Navigation – Plan du site

Maxime 2 : Que le prince doibt entretenir les Divisions et seditions [seditions et dissentions] parmy ses sujets, pour le bien de son Estat

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

[14] Maxime 2 : Que le prince doibt entretenir les Divisions et seditions [seditions et dissentions] parmy ses sujets, pour le bien de son Estat


*

1Machiavelle dit. Io dico, che coloro chè dannano i tumulti tra i nobili et la plebe, mi par che biasimino quelle cose que [sic] furono prima cagione di tenere libera Roma, et chè considerino più a romori et alle grida, che di tali tumulti nascevano, che a buoni effetti, che quelli partorivano.
Perche chi esaminera bene il finè d’essi, non trovera ch’egli habbino partorito alcuno esilio, o violenza in disfavore del commune bene, ma leggi et ordini in beneficio della publica Liberta.
Dico, come ogni citta debbe havere i suoi modi, con i quali il popolo possa sfogare l’ambitione sua, et massime quelle cittadi che nelle cose importanti si vogliono valere del popolo.
Et se i tumulti furono cagione della Creatione de Tribuni, meritano summa [sic] laude ; perchè oltrè al dare la parte
[15] sua all’amministratione popolare, furono constituti per guardia della Liberta Romana. Machiavell.di Discorsi, lib. 1. cap. 4.

2Je dis que ceux qui blasment si fort les seditions de Rome, reprennent a mon advis ce qui a esté cause de sa Liberté, et regardent plus au bruit, tempestes, et criries [crieries] qui se font en tel cas, qu’au singulier profit qui en vient.
Et un peu apres.    Considerés moy de prés ces esmuttes, vous verrés qu’elles n’ont en elles force ne violence prejudiciable au bien commun ; au contraire, que c’est ce qui
obligea [contraint] de faire de nouvelles loix et ordonnances au proffit et avantage de la Liberté publique.

3Adjoutant incontinent apres.    Je dis que chacune ville doibt bailler au peuple quelque moien pour descharger sa cholere, et contenter un peu son ambition, mesmement celles entre auttres qui se veulent aider et servir de leur peuple és affaires d’importances, comme on faisoit a Rome.
Et [puis] concluant son discours il dit.     Partant si ces esmutes furent occasion de la Creation des Tribuns, [16] on les doibt priser et louer grandement, veu que par ce moien le peuple eut part au Gouvernement, et de la en avant la Liberté Romaine fut mise en meilleure garde en la main de ces officiers nouveaux; Machia. en ses Discours sur Tite Live, liv. 1. chap. 4.


*

  • 1  Anti-Machia. part. 3, max. 31.
  • 2  St Paul, Epist. 2, ad Corinth., cap. 10, vers. 5.

4[io dico, che coloro che dannano i tumulti tra i nobili et la plebe, mi par che biastimino quelle cose que furono prima cagione di tenere libera Roma, et que considerino più a romori et alle grida, che di tali tumulti nascevano, che a buoni effetti, che quelli partorinano. perche chi esaminera bene il fine d’essi, non trovera ch’egli habbino partorito alcuno esilio, o violenza in disfavore del commune bene, ma leggi et ordini in beneficio della publica Liberta. Dico, come ogni citta debbe havere i suoi modi, con i quali il popolo possa stogare l’ambitione sua, et massime quelli cittadi che nelle cose importanti si vogliono valere del popolo. Et se i tumulti furono cagione della Creatione de Tribuni, meritano summa laude ; perche oltre al dare la parte sua all’administratione popolare, furono constituti per gardia della Liberta Romana. Machia. di discorsi, lib. 1. cap. 4] Il ne fault que scavoir lire pour conestre si Machiavelle par ceste maxime et ce raisonnement, enseigne et soustient qu’un prince doibt entretenir les seditions et les dissentions parmy ses sujets pour le bien de son Estat ; sans s’en rapporter a la calomnie et mauvaise foy du president Gentillet qui en ses Discours contre cest Autheur rapporte ses parolles tout auttrement qu’elles ne sont, les accommode a la passion de sa censure, et les altere et corrompt pour favoriser le dessein qu’il a de donner atteinte a ce grand et judicieux politique, auquel il preste des erreurs pour avoir sujet de les refuter1. De quoy l’on s’estonnera d’autant moins quand on scaura qu’estant l’un des principaux reformateurs [17] pretendus [pretendus reformateurs] de l’Eglise Orthodoxe, et un fauteur des plus considerables de ceux qui pour contenter leur Caprice, et favoriser la douceur et le libertinage de leur Religion, aiment mieux accommoder l’Escripture saincte a leurs opinions, que non pas sousmettre leurs esprits a l’infallibilité [la verité] de son sens, et de ce qu’elle contient, suivant l’advis du plus sublime des Apostres ; captivantes intellectum ad obsequium Christi2 [il preste des erreurs a nostre accusé pour avoir sujet de les refuter].

5C’est une chose honteuse a un homme de ceste condition, et a tous ceux qui le suivent en ce poinct, de noircir de la sorte la verité par tant d’impostures, et l’innocent de tous les crimes que la malice leur suggere ; et parce qu’on veult que cest Autheur soit suspect par tout, on veult aussi qu’il erre par tout, affin qu’il soit condemné en tout ce qu’il a fait et enseigné [le condemner en tout ce qu’il fait]. Quand nous parlerons par la bouche de nos ennemis, et que nous leur confierons les choses qui nous regardent, tres assurement nous serons tousjours coupables [criminels], nos parolles seront des blasphemes, nos raisons [verités] ne seront que mensonges, nos conseils seront tousjours criminels [coupables], et touttes nos actions porteront leurs censures [leur condemnation] avec elles. Tesmoing [18] cest Anti-Machiavelle, qui au lieu sus allegué rapporte ainsi la maxime de l’[son] adversaire qu’il contredit ; Je dis contre l’advis de plusieurs (dit Maistre Nicolas) que les dissentions et seditions civiles sont bonnes et utiles, et qu’elles ont esté cause que Rome est montée en ce hault degré d’Empire qu’elle a esté, &a.

  • 3  Machia. en ses Discours, liv. 1, chap. 4.

6Ou tout au contraire nostre Autheur remarque seulement avec prudence et jugement, aprés tous les plus fameux politiques qui ont escript devant luy, que les seditions et emotions populaires, contre leur ordinaire, ont estés plus profitables a l’Empire Romain, que nuisibles et dommageables, qui est une chose de fait, et non pas de conseil ; ne les considerant pas icy simplement en soy, mais par ce seul effect seulement [leurs effects], et par les evenemens favorables qu’elles ont causé fortuitement ; comme de faire establir des loix nouvelles qui estoient [si] necessaires, et accorder des privileges dés long temps desirés pour l’utilité du peuple, et l’avantage de la Liberté publique. Et pour user des propres termes de ce grand homme ; si ces [20] esmutes furent cause de la Creation des Tribuns, on les doibt priser et louer [louer et priser] grandement, veu que par ce moien le peuple eut part au Gouvernement, et de la en avant la Liberté Romaine fut remise [mise] en meilleure garde en la main de ces officiers nouveaux3. Par ou l’on void qu’il n’establit point une maxime, mais raconte une histoire, et qu’il ne parle que pour la Liberté du peuple en particulier, [et de tout l’Estat en general,] luy qui estoit secretaire de la Republique de Florence ; et qu’au lieu de vouloir faire un Tiran, et un prince remply de desordre et de confusion, comme le veulent persuader ses critiques et ses censeurs, il veult faire un pere du peuple, et un chef de police qui traitte et favorise ses sujets, non pas comme ses esclaves, mais comme ses concitoiens, et ses propres enfans. Ne conseillant en facon que ce soit d’establir, ny de chercher la tranquillité des Estats sur des fondemens si ruineux et si hazardeux, mais faisant voir seulement par forme d’estonnement, comme de si mauvaises causes ont produit tant de [de si] bons effects dans la [21] Monarchie des anciens Romains ; n’y aiant pas eù dix bannis, et encore moins d’executés a mort pendant tous ces troubles par l’espace de trois cent ans ; ains [mais] au contraire, ont mis le peuple en Liberté, luy ont augmenté et conservé ses privileges, et l’ont rendu considerable dedans l’appuy de l’Estat, ce qui ne se trouve point dedans les Empires tiranniques et violents, ou l’esclavage est pour les sujets, et l’authorité souveraine pour les seigneurs dominans.

  • 4  Machia. en ses Discours, liv. 1, chap. 7 et 8.
  • 5 Ibidem, liv. 2, chap. 25.
  • 6  Machia. en ses Discours, liv. 3. chap. 27.
  • 7  Ibidem, chap. 30.
  • 8  En son Prince, chap. 20.

7Et pour faire conestre en termes plus exprés comme il rejette et desapprouve les divisions, et les emotions populaires, il ne fault que voir combien il estime la prudence des Tribuns du peuple qui appaiserent celle qui se preparoit contre Coriolanus ; le quel exemple il emprunte de Tite Live, et le rapporte en ses Discours sur la premiere Decade ; et comme il blasme et condemne au chapitre suivant, celle que Manlius Capitolinus fit a Rome contre Camille, pour contenter sa haine [son envie], et satisfaire a sa jalousie4. Dans son livre second, il monstre et soustient qu’il n’y a que la Division qui ruine, et qui face perdre les villes et les [22] provinces [Estats]5. Et dans le dernier il fait un chapitre exprés pour prouver ceste verité, voicy le tiltre qu’il luy donne ; Comme une cité divisée se doibt unir, et comme l’opinion est fausse que pour conserver une ville[,] il fale la tenir en partialité et division6 ; donnant advis aux Maistres et Gouverneurs des places, de fuir comme un rocher les armes tumultuaires7 ; et pour condemner ce desordre dans tous les endroits de ses Escripts ; voicy comme il en parle dans son Prince ; On ne me fera jamais croire, dit-il, que les divisions valent rien, au contraire, il fault necessairement que les villes divisées soient soudainement destruittes8.

8Demandés maintenant au president Gentillet, et a ceux qui l’ont crù avec plus de foy qu’il n’en merite, et qu’il n’en donne a l’Escripture saincte mesme, en quel endroit des œuvres de Machiavelle il a trouvé ; que contre l’advis de plusieurs, il dit que le prince doibt entretenir les seditions et dissentions parmy ses sujets, pour le bien de son Estat.

  • 9  Machia. en ses Discours, liv. 1, chap. 37.
  • 10  Gregor, De Repub. lib. 23. cap. 9. num. 3.
  • 11  Tacit. in Vita Agricolae.
  • 12  Senec. Epist. 97.
  • 13  Plutarq. en la Vie de Caton.
  • 14  Tacit. histo. lib. 1 et Annal. lib. 3.

9Il est bien vray qu’en l’un de ses Discours sur Tite Live9, il escript [dit] que les inimities d’entre le peuple et le senat, ont esté cause du bien de Rome, [23] pour les lois qui en naissoient tousjours a la fin, au grand avantage de la Liberté publique. Mais ceste maxime est si generalement receuë et approuvée, qu’il n’y a point de politique qui ne la conseille, et qui n’ordonne de la practiquer mesme dans [dedans] les maisons particulieres et bien reglées pour le proffit et l’utilité de la famille. Gregoire, plus librement que Machiavelle, quoy que moins reprouvé, dit ; non licet invenire Rempublicam quae non alat invidiam, et contentionem ; civium discordia, nonnunquam Reipublicae saluti profuit ; sic conservata aliquandiù Respublica Romana, diffidentibus Tribunis, cum patriciis ; et Lacedemoniorum Ephoris, cum Regibus10. Ce qu’il fault reduire comme fait nostre Autheur en cest endroit, a l’emulation et jalousie que les corps [particuliers] et les officiers ont les uns contre les auttres pour un bien publique, mais non pas aux divisions et dissentions generales qu’ils forment et qu’ils practiquent se ralians et s’unissans tous ensemble pour former un party, [et] faire sedition dedans l’Estat, et se rebeller contre le prince legitime et naturel ; qui est tomber dans le sens de Tacite qui enseigne, que [quand il dit] ; nihil principi [24] adversus subditos utilius, quam si in commune non consulant11 ; et la raison du philosophe morale est, qu’une communauté de gens estant semblable a une voute qui ne peult subsister si les pierres ne se serrent et ne se joignent touttes en une [par ensembles] ; ainsi quand les chefs du peuple sont divisés, ils ne peuvent [le peuple est divisé, il ne peult] rien entreprendre contre le souverain, ny contre son Estat, tesmoing la guerison de nos dernieres barricades des années 1648 1649 et suivantes ; societas hominum, fornicationi lapidum simillima, quae casura nisi invicem obstarent, hoc ipso continetur12. L’axiome politique, dit ; regnare si vis, divide. Caton dans son particulier semoit tousjours quelque petit different parmy ses domestiques, se deffiant d’une intelligence trop grande et trop parfaitte, et qui peut estre les feroit tous accorder en ce point de le tromper13. Ceux qui ont quelque chose a gouverner scavent ce qui en est par une experience qui surmonte les raisons les plus fortes et les plus solides. Pour donc finir ceste maxime, et faire voir que nostre Autheur est tout au plus en ce rencontre dans le sentiment du plus grand homme qui ait jamais [25] escript de la facon de gouverner les hommes, voicy comme Tacite en parle, et dans son Histoire, et dans ses Annales qui servent de loix et de guides a tous les politiques ; aliquando inter alia dominationis arcana numero, (adeo incertae sunt potentium res) maximè in hominibus, qui nec totam servitutem pati possunt, nec totam Libertatem, alere dubitatione seditiones et turbas, ut justè subjugentur, sitque intolerantior servitus iterum victis14.

Haut de page

Notes

1  Anti-Machia. part. 3, max. 31.

2  St Paul, Epist. 2, ad Corinth., cap. 10, vers. 5.

3  Machia. en ses Discours, liv. 1, chap. 4.

4  Machia. en ses Discours, liv. 1, chap. 7 et 8.

5 Ibidem, liv. 2, chap. 25.

6  Machia. en ses Discours, liv. 3. chap. 27.

7  Ibidem, chap. 30.

8  En son Prince, chap. 20.

9  Machia. en ses Discours, liv. 1, chap. 37.

10  Gregor, De Repub. lib. 23. cap. 9. num. 3.

11  Tacit. in Vita Agricolae.

12  Senec. Epist. 97.

13  Plutarq. en la Vie de Caton.

14  Tacit. histo. lib. 1 et Annal. lib. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 2 : Que le prince doibt entretenir les Divisions et seditions [seditions et dissentions] parmy ses sujets, pour le bien de son Estat », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre premier, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5952

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org