Navigation – Plan du site

Maxime 6 : Qu’il fault accommoder la Religion a l’Estat, pour le bien et la conservation d’iceluy

ENBaCH
EACEAEuropean Commission - Education & TrainingEuropean Commission - Education & Training

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

 [144] Maxime 6 : Qu’il fault accommoder la Religion a l’Estat, pour le bien et la conservation d’iceluy

1Machiavelle dit. I Romani interpretavono gli Auspicii seconda la necessita, et con la prudenza mostravono [sic] di osservare la Religione quando forzati non l’osservavano, et se alcuno temerariamente la dispregiava, lo punivano. Non solamente gli Augurii, comè di sopra si è discorso, erano il fondamento in buona parte dell’antica Religione de Gentili, ma ancora erano quelli che erano cagione del bene essere della Republica Romana. Donde i Romani ne havevano più cura che di alcuno altro ordine, di quella.

2Et un peu apres. Nondimeno quando la Ragione monstrava loro una cosa doversi fare, non ostante che gli Auspicii fussero avversi, la facevano in ogni modo ; ma rivoltavanla con termini et modi tanto attamente che non paresse che [145] la facessino con dispreggio della Religione ; il quale termine fu usato da Papirio Consolo, in una zuffa che fece importantissima co i Sanniti, dopò la quale restorno in tutto deboli et afflitti. Perche sendo Papirio in sù i campi rincontro a i Sanniti, et parendo gli haver nella zuffa la vittoria certa, et volendo per questo fare la giornata ; comando a i pollarii che facessino i loro Auspicii ; ma non beccando i polli, et veggendo il principe de pollarii la gran dispositione dello essercito di combattere, et la opinione che era nel Capitano, et in tutti i soldati di vincere, per non torre occasione di bene operare a quello essercito, riferi al consolo, come gli Auspicii procedevano bene ; tal che Papirio ordinando le squadre, &a. Et un peu apres. Et cosi, col sapere bene accommodare i disegni suoi agli Auspicii, prese partito di azzuffarsi, senza che quello esercito si avvedesse che in alcuna parte, quello havesse negletti gli ordini della loro Religione. Et un peu apres. Ne ad altro fine tendeva questo modo dello aruspicare, che di fare i soldati [146] confidentemente ire alla zuffa, della qual confidenza quasi sempre nasce la vittoria ; la qual cosa fù non solamente usata dai Romani, ma dalli Esterni ; Machiavelli [Machia],Di Discorsi, lib. I. Cap. 14.

3Comme les Romains exposoient les Auspices a leur proffit, les enfraignoient au besoing par discretion, et punissoient ceux qui indiscrettement le faisoient. Voila le tiltre du chapitre, et voicy comment il raisonne la dessus.

4Vous avés cy devant [dessus] entendu que les Augures estoient les principaux pilliers de la foy des paiens, maintenant je veux vous [vous veux] advertir plus fort, et dire un mot qui semblera incroiable, que si Rome s’est bien portée, c’a esté en partie par eux ; aussi en estoit elle autant soigneuse que de police qu’elle eut. Ils n’entreprenoient chose aucune sans les avoir premierement consulté, &a. Et un peu apres. Neant moins, quand le Capitaine et General d’armée, tout calculé et consideré, voioit la fortune luy rire, et qu’en sorte du monde la victoire [147] ne luy pouvoit eschapper des mains, nonobstant les deffences et contredits des pouillailliers ils prenoient le temps ; ce luy estoit assés de se justifier qu’il ne l’avoit fait en despit de Dieu, ny en mespris de la Religion ; comme fit Papirius Consul en la bataille qu’il eùt contre les Samnites, les quels [du] depuis ne purent jamais se relever ; luy, voiant son cas certain, et que rien ne luy pouvoit oster l’heure et l’honneur de la journée, avant que marcher et desploier au vent les bannieres, voulut bien s’en conseiller aux poulets, qui pour lors ne daignerent beccher, toutefois le Maistre pouillaillier, comme bien advisé, et ne voulant empescher l’occasion de bien faire, ny rafroidir ce [le] chef et les soldats si deliberés de frapper, fit son rapport que si, en suitte de quoy ils donnerent la bataille, &a. Et peu apres. Ainsi besongna Papirius discrettement, faisant, nonobstant la Religion, ce qu’il voyoit estre a faire par raison, donnant ordre qu’il ne sembla qu’elle y fut violée, ny les Dieux offencés. Et [un] peu apres, concluant son discours, il dit. Or debvés vous scavoir que les Romains conessoient [148] assés [ce] qu’en valoit la marchandise, mais ils en usoient seulement a ce que leurs gens d’armes quand il faudroit mettre la main a l’œuvre, ne doubtassent de rien, mais tinssent la chose toutte assurée, comme si Dieu leur eùt dit de sa bouche ; aussi void-on qu’avec ceste opinion et confiance ils faisoient merveille, et rien ne leur estoit impossible ; Machiavelle, en ses Discours politiques sur Tite Live, Liv. 1. chap, 14.


*

5Voicy la maxime qui a mis tous les devots [petits devots] en allarme, c’est icy le lieu ou nostre Autheur s’est acquis le surnom d’Impie ; c’est icy l’endroit aussi qui descouvre l’ignorance et la calomnie de ses adversaires ; et voicy le discours qui fera conestre [voir] leur malice, et son innocence. Estant vray que tous ceux qui le condemnent, et qui jurent que tout est perdu pour avoir mis cest exemple [ceste histoire] en avant, ne scavent ce que c’est, ny d’Estat ny de Religion, encore moins ce que ce grand homme peult et doibt conclure par un raisonnement si solide, et si veritable [, si important, et si favorable]. Pour moy, si j’avais a reprendre quelque chose dans [dedans] [149] ses escripts, ce seroit de n’avoir pas approfondi ceste matiere comme il pouvoit [debvoit], comme la plus utile et la plus necessaire de tout un Estat ; parce [a cause] qu’elle est la plus delicatte, et la seule ou les plus esclairés [fins] ne voient goutte, et que les plus scavans [grands escrivains] n’ont point encore clairement decidée, ny suffisamment examinée.

6Les Romains ne sont pas les seuls qui ont accommodé la Religion a l’Estat, ceste maxime est aussi vieille que le monde [leur source], et puisque la Religion n’est qu’un milieu entre Dieu et les hommes, qu’importe si on s’en sert de la sorte pour unir [mettre bien] les sujets par ensemble, sans pour cela les esloigner de leur Createur [Dieu pour cela] ni de ceux qui le representent. Quand on les joint [unis] par ce lien, on assemble [joint] leurs cœurs et leurs vœux par faire des prieres et des sacrifices communs au Maistre des Estats [Createur].

  • 1  St August. de Civitat. Dei, lib. 19, cap. 19.
  • 2  St Paul, 2 ad Corinth. cap. 10. vers. 17.
  • 3  St Augustin. tom. 8. in praefat. psalm. 31.

7Dieu s’est fait homme pour communiquer avec nous plus facilement, et par la [tascher] se faire conestre a nos yeux, et a nos esprits ; et nous ne voulons pas que le prince s’abaisse [le face] quelquefois pour entretenir ses sujets dedans cest amour, et ceste union eternelle. Ce n’est pas la Religion qui fait les hommes bons et pieux, mais ce sont les actions [150] sainctes et vertueuses qui donnent ces qualités a la Religion ; nihil sanè ad istam pertinet civitatem, dit St Augustin, quo habitu vel more vivendi, si non est contra Divina praecepta, istam fidem qua pervenitur ad Deum, quisque sectetur ; unde ipsos quoque philosophos, quando christiani fiunt, non habitum vel consuetudinem victus quae nihil impedit Religionem, sed falsa dogmata mutare compellit1. Ce n’est point la Religion qui fait la Conscience, mais bien la Conscience qui fait la Religion ; celle-cy n’a que l’apparence, et l’auttre a les effects ; ceste derniere n’est qu’un nom de parade, et la premiere est le siege et le thresor de touttes les vertus ; nostre satisfaction vient de nous mesmes, c’est auprés de nous qu’il la fault chercher ; celle qui vient d’auttruy est mandiée et ne fait rien a nostre avantage, [a nostre gloire,] ny a nostre contentement. Qui gloriatur, in Domino glorietur, dit l’Apostre2 ; et st Augustin authorisant ce [nostre] raisonnement, dit expliquant ce passage ; multi gloriantur de operibus, et invenis multos paganos propterea nolle fieri christianos, quia quasi sufficiunt sibi de bona vita sua3 ; n’y aiant qualité exterieure, ny tiltre d’honneur quel il puisse estre qui puisse [put] aller du pair avec une [151] saincte [, genereuse,] et veritable prudhommie.

  • 4  Gregor. de Repub. lib. 13. cap. 12. num. 21.
  • 5  Machia. En ses Discours, sur Tite Live, liv. 1, chap. 11.

8Avant que de m’engager plus avant dans [dedans] la preuve et la justification de ceste maxime, il fault satisfaire a mon dessein, et faire une partie de l’apologie de nostre Autheur qui est le Maistre de l’impieté, l’horreur du monde, l’ennemy de Dieu et de tout ce qui le regarde, si l’on s’en rapporte a la calomnie de ses reformateurs, et a la censure de leurs escripts [ses adversaires]. Pour moy, je ne void point qu’il enseigne, qu’il faille [faut] accommoder la Religion a l’Estat, qu’il en face sa servante et son esclave, ny qu’il mette en avant contre la vraie et veritable, la moindre petitte proposition ; pas mesme un soupcon [soubcon] qui puisse causer un [aucun] scrupule dans un esprit qui doibt conestre les choses dont il veult juger. S’il dit que les Romains en ont usé de la sorte, il ne conclut pas [dit-il] pour cela que les princes chrestiens en doibvent faire de mesme. [?] Ou est la presomption du crime qu’on luy impose ? quelle apparence en donne-il en [dedans] ses escripts ? puisque leur Religion n’estoit que de police, pourquoy ne pouvoient-ils pas l’accommoder au bien et au Gouvernement de leur [l’] Estat ? Nullam certam Religionem habentes, [152] quam vellentpoterant subditis persuadere ; dit un tres scavant Jurisconsulte [homme] du dernier siecle4. Machiavelle enseigne-il seulement que ces grands politiques l’aient pù faire sans blasme et sans sacrilege ? et parce qu’il n’authorise pas ceste facon de faire parmy les paiens, on veult luy faire croire qu’il la presche et qu’il la conseille [, et qu’il le persuade] aux princes chrestiens a cause qu’il leur raconte ; apres mesme qu’il a fait trois grands chapitres tout de suitte pour enseigner le contraire avec autant de zele qu’auroit fait un st Bernard, ou un A Kempis ; en voicy quelques extraits pour la satisfaction du lecteur qui les peult voir entiers dans les endroits cottés a la marge, le premier aiant pour tiltre ; De la Religion, et ceremonie des Romains ; ou il dit ; si j’avois a estre juge le quel de Romulus, ou Numa auroit fait plus de bien a Rome, Numa l’emporteroit, car ou la Religion est bien plantée, l’on y met aisement les armes ; mais ou elles sont seules receuës, Religion ne peult bonnement trouver accés ; disant un peu apres, que Numa fut adoré des Romains pour sa singuliere bonté et prudence, et luy obeissoient [153]en tout ce qu’il vouloit ; sur quoy ouvrant son advis et son sentiment, il adjoute ; bref, c’est mon opinion que la Religion instituée par Numa, fut l’une des principales causes de la grande felicité de Rome, car d’elle vint le bon ordre, le bon ordre fit la bonne fortune, de la bonne fortune procederent les heureuses issues de leurs magnanimes entreprises. J’ose dire tout ainsi que le compte que l’on fait de l’honneur Divin, et l’entretien de la foy, maintient les Republiques en arroy, aussi le mespris d’icelle est cause de leur derniere ruine ; car depuis que la crainte de Dieu fault, il convient par necessité que le Roiaume deschoie5.

  • 6  Ibidem, chap. 12.
  • 7 Ibidem, chap. 13.

9Dans le chapitre suivant qui est le douzieme de ce mesme livre, et qui porte pour tiltre6 ; Que c’est que ne tenir compte de la Religion et ne l’entretenir en son poinct, et comme l’Italie en est perduë ; le quel il commence par ces mots ; quiconque veult maintenir un Roiaume en son entier, il doibt sur touttes choses penser de la Religion qu’elle ne se passe, et que peu a peu ne vienne a nonchaloir ; car [154] le signe que l’on peult avoir de la perdition d’un pais, c’est quand on void que Dieu s’y oublie, et son service ; et le reste qui seroit trop long a coppier. Et dans le treizieme il fait voir comme les Romains s’aiderent de la Religion a ordonner leur ville, a poursuivre leurs entreprises, et appaiser leurs seditions et tumultes ; que les amateurs de la justice et de la verité pourront lire pour leur propre satisfaction7.

10[Quand on veult perdre un innocent, il fault que ses accusateurs luy prestent les crimes qu’il n’a point, et qu’ils affirment qu’ils ont veu en luy ceux la mesme qu’ils retiennent en eux, et qu’ils inventent pour sa condemnation.]

  • 8  Scipio. Ammirat. en ses Disc. politiques sur Tacite, liv. 2. chap. 3.

11Mais comme ce procés est par escript, et qu’il est entre les mains de tous les hommes pour en juger ; je crois pour la descharge de ce rare esprit que ceux qui prendront la peine de le bien voir et de l’examiner avec attention conestront qu’il est moins coupables que ses parties adverses, parce qu’il n’est point chargé des choses qu’on luy impose, comme sont ses mesdisans qui feignant de le condemner en ses escripts, [les] enseignent les choses qui n’y sont pas, et les desbittent dedans les leurs avec l’art du mensonge, et la methode de la calomnie ; comme les Impies ont fait l’Athéisme en faisant semblant de le combattre. Un [155] italien sectateur de Tacite, et censeur de Machiavelle, dit, et son Traducteur apres luy, parlant de ceste maxime ; qu’il ne void pas que les Romains l’aient practiquée, ny que nostre Autheur le face voir par ses escripts8 ; en quoy il se trompe doublement, comme nous le justifierons par tout ce discours, encore qu’il tesmoigne [tesmoignant neant moins] en faveur de nostre accusé, qu’il n’a pas si mauvaise opinion de luy que les auttres qui le deschirent avec tant de passion, et si peu de justice, et de raison.

  • 9  Optat. Milecit., lib. 3, Contra Parmenion.

12Je ne scais pourquoy on fait un blaspheme et un sacrilege de dire, que la Religion se peult accommoder a l’Estat, puisque ces deux choses sont si estroittement liées par ensemble, qu’il n’y a point d’Estat sans Religion, ny de Religion sans Estat humainement parlant ; outtre qu’il est vray que l’une n’est que la police interieure, et l’auttre l’exterieure ; que la premiere regarde Dieu et les Consciences, et la seconde, les hommes et leurs actions purement morales. [que l’une n’est que la police interieure, et l’auttre l’exterieure ; que la premiere regarde Dieu et les Consciences, et la seconde, les hommes et leurs actions purement morales ; qu’il n’y a point d’Estat sans Religion, ny de Religion sans Estat] Ceste verité en a tiré une auttre de [156] la bouche d’un Pere de l’Eglise qui enseigne, que la Republique n’est point en l’Eglise, mais bien l’Eglise en la Republique, c’est a dire dans l’Empire Romain9 ; comme si l’Eglise faisoit partie de l’Estat pour estre fomentée et entretenuë dedans le giron et les entrailles de la chose publique ; cause pourquoy, dit un Evesque d’Afrique ; Religio in Republica esse debet, non contra. Estant certain que si la Religion est la baze, le fondement, et la puissance tutelaire de l’Estat ; l’Estat est aussi l’appuy, le soustient, et la deffence de la Religion ; et l’un et l’auttre ont besoing de s’entre prester leurs forces, et de conspirer ensemble pour leur conservation mutuelle.

  • 10  Abdias, Histor. Apostol. lib. 4.
  • 11  Epistol. ad Roma.
  • 12  Epistol. ad Galat.
  • 13  1. 2. quaest. 98. art. 2. ad, 4.
  • 14  Becan. Analog. cap. 5. quaest. 3.
  • 15  Ibidem, cap. 6. quaest. 4.
  • 16  St Math. cap. 12. vers. 41.
  • 17  St Paul, ad Galat. cap. 5. vers. 6 et cap. 6. vers. 15.

13Et quoy qu’on puisse dire que le premier monde, c’est-a-dire ceuxqui ont [ce qui a] esté devant le Deluge, ont [a] vescu sans elle, et n’en avoient [avoit] point d’auttre que la prudhommie, ny d’auttres loix que la naturelle [police que sa volonté] ; et nonobstant cela n’ont [il n’a] pas laissé d’avoir des [ses] saincts, des [ses] Patriarches et des [ses] Eslus. Deplus les Republiques estant [sont] faittes devant la Religion [elle], elles ont le droict d’Ainesse, [157] et l’avantage de leur ancienneté. Estant vray que les hommes ont esté plus de Deux mille cinq cent ans sans la conestre, et n’estoient pas moins vertueux ny moins parfaits [religieux] que ceux qui s’en chargent et qui s’en embrouillent si fort la cervelle. Tesmoing ce qui est dit d’Abraham ; amicus autem Dei Abraham, pater noster appellatus est, antequam circumcisionem acciperet, et antequam sabbatha coleret, et antequam legem aliquam Divinae constitutionis sciret. Amicus autem factus est, non quidem circoncidendo se, sed credendo in Deum10. Ce qui est conforme a la pensée de st Paul, qui dit que la Loy de Moise seule n’estoit pas suffisante a salut11 ; neminem justificari ex operibus legis, sed ex fide in christum12 ; c’est comme st Thomas explique ce passage13, et tous les Theologiens apres luy14 ; adjoutant que l’Eglise et Sinagogue des Juifs n’estoit pas la mere de tous les fideles, mais de quelques particuliers seulement, c’est a dire, de ses sectateurs, et de ceux pour qui elle avoit esté faitte ; parce [encore] que ; multi fideles, dit Becan, extra sinagogam salvabantur, ut Ninivitae15. Comme atteste st Mathieu quand il dit ; [158] viri Ninivitae surgent in judicio cum generatione ista, et condemnabunt eam, quia poenitentiam egerunt in predicatione Jonae16 ; et qu’il est constant et certain que beaucoup de paiens qui ne suivoient point la Religion des Juifs pouvoient estre sauvés ; c’est la Doctrine de l’Apostre qui [quand il] dit ; in Christo Jesu, nec circoncisio est aliquid, nec praeputium, sed observatio mandatorum Dei17.

  • 18  Exod. cap. 4. vers. 20-25.

14Outtre ces raisons, nous avons encore les exemples de ceux mesmes de qui nous tenons les premiers fondemens de la Religion, qui nous la donnant, nous ont appris en mesme temps comme pour un plus grand bien elle pouvoit s’accommoder a l’Estat. Ceste maxime [Ce precepte] est un des premiers traits de l’addresse politique de Moise, qui aiant espousé une paienne nommée Sephora fille de Jetro prestre des Madianites, en eut deux garcons qu’il ne fit pas circoncire quarante ans apres son mariage encore que la coustume des Juifs l’y obligea dans la huictaine, qui generalement parlant estimoient ceste ceremonie necessaire a salut, depuis qu’Abraham l’eut establie ; et ce seulement parce [a cause] qu’il estoit parmy les Idolatres, [159] et qu’il craignoit que sa femme et son beaupere ne le trouvassent pas bon18 ; qui estoit justement accommoder la Religion a l’Estat, et au pais dans le quel il vivoit ; ce qu’il n’auroit pas fait, si en Conscience il ne l’avoit pu, luy qui estoit l’esleu de Dieu, et celuy qu’il avoit choisi pour delivrer son peuple de captivité, et luy enseigner la Religion qu’il vouloit establir.

  • 19  Theodoret. tom. 1. quaest. 14. in Exod.
  • 20  St August. tom. 4. lib. 2, quaest. 12. in Exod.
  • 21  Numero. cap. 12. vers.1. 9. et, 10.

15Et ne fault pas dire, comme font quelques uns, que ceste action desplut a Dieu, comme il luy tesmoigna quand un Ange vint [vient] a luy sur le chemin qui faisoit semblant de le vouloir tuer, l’empeschant d’avancer, tant que sa femme eut elle mesme circoncis l’un de ses enfans avec une pierre qu’elle rencontra, apres quoy elle s’en retourna avec eux toutte remplie de crainte et de fraieur ; puisque selon st Augustin, et Theodoret l’Ange ne luy apparut point pour faire faire ceste circoncision, mais pour obliger sa femme seulement a s’en retourner, affin qu’elle ne luy apporta aucun empeschement dans l’execution du hault dessein qu’il alloit entreprendre19 ; ne ad impedimentum Ministerii, quod Divinitus impositum Moises gerebat, femineus sexus [160] comitaretur20. Outtre que l’Escripture ste mesme nous apprend, et nous atteste bien clairement, que tant s’en fault qu’il ait desplù a Dieu en cela, que Marie, pour en avoir murmuré auprés d’Aaron son frere, en fut severement punie de lepre ; locutaque est Maria et Aaron contra Moisem propter uxorem ejus Æthiopissam ; quare ergo timuistis detrahere servo meo Moisi, iratusque Dominus contra eos abiit, et ecce Maria apparuit candens lepra quasi nix21.

  • 22  Deutero. cap. 24. vers. 1.
  • 23  Genes. cap. 2. vers. 24.
  • 24  St. Math. cap. 19. vers. 4. 5. 6. 7. 8. 4-8.

16Ses propres livres nous apprennent, comme il accommodoit la Religion a l’Estat pour contenir les hebreux dans l’obeissance, tesmoing la loy du divorce qu’il permit pour leur plaire seulement comme les termes en font foy ; Si acceperit homo uxorem, et habuerit eam, et non invenerit gratiam ante oculos eius propter aliquam foeditatem ; scribet libellum repudii, et dabit in manu illius, et dimittet eam de domo sua22 ; la quelle est directement contraire a l’indissolubilité que Dieu en avoit fait en creant Adam et Eve leur disant ; adherebit uxori suae, et erunt duo in carne una23. De quoy St Mathieu faisant reproche aux pharisiens et juifs de son temps, leur dit ; Moises ad duritiam cordis vestri [161]permisit vos dimittere uxores vestras, ab initio autem non fuit sic ; quia qui fecit hominem ab initio, masculum et feminam fecit eos, et dixit, propter hoc dimittet homo patrem, et matrem, et adhaerebit uxori suae, et erunt duo in carne una ; itaque iam non sunt duo, sed una caro ; quod ergo Deus coniunxit, homo non separet24.

17Ce grand Maistre de la politique, et de la Republique des Juifs n’a pas commencé tout seul ; son frere Aaron souverain pontife et sacrificateur de la loy a renchery sur luy sans qu’il conste que Dieu l’en ait jamais repris ny chastié, pour nous faire voir combien la bonté du Createur est infinie, de s’abbaisser et de s’accommoder ainsi a la foiblesse et a l’ignorance humaine, demandant plustost nos cœurs, que nos grimaces et nostre exterieure [sic].

  • 25  Exode, cap. 32.
  • 26  Exode, chap. 32. vers. 1.
  • 27  Ibidem, vers. 4.
  • 28  Ibidem, vers. 5.
  • 29  Ibidem.
  • 30  Exod. cap. 32. vers. 22.
  • 31  Ibidem, vers. 23.

1825Dieu aiant fait venir Moise pour luy declarer [dire] ses volontés, et luy donner les deux tables de la loy, le peuple voiant qu’il demeuroit trop et qu’il n’en avoit point de nouvelle, ennuié d’une si longue absence, alla trouver Aaron son frere qui estoit grand sacrificateur, et celuy [162] que Dieu avoit ordonné luy mesme pour estre compagnon de Moise, et luy dit ; fais-nous des Dieux qui aillent devant nous, qui nous guident et qui nous conduisent, puisque nous ne scavons pas ce qu’est devenu Moise qui semble ne nous avoir tiré d’Egipte que pour nous abandonner ; fac nobis Deos qui nos precedant26. Aaron craignant de les irriter et de les porter a quelque sedition, s’accommodant a leur humeur et a leur Idolatrie, pour les appaiser et les tenir dedans le debvoir par la, leur dit, apportés moy les pendans d’oreilles d’or de vos femmes, et de vos filles ; ce qu’aiant fait, Aaron les fit fondre et en fit un veau d’or, qu’ils adorerent incontinent, disant, O Israel voicy les Dieux qui t’ont delivré [tiré] de la Captivité d’Egipte ; hi sunt dii tui Israel, qui te eduxerunt de terra Aegipti27. Aaron voiant l’affection que ce peuple avoit pour ce veau d’or, se servant de l’occasion luy dressa un autel ; aedificavit altare coram eo28 ; et fit publier haultement par la voix d’un crieur public, Demain se celebrera la feste du Seigneur ; cras solemnitas Domini est29 ; et le landemain [matin] [163] offrirent des holocaustes et des sacrifices, puis passerent le reste du jour en festins, en jeux, et en resjouissances. Ce qui fut cause que Dieu fit incontinent descendre Moise de la montagne pour aller mettre ordre a tout ce qui se passoit dans le camp des Israelites ou, estant arrivé, apres avoir reduit en poudre ce veau d’or, il demande a Aaron, pourquoy il avoit souffert, voire mesme authorisé une si grande et si honteuse Idolatrie ; cui ille respondit, ne indignetur Dominus meus, tu enim nosti populum istum quod pronus sit ad malum30 ; pour moy, dit Aaron, je souhaite autant que je puis que mon Seigneur ne s’en offence point ; pour toy, tu scais comme ce peuple est naturellement enclin au mal, et particulierement a l’idolatrie ; dixerunt mihi, fac nobis deos qui nos precedant31 ; ils m’ont demandé des Dieux pour les mener et les conduire en ton absence, je leur en ay accordé une figure pour empescher une rebellion generale, et peut estre une sedition tres grande et tres dangereuse.

  • 32  Exod. cap. 32. vers. 35.

19Quelle moralité, quelle instruction, qu’elle excuse peut-on tirer de ceste procedure, sinon [164] qu’il fault croire certainement qu’Aaron n’idolatroit point de soy, puisqu’il ne conste pas que jamais il en ait esté repris ; mais seulement qu’il souffroit touttes ces inventions pour s’accommoder a la violence de ceste populace, aimant mieux relascher quelque chose de sa vertu ordinaire, et se rendre complice de ce mal qu’il croioit necessaire, que de hazarder la ruine entiere de ce peuple mutin qui peut estre se fut rebellé, et dissipé tous les desseins de Moise, comme ils [il] l’en menaceoient [menassoit] assés souvent. Qu’ainsi ne soit, quand ce merveilleux conducteur prie Dieu de vouloir pardonner ce peché a son peuple, il ne met pas Aaron au nombre de ceux qui ont failli ; et quand Dieu les chastie, il n’est point au rang des coupables [criminels] ; percussit ergo Dominus populum pro reatu vituli, quem fecerat Aaron32 ; il n’y eut que le peuple de puni pour avoir adoré le veau d’or qu’Aaron leur avoit dressé, mais [comme] contraint de ce faire ; estant certain que Dieu ne demande [juge] que [de] l’interieur, qu’il laisse les apparences aux hommes, et qu’il ne pretend rien a touttes ces mines estudiées [, contraintes,] et [165] forcées que pour les condemner.

  • 33  Iudicum, cap. 14. vers. 4.

20Samson contre le gré de ses pere et mere voiant une belle philistine, quoy que paienne, la voulut espouser, et l’eut en mariage, encore que la Religion de son pais luy deffendit de s’allier avec des estrangeres, et des gens qui n’estoient point circoncis ; parentes autem ejus nesciebant quod res a Domino fieret33. Le peuple ne conoit point les mouvemens secrets que Dieu suggere [envoie] aux princes, ny les moiens dont il se sert pour les faire agir pour le bien et l’utilité de leur Estat.

  • 34  Genes. cap. 29.

21Jacob qui a esté l’homme de Dieu, en moins de huict jours espousa les deux filles de Laban Idolatres et paiennes, et leur permettoit d’adorer les Idoles qu’elles avoient avec elles pour conserver la paix dans sa maison, ce qu’il tolera onze ans entiers34, et nonobstant cela, Dieu s’appelle luy mesme par un excés d’amour ; Deus Jacob ; le Dieu de Jacob son serviteur, son bien aimé, et son favory [mon serviteur, mon favory et bien aimé]. Et si un prince chrestien et vertueux souffre [tolere] ou dissimule quelque petitte chose pour la tranquillité et la conservation d’un Roiaume entier, c’est un Impie, c’est un sacrilege, c’est un [homme] perdu.

  • 35  Regum, lib. 1. cap. 21. vers. 4. 6.

22[166] David estant pressé de la faim vint a Nobé trouver le grand prestre Abimelech pour luy demander de quoy se rassasier, le quel luy aiant respondu qu’il n’avoit point de pain commun, mais des pains de proposition seulement, il en prist et en mangea dans la necessité ou il estoit, encore qu’il n’y eut que les prestres et les levites qui en puissent gouster ; non habeo laicos panes ad manum, sed tantum panem sanctum ; et dedit ei sacerdos sanctificatum panem35 ; contre les loix de la Religion, que le Roy et le sacrificateur accommodoient a l’Estat ou ils estoient.

  • 36  Regum, lib. 3. cap 3.

23Salomon qui sera honoré aussi long temps [autant de temps] que le monde durera, pour sa sagesse incomparable, et sa grandeur sans pareille ; ne se contenta pas d’espouser la fille de pharaon Roy d’Egipte, et de luy permettre d’idolatrer dans [dedans] son propre palais ; mais encore eùt ceste mesme complaisance pour touttes ses auttres femmes, non pas pour conserver son Estat, ains seulement pour meriter de plus en plus leurs caresses, et ne point perdre leurs bonnes graces qui luy estoient trop [si] cheres et trop [si] sensibles ; s’imaginant sans doubte qu’il n’y avoit pas plus de mal de [167] reverer leurs Idoles, que d’adorer leurs beautés [leur beauté] innocemment et passionnement comme il faisoit tous les jours36.

  • 37  Regum, lib. 1. cap. 16.
  • 38  Regum, lib. 4. cap. 5.
  • 39  Ibidem, vers. 18-19.
  • 40  Hist. du Conci. de Trente, liv. I.

24Samuel allant oindre David en Bethleem, prist par Commendement de Dieu un veau sur ses espaules, et pour tromper Saul feignit qu’il alloit sacrifier au seigneur37. Naman Sirus aiant receu guerison de sa lepre par les mains du prophete Elisée, reconut que le Dieu d’Israel estoit le vray seigneur auquel seul se debvoit l’adoration, et non a l’Idole38 ; mais se resouvenant que le Roy luy donnoit la main a l’entrée du Temple de Remmon, et qu’il perdroit sa grace s’il ne fleschissoit le genoux devant l’idole avec luy, pria le prophete de le recommender a Dieu, s’il tomboit en ceste faulte ; hoc autem solum est, de quo depreceris Dominum pro servo tuo, quando ingredietur Dominus meus templum Remmon, adorante eo in eodem loco, ut ignoscat mihi Dominus servo tuo pro hac re ; qui dixit ei, vade in pace39 ; allés, ne vous mettés en peine, Dieu ne veult que vostre interieur, donnés ceste Complaisance au Roy ; Fra Paolo Soave parlant de ceste mesme chose dans son histoire du concile de [168] Trente, dit, que le prophete Elisée ne trouva point d’inconvenient que le chef d’armée de Sirie, apres s’estre converty a la vraie religion, s’inclina au Temple de l’idole quand le Roy s’y inclineroit s’appuiant sur son bras40.

  • 41  Regum, lib. 4. cap. 17.
  • 42  Ibidem.

25Quand Salmanasar [le] Roy des Assiriens s’empara de la terre des Israelites, et qu’il la remplit de ses sujets, et des colonies nouvelles qu’il y avoit amenées avec soy ; ces peuples qui estoient Idolatres, voulant continuer leur fausse Religion dans [dedans] ce Roiaume avec la mesme liberté qu’ils faisoient au leur, furent devorés la plus part par des Lions qui les deschiroient et les mettoient a mort ; de quoy le Roy estant adverty ordonna qu’on fit venir les prestres des Israelites pour les instruire en la vraie foy ; apres quoy ils se mirent a adorer le Seigneur, sans pourtant negliger leurs Idoles suivant leurs anciennes coustumes, ce que le Roy fut contraint de souffrir pour ne point troubler l’Estat, et semble de plus que Dieu ne l’ait point improuvé, ny trouvé mauvais, puisqu’il dit ; fuerunt igitur gentes istae timentes quidem Dominum, sed nihilominus et idolis suis servientes41 ; n’y aiant [169] point d’apparence que Dieu ait voulu declarer si nettement et si clairement que les Assiriens estoient peuples craignans Dieu, encore qu’ils servissent et sacrifiassent a leurs Idoles ; donna ceste Idolatrie a l’humeur du peuple, a la necessité de l’Estat, a la police generale du Roiaume, et a la coustume de leurs peres ; comme luy mesme tesmoigne, disant ; nam et filii eorum, et nepotes, sicut fecerunt patres sui, ita faciunt usque in praesentem diem42.

  • 43  Genes. cap. 34.

26Hemor, prince de Sichem sachant que son fils et l’heritier de sa terre avoit forcé Dina fille de Jacob, et sœur des douze patriarches, se resolut pour les appaiser et reparer ceste injure, de la demander pour femme, leur offrant de la dotter richement et superbement. Mais comme il ne voulut [ils ne voulurent] entendre a ce mariage a cause de la contrarieté de Religion, et que leur loy leur deffendoit de s’allier avec des estrangers paiens et Idolatres ; ils luy promirent neant moins que s’il vouloit se faire de la leur [qu’]ils entendroient a son alliance, et [qu’ils] escouteroient ses propositions ; sur ces belles parolles, et sur ces esperances, Hemor se fit circoncir, et tous ses sujets en un jour, [170] croiant qu’il accompliroit ce mariage, et que par la il gaigneroit le cœur et la volonté de Jacob, et de ses enfans ; mais au contraire Simeon et Levi freres de Dina se servan de l’occasion entrerent par force dans la ville le troisieme jour apres la circoncision lors que les plaies faisoient le plus de douleur, tuerent ce prince, et passerent tous ses sujets au fil de l’espée ; ainsi le pauvre seigneur de Sichem, quoy qu’il se fut fait Juif, tant pour conserver son Estat, que pour suivre la vraie religion, et s’allier avec eux, fut neant moins traitté de la sorte par les enfans de Jacob qui en furent severement blasmés par le bon pere quand il sceut leur procedé [procedure] ; quibus patratis audacter Jacob dixit ad Simeon et Levi, turbastis me, et odiosum fecistis me Chananeis et Pheresaeis habitatoribus terrae hujus43.

  • 44  Regum, lib. 3. cap. 12.
  • 45  Deutero. cap. 10. vers. 5.

27Apres la mort de Salomon, son sceptre tomba entre les mains de son fils Roboam, qui estant parvenu a la Couronne, ses sujets luy demanderent quelque diminution des grands imposts dont son pere les avoit surchargé ; qui au lieu de les soulager, les foula davantage par un mauvais conseil ; ce qui fit que ce peuple se [171] revolta, et d’un consentement si general, que de douze tributs il n’y en eut que deux, celle de Juda et de Benjamin, qui demeurerent en son obeissance ; les auttres elisant Jeroboam pour leur Roy, qui establit son throsne a Sichem, puis a Thersa, et enfin a Samarie, ou par des moiens dignes d’un des plus grands politiques de l’ancienne Loy, il retient ce peuple si souple et si soubmis a ces commendemens, que jamais il ne reconut depuis le souverain du quel ils s’estoient separés. Or un des principaux moiens dont il se servit fut qu’aiant consideré qu’il n’y avoit rien qui put inciter ce peuple a se remettre sous l’obeissance de Roboam que la frequentation qu’ils avoient avec les deux tributs qui restoient en Jerusalem, ou il faloit comparestre trois fois l’année dans le temple devant le seigneur ; il establit en Samarie le mesme object d’adoration. Et parce que l’Arche estoit dedans le temple de Jerusalem, avec les cherubins que Moise avoit fabriqué suivant l’exemple que Dieu luy avoit monstré sur la montagne. Jeroboam en fit faire de mesme en Samarie ; excogitato consilio, fecit duos vitulos aureos, et dixit eis, nolite ultra ascen[172]dere Jerusalem, ecce Dii tui Israel qui te eduxerunt de terra Ægipti44 ; et en mit un en Bethel, et l’auttre a Dan, sans qu’il fut necessaire de faire une Arche, la quelle n’avoit esté dressée que pour tenir les tables rompuës de la Loy, comme il est porté dans l’Exode ; reversusque de monte, dit Moise, descendi, et posui Tabulas in Arcam quam feceram, quae hucusque ibi sunt, sicut mihi praecepit Dominus45.

  • 46  Gregor. De Resp. lib. 13. cap. 11. num. 8.
  • 47  Menoch, Instit. Politic. lib. 2. cap. 2.
  • 48  Clasen, De Relig. politica, cap. 10.

28Et ne fault pas doubter que les cherubins de Moise n’eussent esté en forme de veaux, puisque Jeroboam les imita, et que s’ils eussent esté d’une auttre figure, il les auroit fait de mesme, se gardant bien de les faire auttrement, puisqu’il vouloit retenir et conserver son peuple par le mesme culte qui se rendoit en Jerusalem ; auttrement quelle imprudence a luy de vouloir dans un commencement de regne, introduire une Religion qui n’auroit pas esté conuë ; ce qui seul auroit esté capable de renverser son establissement, et d’obliger ces nouveaux sujets a s’en retourner, tant il est dangereux d’innover en matiere de Religion. [173] Outtre que ne faisant cela que pour s’accommoder a l’humeur de son peuple, et par la le conserver en son obeissance, et son Roiaume en repos, comme remarque Gregoire en sa Republique46,et Menoch, en ses Institutions politiques47 ; il ne pouvoit, ny debvoit en user auttrement, comme tesmoigne Clasen quand il dit ; quod fecit Jeroboam tanquam prudens politicus qui Religionem ad suum commodum convertit, quod nisi fecisset, in metu fuisset ne populus haebreus iterum Regi Judaeae adhaesisset48.

  • 49  Exod. cap. 25. vers. 40.
  • 50  Exode, cap. 23. vers. 20.
  • 51  Exode, cap. 33. vers. 14.
  • 52  Exode, cap. 32. vers. 21.

29Que les cherubins que Moise fit a l’Arche ne fussent en forme de veaux, celuy qu’Aaron fit au desert a la priere des enfans d’Israel le monstre assés ; puisque ce souverain pontife ne fit rien que ce qu’il croioit que Moise auroit fait s’il eut esté present. C’est pourquoy il fit un cherubin suivant l’exemplaire qui fut monstré a Moise, comme aussi a luy mesme, et aux septante vieillards ; inspice, et fac secundum exemplar quod tibi in monte monstratum est49. Et en cest exemplaire ils virent la gloire de Dieu telle qu’Ezechiel, et st Jean virent apres, qui estoit Dieu mesme assis entre quattre cherubins, dont l’un avoit la [174] figure d’un homme, l’auttre d’un Lion, le troisième d’un veau, et le quatrieme d’un aigle ; et c’estoit dessus ces cherubins visibles comme en un throsne, que les enfans d’Israel en leur voiage debvoient avoir Dieu invisible qui leur en avoit souvent fait la promesse par la bouche de Moise ; ecce ego mittam Angelum meum qui praecedat te, et custodiat in via, et introducat in locum quem paravi50. Et puis expliquant comme luy mesme resideroit sur cest Ange nommé du nom, Elohim, Dii, qui est un mot commun aux Anges, il adjoute ; et erit nomen meum in illo, et facies mea praecedet te, et requiem dabo tibi51. Ces promesses donc si souvent faittes au peuple par Moise qu’on croioit mort ou perdu pour sa longue absence, fut cause qu’ils demanderent a Aaron comme a son successeur l’accomplissement de ces parolles en luy disant ; surge, fac nobis Deos qui nos praecedant ; Moisi enim huic viro qui nos eduxit de terra Ægypti, ignoramus quid acciderit52 ; nous ne scavons qu’est devenu Moise qui nous debvoit faire cest Ange qui doibt marcher devant nous, fais nous le toy mesme affin que nous entrions dans ceste terre promise. [175] Ce qui obligea et forcea en quelque facon Aaron de leur faire un de ces cherubins sur le quel il avoit veu Dieu assis.

  • 53  Regum, lib. 4. cap. 10. vers. 30.

30De demander pourquoy il representa plustost celuy qui avoit la figure d’un veau, qu’un des trois auttres, c’est parce que ceste figure estant plus absurde en apparence que les trois auttres, il croioit qu’ils auroient moins d’inclination pour l’adorer. Et si Dieu en fut irrité, ce n’est pas a cause de la statuë, mais parce qu’elle fut adorée, comme il conste par l’Escripture qui ne fait aucune mention qu’Aaron en ait jamais esté repris. De sorte qu’il fault conclure que ce cherubin qui se voioit en l’Arche estant fait en forme de veau ; Jeroboam l’aiant imité ne fut aucunement Idolatre, mais schismatique seulement pour s’estre separé du culte qui se faisoit en Jerusalem ; encore qu’il luy en arriva autant qu’a Aaron quelque bon dessein qu’il en eut, en ce qu’il y eùt une partie du peuple qui l’adora, de quoy Dieu le reprit et le blasma. Estant veritable que son intention n’estoit aucunement suspecte d’Idolatrie, parce que les Rois ses successeurs qui tindrent la mesme creance ne sont point repris de crime [176] jusques a l’impie Achab seduit par Jesabel sa femme ; l’histoire des Rois nous assurant que Jehu fit ce qui estoit aggreable aux yeux du Seigneur, encore qu’elle tesmoigne, que ; non reliquit vitulos aureos qui erant in Bethel et in Dan ; dixit autem  Dominus ad Jehu, quia studiosè egisti quod rectum erat, et placebat in oculis meis, filii tui usque ad quartam generationem sedebunt super thronum Israel53 ; ce qui fait voir que si ce Roy eut adoré un veau, comment il eùt pù faire ce qui estoit agreable a Dieu, qui n’a jamais si severement puni son peuple que lors qu’il s’est abandonné apres le culte des Idoles.

  • 54  Bolduc, De Ecclesia ante legem, lib. 2. cap. 19.

31Il est vray que nous lisons que Jeroboam fut puni de Dieu, mais ce fut, outtre ce que nous venons de dire, pour avoir estably des prestres qui n’estoient pas de la tribu de Levi, et qu’il entreprit d’offrir de l’encens, et de sacrifier solennellement au prejudice du grand pontife. Le Pere Bolduc capucin en donne une auttre raison quand il dit, que Jeroboam ne pecha point pour avoir estably ces deux Temples dans son Roiaume, mais pour avoir mis des veaux d’or a la facon des Ægiptiens, et non [177] des cherubins en forme d’homme, comme il estoit prescript par Moise54.

  • 55  Moncaeius, De vitulo aureo, lib. 1. cap. 7.
  • 56  Regum, lib. 3. cap. 12. vers. 26.
  • 57  Genebrard, in Chronol. hic.

32Monceius, qui a fait un livre entier sur ce sujet, et qui justifie par tout la maxime de ce nouveau Roy, dit que ; regnum novum stabilire, subditosque in officio retinere aliter non posset veritus, quam si Religione patria, et sacrorum usu ad ejus formam qui in Juda servabatur, domi instituto, a frequentandis Hierosolimis averteret55 ; ce que l’Escripture ste exprime puissamment par ces parolles ; Dixitque Jeroboam in corde suo, nunc revertetur Regnum ad domum David, si ascenderit populus iste ut faciat sacrificia in domo Domini in Jerusalem ; et convertetur cor populi hujus ad Dominum suum Roboam Regem Judae ; interficient que me, et revertentur ad eum56. Ce mesme Autheur, pour excuser davantage le procedé de Jeroboam, il fait un chapitre exprés qui est le quatorzieme de son premier livre, pour faire voir, comme porte son tiltre ; pietatis cultum cum vitulorum usu in Israel conjunctum fuisse ; et illum quidem, cum Deo acceptissimus esset, ubertim etiam ab eodem laudatum et remuneratum ; ce qu’il prouve [178] par plusieurs exemples qu’il rapporte dans ce mesme chapitre ; soustenant formellement au 7 et 8 precedens qu’il n’offenca point en establissant ce sorte de culte, pour affermir son Roiaume, et maintenir ses sujets dans une obeissance qu’il vouloit se conserver. Genebrard parlant de ceste histoire dans sa chronologie, dit ; Jeroboamum magis schismaticum quam Apostatam, vel Idololatram fuisse, dum noluit sacrificare Jerosolimis57 ; parce qu’il observoit ponctuellement touttes les ceremonies mosaiques.

  • 58  Judith, cap. 10. vers. 19 et 20.

33Quand Judith fut trouver Holoferne, elle se jetta a ses pieds, et joingnant les mains elle l’adora, avec des parolles si estudiées et si dissimulées, qu’elle fut escoutée de ce prince avec plaisir, et de tout son conseil qui les prirent pour veritables ; videns itaque Judith Holophernem sedentem in conopeo quod erat ex purpura et auro, et smaragdo et lapidibus preciosis intextum ; et cum in faciem ejus intendisset, adoravit eum, prosternens se super [179]terram ; et elevaverunt eam servi Holophernis jubente Domino suo58. Que veult on de plus formel pour faire voir comme ceste femme inspirée de Dieu, accommoda la Religion a l’Estat pour le maintenir en paix, adorant un homme et un paien contre les deffences de sa Loy, et la raison naturelle mesme ?

  • 59  Esther. cap. 8. vers. 17.
  • 60  Feu-Ardent, in Esther, hic.

34Nous lisons dans Esther qu’Assuerus Roy des Perses apres plusieurs intrigues de Cour, aiant fait perdre Aman, pour mettre Mardochée en sa place, les Juifs en tesmoignent tant de joie, et s’en rendirent si redoutables et si recommendables, que ceux qui les mesprisoient et leur commendoient un peu auparavant, se firent circoncire, embrasserent leur Religion et suivirent leurs ceremonies pour captiver leurs bonnes graces, et conserver leurs biens avec le repos de leurs familles ; apud omnes populos, urbes, atque provincias, quocunque Regis jussa veniebant, mira exultatio, epulae, atque convivia, et festus dies ; in tantum ut plures gentis alterius et sectae, eorum Religioni et ceremoniis jun[180]gerentur ; grandis enim cunctos judaici nominis terror invaserat59. Ce qui a fait dire a Feu-Ardent en ses commentaires sur ce passage ; in his etiam conspice, quam sit  varium et mutabile vulgus ; qui non ita pridem armis accincti erant ad delendos Judaeos, quod his, et Aman, et Assuerus adversarentur ; nunc quoniam illos favore suo complectitur Rex, eosdem suscipiunt, honorant, venerantur ; quin etiam eorum sacros coetus frequentant, et Religioni adjunguntur60.

  • 61  Joseph, Antiq. Iudaiq. lib. 13. chap. 17.

35Hircanus aiant subjugué les Idumeens, fit un Edict par le quel il ordonna qu’ils fussent tous circoncis, et vesquissent selon la Loy et la Religion des Juifs a peine d’estre chassés du pais ; ce qu’ils firent pour se maintenir, aimans mieux suivre et practiquer les ceremonies des Juifs, que d’abandonner leurs biens et leurs familles61.

  • 62  Sixt. Senens. Biblio. Sancta, lib. 4. verbo Septuaginta duo interpret.

36Sixtus Senensis ce scavant jacobin, parlant de la version des Septante, des quels il rapporte tous les noms et les tributs dont ils estoient, dit que ces septante deux hebreux aians esté priés par Ptolémée Philadelphe second Roy d’Ægipte ; de vouloir traduire le Vieux Testa[181]ment d’hebreux en Grec, ce que personne n’avoit encore entrepris ; et que ce Roy curieux apprehendant ; ne plenè ac ingenuè interpretarentur veritatem Divinis voluminibus insertam62 ; il les envoia dans l’isle de Pharos, chacun dans une chambre a part pour travailler plus tranquillement et plus fidellement a ce grand ouvrage ; ce qu’ils firent avec tant de bonheur et tant de gloire, qu’ils se trouverent uniformes en touttes leurs pensées et leurs parolles ; Ita ut Rex, ac ipsi Gentiles manifestè agnoscerent, non humano, sed Divino nutu Divinas illas scripturas fuisse interpretatas ; ce qui aggrea tellement a Ptolomée qu’il les fit mettre dans sa Bibliothèque si celebre parmy tous les scavans. Sciendum tamen est, dit nostre Jacobin, hos 72 interpretes multa prophetarum testimonia de Christo, ac sancta Trinitate in sua translatione praetermisisse, non quidem ex incuria et malitia, sed pio prudentique consilio, et non levibus de causis tacuisse. Et entre auttres raisons considerables que cest Autheur rapporte, voicy celle qui fait a nostre sujet, disant ; Neptolemeum Regem scanda[182]lisarent, multa de filio Dei, ac de ejus adventu occultarunt ; ne forte Rex audiens Deum habere filium, putasset Judaeos juxta Platonis Dogma, duplex habere Divinitatis numen, et duos Deos adorare, &a His igitur justissimis causis multa a 72 Interpretibus omissa sunt, quae posterioribus interpretibus novas editiones parandi occasionem praebuere. Ce qui semble confirmé de Dieu mesme, puis que tous uniformes en ce mesme silence et ce mesme desguisement, escrivans separés les uns des auttres pour les raisons susdittes, ils ont tronqué et alteré l’Escripture saincte, crainte de fascher ce Roy, et pour se rendre eux et leurs ouvrages plus aggreables a ses yeux. Nous dirons encore quelque chose sur la fin de ceste maxime touchant la version que nous avons aujourdhuy ?

  • 63  Regum, lib. 3. cap. 12. [3 Rois, 12, note de l’éditeur]
  • 64  Ibidem, vers. 28. [3 Rois, 12, 28, note de l’éditeur]
  • 65  Lib. 13. [Pierre Grégoire, République, XII, 3, éd. 1609, p. 423, note de l’éditeur]
  • 66  Lib. 2 cap. 2. [Menochio, Hieropoliticon, II, 2, note de l’éditeur]

37[63Jeroboam Roy d’Israel, craignant que les siens ne le quittassent et ne le missent a mort pour suivre Roboam Roy de Juda, s’il leur permettoit d’aller faire leurs sacrifices et prieres en Hierusalem qui en estoit la Capitale ; apres s’estre conseillé la dessus, il leur fit dresser deux veaux d’or, puis leur dit, enfans d’Israel n’allés plus en Hierusalem, voicy vos Dieux qui vous ont tiré de la Captivité d’Egipte ; Ex cogitato consiliofecit duos vitulos aureos, et dixit eis, nolité ultra ascendere in Hierusalem, ecce Dii tui Israel, qui te eduxerum de terra aegiti64; accomodant ainsi la religion a l’humeur de ses sujets pour conserver son Roiaume, comme Gregoire65remarque en sa republique, et Menoch66dedans ses institutions politiques.]

  • 67  Machabeor. lib. 2. cap. 8.
  • 68  Menoch, Instit. politic.lib. 2. cap. 2.

38Jason pour se conserver la charge de grand prestre et sacrificateur des Juifs, fit des sacrifices [sacrifia] avec les Gentils, et favorisa leur Religion en tout ce qu’il put au prejudice de la sienne67 ; quae adminicula, dit Menoch, ad stabiliendum sibi principatum sacerdotum fore putavit68.

  • 69  Regum, lib. 4. cap. 16.

39Achaz Roy de Juda, pour se concilier l’amitie [183] du Roy des Assiriens, et faire en sorte qu’il ne luy fit point la guerre, voire [et] qu’il le protegea contre le Roy de Sirie et celuy d’Israel, sacrifia a la mode des Gentils, [mesme] consacra son propre fils le faisant passer par le feu ; insuper et filium suum consecravit, transferens per ignem secundum idola Gentium ; immolabat quoque victimas, et adolebat incensum in exelcis, et in collibus, et sub omni ligno frondoso ; et misit nuncios ad regem Assiriorum dicens, servus tuus et filius tuus ego sum, ascende et salvum me fac de manu Regis Siriae, et de manu Regis Israel, qui consurrexerunt adversum me69 ; ce qui le mit a couvert luy et son Roiaume.

  • 70  Esdras, lib. 1. cap. 1.

40Cyrus Roy de Perse, aiant conquis le Roiaume de Babilone ou les Juifs estoient en captivité, les mit tous en liberté, et les renvoia en Jerusalem pour y rebastir le Temple, et vacquer a leur Religion sans aucun trouble, mesme leur rendit les vaisseaux d’or et d’argent de leur Temple, encore qu’il fut paien, voulant par la se conserver ce grand Empire [184] nouvellement conquis [acquis], tolerant une Religion et des ceremonies qu’il n’approuvoit point, puisqu’il ne les practiquoit [suivoit] pas70.

  • 71  Regum, lib. 1. cap. 13, vers. 11-12.

41Saul estant repris par Samuel d’avoir sacrifié aux Idoles, crainte de perdre son Roiaume, ne luy donne auttre justification de son action sinon qu’il a esté contraint de ce faire voiant que le peuple l’abandonnoit, et que les Philistins s’approchoient pour le combattre ; quia vidi quod populus dilaberetur a me, necessitate compulsus, obtuli holocaustum71 ; la version hebraique porte ; vim mihi feci, ut scilicet, disent les Interprettes, contra voluntatem meam, et tuum praeceptum sic sacrificarem. Et Sa, en ses nottes sur ce passage, dit ; feci reclamante conscientia, vincens animum dictantem non faciendum hoc ; si je me suis ainsi accommodé a la Religion de mes ennemis, ce n’a esté que par force, la necessité m’y a contraint, la conservation de mon Estat le vouloit ainsi, a moins que d’estre Roy, je ne l’aurais pas fait ; j’ay crù que je pouvois un peu m’escarter, pour empescher la ruine et le [185] desbris de tant de peuples innocens qui sont sous moy, et qui ne sont aucunement coupables des desseins, ny du Gouvernement [de l’imprudence] de leur prince.

  • 72  St. Hierosme, in 2 ad Galat.
  • 73  Regum, lib. 4. cap. 10. vers. 30.
  • 74  Mariana, hic.

42St Hierosme l’une des principales Lumieres de l’Eglise, et le plus clair-voiant dedans les faits et les actions des hebreux, tient pour saine et veritable l’opinion de ceux qui avoient soustenu devant luy, que Jehu Roy d’Israel avoit utilement et innocemment feint qu’il estoit Idolatre de Baal [Balaal] pour mettre son Estat en repos72 ; Le texte pur de l’Escripture saincte semble y estre formel quand il dit ; dixit autem Dominus ad Jehu, quia studiosè egisti quod rectum erat, et placebat in oculis meis, et omnia quae erant in corde meo fecisti contra domum Achab (duquel il tua les septante-deux fils) filii tui usque ad quartam generationem sedebunt super thronum Israel73. Et Mariana annotant ce passage, dit ; bonus Dominus, opera bona quamvis imperfecta, et aliis maculis foeda, praemiat tamen74 ; excusant et authorisant l’Idolatrie [186] de Jehu, parce qu’elle tendoit a un grand bien, et qu’il n’y a si grand deffault qui n’ait son contrepoison, et qui ne se puisse effacer par une vertu encore plus grande, puisque c’est la fin de l’action qui fait juger de l’intention de celuy qui la met en practique.

  • 75  Paralippom. lib. 2. cap. 20. vers. 32-33.

43L’Escripture saincte louë plusieurs Rois d’Israel, parce dit elle qu’ils suivent les vestiges de David ; mais elle adjoute aussi, qu’ils n’abbattirent point les Idoles de Jeroboam, les quelles ils n’adoroient pas veritablement, mais souffroient que d’auttres les adorassent pour maintenir la tranquillité dans leurs Estats, et leurs sujets dans l’obeissance, ce que quelques uns de Juda firent aussi a mesme fin ; c’est pourquoy elle restreint leur louange par ceste clause generale parlant de Josaphat Roy de Juda ; qui ambulavit in via patris sui Asa, nec declinavit ab ea, faciens quae placita erant coram Domino ; verumtamen excelsa non abstulit, et adhuc populus non direxerat cor suum ad Dominum Deum patrum suorum75. Les taxant et les uns et les auttres d’avoir moins deferé a l’honneur de Dieu, qu’a des considerations [187] temporelles et humaines ; estant vray aussi que [presque tous les Rois d’Israel, et quelques uns de ceux de Juda ont suivy l’idolatrie pour soulager leurs sujets, et causer le bien et l’utilité de leur Estat ;] l’ancien Testament, et les Autheurs prophanes de ce [son] temps la, ne nous apprennent auttre chose sinon, que la Religion estoit plus [plustost] de police, que de debvoir ; et que par ainsi on l’accommodoit facilement au bien et a l’utilité [l’avancement] de l’Estat selon que les occasions presentes le demandoient, et les necessités du peuple le requeroient.

44Le Nouveau Testament a ses exemples aussi bien que le Vieux, les quels ne sont pas [aussi qui ne seront pas] de moindre Authorité, puisque le Sauveur du monde mesme, et le Roy [Maistre] des Rois, non content de les enseigner, les a encore tres exactement practiquées pour introduire sa Loy, establir son Empire universel, et reduire ses creatures au poinct d’obeissance et de submission qu’il desiroit d’elles.

45Les moins instruits dans [dedans] la Religion chrestienne scavent, qu’encore bien que Jesus Christ soit venu au monde pour abolir la Loy des Juifs, et ruiner touttes leurs ceremonies Legales ; neant moins ne le voulant pas faire de puissance absoluë, [188] comme il pouvoit, [il] s’accommoda a leurs facons de faire pendant qu’il fut parmy eux ; et pour agir en homme, comme il en avoit pris la forme et la  Nature, practiqua avec la ste Vierge sa mere presque tout le temps de sa vie des choses qu’il n’approuvoit point, puisqu’il vouloit les ruiner et les abolir comme elles sont.

  • 76  St Luc, cap. 2. vers. 21.
  • 77  Ibidem, vers. 22.
  • 78  St Math. cap. 3. vers. 13.
  • 79  St Math. cap. 8. vers. 4.
  • 80  St Jean, cap. 6. vers. 4.
  • 81  St Math. cap.17. St Marc, cap. 9. St Luc, cap. 9.

46Les Evangelistes sont d’accord, que le huictieme jour apres qu’il fut né, il se fit circoncir comme un Juif76, quoy qu’il en fut le destructeur ; et quarante jours apres la Vierge, et st Joseph le porterent dans le Temple de Jerusalem, pour satisfaire aux deux loix de Moise ; l’une pour purifier la mere, quoy que sans tache, et l’auttre pour offrir les deux tourterelles pour rachepter le fils en qualité de premier né [les premiers nés]77 ; et ne quitta leur Religion et leurs ceremonies que le trentieme an de son aage lors qu’il se fit baptiser dans le Jourdain par st Jean Baptiste78, et par ainsi demeura dedans la Loy des Juifs tout le temps de sa vie, a la reserve des quattre dernieres années. Mesme depuis son Baptesme estant en Galilée apres avoir [aiant] gueri un lepreux en le touchant, luy commenda [189] tres expressement de ne le dire a qui que ce soit, mais au contraire d’aller trouver le prince des prestres de la loy, de se monstrer a luy, et d’offrir le sacrifice que Moise avoit commendé de presenter pour la guerison de ceste maladie ; vide, nemini dixeris ; sed vade, ostende te sacerdoti, et offer munus quod praecepit Moises in testimonium illis79. En ce mesme temps il fut derechef en Jerusalem pour celebrer la feste de Pasques avec les auttres Juifs, tout baptisé qu’il estoit80. Bien plus, quand il se transfigura sur la montagne de Thabor, en [la] presence de st Pierre, de st Jacques, et de st Jean, tous trois Apostres et ministres de sa Loy ; incontinent Moise, et Helie se trouvant la, parlerent et consulterent avec luy, sans que ces trois Apostres aient [eussent] auttre part en ceste conference secrette qu’un estonnement qui leur troubla [tous] les sens, encore qu’ils fussent les principaux de ceux dont il pretendoit se servir pour abolir la Loy des Juifs ; et ne sceurent quoy que ce soit de tout ce qui se passa en ceste assemblée, et ne virent pas seulement disparestre ny Moise, ny Helie ; au contraire Jesus Christ en descendant [190] la montagne avec eux, leur commenda de ne point parler de ceste vision tant qu’il seroit mort et resuscité, ce qu’ils firent81.

  • 82  St Jean, cap. 7. vers. 10.
  • 83  St Luc, cap. 7. Cette phrase est barrée dans le Ms de 1643.

47Le mesme sauveur assista a l’inconu a la feste des Tabernacles en Jerusalem avec les auttres Juifs ; ascendit ad diem festum non manifestè, sed quasi in occulto82. Disnant chez un pharisien qui l’avoit invité, il se mit a table sans laver ses mains, a cause que la Loy des Juifs ne le permettoit pas, de quoy le pharisien fut si scandalisé qu’il luy en fit reproche83. Il assista [se trouva] a la dedicace du Temple establi par Judas Machabée en la ville de Jerusalem.

  • 84  Le P. Petau, de la penitence publ. part. 1. liv. 2. chap. 3. num. 2. 3.
  • 85  1 ad Corinth. cap. 19.
  • 86  1 adCorinth. cap. 32.

48Pour donc continuer ceste preuve importante et considerable, je me serviray des termes et du raisonnement d’un Autheur moderne tres docte et tres religieux84 qui parlant de ceste mesme maxime, dit que ; Jesus Christ a esté si accommodant et si pliable a touttes les facons de comportemens, usages, et actions de la vie commune, dans les termes de la bien seance et honnesteté, qu’il desroboit les cœurs de tous ceux qui l’abordoient et traittoient avec luy, et les gaignoit par ceste douceur aimable et deferente aux habitudes et facons ordinaires ; ainsi les Apostres ont excellé en ceste accortise et nommement le Docteur et Maistre des Gentils, qui sembleroit en faire Vanité, si on ne scavoit la pureté de ses intentions. Ce grand cœur plein de zele et de courage se glorifie, que n’estant sujet a personne, il s’estoit assujetti a tous les hommes, affin d’en gaigner beaucoup a Dieu ; qu’il s’estoit fait Juif avec les Juifs, et avec les Gentils qui n’estoient obligés a la loy comme un d’entre eux ; nam cum liber essem ab omnibus, omnium me servum feci, ut plures lucri fa[192]cerem ; et factus sum Judaeis tanquam Judaeus, ut Judaeos lucrarer ; iis qui sine lege erant tanquam sine lege essem85 ; ainsi avec les foibles il devenoit foible, et se faisoit tout a tous, pour sauver tout le monde, et ne rebuter personne ; factus sum infirmis, infirmus, ut infirmos lucri facerem ; omnibus omnia factus sum, ut omnes facerem salvos. Puis faisant la mesme lecon aux chrestiens, il les exhorte a ne scandaliser personne ; gardés vous bien, dit-il, de scandaliser qui que ce soit, ny les Juifs, ny les Gentils, ny l’Eglise de Dieu ; comme vous voiés que je tasche d’aggreer a tout le monde, ne cherchant pas ce qui m’est utile, mais ce qui est utile a plusieurs affin qu’ils se sauvent ; sine offensione estote Judaeis et Gentibus, et Ecclesiae Dei ; sicut et ego per omnia omnibus placeo, non quaerens quod mihi utile est, sed quod multis, ut salvis fiant86.

  • 87  Tertul. De praescript. adversus haeretic. cap. 23 et 24. et lib. 1 Contra Marcio, cap. 20.
  • 88  Tertulian. lib. 4. Contra Marcio. cap. 3.

49Plusieurs peres Grecs et Latins remarquent, et Tertulian des premiers, que st Pierre et st Paul ont simulé dedans l’observation de la Loy, et qu’ils ont sceu accommoder la Religion qu’ils preschoient avec tant d’ardeur, au dessein [193] qu’ils avoient de l’establir comme ils ont fait si glorieusement ; voicy comme il en parle ; si reprehensus est Petrus, quod cum convixisset Ethnicis, postea se a convictu eorum separabat personarum respectu, utique conversationis fuit vitium, non predicationis ; non enim ex hoc alius Deus quam creator, et alius Christus quam ex Maria, et alia spes quam resurrectio annuntiabatur. Sed respondendo quasi pro Petro, ipsum Paulum dixisse, factum se omnibus esse omnia, Judaeis Judaeum, non Judaeis non Judaeum, ut omnes lucri faceret ; adeo pro temporibus et personis et causis committebant, quemadmodum si et Petrus reprehenderet Paulum quod prohibens circoncisionem, circonciderit ipse Timotheum87. Si on trouve a redire que st Pierre ait quelque fois mangé et conversé avec les paiens, et que puis apres il s’en soit abstenu crainte d’irriter les chrestiens, ce n’est qu’un deffault de conversation, et non pas une erreur de la Religion qu’il enseignoit ; Dieu ne laisse pas d’estre nostre Createur pour cela, ny le Christ fils de Marie ; et l’esperance que nous avons de la resurrection n’est point [194] perduë ny diminuée par ceste communication ; et si mon Zele et mon affection peult quelque chose a la justification de ceste action, et de celle de st Paul qu’on accuse de s’estre accommodé a l’humeur et aux facons de faire de ceux avec les quels il conversoit, faisoit le juif avec les Juifs, et n’en tesmoignant rien avec ceux qui ne l’estoient pas ; je puis respondre et assurer que ceste complaisance ne provenoit que du desir qu’il avoit de gaigner et les cœurs et les ames tout ensemble ; et que les uns et les auttres savoient prendre leur temps, qu’ils regardoient bien a qui ils avoient affaire, qu’ils faisoient semblant d’approuver des choses qu’ils condemnoient en eux mesmes, et que souvent ils censuroient celles qu’ils venoient de faire, comme fit st Paul qui deffendoit la circoncision, au mesme temps qu’il venoit de circoncire Timothée qu’il destinoit pour instruire les Juifs en la foy chrestienne. C’est pourquoy dit ce mesme Tertulian, St Paul se rendant tout pour tous, et s’accommodant a l’humeur d’un chacun  affin de les attirer a soy plus facilement ; il put aussi de son costé donner cest [195] advis a St Pierre, de faire des choses qu’il n’approuvoit pas, et que mesme il ne conseilleroit pas sans un plus grand bien qui le portoit a cela ; et tamen cum ipse Paulus omnibus omnia fieret, ut omnes lucraretur ; potuit et Petro hoc in consilio fuisse, aliquid aliter agendi quam decebat88.

  • 89  St Hieros., Epist. 11. apud Stum August. tom. 2. cap. 3. 4.

50St Hierosme en l’une de ses Epistres trouvée parmy celles de st Augustin soustient par diverses raisons l’opinion de Tertulian, disant que st Paul n’a pas moins simulé en ses actions, que St Pierre qu’il reprenoit ; voicy comme il en parle ; considerons un peu si st Paul qui reprend st Pierre, n’en a pas fait autant pour le moins, quand il a circoncis Timothée pour plaire aux Juifs, encore qu’il ne fut que le fils d’une vefve juifve, et d’un pere Gentil ; O Paul, st Apostre qui avés blasmé la simulation en st Pierre a cause qu’il se retiroit d’avec les Gentils pour la crainte des Juifs ; pourquoy avés vous contre vostre opinion et la Doctrine que vous enseignies, contraint Timothée qui estoit fils d’un Gentil, et qui par consequent[196] suivoit la Religion de son pere, de se circoncire luy qui n’estoit pas Juif, puisque depuis tant de temps il ne l’avoit pas fait ? Vous me respondrés que c’estoit a cause des Juifs qui estoient en ces quartiers la ; vous donc qui scavés vous pardonner en la circoncision de vostre Eglise [disciple] venu d’entre les Gentils, pardonnés aussi a st Pierre vostre ancien ce qu’il pourroit avoir fait pour crainte des Juifs fideles. Vous tondistes votre teste en cenchres conformement a la loy des Nazareens ; mais ces choses sont petittes et dignes d’excuse au regard de celles qui suivent, ou vous faittes [il fait] semblant d’observer la Loy ; O Paul je vous interroge encore la dessus ; pourquoy avés vous rasés vostre teste ? Pourquoy avés vous esté nuds pieds ? Pourquoy avés vous offert des sacrifices aux ceremonies des Juifs ? Et pourquoy y-a-il des hosties immolées pour vous selon la loy ? Vous me respondrés que c’estoit pour ne pas scandaliser ceux qui d’entre les Juifs n’avoient pas crù en la parolle que vous annonciés ; que vous avés donc contrefait le Juif, pour gaigner les Juifs, [197] st Jacques, et les auttres prestres vous ont enseigné ceste simulation, et neant moins vous n’avés pù eschapper, lors que s’estant esmù une sedition, et vous sur le poinct d’estre tué, vous fustes pris par le Tribun, crainte que les Juifs ne vous fissent mourir comme simulateur et destructeur de la Loy. Ainsi nous apprenons que st Pierre et st Paul, dit ce mesme Docteur de l’Eglise, pour l’apprehension qu’ils avoient des Juifs, ont esgalement feint d’observer les commendemens de la loy ; avec quel front donc, et avec quelle assurance st Paul condemne-il les choses que luy mesme a practiquées, et en les practiquant approuvées ?89Tout ce discours est tiré mot pour mot de st Hierosme [de st Hierosme mot a mot], qui le conclut en disant que nous pouvons user pour une bonne fin des ceremonies des Juifs quoy que condemnées, voire mesme de celle des paiens, comme fit Jehu, le quel il continue de louer comme nous avons remarqué cy devant, pourveu neant moins que cela se face par une simulation utile et necessaire.

  • 90  lib. 4. Rerum memorabil. cap. 4.

51L’Evesque Consentius fort approuvé par st [198] Augustin, dit, que st Pierre et st Paul ont utilement feint d’observer les ceremonies des Juifs, encore qu’ils les crussent abolies et deffenduës depuis la mort de Jesus Christ. Ce qui a fait dire au pape Adrian 6 que l’on peult celer la foy en contrefaisant une fausse Religion ; opinion que Gregoire de Valence appuie fortement, disant qu’on peult feindre et simuler es choses de la foy, mesme sans mensonge ; et Marule de Spalate soustient qu’on peult faire un mensonge honneste au jugement des sages, en ces [propres] termes ; c’a esté quelque fois une grande pieté, et une prudence insigne aux saincts personnages Apostoliques, hommes et femmes, de dissimuler, feindre, et mentir ; estant vray qu’on peult simuler expressement une Religion fausse ou Idolatre sans encourir aucun blasme de mensonge, comme fit st Pierre quand il dit, qu’il ne connaissoit point Jesus Christ qu’il venoit de quitter90.

  • 91  Godeau, en la vie de St Paul. liv. 2. chap. 3.

52Monsr Godeau Evesque de Grace, rapporte dans la vie de st Paul, que ce grand Apostre estant en Jerusalem, st Jacques qui en estoit Evesque luy fit ceste harangue en presence de tous ses prestres, qui fait fort au sujet que [199] nous traittons icy ; Vous voiés nostre tres cher frere le grand nombre de Juifs qui font profession de croire en Jesus Christ, mais avec la foy, ils sont tousjours tres jaloux observateurs de leur Loy ancienne ; or on leur a fait croire que vous en estiés l’ennemy declaré, et que vous enseigniés que les Juifs qui sont respendus parmy les Gentils ne doibvent point circoncire leurs enfans, ny practiquer aucune des observances lesgales ; enfin on leur a persuadé que vous les porties a se rebeller ouvertement contre la Loy. Ce bruit les a scandalisés et animés contre vous, de sorte que nous craignons quelque emotion fascheuse quand ils scauront que vous estes icy, et qu’ils vous verront dans l’assemblée qu’on ne peult s’empescher de convocquer a vostre arrivée. Mais si vous voulés suivre nostre conseil, vous appaiserés ces esprits, et vous vous purgerés de la calomnie qu’on vous impose. Nous avons quattre hommes parmy nous qui doibvent s’acquitter du vœu qu’ils ont fait d’offrir leurs cheveux a Dieu dans le Temple, selon la ceremonie ordonnée aux Nazareens ; joingnés vous a eux en ceste action, contribués mesme a la [200] despense qu’ils doibvent faire pour les sacrifices necessaires, observés tout ce qui se practique en ceste action, affin que chacun conesse que les bruits qui courrent de vous sont faux, et que vous observés la Loy. Cela ne pourra donner aux Gentils aucun sujet de murmurer, et de craindre qu’on veule leur imposer le mesme joug ; car nous avons jugé il y a long temps, comme vous scavés, que c’est assés qu’ils s’abstiennent des viandes immolées aux Idoles, du sang, et de la chair des bestes suffoquées, et de la fornication. L’Apostre estoit trop charitable pour ne pas condescendre a l’infirmité de ses freres, et pour refuser d’estre Juif avec les Juifs, luy qui se faisoit touttes choses a tous pour les gaigner a Jesus Christ. Dés le landemain donc il commenca la ceremonie de purification qu’on luy avoit conseillée la quelle duroit sept jours. Mais comme il estoit dans le Temple pour offrir le sacrifice ordonné par la Loy aux Nazareens qui n’avoient fait v[o]ux que pour quelque temps, ou, dont le vœu avoit esté interrompu par quelque pollution legale, (comme de toucher un corps mort, &a.) il fut par hazard reconu par quelques Juifs asiatiques qui commencerent [201] a crier qu’il estoit cest ennemy mortel de la Loy de Moise, qui non content de publier sa Doctrine dans les provinces esloignées, avoit esté si Impie et si insolent que d’introduire des Gentils dans ce sainct lieu ; ce qui causa une sedition contre luy, encore qu’il practiqua la ceremonie des Nazareens par le Conseil de l’Eglise de Jerusalem91.

  • 92  Actuum apostol. cap. 16. vers. 3.
  • 93  St Chrisosto. de sacerdotio, lib. 1.
  • 94  Sixt. Senens. Biblio. sanct. lib. 5. annot. 107.
  • 95  Grotius, de jure belli, et pacis, lib. 3. cap. 1. num. 8.

53Puisque nous sommes sur l’exemple et la conduitte de ce vase d’Election, il fault tascher d’en descouvrir les motifs, et d’en faire parestre la raison par des plumes non suspectes, St luc nous assurant qu’il ne circoncit Timothée qu’a cause que les Juifs n’auroient voulu entendre l’Evangile de sa bouche, sachans qu’il estoit fils d’un Gentil ; hunc voluit Paulus secum proficisci ; et assumens circumcidit eum propter Judaeos qui erant in illis locis ; sciebant enim omnes quod pater ejus erat Gentilis92. St Chrisostome parlant de ceste mesme chose, dit que ; sanctus Paulus Timotheum circumcidit, et multis aliis ceremoniis legis submisit se, quas post fidem Christo datam exitiosas esse sciebat93. A quoy Sixtus Senensis adjoute que ; Paulus ut Judaeos Christo lucri [202]faceret, Timotheum circumcidit ; et ipse caput totundit in cenchris, et facto calvitio oblationem obtulit in Jerusalem94. Grotius qui n’ignoroit ny l’Escripture saincte, ny la politique, nous laissant son sentiment la dessus, dit que ; neque vero circumcisio, sublata lege Divina, ex instituto amplius significabat talem necessitatem, neque malum quod inde sequebatur tanti erat, quanti illud bonum quo Paulus tendebat ; de qua simulatione egregia extat sententia Clementis Alexandrini, qui de viro bono agens, sic ait ; ob utilitatem proximi faciet quaedam, quae sponte alioquin, ac primaria intentione non faceret95.

  • 96  Actuum apost. cap. 25. vers. 8. 10. 11.

54Ce mesme Apostre des Gentils estant accusé par les Juifs devant Festus en Cesarée, et luy imposant plusieurs grands crimes qu’ils ne pouvoient prouver, il se deffendit, disant ; neque in legem Judaeorum, neque in Templum, neque in Caesarem quidquam peccavi ; Judaeis non nocui, sicut tu melius nosti, si enim nocui, aut dignum morte aliquid feci, non recuso mori ; si vero nihil est eorum, quae hi accusant me, [203]nemo potest me illis donare96. On void comme st Paul accommode icy la Religion a l’Estat, et comme pour vivre, et regner dans son Apostolat, il dit, qu’il n’a rien fait contre la Loy des Juifs, qu’il n’a rien practiqué contre leur Temple, et leur Sinagogue, ny rien attenté contre l’Empereur, quoy qu’il n’eut auttre dessein, et n’en pouvoit avoir d’auttres pour lors, sinon d’abolir la Loy judaique, renverser leurs Temples, et destruire le paganisme dans le quel l’Empereur vivoit, et le quel il protegeoit ; confessant qu’il veult bien mourir s’il a rien fait de touttes ces choses, quoy que sa vocation et tout son travail ne butat qu’a la ruine et la subversion de ce qu’il sembloit approuver tacitement.

  • 97  Ad Galat. cap. 2. vers. 13.
  • 98  Ad Galat. cap. 2. vers. 14-15.
  • 99  Regum, lib. 4. cap. 10.

55St Paul en son Epistre aux Galates97 dit que les Juifs d’Antioche a l’exemple de St Pierre quitterent les tables des Gentils pour n’offencer certains hostes de leur nation que St Jacques le mineur premier Evesque de Jerusalem leur avoit envoyé. St Pierre, et eux frequentoient les tables des Juifs esquelles on s’abstenoit de viandes deffenduës par la Loy, et laissoient celles des Gentils [204] baptisés, esquelles se mangeoient touttes sortes de viandes avec benediction, dont s’ensuivit le scandal que st Paul arresta par les moiens qu’il raconte en ceste mesme Epistre98. St Hierosme soustient que st Pierre et ceux qui estoient avec luy n’observoient ces loix de cœur et de volonté, mais faignoient de les garder pour ne desplaire a ceux de leur nation sans toutte fois pecher pour cela ; disant qu’ils n’ont esté les premiers qui ont ainsi accommodé la Religion a l’Estat, pour le bien et la conservation d’iceluy ; Jehu en aiant fait autant, puisque pour reunir tous les prestres de Baal sous un mesme toist affin de les tuer d’une seule fois, feignit de vouloir sacrifier a leurs Idoles, et par ce moien les passa tous par le glaive99.

  • 100  Actuum apostol. cap. 15. vers. 28-29.
  • 101  St August. epist. 19.
  • 102  St Thom. 1. 2ae. quaest. 103. art. 4. ad, 5.
  • 103  Actor. cap 15. vers. 10-11.

56Les Juifs, et les Gentils estans en different, sur ce que les premiers soustenoient que les fideles ne pouvoient se sauver sans la circoncision, et que les auttres trouvoient estrange qu’on les obligea apres la reception de l’Evangile a la vieille Loy abrogée, et plus qu’on ne faisoit lors qu’elle subsistoit. Sur quoy les Apostres pour contenter les Juifs qui vouloient que leur [205] Sinagogue fut honorée mesme en sa fin, leur commenderent de garder ce qu’ils faisoient avant le Baptesme ; visum est spiritui sancto, et nobis, nihil ultra imponere vobis oneris quam haec necessaria ; ut abstineatis vos ab immolatis simulachrorum, et sanguine, et suffocato, et fornicatione ; a quibus custodientes vos, benè agetis100. Ce qu’ils firent, dit st Augustin101, et st Thomas apres luy102, pour remedier aux justes plaintes des Gentils qui estoient a convertir, les quels refusoient avec raison un joug pesant, sous le quel les naturels mesmes avoient succombé, comme dit st Pierre au lieu sus allegué ; nunc ergo quid tentatis Deum, imponere jugum super cervices discipulorum, quod neque patres nostri, neque nos portare potuimus ; sed per gratiam Domini Jesu Christi, credimus salvari, quemadmodum et illi103.

  • 104  Pacius, in revisione iudicii simplic. verini, num. 62-63.
  • 105  1 ad Corinth., cap. 9, vers. 20.
  • 106  Actor. cap. 16. vers. 3.
  • 107  2. ad Corinth. cap. 11. vers. 22.

57Si bien qu’il fault demeurer d’accord avec un scavant de nos jours ; quod nec a principio ita cessavit Lex, quin adhuc ad tempus servari posset, quo facilius ad Christi fidem iudaei allicerentur104 ; sic et Paulus Judaeis factus est tanquam Judaeus, ut Judaeos lucri faceret105 ; Hierosolimis se purificavit cum Judaeis106 ; disant ailleurs ; haebrei[206]sunt, et ego ; Israelitae sunt, et ego ; semen Abrahae sunt, et Ego107 ; et le reste en tant d’auttres endroits.

58Si les Apostres se sont relaschés pour un temps, et pour operer avec plus de fruict et plus d’edification le bien general de l’Eglise, et des Estats qui la composent ; pourquoy [donc] les Rois et les souverains qui sont moins purs et moins puissans en miracles et persuasions, qui sont les oings du seigneur, et les lieutenans de Dieu en terre, ne pourront ils pas selon l’exigence et la necessité des temps imiter [faire comme] ces grands saincts en s’accommodant a la foiblesse humaine, pour conserver [establir] des Estats qu’ils tiennent du ciel par usufruict seulement, et maintenir par la leurs peuples [ramener leur peuple] et leurs sujets dans l’union [, la concorde,] et l’obeissance qu’ils doibvent a la tranquillité publique ; attendant les occasions de reformer les moiens et les circonstances qui auroient causé quelque chose d’imparfait et de defectueux pour parvenir a une bonne fin.

59Je ne veux pas pourtant [point] qu’ils facent les Idolatres, ny que pour des petittes choses ils mettent en jeu la Religion en touttes rencontres ; s’il fault qu’ils l’accommodent au bien de leurs Estats [a leurs desseins], il importe [faut] aussi que ce soit avec tant d’addresse et [207] de prudence que personne ne s’en appercoive, si faire se peult ; et qu’ils soient les seuls qui conessent leur foible et leur misere, pendant que les sujets gousteront et jouiront du bien et de l’avantage qu’ils recoivent d’une chose dont la cause leur est inconuë, quoy que l’utilité presente.

  • 108  St Cyprian. Epist. 52. ad Antonian.

60Apres tant d’authorités puissantes, et des exemples qui sont sans reproche, aussi bien que ceux qui les ont fait naistre ; voions comme les Peres de l’Eglise, et les moins suspects dans la Religion ne les ont point improuvées, ny par consequent nostre Autheur quand il parle comme eux. st Cyprian faisant mention des anciens chrestiens qui se laissoient aller a l’Idolatrie pour eviter la peine et les tourmens dont les Tirans les menacoient, dit en sont Epistre a Antonien ; persecutione sopita, cum data esset facultas in unum conveniendi, copiosus Episcoporum numerus quos integros et incolumes fides sua, et Domini tutela protexit, in unum convenimus, et scripturis diù ex utraque parte prolatis, temperamentum salubri moderatione libravimus, ut nec in totum spes communicationis et pacis, lapsis denegaretur ; ne plus despera[208]tione deficerent, et eo quod sibi Ecclesia clauderetur, secuti saeculum Gentil iter viverent108 ; la persecution estant cessée, dit ce Pere eloquent, nous nous sommes assemblés un grand nombre d’Evesques aussi tost que nous avons pù, et aians examiné tout ce qu’on pouvoit rapporter de l’Escripture ste de part et d’auttre, nous avons trouvé ce milieu et ce temperament salutaire, de ne pas retrancher tout a fait a ceux qui sont tombés dans l’infidelité, l’esperance de rentrer dans la communion des fidelles, crainte qu’ils ne se rendissent encore plus coupables en s’abandonnant au desespoir ; et que voiant que l’Eglise leur estoit fermée, ils ne se jettassent dans les desreglemens du siecle, et dans une vie toutte paienne. Ce mesme sainct, dans ceste mesme Epistre, excuse ceux qui n’aiant pas assés de foy pour confesser publiquement Jesus Christ, donnoient de l’argent aux Magistrats, pour tirer d’eux certains billets qui faisoient croire qu’ils avoient obey aux Edicts des Empereurs, et qui empeschoient qu’on ne les persecutat, comme les auttres chrestiens qui ne craignoient point le martire, cause pourquoy on les appela ; Libellatici.

  • 109  St August. de Civit. Dei, lib. 4. cap. 27.
  • 110  Ibidem, cap. 32.
  • 111  Sanchez, in Decalog. lib. 2. cap. 41, num. 2-3.
  • 112  Ibid. cap. 42. num. 20.
  • 113  St August. Epist. 118. ad Januari.

61[209] St Augustin qui estoit capable de juger de ces choses ; expedire existimat falli in Religione civitates, quod dicere etiam in libris Rerum Divinarum Varro non dubitat, praeclara Religio, quo confugiat liberandus infirmus, et cum veritatem qua liberetur [sic] inquirat, credatur ei expedire quod fallitur109 ; a cause que les peuples se trompent communement en ceste creance, c’est pourquoy il ne fault s’opiniastrer a les destromper ; mais au contraire, il fault que le prince leur tesmoigne qu’il croit le mesme qu’eux ; c’est a dire, qu’il Cretise, avec les Cretes, et folie avec les fols ; unique et veritable moien assuré pour conserver les peuples en obeissance et tranquillité. Adjoutant au chapitre 32 de ce mesme livre ; hominum prudentium et sapientium negotium fuisse populum in Religionibus fallere, et in eo ipso non solum colere, sed imitari etiam Doemones quibus maxima est fallendi cupiditas110. Puisqu’il le permet aux sages et aux prudens, la necessité de ce faire veult bien qu’il les excuse en quelque facon, outtre que touttes les tromperies du Diable ne sont pas tousjours condemnées, tesmoing le Jesuite Sanchez qui enseigne, que ; licet uti [210] bonis fortunae, aut aliis a Doemone collatis, et retineri possunt111 ; et que les sciences acquises par son moien sont utiles et legitimes, qu’on peult en profiter, et s’en servir en Conscience112 ; outtre que, Scot, Durand, Valentia, et auttres soustiennent, que le Diable peult faite quelques actions moralement bonnes. Ce Pere celebre dans le christianisme est moins severe dans une de ses Epistres, en parlant des ceremonies de l’Eglise, et remarquant comme elles sont differentes en beaucoup d’endroits, quoy qu’il n’y ait qu’une mesme Religion au fond ; il dit que les Catholiques en ce rencontre doibvent s’accommoder a celles du lieu ou ils se trouvent ; nec disciplina ulla est in his melior gravi prudentique christiano, quam ut eo modo agat, quo agere viderit Ecclesiam ad quam cumque forte devenerit ; quod enim neque contra fidem, neque contra bonos mores injungitur, indifferenter habendum est, et pro eorum, inter quos vivitur, societate servandum113.

  • 114  Contzen, Politi, lib. 9. cap. 23. ss. 3.

62Or quand Machiavelle dit que les princes peuvent accommoder la Religion a l’Estat, ce n’est que de son exterieur et de ses ceremonies qu’il parle, parce que son essence est incorruptible, tousjours une, [211] et tousjours pure, n’estant point au pouvoir des hommes de l’alterer, ny de la corrompre ; mais changer et accommoder a ce qu’elle a au dehors, au temps et au bien de l’Estat, ce que st Augustin ne condemne pas comme nous venons de le monstrer, puisque ceste connivence et condescendance n’estant ny contre la Foy, ny contre les bonnes mœurs, elle peult passer pour indifferente, veu mesme que cela ne se fait jamais que pour un plus grand bien, et pour la conservation de la Religion au fond, et l’entretien des bonnes mœurs, qui bien souvent s’altereroient et corromperoient dans un desordre public, dans une sedition fascheuse, et souvent dans une guerre civile qui viole la Religion, et tout ce qu’elle a de plus sainct et de plus sacré. Quando de Religione agitur, dit le Jesuite Contzen, non est in potestate litigantium de victoria pacisci, veritatis enim causa agitur, et ejus veritatis de qua summae atque increatae veritatis aeternum decretum habemus114 ; les hommes ont beau faire, ce n’est point a eux de regler le fond de la Religion, ils n’ont que son exterieur en main, il fault qu’elle demeure tousjours elle [212] mesme, malgré ceux qui s’en servent et qui voudroient en abuser.

  • 115  St Chrisosto. de sacerdotio, lib. 3.

63St Chrisostome si severe dans tous ses sentimens, dit qu’on recoit quelques uns dans le clergé pour les destourner de suivre le party de nos adversaires ; quelques auttres y sont admis pour la crainte que l’on a de leur malice, et qu’estans mesprisés ils ne se rendent Autheurs d’une infinité de maux115. Pourroit on imaginer une plus grande iniquité que d’estre cause que des meschans qui ne sont conus que par leurs crimes soient honorés pour les mesmes raisons qui les debvroient faire rigoureusement chastier ? Et que ceux qui ne sont pas dignes de regarder de loing la porte de l’Eglise, soient eslevés par preference a la charge episcopale ? Ceste facon de parler en la bouche du Genie de st Paul, est-ce pas dire qu’il fault accommoder la Religion a l’Estat pour un plus grand bien ?

  • 116  Albaspineus, in notis et observat. de veterib. Eccles. ritibus, observat. 22. Pag. 25.26.29.36.

64Et parce qu’il s’agit icy de faire voir que Machiavelle n’enseigne rien que des gens plus scavans et plus religieux ne luy aient appris auparavant ; je rapporteray les propres termes de ceux que je mettray en avant, affin qu’on ne m’accuse pas de [213] favoriser un party plus que l’auttre, ny que je face parler ses tesmoings et ses garands plus avantageusement pour luy qu’il ne fault ; considerés le discours un peu long d’un scavant Evesque francois, le quel parlant du sacerdoce des paiens, et comme les chrestiens estoient obligés d’en faire les fonctions a leur tour, comme une charge publique et de famille, dit ; non pauci christiani spreta Religione incitabantur, aut metu quandoque perculsi aliquo cogebantur obire illa spectaculorum, seu ludorum munia ; ne si id facere detrectarent, pro christianis haberentur ; aetate nempe et opibus florentes, si ea pro nihilo habuissent, in suspitionem venissent christianae fidei et Religionis admissae ; accedit et illud, exerceri illa potuisse munia, etiam si sacrificium nullum fecissent, ut planum est, cano. ss. Concil. Eliberini, quapropter in eodem Concilio non durius quicquam statuendum in illos judicat qui domi suae Idola reservarent, modo ab eorum adoratione atque cultu abstinerent, atque ea ex suis aedibus deturbare non possent quin a servis judicibus deferrentur ; cano. 41. Le quel Canon est concù en ces termes ; [214]admonere placuit fideles, ut quantum possunt, prohibeant ne Idola in domibus suis habeant ; si vero vim servorum metuunt, vel se ipsos conservent, si non fuerint alieni ab Ecclesia habeantur ; et un peu apres ; cum igitur christianus suo quasi ordine ac per vices, illius loci in quo commorabatur designari flamen aut sacerdos deberet ; tamet si illa renunciatio creatioque suae Religioni fideique repugnaret, cogebatur eam oblatam admittere, ejusque perinde ac aliorum munerum procurationem capescere. Stus Hieronimus in vita sti Hilarionis, quod diximus tuetur, et confirmat christianos cogi solitos ea munera patrimonialia obire, quibus ludi et sacerdotia Ethnicorum continebantur ; sed et Italicus (dit-il) ejusdem oppidi municeps christianus, adversum Gazensem duumvirum Marnae Idolo deditum, circenses equos nutriebat, venit ad beatum Hilarionem, cumque subrideret, cur enim non magis equorum pretium pro salute animae tuae pauperibus erogas ? Ille respondit functionem esse publicam, et hoc non tam se velle, quam cogi ; christiano quidem nihil tam optatius fuisset quam ut ipsi liceret non profundere pecuniam ad illos ludos faciendos, et ad [215] multitudinem Ethnicorum tali lenocinio deliniendam, sed de consilio sententiaque optimi patris ad inopum et egenorum inopiam sustentandam ; sed respondet se ad id praestandum compelli116. Voila les propres termes de cest illustre Evesque d’Orleans, sans quantité d’auttres qui se trouvent dans les recherches curieuses de ses ouvrages touchant l’ancienne police de l’Eglise, et de la Religion.

  • 117  Ceriziers, en ses Eloges sacrés, le, 20 janvier.

65Escoutés un auttre raisonnement d’un grand predicateur sur ce sujet, et qui pour avoir quitté les Jesuites pour soulager sa mere dans son besoing, n’est pas moins vertueux pour cela ; il est tiré de ses Eloges sacrés, et de celuy qui est fait en l’honneur de st Sebastien martir ; qui manioit son esprit, dit-il, avec tant de dexterité que l’Empereur Diocletian ne s’appercùt jamais de la qualité qui luy rendoient les plus grands personnages de son Empire odieux. La profession du christianisme qui estoit la Religion de nostre Cavalier, pouvoit luy faire perdre les bonnes graces de Diocletien ; mais elle estoit si discrette et si prudente a l’esgard de cest Argus, quoy que tres declarée a Dieu et aux chrestiens, qu’il demeura fort long temps inconù. Ce n’est [216] pas tousjours un crime ny une foiblesse de se desguiser, on a souvent des justes raisons de dissimulation. Nicodeme n’est point blasmé dans l’Escripture, d’avoir esté un disciple caché de Jesus Christ, et pour n’estre venu prendre ses Divines lecons que de nuict. C’est assés de l’exemple de ce Docteur de la Loy et de Sebastien, pour justifier la conduitte de quelques chrestiens, qui pour de tres importantes raisons ont jugé, que dans certaines occurrences non seulement ils pouvoient, mais qu’ils debvoient dissimuler leur Foy. On n’est pas tousjours obligé de chercher les Tirans, pour leur dire qu’on adore Jesus Christ ; ce n’est pas avoir honte de l’Evangile, que de ne le pas publier dans touttes rencontres. St Paul mesme consentit auttres fois dans l’Areopage, de ne parler pas de l’un des principaux misteres de nostre Religion ; personne ne l’a blasmé d’avoir injustement retenu la Verité prisonniere. Jamais le grand st Antoine n’a mieux decidé, que lors qu’il assure que la plus importante des vertus estoit la discretion ; puisque le zele mesme qui est le plus parfait amour, devient sans elle un dangereux vice. Qui voudroit que les chrestiens qui vivent [217] aujourdhuy a Constantinople, disent tout ce qu’ils pourroient dire de Mahomet, ne leur conseilleroit il pas de se bannir d’un lieu ou leur prudente dissimulation les conserve. Peut estre que le courage d’un zelé feroit un martir, et cent Apostats. Sans doubte il priveroit ceste grande ville d’une infinité de bons exemples, que la providence de Dieu destine a son salut. Il y a certaines choses qui sont si essentielles a la confession de la Foy, qu’on ne doibt jamais les faire. Lors que les Tirans ont commendé aux fidelles de donner de l’encens aux Idoles, leur refus a esté juste, il a esté necessaire ; et lors que leur main a esté contrainte de l’épancher sur les charbons de leurs sacrifices, leur langue a esté obligée d’interpréter le cœur, et de crier a haulte voix ; nous sommes chrestiens, nous n’adorons que le vray Dieu. On ne peult souffrir aucune marque qui desadvouë sa Religion ; ny prononcer aucune parolle qui la nie. Mais on peult, et il est quelquefois expedient, de ne pas descouvrir tout ce qu’on est ; et je loueray tousjours ces Apostres secrets, et ces predicateurs desguisés en [218] Angleterre qui pour mieux secourir leurs freres, parroissent tous auttres qu’ils ne sont, pour faire tout auttre chose que ce qu’ils semblent faire. Et ce qui justifie leur conduitte, c’est qu’ils ne vont aux jeux et assemblées publiques dans des habits profanes, que lors qu’il fault assister les Catholiques cachés ; et qu’ils courent aux potences et aux gibets, quand il fault publier sa croiance. J’aurai toutte ma vie en singulière veneration ce genereux serviteur de Dieu, qui respondit a touttes les demandes qu’on luy faisoit, Je suis chrestien ; d’ou estes vous, comme vous appellés vous, ou demeurés-vous, Je suis chrestien. Pour lors ce nom estoit si auguste, il estoit si expressif de la foy du sauveur, qu’il estoit glorieux de s’en parer, qu’il estoit necessaire de s’en servir pour declarer ce qu’on estoit. Et quinze lignes apres ; que les fideles donc apprennent de ces reflexions qu’il y a quelquefois du merite et de la louange a dissimuler sa foy, principalement lors que ce desguisement ne tend qu’a se rendre capable d’aider nos freres, et de servir aux interests de la mesme foy qu’on dissimule. On peut estre [219] disciple veritable et caché de Jesus Christ, comme Nicodeme ; on peult le servir secrettement avec Sebastien. Et ceste maniere de secourir sa Religion est certainement juste, quand le ciel l’inspire ; et le ciel l’inspire quand ce sont des saincts qui la practiquent. Pourveu qu’on ne dise, et qu’on ne face rien qui desadvouë positivement l’Evangile, c’est une grande sagesse dans certaines occurrences de ne la pas manifester. Sebastien se servit de ceste prudente ruse tandis que ceste conduitte fut necessaire a la conservation et au secours des chrestiens ; et qu’il ne vid pas assés de rage dans son Maistre, pour le faire perir avec esclat117.

  • 118  Balzamon, et Morin, de paenitent. lib. 5. cap. 10. Num. q. 10.

66Balzamon expliquant le 58[e] Canon penitentiale touchant les femmes adulteres, dit ; qu’il ne fault pas les obliger a faire la penitence qu’il leur impose, ny les mettre dans le lieu ou elles doibvent l’executer, crainte que leurs maris les voiant la ne prissent sujet de les mal traiter ; mais au contraire les souffrir dans l’Eglise avec les plus chastes et les plus innocentes [220] pour remedier a ce desordre118 ; Aristenus interpretant ce mesme Canon, veult la mesme chose aussi ; ne viro suo ut adultera notificanda, hoc sit illi mortis causa ; si enim cum flentibus constitueretur, suspicio aliqua marito injiceretur a quo forsan occideretur.

  • 119  Hotman, in Bruto fulmine, pag. 166-167.
  • 120  Cardin. Zabar. in cap. perpendimus, de sentent. excommuni. et Ludo, in Singul. Verbo, papa.
  • 121  Le p. Pirot, en L’Apologie des Casuistes, pag. 40. in, 4°.

67Les papes n’accommodent ils pas tous les jours la Religion a l’Estat pour leurs propres interests par les dispenses peu legitimes et venales qu’ils donnent, et tres souvent contre le Droict de Nature, et le Divin mesme ; comme Martin 5 qui permit ; ut quis possit impune matrem, aut consanguineam carnaliter cognoscere, sororem in matrimonia habere ; ut monacho liceat uxorem ad tempus habere, et prole suscepta, ut tum pater patratus, demissis auriculis ad suum cucullum redeat119. Se trouvant des Canonistes assés flatteurs, qui tiennent que sa Saincteté peult desroger au Droict Divin, mais non pas en tout120 ; quoy que le st Esprit maudise [sic] celuy qui adjoutera, ou diminuera quelque chose de ce que Dieu a ordonné. Ce qui n’a pas empesché les Jesuites tout flatteurs des papes qu’ils sont de publier [221] dans nos jours, malgré tous les Evesques, et tous les Docteurs du Roiaume, que sa saincteté ne se sert que d’opinions probables lors qu’il dispense dans les mariages qui ne sont pas consommés, et dans les degrés qui semblent de Droict Naturel mettre empeschemens aux mariages ; lors qu’il dispense un Religieux profés de ses vœux ; lors qu’il prend les annales des benefices, et en mille auttres occasions pareilles ou il agit prudemment, quand il suit une opinion probable121.

  • 122  Le p. Morise, Iesuate, de l’origine des religio. liv 1. chap. 44.

68Le pape Alexandre 3 permit a Nicolas Justinian religieux profés dans le monastere de Sainct Nicolas du Lion proche de Venise, de sortir de son couvent pour se marier, et par la conserver le nom et la famille des Justinians dont il estoit le seul et dernier heritier, et ce a la priere de Vital Michel Duc de Venise, qui luy donna une sienne fille nommée Anne, et furent ces noces si heureuses, que Dieu leur donna six enfans masles, et trois filles. Apres cela remerciant le Createur de luy avoir donné si belle lignée, et memoratif de son premier vœu de Religion, il s’en retourna au Monastere d’ou il [222] estoit sorti, en aiant premierement fait bastir un auttre de femmes aupres d’Amian, sous le nom de st Adrian, ou sa femme se rendit pareillement religieuse ; et tous deux ont fait des miracles en tesmoignage de leur saincteté122. Et affin que cela ne semble nouveau, dit ce mesme Jesuate, qu’on lise Rupert en sa Vandalie, livre 2, ou il raconte de Casimir surnommé Charles, fils de Mosque Roy de Poulongne ; le quel Casimir se fit moine en l’Abbaie de Cluny en Bourgongne ou il demeura sept ans pendant les quels il fut fait Diacre. Or advint qu’en ce temps la les polonais furent en grand trouble parce qu’on n’y gardoit point les loix, et que chacun y vouloit estre Maistre ; par quoy fut advisé qu’on iroit chercher Casimir par des Ambassadeurs exprés qui obtindrent du pape Benoist I qu’il sortiroit pour aller gouverner le Roiaume de Poulongne pour le soulagement du peuple, qui luy permit de se marier affin de laisser des successeurs du sang roial, ce qu’il fit, et eut quattre enfans masles. Le mesme fut octroié par Alexandre 3 a Henry fils de Frederic Barberousse, [223] de prendre pour femme Constance fille de Guillaume Roy de Sicile, qui estoit Religieuse, affin d’avoir des enfans du sang d’iceluy Guillaume, le quel avoit esté fort aggreable aux Siciliens.

  • 123  Hist. de Henr, 4. ann. 1590.1599.

69Monsr l’Evesque de Rodhés remarque dans son Histoire de Henry 4123, que le Duc de Joieuse quitta l’habit de Capucin pour estre chef de la ligue en Languedoc, la quelle estant finie se retira dans son couvent de Paris, et reprit l’habit. Ce mesme prelat raconte aussi, que Henry 4 voulant se separer d’avec la reine Margueritte sa femme, pour trouver faveur auprés du pape en cela, et le rendre plus facile a ses intentions, luy fit dire par Monsr de Sillery son Ambassadeur, qu’il espouseroit Marie de Medicis sa niepce, et sœur du Duc de Florence, comme il fit. Estant a remarquer neant moins pour la Verité de l’histoire que ce pape dont il parle estoit Clement 8 de la maison des Aldobrandins.

  • 124  La Guerre libre, p. 104.

70En l’an 1558, le pape Paul 4 prist a sa solde plusieurs Grisons protestans, les quels dans Rome mesme firent divers actes contraires a la Religion Catholique, dont on advertit le pape ; qui respondit haultement, qu’ils estoient Anges de Dieu, envoiés pour sa deffence, et que pour se preserver il estoit loisible de se servir [224] de touttes sortes de personnes124.

  • 125  Sixtus senens. Bibliot. Sancta, lib. 8, in fine.

71Sixtus Senensis dans le dernier chapitre de sa Bibliotheque Saincte, parlant des versions et traductions de la Bible, et des faultes qui s’y rencontrent, confesse en la derniere page de son livre qu’il y en a ; quos tamen errores, mendas, ac depravationes Divus Hieronimus in veteri editione novi Testamenti se consulto reliquisse testatus est ; et Ecclesia similiter in nova editione ex professo reliquit ; non quia tot eruditissimi, et sanctissimi Ecclesiae patres ea errata, vel non agnoverint, vel approbaverint, sed quia ad ea dissimulanda justis se causis impelli viderint ; primo, quod animadverterint nihil periculi in fide ac moribus ex his tam levibus erratis imminere ; deinde, ne fideles, importunae ac nimium exactae correctionis novitate offenderentur, quorum aures usque ab infantia vetus illa editio occupaverat ; postremo, ut vetustam illam editionem venerarentur, quae nascentis Ecclesiae fidem educaverat, et crescentis roboraverat et evexerat, utque sanctam ac venerandam illam simplicitatem antiqui interpretis, qui non sermonis ornatum, sed historiae veritatem quaesivit, sua ipsorum approbatione [225] honorarent, et vestigia majorum suorum sequerentur ; qui eosdem errores sacra quadam pietate ducti tolerarunt, exemplo sanctorum Apostolorum, qui quamquam scirent Editionem septuaginta interpretum in multis redundare, et in multis deficere, eam tamen non contempserunt, sed ubique eam praedicaverunt, et ex ea prima nostrae fidei fundamenta jecerunt125.

72Si on tolere les faultes cy dessus advouées et reconuës dans les loix et les regles de la Religion ; et si on les accommode a l’esprit du peuple quoy que condemnées pour ne point l’ombrager ny l’effaroucher ; pourquoy dans sa practique et son exercice qui n’est qu’exterieur et purement humain, un Roy sage et prudent qui n’a plus que ce seul remede en main, ne pourra-il au besoing accommoder ses ceremonies si differentes et si dissemblables par tout, au bien et au repos de son Estat, quand la necessité l’y force et l’y contraint ?

  • 126  Azor, Instit. moral. lib. 8. cap. 3.
  • 127  St Basil. Epist. ad Amphil.
  • 128  Possevin, in Biblioth. select.
  • 129  Bannes, tom. 1. in D. Thomam, pag. 46

73Tous les plus doctes qui ont escript depuis le Concile de Trente, comme Vega, Sixtus Senensis, Andradius, Lindanus, Melchior Canus, et tant d’auttres, confessent unanimement qu’il y a des [226] faultes dans nostre Vulgate latine ; non solum vitio scriptorum, sed etiam ipsius interpretis incuria, vel ignorantia ; dit un scavant Jesuite126. Ce qui a fait dire au ordonnance Gretsere ; quod non ita probavit Ecclesia editionem Vulgatam, quasi nullum in ea reperiatur vocabulum non satis aptè ex haebreo versum, sed in iis quae ad fidem, et mores pertinent, hanc editionem declaravit authenticam. C’est pourquoy, dit Bannes celèbre Dominicain ; si nos Catholici semel aliquos in Biblia errores esse fateamur, facile imperitum vulgus haereticorum dogmati consentiet, quos in linguarum peritia peritissimos esse iudicat, et sacrarum litterarum veritatem in illorum translationibus quaeret ; et si negaverimus quaedam esse errata quae non sunt magni ponderis, haeretici nos ignorantiae, aut proterviae redarguent ; c’est pourquoy il conseille d’advouer librement ; leviculos quosdam errores in ea esse, corrigibiles tamen Apostolicae sedis Authoritate. Lucas Brugensis envoiant ses corrections sur la Bible au Cardinal Bellarmin qui fut un de ceux que le pape Sixte 5 emploia pour la [227] corriger, il luy respond par une lettre escripte de Capouë le 6 Decembre, 1603 ; de libello ad me misso gratias ago, sed scias velim, Biblia Vulgata non esse a nobis accuratissimè castigata, multa enim de industria iustis de causis praeterivimus, quae correctione indigere videbantur. Jean Baptiste Bandin intendant et directeur de l’imprimerie du Vatican, mande la mesme chose en l’an 1604, a l’imprimeur Moret, et ce par ordre du Cardinal Baronius ; Fateor, dit-il, in Bibliis nonnulla adhuc superesse quae in melius mutari possent ; quaedam etiam nescio quo pacto sic impressa reperiuntur ; verbi gratia, Regum lib. 1, cap. 2, vers. 17 retrahebant homines a sacrificio ; cum libri omnes et impressi et manuscripti habeant ; detrahebant homines a sacrificio. Ce qui obligea ce mesme Lucas Brugensis de faire un auttre catalogue qui se void apres la plus part de nos Bibles, et dans un livre separé ; Quo repraesentavit loca, quorum correctione post Sixti 5 et Clementis 8 curas, perfectior reddi posset feliciter coepta correctio, si accederet pontificis Authoritas. Pour en venir a la bonne foy, et ne point se flatter [228] contre la raison ; pourquoy ces faultes reconuës, et non corrigées ? Pourquoy souffertes et dissimulées de propos deliberé ? Puis qu’il est si veritable suivant le grand st Basile en son Epistre a Amphilochius ; Nihil esse in Scriptura sacra quod non sit magni momenti, etiam si nobis nihil, aut parum esse videatur127. Possevin adjoutant en sa Bibliotheque choisie; in haebrea scriptura tot esse sacramenta, quot litterae ; tot misteria, quot puncta ; tot arcana, quot apices128. Et le mesme Bannes soustient ; quod omnia quae in scriptura continentur utilia sunt, etsi minima videantur ; quia Deus Author scripturae nihil sine causa dixit, omnia enim refert ad gloriam suam, et utilitatem hominum129. Apres ces verités si naifvement confessées, et si publiquement declarées, quel crime a fait Machiavelle, quelle Impieté peult il commettre, quand il dit avec sa prudence ordinaire, qu’un prince peult accommoder la Religion a l’Estat, pour le bien et la conservation d’iceluy ?

  • 130  Suares, de Relig. tom. 1. lib. 3. cap. 4. num. 20.

74Les Jesuites qui le descrient si fort parce qu’il est plus scavant qu’eux en ce genre d’écrire, [229] l’approuvent en cest endroit, sans parler des auttres, puis que leur quatrieme veu, ou les missions sont particulierement comprises, ils ont voulu avoir ce pouvoir de mettre leurs habits a costé, et se vestir comme il leur plaira ; de sorte qu’ils peuvent se transformer en soldats, en marchands, en Courtisans ; mesme contrefaire aux occasions touttes les sectes et les Religions, soit des paiens, des Turcs, des Juifs, des heretiques, et touttes les auttres qui pourront favoriser les fins qu’ils se proposent, suivant l’Apostre ; qui omnibus omnia factus est, ut omnes faceret salvos ; ou plustost suivant leur pere Hayus, qui dit que ; Jesuita est omnis homo ; et Dieu veuille que le bon y soit aussi bien que le meschant, et que ces desguisemens se facent aussi chrestiennement, et avec autant de destachement des choses de la terre, que l’Evangile et la charité leur ordonnent. Puisqu’un de leurs plus celebres Docteurs n’a point craint de donner pour maxime dans le vaste et grand traitté qu’il a fait de la Religion, que ; non semper praeferendum est Religionis opus, aliis obligationibus ; quia non vult Deus coli bonis alienis, sed propriis ; [230] nec cum alterius injuria, vel damno gravi130.

  • 131  Bresserus, De conscientia, lib. 3, cap. 10, num. 104 et 105.

75Bresserus, auttre escrivain de la mesme societé s’explique encore plus nettement, quand il enseigne dans ses regles de Conscience, que ; probabilè est speculativè, valere hanc formam Baptismi ; Ego te baptiso in nomine Genitoris, Geniti, et procedentis ab utroque ; certum tamen est non licere practicè ea forma  baptisare. Probabile est, imo multo probabilius est, valere hanc formam consecrationis calicis ; hic est calix sanguinis mei ; et rien plus ; et sacramenti poenitentiae ; Absolvo te ; neque tamen licet solis illis verbis consecrare, et absolvere. Similiter probabile est, materiam sufficientem Eucharistiae esse panem siligineum, quem tamen non licet consecrare. Quarto, probabile est, valere ordinationem sine tactu instrumentorum, non tamen licere ; denique, probabile est, extremam unctionem validè conferri forma indicativa, non deprecatoria ; et confirmationem absque balsamo, non tamen licitè citra necessitatem. Tamen si quis Tirannus sub poena mortis juberet, verbi gratia, baptizanti, uti illa forma dubia, posset eo casu id facere131.

  • 132  Justus Natolius.

76S’il est permis aux Evesques, comme vous voiés, [231] et auttres ministres de l’Eglise de changer d’eux mesmes, et de leur Authorité privée les formes ordonnées et de Dieu, et de l’Eglise dans l’administration des sacremens qui sont la baze et le fondement principal de la Religion ; pourquoy le prince qui ne prend soing que de son exterieur, ne pourra-il aussi accommoder ses ceremonies qui sont si dissemblables par tout, pour en conserver l’essence et le fond, et maintenir ainsi son peuple et son Estat en paix et en repos, sans quoy les choses les plus sainctes et les plus sacrées sont tousjours en danger d’estre esteintes, ou du moins violées ? Sans en venir si avant que le permet Justus Natolius, qui dans son livre ; De fide hominis qui in mundo recté vivere velit ; dit ; judice quoque Marco Marullo, licere in Religionis causa veritatem celare132.

  • 133  Clasen, De religio. politic. cap. 3.

77Clasen, tout Lutherien qu’il estoit, condemne l’opinion d’un Cardinal plus politique que luy, qui disoit ; si ego a consiliis Regum essem, tria illis suaderem ; I° Ne plus Religioni tribuerent, quam prout ea usum conferre posset status rationi ; illi namque principes et Reges qui nimium tribuunt Religioni, et aures praebent patulas [232] Religiosorum suggestionibus, id quidem obtinent, ut pro piis ac bonis reverentur a subditis, sed semet-ipsos et Regnum exponunt periculo ; nullum siquidem Imperium validum fuit diù, in quo nimium indultum fuit Religioni ; le second ; Ut jure jurando uterentur tanquam moneta publica pro Regum Regnorumque commodo ; et le dernier ; Ut amicitias non fide, sed utilitate colerent133.

  • 134  Soto, in lib. 4. Sententiar. Bail, De triplici examine, pag. 656.

78Puisque nous en sommes sur la remarque d’un Lutherien, deux Docteurs celebres des nostres remarquent ; quod cum ex decretis Lutheranae Doctrinae abolita esset auricularis Confessio in quadam urbe Germaniae, confestim magistratus civitatem esse corruptissimam expertus, Libello supplici Imperatorem requisierit, ut civili decreto illam restitueret, quam Divina Lege statutam esse haeresis non admittebat134.

  • 135  Binsfeld, Enchi. Theolog. pastor.part. 4. cap. 8. § 5°.

79Les Theologiens et Canonistes rapportans les cas auxquels les gens d’Eglise ne sont obligés de dire leur Breviaire, remarquent que ; tertius casus est, cum supervenit aliqua occupatio subito, vel eo modo quod non potest ei providere, nec omitti sine scandalo vel peccato, tunc possunt omitti horae canonicae ; par exemple, si [233]esset necessitas subita horas omittendi ad sedandum tumultum in populo, &a.135 Si le repos de l’Estat, et la tranquillité du peuple est preferable a celle des particuliers ; et si le bien public va devant le debvoir de la Conscience et de la Religion, puisque la seule opinion des Casuistes a fait un peché mortel de ne pas dire son breviaire ; qui peult doubter qu’on ne puisse suivant ceste mesme maxime, accommoder quelque chose de la Religion a l’Estat, quand il y va du salut et de la conservation de la Republique ?

  • 136  Bonacina, in Compendio, pag. 413. verbo, matrimonium, num. 5.

80Un auttre plus moderne, et aussi suivi remarque ; quod in ipso mundi exordio extitit praeceptum naturale contrahendi matrimonium ad propagationem generis humani ; hoc vero tempore cessat illius praecepti obligatio ; si tamen daretur casus quo omnes homines morirentur exceptis monachis, ipsi Religiosi tunc possent, imo tenerentur matrimonium contrahere, quia votum post habendum est praecepto naturali136. Ce qui est arrivé de nos jours sans attendre la fin du monde, ny que ces bons peres fissent l’epitaphe de tous les hommes pour jouir de leurs femmes plus librement et plus paisiblement ; puisqu’environ l’an, 1640. deux honnestes [234] personnes mariées ensemble a Paris, aians pris resolution apres plusieurs années de mariage sans enfans, de vivre dans le celibat, et de garder une continence inviolable le reste de leurs jours, conclurent entre elles d’entrer chacun dans un cloistre, d’y prendre l’habit, d’y faire les vœux ordinaires, et d’en garder les regles, ce qu’ils firent et executerent. L’homme se jettant dans un cloistre de Jacobins reformés, et la femme dans un auttre de filles de ce mesme ordre. Ce marié profés s’avanca tellement par ses merites, qu’en peu d’années il fut esleu visiteur general de l’ordre, le quel s’acquittant du deub de sa charge, rencontra sa femme dans une de ces maisons qui relevoient de luy. A ceste veuë inopinée leur amour conjugal se raluma, et l’un et l’auttre se servant de la liberté innocente d’un mariage legitime qui subsistoit tousjours, oublierent leur vœu de chasteté promise, pour satisfaire au premier et plus authentique, de croissés et multipliés, qui est plus fort et plus ancien, pour estre de Droict Naturel et Divin. De cest embrassement conjugal et tout religieux tant dedans que dehors, en vint un petit Jacobin qui estant eslevé et nourry tant qu’il fut capable de demander les biens [235] qui luy appartenoient. Les heritiers collateraux luy disputent l’estat de sa condition et de sa naissance, et soustiennent qu’il estoit illegitime et bastard, ce qui le fit resoudre a les plaider, et de poursuivre ses droicts en justice. Mais comme ceste affaire estoit de grand esclat, et d’une consequence trop dangereuse, elle se termina par accommodement dans le parquet du parlement de Paris, ou cest enfant fut reconù pour legitime, et en suitte mis en possession de la succession de ses pere et mere religieux et cloistrés.

  • 137  Sanctarel. Resol. part. 1. quaest. 21. num. 9.

81Le Jesuitte Sanctarelle, dont quelques œuvres ont esté bruslées a Paris, en l’an 1625 avoit decidé ceste question dans ses resolutions imprimées a Rome la mesme année ; ou il soustient par tout et particulierement en la section 9 quod si ambo conjuges ex mutuo consensu emiserunt solemnem professionem in Religione, tunc aliqui putant filios ex illis natos esse spurios, cum post solemnem professionem se invicem cognoverint ; quorum sententia cum nullo jure probetur, mihi nec etiam probatur ; et cum sint nati ex parentibus valido matrimonio inter se conjunctis isti filii, [236]judicandum est in favorem ligitimationis137.

82Ce mesme Bonacina apres la these generale vint au cas particulier quand il conclud ; quod potest etiam contingere alius casus, ut quando esset unicus haeres Regni, aut Status, quo non nubente exorirentur bella ; tunc ille haeres tenetur uxorem ducere ad impedienda damna, et incommoda Reipublicae impendentia. Si donc le sacrement de l’ordre, le vœu de chasteté, et la profession religieuse peuvent estre violées pour la conservation des hommes, et d’un Estat particulier ; pourquoy non pour le general, s’il est si veritable, comme dit st Augustin qu’il vault mieux, que ; pereat unus, quam unitas.

  • 138  Bertault, Directoire des confess. es maxim. gener. sectio  86. ag. 58.

83Les Casuistes qui parlent de l’observance des loix qui obligent en Conscience, et sur peine de peché, disent et enseignent138 ; qu’on est excusé de l’observance du precepte pour quelque grande utilité ou necessité ; quia quod nos est licitum in lege, necessitas facit lecitum ; puisque la necessité n’a point de loy ; outtre que cela est moralement impossible qui ne peult se faire [237] sans grand danger et grande difficulté, disent Cajetan et Silvestre. Et si de l’obmission du precepte il arrive quelque singuliere utilité preferable a l’observance d’iceluy, le legislateur n’a point eù d’intention d’en priver par sa Loy ceux qui n’en pourroient pas jouir en l’observant ; d’ou l’on infère que l’artisant peult travailler sans peché un jour de feste pour quelque necessité pressante, comme faire des habits de dueil en la mort de quelqu’un ; que celuy qui est obligé de partir de grand matin pour aller a la foire qui se tient un jour de feste, est excusé d’ouir la messe pour la perte qu’il feroit, et l’utilité dont il seroit privé d’attendre pour l’ouir ; que le predicateur est excusé de jeusner en caresme, s’il ne peult prescher auttrement, pour l’utilité que le peuple recoit de ses predications dont il seroit frustré ; ce qui est aussi legitime que les dispences qu’on donne aux Courtisannes a Rome de manger de la chair en caresme pour entretenir leur beauté, et avoir bonne eschine, chose fort necessaire a l’Estat, et plus encore a l’Eglise.

  • 139  P. Pirot, Apolog. des Casuist. In 4°. pag. 70.

84S’il est vray, comme affirment les Jesuites dans leur Apologie des Casuistes139, qu’il n’y a point d’advocat de [238] village qui ne sache, que la coustume peult abroger une loy, et que la loy cesse quand on ne l’observe plus ; et qu’on prefere la coustume a la loy, et aux Canons, quand elle ne contient rien d’injuste. St Gregoire de Naziance tesmoigne que de son temps les Canons des Conciles demeuroient sans force, a cause qu’on ne les practiquoit plus. Le pape Nicolas I. pressant les Evesques de France de recepvoir les Decretales des papes, refuserent de le faire disant, que les maximes qu’on practiquoit pour lors estoient contraires, et avoient abrogé les Decretales.

85Or combien de ceremonies exterieures regardent la Religion qui sont non seulement conseillées, mais ordonnées par les papes et les Conciles, qui ne sont plus en usage ? L’Eglise Grecque comparée a la Romaine en fourniroit cent exemples, et neant moins et les unes et les auttres s’approuvent respectivement en beaucoup de choses, quoy que dissemblables ; les prestres de l’une estans mariés innocemment, ce que les auttres n’oseroient faire sans commettre un crime ; la facon de consacrer de l’une, estant condemnée dans la practique de l’auttre, quoy que valables touttes deux. Les [239] anciens rituels conferés avec les nouveaux feront conestre qu’il n’y a pas cent ans que les sacremens s’administroient tout auttrement qu’on ne fait aujourdhuy, en un Diocese d’une sorte, et en l’auttre d’une auttre. Et combien voions nous de choses dans l’Eglise qui s’exercent et se desbittent qui ne sont approuvées que par la coustume, et souvent condemnées par les Peres, ou les Conciles.

  • 140  Ibidem, sectio. 4. pag. 113.

86Ce mesme Apologiste des Casuistes allegue quelques uns de leurs plus fameux Docteurs pour conclure, que la fin de la loy cessant, on ne peche point en y contrevenant140. Ce qui fait croire que s’en trouvant quantité qui ne sont que de pure police, et pour empescher le scandal seulement, comme le mariage des prestres latins et auttres ; et qu’au contraire ce mariage leur aiant esté libre et permis originairement ; et que le concubinage estant souffert et toleré par le Droict Civil encore maintenant ; on pourroit conclure sur le fondement de ces Theologiens, que celuy qui void la fille de son voisin sans bruit et secrettement, comme dans un mariage de Conscience qui n’est point contre le fond de la loy, ne pourroit estre accusé de peché, non plus que de rien faire qui soit contraire a la Religion.

  • 141  Rabbi Maimonides, De idolola. cap. 11. num. 3.

87[240] Un Rabin fort consideré parmy les escrivains de ceste nations, n’improuve point ceste necessité d’Estat, quand il dit ; Israelita, Regi Gentili familiaris, quem coram Rege considere[sic] est necesse, si turpe fuerit non sequi morem istic receptum, licebit indui habitu, qui ibi obtinet, ac eorum instar caput tondebit141.

  • 142  Arnaud, De la tradition de l’Eglise, sur la suite de la penitence, et de la communion ; Epistre li (...)
  • 143  Ibidem, en la preface, pag. 54-55.

88Le Docteur Arnauld dans une Epistre Liminaire qui s’addresse a la Reine Mere, luy dit ; Je ne suis pas, Madame, dans une passion si aveugle pour des ceremonies et des choses exterieures de l’Eglise, que je croie que pour les restablir on doive se mettre en danger de causer du trouble et du scandale dans l’Eglise. Les Peres mesmes nous ont appris, qu’il ne fault s’attacher a l’observation de ces choses quelques bonnes qu’elles paraissent, et qu’elles soient en effect ; qu’autant qu’on les peult garder sans blesser l’unité, et la bonne intelligence qui doibt estre entre les fidelles. Et comme ils ont jugé qu’elles pouvoient estre diverses, selon la diversité des lieux, et qu’il estoit permis aux Eglises particulieres de ce temps la d’en avoir de tres differentes, ils n’ont jamais pretendu, qu’on fut obligé de conserver tousjours les mesmes dans tous les temps142. Et ailleurs, dans la preface de ce mesme livre, il [241] adjoute, et dit ; mais quoy que l’Eglise ait retenu et retienne encore ces sentimens (touchant la penitence), il est neant moins arrivé depuis quelques siecles que le relaschement des hommes l’a empeschée de les mettre en practique aussi parfaittement qu’elle eùt bien voulu, et l’a obligée comme une bonne mere de condescendre a l’infirmité de ses enfans, en leur accordant un auttre usage, qui en apparence est plus facile et moins severe, mais qui est aussi beaucoup moins utile et moins parfait ; de la mesme sorte que les medecins a la repugnance que les malades font aux remedes, ne leur ordonnent pas tousjours ceux qu’ils jugent les plus salutaires, mais ceux dont ils les jugent plus capables143.

  • 144  Le p. Senault, en son Monarque, liv. 3. discours 1.

89Un grand predicateur de nos jours, et qui court a l’episcopat, n’est pas fort contraire a nostre Autheur quand il dit avec sont eloquence ordinaire, que ; comme il se trouve des antipathies dans la  Nature, [242] il s’en trouve aussi dans la politique ; et comme on a peine de joindre dans un mesme corps quelques elemens, on a peine aussi a unir dans un mesme esprit quelques vertus. La prudence qu’on veult appeller l’ame de la politique, porte je ne scais quelle inimitie secrette a la pieté ; et les plus sages politiques sont bien empeschés de conserver dans la conduitte de l’Estat, les interests de la Religion ; leurs maximes ne s’accordent pas tousjours, et rarement voions nous qu’un Ministre, ou un Souverain se partage si esgalement entre la Religion et l’Estat, qu’en favorisant l’un, il ne prejudicie point a l’auttre. La source de ce desordre ne vient, ny de la prudence, ny de la pieté ; car comme ces deux vertus sont sœurs, elles n’ont point de differens ; et bien loing de se declarer la guerre, elles scavent bien que leur conservation despend de leur bonne intelligence ; mais la cause de ce malheur vient a mon advis, de ce qu’il y a une fausse prudence, et une fausse pieté qui, estant touttes deux des vices desguises, se persecutent l’un l’auttre, et ne se peuvent souffrir144.

  • 145  Suares, De Religione, tom. 1. lib. 1. cap. 2. num. 2.
  • 146  Ibidem, cap. 1. num. 2.

90Je ne scais pourquoy ce grand homme qui ne peult ignorer la Theologie, ny l’estat de la reli[243]gion qu’il presche et qu’il practique si parfaittement, veult qu’il y ait une inimitie secrette entre la prudence qui fait l’ame de la politique, et la pieté qui passe icy pour la Religion ; puisque le scavant Suares soustient ; quod aliquando sapientia ipsa vocatur Religio, et Religio sapientia145 ; ce qu’estant comme il y a quelque apparence, puisque la Religion est la marque et le fondement de la sagesse ; initium sapientiae timor Domini ; pourquoy ceste inimitie entre deux sœurs, et deux vertus inseparables, qui sont plustost si unies et en si bonne intelligence par ensemble, que l’une cede et s’accommode a l’auttre, quand un plus grand bien les oblige a cela ? C’est pourquoy le sage politique qui doibt conestre et l’une et l’auttre, comme deux choses qu’il possede et qui le regle, n’accommodera-il en cas de besoing la Religion a l’Estat, puisque sa prudence et sa sagesse en cest endroit passeront pour ceste Religion qui a l’amour et l’union des citoiens pour object, aussi bien que l’adoration et la charité envers Dieu qui ne peut estre bien servy, ny pieusement reveré par des esprits irrités, et des cœurs divisés ; ce mesme Suares aiant dit un peu auparavant, que ; Religio [244]apud Latinos aliquando sumi solet, pro anxia cura146 ; qui est le soing et la vigilance que le prince apporte pour maintenir son Estat en repos, et ses sujets en paix et en concorde.

  • 147  Marcil. Ficin, de Vita coelit. Compar. lib. 3. cap. 26.

91Marsille Ficin remarque, apres Mercure Trismegiste, que les prestres Egiptiens ne pouvans persuader au peuple par aucune raison qu’il y eut des Dieux, ou des esprits par dessus les hommes, furent contraints de convocquer des Demons dans des statues, et les produire pour object d’adoration ; voicy ses parolles ; addit sapientes quondam Aegiptios, qui et sacerdotes erant, cum non possent rationibus persuadere populo esse Deos, id est, spiritus aliquos super homines, excogitasse magicum illud hoc illicitum, quo Doemones allicientes in statuas, esse Numina declararent147 ; et de la vient l’Idolatrie parmy eux. Nostre politique pour en venir la en use bien plus moderement, quand pour maintenir les sujets dans le Culte qui les fait subsister, il n’emprunte rien des ennemis du Createur, et ne porte son peuple a l’Idolatrie, mais seulement s’accommode a leur foiblesse, et dissimule leur erreur en ce rencontre, ou ; populus vult decipi, decipiatur ergo.

92Apres l’Escripture ste apres tant de Peres de [245] l’Eglise, tant de Docteurs Orthodoxes, et tant de Theologiens anciens et nouveaux ; voions ce que les aveugles dans la foy, mais les clair-voiant dans la raison en diront apres ces lumieres irreprochables, et qui ne peuvent plus estre suspects puisque deux partis si contraires dans les maximes de Conscience, sont conformes en ce hault point de politique.

93Ceux qui parlent de Socrate et de sa Religion demeurent d’accord, qu’il ne conessoit qu’un seul Dieu, et que s’il a sacrifié aux Idoles, s’estoit la crainte de la Ciguë, et le repos de l’Estat qui le portoit a cela ; c’est pourquoy il faisoit comme les auttres, et practiquoit les sacrifices qui estoient en usage pour lors, sans vouloir troubler le Gouvernement publique par l’introduction d’un nouveau Culte, dont il ne pouvoit user sans violer les Loix Publiques. Ce qui n’empescha pas qu’on ne le fit mourir pour estre accusé de s’estre mocqué de la pluralité des Dieux que la Grece adoroit, et d’avoir enseigné a la jeunesse d’Athenes qu’il ne pouvoit y avoir plus d’une Divinité ; ce qui fait bien penser de son salut aux Peres de l’Eglise, puis que mourir pour avoir soutenu dans la loy de Nature l’unité de Dieu, [246] ce n’est pas estre fort esloigné du merite de ceux qui ont souffert le martire dans la Loy de Grace, pour la foy de nostre sauveur Jesus Christ ; si bien qu’on pourroit le nommer le premier martir du Messie a venir, comme st Etienne l’a esté du Messie des-ja venu.

94St Justin semble descharger Platon du crime d’Idolatrie, rejettant sa facon de parler des Dieux de son temps, sur la crainte de la ciguë qu’il avoit veu donner a son precepteur Socrate.

95Les pirrhoniens n’ont rien crù de la Nature Divine qu’avec suspension d’esprit, ny rien confessé de tout ce que nous venons de dire qu’en doubtant, et pour s’accommoder seulement aux loix et aux Coustumes de leur siecle, et du pais ou ils vivoient.

  • 148  Senec.Episto. 108.
  • 149  St August. de Civit. Dei, lib. 5. Cap. 10.
  • 150  Saint Leon, Pape.

96[247] Seneque parlant de ceste mesme prudence politique, dit en l’une de ses Epistres ; mon pere me contraignit de me remettre a manger de la chair, dont je m’estois passé durant quelques années ; parce qu’il arriva que sous Tibere l’on fit une recherche si exacte de ceux qui servoient Dieu auttrement que le commun, qu’on prenoit pour une superstition condemnable de s’abstenir de certaines viandes ; qui fut le pretexte qu’eut mon pere pour me remettre dans mon ancienne nourriture148. St Augustin parlant de la Religion de ce maistre incomparable de la morale, dit que s’estoit estre genereux pour un paien de prononcer aux hommes de son siecle, qu’ils avoient un culte insensé, et que la seule multitude des fols rendoit excusable ; ut nemo fuerit dubitaturus furere eos, si cum paucioribus furerent, nunc sanitatis patrocinium insanientium turba est149 ; non obstant quoy il vouloit que son sage fit comme les auttres, plustost, disait-il, pour tesmoigner l’obeissance qu’il rendoit aux loix, que par esperance qu’il eut de plaire aux Dieux en imitant un peuple ignorant ; quae omnia sapiens servabit tanquam legibus iussa, non tanquam Diis grata. Ce qui fait que St Leon se moque des anciens Romains, parce [248] qu’ils admettoient touttes les Religions des provinces qu’ils conqueroient, au moien de quoy ils devindrent de maistres de touttes, esclaves d’une chacune ; haec autem civitas ignorans suae provectionis Authorem, cum penè omnibus dominaretur, gentium omnium serviebat erroribus, et magnam sibi videbatur assumpsisse Religionem, quia nullam respuebat  falsitatem150.

97Pour satisfaire a nostre entreprise, apres le tesmoignage de tant de grands hommes, et l’approbation des plus intelligens dans ces matieres, revenons a l’histoire et aux exemples pour monstrer que ceste maxime estant legitime parce que necessaire, elle n’est pas moins practiquée, que conseillée.

  • 151  Saint Math., cap. 2, vers. 8.

98Herode ce Roy celebre en cruauté, apres s’estre informé des mages qui alloient adorer nostre seigneur, de la cause qui les portoit a ce faire, leur dit ; ite, et interrogate diligenter de puero, et cum inveneritis, renunciate mihi, ut et ego veniens adorem eum151. On void par ce passage considerable comme ce politique allarmé jouë les deux principaux personnages qui font regner les souverains, celuy de la dissimulation, et l’auttre de vouloir accommoder la Religion a l’Estat. La [249] dissimulation, en ce qu’il feint de faire chercher pour adorer celuy qu’il vouloit faire mourir en le trouvant ; et il accommode la Religion a l’Estat, en ce qu’il ne craint point de dire haultement (quoy que de bouche seulement qui est la monnoie de quoy les hommes se paient) qu’il veult adorer le Messie quoy que sa loy luy deffendit, et qu’il n’en eut aucune envie.

  • 152  Herodian. lib. 6. Eutrop. lib. 9. Zonar. lib. 2.

99Alexandre Severe qui avoit pour gens de lettres auprés de luy, Papinian, Ulpian, et Paul qu’il consultoit souvent, deffendit qu’on l’appela du nom de seigneur (Dominus), ny de l’adorer les genoux en terre ; apres avoir fait tous ses efforts, quoy qu’en vain, pour faire mettre Jesus Christ au nombre des Dieux, le quel il honoroit dedans son cabinet ; sa mere Mammea femme d’honneur et de grand estime aiant esté instruitte en la foy chrestienne par Origene, la quelle neant moins elle n’osa practiquer haultement par raison d’Estat, grand nombre de chrestiens aiant esté martirisés pour s’estre declarés152.

  • 153  Tite-Live, Histo. lib. 26.

100Tite Live descrivant les vertus et bonnes qualités de P. Scipion qui fut choisi par le Senat de Rome pour aller commender en Espagne, quoy que tres [250] jeune, dit ; fuit enim Scipio non veris tantum virtutibus mirabilis, sed arte quoque quadam ab juventa in ostentationem earum compositus ; pleraque apud multitudinem, aut per nocturnas visa species, aut velut Divinitus mente monita agens ; sive et ipse capti quadam superstitione animi, sive ut imperia consiliaque velut sorte oraculi missa, sine cunctatione assequerentur153.

  • 154  Nicepho. Hist. lib. 14. cap. 55.

101Nicephore dans [dedans] son Histoire Ecclesiastique raconte que Theophile Alexandrin donna l’ordre de prestrise a Sinesius philosophe platonicien, encore qu’il ne fut entierement instruit ny converti a la foy catholique, et qu’il ne crut point la resurrection des morts, advouant pourtant tous les auttres points, ce qu’il fit, dit-il ; eo quod christiani maxime cupidi convertionis tanti hominis, non nihil remiserunt de summo jure, ut eum etsi minimè adhuc amplexatum omnia fidei dogmata, sacris initiarent154 ; se relaschant de la rigueur des loix en faveur de ce grand personnage qui pouvoit estre extremement utile a l’Estat, et a la Republique Ecclesiastique.

  • 155  Zonaras, in, Canon. 12. consilii sexti in Trullo.
  • 156  Canon. apost. Canon. 5. consil. general. tom. 1. Zonaras ; a codic. in princip.

102[Zonaras dans ses Commentaires sur le 12. Canon, du sixieme synode de Constantinople, auttrement in Trullo ; rendant la raison pourquoy ce Canon commande aux Evesques, aux prestres, et aux diacres de quitter leurs femmes et se separer d’avec elles, au prejudice de ce que les Apostres en avoient eux mesme ordonné long temps auparavant, du tout auttrement, leur deffendant de les esloigner, ny de les repudier, mesme sous pretexte de religion, et de pieté, a peine d’estre privés de la Communion, et degradés de leurs ordres ; dit avec sa Prudence ordinaire, que les Apostres ne tolerent ces mariages pendant la naissance de l’eglise, que pour accommoder la religion a l’estat ecclesiastique, et pour un plus grand bien ; quasi Divinos apostolos, nascente ac emergente tum primum fide, neque adhuc sonitu Divinae praedicationis latius evulgato, mitius cum iis qui fidem amplecterentur, ac remissius egisse, nec ab eis omnes perfectionis numeros exigentes, aliquid tum imbecillitati ipsorum, tum inveteratae apud omnes gentes, atque adeo apud ipsos Judaeos consuetudini indulsisse affirment.155. Episcopus, aut presbiter, aut Diaconus, suam uxorem non eiiciat occasionem religionis ; si viro eiici, a communione pellatur ; persistens, ordine removeatur156].

  • 157  Concil. gener. tom. 1. in notis ad vitam Gaii papae.

103Apres la mort de l’Empereur Carus on publia [251] dedans la ville de Rome un Edict contre les chrestiens qui leur deffendoit d’achepter, ny de vendre quoy que ce soit, ny de moudre leur grain, ny d’aller a l’eau, sans avoir au préalable sacrifié aux Idoles qu’on leur dressa en tous les lieux ou ils avoient affaire ; et pour les obliger de satisfaire a ceste ordonnance, il y avoit des gardes par tout qui ne leur permettoient de prendre, ny de se servir d’aucune chose necessaire [de choses aucunes necessaires] a la vie sans premierement avoir presenté de l’encens a ces faux Dieux ; ce qu’ils estoient contrains de faire et d’accommoder ainsi leur Religion a celle de ces paiens et de ces infidelles pour pouvoir subsister dedans l’Estat, et conserver leurs biens, et leurs vies, sans qu’on les accusat [accuse] de s’estre rendus coupables, ny Idolatres pour cela157.

  • 158  Ammian. Marcell.lib. 21 et 22.

104[Julian l’Apostat fit semblant d’estre chrestien, et menoit une vie toute religieuse pour pouvoir succeder a l’Empire Romain ; auquel il ne fut pas plustost parvenu, qu’il leva le masque, et se rendit le fleau et le persequteur trescruel des chrestiens158]

  • 159  Camerarius, en ses meditat. histo. vol. 1. liv. 5. chap. 9.

105L’Empereur Tibere voulant de son Authorité souveraine mettre Jesus Christ au nombre des auttres Dieux pour les avoir tous favorables, le senat s’y opposa et l’empescha de ce faire a cause des loix de Romulus, ou des Douze tables, qui deffendoient [deffendent] aux souverains [Romains] d’adorer d’auttres Dieux que ceux du pais ; ensuite de quoy Ciceron ordonne [252] dans [dedans] ses loix, que pas un citoien n’ait des Divinités a part, et n’en adore en sa maison aucuns nouveaux ou estrangers, que premierement ils n’aient esté receus par Authorité publique159.

  • 160  Philo, Legatio. ad Caium Caesar.

106Philon le Juif, parlant de Caesar Auguste, dit ; tam sanctè sacra nostra coluit, ut penè omnium domesticorum ejus dona extent in templo nostro, in quo mandavit quotidiana mactari holocausta suis sumptibus Deo sacrata altissimo ; quae sacra in hodiernum diem peraguntur, durabuntque perpetuo, monumentum vere virtutum imperatoriarum160. Ceste histoire nous fait voir comme l’Empereur s’accommodoit a la Religion des Juifs, et les Juifs a celle de l’Empereur ; celuy cy faisant faire des sacrifices a un Dieu qu’il ne reconoissoit point, quoy que le veritable, et ceux-la recepvans contre l’ordre de leurs loix, les sacrifices d’un paien, crainte qu’on ne les abolit et ruina entierement.

  • 161  Joseph, Antiq. Judaic. lib. 11. cap. 8.

107Ils en firent bien davantage au rapport d’un de leurs sacrificateurs, a Alexandre le Grand, au quel ils permirent de sacrifier dedans leur Temple de mesme facon qu’auroit fait leur grand prestre ; ce qu’ils souffrirent d’autant plus librement, qu’ils craignoient que, l’en empeschant, il les ruineroit, [253] et leur temple aussi161.

  • 162  Machab. lib. 2, cap. 3, vers. 35.

108Nous lisons dedans les Macabées, qu’Heliodore general de l’armée [d’armée] du Roy Seleucus sacrifia dedans le Temple de Jerusalem162.

109L’histoire nous apprend que les Empereurs Romains quoy que paiens, vouloient que les chrestiens priassent Dieu pour eux, encore qu’ils crussent leur Religion abominable ; et ce seulement par raison d’Estat affin de se faire reconestre par la, et pourvoir contenir et accoustumer les peuples en leur obeissance, parce qu’ils conessoient qu’on ne faisoit point de difficulté d’obeir comme a son souverain, a celuy pour l’Empire et prosperité du quel on faisoit des prieres publiques et ordinaires.

  • 163  Eusebe, liv. 8. chap. 26.
  • 164  Idem, lib. 10. cap. 8.

110Maxentius pour jouir de l’Empire auquel il succeda apres Maximian son pere en l’an 311, contrefit le bon catholique, et si fort, qu’il ne cherchoit que les occasions d’obliger les chrestiens, quoy qu’il ne les aima point163. L’Empereur Licinius en fit autant en l’an 324164.

  • 165  Sozomen. lib. 5. cap. 2. Theodoret, lib. 3. cap. 3.4. Ammian Marcel. lib. 21.22.

111Julian l’Apostat pour parvenir a l’Empire, se rendit si devot en apparence, qu’il prist l’ordre de lecteur, et en fit l’office publiquement dans l’Eglise ; voire mesme son hippocrisie vint a tel point, [254] qu’il se fit moine portant le cheveux raz ; et la Couronne comme un simple religieux ; rappelle les Evesques exilés par ses predecesseurs, et leur donne pleine liberté de rentrer dans leurs Eglises et la jouissance de leurs revenus ; contraint  ceux qui les avoient desmolies de les rebastir ; puis se voiant paisible et affermy, levant le masque, il se rendit le fleau et le persecuteur cruel et inhumain des sectateurs de Jesus Christ165.

  • 166  Nicepho. lib. 16. cap. 26.

112Anastase premier du nom, dit Dicoras, pour se faire couronner plus facilement Empereur par le patriarche de Constantinople, environ l’an 494 se sousmit volontairement a faire une profession publique de la foy catholique de bouche, (luy qui estoit Arrien, et Manicheen) et la donner par escript signée de sa main, avec un grand et solemnel serment d’estre a jamais catholique166.

  • 167  Zonare, tom. 3.

113Léon 4 pour regner plus tranquillement, et obvier aux empeschemens que les Catholiques luy pourroient faire pour la haine qu’il portoit aux images des saincts, contrefit le Catholique zelé ; et parce que son pere Constantin 5 dit, Copronime, s’estoit acquis la haine du monde pour avoir persecuté les moines, il les caressa, [255] et leur donna les meilleurs Eveschés, tant qu’il eùt fait recepvoir son fils Empereur, environ l’an 777 et luy fait prester serment de fidelité167.

  • 168  Zonare, tom. 3. Surius, tom. 2.

114Michel, dit, le Begue, aiant esté esleu Empereur d’orient par la deposition de l’heretique Leon 5 il n’eut rien tant a cœur que d’aller viste a l’Eglise se faire couronner par le patriarche Theodatus ; ce qui fit que le patriarche Nicephore qui avoit esté exilé par Leon, l’exhorta par lettres d’estre catholique, et de remettre les images ; auquel il fit une response honorable, avec promesse de vivre catholiquement, et de n’alterer rien en Religion, ny en l’Estat de l’Eglise ; et de fait il le rappela d’Exil, et delivra des prisons les Catholiques qui s’y trouvoient enchaisnés168.

  • 169  Histo. Bohemiae.

115George de Poggebra Roy de Bohème en l’an 757 pour se faire couronner Roy fit semblant d’estre catholique, pour preuve de quoy il abjura son heresie, et presta serment sur les Evangiles d’obeir au Sainct Siege Apostolique et Romain, et de chasser tous les heretiques [sic] de son Roiaume ; escrivant a son Ambassadeur prés du pape Pie 2 de luy rendre obedience de sa part, mais secrettement toutte fois, [256] crainte, disoit-il, d’estre abandonné des heretiques169 ; ce qu’un de nos plus grands Rois francois a fait assés long temps.

116Henry 2 Roy de Navarre, et Vicomte de Bearn, en l’an 1572 contrefit le bon Catholique par l’espace de quattre ans, abjura mesme son heresie publiquement et solenellement entre les mains du Nonce du pape, et fit profession de la foy catholique la quelle il envoia signée de sa main au pape Gregoire 3 par le sr de Duras son Ambassadeur pour luy rendre l’obedience que tous les Rois Catholiques ont accoustumé de luy faire, et ce crainte des catholiques comme il le publia depuis par ses Declarations.

  • 170  La Mothe Le Vaier, De l’histoire, pag. 156-157.
  • 171  Histo. du concile de Trente, liv. 1.
  • 172  Baron. in Martirolog. 22. Augusti.

117L’Empereur Charles Quint, le plus grand prince de son temps, scavoit si bien accommoder la Religion a l’Estat, qu’il suivoit tousjours le costé le plus favorable ; son armée estant plaine [sic] d’Allemans presque tous Lutheriens, il leur permettoit l’exercice libre de leur Religion, de chanter des pseaumes, et de faire prescher leurs Ministres, au grand estonnement de tous les Catholiques. Pour appaiser les divisions qui se for[257]moient dans ses Estats, pour les Religions differentes qui s’y trouvoient, fit composer et publier le livre de l’Interim, qui regloit la Conscience des Allemans attendant le concile de Trente, ce que les Catholiques prirent pour un attentat sur la jurisdiction ecclesiastique170. Ne pouvant aller en personne a la Diette d’Augsbourg qui suivit en l’an 1555 il y fit presider le Roy Ferdinand son frere, et arrester que ceux de la confession d’Augsbourg vivroient en liberté de Conscience avec les Catholiques. Il permit de plus le mariage aux prestres, et aux laics la communion sous les deux especes, contre l’institution de l’Eglise qu’il suivoit, et tout cela pour le repos et la tranquillité de son Empire, et de toutte l’Allemagne ; de quoy le pape murmura fort171 ; ce qui fit dire a ceux qui excusoient cest Empereur, que nul ne scait que c’est de gouverner un Estat que le propre prince, qui seul void et conoit touttes les necessités d’iceluy ; que quiconque gouvernera son Estat regardant aux interests d’auttruy, le ruinera ; et qu’aussi peu pouvoit il reussir de gouverner l’Allemagne en la maniere que desirent ceux de Rome, que de regir Rome au gré des Allemans ; estant certain [258] qu’il scavoit aussi bien qu’aucun auttre souverain accommoder les interests du ciel a ceux de la terre imitant en cela l’Empereur Gratian qui disoit qu’il estoit Evesque de l’Eglise pour le dehors, comme le prelat ecclesiastique l’est pour le dedans172. C’est ce mesme Empereur de la maison d’Austriche tres Catholique, qui fit faire des processions generales par toutte l’Espagne, pour la delivrance du pape que luy mesme tenoit prisonnier.

  • 173  Vie de Catherine de Medicis, pag. 24-25.

118Catherine de Medicis, voulant se rendre considerable pendant sa Regence au temps de la minorité de Charles 9 favorise sous mains les huguenots en tout ce qu’elle peult, fait des demonstrations touttes ouvertes de ne trouver point leur Doctrine mauvaise, fait prescher devant elle quelques uns tenus de long temps pour Lutheriens, comme l’Evesque de Valence, Bouteillier, et auttres, dont plusieurs Catholiques se scandaliserent fort ; auxquels Catholiques elles disoit par derrier, que ce n’estoit que pour eviter la division qu’elle faisoit cela, ne se souciant pas quelle Religion fut ruinée, ou establie, pourveu qu’elle parvint a son but, qui estoit de gouverner173.

  • 174 , Sarpi, Hist. du Concil. de Trente, liv. 6. pag. 573. in 4°.

119[259] Nous lisons dans l’Histoire du Concile de Trente qu’un de nos Rois aiant fait faire une assemblée a St Germain en l’Aye, le 17 janvier, touchant les troubles de l’Estat a cause de la Religion, le Chancelier exposa au nom du Roy, que tous ces deputés estoient appellés pour consulter des remedes propres pour appaiser ces desordres, advoüant que la conessance des choses concernant la Religion debvoit veritablement estre laissée aux prelats ; mais que la ou il ne s’agissoit que du repos de l’Estat, et de tenir les sujets en l’obeissance du Roy, cela ne pouvoit appartenir aux gens d’Eglise, mais aux conseilliers du Roy. Que pour luy, il avoit tousjours esté de l’advis de Ciceron, le quel blasmoit Caton de ce que, vivant en un siecle tres corrompù et dépravé ; il estoit aussi severe et aussi ferme en ses deliberations, comme il eut esté en la lie de Romulus, ou dans la Republique imaginaire de Platon. Qu’il faloit tascher d’accommoder et approprier les loix au temps, et aux personnes, comme la chaussure au pied. Que pour l’heure on mettoit en deliberation ce poinct, si le service du Roy requeroit qu’on permit, ou qu’on deffendit [260] les assemblées aux pretendus reformés ; en quoy il n’escheoit point de disputer quelle Religion estoit la meilleure, attendu qu’il ne s’agissoit point de former une Religion, mais de regler l’Estat, qu’il n’estoit point incompatible, que plusieurs fussent bons francois, et mauvais chrestiens ; et qu’il se pouvoit bien faire qu’on vescut ensemble en paix, sans avoir une Religion commune174.

  • 175  Paolo Sarpi.
  • 176  Hist. du Concil. de Trente, liv. 8.

120Ce mesme Pierre Soave Polan175, aussi grand Theologien, qu’excellent politique, parlant sur la fin de son histoire, comme la maladie du pape pressoit de conclure ce Concile, et de la congregation qui se tient pour en recepvoir les decrets en retranchant ce qui ne pourroit pas s’executer pour lors ; parce, dit-il, qu’il advient souvent, que non seulement es affaires du monde, mais aussi en celles de la Religion, les interests estans changés, la creance des hommes varie aussi176.

  • 177  Servin, en ses Plaidoiés.

121Monsr Servin ce celebre et fameux Advocat General du parlement de Paris, dans son plaidoié entre Francoise de Foix de Candale, et le Duc d’Espernon son beau frere, dit ; quand nous advoüons qu’il fault que le public l’emporte, nous entendons la[261]paix de l’Estat, paix de Babilone (parlant icy des Edicts de pacification) que St Augustin disoit servir a la paix de l’Eglise, et paix de nostre Seigneur177. Et sur la fin. Le pape a donné dispense a un moine de Ste Bénigne de Dijon que les Polonais avoient esleu pour leur Roy ; et cela a esté approuvé par le Jurisconsulte Balde en la loy ; si pater familias, ss. ult. par les termes du texte, ff de adoptionibus. Et ce par la consideration de l’utilité publique qui donne couleur et raison de quelque justice a telle dispense, suivant ce que dit le mesme Balde, sur la Loy Rescripta, Codic. de precibus Imperatori offerendis.

  • 178  Camerarius, en ses meditations histo. vol. 1. liv. 5. chap. 9.

122Emmanuel, Roy de Portugal aiant donné [donna] terme et jour prefix [certain] aux Juifs, et aux Maures de son Roiaume pour se faire baptiser, s’ils n’aimoient mieux en sortir, ou estre faits esclaves ; et Ferdinand et Isabelle Roy [Rois] de Castille aiant fait [firent] mourir tous ceux qu’ils purent attrapper dans leurs Estats, et ce environ le temps que [apres le quel] Mahomet avoit emporté d’assaut la ville de Constantinople, et renversé l’Empire des Grecs. Or comme non [262] seulement Constantinople, mais aussi toutte la Thrace estoit presque deserte, a cause des saccagemens faits par les Turcs, et que les Grecs avoient esté partie tués, partie menés esclaves de tous costés, pour repeupler le pais, Mahomet fit publier un Edict par le quel il laissoit a chacun sa Religion Libre, moiennant un certain tribut annuel ; les Juifs esmús du bruit de ceste franchise dont ils ne pouvoient jouir entre les chrestiens, se retirerent a grosses trouppes dedans la Grece avec touttes leurs familles et leurs moiens ; et tient-on qu’ils y passerent au nombre de cent mille personnes et plus ; ce que voiant le sultan des Turcs, il disoit souvent, qu’il s’estonnoit de l’imprudence des princes chrestiens qui aimoient mieux chasser a leur grand prejudice, que de retenir et conserver a leur advantage ceste grande multitude d’hommes qui pouvoient leur servir comme d’esclaves en beaucoup d’affaires profitables, en leur donnant la vie seulement178.

  • 179  Acta Concil. Florentini. Calcondil. hist. des Turcs, liv. 6-7. Chemnit. in Concil. Trident. fol. 5 (...)

123Jean Paleologue Empereur de Constantinople179 craignant que le Turc ne le vint [vient] attaquer [263] comme il s’y disposoit avec de grands preparatifs de guerre, cherchant de l’appuy et du secours de tous costés, s’advisa de faire une guerre de Religion de celle que le sultan luy preparoit ; ce qui le fit resoudre de venir en personne a Ferrare, accompagné du patriarche de Constantinople, et des plus scavans hommes de son Eglise, pour assister au Concile general qui s’y tenoit, et qui depuis fut achevé a Florence dont il porte le nom. Estant arrivé la, le pape Eugene 4. qui y estoit en personne le receut le plus civilement et le plus honnestement qu’il put, luy tesmoignant la joie qu’il avoit, et qu’une si celebre assemblée recepvoit de voir l’Eglise grecque reunie a la latine, ce que l’on desiroit depuis tant de temps. Apres plusieurs conferences tant d’Estat que de Religion, il falut parler des poincts controversés entre les deux Eglises, et entre auttres du purgatoire, de la procession du st Esprit, de la transubstantiation, de la primauté du pape, et de sa puissance absoluë dedans l’Eglise, que les Grecs nioient entierement, comme ils firent voir par l’Apologie qu’ils publierent au Concile de Basle, qui fut le commencement [264] de celuy-cy. Neant moins pressés d’accorder quelque chose, et de remporter quelque fruict de leur voiage, ils donnerent les mains seulement pour ce qui estoit de la procession du st Esprit, advoüans ce que l’Eglise romaine en croioit. Le pape non content de ce seul article, voiant que cest Empereur avoit affaire de luy, et de sa bourse, le pressa tellement [tant] et d’une sorte et d’auttre [d’une autre], qu’il le porta a consentir avec tous ceux de sa trouppe, a la reserve d’un seul nommé Ephesin, qu’ils advoueroient [advoüerent] touttes les choses desniées jusqu’a present, a condition neant moins qu’il n’en seroit point parlé dedans le traitté d’union qu’ils feroient entre eux. Le st Pere voiant qu’il ne les pouvoit porter a tout ce qu’il eut bien desiré, dit qu’il se contenteroit pourveu qu’on insera dedans leur accord et traitté de ce seul article, de l’aveu qu’ils faisoient du purgatoire. Paleologue qui sentoit que ses interests le pressoient, et croiant par la obliger le pape a le secourir contre son Ennemy, ne put pas refuser de souscrire une chose qu’il ne croioit [de refuser une chose qu’il ne faisoit] que par maxime d’Estat. Ceste grande difficulté ainsi terminée en l’an 1439 les Grecs s’en retournerent en leur pais, s’assurant que le [265] secours que sa saincteté avoit promis, les suivroit de prés, mais comme il ne vient point, et que le Turc s’empara de leur Empire quatorze ans apres sans aucune assistance de l’Eglise romaine contre ce qu’on leur avoit fait esperer, ils revocquerent, et revocquent encore tous les jours tout ce que la necessité de leurs affaires leur avoit fait accorder en ce Concile, et ne reconessent auttre chef de l’Eglise que leur patriarche, nonobstant l’accord et l’union susditte. Ainsi nous voions comme adroittement ils avoient sceu accommoder la Religion a la necessité de leur Estat, sans que les Catholiques puissent les [les puissent] blasmer d’auttre chose que de ne l’avoir pas fait assés long temps.

  • 180  Mariana, Hist. d’Espagne.

124Sisenard Roy d’Espagne ne trouvoit point de pretexte meilleur, ny plus avantageux que celuy de la Religion ; qui estoit encore le voile dont Chintila et Ervig avoient accoustumé de couvrir, et de desguiser leurs actions180.

125[L’Empereur Charles quint scavoit si bien accommoder la religion a l’Estat, qu’il suivoit tousjours le costé le plus favorable ; son armée estant pleine d’Allemans presque tous Lutheriens auxquels il permettoit l’exercice libre de leur religion, de chanter des pseaumes, et de faire prescher leurs ministres, au grand estonnement de tous les Catholiques ; Luy mesme dedans l’assemblée generale d’Auspoing mit un dangereux temperament a certains articles tirés des coustumes de l’une et l’auttre religion, et en fit un estranger meslange ; outre cela il permit encore le mariage aux prestres, et aux laics la Communion sous les deux especes, constre l’institution de l’Eglise qu’il suivoit ; et tout cela pour le bien, le repos, et la tranquillité de son Empire.]

  • 181  Thomas Morus, Euthopie, liv. 2.

126Un celebre et genereux chancelier d’Angleterre, dans une histoire qui n’a rien de fabuleux que le nom, raconte sous celuy d’Eutopie qui [qu’il] donne au Roy et au Roiaume de la Grande Bretagne [d’Angleterre], que ce prince voiant que ses sujets estoient dans des divisions [266] et des dissentions perpetuelles, jusques a s’entre-tuer les uns les auttres pour le fait de la Religion ; ordonna qu’a l’advenir chacun suivroit celle qu’il croioit la plus pure et la plus legitime, sauf aux uns et aux auttres de vaincre l’opiniastreté de ses concitoiens par bonnes preuves et vives raisons, leur deffendant d’en plus venir aux mains, aux factions, ny aux monopoles a peine d’estre chassés et bannis du Roiaume, comme perturbateurs du repos publique181.

  • 182  Pierre Mathi. Hist. de Henry, 4, liv. 1. narra. 5. sectio 9. Sacra, et Deos instituere, non est fa (...)

127Le prince souverain du Jappon, qu’on appelle Quabacondono, auttrement, Taricosama, fit un Edict general contre tous ceux qui preschoient la Religion chrestienne dedans son Estat, et qui taschoient d’y en establir une auttre que celle de ses Peres, et de ses predecesseurs. Le fondement de ceste ordonnance n’estoit auttre, que le peril qu’il y a de souffrir l’establissement d’une nouvelle Religion, puis que telles nouveautés sont les vraies semences et racines des revoltes et rebellions, les quelles s’eslevent courageusement quand une fois le peuple est persuadé que la Religion en la quelle le prince les fait vivre est fausse et Impie. Le Roy du Jappon estimant que [267] tout ce qui estoit hors des termes de sa Religion estoit hors les intentions de ses Dieux ; se souvenant comme les auttres princes des terres neuves avoient esté traittés par la negligence qu’ils avoient monstré en l’introduction de ce changement ; adjouta a ses deffences de grandes peines a ceux qui feroient profession de la foy chrestienne, qui l’enseigneroient, et y seroient enseignés, qui baptiseroient, et seroient baptisés182.

  • 183  Nicetaz Achoniates, in Vita Andronici.

128Basilius Camarexus, pour pouvoir plus aisement parvenir au patriarchat de Constantinople, s’obligea par escript de sa main, qu’il executeroit et feroit tout ce que l’Empereur Andronicus auroit aggreable, et s’opposeroit courageusement a tous ceux qui y trouveroient a redire183.

  • 184  Paul Jove, hist. lib. 21.

129Paul Jove atteste et raconte, que de son [nostre] temps un Grec nommé Demetrius sacrifia dedans l’Amphitheatre de la ville de Rome, un taureau a la mode des paiens, pour faire cesser la peste, au veu et sceu de sa Saincteté, sans qu’il fut repris ny chastié de son Idolatrie ; et ce sacrifice fut estimé tres sainct et tres puissant par la populace, a cause qu’incontinent apres, la maladie qu’on n’avoit pù esteindre ny chasser par les prieres des chrestiens, [268] commencea a s’adoucir et a diminuer apres des vœux infideles [deffendus], et que nous estimons sacrileges184. Pourquoy je vous prie le pape accommodait il ceste Idolatrie a sa Religion, et pourquoy souffroit il qu’on invocqua des Dieux qu’il condemne sinon pour donner ce contentement au peuple et permettre quelque chose a leur superstition ?

130Et sans chercher des exemples plus loing, que ne font pas nos moines aujourdhuy pour accroistre leurs maisons, pour enrichir leurs couvents, pour emplir leurs besaces, et pour se rendre maistres de tous les peuples de la terre [pour avoir un ascendant sur tous les esprits de la terre] ? Au mieux senses, et a ceux qui conessent leurs artifices et leurs menées, ils advouent librement que la plus part de leurs actions ne sont que momeries, et pipperies qui sont aussi estudiées, qu’elles leurs sont utiles et necessaires. Et aux simples et idiots qui sont en plus grand nombre, ils donnent des preceptes qu’ils ne font pas, et leur conseillent mille et mille choses qu’ils ne practiquent point. Ils leur persuadent qu’on ne va plus en paradis sans un Cordon de st Francois ; les auttres sans scapulaire ; d’auttres sans un rosaire, et que sans estre habillé de leurs livrées on n’y est pas receu, ny conu. [269] Ce qu’ils ont tellement evangelisé, qu’on n’enterre plus les hommes maintenant [maintenant hommes] qu’avec des chapperons vrais tesmoings de leur vie passée [leurs vies passées], et les femmes mariées qu’avec des habits de moines, qu’on fait [et les fait on] suivre par huit ou dix enfans qui crient apres leur pere, ou leur mere, nonobstant la robbe, [et] les vœux, et le celibat que ces vestemens desnottent. A quoy bon ces desguisemens je vous prie, a quoy bon ces grimaces, et pourquoy tant [de] bigarrures sinon pour maintenir l’Estat monastique, et faire subsister leur cuisinne [besace], et leur petitte Republique ? Les Apostres nous ont ils enseigné cela, les Peres de l’Eglise le conseillent ils, les Conciles [generaux] en ont ils jamais parlé, leurs fondateurs mesmes en ont ils laissé un seul mot par escript dedans leurs regles et leurs constitutions ; eux-mesmes l’approuvent ils ? Tant s’en fault puisque les plus habiles s’en meslent si peu, et qu’on laisse d’ordinaire le Gouvernement de touttes ces choses aux plus simples et aux plus ignorans d’entre eux.

  • 185  Joseph Scalig. animad. in Eusebium. num. 2077. p. 178.
  • 186  Joseph, Antiqui. Judaic. lib. 2. cap. 17.
  • 187  St. Jean, cap. 2. vers. 20.
  • 188  Rabbi Maimonides.
  • 189  Ad Philipp. cap. 1. vers. 18-19.
  • 190  St Hiero. in prolog. Episto. Pauli ad Senecam, et Senec. ad Paulum.
  • 191  Actus Aposto. cap. 10. vers. 2.
  • 192  Genebrard, De la liturg. Apost. part 1. cap. 14. Tertulian. de praescript. Concil. Carthag. 4, cap (...)
  • 193  Rabbi Maimonides.
  • 194  Seldenus, de Jure naturali, et gentium, &c. haebreo. lib. 3, cap. 4. et 6.

131Il n’y a jamais eù d’Eglises, ny de nations quelles elles soient qui n’aient accommodé la Religion, soit la leur, soit celle [celles] des auttres, au bien, a la gloire, et a l’avancement de leurs Estats ; puisqu’il est si constant qu’il n’y en a pas une qui ne tende [270] a une mesme fin, qui est de chercher son salut en la conessance et en l’adoration d’un Dieu Createur et sauveur des hommes ; les ceremonies qui sont touttes exterieures et particulieres, n’estant que de la police, et de l’usage du [des] pais ou l’on est. Les Juifs permettoient aux Gentils, paiens, et estrangers, de venir adorer et [,] sacrifier [, et de faire des vœux] dedans leur temple ; Gentiles sanè adorabant, immolabant, vota solvebant, et suscipiebant in templo Hierosolimitano185 ; quin et producebant in medium, scientissimos morum patriorum sacerdotes, dit Joseph, qui testarentur omnes eorum maiores exterarum Gentium, seu Gentilium sacrificia accepisse186 ; tesmoing cest Heliodore dont il est parlé dedans les Machabées ; et ce que sainct Jean dit par ce passage ; erant autem quidem Gentiles qui ascenderant ut adorarent in diè festo187. Ce que les Juifs souffroient librement et impunement, mesme s’en glorifioient, comme atteste Rabbi Maimonides, quand il dit ; si Gentilis afferebat sacrificia pacifica offerenda ea erant velut holocausta, quoniam cor ejus erat versus Deum, et de cultu ejus inde constabat188 ; ce que st Paul approuve et confirme, disant ; quid enim dum omni modo, sive per [271] occasionem, sive per veritatem Christus annuncietur, et in hoc gaudeo, sed et gaudebo ; scio enim quia hoc mihi proveniet ad salutem189 ; et Mariana paraphrasant ce passage, dit ; quid mea refert, modo Christus annuncietur, non curo quo animo id faciant. St Justin demande si Socrate, et Heraclite ont pas esté chrestiens estans doués de tant de vertus morales ; st Clement dit qu’ils ont pù estre justifiés par la grande conessance qu’ils avoient de la philosophie ; et st Epiphane, que ; sine lege Mosaica, et Evangelica, sola lege naturae, multos fuisse justificatos, et salvatos; ce qui sans doubte a donné sujet a Thammeus [sic], de faire son livre ; de salute philosophica, sine verbo Dei]. St Hierosme met Seneque au nombre de nos saincts ; voicy ses parolles ; Lucius Annaeus Seneca continentissimae vitae fuit, quem non ponerem in catalogo sanctorum, nisi me Epistolae illae provocarent, quae leguntur a plurimis, Pauli ad Senecam, et Senecae ad Paulum190. Et st Paul, escrivant a Seneque, finit son Epistre par ces mots ; valè devotissimè magister. Jamais les hebreux n’ont esté qu’ils n’aient eù parmy eux des paiens et estrangers qui estoient pieux, gens de bien, et tres vertueux, comme nous apprenons des Actes des Apostres, touchant Corneille de Caesarée Centenier des Bandes Italiennes, [272] qui est appellé par le st Esprit ; religiosus ac timens Deum, cum omni domo sua191. Et les Juifs ne sont pas les seuls qui ont ouvert leurs temples aux paiens et estrangers pour y faire leurs prieres, puis que les chrestiens en faisoient de mesme dedans [en] la primitive Eglise ou la charité estoit plus grande, la Religion moins bigarrée, mais plus pure et plus fervente. Ils les recepvoient dedans leurs Eglises et tous ceux qu’on instruisoit a la foy, et qui n’estoient point encore baptisés ; et leur permettoient d’entendre leur messe [leurs messes] jusqu’a l’offertoire, tant que le diacre disoit a haulte voix ; cathecumeni, energumeni, poenitentes exeant in pace192 ; que les catechisés, possedés, et penitens sortent en paix. Et presentement parmy les Juifs depuis la destruction du temple de Jerusalem, Rabbi Maimonide, dit ; Gentilibus licet holocausta offerre Domino quocunque locorum, modo aram sibi extruant ; sed nobis nefas est illis opem praestare aut procuratores agere, quoniam nimirum vetitum est nobis offerre extra atrium ; at vero fas est nobis indicare illis et docere quomodo offerre debeant Domino Deo benedicto193. Et pendant que leur Religion fleurissoit le plus, et qu’elle estoit en son plus grand lustre, ils traittoient les paiens [273] et infideles qui venoient sacrifier avec eux, comme ils faisoient les femmes qui avoient leurs menstruës, et celles qui n’estoient point encore purifiées de leurs couches ; ou bien comme les hommes qui avoient quelque flux de semence, ou qui avoient touché quelques corps morts, sans les mespriser davantage pour cela194.

  • 195  Procopius, Hist. lib.
  • 196  Concil. Toletan. et, cap. de Iudaeis, distinct. 45.
  • 197  Epist. ad Roman. cap. 8. vers. 15
  • 198  Salvian, De Provident.
  • 199  St Augustin.

132Procope nous apprend que l’Empereur Justinian fut blasmé des plus sages et des plus prudens, quod Samaritas vi ac minis ad christianam Religionem compulerit, a cause des grands malheurs et des [grands] inconveniens fascheux qui s’en ensuivirent, et qu’il rapporte dedans son histoire195. Le concile de Tolete deffend formellement ces violences ; praecipit sancta sinodus nemini deinceps ad credendum vim inferre, cui enim vult Deus miseretur, et quem vult indurat196. Ce qui est conforme a ce que dit sPaul, et Tertulian apres luy ; Lex nova non se vindicat ultore gladio197 ; st Athanase est de ce sentiment ; et Salvian declare de bonne grace, en beaux termes, et avec une grande submission d’esprit ce qu’il en pense, en parlant des Ariens ; haeretici sunt, sed non scientes ; apud nos sunt haeretici, apud se non sunt ; non in tantum se Catholicos esse judicant, [274] ut nos ipsos titulo haereticae pravitatis infament ; quod ergo illi nobis sunt, et hoc nos illis ; errant ergo, sed bono animo errant ; non odio, sed affectu Dei, honorare se Dominum, atque amare credentes ; quamvis non habeant rectam fidem, illi tamen hoc perfectam Dei aestimant charitatem, et qualiter pro hoc ipso falsae opinionis errore in die judicii puniendi sint, nemo potest scire, nisi judex. Interim idcirco eis, ut reor, patientiam Deus commodat, quia videt eos etsi non rectè credere, affectu tamen piae opinionis errare198. Et st Augustin ceste rare lumiere de l’Eglise plaignant [discourant] avec sa charité ordinaire [de] l’erreur et [de] l’aveuglement des Manicheans du quel il avoit esté si long temps possedé, dit des parolles dignes d’un juge sans passion, et qui a plus d’amour que de haine, et plus de compassion que d’aversion ; illi saeviant in vos qui nesciunt cum quo labore verum inveniatur, et quam difficile caveantur errores ; illi in vos saeviant qui nesciunt quam rarum et arduum sit carnalia phantasmata piae mentis serenitate superare ; illi in vos saeviant qui nesciunt quanta difficultate sanetur oculus interioris hominis, ut possit intueri solem suum ; illi in vos saeviant qui nesciunt quantis gemitibus et suspiriis fiat [275] ut ex quantulacunque parte possit intelligi Deus ; postremo, illi in vos saeviant, qui nullo tali errore decepti sunt, quali vos deceptos vident ; ego autem saevire in vos omnino non possum, quos sicut me ipsum illo tempore, ita  nunc debeo sustinere, et tanta patientia vobiscum agere, quanta mecum egerunt proximi mei, cum in vestro dogmate rabiosus, et caecus errarem199.

133Il y a bien plus de gloire de tendre la main a un aveugle, que de le pousser pour le precipiter plus brusquement ; nous ne nous conessons pas nous-mesmes, et nous voulons juger comme il nous plaist des actions des auttres ; a peine scavons nous quelle est la  Nature de l’ame d’un ver de terre, et nous entreprenons de juger souverainement de la Conscience de nostre prochain qui est la seule chose que Dieu se reserve pour marque de son Authorité dessus les hommes. Nous n’avons que l’ignorance et la temerité pour partage ; nous sommes tout bouffis de presomption et d’orgueil [d’orgueil et de presomption] ; et pourveu que nous sachions accuser les auttres, nous croions estre assés vertueux, et assés innocens. La vertu ne se mesnage point de la sorte, tant plus nous en ostons aux auttres, et tant moins [nous] en reste-il pour nous ; elle ne change point de main pour estre [276] enviée, ou desrobée ; elle n’est sujette ny au trafic, ny aux violences, ny aux surprises des hommes ; si nous n’en trouvons auprés de nous, personne n’est capable de nous en prester.

  • 200  Senec. Epist. 47.

134En un mot, considerons nous nous mesmes, et confessons sans passion et sans opiniastreté, que c’est un consentement universel de tous les hommes, qu’il fault non seulement pour le bien, et le repos de l’Estat, mais encore pour la paix et la tranquillité des familles particulieres, accommoder la Religion a l’Estat ; tesmoings les Rois, les princes, les seigneurs, les magistrats, les bourgeois et les artisans qui souffrent comme nous voions tous les jours que leurs femmes facent mille extravagances dans leurs devotions, qu’elles se laissent gouverner par des moines qui ne travaillent que pour eux, qu’elles soient de touttes les confrairies approuvées et non approuvées, qu’elles se trouvent dans tous les sermons, qu’elles entendent quattre ou cinq messes par jour, qu’elles ne parlent que d’indulgences a gaigner encore qu’elles n’en fassent a personne, qu’elles crient apres la charité quoy qu’elles n’en aient pour qui que ce soit, qu’elles visitent tous les malades de la ville, et jamais ceux de leurs maisons ; [277] qu’elles facent des aumosnes de ce qu’elles retranchent, voire de ce qu’elles ravissent a leurs serviteurs ; qu’elles paroissent des anges en public, et des demons dans leurs familles ; et mille auttres grimaces de ceste sorte qui n’ont rien de solide ny de veritable, que l’hippocrisie et la dissimulation qui les fait naistre. Et pourquoy cela je vous prie ? Pour avoir la paix dans la maison, pour achepter un repos qu’on ne scauroit avoir auttrement ; bref, pour les empescher de faire pis, ce qu’elles feroient bien asseurement, si on n’applaudissoit a ces feintes estudiées, et si on ne les souffroit avec patience et doucement pour trouver ceste tranquillité particuliere, et si necessaire au general ; majores nostri, dit Seneque, domum nostram pusillam Rempublicam esse judicarunt200.

135Si Dieu permit auttrefois aux Israelites d’emploier les vases des Egiptiens dans les sacrifices et les cultes les plus saincts et les plus augustes qu’ils rendirent au tout puissant apres leur delivrance de la main de Pharaon ; j’estime qu’on peult se servir aussi du marbre de Babilone pour bastir les murailles de Sion ; qu’on peult avec beaucoup de justice coupper les chesnes de Dodone pour faire des avirons [278] a la nacelle de st Pierre ; qu’il y a mesme de l’obligation d’arracher les palmes, les oliviers, et les auttres arbres excellens qui sont nés dans le territoire du paganisme pour les planter dans les jardins de l’Eglise, et qu’il ne fault pas rejeter avec mespris les raisonnemens des Gentils, lors qu’ils se trouvent conformes a ceux de nos Peres, et qu’ils tendent comme eux a la gloire du Createur, au progrés de sa Religion, et au soulagement des creatures. C’est pourquoy nous donnons place icy, mais non pas toutte l’authorité a ces grandes lumieres de l’antiquité, pour faire voir qu’ils raisonnent comme nous, et que leurs sentimens en ce rencontre sont aussi religieux que les nostres, et que s’ils ont eù moins de foy que nous, ils n’ont pas eù moins de conessance, moins de justice, ny moins de raison que nous.

  • 201  Tolet. Instruct. sacerdot. lib.
  • 202  Suares, De religio. tom. 1. lib. 3. cap. 3. num. 6.
  • 203  2. 2, quaest. 30, art. 4.
  • 204  St Math. cap. 9. Osée, cap. 6.
  • 205  Suares, ibidem, cap. 9. num. 12.
  • 206  Regum, lib. 1. cap. 11.
  • 207  Suares, de Religio. tom. 1. cap. 3. num.4.

136Pour donc achever l’examen de ceste maxime avec les philosophes et les Theologiens les plus approuvés, outtre ceux cy dessus allegués, il fault scavoir qu’Aristote ne met pas la Religion au rang des vertus, et que les Theologiens qui sont ses garands [protecteurs],aussi bien que ses adorateurs, ne l’estiment guere davantage, puisqu’ils n’en font qu’une vertu [279] morale ; communis est sententia Religionem esse virtutem moralem201, dit un Cardinal aussi scavant que vertueux ; et un tres grand Theologien Espagnol au nom de tous les auttres202. Et le Cardinal Cajetan adjoutant ses opinions a celles de st Thomas son patron, dit que la justice legale est preferable a la Religion ; et st Thomas avec ce sectateur prefere la misericorde a la Religion203, fondé sur ce passage de st Mathieu qui dit, apres le prophete Osée ; misericordiam volo, non sacrificium204 ; le quel passage Suares explique en ces termes ; malo misericordiae opera, quam Religionis205 ; adjoutant aussi que l’obeissance luy est preferable, a cause qu’il est porté dedans les Livres des Rois ; melior est obedientia, quam victimae206 ; et que la penitence et la prudence la doibvent preceder. Si bien qu’elle tiendra le dernier rang entre les vertus, et particulierement entre les Theologales, de quoy tous ses propres adorateurs qui sont les Theologiens, sont d’accord entre eux, puis qu’ils confessent unanimement [disant] qu’il n’y en a que trois qui sont, foy, esperance, charité, du nombre des quelles la Religion n’est point [pas], et ne peut estre, au sens que nous en [280] parlons ; parce, dit Suares apres st Thomas, qu’il fault pour estre vertu theologale ; ut in Deo nitatur tanquam in objecto formali, et quod nos immediate conjungat Deo, ut ultimo fini, et primo principio207 ; ce que ne fait pas la Religion suivant la Doctrine de ces maistres de l’Eschole [messieurs].

137Ainsi si la Religion n’est tout au plus qu’une vertu morale ; si la justice, la misericorde, l’obeissance, la penitence, et la prudence luy sont preferables ; si Dieu n’est pas son principal object, et si elle ne nous attache point immediattement a luy comme a son principe, et a sa fin ; s’il est vray aussi comme on n’en peult pas doubter, que le prince n’est point obligé, pas mesme le moindre de ses sujets, a la practique exacte, et a l’observation rigoureuse de touttes ces vertus ; estant certain qu’il n’y a point de justice parmy les hommes, sans quelque meslange d’injustice ; point de misericorde entiere, point d’obeissance sans repugnance, point de penitence sans froideur, ny de prudence sans erreur. A plus forte raison il pourra se relascher quelque fois dedans la Religion comme la derniere de touttes, mais pourtant la plus [281] necessaire, comme la plus universelle et la plus utile quand elle est bien et sagement appliquée. De plus n’estant qu’une vertu morale, et ne regardant pas Dieu comme son object formel, et sa derniere fin, il fault du moins qu’elle tende a la conservation de l’Estat, et qu’elle serve a son repos, a son bien, et a son accroissement comme a sa gloire, affin qu’elle ne soit point inutile parmy les hommes.

  • 208  Suares, de religio. tom. 1. lib. 2. cap. 1. num. 5-6.
  • 209  Ibidem, lib. 3. cap. 4. num. 20.
  • 210  Suares, ibidem.

138Les mesmes Theologiens enseignent qu’il n’y a point d’hommes au monde qui ne puissent faire naturellement des actes de Religion, sans aucune grace speciale et particuliere de Dieu, la loy de Nature estant suffisante pour cela208 ; adjoutant de plus, qu’absoluement parlant on n’est pas tousjours obligé de preferer la Religion aux auttres debvoirs [obligations] ; a cause que ses actes n’estans que de conseil, et les auttres de precepte et de necessité [de necessité et de precepte], il fault sans doubte qu’ils [qu’elles] soient preferés [preferées] comme dit est209. De plus, le precepte affirmatif de la Religion, qui n’est pas seulement humain, mais Divin aussi, n’oblige que quand d’auttres debvoirs et circonstances qui souvent le font cesser, ne se rencontrent pas ; tunc praeceptum istud cessat saepe, et desinit obligare pro tali tempore, propter [282] obligationes alias justitiae, vel pietatis occurrentes ; vel quia illae magis urgent, et obligatio Religionis potest in aliud tempus differri ; vel quia stantibus talibus obligationibus aut circumstantiis, deest materia apta ad colendum Deum, quia non vult Deus coli bonis alienis, sed propriis, nec cum alterius injuria, vel damno gravi210. Ainsi nous voions comment cest Autheur celebre, et approuvé par la ste Inquisition d’Espagne enseigne et conclut clairement et precisement, qu’il ne fault pas tousjours preferer le debvoir de la Religion, a tant d’auttres obligations que nous debvons au bien et a l’avancement de nostre prochain ; a cause que le souverain bienfacteur des hommes ne veult pas estre reconù ny adoré aux despens d’auttruy en facon que ce soit, luy qui donne et ne recoit rien de personne. A plus forte raison le prince qui est dans son Estat, ce que Dieu est au ciel, qui est le pere et le gardien de ses sujets, et qui ne doibt rien avoir de plus cher, ny de plus recommendable que leur bien et leur avancement dont il est responsable ; pourquoy ne pourra-il quelque fois, quand la necessité le veult ainsi, accommoder la Religion a l’Estat, et suivre en cela l’opinion des Theologiens qui enseignent si formellement, que ; obligatio Religio[283]nis potest in aliud tempus differri ; propter obligationes justitiae vel pietatis occurrentes ; puis qu’il le peult faire en Conscience, quand la justice et la charité qu’il doibt au proffit et a l’utilité de ses sujets le veult ainsi.

  • 211  Decreti.

139Maintenant que tout est en guerre et en desordre, quand on munit les places, qu’on rempare et fortifie les villes, qu’on abbat les églises qui nuisent aux citadelles, qu’on remplit de terre celles qui peuvent deffendre les assiegés, et incommoder les Ennemis ; le Droict Canon nous apprenant ; quod adventante hoste, Divinam domum, vel sacram turrim munire licet, et loco propugnaculi habere211[;] qu’on travaille a la campagne pour mettre les moissons a couvert les jours de festes, et pendant les plus grandes solennités de l’année ; tout cela n’est-ce pas accommoder la Religion a l’Estat ? Quand le siege est devant une ville, que l’assault general se donne de tous costés, que l’assaillant [l’ennemy] fait bresche par tout en un jour de Pasques comme il est souvent arrivé ; et que pour le repousser chacun abandonne les Eglises, et le commendement de communier, pour [courrir et] se trouver sur le rempart [les rempars], que les Religieux quittent leurs cloistres et leurs breviaires pour prendre les armes, que les nonnaines ouvrent leurs grilles, et jettent leurs [284] voiles pour porter la terre et les fascines [hoste] aux retranchemens ; touttes ces choses se font elles sans accommoder la Religion a l’Estat ? Nous n’avons qu’un seul exemple dans [dedans] toutte l’histoire tant sacrée que prophane, des Juifs qui se laisserent attaquer, et prendre leur ville en un jour de sabat, pour ne s’estre pas voulu deffendre crainte de le violer ; encore est-il extremement blasmé, et tellement condemné, que jamais [du] depuis personne ne l’a suivy, ny practiqué.

  • 212  Psal. 23. vers. 1.

140Le pape Urbain 8 [d’aujourdhuy] par une Bulle [et une constitution] du mois de septembre, 1642. a cassé et aboly la plus part des festes de l’année par une consideration purement politique, accommodant la Religion a l’Estat ; en voicy le motif principal ; clamor pauperum frequens ascendit ad nos eandem multitudinem festorum, ob quotidiani victus laboribus suis comparandi necessitatem sibi valdè damnosam conquerentium. Et a cause que leur trop grand nombre empesche que les maneuvres ne gaignent leur vie si facilement qu’ils feroient en travaillant tous les jours, il fault les abolir [condemner] pour cela, comme si la nourriture corporelle estoit preferable a la spirituelle, et qu’elles n’aient esté instituées que pour incommoder le peuple, et retarder son [leur] gain et son [leur] tra[285]fique. Si les pauvres forcés rencontrent quelque avantage en ce changement, les volontaires qui sont les moines mandians n’y trouveront pas leur compte, puisque la quantité des festes, des indulgences, et des confrairies est la seule chose qui [les] fait subsister leur cuisinne, et bouillir leur marmitte. Voila comme on hausse, et comme on rabaisse la devotion des hommes, comme on l’estend et comme on la restraint selon l’humeur de ceux qui s’en reservent la direction. Et pour ne pas approffondir davantage ce nouveau changement, ny entreprendre la deffence des saincts qui se [s’y] verront oubliés, disons seulement pour retourner a nostre sujet, que quand on dit que le prince peult accommoder la Religion a l’Estat, on ne dit pas pour cela qu’il le doibve, ny qu’il le puisse faire en touttes sortes de choses indifferemment ; il fault que ce soit pour un bien important a tout l’Estat, et ne peult pas le faire pour soy mesme. L’Estat n’est point sien, l’Estat n’est point a ses sujets, quoy qu’ils le composent, et les uns et les auttres [ils] n’en n’ont que l’usage ; domini est terra et plenitudo ejus212 ; c’est Dieu qui en est le souverain, c’est luy qui en est le Maistre et le proprietaire, et c’est luy seul qui en peult disposer comme il luy plaist [plaira] [286] malgré ses possesseurs.

141Je demandrois volontiers a tous ces grands zelateurs de la Religion, et a ces Contempteurs [mespriseurs] aveuglés du bien public, comme ils voudroient se comporter [faire] pour faire en sorte de destacher tellement les interests de la Religion d’avec ceux de l’Estat, et ceux de l’Estat d’avec ceux de la Religion, que l’un puisse agir independemment de l’auttre, et sans s’espauler l’un l’auttre. Les hommes sont tous et dedans la Religion et dedans la police ; la Religion ne peult subsister sans la police, ny la police sans la Religion, puisqu’ostant la police, vous ostés les hommes, et qu’ostant les hommes vous anneantissés [ostés] la Religion, du moins celle dont nous parlons. Nous voulons faire les Anges en une chose, et les bestes en l’auttre ; nostre  Nature n’est pas telle, elle est moienne entre l’une et l’auttre, et fault bon gré mal gré que nous en passions par la. Nous sommes si sots et si lasches, [et si inconstans,] qu’il semble que nous n’agissions que pour desadvoüer ce que nous faisons ; et nous sommes si injustes, et si ennemis de nous mesmes, que nous condemnons le plus souvent nos propres actions, et les faisons criminelles, encore que [287] de soy elles soient legitimes et permises [ne le soient aucunement]. Nous ferons tousjours beaucoup, quand la Religion accompagnera nos desseins et nos actions, soit en les gouvernant, soit en les espaulant. Il me seroit aisé de faire icy le contemplatif, et d’establir [d’estaller] quantité de belles meditations sur la pureté et la perfection de la Religion, et de monstrer qu’elle elle debvroit estre ; mais je ne parlerois point de celle des hommes, ny de celle des anges, puisqu’elle a esté deffectueuse ; il faudroit m’attacher a sa source, et tascher de descouvrir quelque chose de ses merveilles dedans son Autheur, et dedans [dans] celuy qu’elle a pour l’object de son culte, et de ses adorations. Je parle a des hommes, nostre vie est plus en l’action, qu’en la speculation, il fault voir ce que nous pouvons faire, et non pas ce que nous aurions a desirer, puis que nous ne sommes pas responsables ny garands de l’impossible, non plus que [ny] des choses qui ne sont point en nostre puissance.

142Puis donc que ceste maxime, et ceste necessité est aussi vieille que la Religion, et que de temps en temps elle s’est practiquée sans blasme et sans reproche par tous les plus grands saincts de l’ancien Testament. Puisque le Sauveur du monde l’a confirmée par ses actions en [288] ruinant la Religion mesme qu’il avoit exercée [espaulée] depuis sa naissance ; et que les deux Apostres qui ont eù le souverain Gouvernement de tous les hommes l’ont jugée si utile et si necessaire en la practiquant, puisque l’Escripture saincte, les Conciles, les Docteurs de l’Eglise, les Theologiens et les Canonistes la permettent ; puisque les historiens les plus approuvés, et les politiques les mieux receus tant sacrés que prophanes, sont d’accord de son usage legitime, en un mot, puisque les bons et les meschans, les saincts et les Impies, les Rois et les tirans l’ont confirmée par tant de preuves, et tant d’exemples sans nombre ; je crois apres cela qu’il est comme impossible de s’esgarer a la suitte de tant de guides si clair-voians, et qu’il n’y a pas moins d’ignorance et d’opiniastreté de les vouloir desdire pour tout perdre, que de sottise et de vanité de pretendre donner des loix aux auttres, lors mesme qu’on n’est [n’estant] pas capable d’en recepvoir pour soy.

Haut de page

Notes

1  St August. de Civitat. Dei, lib. 19, cap. 19.

2  St Paul, 2 ad Corinth. cap. 10. vers. 17.

3  St Augustin. tom. 8. in praefat. psalm. 31.

4  Gregor. de Repub. lib. 13. cap. 12. num. 21.

5  Machia. En ses Discours, sur Tite Live, liv. 1, chap. 11.

6  Ibidem, chap. 12.

7 Ibidem, chap. 13.

8  Scipio. Ammirat. en ses Disc. politiques sur Tacite, liv. 2. chap. 3.

9  Optat. Milecit., lib. 3, Contra Parmenion.

10  Abdias, Histor. Apostol. lib. 4.

11  Epistol. ad Roma.

12  Epistol. ad Galat.

13  1. 2. quaest. 98. art. 2. ad, 4.

14  Becan. Analog. cap. 5. quaest. 3.

15  Ibidem, cap. 6. quaest. 4.

16  St Math. cap. 12. vers. 41.

17  St Paul, ad Galat. cap. 5. vers. 6 et cap. 6. vers. 15.

18  Exod. cap. 4. vers. 20-25.

19  Theodoret. tom. 1. quaest. 14. in Exod.

20  St August. tom. 4. lib. 2, quaest. 12. in Exod.

21  Numero. cap. 12. vers.1. 9. et, 10.

22  Deutero. cap. 24. vers. 1.

23  Genes. cap. 2. vers. 24.

24  St. Math. cap. 19. vers. 4. 5. 6. 7. 8. 4-8.

25  Exode, cap. 32.

26  Exode, chap. 32. vers. 1.

27  Ibidem, vers. 4.

28  Ibidem, vers. 5.

29  Ibidem.

30  Exod. cap. 32. vers. 22.

31  Ibidem, vers. 23.

32  Exod. cap. 32. vers. 35.

33  Iudicum, cap. 14. vers. 4.

34  Genes. cap. 29.

35  Regum, lib. 1. cap. 21. vers. 4. 6.

36  Regum, lib. 3. cap 3.

37  Regum, lib. 1. cap. 16.

38  Regum, lib. 4. cap. 5.

39  Ibidem, vers. 18-19.

40  Hist. du Conci. de Trente, liv. I.

41  Regum, lib. 4. cap. 17.

42  Ibidem.

43  Genes. cap. 34.

44  Regum, lib. 3. cap. 12.

45  Deutero. cap. 10. vers. 5.

46  Gregor. De Resp. lib. 13. cap. 11. num. 8.

47  Menoch, Instit. Politic. lib. 2. cap. 2.

48  Clasen, De Relig. politica, cap. 10.

49  Exod. cap. 25. vers. 40.

50  Exode, cap. 23. vers. 20.

51  Exode, cap. 33. vers. 14.

52  Exode, cap. 32. vers. 21.

53  Regum, lib. 4. cap. 10. vers. 30.

54  Bolduc, De Ecclesia ante legem, lib. 2. cap. 19.

55  Moncaeius, De vitulo aureo, lib. 1. cap. 7.

56  Regum, lib. 3. cap. 12. vers. 26.

57  Genebrard, in Chronol. hic.

58  Judith, cap. 10. vers. 19 et 20.

59  Esther. cap. 8. vers. 17.

60  Feu-Ardent, in Esther, hic.

61  Joseph, Antiq. Iudaiq. lib. 13. chap. 17.

62  Sixt. Senens. Biblio. Sancta, lib. 4. verbo Septuaginta duo interpret.

63  Regum, lib. 3. cap. 12. [3 Rois, 12, note de l’éditeur]

64  Ibidem, vers. 28. [3 Rois, 12, 28, note de l’éditeur]

65  Lib. 13. [Pierre Grégoire, République, XII, 3, éd. 1609, p. 423, note de l’éditeur]

66  Lib. 2 cap. 2. [Menochio, Hieropoliticon, II, 2, note de l’éditeur]

67  Machabeor. lib. 2. cap. 8.

68  Menoch, Instit. politic.lib. 2. cap. 2.

69  Regum, lib. 4. cap. 16.

70  Esdras, lib. 1. cap. 1.

71  Regum, lib. 1. cap. 13, vers. 11-12.

72  St. Hierosme, in 2 ad Galat.

73  Regum, lib. 4. cap. 10. vers. 30.

74  Mariana, hic.

75  Paralippom. lib. 2. cap. 20. vers. 32-33.

76  St Luc, cap. 2. vers. 21.

77  Ibidem, vers. 22.

78  St Math. cap. 3. vers. 13.

79  St Math. cap. 8. vers. 4.

80  St Jean, cap. 6. vers. 4.

81  St Math. cap.17. St Marc, cap. 9. St Luc, cap. 9.

82  St Jean, cap. 7. vers. 10.

83  St Luc, cap. 7. Cette phrase est barrée dans le Ms de 1643.

84  Le P. Petau, de la penitence publ. part. 1. liv. 2. chap. 3. num. 2. 3.

85  1 ad Corinth. cap. 19.

86  1 adCorinth. cap. 32.

87  Tertul. De praescript. adversus haeretic. cap. 23 et 24. et lib. 1 Contra Marcio, cap. 20.

88  Tertulian. lib. 4. Contra Marcio. cap. 3.

89  St Hieros., Epist. 11. apud Stum August. tom. 2. cap. 3. 4.

90  lib. 4. Rerum memorabil. cap. 4.

91  Godeau, en la vie de St Paul. liv. 2. chap. 3.

92  Actuum apostol. cap. 16. vers. 3.

93  St Chrisosto. de sacerdotio, lib. 1.

94  Sixt. Senens. Biblio. sanct. lib. 5. annot. 107.

95  Grotius, de jure belli, et pacis, lib. 3. cap. 1. num. 8.

96  Actuum apost. cap. 25. vers. 8. 10. 11.

97  Ad Galat. cap. 2. vers. 13.

98  Ad Galat. cap. 2. vers. 14-15.

99  Regum, lib. 4. cap. 10.

100  Actuum apostol. cap. 15. vers. 28-29.

101  St August. epist. 19.

102  St Thom. 1. 2ae. quaest. 103. art. 4. ad, 5.

103  Actor. cap 15. vers. 10-11.

104  Pacius, in revisione iudicii simplic. verini, num. 62-63.

105  1 ad Corinth., cap. 9, vers. 20.

106  Actor. cap. 16. vers. 3.

107  2. ad Corinth. cap. 11. vers. 22.

108  St Cyprian. Epist. 52. ad Antonian.

109  St August. de Civit. Dei, lib. 4. cap. 27.

110  Ibidem, cap. 32.

111  Sanchez, in Decalog. lib. 2. cap. 41, num. 2-3.

112  Ibid. cap. 42. num. 20.

113  St August. Epist. 118. ad Januari.

114  Contzen, Politi, lib. 9. cap. 23. ss. 3.

115  St Chrisosto. de sacerdotio, lib. 3.

116  Albaspineus, in notis et observat. de veterib. Eccles. ritibus, observat. 22. Pag. 25.26.29.36.

117  Ceriziers, en ses Eloges sacrés, le, 20 janvier.

118  Balzamon, et Morin, de paenitent. lib. 5. cap. 10. Num. q. 10.

119  Hotman, in Bruto fulmine, pag. 166-167.

120  Cardin. Zabar. in cap. perpendimus, de sentent. excommuni. et Ludo, in Singul. Verbo, papa.

121  Le p. Pirot, en L’Apologie des Casuistes, pag. 40. in, 4°.

122  Le p. Morise, Iesuate, de l’origine des religio. liv 1. chap. 44.

123  Hist. de Henr, 4. ann. 1590.1599.

124  La Guerre libre, p. 104.

125  Sixtus senens. Bibliot. Sancta, lib. 8, in fine.

126  Azor, Instit. moral. lib. 8. cap. 3.

127  St Basil. Epist. ad Amphil.

128  Possevin, in Biblioth. select.

129  Bannes, tom. 1. in D. Thomam, pag. 46

130  Suares, de Relig. tom. 1. lib. 3. cap. 4. num. 20.

131  Bresserus, De conscientia, lib. 3, cap. 10, num. 104 et 105.

132  Justus Natolius.

133  Clasen, De religio. politic. cap. 3.

134  Soto, in lib. 4. Sententiar. Bail, De triplici examine, pag. 656.

135  Binsfeld, Enchi. Theolog. pastor.part. 4. cap. 8. § 5°.

136  Bonacina, in Compendio, pag. 413. verbo, matrimonium, num. 5.

137  Sanctarel. Resol. part. 1. quaest. 21. num. 9.

138  Bertault, Directoire des confess. es maxim. gener. sectio  86. ag. 58.

139  P. Pirot, Apolog. des Casuist. In 4°. pag. 70.

140  Ibidem, sectio. 4. pag. 113.

141  Rabbi Maimonides, De idolola. cap. 11. num. 3.

142  Arnaud, De la tradition de l’Eglise, sur la suite de la penitence, et de la communion ; Epistre liminaire, pag. 28.

143  Ibidem, en la preface, pag. 54-55.

144  Le p. Senault, en son Monarque, liv. 3. discours 1.

145  Suares, De Religione, tom. 1. lib. 1. cap. 2. num. 2.

146  Ibidem, cap. 1. num. 2.

147  Marcil. Ficin, de Vita coelit. Compar. lib. 3. cap. 26.

148  Senec.Episto. 108.

149  St August. de Civit. Dei, lib. 5. Cap. 10.

150  Saint Leon, Pape.

151  Saint Math., cap. 2, vers. 8.

152  Herodian. lib. 6. Eutrop. lib. 9. Zonar. lib. 2.

153  Tite-Live, Histo. lib. 26.

154  Nicepho. Hist. lib. 14. cap. 55.

155  Zonaras, in, Canon. 12. consilii sexti in Trullo.

156  Canon. apost. Canon. 5. consil. general. tom. 1. Zonaras ; a codic. in princip.

157  Concil. gener. tom. 1. in notis ad vitam Gaii papae.

158  Ammian. Marcell.lib. 21 et 22.

159  Camerarius, en ses meditat. histo. vol. 1. liv. 5. chap. 9.

160  Philo, Legatio. ad Caium Caesar.

161  Joseph, Antiq. Judaic. lib. 11. cap. 8.

162  Machab. lib. 2, cap. 3, vers. 35.

163  Eusebe, liv. 8. chap. 26.

164  Idem, lib. 10. cap. 8.

165  Sozomen. lib. 5. cap. 2. Theodoret, lib. 3. cap. 3.4. Ammian Marcel. lib. 21.22.

166  Nicepho. lib. 16. cap. 26.

167  Zonare, tom. 3.

168  Zonare, tom. 3. Surius, tom. 2.

169  Histo. Bohemiae.

170  La Mothe Le Vaier, De l’histoire, pag. 156-157.

171  Histo. du concile de Trente, liv. 1.

172  Baron. in Martirolog. 22. Augusti.

173  Vie de Catherine de Medicis, pag. 24-25.

174 , Sarpi, Hist. du Concil. de Trente, liv. 6. pag. 573. in 4°.

175  Paolo Sarpi.

176  Hist. du Concil. de Trente, liv. 8.

177  Servin, en ses Plaidoiés.

178  Camerarius, en ses meditations histo. vol. 1. liv. 5. chap. 9.

179  Acta Concil. Florentini. Calcondil. hist. des Turcs, liv. 6-7. Chemnit. in Concil. Trident. fol. 552. Dupleix, hist. de France, tom. 3. en Louis 12.

180  Mariana, Hist. d’Espagne.

181  Thomas Morus, Euthopie, liv. 2.

182  Pierre Mathi. Hist. de Henry, 4, liv. 1. narra. 5. sectio 9. Sacra, et Deos instituere, non est facile ; Plat. lib. 10. de Legib.

183  Nicetaz Achoniates, in Vita Andronici.

184  Paul Jove, hist. lib. 21.

185  Joseph Scalig. animad. in Eusebium. num. 2077. p. 178.

186  Joseph, Antiqui. Judaic. lib. 2. cap. 17.

187  St. Jean, cap. 2. vers. 20.

188  Rabbi Maimonides.

189  Ad Philipp. cap. 1. vers. 18-19.

190  St Hiero. in prolog. Episto. Pauli ad Senecam, et Senec. ad Paulum.

191  Actus Aposto. cap. 10. vers. 2.

192  Genebrard, De la liturg. Apost. part 1. cap. 14. Tertulian. de praescript. Concil. Carthag. 4, cap. 84. Distinct. 1, de consecrat. cap. 67.

193  Rabbi Maimonides.

194  Seldenus, de Jure naturali, et gentium, &c. haebreo. lib. 3, cap. 4. et 6.

195  Procopius, Hist. lib.

196  Concil. Toletan. et, cap. de Iudaeis, distinct. 45.

197  Epist. ad Roman. cap. 8. vers. 15

198  Salvian, De Provident.

199  St Augustin.

200  Senec. Epist. 47.

201  Tolet. Instruct. sacerdot. lib.

202  Suares, De religio. tom. 1. lib. 3. cap. 3. num. 6.

203  2. 2, quaest. 30, art. 4.

204  St Math. cap. 9. Osée, cap. 6.

205  Suares, ibidem, cap. 9. num. 12.

206  Regum, lib. 1. cap. 11.

207  Suares, de Religio. tom. 1. cap. 3. num.4.

208  Suares, de religio. tom. 1. lib. 2. cap. 1. num. 5-6.

209  Ibidem, lib. 3. cap. 4. num. 20.

210  Suares, ibidem.

211  Decreti.

212  Psal. 23. vers. 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 6 : Qu’il fault accommoder la Religion a l’Estat, pour le bien et la conservation d’iceluy », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre premier, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5955

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page