Navigation – Plan du site

Maxime 4 : Que le Prince se face plustost craindre, qu’aimer

ENBaCH

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

1 [710] Machiavelle dit. Nasce una disputa se gli è meglio esser amato, che temuto, ò temuto che amato ; rispondesi, che si vorrebbe essere l’uno et l’altro ; ma perche egli è difficile, che è [sic] stiano insieme, e multo [sic] più sicuro, l’esser temuto che amato, quando s’habbi a mancare d’ell’un de duoi. Perche de gli huomini si può dire questo generalmente, che sieno ingrati, volubili, simulatori, fuggitori de pericoli, cupidi di guadagno ; et mentré fai lor bene, sono tutti tuoi, ti offeriscono il sangue, la robba, la vita, et i figliuoli, quando il bisogno è discosto ; ma quando ti s’appressa, si rivoltano. Gli huomini, hanno men rispetto d’offendere uno che si facci amare, che uno che si facci temere ; perche l’amore e tenuto dà un vinculo d’obligo, il quale, per essere gli huomini tristi, da ogni occasione di propria utilita, [711] e rotto ; ma il timore, e tenuto da una paura di pena, che ni [sic] [non] abbandona mai ; devè nondimeno il principe farsi temere in modo, che se non acquista l’amore e’ fugga l’odio, perche puo molto bene star insieme, esser temuto et non odiato ; il che fara sempre che s’astenga dalla robba de suoi cittadini, et de suoi sudditi, et dalle donne loro. Et quando purè gli bisognasse procedere contro al sangue di qualcuno, farlo quando vi sia giustificatione conveniente, et causa manifesta ; ma sopra tutto astenersi dalla robba d’altri, perche gli huomini dimenticano più tosto la morte del padre ; che la perdita del patrimonio.      Puis concluant. Conchiudo adunque, tornando all’essere temuto et amato, che amando gli huomini a posto [sic][a posta] loro, et temendo a posta del principe, devè un principe savio fondarsi in su quello che è suò, non in su quello che e d’altri ; devè solamente ingegnarsi di fuggir l’odio, come è detto ; Machia. del Principe, cap. 17.

2Il y a une commune dispute a scavoir s’il vault [712] mieux estre aimé, que craint ; je respondray que c’est beaucoup le meilleur d’avoir les deux ensemble qui veult[peult] ; mais estant chose difficile d’embrasser le tout, c’est bien le plus assuré d’estre craint, qu’aimé, puis qu’il te fault mancquer de l’un des deux. La raison y est, parce que les hommes sont en general pleins d’ingratitude, variables, simulateurs, fuians les dangers, et cupides de gain. De tant qu’ils profiteront de toy, tu les tiendras en ta manche te faisant offre de leur sang, leur bien, leur vie, leurs enfans, lors qu’il n’en est pas besoing ; mais quand l’affaire s’approche, tu les verras incontinent tourner casaque. Davantage les hommes font moindre cas d’offencer celuy qui se fait aimer, que celuy de qui on a crainte ; car l’amitie ne tient qu’a un lien d’obligation, le quel pour la malice des hommes est rompù a la premiere occasion qui se presente de faire son particulier proffit en te nuisant ; mais la crainte est fondée sur une peure [sic] de punition laquelle n’abandonne jamais ; toutte fois le prince se doit faire craindre en sorte que s’il n’acquiert l’amour, pour [713] le moins il evite la haine, estant choses qui peuvent compatir ensemble, que d’estre craint et non haÿ ; ce qui se fera tousjours aisement ne touchant point aux biens, ny aux femmes de ses citoiens et sujets ; et quand il seroit necessaire de faire mourir quelqu’un, faudroit attendre la commodité de quelque juste couleur et cause manifeste, pourveu que ce faisant il s’abstienne de la confiscation, parce que les enfans qui restent oublient plustost la mort de leur pere, que la perte de leur patrimoine. Et un peu apres finissant ce chapitre, il conclut par ces termes. Je conclueray donc en reprenant le propos d’estre craint et aimé, que puis que les hommes aiment comme il leur plaist, et craignent comme il plaist au prince, s’il est sage il se doibt fonder sur ce qui despend de luy et non de l’auttruy ; mais seulement tascher a n’estre point haÿ, comme nous avons dit ; Machiavelle, en son Prince, chap. 17.


*

  • 1  Machia. En ses Discours, liv. 3, chap. 21.
  • 2  Machia. Ibidem, liv. 1. chap. 3.
  • 3  Machia. En son Prince, chap. 19.

3Si je faisois icy l’amoureux, je dirois que je ne [714] veux pas que la haine prenne la place de l’amour, ny qu’elle luy dispute son pouvoir et sa puissance ; mais puis que je parle en politique, et comme celuy qui gouverne et qui n’est pas gouverné, et que je n’ay point affaire a des beats ny a des complaisans, mais a des brutaux et a des insensibles ; il fault que je m’accommode a l’humeur de ceux avec les quels nous agissons [a qui nous avons affaire], et que je leur represente la crainte non pas comme une passion lasche et tremblante, mais comme un remede salutaire et necessaire pour faciliter leur obeissance, et favoriser leur debvoir. Nostre Autheur a tres bien et tres sagement remarqué que les hommes sont portés et incités principalement par deux choses, l’amour et la crainte ; si bien qu’autant leur peult commender celuy qui se fait aimer, comme celuy qui se fait craindre ; voire le plus souvent est plus suivy et obey qui se fait redoubter, que qui se fait aimer1. L’experience de ce est si conuë, et tous les Escrivains [en] sont si generalement d’accord, que ceste maxime passe plustost pour une opinion commune, [715] que pour une regles d’Estat ; estant certain comme remarque le mesme Machiavelle, que les hommes ne font jamais bien que par necessité, et que quand il est en leur election de faire, ou non, c’est tout desordre et toutte confusion2. C’est pourquoy tous les politiques et philosophes moraux enseignent egalement, que puis que la plus part des hommes sont nés de la sorte, qu’ils obeissent plustost a la crainte, qu’a la honte ; et qu’ils s’abstiennent plustost du mal par l’apprehension de la peine et du supplice, que pour le blasme et l’infamie qui suit les mauvaises actions ; il est necessaire que le prince soit craint pour sa vertu et sa justice, estant certain que la terreur que les meschans ont de luy, est une des colomnes qui affermit son Estat, et qui le rend venerable a tous ses citoiens bons et mauvais ; assurant les premiers, et tenant les auttres en bride, ce qui le fait reverer comme un pere de ses enfans. Et ne fault pas que ceste crainte procede de son injustice, de sa cruauté, et de sa Tirannie, parce qu’elle engendre la haine et le mespris, mais du bon ordre, et du bon reglement [716] qu’il doibt a ses sujects. Nostre Autheur suppose que le prince a affaire a des peuples rebeles, ingrats, indomptables, et mesconessans, qui abuseroient de sa bonté, si ce remede ne les en empeschoit ; les peres les plus doux et les plus Idolatres en usent ainsi envers leurs enfans. Il ne veult pas qu’on craigne le prince a cause de sa Tirannie et de sa cruauté, mais crainte d’estre puny de sa propre faulte ; il ne veult pas qu’il soit craint et haÿ, mais desire qu’il soit craint et aimé tout ensemble, qui est le plus grand bonheur, et la conduitte la plus favorable et la plus avantageuse qu’on luy scauroit souhaiter, et a tous ses sujets. De plus, si les hommes aiment comme il leur plaist et craignent comme il plaist au prince ; pourquoy s’accommodera-il plustost a leur humeur, que non pas eux a la sienne ; pourquoy relevera-il d’eux estant leur chef et leur conducteur ? Apres tout, quel tort fait il a ses sujets de tenir en crainte les coupables, et de punir les faultes et les crimes qui viennent a la conessance de sa justice ; que deviendroient les bons et les vertueux si la terreur ne les mettoient a couvert de l’insolence [717] des meschans ? Ceux qui condemnent ces [les] preceptes de Machiavelle, veulent favoriser l’impunité, fomenter le vice, et ruiner la vertu. Ils debvroient raier de son Prince le chapitre entier qu’il intitule ; Comme l’on doibt fuir d’estre mesprisé et haÿ3 ; pour avoir plus de sujet et plus de pretexte, de dire contre une verité si claire, qu’il prefere une haine tirannique, a un amour paternel, qui doibt avoir ses temperamens aussi bien contre les coupables, que pour les innocens.

4Quelques Tirans ont dit ; oderint, dum metuant ; qu’ils haissent moiennant qu’ils craignent et qu’ils obeissent ; mais nostre Autheur qui conoit [conet] l’insolence des hommes, leur brutalité, leur peu d’affection, leur envie, leur jalousie, leur inconstance, leur rebellion, et leur peu de raison ; sachant la peine, et la difficulté qu’on a de les mener et de les conduire par l’amour et la douceur, se contente d’emploier une crainte paternelle et reverentiale, qui emprunte toutte sa rigueur de la malice des delinquans, pour tenir en bride un peuple effrené, et qui sans doubte se precipiteroit sans cest obstacle [718] qui n’est opposé qu’a sa fureur, et a son aveuglement ; outtre qu’il seroit honteux a un prince d’estre si lasche, et de s’abaisser si fort que de n’oser arrester l’insolence de certaines personnes qui n’ont rien de l’homme que l’apparence, et qui font une risée de sa douceur, et de sa clemence.

Oderunt peccare boni, virtutis amore ;
Oderunt peccare mali, formidine poenae
.

5Or comme il est certain que le nombre des meschants est incomparablement [infiniement] plus grand et plus puissant que celuy des bons [, des sages,] et des vertueux ; il fault necessairement que la crainte se trouve ou l’amour est inutile, voire mesme emploier le fer et la flamme, ou le lenitif ne fait rien qu’augmenter le mal en le flattant.

  • 4  Proverb. cap. 28. vers. 14.
  • 5  Lib. 4, Civil. Doctri. Cap. 9.
  • 6  Salust. Orati. Lepid.
  • 7  Aristot. Ethico. lib. 10. cap. 10.
  • 8  Cicero ad Brutum, epist. 2.
  • 9  Stobée, de Regno.
  • 10  Cicero, Officio. lib. 2.
  • 11  Senec. in Oedippo.
  • 12  Plutarq. en ses Politiq.
  • 13  Pline, in paneg. Traiani.
  • 14  Tacit, histo. lib. 2.
  • 15  Aristo. Politic. lib. 5, cap. 4.
  • 16  Dion, in Nerva.

6Le plus sage des Rois, et le plus grand politique que les hommes aient jamais conù, dit en ses proverbes ; beatus homo, qui semper est pavidus4 ; bienheureux sont les sujets qui sont tousjours en crainte ; parce que par la ils s’exemptent de faillir, ils n’osent commettre de desordres, ils se tiennent dedans le debvoir et dans la modestie, et ne troublent ny les Loix, ny le prochain, ny la Republique. Il est [719] certain qu’il fault que le prince soit severe, a cause, dit Lipse, qu’une douceur trop grande et trop ordinaire engendre le mespris qui est une vraie peste dans un Estat5 ; in hac colluvie morum et hominum, habendus metus, aut faciendus est6. L’administration trop douce et trop indulgente, sert d’un allechement a mal faire, qui est l’esperance de demeurer impuny. Le peuple, dit Aristote, n’est pas de ceste nature qu’il se range a la honte, c’est la peur et la crainte qui le contient, et qui luy rend ce bon office ; la turpitude des choses meschantes ne l’arreste pas, ce sont les chastimens et les supplices qui le font sage ; non enim ita natum est, ut pudori obsequatur, sed ut metui ; nec ut abstineat a pravis ob turpitudinem, sed ob supplicia et poenam7. C’est pourquoy il fault que le prince soit severe en temps et lieu [lieux], puis qu’une rigueur necessaire et bien applicquée, surmonte la vaine et dangereuse apparence de douceur ; salutaris severitas, vincit inanem speciem clementiae8. Un Roy de Thrace nommé Cotys, estant repris de sa trop grande severité par quelqu’un qui luy [720] disoit, que ce n’estoit pas estre Roy, mais furieux et enragé ; respondit de bonne grace, il est vray, mais ceste mienne manie rend sages mes sujets9. Ciceron dit en ses Offices, que sans la severité, on ne pourra jamais bien ny heureusement gouverner un Estat ; adhibenda est Reipublicae causa severitas, sine qua administrari civitas nulla potest10. Et ne fault pas prendre garde aux malcontens qui doivent plustost se fascher contre eux, et leurs desreglemens, que contre ceux qui les en reprennent et qui les corrigent ; n’estant pas possible que le Gouverneur qui a l’authorité en main, et la justice en [dedans] l’ame, ne soit tousjours mal voulu de quelqu’un. Seneque le Tragique dit, que celuy qui craint trop la malveillance, ne scait que c’est de puissance ; odia qui nimium timet, regnare nescit11 ; et Plutarque en ses enseignemens politiques assure, qu’il se trouve dedans le peuple je ne scais quelle haine et quelle aversion ordinaire contre ceux qui luy commendent, que pourtant il fault mespriser, comme les injures des petits enfans, et celles des malades qui sont en resveries12. Lors que Pline louoit l’Empereur [721] Trajan, et que parmy tant d’Eloges il luy suggeroit de si bons advis pour bien et heureusement regner, celuy ci en fut un, que les princes tendent a la ruine de leurs Estats, quand ils s’abaissent trop pour se faire aimer de leurs sujets ; neque enim ab ullo periculo fortuna principis longius abest, quam ab humilitate13 ; et lors, dit Tacite, qu’ils se laissent emporter par ce vent populaire, recherchant curieusement d’estre estimés et loués par les moindres de la populace ; et omnem infimae plebis rumorem affectant14. Ceste trop grande douceur rend [rendant] le peuple insolent, et luy lasche [laschant] la bride a touttes sortes de desordres et de malices, comme remarque le plus sage et le plus scavant des hommes dedans ses Regles d’Estat ; facultas faciendi, quod cuilibet visum, non potest comprimere ingenitam singulis hominibus pravitatem15. Le Senateur romain Fronto, dit de bonne grace a l’Empereur Nerva, que veritablement c’estoit chose mauvaise d’avoir un prince sous le quel chacun fut esclave ; mais que c’estoit encore pis d’en avoir un sous le quel il fut loisible [722] a un chacun de vivre a son plaisir, et de faire touttes sortes de choses impunement ; malum quidem esse, principem habere sub quo nihil ulli liceat ; pejus vero eum, sub quo omnia, omnibus16.

  • 17  Bodin, en sa Republ. liv. 2, chap. 4.

7Le plus docte [meilleur] et le plus grand politique de nostre France dit, que ceux la s’abusent bien fort, qui vont louant et adorant la bonté d’un prince doux, gracieux, courtois, et simple ; car telle simplicité sans prudence, est trop [tres] dangereuse et pernicieuse en un Roy, et beaucoup plus a craindre que la cruauté d’un prince severe, chagrin, revesche, avare et inaccessible17. Et semble que nos peres anciens, n’ont pas dit ce proverbe sans cause, de meschant homme, bon Roy ; qui peult sembler estrange aux oreilles delicattes, et qui n’ont pas accoustumé de peser a la balance les raisons de part et d’autre. Par la souffrance et niaise simplicité d’un prince trop bon, il advient que les flatteurs, les courratiers, et les plus meschans emportent les offices, les charges, les benefices, les dons, espuisans les finances d’un Estat ; et par ce moien le pauvre peuple est rongé jusques aux os, et cruellement asservy aux plus grands, [723] de sorte que pour un Tiran, il y en a dix mille.

8Aussi advient-il de ceste bonté [par] trop grande une impunité des meschans, des meurtriers, des concussionaires ; car le Roy si bon et si liberal ne pourroit refuser une grace. Bref, sous un tel prince le bien public est tourné en particulier, et touttes les charges tombent sur le pauvre peuple ; comme on void les catarres et fluxions en un corps fluet et maladif tomber tousjours sur les parties les plus foibles. On peult verifier ce que j’ay dit par trop d’exemples, tant des Grecs, que des Latins, mais je n’en chercheray point auttre part qu’en ce Roiaume qui a esté le plus miserable qui fut oncques sous le Regne de Charles surnommé le simple, et d’un Charles faineant. On l’a veu aussi, grand, riche, et fleurissant en armes et en Loix sur la fin du Roy Francois premier lors qu’il devint [devient] chagrin et inaccessible, et que personne n’osoit approcher de luy pour luy demander quelque chose ; alors les estats, offices, et benefices n’estoient donnés qu’aux merites des gens d’honneur, et les dons tellement retranchés, qu’il se trouva en l’espargne quand il mourut un million d’or, et sept [724] cent mille escus, et le quartier de mars a recepvoir, sans qu’il fut rien deub, sinon bien peu de choses aux seigneurs des ligues, et a la banque de Lion, qu’on ne vouloit pas paier pour les retenir dans le [en] debvoir ; la paix assurée avec tous les princes de la terre, les frontieres estenduës jusques aux portes de Milan, le Royaume plein de grands Capitaines, et des plus scavans hommes du monde. On a veu depuis en douze ans que Regna le Roy Henry 2, la bontédu quel estoit si grande qu’il n’en fut oncques de pareille en prince de son aage, l’Estat presque tout changé ; car comme il estoit doux, gracieux, et debonnaire, aussi ne pouvoit il rien refuser a personne ; ainsi les finances du pere en peu de mois estant espuisées, on mit plus que jamais les estats en vente, et les benefices donnés sans respect, les Magistrats aux plus offrant [offrants], et par consequent aux plus indignes ; les impost plus grands qu’ils ne furent oncques auparavant ; et neant moins quand il mourut l’estat des finances de France se trouva chargé de quarante deux millions, apres avoir perdu le Piedmond, la Savoie, l’Isle de Corse, et les frontieres du Pais Bas, com[725]bien que ces pertes la estoient petittes eù esgard a la reputation et a l’honneur. Si la douceur de ce grand Roy eùt esté accompagnée de severité, sa bonté meslée avec la rigueur, sa facilité avec l’austerité, on n’eut pas si aisement tiré de luy tout ce qu’on vouloit. On me dira qu’il est difficile de trouver ce moien entre les hommes, et moins encore entre les princes qui sont le plus souvent pressés de passions violentes, tenans l’une ou l’auttre extremité. Il est bien vray que le moien de vertu environné de plusieurs vices ; comme la ligne droitte entre un million de courbes, est difficile a trouver ; si est-ce neant moins qu’il est plus expedient au peuple et a la conservation d’un Estat, d’avoir un prince rigoureux et severe, que par trop doux et facile. La bonté de l’Empereur Pertinax, et la jeunesse enragée d’Heliogabale, avoit reduit l’Empire Romain a un doigt prés de sa chute, quand les Empereurs Severe l’Africain, et Alexandre Severe Surian, le restablirent par une severité roide, et imperiale austerité, et sa premiere splendeur et majesté, avec un merveilleux [726] contentement des peuples et des princes.

  • 18  Guichard. Hist. lib. 14, cap. 21, ann. 1522.
  • 19  Tacite, Annal. lib. 1, cap. 7.
  • 20  Horat.
  • 21  Senec. Traged.

9Guichardin dit que l’amour et la bienveillance des peuples n’est jamais si ferme ny si assurée, qu’elle n’ait besoing d’estre accompagnée d’un peu de crainte18. Et Tacite enseigne qu’il n’y a point de mediocrité aux mouvemens d’une populace, elle est terrible, si elle est sans crainte ; aussi la peult on mespriser sans aucun danger lors qu’elle vient a estre saisie de peur ; nihil in vulgo modicum terrere, nisi paveant ; ubi pertimuerint, impunè contemni19. Il n’y a que l’apprehension de la peine qui tienne en bride nostre nature encline au mal et au desordre ; tolle periculum, jam vaga prosiliet fraenis natura remotis20. Et de fait, une douceur trop commune du prince le feroit mespriser tres assurement ; calcat jacentem vulgus21 ; quis enim eum metuat apud quem conditum, imo constrictum est ferrum ; dit l’auttre Seneque Gouverneur d’un prince cruel.

  • 22  Le p. Senault de l’usage des passions, traitté 5, disc. 3.
  • 23  St Math. cap. 10 vers.

10Le pere Senault rapportant les raison[s] qui peuvent favoriser ceste maxime, remarque que ceux qui defendent le party de la crainte, disent que ceste passion estant servile de sa nature, il [727] semble qu’elle soit le partage des sujets, qu’on ne peult leur oster ce sentiment qu’on ne leur oste leur condition, et qu’on ne les esleve a la qualité d’enfans ou d’amis22. Ils adjoutent qu’il est au pouvoir du souverain de se faire craindre, et non pas de se faire aimer, que les peines font bien plus d’impression sur l’ame de ceux qui obeissent, que les recompenses, que l’amour est tousjours volontaire, et que la crainte peut estre forcée ; que de l’amour, aussi bien que de la familiarité peult naistre le mespris, qui est l’ennemy capital de la Monarchie ; que la crainte ne peult produire que la haine, qui fait plus de tort a la reputation qu’a la puissance des Rois ; que puis que la prudence veult que de deux maux on choisisse le plus leger, il fault se resoudre a perdre l’amour des peuples pour s’en conserver le respect, et dire avec cest ancien, qu’ils me haissent, pourveu qu’ils me craignent. Ils confirment touttes ces raisons par les exemples, et font voir que les Empires les plus severes ont estés les plus florissans, que les peines ont tousjours excedé les recompences, et que dans la Republique Romaine ou l’on ne [728] donnoit qu’une Couronne de chesne aux soldats pour avoir monté sur la bresche, on les faisoit passer par les armes, pour avoir quitté leur rang ou abandonné leur enseigne. Que Dieu mesme dont la conduitte doibt servir d’exemple a tous les princes, avoit regi son peuple avec plus de severité que de douceur, qu’il avoit esté contraint de s’expliquer par la voix des foudres pour se faire obeir, qu’il n’avoit conservé son Authorité que par la mort des rebeles, et que quelque inclination qu’il eùt pour la misericorde, il avoit esté forcé de recourir a la justice. Enfin ils disent que la souveraineté est un peu odieuse, que l’amour et la majesté ne s’accordent guerre ensemble, qu’on ne peut regner sur les hommes et s’en faire aimer, qu’ils sont si jaloux de leur liberté, qu’ils haissent tout ce qui la choque, et que les princes selon la maxime de l’Evangile, n’ont point de plus grands ennemis que leurs sujets ; inimici hominis domestici ejus23. Puis finissant ce discours, apres avoir plaidé pour l’amour, il conclud tout religieux qu’il est, qu’il fault user de la rigueur, quand la clemence est inutile [729] et que comme Dieu, il ne punit pas les coupables par inclination, mais par la necessité.

  • 24  Senec.

11Et fault que ceste crainte soit moderée, pour empescher qu’une trop violente ne les porte a la vengeance et souvent au desespoir ; temperatus timor cohibet, assiduus et acer in vindictam excitat24.

  • 25  Cicero.

12Voilà comme [C’est pourquoy] la severité est meilleure, plus salutaire, assurée, et durable, que la douceur ordinaire [l’ordinaire douceur], et trop grande facilité, a cause du mauvais naturel du peuple, de la corruption generale des mœurs, et de la malice contagieuse de tous les hommes, qu’il ne fault pas penser arrester ny moderer par la clemence [douceur], puis que c’est elle qui fomente le vice, et qui semble le favoriser ; illecebra peccandi maxima, spes impunitatis25. C’est faire grace a plusieurs, voire a tout le public, de chastier et punir quelque fois rudement et severement les deffaillans. Il est souvent necessaire de coupper un doigt pour empescher la gangrene de se prendre [ne se prenne] a tout le bras. La crainte et la severité maintiennent les officiers et Magistrats en leurs debvoirs, chassent les flatteurs, les meschans, [730] les demandeurs impudens, et les petits Tiranneaux du peuple. Ou au contraire, la trop grande facilité, et le trop de douceur ouvrent la porte a touttes ces gens la, qui ne craignans rien, se rendent redoutables a tous. Il fault neant moins que ceste rigueur ne soit pas sans quelque retenuë et moderation, qu’elle s’execute a propos, et par intermissions, affin que la peine de peu de gens, tienne tous les auttres en bride et en crainte ; poena ad paucos, metus ad omnes. Un ancien dit, que les rares supplices servent plus a la reformation d’un Estat, que les trop frequens ; ce qui se doibt entendre pourtant si les vices ne s’augmentent, ne se renforcent, et ne s’opiniastrent pas, parce qu’en ce cas il ne fault espargner, ny le feu, ny le fer, pour empescher que le mal ne devienne plus grand et plus dangereux ; crudelem medicum, intemperans aeger facit ; c’est la malignité du mal qui rend le medecin cruel, et non pas l’humeur de celuy qui ne veult que guerir et soulager.

  • 26  Aristo. Politic. lib. 1.
  • 27  Abdias, hist. apostol. Lib. 7.

13De plus, cest abus et ceste rebellion s’est glissée quasi dedans l’esprit de tous les hommes, que [731] la souveraineté a tousjours quelque chose d’odieux avec soy ; et soit que l’envie, la jalousie, et le desir de liberté qu’un chacun a de vouloir estre sans Maistre, et sans superieur [trop aveugle], cela fait qu’on s’imagine que l’amour et la majesté ne s’accordent point ensemble, et qu’il est impossible de regner sur les hommes, et de s’en faire aimer. Ce que le prince des philosophes n’a point ignoré disant, que ; inter principem et subditos, non est amicitia26; et que du depuis l’Evangile a voulu faire passer pour un oracle Divin, assurant que les princes n’ont point de plus grands ennemis que leurs sujets ; inimici hominis domestici eius]. C’est pourquoy un disciple des Apostres donnant le remede necessaire a ceste rebellion, et concluant favorablement suivant [a] l’intention de nostre Autheur, [de] la mienne, et [de] la verité politique, dit ; malignis major reverentia exhibetur ex timore, quam benignis ex amore27.

Haut de page

Notes

1  Machia. En ses Discours, liv. 3, chap. 21.

2  Machia. Ibidem, liv. 1. chap. 3.

3  Machia. En son Prince, chap. 19.

4  Proverb. cap. 28. vers. 14.

5  Lib. 4, Civil. Doctri. Cap. 9.

6  Salust. Orati. Lepid.

7  Aristot. Ethico. lib. 10. cap. 10.

8  Cicero ad Brutum, epist. 2.

9  Stobée, de Regno.

10  Cicero, Officio. lib. 2.

11  Senec. in Oedippo.

12  Plutarq. en ses Politiq.

13  Pline, in paneg. Traiani.

14  Tacit, histo. lib. 2.

15  Aristo. Politic. lib. 5, cap. 4.

16  Dion, in Nerva.

17  Bodin, en sa Republ. liv. 2, chap. 4.

18  Guichard. Hist. lib. 14, cap. 21, ann. 1522.

19  Tacite, Annal. lib. 1, cap. 7.

20  Horat.

21  Senec. Traged.

22  Le p. Senault de l’usage des passions, traitté 5, disc. 3.

23  St Math. cap. 10 vers.

24  Senec.

25  Cicero.

26  Aristo. Politic. lib. 1.

27  Abdias, hist. apostol. Lib. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 4 : Que le Prince se face plustost craindre, qu’aimer », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre second, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5969

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org