Navigation – Plan du site
Rabelais et Panurge

La dissidence de Panurge, entre sympathie et réprobation

Nadine Kuperty-Tsur

Résumés

Les nombreux éléments renvoyant à l’essentiel du débat entre catholiques et protestants dans le chapitre qui traite de la rencontre entre Panurge et la Haute Dame de Paris permettent de poser l’hypothèse que Panurge incarnerait ici la Réforme et sa stratégie brutale alors que la Haute Dame de Paris pourrait incarner l’église ou même Marguerite de Navarre et ses hésitations. Cette grille de lecture permet, entre autre, de donner un nouveau sens à l’épisode du calembour en rapport avec la prière machinale mais surtout de comprendre que Rabelais ne condamne pas tant les idées de Panurge ; en effet, sa dissidence associée à un discours exprimant ouvertement le désir n’est pas antipathique mais c’est la violence de sa stratégie et notamment la violence du châtiment infligé à la Dame, que Rabelais condamne, exprimant ainsi le fossé désormais infranchissable entre les deux partis qu’humanistes et évangélistes en France avaient souhaité voir s’accorder.

Haut de page

Notes de l’auteur

L'analyse de ce chapitre de Rabelais a bénéficié d'un fructueux échange avec George Hoffmann et ses doctorantes lors de l'hiver 2010 à Ann Arbor. Par ailleurs, je remercie Helena Skorovsky pour sa relecture du résumé en anglais.

Texte intégral

  • 1  François Rabelais, Pantagruel, § 21 : Comment Panurge feust amoureux d'une haulte dame de Paris et (...)
  • 2  Wayne Booth, “Freedom of interpretation; Bakhtine and the challenge of feminist Criticism”, Critic (...)
  • 3  E. Bruce Hayes, “Putting the ‘Haute’ Back into the ‘Haute Dame de Paris’: The Politics and Perform (...)
  • 4 François Rigolot, “Rabelais, Misogyny, and Christian Charity: Biblical Intertextuality and the Rena (...)
  • 5  Timothy Hampton, “"Turkish Dogs": Rabelais, Erasmus, and the Rhetoric of Alterity”, Representation (...)
  • 6  E. Bruce Hayes, art. cit. p. 40 : “Freccero may be correct in observing that “Panurge’s emblematic (...)
  • 7  Carla Freccero, “Damning Haughty Dames: Panurge and the Haulte Dame de Paris,” Journal of Medieval (...)

1L’épisode de la rencontre entre Panurge et la Haute Dame de Paris1 est bien connu ; il est le plus souvent interprété comme une illustration de la misogynie traditionnelle des auteurs masculins du Moyen Âge et de la Renaissance (voir W. Booth2, E. B. Hayes3, F. Rigolot4, T. Hampton5 etc…). La farce cruelle que joue Panurge à la Dame de Paris semble être en effet, à première lecture, tirée d’un fabliau6 dont Freccero7 a repéré la source dans un novellino de Masuccio Salernitano, auteur italien du xve siècle. Visant à susciter un rire gras et masculin, cette farce se bornerait-elle à marquer la supériorité de l’homme sur la femme ? La cuisante punition que celle-ci s’attire en refusant à trois reprises les avances de Panurge, lui donne une dimension qui déroge au comique. Dans son analyse éclairante du même passage, François Rigolot assimile les avances de Panurge à une réécriture des trois tentations du Christ par Satan ; on reprendra ici l’interprétation métaphorique des personnages en essayant de montrer que le texte fait également sens lorsqu’on identifie la haute Dame de Paris, non pas au Christ, comme le suggérait François Rigolot mais à l’Église alors que Panurge, lui, incarnerait la Réforme et sa violence iconoclaste.

  • 8  Max Engammare, Le Cantique des Cantiques à la Renaissance, Genève, Droz, 1993.

2Dans cette intrigue, d’autres éléments apparaissent, peu exploités par la critique jusque là ; il s’agira ici de montrer que ces éléments participent d’un discours non seulement cohérent mais de plus historiquement significatif. Ce discours débouche sur l’expression d’une opinion complexe concernant le comportement de Panurge qui permet de le qualifier de dissident, en marquant d’une part une certaine sympathie pour ses idées et d’autre part une condamnation de la stratégie maladroite et présomptueuse qu’il choisit. Au-delà de la relation de ce couple malheureux qui visiblement ne peut (ou ne veut ?) pas communiquer et du récit de l’échec des tentatives de séduction de Panurge, il semblerait que Rabelais décrive de façon métaphorique mais néanmoins extrêmement précise les raisons de l’échec de la Réforme en France. Pourquoi ce déguisement ou plutôt cet encodage ? Pour diverses raisons : historiques et politiques d’abord, l’édition définitive de Pantagruel est, certes, publiée en 1542 mais l’épisode de la dame de Paris est déjà présent dans l'édition de 1532 et il conserve tout son sens au moment de l’affaire des Placards en 1534, marquant le début du large mouvement de répression décidé par François Ier et la mise hors la loi des partisans de la Réforme. En vertu de ce durcissement, Rabelais a toutes les raisons de prendre ses précautions. Ce déguisement des personnages s’inspire de traditions culturelles très anciennes ; en effet, de nombreux textes, bien avant la Renaissance, utilisent l’image du couple comme une métaphore pour décrire la nature de la relation liant deux entités qui ne renvoient pas forcément à un homme et une femme, comme par exemple le Cantique des cantiques dont la lecture est en vogue à la Renaissance et qui, dans l’exégèse judéo-chrétienne exploite le désir qui unit l’homme à la femme pour décrire celui qui unit l’homme à son Créateur ou encore l’homme à la Bible et à ses commandements8.

3Les métaphores du prologue de Gargantua (les Silènes, Socrate, le chien et l’os) appellent à la lecture d’un texte crypté et celle qu’on propose ici de l’épisode de Panurge et de la Dame de Paris, se base sur la présence assez massive, et par hypothèse certainement significative, d’une série d’éléments liés au conflit religieux et présentés selon un point de vue qui rappelle les principales revendications de la réforme de la foi catholique. Ces éléments épars dans la narration produisent du sens dès qu’on les rassemble et permettent de construire un véritable réseau de significations ou encore un deuxième discours, discours souterrain qui donne à la scène de séduction, une signification supplémentaire. Les tentatives de séduction de la Dame de Paris par Panurge pourraient alors être lues comme une métaphore des tentatives manquées de la Réforme pour séduire et convaincre l’Église catholique. En le désenclavant de la relation homme-femme et en essayant de montrer le fonctionnement de cette relation comme une métaphore des rapports de l’Église, incarnée par la Haute Dame de Paris, et de la Réforme, que représenterait ici Panurge, la lecture qu’on propose ici repose sur « l’encodage » des personnages. La dimension sexuelle très présente au cours de ces chapitres et qui fait scandale participe elle aussi de l’encodage qui régit ce passage et permet de décrire les tensions caractéristiques de la querelle religieuse avant même qu’elle n’éclate dans toute sa violence.

  • 9  Phrase qui reprend presque mot à mot la formulation de l’histoire d’Abélard dont la réputation cro (...)
  • 10  Mikhail Bakhtine, L’Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen âge et sous la Ren (...)

4Le passage débute sur la mention de la célébrité croissante de Panurge, qui « devient présomptueux au point de vouloir conquérir une des grandes dames de la ville9 ». Le fait que Panurge « faisoit dès lors bien valoir sa braguette » place d’emblée le propos dans le contexte du bas corporel, dégradé et comique à la fois, de l’esthétique grotesque10. Si on peut, à la rigueur, faire valoir son mérite, il est, certes, déplacé de faire valoir sa braguette. Le comique dû à l’inadéquation des deux termes juxtaposés, « le faire valoir » et « la braguette » aboutit à une valorisation de la fonction sexuelle masculine, liée à la reproduction, à la vie tout comme au désir qu’exprime Panurge de façon paradoxale, hypocrite et transparente. Hypocrite parce que tout laisse entendre qu’il sait qu’il transgresse les codes de la bienséance et transparente car il prétend exprimer sans détour son désir.

5L’entreprise de Panurge sur la Dame de Paris est néanmoins ambivalente, elle n’est pas uniquement représentée comme une conquête amoureuse mais comme l’expression d’un face à face dont la femme, et plus précisément cette haute dame de Paris, sera la victime. L’adjectif « présomptueux/glorieux » décrivant le comportement de Panurge en ce sens, est significatif d’une hybris déplacée et transgressive. Si, comme je le pense, Panurge incarne ici la Réforme aux alentours de l’affaire des Placards, sa présomption exprime la critique que Rabelais adresse au mouvement réformé : il fait des adeptes, en particulier auprès des élites urbaines et curiales, et notamment auprès des femmes. Son succès va croissant et fort de ce succès (succès social plus que théologique), Panurge alias la Réforme, s’enhardit au-delà des limites de l’acceptable. Sa stratégie erronée est représentée ici par le biais d’un comportement violent stigmatisé par la grossièreté de Panurge, dans ses paroles d’abord puis, on le verra, dans ses actes. Son erreur est également soulignée par la disproportion entre le comportement de la Dame, qui hésite à transgresser les normes et la punition cruelle que lui inflige Panurge. Autrement dit, les succès que connaît la Réforme montent à la tête des réformateurs et leur font commettre des erreurs qui, l’histoire le dira, bloqueront toute possibilité de dialogue avec l’Église, mettant fin aux espoirs pourtant réels, de changements pacifiques de l’institution religieuse, en France.

6Avant de transcrire le discours de Panurge, Rabelais décrit son attitude qui marque bien la rupture avec « ces dolens contemplatifz amoureux de Karesme », expression clé pour la compréhension de ce passage :

  • 11 François Rabelais, Pantagruel, op. cit.,p. 291.

De faict, laissant un tas de longs prologues et protestations que font ordinairement ces dolens contemplatifz amoureux de Karesme, lesquelz poinct à la chair ne touchent, luy dict un jour.11

  • 12  F. Rigolot, “Rabelais, Misogyny, and Christian Charity…”, art. cit., p. 229 : “This allusion to th (...)
  • 13  Le poète et évangéliste, Clément Marot (1496-1544) est emprisonné pour avoir été vu en train de ma (...)
  • 14  Lawrence Kritzman, The Rhetoric of Sexuality and the Literature of the French Renaissance, Cambrid (...)

7L’ironie qui perce sous la désignation des amoureux de Carême nous plonge au cœur de la querelle religieuse et renvoie à la critique que formuleront les évangélistes (on la retrouvera dans la figure de Quaresmeprenant au Quart Livre) et plus tard les réformés à l’égard de la multiplication des jeûnes et des interdits alimentaires imposés par l’Église12, considérés comme contre nature13 et donc contre-productifs appelant plutôt à la transgression qu’à leur respect. La bivalence des mots employés par Rabelais et leur combinaison insolite, caractéristique centrale de son écriture, permet de passer du domaine érotique au domaine religieux, la vitalité des images empruntées au domaine érotique dénonce la sclérose de la pratique catholique14.

1. Les amoureux de Carême, réduits à la contemplation, donc passifs, seraient les catholiques, attachés au respect des jeûnes, s'opposant aux autres amoureux, actifs (qui eux touchent et mangent la chair), qu’incarnera Panurge, et qui permet ici de l’identifier aux sympathisants de la réforme.

2. Autre mot bivalent, celui de « chair » dans la phrase des « amoureux qui poinct à la chair ne touchent », « chair » évoque à la fois le sexe et la nourriture carnée, interdite pendant les 40 jours du Carême et par extension, les plaisirs de la table. Les amoureux qui ne touchent pas à la chair sont donc les amoureux frustrés, à la fois dans leur appétit sexuel et dans les plaisirs de la table. Deux plaisirs dangereux associés à la luxure et à la gloutonnerie sont en opposition avec la pratique de l’abstinence au sens large dénoncée ici comme pratique erronée, passive et contemplative, qu’elle s’applique à la nourriture ou au sexe. Reprenant la critique des évangélistes à l’égard des interdictions abusives de l’Église, en ce qu’elles s’opposent à la nature humaine et à la vie, incarnée, si j’ose dire, dans le sexe et la nourriture, Panurge se moque des amoureux de Carême.

8La première tentative de séduction de Panurge est verbale, à l’instar du serpent du jardin d’Eden, mais à la différence près qu’elle est aussi comique que révoltante. Comique, parce que Panurge enfreint systématiquement les codes de la bienséance en tenant à la Dame un discours, certes franc et authentique, mais tellement transgressif qu’il en est drôle. Cette exagération comique permet à Rabelais de dénoncer l’hypocrisie d’un code qui prescrit la discrétion et la retenue dans l’expression des sentiments, or, Panurge trahit allègrement ce code en déclarant de but en blanc à la Dame que :

  • 15  François Rabelais, Panurge, op. cit., p.292.

Ce seroit fort utile à toute la republicque, delectable à vous, honneste à vostre lignée, et à moy necessaire, que feussiez couverte de ma race, et le croyez, car l’experience vous le demonstrera15.

  • 16  Voir C. Freccero, “Damning Haughty Dames…”, art. cit., p. 59 : “She, in a ferociously agressive mo (...)

9À la franchise brutale de ce discours, la Dame indignée menace de lui faire couper bras et jambes. L’amputation virtuelle des bras et des jambes a fait déjà couler beaucoup d’encre chez les critiques féministes notamment américaines, qui l’interprètent comme un déplacement du fantasme féminin sur le sexe masculin ou encore comme l’expression de la peur de castration de l’auteur. Mais, c’est justement le contraire car si on y regarde bien, une fois les bras et les jambes coupées, que reste-t-il sinon le sexe ?16 C'est bien dans cette logique que Panurge ne manque pas de répondre que tant que « maistre Jean Jeudy » reste entier, il lui promet beaucoup de plaisir.

  • 17  François Rabelais, Panurge, op. cit., p.292.
  • 18  Voir François Rabelais, Œuvres Complètes, op. cit., p. 1310, note 6 : « Dans ce chapitre, Rabelais (...)

10La Dame peu sensible à l’humour de Panurge reste sur la défensive et le menace : « je appelleray le monde : et vous feray icy assommer de coups »17. Panurge change alors de stratégie en lui répondant qu'elle n’est pas si méchante et entame l’éloge de sa beauté, éloge tout à fait conforme à la tradition courtoise18. On apprend ainsi que Panurge en a la pleine maîtrise, mais, incapable de tenir ce cap très longtemps, son discours dérape rapidement dans la vulgarité du bas corporel. Ce dérapage intentionnel vise à attaquer à nouveau le code qu’il prétendait respecter, Panurge adresse à la Dame une réplique construite exactement sur le même modèle que la phrase précédente :

  • 19 Ibid., p. 293. (je souligne)

O dieux et deesses célestes, que heureux sera celluy à qui ferez celle grace de ceste cy accoller, de la baiser et de frotter son lart avecques elle.19

11Le discours courtois et orné dérape dans la grivoiserie : « frotter son lard » est une évocation particulièrement réussie en ce qu’elle renforce la double thématique érotico-religieuse déjà signalée de ce passage, l’évocation du lard dans son sens littéral ramène à la problématique religieuse liée au Carême (et donc à l’interdiction de manger du lard) tout comme elle évoque la sexualité sur un mode familier et comique, libre de l’entrave religieuse. L’infraction est donc double, à l’égard du Carême d’une part et de la bienséance courtoise, de l’autre. Alors que Panurge veut passer à l’acte, la réaction de la Dame est ambivalente :

  • 20 François Rabelais, Panurge, op.cit., p.293.

Et la vouloit embrasser, mais elle fist semblant de se mettre à la fenestre pour appeler les voisins à la force.20

12Le « semblant » largement commenté a été le plus souvent interprété comme preuve d’hypocrisie féminine (elle dit non alors qu’elle veut dire oui), or, avec une admirable économie de moyens, un adverbe seulement, Rabelais décrit la réaction de la Dame, indiquant non pas son hypocrisie mais plutôt que la séduction de Panurge opère : il intrigue la dame et seule sa brutalité l’empêche de répondre favorablement à ses avances.

13Si ce couple fonctionne également comme une métaphore des rapports entre la Réforme et l’église et si on admet que Panurge incarne la Réforme et que la dame incarne, elle, le catholicisme ou encore l’Église, gardienne des traditions, alors cette scène décrirait la réaction de l’Église face au discours nouveau, brutal, certes, mais authentique de la Réforme. Comme la Dame, l’Église est tout à la fois intriguée et agressée par le discours des évangélistes. L’infraction qu’il réalise par rapport à la tradition est telle que la première réaction prend la forme d’une violente mise en garde. Mais au lieu de séduire la Dame (l’Église) en bonne et due forme, Panurge (la Réforme), sûr de lui et de la légitimité de son désir (qui renvoie à la présomption signalée au début du chapitre), transgresse systématiquement les codes et la brutalité de son attitude fait échouer l’entreprise de séduction. Les hésitations de la Dame marquent bien que, selon Rabelais, tout aurait pu tourner autrement.

  • 21 Timothy Hampton, Literature and Nation in the Sixteenth Century. Inventing Renaissance France, Itha (...)

14Et de fait, alors que l’Allemagne est déchirée par des guerres violentes, dès 1517, avec l’affichage des 95 thèses de Luther et la mobilisation des princes allemands contre l’excommunication prononcée par le pape, à la même époque, en France, François Ier pense encore que la réforme de l’Église peut se faire de façon pacifique. Tout le groupe de Meaux rassemblé autour de sa sœur, Marguerite de Navarre, travaille dans ce sens (traduction de la Bible en français par Lefèvre d’Etaples, traduction des psaumes en français par Clément Marot, réflexion autour de la célébration de la messe en français et lecture individuelle des Évangiles…). Ce passage traite de façon métaphorique des tensions entre les évangélistes du groupe de Meaux, l’église et le pouvoir entre 1520 et 153021.

15Que Rabelais ait choisi de faire endosser à Panurge le fait qu’un homme amoureux et entreprenant incarne la Réforme et qu’une femme de la haute noblesse, rigide et désuète, incarne l’Église, permet de se faire une idée assez précise de ses positions non pas tant sur la question religieuse que sur l’histoire tragique de l’interaction entre l’église et la Réforme. Au départ, comme pour tout couple engagé dans une relation amoureuse, existe l’espoir d’harmonie et d’entente, mais la mise en scène de Panurge le dénonce comme responsable de l’échec de leur relation. Panurge est à la fois un adversaire intellectuellement trop fort pour elle et trop brutal, l’échec était à prévoir, dans des termes que Rabelais, grâce à la métaphore de la séduction ratée, décrit avec une précision étonnante, laissant comprendre que tout était possible, à condition que l'entreprise fût menée autrement, sans présomption, ni violence.

  • 22  François Rabelais, Panurge, op.cit., p. 293.

16La scène suivante se situe le lendemain et où donc, sinon à nouveau dans l'église ? Panurge donne à la Dame de l'eau bénite puis s'agenouille familièrement devant elle, agissant en parfait amant courtois mais quand il ouvre la bouche, rien ne va plus. Il se dit si amoureux d'elle, qu'il ne peut plus « ni pisser, ni fianter »22, parodie grotesque supplémentaire du discours de l'amant courtois, malade d'amour. La parodie transpose ici les traditionnels dysfonctionnements de l’amant courtois en pathologie du bas matériel et ne laisse d’autre choix à la Dame que de chasser Panurge, prétextant qu’elle veut prier. Autrement dit, elle préfère lire un texte consacré, (que Rabelais semble assimiler à des lettres mortes, on y reviendra) plutôt que de répondre au vibrant désir de Panurge.

  • 23  Id.

17Ce passage important n’a pas vraiment été commenté par la critique alors que les différentes parties qui le composent sont en interaction significative avec l’ensemble du chapitre, au prix, bien sûr, d’un certain décodage. Ce n’est pas uniquement pour rire que précisément à la place des prières, Panurge propose à la Dame, une contrepèterie, aussi irrésistible que vulgaire : « À beaumont le viconte : À beau con, le vit monte ». Il énonce ensuite sa propre prière, incandescente de désir et comme en phase sur les pensées secrètes de la Dame : « Et sur cella priez dieu qu’il me doint ce que vostre noble cueur désire »23. Réappropriation bien particulière de la liturgie, cette phrase joue à nouveau sur le double registre, sexuel et religieux, en changeant à un mot près la formule liturgique traditionnelle : « que Dieu me donne ce que je désire », en substituant le « vous » au « je », Rabelais démasque l’hypocrisie du code courtois qui dicte à la femme de ne pas dévoiler son désir à l’amant, de peur de se déconsidérer. Panurge ose dire haut et fort que les deux sexes désirent la même chose et que les vraies prières ne sont pas celles qu’on lit dans un livre mais celles que dictent le cœur et le désir.

  • 24  Voir Robert Desnos, Langage cuite, Paris, Gallimard, 1923. (Voir également cet autre calembour : « (...)

18Mais la scène érotique n’est qu’un prétexte pour engager le débat autour du problème de la prière, qui renvoie à la langue figée de la liturgie et celle que la contrepèterie en la dé-lexicalisant, fait revivre, dans la vérité brutale mais authentique du désir24. La preuve en est que Panurge poursuit l’offensive en s’attaquant au chapelet de la Dame. Mais qu’est-ce qu’un chapelet au fond, sinon la matérialisation des prières à la chaîne – d’où l’expression, réciter son chapelet, dénonçant la prière mécanique ? Alors que la dame enlève son chapelet pour le donner à Panurge, (l’Église serait-elle prête à des concessions sur ce chapitre ?) il sort son couteau, coupe le chapelet et le prend. La description du chapelet est pure ekphrasis, représentant un objet d’art de grande valeur, sculpté et symbolisant le faste de l’Église catholique. La confiscation brutale du chapelet par Panurge alors que la Dame le lui donne, renvoie à plusieurs interprétations possibles qui ne sont pas exclusives les unes des autres. C. Freccero y voit un viol symbolique :

  • 25  C. Freccero, “Damning Haughty Dames…”, art. cit., p. 61.

[...] he extracts from her a gage, her patenostres, cutting them off her belt with his knife in a gesture of symbolic rape, then offering the knife as another occasion to bring the phallus into play.25

  • 26  François Rabelais, Panurge, op.cit., p. 293.

Cette lecture féministe et freudienne plausible ne devrait cependant pas en occulter une autre, plus historique et culturelle et peut-être plus proche des préoccupations de l’auteur. Priver la Dame de son chapelet, c’est exprimer la volonté de dénuement qu’exigeaient les réformés dans l’église. Le chapelet n’étant, dit le texte, destiné qu’à « une de ses contenences [de la dame] à l’eglise »26, est donc aussi inutile et hypocrite que la récitation mécanique des prières qu’il représente. Le fait que la Dame consente à donner son chapelet à Panurge, pourrait signifier que sur ce chapitre, l’Église aurait pu s’entendre avec les réformés et accepter de pratiquer une religion moins ostentatoire, moins ritualisée et plus personnelle (dire la messe en français plutôt qu’en latin, par exemple ?). Lorsque la Dame réclame à Panurge son chapelet, il répond qu’il ne l’a plus parce qu’il l’a donné à une friperie. Aux mains de Panurge, le chapelet perd donc toute valeur spirituelle et n’a plus qu’une valeur marchande et dégradée, l’évocation de la friperie en fait un objet de seconde main, le ravale au rang de vieilles fripes, de vieux vêtements. Est-ce à dire que les prières, répétées machinalement, seraient à l’image des vieux vêtements, ayant appartenu à d’autres, épousant leur forme et usés à force d’être portés ? La vitalité de la prière, son authenticité, son efficacité sont des débats qui font rage à l’époque de la Réforme et il semble qu’on en retrouve ici l’écho.

19La prière usée à force d’être répétée est exactement à l’inverse de la contrepèterie qui fait soudainement revivre un terme lexicalisé. « À Beaumont le vicomte » sont des mots qui ne désignent rien de plus qu’un lieu, c'est-à-dire des mots que l’usage a figé dans un sens (le sens de chacun des trois référents – beau, mont, vicomte – est neutralisé) mais l’art de la contrepèterie qui repose sur la seule inversion des lettres M et C – « À beau con, le vit monte » – fait revivre chacun des sens initiaux des référents en les disloquant, et en leur donnant une dimension comique à laquelle s’ajoute l’irrésistible vitalité du désir sexuel qu’il figure.

20À la nouvelle tentative de Panurge pour la prendre dans ses bras, la Dame crie mais « pas trop fort toutefois », indication cynique de Rabelais qui rejoint le « semblant » déjà signalé dans la réaction de la Dame et qui indique à nouveau que la séduction de Panurge opère. Au lieu d’employer la douceur qui aurait pu convaincre la dame, au stade où on la sent hésitante, et donc où tout est encore possible, « Panurge tourne son visage de fourbe » et décide de donner à la dame une leçon en la menaçant : « par Dieu, je vous ferai chevaucher par les chiens ». La brutalité de Panurge et « son visage de fourbe » suscitent un sentiment de malaise tout comme la conduite un peu glauque de la Dame, indiquant qu'elle ne demanderait pas mieux que de se laisser séduire par l'entreprenant Panurge, si toutefois il y mettait les formes. Or ce qui caractérise les évangélistes, c’est précisément qu’ils veulent se défaire des « formes », c'est-à-dire des codes, des gloses et des intermédiaires pour revenir à un texte et à une pratique aussi authentique que possible.

  • 27  Je remercie Marie-Madeleine Fragonard de me le signaler.
  • 28  Voir F. Rigolot, “Rabelais, Misogyny, and Christian Charity…”, art. cit., p. 231, qui assimile le (...)
  • 29  F. Rigolot, art. cit., p. 233, cite la référence biblique dont cet épisode serait la réécriture : (...)

21Le dénouement de cet épisode se déroule entièrement à l’église, le lendemain de la Fête-Dieu, fête du Corpus Domini, la date choisie est donc éminemment subversive27. L’accent est mis sur les atours de la dame, blanc et cramoisi, aux couleurs de l’église28 . La date est celle du jour de la vigile, jour de l’affrontement et la dame est décrite comme un chevalier qui porte les couleurs du tournoi. Réalisant son plan diabolique, Panurge se procure le foie d'une chienne en chaleur qu’il moud et, alors que la Dame lit un poème courtois que Panurge lui a écrit, il répand sur ses vêtements cette substance, « et tous les chiens qui étaient dans l'église se précipitent sur elle, lui montant jusqu'au cou et la souillant29 ». Panurge assiste au spectacle et convie Pantagruel à venir voir ce « mystère » qu’il trouve fort beau et nouveau. Humiliée et abandonnée, la Dame se retire dans son logis et se cache alors que les chambrières rient.

22L’affaire résumée, on remarque qu’à chaque élément religieux, spirituel, correspond une contre partie physique – au carême et à l’abstinence, le lard et le sexe ; au chapelet et aux prières, le calembour et l’expression du désir sexuel ; à l’église et à la sacralité de la fête de la Fête Dieu, un spectacle (mystère), les chiens, le simulacre d’une saillie et l’humiliation de la Dame.

  • 30 Jean-Pierre Bordier, dans Alain Viala, Le Théâtre en France des origines à nos jours, Paris, P.U.F, (...)
  • 31 F. Rigolot, “Rabelais, Misogyny, and Christian Charity…”, art.cit., p. 230 : “This interpretation r (...)

23Panurge répand sur les vêtements de la Dame l’odeur d’une chienne en chaleur, précisément ce qu’elle n’est pas, sans qu’on puisse l’accuser d’être pour autant complètement indifférente au désir de l’autre. Le geste de Panurge traduit sa volonté de transformer la Dame en amante lubrique et bestiale. Pourtant, son refus, fait de Panurge un amant vengeur et cruel. Cette affaire a tout d’un crime passionnel qui érige le lecteur en juge ou encore comme l’indique de façon mimétique la réaction de Pantagruel venu voir la scène, en spectateur d’un beau mystère. Or, les mystères autrefois représentés dans l’église sont finalement interdits sous prétexte qu’ils étaient des illusions, des mensonges30, c’est donc une transgression qu’un mystère dans une église, à la Renaissance, et dans cette ligne, les comportements de Panurge et de Pantagruel pourraient-être eux-aussi dénoncés. Le châtiment de la Dame et sa mise en scène spectaculaire visent bien à exposer quelque chose, or, s’il est difficile de s’aligner sur le rire de Panurge et de Pantagruel, c'est-à-dire du Prince et de son conseiller, parce que comme l’explique François Rigolot31, le lecteur (et spectateur) est invité à ressentir de la compassion (caritas) pour la Dame, représentée en victime, faut-il alors comprendre que le rire de Panurge et de Pantagruel est dénoncé comme dénotant une absence de compassion ? Autrement dit, une myopie du pouvoir, se réjouissant d’une victoire immédiate, incapable d’en tirer la leçon à long terme ?

24La Dame est définie par une série de traits qui correspondent bien à l’attitude de l’Église française de la première moitié de la Renaissance, jusqu’à l’affaire des Placards : elle est respectable (Haute Dame de Paris, serait-ce une allusion à Notre Dame après qui Rabelais en a ? (voir le vol des cloches de Notre Dame), mais adhère aux codes, profère des menaces tout en étant hésitante. Par ailleurs, on a montré que l’attitude de Panurge recoupe celle des évangélistes en France en 1532 – date de la première édition du texte – et il semble exprimer leurs revendications principales :

- Le Carême suscite un discours contre la contemplation et l'abstinence et contre la multiplication des jeûnes.

- ils œuvrent pour une réforme de la messe : symbolisée ici par l’eau bénite et le chapelet volé (Le faste des chapelets, transformés en objets de luxe et non plus de prières, dit à la fois le refus du faste excessif reproché à l’Église tout comme une dénonciation de l’aspect mécanique du culte, récitation machinale des prières).

25Rabelais dénonce également le fait que la messe devienne une scène sociale et la seule occasion qui permette aux femmes de sortir de chez elles en toute légitimité, et donc paradoxalement qu’elle soit le moment idéal pour la rencontre des amoureux. Faut-il rappeler que c’est à l’église que la Dame lit la lettre d’amour de Panurge ? Mais Panurge refuse de jouer le jeu courtois et de se plier aux règles de la séduction. Il dénonce ainsi l’hypocrisie du comportement codé de la Dame de Paris. Mais tout semble tenir ici à un discours de surface car l'amour est réduit à une série d’assauts agressifs, tout comme le catholicisme est réduit à la messe, aux chapelets luxueux, c'est-à-dire aux prières de seconde main. Tout reste étrangement superficiel sans qu’aucun véritable dialogue ne s’engage, chacun reste sur ses positions, voire, en ce qui concerne Panurge, les durcit même.

26Pantagruel trouve ce mystère bien beau et en rit avec Panurge et si ce rire est perçu comme impropre à l’issue de cette scène grinçante, c’est parce que la colère et la violence de Panurge contre cette Dame sont disproportionnées. La beauté du mystère se situe sans doute ailleurs, du côté de l’encodage du sens par le biais de la métaphore de la séduction, rejoignant le sens du « mystère médiéval ». Il s’agirait donc dans ce passage de la représentation de l’ambivalence de l’Église et d’une partie de la noblesse, réellement attirées par les idées de la Réforme, par leur nouveauté, par leur pertinence. D’où les hésitations et faux semblants de la Dame, curieuse et même prête à se laisser séduire. Mais la brutalité, la trop grande franchise de Panurge, la présomption qui lui vient du succès rencontré jusque là, la façon dont il déclare son désir dont l’authenticité est évidente, fait cependant échec à la séduction. La dame ne peut que se rebiffer et le repousser. Chacun reste sur ses positions, aucun des deux ne cherche à formuler son désir de façon à ce que l’autre puisse y répondre. Le désir de Panurge est à l’image du désir des réformés, et de l’urgence qu’ils éprouvent à vouloir changer l’Église et à la voir adhérer toute entière à ce mouvement. Ce désir, métaphorisé par le désir sexuel et celui du bas corporel, débouche aussi sur une image nouvelle et typiquement renaissante, légitimant pêle-mêle le désir, son authenticité et la volonté de changement qui animent les réformés. Mais lorsque Rabelais décrit « le visage fourbe » de Panurge, ne critique-t-il pas, en fait, la violence des moyens employés par les réformés et peut-être aussi la pureté de leurs intentions ?

  • 32  Baccar Gherib, « Le spectre de Marx dans L’éthique protestante. Aspects méthodologiques de la sais (...)

27En allant dans le sens des historiens marxistes et du courant historiographique plus large qui interprètent la Réforme comme l’expression d’une lutte des classes32, on pourrait aussi voir en Panurge un déclassé, issu du peuple mais fréquentant les rois, c’est l’ami de Pantagruel. Il s’attaque à cette femme qui représente la noblesse et plus particulièrement à son chapelet, synonyme des richesses qu’il veut s’accaparer. L’argument sexuel et religieux, (le sexe et la religion sont en miroir dans ce texte) serait-il un prétexte pour renverser l’ordre social, et permettre à Panurge littéralement d’avoir le dessus ? La Dame refuse l’union que lui propose Panurge, union impossible parce que l’accepter reviendrait pour elle à se déclasser.

  • 33  F. Rigolot, “Rabelais, Misogyny, and Christian Charity…”, art. cit., p. 231 : “The paradigmatic sc (...)

28D’autres critiques proposent également une lecture religieuse de cet épisode, notamment F. Rigolot qui assimile, on l’a dit, les trois entreprises de séduction de Panurge aux trois tentations du Christ par le diable. Selon lui, le sort horrible de la Dame, son apparente innocence vise à susciter la compassion du lecteur, qui s'identifie à ses souffrances de même que le christianisme lui a enseigné de s'identifier à celles du Christ. François Rigolot voit dans la Dame la transposition de la figure christique par excellence, les chiens désignant les Romains crucifiant le Christ, le lévrier qui lui pisse sur la tête serait sa couronne d’épine33 et le réflexe, intellectuel comme affectif, du lecteur à son égard ne peut être que celui de la charité.

  • 34  Cf. Dalia M. Leonardo: “Cut off This Rotten Member”: The Rhetoric of Heresy, Sin, and Disease in t (...)

29Tout montre la dame comme une croyante naïve, pratiquant sa religion sans se poser de questions, de façon machinale et superficielle. La rencontre avec Panurge la met en présence d’un discours nouveau dont la brutalité l’agresse mais auquel elle n’est toutefois pas insensible. Elle ne pèche que par lenteur, ne répondant pas assez vite aux séductions de Panurge. Comment le pourrait-elle, face à une telle violence, alors qu’elle est elle-même prisonnière des codes et de son éducation ? Le châtiment de la dame, attaquée par les chiens qui se trouvent dans l'église catholique, est-il une figuration du châtiment qui attend les Chrétiens qui ne rejoindront pas les rangs de la Réforme ? À l’instar de la Dame, ils seront souillés, humiliés et abandonnés. La souillure des chiens pourrait être lue comme une métaphore de la souillure morale qui selon les évangélistes, sera le lot de tous ceux qui se conforment à des attitudes codées, abusent d’interdictions opposées aux besoins et aux droits fondamentaux de l’homme, métaphoriquement représentés ici par l'impérieux désir sexuel de Panurge. L’idée de souillure, on le sait, est centrale dans la polémique religieuse, la fureur iconoclaste des protestants vise à purifier les lieux saints des éléments d’une croyance hérétique et parasite et les catholiques ligueurs notamment légitimeront les massacres des protestants par la nécessité de purifier la communauté de la présence des éléments qui la souillent et attirent sur elle la colère divine34.

30La représentation de l’entreprise de séduction se construit comme une analogie entre le sexe et la religion ; elle stigmatise vis-à-vis de l’un comme de l’autre, deux attitudes désastreuses. Les comportements, religieux ou amoureux, sont tous deux régis par des codes hypocrites et des rituels qui déterminent des attentes aboutissant à tuer l’élan premier vers Dieu ou vers l’autre. De sorte que Rabelais semble ici montrer que le code courtois met autant d’obstacles à la communication directe et transparente entre l’homme et la femme, que l’Église entre l’homme et Dieu.

31Par ailleurs, le malaise qu’on ressent devant le châtiment infligé à la Dame montre que le texte est programmé pour que le lecteur ne prenne pas le parti de Panurge. La dénonciation de la violence de Panurge rappelle l’effroi d’Érasme devant la brutalité de Luther et de l’acte de proclamation des 95 thèses.

32Rabelais analyse ici les raisons de l’échec de la réforme pacifique de l’Église en France. Panurge comme son nom l’indique pan-urge, a besoin d'urgence de pain. Cette urgence caractérise son personnage, il n’a, en effet, pas la patience d’attendre que la Dame se laisse convaincre, on se demande d’ailleurs s’il a vraiment envie de la séduire, ne préférant pas plutôt lui infliger une humiliation publique qui expliquerait alors la fourberie dont Rabelais le taxe.

33En définitive, dans cette affaire, il n’y a pas de vrais vainqueurs et le rire se fige en un grincement aussi déplaisant qu’inquiétant. La dame n’a rien gagné à son refus et la victoire de Panurge sur une proie si faible, manque de gloire. Il reste au lecteur le spectacle d’un « mystère », celui de l’échec de la Réforme en France, que Rabelais met en scène avec subtilité.

  • 35  F. Rigolot, “Rabelais, Misogyny, and Christian Charity…”, art. cit, p. 232: “Although it would be (...)

34Jusqu’en 1534, l’idée de réformer l’Église fait des adeptes parmi l’élite noble et intellectuelle française. Marguerite de Navarre, sœur de François Ier, rassemble et protège les évangélistes du groupe de Meaux, pensant qu’en France, la réforme peut se faire dans la paix, contrairement à la violence qui se déchaîne en Allemagne dès 1520. à ce titre, Marguerite de Navarre pourrait aussi fournir des clés historiques au personnage de la Dame de Paris35. Guillaume Briçonnet, son confesseur, lui demandait « d’ôter ses gants », c'est-à-dire de prendre clairement position en faveur de la Réforme. Cette lettre traduit l’hésitation de la reine, à l’époque où l’Église mettra ses œuvres à l’index, lui infligeant une humiliation publique. Les « chiens de l’église » représenteraient-ils alors les censeurs ? Marguerite se serait-elle retrouvée dépassée par les évangélistes à qui elle avait prêté l’oreille et condamnée par l’église ?

35En conclusion, Rabelais a recours à un montage métaphorique complexe et lui-même codé pour décrire et analyser les raisons de l’échec de la Réforme en France, tout en montrant l’intérêt qu’elle suscite auprès de l’Église pour ses idées, sa nouveauté et son authenticité. Mais la violence avec laquelle elle procède (comme l’affichage des thèses de Luther, les menées iconoclastes contre les statues et peintures des églises catholiques, l’affaire des Placards en octobre 1534 au château de Blois, voire les agressions physiques) conduira son entreprise à l’échec.

36Panurge incarne ici un personnage transgressif dans son discours et dans son comportement mais ce ne sont pas tant ses idées que Rabelais condamne, elles sont au contraire connotées positivement à l’aide du registre sexuel, mais les stratégies (« fourbes ») qu’il choisira, leur violence et leur brutalité issues de l’hybris font basculer dans le drame ce qui aurait pu tourner autrement. L’encodage fictionnel et métaphorique auquel Rabelais a recours ici, peut-être pour se protéger de la censure, débouche néanmoins sur l’autopsie prémonitoire d’une catastrophe, autopsie étonnante autant par son acuité que son habileté.

Bibliographie

Corpus primaire

37Rabelais, François, Œuvres Complètes, éd. M. Huchon, Gallimard, 2009.

Corpus secondaire

38Bakhtine, Mikhail, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Age et sous la Renaissance, trad. A. Robel, Paris, Gallimard, 1970.

39Booth, Wayne, « Freedom of interpretation; Bakhtine and the challenge of feminist Criticism », Critical Inquiry 9.1 (Sept. 1982), p. 45-76.

40Céard, Jean et Demonet, Marie-Luce (dir.), avec la collaboration de Gonget Stephan, Rabelais et la question du sens, Genève, Droz, 2011.

41Desnos, Robert, Langage cuit, Paris, Gallimard, 1923.

42Engammare, Max, Le Cantique des Cantiques à la Renaissance, Genève, Droz, 1993.

43Freccero, Carla, « Damning Haughty Dames: Panurge and the Haulte Dame de Paris », Journal of Medieval and Renaissance Studies 15 (1985): 57-67.

44Gherib, Baccar, « Le spectre de Marx dans L’éthique protestante. Aspects méthodologiques de la saisie historique du capitalisme par Max Webber », Storia della Storiografia, vol. 51, 2007, p. 65-82.

45Hampton, Timothy, « “Turkish Dogs”: Rabelais, Erasmus, and the Rhetoric of Alterity », Representations, n°41 (Winter, 1993), p. 58-82.

46—, Literature and Nation in the Sixteenth Century. Inventing Renaissance France, Ithaca & London, Cornell University Press, 2001.

47Hayes, E. Bruce, « Putting the ‘Haute’ Back into the ‘Haute Dame de Paris’: The Politics and Performance of Rabelais’s Radical Farce », French Forum, Volume 32, Numbers 1-2, Winter/Spring 2007, p. 39-52.

48Kritzman, Lawrence, The Rhetoric of Sexuality and the Literature of the French Renaissance, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 1990.

49Leonardo, Dalia M., « ‘Cut off This Rotten Member’: The Rhetoric of Heresy, Sin, and Disease in the Ideology of the French Catholic League », The Catholic Historical Review, vol. 88, n°2 (Apr., 2002), p. 247-262.

50Rigolot, François, « Rabelais, Misogyny, and Christian Charity: Biblical Intertextuality and the Renaissance Crisis of Exemplarity », PMLA, Vol. 109, N° 2 (Mar., 1994), p. 225-237.

51Viala, Alain (dir.), Le Théâtre en France des origines à nos jours, Paris, P.U.F, 1997.

Haut de page

Notes

1  François Rabelais, Pantagruel, § 21 : Comment Panurge feust amoureux d'une haulte dame de Paris et § 22 : Comment Panurge feist un tour à la dame Parisianne qui ne fuct poinct à son adventage. p. 291-299, éd. M. Huchon, Paris, Gallimard, 1994.

2  Wayne Booth, “Freedom of interpretation; Bakhtine and the challenge of feminist Criticism”, Critical Inquiry 9.1 (Sept. 1982), p. 45-76.

3  E. Bruce Hayes, “Putting the ‘Haute’ Back into the ‘Haute Dame de Paris’: The Politics and Performance of Rabelais’s Radical Farce”, French Forum, vol. 32, Numbers 1-2, Winter/Spring 2007, p. 39-52.

4 François Rigolot, “Rabelais, Misogyny, and Christian Charity: Biblical Intertextuality and the Renaissance Crisis of Exemplarity”, PMLA, Vol. 109, n° 2 (Mar., 1994), p. 225-237.

5  Timothy Hampton, “"Turkish Dogs": Rabelais, Erasmus, and the Rhetoric of Alterity”, Representations, n° 41 (Winter, 1993), p. 58-82.

6  E. Bruce Hayes, art. cit. p. 40 : “Freccero may be correct in observing that “Panurge’s emblematic chastising of the ‘haulte dame de Paris’ follows the pattern of comic punishment in the Fabliaux,” yet the scene more closely mirrors the format and structure of farce, the fabliau’s dramatic counterpart.”

7  Carla Freccero, “Damning Haughty Dames: Panurge and the Haulte Dame de Paris,” Journal of Medieval and Renaissance Studies 15 (1985): 57-67. Sur la source, voir p. 66.

8  Max Engammare, Le Cantique des Cantiques à la Renaissance, Genève, Droz, 1993.

9  Phrase qui reprend presque mot à mot la formulation de l’histoire d’Abélard dont la réputation croissait et qui décida donc de séduire Héloïse.

10  Mikhail Bakhtine, L’Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen âge et sous la Renaissance, trad. A. Robel, Paris, Gallimard, 1970.

11 François Rabelais, Pantagruel, op. cit.,p. 291.

12  F. Rigolot, “Rabelais, Misogyny, and Christian Charity…”, art. cit., p. 229 : “This allusion to the season of Lent must have functioned as an interpretative signal to sixteenth century readers. Quaresme, also spelled Karesme (modern French Careme 'Lent'), comes from the Latin quadragesima, the ordinal form of the word for forty, and denotes the fortieth Sunday of the ecclesiastical calendar (Dominica Quadragesima) – the first Sunday of Lent, the fortyday period of fasting before Easter (Kinser 277-78). Matthew's narrative of Christ's three temptations was (and still is) the major liturgical reading of the Mass for Quadragesima Sunday, since Jesus fasted for forty days and forty nights before being submitted to temptation.”

13  Le poète et évangéliste, Clément Marot (1496-1544) est emprisonné pour avoir été vu en train de manger du lard pendant le Carême. Il est impliqué par ses ennemis à l’affaire des Placards.

14  Lawrence Kritzman, The Rhetoric of Sexuality and the Literature of the French Renaissance, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 1990.

15  François Rabelais, Panurge, op. cit., p.292.

16  Voir C. Freccero, “Damning Haughty Dames…”, art. cit., p. 59 : “She, in a ferociously agressive move, threatens to cut off all his appendages (to literalize his discourse) except one, rendering him, ironically, more like this phallus which is the signifier of his discourse. At this point she has already ‘lost’, for the comically displaced castration she threatens enables Panurge to insist all the more on his purpose.”

17  François Rabelais, Panurge, op. cit., p.292.

18  Voir François Rabelais, Œuvres Complètes, op. cit., p. 1310, note 6 : « Dans ce chapitre, Rabelais se joue de certains procédés de la poésie amoureuse d'inspiration platonicienne et pétrarquiste…Panurge émaille la synthaxe recherchée des pétrarquistes d’un vocabulaire emprunté au style le plus bas. »

19 Ibid., p. 293. (je souligne)

20 François Rabelais, Panurge, op.cit., p.293.

21 Timothy Hampton, Literature and Nation in the Sixteenth Century. Inventing Renaissance France, Ithaca & London, Cornell University Press, 2001, § The limits of ideology, p. 36 : “Rabelais is centrally concerned with those issues by virtue of his proximity to the so-called “evangelical” or “évangélique” tradition of French thought which became to prominence in the 1520’s and 1530’s under Francis I and included the group around the Cardinal Briçonnet (among others, the king’s sister Marguerite de Navarre and the poet Clément Marot).”

22  François Rabelais, Panurge, op.cit., p. 293.

23  Id.

24  Voir Robert Desnos, Langage cuite, Paris, Gallimard, 1923. (Voir également cet autre calembour : « Il disoit qu’il n’y avoit que ung antistrophe entre “Femme folle à la messe ; femme molle à la fesse” », cité par C. Freccero, “Damning Haughty Dames…”, art. cit., p. 64).

25  C. Freccero, “Damning Haughty Dames…”, art. cit., p. 61.

26  François Rabelais, Panurge, op.cit., p. 293.

27  Je remercie Marie-Madeleine Fragonard de me le signaler.

28  Voir F. Rigolot, “Rabelais, Misogyny, and Christian Charity…”, art. cit., p. 231, qui assimile le blanc et le rouge que porte la Dame aux couleurs de l'Église, sa robe rouge à celle dont les soldats enveloppèrent Jésus. Le blanc est la couleur liturgique selon le rite romain. À Paris, on prend le rouge.

29  F. Rigolot, art. cit., p. 233, cite la référence biblique dont cet épisode serait la réécriture : “All they that see me laugh me to scorn. For many dogs gathered around me: an assembly of wicked creatures closed in on me. Deliver my soul from the sword: and my darling from the power of the dog”, et ajoute “The evangelical reading I offer raises several questions of interpretation. Reconstructing a Christian humanist horizon of expectations is an essential step in the hermeneutical process. Just as modern readers must be acquainted with philology to understand the meaning of Rabelais's words, they must also be able to recognize biblical intertexts to grasp the meaning of Rabelais's complex staging of Panurge's misogyny.”

30 Jean-Pierre Bordier, dans Alain Viala, Le Théâtre en France des origines à nos jours, Paris, P.U.F, 1997, p. 96 : « Les motifs religieux (censure contre les légendes apocryphes ou condamnation du théâtre pour des raisons morales et dogmatiques) ont été associés à des considérations plus pratiques qui ont jeté le discrédit sur les mystères et ce sont les autorités laïques qui les ont interdits. »

31 F. Rigolot, “Rabelais, Misogyny, and Christian Charity…”, art.cit., p. 230 : “This interpretation runs counter to the traditional view that the ‘haughty dame’ somehow deserves the degradation Panurge inflicts on her (Duval 140-41). Further evidence, however, reconstructs the lady's character as an unexpected and problematic example of ‘imitatio Christi’ imitation of Christ.”

32  Baccar Gherib, « Le spectre de Marx dans L’éthique protestante. Aspects méthodologiques de la saisie historique du capitalisme par Max Webber », Storia della Storiografia, vol. 51, 2007, p. 65-82.

33  F. Rigolot, “Rabelais, Misogyny, and Christian Charity…”, art. cit., p. 231 : “The paradigmatic scene of degradation in Christ's Passion, in the Vulgate the flagellatio et coronatio, takes the form of a mock homage staged by Roman soldiers before the Crucifixion. A comparison of chapter 22 of Pantagruel and Matthew's version of this scene is revealing. Following Pilate's orders, a whole band of soldiers, like Panurge's dogs, gathers around Jesus to humiliate him (“Tunc milites […] congregaverunt ad eum universam cohortem” [Matt. 27.27]). They smite him, mock him, and spit on him (Matt. 27.27-31; see also Mark 15.16-20; John 19.1-3). Allowing for Rabelais's proper style, is the transposition of soldiers into dogs conceivable?” « Ces villains chiens compissoyent tous ses habillemens, tant que un grand levrier luy pissa sur la teste, les aultres aux manches, les aultres a la croppe ».

34  Cf. Dalia M. Leonardo: “Cut off This Rotten Member”: The Rhetoric of Heresy, Sin, and Disease in the Ideology of the French Catholic League” in The Catholic Historical Review, vol. 88, N° 2 (Apr., 2002), p. 247-262

35  F. Rigolot, “Rabelais, Misogyny, and Christian Charity…”, art. cit, p. 232: “Although it would be an exaggeration to see Marguerite as a model for the Parisian lady, some aspects of Rabelais's fictional character may have reminded sixteenth-century readers of the queen's religious fervor. To be sure, the Parisian lady offers a lesson of caritas to Panurge [?].
Her words to Panurge in chapter 21 are suffused with Christiformite: « [J]e ne vous hays poinct, car, comme Dieu le commande, je ayme tout le monde », “I don't hate you, for, as God commands, I love everyone” (1: 330; Frame 205).
Like Christ mocked by the soldiers, she is abjectly humiliated. “[She] looked for some to take pity, but there was none; and for comforters, but [she] found none” (Ps. 69.20; see also Ps. 68.21 in the Vulgate). Not even Pantagruel, whose identity as a type of messiah is promoted by the mock-epic fiction, shows the slightest pity for her. He simply abandons her to the dogs.”

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Kuperty-Tsur, « La dissidence de Panurge, entre sympathie et réprobation », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2013-01 | 2013, mis en ligne le 08 mars 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5901 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5901

Haut de page

Auteur

Nadine Kuperty-Tsur

Nadine Kuperty-Tsur (université de Tel-Aviv) est Professeure de Lettres au Département de Français de l’Université de Tel Aviv, ses recherches portent sur le genre des Mémoires à la Renaissance, (Se Dire à la Renaissance, Paris, Vrin 1997), sur la représentation de soi (écriture et Argumentation, Presses Universitaires de Caen, 2000) a récemment édité les Mémoires de Charlotte Duplessis-Mornay, Paris, Champion, 2010, publié de nombreux articles sur l’écriture de la dissidence pendant les guerres de religion et s’intéresse également aux questions de théorie littéraire (La critique au tournant du siècle, Peteers, Louvain, Paris, Walpole, 2012). kuperty [ @ ] post.tau.ac.il

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page