et du blason contre Mayenne par P. L. D. B. (VI, 219, 1589). Cette veine satirique très répandue depuis le début du règne d’Henri III et la dénonciation de l’entourage italien de Catherine de Médicis, rejaillit avec N., un de ses représentants les plus féconds (« Lorsque Caesar rengea d’une vaillante main… », I, 181, 1575). Plus rarement, on rencontre des transcriptions de pièces, où apparaît une forme de palimpseste pasquillaire25, qui consiste à adapter un ancien poème à un contexte politique inédit. C’est ce que l’on observe avec G., peut-être Gohorry, ou Gohory, secrétaire du roi et ami de L’Estoile, dont le poème « Discite, rectores populorum, discite, Reges… » (V, 280, 1587) est appelé à être recyclé sous le règne d’Henri IV26. Peut-être est-il possible de réserver le même sort au texte de N. R. P. sur la mort de Bussy d’Amboise (« Formosae Veneris, furiosi Martis Alumnus… », III, p. 45, 1579), dont le succès est également attesté par Brantôme27.

  • 28  V, 329 ; et Scévole de Sainte-Marthe, Epigrammatum Liber II, in Aelium, éd. 1629-1633, p. 204, voi (...)
  • 29  Sur de Thou, ou M. d’Emeri, voir II, 213-217, 253 et IV, 43. On a également proposé de lire son no (...)

10Parallèlement à ces pièces non identifiées, le Journal reproduit des textes aux codes plus transparents, susceptibles d’être élucidés par une série de recoupements. Le voile peut ainsi être levé sur l’auteur du poème latin consacré à la mort suspecte du lieutenant La Haye, à laquelle la reine Catherine n’aurait pas été tout à fait étrangère (« Qualis ubi Acteon, mutata fronte, figuram… », I, 197, 1575). Bien que classé parmi les « incerti », on y reconnaît le poète Scévole de Sainte-Marthe28, tout comme on repère Pierre Pithou, clairement désigné dans un autre « registre » comme étant l’auteur du texte anonyme sur les guerres civiles (« Undique fraternis dum Gallia fluctuat armis… », I, 223, 1575). Aubaine assez rare pour être signalée, car la majorité des textes reste réfractaire à toute attribution sûre. Parmi les formules évasives que l’on rencontre, celle qui se rapporte au tombeau du président de Thou repose sur la maigre indication d’avoir été « composé par quelque envieux de son nom, neantmoins homme de lettres et de sçavoir » (« O vos, Fritilli qui Palatim patres… », IV, 43, 1582)29.

11D’autres, comme le pasquil sur l’édit de la Ligue contre les huguenots (« Guisiadis factam dum puto dicere pacem… », V, 34, 1585), jouent de nuances encore plus subtiles sur l’identité du titulaire. D’abord qualifié de « badault », l’auteur est ensuite désigné comme « manant », changement de vocabulaire significatif d’une dénotation idéologique pour opposer le mot à celui de « maheustre ». On dispose là d’un bel exemple de la politisation du lexique pamphlétaire, qui adapte son discours aux réalités de l’actualité récente.

12Par ailleurs, les cryptonymes du Journal posent également la question des conditions de production et d’attribution collective des pasquils. Les rares allusions, sous forme de périphrases qui permettent de remonter à la source, existent, comme dans ce commentaire de L’Estoile sur le sonnet signé E. P. (Étienne Pasquier) contre Charles IX :

  • 30  Sur la circulation secrète des pasquils, voir le cas de Germain Vaillant de Guélis, « conseiller d (...)
  • 31  Cf. la même formule : « fameus Advocat du Palais et courtizan », II, 215, 1578.

En ce temps il courut secrettement30 à Paris ung Tombeau satyrique du feu Roi Charles IX, basti de la main d’un Huguenot (comme on presupposoit), qui ne pouvoit oublier la journée de S. Berthelemi (encores que beaucoup l’attribuent à ung Advocat du Parlement de Paris trescatholique)31. Icelui passant de main en main, tumba entre les miennes, ce samedi XIIe juing [1574], et est tel : Plus cruel que Neron, plus rusé que Tibere (I, 59-60).

  • 32  Voir Catherine Magnien-Simonin, « Réflexions sur l’anonymat au xvie siècle : l’exemple d’Étienne P (...)

13On s’aperçoit ici à quel point l’auteur du « tombeau » est identifié par la rumeur publique, elle-même tributaire de la propagande et des hantises collectives. La haine du monarque et la crainte de nouveaux massacres conduisent les esprits à attribuer le sonnet en fonction de leurs appréhensions présentes, alors qu’à d’autres occasions, L’Estoile n’hésite pas à nommer directement Pasquier comme le rédacteur de pasquils fort estimés32. Ce n’est pourtant plus tout à fait le cas, lorsqu’il recopie le texte « fort scandaleux et diffamatoire, contre la pluspart des grandes maisons et familles de la ville » (Reveille-toi, Pasquil, grand Prophete des hommes…», II, 17, 1576), émanant encore selon le bruit commun du clan du Tillet.

  • 33  Les références bibliques sont ici un indice du langage propre aux protestants, voir Jacques Pineau (...)
  • 34  Sur les critères sociaux et culturels des milieux de production pasquillaire, voir pour les Ligueu (...)

14La démarche intuitive peut également servir à reconnaître un écrivain à travers les analogies du style et les marqueurs culturels qui lui sont propres. Le rédacteur du poème sur l’accoutrement efféminé d’Henri III en est une bonne illustration, puisque l’on ne pouvait « descouvrir l’autheur, sinon que son langage le manifestoit estre de la religion pretendue reformée : Le Roy est frappé à l’aureille… » (III, 63, 1579)33. Le compositeur des vers latins contre Catherine de Médicis (« Esse quid hoc dicam ? »), G. B., dont l’« allusion piquante et cruelle jusques au bout […], de laquelle on tenoit pour Aucteur ung des premiers et plus doctes Poëtes de nostre siecle » (I, 74, 1574), pourrait appartenir à cette même stratégie d’enquête, sans qu’il soit toutefois possible de l’affirmer avec certitude34. D’autres références sont heureusement moins insolubles.

  • 35  L’Estoile possédait ses écrits théologiques, voir Florence Greffe et José Lothe, La Vie, les livre (...)
  • 36  Le 18 novembre 1590.

15Parmi les auteurs protestants, le nom d’Antoine de La Roche Chandieu apparaît dans bon nombre d’écrits codés par L’Estoile. Ce pasteur et polémiste célèbre35 est, en effet, souvent cité pour les pièces latines qu’il composa sur la violente tempête qui se serait levée, en Avignon, à la mort du cardinal de Lorraine (« De maximo ventorum impetu », I, 103-106, n° 4, 5, 6, 1574), à propos desquelles L’Estoile précise les convictions huguenotes de celui « qui en fist les vers latins […] qu’on trouva bien faits sur la rencontre de sa mort [de Charles de Lorraine] avec ces grands et impetueux tourbillons de vents qui y survindrent » (I, 103). Son nom réapparaît, explicitement cette fois, dans la graphie « La Roche Chand.», à propos des poèmes satiriques sur les amours d’un fils d’apothicaire (I, 225, 1575), où L’Estoile reproduit, de surcroît, l’épigramme latine et le distique grec qui figuraient déjà dans le texte de 1574, signe de la facilité avec laquelle le mémorialiste (ou l’époque) recycle le matériau pasquillaire disponible. Cela est même tellement vrai que ces vers seront réutilisés à l’encontre d’un chef ligueur dans le Journal du règne de Henri IV36. À situation nouvelle, réplique ancienne !

  • 37  Sur Claude Rasse des Neux, avocat au Parlement, frère cadet de François, le chirurgien, voir Jeann (...)
  • 38  Des pasquils recopiés par L’Estoile figurent également dans le recueil manuscrit de Rasse des Neux (...)
  • 39  Voir Jean-Charles Monferran, « Sébillet, Du Bellay et Aneau. Quelques enjeux de l’anonymat dans le (...)

16D’autres pasquinades huguenotes, provenant cette fois de Claude et de François Rasse des Neux, renforcent l’arsenal dissident inauguré par les épigrammes de Chandieu. L’Estoile donne la clef de leurs initiales à la fin du quatrain dirigé contre la dissolution des dames parisiennes (« Quand d’estre Huguenot autant on gangnera… », I, 167, 1575), signé C. R. D. N. (Claude Rasse des Neux)37. Si le diariste juge ce poème « assez grossierement fait » (I, 167), il apprécie, en revanche, un sonnet sur le luxe des dames de la Cour (« Quod nunc ferro mollis fert foemina ferrum… », I, 222, 1575), si l’on en croit une note marginale qualifiant l’épigramme de « bienfait ». Notons que la poésie misogyne, dont Rasse semble s’être fait une spécialité, sera reprise dans une pièce latine que L’Estoile classe parmi les auteurs qu’il désigne par le terme « incerti ». C’est encore de lui qu’il est question avec le sigle Cl. R. accolé à l’épitaphe de Saint-Mégrin, un « mignon de couchette » (« Tu quoque, Sammegrine, jaces hic marmore tectus… », II, 206, 1578) et ces mêmes abréviations figurent à nouveau dans les « ramas » anti-ligueurs de la fin de l’année 1585 (« Cardinalis canus vult se maritare… », V, 74) par Cl. R. D. N. Son frère, François, distille, de son côté, des « vers mesdisans » sur la disgrâce du chancelier de Birague (« Vrayment, en ce temps miserable… », II, 214, 1578) que l’« on attribuoit, précise L’Estoile, à un chirurgien qui se connoissoit bien aux maux, mais n’avoit gueres accoustumé de les flatter ». François, auteur également du piquant Nique à noque signé F. R. D. N. (V, 127, 1585) a peut-être communiqué à L’Estoile le Reveille-toi, Pasquil, grand Prophete des hommes et la Complainte d’argent (I, 107, 1574) qu’il conservait dans sa collection personnelle38. Si tel est bien le cas, ce serait une preuve supplémentaire de l’engouement porté à l’échange pasquillaire dans les réseaux lettrés de la capitale. L’existence d’une telle circulation semble, en outre, confirmée par les lettres T. S., ou Th. Seb., placées à la fin d’une pièce contre les courtisans italiens de Catherine de Médicis (« Regibus heu quondam solis parere solebas… », I, 190, 1575), dans laquelle on aura reconnu l’auteur de notre épigraphe, Thomas Sébillet, avocat au Parlement, rédacteur de l’Art poétique et théoricien du coq-à-l’âne39. On retrouve encore sa trace dans le tombeau de Saint-Mégrin (« Hic jacet egregius Veneris Bellator in Armis… », II, p. 89, 1577).

  • 40  Voir la condamnation par L’Estoile des auteurs protestants et ligueurs : Cl. D. L. P. (« Bidet, qu (...)
  • 41  Le père de Du Vair, conseiller ; Gohorry, secrétaire du roi ; Hottoman, conseiller au Châtelet.

17On rencontre enfin un dernier groupe d’auteurs à initiales, là où l’on ne s’attendrait pas à les voir émerger dans le dédale des pièces codées. Il est formé par des poètes très proches du chroniqueur, non plus seulement des collègues et des amis que nous avons déjà croisés, mais des membres de sa propre famille. Une communauté très étroite de clan se forme dans le Journal et cimente les convictions communes que les pasquils médiatisent à leur façon. Vecteurs de l’expression dissidente, ces « ramas » s’organisent autour de ce noyau dur et sûr de la plus pure tradition royaliste et gallicane, hostile aux extrémismes de tout bord40. Ils élargissent la toile pasquillaire observée à propos des textes satiriques de Pasquier, de Rasse des Neux, de Thomas Sébillet et de bien d’autres qu’il faudrait citer41.

  • 42  Dans une variante du Recueil divers de ce temps, on lit : « un quidam homme docte et sage composa (...)
  • 43  Et non pas Claude Marcel, comme nous l’affirmons par erreur dans notre édition. – À ces parlementa (...)
  • 44  Il avait épousé Marguerite de Montholon, la mère de L’Estoile.
  • 45  Mathieu Chartier, sgr d’Alainville, doyen de la Grand’Chambre du Palais.
  • 46  L’Estoile était apparenté à la puissante famille des Séguier.
  • 47  Cf. la variante du texte : « l’escrivain du present livre ». 
  • 48  Il s’agit de l’Aviso piacevole dato alla bella Italia, da un nobile giovane francese, sopra la men (...)
  • 49  Voir A. Szabari, op. cit., p. 261.

18La résistance au pouvoir et aux Grands s’exprime très fortement à travers les poèmes de son beau-frère Claude Marteau, alias C. M., Cl. M., ou Cl. Mart, également désigné comme « ung docte homme de nostre temps », qui compose les éloges dithyrambiques de l’Histoire des neuf Charles de Belleforest (« Nostrorum evolvas annosa volumina regum… », I, 89, 1574)42 ; ou un « homme docte de mes amis » dans la pièce contre l’athéiste Geoffroi Vallée (« Impius esse Deos cum credere Valla negaret… », I, 70, 1574)43. à ses côtés apparaît G. C, sans doute Gérard Coton, le beau-père du mémorialiste44, parlementaire anti-ligueur et anti-jésuite, qui avait connu Montaigne et dont « les vers satyriques […] deschiffroient cruellement » ses ennemis (« Stemmata dum quaerit vel famae nomina clarae… », IV, 22, 1582). Ceux-ci rejoignent les pasquils de M. de Gland (Claude Marteau, sieur de Gland, le beau-frère du mémorialiste), qui est à l’origine de l’épigramme sur une éclipse solaire (IV, 138, 1584) et une autre sur la mort du duc de Joyeuse (« Omnes quos nimio Princeps dilexit amore… », V, 325, 1587). Le sonnet de M. C. (Mathieu Chartier, autre parent de L’Estoile) sur l’Ordre du Saint-Esprit entre dans le même cadre familial (II, 187, 1578)45. Série de vers qu’il n’est peut-être pas faux de compléter par la prose de P. S. (Pierre Séguier), président au Parlement, sur Saint-Mégrin (II, 207, 1578)46. Un Mesmes, autre allié de la famille, et peut-être celui qui se cache sous la lettre H., (un Hacqueville ?) écrivant sur la bigoterie d’Henri III (« Sunt fora, sunt vici, subsellia plena cucullis… », V, 94, 1585) complètent le tableau de famille, dont P. D. en personne (Pierre Delestoille), « l’aucteur des presens memoires47 », qui a rédigé un libelle contre la Bulle d’excommunication du roi de Navarre affichée à Rome et « inserée aux Recueils de ce temps, imprimés à La Rochelle : tant la vanité et curiosité des hommes de ce temps estoit grande » (V, 43, 1585)48. À cet égard, il n’est pas à exclure que L’Estoile ne soit également l’auteur d’un certain nombre de pasquils insérés anonymement dans le Journal ou classés discrètement parmi les « incerti »49.

19Ceci nous amène à poser une dernière question sur les ramifications de ces réseaux de propagande structurés autour d’une activité poétique dissidente. Même si leur configuration est très difficile à établir et que les indices de reconnaissance restent ténus le phénomène est assez exceptionnel pour ne pas être remarqué. De ce point de vue, le portrait traditionnel de L’Estoile en homme de cabinet curieux de son temps, ce qu’il est assurément, s’efface devant l’image moins conforme du parlementaire lettré profondément engagé dans la lutte « politique », à propos de laquelle la Ligue ne s’est pas trompée, lorsqu’elle emprisonna et condamna le Grand audiencier à la Chancellerie de Paris.

  • 50  Voir la Satyre ménippée de la vertu du Catholicon d'Espagne et de la tenue des estats de Paris, éd (...)
  • 51  Voir ses lettres à Scaliger, dans Reves, Epistres françoises, éd. cit., p. 94, 98, 102, 106-116, 1 (...)
  • 52  « aujourdui passe rat », II, 36 (v. 13), 1576. Dans les Kalendae Januariae, Lutetiae, Apud Mamertu (...)
  • 53  Cf. de nombreux textes de F. Chrestien, éd. Brunet, XI, p. 304, 306, 308, 350, 354, 360, 370.
  • 54  « Je les copiai moi mesmes, le soir, dans mon estude […] et les fis tumber (plus hardiment que pru (...)

20À la constitution du groupe identitaire esquissé ici, il convient d’ajouter les groupes littéraires qui dépassent la simple fratrie et que signale une suite d’initiales généralement considérées comme aléatoires. Elles constituent de véritables marques d’auteurs (une signature, au sens étymologique) qui recentrent l’attribution des textes sur quelques figures célèbres pour leur lutte contre la Ligue. Le collage-montage de ces pièces « initialisées » par L’Estoile exprime dans son ensemble l’idéologie des Politiques, telle qu’elle se manifeste notamment chez les auteurs de la Satyre Ménippée50. Bien avant, donc, que ne paraisse le célèbre pamphlet, les futurs auteurs royalistes fourbissent leurs armes en fonction de l’évolution de l’actualité. Parmi eux, on reconnaît l’élite littéraire formée par Jacques Gillot51, I. P. (Jean Passerat, I, 168, 224, 1575), auquel un vers fait allusion par un jeu de mots transparent52. Il y aussi F. C. H.,ou Fl. Ch. (Florent Chrestien), écrivant sur Sedan assiégé par le duc de Guise (« Guisius ultrices animo conceperat iras… », V, 293, 1587) et sur le parvenu Milon (« Ille Milo, emunctor regum, cui nomen in olim… », II, 41-42, 1576)53. Et N. R. (Nicolas Rapin), qui, de son côté, combattit la Ligue avec ses « XVIII sonnets » que L’Estoile diffuse à son tour54.

  • 55  Voir Daniel Ménager : « Ces poèmes ont souffert du discrédit qui frappe en général le genre auquel (...)
  • 56  II, 140, 1577. Le texte est donc inédit à cette date, voir François Rouget, « Remy Belleau en ses (...)
  • 57  Paris, A. Estoc, 1618 (rééd. 1619 et 1632).
  • 58  Cf. Hugues Vaganay, « Les vers de Pibrac sur la mort de Bussy d’Amboise », Revue de Littérature co (...)
  • 59  V, 363. Voir Ingrid A. R. de Smet, Menippean Satire,p. 135.
  • 60  II, 226, 1578. Œuvres poétiques, éd. Charles Brunet, Paris, 1878, p. 263 sq. Théodosia Graur pense (...)
  • 61  Voir Enea Balmas, Un Poeta del Rinascimento francese Étienne Jodelle. La sua vita-il suo tempo, Fl (...)
  • 62  Voir François Rouget, Ronsard et le livre. Étude de critique génétique et d’histoire littéraire, G (...)

21Dans leur dimension sociologique et celle de leur réception, ces pasquils bénéficient d’une réelle audience. La communauté des lecteurs qui s’en empare joue un rôle considérable dans la constitution, la transmission et la propagation du genre. Pour marginale qu’elle puisse paraître au premier abord, la poésie « pasquillaire » est lue, copiée, passée sous le manteau, recherchée par les « curieux » et commentée, plus rarement publiée après une série de réécritures55. Ce fut le cas pour les plus célèbres, attachés au nom de « grands » auteurs comme Ronsard et Belleau, dont« Jan qui ne peult », « poeme, vilain et lascif »56, sera recueilli dans le Cabinet satyrique ou Recueil parfaict des vers piquans et paillards de ce temps57. L’« Ombre de Bussy. Dialogue », poème « digne de l’esprit de M. de Pybraq, qui en estoit tenu pour aucteur » (III, 38, 1579), a été imprimé en 1599 dans le Recueil de diverses poésies, sous le titre de « L’Esprit de Lysis disant le dernier adieu à Flore » et une nouvelle fois en 1603 dans les Muses françoises ralliées58. Le même intérêt est marqué en faveur du poème de Jacques Davy Du Perron sur la mort tragique de Marie Stuart, dont L’Estoile acquiert une édition en 1608, soit plus de vingt ans après les avoir transcrits et recopiés dans son Journal59. Les « XXIV sonnets courtizans à la memoire des trois mignons. 1578 » d’Amadis Jamyn sont édités dans le Second Volume des Œuvres du poète, à Paris, en 1584, mais sous une forme très retravaillée60. On pourrait encore adjoindre à ces noms ceux d’Étienne Jodelle61 et de Ronsard avec ses sonnets luxurieux62.

  • 63  Voir la mise au point par Tatiana Debaggi-Baranova, « Poésie officielle, poésie partisane pendant (...)

22En conclusion, l’étude des pasquils à initiales dans le Journal du règne de Henri III est révélatrice de toute une littérature dissidente que l’on ne soupçonne pas au premier abord à la lecture du texte. Pour dispersés et éphémères qu’ils soient, ces pasquils s’inscrivent dans des réseaux de production et de diffusion opposés à la Cour et au roi qu’ils critiquent sans relâche. Pour divers que soit aussi leur ancrage sociologique dans les milieux parisiens, ceux du Parlement essentiellement, ils alimentent un climat de haine et de violence qui touche tous les aspects de la vie publique. La famille de L’Estoile – et L’Estoile lui-même – ont participé à cette vague pamphlétaire, au sein de laquelle émergent des pièces de toute nature et parfois de belles réussites. L’analyse de ces textes « initialisés », essai un peu vain, peut-être, et toujours précaire quant aux attributions proposées, attire cependant l’attention du lecteur sur un aspect littéraire inhabituel et assez méconnu des guerres civiles63. Cette pratique « pasquillaire » répandue dans les milieux juridiques et cléricaux de Paris, à laquelle sacrifient aussi les plus grands noms de la poésie officielle, mérite d’être considérée à l’aune de sa production et de sa réception, de ses visées diffamatoires et subversives. Vue sous cet angle, la dissidence cryptée livre des enseignements sur les activités poétiques que des lettrés lancent dans le combat d’idées diffusées sous forme manuscrite. L’intuition de L’Estoile est d’avoir compris dès le départ le prix de cette poésie engagée et de l’avoir insérée dans son Journal, où elle échappe pour toujours à la censure.

Initiales

Auteur

Désignation

Genre

Incipit

Sujet

Date

Diffusion

Jugement

Référence

B.E.P.A.M.N.

épître

Domini de Parisius

Guise

1587

5, 344

Berr.

Berruyer

athéiste

sonnet

Tu ne peux, Bougeron,

mignons

1579

3, 55

C.

ligueur

épigramme

Foederis injusti socios

roi de Navarre

1586

lèse-majesté

5, 240

C.M.

Claude Marteau

docte homme

épigramme

Nostrorum evolvas

Belleforest

1574

plaisant

1, 90

Cl.M., ou Cl. Mart.

Claude Marteau

épitaphe

Aeacides animo, forma

mignons

1578

2, 196

Cl.M.

Claude Marteau

épitaphe

Sammegrinus obit

mignons

1578

recueilli

2, 207

Cl.M.

Claude Marteau

beau-frère

épigramme

Legerat insipiens in

conseiller

1586

gentiment fait

5, 173

Cl.M.

Claude Marteau

docte homme

tombeau

Impius esse Deos

athéisme

1574

1, 70

Cl.M.

Claude Marteau

médisant

vers

Quoniam imperare

Henri III

1575

semé

1, 208

C.R.D.N.

Claude Rasse des Neux

huguenot

quatrain

Quand d'estre Huguenot

mœurs

1575

divulgué

grossièrement fait

1, 167

Cl.R.

Claude Rasse des Neux

épitaphe

Tu quoque, Sammegrine

mignons

1578

divulgué

2, 206

Cl.R.D.N.

Claude Rasse des Neux

vers

Cardinalis canus vult

Ligue

1585

semé

5, 74

Cl.D.L.P.

ligueur

vers

Bidet, qur l'orgueil

mignons

1578

semé

peu honnêtes, sales et vilains

2, 193

Comb.

catholique

épigramme

Magnus erat Caesar

Joyeuse

1587

court à Paris

5, 303

Du Mon.

fol et ligueur

vers

On a voulu commencer

mignons

1579

publié

vilain

3, 53

E.P.

Étienne Pasquier

tombeau

Plus cruel que Neron

Charles X

1574

donné, publié, semé

très scandaleux

1, 60

F.CH.

Florent Chrestien

épigramme

Guisius ultrices animo

Guise

1587

divulgué

5, 293

Fl.C.

Florent Chrestien

Vers

Ille Milo

financiers

1576

publié

2, 41

Fl.C.

Florent Chrestien

Vers

Ille Crotomates

financiers

1576

publié

2, 41

F.R.D.N.

François Rasse des Neux

Vers

Noque, legitime

financiers

1585

semé, divulgué

5, 127

G.B.

docte poète

Vers

Esse quid hoc dicam ?

Catherine de Médicis

1574

donné, court Paris

1, 75

G.C.

Vers

Stemmata dum quaerit

conseillers

1582

divulgué

4, 23

G.D.V.

Guillaume Du Vair

mien ami

épigramme

Alphaei veteres Siculi

mœurs

1582

divulgué

4, 40

G.F.

Vers

Petite pluie abat

Ligue

1585

semé, divulgué

5, 120

Gland, M. de

épigramme

Omnes quos nimio

Joyeuse

1587

donné

5, 325

H.

sage et docte courtisan

Vers

Ne, Juvenis, ne tu specie

Joyeuse

1581

court à la Cour

3, 158

H.M.

Vers

Discite, rectores

Marie Stuart

1587

5, 280

I.G.

catholique, docte et gentil esprit

sonnet

Quand plaindre je

mœurs

1575

1, 168

I.P.

Jean Passerat

vers plaisants

Le Prevost des Marchans

conseillers

1575

affiché, copié

1, 224

I.P.

Jean Passerat

sous le nom de Passerat

sonnet

Qui de ses propres mains

mœurs

1576

donné, court Paris

2, 35

I.P.

Jean Passerat

un fils de putain de la Ligue

pasquils

Ah! quo transversum

Ligue

1586

semé, affiché

très séditieux

5, 191

Io.V.

Io. Vetus

Vers

Qui peult, au fond de ces

Ligue

1585

5, 80

L.C.

Vers

A un sot villageois

Ligue

1586

diffamatoire

5, 181

L.R.D.M.

mien ami

sonnet

Rien n'est, en ces bas

athéisme

1578

donné

piquant, bien fait

2, 186

M.C.

Mathieu Chartier

sonnet

Lors que le Monde

Cour

1579

divulgué

3, 18

M.C.

Mathieu Chartier

sonnet

Le S. Esprit, qui est plain

Cour

1579

divulgué

3, 19

M.C.

Mathieu Chartier

stances

Lorsque Caesar renga

Italiens

1575

recueilli

1, 179

N.

huitain

Un compagnon, qui

Ligue

1577

court partout

2, 108

N.R.

Nicolas Rapin

Vers

Belpratus jacet hic

Grands

1579

semé

3, 32

N.R.

Nicolas Rapin

Tumulus

Hic Joieusa jacet

Joyeuse

1587

5, 323

N.R.

Nicolas Rapin

sonnet

La noblesse du sang

Joyeuse

1587

5, 324

N.R.

Nicolas Rapin

homme docte

épitaphe

Haerebam malo

inondations

1576

divulgué

2, 13

N. Sud.

Nicolas Le Sueur

Vers

Hoc quo marmore

P. Séguier

1580

donné

3, 113

P. Ambos.

Ligueur, homme docte et honnête

sonnet

Qui tua de sang froid

Guise

1588

donné par l'auteur

6, 114

P.D.B.

sonnet

Va, vendeur de fagots

évêque de Paris

1586

5, 179

P.D.C.

sonnet

Traistre, Sorcier,

Ligue

1589

6, 219

P.L.D.B.

pièce latine

Nil Virtus

mignons

1578

divulgué

2, 207

P.S.

épitaphe

Egregius Bacchi cultor

athéisme

1580

3, 117

Pr. B.

Vers

Vous aultres, dont

Ligue

1585

5, 81

R.

sonnets XVIII

Le Roy n'a point

Ligue

1585

5, 82

R.A.D.L.C.

sonnet

A l'arme! À sac!

Ligue

1585

5, 97

S.D.R.

distique

Dum studet amborum

Henri III

1585

5, 95

T.S.

Thomas Sebillet

Vers

Regibus heu quondam

Catherine de Médicis

1575

1, 189

Th. Seb.

Thomas Sebillet

épitaphe

Hic jacet egregius

mignons

1578

divulgué

2, 206

Th.B.

Théodore de Bèze

chant

Quae penna

Armada

1588

donné

6, 67

Th.B.

Théodore de Bèze

chant

Straverat innumeris

Armada

1588

donné

6, 72

Bibliographie

Corpus primaire

23Epistres françoises des personnages illustres et doctes, à Monsieur Joseph Juste de la Scala. Mises en lumiere par Jacques de Reves, A Harderwyck, Amsterdam, 1624.

24Bourdeille, Pierre de, seigneur de Brantôme, Discours sur les colonels, éd. E. Vaucheret, Paris, Vrin, 1973.

25Du Verdier, Antoine, Bibliothèque, Lyon, Barthélemy Honorat, 1585.

26L’Estoile, Pierre de, Registre-Journal du règne de Henri III, éd. de Lazard Madeleine et Schrenck Gilbert, Genève, Droz, 1992-2003, 6 vol.

27—, Journal du règne de Henri IV, éd. L.R. Lefèvre, Paris, 1948 ; éd. critique préparée sous la direction de Schrenck Gilbert; éditée par Le Person Xavier; glossaire établi par Mecking Volker, Genève, Droz, 2011.

28Sainte-Marthe, Scévole de, Epigrammatum Liber II, in Aelium, éd. 1629-1633.

29Satyre ménippée de la vertu du Catholicon d'Espagne et de la tenue des estats de Paris, éd. critique par Martin Martial, Paris, Champion, 2007.

Corpus secondaire

30Azoulay, Vincent et Boucheron,Patrick (dir.), Le Mot qui tue. Une histoire des violences intellectuelles de l’Antiquité à nous jours, Seyssel, Champ Vallon, 2009.

31Balmas, Enea, Un Poeta del Rinascimento francese Etienne Jodelle. La sua vita-il suo tempo, Florence, Olschki, 1962. 

32Barker, Sara K., Protestantism, Poetry and Protest. The Vernacular Writings of Antoine de Chandieu (c. 1534-1591), Farnham (Surrey), Ashgate, 2008.

33Boucher, Jacqueline, « Culture des notables et mentalité populaire dans la propagande qui entraîna la chute de Henri III », dans Nicolas Jean (dir.), Mouvements populaires et conscience sociale, xvie-xixe siècles, actes du colloque de Paris (24-26 mai 1984), Paris, Maloine, 1986, p. 339-356.

34Brunel, Jean, « D’un siècle à l’autre : remarques sur quelques variantes dans l’œuvre de Scévole de Sainte-Marthe », dans Mélanges de poétique et d’histoire littéraire du xvie siècle offerts à Louis Terreaux, Paris, Champion, 1994.

35Cassan, Michel, Les Officiers « moyens » à l’époque moderne, Limoges, PULIM, 1998.

36Charton-Le Clech, Sylvie, Chancellerie et culture au XVIe siècle (les notaires et secrétaires du roi de 1515 à 1547), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1993, p. 66 et 83.

37de Smet, Ingrid A. R. , Menippean Satire and the Republic of Letters, 1581-1655, Genève, Droz, 1996.

38—, Thuanus. The Making of Jacques-Auguste de Thou, Genève, Droz, 2006.

39Debaggi-Baranova, Tatiana, « Poésie officielle, poésie partisane pendant les guerres de Religion », Terrain, 41, sept. 2004, p. 24-52.

40Delatour, Jérôme, « De l’art de plaider doctement. Les notes de lecture de Pierre Dupuy, jeune avocat (1605-1606) », dans Bercé Yves-Marie et Soman Alfred (dir.), La Justice royale et le Parlement de Paris (xive-xviie siècles), Paris, Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 153, 1995, p. 391-412.

41Descimon, Robert, « Prise de parti, appartenance sociale et relations familiales dans la Ligue parisienne (1585-1594) », dans Chevalier Bernard et SauzetRobert (dir.), Les Réformes. Enracinement socio-culturel (XXVe colloque international d’Études humanistes, Tours, 1-13 juillet 1982, Paris, La Maisnie, 1985, p. 123-136.

42Eichel-Lojkine, Patricia, Excentricité et humanisme : parodie, dérision et détournement des codes à la Renaissance, Genève, Droz, 2002.

43Espiner-Scott, Janet, « Note sur le cercle de Henri de Mesmes et sur son influence », dans Mélanges offerts à Abel Lefranc, Paris, 1936, p. 354-361.

44Ferguson, Gary, « Figuring the Grieving Subject : Jamyn’s Cleophon, Henri III, and the Eloquence of Poetry », Mediaevalia, 22, 1999, p. 223-243.

45Fraenkel, Béatrice, La Signature. Genèse d’un signe, Paris, Gallimard, 1992.

46Garber, Klaus, « A propos de la politisation de l’humanisme tardif européen. Jacques-Auguste de Thou et le “Cabinet Dupuy” à Paris », dans Lauvergnat-Gagnière, Christiane et Yon,Bernard (dir.), Le Juste et l’injuste à la Renaissance et à l’Âge classique, actes du colloque international de Saint-Etienne (21-23 avril 1983), Saint-Etienne, Presses universitaires de Saint-Etienne, 1986, p. 157-177.

47Germa-Romann, Hélène, « Les oraisons funèbres des Mignons d’Henri III : aperçu historique », dans Eichel-Lojkine, Patricia et Martin-Ulrich,Claudie (dir.), De bonne vie s’ensuit bonne mort. Récits de mort, récits de vie en Europe (xve-xviie siècle), Paris, Champion, 2006,p. 77-83.

48Girot, Jean-Eudes (dir.), Le Poète et son œuvre. De la composition à la publication, Genève, Droz, 2004.

49Graur, Théodosia, Un disciple de Ronsard, Amadis Jamyn (1540 ?-1593). Sa vie, son œuvre, son temps, Paris, 1929.

50Greffe, Florence et Lothe, José, La Vie, les livres et les lectures de Pierre de L’Estoile, Champion, 2004.

51Guenée, Bernard, L’Opinion publique à la fin du Moyen-Âge d’après la Chronique de Charles VI du Religieux de Saint-Denis, Perrin, 2002.

52Juren, Vladimir, « Fecit-faciebat », Revue de l’art, Paris, Institut national d’histoire de l’art, n° 26, 1974, p. 27-30.

53Lecuppre-Desjardin, Elodie et Van Bruaene, Anne-Laure (dir.), Emotions in the Heart of the City (14th-16th Century), Turnhout, Brepols, 2005.

54Magnien-Simonin, Catherine, « Réflexions sur l’anonymat au xvie siècle : l’exemple d’Etienne Pasquier (1529-1615) », dans écriture, Identité, Anonymat, de la Renaissance aux Lumières, Littérales (Nanterre), 39, 2007, p. 9-28.

55Matvejevitch, Predrag, La Poésie de circonstance. étude des formes de l’engagement poétique, Paris, Nizet, 1971, [repris sous le titre Pour une poétique de l’événement, Paris, Union Générale d’Edition (« 10/18 »), 1979].

56McFarlane, Ian D., « La poésie néo-latine et l’engagement politique à l’époque des guerres de Religion », dans Simone Franco (dir.), Culture et politique à l’époque de l’Humanisme et de la Renaissance, Turin, Accademia delle scienze, 1974, p. 387-411.

57Ménager, Daniel, « Ronsard et le poème de circonstance », dans TerreauxLouis (dir.), Culture et pouvoir au temps de l’Humanisme et de la Renaissance, actes du Congrès Marguerite de Savoie (Annecy, Chambéry, Turin, 29 avril-4 mai 1974), Genève-Paris, Slatkine-Champion, 1978.

58Monferran, Jean-Charles, « Sébillet, Du Bellay et Aneau. Quelques enjeux de l’anonymat dans les poétiques françaises du xvie siècle, » Littérales (Nanterre), 39, 2007, p. 29-45.

59Pineaux, Jacques, La Poésie des protestants de langue française : du premier Synode national jusqu'à la proclamation de l'Édit de Nantes (1559-1598), Paris, Klincksieck, 1971.

60Piron, Maurice, « “En forme de pasquils”. Contribution à l’étude des genres littéraires au xvie siècle », dans De Jean Lemaire de Belges à Jean Giraudoux. Mélanges offerts à Pierre Jourda, Paris, Nizet, 1970.

61Quilliet, Bernard, « La situation sociale des avocats du Parlement de Paris, à l’époque de la Renaissance (1480-1560) », dans Espace, idéologie et société au xvie siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1975, p. 121-152.

62Raymond, Marcel, L’Influence de Ronsard sur la poésie française, Paris, Champion, 1927, t. I.

63Richet, Denis, « Aspects socio-culturels des conflits religieux à Paris dans la seconde moitié du xvie siècle », Annales ESC, 1977, p. 764-789.

64Rouget, François, « Manuscrits, éditions et transformations : les Octonaires sur la vanité et Inconstance du Monde d’Antoine de Chandieu », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme français, 152, 2006, p. 565-582.

65—, « Jeux de réécriture de la chanson satirique “Sainct Augustin instruisant une dame” à l’époque du colloque de Poissy », Albineana 20, 2008, p. 149-162.

66—, « Remy Belleau en ses manuscrits : éléments de reconstitution génétique de La Bergerie (1565-1572) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 70/1, 2008, p. 33-47.

67—, Ronsard et le livre. Étude de critique génétique et d’histoire littéraire, Genève, Droz, 2010.

68Saulnier, Verdun-Léon, « Autour du Colloque de Poissy : les avatars d’une chanson de Saint-Gelais à Ronsard et Théophile », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, n° 20, 1958, p. 44-78

69Schrenck, Gilbert, « Les pasquils dans le Journal du règne de Henri III (1574-1589) de Pierre de L’Estoile : genre et collage pamphlétaires », dans Servet Pierre et Marie-Hélène, Genres et querelles littéraires, Lyon, Cahiers du Gadges, n° 9, 2011, p. 91-116.

70Szabari, Antonia, Less Rightly Said. Scandals and Readers in Sixteenth-Century France, Stanford, Stanford University Press, 2010.

71Vaganay, Hugues, « Les vers de Pibrac sur la mort de Bussy d’Amboise », Revue de Littérature comparée, 13, 1933.

72Veyrin-Forrer, Jeanne, « François Rasse des Neux et ses tombeaux poétiques », dans Girot Jean-Eudes (dir.), Le Poète et son œuvre, p. 37-46.

73Vignes, Jean, Jean-Antoine de Baïf, Bibliographie des Écrivains français, Memini, 1999.

74Winandy, André, « La satire comme instrument politique au xvie siècle », dans Culture et politique à l’époque de l’Humanisme et de la Renaissance, Turin, 1974, p. 269-291.

Haut de page

Document annexe

  • Tableau (application/pdf – 18k)
Haut de page

Notes

1  Lyon, Barthélemy Honorat, 1585, V, 537-538.

2  Sauf indication contraire, nous citons l’éd. du Registre-Journal du règne de Henri III p. p. Madeleine Lazard et Gilbert Schrenck, Genève, Droz, 1992-2003, 6 vol. (références dans l’ordre suivant : tome, page, année).

3  Cf. « À leur maniere accoustumée, sans respect de Prince ni superieurs, [ils] deschirerent par leurs escrits tous ceux qu’ils tenoient pour autheurs et conseillers de la guerre, et par consequent de leur malheur, aiguisans en ce temps leurs plumes, qui coupoient aussi bien que leurs espées, mais ne faisoient pas du tout tant de mal », II, p. 89, 1577.

4  Dissidence, au sens de désaccord d’opinions, de rupture de la coexistence sociale et d’activité intellectuelle subversive contre les idéologies dominantes.

5  Le Mot qui tue. Une histoire des violences intellectuelles de l’Antiquité à nous jours, sous la direction de Vincent Azoulay et Patrick Boucheron, Seyssel, Champ Vallon, 2009 : « Les violences intellectuelles, nouvel objet d’histoire », chapitre consacré à l’analyse du potentiel verbal (vis verborum) et à sa logique exterminatrice ; et Emotions in the Heart of the City (14th-16th Century), p. p. Elodie Lecuppre-Desjardin et Anne-Laure Van Bruaene, Turnhout, Brepols, 2005.

6  Le Poète et son œuvre. De la composition à la publication. études réunies par Jean-Eudes Girot, Genève, Droz, 2004, p. 3 sq. Voir également Maurice Piron, « “En forme de pasquils”. Contribution à l’étude des genres littéraires au xvie siècle », dans De Jean Lemaire de Belges à Jean Giraudoux. Mélanges offerts à Pierre Jourda, Paris, Nizet, 1970, p. 131-156 ; Predrag Matvejevitch, La Poésie de circonstance. Etude des formes de l’engagement poétique, Paris, Nizet, 1971, [repris sous le titre Pour une poétique de l’événement, Paris, Union Générale d’Edition (« 10/18 »), 1979].

7  Voir Jacqueline Boucher, « Culture des notables et mentalité populaire dans la propagande qui entraîna la chute de Henri III », dans Mouvements populaires et conscience sociale, XVIe-XIXe siècles, actes du colloque de Paris (24-26 mai 1984), p.p. Jean Nicolas, Paris, Maloine, 1986, p. p. 339-356.

8  Antonia Szabari, Less Rightly Said. Scandals and Readers in Sixteenth-Century France, Stanford, Stanford University Press, 2010.

9  Les initiales sont parfois suivies des lettres « a », « A » (« aucteur, auctor ») et « f. », « F. » (« fecit, faciebat »). Sur cette question, voir Vladimir Juren, « Fecit-faciebat », Revue de l’art, Paris, Institut national d’histoire de l’art, n° 26, 1974, p. 27-30.

10  Voir en particulier Bernard Guenée, L’Opinion publique à la fin du Moyen-Âge d’après la Chronique de Charles VI du Religieux de Saint-Denis, Perrin, 2002 ; André Winandy,« La satire comme instrument politique au xvie siècle », dans Culture et politique à l’époque de l’Humanisme et de la Renaissance, Turin, 1974, p. 269-291 ; et Denis Richet, « Aspects socio-culturels des conflits religieux à Paris dans la seconde moitié du xvie siècle », Annales ESC, 1977, p. 764-789.

11  Les exemples, qui suivent, sont tirés des Epistres françoises des personnages illustres et doctes, à Monsieur Joseph Juste de la Scala. Mises en lumiere par Jacques de Reves, A Harderwyck, Amsterdam, 1624, p. 35, 159, 255, 315, 498.

12  Voir Jérôme Delatour, « De l’art de plaider doctement. Les notes de lecture de Pierre Dupuy, jeune avocat (1605-1606) », dans La Justice royale et le Parlement de Paris (xive-xviie siècles. études réunies par Yves-Marie Bercé et Alfred Soman, Paris, Bibliothèque de l’école des Chartes, 153, 1995, p. 391-412.

13  Voir Klaus Garber, « A propos de la politisation de l’humanisme tardif européen. Jacques Auguste de Thou et le “Cabinet Dupuy” à Paris », dans Le Juste et l’injuste à la Renaissance et à l’Âge classique. Actes du colloque international de Saint-Étienne (21-23 avril 1983). études réunies et publiées par Christiane Lauvergnat-Gagnière et Bernard Yon, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 1986, p. 157-177.

14  Cf. L’Estoile revendiquant la « liberté françoise de parler », I, 53, 1574.

15  Ce qu’avait bien vu Marcel Raymond : « Tous les sonnets contre les vices du siècle ou sur la corruption des Grands que l’on rencontre dans les Mémoires-journaux de Pierre de L’Estoile ou dans les recueils souvent anonymes, que conservent les Bibliothèques, appartiennent à la descendance des Regrets. Le genre est plus cultivé que jamais pendant les guerres de la Ligue, il triomphe avec les Trophées de Jean Godard et dans les œuvres de Claude de Trellon », L’Influence de Ronsard sur la poésie française, Paris, Champion, 1927, t. I, p. 124.

16  Chacun aura reconnu les initiales de Joachim Du Bellay Angevin.

17  Voir G. Schrenck, « Les pasquils dans le Journal du règne de Henri III (1574-1589) de Pierre de L’Estoile : genre et collage pamphlétaires », dans Genres et querelles littéraires. Textes réunis par Pierre Servet et Marie-Hélène Servet, Lyon, Cahiers du Gadges, 9, 2011, p. 91-116.

18  Voir Tableau en annexe.

19  I, 178 et VI, 216. De nombreux pasquils sont conservés dans les manuscrits de L’Estoile, dont les « livres de Meslanges », V, 325. On trouvera également des pièces à initiales dans les Mémoires-Journaux, éd. Brunet et alii, Tallandier, 1982, t. XI, passim.

20  Sur la persistance des poèmes en latin dans les milieux lettrés, voir Ian D. McFarlane, « La poésie néo-latine et l’engagement politique à l’époque des guerres de Religion », dans Culture et politique à l’époque de l’Humanisme et de la Renaissance, Franco Simone (dir.), Turin, Accademia delle scienze, 1974, p. 387-411.

21  Voir les verbes utilisés par L’Estoile pour désigner les modes de diffusion pamphlétaire : afficher, copier, courir, divulguer, donner, publier, recueillir, semer…, Tableau en Annexe, sous la rubrique : « diffusion ».

22  Voir Béatrice Fraenkel, La Signature. Genèse d’un signe, Paris, Gallimard, 1992.

23  Voir Ingrid A. R. de Smet, Menippean Satire and the Republic of Letters, 1581-1655, Genève, Droz, 1996, p. 134-135. On attribue parfois à Baïf la « Réponse de Thoni » et d’« Arnault à Thoni » reproduites par L’Estoile (V, 108, 1585), voir Vignes,Jean-Antoine de Baïf, Bibliographie des Écrivains français, Memini, 1999, p. 51.

24  Sur les frères Perrot et d’autres auteurs cités dans le Journal, voir Janet G. Espiner-Scott, « Note sur le cercle de Henri de Mesmes et sur son influence », dans Mélanges offerts à Abel Lefranc, Paris, 1936, p. 354-361.

25  Voir V.-L. Saulnier, « Autour du Colloque de Poissy : les avatars d’une chanson de Saint-Gelais à Ronsard et Théophile », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 20, 1958, p. 44-78 ; et François Rouget, « Jeux de réécriture de la chanson satirique “Sainct Augustin instruisant une dame” à l’époque du colloque de Poissy », Albineana 20, 2008, p. 149-162.

26  Cf. en juillet 1590.

27  Discours sur les colonels, éd. E. Vaucheret, Paris, Vrin, 1973, p. 213 : « L’on fit de luy force epitaphes à la Court et en France, dont j’en recueilly deux que je trouve bons et dignes d’estre mis icy, l’un en Latin et l’autre en François, qui sont ceux-cy : « Formosae Veneris, furiosi Martis alumnus… ». Cette pièce présente des variantes par rapport à celle qui est reproduite par L’Estoile. Les initiales N. R. P. apparaissent de nouveau en 1593, voir Mémoires-Journaux, éd. Brunet, t. V, p. 212.

28  V, 329 ; et Scévole de Sainte-Marthe, Epigrammatum Liber II, in Aelium, éd. 1629-1633, p. 204, voir Jean Brunel, « D’un siècle à l’autre : remarques sur quelques variantes dans l’œuvre de Scévole de Sainte-Marthe », dans Mélanges de poétique et d’histoire littéraire du xvie siècle offerts à Louis Terreaux, Paris, Champion, 1994, p. 266.

29  Sur de Thou, ou M. d’Emeri, voir II, 213-217, 253 et IV, 43. On a également proposé de lire son nom dans l’anagramme « Ramati » (Aimeri de Thou), voir I. A. R. de Smet, Thuanus. The Making of Jacques-Auguste de Thou, Genève, Droz, 2006, p. 251-252.

30  Sur la circulation secrète des pasquils, voir le cas de Germain Vaillant de Guélis, « conseiller de la Grande-Chambre du Parlement de Paris [qui] s’oublia tant (soit qu’il en creust quelque chose [bruits d’une nouvelle Saint-Barthélemy] ou autrement, d’en composer les suivants vers en dialogue, lesquels encores qu’il tinst bien secrets, ne laisserent d’estre divulgués et recongneus pour siens », III, 13, 1579. Ce poète signe d’ailleurs sous plusieurs noms : Valens Guellius P. P., ou Pimpontius, voir II, 216, 1578.

31  Cf. la même formule : « fameus Advocat du Palais et courtizan », II, 215, 1578.

32  Voir Catherine Magnien-Simonin, « Réflexions sur l’anonymat au xvie siècle : l’exemple d’Étienne Pasquier (1529-1615) », in Ecriture, Identité, Anonymat, de la Renaissance aux Lumières, Littérales (Nanterre), 39, 2007, p. 9-28. Curieusement, l’auteur de l’article nous attribue une identification fantaisiste qui ferait de Jean Passerat l’auteur du pasquil, p. 26 et note.

33  Les références bibliques sont ici un indice du langage propre aux protestants, voir Jacques Pineaux, La Poésie des protestants de langue française: du premier Synode national jusqu'à la proclamation de l'Édit de Nantes (1559-1598), Paris, Klincksieck, 1971.

34  Sur les critères sociaux et culturels des milieux de production pasquillaire, voir pour les Ligueurs, Robert Descimon, « Prise de parti, appartenance sociale et relations familiales dans la Ligue parisienne (1585-1594) », in Les Réformes. Enracinement socio-culturel (XXVe colloque international d’Études humanistes, Tours, 1-13 juillet 1982), études réunies par Bernard Chevalier et Robert Sauzet, Paris, éditions de La Maisnie, 1985, p. 123-136 ; sur les athées et l’exemple de « Berr., atheiste » (III, 55, 1579), peut-être Claude Berruyer, notaire et secrétaire de la cour de Parlement, de la famille des Berruyer (?), voir Sylvie Charton-Le Clech, Chancellerie et culture au xvie siècle (les notaires et secrétaires du roi de 1515 à 1547), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1993, p. 66 et 83 ; Bernard Quilliet, « La situation sociale des avocats du Parlement de Paris, à l’époque de la Renaissance (1480-1560) », in Espace, idéologie et société au XVIe siècle, Presses universitaires de Grenoble, 1975, p. 121-152 ; et Michel Cassan, Les Officiers « moyens » à l’époque moderne, Limoges, PULIM, 1998.

35  L’Estoile possédait ses écrits théologiques, voir Florence Greffe et José Lothe, La Vie, les livres et les lectures de Pierre de L’Estoile, Champion, 2004, p. 474. Sur Chandieu, voir Sara K. Barker, Protestantism, Poetry and Protest. The Vernacular Writings of Antoine de Chandieu (c. 1534-1591), Farnham (Surrey), Ashgate, 2008 ; et François Rouget, « Manuscrits, éditions et transformations : les Octonaires sur la vanité et Inconstance du Monde d’Antoine de Chandieu », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme français, 152, 2006, p. 565-582.

36  Le 18 novembre 1590.

37  Sur Claude Rasse des Neux, avocat au Parlement, frère cadet de François, le chirurgien, voir Jeanne Veyrin-Forrer, « François Rasse des Neux et ses tombeaux poétiques », dans Jean-Eudes Girot, Le Poète et son œuvre, p. 37-46.

38  Des pasquils recopiés par L’Estoile figurent également dans le recueil manuscrit de Rasse des Neux, BnF, Ms Fr. 22565 : De mundo muliebri, f. 31 ; Epitaphe du diable d’argent, f. 32 ;« Reveille toi Pasquin, grand prophete des hommes », f. 203.

39  Voir Jean-Charles Monferran, « Sébillet, Du Bellay et Aneau. Quelques enjeux de l’anonymat dans les poétiques françaises du xvie siècle, » Littérales (Nanterre), 39, 2007, p. 29-45.

40  Voir la condamnation par L’Estoile des auteurs protestants et ligueurs : Cl. D. L. P. (« Bidet, que l’orgueil ne vous pique… », II, 191, 1578) ; Du Mon, « Fol et Ligueur » (III, 53, 1579) ; Io. V. (« Vetus, Me des Requestes », « Nunc dubiae, cessate, preces, nec paupere voto… », V, 95, 1585). Une exception est faite à propos du poème de P. D. B. sur le duc de Guise assassiné, vers « qui n’ont esté imprimés et me furent donnés par l’aucteur, homme docte et honneste (hors la qualité de ligueur) », VI, 112, 1588.

41  Le père de Du Vair, conseiller ; Gohorry, secrétaire du roi ; Hottoman, conseiller au Châtelet.

42  Dans une variante du Recueil divers de ce temps, on lit : « un quidam homme docte et sage composa l’epigramme suyvant, qui courut incontinent par tout », I, 141, note 108.

43  Et non pas Claude Marcel, comme nous l’affirmons par erreur dans notre édition. – À ces parlementaires poètes, on pourrait adjoindre N. Sud., (N. Sudorius, ou Nicolas Le Sueur), président aux Enquêtes, proche de Ronsard, auteur d’une épitaphe latine sur la mort d’un homme tué au cours d’une tempête, « sur lequel subject, un docte homme de Paris composa l’epitafe suivant, qui fust divulgué partout (« Haerebam malo attonibus, cum fulminis ictu… », II, 13, 1576).

44  Il avait épousé Marguerite de Montholon, la mère de L’Estoile.

45  Mathieu Chartier, sgr d’Alainville, doyen de la Grand’Chambre du Palais.

46  L’Estoile était apparenté à la puissante famille des Séguier.

47  Cf. la variante du texte : « l’escrivain du present livre ». 

48  Il s’agit de l’Aviso piacevole dato alla bella Italia, da un nobile giovane francese, sopra la mentita data dal Serenissimo Re di Navarra a Papa Sisto V, Monaco, Appreso Giovanni Swartz. 1586, 13 f.

49  Voir A. Szabari, op. cit., p. 261.

50  Voir la Satyre ménippée de la vertu du Catholicon d'Espagne et de la tenue des estats de Paris, éd. critique par Martial Martin, Paris, Champion, 2007.

51  Voir ses lettres à Scaliger, dans Reves, Epistres françoises, éd. cit., p. 94, 98, 102, 106-116, 137, 250, 254-263, 344, 418-441.

52  « aujourdui passe rat », II, 36 (v. 13), 1576. Dans les Kalendae Januariae, Lutetiae, Apud Mamertum Patissonium, 1596 et 1597, Passerat insère des poèmes de et à Henri de Mesmes, de Thou, Germain Valens Pimpont, Pibrac, les frères Pithou, François Rasse des Neux, Rapin…

53  Cf. de nombreux textes de F. Chrestien, éd. Brunet, XI, p. 304, 306, 308, 350, 354, 360, 370.

54  « Je les copiai moi mesmes, le soir, dans mon estude […] et les fis tumber (plus hardiment que prudemment) en beaucoup de mains », VI, 159, 1589.

55  Voir Daniel Ménager : « Ces poèmes ont souffert du discrédit qui frappe en général le genre auquel ils se rattachent. Souvent condamné par une idéologie de la poésie largement tributaire du Romantisme, le poème de circonstance est réputé creux, insincère, grandiloquent », « Ronsard et le poème de circonstance », dans Culture et pouvoir au temps de l’Humanisme et de la Renaissance, Actes du Congrès Marguerite de Savoie (Annecy, Chambéry, Turin, 29 avril-4 mai 1974), publiés par Louis Terreaux, Genève-Paris, Slatkine-Champion, 1978, p. 319.

56  II, 140, 1577. Le texte est donc inédit à cette date, voir François Rouget, « Remy Belleau en ses manuscrits : éléments de reconstitution génétique de La Bergerie (1565-1572) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 70/1, 2008, p. 33-47.

57  Paris, A. Estoc, 1618 (rééd. 1619 et 1632).

58  Cf. Hugues Vaganay, « Les vers de Pibrac sur la mort de Bussy d’Amboise », Revue de Littérature comparée, 13, 1933, p. 336.

59  V, 363. Voir Ingrid A. R. de Smet, Menippean Satire,p. 135.

60  II, 226, 1578. Œuvres poétiques, éd. Charles Brunet, Paris, 1878, p. 263 sq. Théodosia Graur pense que la série recueillie par L’Estoile pouvait être « inédite », Un disciple de Ronsard, Amadis Jamyn (1540 ?-1593). Sa vie, son œuvre, son temps, Paris, 1929, p. 244-245. Voir aussi les sonnets de Jamyn, analysés sous cet angle par Gary Ferguson, “Figuring the Grieving Subject : Jamyn’s Cleophon, Henri III, and the Eloquence of Poetry”, Mediaevalia, 22, 1999, p. 223-243 ; les pièces d’Arnaud Sorbin de Sainte-Foy par Hélène Germa-Romann, « Les oraisons funèbres des Mignons d’Henri III : aperçu historique », dans De bonne vie s’ensuit bonne mort. Récits de mort, récits de vie en Europe (xve-xviie siècle), sous la direction de Patricia Eichel-Lojkine et Claudie Martin-Ulrich, Paris, Champion, 2006,p. 77-83.

61  Voir Enea Balmas, Un Poeta del Rinascimento francese Étienne Jodelle. La sua vita-il suo tempo, Florence, Olschki, 1962, p. 733 sq. 

62  Voir François Rouget, Ronsard et le livre. Étude de critique génétique et d’histoire littéraire, Genève, Droz, 2010, p. 114, 188.

63  Voir la mise au point par Tatiana Debaggi-Baranova, « Poésie officielle, poésie partisane pendant les guerres de Religion », Terrain, 41, sept. 2004, p. 24-52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Schrenck, « La dissidence cryptée : anonymat, initiales et attribution des pasquils dans le Journal du règne de Henri III de Pierre de L’Estoile », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2013-01 | 2013, mis en ligne le 08 mars 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5839 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5839

Haut de page

Auteur

Gilbert Schrenck

Gilbert Schrenck est professeur émérite à l’Université de Strasbourg. Ses travaux portent sur les pamphlets en prose d’Agrippa d’Aubigné et sur les Mémoires du xvie siècle. Il dirige l’édition en cours du Journal de Pierre de L’Estoile chez Droz et prépare l’édition critique des Belles figures et drôleries de la Ligue du même auteur.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page