Navigation – Plan du site

Maxime 6 : Dissimuler, pour bien regner

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

1[740] Machiavelle dit. È necessario essere gran simulatore, et dissimulatore ;Machia. del Principe, cap. 18.

2Il est besoing d'user de grandes feintes, et dissimulations ; Machiavelle en son Prince, chap 18 et ailleurs.


*

3Je ne scais le quel je doibs croire ny [et] conclure ou que l'homme est si Idolatre de soy mesme qu'il ne deffere qu'a son caprice, et ne reconoit [reconet point] d'auttres loix que celles qu'il se fait et qu'il se donne a tous momens ; ou bien qu'il est si ignorant de son estre, et si remply de mesprispour [grand mespriseur de] sa propre nature, qu'il ne veult pas luy accorder des choses, qu'il ne peult luy refuser sans Tirannie, pour aspirer a d'auttres dont il n'est point capable, et ou jamais il ne pourra atteindre quelque bonne opinion qu'il puisse avoir de sa vanité, et de sa presomption trop grande. Tantost nous jurons que touttes nos actions, et tous nos procedés [procedures] [741] sont sans crime, sans fard, et sans deffaults ; demain il n'en sera plus rien, et n'auront auttre pouvoir aupres de nous, que celuy de se faire desabvouer. Si nous avons a negocier avec quelqu'un qui soit plus habile et plus entendu que nous, tant qu'il n'y a rien de conclu, il ne nous est poinct suspect, et ne donne aucune jalousie a la bonne opinion que nous avons de nous mesmes ; mais si tost que l'affaire est arrestée, et que l'execution nous fait conestre le dommage que nous en recepvons, il en fault venir aux plaintes, puis aux injures, et chercher ses excuses dans le blasme que nous luy donnons, d'estre un traistre, un fourbe, et un dissimulé. Ainsi nous nous flattons par tout, et pour entreprendre au dela de nos forces, nous nous rendons ridicules presque en touttes nos entreprises. Encore si nous n'estions injustes que pour nous, par la nous causerions moins de plaintes, et nos calomnies, et nos jugemens temeraires seroient plus rares et moins conus. Mais pour nous favoriser par tout, et nous satisfaire de nous mesmes, nous ne faisons grace a personne, et pour pallier nos deffaults, nous ne voulons pas que les auttres aient de la vertu. Ceste proposition seroit aisée a [742] justifier par des raisons plus amples, et par un grand nombre d'exemples et d'Authorités, si la maxime qui nous fait dire ces choses, n'estoit assés suffisante pour nous faire conestre, comme les hommes se haussent et s'abaissent, et comme ils approuvent et condemnent en mesme temps les choses non pas en ce qu'elles sont, mais en ce qu'elles font a leur humeur. Quand on veult faire une vertu de la dissimulation, on l'appelle prudence ; et quand on veult en faire un vice on luy rend son premier nom, avec un petit motif, et quelque accent d'aigreur, de plainte, et d'accusation. Ainsi ceux qui ne jugent que par les apparences et sur le rapport d'auttruy, ne se trouvent pas peu empeschés, quand il fault qu'ils decident des choses qu'ils ne conessent point, et dont ils ne voient qu'un ombrage sans forme et tout confus. Et pour ne pas justifier les choses qu'on ne nous conteste point, et satisfaire a celles que nous entreprenons, je dis que quelque nom qu'on donne a la dissimulation, qu'il est tousjours honorable et avantageux pour elle ; parce que le prudent n'est plus prudent, s'il n'est dissimulé, et que le dissimulé ne scait pas son mestier, et [743] ne l'est point en effect, si la prudence ne l'a fait tel, et ne luy a fait meriter ce nom.

  • 1  Proverb., cap. 14, vers. 29.
  • 2  Proverb., cap. 16, vers. 32.
  • 3  Bannes, in, 2. 2. D. Thom. quaest. 1. art. 7. dubit. 2. respons. ad 1 argum.

4Nostre autheur ne s'est point amusé a faire de longs discours pour justifier ceste maxime, ny pour monstrer sa necessité en la conseillant ; il l'a cruë si importante et si inseparable non pas seulement des affaires d'Estat, mais mesme des privées et des particulieres, qu'il l'a tousjours mise en avant comme une regle generale qui ne peut estre contestée, ny condemnée que par ceux qui ont aussi peu d'intrigues, que de jugement ; et aussi peu d'affaires et de commerce parmy les hommes, qu'ils ont peu d'esprit et de raison dedans leurs livres, et [dedans] leurs escripts ; ou bien Salomon, ou [et] l'esprit qui luy a dicté se trompe, quand il dit que ; qui patiens est, multa gubernatur prudentia ; qui autem inpatiens est, exaltat stultitiam suam1 ; celuy qui est patient, qui scait temporiser et prendre son temps, qui est la parfaitte dissimulation, est doué et gouverné d'une tres grande prudence ; ou au contraire l'impatient, et celuy qui se precipite ne fait pas auttre chose que se haster pour faire esclater sa folie, et sa mauvaise con[744]duitte ; adjoutant en un auttre endroit, que ; melior est patiens, viro forte ; et qui dominatur animo suo, expugnatore urbium2 ; celuy qui scait dissimuler et se donner patience, vault mieux et peult beaucoup davantage, que celuy qui n'a que la force et le courage ; estant certain que celuy qui est Maistre de ses passions, et qui peult les moderer et les tenir en bride, fera plus d'effect, et ses exploits seront plus grands et plus glorieux, que ceux qui pourroient conquerir des villes par la seule force de leurs armes. Bannés apres st Thomas enseigne, qu'il est licite et permis, voire mesme qu'il fault feindre et dissimuler en beaucoup de choses3 ; qui est la Doctrine d'Eusebe, de st Chrisostome, de Sainct Hierosme, de Theodoret, Theophilacte, et presque de tous les peres, Theologiens, et Canonistes. Ce qui est si raisonnable et si equitable, qu'a peine puis-je concevoir quelle sorte de dissimulation peut estre blasmable, puis que nostre prudence n'est composée d'auttre chose, et que sans elle nostre vie seroit honteuse et ridicule, nos pensées extravagantes et importunes, et [745] nos actions sottes, criminelles, et insupportables presque par tout. Qui auroit assés de bonté et assés de complaisance pour souffrir touttes les declarations de celuy qui voudroit ouvrir son cœur, publier ses pensées, et ne rien faire qu'en public ? Quand je me cache pour vacquer a mes fonctions naturelles, n'est ce pas dissimuler la foiblesse humaine qui est en moy ? Quand je ne dis point touttes les resveries que j'ay dans [dedans] l'esprit, et les extravagances qui s'y presentent sans mon consentement, n'est-ce pas estre dissimulé, puis que mes parolles sont auttres que mes pensées, et que je n'en descouvre pas seulement la centieme partie ? Quand je desnie les vices dont on m'accuse, que je cache ma mauvaise humeur, que je fais le liberal par force, que je ne dis point aux femmes les faveurs que j'en souhaitte [desire] en mon ame, que je ne m'eschappe point devant ceux a qui je doibs le respect, et que toutte ma vie, comme celle des auttres hommes, n'est qu'en contrainte, et qu'en ceremonies, n'est-ce pas dissimuler, n'est-ce pas praticquer en effect, ce qu'on veult que je condemne de bouche, et [746] en parolles seulement ? Que seroit-ce du monde sans la dissimulation ? Que deviendroit la prudence, la pudeur, la modestie, la discretion, la retenue, l'honnesteté, la civilité, la complaisance, le bon estime, la reputation, l'honneur, la gloire, la recompense, l'amour, la clemence, la compassion, les bienfaits, et touttes les plus belles vertus qui temperent nostre malice, et qui mettent a couvert nos infirmités et nos deffaults ? Veritablement les hommes s'entretueroient les uns les auttres, ils seroient tous les jours aux prises, il n'y auroit que rage, fureur, vengeances, meurtres, et cruautés parmy eux, ils se defferoient d'eux-mesmes, et par ainsi pour un vice imaginaire et qui n'est poinct, ils ruineroient tout ce qu'ils ont de vertu, de justice, de religion, de sacré, et d'adorable.

  • 4  Sapient. cap. 11, vers. 24.
  • 5  [Barclay, Veritat. Lacrimae]

5Laissons ceste dissimulation civile et morale, pour venir a la politique, et affin que personne ne trouve estrange si je la conseille et si je la soutient [soutiens], quoy que je n'aie jamais sceu la practiquer ; j’adjoute aux deux passages sus dits, [747] celuy-cy de la sapience qui tesmoigne comme Dieu mesme qui est le tout puissant, et qui dans un moment peult destruire [ruiner] tout le monde, et reduire au neant ceux qui l'offencent, dissimule neant moins les pechés des hommes pour les porter au repentir, et a la penitence ; qui omnia potes, et dissimulas peccata hominum propter poenitentiam4. Ce qui a fait dire a un autheur de nos jours, que ; omnia hodiè in mendacium effinguntur, mutuatam personam ne quidem ante Deos exuimus, et nisi humanae fragilitati Divinitas accommodaretur, jampridem vacua fulminibus manu internubes innocuus Jupiter spectaret crimina, non puniret5.

  • 6  Ecclesiaste, cap. 3.
  • 7  Zepperus, Legum mosaicar. forens. explanat.
  • 8  Regum, lib. 3, cap. 2. vers. 8.9.44.45.46.

6Quand l'Ecclesiaste dit, que touttes choses ont leur temps, et leurs saisons, que dit-il auttre chose, sinon qu'il fault dissimuler avec prudence, et se servir des occasions a propos, et quand elles se presentent favorables ; omnia tempus habent, tempus occidendi, et tempus sanandi ; tempus destruendi, et tempus aedificandi ; tempus tacendi, et tempus loquendi ; tempus dilectionis, et [748] tempus odii ; tempus belli, et tempus pacis6 ; il y a des rencontres ou nous pouvons tuer et mettre a mort ceux qui le meritent, et d'auttres aussi qui nous obligent a soulager et a guerir ceux a qui nous debvons ceste charité ; il y a des sujets qui nous permettent de ruiner les choses qui nous font obstacles, il y en a aussi qui veulent que nous les mettions [remettions] et restablissions en leur entier ; il y a mille sortes d’affaires qui nous invitent au silence, et mille auttres qui ne nous dispensent point d'en dire nostre sentiment ; nous pouvons aimer avec justice, et hair par [pour] bonnes considerations ; la guerre a son temps, aussi bien que la paix, et fault que l'une et l'auttre se face quand la necessité de l'Estat le requiert et le demande ; David l'homme de Dieu ne se vengea point sur le champ des maledictions et des mauvais traittemens qu'il avait receu de Semei, pendant la rebellion de son fils Absalon, et la raison qu'en rendent les Interprettes n'est pas moins belle, que politique ; quia cum Regno suo restitueretur, opera illi danda, et cavendum erat, ne citò supplicio [749] calumniam Semei, quod vir sanguinum sit, comprobare videretur, et subditorum animos alienores a se faceret ; ad placandos ergo sibi exulceratos et alienatos subditorum animos, et ne majus bonum et commodum periclitaretur, injurias suas ad tempus oblivisci voluit7 ; reservant a son fils Salomon d'en tirer la vengeance, qui fut la derniere chose qu'il luy ordonna en mourant ; habes quoque apud te Semei filium Gera filii Gemini de Bahurim, qui maledixit mihimaledictione pessima quando ibam ad castra ; sed quia descendit mihi in occursum cum transirem Jordanem, et juravi ei per Dominum, dicens ; non te interficiam gladio ; tu noli pati cum esse innoxium ; vir autem sapiens es, ut scias quae facies ei, deducesque canos ejus cum sanguine ad Inferos ; dormivit igitur David8 ; en suitte de quoy Salomon le fit mourir par un beau pretexte politique rapporté tout au long dedans la Bible sur la fin de ce mesme chapitre.

  • 9  St Gregoire, en son pastoral, liv. 3, advertissement, 12.

7St Gregoire donne un advis dans son Pastoral qui semble assés conforme a la maxime de [750] nostre Autheur, quand il dit, qu'il fault louer les simples de ce qu'ils se gardent de dire jamais aucune fausseté ; neant moins on les advertit qu'ils sachent quelque fois taire la verité, car tout ainsi que le mensonge est tousjours prejudiciable a celuy qui le profere, aussi peult il estre dommageable en certain temps a quelqu'un d'entendre la verité ; par quoy nostre seigneur moderant sa parolle du silence, dit a ses Disciples, J'ay plusieurs choses a vous dire, mais vous ne pouvés pas les porter maintenant9.

  • 10  St August. lib Contra mendac, cap. 10.
  • 11  St Bernard, De considerat. ad Eugenium.
  • 12  Hugo Cardinal.

8St Augustin ne condemne point la dissimulation quand il dit, que ; licet veritatem occultare prudenter, sub aliqua dissimulatione10. Et le Devot st Bernard n'est pas plus severe quand il conseille au pape Eugene ; multa nescias, non nulla obliviscaris, plurima dissimules11. Hugo Cardinal se mocque de ceux ; qui ancipites sermones politicorum malitiae adscribunt, quod verba dubio plerumque laborent significat. Illi ergo qui verborum ambiguitate se deceptos esse conqueruntur, in culpa sunt, quando quidem verba non recte sunt interpretati12.

  • 13  St Luc, cap. 24.
  • 14  Scriban. Polit. christ. Lib. 1, cap. 13.
  • 15  Ribadeneira, Princeps christ., lib. 2, cap. 4.
  • 16  Cap. 20, vers. 6.
  • 17  Menoch, Institut. Politic. lib. 2. cap. 31.

9Nos politiques chrestiens, Espagnols, et Jesuites [751] qui declament avec tant d'ardeur, et qui remplissent la moitie de leurs livres d'invectives contre Machiavelle, le condemnent en ceste mesme chose qu'ils permettent, et qu'ils conseillent ; voicy comme en parle un des plus habiles et qui s'est le plus estudié a imiter Tacite en sa brieveté ; puto dissimulare virum prudentem aliquando posse, aliquando debere, cum aut privatum, aut publicum bonum simulationem deposcit ; nec rigorem illum probo stoicum, qui nusquam, qui nunquam simulandum viro esse putant ; non si de fortunis, honore, vita agatur, privata publicaque ; magnos certè viros prudenter simulatione usos, omnis retro docet historia ; simulasse Moisem in fratre et sorore ; Abrahamum, in conjuge sororem ; simulasse Davidem stultitiam ; necem Abner in Joab, maledicta Semei ; Saulem neglectum suorum, Vetus tradit historia ; sed et Christus ipse, se finxit longius ire13. Quis autem imperet prudenter, aut vivat hic beatus, si quidquid occurrrerit effundere cogatur14. Ribadeneira dedans son Prince chrestien qu'il [752] oppose a celuy de nostre Autheur qu'il veult estre pire que paien, confesse, que ; per saepenecesse est, praesertim Belli tempore, res fieri tam artificiosè atque cautè, ut hostes concipiant aliud omnino et planè diversum ab eo, quod facientis animus intendit ; illud enim non est mentiri, sed quod in Reipublicae commodum cedat, prudenter facere15. Et Menoch en ses Institutions politiques, qui s'attache plus opiniastrement que pas un auttre a descrediter Machiavelle, establit ainsi ses regles de la dissimulation ; oportet ut princeps necessitati servire discat, et in consiliis capiendis ita se accommodet, ut quam illi legem necessitudo imposuerit, aequo animo ferat ; homo sapiens, inquit Ecclesiasticus16, tacebit usque ad tempus ; nam si ab adversario suo injuriam sibi viderit inferri, nec illi propulsandam par esse possit, rem sapiens silentio transmittet tantisper, dum maioribus viribus contractis, jus suum tueri possit17.

  • 18  Le p. Senault en son Monarqu. traitté 5, Disc. 2.
  • 19  Senec.

10Le pere Senault est dans le mesme sentiment, mais avec ce temperament qui ne destruit pas la maxime, scavoir, que la prudence est [753] adroitte, qu'elle se sert de l'artifice quand la force luy est inutile ; qu'elle attache, selon le proverbe, la peau du lion a celle du renard, mais n'est jamais fourbe. Quoy qu'elle sache dissimuler quelque fois, elle ne scait jamais mentir, et l'une de ses plus genereuses maximes est de ne vouloir ny tromper, ny estre trompée18 ; fallere non vult ; et falli non potest19.

  • 20  Machia. en ses Discours, liv. 3. chap. 9.
  • 21  Tacite
  • 22  Laval, en ses desseins nobles, Traitté, du secretaire.
  • 23  Senec. Suasor. 6.

11Les Autheurs profanes, aussi bien que ceux qui s'estiment davantage, et qui pretendent plus de creance et plus d'Authorité, advoüent tous, et nostre Autheur le premier20, que c'est un grand traict de prudence, et une vraie marque d'un jugement solide de scavoir s'accommoder au temps, aux affaires, et aux occasions, sans attendre qu'elles s'accommodent a nous, et qu'elles se conforment a nos desseins. Tacite dit, qu'il fault estre accort, prudent, circonspect, et advisé pour bien dissimuler21. Les medecins mesmes ont des temps aux quels pour l'extreme chaleur, ou la trop grande froideur, ils ne permettent pas que le malade se purge, ny prenne aucun medicament violent ; il y a aussi des saisons et des ren[754]contres aux maladies civiles qui ne peuvent souffrir aucun remede, et qui ne veulent point qu'on les traitte. Un autheur moderne qui fait profession d'instruire les princes, et de les reformer, dit en l'un de ses Desseins nobles22 ; quand tu liras dedans Tacite ces mots de Tibere ; tunc vero nitenti ut sensus penitus abderet, in incertum et ambiguum magis implicabantur ; at patres quibus unus metus si intelligere viderentur, &a [,] ne fais pas comme celuy qui n'en a tiré auttre avantage, sinon la consideration du naturel de ce prince, nottant a la marge, prince dissimulé ; j'aimerois mieux y notter ainsi, Dissimulation necessaire au prince ; a cause que le mesme Tacite dit en un auttre [endroit], que la dissimulation est la derniere chose qui abandonne les princes ; jam Tiberium corpus, jam vires, nondum dissimulatio deserebat;et Seneque dit ; privatas simultates deponendas interdum putabat, publicas nunquam23.

  • 24  Isocrat. oratio. ad Nicoclem.
  • 25  Cicero, oratio. pro Milone. et let., lib 9 Epist.

12Isocrates ce celebre Orateur de la Grece, dit a un Roy parlant a luy, que la dissimulation sied tres bien a un grand prince ; simulare [755] cum tempus postulat, haud dedecet Regem24. Et Ciceron en divers endroits de ses œuvres remarque, que ; nimis multa audire coguntur, neque aliter facere possunt ii quibus tota commissa est Respublica, qui ut ad effectumconsiliorum suorum veniant, multa simulent oportet inviti, et dissimulent cum dolore25.

  • 26  Aeneas Silvius, De rebus gestis Alphonsi.
  • 27  Dion Cassius, lib. 57.
  • 28  Ovide, lib. 3, De arte amandi.
  • 29  Senec.
  • 30  ff. de novatio. Leg. dol.
  • 31  Senec, Controvers. lib. 1. in praefat.
  • 32  Tacite, Annal., liv. 12.
  • 33  Ibidem, lib. 14
  • 34  Erreur : n'oublie (voir A)

13Æneas Silvius rapporte que l'empereur Sigismond disoit, que celuy n'estoit pas capable de regner, qui ne scavoit dissimuler ; eum Regnandi imperitum, qui simulare nesciret26 ; et Tibere, rendant les causes de ceste necessité, dit ; principis animum nemini cognitum esse debere ; dicere solitus, eum intellectum, multorum ac magnorum causam esse malorum ; contra dissimulatum, plura ac majora commoda consequi27. Ovide assure que la dissimulation est tres utile et tres necessaire ; utile multis, dissimulasse fuit28 ; et le prince des poetes tragiques, dit ; dissimulare qui nescit, regnare nescit29. Le Jurisconsulte, en la conseillant, en fait un remede contre le vice, et la curiosité trop grande ; multa sunt dissimulanda, ne curiosi videamur30. Et Seneque le Retheur, avec sa grace ordinaire, dit ; [756] utilissima est dissimulata subtilitas, quae effectu apparet, habitu latet31 ; n’y aiant rien de plus certain que la dissimulation est l'appuy des Rois, des Estats, des biens, des familles, et l'assaisonnement de touttes les actions des hommes. Ce qui fait que Tacite l'appelle ; instrumentum Regni32 ; et Neron tout Tiran qu'il estoit fut contraint de s'en servir, pour maintenir sa personne et son Authorité, ce qui fait dire au mesme Tacite ; qua (dissimulatione) Nero factus natura, et consuetudine exercitus, noverat velare odium fallacibus blanditiis33. Et sa practique est si necessaire en touttes choses, et aux moindres particulieres, que j'ose bien mettre en avant, que pour ne la point oublier dedans mes petittes intrigues, et mes interests particuliers, j'ay fait escrire en tres grosse lettre dessus la tapisserie qui est en la ruelle de mon lict, que ; la Dissimulation est l'appuy des affaires ; affin qu'en me couchant et me levant je n[e l']oublie34 point dedans mes entreprises, comme le sel de la prudence, la baze de tous nos desseins, et la consolation des choses qu'on ne nous accorde point.

  • a  le fol et, aj.
  • 35  Regum, lib. I, cap. 21, vers. 13.14.
  • 36  Regum, lib. 1, cap. 10. vers. 27.
  • 37  Mariana, hic.
  • 38  Ecclesiastes, cap. 10, vers. 1.
  • 39  Cardan, De Sapient. lib. 3.

14[757] Elle est si necessaire et si importante que pour y reussir plus heureusement, et la desbiter plus adroittement, on souffre mesme qu'on donne atteinte a la sagesse, et qu'une folie feinte et estudiée tienne lieu d'une prudence extreme, et d'un jugement solide et parfait. David s'enfuiant devant Saul, et s'estant retiré vers Achis Roy de Geth, crainte d'estre conù et descouvert, contrefit le fol eta l'insensé ; immutavit os suum coram ejus, et collabebatur inter manus eorum, et impingebat in ostia portae, defluebantque salivae ejus in barbam ; et ait Achis ad servos suos ; vidistis hominem insanum, quare adduxistis eum ad me ?35 Quand les enfans de Belial se mocquoient et mesprisoient le Roy Saul, ne daignant luy apporter les presens qu'ils avoient accoutumé de luy donner, et disant cestuy-ci nous pourra-il sauver ? Il dissimula ce mespris et fit semblant de ne se point appercevoir de tout cela ; despexerunt eum, et non attulerunt ei munera, ille vero dissimulabat se audire36 ; les hebreux disent ; fuit veluti surdus ; les Sep[758]tante ; factus est obmutescens ; et les Chaldeens ; fuit sicut tacens ; touttes les quelles versions expriment nettement et clairement la prudence, et la dissimulation de ce prince ; et Mariana en ses nottes sur ce passage, dit ; multa Reges debent dissimulare, quasi ea non audiant37. La sagesse eternelle et infaillible [infaillible et eternelle] voulant donner son jugement sur ces artifices, et les confirmer par un arrest irrevocable, dit que la folie, empruntée, et bien desbitée, est plus noble et plus precieuse, que la gloire, ny la sagesse ; pretiosor est sapientia et gloria, parva et ad tempus stultitia38. Ce que Cardan semble avoir imité dedans son livre de la Sagesse, quand il dit ; ergo simulata stultitia, duplicata est sapientia ; neque enim majus aliquid in humana sapientia est, stultitiae recta simulatione39.

  • 40  Machia. en ses Discours, liv. 3. chap. 2.

15Plusieurs sanglantes batailles avoient esté receuës et données entre le peuple d'Athenes et celuy de Megare pour la conqueste de l'Isle de Salamine ; et de tant de morts, et de calamités publiques et particulieres s'en estoient ensuivies, que les Atheniens commencoient a s'en lasser et [759] s'en rebutter tellement, que pour empescher qu'on n'en parla jamais plus, ils publierent une ordonnance, par la quelle il estoit deffendu a touttes personnes de quelque qualité et condition qu'elles soient [fussent], de proposer a l'avenir aucune chose touchant la conqueste de Salamine, a peine de la vie. Solon conessant que son silence seroit dommageable et pernicieux a la Republique, et d'auttre costé que voulant parler il se [on le] feroit mourir tres assurement, s'advisa de contrefaire le fol et l'insensé, et sous ceste couleur, remettre de nouveau sur le tapis ceste affaire de la guerre, estant permis aux fols de tout dire et de tout faire. S'estant donc preparé de long temps, il sort un jour en public, et en plein marché avec un vestement, un visage, la contenance et les gestes convenables a sa folie simulée ; comme il se vit environné d'un grand nombre d'habitans, il commencea avec des vers excellens, et de[s] parolles exquises et puissantes a parler contre le decret, en quoy faisant il esmut tellement leurs courages, que la guerre fut incontinent arrestée contre les Megariens, aux quels peu apres on donna la bataille, [ils] furent vaincus, [760] et l'isle tant de fois disputée acquise aux Atheniens. Machiavelle dedans ses Discours politiques montre que c'est le traict d'une parfaitte sagesse, et le vray tesmoignage d'un esprit fort et puissant, de faire semblant d'estre fol, et d'y reussir heureusement, pour le bien et l'utilité de l'Estat, comme fit Brutus, dont il rapporte l'histoire40. Voila quattre exemples d'une folie simulée et practiquée par les trois plus grands et les plus fleurissans [puissants] Empires qui aient jamais esté au monde, scavoir celuy des Juifs, celuy des Grecs et celuy des Romains.

  • 41  Philippe de Commines, et Pierre Matthieu, en sa vie.
  • 42  Tacit. Annal. lib. 4 et 6.
  • 43  Lipse, lib. 4 Civil. Doctri. cap. 14.
  • 44  Tacit. Annal. lib. 14, cap. 2.
  • 45  Caesar, lib. 1 de Bello civile.
  • 46  Tacite.

16Louis 11 disoit a son fils Charles 8, qu'il scavoit assés de latin, et qu'il seroit assés scavant, quand il entendroit bien ceste maxime ; nescit regnare, qui nescit dissimulare41. L'empereur Tibere n'aimoit pas une de ses vertus, que la dissimulation, comme la plus utile, et la plus necessaire ; nullam, ut rebatur, ex virtutibus suis magis, quam dissimulationem diligebat ;unde jam eum moriturum, et vires, et corpus nundum tamen dissimulatio deserebat42. Et Lipse l'admirateur de Tacite, et de tous les [761] grands hommes, dit ; nunquam regent, qui non tegent43. Agrippine mere de Neron, aiant reconù que son fils l'avoit voulu faire perir en mer, et que miraculeusement elle avoit eschappé le naufrage, ne trouva aucun meilleur remede que de faire semblant qu'elle ne scavoit rien de la trahison ; solum insidiarum remedium esse, si non intelligerentur44. Caesar parlant de Curion, louë grandement le dissimuler par le moien du quel l'on oste a l'ennemy la conessance des discordes, des seditions, et des divisions qui sont dedans l'armée, crainte que cela ne luy hausse le courage, et ne luy donne sujet d'entreprendre sur eux [quelque chose]45. Comme on demandoit a Livia femme d'Auguste, ceste sage et renommée princesse, par quel moien elle avoit si absolument gaigné le cœur de son mary, et comme [comment] elles avoit pù faire pour le rendre si entierement sien ; respondit, qu'elle s'estoit procurée ce bien n'allant point guettant [en ne guettant point] ny espiant ses affaires, ny ses actions, et dissimulant la conessance qu'elle en avoit, faisant semblant d'ignorer ses practiques amoureuses46. Cest [762] exemple est aussi [si] rare et aussi [si] singuliere [sic], qu'il seroit a souhaiter que touttes les femmes fussent de ceste humeur, et que tant d'impertinentes, d'estourdies, de coquettes, et de curieuses indiscrettes, ne se meslassent point tant de ce que font leurs maris, ny des lieux ou ils vont, affin que par la elles puissent conserver le repos dedans la famille, la tranquillité dedans leurs esprits, et augmentent l'affection qu'on a pour elles.

  • 47  Philon, de l'Ivrongner.
  • 48  Lucian, liv. 1. Contre celuy qui disoit, tu es un Promethée en parolles.
  • 49  Lucian, liv. 2. Jupiter, Tragique.

17Philon le Juif rapporte une histoire dedans son traitté de l'Ivrongnerie, qui tesmoigne que la Nature nous apprend a dissimuler, et que si les bestes le practiquent en leurs corps, c'est a cause qu'elles n'ont pas assés de raison pour s'en servir avec prudence et jugement ; chez les Gelons, dit-il, peuples de Scithie, il naist une beste nommée Tarand, de la grosseur d'un bœuf, aiant la teste comme un cerf, et dit on que cet animal change son poil selon les lieux, les places, les arbres, et generalement selon la couleur des choses dont il approche, de sorte qu'a cause de ceste ressemblance et con[763]formité, il n'est point apperceu de ceux qui le rencontrent47. Ptolomée fils de Lagus mena en Egipte un homme de deux couleurs, la moitie de son corps estant egalement divisée en un noir parfait, et l'auttre en une singuliere blancheur48. Ce mesme Lucian fait mention de certaines petittes images de Mercure, semblables de [des] deux endroits de quelque costé qu'on les tourne49. Ces animaux, ces hommes et ces statues n'enseignent auttre chose, sinon qu'il fault se prester aux affaires, et s'accommoder a la necessité des temps ; qu'il fault estre blancs quand nous ne pouvons agir auttrement, et que l'occasion n'est point favorable, et changer de couleur avec les saisons ; que nous devons avoir deux visages l'un pour le present et l'auttre pour l'advenir ; l'un pour nous representer le commencement de l'affaire, et l'auttre pour en chercher la fin.

  • 50  Aristo. Ethicor. lib. 4, cap. 3.

18Aristote fait deux sortes de prudence ; l'une qu'il appelle, prudentia, simplement ; l'auttre, prudentia politica, qui est la dissimulation dont nous parlons ; ce que Platon estend bien [764] davantage quand il dit, que ; crebro mendacio et fraude Imperantes uti oportet, ad commodum subditorum ; quis enim est adeo sui potens, dit un auttre politique, alterius vero salutis oblitus, qui a viro magno postulet, ut omnia sensa ex animi sententia coram quovis exprimat. Ce qu'Aristote remarque en ses Morales, disant que ; vir magnus utitur libertate in loquendo et veritate, non vero loquitur ad voluntatem aliorum ; reticet etiam et dissimulat apud infimos, indignos nimirum quibus omnia sua consilia, dicta, factavè aperiat, aut communicet50.

  • 51  Clapmari, De Arcanis rerum publicar. lib. 6, cap. 17.

19Clapmarius, qui forme ses maximes politiques sur celles des plus grands hommes de l'antiquité, dit en parlant de celle-cy, qu'elle doibt avoir ses bornes et ses limites ; quos egredi impunè non licet, ut sunt, fides, honestas, virtus ; quorum qui obliviscitur, non amplius prudentis aut politici nomen meretur, sed vafri, astuti, ac nefarii hominis ; et cavere debemus a simulatione turpi, deinde ab aperta, est enim simulatio, quae non tantum in vitio[765]rum confinio posita est, verum etiam quae ipsas possessiones intrat sceleris et flagitii ; quid enim aliud est haec vita hominum quam deceptio et simulatio ? Nemo ex animo loquitur, nemo palam mentitur, sed vera falsis miscet, exornat ; adeoque facilius imperitis imponit51.

  • 52  St Isidore, lib. different. Litt. s. Different. 541.

20St Isidore dit qu'il y a une tres grande difference entre simuler, et dissimuler ; puis que dissimuler, est vouloir qu'un auttre n'entende ce qui se passe ; et simuler, qu'il entende ce qui ne se passe52 ; celui-la est licite et louable, et cest auttre blasmable en tous temps. Puis donc que la dissimulation en ce sens qui est celuy de nostre Autheur, n'est point deffenduë ny condemnée, pour quoy empeschera-on le souverain de vivre comme les auttres hommes, luy qui en est le Maistre et le Gouverneur ? Sa dignité le rendra-il moins prudent et moins privilegié que ceux qui luy obéissent ? Et qui recoivent la loy de luy ? C'est le moins qu'il puisse que de jouer son personnage avec la mesme addresse, et la mesme liberté que ses sujets, luy qui est regardé de tous, et doibt les regler tous.

21[766] Confessons donc que l'accortise et la dissimulation sont si necessaires, non pas seulement aux princes, et a leurs Ministres, mais encore a touttes sortes d'hommes et de personnes, tant en general qu'en particulier, que sans elles il est du tout impossible de se pouvoir conduire seurement parmy les hommes, et de parer leurs malices et leurs artifices. Le prince qui ne scait couvrir son jeu donne de grands avantages a ceux qui veulent entreprendre, non seulement contre luy, mais aussi contre son Estat attendu la liaison estroitte et inseparable qui s'y rencontre ; il fait ny plus ny moins que le joueur qui monstrant ses cartes, n'est pas seulement cause de sa perte, mais aussi de celle de ses compagnons. Ceux qui gouvernent les affaires d'Estat sont obligés pour la seureté publique d'en monstrer plus souvent les pretextes, que les causes ; parce que les auttres les considerent si peu, ou bien sont aveuglés de tant de passions, qu'ils en scavent rarement la verité. Et fault prendre garde neant moins d'user de la dissimulation, comme l'on fait des antidotes et des poisons en la composition des medicamens, qui meslés a propos profitent, [767] mais donnés hors de saison nuisent et gastent tout ; la dissimulation, aussi bien que la subtilité, estant une fois descouverte, non seulement ne sert plus de rien a son autheur, mais au contraire fait entrer en deffiance ceux qui traittent avec luy, et ruine ce qu'elle pensoit conserver. Tous ceux qui la condamnent, et qui en mesprisent la necessité, attribuent neant moins ses effects a la prudence, et par ainsi ne changent que les noms, et non pas les choses ; non plus que quand ils sont contrains de reconestre son utilité, et de la permettre [, disent ils,] lors qu'elle ne tend point au mal, et qu'elle ne vise qu'a un plus grand bien ; de quoy l'on demeure d'accord avec eux, puis que le mal est tousjours mal, et par consequent odieux, blasmable, et indigne non pas seulement d'un chrestien, mais de touttes sortes d'hommes ; outtre qu'il s'en trouve peu qui en aient jamais fait sans quelque pretexte, et sans quelque apparence de bien.

  • 53  Lipse, Civil. Doctrin. lib. 4.
  • 54  Cicero, epist. 19.

22Ne seroit-ce pas une servitude cruelle si l'on estoit contraint de dire tout ce que l'on pense, et ce que l'on medite ; si la Nature a donné le visage et les yeux comme un tableau ou les [768] passions les plus fortes, et les plus violentes jouent leurs personnages ; elle a fait aussi dedans l'ame un cabinet secret ou les pensées les plus importantes sont cachées et retenues, jusques a tant que la prudence trouve a propos de les produire au jour pour en executer les conseils. Si la nudité d'un corps quelque beau et poly qu'il puisse estre, a quelque chose qui semble porter du rebut, et de l'estonnement avec soy, celle de l'esprit n'en causeroit pas moins si elle produisoit et manifestoit touttes les imaginations informes, les desseins monstrueux, et les pensées imparfaittes qui font l'entretien de sa meditation continuelle. La dissimulation luy sert de rideau, et la prudence de les cacher sont ses plus beaux habits. Ceux qui portent leur cœur dessus le front, et qui d'un naturel ouvert descouvrent par leurs parolles, comme au travers d'un christal, tout ce qu'ils ont dedans l'ame, sont plus propres pour une table de divertissement et de bonne compagnie que pour celle d'un Conseil et d'une assemblée politique, a cause que sur le Theatre des affaires publiques les acteurs doibvent par necessité porter divers masques, et les changer en chaque scene ; puis [769] que le bien et le salut de l'Estat, est le centre et le but ou tous leurs conseils, et touttes leurs actions doibvent tendre, et ou ils ne peuvent souvent arriver qu'en biaisant, et en dissimulant leurs desseins et leurs entreprises ; aperti isti et simplices, qui animum in fronte promptum gerunt, nunquam apti sunt Theatro publico53 ; c'est pour quoy, dit Ciceron ; si recta portum tenere nequeas, idipsum mutata velificatione assequaris54.

Haut de page

Notes

1  Proverb., cap. 14, vers. 29.

2  Proverb., cap. 16, vers. 32.

3  Bannes, in, 2. 2. D. Thom. quaest. 1. art. 7. dubit. 2. respons. ad 1 argum.

4  Sapient. cap. 11, vers. 24.

5  [Barclay, Veritat. Lacrimae]

6  Ecclesiaste, cap. 3.

7  Zepperus, Legum mosaicar. forens. explanat.

8  Regum, lib. 3, cap. 2. vers. 8.9.44.45.46.

9  St Gregoire, en son pastoral, liv. 3, advertissement, 12.

10  St August. lib Contra mendac, cap. 10.

11  St Bernard, De considerat. ad Eugenium.

12  Hugo Cardinal.

13  St Luc, cap. 24.

14  Scriban. Polit. christ. Lib. 1, cap. 13.

15  Ribadeneira, Princeps christ., lib. 2, cap. 4.

16  Cap. 20, vers. 6.

17  Menoch, Institut. Politic. lib. 2. cap. 31.

18  Le p. Senault en son Monarqu. traitté 5, Disc. 2.

19  Senec.

20  Machia. en ses Discours, liv. 3. chap. 9.

21  Tacite

22  Laval, en ses desseins nobles, Traitté, du secretaire.

23  Senec. Suasor. 6.

24  Isocrat. oratio. ad Nicoclem.

25  Cicero, oratio. pro Milone. et let., lib 9 Epist.

26  Aeneas Silvius, De rebus gestis Alphonsi.

27  Dion Cassius, lib. 57.

28  Ovide, lib. 3, De arte amandi.

29  Senec.

30  ff. de novatio. Leg. dol.

31  Senec, Controvers. lib. 1. in praefat.

32  Tacite, Annal., liv. 12.

33  Ibidem, lib. 14

34  Erreur : n'oublie (voir A)

a  le fol et, aj.

35  Regum, lib. I, cap. 21, vers. 13.14.

36  Regum, lib. 1, cap. 10. vers. 27.

37  Mariana, hic.

38  Ecclesiastes, cap. 10, vers. 1.

39  Cardan, De Sapient. lib. 3.

40  Machia. en ses Discours, liv. 3. chap. 2.

41  Philippe de Commines, et Pierre Matthieu, en sa vie.

42  Tacit. Annal. lib. 4 et 6.

43  Lipse, lib. 4 Civil. Doctri. cap. 14.

44  Tacit. Annal. lib. 14, cap. 2.

45  Caesar, lib. 1 de Bello civile.

46  Tacite.

47  Philon, de l'Ivrongner.

48  Lucian, liv. 1. Contre celuy qui disoit, tu es un Promethée en parolles.

49  Lucian, liv. 2. Jupiter, Tragique.

50  Aristo. Ethicor. lib. 4, cap. 3.

51  Clapmari, De Arcanis rerum publicar. lib. 6, cap. 17.

52  St Isidore, lib. different. Litt. s. Different. 541.

53  Lipse, Civil. Doctrin. lib. 4.

54  Cicero, epist. 19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 6 : Dissimuler, pour bien regner », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre second, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5971

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org