Navigation – Plan du site

Maxime 4 : Que la cruauté qui tend a bonne fin, n’est pas blasmable ; et que celle qui proffite est louable

ENBaCH
EACEAEuropean Commission - Education & TrainingEuropean Commission - Education & Training

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

[34] Maxime 4 : Que la cruauté qui tend a bonne fin, n’est pas blasmable ; et que celle qui proffite est louable


*

1Machiavelle dit. Molti per aventura giudicheranno di cattivo essempio che uno fondatore d’un vivere civile, qualè fù Romolo, habbia prima morto un suo fratello, dipoi consentito alla morte di Tito Tatio sabino, eletto da lui compagno nel Regno ; giudicando per questo, che gli sui cittadini potessero con l’authorita del loro principe, per ambitione et desiderio di comandare, offendere quelli che alla loro autorita si opponessino. La quale opinione sarebbe vera, quando non si considerasse ché fine l’havesse indotto a fare tal homicidio. Et debbe si pigliare questo per una regola generale, chè non mai, o di rado, occorre ch’alcuna Republica o Regno sia da principio ordinato bene, o al tutto di nuovo fuori delli ordini vecchi riformato, se non è ordinato da uno ; anzi è necessario che uno solo sia quello che dia il modo, et dalla cui mente dipenda qualunque simile [35] ordinatione. Però uno prudente ordinatore d’una Republica, et che habbia questo animo di volere giovare, non a se, ma al bene commune, non alla sua propria successione, ma alla commune patria, debbe ingegnarsi d’havere l’autorita solo ; ne mai uno ingegno savio riprendera alcuno, d’alcuna attione straordinaria, chè per ordinare un Regno, o Constituire [sic] una Republica, usasse. Conviene bene, che accusando-lo il fatto, l’effetto lo scusi ; et quando sia buono, comè quello di Romolo, sempre lo scusera ; perche colui chè e violento per guastare, non quello chè e per raconciare si debbe riprendere. Et un peu apres. Et che Romolo fusse di quelli che nella morte del fratello et del compagno meritasse scusa, et che quello che fece, fusse per il bene commune, et non per ambitione propria, la [sic] dimostra, lo havere quello subito ordinato un senato, con il quale si consigliasse, et secondo l’opinione del quale deliberasse. Et chi considera bene l’autorita che Romolo si riserbo, vedra non se ne essere riserbata alcun’altra che commendare alli eserciti quando si era deliberata la guerra, et di ragunare il senato. Et peu apres. Potrebbesi [sic] dare in corroboratione delle cose sopra dette infiniti [36] essempi, come Moise, Licurgo, Solone, et altri fondatori di Regno, et di Republiché, i quali poterono per haversi attribuito un’autorita, formare leggi a proposito del bene Commune. Puis finissant Considerato adunque tutte queste cose, conchiudo, come a ordinare una Republica, e necessario essere solo, et Romolo per la morte di Remo, et di Tatio, meritare scusa, et non biasimo ; Machiavell.di Discorsi, lib. 1. cap. 9.


*

2Le premier poinct qui s’offre a deschiffrer, c’est le mauvais exemple qu’on dira que Romulus donna a son peuple dés le commencement de son Regne quand il tua Remus son frere, et encore depuis fut consentant de la mort de Titus Tatius Sabinus, avec le quel il avoit partagé le Roiaume ; et sembleroit qu’il eut tres mal procedé d’apprendre a ses sujets d’entrée a vouloir maistriser et n’endurer (comme ils doibvent) de ceux qui par raison ne leur voudroient accorder, et souffrir touttes leurs complexions et volontés. Quant a moy je serois bien d’opinion que tels actes n’estoient bons a les prendre simplement, mais [37] qu’il fault regarder a quel [quelle]fin il le faisoit ; car c’est une maxime generale et certaine qu’il n’est pas possible de bien commencer une Republique, ny d’y mettre entierement nouvelle police, s’il y a plus d’un entrepreneur qui s’en mesle ; il fault qu’il n’y ait qu’une personne, et un seul esprit a tout faire, regler, et disposer. A ces causes le fondateur qui aura le cœur bon, qui ne tendra a ses fins, mais au proffit et utilité de sa Republique, qui ne songera a eslever soy et sa maison, mais son Roiaume seulement ; il taschera s’il est sage, de gaigner l’authorité totale, et ne sera digne de reprehension aucune s’il fait quelque exploit extra-ordinaire pour y parvenir. C’est bien raison que si pour ce regard il estoit accusable, que par l’effect qui en sortiroit il fut excusable, j’entends si l’effect en estoit bon, et tel que celuy de Romulus ; car la violence qui tout gaste et destruit, est grandement a reprendre, non pas celle qui tend a mieux ranger les choses et les remettre sus. Et [un] peu apres. Quant est de Romulus a scavoir s’il est du nombre de ceux [38] qui meritent excuse en ce cas, et si ce fut par zele qu’il eùt au bien publique, et non par ambition qu’il commit ces meurtres et violences, assés le monstra-il apres le coup, quand il establit un senat par le quel il se conseilloit en touttes ses affaires, et au quel il laissa la deliberation de la guerre et de la paix, se reservant seulement l’authorité de l’assembler quand bon luy sembleroit, et l’ordonnance et disposition du camp, et de la bataille. Un peu apres. Je pourrois alleguer infinis exemples que chacun scait, de Moise, Licurgue, Solon, et auttres fondateurs de Roiaumes et Republiques, les quels se saisirent de l’[d’]authorité entiere et absoluë, pour mieux former et establir leur nouvelle police. Puis finissant ce chapitre, et concluant son discours, il dit Il fault donc se resoudre, qu’il convient qu’un homme soit seul pour bien ordonner une Republique, et que Romulus merite plus de louange, que de deshonneur et de blasme de la mort de Remus, et de Tatius ; Machia. en ses Discours sur Tite Live, liv. 1. chap. 9.

3[39] C’est icy ou l’opinion fait voir une partie de ce qu’elle peult sur les esprits des hommes ; c’est icy [aussi] ou la Calomnie fera preuve de sa haine contre l’innocence, et de ses artifices contre la verité [et la verité]. Tous les imposteurs [adversaires] de Machiavelle, et tous ceux qui pretendent s’acquerir la gloire qu’ils taschent de luy desrober, veulent en consequence de ce discours, tirer ceste conclusion fausse et supposée, que le prince ne doibt pas se mettre en peine d’estre reputé cruel et inhumain, pourveu qu’il vienne a bout de ses desseins, [et qu’il se face obeir, a cause] parce que la cruauté qui tend a bonne fin, et qui proffite, est tousjours Louable, sans y apporter aucune exception, ny modification [moderation] quelconque. Ne considerans pas que dans ce discours, nostre Autheur propose deux choses a juger, contre ce qu’ils mettent en avant ; la premiere, scavoir si l’action de Romulus qui tua son frere Remus pour le bien de l’Estat, et qui consentit a la mort de Titus Tatius Sabinus pour une mesme fin, est digne de quelque excuse, et se peult pallier en quelque facon.

4La seconde, si la violence qui tend a mieux regler [ranger] les choses, a les remettre sus, et [a] les resta[40]blir, n’est pas permise, et sauve de blasme et de reproche celuy qui la commet [et exempte de blasme et de reproche].

5Pour ce qui regarde [est de] Romulus premier Autheur et fondateur de ce grand Empire Romain, il est certain qu’il ne pouvoit concevoir une chose si haulte, et encore moins l’entreprendre sans estre particulierement assisté de quelque puissant Genie qui jusques a maintenant n’a pas trouvé son semblable, pas mesme [seulement] qui en approcha. Sur ce principe aussi merveilleux que veritable, on pourroit justement et moralement conclure que touttes les actions de cest homme, et touttes les choses qu’il debvoit executer pour faire reussir l’ornement du monde, et bastir le siege ou l’Eglise et la Religion rendent [rend] aujourdhuy leurs [ses] oracles avec tant d’esclat et de Majesté depuis seize siecles et plus [davantage], ne pouvant estre inspirées que d’en hault, et que luy n’estant que l’instrument des miracles [merveils] qu’il debvoit produire [achever], et qu’agissant plus par des ressorts secrets et inconus, que par soy mesme et par ses propres mouvemens, il n’estoit responsable de ce qu’il faisoit, qu’a celuy qui luy suggeroit ; et en luy obeissant, les hommes de qui il ne dependoit point, ne le pouvoient accuser, ny blasmer equita[41]blement.

  • 1  Numeror. cap. 23. vers. 12. 16.

6Les amoureux dedans ces violences d’esprit, et dans [dedans] ces inspirations fortes et pressantes qui ne leur sont point volontaires, jouissent des privileges de l’innocence, et y trouvent le pardon de leurs crimes, de leurs rapts, et de leurs violemens mesmes, quand leur transport est clairement reconu et prouvé. Les prophetes qui ont condemné tant de Rois a la mort, et qui ont fulminé sur leurs testes autant d’imprecations, que de malheurs et de maledictions, n’agissoient point tres assurement a l’ordinaire des auttres hommes ; et pour avoir suivi l’esprit qui les gouvernoit, ils ont merité [le ciel,] le nom de saincts, et la gloire eternelle. Le prophete Balaan qui fit tous ses efforts pour maudire le peuple d’Israel a la priere de Balac Roy des Moabites, et qui par trois diverses fois se mit en debvoir de le faire, n’en put jamais venir a bout, parce que sa bouche n’estoit pas la sienne, que ses parolles ne dependoient point de luy, et queceste action n’estoit pas en sa puissance ; non aliud possum loqui, nisi quod jusserit Dominus ; posuerat enim verbum in ore ejus1. Les entouciasmés ont liberté de dire, [42] et de faire tout ce qu’il leur plaist impunement. Nous ne sommes pas responsables de ces grandes passions, ny garends de ces mouvemens surnaturels.

  • 2  Exode, cap. 2, vers. 11.12.

7Moise voiant un Egiptien qui battait un hebreu, aiant regardé autour de luy si quelqu’un le guettoit point, et voiant qu’il n’y avoit personne qui en pùt estre tesmoing, le tua de sang froid, puis cacha le corps dedans du sable2 ; comme si le bien, ou le mal de nos actions ne se trouvoit point en elles mesmes, mais seulement dedans les yeux et l’opinion de ceux qui les jugent comme il leur plaist. Si Moise commit ce meurtre de son propre mouvement, comme luy mesme n’en rend aucune raison dans son histoire, il n’y a personne qui le puisse exempter d’avoir failly, ny d’avoir fait un coup [une action] lasche et meschant [meschante] en tuant [de tuer] un homme qui ne luy demandoit rien [disoit mot], et qui ne se donnoit pas garde de luy ; de sorte que pour le justifier en ce poinct, et mettre son honneur [et son innocence] a couvert, il fault prendre la chose de plus hault, et la laisser moraliser a un chacun comme il luy plaira. Estant [43] vray neantmoins que ceste action est la premiere de celle[s] qu’il fit en qualité de fondateur de la Republique des Juifs, en quoy Romulus le suivit et l’imita pour establir celle des Romains ; qui ne luy redoibt rien en grandeur, saincteté, et miracles.

  • 3  St Basili. Homil. 1. in Examero. St Isidor. Pelus. Epist. 70.
  • 4  Marquez, Homme d’Estat Chrestien, en Moise, chap. 6.

8St Jérôme, st Ambroise, st Augustin, et st Thomas excusent ce meurtre violent, comme nous dirons un peu plus bas en parlant de Sainct Pierre. St Basile, et st Isidore Pelusiota, disent que ; Sic erat Moises natura suaptècompositus, ut summo semper amore justi et aequi fuerit observans ac tenax ; quando vel priusquam principatus populi ipsi esset concreditus, tam ad totius improbitatis odium natura propendebat, ut ad necem usque de his ultionem expetiverit, qui injuriam proximo priores intulerant3. Et Marquez en son Homme d’Estat chrestien, qui est la vie de Moise, et de Josué, excusant ceste cruauté qui tendoit a bonne fin, dit sur la fin du chapitre 6, que le Cardinal Cajetan s’est trompé de doubter de l’authorité de Moise au fait de cest homicide, en ce qu’il y proceda secrettement, et comme en cachette, ne considerant [44] pas que s’il eut commis haultement, il hazardoit et son propre salut, et celuy du peuple qu’il vouloit tirer de la captivité de Pharaon4.

9 Romulus donc qui avoit entrepris le plus hault dessein, et l’ouvrage le plus glorieux qui fut jamais, aima mieux la ruine et la perte de son propre frere, que celle d’une chose si importante et si utile a tous l’univers. Son honneur auroit esté trop grand d’avoir esté l’autheur de tant de merveils, sans y laisser quelque tache, et quelque contrepoid pour balancer un chef d’œuvre qui auttrement ne se pouvoit paier, ny assés recompenser [reconnestre], pas seulement admirer. Puis qu’un homme en debvoit estre la source, et un homme paien, il faloit qu’il y eut de la faulte, et quelque chose a redire ; et si le Destin n’y en vouloit point, il debvoit employer un Dieu, non pas pour faire un nouveau monde, mais pour en faire le chef [de celuy-cy], et y placer le throsne de l’Empereur des hommes, le siege du vicaire de Jesus Christ son fils unique, et la baze de [et du Gouvernement] l’Eglise et de la Religion que nous suivons.

  • 5  Cicer., Offici, lib. 3.
  • 6  Senec., in Hippolite  Et in Hercule Furente.
  • 7  Quint. Curti.
  • 8  Tacit.

10[45] Machiavelle ne fait point icy une regle generale et fondamentale de l’action de Romulus, comme ses adversaires luy imposent avec trop [tant] d’erreur et de calomnie, mais examine seulement comme on en peult juger, non pas par la rigueur d’une Conscience delicatte et timorée, mais par les regles que la justice et l’equité ne refusent point au bien et a l’avencement d’un Estat [, et d’une chose si rare et si merveilleuse]. Il est vray qu’il tasche de sauver l’innocence de ce grand homme, et qu’il voudroit bien que l’autheur d’une si noble entreprise eùt toutte la gloire de son costé pour paier sa reputation d’une partie de [ce] qu’on luy doibt. Il considere icy l’interest public, et le prefere au particulier quelque grand qu’il soit [puisse estre], n’y aiant point de doubte [estant vray] que Romulus ne fit [n’a fait] mourir son frere que pour ne pas estouffer l’Empire Romain, et qu’il postposa [a postposé] le non estre d’un auttre soy mesme, [mais] qui pourtant estoit mortel et perissable, a celuy d’un nombre infini d’hommes illustres [de grands hommes], et d’un miracle perpetuel qui ne peult plus perir qu’avec le monde, ny trouver sa ruine que dedans les cendres et le neant [46] de toutte la terre. Blasmant grandement et precisement ceste action en soy, et n’en cherchant la justification que dans l’utilité publique, par ceste raison politique qui veult, que ; quidquid valdè utile est, id honestum fiat, etiam si antea non videretur5. [et] Suivant en cela le sentiment de Seneque le Tragique qui dit, qu’il y a des crimes que l’evenement et la suitte des temps rend honnestes et glorieux ; honesta quaedam scelera, successus facit ; ce qu’il confirme encore ailleurs adjoutant, que ; prosperum ac foelix scelus, virtus vocatur6 ; qu’un crime heureux et avantageux, merite d’estre appellé vertu, et d’en porter le nom, aussi bien que les effects ; puis que ce sont les choses, et non pas les parolles qui doibvent estre louées, ou blasmées ; non speciosa dictu, sed usu necessaria sequi oportet7[dit quinte Curce] ; outtre que ; inter ancipitia deterrimum est media sequi, nec audere satis, nec providere8. Les injustices glorieuses, passent dans les Estats pour des actions heroiques, estant quelque fois permis aux souverains de courir au repos par des voies illicites ; et ne [47] fault pas tousjours deliberer si une entreprise est permise, ou deffenduë, pourveu qu’elle conserve celuy qui l’entreprend, et qu’elle rende le Gouvernement plus illustre et plus tranquile.

  • 9  Senec. Declam. lib. 9.
  • 10  Numeror. cap. 12. vers. 8.10.

11Il n’y a personne qui n’advouë [advouant]nettement que toutte [la] violence est odieuse de soy, mais non pas quand elle est necessaire pour conserver le tout, au prejudice de ses parties les plus petittes, et les moins considerables ; necessitas magnum imbecillitatis humanae patrocinium, omnem legem frangit9. [Et] Le chirurgien n’est point estimé cruel quand pour conserver le corps, il couppe un bras, une jambe, ou quelque auttre partie inutile et corrompuë. Moise qui n’agissoit que par les ordres exprés de Dieu, n’en faisoit pas moins quand la necessité luy obligeoit ; il punit severement sa sœur Marie, et luy envoia la lepre10, non pas pour l’avoir troublé dedans son Estat, comme fit Remus Romulus, mais pour avoir seulement trouvé a redire avec son frere Aaron de ce qu’il avoit espousé une femme estrangere et paienne.

  • 11  Tacit., Annal., lib. 14. cap. 6.
  • 12  Isaie, cap. 64. vers. 6. Ezechiel, cap. 16. vers. 4. St Math. cap. 9. vers. 16.

12Machiavelle ne dit pas que Romulus ait bien fait d’en user de la sorte, mais il dit avec justice et prudence [et equité] qu’il merite plus de louange que de [48] blasme, d’avoir moins consideré le salut et la conservation de son frere, que non pas [l’establissement,] la grandeur et l’accroissement de cest incomparable Empire Romain l’honneur et la gloire du monde. De plus, les hommes ne font jamais rien sans y mesler quelque chose de l’humanité, n’estant pas en leur pouvoir de faire quoy que ce soit sans qu’il y ait quelque deffault, et quelque chose a redire, particulierement quand ils en entreprennent qui semblent surmonter leurs forces, et la portée de leur vertu ; c’est ce que Tacite a bien conu, disant ; omne magnum exemplum habet aliquid ex iniquo, quod contra singulos utilitate publica rependitur11 ; ce que l’Escripture Saincte exprime souvent en ces termes ; omnesjustitiae nostrae, quasi pannus menstruatae12 ; et la regle ordinaire et si triviale porte ; summum ius, summa injuria.

  • 13  Regum, lib. 3. cap. 2. vers. 24-25.
  • 14  Ibidem, vers. 46.
  • 15  Paralip., lib. 2, cap. 21. vers. 4.
  • 16  Machabeo, lib. 1, cap. 13. vers. 31.

13Je ne veux point icy repeter les raisons particulieres que nostre Autheur rapporte pour justifier sa proposition ; mais dire en un mot seulement, que si Romulus semble estre excusable de la mort de son frere, [qu’]il ne le sera pas moins du consentement qu’il apporta a celle de Titus [49] Tatius Sabinus, qu’il avoit fait compagnon de sa grandeur [, de son Authorité] et desa [bonne] fortune. Il n’y a rien de si frequent dedans l’histoire prophane et sacrée, ny rien de plus commun chez touttes sortes d’Autheurs, que ce vieux, mais veritable proverbe, que le ciel souffriroit plustost deux soleils, qu’un mesme sceptre et une mesme Couronne sur [, ] deux testes, et deux personnes differentes. Aussi tost que Salomon eùt succedé au Roiaume de David son pere, il fit tuer par Banaias [Bananias] Capitaine de ses gardes, Adonias son frere aisné, crainte qu’il ne tascha de le deposseder, comme il avoit fait du vivant de David13 ; puis en fit autant faire a Semei parent de Saül, pour oster toutte semence de conjuration14. Joram Roy de Juda a son evenement a la Couronne, fit mourir tous ses freres, et tous les princes qui leur estoient affectionnés15. Ptolomée Roy d’Ægipte, surnommé Philopator, tua son pere, sa mere, et un sien frere pour assurer son throsne. Triphon qui estoit tuteur du jeune Antiochus Roy de Sirie, tua ce prince pour s’emparer de son Estat16. Ptolomée gendre de Simon chef et conducteur du peuple Judaique, et qui avoit esté [50] fait Gouverneur de la ville de Hierico par Simon son beaupere, aiant dessein de s’emparer de la principauté des Juifs, tua son Beaupere, et deux de ses enfans pendant qu’ils disnoient avec luy dedans Hierico, ou ils estoient allés pour le voir.

  • 17  Numero. cap. 25. vers. 11.12.13.

14Phineez fils d’Eleazar tua dans un Bordel Zambri fils de Salu prince de la maison de Simeon, et Cozbi fille de Sur prince des Madianites qui paillardoient ensemble contre la police publique ; cause pourquoy Dieu luy donna la prestrise perpetuelle, et aux siens ; quia zelo meo commotus est contra eos, ecce do ei pacem foederis mei, et erit tam ipsi, quam semini ejus pactum sacerdotii sempiternum17.

  • 18  Machabeo. lib. 1. cap. 2. vers. 24.25.

15Matathias voiant un Juif qui sacrifioit aux Idoles en la cité de Modin, par l’ordre exprés du Roy Antiochus, le tua au pied de l’autel mesme, qu’il brisa puis apres ; accensus est furor ejus, et insiliens trucidavit eum super Aram quam destruxit18.

  • 19  St August. lib. 22. Contra Faust. cap. 70.
  • 20  Senec. De Ira, lib. 2. cap. 15.

16St Pierre couppa l’oreille a Malchus pour la deffence de son maistre tout pacifique ; ce qui a fait dire a st Augustin ; quid ergo incongruum, si Petrus post hoc peccatum factus est pastor[51]Ecclesiae ; sicut Moises post percussum Ægiptium factus est Rector Sinagogae ; uterque enim non detestabili immanitate, sed emendabili animositate justitiae regulam excessit ; uterque odio improbitatis alienae, sed ille fraterno, iste Dominico, licet adhuc carnali, tamen amore peccavit. Resecandum quidem hoc vitium, vel eradicandum fuit, sed tamen tam magnum cor tanquam terra frugibus, ita ferendis virtutibus excolendum erat19. Seneque eùt quelque sentiment pareil a celuy la quand il dit, qu’on descouvre souvent par les faultes les bonnes inclinations que les circonstances en promettent ; saepè tibi bonam indolem in malis quoque tuis ostendam20.

  • 21  Joseph. Antiq. Iudaiq. liv. 18. chap. 3.

17L’histoire prophane ne mancque point de ces exemples, non plus que la sacrée ; Jules Caesar aiant envoié a Phraates Roy des Parthes une Italienne nommée Thesmusa, ce Roy la mit au commencement au rang de ses concubines, puis par succession de temps la beauté excellente de ceste fille le transporta tellement qu’il la prist pour sa femme legitime, aiant desja eù un fils d’elle, nommé Phraatacés. Ceste Reine nouvelle persuadoit au Roy tout ce qu’elle vouloit, et pour faire succeder son fils au Roiaume des Parthes, [52] fit tant auprés de luy qu’il esloigna ses enfans legitimes pour plaire a ceste traistre flatteuse, si bien que Phraataces se voiant seul en la maison, impatiant de regner, complotta avec sa mere de tuer Phraates, ce qu’il fit ; et dit on que cest inhumain abusoit de sa mere mesme, affin de se souiller du sang et de l’un et de l’auttre, et se rendre aussi noir par la passion d’un amour desreglé, que par celle de Regner injustement21.

  • 22  Florus, lib. 1. hist. cap. 7.

18Tarquin le superbe, qui a esté le dernier Roy des Romains, aima mieux faire assassiner son pere Servius Tullius, pour s’emparer de la Roiauté, que d’attendre qu’une mort juste et naturelle luy fit avoir ce qui ne luy pouvoit mancquer ; et sa femme Tullia qui l’esgaloit en touttes ses meschancetés, se hastant pour aller saluer son mary en qualité de Roy, fit passer son chariot par dessus le corps tout sanglant de son pere, quoy que les chevaux estonnés [espouventés] de ce spectacle en eussent horreur, et [qu’ils] refusassent d’y marcher crainte de violer et profaner, ce que l’ambition de ses enfans avoit malheureusement mesprisé22.

  • 23  Bodin, in Meth., cap. 6, § Regia potestas.

19Herode ne pardonna pas a trois de ses fils qu’il fit mourir avec les Innocens ; ce qui donna occasion [53] a Caesar Auguste de dire, qu’il valoit mieux estre le pourceau d’Herode, que son enfant. Soliman Empereur des Turcs fit coupper la teste a son fils Mustapha, et la jetter au milieu de son armée, parce qu’elle l’avoit receu avec trop d’acclamation23.

  • 24  Pierre Math. Hist. de Henry, 4. liv. 1, narr. 4. sectio. 13.
  • 25  Tacite.

20Dom Jean d’Autriche aiant adverti Philippe 2 Roy d’Espagne24, que le seul heritier de sa Couronne Dom Carlo son fils, s’estoit ligué contre luy et son Estat, avec les protestans d’Allemagne, les Estats de Flandres, la Reine d’Angleterre, et le Roy de Dannemarch ; pour s’esclaircir de ceste perfidie entra de nuict luy mesme en la chambre de ce prince, et l’aiant trouvé saisi de deux pistolets derrier le chevet de son lict, et de plusieurs papiers qui faisoient voir les intelligences qu’il avoit avec ses ennemis ; luy donna des gardes, puis la prison, et enfin la mort ; apres neantmoins avoir assemblé son conseil de Conscience pour deliberer de quelle peine il debvoit punir ce forfait. Comme chacun opinoit diversement sur ce genre de crime, le Roy prenant la parolle, dit, que par la Loy de Nature il aimoit plus son fils que soy mesme, mais que par celle de Dieu, le salut de son peuple [54] marchoit devant ; puis leur demanda, si reconessant le mal que l’impunité, ou la dissimulation des faultes de son fils apporteroit, il pouvoit en seureté de Conscience luy faire pardon, sans estre responsable et coupable des malheurs que sa clemence pourroit causer. A ces parolles les Theologiens hausserent les espaules, et dirent la larme a l’œil, que le salut de son peuple luy debvoit estre plus cher, que celuy de son fils, et qu’il faloit pardonner les pechés ; mais que tels crimes, comme monstres abominables debvoient estre estouffés. Sur quoy le Roy l’abandonna a leur justice, et ces Inquisiteurs, pour les practiques qu’il avoit euës avec les ennemis de sa Religion, le declarerent heretique ; puis pour avoir conspiré contre la vie de son pere, le condemnerent a la mort ; semblant par ceste distinction de crime trop scholastique et trop inhumaine, vouloir perdre l’ame de ce prince en l’accusant d’heresie, ce qui n’estoit point, aussi bien que son corps en le chargeant [convainquant] d’un parricide doubteux [premedité], et non confessé. Ainsi le Roy son pere fut l’accusateur, et ces Docteurs les juges, et nonobstant qu’il [55] fut la partie il ne laissa pas de signer ce jugement severe, pour monstrer qu’il aimoit mieux perdre son fils unique, et tout ce qu’il avoit de plus cher au monde, que de voir ses Estats troublés, et son peuple a la veille de sa ruine ; suivant la maxime que l’on fait dire a nostre Autheur, pour avoir sujet de le condemner ; que la cruauté qui tend a bonne fin, n’est pas blasmable ; et celle de Flavius Vopiscus, que ; ingens gloria morientis principis, Rempublicam magis amare, quam filios25.

  • 26  Judicum, cap. 9.
  • 27  Regum, lib. 2. cap. 11.

21Finissons ces exemples qui sont sans nombre, mais non pas sans estonnement, avec ceste espouvantable et cruel [ce cruel et espouventable] d’Abimelech qui tua septante [et dix] de ses freres pour se faire prince du peuple ; fratres suos septuaginta occidit, ut ipse populo praeficeretur26 ; et Athalia ut regno Judae potiretur, omne regium semen interfecit27.

22Le poete Lucain en deux petits vers a dit tout ce que l’on scauroit remarquer et moraliser sur ceste jalouse ambition de regner ; nous [56] en avons dit quelque chose dans [dedans] nostre premiere maxime, adjoutons seulement les parolles que nous proposons [vantons],

nulla fides regni sociis, omnisque potestas

  • 28  Lucanus

impatiens consortis erit28.

23Jamais on ne verra deux Rois assis sur un mesme Throsne, et quand ce miracle, ou plustost ce desordre arrivera, il fault que bientost l’un ou l’auttre perisse, et qu’il laisse la place libre et entiere a son compagnon, quelque bonne minne qu’il luy face.

  • 29  Machia. en ses Disc. liv. 1. chap. 58.
  • 30  Tacit. Annal. lib. 3.
  • 31  Machia. en ses Disc. liv. 2. chap. 23.
  • 32  Lessius, De Justitia et Jure.
  • 33  Machia., en son Prince, chap. 3.
  • 34  Machia., en ses Disc., liv. 3, chap. 30.
  • 35  Ibidem, en son Prince, ch. 6.

24Pour resoudre et justifier la seconde partie de ceste maxime, il fault advoüer que la brutalité des hommes est si grande, et si ordinaire, et que la malice et perfidie qui se trouve entre eux est si indomptable et desreglée, qu’il est comme impossible de les pouvoir mettre en leur debvoir auttrement que par la rigueur et la violence ; n’y aiant rien de plus certain que jamais Tiran quelque cruel et inhumain qu’il ait pù estre, n’a emploié ny le fer ny les tourments qu’aupres des rebeles, et de ceux qui ont refusé de luy obeir [des mutins et des insolens]. N’estant pas possible que des esprits tranquils et raisonnables puissent [57] faire [les esprits tranquils et raisonnables n’aiant jamais fait] naistre la pensée de punir des innocens qu’on ne conoit point, ny d’abattre, et de s’opposer a des gens qui se sousmettent [obeissent] aveuglement, et qui ne resistent point ; auttrement il n’y auroit plus personne au monde. Mais comme dedans les grands Estats il y a tousjours des esprits qui ne peuvent ploier [plier], et qui mettroient tout a feu et a sang s’ils avoient autant de pouvoir, que de cœur et de mauvaise volonté ; pourquoy le prince qui a la force et la justice en main, ne fera-il chastier ces insolens [mourir ces mutins], tant pour conserver sa propre personne, que pour maintenir le repos et la tranquillité parmy son peuple et ses sujets. Il fault, dit nostre Autheur, des fortes et violentes medecines es maladies qui sont grieves et difficiles a guerir29 ; ce qu’il semble avoir emprunté de Tacite qui assure [dit], qu’on ne scauroit oster les vieilles et inveterées maladies du corps, que par des remedes aspres et violens ; ne corporis quidem morbos veteres, et diù auctos, nisi per dura et aspera coerceas30 ; et le Seigneur est reputé ignorant, dit le mesme Machiavelle, ou bien lasche et pusillanime qui ne chastie [58] les delinquans en telle sorte, qu’ils ne puissent jamais remettre sus un tel meffet31 ; qui est ce que Tacite avoit conseillé [conseille], disant, que ; in multitudine regenda, plus poena, quam obsequium valet ; et que les Casuistes approuvent par ceste decision de Conscience, que ; principes interficiunt malefactores, ut custodes tranquillitatis et pacis, non ut illorum Domini32 ; ce qui fait voir combien il est expedient et necessaire, que le prince despouille la clemence et la misericorde qui est si naturelle a l’homme, pour emprunter la rigueur et la justice qui ne doibt point abandonner celuy qui prend le soing de l’Estat, et qui est chargé du repos, et de la tranquillité publique. Et ne fault point flatter tant d’esprits rebelles et indomptables, quand les remonstrances les irritent, et que l’impunité fait qu’ils s’imaginent qu’ils sont innocens, ou bien qu’on n’oseroit les punir. Ce qui a fait trouver cest expedient a nostre Autheur ; que l’on doibt apprivoiser les hommes par une certaine douleur, ou bien les destruire et les appauvrir entierement ; parce qu’ils se vengent volontiers des offenses legeres, demeu[59]rans en leur entier ; et des griefves ils ne peuvent pas, quand on leur en a osté le pouvoir et le moien ; tellement que les injures faittes a l’homme doibvent estre en sorte qu’elles ne soient sujettes a crainte de la vengeance33. Disant ailleurs, que qui lira la Bible avec sens et consideration, verra que Moise fut contraint pour establir et confirmer ses loix et ordonnances, tuer hommes infinis, qui par une pure envie s’opposoient a ses desseins34 ; adjoutant en son Prince, qu’il appert que la saincte histoire de la Bible, que tous les prophetes qui ont eù puissance de contraindre, sont venus au dessus de leurs reformations ; et les auttres qui n’estoient garnis que de la simple parolle et predication, ont estés martirisés et bannis ; parce que la nature du peuple est variable, et fort facile a se persuader du commencement quelque nouvelle Doctrine, mais il est extremement malaisé de l’y arrester, et contenir a perpetuité ; par ainsi il est necessaire de se fortifier en sorte que quand ils cesseront de croire, on leur remette leur foy par force ; Moise, Cyrus, Romulus, [60] Theseus, n’eussent jamais pù faire observer longuement leurs Constitutions, si la crainte [contrainte] de la main armée leur eùt defailly35.

  • 36  Judith, cap. 13 et 15. vers. 10.11.

25Joachim grand prestre et sacrificateur de Hierusalem, vint exprés en [de] Bethulie avec tous ses prestres, pour voir Judith, et la congratuler du meurtre qu’elle avoit commis en coupant la teste a Holophrenes pour le bien et la conservation de sa patrie ; et au lieu de s’estonner de voir des mains si delicattes capables d’un si cruel assassin, et des yeux remplis de tant d’amour, autheurs d’une mort si sanglante, il la benit et la loua, luy disant ; tu gloria Hierusalem, tu laetitia Israel, tu honorificentia populi nostri, quia fecisti viriliter36.

  • 37  St August
  • 38  liv. 7, Disc. 7.

26Si la cruauté [necessaire,] utile et profitable au public a si bonne grace entre les mains d’une femme qui ne marque que de la douceur [si belle], et si elle trouve le ciel pour approbateur de son action ; a plus forte raison entre celles du prince qui ne s’en sert, et ne l’emploie qu’a l’extremité comme un [, pour] dernier remede, et pour empescher de plus grands maux ; estant plus juste et plus raisonnable, [61] que quelques uns perissent, que non pas tout un Estat ; melius est, ut pereat unus, quam unitas37. Scipion Ammirato dans ses Discours politiques sur Tacite, dit ; que tout ainsi que ce ne seroit pas justice de laisser la vie pour une sotte et dangereuse misericorde a un homme qui auroit justement merité la mort ; de mesme aussi on ne peult pas appeller cruauté, d’user de rigueur contre un peuple qui n’est pas digne de pardon38.

  • 39  Plutarque. in vita Flamini.
  • 40  Le p. Senault, en son Monarq. traitté 5. Disc. 3. sur la fin.
  • 41  Le p. Senault, ibidem, tract. 6. Discours 5.

27Nous avons un des plus celebres predicateurs de nos jours, dont la vie est aussi belle, que la parolle eloquente, qui semble approuver ce remede de cruauté, quand il dit ; qu’il fault plaindre le prince quand la necessité l’oblige a la rigueur, et que le salut de l’Estat le force d’immoler un innocent ; parce qu’il y a des occasions ou les plus grands princes ne se peuvent empescher d’estre trop severes, et ou, s’il est permis de parler ainsi, ils sont contrains d’estre injustes pour ne pas abandonner les interests de la justice. Tous les grands exemples ont quelque chose de fascheux, et les meilleurs princes du monde, dans l’estat ou sont les affaires, se voient forcés a faire quelques violences qui approchent de l’injustice ; et fieri[62]non potest, quin etiam optimi principes, ut nunc rerum status est, iniquè aliquid agant39. Tout ce qu’ils doibvent faire en ces fascheuses rencontres, est de tesmoigner par leur regret, que le bien public les y force, et de mesler quelques larmes avec le sang qu’ils repandent, affin que l’on voie que s’ils ont ordonné le supplice, ils ont compassion du criminel40. Ce qu’il confirme un peu plus avant, disant, qu’il scait qu’il y a des rencontres ou le prince pourroit abandonner un homme juste pour le bien public, selon la maxime que le souverain prestre des Juifs entendit si bien, et appliqua si mal ; expedit unum hominem mori pro populo41.

  • 42  Pirot, en l’Apologie des casuistes, pag. 93

28Tous les Jesuites en la personne du pere Pirot souscrivent ceste mesme maxime quand ils donnent pour precepte dans l’Apologie des Casuistes, et qu’ils enseignent, disant ; apprenés que la consideration du Magistrat et de l’Estat, est capable de faire qu’une action change entierement de face ; de sorte qu’une action considerée en elle mesme sera licite, la quelle estant rapportée a l’Estat sera illicite ; et au contraire une action illicite en elle mesme, en consideration de l’Estat [63] sera licite. Par exemple, il n’est pas permis a un homme de tuer un auttre pour une poulle, ou pour des fruicts ; toutte fois si un General d’armée a fait deffence de rien prendre sur peine de la vie, il pourra faire pendre un soldat pour quelque petit vol ; de mesme qu’un Capitaine peult tuer une sentinelle qui dort. Et l’une et l’auttre de ces executions est licite en consideration du bien de l’armée. Le soldat au contraire pourroit dormir sans offenser Dieu, si la faction ou l’on l’a mis ne l’obligeoit a veiller ; et si le bien de l’armée ne rendoit son sommeil criminel42. C’est sur les mesmes considerations que les Theologiens enseignent, que l’interest des Roiaumes, et des Republiques, rend mauvais des homicides qui seroient permis, s’il n’y avoit point de communaulté, ny de Republique.

  • 43  Machia., en son Prince, chap. 8.

29Mais comme il n’y a regle si generale qui n’ait ses temperamens et ses exceptions, ny chose si utile et si necessaire dont on ne puisse abuser quand on veult [fort souvent] ; aussi ne fault il pas que la cruauté soit si ordinairement et si coustumierement exercée qu’on ne puisse pas quelque fois s’en despartir, et donner quelque chose aux lieux, aux temps, aux personnes, et aux circonstances des affaires. Voicy comme nostre [64] Autheur en parle contre l’advis de ses accusateurs ; les cruautés, dit-il, sont bien, ou mal exercées ; or on les peult estimer bien exercées (s’il est permis dire bien du mal) quand elles se commettent une seule fois comme par necessité de s’assurer, taschant a se mettre hors de plus grand inconvenient ; et cela fait, que l’on n’y persiste plus, mais au contraire, l’on s’efforce faire ressortir ce mal a l’augmentation du bien publique. Les mal exercées sont celles qui du commencement, encore qu’elles soient petittes, croissent plustost avec le temps, qu’elles ne se diminuent ; si bien qu’il est a remarquer a ceux qui occupent les souverainetés par mauvais moiens comme Agatoclés, qu’il fault expedier d’abord touttes les cruautés qui sont a faire, pour n’avoir plus les occasions [l’occasion] d’y retourner si souvent, si bien qu’en ne les reiterant plus les sujets se puissent apprivoiser avec luy par espace de temps, s’insinuans envers eux par gracieux et amiables traittemens. Estant vray que les offences se doibvent commettre ensemble tout a un coup, a celle fin qu’estans moins souvent senties, elles irritent mois aussi ; et fault au rebours faire les plaisirs peu a peu par plusieurs fois, pour les reiterant en imprimer [65] mieux la saveur dans le courage de ceux que tu gratifies43.

  • 44  Machia., en ses Disc., liv. 1, chap. 9.

30On peult voir par ce discours comme Machiavelle ne conseille la cruauté ny en gros, ny en destail, mais seulement comme il en fault user quand elle est necessaire, et que tous les auttres remedes sont inutiles ; fondant sa maxime generale sur ces parolles, que la violence qui gaste tout, et qui destruit, est grandement a reprendre ; non pas celle qui tend a mieux ranger les choses, et les remettre sus44.

  • 45  Tranquill., in Domitian.

31Chacun scait combien la Tyrannie de Domitian l’Empereur fut terrible au senat, a la noblesse, aux grands Seigneurs, et Gouverneurs de l’Empire Romain ; et neantmoins apres sa mort les peuples, et les provinces s’en loùerent extremement, parce qu’il ne se trouva jamais officiers, ny magistrats plus entiers que de son temps, de crainte et de peur qu’ils avoient d’estre repris et chastiés45.

  • 46  Regum, lib. 3. cap. 20. vers. 42.
  • 47  Tacite. Annal. lib. 3, cap. 5.

32Le Roy Achab aiant sauvé la vie a Benadab Roy de Sirie, au lieu de le faire mourir, Dieu luy fit dire qu’il avoit cautionné auttruy laissant vivre le meschant, et que cela luy cousteroit la vie ; quia dimisti virum dignum morte, de manu tua, erit [66] anima tua pro anima ejus, et populus tuus, pro populo ejus46. La premiere et principale science du medecin docte et experimenté, est de conestre le mal du malade ; la seconde, [est]de scavoir [découvrir] appliquer le remede convenable a la maladie, d’autant que s’il n’est propre et suffisant, il irrite plustost le mal, qu’il ne [le] soulage ; et s’il est trop fort, et trop violent, il fait mourir celuy qu’il pensoit guerir. Le prudent politique en doibt faire de mesme, et comme c’est le debvoir du scavant medecin de travailler a la guerison des maladies du corps, c’est l’office du sage politique de s’emploier a remedier a celles de l’esprit, usant de remedes salutaires et opportuns aux infirmités qui arrivent aux villes et aux cités ; prenant garde neant moins qu’ils ne soient pas plus amers [aigres] ny plus fascheux, que les maux qui se presentent a guerir ; c’est l’advis que donne Tacite en ce rencontre, blasmant Cneus Pompeius, d’avoir practiqué le contraire pendant son Consulat ; gravior remediis, quam delicta erant47.

  • 48  Scipio. Ammira., en ses Discours sur Tacite, liv. 3. chap. 3.
  • 49  Machia. en ses Disc. liv. 1. chap. 18

33L. Quintius disoit de la ville de Rome, qu’il la voioit frappée de telle maladie, qu’elle ne pouvoit estre guerie avec des remedes communs et ordinaires ; c’est pourquoy Scipion Ammirato, adver[67]saire et censeur de Machiavelle, dit qu’il est raisonnable que le prince que Dieu a choisy et estably pour pasteur et guide du troupeau, soit le medecin de ses douleurs et de ses infirmités, les quelles il pourra guerir, ou avec le fer, ou avec le feu, la corde, ou auttres moiens plus doux et plus moderés suivant la nature et la qualité du mal48 ; car il est certain, dit nostre Autheur, qu’il fault auttre regime et maniere de vivre a un corps malade et indisposé, qu’a celuy qui est sain et bien temperé ; et qu’estoffe diverse ne recoit pareille teinture, ny facon49.

  • 50  Machia. en son Prince, chap. 17.
  • 51  Machia. en ses Disc. liv. 1. ch. 16.

34Encore que ces exemples et ces Authorités tesmoignent assés l’utilité de la cruauté, aussi bien que sa necessité, et qu’elles exemptent de blasme et d’injustice ceux qui n’en rejettent point l’usage quand ils y sont obligés ; neantmoins voions comme Machiavelle, contre l’imposture et la calomnie de ses adversaires, veult que son prince ne s’en serve jamais si faire se peult, et comme il luy conseille de tenter touttes auttres voies auparavant que d’en venir a ceste extremité ; voicy ses propres termes ; je dis que le prince sur touttes choses se doibt faire estimer pitoiable, et non cruel, aiant esgard neantmoins de n’user mal a propos de ceste pitie, et ne se souciera d’estre estimé cruel, pourveu que par ce moien il entretienne son peuple en fidelle union [68] et obeissance, car usant seulement de cinq ou six exemples de cruelle rigueur, ou il sera necessaire ; il ne laissera pour cela d’estre jugé autant ou plus clement, que ceux les quels par leur pitie mal mesurée souffrent pulluler mille abus en leurs terres, qui donnent matiere a des meurtres et voleries sans fin, dont toutte la Republique est interessée, ou les executions rigoureuses d’un prince ne viennent qu’a l’interest de quelques particuliers50. Dedans ses Discours politiques sur Tite Live, il est encore plus retenu, et se range entierement du costé de la douceur, disant51 ; Vray est que je jugerois le prince trop malheureux qui ne pourroit assurer sa Couronne par luy usurpée contre le vouloir du peuple, sinon en usant de continuelles rudesses, inhumanités, et cruautés extremes, parce que tant plus il en fera, d’autant plus il empirera son marché, pource qu’il augmentera le nombre de ses ennemis, et achevera d’irriter ceux qui l’estoient des-ja ; en effect, le mieux sera qu’il tasche de gaigner le cœur du peuple.

  • 52  Machia. en ses Disc. liv. 1. chap. 45.
  • 53  Scipion Amirato, en ses Disc. sur Tacite, liv. 8, Disc. 1.
  • 54  Senec. de Benef. lib. 2. cap. 5.
  • 55  chap. 19 et 20.

35S’il plaint la rigueur et la cruauté dedans un prince Tiran, a plus forte raison dedans un legitime, et qui doibt estre le pere de son peuple ; comme quand il dit, que ; certainement un prince ne [69] scauroit pis faire que de tenir ses sujets en perpetuelle crainte de tourmens et de peines extraordinaires ; car quand les hommes sont en doubte que mal leur arrive, ils taschent par tous moiens de se sauver, tant qu’aucunes fois ils jouent au desespoir, et entreprennent choses merveilleuses, ne se soucians quoy qu’en arrive, pourveu qu’ils eschappent ; par quoy le meilleur est de n’user point qui s’en peult passer, de si grande cruauté ; que si c’est par necessité, il fault faire a un coup sans tant traisner, et soudain rassurer le monde, et luy donner a entendre que tout est fait, et qu’il ne craigne plus52. Ce qui a fait dire a un auttre politique Italien apres luy, que c’est une espece de pitie de faire promptement mourir un criminel digne de mort, sans le laisser languir long temps53 ; et tous deux ont emprunté ceste pensée de celuy qui en fournit a tous les escrivains, et qui desbitte celle-cy en ces termes avec sa grace ordinaire ; acerbissima crudelitas est, quae trahit poenam ; et misericordiae genus est, cito occidere54. Qui voudra voir plus a plein comme nostre Autheur prefere la douceur [70] a la rigueur, la clemence a la cruauté, et la pitie a l’inhumanité, qu’il lise deux chapitres qu’il a faits [tous entiers] sur ce sujet, dans le troisième livre de ses Discours politiques sur Tite Live55.

Haut de page

Notes

1  Numeror. cap. 23. vers. 12. 16.

2  Exode, cap. 2, vers. 11.12.

3  St Basili. Homil. 1. in Examero. St Isidor. Pelus. Epist. 70.

4  Marquez, Homme d’Estat Chrestien, en Moise, chap. 6.

5  Cicer., Offici, lib. 3.

6  Senec., in Hippolite  Et in Hercule Furente.

7  Quint. Curti.

8  Tacit.

9  Senec. Declam. lib. 9.

10  Numeror. cap. 12. vers. 8.10.

11  Tacit., Annal., lib. 14. cap. 6.

12  Isaie, cap. 64. vers. 6. Ezechiel, cap. 16. vers. 4. St Math. cap. 9. vers. 16.

13  Regum, lib. 3. cap. 2. vers. 24-25.

14  Ibidem, vers. 46.

15  Paralip., lib. 2, cap. 21. vers. 4.

16  Machabeo, lib. 1, cap. 13. vers. 31.

17  Numero. cap. 25. vers. 11.12.13.

18  Machabeo. lib. 1. cap. 2. vers. 24.25.

19  St August. lib. 22. Contra Faust. cap. 70.

20  Senec. De Ira, lib. 2. cap. 15.

21  Joseph. Antiq. Iudaiq. liv. 18. chap. 3.

22  Florus, lib. 1. hist. cap. 7.

23  Bodin, in Meth., cap. 6, § Regia potestas.

24  Pierre Math. Hist. de Henry, 4. liv. 1, narr. 4. sectio. 13.

25  Tacite.

26  Judicum, cap. 9.

27  Regum, lib. 2. cap. 11.

28  Lucanus

29  Machia. en ses Disc. liv. 1. chap. 58.

30  Tacit. Annal. lib. 3.

31  Machia. en ses Disc. liv. 2. chap. 23.

32  Lessius, De Justitia et Jure.

33  Machia., en son Prince, chap. 3.

34  Machia., en ses Disc., liv. 3, chap. 30.

35  Ibidem, en son Prince, ch. 6.

36  Judith, cap. 13 et 15. vers. 10.11.

37  St August

38  liv. 7, Disc. 7.

39  Plutarque. in vita Flamini.

40  Le p. Senault, en son Monarq. traitté 5. Disc. 3. sur la fin.

41  Le p. Senault, ibidem, tract. 6. Discours 5.

42  Pirot, en l’Apologie des casuistes, pag. 93

43  Machia., en son Prince, chap. 8.

44  Machia., en ses Disc., liv. 1, chap. 9.

45  Tranquill., in Domitian.

46  Regum, lib. 3. cap. 20. vers. 42.

47  Tacite. Annal. lib. 3, cap. 5.

48  Scipio. Ammira., en ses Discours sur Tacite, liv. 3. chap. 3.

49  Machia. en ses Disc. liv. 1. chap. 18

50  Machia. en son Prince, chap. 17.

51  Machia. en ses Disc. liv. 1. ch. 16.

52  Machia. en ses Disc. liv. 1. chap. 45.

53  Scipion Amirato, en ses Disc. sur Tacite, liv. 8, Disc. 1.

54  Senec. de Benef. lib. 2. cap. 5.

55  chap. 19 et 20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 4 : Que la cruauté qui tend a bonne fin, n’est pas blasmable ; et que celle qui proffite est louable », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre premier, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5954

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page