Navigation – Plan du site

apologie pour Machiavelle, ou plustost La politique des Rois, et La science des souverains en faveur Des Princes et Des Ministres D'Estat

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

1apologie pour Machiavelle, ou plustost La politique des Rois, et La science des souverains en faveur Des Princes et Des Ministres D'Estat

2§
Liberè, sed, verè, Veritas odium parit.§

3Et nunc Reges intelligite ; erudimini qui judicatis terram ; Psal. 2, vers. 10.
In hoc enim cognoscetis veritatem ; et veritas vos liberos reddet ; Joan, cap. 8, vers. 32.
Au Tourne, 1668. [A Paris, 1643]

4[I] A Monseigneur Monseigneur Arnaud De Pontac Conseillier du Roy en ses Conseils, Seigneur De Salles, Belin, Beliette, etc. Et Premier President au Parlement de Bourdeaux. [A Monseigneur Seguier / Chancelier de / France]

5Monseigneur
C'est une chose estrange de voir que l'opinion est si fort en credit parmy les hommes, qu'elle leur fait mespriser la raison, hair la vérité, et condemner l'innocence. Voicy un accusé qui lassé des injures et des calomnies de ses ennemis, vint [vient] vous demander justice et se plaindre des torts et des impostures dont [ii] on le charge pour le rendre odieux et criminel. Apres cent cinquante ans de silence, et autant de temps de patience [souffrance], voiant augmenter la haine et la passion qu'on a contre luy, il fault qu'il se justifie, et qu'il face conestre qu'il n'est pas moins honteux de blasmer celuy qui n'a point failly, qu'il est cruel et inhumain de troubler les cendres des morts, et le repos [les cendres et le repos des morts, et] de ceux qui ne parlent plus. Il appelle comme d'abus par devant vous, Monseigneur, du jugement qu'on a rendu contre luy dans le dernier Concile [General], et si ses juges et leurs decrets ne sont point receus ny suivis en ce Roiaume, il n'y a point de doubte que leurs sentences et leurs arrests y seront aussi peu considerés, que leurs sessions et leurs decisions [que leurs advis et leurs sessions] y sont suspectes et rejettées. La prescription ne fait rien contre luy, non plus que contre les souverains, puis que ceux qui maintiennent leur Authorité, et qui n'ont auttres interests que leur grandeur [iii] et leur conservation, ne meritent pas moins de grace ny de faveur, que les souverains qu'ils deffendent, et pour les quels ils emploient leurs veilleset leurs travaux [que ceux qu’ils protegent, et pour qui ils emploient toutes leurs veilles, leurs soings, et leurs travaux]. C'est vous, Monseigneur, qui relevés les oppressés, c'est vostre equité qui empesche que les vieilles calomnies ne passent pour des crimes averés, et vostre charge veult [ne souffre point] qu'une innocence reconuë [ne] jouisse de la gloire et des privileges qui luy sont deubs. Je m'estonne que depuis tant de temps qu'on deschire la reputation de ce grand [rare] politique, et qu'un chacun condemne une Doctrine dont la practique est si necessaire, et l'utilité si advouée, personne n'ait eù assés de bonté, ny assés de curiosité pour examiner une querelle si importante et si relevée ; puis qu'il est si veritable que cest Autheur n'est point coupable, mais accusé seulement, et que ses maximes ne peuvent estre improuvées, que par ceux qui n'en conessent point la force, ny la necessité [l’usage] ; chacun n'estant pas capable de penetrer les mouve[iv]mens secrets des Estats, non plus que la science de les bien gouverner. Et ne fault pas dire, Monseigneur, que cest ouvrage est fait pour enseigner l'Impieté et la perfidie, puis que le mal qui s'y rencontre ne vient que de la corruption de ceux qui en abusent, et qu'il n'y a rien de plus certain que ce qui est doux et bienfaisant dans la bouche des Rois et des Souverains [Monarques], est souvent amer et desaggreable dans [dedans] celles de leurs sujets et d'une [de la] populace qui conoit aussi peu son mal, que la bonté des remedes dont elle a besoing. Nous censurons [condemnons] la plus part des choses, non pas pour les vices qui sont en elles, mais parce qu'elles ne sont point a nostre goust, et qu'elles surmontent bien souvent la force et la portée de nostre esprit preoccupé. On blasme ce grand homme d'avoir escript la vie et les gestes de Caesar Borgia bastard du pape Alexandre. Et on ne dit mot contre celuy qui fit ce prince d'Igniquité, et qui voulut l'emparer du patrimoine de l'Eglise pour appuier son injustice, et main[v]tenir sa Tirannie. On fait anatheme [condemne] celuy qui raconte, pour sanctifier [excuser] celuy qui agit, comme s'il estoit moins permy [plus odieux] de bien escrire, que de mal faire. Cest pourquoy, Monseigneur, comme vous estes l'un des premiers Magistrats du Roiaume, et peut estre celuy qui a le plus d'equité et de probité [le chef de la politique, le maistre de la justice, et celuy entre les mains de qui le Roy a mis les biens, l'honneur, et la vie de son peuple ; que c'est vous qui prononcés ses volontés et ses oracles, et qui faittes valoir ses loix et ses ordonnances], je vous supplie au nom de cest illustre naturalisé, de ne point fermer l'oreille a ses [aux] justifications [de ce libre et fidel naturalisé], et de vouloir luy accorder [donner] quelque audiance particuliere et favorable, affin qu'il vous puisse faire entendre l'equité de sa cause, et le juste sujet de ses plaintes. Les voicy que je vous presente dans ceste deffence que le plus grand homme du monde le Cardinal de Richelieu a tiré de ma plume pour en conestre plus a fond. Et parce qu'il est mort trop tost pour moy, et que je me trouve engagé de ne point estouffer cest enfant glorieux qui sera tres assurement recherché apres la mort de son pere affligé. Je le confie entre vos [vi] mains aussi sainctes que fideles, Monseigneur, et le mets comme en depost dans la Bibliotheque des Pontac, dont le nom et la vertu font l'honneur de la robbe, et la gloire de la province. S'il ne merite pas ceste place eminente, au moins il y servira de marque et de preuve du desir que j'ay de reconestre les secours, les protections, et les charités que j'ay receuës de vous au plus fort de mes disgraces, et lors mesme que j'attendois le repos qu'une vieillesse comme la mienne demande, et que je croiois achever avec plus de tranquillité, et moins de souffrances. Dieu l'a permis de la sorte, et pour adoucir tant de ruines, et un exil si cruel et si rigoureux, il a voulu m'approcher de vous, et vous choisir, Monseigneur, pour soulager et proteger comme vous faittes si chrestiennement un [vii] Martir d'Estat qui est assés riche et assés consolé de se dire, [et par mesme moien vous assurer de plus en plus combien je suis contant et glorieux quand je dis que je suis]

Monseigneur,
Vostre tres humble, tres obeissant, et tres obligé serviteur.
Au Tourne, le 12 may 1668 [22 febvrier 1643].
Machon.

6[1] PREFACE AU LECTEUR

7Il semble que Machiavelle soit l'Autheur et la source de tous les crimes et de touttes les impietés qui se commettent dans la politique [des crimes, des malices, et des Impietés politiques], puis qu'il est le seul au quel on impute tous les maux qui s'y [se] font, et touttes les perfidies qui se rencontrent dans le Gouvernement des affaires publiques. Ses maximes neant moins ne sont point nouvelles, puis qu'elles sont aussi vieilles que le temps et [que] les Estats ; il en cotte les faits et les exemples seulement, outtre que touttes les histoires les plus approuvées, et les livres les plus sacrés, luy sont garends de la Doctrine qu'il propose, et des raisonnemens [de tout ce] qu'il met en avant.

8On cessera peut estre de s'estonner que je face comme un parallele de l’Escripture ste avec les œuvres de Machiavelle, et que je mette en avant que ses maximes les plus fortes et les plus considerables sont tirées du livre des [2] livres qui est l'ouvrage du st Esprit si l'on considere que ce sacré volume qui doibt faire l'estude et la meditation de tous les vrais chrestiens, enseigne les princes, aussi bien que les sujets, et apprend ceux la a gouverner, comme ceux cy a obeir et se soumettre comme ils doibvent.

9Tous les escripts de Salomon contiennent les maximes de la politique aussi amplement et solidement, que celles de la morale la plus pure et la plus achevée. Et ce grand Roy qui avoit eù l'avantage d'estre instruit par la sagesse increée, donne cent et cent conseils aux souverains pour la conduitte de leurs personnes, et pour celles de leurs Roiaumes. Il n'y a point de secret d'Estat dans Platon, dans Aristote, ny dans Tacite, qu'on ne puisse trouver dans la Sagesse et dans l'Ecclesiastique. Et je maintiens que ces deux livres peuvent enseigner aux plus grands princes, la politique la plus fine et la plus delicatte qui soit parmy les hommes. Peut estre n'y verra on pas ces maximes malheureuses que l'ambition et l'avarice ont inventées pour rendre les souverains absolus, [3] et les peuples miserables ; mais on y trouvera celles qui rendent les monarques justes, et les Roiaumes heureux ; et on y remarquera tous les beaux principes qui peuvent contribuer a la gloire des princes, et au repos de leurs sujets.

10Je me suis aussi reglé sur l'Evangile pour joindre la politique nouvelle avec l'ancienne, encore que ses maximes soient indubitablement plus severes et plus rigoureuses ; et n'est permis a personne de les adoucir, et moins encore de les changer ny les alterer. Etant certain que quiconque voudra proposer aux princes une auttre morale que celle de Jesus christ, et de ses sectateurs les plus parfaits, il les esloignera de la verité, et les engagera dans l'erreur et le desreglement.

  • 1   Melchior Cano, De locis theologicis, lib. 11, cap. 6.

11Les Autheurs profanes approuvés et bien receus ne sont pas si fort a mespriser dans la conduitte de nos mœurs et de nos actions, qu'un grand Evesque et un scavant Theologien qui estoit au concile de Trente n'ait dit, qu'il y avoit des historiens entre eux qui estoient plus dignes de foy, et plus remplis de creance et de probité, que [4] beaucoup d'auttres que nous appellons saincts et sacrés ; voicy ses propres termes : quaedam Julius Caesar, quaedam Suetonius, quaedam Cornelius Tacitus, quaedam Plutarchus, quaedam Plinius narrant, quae Authores ipsi partim oculis aspexerunt, partim acceperunt ab his qui ea praesentes aspexerant. In his vero Authoribus tametsi pietatem absolutaque virtutis officia spectare non licet, licet tamen probitatem quandam bonitatemque naturae ; quidam enim eorum aut veritatis amore inducti, aut ingenii pudoris verecundia, usque adeo a mendacio abhorruerunt, ut jam pudendum fortasse sit, historicos gGentium quosdam veraciores fuisse quam nostros. Dolenter hoc dico potius, quam contumeliosè, multo a Laertio severius vitas philosophorum scriptas, quam a christianis vitas sanctorum ; longeque incorruptius et integrius Suetonium res Caesarum exposuisse, quam exposuerint Catholici, non res dico Imperatorum, sed martirum, virginum, et confessorum ; illi enim in probis, aut philosophis, aut principibus, nec vitia, nec suspiciones vitiorum tacent, in improbis vero etiam colores virtutum produnt. Nostri autem plerique vel affectibus inserviunt, vel de industria quoque ita multa confingunt, ut eorum me nimirum non solum pudeat, sed[5]etiam taedeat ; hos enim intelligo Ecclesiae Christi cum nihil utilitatis attulisse, tum incommodationis plurimum1. Et un peu plus apres : justissima est Ludovici Vivis quaerela de historiis quibusdam in Ecclesia confictis ; prudenter ille sanè et graviter eos arguit, qui pietatis loco duxerint mendacia pro Religione fingere ; id quod maximè periculosum est, et minimè necessarium. Et quelques lignes plus bas : at in historia christiana quae tota non voluptate, sed veritate perpenditur, quorsum attinet historiae nomen commentis fabulisque praetendere ? Quasi vero sancti Dei homines nostris mendaciis egeant ; qui tam multa vera pro christo gesserunt.

  • 2  Tacit., Histor., lib. 1.
  • 3  Tacit., Histor., lib. 4.
  • 4  Idem, Annal., lib. 3.

12L'Autheur que nous deffendons a cest avantage qu'il n'enseigne rien de nouveau, ny d’inconu [de particulier, ny rien d’inouÿ], mais [il] raconte seulement ce que nos predecesseurs ont fait, et ce que les hommes d'aujourdhuy practiquent utilement, et innocemment [et inevitablement] pour l'ordinaire. Il pourroit dire de ses escripts, ce que Tacite dit des siens ; verba mea non arguentur, cum factorum innocens sim2 ; je raconte, et ne conseille point ; et si je descouvre les maux [6] que je n'ay pas fait, et que je n'approuve en facon que ce soit ; deterius interpretantibus, licet fortè alius habear ; ab aestimantibus ad hoc ascitus, quamvis cum invidia, egregius satis ero ; forsitan et rigori et nimiae severitati par ; hoc utilius sit aliis audiisse, quam nobis dixisse3 ; nam exequi sententias haud institui, cum pravis dictis factisque ex posteritate et infamia metus sit4.

  • 5  Psal. 13, vers. 1.

13Machiavelle [il] fait plus voir la tromperie des Grands, qu'il ne l'augmente et ne la desguise [l’approuve] ; et pour descouvrir leurs fourbes, leurs injustices, et leurs surprises, il ne les conseille pas pour cela, mais donne les moiens de s'en garder et de s'en deffendre [garantir] aux occasions. Si la vertu estoit aussi puissante, et aussi bien receuë que le vice et la mauvaise foy, il auroit sans doubte changé de stil et de raisonnement [et de stil et de langage] ; mais parlant de la vie et des actions des meschans, pour les descrire et representer naifvement comme elles sont [veritablement], il n'a pù se servir d'auttres moiens, ny emprunter d'auttres raisons que les leurs, ne debvant encourir aucun blasme pour estaler [en estalant] les crimes d'auttruy, sans les authoriser ; auttrement tous les historiens seroient [seront] coupables de ceste mesme faulte, et les casuistes meriteroient [meriteront] ce [mesme] reproche et ceste mesme condemnation, puis que leurs livres [7] et leurs escripts ne sont remplis que d'impietés, de sacrileges, d'abominations, d'ordure, de blasphemes et de pechés qui font horreur a Dieu, aux hommes, et a la nature. Quand le psalmiste Roial remarque [dit] que l'insensé dit en son cœur, qu'il n'y a point de Dieu ; dixit insipiens in corde suo, non est Deus5; ce n'est pas pour enseigner l'Atheisme qu'il avance ceste proposition insolente et temeraire, mais pour monstrer l'aveuglement de ceux qui ne reconessent point leur createur, et qui oublient [ny] leur redempteur.

  • 6  Machia. en ses Disc. sur Tite Live, Liv. 1, chap. 8.
  • 7  B. Liv. 1, chap. 11.
  • 8  C. Liv. 1, chap. 12.
  • 9  D. Liv. 1, chap. 13.
  • 10  E. Liv. 1, chap. 28.
  • 11  F. Ibidem, liv. 2, chap. 1.
  • 12  G. Liv. 2, chap. 26.
  • 13  H. Liv. 2, chap. 27.
  • 14  I. Liv. 3, chap. 5.
  • 15  Machia., en son Prince, chap. 15.

14Si Machiavelle fait voir, que l'impie abuse de la Religion, que le perfide n'a point de foy, que l'ambitieux n'a point de borne, que le trompeur n'a point de loy [loix] que ses interests, que les Tirans sont plustost des bourreaux, que non pas des Rois et des peres du peuple ; il ne conclut pas pour cela que touttes sortes de princes et de politiques vertueux et craignans Dieu, en doibvent faire de la sorte [de mesme] , au contraire il abhorre l’Irreligion, et [il] rejette la perfidie ; il ne peult souffrir l'ambition desreglée, et condemne par tout le vice, la cruauté, et la Tirannie. Il blasme et deteste la calomnie et la medisance avec plus [8] d'aigreur et de sévérité, que non pas les peres de l'Eglise les plus austères, et les plus reservés [modestes]6 ; il esleve la Religion et la pieté par dessus touttes choses7 ; il en fait la Baze et l'unique appuy des Roiaumes et des Estats8 ; et monstre par un discours chrestien et pieux, que les Romains n'ont aggrandi et conservé leur Empire que par elle9. Il veult que les crimes, et les forfaits soient [punis] exactement et rigoureusement punis, quelque grande recommendation et quelque merite que le delinquant puisse avoir d'ailleurs, condemnant le meurtre qu'Horace commit sur sa sœur qui pleuroit la mort de son mary l'un des trois Curiaces [des Curiaces] qu'il venoit de tuer a la teste de deux armées puissantes10. Il soustient contre l'opinion de Plutarque, et de Tite Live, que la vertu a plus favorisé l'Empire Romain, que non pas la fortune11 ; il ordonne des peines contre les injures et tesmoigne qu'il ne les peult souffrir en facon que ce soit12 ; il veult que les vainqueurs soient modestes et discrets parmy [retenus dedans] leurs victoires13 ; il deffend et protege puissamment la liberté des peuples, et la conservation de leurs biens, et de leurs privileges14. [9] Bref, il n'y a rien de religieux dedans la morale, rien de sainct dans la politique, ny rien de sacré et de reveré parmy les hommes, qu'il ne presche et qu'il ne conseille avec ferveur, justice, et pieté [prudence]. Si ses escripts sont souillés des faultes d'auttruy, et si l'on veult prendre ce qu'il accuse et qu'il condemne, pour ce qu'il enseigne et qu'il approuve, il ne fault pas que ce desreglement le rende plus coupable, ny plus odieux pour cela. Que si [Et si] peut estre tous ses preceptes, et touttes ses maximes ne sont conformes a celles de tant d'esprits bas et imprudens qui se meslent de donner des regles et des advis qu'ils n'entendent point ; luy mesme se justifie et respond a ces contemplatifs, disant ; plusieurs ont escript des livres pour instruire un prince et le ramener a une perfection en touttes vertus, comme a fait Xenophon en l'Institution de Cyrus. Il y a aussi plusieurs philosophes et auttres qui par leurs escripts ont formé des figures et des idées de Monarchies et de Republiques, dont il ne s'en vid jamais au monde de semblables, parce qu'il y a une tres grande difference de la facon [10] dont le monde vit, et [a] celle dont il debvroit vivre. Qui donc se voudroit amuser aux formes de Monarchies et Republiques des philosophes, en mesprisant ce qui se fait, et loüant ce qui se debvroit faire, il apprendroit plustost sa ruine, que sa conservation ; laissant donc en arriere tout ce qu'on a imaginé de la perfection d'un prince, et nous arrestant a ce qui est vray, et sujet a estre practiqué par experience, je dis, &a.15

  • 16  Erasme, Apopht.
  • 17  Tacit., Annal., liv. 3, et 5.

15Etant certain que c'est une chose entierement ridicule de former des souverains [princes] imaginaires, d'instruire des fantosmes, de bastir des Estats chimeriques, et de projetter des loix qui sont aussi peu receuës, que peu conuës et peu practiquées parmy les hommes. Nostre foible nous suit par tout, nos deffaults ne nous abandonnent point, les interests nous possedent en quelques lieux et quelques postures que nous soions, l'erreur est tousjours avec nous, et toutte la perfection de nos actions gist a estre moins meschans que ce [ceux] qui nous regardent, et qui le sont plus que nous. Machiavelle qui est né dedans un siecle le plus corrompu, et dans [dedans] un pais le plus abondant pour lors en exemples de perfidie, de lascheté, d'Impieté, et de tous les [11] auttres vices que l'histoire ait jamais remarqué [veu; ne parle en ses livres [escripts] que des choses dont il a esté tesmoingoculaire, et n'apporte quasi point d'auttres preuves pour les authoriser et les faire conestre, que ce qu'il a veu avec douleur [que celles de son temps] ; il les represente comme elles se sont passées, mais non pas comme elles se debvoient faire. Le Comique Philoxene estant interrogé pour quoy il avoit accoustumé de representer les femmes tousjours mauvaises, et de blasmer sans cesse leur humeur en touttes ses Comedies ; veu que Sophocles excellent poete tragique les despeignoit tousjours bonnes, gentilles, et aggreables, ne faisant aucun acte publique, ou il ne leur donna quelque eloge et quelque tiltre de gloire ; respondit, que luy les descrivoient telles qu'elles estoient, et que l'auttre les representoient comme elles debvoient [debveroient] estre16. Ainsi nostre Autheur descript les princes et leurs ministres tels qu'ils sont, mais non pas tels qu'ils debvroient estre ; il les considere comme des hommes et non comme des Anges ; il les contemple dedans leur chutte, et non dedans l'estat de leur innocence [leur estat d’innocence] ; [12] il conoit que le monde n'est qu'un brigandage, il en descouvre le mal, et ne le flatte point ; il enseigne comme il fault vivre sur la terre pendant que nostre misere nous y attache, sans mettre en avant les choses de l'auttre monde [sans s’alambiquer l’esprit des choses de l’autre monde] qui sont tellement reglées sans nous, et avant nous, que nous n'y pouvons rien que l'obeissance, et la submission ; ce qui a fait faire ceste meditation au maistre des politiques, quoy que paien, que ; vetustissimi mortalium nulla adhuc mala libidine corrupti, sine scelere eoque sine poena aut coercitionibus agebant, et ubi nihil contra morem peterent, nisi per metum vetabantur ; mox leges egregiae, exempla honesta, ex delictis aliorum nata17 ; parce que lorsque les hommes estoient innocens, il n'y avoit aucun besoing de loix, ny de peines.

  • 18  Lipse, in praefat. De civil. doctri., p. 9.

16Quantité d'esprits bourrus, et delicats de leur propre foiblesse, ne pouvant supporter la naïfveté de nostre Autheur, faschés de leur laideur et de leurs deffaults particuliers, prenans l'espouvente, et s'allarmans d'eux mesmes, se sont imaginé qu'ils cacheroient et couvriroient leur honte et leur difformité, en taschant de rompre [pensant couvrir et cacher leur difformité, ont tasché de rompre] et de casser le miroir et la glace qui les representoient [la representoit] ; et pour ce faire ont emploié tous leurs efforts, tous [13] leurs soings, et toutte leur Authorité [touttes leurs veilles] pour condemner les escripts de ce grand homme, sans justice, sans raison, et sans fondement quelconque ; et ce avec tant de chaleur [de haine,] et de passion, qu'ils se sont plus descriés eux mesmes, que celuy qu'ils ont voulu blasmer et descrediter ; puis qu'ils n'ont descouvert que [descouvrant plustost] leur ignorance et leur calomnie, plustost que l'erreur et le poison dont ils veulent alterer et corrompre la Doctrine de cest incomparable et prudent [de ce prudent et véritable] politique ; un sage et scavant critique de nos jours, s'estant contenté de dire en ce rencontre ; unius Machiavelli ingenium non contemno, acre, subtile, igneum ; et qui utinam principem suum recta duxisset ad templum virtutis et honoris ; sed nimis saepè deflexit, et dum commodi illas semitas intentè sequitur, aberravit a Regia hac via18.

  • 19  Campanella, Atheism. Triump., cap. 10, et 18.
  • 20  Philippe de Commines, Hist. de Louis XI.
  • 21  Tacit., Histo., lib. 1 et lib. 3.
  • 22  « Ils louent les actions honnêtes et déshonnêtes du prince, sans discrimination entre le faux et l (...)

17La plus part de ses adversaires sont plus malades et plus dignes de compassion que celuy qu'ils pretendent noircir et descrier [guerir] ; quelques pedans l'accusent de n'avoir point sceu de latin ; comme si Platon, Aristote, Plutarque, Ciceron, Seneque, Tacite, et tous les plus excellens Escrivains de l'Antiquité avoient conù auttre langage, ny auttre idiome, que celuy de leurs pais, ny escript [14] en auttre langue qu'en celle qui leur estoit naturelle, et qu'ils avoient apprise de leurs nourrisses, de leurs domestiques, et du commun peuple. Campanella le plus hardy censeur de son temps, mais le plus chastié et le plus contredit, parlant de Machiavelle, dit ; nullas scientias percurrit, nisi historiam humanam nudam, ratione communi non examinatam, sed sub amoris proprii curta ratione consideratam19. Et au chapitre 18 ensuivant, il l'appelle ; phiala irae Dei ; familia quidem nobilis, sed (aiunt) bastardus ; omnium scientiarum fuit expers, et tantummodo astutiam quandam ex historia rerum hausit humanarum ; animo acutus, et impius ; scelere pollutus omni, nullisque ex cultus doctrinis, &a. Et m'estonne pour quoy ce moine tres scavant, mais peu prudent attaque en tant d'endroits cest Italien, lors mesme qu'il parle des sacremens, veu qu'il n'a jamais erré la dessus, pour n'en avoir parlé ny en bien, ny en mal, cela n'estant du sujet de sa politique solide et relevée, plus que la Cité du Soleil de ce bon pere ; estant certain qu'il se trouvera plus d'erreurs, d'Impietés, et de Libertinage dans les escripts de ce Religieux Dominicain, que dans ceux de nostre secretaire d'Estat, [15] qui a parlé en politique par tout, et non comme un pere spirituel tel que le Theologien Campanella, qui a trouvé autant de contradicteurs qu'il a fait de livres, et souffert plus d'années de prison et d'inquisition, qu'il n'a composé de volumes ; ce qui n'est point arrivé a nostre Machiavelle qui est suivy et approuvé par tout ou la police est bonne et le Gouvernement parfait. Ce ne sont pas les langues estrangeres qui nous font sages et advisés [prudens], c'est nostre propre raison qui nous rend tels ; si ceux qui ont fait les premiers livres eussent estés de ce sentiment, nous serions encore plus ignorans de beaucoup que nous ne sommes [pas] ; parce que nous [et] serionsprivés de tant de beaux ouvrages qu'ils nous ont laissé si liberalement et glorieusement pour nostre instruction. Si Machiavelle a fait ses livres de soy mesme, sans les coppier sur d'auttres [Autheurs]plus grands latins que luy, mais moins penetrans dans la solidité des choses, et les secrets de l'Estat ; c'est en quoy il est plus admirable et plus digne de gloire d'y avoir si heureusement et si utilement reussi. Pour n'estre pas en grec, ils ne laissent pas d'estre [16] plus suivis, plus recherchés, et plus necessaires que ceux de Platon, d'Aristote, et de Xenophon, qui sont plustost des meditations politiques, que des regles et des maximes d'Estat qu'on puisse mettre en practique parmy les hommes. Ils sont bons dedans les chaises, les cloistres, et les cabinets ; et ceux de nostre accusé dedans les mains des Rois, des princes, et des souverains, aux quels seuls ils sont reservés. Philippe de Commines, surnommé le Tacite francois, quoy qu'il n'ait jamais sceu [pas un mot] de latin, dit en son histoire de Louis 11 que d'ordinaire il se trouve aupres des princes quelques clercs ou gens de robbes longues qui y sont bien seans quand ils sont bons, et bien dangereux quand ils sont meschans, les quels a tous propos ont une histoire, dont le meilleur qui s'y puisse trouver, se trouveroit bien de mauvais sens20. Voulant dire par la, et que les moines et les gens de lettres [lettrés] qui se rencontrent aupres des Grands [princes], et qui s'y font escouter, alterent ou desguisent ordinairement les choses les plus saines [, les plus pures] et les plus justes, comme l'experience nous l'enseigne tous les jours. Tacite qui est incomparable en touttes ses maximes a bien prevù ce malheur quand il dit, que ; suadere principi quod oporteat, multi laboris21 ; [17] parce que leurs Ministres et leurs Conseilliers ont ceste bassesse et ceste complaisance honteuse, que ; sine falsi verique discrimine, honesta et inhonesta principis laudant.22

  • 23  Xenophon
  • 24  Plutarque
  • 25  Senec., De Clem., lib. 1.
  • 26 St Grego. en son pastoral., St Grego. Nazi. in Apologetic., part. 1, cap. 2.
  • 27  Tacit., Annal., lib. 1 et 6.
  • 28  Tacit., Histo., lib. 2 et 15.

18L'homme dont la conduitte est le principal object de la prudence humaine, est de touttes les creatures la plus difficile a gouverner ; omni animali facilius imperabis, quam homini23. On apprivoise les tygres, on adoucit les lions, on dompte les chevaux, et on a des regles pour assujettir la fierté de ces nobles animaux ; mais on ne peult presque conduire les hommes, tant ils sont amoureux de leur liberté, et de leurs propres sentimens. Ils s'imaginent qu'on les veult contraindre, quand on les veult retenir dans le debvoir ; ils prennent ombrage de l'addresse, et se plaignent de la violence ; ils murmurent de la necessité, et quoy qu'elle soit la premiere et la plus indispensable de touttes les loix, ils ne la peuvent, ny ne la veulent souffrir : omni populo inest malignum quiddam et quaerulum in imperantes24. C'est pour quoy Seneque n'a jamais mieux rencontré, que quand il a dit, qu'il n'y avoit point de creature [18] plus soubçonneuse que l'homme et dont la conduitte demanda plus d'artifice et de prudence ; nullum animal morosius est homine, nullum majori arte tractandum25. Ce qui a fait dire a deux grands peres de l'Eglise, avec autant d'estonnement que de verité ; mihi videtur ars artium, et scientia scientiarum, hominem regere, animal tam varium et multiplex26. Tacite aiant remarqué long temps auparavant, que de tous les soings et les emplois des hommes, il n'y en avoit point de plus fascheux ny de plus difficile, que la Roiauté ; onus cuncta regendi arduum reputet, et subjectum fortunae ; quantoque plura adeptus sit, tanto se magis in lubrico ; et magis fama, quam vi, stare res suas27. Ce qui en a porté quelques uns a violer touttes sortes de choses, ou pour regner, ou pour se maintenir : si violandum est jus, regnandi causa violandum est ; quia Imperium cupientibus, nihil medium inter summa aut praecipitia ; nam cupido dominandi cunctis affectibus flagrantior28.

19Quand on met un scrupule en l'ame d'un Roy, sa conscience n'en est pas meilleure [pour cela], ny son Estat plus soulagé pour cela [conservé] ; il est aisé de remarquer les inconveniens des choses, mais de les guerir et de les appaiser, c'est ce que chacun ne peult pas. Les [19] souverains agissent tout auttrement que le commun du peuple, leurs actions n'entrent en parallelle qu'avec elles mesmes ; si elles n'avoient quelque chose de plus noble [de plus parfait] et de plus relevé que celles des auttres hommes, leurs qualités seroient leur honte, leurs grandeurs descouvriroient leur bassesse, et leurs Empires ne serviroient [leur empire ne serviroit] qu'a les mettre a la gehenne et dans la servitude.

  • 29  Proverb., cap. 16,vers. 10.
  • 30  Plin., Paneg. Traian.
  • 31  Tacit., Annal., lib. 3, 11, 14.
  • 32  Tertul., Apolog., cap. 30.

20Le plus sage des Rois qui en parle comme scavant, et comme inspiré d'un esprit qui ne peult faillir, les esleve si hault, et les met en un tel poinct, qu'il nous a laissé pour maxime incontestable, que divinatio in labiis Regis ; in judicio non errabit os ejus29. Au lieu que les auttres hommes ne font rien qu'avec peine et une longue estude, les Rois devinent naturellement ; c'est a dire qu'ils sont nés scavans, qu'ils ont un genie proportionné a leur destin et au grand ouvrage au quel ils sont appellés ; ils ne peuvent errer dans leurs jugemens quand ils viennent d'eux, leurs bouches ne prononcent que des oracles qui ne peuvent mentir, parce qu'ils sont esclairés de Dieu dont ils sont les images vivantes et les Lieutenans en terre ; principem dat Deus, [20]qui erga omne hominum genus vice sua fungatur30, ce qui a fait dire a Tacite qui les conessoit, et leur pouvoir aussi ; Rex quidem summus hominum ; et omnia mortalia infra magnitudinem ipsius jacent ; supra vero ipsum, Deus, cujus benignitati referenda gratia31. Ce que Tertulian n'a point oublié dans la solidité de ses pensées, quand il dit, que ideo magnus Imperator, quia coelo minor est32.

21Neant moins quelques grands qu'ils soient, et quelques scavans qu'ils puissent estre, ils ont besoing et d'estude et de conseil, et des conessances les plus belles et les plus relevées, par forme de reminiscence, comme dit Platon. Ce qui me fait dire, que leur unique et principale science, est la politique, puis que c'est elle qui donne les regles pour la conduitte des Estats, et elle aussi qui forme les souverains en leur enseignant l'art de gouverner, et leur apprenant a se rendre maistre de la liberté des hommes, sans les contraindre ny violenter. La vie est trop courte pour apprendre une leçon qui s'estend par tous les temps, et qui embrasse le passé, le présent, et l'advenir. Qui tire des conjectures du premier pour regler le second, et pour prevoir le dernier. Touttes ses maximes sont doubteuses, [21] et la prudence qui les emploie, n'oseroit en garantir une seule. Ce qui a reussi dans une occasion, ne succede pas tousjours dans une auttre et quoy que les conjectures paroissent semblables, les succés en sont neant moins tout differens. Cependant il fault que le prince avec le secours d'une science si incertaine gouverne l'Estat, qu'il estudie l'humeur de ses peuples, qu'il conesse leurs besoings, qu'il s'accommode a leurs inclinations sans blesser son Authorité ; qu'il s'oppose quelque fois a leurs desirs sans gehenner leur liberté ; qu'il resiste au torrent quand il croit pouvoir l'arrester ; qu'il s'y abandonne, quand il ne peult le retenir ; et que conservant une egalité d'esprit, il change de conduitte selon les temps, et les occasions qui se presentent. Parce que, comme la politique considere les actions particulieres des hommes, elle est aussi inconstante que son object ; elle change d'advis en touttes rencontres ; ses maximes ne sont que des problemes, et souvent elle tient plus de l'opinion que de la science, tant ses decisions sont doubteuses et changeantes.

  • 33 Possevini, Iudic., p. 132-133.
  • 34  Clasen, De Religio. politic., cap. 9. in princip.

22[22] Il n'y a gueres que nostre Autheur qui ait parlé sans fard et sans flatterie, et de ceux qui gouvernent, et de ceux qui sont gouvernés. Il n'y a point de livres ou les princes soient moins espargnés [flattés], ny leur pouvoir moins alteré ny moins eslevé, que dans ceux de ce fameux florentin ; et ceux qui taschent de les supprimer, et de les arracher des mains qui tiennent les sceptres, et qui manient les couronnes ; ce sont des ennemis des Rois, des conseilliers infidèles, et des gens qui en veulent [pretendent] a l'Authorité souveraine ; parce qu'ils [et qui] veulent la ruiner, ou du moins la partager en la corrompant ; quoy que le president Gentillet en puisse dire dans son Anti-Machiavelle qui est plus blasmable et plus censuré que celuy qu'il condemne et qu'il refute, tesmoing le pere Possevin jesuite en son jugement de Machiavelle, qui parlant du livre de ce president heretique et libertin, dit avec beaucoup de raison ; in eo libro ex antiquis historiis ducit quidem argumenta, quibus Machiavellus oppugnatur ; sed ubi hic Catholicam oppugnat Ecclesiam, vel ubi occasio sese dat, facilè Machiavellum blasphemando aequat, et superat33. N'y aiant pas jusques aux Lutheriens qui ne peuvent le pardon[23]ner a ce Calviniste, puis que Clasen, parlant de luy en son livre de la Religion politique, dit ; Innocentius Gentiletus qui in multis sensum verborum in libris Machiavelli non est assecutus, et tamen in multis calumniatus est34.

  • 35  Contzen, Politic., lib. 1. cap. I, § 3 et 5.

23Le Jesuite Contzen le prend plus hault, et voulant desrober la gloire de cest illustre Escrivain, comme ceux de son ordre font celle de tous les scavans qui ont escript devant eux et depuis eux, dit que c'est le propre des Jesuites d'escrire de la politique, et d'instruire les princes au prejudice de tous auttres, tesmoings Mariana, Suares, Sanctarelle, et tant d'auttres bruslés en France. Et affin qu'on ne m'accuse point d'imposture dans une verité si grande, et si remplie de vanité, voicy les propres termes de ce politique Allemand, qui desdie son livre a l'Empereur Ferdinand 2. De Regum, principumque, ac subditorum mutuis officiis, obligationibus, ac Universae Reipublicae gubernatione tractare, a societate nostra non modo alienum non est, sed ita illi proprium atque connexum, ut munus hoc non defugere, nec alteri delegare possit35. Et un peu plus bas ; quod si societatis nostrae functiones [24] inspicere atque expendere velis, hoc illi studium maximè consentaneum esse tu te ipse fatebere, in gimnasiis, in templis, congressibus de omnigenere officii nobis penè omnibus, et quotidié tranctandum est, subjecti docendi ut Magistratui pareant, jus superiorum, suamque ad [sic]obtemperandum obligationem agnoscant ; monendi Magistratus, ut jure suo ad obedientium incolumitatem, non propria commoda utantur, ne potestas sit injuriosa, sed injuriarum expultrix, ac vindex, aequi et honesti armata conservatrix.

24En effect ces bons peres s'en acquittent si dignement, qu'ils se trouvent aujourdhuy meilleurs politiques, que bons religieux, et plus grands Courtisans que grands devots et grands orateurs ; leur humilité consistant a faire la loy aux papes, a commender aux Rois, aux princes et aux Magistrats ; leur pauvreté a posseder les plus grands biens des provinces ou ils sont establis et leur chasteté, a ne voir et visiter que les vefves sans enfans, les Dames de qualité, et les femmes riches et de condition, les pauvres leur estant inconuës, aussi bien que la charité chrestienne qu'ils leur doibvent, qui est une vertu trop basse pour eux, et indigne de leur ambition.

  • 36  St August., De fide, contra manich., cap. 38 et Contra Faustum, lib. 16, cap. 14.

25[25] Je ne veux point pour cela justifier par tout cest Italien, ny disputer s'il a bien et regulierement parlé de l'histoire, des bonnes lettres, des diverses sortes de gouvernemens [diversités de gouvernement], des regles generales de la politique, et de ses maximes les plus ordinaires, et les plus communes ; mais seulement de celles qu'on dit estre contre la pieté et la Religion, faisant voire, en mesme temps jusqu'ou se peult estendre la vertu des princes et des monarques, aussi bien que leur pouvoir ; et comme ceux qui condemnent par tout ce rare esprit ressemblent a ce Fauste Manicheen dont parle st Augustin, qui soustenoit avec autant d'impudence que d'opiniastreté, qu'apres avoir leu tout l'ancien Testament, il n'y avoit trouvé aucun passage, ny aucune prophetie qui parlat du fils de Dieu ; ce qui fit dire a ceste grande lumiere de l'Eglise pour toutte response ; quia non intelligit, et si cur non intelligat quispiam quaesierit, respondebo ; quia inimico, quiaaverso animo legit36. Ainsi ceux qui blasment nostre Autheur, et qui le font plus noir que leurs robbes et leurs humeurs, ce sont gens qui ne l'entendent point, ou bien qui le lisent avec un œil esblouy, et chassieux, avec un esprit ennemy et preoccupé, [26] et un desir d'y trouver des crimes qui n'y sont point, pour avoir sujet de censurer [prendre en mauvaise part] les choses qu'il conseille et qu'il suggere avec innocence et equité [, justice, et prudence].

26Le Cardinal de Richelieu qui peult passer pour un miracle de nos jours, et pour l'estonnement des siecles a venir, m'a fait l'honneur de me dire dans sa Bibliotheque dont il faisoit la meilleure piece, qu'il ne pouvoit assés s'estonner de voir que tous ceux qui escrivoient de la politique donnoient tous atteinte a ce rare esprit, sans que pas un ait jamais eù le cœur ny le courage de deffendre les maximes indispensables et raisonnables de cest Escrivain solide et veritable, ce qui me fit entreprendre son Apologie a la priere de ce ministre sans pareil au quel on ne pouvoit rien refuser. Et pour faire voir la justice et la verité de ses plaintes, je veux produire quelques accusateurs de cest illustre criminel, affin que l'on conesse la malice de ses envieux, et le juste sujet que j'ay de proteger son innocence.

  • 37  Lib.  13, cap. 12, num. 21.
  • 38  Lib. 4 Thesauri Aphor. politic., cap. 5.
  • 39  Lib. 5, cap. 4.
  • 40   De imperio virtutis, adversus Machia. lib. 2, cap. 9.
  • 41  Politicor., lib. 2, cap. 4, § 1.
  • 42  Possevini, Iudic., pag. 132-133.
  • 43  Volkelius, De Vera religio, lib. 1, cap. 5.

27Gregorius Tolosanus l'appelle en sa Republique ;virum perniciosum, furciferum, et sacrilegum37 ; Guillaume ab Efferne, en son traitté De la Raison d'Estat, le fait passer ; ut blasphemum, contemptorem Divinae Majestatis, qui Gentilium errores ab inferis revocavit ; Chokier, illum vocat [27]impium, et pseudo-politicum38. Clapmarius en son recueil, De Arcanis rerum publicarum, ait, Machiavellum politicum magni acuminis et judicii, sed minus sanae ac piae mentis39. Thomas Bozius, parlant de luy et de ses escrips, contre les quels il declame avec plus de chaleur, que de raison, dit ; eterit qui huic credat, qui scripta ipsius legat, habeat, non spernat, abjiciat, detestetur, comburat, et quantum potest ubique ad nihilum redigat ?40 Et vingt lignes apres ; longè sit a nobis iste malus Demon, etc. Le pere Contzen Jesuite Allemand ; hoc peculiare malum est nostri saeculi, habere publicum vitiorum Doctorem, qui est Machiavellus, qui ita principem ad virtutem instituit, ut tamen et vitia permittat, et virtutibus illa velut Regno utiliora anteponat41 ; ce qui est visiblement faux, de dire qu'il postpose les vertus aux vices, puis qu'au dire mesme de ses auttres adversaires, il ne s'en sert qu'au deffault de la vertu ; l'aiant appellé Athée, et pere des faux politiques, en son livre I, chap. 1, § 8. Le pere Possevin, Jesuite aussi, en son Jugement de Machiavelle, l'appelle ; nebulo impius, naturae, juris, Religionis osor, et atheismi invector ; quare et blasphemans evomuit Damnatam animam42. N'y a il pas de la temerité, ou [28] plustost de la passion au jugement de ce bon pere, de condemner contre l'advis de l'Apostre qui dit que personne ne scauroit conestre ; utrum quis amore, aut odio dignus sit ; ce qui est entierement esloigné de la charité chrestienne, et de la bonne opinion que nous debvons avoir de nostre prochain, du quel l'Evangile nous ordonne tousjours bien penser et bien presumer. Volkelius parlant de ce mesme politique, et de ses escripts qui ne sont pas si impies ny si criminels que les siens, l'appelle ; homo acutissimus, seu mavis, astutissimus ; etenim ex non paucis hinc inde ab eo dictis apparet, eum religionem nullam, quicquid nonnunquam dicere videatur, (nam Atheismum aliquo modo tegere erat necesse) revera agnovisse. Christianum certè non fuisse, partim ex nonullis ejus de religione praeceptis constare cordatis potest43, &a.

  • 44  Campan., Atheism. Triumphat., cap. 14, sur la fin.

28Le bon homme Campanella qui se figure des monstres pour avoir sujet de les combattre, s'il ne peult les deffaire, dit que ; Machiavellistae in quadam civitate, quam nominare nolo, pictis Apostolis flagellatis, imposuerunt titulum : pro falsariis44. Voiés l'imagination, ou plustost l'extravagance d'un vieux religieux qui a mis des opinions en avant plus libertines et plus dangereuses mille fois dans son [29] livre De Sensu rerum ; et sa Cité du soleil, et les auttres que nous avons sous son nom ; que cest italien qui estoit plus circonspect et plus reservé qu'un grand Theologien.

  • 45  Garasse, Doctrine curieuse, liv. 8, sectio. 6, num. 2.
  • 46  Ibid., sectio. 10, num. 3.

29Le pere Garasse qui ne scait dire du bien de personne et qui n'approuve que ses propres ouvrages assés examinés et assés censurés, par les quattre volumes de Monsieur de Refuge contre sa Somme de Theologie, est assés hardy pour dire dans un livre aussi impie que ridicule ; que le premier qui a introduit ceste malheureuse maxime, qu'il fault entretenir la populace par des miracles controuvés, et des prodiges supposés, c'a esté Machiavelle, du quel on rapporte ce dicton si commun et familier en la bouche des libertins ; qu'un de nos papes, de bon sens a leur dire, donnant la benediction au peuple, au lieu de dire et prononcer comme les auttres : benedictio patris, et filii, et spiritus sancti descendat super vos ; il grommeloit entre ses dents ces parolles ; quando quidem populus iste vult decipi ; decipiatur ergo45. Ce mesme pere Garasse descrivant la bibliotheque des libertins, dont il pourroit estre le bibliothecaire, met Machiavelle au premier rang46.

  • 47  De Relig. medic., sectio. 19, part. 1.

30[30] Thomas Browne, dans son livre, De Religione medici, parlant dans les nottes, de Ribadeneira, de Bozius, et du president Gentillet qui ont fait des livres ex professo, contre Machiavelle, dit qu'eux ; et plerique alii Machiavelli sensum non satis assecuti videntur ; eo quod eadem quae ille scripsit, jam olim Aristoteles in libris Politicorum, et Thomas Aquinas in Commentariis eorum tractaverunt47. De quoy Campanella nonobstant son aversion contre cest Autheur demeure d'accord, en son, Atheismus triumphatus, ou il confesse, que ; in nonnullis quidem et praesertim in libro De Principe, impia docere videtur, sed ratione methodi agit de principe novo, seu Tiranno, qui si velit in ejus modi statu manere, obligatus est ad sui conservationem, majoremque stragem impediendam ejusmodi doctrina uti ; illum vero feliciorem ac laude dignum putat, qui se ejusmodi injusto Imperio omnino abdicat ; egregieque describit Tiranni infelicitatem ; Discurs. Supra Livium, lib. 1. cap. 10 et 26. Et si id quod Machiavellus sentit, rectè intelligere cupis, aequo judicio ponderes ea quae ibi tradit. Voiés combien la verité est forte apres tant d'injures et tant [31] d'invectives sorties d'une mesme plume.

31Il n'y a personne pour peu intelligent qu'il soit, qui ne demeure d'accord, que les Roiaumes dont parlent Platon, Aristote, Xenophon, Seneque, Plutarque et tant d'auttres, n'ont jamais estés que dans leurs escripts, non plus que l'Eutopie de Thomas Morus. Il les fault plustost regarder comme des idées, que comme des Estats effectifs ; et l'on ne doibt pas s'arrester a des modeles qui pour estre trop parfaits et trop contemplatifs, ostent le desir et l'esperance de les pouvoir imiter.

32Qu'on loue tant qu'on voudra la Ciropedie de Xenophon, pour l'utilité qui est venue de sa lecture ; mais il fault advoüer aussi, que cest Autheur a couché par escript, non ce qu'estoit Cyrus, mais ce que Cyrus debvoit estre. On peult dire tout le contraire du Prince de Machiavelle qui sans flatterie a despeint les souverains tels qu'ils sont ; et par mesme moien tels qu'ils debvroient estre en leur descouvrant leurs vices, et leurs deffaults comme il le fait ; non pour leur conseiller les crimes et la Tirannie, comme veulent ses ennemis, mais pour les blasmer en leur representant si naifvement, [32] et si a descouvert comme il fait.

33Nous ne trouvons [Il n’y a] point d'Estats, ny de souverainetés qui n'aient des Escrivains [Autheurs] qui leurs sont suspects, et qu'ils n'approuvent point ; touttes sortes de livres ont leurs ennemis et leurs contradicteurs quelques bons et quelque [quelques] sacrés qu'ils soient. Les Mahometans haissent la Bible avec plus d'horreur et [autant] d'aversion, que nous faisons leur Alcoran qui en est tout tiré en ce qu'il a de bon et de vray semblable touchant l'histoire du Vieux Testament ; les Francois, les Espagnols, et les Allemans en veulent a Machiavelle, a cause qu'il est Italien ; les Italiens, et les Espagnols condemnent Bodin, La Nouë, et Du Moulin [Du PlessisMornay], parce qu'ils sont Francois ; et les Francois ne peuvent souffrir Mariana, Bellarmin, Suares, [ny] Sanctarelle et d'auttres, d'autant qu'ils sont estrangers, et qu'ils veulent regler nostre Estat, ou comme ceux de leurs pais, ou suivant les maximes qu'ils meditent dans leurs cellules [cabinets], s'attachans plus a la speculation, ou a la complaisance des princes qu'ils veulent gaigner et captiver, que non pas au desinteressement et a la practique, qui est le but et la seule perfection [33] de touttes les pensées politiques. Estant une verité que personne ne peult revocquer en doubte, que les livres cy dessus, et tant d'auttres que nous avons veu brusler publiquement par mains de bourreaux, passent pour saincts et pour approuvés dans les lieux d'ou ils sont sortis ; et ainsi chacun chez soy, et dans sa police souveraine.

34J'aurois pù traitter ce sujet plus amplement, [plus naïvement,] plus librement, et plus fortement si j'avois voulu ; mais ny le temps present, ny ma qualité, ny ma condition ne [me] le permettent point, et m'en ostent entierement la liberté [la liberté entierement]. Et comme les loix de la bien seance et de la modestie deffendent de se monstrer nud et descouvert a touttes sortes de personnes, aussi la raison et la discretion m'empescheront d'exposer au public ce qui doibt estre reservé pour les plus sages, et ce qui n'appartient qu'aux mieux sensés et aux plus clair-voians, dont le nombre est, et a tousjours estés assés petit et assés rare, comme chacun scait [a mon tres grand regret].

  • 48  St Jean, cap. 8, vers. 32.

35Encore que les hommes semblent apporter tous [34] leurs soings, et emploier touttes leurs veilles et leurs travaux a la queste, et a la recherche de la vérité ; neant moins s'ils la trouvent, ils ne la peuvent souffrir et, a moins que de leur estre utile et favorable, ils la mesprisent et la rejettent entierement, comme si elle debvoit s'accommoder a nos esprits, et non pas nos esprits a ce qui est de sa lumiere et de sa conessance inviolable. Je scais bien qu'il m'en faudra dire [que j’en diray] qui ne plairont point a tout le monde, encore qu'elles n'offencent personne ; mais parce qu'elles favorisent l'innocence de celuy pour qui j'escris, et les actions des princes que je revere, et que sans doubte elles donneront atteinte a l'ignorance et a la calomnie de ceux qui les condemnent ; et l'Advocat, et la partie, et tous ceux qui ont interest en la cause seront egalement criminels, et temerairement blasmés [condemnés] par une fourmillier [sic] de petits juges aveuglés, suspects et passionnés, dont j'appelle devant les plus sages, et les mieux sensés, fondé sur les raisons que je va desduire dans la suitte de ce Discours, et sur ceste seule declaration, que ; Amicus Plato, sed magis amica veritas ; outtre que je puis dire avec st Jean a tous les souverains et a leurs principaux ministres, que ; in hoc cognoscetis veri[35]tatem, et veritas vos liberos reddet48.

  • 49  In cap. 13. Ezechi. prophet. lib. I, De consensu Evangelista.
  • 50  Ficin, De religio. Christ., cap. 30.
  • 51  Arnob., Advers. Gentes, lib. 1.

36Si le sr Naudé bibliothecaire du Cardinal Mazarin, a fait l'Apologie des Grands hommes accusés de magie, et des papes, des saincts, des Rois, des philosophes, et de tant de scavans personnages qu'on a chargé de ce crime de Leze Majesté Divine. Que si les Juifs s'imaginerent que Jesus christ faisoit ses miracles par une magie perverse et diabolique, parce qu'il les manifestoit avec trop de promptitude et de facilité ; et furent assés impudens et assés temeraires, comme remarquent st Hierosme et st Augustin49, de faire courir et publier quelques livres qui portoient pour tiltre, Magia Jesu Christi ad Petrum et Paulum Apostolos ; desquels ces mesmes Docteurs monstrent la fausseté evidente, outtre ce que Marcile Ficin en remarque dans l'un de ses livres50, et plus particulierement Arnobe en son premier livre contre les Gentils, ou il declare que c'estoit la commune objection de ces pauvres aveuglés de dire ; magus fuit, clandestinis artibus omnia ille perfecit ; Ægiptiorum ex aditis Angelorum potentium nomina, et remotas furatus est disciplinas51. Que si dis-je on a accusé si temerairement [36] le fils de Dieu de magie et de sorcellerie, on a bien pù charger Machiavelle d'Impieté, d'Atheisme et de libertinage, luy qui n'a rien pretendu contre la Divinité, ny contre les perfections d'un Dieu qui ne peut errer.

  • 52  Prateol., Elench. heretic., verbo Cainani ; et Iudas Iscariotes.
  • 53  Poza, De la mort sainte, liv. 2, chap. 14.
  • 54  Sixt. Senens., Biblio. sanctae, lib. 2. Verbo Iudas.

37S'il s'est trouvé des plumes assés impies, et assés ennemies de Jesus christ et du christianisme pour entreprendre la deffence de Judas, et des esprits assés aveuglés pour l'adorer mesme ; eum arbitrantes aliquid Divinum esse, adeo quidem, ut ejus detestandum scelus, ingens beneficium reputent, eum asserentes praescisse quantum esset generi humano Christi passio profutura, ideoque illum Judaeis ad occidendum tradidisse52. Ce mesme Autheur adjoute un peu apres, que cest apostre Apostat ; erat in maximo honore apud Cerinthianos ; et que les Manicheens soustenoient, que ; proditioJudae aeque sit Dei opus, atque ipsa conversio Pauli. Poza jesuite en son traitté deLa mort saincte, semble il pas vouloir excuser ce mesme Judas, quand il dit que si on ne racontoit sa mort, tous jugeroient qu'il auroit fait une bonne penitence, d'autant qu'il confessa son peché aux prestres du Temple, il fit de sa part satisfaction du tort et offence faite en la vendition du sauveur, [37] et luy rendit publiquement l'honneur en tesmoignant son innocence, il fit restitution des deniers qu'il avoit pris des Juifs pour l'emploier a l'Eglise ; enfin Judas fit exterieurement tout ce qui se pouvoit imaginer, et seulement pour s'estre pendu, il nous appert de sa malheureuse fin53. Et Sixtus Senensis semble il pas faire son apologie, quand il dit ; Judae Iscariotis Evangelium Caiani haeretici maximé venerati sunt, in quo quidem laudatur magnifice Judas, quod Christum Magistrum suum tradiderit Judaeis juxta eam quam habebat Divinae determinationis notitiam. Noverat enim Judas, quod per mortem Christi redimeretur mundus, et Regnum Satanae everteretur, et ob id festinavit tradere Christum, ut nobis per crucem ejus salutem pararet. Epiphanius, lib. 1 Panarii adversus Caianos [sic] ; et Theodoret. lib. 1 haereticarum fabularum, testes sunt54 ?

  • 55  Prateol., ibidem, verbo, Marcion, et Cainani.

38Marcion enseignoit que Cain est sauvé, et st Augustin nous apprend qu'il a eù des sectateurs, et des Adorateurs mesmes en grand nombre55.

  • 56  Salmeon, tom. 2. tract. 25, § 3.
  • 57  Trapezunt., lib. 2. De comparat. Arist. et Plato.

39Le Jesuite Salmeon qui estoit au concile de Trente a crù qu'Aristote a conù les misteres les plus relevés de nostre Religion, scavoir la Trinité des [38] personnes avec l'unité d'essence56. Et Georges Trapezunce a fait un livre entier de la conformité de la Doctrine d'Aristote, avec l'Escripture ste57. Le pere Poza cy devant allegué, tout Jesuite espagnol qu'il estoit a fait imprimer un Discours que j'ay de la premiere impression avec nom d'Autheur, pour prouver que le simbole des Apostres fondement de la Religion chrestienne, est heretique ; et le pere Theophile Renaud Jesuite aussi l'a fait reimprimer a Lion depuis peu, avec Eloge, et approbation des superieurs de son ordre, en son livre ; De Bonis et malis libris, in 4°. partitio 3. Erotema 3. § 516.

40Ne voions nous pas aujourdhuy dans les bibliotheques les plus fameuses de Paris, et ailleurs, l'Apologie du parricide Ravaillac, le plus odieux et le plus abominable de tous les hommes ? Milton, n'a il pas fait celle de Cromwelle qui a fait mourir son Roy, et s'emparé de sa couronne, contre tout Droit Divin, naturel, et humain ?

41Si donc les plus detestables qui aient jamais vescu, si les monstres de la nature, et la haine de tous les mortels, ont trouvé des flatteurs et des protecteurs, pour quoy Machiavelle qui est l'appuy des Rois, et le soustient [sic] de leur Authorité, qui n'a point d'ennemis [39] que les moines et ceux qui ne scavent obeir, et qui n'a rien escript qui ne soit admiré par ceux qui commendent, et qu'il conseille, voire par ceux mesmes qui ne peuvent l'approuver ; pour quoy dis-je, ce grand et prudent politique qui n'a rien de si noir ny de si criminel, ne trouvera-il quelqu'un qui face parestre son innocence, qui descouvre l'imposture de ses envieux, et qui ne mette ses raisons en avant pour en faire juges ceux qui le liront sans passion, et qui aimeront la verité qu'il estale sans fard et sans desguisement quelconque ? Ce que nous allons faire, Dieu aidant

Liberè, sed verè,
Veritas odium parit.


*
**

42Table
des maximes blasmées
et condemnées [par / divers Autheurs]
dans les œuvres de
Machiavelle.
§
Livre Premier

43Contenant celles qui sont dans
ses Discours sur Tite Live.
§

44Maxime 1. Qu'il est permis d'usurper, et conquerir des Estats par la force des armes.

45Maxime 2. Que le prince doibt entretenir les seditions et dissentions parmy ses sujets, pour le bien de son Estat.

46Maxime 3. Qu'il fault appaiser les seditions, et emotions populaires, par la force et la violence.

47Maxime 4. Que la cruauté qui tend a bonne fin n'est blasmable ; et que celle qui profite est louable.

48Maxime 5. Qu'il fault suivre la Religion par raison d'Estat, quoy que fausse et erronée, comme son principal appuy.

49Maxime 6. Qu'il fault accommoder la Religion a l'Estat, pour le bien, et la conservation d'iceluy.

50Maxime 7. Que l'Eglise Romaine apporte la confusion dans ses Estats.

51Maxime 8. Qu'il fault faire, et envoier des colonies nouvelles en un pais nouvellement conquis.

52Maxime 9. Que la Religion chrestienne a rendu les hommes lasches, et moins genereux que les paiens.

53Maxime 10. Qu'il est permis de tromper pour le bien de l'Estat, et pourveu qu'on en profite.

54Maxime 11. Que les nouveaux plaisirs ne font oublier les vieilles injures ; qu'une injure receuë ne s'oublie jamais.

55Maxime 12. Qu'un prince doibt tenir pauvres ses sujets, pour les contenir en obeissance.

56Maxime 13. Qu'il est permis de fausser sa foy pour le bien de l'Estat, et le salut de la Republique.

57Livre second

58Contenant celles qui sont dedans

59son Prince.

60§

61Maxime 1. Qu'il fault exterminer les princes et grands seigneurs d'un pais nouvellement conquis.

62Maxime 2. Qu'un prince doibt accommoder les vices et les vertus a son Estat.

63Maxime 3. Qu'il est plus a propos qu'un prince soit avare, que prodigue et libéral. [liberal et prodigue]

64Maxime 4. Que le prince se face plustost craindre, qu'aimer.

65Maxime 5. Qu'un prince doibt joindre la force du lion, avec la finesse du renard.

66Maxime 6. Dissimuler, pour bien regner.

67Maxime 7. Qu'il suffit au prince d'estre vertueux en apparence, et non pas en effect.

68Maxime 8. Que les princes doibvent entretenir des ennemis pour faire parestre leur vertu, et leur grandeur.

69Maxime 9. Qu'un prince doibt preferer son conseil a tous auttres.

70Maxime 10. Que la justice de la guerre, est dans son utilité.

Haut de page

Notes

1   Melchior Cano, De locis theologicis, lib. 11, cap. 6.

2  Tacit., Histor., lib. 1.

3  Tacit., Histor., lib. 4.

4  Idem, Annal., lib. 3.

5  Psal. 13, vers. 1.

6  Machia. en ses Disc. sur Tite Live, Liv. 1, chap. 8.

7  B. Liv. 1, chap. 11.

8  C. Liv. 1, chap. 12.

9  D. Liv. 1, chap. 13.

10  E. Liv. 1, chap. 28.

11  F. Ibidem, liv. 2, chap. 1.

12  G. Liv. 2, chap. 26.

13  H. Liv. 2, chap. 27.

14  I. Liv. 3, chap. 5.

15  Machia., en son Prince, chap. 15.

16  Erasme, Apopht.

17  Tacit., Annal., liv. 3, et 5.

18  Lipse, in praefat. De civil. doctri., p. 9.

19  Campanella, Atheism. Triump., cap. 10, et 18.

20  Philippe de Commines, Hist. de Louis XI.

21  Tacit., Histo., lib. 1 et lib. 3.

22  « Ils louent les actions honnêtes et déshonnêtes du prince, sans discrimination entre le faux et le vrai ».

23  Xenophon

24  Plutarque

25  Senec., De Clem., lib. 1.

26 St Grego. en son pastoral., St Grego. Nazi. in Apologetic., part. 1, cap. 2.

27  Tacit., Annal., lib. 1 et 6.

28  Tacit., Histo., lib. 2 et 15.

29  Proverb., cap. 16,vers. 10.

30  Plin., Paneg. Traian.

31  Tacit., Annal., lib. 3, 11, 14.

32  Tertul., Apolog., cap. 30.

33 Possevini, Iudic., p. 132-133.

34  Clasen, De Religio. politic., cap. 9. in princip.

35  Contzen, Politic., lib. 1. cap. I, § 3 et 5.

36  St August., De fide, contra manich., cap. 38 et Contra Faustum, lib. 16, cap. 14.

37  Lib.  13, cap. 12, num. 21.

38  Lib. 4 Thesauri Aphor. politic., cap. 5.

39  Lib. 5, cap. 4.

40   De imperio virtutis, adversus Machia. lib. 2, cap. 9.

41  Politicor., lib. 2, cap. 4, § 1.

42  Possevini, Iudic., pag. 132-133.

43  Volkelius, De Vera religio, lib. 1, cap. 5.

44  Campan., Atheism. Triumphat., cap. 14, sur la fin.

45  Garasse, Doctrine curieuse, liv. 8, sectio. 6, num. 2.

46  Ibid., sectio. 10, num. 3.

47  De Relig. medic., sectio. 19, part. 1.

48  St Jean, cap. 8, vers. 32.

49  In cap. 13. Ezechi. prophet. lib. I, De consensu Evangelista.

50  Ficin, De religio. Christ., cap. 30.

51  Arnob., Advers. Gentes, lib. 1.

52  Prateol., Elench. heretic., verbo Cainani ; et Iudas Iscariotes.

53  Poza, De la mort sainte, liv. 2, chap. 14.

54  Sixt. Senens., Biblio. sanctae, lib. 2. Verbo Iudas.

55  Prateol., ibidem, verbo, Marcion, et Cainani.

56  Salmeon, tom. 2. tract. 25, § 3.

57  Trapezunt., lib. 2. De comparat. Arist. et Plato.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« apologie pour Machiavelle, ou plustost La politique des Rois, et La science des souverains en faveur Des Princes et Des Ministres D'Estat », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre premier, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5956

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org