Navigation – Plan du site

Maxime 9 : Que la Religion chrestienne a rendu les hommes lasches, et moins genereux que les paiens

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

 [333] Maxime 9 : Que la Religion chrestienne a rendu les hommes lasches et moins genereux que les paiens


*

1Machiavelle, dit.
1. Pensando adunque donde possa nascere che in quelli tempi antichi, i popoli fussero più amatori della liberta che in questi, credo nasca da quella medesima cagione che fa hora gli huomini manco forti,
la qual credo sia la diversita della educatione nostra dall’antica, fondata nella diversita della Religione nostra, d’all’antica. Perche havendoci la nostra Religione mostra [sic] la verita et la vera via, ci fa stimare meno l’honore del mondo ; onde i Gentili stimandolo assai, et havendo posto in quello il sommo bene, erano nelle attioni loro più feroci.
2. Il che si può considerare da molte loro constitutioni, cominciandosi dalla magnificenza dé
[sic] sacrificii loro alla humilita dè [sic] nostri, dovè è qual che [sic] pompa più delicata chè magnifica, ma nessuna attione feroce o gagliarda. Quivi[334]non mancava la pompa nela [sic] magnificenza delle ceremoniè, ma vi si aggingneva [sic] l’attione del sacrificio pieno di sangue e di ferocia, ammazzan dovisi [sic] moltitudine d’animali ; il qual aspetto sendo terribile, rendeva gli huomini simili a lui.
3. La Religione antica, oltre di questo non beatificana
[sic] se non gli huomini pieni di mondana gloria, come erano capitani d’esserciti, et principi de Republiche. La nostra Religione ha glorificato più gli huomini humili, et contemplativi, che gli attivi.
4. Ha di poi posto il sommo bene nella humilita, abiettione, nello dispregio delle cose humane ; quell’altra lo poneva nella grandezza d’ell’animo, nella force
[sic] del corpo, et in tutte l’altre cose atte a fare gli huomini fortissimi. Et se la Religione nostra richiede che habbi in te fortezza, vuole che tu sia atto a patire più, che a fare una cosa forte.
5. Questo modo di vivere adunque pare ch’abbi renduto il mondo debole, et dato lo in preda agli huomini scelerati ; i quali sicuramente lo possono maneggiare, veggendo comè l’universalita de gli huomini per andare in paradiso, pensa più a supportare
[335]le sue battiture, che a vendicarle.
6. Et benche paia che si sìa effeminato il mondo, et disarmato il cielo, nasce più senza dubbio dalla vilta de gli huomini, che hanno interpretato la nostra Religione secondo l’otio, et non scondo la virtu. Per che se considerassino come la permette la esaltatione, et la difesa della patria, vedrebbono come la vuole che noi l’amiamo et honoriamo, et prepariamoci ad esser tali che noi la possiamo difendere. Fanno andunque queste educationi, et si false interpretationi, che nel mondo non si vede tante Republicche, quante si vedava
[sic] anticamente, ne per consequente si vede ne i popoli, tanto amore alla liberta quanto all’hora. Machia. di Discorsi, lib. 2, cap. 2.

  • 1  1 - Que les chrestiens estiment moins l’honneur du monde, que ne faisoient les paiens.
  • 2  2 - La premiere raison pourquoy la Religion chrestienne a rendu les hommes lasches, est la magnifi (...)
  • 3  3 -  La seconde est que leur Religion ne conseilloit que la gloire, ou la nostre ne presche que le (...)
  • 4  4 -  La troisième est tirée de la difference de la force paienne, en tant que vertu morale, d’avec (...)
  • 5  5 -  Conclusion de l’Autheur.
  • 6  6 -  Qui accuse non pas la Religion chrestienne, mais ses Interprettes, qui au lieu de l’eslever, (...)

21Or estant entré en pensée, qui pourroit estre la cause qui a diminué en nous la force et prouesse, c’est a scavoir, la difference qui est entre nostre nourriture, et l’antique ; fondée sur la diversité de la Religion ancienne et de la nostre, la quelle nous aiant fait ouverture de la verité et droitte voie, nous rend l’honneur du monde en beaucoup [336] moindre estime, le quel estant retenu par les gentils pour leur souverain bien, leur donnoit trop plus de fierté et de hardiesse en tous leurs faits et entreprises. 2Ce qui se peult juger par plusieurs de leurs constitutions, commenceant par la magnificence de leurs sacrifices, et l’humilité et simplicité des nostres, dans les quels il y a bien quelque pompe plus delicatte et [que] magnifique, mais sans aucune action fiere, superbe, ny gaillarde. A ceux des anciens n’y avoit faulte de pompe, ny magnificence de ceremonies, mais y avoit davantage un acte de sacrifice plein de sang et de ferocité, auxquels [auquel] ils faisoient quasi une boucherie de bestes, dont le spectacle terrible incitoit les spectateurs a sa conformité. 3De plus leur Religion ne promettoit beatitude qu’a ceux qui estoient pleins de gloire mondaine, comme aux chefs d’armées et princes de Republiques. La nostre a plus glorifié les humbles et contemplatifs, que les actifs, constituant le hault point de felicité en humanité [humilité], abjection et mespris des choses humaines. 4L’auttre au contraire mettoit le souverain bien en haulteur de courage, en force, en puissance de corps, et telles auttres qualités tendant [337] a rendre l’homme preux et hardy ; et au cas que nostre Religion requiert et te commende la force, elle veult et entend que tu sois plus prompt a souffrir, qu’a faire aucun acte de force.5Ainsi me semble que telle loy et facon de vivre a conduit le monde a la debilité et foiblesse que nous voions, le donnant pour proie aux plus meschans et vicieux qui le peuvent manier seurement, voiant que l’universel des hommes pour tenir le chemin de paradis se dispose plus a porter les coups, qu’a les rendre et en tirer vengeance. 6Et combien qu’il semble que le monde soit effeminé, et le ciel quasi desarmé, cela procede plus sans doubte de la pusillanimité et lascheté des hommes qui ont interpretté nostre Religion plus selon le repos oisif que selon la vertu ; car si nous venons a regarder comme elle nous permet l’exaltation et deffence de nos pais, nous conestrons aussi quels elle veult estre nos aimés et honorés [sic], et que nous nous disposions a estre tels que les puissions bien deffendre ; ce sont donc telles manieres de nourritures, et telles fausses interpretations qui empeschent que l’on ne voie plus au monde les Republiques qui estoient anciennement ; Machiavel. En ses Discours politiquessur Tite Live, liv. 2. chap. 2.


*

  • 7  Quare via impiorum prosperatur ? Bene est omnibus qui praevaricantur, et inique agunt, etc., Jerem (...)

3[338] On pretend icy blasmer Machiavelle d’un discours, ou pour mieux dire d’une meditation qu’il tire de tous les Peres de l’Eglise qui ont traitté ceste question, pourquoy les meschans semblent prosperer davantage en ce monde que les bons et les vertueux7. Les esprits foibles et ombrageux veulent qu’il ait descrié en cest endroit la Religion chrestienne, et au prejudice de la verité et de ce qui en est, ils veulent encore qu’il ait fait un blaspheme d’un raisonnement solide, a cause que [leur ignorance et] leur calomnie le juge tel, et que leur ignorance n’est pas capable d’en conestre la force et la verité.

4Cest Autheur ne parle point en ce chapitre [icy] des Religions au fond, ny de ce qu’elles sont, et moins encore [ny] de leur essence, mais seulement des moiens et des ceremonies que practiquoient ceux qui suivoient celle des anciens Romains, et de celle dont les Catholiques se servent au mespris de touttes les auttres, pour acquerir les biens, les honneurs et les recompenses qu’ils en attendent au ciel, en mesprisant ceux de la terre.

  • 8  1 - Que les chrestiens estiment moins l’honneur du monde que ne faisoient les paiens.

58Chacun scait qu’en la mesme ou les premiers mettoient leur souverain bien, [339] les chrestiens y logent le mal et le peché, ou du moins l’indifference morale ; et que le sang qui portoit ceux la a combattre avec ardeur et generosité, empeschent ceux-cy de l’espancher si cruellement, crainte de blesser la charité chrestienne [qu’ils faisoient crainte de pecher].

6Ils n’avoient que l’usurpation pour fondement de leurs conquestes, et la justice de leurs armes estoit dedans la gloire de leurs triomphes et de leurs victoires, ou les chrestiens ne sont pour l’ordinaire que sur la défensive, et font souvent un crime de ce dont les auttres se faisoient des trophées et des Couronnes. C’est pourquoy nos Empires et nos Roiaumes [republiques] n’ont rien d’esgal en grandeur et magnificence avec ceux [celles] qu’ils possedoient ; et crois pouvoir dire [sans blaspheme et] sans Impieté, qu’ils [qu’elles] ne sont que l’ombre des leurs, et que nostre tout n’est que la moindre partie de ce [celles] qui les composoit [composoient]. Aujourdhuy mesme, ou sont les chrestiens qui puissent [peuvent] faire la guerre comme les Turcs ? Ou est ce grand zele qu’ils ont pour leur prince ? Ou est ceste affection aveugle qu’ils tesmoignent [ont] pour leur Estat ? Ou est ce mespris de la vie et de la mort qu’il marquent [tesmoignent] pour l’aggrendissement et la conservation de leur Religion ? Nostre consolation est dans nostre foiblesse, et comme nos victoires ne se [340] couronnent point en ce monde, et que nos conquestes ne buttent qu’a la Vertu, et au mespris des choses de ce monde ; nous croions que ceux que nous appelons Barbares et infideles [qu’ils] n’en sont pas capables, et que tout l’avantage est de nostre costé, dans la creance que nous avons que Dieu laisse prosperer ces pauvres aveuglés pendant qu’ils sont sur la terre, pour les punir plus severement lorsqu’ils perdront touttes leurs grandeurs et leurs richesses, avec leurs armes, et leur salut eternel [l’esperance de leur salut].

  • 9  2 -  La premiere raison pourquoy la Religion chrestienne a rendu les hommes lasches, est la magnif (...)
  • 10  Codic. de gladiato., lib. 2, leg. unica.
  • 11  Eusebius, lib. 4.

79Quand nostre Autheur pour preuve de son dire met en avant la grandeur et la magnificence de leurs sacrifices ; et qu’il represente la modestie et la simplicité des nostres ; quand il dit que les leurs estoient pleins de sang et de cruauté ; et que les nostres ne se font que dedans la douceur et l’humilité[,]. S[s]’il est vray que l’habitude et la nourriture qu’on nous donne surpasse le naturel que nous avons ; pourquoy ceux qui sont eslevés dedans les carnages, qui ont les yeux remplis de sang, et qui n’ont des mains que pour en prendre [tirer] de tous costés ; ne seront-ils pas plus propres pour deffaire des hommes qu’on leur fait attaquer [341] comme ennemis, que non pas ceux a qui on abaisse le courage, qui jettent des larmes en voiant du sang, qui tirent avantage de leurs pertes, qui s’eslevent par les mespris et les souffrances, et qui tiennent tous les hommes pour freres, pour amis, et pour des auttres soy mesmes. Les chrestiens ne font que des vœux et des prieres pour ceux qui les persecutent, et les paiens n’alloient jamais a la guerre sans sacrifier une infinité d’animaux a leurs Dieux, et [mesme] des hommes bien souvent, comme s’ils eussent voulus enseigner par la a leurs soldats, qu’il falloit en faire de mesme contre ceux qu’ils alloient attaquer. Nous avons une loy de l’Empereur Constantin pour garend de ceste verité [qui nous est garand de cecy], puis qu’elle atteste et qu’elle enseigne, que ces sacrifices barbares et inhumains ne se debvoient practiquer que lors qu’on vouloit mettre la cruauté dedans les cœurs et les armes des soldats romains ; cruenta spectacula in otio civili, et domestica quiete non placent, quapropter omnino gladiatores esse prohibemus10. Eusebe, dedans la vie de ce Grand Empereur attribue ceste ordonnance aussi bien aux sacrifices, qu’aux jeux et aux spectacles qui se [342] faisoient pour divertir le peuple11.

  • 12  Juvenal, Satir. 12.

8Ils sacrifioient souvent des hecatombes, qui estoient cent victimes a la fois12 ; les Rhodiens, les Lacédémoniens, les Grecs, ceux de Salamine, et quantité d’auttres, au lieu de Bestes, offroient des hommes ; Aristomene Messenius en sacrifia deux cent tout d’un coup ; les Arabes immoloient des enfans, et les Scithes tous les estrangers qu’ils rencontroient.

  • 13  Demosthe. Orat. contra Midiam. Lucian, Dialog. de sacrificiis.

9Quand les Anciens sacrifioient ils ornoient de riches Couronnes, et les victimes, et les autels, et les sacrificateurs13. Les victimes avoient les cornes dorées, les eaux qu’on y emploioient se prenoient de certaines fontaines qu’ils tenoient pour sacrées ; ils ne se servoient que de bois choisis, et le plus souvent aromatiques et tres precieux ; les odeurs, les parfums, les vases riches et merveilleux, les grand appareils qu’ils faisoient estoient sans nombre ; la musique et les instrumens, les riches et somptueux festins devant et apres la ceremonie, ne mancquoient point ; bref, ces solemnités estoient si superbes et si relevées [la solemnité estoit si superbe et si relevée], qu’il y avoit un Roy des sacrifices, pour monstrer qu’ils n’y faisoient rien que de grand, [343] et de Roial.

  • 14  St August., tom. 8, Enarratio. in psal. 55.
  • 15  Idem, in psal. 68.
  • 16  St August., tom. 6, Oratio advers. Iudaeos, cap. 6.
  • 17  Ibidem, tom. 7, lib. 2, contra litteras pettiliani, cap. 86.
  • 18  St. August., tom 8, Ennarratio. in psal. 49.
  • 19  Idem, in psal. 41.

10Les chrestiens au contraire fuient l’exterieur, condemnent les appareils excessifs ; ils sont les victimes, les autels, et les sacrificateurs, toutte leur despense est dans [dedans] leurs parolles, ou leurs pensées, et leurs parfums et leurs odeurs, ce sont leurs vœux et leurs prieres ; quid voveatis, quid reddatis ? An forte animalia illa quae offerebantur ad aras aliquando ? Nihil tale offeras, in te est quod voveas et reddas ; de cordis arca profer sacrificium fidei ; quicquid profers, accende charitate, in te sint vota, quae reddas Deo laudis ?14 Gratius erit illi sacrificium laudis ; quam sacrificium vituli15. Disant ailleurs que Dieu aiant aboly les sacrifices sanglans des Juifs, il les a changé et converty en vœux et en louanges dedans la loy evangelique ; cultoribus suis sacrificium laudis indixit, non quod a nobis tanquam indigens expetat laudem, sed ut in ea nobis consulat ad salutem16. Et hoc est vivum sacrificium, dit-il en un auttre lieu, et de quo dictum est, immola Deo sacrificium laudis17. Conseillant a ceux qui veulent sacrifier des taureaux et des animaux, de les donner aux pauvres et aux necessiteux, qui [344] sont les veritables offrandes qu’on leur peult faire ; si habes taurum pinguem, occide pauperibus ; adjoutant un peu apres ; ubi ergo inveniam quid immolem, in me inveniam laudis immolationem ; ara tua, conscientia tua ; securi sumus, non minus [imus] in Arabiam thus quaerere, non sarcinas avari negotiatoris excutimus, sacrificium laudis quaerit a nobis Deus. O sacrificium gratuitum, gratia datum, non quidem hoc emi quod offerrem, sed tu donasti18 ; intus habeo thus quod imponam, intus habeo victimam quam immolem ; intus habeo thus quod imponam, intus habeo sacrificium quo flectam Deum meum19. Dieu ne veult que nos cœurs, il se contente ne nostre interieur, nous en sommes d’accord dans [dedans] nostre Religion ; mais il fault advouer aussi que le peuple qui met toutte sa pieté dedans la ceremonie, et qui est tout a fait incapable de ceste sorte de sacrifices invisibles, et dont la practique est toutte entiere dans la speculation et la meditation ; ne peult en estre emù ny touché, comme les paiens estoient des leurs, dont la conessance ne dependoit que des yeux les plus simples, non plus que des plus clair-voians ; c’est pourquoy nostre Autheur mettant ceste comparaison au rang [345] des considerations purement politiques, ne blesse en facon que ce soit la pieté chrestienne, et ne peut estre justement accusé de vouloir descrediter la Religion que luy mesme professoit.

  • 20  3 -  La seconde raison est, que leur Religion ne conseilloit que la gloire, l’ambition et la vanit (...)

1120Non plus que lors qu’il dit pour supplement de son raisonnement, que non seulement nos sacrifices ne nous preschent et ne nous representent que la bassesse et [,] la simplicité, [et la modestie] que Tertulian appelle mendicitates creatas, mais mesme que nostre Religion nous ordonne et nous commende la patience, la souffrance, et l’humilité, en mettant le souverain bien de ceste vie mortelle et perissable dedans le mespris de nous mesmes, et de touttes les choses de la terre ; ou au contraire celle des paiens n’avoit auttre but, que de rehausser les cœurs et les courages de ses sectateurs, ne donnant ses recompenses qu’aux plus fiers, aux plus glorieux, et aux plus ambitieux ; ce que nous advouons si bien, que pour nos consolations presentes nous disons qu’aussi n’ont-ils point, et n’auront jamais d’auttres satisfactions que celles-la, et que s’ils ont en ce monde les biens, les honneurs, et les avantages que nous avons mesprisé ; nous aurons en l’auttre les richesses, les Cou[346]ronnes et les Roiaumes eternels qui [qu’ils] ont negligé et peu conù.

12Veritablement ces pensées sont pieuses, [sont devotes,] et fort chrestiennes, mais non pas capables de touttes sortes d’esprits ; et hors les contemplatifs, et ceux qui n’on [n’ont] besoing d’auttre satisfaction que celle qu’ils trouvent en eux mesmes, je ne void point qu’elles puissent beaucoup animer ny persuader tant d’humeurs [si] differentes [, si brutales,] et si peu raisonnables, et qui [qu’elles] ne sont [pas] capables d’auttre conessance que de celle qui vient des sens, et qu’ils touchent au doigt ; estant vray que les interests humains font plus d’impression dans les esprits du commun des hommes, que non pas les Divins, a cause qu’ils sont plus dedans le present, que non pas dans l’advenir [dedans eux mesmes], et qu’ils ne se laissent gouverner que par les choses qui les touchent [heurtent] et qui les environnent [empressent], faisant une necessité premiere des biens de ce monde, qu’ils preferent a ceste necessité seconde de ne butter qu’a ceux qui sont eternels, et qui ne perissent point ; prenant ainsi ce qui ne leur doibt servir que de moien et d’acheminement a chose plus grande et plus precieuse, pour la fin et le but de leur bonheur et de leur esperance ; et ceste consolation qu’on leur donne que le ciel est aisé de gaigner, [347] et qu’un acte de contrition, et un seul repentir le peult acquerir sans main mettre ; c’est cela mesme qui les perd et qui les aveugle, s’imaginant qu’un moment de repentance est plustost fait qu’une acquisition de dix mille livres de rente.

13De plus ce vieux souvenir que nous avons de la Loy des Juifs qui n’est point tellement abolie, qu’elle ne face le fondement, ou du moins partie de la nostre, flattant nos esprits par les charmes de l’interest, nous enseigne que ceste premiere Religion par l’espace de plus de quatre mille ans, a paié et recompensé ses saincts et ses esleus avec des grands biens, et des grandes richesses presentes et temporelles, sans prejudice de celles qu’ils attendoient [attendent] en l’auttre monde ; ou celle des chrestiens ne donne que des esperances touttes spirituelles, quoy qu’ils aient besoing de quelque chose de plus pendant qu’ils sont hommes, et qu’ils vivent en ce monde, ou l’on console la pauvreté du nom de vertu, encore que souvent fascheuse et odieuse a ceux mesmes qui la cherchent volontairement, et qui en font un vœu et un fondement de Religion.

  • 21  St. Math., cap. 6, vers. 33.

14[348] Dedans l’Ancien Testament Dieu ne s’appelle que le Dieu des armées, le Dieu de la guerre, et le Dieu des batailles ; et dedans le Nouveau, comme s’il abhorroit ces premieres qualités, il se dit seulement, Dieu de paix, de douceur, et de misericorde. Il n’ordonnoit aux Juifs que le sang et la ruine de leurs ennemis ; et aux chrestiens il ne leur donne point d’auttres armes que la patience dans les afflictions, et la souffrance pour se deffendre de ceux qui les persecutent. Il ne promettoit que des Roiaumes, des provinces entieres et des recompenses presentes dedans l’ancienne Loy ; et dedans la nouvelle il ne presche que le mespris du monde et de ses richesses, et ne veult pas qu’il se trouve auttre bien, ny auttre satisfaction que dedans le ciel ; quaerite primum Regnum Dei, et haec omnia adjicientur vobis21.

  • 22  St. Math., cap. 5, vers. 39.
  • 23  Leviti., cap. 19, vers. 18.
  • 24  St. Math., cap. 5, vers. 43-45.

15Les paiens n’avoient que la vengeance en recommendation, et les chrestiens font une vertu de l’oubly des injures ; ceux-cy font gloire de pardonner, et les auttres de ne souffrir quoy que ce soit ; ego autem dico vobis non resistere malo, sed si quis te percusserit in dextram maxillam [349] tuam, praebe illi et alteram22 ; et mesme, desrogeant a ce qu’auttrefois estoit permis aux Juifs, il adjoute ; audistis quia dictum est ; diliges proximum tuum, et odio habebis inimicum tuum23 ; ego autem dico vobis ; diligite inimicos vestros, benefacite his qui oderunt vos ; et orate pro persequentibus, et calumniantibus vos, ut sitis filii patris vestri qui in coelis est24

  • 25  St. Math., cap. 18, vers. 4.
  • 26  St. Luc, cap. 18, vers. 14.
  • 27  I ad Corinth., cap. 3, vers. 21.
  • 28  II ad Corint., cap 10, vers. 17.
  • 29  ad Galat., cap. 6, vers. 14.

16Les Paiens n’avoient que l’ambition, la superbe et la vanité dedans la Teste, et les chrestiens ne doibvent avoir que la submission, la bassesse et l’humilité dedans l’ame ; quicunque humiliaverit se, hic est major in regno coelorum25 ; st Luc dit ; omnis qui se exaltat, humiliabitur, et qui se humiliat exaltabitur26 ; et [st] Paul ne veult auttre object de sa gloire que la croix de son Sauveur ; nemo glorietur in hominibus27 ; qui autem gloriatur, in Domino glorietur28 ; absit mihi gloriari nisi in cruce Domini nostri Jesu Christi29.

  • 30  St. Jean, cap. 20, vers. 19.
  • 31  Actor., cap. 5, vers. 41.

17L’Évangile, et ses Interprettes les plus fideles nous enseignent, que la force du chrestien consiste principalement a souffrir, comme tesmoignent tant de martirs et tant d’auttres saincts qui n’ont [350] fait paroistre leur courage et leur generosité que dans les tourmens, et les afflictions les plus cuisantes. Les Apostres avant la venuë du saint Esprit estoient cachés ; fores erant clausae ubi erant discipuli congregati propter metum Iudaeorum30 ; mais depuis sa venuë, ils se manifesterent et se resjouirent de se voir mal traités et persecutés pour Jesus Christ ; illi quidem ibant gaudentes a conspectu concilii, quoniam digni habiti sunt pro nomine Jesu contumeliam pati31.

  • 32  Iacob., Epistol., cap. 1, vers. 19-20.
  • 33  Aristot., Ethico., lib. 3, cap. 8 ; St. Thom., 2, 2, quaest. 123, art. 10.
  • 34  Proverb., cap. 18, vers. 14.

18St Jacques conseille au chrestien de n’entrer en cholere, parce qu’elle repugne au commendement de Dieu ; homo sit tardus ad iram, ira enim viri justitiam Dei non operatur32 ; contre la maxime generale du monde qui enseigne par la bouche d’Homere, que ; vires incitat ira ; Aristote et st Thomas apres luy laissant pour maxime que la force se sert de la cholere pour attacquer plus vivement33. Salomon aiant dit long temps auparavant, que le cœur commende a la chair, et que l’homme le plus vaillant n’ose parestre devant celuy qui est en cholere ; spiritus viri sustentat imbecillitatem suam, spiritum vero ad irascendum [351]facilem quis poterit sustinere ?34

  • 35  St. Math., cap. 5, vers. 4-12.

19Les maximes de nostre mesme Evangile sont ; de ne point venger les injures, de prier pour ses ennemis, de laisser plustost prendre son bien que le disputer avec aigreur, de nous resjouir quand on nous persecute, et qu’on nous tourmente ; Beati mites, quoniam ipsi possidebunt terram ; beati qui lugent, quoniam ipsi consolabuntur ; beati pacifici, quoniam filii Dei vocabuntur ; beati qui persecutionem patiuntur propter justitiam, quoniam ipsorum est regnum coelorum ; beati estis cum maledixerint vobis, et persecuti vos fuerint, et dixerint omne malum adversum vos, etc35.

  • 36  Epistol. ad Rom., cap. 12, vers. 14, ad finem.
  • 37  Ad Roman., cap. 5, vers. 6-10.

20Le vase d’election, qui savoit practiquer touttes ces choses si contraires a sa vie passée, dit en son epistre aux Romains ; benidicitè persequentibus vos ; benedicitè, et nolite maledicere ; nulli malum pro malo reddentes, cum omnibus hominibus pacem habentes, non vos metipsos defendentes, sed date locum irae ; si esurierit inimicus tuus, ciba illum, si sitit, potum da illi, hoc enim faciens carbones ignis congeres super caput ejus ; noli vinci a malo, sed vince in bono malum36. Aiant dit un peu auparavant, que si Jesus Christ est mort [352] pour ses propres ennemis, nous debvons bien souffrir quelque chose des nostres ; Christus pro impiis mortuus est ; et si cum inimici essemus, reconciliati sumus Deo per mortem filii ejus ; multo magis reconciliati salvi erimus in vita ipsius37.

  • 38  Machabeo., lib. I, cap. 2, vers. 38.

21Voila comme les preceptes et conseils evangeliques ne nous apprennent qu’a souffrir, ce qui fait que le monde chrestien s’est affoibly dans la practique de ces vertus, et que les hommes sans Dieu et sans humanité s’en sont rendu les Maistres et les souverains, tesmoings les Machabées qui persuadés qu’ils ne pouvoient prendre les armes un jour du Sabath, appellerent contre eux mesmes l’armée d’Antiochus qui les prist sans combattre ; intulerunt illis bellum sabbastis, et mortui sunt ipsi, et uxores eorum, usque ad mille animas hominum38.

  • 39  Joan Picus Miran., De studio Divinae et humanae philos., lib. I, cap. 8.
  • 40  Gregor. Naziaz., oratio 19.
  • 41  Idem, oratio 1, in Julian. aposta.

22Quand Pic de la Mirande donne advis a l’homme chrestien de ne pas lire les livres des paiens qui traittent de Religion, entre touttes ses raisons la principales est ; quia in legendis libris Gentilium offendere multa possemus, quae vel ad malam Religionem nos invitarent, vel ad superbiam stimularent. Et un peu apres ; Tutius ergo christianorum commentaria versare possumus, ubi monemur quod christiani vita non in disputando [353] et ostendando disciplinam, sed in humilitate charitateque perficitur39. Et st Gregoire de Nazianze, voulant faire voir dedans l’une de ses oraisons la difference qu’il y a entre le chrestien, et le politique, dit ; etenim hominis quidem in Republica versantis esse arbitrabatur, dicta factaque sua omnia huc referre, ut gloriam et splendorem apud exteros assequatur, quippe qui praesenti vita nihil beatius esse ducat ; spiritualis autem et christiani, unam tantum salutem ob oculos sibi proponere, atque ea quae ad hanc ducant plurimi facere ; quae autem ad eam nihil adjumenti afferant, ut vitia nulliusque precii aspernari ; ob eamque causam id quod in aspectum cadit pro nihilo putare, id autem unum spectare, atque in eo elaborare, ut interna optimo et pulcherrimo statu sint, eaque magni estimare ex quibus et ipse quam optimus futurus sit, et alios exemplo suo ad optima quaeque pertracturus40; et dans un auttre endroit parlant des larmes et des pleurs que Julian l’Apostat arrachoit des yeux des chrestiens, dit que ; hoc solum erat contra persecutorem remedium41.

  • 42  Origenes, Contra Celsum.
  • 43  Tertulian.

23Celsus reprochant aux chrestiens le mespris qu’ils faisoient de la guerre, Origenes luy respond en ces [354] termes ; his qui a fide alieni pro republica militare nos jubent, et homines occidere, ita respondebimus ; hi qui simulachrorum vestrorum sunt sacerdotes, et deorum quos putatis flamines, dexteras puras servant sacrificiorum ergo, ut ea incruentis et nulla caede maculatis manibus offerant his qui creduntur dii ; neque si quod exoriatur bellum, sacerdotes adscribantur numeris ; quod si id ratione non caret, quanto magis caeteris militantibus, illi quoque suo modo censendi sunt militare tanquam Dei sacerdotes atque cultores, qui manus quidem servant puras, sed precibus apud Deum certant pro his qui juste militant, et pro eo qui juste regnat42. Et Tertullian rencherissant dedans sa franchise ordinaire dit ; bello non idonei, non prompti fuissemus, etiam copiis impares, qui tam libenter trucidamur, si non apud istam disciplinam magis occidi liceret, quam occidere43.

  • 44  Tertul., lib. 1, Contra Gentes.
  • 45  Et, lib. De corona militis, cap. 11.

24Estant vray que la Loy de Jesus Christ dissuade la guerre et la milice, si elle ne la deffend absoluement, puis que selon le mesme Tertulian, le soldat choppe a chaque pas contre la douceur et la debonaireté de l’Evangile, qui ne veult pas [355] qu’on sonne des trompettes sourdes, et des tambours cassés aux funeraux de celuy qui attend le clairon de l’Ange pour ressusciter ; quomodo tuba inquietabitur aeneatoris, qui excitari tuba Angeli spectat ;44 adjoutant ailleurs, que ; adeo satis idoneus patientiae sequester Deus ; si injuriam deposueris penes eum, ultor est ; si dolorem, medicus est ; si mortem, resuscitator est ; quantum patientiae licet, ut Deum habeat debitorem45.

  • 46  Arnobius, lib. 1, Contra Gentes.

25Arnobe escrivant contre les gentils dit ouvertement, que la Doctrine de Jesus Christ tempere la rage, et arreste l’effusion de sang, et qu’a raison de ce le monde luy doibt son repos et son assurance ; cum misteriis Christi acceperimus, ac legibus malum pro malo rependi non oportere, injuriam perpeti quam irrogare esse praestantius ; suum potius fundere, quam alieno polluere manus, et conscientiam cruore, habet a Christo beneficium jamdudum orbis ingratus, per quem feritatis mollita est rabies, atque hostiles manus cohibere a sanguine cognati animantis occepit46.

  • 47  St Hierosme, in Daniel, cap. 2.
  • 48  Sixtus Senens., Biblioth. sanct., liber 5, annotatio. 246.
  • 49  St Hiero., in praefat. 11 in Isaiam

26St Hierosme expliquant ces parolles du prophete Daniel ; et Regnum quartum erit veluti ferrum, [356] dit que ; Regnum quartum, quod perspicuè pertinet ad Romanos, ferrum est quod comminuit, et domat omnia ; sed pedes ejus, et digiti ex parte ferrei, et ex parte sunt fictiles, quod hoc tempore manifestissimè comprobatur ; sicut enim in principio nihil imperio Romano fortius et durius fuit ; ita in fine rerum nihil imbecillius, quando et in bellis civilibus, et adversum diversas nationes aliarum gentium barbararum indigemus auxilio47. Et comme on trouva quelque chose a redire a ceste explication qui sembloit choquer la conduitte et la generosité des Empereurs chrestiens ; et quod majestatem Imperii romani (comme remarque Sixtus Senensis) a chistianissimo tunc Imperatore defensam, parum honorificis verbis tractasset48 ; il respond a ceste accusation, et dit avec sa liberté ordinaire en un auttre endroit de ses escripts ; quod si in expositione statuae, pedumque ejus, et digitorum discrepantia ferrum et testam super Romano Regno interpretatus sum, quod primum forte, dein imbecillum scriptura portendit ; non mihi imputent, sed prophetae. Neque enim sic adulandum est principibus, ut sanctarum scripturarum veritas negligatur. Nec [357] generalis disputatio unius personae iniuria est49.

  • 50  St. Euchaire.

27L’Evesque de Lyon st Euchaire est de ce sentiment, quand pour justifier la modestie et l’obeissance des chrestiens, il dit ; non [nos] adversum te imperator, armavit ipsa quae fortissima est in periculis desperatio ; tenemus ecce arma, et non resistemus, quia mori magis, quam vincere volumus, et innocentes interire, quam noxii vivere praeoptamus ; tela projicimus, exarmatas quidem dexteras, satelles tuus, sed armatum fide Catholica pectus inveniet50.

  • 51  St Ciprian, epis. ad Demetriad.
  • 52  St Ambroise.
  • 53  St Luc, cap. 21, vers. 19.
  • 54  Tertulian, De patient.

28Tous les peres de l’Eglise recommendent si fort ceste souffrance, et ceste patience dedans les persecutions, et la mettent a si hault pris par les grands eloges qu’ils luy donnent, qu’il semble qu’ils en aient fait la seule marque d’un chrestien et la principale de ses vertus. St Ciprian veult qu’ils soient vainqueurs en se laissant battre et surmonter ; quamvis nimius et copiosus noster sit populus, non tamen adversus violentiam se ulciscitur, patitur51. St Ambroise ne veult noier les armées ennemies, que par les larmes agitées de la violence de ses soupirs, et ne veult tirer auttre Vengeance de l’injure que luy et son clergé avoient receuë de Valentin, [358] fils de l’Empereur Valentinian, que celle de se plaindre des torts et des injustices qu’il luy faisoit souffrir ; coactus repugnare non novi, dolere potero, potero flere, potero gemere ; adversus arma, milites et Gothos, lacrimae meae arma sunt ; aliter nec debeo, nec possum resistere52. Il avoit appris ceste facon de resister de Jesus Christ, qui dit ; in patientia vestra possidebitis animas vestras53 ; ce que les Interprettes paraphrasent ainsi ; per tolerantiam, et perseverantiam salvabimini. Et ceste maxime de guerre, et ce stratageme inouÿ pour vaincre sans combattre, et triompher de sa captivité, a tiré ceste belle admiration de la bouche du grand Tertulian ; novam planè patientiam docet Christus, etiam vicem injuriae prohibens permissam a creatore, oculum exigente pro oculo, et dentem pro dente ; contra ipse alteram amplius maxillam offerri jubens, et super tunicam pallio quoque cedi54.

  • 55  Concil., tom 1, p. 128.
  • 56  St Ambroise, in lib. 4, Regum, sermo 1.
  • 57  Idem, officio., lib. 3, cap. 3.
  • 58  St. Cyprian, epist. ad Donat.

29Le clergé de la ville de Rome escrivant a Sainct Cyprian, et luy demandant de quelle sorte les Catholiques se comporteroient pendant les persecutions et les souffrances qu’on leur preparoit, il ne leur conseilla auttre chose sinon ; arment se modestiae telis, multum illis proficiet petitio mo[359]desta, postulatio verecunda, humilitas necessaria, patientia non otiosa ; mittant legatos, pro suis doloribus, lacrimas55. St Ambroise deffend aux chrestiens de se servir d’auttres armes que de l’oraison, de la misericorde, et du jeusne ; et veult que leurs rempars et leurs forteresses ne soient auttres que les commendemens de Dieu ; praecepta Christi, arma sunt christianis, et divinus timor terrorem a nobis expellit hostilem ; arma autem haec nostra sunt quibus nos salvator instruxit, oratio, misericordia, jejunium ; jejunium enim melius, quam murus tuetur [tuetur quam murus] ; misericordia facilius liberat, quam rapina ; oratio longius vulnerat, quam sagitta56 ;aiant dit ailleurs ; quod christianus etiam si in latronem armatum incidat, ferientem referire non potest ; ne dum salutem defendit, pietatem contaminet57, qui sont [Ces]maximes bien contraires a celles des politiques, puis que [et] l’experience nous fait voir que si les chrestiens deffendent les places par le jeusne et la famine, les auttres ne les prennent que par la, apres mesme que la force, les feux, et les flammes, et tous les artifices humains n’y ont rien fait. St Cyprian avoit desja [360] approuvé ceste Doctrine [maxime] en disant ; penuria esse nulla jam poterit, cum semel pectus celestis sagina saturaverit58.

  • 59  St. Paul, ad Roman, cap. 12
  • 60  St August., De libero arbitrio, cap. 5.

30St Paul passe bien plus avant quand il dit ; ne vous defendé point chrestiens mes chers amis, mais au contraire, faittes place a la cholere, puis que le Seigneur dit ; a moy la vengeance et je vous satisferay ; non vos defendentes carissimi [charissimi], sed date locum irae, scriptum est enim, mihi vindicta, et ego retribuam, dicit Dominus59. St Augustin escrivant aux Donatistes, enseigne que la voix de Dieu deffend de resister aux meschants ; et en un auttre endroit il adjoute ; Legem quidem non reprehendo quae latrones permittit interfici, sed quomodo istos qui interficiunt, defendam non invenio60 ; puis que l’Apostre dit ; ne resistite injuriam facienti, sed vitam profundite potius quam armis utamini.

  • 61  Saint Leon, epist.
  • 62  Athenagoras.
  • 63  Salvien, De provident.

31St Leon en l’une de ses Epistres, dit ; contrarium esse ecclesiasticis regulis, post poenitentiae actionem redire ad militiam saecularem61. Christiani, dit Athenagoras, adversus sua rapientes judicio non contendant62 ; et Salvian dit que Dieu ordonne aux chrestiens ut ea ipsa de quibus lis est [361]relinquamus, dummodo litibus exuamur63 ; Lactance leur deffend formellement de faire la guerre.

  • 64  Breviar. Roman. 5 februar, lectio. 4, in officio Stae Agathae

32Quintianus praeteur de Sicile du temps de l’Empereur Decius, estant passionnement amoureux de Ste Agathe vierge et damoiselle de ce Roiaume, et ne pouvant en jouir, ny en venir a bout soit par prieres, soit auttrement, l’accusa d’estre chrestienne, et apres plusieurs menaces et mauvais traittemens, employa Aphrodisia scavante dans le mestier de corrompre les filles, pour tascher de la seduire, qui pareillement n’y pouvant rien, ny par promesses, ny par cajoleries, ny par mille auttres artifices, en advertit le praeteur qui la fit venir devant luy, et luy dit par forme de blasme et de reproche ; nonnè te pudet nobili genere natam, humilem et servilem christianorum vitam agere ; a quoy elle ne respondit auttre chose sinon, que ; multo praestantior est christiana humilitas et servitus, Regum opibus ac superbia64.

  • 65  I ad Corinth., cap. 10.
  • 66  Ferus, in Math., lib. 4, cap. 26.

33Joannes Ferus expliquant ces parolles de st[362] Mathieu ; converte gladium tuum in locum suum ; dit, que ; non solum clericis, sed etiam laicis omnem bellandi facultatem interdictam esse scribit his dictis ; quia hoc verbo tua docet Christus ; primo, Evangelium non armis secularibus, non humano ope defendendum esse, sed illius defensionem Deo permittendam ; sic Paulus ; Arma militiae nostrae non carnalia sunt65 ; sic Christus nullo gladio usus est ; 2o in Matheo dicit ; audistis quia dictum est, oculum pro oculo ; ego autem dico vobis ; diligite inimicos vestros ; tertio, specialiter hic interdicit Apostolis gladium externum, habent enim ; et habere debent gladium spiritus, qui est verbum Dei66.

  • 67  Theodoret. lib. 3 ; cap. 7. Rufin, lib. 1. cap. 32.
  • 68  Socrat. Histo. Lib. 3. cap. 11.
  • 69  Grotius, De jure belli et pacis, lib. I, cap. 1, num. 17.

34Julian l’Apostat estoit bien persuadé de ceste maxime, puis que quand les chrestiens se plaignoient de quelque injure qui leur estoit faitte, il se mocquoit d’eux, et leur reprochoit l’inobservation de leur Loy, qui les obligeoit a la patience, et a tout souffrir pour l’amour de Dieu67. Ce qui luy servit de pretexte pour les priver de touttes charges dans la milice ; et quand il les despouilloit de leurs biens, c’estoit a son dire pour les rendre plus capables d’acquerir le [363] Roiaume des cieux ou ils aspirent, et dont la possession estoit promise dans leurs livres aux pauvres de ce monde68 ; et on peult voir ceste derniere raillerie dans la 43 de ses epistres qu’il escript au rheteur Ecebolus. Ce qui fait dire a Grotius, que ; virtutes quae a christianis exiguntur, ut humilitas, patientia, dilectio, exiguntur in majore gradu, quam statu legis haebraicae exigebantur69.

35Un Autheur moderne dans son traitté de la raison d’Estat, dit qu’il s’est trouvé des politiques Impies jusqu’a ce poinct, que d’oser dire que la Religion chrestienne n’estoit pas propre pour estendre les bornes d’un Empire, et pour les conserver. Sur quoy laissant son sentiment, il confesse avec celuy qu’il appelle Impie ; qu’il est vray que le Divin fondateur de la Religion des chrestiens (ce sont ses propres termes) par une philosophie bien esloignée de celle du monde, a mis la victoire en l’humilité, le triomphe en l’obeissance, et la gloire dans les opprobres ; c’est ainsi qu’il a preferé la force passive a l’active, le mespris a l’honneur, dont les paiens faisoient leur Idole.

  • 70  St Ambroise, Officio, lib. 3, cap. 4.
  • 71  Aulus Gellius, nocti atticar., lib. 10, cap. 17.
  • 72  Sueton., in Tito, cap. 9.
  • 73  Senec., Controv., lib. 1, contro. 2.
  • 74  Decretal., lib. 5, titul. 25, de clerico percussore, cap. 4.
  • 75  Ibidem, cap. 2, de homicidio.
  • 76  St Gregoire, lib. 7, epist. 1.

36[364] Et sainct Ambroise instruisant l’homme chrestien, dit ; pourquoy estimerés vous vostre sang et vostre vie plus precieuse que celle d’un auttre, puis qu’il est du debvoir de l’homme chrestien de preferer tout auttre a soy mesme.70 Tous les anciens peres de l’Eglise disent, que les chrestiens sont prestres, en suitte de quoy ils font voir combien l’effusion du sang leur doibt estre odieuse, aussi bien que deffenduë, puis que [mesme] ceux des paiens mesmes s’en abstenoient si religieusement, et avec tant de circonspection qu’il n’estoit pas permis au flamen Dialis, qui estoit le prestre des Romains, de voir seulement une armée71 ; Suetone assure que l’Empereur Titus se declara souverain pontife, affin de conserver ses mains nettes du sang, n’aiant condemné, ny voulu condemner personne a la mort [du] depuis ce changement, protestant de mourir plustost que de l’entreprendre au prejudice de son caractere72. Nous lisons dedans les controverses de Seneque le pere, qu’une religieuse vestale ne fut estimée pure, a cause qu’elle estoit souillée d’un meurtre qu’elle avoit esté contrainte de commettre pour deffendre et conserver sa virginité ; quia nulla satis pudica est, de qua quaeritur ; non pura est, sed tuta[non pura est, sed tuta ; et nulla satis pudica est, de qua quaeritur]73. [365] Les Canons ecclesiastiques suspendent de la celebration du service Divin et des ordres sacrés, les gens d’Eglise qui se sont trouvés en un combat ou il y a eù des tués, nonobstant que ce fut pour repousser une violence, et qu’ils n’eussent quant a eux frappé personne, mais seulement pour s’estre rencontrés dedans [trouvés dans] la compagnie74 ; et encore que les Loix Civiles permettent de tuer un Larron nocturne, toutte fois l’Eglise enjoint une perpetuelle penitence au prestre qui l’auroit fait, combien que ce soit sans aucune apparence de haine75. Le grand st Gregoire pape dit en l’une de ses Epistres ; Faittes entendre a mes tres souverains maistres, que si moy leur serviteur eusse voulu poursuivre la ruine des Lombards, leur nation n’auroit aujourdhuy ny Rois, ny Ducs, ny comtes, et seroient dans une extreme confusion ; mais parce que je crains Dieu, j’apprehende de me mesler en la mort de quelque homme que ce soit ; sed quia Deum timeo, in mortem cujuslibet hominis me miscere formido76.

  • 77  Bozius, De robore bellico, adversus Machiavellum, cap. 9.

37Puis donc que la Religion chrestienne enseigne a ses sectateurs des maximes si contraires a la police humaine, et que non contente de leur [366] oster les armes des mains, elle leur ravit encore la generosité du cœur, et ne leur laisse que la patience dedans les maux, l’humilité dedans la servitude, et les plaintes pour touttes consolations. Puis qu’elle met ses actions les plus nobles dedans la meditation, qu’elle mesprise la vie active pour s’adonner a la contemplative, et que ses conquestes sont bornées par les pensées qu’elle a pour le ciel ; et qu’il est si veritable d’auttre costé, comme l’advoüent ceux la mesmes qui condemnent a descouvert nostre Autheur, que les hommes, et particulierement les soldats, ne travaillent et ne combattent que sous esperance du gain, de la recompense, et pour s’acquerir quelque sorte de gloire et de reputation ; tolle honorem, tolle pecuniarum desiderium, quis erit pugnae cupidus ? Praedandi ardore impellitur miles, aut dignitatis assequendae cupidine ; hic finis illi, aut utilitas aut gloria77. Pourquoy donc fait on un crime, et un blaspheme de dire que la Religion chrestienne, suivant et practiquant la rigueur de ses Loix, rend les hommes moins genereux et moins propres a la guerre, que non pas ceux qui sont nourris dedans [367] le sang, et qui preferent une Couronne de la terre a touttes celles qui se reservent dedans le ciel pour les humbles, les patiens, et ceux qui souffrent de persecution pour les meriter [?]

  • 78  Le Pippre, en ses Inventions morales et civiles, cap. 51.

38Amurath Empereur des Turcs, aperceut bien ceste Doctrine en lisant nostre Evangile qu’il s’estoit fait traduire, s’imaginant que conformement a son Alcoran, elle enseignoit la puissance, la noblesse, la gloire, l’honneur et la renommée ; mais comme il vient aux endroits qui ordonnent d’aimer ses ennemis, et qui commendent de faire bien a ceux qui nous persecutent, la voiant si peu plausible, et si peu correspondante a son humeur, commencea a s’escrier que c’estoit traitter de l’impossible, que de penser mettre choses semblables en practique, et en execution78.

  • 79  St Ma., cap. 5, vers 3, 4, etc..

39Ne disons donc point que Machiavelle ait donné aucune atteinte a la Religion chrestienne en la comparant avec la paienne, et faisant voir que celle-cy ne travaille que pour la terre et l’auttre que pour le ciel. Il ne la mesestime en facon que ce soit, et ne la desapprouve aucunement pour les choses qui regardent Dieu et la Conscience, tout au contraire ; mais il fait voir seulement [368] qu’elle mesprise plus qu’aucune [que pas une] auttre les honneurs mondains, et les recompenses des hommes, de quoy l’imposteur Mahomet a bien sceu tirer avantage pour attirer tant de sectateurs qui se sont laissés gaigner par des plaisirs sensuels et presens, et qu’il accommode aux sens corporels tant en ceste vie qu’en l’auttre ; au lieu que ceux des chrestiens ne sont qu’en esperance, et entierement reservés a l’esprit, sans aucun commerce ny du corps, ny des sens, et dont ils n’ont auttre preuve, ny auttre conessance qu’une foy aveugle, qui fait bien moins d’impression sur le commun peuple que les choses qu’il void [qu’ils voient], qu’il touche [qu’ils touchent] et qu’il gouste [qu’ils goustent]. N’y aiant aucun doubte, et ne fault point faire la petitte bouche pour [l’] advouer que la Religion chrestienne enseigne et conseille tout ce que Machiavelle met en avant dedans son raisonnement sur ceste maxime. St Mathieu en est le garend pour mille quand il fait le denombrement des heureux, et des hommes selon Dieu, en ces termes ; beati pauperes spiritu, id est, humiles ; beati mites ; beati qui lugent ; beati qui esuriunt ; beati misericordes ; beati mundo corde ; beati pacifici ; beati qui persecutionem [369] patiuntur ; gaudete et exultate quoniam merces vestra copiosa est in coelis79. Et l’Eglise par excellence appelle ces sortes de bienheureux, ou de bonheurs, les huit beatitudes ; comme si a moins que d’estre de ce nombre, on ne scauroit justement pretendre au bonheur eternel.

  • 80  4 - La, 3 raison est tirée le la force paienne, en tant que Vertu Morale, d’avec la chrestienne.
  • 81  Origenes, in lib. Judicum, cap. 7., homil. 9.

4080Pour une troisieme raison, nostre Autheur fait difference de la force paienne d’avec la chrestienne, et touttes deux en tant que vertu purement morale ; mettant la derniere dedans la souffrance, la tolerance et la patience ; et s’il est permis de dire plus, et d’advouer ce qui en est ; il est vray que nous nous contentons du nom de force, pour practiquer en effect la foiblesse, la timidité, et l’impuissance ; je parle du general, et non du particulier, tesmoing ce grand Origene qui dit que ; qui militant Deo, non corporis, sed animi fortitudo requiritur, quia non jaculis ferreis, sed orationum telis victoria quaeritur81. Au lieu que les paiens ne trouvoient rien de difficile, que ce qui leur estoit impossible, rien de puissant que ce qu’ils ne pouvoient vaincre, ny rien de vertueux, que ce que leur gloire, leur courage, et leur ambition faisoit tel. Une Couronne de fueilles de chesne [370] leur faisoit entreprendre touttes sortes de choses, et nous comme si les bonnes actions portoient la honte avec soy, nous nous cachons pour bien faire, la conessance d’une vertu en oste le merite, nous appelons vanité la gloire que nous en pourrions pretendre justement, qui est une injustice qui rabaisse les courages, et qui fait tort a l’Estat, aussi bien qu’au bon exemple, et a la reputation.

  • 82  Scipio. Ammira. en ses Disc. pol. sur Tacite, liv. 2, chap. 2.

41Un Autheur contraire au nostre, et qui ne l’est pas en ce poinct, parlant des marques d’honneur que les anciens donnoient a leurs soldats qui avoient le plus genereusement combattu, dit ; que nous ne prenons pas garde, que pour ne vouloir dignement recompenser et reconestre les actes vertueux, les merites demeurent sans recompense, et le monde est contraint de clocher, et d’aller boiteux ; n’estant pas assés de promettre des recompenses eternelles en l’auttre monde, a cause que l’ame pendant qu’elle reside dedans le corps, a besoing de nourriture presente et materielle, non pas pour elle qui se repaist de viandes spirituelles, mais pour le soustien et entretenement du corps son compagnon ; ainsi l’homme magnanime [371] et vertueux qui vit au monde, non pas pour soy mesme, mais pour la gloire de son Roy, de sa patrie, de sa famille, de ses parens et amis ; [et de la mesme vertu] desire et souhaite un signe exterieur de l’honneur qu’il a merité, affin qu’en sa personne si elle est mesprisée, la beauté de la vertu ne soit effacée et mise dans l’oubly82.

  • 83  Hérodote, liv. 1.

42Avant l’Empire des Romains, les Grecs furent les premiers qui pour ne mancquer de semblables recompenses et marques d’honneur, en instituerent tant qu’ils en avoient tousjours de reste ; d’ou s’ensuivit que le Persan fut tout estonné quand il considera en quel hazard les siens se mettoient, de resister [resistant] contre ceux qui combattoient la mort mesme, pour gaigner une Couronne d’olive83.

  • 84  Montagne, en ses Essais, liv. 2, chap. 7.

43Montagne l’honneur de nostre [la] France, dit que c’a esté une belle invention, et receuë en la plus part des polices du monde, d’establir certaines marques vaines et sans pris pour en honorer et recompenser la vertu ; ce sont les Couronnes de laurier, de chesne, de meurte, la forme de certains vestemens, de certaines marques aux armoiries, et mille auttres choses semblables, dont l’usage a esté diversement receu selon l’opinion des nations, et le quel dure encore ; [372] nous avons pour nostre part, et plusieurs de nos voisins, les ordres de Chevalerie qui ne sont establis qu’a ceste fin. C’est a la verité une bien bonne et veritable [louable] coustume de trouver moien de reconestre la valeur des hommes rares et excellens, et de les contenter et satisfaire par des paiemens qui ne chargent aucunement le public, et qui ne coustent rien au prince ; et ce qui a tousjours esté conù par experience ancienne, et que nous avons auttrefois aussi pù voir entre nous que les gens de qualité avoient plus de jalousie de telles recompenses, que de celles ou il y avoit du gain et du proffit, ce qui n’est pas sans raison et grande apparence ; parce que par les richesses on satisfoit le service d’un valet, la diligence d’un courrier, le dancer, le voltiger, et les offices les plus viles qu’on recoive, voire et le vice s’en paie, la flatterie, le macquerellage, et la trahison84.

  • 85  Tertulian, de corona militis.
  • 86  St. Ambrois., in Epistol. 2. ad Corinth., cap. 11.

44Et m’estonne de ce soldat qui ne voulut point porter sur sa teste la Couronne de laurier de la quelle l’Empereur Severe l’avoit honoré comme ses auttres compagnons, a cause disoit il qu’il estoit chrestien ; ce qui a donné sujet a Tertulian de faire son livre, De Corona Militis ; ou il enseigne conformement aux plaintes de Machiavelle, que quiconque se privera en ce monde des hon[373]neurs temporels pour l’amour de Jesus Christ, sera par luy mesme couronné quelque jour de gloire eternelle dedans le ciel85. Quel crime eùt fait ce soldat de participer a un honneur que peut-estre il ne meritoit point ? Eùt il esté plus coupable de mettre ceste Couronne sur sa teste comme les auttres, que de se trouver a l’armée avec eux ? Quel sacrilege plus grand eùt il commis de plaire et d’obeir a son prince en cela, plustost que de porter les armes pour son service ? Estoit-il seul de chrestien dedans une si puissante armée ? Et s’il l’estoit, n’avoit-il pas tort de se mesler avec tant de paiens ? Et s’il ne l’estoit pas, pourquoy ne faisoit-il comme les auttres ? Pourquoy les met-il [se mettoit-il] au hazard d’irriter l’Empereur contre eux, et peut estre se rendre la cause de leur mort pour une chose indifferente, et neant moins d’une consequence si dangereuse. Ceste action avoit bien autant d’imprudence et d’indiscretion, que de zele et d’affection pour la [la] Religion, quoy que Tertulian puisse alleguer au contraire ; et de la mettre a si hault pris, et en faire des livres si recommendables, n’est-ce pas ravaler le courage des chrestiens [374] en leur faisant mespriser des honneurs temporels qui ne sont qu’indifferens ? S’il est permis de les instruire de la sorte, et si pour estre enfans obeissans de l’Eglise ils doibvent practiquer ceste bassesse, et ce mespris qu’on leur enseigne ; pourquoy ne veult-on pas qu’on die ce qui en est, puis qu’ils font gloire d’estre tels, et de s’abaisser au dessous de tous les hommes ? Et ne fault pas pour condemner ceste maxime dedans Machiavelle, et prendre occasion de l’accuser de peu de Religion, luy opposer tant de martirs que nous avons, et encore moins leur constance dans les tourmens, puis qu’il n’y a point de peuple qui n’ait les siens, outtre qu’il ne parle pas des soldats de Jesus Christ, mais des soldats des hommes seulement. Il ne met point le salut eternel en consideration en cest endroit, mais la conservation des Estats simplement par des moiens humains, et non surnaturels ; il ne dispute point de la gloire du ciel qui est indubitable, mais [seulement] des victoires et des conquestes de la terre qui sont tres incertaines ; il ne dit pas que la Religion chrestienne rend les hommes lasches, mais que les chrestiens sont moins brutaux, moins cruels, moins amateurs du sang de leur [375] prochain [moins aguerris], moins attachés aux interests du monde et moins desireux [amateurs] des honneurs temporels [de la terre] que les auttres sectes qui n’attendent auttres [point de] recompences que des hommes, ny auttre gloire que celle qui leur est presente et palpable. C’est pourquoy [l’]on peult dire, et sans blaspheme, que les chrestiens n’ont point et n’eurent jamais de Monarchies pareilles a celles des Grecs, des anciens Romains, et des Turcs d’aujourdhuy ; leur ambition n’est pas si grande, la superbe et la vanité ne les gouverne point, ils se contentent de moins, ils sont plus retenus et plus religieux dans [dedans] leurs conquestes, ils font un crime de l’usurpation, pendant que les auttres en font l’object de leur gloire et de leur vertu ; escoutons st Ambroise la dessus ; si gloriandum est christiano, in humilitate gloriandum est, qua crescitur apud Deum86. Les Empires, les Roiaumes, et les souverainetés que les chrestiens possedent, ils les ont trouvés tout faits, et ne les ont pas conquis par leur vaillance, ny poussés de l’ambition de vaincre tout le monde, comme les paiens ont fait les leurs sans l’aide d’auttruy, sans appuy, et sans auttre secours que de leur propre vertu [eminente], et [376] de leur force et courage incomparable. L’Empire romain a trouvé ses ruines sous la domination des chrestiens ; et celuy de Constantinople n’a pù estre gardé ny conservé par eux ; l’histoire en fait foy, les Peres de l’Eglise en pleurent, ceste verité nous afflige, et nous fait honte autant de fois que nous y pensons meurement.

  • 87  Rufin, lib. 10, cap. 22
  • 88  5 - Conclusion de l’Autheur.
  • 89  Machia., en ses Disc., liv. 2, chap. 2.

45Confessons donc avec regret nostre foiblesse ou nostre mauvaise conduitte, et rougissons de ce que Rufin raconte a la confusion des chrestiens d’Alexandrie, qui estans venus aux mains avec les Gentils sur la deffence de certaine Eglise a eux donnée par l’Evesque du lieu, perdirent la bataille encore qu’ils fussent les plus forts, et ce a cause que la modestie de leur Religion leur avoit lié les mains ; ce qui les mit en tel desordre, que les uns furent pendus en croix, les auttres condemnés a des supplices cruels et inhumains ; at nostri numero et potentia multo plures, sed modestia Religionis minus feroces erant87. 88Ce qui a fait dire a nostre Autheur, avec tant d’auttres exemples pareils, que telle loy et facon de vivre a conduit le monde a la debilité et foiblesse que nous voions, le donnant pour proie aux plus meschans et [377] aux plus vicieux qui peuvent le manier comme ils veulent en assurance, voians que le general des hommes pour tenir le chemin de paradis, se dispose plus a porter les coups, qu’a les rendre et en tirer vengeance89. Et si ceste conclusion est Impie, ceux qui l’ont enseignée, fait naistre, et practiquée, sont encore bien plus coupables, puis qu’il est plus honteux de faire le crime et de le Conseiller, que de le raconter, et d’en faire conestre les inconveniens simplement ; nonobstant le livre entier de Thomas Bozius Eugubinus, De Robore bellico, et amplis Catholicorum Regnis, adversus Machiavellum ; imprimé a Rome en l’an 1593. le quel est bon pour le destail et le particulier, mais non pas pour le general, ny la these qui se presente a juger [et le plaindre simplement].

  • 90  6 - Il accuse non pas la Religion chrestienne, mais ses Interprettes, qui au lieu de l’eslever, l’ (...)
  • 91  Origenes, Contra Celsum, lib. 8, sub finem.
  • 92  St. Hiero. in Episto. ad Roma., cap. 8

4690Pour justifier plus a plein l’innocence et la bonne foy de ce grand politique, et faire voir le respect qu’il porte a la Religion, il fault remarquer comme, a la fin de son discours il impute tous ces deffaults a ceux qui l’ont mesurée a leur humeur, et qui l’ont interprettée moins favorablement qu’elle le pouvoit estre. N’y aiant point d’apparence que Jesus Christ ait voulu exposer les siens en [378] tout et par tout a la rigueur et a l’insolence de ses ennemis, et qu’il n’ait donné aux chrestiens pour partage des choses de ce monde, que le mespris, la bassesse, la simplicité, la stupidité, la lascheté, et l’ignominie ; les laissant en proie aux tyrans, aux impies, et aux boureaux ; y aiant beaucoup de choses qui ne sont que conseils moraux, qui ont leurs temps, et leurs saisons, qu’on nous fait suivre a la lettre, et qu’on nous oblige de practiquer a l’aveugle, sans distinction ny modification quelconque. La plus part de ces [des] escrivains qui estoient plus propres pour faire des meditations, que des veritables maximes d’Estat, sans diviser les regles generales d’avec les particulieres n’ont fait qu’une sorte de lois pour les Cours des Rois, et les cloistres des moines, ont mesprisé touttes les vertus qui ne sont point contemplatives ; et sans songer a la difference de vie qui est entre les hommes, et la diversité de leurs conditions ; veulent que tous les chrestiens soient autant de prestres, que tous les Courtisans soient autant de religieux, et que tous les soldats soient autant de novices qui tendent les espaules sous les coups de leurs ennemis, comme [379] font ces petits freres sous ceux de leurs disciplines. Voions un peu comme Origene met une armée en bataille, et le bon ordre qu’il donne pour bien combattre ; precibus nostris profligantes omnes bellorum excitatores Daemonas, et pertubatores pacis ac foederum, plus conferimus Regibus, quam qui arma gestant pro Republica. Laboramus autem pro Imperio romano dum justè viventes vota pro eo facimus, exercentes nos in contemnendis voluptatibus, nec sinentes nos ab eis quovis pertrahi ; sic non prae aliis pugnamus pro Imperatore, et licet cum ipso non militemus, habemus tamen castra propria pietatis auspiciis, et rem deprecationibus gerimus. Quod si Celsus jubet nos etiam praefecturis militaribus fungi pro patria, sciat nos hoc quoque facere, sed non in conspectu hominum ad captandam inanem gloriam ; in occulto enim mentis nostrae ad Deum vota fundimus pro patria, haud secus quam sacerdotes91 ; ses armes [ce] sont ses prieres ; les gens de guerre qu’il fournit a l’Empereur, ce sont ses vœux ; les combats qu’il donne pour le deffendre, ce sont ses oraisons ; le champ de bataille ou il range son armée [monde], ce sont les Eglises ; la vaillance de ses soldats ne paroit [380] point aux yeux des hommes, crainte d’en tirer de la vanité. St Jerosme les dispose encore tout auttrement, quand il explique ce passage de st Paul ; aestimati sumus sicut oves occisionis ; voicy ses ordres ; hoc in nobis christianis maximè impletur, quibus non licet nos metipsos defendere, sed exemplo Domini et Magistri qui sicut ovis ad victimam ductus est, omnia illata patientissimè tolerare92 ; il veult qu’on souffre tout avec patience, il ne permet point qu’on se defende, il ordonne qu’a l’imitation du general on se laisse esgorger sans resistance, comme l’agneau qui est entre les mains du boucher impitoiable.

  • 93 Tertulian, De corona militis, cap. 11.
  • 94  Arnob., Adversus Gentes, lib. 1.

47Tertulian condemne tous les pas du soldat, et ne craint point de dire qu’il n’en fait pas qui ne soit contraire a la douceur de l’Evangile93. Arnobe, escrivant contre les Gentils enseigne aux chrestiens qu’il est plus glorieux mille fois de souffrir un tort et une injure que de la venger ; injuriam perpeti, quam irrogare, praestantius esse, et suum sanguinem potius fundere, quam alieno polluere manus, et conscientiam cruore94; sans se souvenir que Dieu nous a dit, aide toy, et je t’aideray, que la Loy de Nature nous ordonne la deffence, que la Loy Divine la permet, et que les Macchabées se repentirent et furent blasmés de s’estre laissés [381] prendre un jour de Sabath, au lieu de se defendre.

  • 95  Salust., in Catili.
  • 96  Actorum, cap. 27, vers. 22.
  • 97  Ibidem, vers. 31.

48Il faudroit bien de semblables soldats pour chasser le Turc de ses Estats, et destruire les ennemis de la Religion chrestienne, a moins que d’un miracle tout particulier pour cela ; Dieu n’envoie plus d’anges a la teste des armées, quoy qu’il le puisse faire mieux que jamais, pour nous rendre plustost spectateurs de leurs executions, qu’autheurs des victoires qu’ils nous mettoient [mettent] en main ; non enim votis, neque supplicibus muliebribus auxilia Deorum parantur ; vigilando, agendo, prosperè omnia cedunt, dit un illustre paien95, mais avec un sentiment tout a fait chrestien et raisonnable, puis que St Paul le seconde et l’authorise par son exemple, faisant voir comme il fault s’aider soy mesme, crainte que par trop de confiance on ne vienne a negliger les moiens ordinaires et naturels, pour tanter Dieu en luy demandant des miracles a tous coups, et en touttes occasions, pour faire ce qui despend de nous mesmes, et que nous pouvons executer moiennant les graces qu’il ne refuse a personne. C’est ce que nous apprenons aux Actes des Apostres ou il est particulierement rapporté que st Paul pour appaiser ceste grande tempeste qui [382] s’esleva en mer lors qu’on le menoit prisonnier a Rome, pria le centurion et les soldats qui estoient dedans son vaisseau, de ne pas permettre aux mariniers et matelots de prendre terre, ny [et] de se sauver comme ils vouloient faire aians des-ja un Esquif [tout] prest pour cela, leur disant qu’il estoit impossible de surmonter la tempeste sans leur aide et industrie, encore que Dieu luy eut revelé que pas un d’entre eux ne periroit ; amissio nullius animae erit ex vobis96; et neant moins nonobstant cest oracle Divin, il assura tous ceux qui estoient dedans le navire, que si les pilottes quittoient et abandonnoient [le mast,] les rames, et les voiles, ils periroient tous, et que la promesse que Dieu luy avoit faitte de les conserver, n’auroit aucun effect, s’ils ne la secondoient de leur addresse, de leur industrie, et des moiens naturels qu’il leur avoit donné pour contribuer a leur propre salut ; dixit Paulus centurioni et militibus ; nisi hi[i] in navi manserint, vos salvi fieri non potestis97.

49La derniere raison qui regarde ceste maxime, et celle qui ne met pas peu en humeur nos adversaires, est l’accusation qu’ils font contre [383] Machiavelle, d’avoir dit, que les noms des saincts qu’on donne aux chrestiens lors qu’on les baptise, sont moins propres a leur eslever le courage, que ceux des heros, et des demy Dieux des paiens, estant vray que chacun est obligé de faire cas de son patron, de le reverer, et de tascher de l’imiter en sa vie et en ses actions ; ainsi quand un Francois songe a l’humilité et simplicité de son sainct, un Jean a l’abstinance, penitence, et mortification de st Jean, un Pierre aux pleurs et a la repentance de st Pierre, un Felix a la pauvreté de ce sainct qui vivoit sous un degré en la maison de son pere, et ainsi des auttres, il est impossible assurement que ces reflexions ne fa[ss]ent impression sur les cœurs et les courages de ceux qui s’en rendent les imitateurs et admirateurs ; ou au contraire quand un Alexandre se represente la genereuse ambition d’un Alexandre le Grand, et qu’il se souvient qu’il ne jette des larmes qu’a cause que le monde luy sembloit trop petit pour l’estenduë de ses victoires ; quand un Mars scait, que le Dieu de la guerre et des combats s’appelle comme luy ; quand un Caesar se [384] souvient que ce nom emporte les Empires apres soy ; tres assurement tant d’actions relevées, et si reverées parmy les hommes, animent les plus lasches, esveillent les plus assoupis, et donnent des mouvemens genereux a ceux qui ont le moins de cœur et [le moins] de courage.

  • 98  Eusebius, de Praeparatio. evangel., lib. 11, cap. 4.
  • 99  St Luc, cap. 6.

50Et ceste consideration n’est pas si peu importante, que l’Escripture saincte, et les polices les mieux reglées, n’y aient pourvù ; estant certain que les noms ne se donnent point sans sujet, ny sans quelque consideration importante, tesmoing Abraham, qui auparavant s’appeloit Abram ; Sara, qu’on nommoit Sarai ; et Jacob, qui, apres avoir lutté avec l’Ange, fut appellé Israel par Dieu mesme, qui voulut [voulant] tesmoigner par la le changement de sa vie, et qu’il estoit comme un auttre homme ; Israel appellatus est a Deo, ab activa vita ad contemplativam videlicet translatus98; et dans le Nouveau Testament ;mutat et Petro nomen de Simone99; [dit Eusebe] et ainsi des auttres.

  • 100  Patrice, de instit. Reipub., lib. 6, tit. 7.

51Socrate estime digne du soing paternel de donner de beaux noms aux enfans, estant vray dit Patrice qu’ils apportent quelque lustre, non seulement aux familles et maisons, mais aussi a la ville et a la Republique ; et ceux qui n’en tiennent compte et [385] qui ne s’en soucient point, on les doibt estimer ou lourdauds, ou rustiques, ou negligens des [en] choses qui ne coustent pas beaucoup, et comme jaloux de la gloire de leur patrie ; puis que la cité en est plus illustre et plus recommendable quand les Irreligions ont de beaux noms, d’autant que comme le nom deshonneste semble obscurcir la dignité du personnage, tout de mesme le nom honneste l’orne et l’embellit. En quoy il fault louer la diligence des parens qui en donnent de beaux a leurs enfans, veu mesme que cela ne leur couste rien, et neant moins leurs enfans en sont estimés davantage100.

  • 101  Plato, Dialogo Cratilus.
  • 102  Euseb., De praepa. Evangel., lib. 11, cap. 4.

52C’est pourquoy ceux la sont dignes de blasme les quels veulent estre appelés du nom de leurs parens et ancestres, quoy qu’il fut vilain et mal seant, comme voulant espandre l’ignominie et la honte des majeurs sur leur posterité et leurs successeurs. Platon dit en l’un de ses Dialogues, que les noms n’ont point esté imposés aux hommes temerairement, ny par hazard, mais pour declarer et signifier quelque chose a venir, ou bien quelque chose de grand et de remarquable101. Eusebe ce grand Evesque de Cesarée, approuve [suit] et soustient fortement ceste regle de police, et ne veult pas qu’on la neglige, puis qu’il [386] dit ; Platonis testimonium non negligamus, asserentis nonnulla nominum Divina quadam posita virtute esse, magno, inquit, studio in ponendis nominibus vigilandum est, quamvis nonnulla eorum diviniore quadam, quam hominum virtute, indita esse videantur ; quapropter non cujus vis, sed sapientis summèque dialectici viri sit, rerum naturae apte nomen accommodare102 ; puis qu’il est si veritable, dit-il un peu auparavant, tousjours par la bouche de Platon ; clarorum hominum appellationes non frustra positas esse.

  • 103  Theodoret, lib. 8, De graecar. affectio. curatio., sub finem.
  • 104  Aulus Gellius, Noctium Atticarum, lib. 10, cap. 4.

53Theodoret qui est un auttre Evesque celebre de Grece, dit en quelque endroit [quelques endroits] de ses escripts ; qu’il y en a qui imposent a leurs enfans les noms de certains personnages auttrefois notables et signalés par leurs merites, affin qu’ils ensuivent les vertus, et les faits heroiques de ceux des quels ils portent le nom103. Aulè Gelle fait un discours entier sur ce sujet, qu’il commence par ces mots ; nomina, verbaque, non positu fortuito, sed quadam vi et ratione naturae facta esse, P. Nigidius in grammaticis commentariis docet, rem sanè in philosophia dissertationibus celebrem104. Estant certain que les noms sont si considerables, que pour exprimer les vices et les vertus, on les appelle du nom de celuy ou de celle qui aura excellé en [387] l’une ou l’auttre de ces deux extremités si contraires. Pour dire une femme chaste, on l’appelle Lucresse chès les historiens, et chez les poetes Diane, et Junon ; et pour en dire une impudique, ces dernieres ont leur Venus, et les auttres leur Messaline, et quantité de semblables ; pour tesmoigner la generosité d’un homme, on dit que c’est un second Alexandre, un auttre Caesar, ou le Dieu Mars ; un poltron, c’est un Thersite ; un cruel et inhumain, un Neron ; un doux et un clement, un Auguste surnommé le pere du peuple. On dit que les savans sont autant d’Aristotes, de Platons [de Platons, d’Aristotes], de Plutarques, de Seneques ; ainsi de tous les auttres qui ont excellé en quelque chose.

  • 105  Aulus Gell., Nocti. Atticar., lib. 4, cap. 20.

54Chaque nation a tousjours des noms qui se prennent en mauvaise part, et qui portent le mespris ou le malheur avec eux ; Aulus Gellius [Aule Gelle] dit en ses Nuits attiques, que le nom de Statius estoit un nom servile chez les Romains, a cause que plusieurs esclaves s’appeloient ainsi, et que le poete Stace que Nigius Figulus prefere a tous les auttres commiques, ne fut appellé Statius qu’a cause qu’il estoit serf, et qu’estant affranchi on l’appela, Cecilius Statius105.

55Les anciens n’ont pas seulement crù qu’il y avoit [388] de la fatalité aux noms, mais on le croit encore aujourdhuy, et le croira-on eternellement. Voicy un sixain sur ce sujet qu’un Espagnol rapporte dedans ses politiques pour faire voir combien le nom de Henry est funeste et malheureux aux Rois de France, et celuy de Jacques a ceux d’Angleterre, et d’Escosse ;

  • 106  Le Pippre, en ses Inventions civiles et morales, chap. 146.

Il ne fault pas nommer Henry les Rois de France,
La mort par deux cousteaux, et un esclat de lance
A tué trois Henry, l’un joutant a cheval,
L’auttre en son cabinet, le tiers en son carrosse ;
Cinq
noms du Roy [Rois du nom] de Jacques ont fait croire a l’Escosse,
Qu’il y a dans les noms, quelque secret fatal
106.

56C’est assés discouru sur ceste maxime, et si nostre Autheur est criminel pour en avoir parlé comme il a fait, il ne peut estre que glorieux d’avoir failly apres son Dieu, les Apostres, les peres de l’Eglise, et tous ceux sur qui les hommes se reposent, non seulement de leur debvoir pour les choses du monde les plus indifferentes, mais entierement et absoluement pour ce qui est de leur Conscience, de leur ame, de leur salut, de leur Religion, et de tout ce qu’ils ont de plus cher et de plus recommendable en la vie [ce monde]. Quand on a de si bons garands, et des complices [389] si reverés, il vault mieux mancquer avec eux, que de se laisser conduire par un petit nombre d’ignorans, qui n’ont que leur erreur pour appuy, leur opiniastreté pour constance, leur aveuglement [ignorance] pour raison, et leur impertinence pour fondement des resveries, et des fausses Doctrines qu’ils mettent en avant.

Haut de page

Notes

1  1 - Que les chrestiens estiment moins l’honneur du monde, que ne faisoient les paiens.

2  2 - La premiere raison pourquoy la Religion chrestienne a rendu les hommes lasches, est la magnificence des sacrifices paiens et l’humilité des nostres. Difference et des uns, et des auttres.

3  3 -  La seconde est que leur Religion ne conseilloit que la gloire, ou la nostre ne presche que le mespris, la souffrance et l’humilité.

4  4 -  La troisième est tirée de la difference de la force paienne, en tant que vertu morale, d’avec la chrestienne.

5  5 -  Conclusion de l’Autheur.

6  6 -  Qui accuse non pas la Religion chrestienne, mais ses Interprettes, qui au lieu de l’eslever, l’on abaissée au poinct ou elle est, et comment.

7  Quare via impiorum prosperatur ? Bene est omnibus qui praevaricantur, et inique agunt, etc., Jeremie, cap. 12, vers. 1.

8  1 - Que les chrestiens estiment moins l’honneur du monde que ne faisoient les paiens.

9  2 -  La premiere raison pourquoy la Religion chrestienne a rendu les hommes lasches, est la magnificence des sacrifices paiens et l’humilité des nostres. Difference et des uns, et des auttres.

10  Codic. de gladiato., lib. 2, leg. unica.

11  Eusebius, lib. 4.

12  Juvenal, Satir. 12.

13  Demosthe. Orat. contra Midiam. Lucian, Dialog. de sacrificiis.

14  St August., tom. 8, Enarratio. in psal. 55.

15  Idem, in psal. 68.

16  St August., tom. 6, Oratio advers. Iudaeos, cap. 6.

17  Ibidem, tom. 7, lib. 2, contra litteras pettiliani, cap. 86.

18  St. August., tom 8, Ennarratio. in psal. 49.

19  Idem, in psal. 41.

20  3 -  La seconde raison est, que leur Religion ne conseilloit que la gloire, l’ambition et la vanité, ou la nostre ne presche que le mespris, la souffrance et l’humilité.

21  St. Math., cap. 6, vers. 33.

22  St. Math., cap. 5, vers. 39.

23  Leviti., cap. 19, vers. 18.

24  St. Math., cap. 5, vers. 43-45.

25  St. Math., cap. 18, vers. 4.

26  St. Luc, cap. 18, vers. 14.

27  I ad Corinth., cap. 3, vers. 21.

28  II ad Corint., cap 10, vers. 17.

29  ad Galat., cap. 6, vers. 14.

30  St. Jean, cap. 20, vers. 19.

31  Actor., cap. 5, vers. 41.

32  Iacob., Epistol., cap. 1, vers. 19-20.

33  Aristot., Ethico., lib. 3, cap. 8 ; St. Thom., 2, 2, quaest. 123, art. 10.

34  Proverb., cap. 18, vers. 14.

35  St. Math., cap. 5, vers. 4-12.

36  Epistol. ad Rom., cap. 12, vers. 14, ad finem.

37  Ad Roman., cap. 5, vers. 6-10.

38  Machabeo., lib. I, cap. 2, vers. 38.

39  Joan Picus Miran., De studio Divinae et humanae philos., lib. I, cap. 8.

40  Gregor. Naziaz., oratio 19.

41  Idem, oratio 1, in Julian. aposta.

42  Origenes, Contra Celsum.

43  Tertulian.

44  Tertul., lib. 1, Contra Gentes.

45  Et, lib. De corona militis, cap. 11.

46  Arnobius, lib. 1, Contra Gentes.

47  St Hierosme, in Daniel, cap. 2.

48  Sixtus Senens., Biblioth. sanct., liber 5, annotatio. 246.

49  St Hiero., in praefat. 11 in Isaiam

50  St. Euchaire.

51  St Ciprian, epis. ad Demetriad.

52  St Ambroise.

53  St Luc, cap. 21, vers. 19.

54  Tertulian, De patient.

55  Concil., tom 1, p. 128.

56  St Ambroise, in lib. 4, Regum, sermo 1.

57  Idem, officio., lib. 3, cap. 3.

58  St. Cyprian, epist. ad Donat.

59  St. Paul, ad Roman, cap. 12

60  St August., De libero arbitrio, cap. 5.

61  Saint Leon, epist.

62  Athenagoras.

63  Salvien, De provident.

64  Breviar. Roman. 5 februar, lectio. 4, in officio Stae Agathae

65  I ad Corinth., cap. 10.

66  Ferus, in Math., lib. 4, cap. 26.

67  Theodoret. lib. 3 ; cap. 7. Rufin, lib. 1. cap. 32.

68  Socrat. Histo. Lib. 3. cap. 11.

69  Grotius, De jure belli et pacis, lib. I, cap. 1, num. 17.

70  St Ambroise, Officio, lib. 3, cap. 4.

71  Aulus Gellius, nocti atticar., lib. 10, cap. 17.

72  Sueton., in Tito, cap. 9.

73  Senec., Controv., lib. 1, contro. 2.

74  Decretal., lib. 5, titul. 25, de clerico percussore, cap. 4.

75  Ibidem, cap. 2, de homicidio.

76  St Gregoire, lib. 7, epist. 1.

77  Bozius, De robore bellico, adversus Machiavellum, cap. 9.

78  Le Pippre, en ses Inventions morales et civiles, cap. 51.

79  St Ma., cap. 5, vers 3, 4, etc..

80  4 - La, 3 raison est tirée le la force paienne, en tant que Vertu Morale, d’avec la chrestienne.

81  Origenes, in lib. Judicum, cap. 7., homil. 9.

82  Scipio. Ammira. en ses Disc. pol. sur Tacite, liv. 2, chap. 2.

83  Hérodote, liv. 1.

84  Montagne, en ses Essais, liv. 2, chap. 7.

85  Tertulian, de corona militis.

86  St. Ambrois., in Epistol. 2. ad Corinth., cap. 11.

87  Rufin, lib. 10, cap. 22

88  5 - Conclusion de l’Autheur.

89  Machia., en ses Disc., liv. 2, chap. 2.

90  6 - Il accuse non pas la Religion chrestienne, mais ses Interprettes, qui au lieu de l’eslever, l’ont abaissée au point ou elle est, et comment.

91  Origenes, Contra Celsum, lib. 8, sub finem.

92  St. Hiero. in Episto. ad Roma., cap. 8

93 Tertulian, De corona militis, cap. 11.

94  Arnob., Adversus Gentes, lib. 1.

95  Salust., in Catili.

96  Actorum, cap. 27, vers. 22.

97  Ibidem, vers. 31.

98  Eusebius, de Praeparatio. evangel., lib. 11, cap. 4.

99  St Luc, cap. 6.

100  Patrice, de instit. Reipub., lib. 6, tit. 7.

101  Plato, Dialogo Cratilus.

102  Euseb., De praepa. Evangel., lib. 11, cap. 4.

103  Theodoret, lib. 8, De graecar. affectio. curatio., sub finem.

104  Aulus Gellius, Noctium Atticarum, lib. 10, cap. 4.

105  Aulus Gell., Nocti. Atticar., lib. 4, cap. 20.

106  Le Pippre, en ses Inventions civiles et morales, chap. 146.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 9 : Que la Religion chrestienne a rendu les hommes lasches, et moins genereux que les paiens », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre premier, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5959

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org