Navigation – Plan du site

Maxime 1 : Qu'il fault exterminer le prince et les grands seigneurs d'un pais nouvellement conquis

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

 [517] Apologie pour Machiavelle en faveur des Princes et des Ministres d'Estat
Livre second contenant les maximes qui sont dedans son Prince


*

Maxime 1 : Qu'il fault exterminer le prince et les grands seigneurs d'un pais nouvellement conquis


*

1Machiavel dit. A possederli sicuramente ; basta havere spenta la linea del principe che li dominava.Machia.Del Principe, cap. 3.

2[518] Il suffit pour seulement posseder un pais nouvellement conquis, d'extirper et esteindre du tout la race du prince qui les[le] seigneurioit auparavant ; Machia. En son Prince, chap. 3.


*

  • 1  St Augustin.

3Il est vray que ceste maxime d'abord semble cruelle et tirannique en la considerant de personne a personne, de chrestien a chrestien, d'homme a homme, et de particulier a particulier. Mais si on la regarde en son sens, et comme une regle, une necessité, et une raison d'Estat, on en jugera tout auttrement. Il y va icy de la conservation d'un Roiaume, ou d'une province, et du salut d'un nombre infini de peuples qui l'habitent ; pour ruiner un chef rebel, et un petit nombre de seigneurs insolens ; melius est ut pereat unus, quam unitas1 [Legum latores, viictum captumque in bello, victoris servum fore volunt. ff. & cod. de capt. et postsi. rever. per totum].

  • 2  Caesar, lib. 1, Commentar.
  • 3  Machiavelle.

4Un prince vaincu, est fait sujet et vassal de son vainqueur, et voulant secouer le joug et l'obeissance que le droict de la guerre luy impose, et practiquant des factions et des rebellions pour en venir a bout, il se rend criminel et par consequent digne de mort2 [Cyrus dit dans Xenophon ; lex est inter omnes homines perpetua, quando belligerantium urbs capta fueri, cuncta eorum esse qui ceperunt et corpora eorum qui in urbs sunt, et pecunias.Ariouistus jus esset belli ait, ut qui vicissent iis quos vicissent, quemadmodum vellent imperarent]. Machiavelle [519] represente icy un conquerant, et suppose qu'il n'a pas moins de droict sur son ennemi que sur son Estat ; a cause que la mesme justice qui le rend Maistre de ses conquestes, le rend aussi seigneur des biens et de la vie de ceux qui s'y opposent, et qui taschent de luy en oster la gloire et la jouissance. Il fault quitter, ou obeir, puis que pour conserver il est necessaire de changer les ordres, de casser les officiers, de se faire des creatures, et de maintenir et faire valoir son Authorité. Estant certain que la moindre resistance passe pour un attentat qui ne peult esperer aucun pardon ; n'y aiant point de petittes faultes en matiere d'Estat, et particulierement quand il s'agit de l'establissement, et de la seureté d'un pais nouvellement conquis. Un seul soupcon en ce rencontre est plus punissable, que mille auttres crimes averés et convaincus entre particuliers, et commis en quelques auttres contrées [quelque autre contrée]de l'ancien domaine. C'est pour quoy la consequence de nostre Autheur est politique, certaine et legitime, d'autant qu'il est impossible de conserver sa victoire en l'exposant et la confiant a son ennemy ; et que jamais on ne [520] l'affermira qu'en exterminant et terrassant [en esteignant] ceux qui luy sont contraires ; et contraires par la perte enorme et honteuse qu'ils souffrent en ce changement3.

5Ces deux mots, ou, ces deux motifs (qui luy sont contraires, a cause de la perte par eux soufferte) justifient ceste maxime en tous ses points, parce qu'estre contraire a un prince, ou a son Estat, c'est un crime de Lese Majesté au premier chef, et d'autant moins pardonnable, que ces seigneurs malcontens, estans interessés et irrités, ne peuvent jamais estre gaignés ny reduits audebvoir [aux debvoirs] et submissions qu'ils doibvent, et que leur sort les oblige de rendre a celuy du quel ils dependent ; outtre qu'estans ennemis jurés, et qui ne laisseront eschapper aucuneoccasion [aucunes occasions] de se venger quand ils pourront, quelques mines [quelque mine] qu'ils facent ; et [il] ne fault s'y fier en facon que ce soit, [et] principalement en chose [si] importante, a moins que de pecher contre touttes les regles de la prudence, et touttes les maximes de la politique humaine. Pour n'en point venir a ces extremités, il faudroit en oster la cause, il faudroit abolir les guerres, condemner [521] les usurpations, mespriser les conquestes et les victoires, et pendre les armes au ratelier dans un magasin. Tant qu'il y aura des guerres justes et raisonnables, il y aura des meurtres et des inhumanités innocentes et permises.

  • 4  Cassiod., Episto. lib. 3, epist. 8.
  • 5  Machiavelle.
  • 6  Cassiod., Episto. lib. 1, epist. 30.
  • 7  Lessius, De justitia et jure.

6Et quand nostre Autheur accuse de faulte le Roy Louis 12 et de trop peu de severité, c'est une raison [preuve] qu'il donne des malheurs qui suivent une clemence qui cause plus de cruautés, que ne feroit pas une rigueur necessaire et equitable ; quodammodo nascitur de pietate, crudelitas, dit un politique non suspect4. On fait mourir les seigneurs contraires et rebeles, non pour avoir leurs biens, ny pour mal qu'on veule a leurs personnes, mais seulement pour conserver l'Estat, et empescher qu'ils n'achevent de le ruiner davantage. Ce que Machiavelle tesmoigne assés quand il dit, que quelque fois il ne succede pas bien d'imiter les plus gens de bien5 ; ce qui fait voir qu'il ne tolere ceste action qu'en un prince souverain, et qui est contraint de le faire par un remede extreme pour maintenir son peuple, [522] et sauver la vie de plusieurs, aux despens de celle de quelques particuliers ; benigni quippe principis est, non tam delicta velle punire, quam tollere ; dit le mesme Cassiodore6 ; ce qu'un Theologien et Canoniste de nostre temps permet, quand il enseigne [dit], que ; principes interficiunt malefactores, ut custodes tranquillitatis et pacis, non ut illorum Domini7.

  • 8  Regum, lib. 4, cap. 10, vers. 30.
  • 9  Mariana, hic.

7Jehu roi d'Israel fit tuer les septante fils du Roy Achab, et s'en fit apporter les testes dedans des paniers ; il fit aussi esgorger les quarante deux freres d'Ochozias Roy de Juda, et ne laissa en vie aucun prince de ces deux maisons roiales ; ce que l'Escripture saincte approuve et justifie en ces termes ; dixit autem Dominus ad Jehu, quia studiosè egisti quod rectum erat, et placebat in oculis meis, et omnia quae erat [erant] in corde meo fecisti contra domum Achab, filii tui usque ad quartam generationem sedebunt super thronum Israel8. Et Mariana sur ce passage dit ; bonus Dominus, opera bona, quamvis imperfecta, et aliis maculis foeda, praemiat tamen9. Comme s'il vouloit dire, que ces actions qui semblent avoir quelque chose d'injuste [523] et de contraire a la commune facon d'agir, neant moins se faisant pour un grand bien, et par une necessité utile et profitable, portent leur justification avec soy, non pas pour ce qu'ils sont, mais a cause de la fin pour la quelle elles se font.

  • 10  Regum, lib. 4, cap. 11, vers. 20.

8Athalia mere d'Ochozias Roy de Juda, voiant son fils mort, ambitieuse de regner et d'usurper la Couronne, fit mourir toutte la semence Roiale ; interfecit omne semen Regium ; a la reserve de Joas fils d'Ochozias qu'on destourna de devant elle, et qu'on cacha pendant qu'elle faisoit mourir les auttres ; qui apres qu'elle eùt Regné sept ans, luy osta la Couronne qui luy appartenoit, et la fit tuer dedans son palais Roial ; Athalia autem occisa est gladio in domo Regis10.

  • 11  Regnum, lib. 4, cap. 15, vers. 10.
  • 12  Paralippo., lib. 2, cap. 22. vers. 14.
  • 13  Regnum, lib. 4, cap. 15, vers. 25.
  • 14  Ibid., vers. 30.

9Sellum pour s’emparer du Roiaume d’Israel, tua haultement et publiquement Zacharias qui en estoit Roy, puis regna en sa place ; percussit eum palam et interfecit, regnauitque pro eo11. Quelque peu de temps apres, chassé par la mesme voie qu’il y estoit entré ; Manahem [524] venant en Samarie, tue Sellum, et s’empare de son Throsne ; Manahem percussit Sellum, interfecit eum, regnavitque pro eo12. Phacée fils du Capitaine des gardes de Phaceia Roy d’Israel, conspirant [conjurant] contre son Roy, le tua dans [dedans] son palais Roial, et se mit en possession de sa Couronne ; conjuravit autem adversus eum Phacée, et percussit eum in Samaria in turre Domus Regiae, et interfecit eum regnavitque pro eo13. Phacée ainsi emparé de la Couronne de son prince, ne la porta pas long temps, parce qu’Osée machinant [conspirant] contre luy, luy dressa tant d’embusches qu’enfin il le tua ; et luy succeda par le mesme droict, qu’il y avoit [estoit] entré ; conjuravit autem et tetendit insidias Osée contra Phacée et percussit eum, et interfecit, regnavitque pro eo14. Voila dans un mesme chapitre quattre exemples celebres qui font voir, qu[e] si ces Rois eussent fait comme Jehu, ils auroient regné plus long temps et plus heureusement qu’ils n’ont pas fait.

  • 15  Regum, lib. 1, cap. 15, vers. 11 et 29.

10Jamais un prince ne se doibt arrester a des foibles et petittes considerations, se resouvenant que Dieu commenda a Saul de tuer Amalech, et qu’il destruisit tout ce qu’il avoit sans l’espargner en facon que ce soit, mettant au fil de l’espée hom[525]mes, femmes, mesme jusques aux petits enfans pendans a la mammelle, le bœuf, la brebis, le chameau, et l’asne ; et pour n’avoir entierement executé cest ordre Divin, il deschut de son Roiaume, et en fut privé ; poenitet me, quod constituerim Saul Regem, quia dereliquit me, et verba mea opere non implevit ; porro triumphator in Israel non parcet, et poenitudine non flectetur15. Quand la guerre est juste, il est encore plus equitable d’assurer ses conquestes, et d’applic[quer] les larmes et les souspirs des vaincus, a leurs faultes, et a leurs pechés passés.

  • 16  Regum, lib. 3, cap. 20, vers. 42.

11Achab Roy d’Israel entendit prononcer ceste sentence contre luy, par la bouche d’un prophete ; a cause que tu as pardonné, et que tu as laissé eschapper de tes mains Benadab Roy de Sirie, qui meritoit la mort ; ton ame sera pour son ame, et ton peuple pour son peuple ; haec dicit Dominus, quia dimisisti virum dignum morte de manu tua, erit anima tua pro anima ejus, et populus tuus pro populo ejus16.

12Les Empereurs Romains n’ont pas moins practiqué ceste maxime quand il a esté de besoing, que les Rois des Juifs ; Tarquinius Sextus, fit [fils] de Tarquin le Superbe, aiant fait semblant d’avoir receu [526] quelque grand mescontentement de son pere, dont il fit expressement courir le bruit, envoia advertir comme sous main les Gabiniens qui vouloient s’eschapper de son pere, qui pour lors leur faisoit la guerre, et se retirer aupres d’eux s’ils vouloient le recepvoir, promettant de leur mener [grande] quantité de ses amis et serviteurs. Ces pauvres gens qui ne scavoient pas l’intelligence qui estoit entre le pere et le fils, l’assurerent qu’il seroit le bien venu ; et ne faillit [manqua] pas de s’y transporter aussi tost a la desrobée, avec tous ceux qu’il avoit promis. Arrivé qu’il fut a Gabium, les Gabiniens luy firent le meilleur accueil qu’ils purent, et parce qu’il leur fit entendre qu’il vouloit faire la guerre contre son pere pour se vanger du mauvais traittement qu’il avoit receu de luy, ils le firent general de leur armée. Comme il se vid ou il se desiroit, il envoie en diligence advertir son pere comme il estoit le tout puissant, et celuy qui estoit Maistre dedans la ville, et comme il desiroit qu’il s’y comporta. La dessus Tarquin mena le courier dedans un jardin, et commencea d’abattre [a abattre] les testes des plus hauts pavots avec [527] un baston qu’il tenoit en sa main, sans faire auttre response de bouche a cest envoié [ce messager]. Le quel estant de retour conta tout le fait a Sextus qui entendit bien ce qu’il vouloit dire ; en suitte de quoy il fit entendre au peuple qu’Antistius Petro qui estoit le principal seigneur et Magistrat des Gabiniens, avec d’auttres complices avoit conspiré contre luy, et promis de le livrer a Tarquin son pere mort, ou vif ; et pour justifier ceste fausse accusation, il supposa des lettres en la maison d’Antistius, escriptes par Tarquin, et seellées de son seel qui s’adressoient a luy, et qui furent trouvées dedans son logis, ou Sextus les avoit fait mettre secrettement, puis les fit lire devant [tout] le peuple, le quel il esmùt et irrita de telle sorte contre cest innocent qui ne scavoit que penser de ceste fourbe, qu’il le lapida sur le champ, et permit a Sextus de faire telle punition qu’il voudroit des complices de ceste entreprise ; de sorte qu’aiant pouvoir d’executer ce qu’il meditoit, il fit mourir tous les plus nobles et [les plus] grands seigneurs de la ville, et par ce moien son pere et [528] luy s’en rendirent les Maistres et les souverains exterminant ceux qui auroient pù s’opposer a leur dessein.

13Les Grecs n’ignoroient pas ce stratageme, puis que Periander s’estant emparé de la seigneurie de Corinthe, craignant quelque conspiration contre luy, envoia un messager a Thrasibulus Milesien son intime amy, pour scavoir de luy comme il pourroit s’assurer de sa co[n]queste ; qui ne luy fit auttre response, sinon que menant ce deputé dedans un champ plein de bled meur, commencea a coupper les espies les plus haults et les plus eminens, puis luy commenda de s’en retourner auprés de son Maistre, sans luy dire auttre chose. Periander aiant entendu l’histoire, fit expedier en mesme temps tous les premiers de la ville, et trouva son assurance dedans leur ruine.

  • 17  Lessius, De iustit. et iure, lib. 2, cap. 9, dub. 13, num. 3.
  • 18  Machia. En ses Discours, liv. 3, chap. 30.
  • 19  Ibidem, en son Prince, chap. 3.

14Les Theologiens et Canonistes approuvent entierement ceste Doctrine, quand il disent, que ; nemo tenetur tueri vitam hominis privati, cum probabili periculo vitae suae, et si jure possit, si velit ; parce, disent ils, que ; non teneor exponere vitam meam, pro vita corporali proximi ; [529] possum enim vitam meam diligere prae vita cujusvis alterius privati17 ; a plus forte raison un prince qui void sa vie, son honneur, et son Estat au hazard, et peut estre le salut et la conservation de tous ses sujets. Et ne fault point temporiser en ces occasions crainte de quelque revers, les choses de ce monde estant trop incertaines et trop variables ; c’est l’advis de nostre Autheur quand il dit, que ; le temps ne se peult bien attendre, la bonté ne suffit, la fortune varie, et meschanceté ne trouve bienfait qui l’appaise18 ; adjoustant en son Prince ; qu’il ne fault pas suivre le proverbe de ceux qui disent qu’il fault prendre le temps comme il vient ; parce que le temps emporte avec luy touttes choses, et peult amener aussi tost le bien que le mal, et le mal que le bien19.

  • 20  Cassiod. Epistol. lib. 3, Epist. 43.
  • 21  Cassiod. Epistol. lib. 3, Epist. 16.

15Les exemples qu’il cotte ailleurs font bien voir la necessité et l’utilité de ceste maxime, la mort de Tarquinius Priscus, pourchassé par le fils d’Ancus ; et la mort de Servius Tullus par Tarquin le Superbe, monstrant assés comme il est difficile et dangereux de despouiller un [530] personnage d’un Roiaume, et laisser encore en vie celuy qui peut esperer par ses merites de [a] le recouvrer. Estant simplesse a Servius Tullus d’estimer que les fils de Tarquin prissent en patience d’estre gendres de celuy sur qui ils se jugeoient debvoir estre Rois. Aussi ce desir et appetit de regner est si grand, qu’il entre [l]es cœurs non seulement de ceux qui touchent a la Couronne, mais de ceux qui n’y ont, et n’y peuvent pretendre aucun droict ; comme en la femme du jeune Tarquin fille de Servius, la quelle esmuë de ceste rage, contre toutte affection et pieté filiale, incita son mary contre son pere a luy oster la vie et le Roiaume estimant davantage d’estre Reine, que non pas fille de Roy. Ainsi Tarquinius Priscus, et Servius Tullus ont perdu leur Roiaume, faulte de s’estre assurés de ceux sur les quels ils l’avoient usurpé. Et le Roy d’Espagne d’aujourdhuy scait bien a quoy s’en tenir pour celuy de Portugal, ou le Duc de Bragance legitime heritier de ceste Couronne a trouvé moien de se remettre en possession de ce sceptre que ses Ancestres et predecessurs luy avoient laissé perdre. Si ce prince du sang roial n’eut point esté, peut estre que la revolte [531] et la rebellion des Portugais ne seroit point arrivée au poinct favorable ou elle se void maintenant [presentement]. On n’a pas moins de droict sur la vie d’un prince, que sur son Estat, il ne fault jamais entreprendre une affaire a demy. Si on s’estoit deffait ou assuré de la personne ou Duc Charles de Lorraine, on auroit sauvé la vie a plus de cinquante mille hommes de service qui ont estés miserablement assassinés dedans son pais par ses sujets ; et auroit on conservé plus de cent lieux [lieues] de pais, scavoir tout ce qui est entre Chaalon en Champagne et Brisac, des ruines, des voles, [des meurtres,] et des inhumanités incroiables qui se commettoient [commettent] tous les jours impunement dedans ces pauvres et pitoiables provinces. Et apres cela les vaincus eussent conù leur bonheur, la bonté du Roy, et la douceur de ses armes ; et eussent confessé haultement, que les desseins de Louis Le Juste, et deson successeur glorieux, n’estoient pas moins religieux et favorables, que ceux de cest Empereur romain qui disoit ; nobis propositum est, Deo juvante, sic vincere, ut subjecti se doleant nostrum Dominium tardius acquisisse20. Donnant tel ordre aux Gouverneurs qu’il y eùt envoié, qu’on les eùt plustost pris pour des protecteurs [532] de la province, et des conservateurs du peuple, que pour des Maistres d’un pais conquis, et les conducteurs de tant de soldats qui leur sont necessaires puis que leur ordre et leur commision n’eut esté auttre que celle que le Roy Theodoric donna a Gemellus quand il l’envoia pour gouverner les provinces de France qu’il avoit nouvellement conquises ; effice, ut victam fuisse delectet ; nihil tale sentiat, quale patiebatur, cum Romam quaereret ; abscedat omnis de calamitate tristitia ; serenetur tandem nubilus vultus ; nunc illam gaudere convenit, cum ad sua vota pervenerit21. Estant certain que l’on n’est jamais si tranquille ny si en repos, que lors que l’on est retombé dans son centre, qu’on revient a sa source, et qu’on est reuny a son ancien Domaine.

Haut de page

Notes

1  St Augustin.

2  Caesar, lib. 1, Commentar.

3  Machiavelle.

4  Cassiod., Episto. lib. 3, epist. 8.

5  Machiavelle.

6  Cassiod., Episto. lib. 1, epist. 30.

7  Lessius, De justitia et jure.

8  Regum, lib. 4, cap. 10, vers. 30.

9  Mariana, hic.

10  Regum, lib. 4, cap. 11, vers. 20.

11  Regnum, lib. 4, cap. 15, vers. 10.

12  Paralippo., lib. 2, cap. 22. vers. 14.

13  Regnum, lib. 4, cap. 15, vers. 25.

14  Ibid., vers. 30.

15  Regum, lib. 1, cap. 15, vers. 11 et 29.

16  Regum, lib. 3, cap. 20, vers. 42.

17  Lessius, De iustit. et iure, lib. 2, cap. 9, dub. 13, num. 3.

18  Machia. En ses Discours, liv. 3, chap. 30.

19  Ibidem, en son Prince, chap. 3.

20  Cassiod. Epistol. lib. 3, Epist. 43.

21  Cassiod. Epistol. lib. 3, Epist. 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 1 : Qu'il fault exterminer le prince et les grands seigneurs d'un pais nouvellement conquis », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre second, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5965

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org