Navigation – Plan du site

Maxime 7 : Que l’Eglise romaine apporte la confusion dedans ses Estats

ENBaCH
EACEAEuropean Commission - Education & TrainingEuropean Commission - Education & Training

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

[289] Maxime 7 : Que l’Eglise romaine apporte la confusion dedans ses Estats


*

  • 1  1- Il respond a ceux qui disent que tout le bien, et tout le bonheur d’Italie vient des papes.
  • 2  2- Et fait voir le contraire par deux raisons qu’il apporte, dont la premiere est, le peu de Relig (...)
  • 3  3- La seconde, est la division et le demembrement de ce pais, qui est partagé a tant de petits pri (...)

1Machiavelle dit. Et perche sono alcuni d’opinione, che’l ben’ essere d’elle cosé d’Italia dipende della chiesa di Roma, voglio contro ad essa discorrere quelle ragioni che mi occorrono, et ne alleghero duè potentissimé, le quali secondo me non hanno repugnantia1. La prima è, che per gli essempi rei di quella cortè, questa provincia ha perduto ogni divotione, et ogni Religione ; il che si tria [sic] dietro infiniti inconvenienti et infiniti disordini ; perche cosi, come dovè e Religione si presuppone ogni bene ; cosi, dovè alla [sic] manca, si presuppone il contrario. Habbiamo adunque con la chiesa et co i preti noi Italiani questo primo obligo, d’essere diventati senza Religione et cattivi2 ; ma ne habbiamo ancora un maggiore, il quale è cagione della rovina nostra ; questo è che la chiesa a tenuto et tiene questa nostra provincia divisa ; et veramente alcuna provincia non fu mai unita o felice, se la non viene tutta alla ubbedienza d’una Republica o d’un principe, come è [290] avvenuto alla Francia, et alla Spagna3. Et un peu apres. Non essendo dunque stata la chiesa potente da potere occupare l’Italia, ne havendo permesso che un altro la occupi, è stata cagione che la non è potuta venire sotto un’ capo, ma e stata sotto più principi et signori ; da quali è nata tanta disunione et tanta debolezza, che la si è condotta ad essere stata preda, non solamente de Barbari potenti, ma di qualunque l’assalta. Di che noi altri Italiani habbiano obligo con la chiesa, et non con altri. Et chi ne volesse per esperienza certa vedere più pronta la verita, bisognerebbe che fusse di tanta potenza, che mandasse ad habitare la Corte romana, con l’authorita che l’ha in Italia, in le terre Svizzeri, i quali hoggi sono, quelli soli popoli che vivono, et quanto alla Religione, et quanto a gli ordini militari, secondo gli antichi ; et vedrebbe che in poco tempo farebbero più disordine in quella provincia, i costumi tristi di quella corte, che qualunque altro accidente che in qualunque tempo vi potesse surgere. Machiavel., di Discorsi, lib. 1. cap. 12.

2Le mal que les papes qui se sont oubliés de leur [291] dignité, et qui n’ont gardé comme ils debvoient les statuts, Canons, et saincts Decrets de la primitive Eglise, ont fait a l’Italie ; c’est qu’ils ont estés cause qu’elle est tousjours de puis demeurée en division. N’estant pas le moien de faire valoir un pais de le partager, et de le mettre en quartiers ; s’il n’est a un seul seigneur comme est la France et l’Espagne, jamais il ne profite.   Et un peu apres.    Ainsi c’est par ce desmembrement et ceste division que la pauvre Italie est en ce piteux estat, descouppée et desmembrée miserablement, a cause qu’elle tient bien ce qu’elle a, et n’est pas assés forte pour conquerir le reste ; la pauvre terre est maintenant la proie des Rois estrangers, et de tous ceux qui y viennent avec des trouppes ; tant de bien nous a fait l’Eglise Romaine. Qui ne le croira, et en voudra voir l’experience, qu’il face en sorte qu’elle aille en Suisse pour quelque temps transporter son siege tout tel qu’il est ; et il verra bientost que le train de ceste Cour tres saincte fera plus de desordre en ce pais, faisant comme elle a accoustumé de faire, qu’auttre chose qui leur pùt arriver ; Machiavelle, en ses Discours politiques sur Tite Live, Liv. I. Chap. 12.


*

3Il fault avoir l’humeur bien noire, et l’imagi[292]nation bien desreglée pour pouvoir se persuader que Machiavelle enseigne dedans ce discours, que l’Eglise Romaine apporte le desordre, et la confusion dans [dedans] ses Estats. Il fault avoir les yeux malades pour se representer des choses qui ne sont point, et l’esprit bien maling et [bien] preoccupé pour condemner un homme sur les crimes qu’on luy impose. Quand la passion nous aveugle, voila ou nous en sommes reduits ; et parce que chacun entend dire que ce grand homme est l’autheur de tous les maux de la terre, chacun tasche au prejudice de son innocence de le faire passer pour tel ; et ceux qui ne l’ont pas conù [leu], ny peut estre jamais veu, non plus que ses escripts, sont ceux la mesmes qui y trouvent touttes les mauvaises Doctrines dont on le charge, et qui puis apres donnent sujet a leur medisance et legereté d’attacquer celuy qu’ils ne conessent point, et qu’ils entendent plus mal encore [encore moins]. Quoy qu’il en soit, ou qu’ils l’aient leu, ou qu’ils ne l’aient pas consideré [leu], ils sont tousjours blasmables et suspects de calomnie, parce qu’ils luy font dire des choses qui ne sont pas, et qu’ils condemnent un crime qu’ils ne scauroient [293] justifier [jugent d’un different qu’ils ne justifient pas].

4Quand nostre Autheur fait voir que la Religion est le plus puissant appuy d’un Estat, et qu’il dit avec tant de verité que le demembrement de l’Italie ne vient en partie qu’a cause du peu d’estat qu’en font ses citoiens [que les italiens en font] ; il parle comme un sainct et comme un oracle, et non [pas] comme un Impie et un libertin, de quoy ses propres parolles [en] font foy, et ne fault que scavoir lire pour voir ce qui en est. Il considere l’Italie en ce discours, non pas comme un bien purement ecclesiastique, mais comme le domaine d’un prince souverain, ou de plusieurs auttres.

5Il ne touche point aux regles ny aux constitutions de l’Eglise, mais seulement aux maximes purement humaines et politiques qui s’y practiquent [temporelles] ; et s’il donne quelques atteintes [quelque atteinte] aux papes, ce n’est qu’a leurs personnes et non a leur qualité, ny a leur Authorité apostolique ; il n’en veult qu’a ceux qui ne gardent pas comme ils doibvent les statuts, Canons, et saincts Decrets de la primitive Eglise, pour conclure comme il fait, qu’il n’y a rien qui ruine tant les Estats, que les mespris que l’on fait de la Religion, et de la pieté, estant certain que touttes choses prosperent a ceux qui la reverent, [qui l’estiment] et qui en font cas.

6[294]Le lecteur sans passion scaura bien distinguer dans ce raisonnement [dedans ce discours] les abus de l’Eglise, d’avec ceux des princes qui la gouvernent ; et leur modestie et leur humilité, d’avec leur ambition et leur vanité. Nostre Autheur respondant a ceux qui disent, que tout le bien et tout le bonheur d’Italie vient des papes, apporte deux raisons pour faire voir le contraire, et [pour] faire conestre pourquoy celle qui auttrefois n’avoit qu’un chef et qu’un souverain [, et] a qui toutte la terre faisoit hommage, est aujourdhuy divisée et partagée de telle sorte qu’elle est comme l’esclave de tout le monde, n’y aiant quasi prince estranger quel il soit, qui n’y ait sa part, sans le nombre infiny des particuliers qui l’habitent et qui la possedent en souveraineté.

7La premiere donc qui est toutte spirituelle, et qui semble plustost sortie [sortir plustost] de la bouche de quelque Religieux, que de la plume d’un politique de la reputation de Machiavelle, est le mespris que les Italiens font de la Religion, et le peu de Devotion qu’ils ont, et qu’ils tesmoignent en touttes leurs actions ; disant mesme qu’elle est si rare dedans la Cour de Rome, que non seulement elle [295] n’y est point alterée ny corrompuë, mais entierement bannie et oubliée ; ce qui a donné un si mauvais exemple a toutte l’Italie, qu’il semble que comme elle est la mere de la Religion, elle soit aussi la nourrice de l’impieté, estant vray que [tous] les livres qui sont soubconnés de libertinage et d’atheisme, sont quasi tous [pour la plupart] sortis de ce pais la, tesmoings les Cardan, les Pomponace, les Jordan Brun, les Vanin, et tant d’auttres ; comme s’il luy suffisoit [si ce luy estoit assés] de distribuer la Religion par tout, sans en point retenir pour elle [soy] ; et de regler touttes celles des auttres, sans s’assujettir a pas une. Si bien que nostre Autheur qui en avoit autant de conessance que personne, et qui n’a pù s’empescher d’en faire quelque plainte [sur ce sujet], conclut librement et veritablement sur ce sujet, qu’une cause [des causes] des ruines et du desbry de ceste province, est le peu de Religion, et le peu de pieté qu’elle a.

  • 4  Montagne, en ses Essais, liv. 2. chap. 12.

8Quand ce Roy Tartare qui s’estoit fait chrestien fit dessein de venir a Lyon baiser les pieds au pape, et y reconestre la saincteté qu’il esperoit trouver en ceste Cour, en fut tres instamment destourné par st Louis Roy de France ; crainte au contraire que sa facon desbordée de vivre ne le desgousta et le rebutta d’une [296] si bonne opinion [creance]. Encore que [du] de puis en advint tout auttrement a celuy le quel estant allé a Rome pour un mesme sujet, y voiant la dissolution des prelats, et le peuple de ce temps la, se confirma davantage en nostre Religion, considerant combien elle debvoit avoir de force et de Divinité, pour pouvoir maintenir sa dignité et sa splendeur parmy tant de corruption, et en des mains si vicieuses4.

  • 5  Saresberiens., Nugis curialium, lib. 6, cap. 24.

9Saresberiensis en son livre des sottises des Courtisans, semble avoir fourny a Machiavelle les reproches qu’il fait a la Cour de Rome, puisqu’il dit les avoir faittes auttrefois luy mesme au pape Adrian quatrieme, discourant familierement avec luy5.

10Petrarche la despeint de touttes ses couleurs en trois sonnets que je ne puis obmettre, tant a cause qu’ils sont aussi beaux que rares, et peu communs, qu’a cause qu’ils font entierement a mon sujet, et a la justification de celuy que je deffends, qui n’est pas le premier ny le seul qui a formé ceste sorte d’accusation.


*

Sonnetto 106.
Fiamma dal ciel su le tue treccie piova
malvagia, che dal fiume, e da le ghiande
per l’altri impoverir se’ ricca, e grande ;
poi che di mal oprar tanto ti giova.

[297] Nido di tradimenti, in cui si cova
quanto mal per lo mondo hoggi si spande ;
di vin serva, di letti, e di vivande,
in cui lussuria fa l’ultima prova.
Per le camere tue fanciulli, e vecchi
vanno trescando, e Belzebub in mezzo
co mantici, e col fuoco, e con gli specchi.
Gia non fusti nudrita in piume al rezzo,
ma nuda al vento, e scalza fra li stecchi ;
hor vivi si, ch’a Dio ne venga in lezzo
.

Sonnetto 107.
L’Avara Babilonia ha colmo’l sacco
d’ira di Dio, e di vitii empi e rei,
tanto, che scoppia ; et ha fatti suoi Dei
non Giove, e Palla, ma Venere, e Bacco.
Aspettando ragion mi struggo, e fiacco,
ma pur nuovo soldan veggio per lei ;
Lo qual fara, non gia quand’io vorrei,
sol una sede, e quella fia in Baldacco.
Gli Idoli suoi saranno in terra sparsi,
e le torri superbe al ciel nemiche,
e suo torrier di for, come d’entr’arsi.
Anime belle, e de virtute amiche,
terranno’l mondo ; e poi vedrem lui farsi
aureo tutto, e pien de l’opre antiché.

[298]

Sonnetto 108.
Fontana di dolore, albergo d’ira,
scola d’errori, e tempio d’heresia,
già Roma, hor Babilonia falsa e ria
per cui tanto si piagne, e si sospira.
O fucina d’inganni, o prigion d’ira,
ove’l ben more, e’l mal si nutre e cria ;
di vivi inferno, un grand miracol fia,
se Christo teco al fine non s’adira.
Fondata in casta et humil povertate,
contra tuoi fondatori alzi le corna ;
putta sfacciata e dov’hai posto spene ?
Ne gli adulterii tuoi, ne le mal nate
ricchezze tante ; hor Constantin non torna
,
ma tolga il mondo tristo, che’l sostene.

11Les voicy en rithmes francoises paraphrasés a la lettre, et quasi vers par vers, autant que la rigueur poetique le peult permettre ; ce que j’ay entrepris d’autant plus volontiers, que les Traducteurs francois de cest Autheur, ont voulu les desrober [ceux-cy] a nostre langue, par un scrupule plus enfentin, que prudent et religieux [une modestie plus enfantine, que prudente et religieuse].

Sonnet 106.
Que la flamme du ciel pleuve dessus ta teste
meschante qui du mal des plus necessiteux,
[299] et de la pauvreté des plus calamiteux
tu bastis tes plaisirs, et releve ta creste.
Vray nid de trahison, receptacle ou s’appreste
la douleur qui nous rend tousjours plus malheureux,
esclave des excés, et des mets somptueux,
et qui donne a Venus sa derniere conqueste.
On ne void rien chez toy que putains, macquerelles
parmy mille Demons qui dansent avec elles
pour augmenter les feux d’un amour eshonté.
Ta naissance n’a pas gousté tant de delices,
tes douceurs auttrefois estoient dans les supplices,
et maintenant tu es sans Dieu, et sans bonté.

Sonnet 107.
L’avare Babilone a comblé la mesure
de l’ire de son Dieu, par ses Impietés,
ne reconessant plus auttres Divinités
que l’yvrongne Bacchus, et sa Venus impure.
Attendant la raison de ceste grande injure
je me perd et consomme en ces perplexités
prevoiant qu’un Souldan pour nos meschancetés,
changera nostre siege en celuy d’imposture.
Et alors ses faux Dieux seront nos Autels,
nos tours et nos clochers qui sembloient immortels
seront reduits en poudre, et les chrestiens en cendre,
Les esprits les plus saincts, et les plus vertueux

[300] regneront un bien peu, puis les Dieux fabuleux
bastis d’or et d’argent pourront tout entreprendre.

Sonnet 108.
Fontaine de douleur, sejour d’ire et de haine,
eschole de l’erreur, et temple de l’abus,
Rome tu as esté, mais las ! tu ne l’es plus
Babilone menteuse, et de nos larmes pleine.
O boutique de fourbes, o prison inhumaine
qui fais naistre les maux, et mourir les vertus,
Enfer de tout le monde, tu seras des esleus
si Dieu ne te punit et n’augmente ta peine.
Tes fondemens sont purs, humble ta pauvreté
contre tes fondateurs tu esleve les cornes,
insolente putain ou as tu mis tes bornes ?
Ton esperance est elle en ton impureté ?
Et dedans tes thresors provenus d’injustice
que le grand Constantin te laisse pour supplice ?

12La seconde raison que nostre Autheur apporte pour preuve de son dire, est toutte politique, et entierement fondée sur l’experience, et le sens commun l’a fait advouer ; scavoir que le grand nombre des souverains qui tiennent chacun une petitte piece de l’Italie, est cause de sa foiblesse ; parce qu’une puissance divisée et partagée [partagée et divisée], peult moins que [301] celle qui est unie et bien ramassée, comme la France et l’Espagne le font voir, qui pour n’avoir qu’un prince et qu’un chef, se maintiennent envers et contre tous, et donnent plus de terreur qu’elles n’en recoivent. C’est pourquoy les papes qui le plus souvent sont eslus plustost pour leur bonté, vertu, et science que pour la grandeur et l’appuy de leur maison, estans nouveaux dedans l’art de regner, et la plus part [mesme] le mesprisant, aimans mieux faire des bulles pour regler les moines, reformer leurs chapperons, et mille auttres petittes ceremonies, que de negocier des alliances avec les princes estrangers, et de vacquer aux affaires d’Estat. De plus, n’estans pas assés puissans pour se rendre maistres absolus de tout ce grand et merveilleux pais, et voulans encore moins permettre qu’un auttre l’entreprenne ; la cause generale et l’interest de toutte la province s’abandonne, pour maintenir celuy du particulier, tous ces petits princes se contentans de conserver chacun leur part, sans vouloir reconestre ny s’assujettir sous la puissance et Gouvernement d’un seul, jugeant plus a propos et plus avantageux pour eux de demeurer foibles dedans leurs Estats, que de relever d’un monarque qui pour maintenir leurs pais, ruineroit leurs [302] personnes, leur Authorité, et leur liberté si chere.

  • 6  Jeremie, Lament. cap. 1.vers. 1.
  • 7  Ibidem, vers. 2.
  • 8  Ibidem, vers. 8.
  • 9  Ibidem, vers. 4.
  • 10  Ibidem, vers. 5.
  • 11  Ibidem, vers. 6.
  • 12  Ibidem, vers. 16.
  • 13  Psal. 136, vers. 1.

13Apres ce puissant raisonnement qui ne peut estre desapprouvé de personne [qui que ce soit], comme touché des malheurs, et des ruines de sa patrie, il plaint la foiblesse et le demembrement de cest Empire si deschiré, avec des ressentimens si grands et sy cuisans, qu’il me fait souvenir des larmes et des soupirs que le prophete Jeremie jetta avec tant de tristesse et de desplaisir, quand il vid Jerusalem en la subjection des Chaldeens, et les enfans d’Israel contrains de l’abandonner, et d’en faire un desert pour commencer leur captivité de Babilone ; quomodo sedet sola civitas plena populo ! Facta est quasi vidua domina Gentium ; princeps provinciarum facta est sub tributo6 ; estrange changement, vicissitude incroiable, comment se peult il faire que le pais qui avoit tant de Rois [pour] tributaires, n’en ait pas un maintenant pour le proteger ? Omnes amici ejus spreverunt eam, et facti sunt ei inimici7 ; ceux qui venoient luy faire hommage de tous costés ne songent plus a luy que pour le despouiller et comme s’ils estoient honteux de luy avoir auttrefois obey, ils le mesprisent maintenant, et croient qu’en le traitant d’ennemy, ils feront [303] croire qu’il en a tousjours esté de mesme, et que jamais ils n’en ont relevé ; ainsi donc, qui pourra jamais s’estonner assés de voir l’ornement du monde, et la gloire de l’univers delaissée d’un chacun, et quasi comme abandonnée de ses propres creatures ; omnes qui glorificabant eam, spreverunt illam, quia viderunt ignominiam ejus8 ; omnes portae ejus destructae, sacerdotes ejus gementes, virgines ejus squalidae, et ipsa oppressa amaritudine9. Enfin la capitale de la terre, la Reine des provinces, et celle qui faisoit la loy aux plus superbes ; est aujourdhuy tributaire a ses propres vassaux, et se void despouiller par [de] ceux mesmes qui la tenoient pour sacrée, pour maistresse et pour souveraine ; facti sunt hostes ejus in capite, inimici ejus locupletati sunt10 ; pauvre Italie tu n’as plus que le souvenir de tes grandeurs passées, ta gloire est effacée, ton Empire est achevé ; egressus est a filia Sion omnis decor eius11 ; et de tant de triomphes, et de tant de merveilles, il ne t’en reste plus qu’une triste memoire, et des regrets sans consolation ; idcirco ego plorans, et oculus meus deducens aquas12 super flumina Babilonis illic sedimus et flevimus dum recordaremur tui Sion13. C’est pourquoy je n’ay plus de soulagement que dedans mes pleurs, et tout le secours que je te puis donner, [304] n’est que dedans les plaintes et les souspirs que je fais pour les malheurs que je void [sic] que tu souffre [sic] maintenant.

14Nostre Autheur pour la plus grande preuve de son dire adjoute, que si quelqu’un doubte des raisons par luy rapportées pour faire conestre les causes de la division, foiblesse, et demembrement de l’Italie ; qu’il face venir la Cour de Rome chez les Suisses qui sont les peuples les plus policés, et les plus exacts observateurs de l’ancienne discipline qui soient aujourdhuy, soit de la guerre, soit de la Religion [qui soient aujourd’hui] ; et il verra qu’en y establissant ses maximes ordinaires, et permettant que chaque canton ait son souverain particulier, comme chaque contrée d’Italie a le sien, elle ne reduira pas bientost leur Republique au mesme estat, et leur pais au mesme danger, dans la mesme confusion, et dans la mesme foiblesse que l’Italie se trouve aujourdhuy.

  • 14  St Ciprian. de lapsis.

15Si Machiavelle avoit parlé des abus qui se voient [trouvent] dans [dedans] l’Eglise Romaine, et des maux incroiables qu’ils ont causé, avec la liberté que fait un st Bernard dans son livre, De consideratione ad Eugenium, et tant d’auttres peres avant et apres luy [font les peres les moins suspects] ; je ne scais qui pourroit entreprendre, non pas de le justifier, mais de l’excuser seulement. Et pour [305] ne rien oublier des choses qui font voir sa candeur et son innocence, et que l’Estat ecclesiastique n’est pas tousjours censuré par ceux qui luy sont suspects, et qu’il tient pour ennemis, mais au contraire tres severement accusé et reprimendé par ceux la mesmes qu’il reconoit pour ses saincts [, pour son appuy,] et ses pour oracles ; st Cyprien, qui est mort pour sa deffence, se plaignant des desordres qui attirerent les persecutions de son temps, dit parlant de ses chefs et de ses Directeurs ; [t]ous estoient attentifs a augmenter leurs revenus, et oubliant ce que les fideles avoient fait du temps des Apostres, et ce qu’eux debvoient faire pendant qu’ils vivoient, s’appliquoient d’une ardeur insatiable de convoitise, a augmenter leurs biens et leurs richesses. Ceux qui manioient les choses sainctes, n’avoient point d’affection a la Religion, la foy des Ministres n’estoit pas entiere, les œuvres estoient sans misericorde, et les mœurs sans correction. Les hommes paraissoient effeminés, les femmes se fardoient, et despitant l’ouvrage de Dieu corrompoient leurs yeux pour tromper les simples ; plusieurs Evesques et pasteurs de l’Eglise qui debvoient servir d’ornement et d’exemple [d’exemple et d’ornement] aux auttres, laissoient la charge a eux commise de Dieu, pour se mesler des affaires du monde ;[306] quittoient la chaise, et abandonnoient leurs trouppeaux pour courir en pais estrangers ; estans tels, qu’avions nous merité ?14

  • 15  Psal. 87.
  • 16  St Cyprian, de lapsis.

16[Lacrimis magis, quam verbis opus est ad exprimendum dolorem ; studebant augendo patrimonio singuli, et obliti quid credentes, aut sub apostolis ante fecissent, aut post modum facere deberent, insatiabili cupiditatis ardore ampliandis facultatibus incubabant. Non in sacerdotibus religio devota, non in Ministris fides integra, non in operibus misericordia, non in moribus disciplina. Corrupta barba in viris, in feminis forma fucata ; adulterati post Dei manus oculi, capilli mendacio colorati. Ad decipienda corda simplicium callidae fraudes, circunveniendis fratribus subdolae voluptates. Iungere cum infidelibus vinculum matrimonii, prostituere cum gentilibus membra christi. Non jurare tantum temere, sed adhuc etiam peierare. Praepositos superbo tumore contemnere, venenato sibi ore maledicere. Odiis pertinacibus invicem dissidere. Episcopi plurimi quos et ornamento esse oportet caeteris et exemplo, divina procuratione contempta, procuratores rerum saecularium fieri, derelicta cathedra, plebe deserta, per alienas provincias oberrantes negotiationis questuosae nundinas aucupari. Esurientibus in ecclesia fratribus habere argentum largiter, velle, fundos insidiosis fraudibus rapere, usuris multiplicantibus foenus augere. Quid non perpeti tales pro peccatis eiusmodi mereremur ? Cum iam prident praemonuerit ac dixerit censura divina15 ; si dereliquerint legem meam, et in indiciis meis non ambulaverint, si iustitias meas profanaverint, et pracepta mea non observaverint, visitabo in virga facinora eorum, et in flagellis delicta eorum.16]

  • 17  Grego. nazianz., oratio. 32.

17St Gregoire de Nazianze, parlant de la guerre, et de la division qui estoit entre les chrestiens de son temps, dit ; lassus sum, dum, et cum hostibus et cum nostris pugno ; quo tandem nodo sacrum hoc bellum feram ? Dicatur enim etiam quoddam Bellum sacrum, quemadmodum et Barbaricum ; quousque enim haec audientur, meus et tuus, antiquus et novus, facundior aut spiritualior, nobilior, aut ignobilior ; multitudine opulentior aut tenuior ; senectutis me pudet, cum aliorum nomine censeor, qui a Christo salutem accepi17.

  • 18  St Basile, De Spiritu Stocap. 30. Et episto. 60. 69. 70.

18Les Juifs du temps de st Augustin imputerent aux chrestiens la dissipation de l’Empire romain et la ruine prochaine d’iceluy ; subversa sunt pietatis dogmata, dit le grand st Basile, turbantur pietatis ritus, ambitio eorum qui Dominum sequuntur ecclesiarum gubernacula invadit, et iam manifeste veluti Impietatis praemium, primae sedis Dignitas prostituitur, ita ut qui maledicendo est severior, ad episcopatum populi acquirendum si prior ac potior18.

  • 19  Nicephor. Hist. lib. 11. cap. 12.
  • 20  St Bernard, sermo de conversio. sti Pauli.

19Nicephore recherchant et descouvrant la source et l’origine des schismes et des heresies, dit que les [307] querelles particulieres des ecclesiastiques ont fait une infinité de maux a l’Eglise, et ont descoupé la Religion en diverses sectes19 ; ce qui a fait dire au devot st Bernard ; hac tempestate, heu Domine Deus, ipsi sunt in persecutione tua primi, qui videntur in Ecclesia tua primatum diligere, universam incendio tradunt civitatem ; misera eorum conversatio, plebis tuae miserabilis subversio est20.

  • 21  Eusebe, Hist. lib. 8, cap. 1.
  • 22  Aventin, Annal. bavariae, lib. 2.

20Quand Eusebe discourt des maux que souffroit l’Eglise au commencement de la persecution de Diocletian, [il] dit ; quand les pasteurs de l’Eglise entreprindrent [entreprirent] de mespriser [mestriser] leurs compagnons, que le peuple commencea a se mutiner l’un contre l’auttre, quand une feinte saincteté, et une hippocrisie insuportable s’abandonna a touttes sortes de malices [malice], quand les Evesques s’entre-accuserent d’heresie, et que leurs esprits enflammés d’ambition les porterent a contre faire les princes, et pretendre des [les] dominations terrienes, alors la vengeance Divine descocha ses coups21, car les Empereurs esmùs par ces troubles voiant que les prelats et gouverneurs de l’Eglise chrestienne estoient en division continuelles les uns contre les auttres, estimerent qu’il y avoit de la feintise en tout leur fait, c’est pourquoy ils se resolurent d’exterminer du monde tous les chrestiens, leur nom, et leur memoire22.

  • 23  Actuum Apostol. cap. 6. vers. 15.
  • 24  I ad Corinth. cap. 1. vers. 3. I ad Galat. cap. 2. vers. 5.
  • 25  Clemens Alexand. Stroma. lib. 7.
  • 26  Ammian. Marcell. Hist. lib.
  • 27  Socrat., Hist., lib. 4, cap. 33, Sozomen, lib. 6.

21[308] Estant vray que ce qu’on a tousjours trouvé de plus estrange, et de plus mauvaise odeur en la Religion chrestienne, et ce de quoy l’on s’est le plus estonné et le plus offencé, sont les grandes divisions qui sont et qui ont tousjours esté en elle ; et non seulement les paiens et mecreans ses ennemis, ont objecté ces choses et pour reproches, et pour excuses affin de ne se joindre et se ranger avec elle ; mais encore ses domestiques et ses propres enfans s’en sont scandalisés, et quelques uns s’en sont servy pour seconder leurs mauvais desseins. Les Actes des Apostres23, et st Paul en plusieurs endroits de ses Epistres24 nous apprennent, que dés le commencement de la chrestienté, et du temps mesme des Apostres qui est la source de l’Eglise [primitive Eglise], il y avoit des-ja quantité de differends, de schismes, et de divisions, non seulement en la police, mais aussi dans [dedans] la Doctrine. Bientost apres st Clement Alexandrin Maistre d’Origene, escript que les Juifs et les Gentils reprochoient aux chrestiens, qu’eux qui s’attribuoient la verité et la conessance du salut, estoient si contraires, et s’entre-accusoient et condemnoient si fort les uns les auttres et d’erreur et d’heresie, qu’il estoit impossible de pouvoir leur adjouter aucune creance, ny de chercher la verité chez eux, puisqu’ils en estoient si peu d’accord25. De puis [Du de puis] l’Empereur Julian l’Apostat trouvant des dissentions continuelles parmy eux, comme dit [309] son historien Ammian Marcellin, fit tout ce qu’il put pour les fomenter et entretenir, affin de les affaiblir par la, et faire en sorte qu’ils ne pussent [puissent] s’eslever contre luy26. Apres ce cruel Tiran [luy], l’Empereur Valens chrestien, et [du] de puis fait Arrien, prenoit pour pretexte de son Apostasie les grands differens, schismes, et desbats qui estoient entre eux27.

  • 28  St Augustin, Homil. de ovibus, cap. 6 et 15.

22St Augustin adjoute a cela, que de son temps, l’Eglise de Jesus Christ estoit venuë a telle grandeur et a telle Authorité, que tous ses ennemis et mesdisans estoient confus et rendus muets, et ne leur restoit rien a dire contre les chrestiens, sinon qu’ils n’estoient pas d’accord, et que les Gentils qui restoient n’avoient rien a leur objecter que leurs dissentions28 ; estant vray que pas une Religion, voire mesme celle des plus barbares n’a jamais souffert de si grandes ny de si dangereuses divisions que celles qui ont esté dans le christianisme [la chrestienne] de puis sa naissance jusques a maintenant. Et si nous considerons de prés les malheurs estranges qu’elles ont produit, nous verrons les ruines entieres des Empires, des Roiaumes, des Republiques, et l’esbranslement universel de tout le monde, avec des exploits cruels, furieux, et inhumains, [310] a la honte, reproche et scandale de la chrestienté, en la quelle sous pretexte de zele et d’affection a la Religion, chacun hait mortellement son prochain, et luy semble avoir pouvoir de faire et de commettre touttes sortes d’actes d’hostilité, ce qui ne se void point en pas une auttre ; comme s’il estoit loisible aux seuls chrestiens d’estre meurtriers, perfides, et de s’ascharner les uns contre les auttres pour toutte sorte de rage [, de fureur,] et d’inhumanité [d’inhumanités]. Que si quelques uns s’y portent avec plus de retenuë et de moderation, ils seront tenus pour tiedes et peu zelés ; ce qui scandalise entierement les plus sages et les plus vertueux, comme si la Religion chrestienne apprenoit a hair et a persecuter, encore qu’il ne faille pas l’en accuser, mais ceux qui en abusent seulement ; les divisions de l’Eglise d’Orient sont cause comme chacun scait, et ont ouvert la porte a Mahomet, et a son Alcoran.

23Apres les plaintes et les reproches de tant d’Autheurs dignes de foy, et qui portent la verité avec eux, quand nostre Autheur auroit dit, ce qu’il n’a pas fait, que l’Eglise Romaine apporte la confusion dedans ses Estats, comme ses adversaires luy imposent malicieusement ; seroit il plus impie [311] que st Paul, plus libertin que st Clement Alexandrin, plus criminel que st Cyprian, plus noir que st Augustin, plus coupable que St Gregoire de Nazianze, plus temeraire que st Basile, plus irreligieux que st Bernard, et plus insolent que tant d’historiens irreprochables qui le disent, qui en cottent les exemples, et les maux qui s’en sont ensuivis ? Il y a de l’homme par tout, et les papes aussi bien que les auttres ont leur foible et leurs deffaults, nonobstant les Theses des Jesuites de Paris soutenuës le 12 Decembre, 1661 dont nous parlerons ailleurs. Pour estre eslevés au point d’honneur ou ils sont, ils n’en sont pas moins infallibles pour cela dans leur particulier, et dans leurs fonctions ordinaires et naturelles, puis que leur vieillesse et leur caducité n’est pas la moindre piece de leur vertu. Les vices [deffaults] sont tousjours blasmables par tout, il n’y a point de qualité qui les rendent excusables, ceux qui les font n’ont pas moins de tort de trouver mauvais qu’on leur reproche, que de les avoir commis ; Alexandre 6 a plus fait de mal d’avoir engendré Caesar Borgia, que Machiavelle d’avoir escript sa vie ; et s’il accuse ce souverain [312] pontife [pape] en quelque chose, il ne parle pas mal de l’Eglise pour cela, ny de la Religion qui s’y practique, mais seulement de ceux qui ne la gouvernent pas bien, et qui en usent auttrement qu’il ne fault. Et quand il represente en gros la foiblesse de l’Eglise, et de ses Estats temporels, c’est qu’il blasme tacitement et adroittement l’ambition et l’usurpation de ceux qui la traittent tiranniquement, et qui ont si peu d’amour, et si peu de respect pour celle qu’ils appellent mere. Encore s’ils n’en vouloient qu’au peu de pais qui luy reste ; mais qui pis est, il n’y a quasi plus de princes qui ne soient papes dedans leurs Estats, qui ne les mesconessent, et qui ne les mesprisent és choses mesmes qui sont purement spirituelles, et qui despendent entierement de luy et de son Ministere Apostolique, parce qu’entreprenant sur les auttres comme il fait trop souvent, il a ouvert la porte pour entreprendre sur luy, chacun voulant estre Maistre chez soy.

Haut de page

Notes

1  1- Il respond a ceux qui disent que tout le bien, et tout le bonheur d’Italie vient des papes.

2  2- Et fait voir le contraire par deux raisons qu’il apporte, dont la premiere est, le peu de Religion, et le peu de Devotion qui est dedans la Cour de Rome ; qui est la premiere cause de la ruine de l’Italie.

3  3- La seconde, est la division et le demembrement de ce pais, qui est partagé a tant de petits princes particuliers ; que cela l’affoiblit, et le rend comme la proie de tous ceux qui veulent entreprendre dessus.

4  Montagne, en ses Essais, liv. 2. chap. 12.

5  Saresberiens., Nugis curialium, lib. 6, cap. 24.

6  Jeremie, Lament. cap. 1.vers. 1.

7  Ibidem, vers. 2.

8  Ibidem, vers. 8.

9  Ibidem, vers. 4.

10  Ibidem, vers. 5.

11  Ibidem, vers. 6.

12  Ibidem, vers. 16.

13  Psal. 136, vers. 1.

14  St Ciprian. de lapsis.

15  Psal. 87.

16  St Cyprian, de lapsis.

17  Grego. nazianz., oratio. 32.

18  St Basile, De Spiritu Stocap. 30. Et episto. 60. 69. 70.

19  Nicephor. Hist. lib. 11. cap. 12.

20  St Bernard, sermo de conversio. sti Pauli.

21  Eusebe, Hist. lib. 8, cap. 1.

22  Aventin, Annal. bavariae, lib. 2.

23  Actuum Apostol. cap. 6. vers. 15.

24  I ad Corinth. cap. 1. vers. 3. I ad Galat. cap. 2. vers. 5.

25  Clemens Alexand. Stroma. lib. 7.

26  Ammian. Marcell. Hist. lib.

27  Socrat., Hist., lib. 4, cap. 33, Sozomen, lib. 6.

28  St Augustin, Homil. de ovibus, cap. 6 et 15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 7 : Que l’Eglise romaine apporte la confusion dedans ses Estats », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre premier, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5957

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page