Navigation – Plan du site

Maxime 10 : Qu’il est permis de tromper pour le bien de l’Estat, et pourveu qu’on en proffite

ENBaCH
EACEAEuropean Commission - Education & TrainingEuropean Commission - Education & Training

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

1 [390] [A:2 ; C:1] Machiavelle dit. 1— Io stimo essere cosa verissima che rado o non mai intervenga che gli huomini di picciola fortuna venghino a gradi grandi, senza la forza et senza la fraude, pur che quel grado al quale altri è pervenuto non ti sia o donato, o lasciato per heredita. 2— Ne credo si truovi mai ché la forza sola basti, ma si trovera bene che la fraude sola bastera ; come chiaro vedra colui che leggera la vita di Filippo di Macedonia, quella di Agatocle siciliano, et di molti altri simili, che d’[intima] infima, o vero di bassa fortuna sono pervenuti, o a Regno, o ad Imperii grandissimi. Mostra Senofonte nella sua vita di Ciro questa [necessità] necessita dello ingannare, considerato che la prima ispeditione che fa fare a Ciro contra il Rè di Armenia è piena di fraude, e come con inganno, et non con forza[391] gli fa occupare il suo Regno. Et non conchiude altro per tale attione, se non che ad un principe che voglia fare gran cose, e necessario imparare a ingannare. Et un peu apres ; ne credo che si trovi mai alcuno constituito in bassa fortuna, pervenuto a grande Imperio solo con la forza aperta ed ingenuamente, ma si [bene] benè solo con la fraude, come fecè Giovanni Galeazzo per tor’ lo stato e lo Imperio di Lombardia a messer Bernardo suo zio. Puis un peu apres, concluant ces Discours ; 3— Vedesi per tanto i Romani ne primi augmenti loro, non essere mancati etiam delle fraude ; 4— La qual fù sempre necessaria ad usure [sic] a coloro che di piccoli principii vogliono a sublimi gradi salire, la quale e menò vituperabile, quanto è più coperta, comè fù questa de Romani. Machiavelle. Di Discorsi, lib. 2. Cap. 13.

2 [A:1 ; C:2] [1— Les hommes de bas lieux ne peuvent parvenir a la Roiauté, que par force, ou par finesse] Je tiens comme pour oracle qu’il [n’advient guerre,] n’arrive gueres ou jamais, que les hommes de bas lieux parviennent a hault degré sans force ou cau[392]telle et finesse ; s’il ne leur eschet par donation ou succession d’auttre qui fut constitué en tel estat. [2— La force seule n’est pas si puissante, ny si suffisante pour faire ce coup, que la tromperie] Et crois qu’il ne fut oncques veu que la force seule fut moien suffisant, comme la fraude a souvent esté, ainsi qu’il appert par la vie de Philippe de Macedoine, par celle d’Agatocles de Sicile, et de plusieurs auttres. Xenophon en son histoire de Cyrus, nous apprend ceste necessité de tromper, consideré que le premier voyage qu’il luy fit entreprendre contre le Roy d’Armenie est plein de fraude, et que le moien qu’il luy donna [a] pour conquerir son Roiaume, gist en dol, et non en force. Et un peu apres. Bref, je crois qu’il ne se trouvera aucun eslevé de bas lieu en degré Roial par la force seule, mais assés par fraudes et menées secrettes, comme Jean Galeace osta l’Estat de Lombardie a messire Bernard son oncle. Puis un peu apres concluant ce discours. [3— Que les Romains se sont plus aggrandis par la fraude, que par les armes] Les Romains en faisoient une de leur maxime principale s’estant tousjours avancés par menées et embusches occultes ; [4— Que la tromperie est entierement necessaire a celuy qui desire s’eslever de bas lieu a la Roiauté] lesquelles ont tousjours esté necessaires a qui desiroit de bas saillir en hault degré ; et d’autant moins sont vituperables, que plus sont closes et cou[393]vertes, comme estoient celles des Romains. Machiavelle, en ses Discours politiques sur Tite Live, liv. 2. chap. 13.


*

3[A:3 ; C:3] Je ne veux pas estre moins sensible que les auttres, et d’abord je veux advouer que ce mot de tromperie me fait peur, et que je ne puis la souffrir ny la conseiller, crainte que je n’authorise [celle] celles qu’on m’a faittes, et qu’on me pourroit faire, et que par la je [ne] me prive des moiens de m’en pouvoir plaindre aux occasions. Mais je veux aussi estre moins mesdisant et moins injurieux a nostre politique, que ceux qui taschent de le faire Autheur de la perfidie, et qui aveuglés de leur ignorance, et de la [haine] passion qu’ils ont contre luy, ne veulent point conestre qu’il n’enseigne pas qu’il est permis de tromper ; mais qu’il dit seulement, ce que peult faire un Tiran, et un usurpateur qui met toutte sa vertu dedans l’ambition, et [dans] les moiens de Regner a quelque pris que ce soit ; et non pas un Roy legitime qui n’a auttre object que le soulagement de son peuple, et la conservation de son Estat. Quoy que la suitte de ce discours fera assés conestre que [394] des Autheurs plus saincts et plus approuvés que Machiavelle la souffrent et la permettent aux souverains les plus religieux quand elle est utile a leurs Estat.

4[A:3 ; C:4] Quand l’histoire nous raconte les tromperies de tant de princes, elle ne les conseille point pour cela ; et pour faire voir par quels moiens tant d’hommes privés et de la lie du peuple, se sont faits Maistres des Empires et des Roiaumes, on ne dit pas que tout le monde en puisse, ny en doive faire de mesme ; et si ces voies et ces procedures sont deffenduës de soy, la difficulté qu’il y a de les practiquer et de les mettre a effect ne les rejette pas moins. Il fault auttre chose que de l’ambition et de la hardiesse, ces entreprises viennent de plus hault, nous n’en sommes que les instrumens, il y fault plus que de l’homme pour en venir a bout, puis que peu de gens parviennent de la servitude a la Roiauté, et d’hommes privés a l’Empire, et a la souveraineté.

5[A:4 ; C:5] Pour proceder par ordre a la justification de ce discours, il fault scavoir que nostre Autheur y pose quatre [choses] fondemens, scavoir[,]

6[A:5 ; C:6] 1— que les hommes de bas lieux ne peuvent parvenir a la Roiauté, que par force, ou par finesse.

7[395] [A,6 ; B,7] 2— que la force seule n’est pas si puissante pour faire ce coup, que la tromperie.

8[A:7 ; C:8] 3— que les Romains se sont plus aggrandis par la fraude, que par les armes.

9[A:8 ; C:9] 4— que la tromperie est entierement necessaire a celuy qui desire s’eslever de bas lieu a la Roiauté.

10[A:9 ; C:10] Et apres avoir discouru sur ces quattre poincts, et y remarqué l’innocence de Machiavelle ; nous examinerons, s’il est permis de tromper pour le bien de l’Estat pourveu qu’on en profite, et en quel sens.

11[A:10 ; C:11] 1— Il n’y a rien de plus clair [,] ny de plus certain[,] que nostre Autheur n’enseigne point icy la tromperie, les fraudes, ny les finesses a qui que ce soit, contre le sentiment de ses accusateurs ; mais seulement [pose] remarque comme une verité indubitable, qu’un homme de bas lieu ne peult parvenir a la Roiauté, ny contenter son ambition de Regner, sans emprunter ces sortes de moiens, et y establir entierement l’appuy et le fondement de ses desseins ; estant impossible de parvenir a chose si grande [, si enviée,et si relevée] et si desirée, par les voies legitimes et ordinaires[,] a moins que les miracles viennent a nostre secours ; [396] auttrement il y auroit autant de souverains que de sujets, et chacun voudroit estre Maistre, parce qu’il n’y a personne qui ne voulut bien estre prince si cela ne despendoit que de nos souhaits, et que la chose se put faire aussi facilement qu’il est aisé de la desirer.

12[A:11 ; C:12] 2— De dire que la force toutte seule n’est pas si puissante pour faire ce coup, que la fraude et la tromperie ; l’experience et le sens commun [fait] font advoüer et conestre ceste [proposition,] verité ; parce que les hommes privés n’aiant aucune puissance en leur pouvoir, egale a la grandeur de ces resolutions, et ne pouvant pas la trouver aupres d’eux, il fault necessairement qu’ils la mendient et qu’ils l’empruntent d’ailleurs, ce qui fait qu’ils sont contrains d’esventer [leurs desseins] leur dessein, et de ruiner [leurs entreprises] leur entreprise en [les] la descouvrant. Ou au contraire la fraude qui est toutte nostre, et qui tire sa force et sa vigueur de son Autheur ; ne releve que de nous, n’agit que par nous, ne se descouvre que quand elle void l’occasion favorable, passe pour ce qu’elle veult, mene [les choses] la chose a son but petit a petit, puis trouvant son temps a propos fait toutte seule ce que des armées puissantes [397] n’oseroient entreprendre a force ouverte. Machiavelle pour preuve de son dire en cotte trois exemples remarquables, dont les historiens les plus celebres ont fait des livres entiers, [et] ce qui fait que je laisseray a la curiosité du lecteur d’en apprendre le destail et les particularités chez eux, puis que nostre dessein est de raisonner et d’examiner des maximes innocentes qu’on condemne injustement, plustost que de raconter les occasions qui les ont fait naistre.

  • 1  Tacite.

13[A:11 ; C:13] [C’est pourquoy on ne peult pas ignorer qu’il n’y en a point ou peu] Demeurons seulement d’accord qu’il n’y a point d’hommes, ou fort peu, qui de bas lieux, comme parle nostre Autheur, soient parvenus a la Roiauté par la seule force, mais quantité par fraudes, par intrigues, et par menées secrettes. Et quand ce grand homme authorise ce raisonnement par l’exemple de Jean Galeas, c’est pour faire voir ce que peult la tromperie, et la perfidie, [et la mauvaise foy,] au prejudice [de la] d’une vertu heroique et sincere. Il despeint au naturel, et descript naifvement le procedé de ce fourbe, et ne l’approuve point ; c’est un artifice qu’il raconte, et qu’il ne conseille point ; c’est une malice profitable, mais qu’il [398] n’estime point ; c’est pour faire conestre aux hommes comme il fault se fier en leurs parolles, et leur donner [cest] c’est advis salutaire, que les grandes puissances sont tousjours enviées, et que les interessés [quelque mine] quelques mines qu’ils facent, veulent venir a bout de leurs desseins a quelque pris que ce soit, mesme au peril de leur vie et[,] de leur honneur[, et de leur reputation]. Quand l’ambition nous aveugle, il n’y a plus rien de sacré, tout ce qui peult la contenter est permis a celuy qui en est possedé ; si violandum est jus, regnandi causa violandum est ; in caeteris pietatem colas1 ; les crimes qui font avoir les Roiaumes[,] sont plus louables et valent mieux, que les vertus qui les font perdre, et qui nuisent a ceux qui les possedent legitimement et de bonne foy. Ce sont les effects qui font voir la bonté et la probité de leurs causes, il n’y a que la fin qui donne le nom aux choses[,; les hommes mesurent tout par l’evenement, celuy qui a la recompense du vertueux, ne peult pas qu’il ne [soit] passe pour tel, et celuy qui est bien, donne suiet de croire qu’il a tousjours bien fait ; [cest] c’est le monde qui parle ainsi, voila le langage des hommes, et [399] encore plus ce qu’ils font quand ils peuvent en venir a bout. Combien de papes, combien de Rois, combien de souverains, et combien d’Empereurs ce sont faits de la sorte.

  • 2  ff. lib. 4. lit. 3. Leg. 2. § non fuit.
  • 3  [Du Moulin, in codi. lib. 2, tit. 21]
  • 4  2a. ad Corinth. cap. 12.

14[A:12 ; C:14] 3— Les Romains qui se picquoient egalement de vertu et de Religion, n’ont point negligé ces moiens quand ils les ont crù utiles et necessaires[,] a la grandeur de leur Republique[ ; leurs]. Leurs propres histoires nous apprennent, que les intrigues, les embusches, et les menées secrettes n’ont pas esté moins favorables a leurs conquestes, que la puissance et generosité de leurs [armes] armées. Et leurs lois nous enseignent que pour distinguer les dols et les fraudes d’Estat, d’avec celles des particuliers ; ils ont appellé la premiere[ ;],dolus bonus ; et la seconde[ ;],dolus malus;]. La premiere est louable et glorieuse, et la seconde est punissable, et suivie de notte d’infamie ; voicy les parolles de leur Jurisconsulte Ulpien ; veteres dolum etiam bonum dicebant, et pro solertia hoc nomen accipiebant[,; [maximé] maximè si adversus hostem, aut latronem quis machinetur2. Du Moulin dans ses commentaires sur le Code, ou ce tiltre est rapporté aussi bien que dans le Digeste pour se faire authoriser par tout, dit que ; veteres bonum dolum [400] appellabant, cum hostibus esset cauté occursum, vel nocitum ; usurpantes nomen doli pro solertia ; perinde ut nomen veneni usurpamus, nam et id medium est nomen, tam bona, quam mala et perniciosa medicamenta significans3. Voila comme ces grands politiques ont mis les fraudes d’Estat au rang de la bonté, de l’addresse, et de la vigilance [enseignans] enseignant neant moins qu’il s’en fault servir comme [des] de venins, c’est a dire avec prudence, par forme de contrepoison, et pour surmonter de plus grands maux ; comme faisoit st Paul quand il dit aux Corinthiens ; ego vos non gravavi, sed cum essem astutus, Dolo vos cepi4.

15[A:13 ; C:15] 4— Si la fraude et la tromperie a esté si avantageuse et si favorable a ceux mesmes qui pouvoient s’en exempter, s’ils eussent eù moins de desir de reduire tout le monde sous l’obeissance de leur Empire ; quelle apparence que celuy qui medite et qui entreprend de s’eslever de bas lieu a la Roiauté, puisse s’en passer ? Comment surprendre ceux qui ne veulent point estre trompés, ny depossedés ? Quel moien de pouvoir usurper des Estats que l’on garde avec tant de [soings,] soing et de vigilance ? Quelle eloquence persuaderoit des choses que l’on fuit, [401] et qu’on ne veult point entendre ? Quelles raisons nous pourroient obliger a nous trahir nous mesmes ? Quelle chose plus propre a un trompeur que la tromperie mesme ? Celuy qui ne craint point le nom de [Tyran] Tiran, se rira et se mocquera facilement de celuy de fourbe et de menteur ; la fraude n’est qu’un vice particulier, et la [Tyrannie] Tirannie les comprend tous ; il y auroit de l’impossible de vouloir obliger un usurpateur de s’aggrandir et de se conserver auttrement que par finesses et surprises[,; ce seroit vouloir mettre la vertu dedans un vicieux qui ne peult changer, ce seroit demander des regles a celuy qui n’en conoit point d’auttres que ses desordres et ses desreglements.

16[A:14 ; C:16] Voila comme nostre Autheur condemne plus les fourbes et les tromperies, qu’il ne les conseille, quoy que ses ennemis escrivent au contraire ; [voions] examinons maintenant si elles sont permises et comment, et si les regles d’Estat et de Conscience sont contraires en ce poinct dont Machiavelle parle plus sobrement que les Peres de l’Eglise mesmes.

  • 5  Petrarche.

17[A:15 ; C:17] Il faudroit avoir bien peu de conessance des affaires du monde, de la profession des hommes, et de la difference de leurs mœurs, et de leurs actions[ ;], pour ignorer qu’elles n’ont pas touttes un mesme bransle, que [402] leurs motifs sont differens et qu’elles ne tendent pas egalement a une mesme fin. [Cest] C’est pourquoy je crois qu’il n’y auroit pas moins d’injustice, que d’imprudence, de vouloir obliger un souverain aux mesmes loix et aux mesmes debvoirs[,] que son vassal et son sujet ; et j’estime de plus[,] que ce seroit heurter l’equité, et ruiner la raison[,] d’assujettir un Ministre d’Estat a gouverner les affaires du Roiaume qui ne sont pas siennes, comme il feroit celles de sa maison qu’il peult gaster et negliger sans que personne en souffre aucun dommage [generale] en general. Ce seroit ne pas se conestre soy mesme [que d’estre encore a savoir de ne scavoir pas encore] que d’estre encore a scavoir, que la tromperie et la simulation naist avec les hommes, qu’elle [croit] croist avec eux, et qu’elle ne meurt que quand ils quittent la vie ; les petits enfans avant que de conestre la raison, n’y mesme ce qu’ils sont, scavent des-ja des petittes tromperies naturelles, ce sont leurs jeux quand elles [reüssissent] reussissent, et si on les previent et qu’on leur tesmoigne moins de complaisance que de crainte, on n’a que des larmes[,] et des despits qui font assés voir le desplaisir qu’ils ont d’estre descouverts et traversés. La vie des hommes n’est qu’un commerce ordinaire de [tromperie,] tromperies differentes ; les [403] ventes et les reventes qui se font de touttes choses, et les gains et les proffits que chacun en retire[,] sont autant de fraudes et de tromperies que la justice humaine permet, pour s’accommoder a la malice et aux deffaults qui composent nostre vie ; et nous sommes si paistris dedans ceste humeur, que faulte d’avoir qui nous puissions tromper, nous nous trompons nous mesmes. Nous sommes trompés par les ombrages des choses, et en trompons les auttres[ ;], nous prenons l’opinion pour la verité ; un laid visage couvert de plastre nous charme et nous tourmente en nous decevant ; c’est pourquoy nous pouvons dire avec Petrarque, que l’aveuglement possede l’entrée de nostre vie, le travail en accompagne le progrès, la douleur l’issuë et la sortie, et l’erreur et la [faintise] feintise le tout5. Nos propres sens, en nous [trompans] trompens, nous enseignent ce mestier ; la veuë fait voir les avirons tortus, dedans l’eau et comme rompus, quoy que l’on sache qu’ils sont droicts et entiers ; elle fait croire de loing qu’une tour quarrée[,] est ronde, et qu’une allée quoy qu’egalement large par tout, semble plus estroitte au bout d’embas [sic] qu’a celuy ou nous [404] sommes ; [l’ouÿe] l’ouie se trompe en mille choses ; [le goust et l’odorat] l’odorat, et le goust n’en font pas moins, et l’experience journailliere nous enseigne, que les parfums et le vin ne semblent pas si aggreables a la fin, qu’au commencement qu’on les gouste ; l’attouchement en fait de mesme, quand nous trouvons rude a la main, ce qui ne l’est point aux pieds, et que dans les bains l’eau semble tres chaude a l’entrée, qu’un moment apres nous trouvons fort temperée. Ainsi le corps trompe l’esprit, l’esprit trompe le corps, la tromperie est nostre matiere et nostre forme, nostre fin et nostre commencement, et le meslange et la composition de touttes nos actions.

  • 6  Polibe, hist. lib. 5.
  • 7  Montagne en ses Essais, liv. 3, chap. 1.

18[A:16 ; C:18] Les animaux [mesme] mesmes n’en sont point exempts, la Nature leur enseigne ce mestier, et le polipe pour se sauver des [reths] Reths des pescheurs qui le poursuivent, semble par une espece de magie changer les choses qu’ils regardent en attachant ses branches aux rochers, et prenant la couleur de la pierre ou il est joint pour mieux tromper ceux qui luy en veulent. On pourroit rapporter mille auttres exemples pareils de touttes sortes de choses[,mesme] mesmes inanimées ; mais il nous suffit [405] icy de scavoir que ce n’est point la malice humaine, mais ceste grande Maistresse Nature qui enseigne ces artifices et ces destours pour se tirer du peril, et se sauver des embusches que l’on nous dresse a tous momens. Et encore que l’homme semble le plus raisonnable de tous, et qu’il soit plus remply de tromperie que pas un, si est-ce, dit Polibe6, que de tous les animaux il est le plus aisé a dupper, comme si pour estre le plus composé de ceste matiere, il en appetoit [aussi] aussi davantage [la forme et la substance substance et la qualité] la forme et la substance. Pour donc decider la question par nous proposée, et commencer le sujet que j’entreprends, j’emprunteray trois lignes d’un des plus grands hommes de nostre France, et diray avec luy, que ; je ne veux pas priver la tromperie de son rang, ce seroit mal entendre [le] son monde, je scais qu’elle a [souvent] servy profitablement, et qu’elle maintient et nourrit la plus part des vacations des hommes7.

  • 8  Exode. cap. 8. vers. 27.

19[A:17 ; C:19] Nous voions dedans l’Exode8, que Moise aiant dessein de tirer le peuple [d’Agipte] d’ægipte pour tousjours, [il] ne le demanda neant moins a Pharaon que pour trois jours, quoy qu’il eut intention de [ne] n’y plus [406] retourner ; et comme il fit emprunter en suitte du commendement de Dieu qu’il en avoit, les bagues et joiaux d’or et d’argent des [ægyptiens] Egiptiens sans volonté de les rendre, ny de les restituer, comme l’evenement le fit voir clairement

  • 9  Josué, cap. 9.
  • 10  Ibidem, vers. 26.

20[A:18 ; C:20] Les Gabaonites9, par leurs ruses et finesses, firent croire a Josué qu’ils estoient d’un [païs] pais extremement esloigné, encore qu’ils fussent ses voisins, luy disant que la reputation de ses armes les avoit obligé a venir rechercher son alliance, et faire une bonne paix avec luy, ce qu’ils obtiendrent facilement, et firent de plus ratifier ce traitté par tous les princes des Israelites, et par ainsi sauverent leurs biens[,] et leurs vies ; fecit Josué, ut dixerat, et liberavit eos de manu filiorum Israel, ut non occiderentur10.

  • 11  Josue, cap. 8.
  • 12  Judicum, cap. 20.
  • 13  St August. quaest. 10 in Josué.
  • 14  2. 2, quaest. 40, art. 1.

21[C:21] Ce mesme Josué a son tour fit semblant de fuir pour tromper ceux de la cité de Haÿ, et les tirer en rase campagne11 ; et le peuple de Dieu usa de ce stratageme contre la tribu de Benjamin12 ; ce qui fait conclure a st Augustin ; quod nihil refert an ex insidiis, an ex aperto [407] Marte pugnetur13, sur quoy st Thomas fonde une de ses conclusions en sa seconde seconde14.

  • 15  Genes. cap. 26, vers. 7-9.
  • 16  Exod. cap. 1, vers. 19-21.

22[A:22 ; C:22] Marc Marule de Spalate, accuse de tromperie le fils d’Abraham, aussi bien que le pere, de ce que dedans la Genese, il nomme [sa parente Rebecca] Rebecca sa parente, qui neant moins estoit sa femme, pour feindre qu’il ne l’avoit point espousée15. Il dit aussi que le patriarche Joseph a feint plusieurs choses, comme de ne conestre pas ses freres, les accusant d’estre espions, les soupconnans de larcin, et tout cela contre la verité qu’il en savait. Et que les sages femmes [d'ægipte] d’Egipte [trompans] trompant le cruel pharaon par un mensonge, sont [loüées] louées dedans la Bible ; benefecit Deus obstetricibus, et crevit populus, confortatus estque nimis ; et quia timuerunt obstetrices Deum, aedificavit eis Domos16.

  • 17  Genes. cap. 27, vers. 35-36.
  • 18  Genes. cap. 28. vers. 15.
  • 19  Pereri. in Genes. cap. 27. Disput. 2.

23[A:20 ; C:23] Jacob pour avoir le Droict [d'aisnesse] d’Aisnesse de son frere [Esaü] Esau, se servit de beaucoup de tromperies, de fraudes, et d’artifices pour en venir a bout ; venit Germanus tuus fraudulenter, et accepit benedictionem tuam ; at ille subjunxit, justè vocatum est nomen ejus Jacob, supplantavit enim me, et altera vice17 ; voila la seconde fois, dit [Esaü] Esau, qu’il [me trompe] [408] m’a trompé de la sorte. Et au lieu de recepvoir du blasme[,] ny des reproches de ces procedures, ses finesses au contraire luy tournent a gloire, et a faveur, puis que le seigneur le [benit] benist, et le prend en sa protection ; ero custos tuus, quocunque perrexeris18. Ce qui fait que sainct Augustin l’excuse de mensonge et de tromperie d’autant qu’il peult signifier qu’il estoit l’Esaü spirituel appellé de Dieu pour heritier et successeur de la maison de son pere, quoy que le bon vieillard l’entendit auttrement..[A :23.1] Pererius sur la Genese, soustient neant moins le contraire, quand il dit que la creance et l’opinion qui dit que Jacob a [menty] menti, est aussi ancienne, que veritable19.

  • 20  Genes. cap. 30. vers. 44

24[A:21 ; C:24] Ce mesme Jacob par une auttre subtilité attrapa quasi tous les trouppeaux de Laban son beau pere, ce qui l’enrichit en peu de temps ; ditatus est ultra modum20.

25[C:25] Les enfans de ce mesme Jacob n’imiterent pas mal l’exemple de leur pere trompant le prince de Sichem pour venger l’injure qu’il avoit faite a leur sœur Dina, comme nous avons remarqué tout au long cy dessus, en la maxime 6.

26[C:26] Samuel allant oindre David en Bethleem, prist par commendement de Dieu un veau sur ses es[409]paules et pour tromper Saul, feignit qu’il alloit sacrifier au seigneur.

  • 21  Ecclesiastes, cap. 10, vers. 1.
  • 22  [Et Pline dedans ses épîtres soutient que c’est prudence de savoir accommoder la tromperie à la né (...)
  • 23  Plin. Episto. lib. 8.

27[C:27] David fit semblant d’estre insensé et furieux, jusques a marcher a quattre, et se porter indecemment en touttes actions, affin qu’on le laissa passer ; et non seulement l’Escripture Saincte n’improuve ceste tromperie et simulation, mais Salomon son fils l’approuve, quand il dit, que ; pretiosior est sapientia, et gloria parva, et ad tempus stultitia21 ; ce que Pline le Jeune a voulu imiter dans l’une de ses Epistres ou il pose pour maxime, que22; decipere pro moribus temporum, summa prudentia est23.

  • 24  Abul. in, lib. I. Regum, cap. 28. quest. 5.

28[A:23.2 ; C:28] Abulensis remarque[,] que cemesme David, trompa Achis luy donnant sa foy qu’il [combattoit] combatteroit pour luy, encore qu’il eut intention de secourir les Israelites24.

  • 25  Regum, lib. 2. cap. 16 et 17.

29[A:19 ; C:29] Absalon fils de David, aiant fait dessein de deposseder son pere de son throsne, et de s’emparer de sa Couronne, Chusaï amy et affidé de David, pour empescher ce coup[,] fait semblant de l’abandonner et d’estre mal avec luy, puis va trouver Absalon, luy offre son service, et tout ce qui despendra de luy[ ;], ce qu’il aggrea de telle sorte, qu’il luy communiqua tous ses desseins les plus importans, avec la mesme [410] franchise et la mesme confidence qu’il faisoit a Achitophel son principal Conseillier et Ministre, ne faisant plus rien sans l’advis de ces deux messieurs. Mais comme Chusaï estoit plus fin et plus adroit que pas un d’eux, et qu’il restoit tousjours affectionné au party et aux interests de David, il sceut si bien mesnager sa fourbe, et si bien representer le personnage qu’il jouoit, qu’il obligea Achitophel a s’estrangler a cause qu’il ruinoit tous ses conseils, et fit passer comme un feu de paille la rebellion d’Absalon, remettant David en ses Estats plus paisible et plus tranquile qu’auparavant25.

  • 26  Regum, lib. 4, ca. 10.

30[C:30] Jehu pour reunir tous les prestres de Baal sous un toict, affin de les tuer d’une seule fois, feignit de vouloir sacrifier a leurs Idoles, et au moien de ceste tromperie et simulation les passa tous par le fil de l’espée26.

  • 27  Delira, in cap. 13 Judith.
  • 28  2.2 quest. 110, art. 3. ad, 3.

31[A:23.3 ; C:31] Il est probable aussi[,] dit de Lira, que Judith trompoit et mentoit en mesme temps, quand elle traitoit avec Holopherne27 ; sur quoy st Thomas dit[,] qu’elle est louée, non pas pour avoir menty a Holopherne, mais a cause de l’affection qu’elle a eù pour le salut du peuple pour le quel elle s’est exposée au danger et au peril28, qui est le cas [411] ou nous sommes, qu’il est permis de tromper pour le bien et la conservation de l’Estat. Ceste [lecon] maxime est aussi vieille que le monde, et aussi innocente que la deffence de soy mesme, et celle de sa patrie, est juste, legitime, et naturelle.

32[A:25 ; C:32] [Ceste maxime est si necessaire, si utile, et si inséparable du Gouvernement des hommes, qu'encore qu'on ait changé la Religion, et les Estats de ceux dont nous venons de parler; elle] Et encore qu’on ait changé la Religion, et les Estats de ceux dont nous venons de parler, ceste maxime n’a pas esté seulement conservée, mais mesme practiquée et enseignée par le Sauveur des hommes, et tous ceux qui se sont montrés les plus affectionnés et les plus zelés a l’observation de ses loix et de ses commendemens.

  • 29  Parsonius, de Equivocis.
  • 30  St Jean, cap. 8. vers. 15.
  • 31  Idem, cap. 5. vers 22.
  • 32  St Jean, cap. 8. vers. 55.
  • 33  Psal. 75, vers. 2.
  • 34  Ibidem, vers. 56. et, 59.
  • 35  St Luc, chap. 24, vers. 28.

33[A:26 ; C:33] Parson, Escrivain jesuite, fait voir dans un de ses livres29, que Jesus christ le Roy des Rois, a use de [feinte et d'equivoque] feintises et d’equivoques quand il dit dedans st Jean ; ego non judico quemquam30 ; pour moy je ne juge personne ; ceste parolle estant fausse a l’exterieur, pour estre entierement contraire a ce qu’il a dit ailleurs un peu auparavant, scavoir, que ; neque enim pater judicat quemquam, sed omne judicium dedit filio31 ; que le pere ne juge personne, mais qu’il a donné tout jugement a son fils. Ce mesme [a]Autheur remarque encore que Jesus christ a dit faussement en st Jean (ce sont [412] les termes dont il se sert) que les Juifs n’ont pas conù Dieu ; non cognovistis eum, ego autem novi eum32 ; contre ce qui est porté dedans les Psaumes de David, que Dieu a esté conu en Judée ; notus in Judaea Deus, in Israel magnum nomen ejus33. En ce mesme chapitre de st Jean, Jesus Christ dit encore[ ;], Abraham a veu mon jour ; vidit, et gavisus est ; et neant moins [incontinant] incontinent apres, se contredisant soy mesme il dit ; antequam Abraham fieret, ego sum ; je suis avant qu’Abraham fut fait34 ; qui sont autant d’equivoques et de feintises dont il se servoit contre les Juifs pour faire reussir les desseins qu’il avoit de ruiner leur Estat, et leur [r]Religion. Ce mesme Christ n’aiant le jour de sa resurrection auttre dessein que de demeurer en Emaus avec ses deux Disciples, feignant neant moins de passer plus outtre ; et ipse se finxit longius ire35.

  • 36  Marc Marule, Rerum memor. lib. 4, cap. 1.
  • 37  Tertul. de Cultu faeminar. cap. 2.

34[A:27 ; C:34] Marc Marule en son livre des choses memorables qu’il desdie aux Jesuites36, dans le chapitre qui traitte de l’honneur qu’on doibt a la verité, soustient affirmativement, que Jesus Christ, les Apostres, les saincts hommes, et sainctes femmes, ont crù et tenu que c’estoit un acte de grande pieté, et de tres grande prudence[,] de faire semblant de [413] feindre et de mentir quelques fois ; et que cest office n’estoit point deshonneste aux anciens patriarches, auxquels non seulement il estoit permis par indulgence de ce faire, mais mesme qu’ils l’ont deub faire ; puis examinant particulierement les parolles d’Abraham, qui disoit que Sara estoit sa sœur, il dit qu’on ne le peult point excuser icy de simulation, attendu qu’il est tres assuré qu’il parloit a ceste intention, voulant faire croire qu’elle estoit non seulement sa parente, mais sa propre sœur ; c’est pourquoy Tertulian dit franchement que ce pere des croians mentit disant cela ; pater fidei Abraham in uxoris suae specie pertimuit, et sororem mentitus Saram, salutem contumelia redemit37.

  • 38  Lessius, De Justit. et Jure, lib. 2. cap. 42. dub. 9. num. 47.
  • 39  St Marc, cap. 13. vers. 32.
  • 40  Ibidem, cap. 1. num. 1.
  • 41  Ibidem, lib. 2. cap. 42. dubio, 9. num. 48.

35[A:28 ; C:35] Lessius38 qui suit en tout et par tout l’opinion de Marule, dit, que non seulement Jesus Christ, et Dieu par consequent, peult user d’equivoques en parlant aux hommes, mais aussi que de fait il en a usé, et mesme en proposition negative de la foy[,] ; d’autant que nous croions qu’il a sceu le jour du jugement dernier, et par consequent il a equivoqué disant, que nul ne scait ce jour la, ny l’heure, ny les Anges du ciel, ny le fils ; de die autem illa, vel hora, nemo scit, neque Angeli in coelo, neque filius, nisi pater39. [414] Et n’importe dit le mesme Lessius40 de tromper en equivoquant de la sorte, parce que le faux que l’on exprime fait seulement une partie du discours qui consiste, moitie en locution mentale, et moitie en locution externe ; estant loisible de tromper en equivoquant, quand nous pouvons justement cacher la verité, comme si l’on ne peult auttrement empescher quelque mal ; mesme de jurer faux ; si la necessité, ou quelque [cause] chose notable le requiert ; et n’importe que ce que l’on exprime soit faux de soy, parce que l’on n’entend pas affirmer cela tout seul et precisement, mais joinct avec ce que l’on adjoute tout bas, en quoy est la verité ; et ne fault pas se mettre en peine qu’un auttre en soit deceu, puis que [vostre] nostre intention n’est pas de le tromper directement, mais seulement de couvrir [vostre] nostre dessein, affin qu’il ne le sache pas pour [vostre] nostre dommage41.

  • 42  Maldo. in, cap. 2. Ioan. vers. 4.
  • 43  St Hiero. in Epist. 1. ad Galat. cap. 2. tom. 6.

36[A:28 ; C:36] Maldonat sur les Evangiles dit que Jesus Christ a souvent usé de simulation42 ; et st Jerosme sur les Epistres de sPaul, remarque, que non seulement Jehu, et David ont feint utilement, mais aussi Jesus Christ[,] qui n’aiant point de peché, ny la chair de peché, a pris neant moins la simulation et la [faintise] feintise d’une chair pecheresse ; utilem vero [415] simulationem, et assumendam in tempore, Jehu Regis Israel nos doceat exemplum, et David ; nec mirum, quamvis justos homines, tamen aliqua simulare pro tempore, ob suam et aliorum salutem ; cum et ipse Dominus noster non habens peccatum, nec carnem peccati, simulationem peccatricis carnis assumpserit, ut condemnans in carne peccatum, nos in se faceret justitiam Dei43.

  • 44  Parson, Des Equivoques.
  • 45  St Paul, ad, Haebraeos, cap 7. vers. 3.

37[A:30 ; C:37] Parson en son Traitté des Equivoques44, dit que st Paul a feint, et a reservé quelque chose en sa pensée, quand il a dit aux hebreux, que Melchisedech estoit sans pere, sans mere, et sans genealogie ; Rex Salem, quod est rex pacis, sine patre, sine matre, sine genealogia, neque initium dierum, neque finem vitae habens45.

  • 46  Cassian, lib. 5. Collatio. cap. 37 et, 39.
  • 47 St Ephrem.
  • 48  Marc Marule. lib. 4, Memorab.

38[A:31 ; C:38] Les hermites, et Anachoretes au plus profond de leurs solitudes, ou il sembloient n’avoir auttre police a regler qu’entre les bestes les plus farouches et les plus sauvages, ont practiqué le mensonge, les fraudes, et les tromperies qui leur sembloient necessaire[s] pour l’avancement et la conservation de leur Estat monastique[ ;]. Cassian qui estoit disciple de st Chrisostome, raconte que le [st]sainct homme Archebius affin de gaigner ceux qui desi[416]roient faire profession de la solitude, leur promettoit de leur laisser sa cellule et ses meubles, et de se transporter ailleurs, ce qu’il ne faisoit pas pourtant, ne [faignant] feignant point de mentir de la sorte, a cause qu’il croiyoit faire un [trait] traict de vraie charité de les [retenir] tenir au service de Dieu par ceste tromperie pieuse46. St Ephrem en la Vie des Peres, louë ce celebre hermite [d'Ægipte] d’Egipte Abraham, de ce que par mensonge il tira sa niepce du bordel, [ou elle gaignoit sa vie a l'abandon de son corps pour gaigner sa vie elle mettoit son corps a l'abandon] ou elle gaignoit sa vie a l’abandon de son corps47. Le scavant et zelé Consentius Evesque, dont st Augustin parle si souvent, croioit qu’il estoit permis de mentir par une devotte necessité pour descouvrir les heretiques. Et en suitte de ces exemples Marc Marule [conclud] conclut, que les [personnages saincts] personnessainctes et apostoliques tenoient pour certain que mentir de la sorte, estoit une grande pieté, et une haulte prudence48.

  • 49  Decret. part. 2. causa, 22, quaest. 2. cano utilem.

39[C:39] Nous avons un Canon dans le decret de Gratian, qui porte au nom de toutte la police ecclesiastique ; utilem simulationem, et in tempore assumendam, Jehu Regis Israel nos docet exemplum, &a., et apres les exemples qu’il rapporte, il conclud en ces termes ; nec mirum quamvis justos [417] homines tamen aliqua simulare pro tempore ob suam et aliorum salutem, cum et ipse Dominus noster non habens peccatum, nec carnem peccati, simulationem peccatricis carnis assumpserit ; ut condemnans in carne peccatum, nos in se faceret justitiam Dei.49

  • 50  Leg. nihil, ff de captivis.

40[C:40] Les Jurisconsultes sont conformes aux Canonistes en ce poinct, quand ils appellent ; dolum bonum, quando adversus hostem quis machinatur ; et nihil interesse, vi quis, an fallacia potestatem hostium evaserit50.

  • 51  St Chrisosto. De Sacerdot. lib. 1, sub finem.
  • 52  St Chrisosto. De Sacerdot. lib. 2, in principio.

41[C:41] Non seulement les politiques et Canonistes ont resolu ceste maxime en faveur de la societé humaine, mais encore les peres de l’Eglise ont voulu laisser leurs sentimens la dessus pour un plus grand repos des Consciences. St Chrisostome dont le seul tesmoignage en vault mille, tant pour la vertu eminente qu’il possedoit, que pour la doctrine sublime qui le fait un des arbitres principale [sic] de nostre Religion ; dans le traitté qu’il a fait pour l’instruction des prestres qui ont la direction des ames pour partage, enseigne haultement, qu’une tromperie faitte a propos, et avec une bonne intention, est quelques fois si fructueuse, que plusieurs personnes ont [418] souvent esté punies pour n’en avoir pas usé quand l’occasion s’en est presentée51. Et un peu apres. Ce n’est pas seulement en la guerre que l’usage de la finesse est tenu pour necessaire, mais aussi en la paix, soit que l’on vueille [sic] bien conduire les affaires d’une ville, soit qu’il faille establir un bon ordre dans une famille particuliere, reglant les debvoirs du mary envers la femme, de la femme envers le mary, du pere envers le fils, du fils envers le pere, de l’amy envers l’amy. Si la fille de Saul n’eut trompé son pere elle n’eut jamais retiré son mary d’entre ses mains ; son frere aussi desirant mettre en assurance la mesme vie qu’elle avoit artificieusement conservée, qui couroit une nouvelle fortune, n’usa point d’auttres moiens que de ceux qu’elle avoit emploié. Et si vous voulés reconestre combien la tromperie est profitable a ceux qui decoivent, et a ceux qui sont deceus, demandés aux medecins comme ils se gouvernent pour guerir leurs malades. Ils vous diront que ne trouvant pas leur science suffisante pour cest effect, ils sont contrains d’avoir recours a quelque espece d’imposture, la quelle s’accordant avec l’art de medecine rend la santé a ceux qui l’ont perduë. Car quand ils s’appercoivent que les malades sont fascheux, et que [419] leurs maux sont difficiles a surmonter par les medicamens ordinaires, empruntant comme on fait sur le theatre le masque de tromperie, ils desguisent quelque fois la verité des choses. Et quelques lignes apres. Il faudroit faire estat d’emploier un long discours pour bien representer l’utilité de la fraude, et de touttes les prudentes impostures dont les medecins se servent pour combattre les maladies tant du corps, que de l’esprit. C’est le moien que st Paul a practiqué pour attirer a la Religion chrestienne plusieurs milliers de Juifs. C’est ce qui fut cause qu’il circoncit Timothée, encore que menaceant les Galates il leur eùt declaré que le Christ ne serviroit de rien a ceux qui se feroient circoncire. C’est ce qui le persuada de se sousmettre quelque fois aux ceremonies anciennes, bien qu’il estima que la justice de la Loy fut pernicieuse a ceux qui avoient embrassé la foy du fils de Dieu. La tromperie donc se rend recommendable, pourveu qu’elle soit accompagnée d’une bonne intention ; voire mesme je crois qu’elle ne peut estre ainsi nommée, mais plustost une espece d’oeconomie et de sagesse, un art capable de tirer un homme doucement [420] d’une affaire espineuse et de corriger les deffaults d’une ame desreglée. Quant a moy je ne puis appeller Phinées meurtrier, pour avoir avec un seul coup osté la vie a deux personnes ; non plus que le prophete Helie qui fit mourir cent soldats, avec leurs Capitaines, et courir sur la terre un grand ruisseau de sang tiré du corps de ceux qui s’estoient consacrés au service des Diables ; et quand je le tiendrois pour tel, et que je serois d’advis que chacune de ses actions fut mise a l’examen d’une juste balance ; les despouillant de l’intention de leurs Autheurs, ne seroit-il pas permis d’accuser Abraham d’avoir voulu tuer son fils ; et Jacob, et Joseph de fraude et de meschanceté, l’un pour s’emparer du droict de primogeniture, l’auttre pour enrichir les enfans d’Israel de la despouille du Roiaume d’Egipte ; l’entreprendre seroit sans doubte un crime punissable de mort ; c’est pourquoy j’estime ceux que je viens de nommer, estre non seulement exempts de reprehension, mais dignes qui plus est de louanges immortelles, d’autant plus justement, que pour ceste consideration entre auttres, Dieu les a favorisés plus libe[421]ralement ; au reste, dit-il, en finissant ce livre, celuy qui se conduit tousjours en traittant des affaires avec une franchise absoluë, a faulte de cest ingredient, rend quelque fois irremediables les inconveniens d’auttruy. Et venant au second, il commence par ces termes ; je pourrais monstrer par un plus grand nombre de raisons que la secrette vertu de la tromperie se rend souvent fort recommendable, voire mesme qu’elle ne doibt pas estre ainsi qualifiée, mais plustost qu’elle merite d’estre honorée du nom d’admirable oeconomie, &a.52

  • 53  St Chrisost. hom. 6. in Episto ad Colossens.
  • 54  Ce passage, qui renvoie en marge à Du sacerdoce, fin du livre I, a été supprimé parce qu’il ne fai (...)

42[A:35.2 ; C:42] [St Jean Chrisostome] Et ce mesme pere en l’une de ses Homelies53, [nous enseigne] publie haultement, que non seulement ceste tromperie et deception est bonne par dispense ;mais aussi qu’elle se peult faire a bonne intention, et qu’elle tient de la prudence et de la sagesse [dit-il ailleurs, où après avoir rapporté plusieurs exemples politiques à son propos, il conclut, que telle fraude, ne doit point être appelée fraude, mais plutôt une certaine économie, sagesse et artifice par le quel vous pouvez vous tirer du danger et du détroit d’une affaire désespérée, et que souvent il a beaucoup servi de tromper et décevoir, à cause que par ce moyen on a procuré le salut à plusieurs qui ne pouvaient pas en attendre d’ailleurs ; ajoutant avec sa plume d’or, et de vérité, que les pieuses tromperies ne sont pas moins anciennes que recommandées à la postérité par nos premiers patriarches Abraham, Jacob, et Moïse, les quels non seulement nous déchargeons de coulpe, mais aussi les honorons et révérons beaucoup pour ce sujet, et les admirons pour avoir ainsi déçu les autres54].

  • 55  Origen. lib. 6, Diversor.

43[A:35.3 ; C:43] Le Grand Origene permet a l’homme qui est contraint et necessité de mentir, de s’en servir comme d’un medicament55[.] ; ce qui a fait dire a Clement Alexandrin, qu’on peult emploier le mensonge et la tromperie faulte d’auttre remede ; uti mendacio, pro remedio.

  • 56  Cassian, Collat. 17. cap. 7.
  • 57  Ibidem, cap. 25.
  • 58  Pereri. in cap. 27. Genes.

44[A:36 ; C:44] [422] Cassian pour ne point desapprouver les preceptes de son Maistre st Chrisostome, permet l’usage du mensonge, disant qu’il est salutaire en cas de necessité, encore neant moins que ce soit sans [necessité] danger d’un peril extreme, et d’une ruine evidente, comme on fait de l’hellebore56. Adjoutant dans un auttre chapitre de la mesme collation57, que presque tous les patriarches, et la pluspart des saincts se sont servy du mensonge, les uns pour la deffence de leur vie, les auttres pour le desir d’avoir des benedictions, les auttres pour faire misericorde, ceux-cy pour cacher quelques misteres, ceux-la pour le zele de Dieu, et ces auttres pour descouvrir la verité ; en suitte de quoy, et non sans fondement, le Jesuite Pererrius dit, que c’est une opinion ancienne, et fort celebre, que l’on peult mentir sans peché58.

  • 59  Marc Marule, memorab. lib. 4. cap. 4.
  • 60  Lessius, De Iust. et Iure, lib. 2. cap. 42. dub. 9. num. 48.

45[A:37 ; C:45] Et moy je dis que si ces Eslus de Dieu, et ces grands personnages ont pù sans crime et sans offense mentir et tromper comme ils ont fait, et quasi tous pour [leurs] les interests particuliers ; qu’a plus forte raison un Roy, un prince, et les Ministres qui l’assistent et qui le represen[423]tent, peuvent tromper sans honte et sans blasme quand les remedes plus propres et plus puissans pour la conservation de [leur Estat] leurs Estats, mancquent et ne se presentent point. Marc Marule authorise ma conclusion quand il dit ; que l’on peult feindre et simuler en usant [d'equivoque] d’equivoques en cas de necessité et pour une [cause] chose notable, et que mentir en ce cas la, c’est une souveraine pieté, et une prudence tres grande59. Lessius enseigne, que touttes les fois qu’il est permis d’equivocquer, il est permis aussi de faire serment[,] si la necessité[,] ou quelque [cause notable] raison considerable le requiert60 ; et Parson en son Traitté des equivoques, adjoute que quand le sujet d’equivoquer [s']c'est une fois presenté, l’on peult dire faux jusques a l’infiny en equivoquant tousjours, mesme en suitte de tout cela se parjurer ; et dit que ceste sorte de tromperie est une maxime de foy, et Lessius une Doctrine Catholique.

  • 61  22. quaest. 3. cano. 21
  • 62  Cap. Gaudemus, tit. de Divortiis.

46[A:38 ; C:46] Le passage de st Hierosme cy devant rapporté, par le quel il soustient que Jesus Christ a usé [424] de feintise, fait la loy et la decision du Droict Canon sur ce poinct61 ; en suitte de quoy le pape Innocent 3 approuve et permet le mensonge et la tromperie, disant que Jacob en fut excusé par revelation Divine, quoy qu’en effect il ait dit chose fausse, et qui n’estoit point62.

  • 63  Lib. 2. Sentent. quaest. 1. resp. ad, 1. argum.

47[A:39 ; C:47] Robert Holcot, surnommé le Docteur tres subtile, et opiniastre nominaliste, tient pour une verité qui ne peult point recepvoir de contradiction, que l’on peult dire faux et mentir sans peché, quand l’intention est bonne, telle que Dieu, et les saincts l’ont euë ; adjoutant de plus, qu’il fault croire sans en doubter en facon que ce soit, que Dieu peult non seulement dire en quelque facon, mais aussi commender quelque chose de faux63.

  • 64  Molanus.
  • 65  2. 2. quaest. 40. art. 1.
  • 66  Parson, des Equivoques, pag. 296.

48[A:40 ; C:48] Molanus, et quantité de Docteurs qui l’ont suivy, appelle les fraudes et les tromperies qui se font en guerre, et pour le bien de l’Estat ; legitimas veritatis occultationes64. Et st Thomas monstre que les stratagemes et tromperies de guerre, ne sont point veritablement fraudes, encore qu’elles le semblent estre, et qu’abusivement on les [425] appelle [ainsy] ainsi, attendu qu’elles ne repugnent point a la justice, ny a la volonté qui se regle par la droitte raison ; au contraire, dit-il, se seroit un volonté injuste et desreglée, si quelqu’un vouloit que les auttres ne luy celassent rien, et particulierement quand on est en guerre l’un contre l’auttre, et qu’il y va du bien[,] et de la conservation de l’Estat65. Et Parson concluant apres ce grand homme, dit[,] ; que ceux qui blasment ces sortes de tromperies, de fraudes, et d’equivoques, pechent par une sotte et ridicule pieté ; adjoutant, que ceux qui ne condemnent pas tels censeurs, n’ont pas seulement un poil d’homme de jugement ; parce, dit-il, qu’elles sont practiquées de toutte la chrestienté, et que toutte la Theologie en est d’accord[,] il y a plus de quattre cens ans, venant de Dieu, et estant receuë en l’Eglise, et practiquée de tout le monde universellement, condemnant nettement et rejettant comme impertinente l’opinion de tous ceux qui suivent le contraire66.

  • 67  St Basile, in proverb.
  • 68  Philo Judaeus, De cherubin.
  • 69  Idem, lib. quod deterius potiori insidiari soleat.

49[A:41.1 ; C:49] St Basile en ses Proverbes, appelle ceste facon de tromper, une honneste et louable finesse ; honestam atque laudabilem calliditatem67. [426] Philon le Juif parlant des cherubins, discoure comme un Ange, et fait un raisonnement solide et merveilleux sur ce sujet ; quod fieri debet, dit-il, saepè fit ut non debet ; et quod non est officium, interdum fit officiosè ; quoties aegroto non vera dicit medicus purgaturus eum, aut secturus, aut usturus[,] propter ipsius utilitatem, ne fortè metu doloris fugiat medicinam, aut [propter imbecillitatem] imbecillitate linquatur animo ; [item] idem quoties sapiens mendacio fallit hostem propter salutemsuae patriae, veritus ne si vera prodat, vires addat adversariis, inofficiosam rem facit officiosè68. Parce, dit-il ailleurs, que ; tergiversari praestat, quam vinci ; quam cunctationem inimici appellant timiditatem, amici vero securitatem ; satius est autem [est] neglectis adversariis, fidem amicis habere ut veridicis69.

  • 70  Le p. Senault dans son Monarque, liv. 5, discours, 7.

50[C:50] Un docte Religieux de nos jours aussi grand Theologien que celebre predicateur, instruisant nostre Roy sur ceste maxime, et formant sa Conscience sur les doubtes qui pourroient s’y rencontrer, dit, que quand le prince a promis quelque chose qui blesse ou l’interest de son Estat, ou la gloire de sa Couronne, il se desgagera [427] de sa promesse, sachant bien que si c’est un mal de l’avoir faitte legerement, s’en est encore un plus grand de la tenir injustement70.

  • 71  Ibidem, liv. 6, discours, 4.

51[C:51] Adjoutant au livre suivant, que la justice comme on nous la represente est une vertu de particulier, et non pas de souverain, et si on vouloit obliger les Rois a restituer ce que leurs ancestres ont usurpé, il faudroit les reduire a une condition privée71.

  • 72  Ibidem, liv. 8, discours, 6.

52[C:52] Puis concluant en faveur de la Maxime que nous soustenons avec l’innocence de celuy qu’on en fait l’Autheur, voicy comme il en parle aussi librement, que solidement ; encore que la tromperie, dont l’artifice n’est guerre esloigné, doibve estre bannie de la societé civile, et que la sincerité doibve regner parmy les sujets d’un mesme Roiaume, elle est neant moins permise selon les lois de la guerre, et les avantages qu’on remporte par son moien sont plus estimés que ceux que l’on remporte par la force. L’Escripture les approuve, la Theologie les permet, la politique les conseille, et nous ne trouvons point de personnes raisonnables qui les condemnent72.

  • 73  St Ambroise, lib. 2 in Lucam.

53[C:53] L’Escripture saincte les approuve, puis que Jesus [428] Christ s’en est servy contre le Demon, qui cachant sa Divinité sous sa chair, luy donna la hardiesse de l’attacquer, affin que dans le combat il nous delivrast de sa Tirannie, et qu’il vainquist par la ruse ce superbe esprit qui avoit seduit la premiere femme par son artifice ; fefellit Diabolum Christus, ut vinceret73.

54[C:54] Quand le mesme fils de Dieu declara la guerre au monde, et qu’il envoia ses Apostres comme autant de Generaux pour l’assujettir a ses loix, il leur recommenda l’artifice, et leur deffendit la violence ; il les obligea d’imiter la prudence du serpent, et d’exposer comme luy tout leur corps pour conserver leur teste, c’est a dire la charité en quoy consiste la vie du chrestien ; estote prudentes sicut serpentes.

55[C:55] Ces douze Apostres se servirent de mille innocens artifices pour vaincre le monde ; ils meslerent dans leurs sainctes actions une addresse qui estoit utile a ceux qu’ils trompoient ; ils se desguiserent quelque fois en philosophes pour s’insinuer dans le senat de l’Areopage ; ils se transformerent en orateurs pour entrer dans le palais de Neron ; ils prirent l’habit d’artisans pour traitter avec les gens de ceste condition, et ils se firent tout a tous [429] pour convertir tout le monde a Jesus Christ.

56[C:56] L’Ancien Testament qui fut dicté par le mesme esprit qui dicta depuis le nouveau, permettoit la ruse aux soldats qu’il envoioit contre les ennemis de Dieu ; Gedeon surprist le[s] Madianites, et ne se faisant accompagner que de trois cent hommes, il tesmoigna qu’il les vouloit vaincre plustost par l’artifice, que par la force. Josué que je regarde comme un des plus grands Capitaines du monde, gaigna quelque fois des batailles par sa conduitte, et par la valeur de ses soldats ; mais il se servit aussi quelque fois des stratagemes, et fit tomber sagement ses ennemis dans les embusches qu’il leur avoit dressées. Il prist la ville de Hay qui estoit la capitale d’un petit Estat, par une ruse que l’Ange luy avoit apprise, et il l’executa si heureusement qu’il entra dans ses murailles, apres avoir deffait tous ses habitans.

57[C:57] Ce Grand Samson qui donna tant de preuves de son courage pendant sa vie, n’en donna-il pas de son addresse a sa mort, et celuy qui avoit si souvent vaincu les ennemis du seigneur par ceste force monstrueuse qui le rendit la terreur des Philistins, ne les deffit-il pas par ceste ruse admirable qui [430] les ensevelit avec luy sous les ruines de leur palais ? David c’est [sic] aussi bien signalé dans la guerre par son artifice, que par sa valeur ; la mort de Goliat qui fut son coup d’essay et son chef d’œuvre tout ensemble, ne fut pas moins l’effect de sa prudence que de sa force ; enfin toutte l’histoire des Rois est remplie de ruses de guerre, que Dieu n’a pas seulement approuvées, mais qu’il a mesme souvent inspirées, tant il est vray que les stratagemes ne sont point deffendus par l’Escripture.

  • 74  St August. quaest. 10 super Josué.
  • 75  St Ambrois. Offic. lib. 1, cap. 40.

58[C:58] Il ne fault pas s’estonner si apres cela les Theologiens les permettent, puis que l’Escripture est la regle de leur creance, et qu’ils ne condemnent jamais ce qu’elle authorise. St Augustin qui d’ailleurs n’approuve ny l’injustice, ny le mensonge, permet l’artifice dans une guerre legitime, et declare que les soldats se peuvent aussi bien servir de la ruse, que de la force contre leurs ennemis ; cum justum bellum suscipitur, ut apertè quis pugnet, vel ex insidiis, nihil interest74. Et la raison en est evidente ; car puis que la prudence n’est pas moins une vertu que la force, on les peult emploier touttes deux utilement dans le combat [431] et quiconque approuve les armes qui servent a l’une, ne peult condemner les embusches qui servent a l’auttre. St Ambroise loue l’artifice de ce soldat qui se coula sous le ventre d’un slephant pour tuer le Capitaine qui le montoit, et le considerant accablé sous le poid de cest animal qu’il avoit percé de son poignard, il dit avec autant de pompe que de verité, qu’il s’estoit ensevely dans son triomphe ; suo sepultus est triumpho75.

59[C:59] Les politiques s’accordent en ce poinct avec les Theologiens, et declarent que la ruse et l’artifice ont quelque chose mesme de plus noble que la force ; car il semble que quand on n’emploie que les armes, on ne surmonte que la moindre partie de l’homme qui est le corps ; mais que lors que l’on se sert de l’artifice, on remporte la victoire sur son esprit, et qu’on l’oblige de confesser qu’il est entierement vaincu. Plus les hommes sont prudens, et plus ils sont capables de ruses ; c’est le parti des Generaux qui ont blanchi dans le commendement, et ils laissent aux soldats l’execution des exploits ou il ne fault que du courage, et de la force. Ulisse est emploié dans touttes les occasions ou il fault surprendre les ennemis ; Ajax [432] qui n’est qu’un brutal est envoié dans celles ou il ne fault se servir que de la main ; et l’experience nous apprend que les ruses sont les chefs-d’œuvre de la prudence la plus raffinée.

60[C:60] Adjoutons a ces raisons que les stratagemes espargnent le sang, et qu’ils sont assés souvent moins cruels que les combats ; ils sont mesmes plus assurés, parce qu’estans inconus, on ne scauroit les eviter, et que semblables aux mines qui n’esclatent que quand elles jouent, ils ne paressent que lorsqu’on les executent, et que l’ennemy ne scauroit plus s’en deffendre ; fraus et dolus sunt obscura et inevitabilia ; dit Vegece qui estoit maistre en ce mestier.

  • 76  Lipse, lib 5. Civil. Doctri. cap. 17. St August. super Josué, quaest. 10.

61[A:41.2 ; C:61] [Et pour] Pour achever ces Authorités des peres, et ne pas faire un [livre entier] amas plus ample de leurs conclusions favorables en ce poinct, disons avec le Caton de nostre siecle, et l’oracle de nostre Eglise ; quid verbis opus est ? Ipse sacrorum Antistes definivit ; cum justum bellum suscipitur, ut apertè pugnet quis, aut ex insidiis, nihil ad justitiam interest76.

  • 77  Note de la rédaction : dans la version A de 1643, les deux paragraphes suivants étaient placés apr (...)
  • 78  Homere.
  • 79  Pindare.
  • 80  Virgile.
  • 81  Silius, lib. 15.
  • 82  Lucian, Dialo. phil.
  • 83  Xenophon, in Hipp.
  • 84  Plutar. apoph.
  • 85  Polibe, lib. 9.
  • 86  Ammian. Marcellin.
  • 87  ff. de captivis, leg. nihil.
  • 88  Aeschilus.
  • 89  [Diog. Laert. Lib. 6. en sa vie]

62[A:42.1 ; C:62.1] Apres les opinions sacrées, il fault venir aux [433] prophanes [et] pour faire voir que ceux qui ont escript pour l’Estat seulement, en sont d’accord aussi bien que ceux qui ont escript pour la Conscience particulierement ; [A:24 ; C:62.2] [Les Autheurs profanes aussi bien que les sacrés sont de ce sentiment ;]77 Homere l’un des plus anciens de tous, dit [,] que ; hosti nocendum est, sivè dolo, seu vi manifesta, clamnè palamnè[.;78. Pindare permet touttes sortes de choses pour venir a bout de [son ennemy] ses ennemis ; quid vis agendo, scilicet hostica delenda vis est79. Le dire de Virgile est commun ; dolus an virtus, quis in hoste requirat80. Silius dedans les faits et la vie de Fabius Maximus, met la tromperie au rang de la vertu ; virtuti placuit dolus81. Lucian veult qu’on luy donne des louanges ; laude digni sunt, qui hostes fallunt82. Aussi voions nous [dedans] dans Homere jusques a quel point de gloire il esleve son Ulisse, et touttes les fourbes et les tromperies dont il s’est servy. Xenophon dit qu’il n’y a rien de plus necessaire en guerre que les fraudes ; nihil utilius in bello dolis83 ; et Agesilaus dedans Plutarque ; hostes decipere, et justum, et licitum esse84. Polibe estime moins la force, que la finesse ; [434] quae vi fiunt in bello, minoris censenda, quam quae ex occasione et dolo85. Les Laconiens sacrifioient une victime plus grande et plus precieuse pour une victoire obtenuë par ruses et tromperies, que pour celles qu’ils [obtenoient] emportoient par la force des armes. Ammian Marcellin fait aller du pair la fraude et la vertu ; nullo discrimine virtutis ac doli, prosperos omnes laudari debere bellorum eventus86. La Loy qui a prevù a cela, dit, outtre ce que nous en avons rapporté cy devant ; nihil interesse, vi quis, an fallacia, potestatem hostium evaserit87. Æschilus poete grec passe bien plus outtre quand il dit ; a fraude justa, nec [quidem Deus] Deus quidem abstinet88. Diogene le cinique disoit, qu’il falloit tendre en ceste vie plus souvent des parolles pour surprendre les hommes, que des filets pour attrapper les bestes89.

  • 90  Plato, de Repub. lib. 3.
  • 91  Lib. 5. Bibliothec. Sancta, annot. 107.
  • 92  Plato, de Repub. lib. 5.
  • 93  Note de la rédaction : la version A de 1643 donnée la référence à Pline le Jeune, déjà mentionnée (...)
  • 94  Tacit. Annal. lib. 12.
  • 95  Valeri. maxim. lib. 7. cap. 3.
  • 96  Plutarqu. Apopht.
  • 97  Lipsius, lib. 4. Civil doctrina, cap. 14.

63[A:42.2 ; B,63] Platon qui esleve tousjours la plus part de ses pensées dans le ciel, dit que le mensonge et la tromperie qui sont choses superfluës aux Dieux, sont neant moins necessaires aux princes pour en user comme de medecines contre la mauvaise intention d’un ennemy puissant et dangereux, [435] tout ainsi qu’il est permis au medecin de mentir et de tromper son malade pour le bien de sa santé90. Sixtus Senensis adjoute, qu’Origene et Cassian ont si fort approuvé ceste Doctrine, qu’ils la suivent et l’authorisent entierement dedans leurs Escripts91. Le mesme Platon en un auttre endroit de sa Republique, estime que les Magitrats doibvent s’aider et se servir souvent de la fraude et du mensonge pour le bien de leurs sujets ; crebro mendacio, et fraude uti, imperantes debere, ad commodum subditorum92. [Et Pline dedans ses epistres soustient que c'est prudence de scavoir accommoder la tromperie a la necessité des temps et des affaires ; decipere pro moribus temporum, prudentia est.]93 Tacite le Maistre des historiens, et le patron des politiques, dit que les princes trouvent plus d'avantage dedans les fraudes et les finesses, que dedans les armes[,] et [dedans] la force ; vim differunt, potiorem dolum arbitrantur94 ; estant certain comme remarque [Valerius Maximus] Valere le Grand qu’ils obtiennent par moiens subtils, ce que la difficulté des temps et des affaires sembloit leur desnier ; quod temporis angustiae negant, sagacitate concilii assequuntur95. [Et] Il n’y a personne qui n’approuve le dire de [Lysander] Lisander, qu’il est bien vray que la verité est meilleure, que la fausseté, mais que la dignité, et le pris de l’une et de l’auttre, [436] se doibt mesurer a la commodité, et a l’utilité qu’on en recoit96. C’est pourquoy le sage[,] et religieux[, et] Juste Lipse, par un sentiment qui ne peut estre suspect, nous donnant son advis sur ces infirmités humaines, dit ; atque haec, humanam prudentiam si consideras, proba ; quidni ? Ad bonum enim publicum referuntur, quod insitum in iis malitiae virus facile exsugit et absorbet. Ut medicamentis venena laudabiliter miscemus, salutari illo fine ; sic videntur instar pharmaci, haec talia utilia esse. Adde receptissimos mores, et quod haec, consuetudine jam pro nihilo habentur ; imo necessitatem etiam, quod contra tot insidiantes, vix est ut se suosque aliter tueatur bonus princeps ; quibus causis ego quoque [predixi] praedixi tolerari has fraudes a me, non tolli97 ; voila les propres termes de ce grand personnage.

64[A:43 ;C:64] [Lysander] Lisander disoit qu’il faloit tromper les petits enfans avec des osselets, et les grands hommes avec des juremens ; Seneque le Tragique fait dire a l’un de ses personnages, qu’il n’y a point de si bon Maistre pour enseigner les fraudes et les tromperies[,] qu’un Roiaume, comme si ceste necessité en estoit inseparable ; [437]

  • 98  Senec. in Thieste.

Ut nemo doceat fraudis et scelerum vias,
Regnum docebit
98.

  • 99  Marselaer, Legatus, lib. 1. disser. 38.

65[A:44 ; C:65] Agesilaus dit dedans Plutarque[,] que ce n’est pas seulement chose juste de tromper ses ennemis, mais encore plaisante et profitable. Un [nouveau] politique de nostre temps[,] instruit son Ambassadeur en ces termes ; certè dolum dolo elidere, ansam nocituro praeripere, laudabile imprimis ; nec quidquam expeditius addere est rebus creperis atque perplexis ; rectus quidem est cervorum cursus, sed periculosior ; vulpeculae flexuosus, sed tutior ; minore negotio in cacumen montis scandet[,] qui obliquum et circum latera pendentem clivum sequetur, quam qui per abrupta et aspera, recto tamen molimine et breviore calle in altum tendet. Cambises apud Xenophontem rogatus, qua ratione superandi hostes essent, quacunque, inquit, arte, simulatione, fraude, fallaciis ; cui Cyrus, O qualem me pater virum esse jubes ; alia enim mihi puero lex et disciplina praescripta est, pietatis, candoris, mansuetudinis, humanitatis ; sic est, inquit, Cambises ; sed ea inter amicos et concives valeat, nihil veropraetermittendum quo de primi et expugnari hostis possit99. Et au livre suivant se re[438]glant sur les choses naturelles les plus pures et les plus relevées, il dit ; saepè ut coelum mentitur, quid ni et ingenium hominis ; saepé decepturo Lumine solum illustratur, quid ni et solium ? Le ciel avec ses astres nous promet mille choses qu’il ne nous tient point[,] ; et on ne veult pas que l’esprit d’un homme dont les regles et les mouvemens sont bien moins libres[,] et bien moins certains, en face de mesme.

  • 100  Cicero, officior. lib. 3.
  • 101  Idem, Oratio. pro Planc.
  • 102  Cicero, Epist. 9 ad Lentul.
  • 103  Lipse, lib 4. civil. doctrin. cap. 13.
  • 104  Aristot. Ethic. lib. 1. cap. 3.

66[A:45 ; C:66] Ciceron dit que ce n’est pas seulement faillir contre la raison, mais contre la Nature mesme, que d’abandonner et de mespriser l’utilité publique ; communis utilitatis derelictio, contra naturam est100 ; et disant ailleurs comme il fault se comporter quand il y va du salut de la Republique, il enseigne, que ; stare omnes debemus tanquam in orbe aliquo Reipublicae, qui cum jam versatur, eamdiligere partem debemus, ad quam nos illius utilitas salusque convertit101; nous debvons tousjours porter la main aux choses [qui tendent et] qui regardent le bien et l’utilité publique, et si quelque fois dedans ceste mer perrilleuse des affaires du monde, nous ne pouvons arriver au port de droitte route, il fault changer les voiles, et le gaigner en tournoiant ; si recta [439] portum tenere nequeas, idipsum mutata velificatione assequi102 ; la prudence ne perd pas son nom pour estre assaisonnée de quelque goutte de finesse ; prudentia, non desinit esse prudentia si guttulae in ea fraudis103 ; et me mocque de ces jeunes gens, dit Lipse, apres Aristote, qui philosophent a l’ombre, les quels je scais bien n’estre pas capables de la Doctrine politique, et encore moins juges competens d’icelle ; ce tribunal demande un homme qui soit rompu et entendu aux affaires du monde ; quid isti a schola[,] aut umbra adolescentuli dicent, quos scio civilis disciplinaenon esse idoneos auditores, multo minus arbitros ; et virum profecto quaerit hoc tribunal, non ignarus rerum quae eveniunt in hac vita104.

  • 105  Soldat, suedois, pag. 729.

67[A:46 ; C:68] Cleomenes disoit, que quelque mal que l’on put faire aux ennemis, cela estoit par dessus la justice, et non sujet a icelle, tant envers Dieu, qu’envers les hommes ; et aiant fait treve avec les Argiens pour sept jours, la troisieme nuict apres il les alla charger tout endormis[,] et les deffit, disant qu’en sa treves il n’avoit point esté parlé des nuicts, mais seulement des jours. [440] C’est faire ce que l’on doibt que de servir utilement la Republique, il n’y a rien qui ne soit glorieux pour conserver son Estat, les destours ne sont point a blasmer pourveu qu’ils nous menent au lieu ou nous voulons aller, ils sont souvent les plus [seurs,] assurés et les plus fidels, le sage pilote vogue a tous vents, et n’est pas moins habile encore qu’il change [le] la voile et la routte. Le Roy de Suede le Mars de nos jours, cr[o]ioit que tous moiens d’affaiblir un ennemy estoient licites105.

  • 106  Note de la rédaction : dans la version A de 1643, ce passage suivait la série d’autorités chrétien (...)
  • 107  Thucidid. Hist. lib. 3.

68[A:32 ; C:69] [Les païens et infidels n’ont point ignoré ceste leçon, non plus que les plus purs et les plus religieux ;106] Hippias Capitaine Arcadien, fut prié de se trouver en la ville de Notium, avec Pachés Capitaine Athenien pour conferer ensemble, a condition neant moins que s’ils ne s’accordoient, Pachés rendroit Hippias sain et [sauf,] sauve en la ville des Arcades dont il estoit [sorty] sorti. Hippias estant arrivé a Notium, Pachés donna ordre de l’y faire garder seurement, et incontinent part avec ses trouppes, s’en va vers la ville des Arcades qu’il prend de force, tuë tous ceux qui estoient dedans ; et apres cela [il] ramene Hippias dedans la ville pour satisfaire, disoit il, a sa promesse, ou il le fit incontinent tuer a [441] coups de flesches, et par ainsi se fit Maistre de tout le pais107.

  • 108  Paul Jove. lib. 33. hist. sub finem.

69[A:33 ; C:70] Sultan Soliman aiant promis a Hebraim Bassa son premier Conseiller et favory, que de son vivant il ne luy osteroit pas la vie, ce qui est assés ordinaire aux Turcs ; [toutte fois] neant moins aiant envie de s’en deffaire, apres avoir ouy un Talisman, ou prestre Turc[,] qui luy assura qu’un homme qui dort ne doibt pas estre reputé entre les vivans, attendu que le cours de ceste vie n’est qu’une veille perpetuelle, il fit entrer de nuict en sa chambre un eunuque qui luy servoit de bourreau, le quel d’un rasoir tranchant couppa la gorge a Hebraim qui dormoit profondement sur un coussin108.

  • 109  2. 2. quaest. 33. art. 7. ad. 3.
  • 110  4. distinct. arti. 3. quaest. 1.2.
  • 111  In manual. cap. 18. num. 3.
  • 112  De tegendo, et detegendo secretum, memb. 2. quaest. 4.

70[A:34 ; C:71] Les Theologiens enseignent communement, et sont tous d’accord en ce poinct, que le bien commun est entierement preferable au particulier, et que necessairement, voire mesme avec la perte assurée du particulier, le danger probable et apparent du publique, doibt estre evité ; [c'est] qui est la Doctrine de st Thomas109, de Richard110, de Durand, Paludanus, Adrian, Navarre111, Sotus112, et tous les auttres.

71[A:35.1 ; C:72] Sur ceste maxime generale, chrestienne, et naturelle, [esmue appuiée]esmùs par les exemples du createur, et des [442] creatures les plus pures et les moins interessées ; pourquoy les politiques et les Ministres d’Estat ne pourront-ils pas tromper un ennemy, celuy qui nous fait la guerre, qui attente sur nos biens, nostre vie, et nostre liberté, pour sauver un Roiaume, et un million d’hommes qui le composent ? et pour se tenir aux termes de ces grandes lumieres de l’Escole, pourquoy ne pourront ils pas tromper avec gloire et innocence touttes sortes de particuliers pour le bien et la conservation de l’Estat, et pour destourner une ruine qu’un scrupule lasche et honteux luy pourroit causer.

  • 113  Tacite, Annal. lib. 6.
  • 114  Idem, lib. 2.

72[C:73] Tacite dont touttes les parolles sont a recueillir comme tres admirables, dit que l’Empereur Tibere ; consiliis et astu res externas moliri, arma procul habere malebat113, aiant remarqué au premier livre que Pompée ; imagine pacis, et Lepidus specie amicitiae decepti sunt. Nous laissant pour precepte en un auttre endroit, que ; id quoque in laudem cedit, non palam et armatum, sed fraude et occultis hostes suos ulcisci ; idque laetius Tiberio, quam si bellum per acies confecisset114.

  • 115  Tite Live, Hist. lib. 9.

73[C:74] Pontius Empereur des Samnites parlant aux [443] Consuls romains qui venoient se representer pour executer de leur costé en tant qu’ils pourroient le traitté qu’ils avoient fait avec luy pour sauver l’armée romaine dont ils estoient les chefs, puisqu’au surplus le peuple et le senat les avoient desadvoüés ; Pontius se plaignant de leur perfidie, dit par forme de reproches ; numquam nè causa deficiet, cur victi pacto non stetis ? Obsides Porsennae dedistis, furto eos subduxistis ; auro civitatem a Gallis redemistis, inter accipiendum aurum caesi sunt ; pacem nobiscum pepigistis, ut legiones vobis captas restitueremus, eam pacem irritam facitis, et semper aliquam fraudi speciem juris imponitis, &a.115

  • 116  Philippe de Commines, Hist. liv. 8.

74[C:75] Philippe de Commines remarque en son histoire, qu’Edouard Roy d’Angleterre desiroit marier sa fille au Dauphin de France, ce que Louis 11 luy faisoit esperer quoy qu’il n’en eut aucune envie, et ce affin que l’Anglais ne donna secours a la fille du Duc de Bourgogne contre luy116.

75[C:76] Tant d’authorités considerables, tant d’exemples fameux, et qui ne peuvent recepvoir de blasme ny de condemnation, font bien voir que les moiens dont on se sert pour maintenir les peuples, ne [444] doibvent pas estre mis au rang des choses illicites ; puisqu’il est si constant que lors que les artifices sont honnestes, et que les ruses du Gouvernement servent au public, et a la sincerité des Gouverneurs, alors la tromperie n’est pas seulement innocente, mais encore elle est heureuse pour ceux qui sont trompés. L’usage en est tousjours legitime quand ils sont conduits par la prudence, et reglés par l’honnesteté. En effect le sage politique n’imite point les magiciens qui par des prestiges et des fascinations pleines d’impieté, remplissent les sens d’illusions, et l’esprit d’images vaines ; il suit plustost l’exemple des veritables philosophes qui ne se servent des misteres de leur science que pour en maintenir la dignité, et pour faire un object d’estonnement a ceux qui ne scavent admirer que les choses qu’ils ne conessent pas. C’est en cela mesme que consiste l’utilité de ces conseils qui parmy les anciens portoient le nom de secrets de l’Empire ou de la domination, et ils n’en ont jamais parlé que comme d’une espece de Religion politique qui voile ses misteres pour les rendre plus venerables. Tacite les appelle ; arcana Imperii ; simulachra Imperii ; Pline, libertatis umbra, [445] et Justin, blandimenta Imperii.

  • 117  Machia. en ses Discours sur Tite Livre, livre, 3. chap. 40.

76[A:47 ;C:77] Pour donc mettre fin a ceste maxime considerable, qui n’advouera et ne confessera avec moy, que [De] de tant d’Autheurs si approuvés, et sur les quels on se repose, et du debvoir de nos Consciences, et de celuy de nos actions ; [je n'en void] il n’y en a point de plus [severes] severe, ny de plus religieux que Machiavelle, qu’on veult faire passer pour le Maistre de la perfidie, le Conseillier des tromperies, et l’approbateur des fraudes, et de tout ce qu’il y a de suspect et d’infidele parmy les hommes. Voions si ses parolles sont semblables a celles que ses imposteurs empruntent de luy pour [penser] le descrediter, taschans de s’enrichir de ses [despoüilles] despouilles, de s’eslever sur ses ruines, et d’augmenter leur gloire en desrobant la sienne ; voicy ses propres termes ; combien que la fraude, dit-il, soit en touttes actions detestable, toutte fois au maniement des armes elle est [loüable] louable et glorieuse, et celuy ne merite moindre louange qui surmonte son ennemy par quelque ruse, que qui l’auroit vaincu par force ; ce qui se void par le jugement qu’en font ceux qui descrivent les vies des grands personnages, les quels [loüent] louent Hannibal et les auttres [446] qui ont estés Maistres de telles astuces de guerre, de quoy je ne rapporteray aucun exemple, parce que les histoires en sont remplies. Seulement je diray que je n’entends les fraudes tourner a gloire, les quelles te font rompre la Loy et les convenances passées ; car combien que telles fraudes te servent quelques fois a la conqueste d’un Estat, ou d’un Roiaume, jamais ne te porteront honneur ; mais mon propos est de celles dont on use contre l’ennemy qui ne se fie en toi, les quelles consistent proprement au maniement de la guerre117.

77[A48 ; B,78] Que veult on de plus exprés, que desire-on de plus juste, que peult-on prononcer de plus religieux sur ceste maxime ; st Augustin, st Chrisostome, et tant d’auttres peres spirituels que nous venons d’alleguer cy devant, [est-il] sont ils plus severes, [est-il] sont ils plus retenus, en [permet il] permettent ils moins en ce rencontre [?]. Pourquoy blasmera-on en nostre Autheur, ce qu’il emprunte de la bouche des peres [de l'Eglise], des Evesques, et des Theologiens de nostre Eglise ; est-ce parce qu’il n’est pas si large qu’eux, et qu’il s’accommode moins [a la foiblesse, et a l'infirmité des hommes] a la foiblesse des hommes et a l’infirmité de leurs Consciences ? Mon premier dessein touchant ceste Apologie estoit de mettre [447] le texte de nostre politique d’un costé de ce livre, et celuy de la Bible, des Docteurs de l’Eglise, des Theologiens, des Canonistes, des Escrivains [jesuites et auttres de ceste approbation] particuliers, et des approbateurs de ceste maxime de l’auttre ; et faire voir sans auttre raisonnement et sans auttre artifice, pas mesme sans aucune liaison, ny aucune conclusion de ma facon, que ce grand homme n’a rien escript qui ne soit tiré mot pour mot, ou du moins qui ne corresponde a tout ce que ces doctes personnages en [auroient] avoient dit devant luy, ou bien approuvé [du] depuis ; et si je croiois que cest ordre, et ceste conformité descousuë deubt estre mieux receuë que celle cy qui semble avoir quelque chose de plus aggreable, et de plus [loüable] methodique, je l’entreprendrois encore volontiers, et donnerois ce contentement aux lecteurs equitables, avec beaucoup moins de peine que je n’ay pas fait celle cy ; estant plus facile de rapporter les opinions d’auttruy sans suitte et sans liaison, que de produire les siennes avec quelque ordre, et les seconder de celles qu’on emprunte plustost pour chercher des cautions et des garends d’une verité conuë, que pour le besoing qu’elles facent pour nous suggerer [448] des choses que nous ne debvrions pas ignorer mesme quand il n’y auroit aucun livre au monde qui en parla[t], puis que la raison et la verité n’ont affaire d’auttre appuy que de celuy qui les suit, et qui ne les abandonne point.

78[A:49 ; C:79] C’est pourquoy pour achever par ou j’ay commencer, je dis apres tant de scavans hommes, que l’on peult justement et legitimement tromper pour le bien, et la conservation de l’Estat, puisqu’on ne scauroit aucunement excuser celuy qui consentiroit a sa ruine, et a son dommage ; il n’est point a nous, les princes n’en ont que l’usufruict, et ne peuvent pas en disposer que comme les mineurs font de leurs biens, c’est a dire utilement et avantageusement pour eux. Pourquoy un souverain estranger fera-il la loy a celuy qui ne le reconoit point, et qui ne releve de luy en facon que ce soit ? Quel Droict peult il avoir de pretendre quelque chose dans les terres des auttres, luy qui peut estre ne tient les siennes que par usurpation ? Si le [bonheur] bon-heur des armes, et une fortune plus favorable a mis en sa possession, ou la personne ou une partie de l’Estat du prince qu’il veult [despoüiller] despouiller, et qui peut estre y a [consenti] consenty par force, et parce qu’il ne pouvoit [449] pas faire auttrement ; pourquoy un mesme [bon-heur] bonheur ne luy permettra-il pas de [ravoir retirer] ravoir par fraude et par finesse, ce qu’il a perdu par force[,] et par malheur ? Quel tiltre est le plus juste et le plus legitime, d’acquerir ou par violence, ou par tromperie ? Les mesmes [loix] lois qui authorisent l’un, ne condemnent pas l’auttre ; et s’il est permis comme chacun l’advouë de les emploier tous deux pour executer un mesme coup[,; ils le seront encore bien davantage quand on les opposera l’un contre l’auttre ; et qu’ils ne seront emploiés que comme des contrepoisons, contre les poisons mesmes.

  • 118  Senec.

79[A:50 ; C:80] Si celuy qui trompe mancque de parolle, celuy qui l’y contraint mancque de justice de le vouloir obliger a tenir des choses qu’il ne doibt point[ ;]. Les Rois sont tousjours ennemis les uns des auttres, et quand ils ne se font point de mal, c’est qu’ils ne s’en peuvent point faire ; les alliances qu’ils ont [par] ensemble ne sont pas de petits pretextes de leurs entreprises, et de l’ambition qu’ils ont a la Monarchie universelle, sous couleur de [re]conquerir ce qui leur appartient, et qui est de l’appanage, et de l’ancien domaine [450] de leurs Couronnes. Comme ils ne dependent point d’eux mesmes, mais de leurs voisins, de leurs sujets, de leurs ennemis, et de tant de divisions et de guerres civiles qu’on leur suscite tous les jours, il fault aussi qu’ils dependent des temps et des occasions, c’est a dire, qu’ils sachent s’en servir, et les accommoder au bien et a l’utilité de leurs Estats. Le sage ne marche pas tousjours d’un mesme [pas] train, encore qu’il aille tousjours un mesme chemin ; il ne change point, mais il s’accommode ; s’il trompe quand il peult, il fait ce que son ennemy [meditte] mesditte ; non semper it uno gradu, sed una via ; non se mutat, sed aptat118. Le bon marinier accommode ses voiles selon le temps et les vents, il tourne souvent le dos au port [qu'il cherche, et qu'il desire] qu’il desire, et qu’il cherche ; quand il est arrivé[,] il ne s’informe plus si c’a esté par un chemin tout droit, ou par quelqu’auttre destour[ ;]. [les] Les plus belles rivieres sont celles qui serpentent le plus ; tous les chemins sont bons qui [menent] mesnent droict au port de salut[ ;]. [c'est] C'est beaucoup a un homme que de bien [reüssir] reussir, et si les moiens estoient aussi favorables que la fin, ils seroient trop glorieux, ces entreprises n’appartiennent [451] qu’a Dieu[ ;]. [en] En un mot, tout le monde est d’accord, que le prince peult justement et legitimement tromper pour le bien et l’utilité de son Estat ; crebro mendacio et fraude uti imperantes debent, ad commodum subditorum. Le fondement de touttes les Loix Civiles, et de la politique la plus saincte, est dans ceste Loy des Douze Tables ; salus populi, suprema lex esto. Il fault conserver les Estats par touttes sortes de voies, puis qu’il n’y en [a] point de legitimes qui les puissent ravir aux auttres.

Haut de page

Notes

1  Tacite.

2  ff. lib. 4. lit. 3. Leg. 2. § non fuit.

3  [Du Moulin, in codi. lib. 2, tit. 21]

4  2a. ad Corinth. cap. 12.

5  Petrarche.

6  Polibe, hist. lib. 5.

7  Montagne en ses Essais, liv. 3, chap. 1.

8  Exode. cap. 8. vers. 27.

9  Josué, cap. 9.

10  Ibidem, vers. 26.

11  Josue, cap. 8.

12  Judicum, cap. 20.

13  St August. quaest. 10 in Josué.

14  2. 2, quaest. 40, art. 1.

15  Genes. cap. 26, vers. 7-9.

16  Exod. cap. 1, vers. 19-21.

17  Genes. cap. 27, vers. 35-36.

18  Genes. cap. 28. vers. 15.

19  Pereri. in Genes. cap. 27. Disput. 2.

20  Genes. cap. 30. vers. 44

21  Ecclesiastes, cap. 10, vers. 1.

22  [Et Pline dedans ses épîtres soutient que c’est prudence de savoir accommoder la tromperie à la nécessité des temps et des affaires]

23  Plin. Episto. lib. 8.

24  Abul. in, lib. I. Regum, cap. 28. quest. 5.

25  Regum, lib. 2. cap. 16 et 17.

26  Regum, lib. 4, ca. 10.

27  Delira, in cap. 13 Judith.

28  2.2 quest. 110, art. 3. ad, 3.

29  Parsonius, de Equivocis.

30  St Jean, cap. 8. vers. 15.

31  Idem, cap. 5. vers 22.

32  St Jean, cap. 8. vers. 55.

33  Psal. 75, vers. 2.

34  Ibidem, vers. 56. et, 59.

35  St Luc, chap. 24, vers. 28.

36  Marc Marule, Rerum memor. lib. 4, cap. 1.

37  Tertul. de Cultu faeminar. cap. 2.

38  Lessius, De Justit. et Jure, lib. 2. cap. 42. dub. 9. num. 47.

39  St Marc, cap. 13. vers. 32.

40  Ibidem, cap. 1. num. 1.

41  Ibidem, lib. 2. cap. 42. dubio, 9. num. 48.

42  Maldo. in, cap. 2. Ioan. vers. 4.

43  St Hiero. in Epist. 1. ad Galat. cap. 2. tom. 6.

44  Parson, Des Equivoques.

45  St Paul, ad, Haebraeos, cap 7. vers. 3.

46  Cassian, lib. 5. Collatio. cap. 37 et, 39.

47 St Ephrem.

48  Marc Marule. lib. 4, Memorab.

49  Decret. part. 2. causa, 22, quaest. 2. cano utilem.

50  Leg. nihil, ff de captivis.

51  St Chrisosto. De Sacerdot. lib. 1, sub finem.

52  St Chrisosto. De Sacerdot. lib. 2, in principio.

53  St Chrisost. hom. 6. in Episto ad Colossens.

54  Ce passage, qui renvoie en marge à Du sacerdoce, fin du livre I, a été supprimé parce qu’il ne fait que résumer la page citée in extenso en C (voir supra, p. [420])

55  Origen. lib. 6, Diversor.

56  Cassian, Collat. 17. cap. 7.

57  Ibidem, cap. 25.

58  Pereri. in cap. 27. Genes.

59  Marc Marule, memorab. lib. 4. cap. 4.

60  Lessius, De Iust. et Iure, lib. 2. cap. 42. dub. 9. num. 48.

61  22. quaest. 3. cano. 21

62  Cap. Gaudemus, tit. de Divortiis.

63  Lib. 2. Sentent. quaest. 1. resp. ad, 1. argum.

64  Molanus.

65  2. 2. quaest. 40. art. 1.

66  Parson, des Equivoques, pag. 296.

67  St Basile, in proverb.

68  Philo Judaeus, De cherubin.

69  Idem, lib. quod deterius potiori insidiari soleat.

70  Le p. Senault dans son Monarque, liv. 5, discours, 7.

71  Ibidem, liv. 6, discours, 4.

72  Ibidem, liv. 8, discours, 6.

73  St Ambroise, lib. 2 in Lucam.

74  St August. quaest. 10 super Josué.

75  St Ambrois. Offic. lib. 1, cap. 40.

76  Lipse, lib 5. Civil. Doctri. cap. 17. St August. super Josué, quaest. 10.

77  Note de la rédaction : dans la version A de 1643, les deux paragraphes suivants étaient placés après l’évocation des mensonges de Judith à Holopherne, cf. supra, p.  411, et ils étaient introduits par les mots suivants : Les auteurs profanes aussi bien que les sacrés sont de ce sentiment.

78  Homere.

79  Pindare.

80  Virgile.

81  Silius, lib. 15.

82  Lucian, Dialo. phil.

83  Xenophon, in Hipp.

84  Plutar. apoph.

85  Polibe, lib. 9.

86  Ammian. Marcellin.

87  ff. de captivis, leg. nihil.

88  Aeschilus.

89  [Diog. Laert. Lib. 6. en sa vie]

90  Plato, de Repub. lib. 3.

91  Lib. 5. Bibliothec. Sancta, annot. 107.

92  Plato, de Repub. lib. 5.

93  Note de la rédaction : la version A de 1643 donnée la référence à Pline le Jeune, déjà mentionnée dans la version C de 1668 : voir supra, p. 409, et variante [fin du § C:27].

94  Tacit. Annal. lib. 12.

95  Valeri. maxim. lib. 7. cap. 3.

96  Plutarqu. Apopht.

97  Lipsius, lib. 4. Civil doctrina, cap. 14.

98  Senec. in Thieste.

99  Marselaer, Legatus, lib. 1. disser. 38.

100  Cicero, officior. lib. 3.

101  Idem, Oratio. pro Planc.

102  Cicero, Epist. 9 ad Lentul.

103  Lipse, lib 4. civil. doctrin. cap. 13.

104  Aristot. Ethic. lib. 1. cap. 3.

105  Soldat, suedois, pag. 729.

106  Note de la rédaction : dans la version A de 1643, ce passage suivait la série d’autorités chrétiennes ici placées plus haut : Cassien, Éphrem, Consentius, supra p. 415-416.

107  Thucidid. Hist. lib. 3.

108  Paul Jove. lib. 33. hist. sub finem.

109  2. 2. quaest. 33. art. 7. ad. 3.

110  4. distinct. arti. 3. quaest. 1.2.

111  In manual. cap. 18. num. 3.

112  De tegendo, et detegendo secretum, memb. 2. quaest. 4.

113  Tacite, Annal. lib. 6.

114  Idem, lib. 2.

115  Tite Live, Hist. lib. 9.

116  Philippe de Commines, Hist. liv. 8.

117  Machia. en ses Discours sur Tite Livre, livre, 3. chap. 40.

118  Senec.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 10 : Qu’il est permis de tromper pour le bien de l’Estat, et pourveu qu’on en proffite », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre premier, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5960

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page