Navigation – Plan du site

Maxime 8 : Qu’il fault faire, et envoier des colonies nouvelles, en un pais nouvellement conquis

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

 [313] Maxime 8 : Qu’il fault faire, et envoier des colonies nouvelles, en un pais nouvellement conquis


*

  • 1  Cantic. Mariae.

1Machiavelle, dit. Il migliore remedio ch’egli habbia a tenere quel [nel] principato, è (sendo egli nuovo principe) fare ogni cosa di nuovo in quello stato, comè è, nelle citta fare nuovi governi con nuovi nomi, con nove autorita, con nuovi homini, fare i poveri ricchi, come fece Davit [David] quando ei [egli] divento Ré ; Qui esurientes implevit bonis, et divites dimisit inanes1.Edificare oltra di questo, novè citta, disfare delle vecchiè, cambiare gli habitatori da un luogo ad un’altro, et in somma non lasciar cosa niuna intatta in quella provincia, et che non vi sia ne grado, ne ordine, ne stato, ne ricchezza, che chi la tiene non la riconosca da te ; et pigliare per sua mira, Filippo di Macedonia padre di Alessandro, il quale con questi modi, di piccolo Rè, divento principe di Grecia. Et chi scrive di lui, dice che tramutava gli homini di provincia in provincia, come i mandriani tramutano le [314]mandrié loro. Sono questi modi crudelissimi, et nimici d’ogni vivere, non solamente christiano, ma humano ; et debbe gli qualunque huomo fuggire, et volere più tosto vivere privato, chè Rè con tanta rovina de gli huomini. Nondimeno colui che non vuole pigliare quella prima via del bene, quando si voglia mantenere, conviene che entri in questo male. Ma gli huomini pigliano certé vié del mezzo, chè sono dannosissimé, perche non sanno essere ne tutti boni, ne tutti cattivi. Machiavel. De Discorsi, lib. 1. Cap. 26.

  • 2  St Luc, cap. I, vers. 53.

2Il n’y a meilleur moien pour durer longuement en un pais nouvellement conquis qu’en y faisant tout nouveau ; y establissant gouvernement et gouverneurs nouveaux, avec noms, et Authorités non accoustumées, faisant les pauvres riches, et les riches pauvres, comme fit David a l’entrée de son Regne ; esurientes implevit bonis, et divites dimisit inanes2; outtre ce il fault qu’il edifie villes neuves, qu’il abatte et demolisse les vieilles, qu’il envoie les habitans d’un lieu en un auttre, en somme qu’il ne laisse rien a quoy il ne mette la main, affin que tous ceux qui auront quelque[315]rang [quelques rangs], estats, offices, ou auttres biens, reconessent qu’ils tiennent tout de luy ; a l’exemple de Philippe de Macedoine pere du Grand Alexandre, lequel au commencement n’estoit rien, et devient neant moins monarque de toutte la Grece ; duquel il a esté dit, qu’il faisoit remuer les gens de ville en ville, comme les bergers promenent leurs cabanes. Vray est que telle maniere de vivre, n’est ny honneste, ny chrestienne, et mieux vaudroit a un homme vivre en son particulier, que d’estre Roy, et user de telle inhumanité et cruauté ; mais qui le seroit d’avanture, et ne se soucieroit auttrement de prendre le bon chemin, il faudroit s’il vouloit tenir et posseder, qu’il en passat par la, et usa de tels maux et enormités. En quoy l’homme faille [fault] volontier pensant filler entre deux, et n’estre dans l’extremité bon ne mauvais, car il luy fault estre en ce cas, tout un ou tout auttre ; Machia. en ses Discours politiq. sur Tite Live, liv. 1. chap. 26.


*

  • 3  Leg. naturalem, § ult. ff. de acquirend. rerum dominio. leg. 1. ff. de acquir. possessi. Digeste, (...)
  • 4  Dion. Halicar. lib. 6.

3Jamais maxime n’a esté si universellement receuë, [establie, et] ny plus generalement practiquée par touttes sortes de vainqueurs que celle-cy ; elle est fondamentale par tout, et les premieres [316] lecons qui nous ont estés données par escripts, qui sont celles que nous tenons du ciel, preschent et conseillent ceste regle generale a tous les conquerans establis de Dieu. Si le droict de la guerre nous rend proprietaires et possesseurs legitimes des biens et des Estats pris dessus nos ennemis, il n’y a point de doubte que nous pouvons en disposer comme il nous plaira, et en faire ce nous jugerons a propos pour le bien et l’utilité de nos affaires comme du nostre propre. Le droict des gens enseigne que la victoire nous rend seigneurs de ceste sorte de bien3 ; et l’histoire sacrée ne condemne point le fait de ce Roy qui s’accommoda des terres qu’il avoit ostées aux Amalecites. Nous scavons que quand les Volsques firent instance a Rome pour estre remis en la possession des choses reconquises sur ceux qui les en avoient despouillés, il fut remonstré dedans le senat qu’il ne faloit point effacer par une sotte facilité les trophées de la vertu romaine, en abandonnant ainsi et relaschant aux peuples le pris de la victoire4.

  • 5  Machia. en ses Discours, liv. 1. chap. 26.
  • 6  Ibidem, chap. 18.

4Puis donc que le vainqueur est maistre absolu des choses que les armes ont mis en sa puissance, et qu’il en peult faire avec justice ce qu’il voudra, [317] pour adoucir en quelque facon la peine et le danger dans lequel il s’est mis avec ses soldats ; pourquoy ne voulons nous pas qu’il cherche les moiens de s’en assurer, et qu’il confie plustost l’honneur de sa victoire entre les mains de ses affidés, que de l’abandonner a des gens qui n’ont auttre passion pour luy, que la haine et la rebellion dans [dedans] l’ame, puis que la gloire de scavoir conserver n’est pas moindre, que celle de pouvoir conquerir. Sur ce sujet on void le sentiment de Machiavelle tout d’abord, et n’y a personne qui puisse l’accuser sans calomnie de conseiller en facon que ce soit les violences et les rigueurs dont on le veult faire Autheur et maistre singulier. Il est vray qu’il fait passer les colonies nouvelles, et un changement general de touttes choses, pour moiens assurés a la conservation d’un Estat nouvellement conquis ; mais pour moiens injustes, violens, tiranniques, inhumains, et indignes d’un Roy et d’un prince chrestien, lesquels [qu’] il condemne et [qu’il] ne conseille aucunement ; disant qu’il aimeroit mieux mille fois vivre eternellement en homme privé, et en petit bourgeois, que de se faire Roy par tant de ruines, et par la perte de tant d’hommes ; sono questi modi crudelissimi, et nimici d’ogni vivere, non solamente [318] christiano, ma humano ; et debbé gli qualunque huomo fuggire, et volere più tosto vivere privato, che Rè con tanta rovina degli huomini5. Adjoutant ailleurs, que qui parviendra a se faire prince de la cité par armes et par violence, pour par apres en disposer a sa guise, ce ne sera pas un homme de bien ; car jamais il ne voudroit, deubt il gaigner un Roiaume, proceder par moiens indeubs et deshonestes, encore qu’ils tendissent a bonne fin6.

  • 7  Sigonius, et apres luy, Contzen, Politic. lib. 8, cap. 23. § 3.

5Il n’est pas le seul qui a mis ceste proposition en avant, elle est aussi vieille que les regles d’Estat ; et les colonies n’ont pas esté touttes introduittes pour seulement ruiner et tourmenter les ennemis vaincus, mais aussi pour soulager et favoriser les pais les plus amis, les plus paisibles, et les plus considerés. Sigonius en fait de six sortes, dont la premiere est [estoit] ; Ut priores populi coercerentur qui prius inhabitarant ; la seconde, Ut hostes vicini repellerentur ; la 3, Ut plebs urbana exhaurientur ; la 4, Ut stirps Romana augeretur ; la 5, Ut seditionnes tollerentur ; la sixième et derniere ; Ut veterani praemia acciperent7.

  • 8  Regum, lib. IV, chap. 17, vers. 23-24.
  • 9  Numer. cap. 33, vers. 55.56.
  • 10  Joseph. Antiqu. judaiq. lib. 4. cap. 8.

6Dieu voulant exterminer les enfans d’Israel a cause de leur idolatrie, et les transporter de la [319] terre qu’ils possedoient en celle des Assiriens, et donner leur pais a des paiens et estrangers ; le Roy des Assiriens amena avec soy des gens de Babilone, de Cutha, d’Avath, d’Emath, et de Sepharvaïm, et les mit dans les villes [la ville] de Samarie au lieu des enfans d’Israel, possederent ceste province, et habiterent en ses villes ; translatus est Israel de terra sua in Assirios, adduxit autem Rex Assiriorum de Babilone, et de Cutha, et de Avah, et de Amatha, et de Sepharavaim, et collocavit eos in civitatibus Samariae, pro filiis Israel, qui possederunt Samariam et habitaverunt in urbibus ejus8. Encore si Dieu se fut contenté de ce bannissement et de ces colonies pour punir ces malheureux, mais il en vient bien plus avant, comme nous lisons au livre des Nombres, ou il commende a Moise de dire aux enfans d’Israel que quand ils seront entrés dedans la terre de Canaan, qui estoit la terre de promission, ils eussent a tuer tous les habitans, et a renverser touttes leurs Idoles, tous leurs temples, tous leurs lieux de remarque, et y faire leur demeure ; et que si d’advanture ils laissoient vivre quelques uns de ce pais la, ils les auroient tousjours pour ennemis, [320] et leur seroient comme des cloux dedans leurs yeux, et des lances a leurs costés ; sin autem nolueritis interficere habitatores Terrae, qui remanserint erunt vobis quasi clavi in oculis, et lanceae in lateribus, et adversabuntur vobis in terra habitationis vestrae ; et quidquid illis cogitaveram facere, vobis faciam9. C’est pourquoy Moise estant sur le point de mourir, a ce que dit Joseph, exhortant le peuple d’Israel d’observer exactement les loix et les preceptes qu’il leur avoit laissé, et leur en faisant une recapitulation sommaire, leur dit particulierement ; ne souffres point qu’aucun de vos ennemis demeure de reste apres que vous aurés obtenu la victoire, et pensés hardiement que vostre plus court sera, et que vos affaires s’en porteront beaucoup mieux, quand vous les passeréstous par le fil de l’espée10.

  • 11  Tite Live, lib. 7. decad. 3. lib. 8. decad. 4. lib. 10. decad. 1.

7Tite Live parlant des Colonies des Anciens Romains, et de la facon qu’ils les establissoient, dit qu’ils s’en servoient pour descharger la Cité de Rome d’une trop grande multitude de peuple qui esmouvoit sedition a tous propos, et non pas pour leur servir de forteresses en ce pais la ; et qu’on partageoit[-on] a ceux qui estoient ainsi envoiés en ces colonies, le fond public qui estoit acquis aux Romains, [321] sans chasser [et ne chassoit-on pas] les anciens habitans pour cela, ny leur oster [et si on ne leur ostoit] rien de leur propre, mais seulement on mesloit parmy eux les vrais Romains qui habitoient en leurs villes avec eux, dans les maisons qu’ils faisoient bastir, et qu’ils acheptoient ; ou bien dedans celles qui estoient publiques et acquises a la Republique romaine ; ce qui fait voir qu’elles ont esté establies aussi bien pour le soulagement de l’ancien domaine, comme pour la conservation du nouveau11.

  • 12  Quint. Curtius. lib. 7.
  • 13  Machia. en son Prince, chap. 3.
  • 14  Botero, Du gouver. d’État, liv. 6. et, 8. chap. des colonies.

8Quinte Curse parlant de ces dernieres dit, gardés vous bien de croire ny de penser que ceux que vous aves assujettis par la force des armes vous aiment, quelque protestation et quelque assurance qu’ils vous en puissent donner12 ; ce qui fait dire a nostre Autheur dedans son Prince, outtre ce qu’il en a rapporté cy devant, que pour conserver un pais nouvellement conquis, il y fault eriger des colonies, et envoier certain nombre de ton peuple naturel en un ou deux endroits de ces terres pour y habiter, et servir comme de clef a cest Estat, d’autant qu’il est necessaire ou d’en user ainsi, ou d’y entretenir quantité de gens de pied et de cheval. Au regard des colonies, elles ne sont pas de grandes despenses [grande depense], [322] et peut on les y envoier et tenir sans aucuns frais, ou du moins fort petits, faisant seulement tort a ceux qu’on chasse de ces lieux, pour faire place aux nouveaux habitans13. Qui est le sentiment et l’advis de Botero, quoy qu’estimé comme un anti-Machiavelle italien, voicy ses parolles ; l’on peult justement desbattre ou la seureté est plus grande, ou en la colonie, ou en la forteresse ; mais sans doubte la colonie est meilleure, pource qu’elle comprend la forteresse, et non pas au contraire ; et les Romains qui estoient fort entendus aux affaires et gouvernemens d’Estat, se sont beaucoup plustost servy des colonies, que des forteresses, estant beaucoup plus seures, et d’utilité quasi perpetuelle14.

9Ainsi il est aisé de juger combien faussement on impose a nostre Autheur de conseiller des cruautés qu’il condemne ; et d’enseigner des rigueurs qu’il abhorre, et qu’il ne veult pas seulement tolerer ; quand la necessité nous invite a des remedes extremes, il n’y a si lasche, si religieux,[si religieux, si timide] ny si bon qui ne soit contraint de s’en servir. C’est la seule excuse qui peult justifier les inhumanités et cruautés espouventables des Capitaines hebreux, dont les maximes et les procedures sont bien plus severes et plus [323] rigoureuses mille fois que celles que Machiavelle met en avant, ne conseillant rien que de juste et d’equitable, puis qu’il est [estant] plus favorable a des peuples conquis d’estre separés et divisés parmy les sujets naturels de leurs vainqueurs, pour vivre avec eux et jouir de leurs privileges, que de rester dedans une ville de guerre, ou dedans une province frontiere ou ils seront obligés de nourrir, loger et entretenir une forte garnison, sujets a l’insolence et violence des soldats, gourmendés et mal traittés dedans leurs familles, la necessité de la guerre et des affaires d’Estat le voulant ainsi ; d’autant qu’il fault conserver ce qu’on a conquis, et qu’il fault estre le plus fort pour le pouvoir faire, et pour empescher les seditions et les rebellions qui se nourrissent et se fomentent dedans les cœurs des vaincus. N’accusons donc pas en cest endroit, ny de rigueur, ny de tirannie ce grand et prudent politique, puis qu’il la rejette et la condemne si fort ; et s’il juge utile et necessaire d’en faire changer quelques uns de lieu, en un auttre, il ne dit pas pour cela qu’on leur prenne, ny qu’on les despouille de leurs biens, encore moins qu’on les empesche de les vendre, ou d’en faire tel plus grand proffit qu’ils jugeront a propos ; et quand bien mesme ils seroient contrains de ce faire [de le vendre et de s’en deffaire], et a vil pris, ils y [324] gaigneroient tousjours beaucoup plus que de demeurer chez eux pour y donner la subsistance a leurs hostes importuns, et aux gens de guerre qu’ils seroient obligés de nourrir et d’entretenir, outtre que par le Droict des armes [de la guerre], les vaincus n’emportent rien, et ne jouissent de quoy que ce soit des choses qui estoient a eux auparavant, qu’ils ne tiennent que de la liberalité, ou de la tolerance des vainqueurs qui le veulent ainsi.

  • 15  Numeror. cap. 31.
  • 16  Ibidem, vers. 15. 17.
  • 17  Deuterono. cap. 2, vers. 34 et 36.
  • 18  Deutero. cap. 20. vers 13. 16.

10Quand Moise15 suivant l’ordre qu’il disoit en avoir de Dieu, fit donner la bataille aux Madianites dont son beau pere estoit grand prestre, apres que ses Capitaines l’eurent gaignée ils firent tuer tous les masles, le Roy, et tous les princes du sang, prirent leurs femmes captives [captives leurs femmes], leurs enfans, tout leur bestail, et pillerent tout ce qu’ils avoient et qu’ils purent rencontrer ; ils bruslerent touttes leurs villes, villages, et chasteaux ; et arrivant aupres de Moise avec tous leurs captifs, et leur buttin, il se fascha contre eux a cause seulement qu’ils avoient reservé les femmes, et leur commenda de [les] tuer, mesme jusques aux petits enfans ; cur feminas reservatis ? cunctos interficitè quidquid est generis masculini, etiam in parvulis16. Quand une auttre fois il conquist le Roiaume [325] des Amorrheens, apres avoir deffait Sehon qui en estoit le Roy, il prist touttes ses villes, tua tous les habitans qui y estoient, jusques aux femmes et aux petits enfans ; cunctas urbes cepimus, interfectis habitatoribus earum, viris ac mulieribus, et parvulis ; non reliquimus in eis quidquam ; non fuit vicus et civitas quae nostras effugeret manus, omnes tradidit Dominus Deus noster nobis17. Et non content d’avoir practiqué ces rigueurs qu’on n’oseroit [n’ose] blasmer, non pas a cause de celuy qui les a commises, mais a cause de celuy qu’il dit les luy avoir conseillées ; il les commende encore et les ordonne a ses Capitaines, et veult qu’apres qu’ils auront pris une ville assiegée, ils facent passer au fil de l’espée tous les hommes qui seront dedans ; percuties omne quod in ea generis masculini est, in ore gladii ; nec ullum omnino permittes vivere18.

  • 19  Josué, cap. 6, vers. 21.
  • 20  Iosue, cap. 6. vers. 24. 25.

11Josué son successeur, aiant pris la ville de Jericho apres un siege de sept jours, fit passer par le fil de l’espée tout ce qui estoit dedans, excepté Rahab qui estoit une garce, et tous ses parens ; coeperuntque civitatem, et interfecerunt omnia quae erant in ea, a viro usque ad mulierem, ab infante [infantem] usque ad senem ; boves quoque et oves, et asinos, in ore [326] gladii percusserunt19. Et apres avoir fait sortir ceste femme, et [l’avoir] mise en lieu d’assurance avec tous les siens, et tout son equipage, mirent le feu dedans la ville ; urbem autem et omnia quae erant in ea, succenderunt, Rahab vero meretricem, et Domum patris ejus, et omnia quae habebat, fecit Josue vivere, et habitaverunt in medio Israel usque in praesentem diem20.

  • 21  Ibidem, cap. 1. vers. 28.29.
  • 22  Ibidem, vers. 23. 26.
  • 23  Ibidem, cap. 12. vers. 1. 24.

12Le mesme Josué aiant pris la ville de Haÿ, fit tuer tous ceux qui estoi[en]t dedans, piller et brusler la ville, et puis pendre le Roy ; succendit urbem, regem quoque eius suspendit in patibulo21. Une auttre fois aiant pris le Roy de Jerusalem, le Roy d’Hebron, le Roy de Jerimoth, le Roy de Lachis, et le Roy d’Eglon, apres les avoir frappé, il les tua tous cinq, puis les pendit luy mesme a cinq poteaux ; percussitque Josuè, et interfecit eos, atque suspendit super quinque stipites22. Continuant ses victoires, et prenant la ville de Maceda, il tua le Roy d’icelle, et fit massacrer tout le reste ; il en fit de mesme au Roy, et a la ville de Lebna ; et a quantité d’auttres rapportés par luy mesme dedans son histoire, et specifiés jusques au nombre de trente et un ; Reges quos percusse[327]runt filii Israel, et possederunt terram eorum, omnes Reges triginta unus23.

  • 24  Iudicum, cap. 1, vers. 8.
  • 25  Regum, lib. 1, cap. 15, vers. 3.

13Juda estant esleu et choisi pour conducteur des enfans d’Israel apres la mort de Josué, ne suivit pas mal les traces et les exemples de son predecesseur, en faisant brusler la ville de Jerusalem apres l’avoir prise, et saccager tous ses habitans24. Quand Dieu commenda a Saul de ruiner le Roiaume d’Amalech, il luy dit ; nunc ergo vade, et percute Amalech, et demolire universa ejus, non parcas ei, sed interfice ab viro usque ad mulierem, et parvulum atque lactentem, bovem, et ovem, camelum et asinum25.

14Apres ces tesmoignages qui ne se refutent point, qui pourroit revocquer en doubte que le vainqueur ne puisse disposer des biens de son vaincu, et que les colonies ne soient un remede infiniment plus doux et plus favorable, que de perdre ainsi la vie, les biens, la ville, et tout ce qui s’ensuit.

15Avant que d’achever ceste maxime, je crois qu’il est entierement necessaire et important pour satisfaire au sujet que nous avons entrepris, de remarquer que le traducteur de nostre Autheur le fait plus cruel et plus severe qu’il n’est pas, et qu’il luy fait dire des choses en francois, qu’il ne conseille [dit] [328] pas en italien. Premierement la version porte, qu’il fault que le gouverneur dans une ville nouvellement conquise, face les pauvres riches et les riches pauvres, comme fit David a l’entrée de son Regne ; ce que l’Italien ne dit pas, mais seulement, fare i poveri ricchi ; faire riches ceux qui sont pauvres, et non pas l’auttre alternative, qui est aussi injuste et [,] tirannique [et violente], que celle-cy est pleine d’amour, de charité, de Compassion, et de liberalité. Et encore que l’un et l’auttre applique et rapporte a David ce verset du cantique de la Vierge, contre le sens neant moins, et l’ordre des temps de l’Escripture saincte ; si est-ce toutte fois qu’il ne justifie pas peu l’intention bonne et chrestienne de nostre Autheur, qui estoit plus versé dedans la politique, que dedans la Doctrine de la Bible, et des peres qui moralisent tous sur ce passage, sans qu’aucun le rapporte a l’histoire de David, ny qu’il en face une de ses maximes d’Estat. Secondement, quand il rapporte l’histoire [l’exemple] de Philippe de Macedoine, et qu’il dit comme il se comportoit dans [dedans] ses conquestes, il ne l’approuve point pour cela, au contraire il condemne avec severité ceste sorte de [329] procedé, comme trop cruelle et inhumaine [cruel et inhumain], et non pas seulement indigne d’un chrestien, mais mesme d’un homme le plus barbare. Quand les Docteurs de l’Eglise crient contre les pechés de leur temps, et que les Casuistes en font fourmiller leurs escripts, ils ne les apprennent pas pour cela, et leur dessein n’est pas de les Conseiller en les refutant.

16Tiercement, on ne peult tirer aucun ombrage, ny aucune consequence dangereuse contre nostre Autheur quand apres avoir blasmé Philippe de Macedoine, il adjoute, qu’il fault necessairement que celuy qui veult regner a quelque pris que ce soit, suive [suivent] les maximes meschantes et tiranniques, s’il ne veult pas se servir de celles que la raison et [,] la justice [et l’equité] luy suggerent, et s’il est resolu d’abandonner les debvoirs de sa Conscience, a l’aveuglement de son ambition. Il despeint un Tiran qui mesprise ses conseils ; il laisse dedans l’erreur celuy qui n’en veult pas sortir, et qu’il n’en peult tirer ; il dit ce qu’un meschant fait, et qu’il ne doibt pas practiquer [faire] ; il louë le bon chemin, et rejette son contraire ; il n’est garand que de ses preceptes, et non pas des actions de ceux qui ne les veulent pas suivre nyescouter.

  • 26  Barclay, Eupho. part 1.

17[330] Quartement [En quatrieme lieu], concluant ce discours et ceste maxime, le traducteur [veult] par une affirmative, et par forme de regle generale que nostre Autheur enseigne qu’il fault que le nouveau conquerant soit dans l’extremité bon ou mauvais, et qu’en ce cas il soit tout un ou tout auttre ; ce qui ne se trouvera pas dedans ses parolles italiennes qui portent, que les hommes prennent un certain milieu entre la rigueur et la clemence qui est tres dangereux, et ce a cause qu’ils ne peuvent pas estre tout bons, ou tout meschans, tant la foiblesse humaine est grande, aussi bien dedans le vice, que dedans la vertu ; gli uomini pigliano certe viè del mezzo, chè sono dannosissimè, perche non sanno essere ne tutti buoni, ne tutti cattivi ; termes qui sont plus doux, et moins severes que ceux de la traduction qu’on nous en donne ; et par lesquels Machiavelle pretend faire voir, que non seulement touttes sortes de vainqueurs, mais presque tous les hommes ne scavent favoriser si parfaittement ny si heureusement, qu’ils ne laissent quasi tousjours quelque chose a redire a l’obligation qu’ils veulent qu’on ait a leur courtaisie ; comme aussi d’auttre costé ils ne punissent [331] jamais, et n’exercent leur rigueur qu’avec un certain meslange de compassion, qui aigrit davantage celuy qu’ils veulent chastier, qu’ils ne l’obligent a se corriger, et a se rendre plus soupple [, plus docile,] et plus obeissant. Qui est une procedure tres dangereuse en effect pour ceux qui commendent, et qui veulent faire reconestre leur Authorité. Les Samnites qui voulurent en user ainsi envers les Romains, s’en trouverent mauvais marchands par apres ; aut conciliandus, aut tollendus hostis.Et un escrivain de nos jours assés celebre, [de notre temps] dit ; magna imperia, nec apud prudentes, sine formidabili concussione mutantur26. En un mot nostre Autheur plaint plustost l’infirmité humaine, qu’il ne l’augmente ; il monstre en peu de parolles son impuissance au mal, et sa foiblesse au bien ; n’y aiant rien de plus certain qu’elle ne peult faire tout bien, ny fuir tout mal, et que celuy qu’elle fait, ou qu’elle fuit, a tousjours quelque meslange de son contraire, n’agissant ny en l’un ny en l’auttre purement ny entierement ; qui est le [332] proffit et la moralité qu’on doibt tirer de ces parolles [mots] que ; gli huomini non sanno essere ne tutti buoni, ne tutti cattivi.

Haut de page

Notes

1  Cantic. Mariae.

2  St Luc, cap. I, vers. 53.

3  Leg. naturalem, § ult. ff. de acquirend. rerum dominio. leg. 1. ff. de acquir. possessi. Digeste, 41.1 et 41. 2.

4  Dion. Halicar. lib. 6.

5  Machia. en ses Discours, liv. 1. chap. 26.

6  Ibidem, chap. 18.

7  Sigonius, et apres luy, Contzen, Politic. lib. 8, cap. 23. § 3.

8  Regum, lib. IV, chap. 17, vers. 23-24.

9  Numer. cap. 33, vers. 55.56.

10  Joseph. Antiqu. judaiq. lib. 4. cap. 8.

11  Tite Live, lib. 7. decad. 3. lib. 8. decad. 4. lib. 10. decad. 1.

12  Quint. Curtius. lib. 7.

13  Machia. en son Prince, chap. 3.

14  Botero, Du gouver. d’État, liv. 6. et, 8. chap. des colonies.

15  Numeror. cap. 31.

16  Ibidem, vers. 15. 17.

17  Deuterono. cap. 2, vers. 34 et 36.

18  Deutero. cap. 20. vers 13. 16.

19  Josué, cap. 6, vers. 21.

20  Iosue, cap. 6. vers. 24. 25.

21  Ibidem, cap. 1. vers. 28.29.

22  Ibidem, vers. 23. 26.

23  Ibidem, cap. 12. vers. 1. 24.

24  Iudicum, cap. 1, vers. 8.

25  Regum, lib. 1, cap. 15, vers. 3.

26  Barclay, Eupho. part 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 8 : Qu’il fault faire, et envoier des colonies nouvelles, en un pais nouvellement conquis », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre premier, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5958

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org