Navigation – Plan du site

Maxime 1 : Qu’il est permis d’usurper, et conquerir des Estats par la force des armes

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

[1] Maxime 1 : Qu’il est permis d’usurper, et conquerir des Estats par la force des armes


*

1Machiavelle dit. Sono liberi li edificatori delle cittadi, quando alcuni populi, o sotto un principe, o da per se sono costretti, o per morbo, o per fame, o per guerra a abbandonare il paese patrio, e cercasi nuova sede ; questi tali, o egli habitano le cittadi chè é [sic] truovano ne paesi ch’egli acquistano, comè fece Moise, o ne edeficano di nuovo, como fé Enea. Machiavel. Di Discorsi, lib. 1, cap. 1.

2Les francs-fondateurs sont ceux, que peste, Guerre, ou famine a chassé de leur contrée, [2] et les a contraint de chercher terre nouvelle, en la quelle ils entrent par force d’armes, et se mettent en possession des villes qu’ils y trouvent, comme fit Moise ; sinon ils en edifient, comme fit Enée. Machiavelle, en ses Discours politiques sur Tite Live, livre 1, chap. 1.


*

3Encore que touttes les choses de la terre semblent estre sujettes au Commerce des hommes, et qu’il n’y en ait point qui ne puissent trouver leur pris et leur juste valeur ; neant moins plusieurs voulant flatter leur ambition, et donner quelque couleur a leur vanité, ont voulu s’en figurer qui ne relevent point de ceste necessité, affin de [pour] s’acquerir par ce moien plus de creance parmy les peuples, et donner plus d’esclat aux dignités [qualités] dont ils empruntent et leur pouvoir, et leur Authorité.

  • 1  Sidon. Apolli. lib.2. episto. 13.

4La souveraineté est ceste seule piece qui ne s’estime point a pris d’argent ; c’est elle qui fait mespriser la vie, plustost que sa diminution, quoy qu’elle en soit le principe, et le fondement de son estre ; occidat, modo imperet. [3] C’est elle qui des hommes en veult faire des Dieux, puis que quantité de Rois et d’Empereurs se sont fait adorer pour tels, et que les plus sages et les plus modestes n’ont pas refusé la qualité de Divins, non plus que celle de leurs Lieutenans parmy leurs peuples et leurs sujets [, et de ceux qui les representent sur la terre]. Les princes se disent [sont] Maistres des biens et de la vie de ceux qui leur sont assujettis [leurs sujets], comme Dieu seul [l’est] de leurs personnes, et de leurs Consciences ; ils jugent absoluement et souverainement comme luy, ils mettent leurs volontés en execution sans estre comptables a qui que ce soit, ils font tout ce qu’ils veulent par provision, ce sont des hommes Dieux en apparence, et souvent des Demons et des Tirans en effect, qui nonobstant touttes leurs gardes, touttes leurs forces, et touttes leurs puissances passageres, ne laissent pas d’estre esclaves en soy, et peut estre davantage que ceux qu’ils dominent [leurs sujets] ; nam sicut hominibus Reges, ita Regibus dominandi desideria dominantur1 ; dit un grand Evesque d’Auvergne.

5Ce tiltre glorieux qui auttrefois se donnoit ou [4] a la vertu, ou aux merites, et [ou] a la beauté ; s’est enfin rendu hereditaire presque par tout ou les hommes se laissent gouverner ; et [le prince] non content des bornes qu’il trouve en sa naissance, il veult les aggrendir de mesme que ses souhaits [jours], comme si la force et l’ambition luy donnoient autant de droict sur les terres d’auttruy, que le hazard et la bonne fortune luy en ont acquis dedans les siennes, le faisant naistre Roy avant qu’il le sache, et le recompensant auparavant que [de] l’avoir merité. Et voila comme ceste aveugle donne les riches et veritables Couronnes a ceux qui ne les ont pas gaignées et qui ne les conessent point ; [a ceux qui ne les conessent point, et qui ne les ont pas gaignées] pour reserver celles de laurier, de feuilles, et de fleurs qui meurent en peu de temps [ne sont que de vent et de fumée], a ces testes glorieuses qui ont vieilly a la conservation de l’Estat, et qui ont justement acquis [merité] par leurs travaux, ce dont ils n’ont que l’ombre et l’apparence.

  • 2 Machia. en ses Disc., liv. 1, chap. 6.

6Neantmoins puis que ceste corruption est adorée [puis qu’il en va ainsi], et que l’usage nous apprend [enseigne] que les pretensions les plus justes [plus justes pretentions] des princes et des souverains, ne sont que les plus longues possessions de leurs usurpations tant anciennes, que [5] nouvelles ; il semble qu’ils n’aient pas moins de droict de les aggrendir, que leurs predecesseurs en ont eu de les entreprendre [commencer] et de s’en saisir ; c’est pourquoy pour ne point m’estendre sur les guerres justes, ou injustes qui se font, et dont nous parlerons en la derniere maxime du second livre ; quand Machiavelle dit, que les francs et libres fondateurs sont ceux que peste, guerre, ou famine ont chassé de leurs pais, et les ont contraint de chercher ou ils puissent s’establir, soit par les armes comme fit Moise, ou se bastissant des villes comme fit Enée ; il ne dit rien que de commun avec tous les politiques qui croient estre plus religieux que luy ; et prenant Moise seul pour exemple de ceux qui se sont servi de la force et des armes, on ne peult le blasmer en cela sans condemner les actions de cest esleu de Dieu [ce grand homme], et desmentir l’Escripture [saincte] qui nous les donne pour justes et legitimes [et innocentes] ; non plus qu’Enée qui s’en fit bastir a ses propres despens pour luy servir de retraitte, et a [tous] ceux qui voudroient [vouloient] estre tesmoings de son bonheur, et Compagnons de sa fortune [tesmoings et compagnons de son bonheur, et de sa fortune]. Les Venitiens ont trouvé dedans ces [6] fuittes, et l’imitation de ce dernier exemple, et l’establissement de la Republique la plus celebre et la mieux policée [gouvernée] de la terre ; parce qu’abandonnans et quittans les isles Adriatiques pour eviter la rage et la fureur des Gots et des Vendales, ils se jetterent et retirerent sur les rochers ou ils sont maintenant ; qui auparavant estoient [des lieux] deserts, abandonnés, et [qui] n’appartenoient a personne2.

7Quand les papes mettent les Roiaumes, et les souverainetés en Interdit, et qu’ils les adjugent aux plus forts, et a ceux qui ne cherchent que des pretextes pour s’aggrendir ; ils ne donnent souvent auttres tiltres de ces usurpations violentes que celuy de leur haine et de leur indignation, faisans passer pour un acte de justice et de pieté les conquestes qui les vengent, et les possessions qui despouillent leurs ennemis, [qui ruinent leurs ennemis.] qu’ils appellent ceux de l’Eglise, sans vouloir que personne y trouve a redire, ny puisse leur en donner aucun blasme. Or sa saincteté ne pouvant faillir, et sa dignité ne souffrant point de deffaults, ceux qui l’imitent en cela ne peuvent pareillement encourir aucun reproche sans le faire redonder sur celuy [7] qui leur en a donné l’exemple.

8Si les animaux ont ce privilege de pouvoir chercher leurs retraittes, et leur conservation dedans les bois et les deserts ; a plus forte raison les hommes parmy les ondes et les rochers, et principalement quand c’est pour en produire [faire naistre] de si bons effects. Si Moise est innocent de prendre les villes par le feu, le fer, et les flammes ; Enée quoy que paien ne le sera pas moins d’en faire bastir de touttes nouvelles, pour rendre des pais habitables [habitables des pais] qui ne l’estoient point, et cultiver des terres ingrattes [sterilles] qui ne servoient de rien.

  • 3 Machia. en son Prince, chap. 8.

9Et pour justifier plus a plein [plainement] comme nostre Autheur, ne conseille point les choses que la calomnie de ses adversaires emprunte de ses escripts ; voicy comme il parle des usurpations violentes et tiranniques, et comme il les distingue de celles qu’il permet en la maxime que nous examinons ; Je scais bien, dit-il, que de condition privée on peult parvenir a la principauté [au principat], par quelque vicieuse et damnable voie, comme fit Agatocles quand il se fit Roy de Siracuse, luy qui estoit fils d’un potier de Sicile.     Et un peu apres, il adjoute parlant des mauvais moiens dont il se servit pour maintenir sa Roiauté ; rr on ne [8] doibt pas appeller vertu, que de tuer ses Citadins, trahir ses amis, estre sans foy, sans pitie, et sans Religion ; qui sont peut estre moiens pour acquerir seigneuries, mais non pas avec gloire, ny reputation ; et la brutale cruauté d’Agatoclés, et sa nature inhumaine, accompagnée d’infinis auttres vices, ne permet point qu’il soit mis au nombre des vertueux, ny [et] des princes magnanimes3.

10Que veult-on de plus exprés et de plus formel pour faire voir comme il rejette touttes sortes de mauvais moiens pour parvenir aux souverainetés ? Que veult on de plus severe et de plus religieux que ce discours ? Que diront ses accusateurs quand ils verront qu’il condemne si severement [rigoureusement] Agatocles, disant qu’il estoit sans vertu, sans foy, sans pitie, et sans Religion ; [ ?] que ses actions ne meritent ny gloire, ny reputation ; que sa cruauté est brutale, sa nature inhumaine, et sa vie souillée de tant de vices qu’il ne merite aucun rang parmy les princes magnanimes et vertueux ?!]

  • 4 Machia. en son Prince, chap. 8.

11S’il permet les conquestes, et l’aggrendissement des Roiaumes, il veult que ce soit avec prudence, [9] et de plus [par consequent] avec justice et raison ; voicy ses termes ; veritablement c’est chose fort naturelle et ordinaire que de desirer d’estendre et amplifier ses limites, et quand les hommes le peuvent et l’entreprennent, ils en sont grandement louables, ou pour le moins non repris ; mais s’ils ne le peuvent et neant moins l’entreprennent a toutte heurte, la est l’erreur, le blasme, et la temerité4.

  • 5 Proverb. cap. 14, vers. 28.
  • 6 Sa, Hist.
  • 7 Deutero. cap. 20, vers. 14.

12Ceste maxime est fondée sur ce principe et sur ceste verité, que les princes n’aiant presque rien que ce qu’ils ont usurpé, les plus forts font la loy aux plus foibles, et prennent ce qui est a leur bien seance, parce qu’ils croient juste ce qui est utile, et que les Estats n’ont auttres bornes [auttre but] que leur propre conservation, mesme au prejudice de celle de leurs voisins ; quidquid valde utile sit, id fieri honestum, etiam si antea non videretur. Salomon qui avoit la practique aussi grande que la theorie [conessance], et qui dans ses escripts n’est point sujet a desadveu, comme il l’a esté en quelques unes de ses actions ; dit que la grandeur et la dignité d’un Roy paroit au grand nombre, [10] et en la grande quantité de son peuple et de ses sujets ; et que la honte et l’ignominie du prince vint [vient] du petit nombre de ses citoiens ; in multitudine populi dignitas Regis, et in paucitate plebis ignominia principis5. Ce que le Jesuite Sa en ses nottes sur ce passage accommode a l’opinion de Machiavelle, disant ; ignominia principis, quia nescit prudentia augere Imperium6. Moise avoit dit auparavant luy parlant d’un Roiaume conquis, que ; omnia ejus spolia diripies tibi, et frueris praeda hostium quam tibi Deus dederit7.

  • 8 Tacit. lib. 15, Annal.
  • 9  Ibidem, cap. 1.
  • 10 Tite Live, Hist., lib. 5.
  • 11 Senec. De Ira, lib. 2, cap. 9.

13Le Maistre des politiques Tacite, dit que c’est le propre d’un particulier, ou d’un pere de famille, de garder le sien, mais que faire la guerre pour conquerir celuy d’auttruy, c’est l’honneur et la gloire d’un grand Roy ; sua retinere, privatae domus ; de alienis certare, Regiam laudem esse8, qui est la remonstrance que Tyridates fit a son frere le Roy des parthes, luy disant qu’aux eminentes fortunes, le plus puissant estoit estimé avoir le plus de droict ; id in summa fortuna aequius, quod validius9 [et que de garder le sien estoit une chose loüable a une famille particuliere, mais que disputer de l’Estat d’auttruy, c’estoit une chose digne de Roy]. C’est pourquoy les Gaulois interrogés par les Romains quel droict ils avoient sur le pais de [11] Toscane, respondirent fierement qu’il [que leur droit] pendoit a la pointe de leurs espées, et que tout appartenoit au plus fort [aux plus forts] ; respondent [respunderunt] Galli ferociter se in armis jus ferre, et omnia virorum fortium esse10. Ce que Seneque avec son humeur douce et religieuse semble advouer quand il dit ; In praedam validioris, quidquid non resistebat, abductum11.

  • 12  Pierre Mathieu en ses Remarq. d’Estat.
  • 13  Ennod. in Panegir. Theodo. Regis.
  • 14  Isocrat. Oratio. panathenaicus.
  • 15 Arist. Polit. lib. 1.
  • 16 Clem. Alexand. stromat. lib. 1.
  • 17 Cicero. lib. 3, De Repub.
  • 18 Justin Hist. lib. 40.

14Un des celebres politiques de nos jours, dit que ; de puis qu’un prince a quelque chose d’auttruy [de l’auttruy] par le droict des armes, ou auttre tiltre, pour peu qu’il soit coloré, il n’est pas bien conseillé de le rendre12. C’est la maxime de tous les princes, et n’y en a point de si conscientieux qui voulut blesser mortellement son Estat pour accommoder son voisin. Un prince puissant, belliqueux, et paisible, ne pense qu’a l’estenduë de sa frontiere, et n’en void les bornes qu’au bout de son espée. Ennodius paranimphant le Roy Theodoric, luy dit ; minui estimas, quod non crescit Imperium13. L’orateur grec rapporte en l’une de ses oraisons, que les Spartes mettoient toutte leur gloire, et tous leurs soings en l’accroissement de leur Estat, et de leur Republique14 ; les Roiaumes ressemblent a ces animaux [12] qui cessent de vivre, quand ils cessent de croistre. Par ainsi, quand les princes sont saisis de quelque chose, il n’en fault plus rien esperer que par la mesme voie qu’on l’aura laissée perdre, parce que comme ils ne prennent rien pour eux, aussi ne rendent ils jamais quoy que ce soit a ceux qu’ils ont une fois despouillés ; Cyrus disant dans Xenophon, que ; Lex est sempiterna inter homines, res atque pecunias hostium victori cedere ; ce qu’Aristote souscript quand il dit, que ; Lex velut pactum quoddam commune est, quo bello capta capientium fiunt15 ; opinion que Clement Alexandrin soustient en ses Tapisseries16 ; et le Jurisconsulte Caius en la loy ; Naturalem ; ss. ult. ff. de acquirend. rerum Dominio ; tit de rerum Divisione; comme une maxime qu’ils practiquent inviolablement, tant a cause de son utilité, que crainte que [qu’en] restituant a un, tous les auttres mescontens ne viennent a leur demander la mesme grace [leur faire la mesme priere] ; outtre qu’ils scavent trop bien ce qu’un grand Consul, et un scavant homme d’Estat leur enseigne de puis tant de siecles, que ; Si principes justitiam sequi velint, ac suum cuique [13] restituere quod vi et armis occupaverint, ad casas et egestatem reversuros17. C’est pourquoy quand les Volces redemanderent au senat de Rome les choses qu’ils avoient perduës en guerre, Titus Largius opinant dans le senat, dit ; nos Romani honestissimas eas atque iustissimas credimus possessiones quas belli lege captas habemus, neque vero induci possumus, ut stulta facilitate deleamus virtutis monumenta, si eas illis reddamus quibus semel perierunt ; maximum enim id probrum foret, quae virtute ac fortitudine quaesita sunt, ea per formidinem aut stuporem amittere ; Pompée aiant respondu a Antiochus, qu’il n’estoit ny juste, ny raisonnable de donner un Roiaume a celuy qui n’avoit sceu le conserver18.

Haut de page

Notes

1  Sidon. Apolli. lib.2. episto. 13.

2 Machia. en ses Disc., liv. 1, chap. 6.

3 Machia. en son Prince, chap. 8.

4 Machia. en son Prince, chap. 8.

5 Proverb. cap. 14, vers. 28.

6 Sa, Hist.

7 Deutero. cap. 20, vers. 14.

8 Tacit. lib. 15, Annal.

9  Ibidem, cap. 1.

10 Tite Live, Hist., lib. 5.

11 Senec. De Ira, lib. 2, cap. 9.

12  Pierre Mathieu en ses Remarq. d’Estat.

13  Ennod. in Panegir. Theodo. Regis.

14  Isocrat. Oratio. panathenaicus.

15 Arist. Polit. lib. 1.

16 Clem. Alexand. stromat. lib. 1.

17 Cicero. lib. 3, De Repub.

18 Justin Hist. lib. 40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 1 : Qu’il est permis d’usurper, et conquerir des Estats par la force des armes », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre premier, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5951

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org