Navigation – Plan du site

Maxime 3 : Qu’il est plus a propos qu’un prince soit avare, que prodigue et liberal

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

1[691] Machiavelle dit. Dico come sarebbe bene esser tenuto liberale ; et però a volersi mantenere fra gli huomini il nome del liberale, è necessario non lasciar indietro alcuna qualita di suntuosità, talmente che sempre un principe cosi fatto consumare[sic][consumara] in simili opere tutte le sue facultà, et sara necessitato alla fine, se egli si vorra mantenere il nomé del liberale, gravare i popoli straordinariamente, et essere fiscale, et fare tutté quelle cosè, che si posson fare per haver danari. Il che comincia a farlo odioso con li sudditi, et poco stimare da ciascuno diventando povero ; in modo che havendo con questa sua liberalita offeso molti, et premiato pochi, sente ogni primo disagio, et periclita in qualunque primo pericolo ; il che conoscendo lui, et [692] volendo se ne ritrarre, incorre subito nell’infamia del misero. Un principe adunque non potendo usare questa virtu del liberale senza suo danno, in modo che la sia conosciuta, deve s’egli è prudente, non si curare del nome del misero ; per che con il tempo sara tenuto sempre più liberale, veggendo che con la sua parsimonia le sur [sic] entrate li bastano, può difendersi da chi gli fa guerra, può far imprese senza gravare i popoli, talmente che viene a usare la liberalita a tutti quelli, a chi non toglie che sono infiniti, et miseria a tutti coloro a chi non dà, che sono pochi. Ne’ nostri tempi noi non habbiamo visto fare grand cose, se non a quelli che sono stati tenuti miseri, gli altri esser spenti. Per tanto un principe deve stimare poco (per non haver a rubar i sudditi, per potere difendersi, per non diventare povero et abietto, per non esser forzato diventare rapace) d’incorrere nel nome di misero, perche questo è uno di quelli vitii che la fano [sic] regnare.
Puis concluant.
Et non ci è cosa che consumi se stessa quanto la liberalita, la quale mentre che tu l’usi, [693] perdi la faculta d’usarla, et diventi ò povero, ò vile, ò per fuggire la poverta, rapace et odioso. Et tra tutté le cosé, da che un principe si debbé guardare, è l’essere disprezzato et odioso, et la liberalita a l’una et l’altra di questè cosè ti conducè. Per tanto è più sapienza, tenersi il nome di misero, che partorisce una infamia senza odio, che per voler il nome di liberale, incorrere per necessita, nel nome di rapace, che partorisce una infamia con odio; Machiavel. del Principe, cap. 16.

2Mon opinion est qu’il seroit bon d’estre estimé liberal ; et le prince qui a deliberé d’estre estimé tel, ne doibt omettre aucune espece de somptuosité, si bien qu’en ce faisant il verra bientost le bout de ses finances, et finalement [contraint] pour entretenir ceste reputation, fouler excessivement son peuple, et emploier tous les moiens qui se practiquent pour accumuler de l’argent. Ce qui ne tardera gueres a luy acquerir la haine de ses sujets, et le faire peu estimer d’un chacun le voiant devenu pauvre ; tellement que faisant [694] tort a beaucoup pour fournir a sa liberalité et enrichissant bien peu de gens moiennant icelle, sera au danger de voir sa ruine au premier inconvenient qui aviendra ; et prevoiant cela, si puis apres il a volonté de s’en retirer, le mauvais bruit de chiche et avare ne luy [peult] faillir. De sorte qu’estant chiche et petit donneur, il use de liberalité envers tous ceux desquels il n’exige rien, dont le nombre est infiny ; et semble avare seulement a un tas de mignons de Cour qui ne s’enrichissent point de ses presens, les quels ne sont qu’une petitte trouppe de Courtisans. Les princes ne peuvent rien entreprendre sans argent, pas mesmes se deffendre ny attaquer. Partant un prince doibt faire peu de cas s’il a le bruit de mechanique, pouveu qu’a l’occasion de ce il se passe de manger ses sujets, et qu’il puisse resister a ses ennemis, et ne point devenir ravisseur du bien d’auttruy.
Puis finissant ce chapitre, il conclut en ses termes. Il ne se void chose qui se conferme tant de soy mesme, que la Largesse, la quelle ainsi qu’on la practique, perd les moiens d’estre practiquée, et cependant tu deviens pauvre et
[695] mocqué ; ou bien pour fuir la pauvreté, tu deviens pilleur, et par consequent mal voulu ; certainement ce sont les deux poincts ou le prince se doibt le plus garder de choir, que d’estre mesprisé et haÿ, aux quels la liberalité ne peult faillir de te conduire ; c’est pourquoy il vault beaucoup mieux avoir le bruit de mechanique, qui est un deshonneur sans malveillance, que pour affecter le nom de liberal encourir par necessité la reputation de pillard, ce qui engendre un deshonneur accompagné de malveillance ; Machia. en son Prince, chap. 16.


*

  • 1  Senec. De Benef. lib. 4, cap. 37.
  • 2  Plin. In paneg. Traian.
  • 3  Tacit. histor. lib. 3.
  • 4  Ibidem, Annal. lib. 2.
  • 5  Plin, in paneg. Traiani..

3Quelle maxime voudroit on plus religieuse et plus favorable pour le bien et le soulagement du pauvre peuple que celle-cy ? Ou est la Tirannie tant de fois reprochée a ce sage et prudent politique ? Ou sont les ruines et les violences qu’on dit qu’il conseille par tout ? Ceux qui luy sont contraires en ce poinct, et qui preschent le mauvais mesnage aux princes, aiment plus leurs interests, que non pas ceux du publique, et veulent profiter de la pauvreté du peuple, sans qu’il en demeure auttre chose au souverain [696] que la haine de ses sujets, et la reputation d’estre un Tiran, un homme sans conduitte, sans ordre, et sans compassion. Jamais Doctrine ne fut plus avantageuse pour le bien et l’utilité des peuples que celle cy ; et ne s’en trouve point de plus juste ny de plus equitable, puis qu’en servant le sien on ne fait tort a personne, et qu’il est impossible de prendre celuy d’auttruy sans blasme et sans injustice. Un prince pauvre et incommodé, est impuissant ; mesprisé, et comme abandonné a la misericorde de ses voisins ; ou celuy qui est riche, est craint et reveré, capable de toutte entreprise [touttes entreprises], en estat de deffendre et d’attacquer, et tousjours exempt de ceste pensée cruelle et inhumaine de vouloir vexer et ruiner son peuple. Pour moy je ne void point ce qui a pù esmouvoir tant d’escrivains a la condamnation de ceste maxime, ny ou ils ont trouvé que nostre Autheur prefere une avarice sordide, infame, et honteuse, a une liberalité juste, reglée, et qui se fait avec conessance de cause. Ceste imposture va du pair avec les auttres, ce n’est point le sentiment de Machiavelle, et ceux qui l’accusent du contraire [697] se trompent et luy font tort, puis qu’il n’authorise la chicheté du prince que quand elle tend a la conservation de l’Estat, et au soulagement des sujets, preferant la parsimonie et le bon mesnage, a une prodigalité et profusion inutile [, confuse,] et dommageable. Si le prince donne quelque chose, il fault que ce soit avec jugement, et par forme de reconessance et de recompence, ne pouvant non plus que Seneque approuver ces princes qui font largesse sans regarder a qui, ny comment ; nec placent mihi Reges illi, qui multa opertis oculis donant1. Donnés, dit le panegiriste de l’Empereur Trajan, a ceux qui vous accompagnent a [dans] la guerre, et qui s’exposent et courent fortune avec vous ; et a ceux aussi qui vous ont bien et fidellement servy pendant la paix ; tu largiere bellorum sociis, periculorum consortibus ; etiam de te benè ac fortiter, sed in toga, meritis2. Et cela ne donnera point de jalousie, ny de soupcon de mauvais mesnage, puis que ce sera paier ceux qui l’auront merité, et recompenser une partie des bons services qu’ils ont rendu [rendus]. Ce qu’il fault faire mesme avec mesure, a cause que si ce temperament [698] mancque a la liberalité et reconessance, ce ne sont plus que ruine, que confusion et prodigalité. Si vous donnés a chacun et a tout propos, que sera-ce, dit Tacite, les particuliers ne seront jamais saouls ny contans, et le publique mancquera et se ruinera ; simplicitas ac liberalitas, nisi modus adsit, in exitium vertuntur3 ; singuli nunquam exsatiabuntur, Respublica deficiet4. Apres quoy vous serés contraint de mettre les mains sur le bien d’auttruy, comme remarque le Consul et l’orateur romain. Et puis vous ne verrés que des ruines, que des plaintes, et des malheurs de tous costés, sans que jamais vous soiés aussi avant dans les bonnes graces, ny dans la bonne volonté de ceux que vous aurés enrichis et revestus, qu’en la haine et mauvaise grace [malgrace] des auttres que vous aurés appauvris et despouillés. C’est pourquoy il fault que le prince prenne bien garde a tous ces inconveniens, et qu’il s’abstienne plustost de rien donner, pourveu qu’il ne prenne rien ; nihil largiatur Princeps, dum nihil auferat5.

  • 6  Lipse, lib. 5, Civil. Doctri. cap. 6.
  • 7  Dion, in Vespasiano.
  • 8  Horat.
  • 9  Plutarque
  • 10  Dion, histo.
  • 11  Aristot. Rethor. Lib. 2, cap. 16.
  • 12  Cicero. Oratio. 2 in Verrem.
  • 13  Idem, lib. 1 ad Atticum, epist. 12.
  • 14  Aristo. Lib. 5, politic. cap. 2.
  • 15  Tacit. histor. lib. 2.
  • 16  Dion, lib. 56.
  • 17  Idem, lib. 52.
  • 18  Tacit, histo. lib. cap. 16.
  • 19  Tacite, histo. lib. I.
  • 20  Tacit. Annal. lib. 2.
  • 21  Cardan, De sapient. Lib. 5.
  • 22  Cassiodor. Epist. lib. 6, epist. 20.
  • 23  Plutarq. en la vie de Mar Caton, num. 3.

4Lipse dit qu’il tient pour un oracle, cest advis de Thucidide, que les affaires de la guerre pour la [699] plus part s’effectuent par le conseil, et a force d’argent ; oraculum est, plerasque belli res confici consilio et vi pecuniarum6. Mucianus qui estoit un vieux routier de guerre s’escrioit de son temps, que les richesses estoient les nerfs de l’Estat ; nervos Imperii, pecuniam esse7 ; et sine iis nihil fiet quod opus est, dit Demosthene. Tout obeit a un prince qui a de l’argent ; Divina humanaque pulchris divitiis parent8. Philippe de Macedoine dit dans Plutarque, qu’il sera vainqueur par tout, pouveu que ses armes soient argentées, c’est a dire, qu’il ait de l’argent pour paier ses armées9. Dion remarque que l’Empereur Caius tenoit pour maxime, qu’il n’y a que l’argent et les soldats qui puissent aggrendir l’Empire d’un prince, luy en acquerir de nouveaux, et conserver ceux qu’il aura conquis ; duo esse quae principatus comparent, servent, et augeant, milites et pecuniam10. Si vous voulés lever des gens de guerre, faire des ligues et des alliés [alliances], l’argent vous en fera avoir, on a de tout en paiant, dit Aristote ; omnia venalia nummis11. Il n’y a place si forte, ny si bien munie, [700] que vos thresors n’abattent, et ne mettent en vostre subjection ; nihil tam munitum, quod non expugnari pecunia possit12 ; c’est une machine qui ruinera touttes sortes de boullevars et de citadelles, pourveu qu’un petit asne chargé [d’or] puisse entrer dedans, dit le mesme Ciceron13. C’est pourquoy, il fault que le prince ne soit jamais desgarni, et qu’il face conestre a tous ses sujets que l’argent qu’il possede, n’est que pour la conservation du public, et qu’il en est plustost le gardien et le dispensateur, que non pas le proprietaire et le dissipateur [destructeur] ; custodem et dispensatorem, ut communium bonorum, non ut tuorum14. Et pour en user de la sorte, il fault suivre l’advis de Tacite, qui dit, qu’il ne fault pas le donner a poignée aux particuliers, pour n’estre pas reduit ny contraint de pincer plus vivement le public pour en trouver de l’auttre ; non privatim largiri, quod avidius de Republica sumas15 ; non plus qu’aux favoris dont les convoitises insatiables, et l’ambition desreglée n’est jamais contente ny satisfaite. L’Empereur Alexandre Severe ne distribuoit jamais ny or ny argent a personne que rarement, et [701] encore aux gens de guerre, disant qu’il n’estoit pas loisible ny permis au dispensateur du bien public, d’emploier les deniers contribués par le peuple des provinces, a ses plaisirs, ou a celuy de ses mignons. Dion rapporte dans son histoire que l’Empereur Marc Antonin ne prenoit jamais l’argent de l’espargne ; nisi consulto senatu16. Mecenas favory de l’Empereur Auguste, luy disoit, que l’on amasse les grandes richesses, non pas tant en prenant de tous costés, qu’en n’emploiant pas mal, et ne dissipant pas celles que l’on a ; magnae opes, non tam multa capiendo, quam haud multa perdendo, quaeruntur17. Mutianus dont nous venons de parler, aiant assemblé de grandes et puissantes armées pour envahir l’Empire pour Vespasian, disoit que rien ne travailloit tant son esprit que le fond des finances, et la provision d’argent, aiant tousjours ceste sentence en bouche que les deniers sont les nerfs de la guerre ; sed nihil aequè fatigabat quam pecuniarum conquisitio, eos esse belli civilis nervos dictitans18. Thucidide, Ciceron, Tite Live, et tous les plus grands politiques sont d’accord de ce fondement, parce que la [702] conservation des Estats ne se fait pas [sans soldats], et les soldats ne subsistent pas sans argent ; c’est pourquoy Tacite dit, que ; falluntur quibus luxuria, specie liberalitatis imponit ; perdere multi sciunt, donare nesciunt19. Ainsi la liberalité et prodigalité se ruinant de soy mesmes, comme dit st Jerosme ; liberalitate, liberalitas perit ; il fault necessairement se servir de mauvais moiens pour en trouver de l’auttre, suivant cest axiome, que ; quod ambitione exhaustum, per scelera supplendum est20. C’est pourquoy [Ainsi] il vault mieux ne rien donner du tout que d’oster et de ravir pour ce faire, d’autant plus que la liberalité n’est pas proprement une vertu Roiale, puis que la Tirannie y peult pretendre beaucoup davantage, pour faire a force de dons et de presens, ce quelle ne peult executer ny par amour, ny par violence [ny par force, ny par amour, ny par justice]. C’est ce que Cardan enseigne en son livre de la Sagesse, quand il dit, que ; stulta prodigalitas, tirannidis in principe mater est, nec unquam invenies avarum principem Tirannum, nec a tirannide immunem eum qui prodegerit ; vides Helioga[703]balum, Neronem, Caligulam, eo majores Tirannos, quo profusiores ; contra, Antoninos duos, Alexandrum, Severum, Trajanum, Vespasianum tantum a Tirrannide abfuisse, quantum a largiore pecuniarum effusione. Tuta igitur in principe parsimonia, execranda profusio21. Les princes donnent assés, quand ils n’ostent rien ; et font beaucoup de bien, quand ils ne font point de mal ; parce, comme dit Cassiodore, que c’est une chose honteuse et sordide, de vouloir estre estimé liberal du bien d’auttruy, et vouloir tirer de la gloire de ses larcins et de ses exactions [exactions et de ses larcins] ; certè foedissimae contrarietatis vitium est, studere furtis, et habere vocabulum largitatis22. Marc Caton [Marcus Cato] dit qu’il laissa en Espagne le cheval duquel il s’estoit servi en guerre pendant son Consulat, pour espargner a la chose publique l’argent qu’il eùt cousté a le ramener par mer en Italie23 ; tant il estimoit sainct [saincts] et sacrés les deniers de l’Estat.

  • 24  Sueton. in Calig. cap. 37.38.40.41.

5L’Empereur Caius Caligula n’estoit pas de ceste humeur, aussi son Regne n’en fut pas si heureux, [704] ny sa fin si glorieuse ; puis qu’aiant succedé a Tibere, et trouvé dedans ses coffres soixante sept millions d’or, il despensa tout cela en moins d’un an, outtre le revenu ordinaire de l’Empire. Ce prodigue estourdi, sans conduitte et sans esprit, faisoit bastir des maisons sur la mer aux lieux qu’il rencontroit les plus profonds ; de sorte que pour y jetter des fondemens, il faloit enfoncer des monceaux de pierre aussi gros que des haultes montagnes, et ne tantoit que les choses impossibles. Il faisoit raser les plus grandes montagnes, et les rochers les plus effroiables pour les egaler aux rases campagnes, et puis en faisoit eslever ès lieux ou il n’y en avoit point, et faloit que tout cela se fit dans le mesme jour qu’il l’avoit commendé a peine de la vie. On feroit des livres entiers de ses prodigalités excessives et monstrueuses, il suffit quant a present de scavoir qu’apres avoir espuisé ce grand thresor en si peu de temps, et se voiant sans argent, il ne songeoit plus qu’aux rapines, et aux moiens d’en avoir a quelque prix que ce fut. Il imposa de nou[705]velles tailles sur touttes sortes de choses ; c’est luy qui tira tribut des plaideurs, des joueurs, et des garces ; ce qui le rendit si abominable et si odieux qu’on le tua malheureusement24.

  • 25  Sueton. in Nero. cap. 27.30.32. Dion in Neron.
  • 26  Sueto. in Vitelli. cap. 13. Dion, in Vitellio.
  • 27  Tacit. Histor. lib. 1.
  • 28  Philippe de Commines, liv. 5, chap. 18.

6Neron pour enrichir ses flatteurs, ses mignons, et ses favoris ; pour fournir a la despense excessive qu’il faisoit en habits superbes et pretieux, pour entretenir les mille littieres qui le suivoient ; et faire mettre de l’argent sous les pieds de ses chevaux au lieu de fer ; pour faire subsister les cinq cent annesses qui fournissoient le laict des bains de sa femme ; pour recompenser ses maistresses, et satisfaire a mille auttres despenses aussi inutiles, que prodigieuses ; ruina tous ses sujets, incommoda touttes ses provinces, et n’acquit auttre chose que la haine et la malediction de son peuple25. L’Empereur Vitellius en un an despensa en festins et bancquets neuf millions d’or ; un seul plat de langues, de cervelle, et de foies de certains poissons et oiseaux rares et exquis coustoit dix mille escus ; et en ceste mesme année, a la reserve de dix jours, il perdit son bien, son Em[706]pire, sa Vie, son honneur, et sa reputation26 ; ita Vitellius sine modo, sine judicio donabat sua, largiebatur aliena27. Entre nos Rois Louis 11 donna beaucoup aux Eglises, en aucunes choses eut mieux valu moins, a ce que dit son sage et fidele historien Philippe de Commines, a cause qu’il prenoit des pauvres pour le donner a ceux qui n’en avoient aucun besoing28.

  • 29  Montagne, en ses Essais, liv. 3, chap. 6.

7Ainsi, dit Montagne, si la liberalité d’un prince est sans discretion et sans mesure, je l’aime mieux avare ; la vertu Roiale semble consister le plus en la justice. L’immoderée largesse est un foible moien a leur acquerir bienveillance, a cause qu’elle rebutte plus de gens, qu’elle n’en practique ; et si elle est emploiée sans avoir esgard aux merites, elle fait vergongne a qui la recoit, et se recoit sans grace. Des Tirans ont estés sacrifiés a la haine du peuple par les mains de ceux mesmes qu’ils avoient iniquement avancés. Les sujets d’un prince excessif en dons se rendent excessifs en demandes, ils se taillent non a la raison, mais a l’exemple ; et il y a souvent de quoy rougir de nostre impudence. On [707] n’aime que la liberalité future, et plus un prince s’espuise en donnant, plus il s’appauvrit d’amis. Comment assouviroit il les envies qui croissent a mesme [mesure] qu’elles se remplissent ? Qui a sa pensée a prendre, ne l’a plus a ce qu’il a pris ; la convoitise n’a rien si propre que d’estre ingratte. Philippe de Macedoine tanca son fils par une lettre en ces termes, de ce qu’il essaioit par present de gaigner [de gaigner par present] la volonté des Macedoniens ; quoy tu as envie que tes sujets te tiennent pour leur bourcier, et non pour leur Roy ? Veux tu les practiquer, practique les des bienfaits de ta vertu, et non pas des bienfaits de tes coffres29.

  • 30  Senec. De Vita Beata, cap. 30.

8Pour monstrer combien la parsimonie et le bon mesnage est plus utile a l’Estat, plus honneste au prince, et plus favorable a ses sujets, que non pas la profusion et la prodigalité ; il ne faloit auttres Authorités [raisons], ny auttres raisons [authorités] que celles de nostre Autheur, aux quelles nous renvoions le lecteur prudent qui scaura bien conestre l’intention de ce grand politique, et la calomnie de ses accusateurs. De deux maux il choisit le moindre, aimant mieux [708] que le prince soit avare, que prodigue ; a cause qu’il ne fait tort a personne quand il ne donne rien, qu’il en fait beaucoup quand il donne trop ; pour enrichir deux ou trois particuliers, il fault ruiner un million de pauvres et malheureux sujets. S’il fait du mal en ne rien donnant, il n’en fait qu’a soy mesme, et fait du bien a une infinité de personnes aux quelles il ne prend rien ; hoc ab homine exigitur ut prosit hominibus ; si fieri potest multis ; si minus, paucis ; si minus proximis ; si minus, sibi30. C’est le propre de l’homme et le debvoir d’un prince de faire bien a tout le monde s’il est possible ; s’il ne peult a tous, que ce soit a un plus petit nombre ; si ce nombre est encore trop grand, que ce soit a ceux qui sont aupres de luy ; sinon a soy mesme. Ainsi le prince ne pouvant enrichir tous ses sujets sans ruiner son Estat ny donner a tant de demandeurs, sans espuiser ses finances, ny eslever tous ceux qui sont a sa Cour, sans trop abaisser et mettre au neant le reste de ses sujets [son peuple] ; qu’il se contente d’estre [709] bien faisant a soy mesme, c’est a dire qu’il tienne tousjours devers soy, puis que par la l’Estat en est mieux conservé, sa personne plus reverée ; et ses sujets moins grevés.

Haut de page

Notes

1  Senec. De Benef. lib. 4, cap. 37.

2  Plin. In paneg. Traian.

3  Tacit. histor. lib. 3.

4  Ibidem, Annal. lib. 2.

5  Plin, in paneg. Traiani..

6  Lipse, lib. 5, Civil. Doctri. cap. 6.

7  Dion, in Vespasiano.

8  Horat.

9  Plutarque

10  Dion, histo.

11  Aristot. Rethor. Lib. 2, cap. 16.

12  Cicero. Oratio. 2 in Verrem.

13  Idem, lib. 1 ad Atticum, epist. 12.

14  Aristo. Lib. 5, politic. cap. 2.

15  Tacit. histor. lib. 2.

16  Dion, lib. 56.

17  Idem, lib. 52.

18  Tacit, histo. lib. cap. 16.

19  Tacite, histo. lib. I.

20  Tacit. Annal. lib. 2.

21  Cardan, De sapient. Lib. 5.

22  Cassiodor. Epist. lib. 6, epist. 20.

23  Plutarq. en la vie de Mar Caton, num. 3.

24  Sueton. in Calig. cap. 37.38.40.41.

25  Sueton. in Nero. cap. 27.30.32. Dion in Neron.

26  Sueto. in Vitelli. cap. 13. Dion, in Vitellio.

27  Tacit. Histor. lib. 1.

28  Philippe de Commines, liv. 5, chap. 18.

29  Montagne, en ses Essais, liv. 3, chap. 6.

30  Senec. De Vita Beata, cap. 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 3 : Qu’il est plus a propos qu’un prince soit avare, que prodigue et liberal », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre second, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5968

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org