Navigation – Plan du site
De la dissidence cachée à la dissidence ouverte

Résistances de l’anecdote : Brantôme et la dissidence narrative

Anne Duprat

Résumés

Dans les « anti-essais » que constituent ses mémoires d’épée rédigés à Brantôme, Pierre de Bourdeille célèbre plus qu’il ne déplore l’effet des troubles civils et religieux qui ont marqué la vie des hommes illustres et grands capitaines qui font l’objet de ses récits, qu’il s’agisse de décrire le rôle qu’ils ont joué dans les opérations de guerre, ou de faire la chronique des duels privés entre seigneurs et courtisans qui sont indissociables de celles-ci. On voudrait montrer ici que cette conception particulière, dilettante au sens premier du terme, des fonctions du récit mémoriel peut également exprimer le sens politique de la posture de détachement adoptée par Brantôme vis-à-vis des actes de dissidence eux-mêmes, et des motifs qui les ont inspirés.

Haut de page

Texte intégral

Je sçay bien qu’un Prescheur du Roy [Henri III] prescha publiquement après le combat de Antraguet & Quielus, que ceux qui estoient morts-là, estoient damnez, & les vivants pas gueres mieux, s’ils ne s’admendoient. Voilà un grand jugement donné d’un humain, comme s’il en eust receu belles lettres, & aussi que Dieu ne veut que l’on condamne, afin qu’on ne soit condamné. Je m’en rapporte de tout cela aux gens plus saincts, religieux, & plus Théologiens que moy. Mais tant y a si tels combats ne sont si chrestiens que l’on diroit bien, pour le moins sont-ils très-politiques & justes, & veux dire estre tres nécessaires, & que, puis que de deux maux il faut choisir le moindre, j’argue qu’en tels combats, il n’y a que deux ou trois au plus qui meurent : au-lieu que j’en ay veu en nostre Cour, avant nos appels, si un avoit une querelle contre un autre, falloit que tous deux fissent plus de quadrilles & amas de gens de leurs amis […] ; si bien que se rencontrans, ou dans une ruë de Paris ou d’autre Ville, […] se tuoient et s’estroppioient les uns les autres comme mouches & bestes.

  • 1  Contrairement aux autres œuvres de Brantôme, pour lesquels on dispose de plusieurs copies manuscri (...)

1Arguer sans juger, conter sans penser : c’est le but qu’assigne Brantôme à une écriture « politique » de la violence, dans le sens précis et réaliste que donne à l’adjectif ce passage du Discours d’aucuns duels, combats clos, appels, desfis qui se sont faicts tant en France qu’ailleurs, sans doute rédigé entre les Vies des Grands capitaines français et étrangers et le Discours sur les couronnels de l’infanterie de France, pendant la retraite forcée du gentilhomme soldat, au cours des vingt dernières années du xvie siècle1.

  • 2  Voir Robert D. Cottrell, Brantôme as Portraitist of his Age, Genève, Droz, 1970.

2Indissociable du récit des troubles civils également abordés dans le Discours d’aucunes retraictes de guerre et dans les deux livres des Dames, le Discours d’aucuns duels présente comme l’ensemble des mémoires de Brantôme l’intérêt de mettre en scène et d’interroger le lien qui existe entre les formes privées et publiques de cette violence2. Toujours partisan, jamais « passionné », le mémorialiste pourrait ainsi sembler avant tout soucieux de conter prudemment la dissidence, de montrer ses effets sans commenter son sens, dans un contrôle constant des automatismes rhétoriques qui pourraient engager son propre texte dans l’expression d’une opinion hétérodoxe.

3Certes, il se montre lui-même impliqué dans les événements qu’il narre, et signale sans cesse la place qu’il occupe dans les jeux d’alliance familiales et curiales qu’il décrit ; sa présence y garantit le prix de l’information donnée, privilège revendiqué par le genre noble des « mémoires d’épée ». En exposant les raisons d’une querelle ou d’un complot il laisse à l’occasion apparaître comme le plus réaliste, et donc comme le meilleur, le choix de la trahison, quand il faut en venir, au fond le narrateur se garde bien de juger le bien-fondé d’une cause, et de trancher entre les partis. En lieu et place d’un tel jugement, le retour, après nombre d’anecdotes, d’une formule d’excusatio stéréotypée (« je quitte aux bons discoureurs [et] plus savans que moy à en dire le vrai »), signale ce refus de la réflexion abstraite, mais aussi de la généralisation exemplaire.

  • 3  Sur le parcours de Brantôme, voir l’étude ancienne de Ludovic Lalanne, Brantôme, sa vie et des écr (...)

4Bien plus fréquent chez Brantôme que les signes ostensibles de la connivence (« ceux qui en étaient savent le fait ») ou de la dissimulation d’une vérité dangereuse (« je ne nommeray rien : ceux qui me liront m’entendront bien »), ce déni de réflexion relève autant de la morgue aristocratique que de la prudence matérielle. Il ne doit rien, en tout cas, à une suspension philosophique du jugement, ni à la recherche montaignienne des causes intérieures des phénomènes. On sait que, loin de se prévaloir, dans une retraite impatiemment subie, de la sagesse enviable que confère traditionnellement à l’auteur en exil la distance spatiale et temporelle, l’éloignement du siège du pouvoir et des intrigues de la cour, Brantôme écrivain malgré lui, ne cesse de regretter la vie active d’aventures militaires et politiques qu’il évoque, et ne voit dans l’exercice de l’écriture, et dans celui du souvenir, qu’une maigre compensation à la perte d’une existence riche et pleine3.

5De plus, ses « anti-essais » d’aventurier définitivement condamné à l’inaction, destinés uniquement à une publication posthume qui interviendra même plus tard qu’il ne l’espérait, n’ont pas pour but de plaire à un prince, à une cour qu’il ne connaîtra plus, pas plus que de servir aux travaux de savants historiens dont il fait peu de cas. Il s’agit de faire entrer en littérature, c’est-à-dire de construire en objet de jouissance plus que de déploration l’histoire d’un temps de troubles. Brantôme élabore ainsi une esthétique des différentes formes de violence qui ont marqué ces temps, par la célébration traditionnelle de la vie des hommes illustres et grands capitaines qui ont pris part publiquement aux opérations de guerre, mais aussi par le biais d’une chronique des duels privés entre seigneurs et courtisans qui sont indissociables de celles-ci. On voudrait montrer ici que cette conception particulière, dilettante au sens premier du terme, des fonctions du récit mémoriel, peut également exprimer le sens politique de la posture particulière de détachement adoptée par Brantôme vis-à-vis des actes de dissidence eux-mêmes, et des motifs qui les ont inspirés.

  • 4  Blaise de Monluc, Commentaires [1592], E. Courteault (éd.), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la P (...)
  • 5  Voir sur ce point Léonce Pingaud, « Brantôme historien », Revue des questions historiques, X, janv (...)

6Aussi éloignée de l’engagement passionné d’un Monluc, d’un la Noue ou d’un Aubigné4, que de la dissimulation stratégique des marques d’un tel engagement à l’heure d’une réconciliation imposée, l’attitude de Brantôme racontant les troubles civils consiste à nier à ceux-ci toute dimension historiquement interprétable dans le cadre d’une contestation ou d’une défense et réaffirmation de l’autorité du prince et de l’église5. Feignant classiquement de remettre le soin d’une telle glose à « plus saincts religieux », « plus savants théologiens » et « plus politics » que lui, le mémorialiste déplace en réalité vers l’organisation narrative du récit le cadre de signification réel des événements, discours et actions rapportées. Il oriente et fixe alors sur ce cadre narratif l’attention du lecteur par de brefs commentaires d’ordre référentiel (preuves données à l’appui d’un témoignage étonnant, dévoilement d’un fait resté secret jusque-là, démenti d’une tradition fausse), métanarratif (mention des autres versions possibles d’une histoire, mise en rapport de deux événements ou personnages décrits dans un autre de ses « livres »), et surtout esthétique (beauté d’un trait et d’un apophtegme, héroïsme d’une attitude / malchance d’un personnage, tournure imprévisible d’un événement).

7À l’échelle cette fois de l’ensemble des mémoires, le genre adopté pour chacun des livres qui les composent — les Vies d’hommes / de dames illustres ; l’éloge des exploits des soldats français et étrangers / le traité sur le duel — et la pratique constante et ostensible, à l’intérieur de chacun d’entre eux, de la digression, permet également à Brantôme d’affranchir sa matière aussi bien de l’ordre chronologique de succession des faits que de l’ordre synthétique et réfléchi du tableau d’histoire. Cette liberté est sans cesse affirmée comme la condition même de l’écriture mémorielle, dans la mesure où le plaisir de conter garantit le plaisir de lire, mais atteste également l’exactitude d’informations évoquées dans l’ordre des souvenirs du narrateur-personnage, et non dans l’ordre « artificiel » où les présenterait un observateur extérieur.

8La liberté des jugements présentés par l’auteur sur les actions et les propos des personnages relève alors d’une logique semblable, celle d’un contrôle et d’une appropriation de l’interprétation des faits prétendument abandonnée au lecteur plus savant, en réalité mobilisée par le conteur. Seul le personnage — ministre, capitaine ou simple courtisan — placé devant le choix de rompre ou de conserver le lien d’allégeance qui l’unit à son prince ou d’abandonner la foi dans laquelle il a été nourri est donc en mesure de prendre, à un moment donné, la décision qu’il prend, au péril de sa vie, de sa fortune et de celle de ses alliés. Cette décision sera jugée bonne ou mauvaise essentiellement en fonction de l’issue que lui donnera concrètement le sort, telle que la présente le conte, et non en fonction de son rapport à une vérité morale, politique ou religieuse universelle.

  • 6  Sur ce point voir Arlette Jouanna, « La noblesse et les valeurs guerrières au xvie siècle », dans (...)

9C’est dire non seulement l’importance, bien connue, du code de comportement aristocratique et chevaleresque qui guide l’expression des jugements esthétiques, moraux et sociaux proposés par Brantôme sur les actes de dissidence, mais également celle plus grande encore de l’écriture littéraire qui donne à ce code son efficacité, et son champ d’expression légitime6. Fils de François II de Bourdeille et d’Anne de Vivonne, le « gentilhomme ordinaire de la chambre de Charles IX et Henri III et chambellan de Monsieur d’Alençon » a conservé jusqu’à sa mort les liens qui l’attachaient aux Valois ; sa dévotion personnelle à la cause de Marguerite, qui lui dédiera ses propres mémoires, est également l’expression d’une fidélité à cette allégeance ancienne. On connaît cependant les limites de la contrainte que ce lien exerce sur les loyautés, selon les règles d’honneur propres à la noblesse d’épée : le seigneur n’est obligé au service du prince, primus inter pares, que dans la mesure où celui-ci reconnaît et récompense ce service. Ces règles sont sans cesse rappelées par le soldat de fortune qu’est Brantôme pour expliquer ses propres choix au cours des troisième et quatrième guerres de religion, ainsi que lors de ses campagnes à l’étranger. Proche des Lorraine et des Guise, Brantôme ne dissimule pas pour autant les nombreuses amitiés qu’il entretient dans le camp des huguenots, notamment avec François de La Noue. Une liberté qu’il pousse jusqu’à se montrer, dans le récit qu’il fait du commencement des troisièmes troubles, à la fin du mois d’août 1568, approché par Charles de Théligny de la part de Condé et de Coligny, alors qu’il est en garnison à Péronne :

  • 7  Grands capitaines, dans Œuvres, IV, p. 128

Ils m’envoyèrent M de Théligny, parce qu’il estoit mon tres-grand amy me présenter beaucoup de bons et honnorables partys, si je voulois me mettre avec eux et gaigner Péronne pour eux, dont j’en serois apres gouverneur, et qu’ils me fourniroient force gens pour m’y rendre le plus fort et la garder, comme ils n’avoient faute d’hommes7.

  • 8  Voir également, là-dessus, le récit qu’il fait de la reconversion sans repentir du capitaine Brion (...)

10Si en l’occurrence il se fait gloire d’avoir renoncé à cette trahison, aimant mieux « mourir de cent mortz que de faire un si lasche et vilain parti à [son] Roy que de luy trahir une ville qu’il [lui] avoit donné en garde et garnison, ny de [s’] en ayder pour luy faire la guerre », le principe même du changement d’alliance ne lui semble inacceptable ni du point de vue religieux ni du point de vue politique8. De même lorsqu’en juillet de l’année suivante, lors du passage en Périgord des chefs protestants, il parvient grâce à ses liens avec Coligny à éviter le pillage de son abbaye de Brantôme, en y recevant les princes Henri de Navarre, Guillaume de Nassau et son frère Ludovic, le sens réaliste de l’exploit est souligné par la conclusion qu’il donne à l’épisode :

  • 9  Grands capitaines, dans Œuvres, III, p. 114-115.

Jusque là à dire que si la messe y estoit en propre personne, on ne luy eust faict un seul petit mal pour l’amour de moy. De sorte que ceste abbaye et église, où ceux de la religion ont passé et logé, se peut dire la plus entière pucelle qui soit en Guyenne. […] Allez-moi dont trouver et songer si un gros et gras abbé de moyne eust peu faire ce tour d’escrime9.

  • 10  Sur ce point, voir Étienne Vaucheret, « Montaigne et Brantôme : deux conceptions du point d’honneu (...)

11De même, il vante la noblesse d’un geste sacrificiel ou d’un propos héroïque, que celui-ci soit à porter au crédit du « camp de la religion » ou du parti des Guise ; mais il apprécie plus encore, dans les portraits parallèles qu’il consacre aux vies du connétable de Montmorency et de Michel de l’Hôpital, la sagesse et la prudence du Chancelier, « pourtant haï de plusieurs, et tout pour estre politicq et tempéré plus que passionné », par exemple dans l’opposition raisonnable qu’il témoigne à la publication du concile de Trente en France, défendant à Fontainebleau, contre le cardinal de Lorraine, « les droicts et privilèges de l’Eglise gallicane ». Il condamne en effet partout la « passion » (fanatisme religieux, soutien aveugle à un parti) bien plus que la « pique » personnelle (vanité, ambition, colère) qui pousse princes, capitaines ou duellistes à la poursuite d’une action qui s’avérera nuisible à eux-mêmes comme à leur parti10.

  • 11  Voir à ce sujet le récit de la conjuration d’Amboise, Grands capitaines, dans Œuvres, IV, p. 160-2 (...)
  • 12  Rappelons que le terme est systématiquement valorisé dans ses Mémoires, dans toutes ses acceptions
  • 13  Ludovic Lalanne, Brantôme, sa vie et des écrits, Paris, 1896, p. 135-136.
  • 14  Voir là-dessus Étienne Vaucheret, « Trois chapitres introuvables », dans Brantôme, mémorialiste et (...)
  • 15  On songe par exemple au regret, librement exprimé dans la Vie de François de Lorraine, duc de Guis (...)

12C’est la limite, particulièrement signifiante dans le cas de la foi, qu’impose le mémorialiste à l’essentielle neutralité morale et politique des actes de dissidence accomplis par ses personnages en temps de guerre comme en temps de paix. Faut-il voir dans ce détachement partout affirmé (la simple dissidence, la sécession, l’opposition active ou la conjuration même ne sont condamnables que si leurs résultats se retournent contre leur auteur, s’ils sont lâches ou anti-chevaleresques, ou s’ils sont inspirés par une passion portée à l’excès11) l’indice de la reconstruction d’un parcours, qui permettrait à Brantôme mémorialiste de présenter après les guerres de la Ligue, et en particulier à partir de la mort du duc d’Alençon en 1584 son propre itinéraire comme celui d’un « politique »12 ? Cela lui permettrait alors de relativiser la portée idéologique de son engagement dans les actions autrefois accomplies aux côtés de Strozzi ou de Montluc – ou au contraire, selon la thèse de Ludovic Lalanne, de dissimuler une conversion au protestantisme13. L’absence, in fine, des trois Vies dont Brantôme promet la rédaction et qui resteront manquantes, celles d’Henri III, d’Henri de Guise et surtout d’Henri IV14, pourrait aller dans le sens d’une telle réserve. Cependant la liberté, et à l’occasion l’imprudence de l’ensemble des jugements prononcés à l’emporte-pièce en faveur de capitaines du « camp de la religion », de Condé à Coligny, La Noue et Théligny, ou de colonels de la Ligue comme le chevalier d’Aumale, dans l’ensemble des mémoires ferait plutôt signe vers un choix d’écriture délibéré, dont le traitement de la dissidence manifesterait le sens15.

  • 16  Voir Arlette Jouanna, Le Devoir de révolte : la noblesse française à la gestation de l’état modern (...)

13Brantôme détache le jugement des actions survenues en guerre comme en paix de l’interprétation idéologique et religieuse que celles-ci appellent, pour les rapporter à un système de valeurs essentiellement esthétisé qui est celui de la noblesse d’épée de la cour des Valois, vivant par et pour l’exploit militaire et l’avancement personnel. Loin de proposer une version chevaleresque et idéaliste de ces valeurs, qui rejoindrait alors dans le blâme ou la louange une interprétation moralement, religieusement ou politiquement exemplaire des comportements, le mémorialiste narre les conflits de loyauté et les ruptures auxquels mène l’exercice concret de ces principes souvent contradictoires et essentiellement individualistes, dans une cour et dans un état en proie à la dissension. Et loin de déplorer cet état de faits, il montre au contraire comme illégitime la contrainte que pourrait imposer une autorité curiale et ecclésiastique absolue sur l’interprétation de ces actions16.

  • 17  Grands capitaines, dans Œuvres, V, p. 209.
  • 18  Ibid.,p. 211.
  • 19  Ibid., dans Œuvres, t. I, p. 4.

14De là l’évocation constante, à l’horizon de l’insatisfaction d’un personnage ou de la sécession d’un parti, de la question centrale dans les mémoires de la trahison, en tant qu’elle concerne cette fois non le prince mais la patrie. En 1582, mal content du refus d’Henri III de lui accorder à la mort de son frère André de Bourdeille la succession de la charge de sénéchal du Périgord, Brantôme avait failli passer au service de Philippe II d’Espagne et livrer à celui-ci les plans de défense des côtes françaises, « depuis la Picardie jusques à Bayonne, et du Languedoc jusqu’à Grace en Provence17 ». L’événement manqué, souvent évoqué avec une nostalgie explicite, est d’autant plus important qu’il se trouve indirectement à l’origine de l’entreprise même des mémoires. Seule la chute de cheval qui immobilise alors pour plusieurs années l’auteur à Brantôme, l’aura empêché – providentiellement ? s’interroge-t-il au même endroit – de « faire plus de mal à [sa] patrie que jamais renégat d’Alger à la sienne18 ». C’est ce coup du sort qui, en contraignant l’homme d’action et le courtisan à la retraite et à l’exil, a ouvert la voie à l’écriture, comme le rappelle le début des mémoires19.

15Dès lors, la laudatio temporis acti prend chez le narrateur la forme d’une comparaison mélancolique de l’ordre de l’action et de celui du récit, de la guerre et de la paix, du passé brillant et du sinistre présent de l’écriture. Elle organise l’axiologie des mémoires, et explique le refus constant d’une lecture globalisante ou systématique du sens des événements présentés. Justifié par sa vocation à compenser l’absence de l’aventure manquée et de l’occasion perdue – sans doute le motif le plus important de l’écriture de Brantôme –, le récit voit sa valeur rapportée à son pouvoir de divertissement, et à la vertu compensatoire de l’exercice lui-même, plus encore qu’à la capacité de l’écriture mémorielle à dire la coutume.

  • 20  Voir André Bertière, Le Cardinal de Retz mémorialiste, Paris, Klincksieck, 1977.

16Cette fonction des mémoires aristocratiques comme exutoire à une volonté d’agir contrariée, et comme lieu de déploration du transfert du pouvoir vers une autorité monarchique absolue trouvera certes sa portée historique véritable à la suite de la Fronde, dans l’œuvre d’un Retz20. Chez Brantôme, simple gentilhomme, cette déploration se manifeste cependant déjà sous la forme, en apparence très différente, d’une résistance du récit à la pensée et à l’analyse historique des situations. La promotion de l’art de conter, la priorité donnée à la matière narrative par rapport à la réflexion théorique ou morale sur son interprétation, permet en effet d’imposer une codification esthétique des parcours et des comportements dans laquelle l’admirable – le bon mot, la « rencontre » inattendue, le beau geste ou le noble fait d’armes – l’emporte sur l’exemplaire. Cet ordre de valeur alternatif, fréquemment fondé sur les exemples fournis par la littérature chevaleresque, joue alors naturellement sur le classement des attitudes d’adhésion et de dissension, de soutien et de dissidence présentées par le récit, classement influencé de plus par le code générique utilisé par le mémorialiste dans chacun de ses livres.

  • 21  Voir Robert L. Kilgour, « Brantôme’s account of sixteenth century chevalery », Harvard Studies XIX (...)
  • 22  Il fait une large place à l’éloge de l’efficacité militaire des tercios espagnols, que Brantôme fa (...)

17Ainsi, le choix que fait Brantôme du genre des « Vies », et en particulier la forme rhétorique des « vies parallèles » dans la rédaction des deux livres des Dames, et surtout dans celle des Vies des Grands Capitaines français et étrangers s’avère particulièrement propre à ce déplacement des cadres du jugement porté sur les personnages et les conduites. La composition de portraits en contraste, prétexte à la comparaison des qualités, discours, destins et hauts faits des grands, permet à Brantôme d’envisager l’histoire du siècle sous l’angle particulier de la recherche du prince parfait, comme celui dont la présence au pouvoir peut être la plus favorable à la composition d’histoires, c’est-à-dire à l’avancement de la fortune et de la gloire de son aristocratie, à l’entretien d’une cour brillante et cultivée et à la conquête de nouvelles provinces21. Si François Ier apparaît d’emblée comme le modèle de ce prince généreux, Charles Quint fait l’objet d’un éloge semblable, tout le dispositif étant conçu pour les mettre en concurrence à cet égard. Si l’on constate, sans surprise, que Brantôme  contrairement à Montaigne promeut sans états d’âme la solution des guerres étrangères, et en particulier de la Croisade contre l’empire ottoman comme facteur de réconciliation civile et religieuse, et comme remède économique et politique naturel aux luttes et dissensions internes qui déchirent la France, le passage au service du prince étranger n’en apparaît pas moins justifié selon la même logique. Nettement hispanophile, la section des « Vies » consacrées aux hommes illustres et capitaines étrangers réserve ainsi une place significativement étendue aux récits de changements d’alliance motivés par le défaut de reconnaissance par un prince des services rendus par ses hommes d’armes. De façon significative, le Discours des couronnels est consacré tout entier, à travers son propos sur la réorganisation de l’infanterie française à partir de François II, à la promotion de l’ordre militaire par rapport à l’ordre politique, à la définition de la dignité propre aux hommes d’armes et du code de valeurs qui est le leur – promotion qui ne se limite pas cette fois à la caste aristocratique, mais s’étend du simple soldat au prince régnant, en tant que chef d’armée, et non en tant que souverain22.

18Plus spectaculaire encore, le cas-limite représenté par la tentation de la conversion à l’islam, corollaire du passage au service de l’adversaire barbaresque ou ottoman, est évoquée dans le même ordre d’idées (attrait de l’aventure, recherche de la gloire et de la fortune qui se font rares en temps de paix, ou en cas de disgrâce et d’isolement au fond d’une province) à travers une série d’exemples qui méritent qu’on s’y attarde un instant.

19Introduits sous forme de digression dans le Discours des Colonels (p 102-110), ils contribuent sans doute à éclairer, par le biais du raisonnement triangulaire familier à l’introduction de ce type d’argument, l’attitude adoptée par le mémorialiste vis-à-vis du problème spécifique de la dissidence religieuse en France. Le motif est en effet courant dans les écrits des ligueurs comme sous la plume des protestants ; cependant, dans l’évocation du problème de la conversion, l’islam fait d’ordinaire fonction de tiers-exclu. Il peut en effet servir, dans le cadre d’un discours catholique prosélyte, à stigmatiser une apostasie qui fait du huguenot un renégat digne d’un Turc, ou au contraire, dans le cadre d’un propos de conciliation, à ressouder la communauté chrétienne, toutes confessions confondues, contre le « paganisme » musulman ou contre l’hérésie des Juifs. Brantôme fait certes grand usage du motif sous cette dernière forme, en particulier lorsqu’il évoque sa propre participation à plusieurs campagnes espagnoles ou romaines contre le Turc – notamment lors du siège de Malte et de la reprise de la Goulette. En revanche, lorsque l’allusion au passage à l’islam apparaît sous sa plume de façon topique et non référentielle, loin de correspondre au comble de l’apostasie, le reniement est évoqué comme une possibilité envisageable ; il devient l’expression provocatrice et topique d’un refus de la « passion » religieuse. Ainsi, en rapportant le scandale provoqué après la deuxième guerre civile par le sermon prononcé par l’évêque de Nevers, Arnaud Sorbin de Sainte-Foy, déclarant qu’il « aymeroit cent fois plustost estre Turc qu’hérétique ou huguenot », Brantôme commente :

  • 23  Grands Capitaines, dans Œuvres, V, p. 60.

M. D’Estrozze, M. de Combaut et moy estions ensemble, qui, autrement, pour estre jeunes, nous nous soucions autant du Turc comme de l’huguenot.23

20De façon plus significative encore, tandis que Brantôme évoque la gloire des soldats français partis chercher fortune à l’étranger, une série de digressions l’entraîne dans l’évocation des parcours, trouvés chez Froissart, de Jacques de Heilly et de Jacques du Fay, (p. 106-109), tous deux passés au service du Turc pour leur plus grand profit, comme fit un certain capitaine de Vallesergues, devenu recruteur de Soliman le Magnifique, ou M. de Potrincourt. Or, de ces brillants aventuriers qui « se reni[èrent] gentiment, sans autre cérémonie ou forme de contrainte » (p. 108) l’un au moins, dit le conte, changea de camp non pour faire fortune, mais plus simplement en voyant une bataille tourner au désavantage des chrétiens. Cela n’empêche pas le mémorialiste – ailleurs chantre inlassable de l’héroïsme chevaleresque, et grand spécialiste des scènes de mort nobles – de conclure :

Voilà comment en toutes façons, soit pour bien, soit pour mal, les François ont été hasardeux à rechercher les advantures & faire rencontres & entreprendre voyages ; que quand ils leur falloient en leur pays, ilz les alloient de loing esvanter hors de leur Patrie.

  • 24  Sur le dernier des « contes » de cette section, qui porte sur l’origine française supposée des frè (...)

21Et Brantôme de rappeler que sa propre participation à la libération de Malte lors du siège de 1565 lui avait également valu d’être « banni et désavoué » par le roi… en raison de l’alliance de la France avec la Grande Porte. La conclusion montre la priorité donnée par le récit à l’intérêt de l’action sur l’exemplarité morale et politique des situations : le geste est légitime parce qu’il produit de l’aventure, matière du récit et justification ultime de la classe et de l’ordre au nom desquels parle Brantôme. Les récits de cette section se déroulent dans un espace géographique à dominante imaginaire, l’Orient des croisades ; dans une Méditerranée moderne dominée par l’empire ottoman, on ne saurait s’étonner de voir un chevalier sans emploi passer au service du Turc24. Ce n’est pas un hasard si le passage le plus lyrique et le plus mélancolique du livre suit immédiatement cette digression : Brantôme s’y explique à son habitude, rendant compte non pas du scandale ou de l’hétérodoxie de son contenu, mais de la longueur inutile du récit, par la fonction compensatoire de celui-ci :

telz bons temps s’en sont allés dans le vent ; & ne m’est resté que d’avoir esté tout cela & un souvenir encore qui quelques fois me plaist, quelques fois me deplaist […](p. 110-111).

22De fait, en envahissant l’essentiel de l’espace initialement dédié au portrait, au discours ou à l’éloge, ces digressions narratives finissent par constituer le tissu bariolé et rapiécé des mémoires eux-mêmes. L’événement signifiant – conjuration d’Amboise, « surprise de Meaux », Saint-Barthélemy, bataille de Lépante, siège de la Rochelle – apparaît ainsi à la marge de plusieurs de ces parcours, librement recomposé en fonction d’une logique souvent présentée comme celle de l’association d’idées, de l’apparition au hasard du récit d’un personnage qui y a pris part, ou par lequel cet événement est connu. Envisagé sous plusieurs angles dans des passages très éloignés de l’œuvre, qu’il faut rapprocher pour en reconstituer le récit complet, il se voit ainsi dégagé de la succession chronologique dans lequel il devrait apparaître, mais aussi de la présentation d’un enchaînement de causes et d’effets, ou des intentions et des manœuvres concertées dont il pourrait être le résultat. Chaque événement échappe ainsi aux cadres d’une lecture globale, qu’elle soit providentielle, tragique, exemplaire ou même contingente, du cours des affaires humaines, pour s’organiser uniquement au fil de l’écriture autour de l’intérêt particulier que son déroulement présente sur le moment pour les personnages qui s’y trouvent impliqués – et par ce biais pour le lecteur.

  • 25  Là-dessus, voir Pascal Brioist, Hervé Drévillon et Pierre Serna, (dir.), Croiser le fer. Violence (...)

23C’est ce que montre bien le projet même du Discours sur les duels, consacré à la défense et illustration par le récit, et en particulier par la logique anecdotique, de l’une des formes d’action dissidentes qui deviennent pour la classe à laquelle Brantôme affirme son appartenance l’un des symboles de la résistance à l’autorité royale, en tant que celle-ci suppose le monopole par l’état de la violence légale25. Le Discours se donnant pour objectif de résoudre par l’appel à la coutume, et par la confrontation des cas la question de « sçavoir si l’on doit practiquer grandes courtoisies et en user parmy les duels, combats, camps clos, estaquades et appels », la réflexion théorique s’y voit comme dans les Vies bien vite écartée au profit du développement des exemples et traditions, dont la succession contrastée et l’exemplarité divergente remplacent rapidement la logique argumentative.

24Sur le fond du problème, après avoir rappelé que ces combats sont « du tout interdits dans toute la chrétienté depuis le Concile de Trente », Brantôme renvoie son lecteur bien plus souvent aux traités des « docteurs duellistes », les jurisconsultes Alciat, Mutio et Paris del Pozzo, qu’à l’autorité des théologiens, qui n’est mentionnée que pour être aussitôt écartée. Brantôme confie à son art du récit le soin de prouver le caractère nécessaire, et le cas échéant légitime d’un tel exercice privé de la violence, légitimité qui repose sur l’acceptation individuelle du risque encouru par les protagonistes. Quelles que soient les circonstances qui, dans chacune des anecdotes qui composent le Discours, débouchent sur le duel, celui-ci, en tant qu’objet même du récit, apparaît en effet comme l’issue inévitable, et comme l’unique moyen de mettre fin à la querelle évoquée, que celle-ci soit bonne ou non. Une logique dont Brantôme montre qu’elle prime de fait sur le respect dû au rang et la majesté royale, dans la mesure où elle engage non seulement l’honneur – notion abstraite, morale et donc sujette à débat – mais de façon plus essentielle, le « courage » des personnages mis en cause, c’est-à-dire leur tempérament et disposition particulière à « prendre la pique ».

  • 26  Colonels, p. 93 ; et Duels, VI, p. 333-335.

25L’implication du narrateur lui-même, notamment par ses alliances, dans certains des cas les plus célèbres qu’il évoque – on pense notamment au duel du 10 juillet 1547 entre Jarnac et La Chastaigneraie, qui coûta à l’oncle de Brantôme sa vie et sa fortune – apparaît alors comme le principal outil de cette défense de l’institution du duel. Tout en déplorant la mort de son parent, et en prenant ouvertement parti pour lui dans le récit qu’il fait des phases de l’assaut qui l’oppose à Jarnac, Brantôme en effet montre sa mort comme le résultat d’une pratique régulière, justifiée par l’acceptation mutuelle du risque encouru, et par l’interruption du mécanisme de la violence à l’issue de l’épreuve. De même, commentant l’assassinat en 1575 du marquis du Gast par Guillaume Duprat, baron de Viteaux, l’un et l’autre ses amis, Brantôme s’exclame à deux reprises, et malgré le refus du baron de se reconnaître l’auteur du crime : « Ah ! mon Frere & grand Amy, vous avez tué un austre mien grand amy. Plust à Dieu que vous ne l’eussiez faict ! Je vous aymerois davantages26 », déploration dans laquelle se conclut et s’éteint l’interminable série de vengeances dont ce meurtre était l’aboutissement.

  • 27  Une violence dans laquelle Brantôme, comme La Noue, Montaigne ou d’Aubigné, voit la manifestation (...)
  • 28  « Quant à nostre roy Henri III, je sçay bien, et plusieurs gens de foy comme moy, combien de fois (...)

26En faisant la chronique des querelles personnelles qui ont opposé, avec ou sans le consentement du prince, les grands seigneurs de la cour des Valois, puis de l’entourage de Charles IX et surtout d’Henri III, Brantôme en effet relie par digressions successives ces combats aux épisodes contemporains des guerres de religion. C’est l’occasion pour le mémorialiste de présenter la pratique dissidente, et traditionnellement considérée comme machiavélienne, du duel non comme un indice de désordre et de défaut de l’autorité royale, mais comme un moyen « très-politique » de contrôler l’extension d’une violence endémique, consubstantielle aux sociétés, aux proches des ennemis, à leurs alliés, à leur parti, puis à la collectivité27. Nombre des principaux récits qui composent le Discours d’aucuns duels montrent ainsi, dans un double mouvement d’ouverture et de clôture successives, le gonflement d’une querelle peu à peu étendue par le jeu des alliances à tout un parti, puis réduite à néant par l’événement clé que représente le meurtre, fût-il double ou triple. C’est ce que montrait le propos que l’on citait en épigraphe, et qui vient conclure dans le Discours des duels la défense des « appels », exclusivement adressés à l’adversaire, contre la pratique venue d’Italie des combats alla mazza, qui étendent l’affrontement à tous les alliés et mercenaires engagés par chacun des deux partis. Brantôme y affirme que les « appels » ont bien été vertueusement interdits par Henri III – et judicieusement tolérés, dans les faits, par le même prince avisé28.


*

  • 29  Voir Arlette Jouanna, Le Devoir de révolte, op. cit. ; également Anne-Marie Cocula-Vaillières, « L (...)

27Le rôle qu’a pu jouer pendant les guerres civiles l’écriture des « mémoires d’épée » dans la promotion d’un code de valeurs justifiant, par le refus de l’allégeance aveugle à la religion comme à l’autorité royale, la dissension religieuse et politique apparaît ici indéniable29. Que l’on puisse lire dans la nostalgie personnelle qui teinte les récits de Brantôme l’indice d’une conscience historique de la perte progressive de cette liberté, et de la confiscation de cette indépendance au profit de la monarchie, qui devait au siècle suivant faire de l’écriture le seul espace symbolique désormais ouvert aux rêves de gloire de la noblesse, est moins certain. « Ce sont nous autres », écrit Brantôme avec philosophie,

  • 30  Discours sur les Colonels, p. 152.

[...] qui faisons les Courtz des Grandz et emplissons leurs Armées, leurs Salles et Chambres de nos Compaignies et présences, sans lesquelles que seroient-ils ? Mais nous ne pouvons nous garder de les suivre, tant nous sommes fatz et ambitieux, dont aucuns se trouvent très bien et d’autres très mal.30

  • 31  Rappelons que Brantôme annonce, juste après cette anecdote, la préparation d’un second livre consa (...)

28Le dernier conte placé par le mémorialiste à la fin du Discours sur les Duels31 semble en revanche assigner une fonction plus concrète et plus puissante à la représentation de cette liberté, en faisant du récit le terrain d’essai d’une résistance à l’autorité du prince, lorsqu’elle se montre abusive. Pour illustrer l’idée selon laquelle « nul grand ne peut dire, s’il a un ennemy, […] que ce soit un ennemi petit », et faire sentir au lecteur la vertu de l’exemple, l’histoire de l’assassinat par Giovanni-Andrea Lampugnano du duc de Milan Galeazzo Maria Sforza, dans l’église Saint-Étienne de Milan en décembre 1476 peut s’avérer bien plus efficace, affirme pour finir le mémorialiste, que l’exercice de la réflexion – fût-elle pratiquée par le plus célèbre de ses contemporains :

  • 32  Notamment Carlo Visconti et Girolamo Olgiato. Voir Paul Jove, Elogia virorum bellica virtute illus (...)
  • 33  Duels, dans Œuvres, VI, p. 499.

Et pour dernier exemple, je n’allegueray que cestuy du duc de Milan, Galeas-Marie, fils du duc de Sforce, qui devint si tyran et vicieux qu’il ne s’attaqua pas seulement aux biens de ses sujets, mais à leurs femmes et filles ; si qu’un segnor André Lampugnan, impatient du tort qu’il faisoit à son frere d’une abbaye, se resolut, avecques d’autres conjurateurs32, de le tuer ; ce qu’il fit dans une église, feignant de vouloir parler à lui ; et luy donna dans le corps et ventre deux ou trois coups d’une dague. Mais, avant qu’entreprendre ce meurtre, n’osant approcher ny offenser la personne du prince, duquel la grande beauté le rejettoit et estonnoit (voyez quelle vertu porte une beauté !), s’advisa d’un moyen pour s’asseurer ; de maniere qu’il le fit peindre dans un tableau fort au vif, contre lequel il donnoit de la dague à toutes fois qu’il y pensoit, et s’essayoit ainsi ; et tant continua ces coups et ceste façon de faire qu’un jour, se voyant tout accoustumé et asseuré de l’approcher et frapper, luy donna sept coups à bon escient, dont en tumba mort par terre tout estendu. Quel essay ! Je croy que le sieur de Montaigne n’en a jamais faict ni escrit de pareil parmi les siens33.

Bibliographie

Corpus primaire

29Aubigne, Agrippa d’, La Responce de Michau l’aveugle, suivie de La replique de Michau l’aveugle : deux pamphlets théologiques anonymes, publiés avec des pièces catholiques de la controverse, Jean-Raymond Fanlo (éd.), Paris, Honoré Champion, 1996.

30Brantome, Pierre de Bourdeille, sieur de, Discours sur les colonels de l’infanterie de France, E. Vaucheret (éd.), Paris, Vrin, 1973.

31—, Discours sur les duels de Brantôme, avec une préface de H. De Pène, Paris, Libraire des bibliophiles, 1887.

32—, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, t. I-VI, 1864.

33La Noue, François de, Discours politiques et militaires, Bâle [Genève], 1587.

34Monluc, Blaise de, Commentaires [1592], E. Courteault (éd.), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1964.

Corpus secondaire

35Bertiere, André, Le cardinal de Retz mémorialiste [1977], Paris, Klincksieck, 1977.

36Brioist, Pascal, Drevillon, Hervé et Serna, Pierre, (dir.), Croiser le fer. Violence et culture de l’épée dans la France moderne (xvie-xviiie siècle), Paris, Champ Vallon, 2002.

37Cocula-Vaillieres, Anne-Marie, « Brantôme, un soldat et la politique », Les Ecrivains et la politique dans le Sud-Ouest de la France autour des années 1580, Bordeaux, 1982, p. 173-175.

38—, « La nostalgie de Brantôme ou l’imaginaire de l’unité dans une chrétienté bipolaire », L’imaginaire du changement en France au xvie siècle, Bordeaux, 1984, p. 209-226.

39Cottrell, Robert D., Brantôme as Portraitist of his Age, Genève, Droz, 1970.

40Grimaldi, Anne, Brantôme et le sens de l’histoire, Paris, Nizet, 1981.

41Jouanna, Arlette, « La noblesse et les valeurs guerrières au XVIe siècle », dans Gabriel-André Pérouse, André Thierry et André Tournon (dir.), L’Homme de guerre au xvie siècle, R.H.R., Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1992.

42—, Le Devoir de révolte : la noblesse française à la gestation de l’état moderne (1559-1661), Paris, Hachette, 1989.

43Kilgour, Robert, « Brantôme’s account of sixteenth century chevalery », Harvard Studies, XIX, 1937, p. 119-150.

44Lalanne, Ludovic, Brantôme, sa vie et des écrits, Paris, 1896.

45Lazard, Madeleine, Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, Paris, Fayard, 1995.

46Mechoulan, Eric, « éléments pour une topique de la vengeance », dans La Vengeance dans la littérature d’Ancien Régime, Montréal, Paragraphes, 2000, p. 169-189.

47Pingaud, Léonce, « Brantôme historien », Revue des questions historiques, X, janv. 1976, p. 186-224.

48Supple, James J., « Brantôme et La Noue » Cahiers Brantôme, vol. 1, Presses Universitaires de Bordeaux, janv. 2003, p. 123-139

49Vaucheret, Étienne, Brantôme mémorialiste et conteur, Paris, Champion, 2010.

Haut de page

Notes

1  Contrairement aux autres œuvres de Brantôme, pour lesquels on dispose de plusieurs copies manuscrites antérieures aux premières éditions partielles de 1665-1666 (Leyde, Jean Sambix) le Discours d’aucuns duels, copié à l’origine dans le second des cinq volumes (Ms 6694) légués par Brantôme à ses héritiers en 1614, n’est plus connu que par sa première publication hollandaise de 1722 (Anecdotes de la cour de France sous les rois Henri II, François II, Charles IX et Henri IV touchant les duels), qui a servi de base aux éditions ultérieures. Ed. utilisée, Œuvres du seigneur de Brantome, Londres, 1779, p. 184-185. Les références qui suivent aux œuvres de Brantôme s’entendent pour l’édition de Ludovic Lalanne (Œuvres complètes, L. Lalanne (éd.), t. I-VI, 1864), à l’exception du Discours sur les colonels de l’infanterie de France, E. Vaucheret (éd.), Paris, Vrin, 1973.

2  Voir Robert D. Cottrell, Brantôme as Portraitist of his Age, Genève, Droz, 1970.

3  Sur le parcours de Brantôme, voir l’étude ancienne de Ludovic Lalanne, Brantôme, sa vie et des écrits, Paris, 1896 ; plus récemment Madeleine Lazard, Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, Paris, Fayard, 1995, et Étienne Vaucheret, Brantôme mémorialiste et conteur, Paris, Champion, 2010.

4  Blaise de Monluc, Commentaires [1592], E. Courteault (éd.), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1964 ; François de la Noue, Discours politiques et militaires, Bâle [Genève], 1587, et Agrippa d’Aubigné, Mémoires, ou Sa Vie à ses enfants, Gilbert Schrenck (éd.), Paris, Nizet, 1986, et La Responce de Michau l’aveugle, suivie de La replique de Michau l’aveugle : deux pamphlets théologiques anonymes, publiés avec des pièces catholiques de la controverse, Jean-Raymond Fanlo (éd.), Paris, Honoré Champion, 1996 ; voir également James J. Supple, « Brantôme et La Noue » dans Cahiers Brantôme, vol. 1, Presses Universitaires de Bordeaux, janv. 2003, p. 123-139.

5  Voir sur ce point Léonce Pingaud, « Brantôme historien », Revue des questions historiques, X, janv. 1976, p 186-224 ; également l’étude d'Anne Grimaldi, Brantôme et le sens de l’histoire, Paris, Nizet, 1981.

6  Sur ce point voir Arlette Jouanna, « La noblesse et les valeurs guerrières au xvie siècle », dans Gabriel-André Pérouse, André Thierry et André Tournon (éd.), L’Homme de guerre au XVIe siècle, R.H.R., Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1992. Anne-Marie Cocula-Vaillières « Brantôme, un soldat et la politique », Les écrivains et la politique dans le Sud-Ouest de la France autour des années 1580, Bordeaux, 1982, p. 173-175.

7  Grands capitaines, dans Œuvres, IV, p. 128

8  Voir également, là-dessus, le récit qu’il fait de la reconversion sans repentir du capitaine Brion, « brave Gentilhomme » brièvement devenu « huguenot par humeur et mescontentement », et qui accepta sans états d’âme, à l’issue du siège de saint Quentin, de revenir au service du roi, ainsi que de la mort héroïque de celui-ci devant Rouen, malgré les cris de ses anciens coreligionnaires « qui lui reprochoient de dessus la muraille : « Ah, Brion, Brion, tu as quitté ton Dieu, ta Religion et ton Party ! » (Discours des colonels, p. 122).

9  Grands capitaines, dans Œuvres, III, p. 114-115.

10  Sur ce point, voir Étienne Vaucheret, « Montaigne et Brantôme : deux conceptions du point d’honneur », dans Brantôme mémorialiste et conteur, op  cit., p. 223-235.

11  Voir à ce sujet le récit de la conjuration d’Amboise, Grands capitaines, dans Œuvres, IV, p. 160-225.

12  Rappelons que le terme est systématiquement valorisé dans ses Mémoires, dans toutes ses acceptions.

13  Ludovic Lalanne, Brantôme, sa vie et des écrits, Paris, 1896, p. 135-136.

14  Voir là-dessus Étienne Vaucheret, « Trois chapitres introuvables », dans Brantôme, mémorialiste et conteur, op. cit. p. 283-326.

15  On songe par exemple au regret, librement exprimé dans la Vie de François de Lorraine, duc de Guise, que le duc « trop consciencieux » n’ait pas voulu « se saisir de la personne du roi » de Navarre, à la mort de François II ; certes, cela revenait à « usurper le droict et authorité d’autrui » ; mais à ce prix « nous eussions veu possible la France plus heureuse qu’elle n’a esté depuis », affirme le mémorialiste. De même, Brantôme dénie à François de Guise la responsabilité de la tuerie de Vassy, qu’il refuse de qualifier de « massacre » ; au contraire, il insiste sur les cruautés dont Charles IX s’est rendu coupable, et en particulier sur sa responsabilité dans le massacre de la Saint Barthélémy.

16  Voir Arlette Jouanna, Le Devoir de révolte : la noblesse française à la gestation de l’état moderne (1559-1661), Paris, Hachette, 1989.

17  Grands capitaines, dans Œuvres, V, p. 209.

18  Ibid.,p. 211.

19  Ibid., dans Œuvres, t. I, p. 4.

20  Voir André Bertière, Le Cardinal de Retz mémorialiste, Paris, Klincksieck, 1977.

21  Voir Robert L. Kilgour, « Brantôme’s account of sixteenth century chevalery », Harvard Studies XIX, 1937, p. 119-150.

22  Il fait une large place à l’éloge de l’efficacité militaire des tercios espagnols, que Brantôme fait dépendre de la régularité, souvent menacée, avec laquelle la solde parvient aux membres de ces unités d’élite. Voir Étienne Vaucheret, « Le mythe d’un renouveau militaire d’après le modèle espagnol, chez Brantôme et la Noue », dans L’Imaginaire au XVIe siècle, 1984, p. 249-276.

23  Grands Capitaines, dans Œuvres, V, p. 60.

24  Sur le dernier des « contes » de cette section, qui porte sur l’origine française supposée des frères Barberousse, on me permettra de renvoyer à Anne Duprat, Histoire du captif. Formes et fonctions d’un paradigme, de l’Antiquité au xviie siècle, Paris, P.U.P.S, à paraître.

25  Là-dessus, voir Pascal Brioist, Hervé Drévillon et Pierre Serna, (dir.), Croiser le fer. Violence et culture de l’épée dans la France moderne (xvie-xviiie siècle), Paris, Champ Vallon, 2002, et éric Méchoulan, « éléments pour une topique de la vengeance », dans La Vengeance dans la littérature d’Ancien Régime, Montréal, Paragraphes, 2000, p. 169-189.

26  Colonels, p. 93 ; et Duels, VI, p. 333-335.

27  Une violence dans laquelle Brantôme, comme La Noue, Montaigne ou d’Aubigné, voit la manifestation la plus condamnable dans les massacres collectifs des guerres civiles, mais aussi dans les meurtres ordonnés au cours d’opérations de guerre par certains des chefs d’armée les plus proches de lui. Sa condamnation véhémente du « massacre des garces » aux Ponts-de-Cé par Strozzi, et l’aversion dont il témoigne par la suite à l’égard de cet ami, en fait foi.

28  « Quant à nostre roy Henri III, je sçay bien, et plusieurs gens de foy comme moy, combien de fois il a fait d’ordonnances et deffenses de n’en venir plus là ; car je l’ay veu à la cour le publier plus de cent fois […]. Au reste, jamais querelle n’est entrevenue en sa cour qu’estant venue en sa notice, qu’il ne la fist aussy tost accorder, fust ou par luy, ou par les officiers de sa couronne. Il est vray qu’on m’en pourroit alleguer aucunes, qui sont trois ou quatre, qui font en cela contre moy. Je le croy bien ; il le falloit ainsi ». Discours sur les Duels, dans Œuvres, VI, p. 450.

29  Voir Arlette Jouanna, Le Devoir de révolte, op. cit. ; également Anne-Marie Cocula-Vaillières, « La nostalgie de Brantôme ou l’imaginaire de l’unité dans une chrétienté bipolaire », dans L’imaginaire du changement en France au xvie siècle, Bordeaux, 1984, p. 209-226.

30  Discours sur les Colonels, p. 152.

31  Rappelons que Brantôme annonce, juste après cette anecdote, la préparation d’un second livre consacré aux « défis et appels », ainsi qu’aux « accords et satisfactions » qui les suivent (Œuvres, VI, p. 500).

32  Notamment Carlo Visconti et Girolamo Olgiato. Voir Paul Jove, Elogia virorum bellica virtute illustrium, Bâle, 1596, p. 100.

33  Duels, dans Œuvres, VI, p. 499.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Duprat, « Résistances de l’anecdote : Brantôme et la dissidence narrative », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2013-01 | 2013, mis en ligne le 09 mars 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5876 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5876

Haut de page

Auteur

Anne Duprat

Anne Duprat est professeur de Littérature Comparée (UPJV – Délégation CNRS à l’EHESS) et traductrice. Spécialiste de théorie de la fiction et des littératures européennes des xvie et xviie siècles, elle dirige la collection Mediterranea aux éditions Bouchène, et est notamment l’auteur de Vraisemblances. Poétiques de la fiction (France-Italie, xvie-xviie siècles), Paris, Champion, 2009, et de Histoires et savoirs. Anecdotes scientifiques et sérendipité aux xvie et xviie siècles  (dir.), avec F. Aït-Touati, Peter Lang, 2012.
Mail : anne.duprat [ @ ] wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page