Navigation – Plan du site

Maxime 11 : Que les nouveaux plaisirs ne font oublier les vieilles injures. Qu’une injure receuë ne s’oublie jamais

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

1 [452] Machiavelle dit. Si puo ricordare ad ogni potente, che mai le ingiurie vecchie non furono cancellate da’ beneficii nuovi ; et tanto meno, quanto il beneficio nuovo, è minor che non è stata l’ingiuria ;Machia. di Discorsi, lib. 3, cap. 4.Et chi crede nè personaggi grandi i beneficii nuovi faccino dimenticare l’ingiuriè vecchiè, s’inganna ;Machiavell. Del principe, cap. 7.

2Tout grand seigneur peut estre adverty que jamais vieilles injures ne s’effacent par nouveaux bienfaits, et d’autant moins que la grandeur de l’outrage passeroit la nature du plaisir ; Machiavelle, en ses Discours sur [453] Tite Live, liv. 3, chap. 4.
Il adjoute ailleurs[Ailleurs il adjouste]. C’est simplesse de penser que les nouveaux plaisirs facent oublier aux grands seigneurs, les vieilles injures et offences ; en son Prince, chap. 7.


*

3J’ay long temps doubté si je debvois m’arrester sur ceste maxime, et si je pouvois donner place dans une Apologie a une verité qui n’est pas moins innocente, que louée [conüe] et advouée de tout le monde [d’un chacun]. Mais voiant que ceux qui taschent d’effacer la gloire de nostre Autheur, ne craignent point d’augmenter le nombre de leurs calomnies, en le faisant passer pour le pere de la vengeance, et l’ennemy du pardon et de la clemence ; j’ay crù que sa deffence seroit imparfaitte, si je ne faisois voir quel [qu’elle] est son sentiment la dessus, et si pour estre italien il est le seul qui ne conseille point ce que les auttres font et practiquent tous les jours impunement. Il ne fault que scavoir lire pour conestre qu’il ne dit pas, qu’il ne fault point oublier les injures pour avoir plus de sujet de s’en venger, mais qu’il remarque par un advis [454] prudent et [,] salutaire [et veritable], qu’elles ne s’oublient jamais, et par consequent qu’un sage et advisé politique, ne se doibt point fier a un ennemy reconcilié, suivant la regle generale de tout son pais. Outtre que ce n’est point un crime que [de] se meffier, mais bien de ne pardonner point pour quelque satisfaction qu’on ait pù recepvoir, puis qu’il n’y a si prudent ny si advisé qui ne puisse offencer tant d’esprits bourrus [, delicats,] et ombrageux, encore que sans dessein, et tres innocemment. Estant certain que les hommes se picquent le plus souvent davantage par les ombrages des choses qu’on leur dit, et qu’on leur fait, qu’ils n’ont sujet de s’en formaliser s’ils les prenoient comme il fault, et s’ils jugeoient sainement de l’intention de ceux a qui ils ont affaire.

  • 1 Tacite.
  • 2  Senec., De ira, lib. 1, cap. 16.

4Que la vengeance soit permise, ou qu’elle ne le soit pas, c’est ce que Machiavelle ne dispute en facon que ce soit, mais seulement soustient et veritablement, que c’est simplesse a un prince, et a qui que ce soit, de penser que les nouveaux plaisirs, facent oublier les vieilles injures, et les offences passées. Tacite qui avoit l’experience et la [455] conessance des choses, nous en a adverty il y a long temps, disant avec sa prudence ordinaire, que ; proclivius est injuriae, quam beneficio vicem exolvere ; quia gratia oneri, ultio in quaestu habetur1. Et Seneque le sage de son siecle, joingnant [pour joindre] sa morale a la politique de ce grand historien, dit apres Zenon ; in sapientis animo, etiam cum vulnus sanatum est, cicatrix manet2 ; la plaie ne se guerit jamais de telle sorte, qu’il n’en reste tousjours quelque petitte cicatrice.

5C’est la sottise que firent les Ægiptiens aiant appellé a la monarchie Nicostris, apres avoir tué son frere, dont elle se vengea ainsi qu’il appartenoit, et tesmoigna qu’elle se ressentoit beaucoup plus de l’offence qu’elle avoit receuë par le meurtre commis en la personne de son frere, que du bon office qui luy avoit esté fait en luy mettant le sceptre en main. Ce fut aussi une des faultes du dernier Duc de Bourgongne de s’estre confié a Campobache apres l’avoir outrageusement offensé ; dont il sceut bien se vanger devant Nancy, ou il vendit ce prince.

6Peu s’en falut aussi que Cosme de Medicis, quoy que tres sage, et tres advisé prince, ne ressentit les mesmes effects de la trahison de son Pandolphe Pucci ; [456] qui estoit en ses bonnes graces plus que seigneur de Florence, et avoit receu touttes sortes de tesmoignages de son affection ; mais qui n’eurent point [pas] tant de pouvoir sur son esprit que le desplaisir d’avoir auttre fois esté [esté auttrefois] emprisonné secrettement par [de] son ordonnance sur un faux soupcon ; ce qui luy entra si avant dedans l’ame, que le plus grand fruict qu’il tascha de tirer de la privauté particuliere [grande privauté] qu’il eùt puis apres avec son prince, fut de trouver moien par la de l’assassiner, ce qu’il eùt fait, si la conjuration n’eùt esté descouverte.

  • 3  Herodote.

7Neant moins Herodote remarque, que les Perses ne faisoient aucune difficulté de se sousmettre a ceux de qui ils avoient depossedés les parens, sans dire pourtant, s’ils s’en sont bien trouvés3.

  • 4 Aimon. Monach.

8Quoy qu’il en soit, le Religieux Aimonius a eù raison de blasmer nos Ancestres de ce que apres avoir chassé le Roy Childeric, fils de Morové, ils appellerent Gilles patrice Romain pour les dominer ; a cause qu’ils ne pouvoient  rien esperer de bon d’un homme a qui ils avoient fait la guerre si rudement, et n’en devoient attendre auttre traittement que celuy qu’ils receurent4.

9C’est sur ce pied que les sages romains prirent [457] leur resolution de ne donner charge quelconque a pas un de ceux qui portoient seulement le nom de Tarquin, quoy que reconùs tres affectionnés a l’Estat present. Je scais bien qu’il est arrivé quelque fois que ceux qui avoient estés offencés n’ont pas laissé de bien faire pour cela ; mais veritablement ces choses sont dangereuses et tout a fait irregulieres, il y avoit d’ailleurs des particularités qui ne se rencontrent pas tousjours.

10Marc Antonin ce [le] bon et sage Empereur faillit en cecy, laissant a Avidius Cassius ce puissant gouvernement, et ceste grosse armée, dont il se servit pour se souslever contre luy, quoy que ce prince eùt esté adverty par son frere Verus et auttres de la mauvaise volonté que cest homme avoit contre luy, et de la haine qu’il avoit tousjours nourrie contre la monarchie qui luy estoit comme familiere et hereditaire, a cause que Cassius estoit descendu d’un des chefs de la conjuration [qui fut faitte] contre Jules Caesar.

  • 5  Ecclesiasticus, cap. 12, vers. 10.
  • 6  Genes. cap. 34.
  • 7  Testamenta, 12 patriarch. testa. 3, tom. 1, Biblio. patrum.

11Ceste juste deffiance nous est conseillée du ciel quand Jesus fils de Syrach, dit ; non credas inimico tuo in aeternum ; sicut enim aeramentum aeruginat nequitia illius, et si humiliatus vadat [458] curvus, adjice animum tuum, et custodi te ab illo ; non statuas illum penes te, nec sedeat ad dexteram tuam, ne fortè conversus in locum inquirat cathedram tuam ; et in novissimo agnoscas verba mea, et in sermonibus meis stimuleris5. Qui a-il de plus conforme et plus formel a ce que nostre Autheur dit sur ce sujet ? [,] Son opinion en ce poinct est plustost une version de l’Ecclesiastique, qu’une maxime de Machiavelle. Les enfans de Jacob long temps auparavant tesmoignerent bien a Hemor prince de Sichem, qu’ils entendoient bien la practique de ce conseil lors qu’ils vengerent l’injure que son fils avoit faitte a leur sœur Dina en la violant6 ; et le patriarche Levi qui estoit un des freres de ceste belle racontant ceste histoire dedans son Testament, et luy rapportant tout au long, dit que ce fut un Ange qui luy mit les armes en [la] main, et qui le guida dedans ceste ville pour en prendre la vengeance sanglante qu’ils en tirerent ; tunc duxit me Angelus in Terram, et dedit mihi scutum et gladium, et dixit ; fac vindictam in Sichem pro Dina, et ego ero tecum, [459] quoniam Deus misit me ; et occidi in tempore illo filios Emmor sicut scriptum [est] in tabulis coelorum. Et ab hoc die, Sichem dicta est, civitas stultorum ; quoniam ut quis deridet fatuum, ita derisimus eos ; nam insipientiam operati sunt in Israel, dum auferebant ut inquinarent sororem nostram7.

12Le temps que tout le monde estime pour si grand medecin, ne guerit point ces coups, mais les assoupit seulement en ralentissant les premiers troubles, et les premiers mouvemens de l’esprit. Et quand une passion est juste, tant plus elle dure, et tant plus elle s’augmente, parce que la pensée et la meditation la conservent et la fortifient, lors qu’on pese plus meurement et a longs traits les raisons qui l’ont fait naistre. Les ressentimens des foibles et des stupides ressemblent a un feu d’estouppes qui s’esteint en s’allumant ; mais ceux des plus genereux et des plus sensibles sont comme celuy qui se conserve et qui s’entretient long temps dedans le fer, et dedans les matieres solides.

  • 8  Senec.
  • 9  Tertulian.
  • 10  Platon.
  • 11  Senec., Epitom. Controvers., lib. 1, contro 1.

13La Nature semble nous apprendre pour quoy [460] nous oublions facilement le bien qu’on nous fait, parce que s’unissant a nostre nature nous n’en tenons compte estimant que nous n’avons que ce que nous debvons avoir ; mais le mal y survenant, parce que nostre nature luy est contraire, elle demeure tousjours en contraste, qui n’est auttre chose que le ressentiment du mal ; ce qui fait que nous l’oublions difficilement, suivant Seneque qui dit, que ; altius injuriae, quam merita descendunt8. C’est pour quoy ce n’est pas seulement assés de ne se pas fier a nos ennemis reconciliés, mais mesme nous pouvons avec justice prendre et tirer la vengeance de ceux qui nous offencent ; et nous ne [le] debvons si nous n’aimons mieux preferer le salut et la conservation de celuy qui nous hait, a la nostre propre, au bien, et a la tranquillité de nos affaires ; Tertulian nonobstant sa severité, disant, [dit] que ; metu ultionis, omnis iniquitas refrenatur9. Et Platon nous enseigne, que ce n’est pas du debvoir d’un homme d’honneur et de courage de souffrir une injure, mais d’un serf et d’un esclave plus digne de mort, que de vie ; comme s’il vouloit dire, que [461] celuy qui a fait bresche a son honneur, n’est plus sensé estre au rang des vivans10 ; et ce que celuy-cy a dit en grec, Seneque l’a dit en latin ; non potest generosus animus contumeliam pati11.

  • 12  Regum, lib. 3, cap. 2, vers. 5 et 6.

14Voions comme ceste lecon n’est point paienne ; mais qu’elle vient du ciel, et que c’est le Roy de la terre le plus sainct, et le plus favory de Dieu qui nous en assure. David estant sur le poinct de mourir, instruisant son fils Salomon et son successeur a la couronne, apres luy avoir recommendé d’estre tousjours bien avec Dieu, de garder et de reverer ses ordonnances, luy enjoint tres particulierement et tres expressement de venger les torts qu’il avoit receu de Joab en luy disant ; tu nosti quae fecerit mihi Joab filius Sarviae ; facies ergo juxta sapientiam tuam, et non deduces canitiem ejus pacificè ad Inferos12.

  • 13  Esther, cap. 9.
  • 14  Esther, cap. 9, vers. 5.
  • 15  Ibidem, vers. 17 et 22.
  • 16  Histo. Romaine, livre 6.

15Aman favory du Roy Assuerus, en haine de Mardochée oncle d’Esther, et femme de ce grand prince, avoit entrepris et conjuré la ruine, non seulement de Mardochée, mais encore de tous les Juifs du Roiaume ; a quoy ceste sage Reine mit si bon ordre par son addresse et sa prudence, [462] qu’elle fit apres plusieurs intrigues, condemna Aman a estre pendu et estranglé, puis fit entrer Mardochée en sa place auprès du Roy13. Les Juifs advertis de ceste heureuse et favorable nouvelle, irrités tout ce qui se peult du mauvais traittement qu’on leur preparoit, et des dangers dont ils se voioient sauvés, la chance ainsi tournée, et se voians les plus forts et les plus en credit, pendirent les dix enfans d’Aman, et se vengerent haultement et puissemment de tous leurs ennemis ; itaque percusserunt Judaei inimicos suos plaga magna, et occiderunt eos, reddentes eis quod sibi paraverant facere14. Et en commemoration de ceste celebre vengeance, ordonnerent que ce jour seroit a jamais reveré parmy eux, et qu’il seroit mis au rang de leurs festes les plus solemnelles ; quem constituerunt esse solemnem, ut in eo, omni tempore deinceps vacarent epulis, gaudio, atque conviviis ; quia in istis diebus se ulti sunt Judaei de inimicis suis, et luctus atque tristitia in hilaritatem gaudiumque conversa sunt15 ; tant la vengeance est douce et aggreable. C’est pour quoy il ne fault pas s’estonner si l’Empereur Vitellius qui estoit paien, disoit que [463] l’odeur de la charogne d’un ennemy tué, estoit plaisante a sentir ; et si apres avoir fait empoisonner Julius Blesus, et l’aiant veu estendu sur la place, il dit, qu’il avoit saoulé ses yeux de la mort de son ennemy16.

  • 17  Lucian, liv. 2, Toxaris, ou, l’amitie.
  • 18  Plato, Dialogo, Clitipho, vel, exhortat.
  • 19  Senec., de Ira, lib. I, cap. 3.

16Les Scithes a l’imitation des Juifs font une espece de sacrifice, et mettent au rang de leurs actions les plus misterieuses, les moiens de se pouvoir venger ; voicy comme Lucian les descript, et nous les raconte. En Scithie, dit il, quand quelqu’un desire de se venger de l’offence qu’il a receuë d’un auttre, auquel il est inegal en force, il immole un boeuf, et en met cuire la chair hachée en petits morceaux ; cela fait, il estend par terre le cuir et s’assied dessus, mettant les mains derriere le dos a la facon de ceux qu’on a liés avec des cordes, ce que nous tenons pour un acte de submission. Apres qu’on a presenté la chair du boeuf aux amis, et a tous les auttres qui se trouvent la, qui veult en prend un morceau, puis marchant du pied droit sur le cuir, promet a son amy de l’assister de tout son possible. L’un s’offre a luy prester, nourrir, et souldoier cinq hommes de cheval, l’auttre dix ou davantage, et autant de gens de pied qu’il en pourra fournir. [464] Quand a celuy qui implore ce secours, il se donne soy mesme. Ainsi on fait quelque fois des levées d’un [de] bon nombre de gens fort agueris, difficles a vaincre, et aussi fideles que s’ils estoient obligés par serment ; a cause que marcher sur le cuir est la mesme chose que jurer solemnellement17. Sur quoy Platon donnant son advis en cas pareil dit ; Justitiae opus esse prodesse amicis, inimicos laedere18. Et Seneque faisant reflexion sur ceste alliance, et sur ceste union d’amis ramassés, conclut, que ; nemo tam humilis est, qui poenam vel summi hominis sperare non possit ; ad nocendum potentes sumus19.

  • 20  Plutarq., d’Isis, et Osiris.
  • 21  Idem, en la Vie de Marc Caton, num. 8.

17La vengeance estoit en si grande recommandation parmy les anciens, que Plutarque nous assure, qu’Osiris revenant de l’auttre monde, s’apparut a son fils Orus qu’il instruisit et exercea a la bataille et qu’il luy demanda quelle chose il estimoit au monde la plus belle, et qu’Orus luy respondit, que c’estoit de venger le tort et l’injure que l’on avoit fait a ses pere et mere20. Le mesme Plutarque en un auttre endroit dit ; que Marc Caton rencontrant en son chemin un jeune homme qui venoit d’obtenir sentence, par la quelle il avoit fait notter d’infamie le plus grand ennemy [465] de son pere n’a guerres decedé, luy dit en l’embrassant ; c’est cela mon fils, c’est cela que les gentils enfans doibvent sacrifier et offrir a l’ame de leur pere, non pas des agneaux, ny des chevreaux ; mais les larmes, et les condemnations de leurs ennemis, et de leurs adversaires21.

  • 22  Plutarq., en la Vie de Lisander.
  • 23  Idem, en la Vie de Silla.

18Lisander ne gardoit aucune regle ny mesure pour recompenser ses amis, non plus qu’a punir ses ennemis ; il n’avoit qu’un seul moien d’appaiser et de contenter sa cholere, c’est qu’il faloit que celuy qu’il avoit une fois pris en haine, mourut, estant impossible de se sauver de ses mains22. Silla fit luy mesme son epitaphe, scavoir ; que jamais homme ne le passa ny a bien faire a ses amis, ny a faire mal a ses ennemis23.

  • 24  Esope, fable, 40.
  • 25  Alcoran, Azoar. 52.

19Esope dedans ses fables nous raconte que l’anguille disoit au serpent, pourquoy somme nous presque semblables, et neant moins les hommes me font bien plus la guerre qu’a toy ? le serpent luy respondit, c’est parce que je me venge de tous ceux qui m’offencent24. Mahomet qui dedans sa Religion ne conseille la vengeance comme faisoient les Juifs et les paiens, et ne la deffend point aussi, comme font les chrestiens ; mais la mettant au [466] rang des choses indifferentes, dit ; vindicans se post injuriam illatam, nequaquam reus existit ; patiens tamen et dimittens, prae caeteris optime facit25.

20On pourroit faire de gros livres de lieux communs pour et contre la vengeance, et si nous en avons rapporté quelques uns qui semblent la favoriser, c’est plustost pour monstrer sa necessité, que pour la conseiller en touttes occasions, et touttes les fois qu’on nous offence. Souvent elle tient lieu de justice, et particulierement entre les mains des princes et des souverains a qui tous ces discours s’addressent ; et je crois qu’a proprement parler ils ne se vengent jamais, non plus que les peres chastiant leurs enfans, mais punissent leurs sujets qui sont trouvés coupables, et qui s’oubliant de leurs debvoirs auroient offensé ou leur Estat, ou leurs personnes. Et c’est de ceste sorte de gens qui plus picqués d’estre repris, que non pas d’avoir failly, qu’ils se doibvent garder, et ne leur confier jamais ny leur Vie, ny le Gouvernement de leur Roiaume, estant si veritable comme remarque nostre Autheur tres prudemment, que jamais les vieilles injures ne s’effacent par les nouveaux [467] bienfaits, et qu’il y auroit de la simplicité, et trop de facilité de croire et de s’imaginer le contraire.

21Le naturel des hommes est trop pervers, et trop enclin au mal et a l’insolence, ceux qui paressent les plus modestes et les plus humbles, ne veulent point estre repris ; il y a peu d’homme qui n’aima mieux que tout le monde perit, que de se voir reprimendé avec justice. Nostre arrogance est insuportable, nostre presomption nous perd, l’amour de nous mesmes nous aveugle, nos propres interests nous sont trop chers, nous les preferons a ceux du public, et pourveu que nous facions nos affaires, nous consentons librement a la ruine de touttes choses. Et comme tous les hommes en sont la logés, c’est pourquoy il fault bien que le prince prenne [bien] garde a qui il a affaire, qu’il conesse ceux qu’il desire emploier, et qu’il estalle toutte sa prudence pour ne despendre point de ceux qui luy doibvent estre suspects, et qui sans doubte ne perdroient point l’occasion de luy tesmoigner que rien ne les a empesché de se vanger que l’impuissance, [468] et le temps propre et favorable pour ce faire ; inimico reconciliato, non ti fidar ;disent tous les Italiens.

Haut de page

Notes

1 Tacite.

2  Senec., De ira, lib. 1, cap. 16.

3  Herodote.

4 Aimon. Monach.

5  Ecclesiasticus, cap. 12, vers. 10.

6  Genes. cap. 34.

7  Testamenta, 12 patriarch. testa. 3, tom. 1, Biblio. patrum.

8  Senec.

9  Tertulian.

10  Platon.

11  Senec., Epitom. Controvers., lib. 1, contro 1.

12  Regum, lib. 3, cap. 2, vers. 5 et 6.

13  Esther, cap. 9.

14  Esther, cap. 9, vers. 5.

15  Ibidem, vers. 17 et 22.

16  Histo. Romaine, livre 6.

17  Lucian, liv. 2, Toxaris, ou, l’amitie.

18  Plato, Dialogo, Clitipho, vel, exhortat.

19  Senec., de Ira, lib. I, cap. 3.

20  Plutarq., d’Isis, et Osiris.

21  Idem, en la Vie de Marc Caton, num. 8.

22  Plutarq., en la Vie de Lisander.

23  Idem, en la Vie de Silla.

24  Esope, fable, 40.

25  Alcoran, Azoar. 52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 11 : Que les nouveaux plaisirs ne font oublier les vieilles injures. Qu’une injure receuë ne s’oublie jamais », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre premier, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5961

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org