Navigation – Plan du site

Maxime 5 : Qu’un prince doibt joindre la force du lion, avec la finesse du renard

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

1 [732] Machiavelle dit. Bisogna adunque essere volpe a conoscere i lacci, et lione a sbigottire i lupi ; coloro che stanno simplicemente in s’ul lione, non se ne intendono ; la volpe non si difende da’ lupi ;Machiavell. del Princip. cap. 18.

2Il convient estre renard pour conestre la fraude des reths ; et lion affin de pouvoir chasser et espouventer les loups ; et ceux qui n’usent que du Lion, n’entendent pas bien le jeu de leur personnage, et le renard est trop foible pour se deffendre des loups ; Machiavel. en son Prince, chap. 18.


*

3Il fault estre plus cruel qu’un lion rugissant pour oser deschirer nostre Autheur en cest [733] endroit ; ou plus fin et plus subtil qu’un renard, et qu’un vieux singe pour pouvoir persuader que ceste maxime est tirannique, perfide, et remplie de tromperie. Quand l’imagination est une fois blessée, et vaincuë d’une forte aversion, elle s’ombrage sans cesse et sans sujet de tout ce qui procede de la cause de son mal, et de son desreglement. Ceux qui ne veulent pas que Machiavelle soit religieux, pas mesme raisonnable en aucun endroit de ses livres, ne trouvent que des Atheismes et des impietés dedans ses escripts ; les auttres qui l’accusent d’injustice et de crime dedans ses conseils, ne rencontrent que des fraudes, que des violences, et que des Tirannies dedans ses ouvrages ; et ceux qui ne le peuvent souffrir, et qui ne sont pas capables de son entretien, ny de la solidité de son raisonnement, le condemnent par tout. On veult qu’il soit criminel en ceste maxime, et qu’il ait tort de dire que ce n’est pas assés a un prince d’estre fort et puissant, mais qu’il fault encore estre renard pour conestre et descouvrir les pieges, et la fraude des reths [734] qu’on luy dresse par tout ; c’est a dire, sage, prudent, advisé, adroit, matois, et tousjours en garde ; et de telle sorte, qu’il sache se tirer par finesse, d’ou il auroit de la peine de se ravoir et de se desgager par la force et la violence. Pour condemner la prudence, il fault estre imprudent, et sans jugement tout a fait ; et pour blasmer l’addresse [, la subtilité,] et la dexterité d’un prince, c’est vouloir en faire un sot et un niais, pour le pouvoir tromper et dupper plus aisement et plus facilement [utilement]. C’est preferer ses interests au bien public, c’est l’abandonner aux loups et aux usurpateurs de son Estat ; c’est le mettre dans l’impuissance de se pouvoir deffendre, et luy crever les yeux crainte qu’il ne descouvre les filets et les embusches qu’on luy tend de tous costés.

  • 1  Clasen, de Relig. Politic. cap. 9.

4Tous les politiques sont d’accord, qu’un prince fin et cautuleux, vault mieux qu’un simple et debonnaire ; astutus namque sanis prudentum sermonibus eo adduci poterit, ut calliditate prava seposita, et ipse evadat prudens ; at quis simplicem emendabit ? Aut quis ei vim ingenii inspirabit, cui natura acumen mentis invidit1 ?

  • 2  Ecclesiastes, cap. 9. vers. 16. 18.
  • 3  Sapient. cap. 6. vers. 1.

5[735] Je ne scais pourquoy l’on condemne plustost ceste maxime triviale dedans cest Autheur, que dans [dedans] une infinité d’auttres qui en font un sujet de moralité. Les enfans apprennent plustost ceste lecon, que la conessance d’eux mesmes, ny que les moiens de la bien practiquer. Les politiques les moins entendus et les moins raffinés en font le fondement et la regle generale de leur prudence civile ; les vieilles en amusent leurs petits [enfans], et les fables ne sont pas complettes, si celle cy n’est du nombre. L’incomparable Salomon ne l’improuve point quand par trois sentences diverses et conformes, il dit ; meliorem esse sapientiam, fortitudine ; et incontinent apres, que ; melior est sapientia, quam arma bellica2 ; puis dans le throsne de justice, et de la sapience Divine ; melior sapientia, quam vires, et vir prudens, quam fortis3 ; quia, dit Mariana, hic ; plura et majora consilio, quam robore fiunt.

6Apres des arrests si solemnels et si souverains, qui osera encore desnier que l’adresse, la sagesse, et la finesse, valent mieux que la force, et qu’elles font [elle fait] plus d’effect quand on scait s’en servir a propos, que les armées les plus grandes et [736] les plus puissantes.

  • 4  St Chrisosto. De sacerdot. lib. 1. Sub finem.

7St Chrisostome aussi fameux dans nostre Eglise, que religieux dans sa Doctrine, dit lors mesme qu’il instruit les prestres et les prelats, que ceux qui par finesse domptent leurs ennemis, outtre qu’ils les rendent miserables, les exposent encore a la risée d’un chacun4. Adjoutant un peu apres ; que ce n’est pas seulement en la guerre que l’usage de la finesse est tenu pour necessaire, mais aussi en la paix, soit que l’on veuille bien conduire les affaires d’une ville, soit qu’il faille establir un bon ordre dans une famille particuliere, reglant les debvoirs d’un mary envers la femme, de la femme envers le mary, du pere envers le fils, du fils envers le pere, de l’amy envers son amy, &a.

  • 5  1 ad Timot. cap. 3. vers. 1.
  • 6 Om : est
  • 7  Gregor. Episto.
  • 8  Contzen, politc. lib. 6, cap. 10, ss 8.

8Le Jesuite Contzen expliquant dans sa politique qu’il offre a l’Empereur, le passage de st Paul, si quis Episcopatum desiderat, &a5 remarque sur le mot, prudentem ; quod non sufficit ad Episcopatum rectè gerendum sancta simplicitas sed magna circumspectio inter tot malos necessaria6 ; verum hoc loco de prudentia gubernandi agi[737] constat, quae interdum eximiis et sanctis alioqui Doctoribus deest. Ideoque et saecularium negociorum peritus esse debet, nam illorum tractatio ad pietatem saepe utilis, interdum est necessaria. Ita Gregorius clero et nobilibus neapolitanis7 ; Petrus Diaconus quem a vobis electum asseritis, omnino (ut dicitur) simplex est ; et nostis quia talis hoc tempore in regiminis debet arce constitui qui non solum de salute animarum, verum etiam de extrinseca subjectorum utilitate, et cautela sciat esse solicitus8.

9Si un pape, et un jesuite veulent de l’addresse et de la finesse en un Evesque pour gouverner un simple diocese dont le but principal est la direction des ames et des Consciences ; que permettront ils a un Roy qui en a des cent et deux cent [sic] a policer et maintenir en paix pour le bien et la conservation de tout un Estat en general, dont les Evesques et les Eveschés en leur particulier ne font que la moindre partie de ce grand corps ?

  • 9  Tacit., Annal. lib. 2.
  • 10  Caesar, lib. 1. Belli Civil.
  • 11  Plutarq. en la Vie de Scipion.
  • 12  Erasm. Dialog. Proci, et puellae.
  • 13  Pacuvius.
  • 14  Plutarqu. in Lisand. et in Apopht.
  • 15  Pindar. Ode, 4. Isth.
  • 16  Tite Live, Histo. lib. 4.

10La politique humaine [paienne] est d’accord en ce poinct avec la Divine, puis que Tacite nous assure que les Capitaines les plus experts et les plus renommés, en ont plus fait par prudence et par conseil, [738] que par force ny par violence ; plura consilio, quam vi perfecisse9 ; et que Caesar atteste et soustient qu’un prince peult acquerir plus de gloire, et faire des progrés plus importans et plus considerables par son addresse et bonne conduitte, que par la force de ses armes ; non minus esse Imperatoris consilio superare, quam gladio10. Plutarque en la vie de Scipion l’Africain, dit qu’il advient souvent, que ce qu’on ne peult avoir par force se peult parachever par industrie11. Et le Maistre Erasme qui a fait de grands discours sur ce sujet dans [dedans] ses Adages et Chiliades, dit en l’un de ses Dialogues ; difficile esse vulpem capere laqueo12 ; ce qu’on ne peult pas dire du lion, et de quoy il ne se scauroit deffendre tout puissant et furieux qu’il est. Pacuvius ancien poete, dit ; cum contendi nequitum est, clam tendenda est plaga13 ; et Lisander dedans Plutarque fait une apophtegme de ce conseil, quand il enseigne, que si la peau du lion n’est assés longue, il y fault coudre celle du renard14. Estant certain que le veritable prince et General d’armée, n’est auttre que celuy que Pindare nous despeint dedans ses hymnes, sans crainte parmy les combats, et fin comme un [739] renard dans ses conseils ; fiducia referens animum graviter frementium leonum in discrimine, consilio vero vulpes15. Tite Live parlant du secours que l’armée des Romains demandoit au senat, contre les Volsces qui les attaquoient fortement, dit ; parum cogitaverunt, nulla non virtute superari humanarum virium modum16 ; estant vray que l’addresse vault souvent mieux que la force.

11Pour discourir davantage sur ceste maxime, ce seroit plutost faire une lecon de grammerien, ou des commentaires sur les fables d’Esope, que donner des regles utiles et necessaires aux princes, et aux Ministres d’Estat aux quels nous parlons [au prince a qui je parle] ; c’est pourquoy, apres avoir fait voir qu’elle est conseillée de Dieu, authorisée des saincts, et practiquée par [les hommes] les plus sages et les plus prudens, passons a une auttre qui semble avoir plus besoing de temperament, et de justification.

Haut de page

Notes

1  Clasen, de Relig. Politic. cap. 9.

2  Ecclesiastes, cap. 9. vers. 16. 18.

3  Sapient. cap. 6. vers. 1.

4  St Chrisosto. De sacerdot. lib. 1. Sub finem.

5  1 ad Timot. cap. 3. vers. 1.

6 Om : est

7  Gregor. Episto.

8  Contzen, politc. lib. 6, cap. 10, ss 8.

9  Tacit., Annal. lib. 2.

10  Caesar, lib. 1. Belli Civil.

11  Plutarq. en la Vie de Scipion.

12  Erasm. Dialog. Proci, et puellae.

13  Pacuvius.

14  Plutarqu. in Lisand. et in Apopht.

15  Pindar. Ode, 4. Isth.

16  Tite Live, Histo. lib. 4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 5 : Qu’un prince doibt joindre la force du lion, avec la finesse du renard », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre second, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5970

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org