Navigation – Plan du site
Secret et mensonge. Essais et comptes rendus

Mensonge et politique au début de l’âge moderne

[2000]
Jean-Pierre Cavaillé

Résumés

L’article examine le problème du mensonge politique au début de l’époque moderne. Ce problème surgit d’un conflit entre la reconnaissance consensuelle, dans la littérature politique, de la nécessité de pratiques gouvernementales du secret et de la tromperie, et l’imposition éthique pour la théologie morale chrétienne sous l’autorité d’Augustin d’Hippone, d’une prohibition inconditionnelle du mensonge. On décrit rapidement les stratégies argumentatives visant à légitimer des pratiques orthodoxes de secret et de tromperie sans mensonge, et l’on évoque la progressive réhabilitation, sur les bases et dans les limites du jusnaturalisme moderne, de certaines pratiques de mensonge, gouvernementales, mais aussi visant à la protection des droits des individus.

Haut de page

Notes de l’auteur

Le présent texte est tiré d’une communication donnée au colloque La politique des moralistes qui s’est tenu à Paris, en décembre 2000 et dont les actes n’ont pas été publiés.

Texte intégral

1Le mensonge politique, le recours massif du mensonge dans la diplomatie, pour conduire la guerre mais d’abord pour gouverner, est un problème quasi obsessionnel dans les lettres entre xvie et xviiie siècle, alors qu’il n’en est plus un aujourd’hui, et depuis longtemps, même si rien n’est plus courant que la dénonciation du recours au mensonge dans la vie politique.

Le problème du mensonge en régime démocratique

2Mais précisément, on se contente généralement de dénoncer, parce qu’on fait comme si le problème était réglé : il ne saurait y avoir de mensonge légitime, défendable ou même excusable dans la vie publique, parce que le mensonge dont les citoyens sont victimes de la part de leurs dirigeants met en cause les fondements mêmes de la démocratie représentative. En effet, il paraît évident que la représentation des citoyens ne saurait être que faussée, falsifiée, pervertie par les mensonges des représentants. Cette dénonciation du mensonge politique est d’autant plus véhémente et fréquente, que l’idéologie morale et politique de la transparence démocratique, tend à confondre ce qui fut longtemps scrupuleusement distingué, à savoir les pratiques proprement déceptives (le mensonge, la tromperie, la simulation…), de celles qui relèvent du secret, de la rétention ou non divulgation de l’information. Pourtant, la « vérité effective de la chose » pour parler comme Machiavel, c’est-à-dire la persistance du mensonge et du secret en politique, là-même où il est proscrit en principe et par principe, devrait conduire à envisager le problème de la possibilité même d’un exercice du pouvoir faisant l’économie de la falsification et de la réservation de l’information.

3Mais l’illusion de la démocratie représentative, de la représentation démocratique, ne peut sans doute être maintenue que dans le refoulement du problème. D’où l’intérêt qu’il peut y avoir à se pencher sur la littérature de la première modernité, d’abord parce qu’elles présente une taxinomie et une axiologie des pratiques de déception et d’occultation infiniment plus riches et attentives que ne le sont la plupart des analyses contemporaines, et surtout cette littérature a le mérite de traiter du mensonge en politique comme d’un problème.

Un conflit de principes

4Pour de multiples raisons, ce problème est bien différent de celui que nous pourrions élaborer aujourd’hui, mais cela ne veut pas dire qu’il n’a rien à nous apprendre. On pourrait le résumer à peu près ainsi : comment une action politique à la fois efficace et juste (utile et honnête) est-elle possible dans le cadre d’une morale qui interdit le mensonge, alors même que chacun ou presque reconnaît la nécessité pour les gouvernants de recourir à la simulation et à la dissimulation ?

  • 1  Nous nous permettons de renvoyer pour l’analyse et les sources à de précédentes publications : « S (...)

5Le problème surgit de la difficulté d’articuler deux principes apparemment contradictoires, l’un politique et l’autre moral : 1– il est impossible de gouverner les hommes sans les tromper ; 2– le mensonge est toujours, en toute situation une faute grave, un acte à proscrire. Le premier est largement consensuel, l’autre moins et fait l’objet de discussions et de disputes, même s’il est largement dominant. Soit deux adages, deux maximes qu’il s’agit d’accorder : l’une proprement politique, universellement citée, attribuée tantôt à Louis XI, tantôt à d’autres souverains : « Qui ne sait dissimuler ne sait régner », ou selon les versions, « qui ne sait simuler ne sait régner »1 ; l’autre est un verset biblique souvent rappelé : « La bouche qui ment, tue l’âme » (Sagesse, 1, 11). Aussi bien, le problème politico-moral est-il assez bien exprimé par un célèbre verset de l’Évangile, lui aussi très abondamment cité et commenté : « Soyez prudents comme des serpent et simples comme des colombes » (Matthieu, 10, 16).

  • 2  Est-il utile de tromper le peuple ? Ist der Volksbetrug von Nutzen ?Krauss, W. (éd.) Akademie-Verl (...)
  • 3  Dictionnaire, t. IV, p. 582 (Dissertation sur les libelles diffamatoires).
  • 4  Emmanuel Kant, Über ein vermeintes recht aus menschenliebe zu lügen, 1797 ; D'un prétendu droit de (...)

6Il est intéressant d’examiner, ce que nous ne pourrons guère faire ici, comment, au cours de sa discussion, le problème se modifie, en même temps que les principes qui le constituent sont mis en cause. D’abord la prohibition inconditionnelle du mensonge – y compris politique – est de plus en plus souvent attaquée jusqu’à ne plus être dominante, puis la tromperie politique cesse d’être perçue comme une nécessité à laquelle on ne saurait se soustraire. Jusqu’au jour, au xviiie siècle, en 1780 pour être précis, où l’académie de Berlin, sur l’inspiration de D’Alembert et sous l’égide de Frédéric II, soumet à concours la question suivante : Est-il utile de tromper le peuple ?2 Cette question portait en fait d’abord sur l’usage politique de la religion et de la superstition, mais dépassait aussi de beaucoup dans ses enjeux le seul cadre des fausses croyances. Et il est possible de montrer que la mise en cause de ce qui était au siècle précédent hors de discussion ou à peu près – qu’il est utile de tromper le peuple, ou dans sa version cynique répétée encore par Pierre Bayle : « Puisque le peuple veut être trompé, qu’il le soit»3 – n’est pas sans rapport avec la discussion qui l’accompagne et la précède sur la licéité du mensonge. Celle-ci, avec le droit naturel moderne, s’oriente largement dans le sens d’une déculpabilisation de certaines formes de mensonge, dont beaucoup relèvent du politique. Il faut attendre Kant, qui est loin d’être à lui seul représentatif des Lumières (son adversaire en la matière, Benjamin Constant, l’est tout autant)4, pour que le mensonge soit à nouveau inconditionnellement rejeté, mais il serait tout à fait faux de croire que la mise en cause de la tromperie comme moyen légitime de gouvernement dépend d’une rigueur morale accrue en matière de prohibition du mensonge.

Le consensus de la tromperie nécessaire

  • 5  Leon Battista Alberti, Momus, vel de Principe (vers 1443) ; tr. fr. Cl. Laurens, Momus ou le Princ (...)

7Rien ne fait sans doute plus sentir la transformation de la pensée politico-morale au début de la modernité que l’affirmation selon laquelle on ne saurait gouverner les hommes sans les tromper. Les textes qui font état de cette vérité politique, pour la déplorer et/ou pour en faire une règle d’action sont nombreux entre le xve siècle et le début du xvie, d’Alberti jusqu’à Pontano et Machiavel5, et il ne manque pas d’autorités anciennes sur lesquelles s’appuyer : Platon, Aristote, Lucien, Tacite… Or simultanément, dans la littérature morale et politique, le mensonge reste le plus souvent condamné comme tel, et là même où se trouve pourtant énoncée la maxime prêtée à Louis XI.

  • 6  Voir, entre autres, Giuliano Procacci, Studi sulla fortuna del Machiavelli, Roma, 1965 ; mis à jou (...)

8Dès la fin du xvie siècle, cette condamnation vise en priorité Machiavel, comme celui qui a justifié et conseillé l’usage massif du mensonge en politique. Sont ainsi stigmatisés, de toute part, les disciples du secrétaire Florentins, les « politiques » qui ne font pas scrupules de mentir, de trahir leur foi et de se parjurer6.

  • 7  Voir surtout, De mendacio ; Le mensonge, trad. J.-Y. Boriaud, in Augustin d’Hippone, Œuvres, Galli (...)
  • 8  Voir en particulier le texte matriciel de Martin Azpilcueta (Navarra) : Commentarius in cap. Human (...)
  • 9  Thomas d'Aquin, Somme Théologique, Paris, Cerf, 1984, II, IIae, quest. 110.
  • 10  Voir, parmi les nombreux lecteurs de Navarra, Pedro Ribadeneira, Princeps christianus, adversus Ni (...)
  • 11  Par exemple Campanella : « Les mensonges de la prudence sont utiles et avantageux à la plèbe et, u (...)
  • 12  De Bodin, voir en particulier le chapitre souvent cité de La Démonomanie des sorciers, 1587, liv.  (...)
  • 13  Voir en particulier l’ouvrage classique de Giuseppe Toffanin, Machiavelli e il Tacitismo (1921), N (...)

9Mais avant de dénoncer l’inconséquence ou l’hypocrisie de toute une époque, il convient d’abord de remarquer que, dans une littérature où les distinctions scolastiques de la théologie morale et de la casuistique ont une place trop souvent minorée, tromper est une chose et mentir en est une autre : le mensonge est duplicité du cœur, il implique une pure et simple contradiction entre le discours et la pensée, et à ce titre il est toujours un péché, et ceci même lorsque l’on ment pour le bien public (l’autorité invariablement avancée est ici celle de saint Augustin7), alors qu’il y a des moyens de tromper, négativement (en laissant autrui se tromper), voire positivement, en restant en accord avec sa pensée, et donc sans mentir. Dès lors, si la tromperie et l’astuce sont employées à bien faire, à faire le bien public par exemple, ils sont innocents, voire bons8. D’ailleurs si le mensonge se définit par l’intention de dire le faux, il n’est pas sûr que l’intention de tromper entre dans l’essence du mensonge ; du moins le Docteur angélique le nie-t-il9. Ainsi la figure de Machiavel comme professeur de mensonge politique joue-t-elle le rôle de repoussoir dans la plupart des textes, où la maxime de Louis XI et d’autres similaires, qui chantent les vertus politiques du secret, de la dissimulation, de la simulation10. Mais on peut remarquer qu’il en va ainsi y compris sous la plume de ceux qui cherchent à défendre l’existence d’un mensonge licite en politique11, lesquels par stratégie ou du reste par conviction (il est souvent très difficile de savoir), chargent Machiavel, ou affectent du moins de réprimer ses excès (on citera ici les seuls noms de Bodin et de Lipse12), et ils invoquent d’autres autorités, tant le secrétaire florentin est publiquement décrié et stigmatisé13.

La tromperie comme pratique d’écriture

  • 14  Mais voir par exemple, Giordano Bruno, Spaccio della Bestia trionfante, Paris, 1584 ; Expulsion de (...)

10Nous ajouterons, sans pouvoir non plus développer ici, qu’il en va des discussions sur la licéité du mensonge comme de l’usage repoussoir de Machiavel dans ces discussions même et dans le débat politique en général. Les discussions en effet sont bien souvent biaisées et témoignent d’une pratique dans et par l’écriture de ce dont il est question : l’adoption délibérée de procédés déceptifs qui, aux yeux des auteurs relèvent du bon mensonge ou d’une tromperie sans mensonge ou encore d’une simple pratique du secret sans tromperie positive ni mensonge (voir infra)14.

  • 15  Persecution and the Art of Writing, 1941 [essai] ; La persécution et l'art d'écrire, trad. E. Patt (...)

11Il existe au xvie et xviie siècle une politique de l’écriture, un art d’écrire pour parler comme Léo Strauss, extrêmement réfléchi et qui engage évidemment les relations des auteurs d’une part avec les autorités politiques et religieuses et d’autre part avec l’opinion15. Leo Strauss cite par exemple et glose la fameuse phrase de Machiavel tirée d’une lettre à Guichardin :

  • 16  17 mai 1521, Toutes les Lettres de Machiavel, Barincou, Gallimard, Paris, 1955, t. 2, p. 447. Voir (...)

Il y a beau temps que je ne dis jamais ce que je crois et que je ne crois jamais ce que je dis, et s’il m’échappe parfois quelque brin de vérité, je l’enfouis dans tant de mensonges qu’il est difficile de la retrouver.16

  • 17  Voir cependant les justes réserves auxquelles la lecture des straussienne de ce passage a pu donne (...)

Bien que cet aveu soit à replacer dans son contexte, celui d’une lettre privée toute pleine d’une verve burlesque, et ne concerne pas directement les travaux de plume, il peut en effet valoir comme un avertissement redoutable pour les lecteurs des œuvres politiques du secrétaire17.

Machiavel accusé de vérité

  • 18  Ainsi le passage le plus souvent incriminé du chapitre XVIII, ne parle pas de la nécessité pour le (...)

12Mais paradoxalement, si Machiavel est aussi universellement honni (du moins en apparence), ce n’est pas seulement parce qu’il conseillerait au Prince la pratique éhontée et déculpabilisée du mensonge, ce qui du reste – soit dit en passant – est doublement faux, d’abord parce que Machiavel utilise significativement une panoplie de termes qui semblent bien impliquer tacitement le mensonge, mais en fait le contournent aussi délibérément (simuler, dissimuler, colorer, tromper)18, et ensuite parce que si, en effet, le recours au mensonge apparaît bien chez lui comme une nécessité de l’action politique, il n’est jamais justifié moralement.

  • 19  Louis Machon, Apologie pour Machiavelle, en faveur des Princes et des Ministres D'Estat […] A Pari (...)

13Or c’est cela même qui est proprement insoutenable pour tant de ses lecteurs et là réside peut-être la raison principale et en tout cas très explicite du scandale suscité par le Prince. Machiavel divulgue des vérités qui ne doivent pas l’être : les arcana imperii, les secrets de l’empire, des vérités politiques qu’il est extrêmement dangereux de publier, et notamment celle qui constate la nécessité, pour le prince, de la pratique du mensonge, et d’abord de l’usage mensonger de la superstition ou d’une fausse religiosité (voire de fausses religions), afin de conserver ou accroître son pouvoir sur les peuples. De sorte que l’un des rares apologistes de Machiavel, Louis Machon, peut prendre comme devise, à la fois pour son auteur et pour lui-même l’adage d’Augustin (emprunté à Térence) : veritas odium parit : la vérité engendre la haine19.

14Tous reconnaissent par contre, et Machiavel d’ailleurs comme son apologiste, que non seulement il n’y a pas d’action politique concevable sans une pratique attentive et constante du secret, mais aussi qu’il n’est pas possible d’écrire sur la politique, sur les arcanes de l’empire, sans la plus extrême prudence et la plus grande retenue, à l’opposé donc des convictions idéologiques et philosophiques les plus communément répandues aujourd’hui.

  • 20 Delle virtù e dei vizi in particolare (Theologicorum liber X), éd. par R. Amerio, Rome, Centro Inte (...)
  • 21  Voir surtout Marcel Gauchet, « L'État au miroir de la raison d'État : la France et la Chrétienté » (...)

15Pour Campanella par exemple la véracité est bien une vertu médiane, comme chez Aristote, mais elle s’oppose comme telle d’une part au mensonge et d’autre part à ce qu’il appelle le « véricide », c’est-à-dire le vice, criminel pour la vérité, qui consiste à dire la vérité sans retenue et en toute circonstance20. Mais il est très important de souligner qu’en célébrant la pratique du secret politique, Machiavel et les doctrinaires de la raison d’État l’ont aussi divulguée de manière de plus en plus circonstanciée et de plus en plus largement. C’est d’ailleurs en quoi ils ont paradoxalement contribué à jeter bien malgré eux les semences d’un idéal et d’une idéologie de la transparence. Si l’on n’aperçoit pas cette dialectique de divulgation, et par là de démystification du secret par sa célébration publique, on ne pourrait pas comprendre le passage critique des doctrines de la raison d’État, à la pensée politique des Lumières21.

Le secret nécessaire

16Si Machiavel est diabolisé à la fois comme professeur ès mensonge et divulgateur de vérité, c’est que, selon la conception la plus répandue, on ne saurait faire de bonne et saine politique d’une part si l’on ne tient pas compte de la prohibition inconditionnelle du mensonge rappelée par les orthodoxies confessionnelles, et d’autre part en ouvrant à tous inconsidérément les secrets de la politique. Si la leçon de mensonge fait du prince un tyran, la leçon de vérité fait du peuple un rebelle.

  • 22  Ernst H.Kantorowicz, “Mysteries of State. An absolutist Concept and its Late Mediaeval Origins », (...)
  • 23  Le Mascurat, Paris, 1649, p. 474. « Il y a dans l’âme d’un État une force mystérieuse dont l’histo (...)

17Le secret est doublement nécessaire : d’abord il sépare de la manière la plus nette la sphère des décisions souveraines de leur champ d’application ; ensuite, il est ce dont la préparation de toute action politique doit s’entourer pour être efficace. L’une et l’autre forme de secret conduisent à poser la question du recours au mensonge et à la tromperie. Le pouvoir n’est absolu, délié, séparé, que de s’entourer d’une nuée, d’une obscurité sacrée dont Kantorowicz a montré la dérivation ecclésiale22. « En toutes les grandes affaires politiques [...] il y a un divinum quid que l'on ne peut connaître », écrit encore Gabriel Naudé dans Le Mascurat composé pour défendre la politique de Mazarin23.

  • 24  Dialogue traitant de la politique sceptiquement in Dialogues faits à l'imitation des anciens éd. A (...)

18Mais beaucoup s’emploient à montrer, et d’ailleurs à sa façon Naudé lui-même dans ses Considérations politique sur les coups d’état, que ce secret n’a rien en lui-même de sacré, qu’il est un simple effet de la mise en scène permanente du pouvoir, qui se donne à voir dans les rituels et les fastes, mais qui feint aussi, lorsque cela est nécessaire, le lien avec le divin par de faux prodiges, des miracles controuvés, et cache par contre scrupuleusement tout ce qui pourrait mettre sa majesté et sa puissance en question (par exemple le rôle décisif de la fortune, la petitesse des passions et des intérêts à l’origine des grandes décisions, comme La Mothe Le Vayer, l’ami de Naudé, n’hésite pas à l’écrire24). Bref le grand mystère du pouvoir absolu relèverait bel et bien de la simulation et du mensonge. C’est là sans doute une conclusion extrême et extrémiste, d’analystes libertins ou augustiniens radicaux. Mais, par contre, l’opinion selon laquelle le pouvoir ne saurait s’exercer sans un usage permanent du secret comme moyen de gouvernement bénéficie du plus grand consensus, et l’extrême attention à la description, à l’analyse et à la légitimation de cette pragmatique du secret politique, en particulier dans la littérature de la raison d’État (de quelque confession et obédience soit-elle), joue sans doute un rôle essentiel dans la désacralisation progressive des mystères des empires, et par là fatalement, du souverain absolu lui-même. Là aussi, il faut bien saisir comment la littérature des secrets d’État finit par faire le lit de la critique du despotisme.

Licéité du secret, prohibition du mensonge

  • 25  Jérôme Cardan, Proxeneta, sive prudentia civilis..., Lugdunum Batavorum, Elzevier ; Opera omnia, v (...)

19Mais nous voudrions insister ici sur le fait que si l’usage constant du secret politique en tant que tel est hors de discussion et ne pose aucune difficulté morale, par contre le problème moral surgit dès lors que le secret s’accompagne de mensonge, soit que le secret ait besoin du mensonge pour être préservé, soit qu’il soit le secret d’un mensonge (dans la mesure où dans tout mensonge, ce qui est pensé vrai est tenu secret). Entre le simple secret par absence de signes et le mensonge proprement dit, avec ses formes hyperboliques que sont le parjure et la trahison de la parole donnée, la littérature politique et morale en particulier et les lettres en général connaissent entre xvie et xviie siècle toute une gamme graduée d’intermédiaires, où le mal s’insinue progressivement. Cardan, Bacon, Lipse et à la suite de Lipse, Charron et beaucoup d’autres (Lipse aura en effet une influence majeure dans toute la littérature politique européenne), ont décrit diversement les degrés du voilement de l’action, ou de ce Lipse appelle la prudence mêlée, c’est-à-dire mêlée de fraude, strictement réservée à la politique, qui va du permis à l’inacceptable en passant par l’excusable25.

  • 26  Voir note précédente.
  • 27  Torquato Accetto, Della dissimulazione onesta, Naples, 1641 ; Nigro (éd.), Gênes, Costa e Nolan, 1 (...)
  • 28  Malgré une lecture hâtive du traité d’Accetto, qui semble rejeter la simulation, la question reste (...)

20La dissimulation, qui consiste à feindre que ce qui est, n’est pas – traîne du secret écrit Bacon –, y occupe un degré inférieur, elle est même tout à fait permise dès lors qu’elle n’opère aucune falsification et se contente de couvrir ce qui doit l’être, alors que la simulation entre dans le mal, qui feint ce qui n’existe pas existe26. Rigoureusement parlant, cette définition de la simulation, depuis Thomas d’Aquin, est celle-là même du mensonge par les actes ; le mensonge n’étant lui-même rien d’autre que la simulation par la parole. Mais la simple dissimulation, la « dissimulation honnête » comme l’appelle Accetto, est-elle possible sans simulation et partant sans mensonge ?27 Est-il possible de voiler ce qui est, sans donner à croire se qui n’est pas ?28 D’ailleurs, le mensonge figure en effet, de manière plus ou moins avouée ou déclarée parmi les moyens licites, chez Lipse par exemple, lorsqu’il est strictement utilisé pour le bien public, et cela ne va pas sans entraîner de violentes réactions.

  • 29  Voir le dialogue du TasseIl Malpiglio, ovvero della Corte, éd. B. Maier, in Opere, Milan, Rizzoli, (...)
  • 30  Ce n’est pas ici au titre du traité d’Accetto que nous pensons, parce que la dissimulation honnête (...)

21La raison d’État chrétienne, la théologie morale, mais aussi la littérature morale profane qui traite de civilité29, rejettent comme machiavélique cette permission du mensonge politique, en réaffirmant le principe de prohibition augustinien. Aussi leur faut-il déployer la plus grande finesse spéculative pour trouver des moyens de gouverner efficaces sans mensonge, qui n’excèdent pas la dissimulation honnête30.

Équivoques et restrictions mentales

  • 31  En avançant que les équivoques puissent être plus efficaces que le mensonge, nous prenons la liber (...)
  • 32  « Comme enseigne le Docteur Navarre [Comm. in cap. humanae aures 9. 3. n. 8.], il y a deux artific (...)

22La doctrine des équivoques et des restrictions mentales, mise au point par le canoniste Navarra vers 1580 et développée ensuite surtout au sein de la Compagnie de Jésus (mais pas seulement), qui consiste à préserver efficacement un secret licite en usant de signes équivoques ou de clauses réservées (de sorte qu’il n’y ait pas contradiction entre les propositions et la pensée du locuteur et donc pas de mensonge au sens augustinien) est ainsi proposée comme une alternative morale au mensonge politique, tout en étant aussi efficace que lui, sinon plus !31 Navarre et de nombreux auteurs après lui, comme Ribadeneira dans son Prince Chrétien, parlent alors d’un bon art, non mensonger, de la dissimulation et même de la simulation, mais alors d’une simulation sans mensonge ; bon parce qu’utile et réglé, opposé au mauvais art, déréglé et vicieux, de l’astuce et de la tromperie, pratiqué par Machiavel et ses suppôts32. Ceux qui osent parler d’un bon mensonge politique et ceux qui désapprouvent au contraire tout à fait le mensonge, ont alors beau jeu de dénoncer, comme le Pascal de la IXe lettre des Provinciales, ce qu’ils appellent une vérité à voix basse et un mensonge à haute voix.

23Le conflit extrêmement violent autour de la doctrine des équivoques, qui se poursuit jusqu’au xviiie siècle, témoigne de la difficulté extrême à imposer l’idée, dans une culture unanime à reconnaître la valeur positive du secret, que le mensonge, en certaines circonstances, notamment dans l’exercice légitime du pouvoir politique, est permis, voire moralement – et pas seulement politiquement – obligatoire, et en tout cas que son franc usage, s’il on peut parler ainsi, est préférable à la casuistique retorse des équivoques et des restrictions mentales.

Réhabilitation du mensonge

  • 33  Voir en particulier Rodolfo De Mattei, Dal premachiavellismo a l'antimachiavellismo, Florence, San (...)

24Pourtant les autorités ne manquaient pas, à partir desquelles une telle idée pouvait être défendue, et elles sont du reste abondamment citées : des auteurs anciens, au premier rang desquels Platon qui prescrit le noble mensonge comme pharmakon, remède à l’usage des magistrats ; Aristote, qui ne condamne pas le mensonge utilisé à des fins bonnes et utiles ; la notion, présente dans le droit romain, de bonus dolus, de tromperie utile qui ne lèse pas autrui ; enfin et surtout la notion de mensonge officieux ou économique développée par la patristique antérieure ou contemporaine à Augustin, qui intègre explicitement au contexte chrétien le noble mensonge platonicien33.

  • 34 Cardan, Jérôme, Proxeneta, sive prudentia civilis...,op. cit. Voir A. Ingegno, Saggio sulla filosof (...)
  • 35 Gentili, Alberico, Disputationes duae ; I. De actoribus et spectatoribus fabularum non notandis ; I (...)
  • 36  Voir aussi Scipione Ammirato, Discorsi sopra Cornelio Tacito, Florence, F. Giunti, 1594 ; Discours (...)

25Fondés sur ces autorités, des auteurs comme Cardan34 et Alberico Gentili (qui compose un petit traité très provocateur en faveur du bon usage du mensonge en politique dans les dernières années du xvie siècle35), défendent l’idée, qui trouve naturellement sa place dans l’aristotélisme politique, selon laquelle le mensonge est parfaitement légitime lorsqu’il est employé à la conservation naturelle et politique36. Cette doctrine du bon mensonge politique heurte cependant de plein fouet, sans médiation possible, la conception augustinienne et thomiste dominante, qui exclut tout mensonge du fait même de la manière dont celui-ci est conçu, comme duplicité intérieure, contradiction entre ce que le locuteur pense vrai, et tait, et ce qu’il pense faux, et dit.

  • 37  De Jure belli et pacis, Lib. III, cap. 1. Nous utilisons la traduction de Jean Barbeyrac, Le droit (...)
  • 38  Grotius, ibid., § 11. Ces lignes de Grotius sont critiquées avec beaucoup de perspicacité par le j (...)

26Une telle doctrine ne devient réellement défendable, dans le contexte de la culture chrétienne, qu’à partir d’une redéfinition du mensonge et de la véracité : c’est ce à quoi s’est employé discrètement mais efficacement Grotius dans son traité du Droit de la paix et de la guerre, et son apport en la matière est décisif pour toute l’école de droit naturel moderne et au-delà. Sans révoquer la définition augustinienne, Grotius la pervertit complètement à travers une restriction décisive, d’inspiration juridique : le mensonge est « l'atteinte qu'on donne à un droit réel et subsistant de celui à qui l'on parle, ou envers qui l'on se sert de quelque autre signe équivalent à la parole »37. Ainsi le mensonge est-il défini non plus dans la seule relation du locuteur avec lui-même, mais dans la situation d’interlocution, comme atteinte d’un droit : « la liberté de juger des pensées d'autrui », en vertu d’une « convention tacite » inhérente à l’échange linguistique38.

  • 39 Grotius, Ibid., § 15.

27Ainsi lorsque les conditions et raisons du pacte de véracité réciproques sont suspendues, il devient pleinement licite de dire le faux, c’est-à-dire de mentir, sans que ce mensonge constitue une faute morale. C’est le cas lorsque survient un droit supérieur au droit de vérité, ou par consentement exprès ou présumé de celui à qui l’on s’adresse. Or c’est un tel consentement qui est contenu dans le pacte social qui soumet les sujets à leur monarque, et plus généralement les inférieurs aux supérieurs. Ce n’est point « un mensonge criminel, lorsqu'un supérieur, qui a un droit éminent sur tous les droits de ceux qui dépendent de lui, use de ce droit en leur disant quelque chose de faux, pour leur avantage ou public, ou particulier. C'est ce que Platon semble avoir eu principalement en vue, lorsqu'il permet aux magistrats de mentir »39.

28C’est un tel droit de mentir que revendiqueront explicitement, en apportant des modifications théoriques importantes, les jusnaturalistes se réclamant de Grotius (Thomasius, Pufendorf, etc.). Mais rien ne serait plus faux que de croire que le bénéfice politique de ce droit de mentir consiste exclusivement en une justification tout à la fois politique, morale et juridique, du mensonge des gouvernants, car il concerne aussi, très discrètement – mais cela n’en est pas moins historiquement décisif –, les individus dans leurs relations aux institutions de l’État lorsque leurs droits fondamentaux sont en jeu : lorsque, par exemple, pour certains auteurs, quand un accusé risque sa vie devant un tribunal.

29Et surtout, il faut bien voir que ce droit de mentir dépend du droit de vérité qu’il suspend, mais par lequel il est aussi étroitement limité, et l’on peut même avancer qu’il contribue du même coup à assurer la promotion politique souterraine de ce droit à la vérité que les citoyens finiront par exiger de leurs gouvernants.

  • 40  Voir Robert J. Benton, « Political expediency and Lying, Kant vs Benjamin Constant », Journal of t (...)

30C’est à la lumière de cette histoire, ici beaucoup trop rapidement esquissée, qu’il convient de reconsidérer la célèbre querelle qui oppose dans les dernières années du xviiie siècle Benjamin Constant, partisan d’un droit de mentir par humanité, à Emmanuel Kant, apôtre de ce devoir inconditionnel de vérité40 dont les effets pervers ne cessent de se faire sentir dans notre propre culture morale, politique et juridique, pour ne rien dire de ses conséquences désastreuses en littérature.

Haut de page

Notes

1  Nous nous permettons de renvoyer pour l’analyse et les sources à de précédentes publications : « Simulatio/dissimulatio, notes sur feinte et occultation, xvie-xviiie siècle », in M. Fattori éd., Il Vocabolario della République des Lettres. Terminologia filosofica e storia della filosofia. Problemi di metodo, Atti del Convegno Internazionale in Memoriam di Paul Dibon, Napoli, 17-18 maggio 1996, Firenze, Olschki, 1997, p. 115-131 ; « De la construction des apparences au culte de la transparence.Simulation et dissimulation entre le xvie et le xviiie siècle », Littératures Classiques, n° 34 : « Périodisation du xviie siècle », 1998-2, p. 73-102 ; « Simulation et dissimulation : quatre définitions (xvie-xviie siècle) », Deceptio. Mystifications, tromperies, illusions, de l’Antiquité au xviie siècle, Publications de Université Paul-Valéry, Montpellier, 2000, vol. 1, p. 49-75.

2  Est-il utile de tromper le peuple ? Ist der Volksbetrug von Nutzen ?Krauss, W. (éd.) Akademie-Verlag, Berlin, 1966.

3  Dictionnaire, t. IV, p. 582 (Dissertation sur les libelles diffamatoires).

4  Emmanuel Kant, Über ein vermeintes recht aus menschenliebe zu lügen, 1797 ; D'un prétendu droit de mentir par humanité, texte et traduction in François Boituzat, Un droit de mentir ? Constant ou Kant, Paris, PUF, 1993. Voir infra.

5  Leon Battista Alberti, Momus, vel de Principe (vers 1443) ; tr. fr. Cl. Laurens, Momus ou le Prince, Paris, Les Belles Lettres, 1993 ; Pontano, De Prudentia, Naples, 1512, chap. De simulatione et dissimulatione, liv. III ; Machiavel, Le Prince, chap. 18.

6  Voir, entre autres, Giuliano Procacci, Studi sulla fortuna del Machiavelli, Roma, 1965 ; mis à jour et restructuré sous le titre Machiavelli nella cultura Europea dell'età moderna, Bari, Laterza, 1995 ; Rodolfo De Mattei, Dal premachiavellismo a l'antimachiavellismo, Florence, Sansoni, 1969 ; Pamela D. Stewart, Innocent Gentillet e la sua polemica antimachiavellica, Florence, 1969 ; Anna-Maria Battista, Politica e morale nella Francia dell'età moderna, édition par Anna Maria Lazzarino Del Grosso, Genova, Name, 1998 ; Robert Bireley, The Counter-Reformation Prince : Antimachiavellianism or Catholic Statecraft in Early Modern Europe, Chapel Hill-London, The University of North Carolina Press, 1990.

7  Voir surtout, De mendacio ; Le mensonge, trad. J.-Y. Boriaud, in Augustin d’Hippone, Œuvres, Gallimard (Pleïade), 1999 et Contra mendacium ; Contre le mensonge, Œuvres de saint Augustin, 1ère série : Opuscules, t. II : Problèmes moraux, texte de l'édition bénédictine, trad. intro et notes de G. Combes, Paris 1937.

8  Voir en particulier le texte matriciel de Martin Azpilcueta (Navarra) : Commentarius in cap. Humanae Aures, XXII. qu. V. De veritate responsi; partim verbo expresso, partim mente concepti. & de arte bona & mala simulandi, Rome, 1584 (cf. infra).

9  Thomas d'Aquin, Somme Théologique, Paris, Cerf, 1984, II, IIae, quest. 110.

10  Voir, parmi les nombreux lecteurs de Navarra, Pedro Ribadeneira, Princeps christianus, adversus Nicolaum Machiavellum... Antverpiae, 1603 ; Traité de la religion que doit suivre le prince chrestien et des vertus qu'il doit avoir pour bien gouverner et conserver son Estat, contre la doctrine de Nicolas Machiavel et des politiques de nostre temps... traduit par le P. Antoine de Balinghem, .... Douay, J. Bogart, 1610 (éd. Chr. Frémond et H. Méchoulan, Fayard, 1996).

11  Par exemple Campanella : « Les mensonges de la prudence sont utiles et avantageux à la plèbe et, une fois découverts, ne la rendent que plus aimable ; les mensonges de la ruse [telle que les enseigne Machiavel] ne sont utiles qu’à elle-même et, une fois découverts, ne la rendent que plus odieuse et détestable aux yeux de tous », Aphorismes politiques, éd. P. Caye, p. 111.

12  De Bodin, voir en particulier le chapitre souvent cité de La Démonomanie des sorciers, 1587, liv. IV, chap. 1 et de Lipse, Lipsii Politicorum sive Civilis doctrinae libri sex… Leyde, 1589,liv. 4, chap. 13 et 14 ; voir la réédition du liv. IV de la trad. de Charles le Ber, Les politiques ou doctrine civile (Paris, 1597), Presses Universitaires de Caen, Bibliothèque de philosophie morale et politique, 1994.

13  Voir en particulier l’ouvrage classique de Giuseppe Toffanin, Machiavelli e il Tacitismo (1921), Naples, 1972.

14  Mais voir par exemple, Giordano Bruno, Spaccio della Bestia trionfante, Paris, 1584 ; Expulsion de la bête triomphante, trad. J. Balsamo, in Œuvres complètes de Giordano Bruno, sous la direct. De N. Ordine et de Y. Hersant, t. V, 1-2, Paris, Les Belles Lettres, Paris, 1999, notamment t. II, p. 294-296, 310-312.

15  Persecution and the Art of Writing, 1941 [essai] ; La persécution et l'art d'écrire, trad. E. Pattard, in E. Cattin, B. Frydman, L. Jaffro, A. Petit, éd., Leo Strauss. Art d'écrire, politique, philosophie, texte de 1941 et études, Paris, Vrin, Tradition de la pensée classique, 2001.

16  17 mai 1521, Toutes les Lettres de Machiavel, Barincou, Gallimard, Paris, 1955, t. 2, p. 447. Voir Leo Strauss, Pensées sur Machiavel, Paris, Payot, 1982, p. 65.

17  Voir cependant les justes réserves auxquelles la lecture des straussienne de ce passage a pu donner lieu, en particulier, M.-D. Couzinet, « Strauss lecteur de Machiavel », in Leo Strauss. Art d'écrire, politique, philosophie, op. cit., p. 194.

18  Ainsi le passage le plus souvent incriminé du chapitre XVIII, ne parle pas de la nécessité pour le prince d’être menteur mais « grand simulateur et dissimulateur ». Ce choix terminologique n’a pas tant pour but de masquer le problème moral que de produire une analyse politique et anthropologique déprise de la sanction morale (ce qui est bien différent) et, d’autre part, il permet de prendre en vue l’ensemble de l’univers de l’action, parole comprise, et non le seul discours. La simulation et la dissimulation s’effectuent en effet par la production de signes de toutes sortes, et non des mots seuls, à la différence du mensonge.

19  Louis Machon, Apologie pour Machiavelle, en faveur des Princes et des Ministres D'Estat […] A Paris, 1643. Bibliothèque Nationale, Fonds fr. 19046-19047 (l’adage figure en exergue de l’ouvrage).

20 Delle virtù e dei vizi in particolare (Theologicorum liber X), éd. par R. Amerio, Rome, Centro Internazionale di studi umanistici, 1978, vol. II, p. 68s.

21  Voir surtout Marcel Gauchet, « L'État au miroir de la raison d'État : la France et la Chrétienté », Raison et déraison d'État, théoriciens et théories de la raison d'état aux xvie et xviie siècles, sous la direction de Y.-Ch. Zarka, PUF, Essais, 1994, p. 193-244.

22  Ernst H.Kantorowicz, “Mysteries of State. An absolutist Concept and its Late Mediaeval Origins », Harvard Thelogical Review, XLVIII, 1955, p. 65-91 ; trad. in Mourir pour la patrie et autres textes, présentation de P. Legendre, Paris, PUF, 1984, p. 75-103.

23  Le Mascurat, Paris, 1649, p. 474. « Il y a dans l’âme d’un État une force mystérieuse dont l’histoire n’a jamais osé s’occuper, et dont l’opération surhumaine est inexprimable à la parole ou à la plume », W. Shakespeare, Troïlus et Cressida, acte III, sc. III, trad. F.-V. Hugo, Pléiade, t. II, p. 750. Ainsi Jacques 1er justifiait-il les prérogatives du souverain absolu, et particulièrement l'appropriation politique du pouvoir religieux, en mettant en avant le « mystère du pouvoir du Roi » et « la révérence mystique qui appartient à ceux qui siègent sur le Trône de Dieu ». Voir à ce sujet les travaux de Louis Marin, en particulier « Pour une théorie baroque de l'action politique », introduction à : Gabriel Naudé, Considérations politiques sur les coups d'État, Paris, Les éditions de Paris, 1988 et « Théâtralité et pouvoir, Magie, machination, machine : Médée de Corneille, in Le pouvoir de  la raison d'état », sous la direction de Christian Lazzeri et Dominique Reynié, Paris, PUF, 1992, p. 231-259.

24  Dialogue traitant de la politique sceptiquement in Dialogues faits à l'imitation des anciens éd. André Pessel, Fayard, 1988. Voir aussi Du mensonge, in Opuscules ou Petits traités, II, Paris, 1647. Voir, également, notre article : « La Mothe Le Vayer. Libertinage et politique dans le Dialogue traitant de la politique sceptiquement », Materia actuosa, Antiquité, âge classique, Lumières. Mélanges en l’honneur d’Olivier Bloch, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 121-144.

25  Jérôme Cardan, Proxeneta, sive prudentia civilis..., Lugdunum Batavorum, Elzevier ; Opera omnia, vol. I ; La science du monde ou la sagesse civile..., Choppin, Paris, Toussaint Quinet, 1652, liv. III, chap. VIII : La vie civile a besoin de la feinte, de la dissimulation, de la persuasion, et de la menace ; Francis Bacon, Essays, VI : Of simulation and dissimulation ; Juste Lipse, op. cit., liv. 4, chap. 13 et 14 ; Pierre Charron, De la sagesse, liv. III.

26  Voir note précédente.

27  Torquato Accetto, Della dissimulazione onesta, Naples, 1641 ; Nigro (éd.), Gênes, Costa e Nolan, 1987 et Torino, Einaudi, 1997 ; trad. fr. par M. Blanc-Sanchez : De l'honnête dissimulation, Verdier, 1990.

28  Malgré une lecture hâtive du traité d’Accetto, qui semble rejeter la simulation, la question reste en suspens, et un espace est laissé à la pratique d’une simulation honnête.

29  Voir le dialogue du TasseIl Malpiglio, ovvero della Corte, éd. B. Maier, in Opere, Milan, Rizzoli, 1965, vol. 5. En France, voir par exemple Adam Théveneau, qui admet la dissimulation « par prévoyance du bien public », tout en jugeant le mensonge et même la tromperies « indignes d’un Prince », Les Morales, Paris, 1607, De la dissimulation, et en quoi elle est louable ou non, p. 369-387.

30  Ce n’est pas ici au titre du traité d’Accetto que nous pensons, parce que la dissimulation honnête du secrétaire des ducs d’Andria vise non pas d’abord à exercer le pouvoir mais en s’en protéger. L’expression apparaît déjà dans un traité sur la doctrine des équivoques, qui applique la doctrine de Navarre à la situation anglaise. Le contexte est alors celui de la persécution religieuse ; pourtant elle rend très bien l’esprit dans lequel Navarre et ces lecteurs Jésuites (Ribadeneira, etc.) conçoivent l’art de gouverner sans mensonge.

31  En avançant que les équivoques puissent être plus efficaces que le mensonge, nous prenons la liberté de souligner un point qui n’est guère mis en avant par les théoriciens des équivoques, ni d’ailleurs par leurs critiques, dès lors qu’ils tendent précisément à les confondre avec le mensonge. Pourtant beaucoup remarquent bien sûr que l’équivocité permet toujours la rétractation et la correction, à la différence du mensonge, ce qui sans doute, le rend stratégiquement supérieur au mensonge dans les arts de la tromperie. Sur Navarre et les équivoques, voir au moins l’ouvrage de Perez Zagorin, Ways of Lying: Dissimulation, Persecution and Conformity in Early Modern Europe, Harvard University Press, Cambridge-Londres, 1990. Voir aussi J.-P. Cavaillé, « Équivoques et restrictions mentales », Kairos n° 8, 1997, p. 35-80.

32  « Comme enseigne le Docteur Navarre [Comm. in cap. humanae aures 9. 3. n. 8.], il y a deux artifices de simuler, et dissimuler : l'un est, de ceux qui sans cause ou profit mentent, et feignent y avoir ce qu'il n'y a pas, ou n'y avoir ce qu'il y a. L'autre de ceux qui sans user de mauvaise tromperie, et sans mentir, donnent prudemment à entendre une chose pour une autre, et ce, quand la nécessité et l'utilité le requièrent ainsi », Pedro Ribadeneira (Rivadeneira), op. cit. , liv. II, chap. 4 qui renvoie à Martin Azpilcueta, op. cit., Quaest. 3, n. 9.

33  Voir en particulier Rodolfo De Mattei, Dal premachiavellismo a l'antimachiavellismo, Florence, Sansoni, 1969 (chap. II : Il problema della liceità del mendacio) et Il problema della ragion di Stato nell'età della Controriforma, Milano-Napoli, Riccardo Ricciardi editore, 1979 (chap. XII : Ragion di stato e mendacio).

34 Cardan, Jérôme, Proxeneta, sive prudentia civilis...,op. cit. Voir A. Ingegno, Saggio sulla filosofia di Cardano, Firenze, 1980 ; G. Canziani, Sapientia e prudentia nella filosofia morale di Cardano, Rivista di storia della filosofia, XLVII, 1992, p. 295-336 (repris in Sonderdruck aus Girolamo Cardano, Philosoph, Naturforscher, Arzt, Herausgegeben von Eckhard Keßler, Harrassowitz Verlag-Wiesbaden 1994).

35 Gentili, Alberico, Disputationes duae ; I. De actoribus et spectatoribus fabularum non notandis ; II. De abusu mendacii, Hanoviae, apud G. Antonium, 1599. Voir Gianfranco Borrelli, Tecniche di simulazione e conservazione politica in Gerolamo Cardano e Alberico Gentili, Annali dell'Istituto Storico Italo-Germanico in Trento, Italy, 1986, 12, p. 87-124. Voir aussi Jean Bodin, op. cit., qui rejette explicitement la double autorité d’Augustin et de Thomas d’Aquin.

36  Voir aussi Scipione Ammirato, Discorsi sopra Cornelio Tacito, Florence, F. Giunti, 1594 ; Discours politiques et militaires sur C. Tacite..., trad. fr. L. Melliet, 1628 et Se per alcuno immaginario modo si dà accidente alcuno per lo quale si possa permetter di dir bugia, in R. De Mattei, Il pensiero politico di Scipione Ammirato, Milan, 1963.

37  De Jure belli et pacis, Lib. III, cap. 1. Nous utilisons la traduction de Jean Barbeyrac, Le droit de la guerre et de la paix... nouvelle traduction..., Amsterdam, 1724 ; Caen, 1984.Voir notre article « Le Droit de mentir : Pufendorf et Barbeyrac lecteurs de Grotius », Nouvelles de la République des Lettres, 1997-1, p. 37-48.

38  Grotius, ibid., § 11. Ces lignes de Grotius sont critiquées avec beaucoup de perspicacité par le jésuite Nicolas Abram, Pharus Veteris Testamenti sive sacrarum quaestionum libri XV [...] Quibus accesserunt eiusdem authoris De veritate et mendacio libri IV, Pontamousson, 1648, p. 489. Abram aperçoit bien que le mensonge ainsi définit ne relève plus en tant que tel de la malice morale (voir également Théophile Raynaud, Disputatio de Veritate Morali, cum Mendacio et Locutionibus Aequivocis ac Mente Restrictis Comparata, in Opera Omnia, 19 vols., Lyons, 1665, vol. 14, p. 100). Nous développons ce point in « Dieu trompeur, doctrine des équivoques et athéisme : entre Grégoire de Valence et Descartes », in G. Canziani, M. A. Granada, Y. Ch. Zarka, Potentia Dei. L’omnipotenza divina nel pensiero dei secoli xvi e xvii, Milan, 2000, p. 317-334.

39 Grotius, Ibid., § 15.

40  Voir Robert J. Benton, « Political expediency and Lying, Kant vs Benjamin Constant », Journal of the History of Ideas, XLIII, janvier-mars 1982, p. 135-144 ; Jules Vuillemin, « On lying : Kant and Benjamin Constant », Kant-Studien, Bonn, 1982, vol. 73, n° 4, p. 413-424 ; Georg Geismann et Oberer Hariolf, Kant und das Recht der Lüge, Würzburg, 1986 ; F. Boituzat, Un droit de mentir ? Constant ou Kant, Paris, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « Mensonge et politique au début de l’âge moderne », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Secret et mensonge. Essais et comptes rendus, mis en ligne le 25 avril 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5936

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cavaillé

http://www.ehess.fr/grihl/CV_Fiches/CV_CavailleJP.htm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org