Navigation – Plan du site

Maxime 3 : Qu’il fault appaiser les seditions et emotions populaires, par la force et la violence

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

[26] Maxime 3 : Qu’il fault appaiser les seditions et emotions populaires, par la force et la violence


*

1Machiavelle dit. veruna cosa è tanto atta a frenare una multitudine concitata, quanto è la riverenza di qualche huomo grave, et di Authorita che se le faccia in contro ; Machia.di Discorsi, lib. 1, cap. 54.

2Il n’y a remede plus certain a desmeler un trouble populaire, et ranger la commune ignorante a la raison, qu’un personnage grave, plein d’authorité et de reverence, le quel viendra fendre la presse, et se mettra au milieu d’eux ; Machiavelle, en ses Discours politiques, livre 1, chap. 54.


*

3Ceste maxime porte sa justification avec soy, et si nostre Autheur en ce rencontre n’est du sentiment des auttres [escrivains], c’est que ses conseils sont trop doux, et les remedes qu’il suggere plus benings et moins caustiques que ceux que nous trouvons ordonnés par tout ailleurs. Ceux la mesmes [27] qui l’accusent de violence, sans se souvenir de l’injustice qu’ils luy font, alleguent en leurs Escripts ses exemples, et se servent de son Authorité, pour monstrer comme il fault appaiser les seditions par les voies de douceur [a l’amiable], et par remonstrances et belles parolles s’il est possible ; comme fit Francois Soderin Evesque de Volaterre, celle qui s’esleva de son temps dedans [dans] la ville de Florence ; et ceste auttre dont parle Virgile quand il dit,

  • 1  Virgil. lib. 1. Aeneid.

Tum pietate gravem et meritis si fortè virum quem
Conspexere, silent, arrectisque auribus astant, &a
.1

4Et quand il permettroit des remedes plus rudes et plus fascheux [plus violens], lors que les prieres et les exhortations [remonstrances] n’y font rien ; je ne crois pas qu’il y ait un politique assés ignorant pour trouver a redire quand la necessité le requiert, et qu’il est impossible de l’appaiser auttrement ; c’est de quoy tous les Escrivains sont d’accord, aussi bien les religieux, que les Impies ; les moines, que les hérétiques ; et les contemplatifs, que les Ministres d’Estat.

  • 2  Numeror. cap. 16. vers. 31. 32. 33.
  • 3  Ibidem, vers. 41.42.43.

5Nous lisons dans [dedans] l’Escripture Saincte, que Coré, d’Athan, et Abiron s’estans rebellés, et causé une sedition parmy le peuple d’Israel contre Moise [28] leur Gouverneur, furent engloutis tous vifs dedans la terre ; et que les deux cent cinquante qui offroient de l’encens pour eux, avec quatorze mille sept cent des rebellés, furent tous bruslés, et ce par les prieres de Moise ; confestim agitur, ut cessavit loqui, dirupta est terra sub pedibus eorum, et aperiens os suum devoravit illos cum tabernaculis suis, et universa substantia eorum ; descenderuntque vivi in Infernum operti humo, et perierunt de medio multitudinis2. Et le peuple crut tellement, et conut si bien que Moise estoit cause de ceste punition rigoureuse et sanglante, que le landemain il en murmuroit [ils en murmuroient tous] haultement, et luy en fit [firent] des reproches si sensibles, qu’il fut contraint de se retirer et de se sauver avec Aaron son frere dedans le Tabernacle [l’arche] d’alliance ; murmuravit autem omnis multitudo filiorum Israel sequenti die contra Moisem et Aaron, dicens, Vos interfecistis populum Domini ; cumque oriretur seditio, et tumultus incresceret, Moises et Aaron fugerunt ad Tabernaculum foederis3.

  • 4  Inter principem et subditos, non est amicitia ; Aristot. Polit. lib. 1.

6Si Moise qui est le politique sans reproche, et du quel on doibt imiter les actions, aussi bien qu’adjouter foy a ses parolles, nous a laissé cest [29] exemple pour nous en pouvoir servir dans [dedans] la necessité ; s’il est permis d’imiter les bonnes choses, et les saincts [ceux] qui les font sans injustice [reproche], pourquoy les souverains qui ne sont point immediatement appuiés du ciel au poinct qu’il l’estoit, et qui n’ont auttre secours que celuy qu’ils tirent de leur Authorité et de leur prudence, n’en feront ils de mesme en cas de besoing, et lors que la rage tient la place de l’amour, et la rebellion celle de l’obeissance et de la subjection ? Quelle apparence qu’une populace aveuglée, soit capable de conduitte et de raison, lors mesme qu’elle luy est le plus suspecte ? Quel moien [apparence] que ceux qui la fuient et qui la violentent, la puissent escouter et regarder quand elle se presente pour les condemner ? Comment se pourroit il faire [quelle apparence] que ceux qui veulent le trouble, puissent laisser [calmer] leurs esprits agités ? Et quel remede pour arrester des fols et des furieux que la rigueur et la violence [quelle apparence que des furieux se puissent arrester que par la rigueur et la violence] ?4 Le peuple n’obeit que par contrainte en sa plus grande tranquillité, et s’il ne craignoit les peines et les supplices, il banniroit sans doubte les sages des Republiques, aussi bien que la modestie [prudence] de sa conduitte, et la vertu de ses actions.

  • 5  Proverb. cap. 21. vers. 11.
  • 6  Ibidem, cap. 24. vers. 11.
  • 7  Regum, lib. 2. cap. 18. vers. 14 et 16.
  • 8  Regum, lib. 3. cap. 18. vers. 40.

7Salomon qui estoit le plus sages des Rois ne les [30] marchandoit point en ce rencontre quand il dit inspiré d’un Esprit Divin, que la correction du rebel et du seditieux, ouvre les yeux au menu peuple ; mulctato pestilente, sapientior erit parvulus5 ; ordonnant un peu apres d’exterminer ces pestes publiques qui veulent ensevelir toutte une populace dedans leurs ruines ; erue eos qui ducuntur ad mortem, et qui trahuntur ad interitum, liberare ne cesses6. Le sage prince en ces occasions suivra le conseil et l’exemple de Joab, le quel aiant percé de trois lances la poictrine d’Absalon Autheur d’une rebellion, fit sonner la retraitte, et ne voulut permettre que ce chastiment passa plus avant ; jugeant dit l’Escripture saincte qu’il faloit pardonner a la populace ; tulit tres lanceas in manu sua, et infixit eas in corde Absalon ; cecinit autem Joab buccina, et retinuit populum, ne persequeretur fugientem Israel, volens parcere multitudini7. Helie fit tuer les prestres de Baal pour donner de la terreur a ceux qui luy faisoient resistance ; dixit Elias ad eos, apprehendite prophetas Baal, et ne unus quidem effugiat ex eis, et interfecit eos8. St Paul aveugla le magicien Elimas qui s’opposoit aux conversions [31] qu’il vouloit faire ; resistebat autem Elimas magus, et Saulus qui et Paulus intuens in eum, dixit ; o plenè omni dolo, et omni fallacia, inimicè omnis justitiae, non desinis subvertere vias Domini rectas ; et nunc ecce manus Domini super te, et eris coecus non videns solem usque ad tempus ; et confestim cecidit in eum caligo.

  • 9  Tacit. Hist. lib. 1.
  • 10  Ibidem, lib. 3.
  • 11  Tacit. Hist. lib. 1.
  • 12  Idem, lib. 1. Annal.
  • 13  Ibidem.

8Nonobstant ceste mauvaise humeur et ceste brutalité [qui est ordinaire a la populace], je ne veux pas pour cela qu’on la traitte tousjours comme elle [il] merite en ce rencontre, je me range a l’advis de nostre Autheur, sans m’esloigner de [et ne quitte point] celuy de Tacite qui veult qu’on tasche d’appaiser par remonstrances et bons conseils les seditions qui ne font que naistre ; incipiens et nundum adulta seditio, melioribus consiliis flectetur9 ; pour a quoy parvenir, il fault envoier des gens eloquens et bien disans qui puissent persuader les mutins, et qui aient assés d’addresse et de creance pour adoucir et flatter la populace [le peuple] ; facundia adsit, mulcendique vulgum artes, et Authoritas10. Et ne fault pas que le prince y alle en personne [luy mesme] legerement, il vault mieux que son Authorité demeure entiere, et comme en reserve pour un [32] dernier remede ; malo ut integra Authoritas tua, majoribus remediis servetur11. Que si la sedition s’augmente et se renforce, il fault [alors] y appliquer des remedes plus fermes et plus pressans, et si on ne veult pas obeir, avoir recours a la force et aux armes ; fortioribus remediis utendum12 ; ce qui est indubitable, et que personne ne scauroit condemner justement, parce que ; nihil in vulgo modicum ; terret, ni paveat ; ubi pertimuerit, impunè contemnitur ; tolle seditionis Authores, injice aliis ex Duce metum13 ; c’est l’advis qu’on donna a en la sedition qui arriva en l’armée de Tibere Caesar, d’executer les auteurs pour l’exemple, et pardonner aux auttres en leur laissant la terreur pour punition ; parce que la crainte les retient davantage que la douleur, d’autant que celle-cy a son terme limité, et l’auttre non ; l’experience faisant voir que nous nous plaignons de ce qu’en effect nous souffrons, ou nous craignons tousjours ce que nous debvons souffrir.

  • 14  Tacit. Annal. lib. 11.
  • 15  Idem, Histor. lib. I.

9Et comme ces sortes de seditions ne se forment guerre que les plus grands et les plus puissans de la province ne les appuient et ne les fomentent ; aussi sont ils plus blasmables et plus coupables, [33] et meritent seuls de porter la peine qui seroit deuë a plusieurs. C’est pourquoy ils sont indignes et de graces et de pardons ; nec magnis parcat, dit le Maistre de la politique, qui quanto majori mole prociderint, tanto plus formidinis in alios dispergetur14 ; multorum culpa fuerit, paucorum poena sit15.

10Voila en peu de mots de ce qui se peult dire de plus remarquable et de plus important sur ce sujet, et ceux qui en rapportent davantage pour enfler leurs Escripts, ne font qu’emplifier et allonger, ce que Tacite apres l’Escripture saincte, en dit avec plus de poid, que de parolles ; pour faire [et font] autant de chapitres dedans leurs livres, que cest oracle historique [ce grand historien] rapporte de mots pour exprimer en une ligne, ce qu’ils ne font pas dans des volumes entiers.

Haut de page

Notes

1  Virgil. lib. 1. Aeneid.

2  Numeror. cap. 16. vers. 31. 32. 33.

3  Ibidem, vers. 41.42.43.

4  Inter principem et subditos, non est amicitia ; Aristot. Polit. lib. 1.

5  Proverb. cap. 21. vers. 11.

6  Ibidem, cap. 24. vers. 11.

7  Regum, lib. 2. cap. 18. vers. 14 et 16.

8  Regum, lib. 3. cap. 18. vers. 40.

9  Tacit. Hist. lib. 1.

10  Ibidem, lib. 3.

11  Tacit. Hist. lib. 1.

12  Idem, lib. 1. Annal.

13  Ibidem.

14  Tacit. Annal. lib. 11.

15  Idem, Histor. lib. I.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 3 : Qu’il fault appaiser les seditions et emotions populaires, par la force et la violence », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre premier, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5953

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org