Navigation – Plan du site

Maxime 12 : Qu’un prince doibt tenir pauvres ses sujets, pour les contenir dans l’obeissance

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

1 [469]Machiavelle dit. Noi habbiamo ragionato altrovè come la più util cosa che si ordini in un viver libero, è, che si mentenghino i cittaddini poveri. Puis finissant ce chapitre. Et potrebbe si [sic] con un lungo parlare, mostrare quanti migliori frutti produca la poverta, che la ricchezza, et comè l’una hà honorato le città, le provinciè, le settè ; et l’altra l’hà rovinaté, se questa materia non fusse stata molte volte da altri huomini celebrata ; Machia. De Discorsi, lib. 3. cap. 25.

2Nous avons deduit en un auttre lieu, que l’ordre le plus utile qui soit en un Estat de liberté, est, que les citoiens se tiennent pauvres. Puis finissant ce chapitre, il dit. L’on pourroit icy deduire un long propos, combien la pauvreté produit de meilleurs fruicts que les richesses, [470] et comme elle a mis en honneur cités provinces, sectes, que l’auttre a ruiné ; mais ceste matiere a esté assés traittée par auttres Gens ; Machia. En ses Discours politiques sur Tite-Live, livre 3. chapitre 25.


*

  • 1  Tite Live.

3Ceux qui ne veulent pas que Machiavelle soit religieux ny chrestien en pas un endroit de ses escripts, disent sur ceste maxime qu’il conseille a son prince, de voler, piller, et ruiner ses sujets, et de les reduire a l’extreme necessité ; en quoy ils font voir qu’ils n’entendent point cest Autheur, et que leur passion ne leur permet pas de conestre qu’il ne parle rien moins que de cela, et qu’il fait un eloge de la parsimonie, et non pas une lecon tirannique, ny des preceptes de vollerie et de brigandage. Il suppose pieusement et prudemment, que la pauvreté n’est point contraire a la vertu, et qu’elle ne l’a fait point mepriser ; il prefere la mediocrité des biens, a l’oppulence superbe et superflue ; et soustient avec verité, qu’elle est plus utile et moins dangereuse à l’Estat, que les grandes richesses qui alterent et qui corrompent touttes choses. [471] Estant plus louable d’emploier un homme vertueux, quoy que pauvre, et moins perilleux de luy donner les grandes charges dont il est capable, que non pas a un riche sans probité, d’autant que se voiant secondé de ses biens, et de l’authorité qu’on luy met en main, il songera plustost a contenter son ambition, qu’au bien de son prince, et a l’avencement de son Estat. Les Romains en firent ainsi quand ils creerent Quintus Cincinnatus pour leur Dictateur, lors qu’il estoit en sa petitte maison des champs qui labouroit de sa main ; et qui apres avoir delivré le Consul Minutius, et toutte son armée qui estoit investie et assiegée [assiegée et investie] par les Eques, retourna chez soy continuer son labourage comme auparavant ; ce que Tite Live ne peult exprimer assés dignement ; encore qu’il di[t] ; operae praetium est audire qui omnia humana prae divitiis spernunt ; neque honori magno, neque virtuti locum esse putant, nisi effusae affluant opes1. Ce n’est pas ou sont les grandes richesses que se trouvent les grandes vertus ; l’honneur des hommes ne despend point de leurs thresors, et leur gloire ne s’enferme point dedans leurs [472] coffres. C’est sur ceste pensée que nostre Autheur appuie son raisonnement pour conclure a l’avantage d’une pauvreté volontaire et genereuse, non pas pour en establir une violente, honteuse et tirannique, comme ses adversaires le veulent persuader mal a propos. Il regrette les premiers temps de l’ancienne Rome, ou les plus vertueux, et non pas les plus riches estoient eslevés aux honneurs et aux dignités ; et ceux qui n’approuvent point son sentiment, sont ceux qui veulent qu’on les considere par leurs biens, a cause qu’ils ne le peuvent estre par leur vertu.

  • 2  Ecclesiasticus, cap. 13, vers. 4.
  • 3  Senec., Controv., lib. 2, contro. 14.
  • 4  Apulée, in Apolog.

4Il ne veult pas que les sujets soient pauvres, mais sans luxe, a cause que les fruicts de la parsimonie sont plus doux, plus meures, et plus aggreables, que ceux des richesses excessives qui conspirent contre les Estats, qui entretiennent les factions, qui corrompent la vertu, et qui ruinent touttes choses. Dives injustè agit et fremet, pauper autem laesus tacebit2 ; les grands biens sont tousjours accompagnés d’insolence, et de temerité ; c’est pourquoy Seneque le pere continuant ses bons advis, dit ; noli pecuniam con[473]cupiscere, haec est quae auget discordiam, urbes, et terrarum orbem in bellum agitat, humanum genus cognatum natura, in fraudes et scelera mutua instigat, haec est que senes corrumpit3 ; ou au contraire, dit Apulée, la pauvreté a esté juste en Aristides, debonnaire en Phocion, vaillante en Epanimondas, sage en Socrate, bien disante en Homere ; bref, ce fut chez elle que la philosophie prist sa naissance dedans les premiers siecles4.

  • 5  Machia., liv. 3, chap. 6.

5C’est ceste pauvreté que Machiavelle desire dedans un Estat bien policé, comme il tesmoigne tres clairement un peu auparavant, disant, que ; les biens et l’honneur sont les deux choses qui plus offencent les hommes, et des quels le prince se doibt garder ; car il ne scauroit despouiller un homme si [a] nud, qu’il ne luy reste un cousteau pour se venger ; spoliatis arma supersunt ; ny tant le deshonorer, qu’il n’ait encore un courage obstiné pour en poursuivre la raison5. Que diront les calomniateurs sur ceste declaration, ou trouvent-ils [trouveront-ils] qu’il conseille au prince de ruiner et d’appauvrir ses sujets de la sorte qu’ils le font parler ?

  • 6  Exode.

6[474] Quand Moise establit la Monarchie des Juifs il les tient quarante ans dedans le desert ou ils n’avoient que ce qu’il leur faisoit donner du ciel tous les jours pour leur subsistance6. Ceste maxime est tellement suivie des Turcs, qu’ils en ont fait une Loy fondamentale de leur Estat, ou les sujets sont tous serfs et captifs, et n’ont point de fond qui leur appartienne. Le Roiaume de Perse du temps de Darius estoit semblable a celui des Turcs d’a present.

  • 7  Tacite, histo., lib. 1.
  • 8  Idem, in Vita Agricolae.

7Le naturel des hommes demande qu’ils soient tenus bas, et soupples, a cause, dit Tacite, qu’ils ne peuvent estre entierement libres, ny entierement serfs ; hoc ex ingenio  hominum est, qui nec totam servitutem pati possunt, nec totam libertatem7. C’est pourquoy il est besoing de les tenir en bride, et de les dompter quelque fois, affin qu’ils obeissent en sujets, et non pas en esclaves ; domiti ut pareant, non ut serviant8.

  • 9  Tacit. Annal., lib. 11.
  • 10  Valer. Maxim., lib. 4, cap. 3.
  • 11  Sallust. ad Caesar.
  • 12  Psal. 73, vers. 21.
  • 13  Jacob, Epist., cap. 2, vers. 5.
  • 14  Pomponius Laetus in eius vita. Julian Apostat in oratio. et epistol.

8Aristote enseigne dedans ses politiques que c’est l’avantage du prince qu’il ne se trouve homme sous luy qui soit trop riche, ou trop aimé ; il faut coupper la laine quand elle est [475] trop grande, et troubler quelque fois les Alliances, et le trop d’intelligence dedans un Estat. Tacite assure qu’il n’y a rien de si contraire, ny de si dangereux a un prince, que les Thresors et richesses excessives de ses sujets ; auri vis, atque opes, principibus infensae9. Je dis de plus qu’elles sont les ennemis des principautés, et que suivant l’oracle de Valere le grand [Valerius maximus] ; la famille, la Cité, et le Roiaume subsistera aisement dedans un estat perdurable a tousjours, qui ne souffrira que la dissolution, et l’avarice luy commende10. Estant vray comme dit Saluste a Caesar, qu’incontinent que l’amour des richesses est entré en quelque lieu, ny le bon ordre, ny les occupations louables n’y ont plus de credit ; la fidelité, la prud’hommie, l’honnesteté, la pudicité, et telles auttres vertus n’y sont plus estimées ; ubi divitiarum cupido invasit, omnia bona vilia sunt, fides, probitas, pudor, pudicitia11. C’est ce qu’il semble avoir emprunté du prophete roial David qui dit, que ; pauper et inops laudabunt nomen tuum Domine12 ; et de l’Epistre canonique de st Jacques qui porte ; nonnè Deus elegit pauperes in hoc mundo divites in fide, et haeredes Regni13. C’est un grand [476] maistre qu’une pauvreté bien reglée et bien gouvernée ; la contrainte et la honteuse est cause de beaucoup de maux, et de grands desordres, je l’advouë, mais aussi fault il confesser qu’elle en fait beaucoup moins, que [non] pas le luxe, l’abondance, et la superfluité ; ce n’est point de celle cy dont parle nostre Autheur, luy et les auttres politiques la bannissent des Estats autant qu’ils peuvent, mais de celle qui vient de police ou de piété, qui n’est pas une privation de bien, mais un bon ordre pour sagement et modestement user et gouverner celuy que l’on possede. 14Les sages princes et les peres du peuple doibvent avoir l’œil a ces choses, sans venir aux extremités dont se servit Julian l’Apostat qui pour pretexter ses sacrileges, et les usurpations qu’ils faisoit du bien de l’Eglise, fit semblant de vouloir reformer les excès, et les desreglemens des Ecclesiastiques, et pour avoir plus tost fait, les despouilla de tout ce qu’ils possedoient, et le reunit a son Domaine, disant que ce qu’il faisoit estoit pour leur faciliter le chemin du ciel, a cause que leur Religion enseigne, que bien heureux sont les pauvres parce que le Roiaume des [477] cieux est a eux ; beati pauperes, quoniam ipsorum est Regnum Coelorum.

9Ce n’est pas reformer que de tout perdre, ny guerir un malade, que de l’assommer, si on est obligé de regler les choses superflues, on ne l’est pas moins de laisser celles qui sont necessaires ; l’une et l’auttre de ces extremités sont egalement vicieuses ; il est permis de tondre, mais non pas d’escorcher, il ne fault pas faire un plus grand mal, pour en oster un moindre, ny practiquer nous mesmes, ce que nous condemnons en auttruy.

  • 15  Senec., Controv., lib. 2, contro. 9.
  • 16  Senec., Controv., lib. 2, contro. 9.

10Concluons donc avec nostre Autheur, et disons apres [avec] luy, qu’il seroit aisé de faire voir les grands biens et les rares vertus que la parsimonie apporte dedans les Estats, mais que ceste matiere estant traittée par une infinité de bons esprits, ce seroit chose inutile et superfluë d’en vouloir dire davantage, ou de rapporter ce qu’ils en ont escript si amplement. Adjoutons seulement la meditation de Seneque qui se representant une pauvreté semblable a celle dont parle Apulée, s’escrie ; o paupertas quam ignotum bonum es ?15 O pauvreté que peu de gens [478] conessent ce que tu vault, tu es la source des biens, la mere des vertus, l’origine des sciences, la ruine du peché, l’ennemie des desordres, et celle qui tiens [sic] tout le monde dans [dedans] le debvoir. Tu es l’appuy des cloistres, l’object des vœux des Religieux, la cause de la reforme claustrale et politique, la fin et le commencement de nostre vie, et le thresor de l’innocence ; quam te paupertas amo, si beneficio tuo innocens sum16.

Haut de page

Notes

1  Tite Live.

2  Ecclesiasticus, cap. 13, vers. 4.

3  Senec., Controv., lib. 2, contro. 14.

4  Apulée, in Apolog.

5  Machia., liv. 3, chap. 6.

6  Exode.

7  Tacite, histo., lib. 1.

8  Idem, in Vita Agricolae.

9  Tacit. Annal., lib. 11.

10  Valer. Maxim., lib. 4, cap. 3.

11  Sallust. ad Caesar.

12  Psal. 73, vers. 21.

13  Jacob, Epist., cap. 2, vers. 5.

14  Pomponius Laetus in eius vita. Julian Apostat in oratio. et epistol.

15  Senec., Controv., lib. 2, contro. 9.

16  Senec., Controv., lib. 2, contro. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 12 : Qu’un prince doibt tenir pauvres ses sujets, pour les contenir dans l’obeissance », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre premier, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5962

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org