Navigation – Plan du site

Maxime 8 : Que les Princes doibvent entretenir des ennemis pour faire parestre leur vertu, et leur grandeur

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

 [835] Maxime 8 : Que les Princes doibvent entretenir des ennemis pour faire parestre leur vertu, et leur grandeur


*

1Machiavelle dit. Et però molti giudicano che un principe savio, quando n’habbia l’occasione, deve nutrirsi con astutia qualche inimicitia, accioche oppressa quella ne seguiti maggior sua grandezza ; Machia. del Principe, cap. 20.

2Plusieurs ont estimé qu’un sage prince, doibt avec une certaine astuce nourrir quelque inimitie contre soy, affin que venant a l’opprimer, sa grandeur s’en ensuive davantage ; Machiavelle, en son Prince, chap 20.


*

  • 1  Senec. de provident. cap. 2.
  • 2  Senec. Episto. 95.
  • 3  Histoire, de Louis. 11.
  • 4  Machia. en ses Discours politi. Liv. 1, chap. 6.
  • 5 Tacit. Annal. Lib. 5.
  • 6  Plutarque, et Bodin, en sa Republiq. Liv. 4. chap. 1.

3[836] Ceste maxime est aussi vieille que les principes de la politique ; et la morale qui met ses plus belles vertus dedans l’action, en a fait une regle generale, et une devise de constance, qui sert de consolation aux affligés, et d’esguillon de gloire aux plus genereux ; virtus agitata crescit. Sans la resistance, il n’y auroit point de victoires, et sans les difficultés [obstacles,] nos entreprises seroient languides, et comme ensevelies dedans l’oubly. De ce que nostre Autheur propose par forme d’emulation a la vertu, ses ennemis en font un desordre, et une confusion violente et tirannique ; c’est estre trop passionné contre luy que de le condemner en une proposition si juste et si religieuse. Si les martirs n’eussent point trouvé d’ennemis, ils eussent perdu touttes leurs palmes, et touttes leurs Couronnes ; marcet sine adversario virtus1. Si Alexandre, si Caesar, et tant d’auttres conquerans n’eussent rencontré de la resistance [trouvé de l’obstacle], leur courage, et [837] leurs triomphes nous seroient inconus ; erigitur virtus cum tacta est, et impulsa2. Ceste maxime est fondée sur un effect de la providence Divine, comme remarque tres pieusement et tres judicieusement Philippe de Commines3, pour faire voir que Dieu a voulu donner a tous les princes, Roiaumes, et Republiques un contraire, et un opposite pour tenir les uns et les auttres dans les termes de leur debvoir ; estant certain que s’il y avoit un Estat qui n’eut aucun obstacle, ny aucune sorte de traverses qui le tinsent [tienne] en crainte et en bride, on y verroit incontinent de la Tirannie, de l’insolence, et du desbordement ; ou bien, comme dit Machiavelle4, s’il y avoit une Republique qui eut le ciel si favorable qu’on la laissa en paix sans luy rien demander, elle deviendroit lasche et oisive, et se feroit la guerre elle mesme par faulte d’auttre, et ce seroit assés de l’un de ces inconveniens pour perdre et destruire entierement [838] une Republique. Et quand il dit que plusieurs ont estimé qu’un sage prince doibt nourrir quelque inimitie contre soy, affin que venant a la surmonter sa grandeur en soit plus considerable ; il ne dit pas pour cela que ce soit ny de son conseil, ny de son advis, que cela se face tousjours ; et s’il reduit ceste maxime a l’Estat populaire comme font tous les auttres politiques, c’est qu’il suit en cela l’exemple de Scipion, et [celuy] d’Onomadesme, et l’advis de Tacite qui dit ; cum magna Imperia non ignavia contineantur, virorum armorumque faciendum certamen esse5. Les principaux officiers des Republiques, et principalement des Estats de Hollande, ne sont jamais gueres sans quelques ennemis, tant pour se rendre necessaires en leurs emplois, que pour tirer les grands appourchemens, et les grandes subsistances qu’on leur fournit ; ce qu’un Roy, ou un prince souverain ne feroit pas, a cause [839] qu’il est tousjours maistre et dispensateur des deniers de son espargne, qui ne sont jamais en si grand nombre, que lors qu’il est sans guerre, sans affaires, et sans ennemis. Nostre Autheur qui a toujours eù la Republique de Rome, de Florence, et les auttres d’Italie pour object [principal], a plustost parlé de ceste maxime par forme d’histoire, que pour en faire un conseil, et une regle d’Estat ordinaire. Plutarque, et Bodin apres [avec] luy confirment ce raisonnement quand ils disent, que le seul moien d’entretenir l’Estat populaire est de faire la guerre, et de forger des ennemis s’il n’y en a point6. Ce fut la seule et principale raison qui mut Scipion le jeune d’empescher tant qu’il put que la ville de Carthage ne fut rasée, contre le sentiment de Caton le Censeur, qui soustenoit opiniastrement le contraire ; prevoiant sagement que si le peuple Romain guerrier et belliqueux comme il estoit, n’avoit plus d’ennemy, les voluptés [delicatesses] et [840] les delicatesses [voluptés] ne vinssent a infecter ; et finalement surmonter son ancienne vertu ; ne metu ablato aemulae urbis, luxuriari foelicitas urbis inciperet. Pour la mesme cause Onomademe capitaine et chef de la Republique de Chio, aiant appaisé la guerre civile et chassé les plus mutins, ne voulut pas bannir les auttres, quoy qu’on luy voulut persuader de ce faire, disant qu’il y avoit danger qu’apres avoir chassé tous les ennemis, on fit la guerre aux amis.

  • 7  Bodin, en sa Republiq. Liv. 5. chap. 5.
  • 8  Polibe, histo. Lib. 6.
  • 9  Regum, liv. 1. Cap. 12.

4Le mesme Bodin en un auttre endroit de sa Republique adjoute7, qu’il est bien difficile, voire presque impossible de maintenir les sujets en paix et amitie s’ils ne sont en guerre contre l’ennemy ; ce qui se peult voir en touttes les histoires des Romains, les quels apres avoir vaincu les ennemis, aussi tost commenceoient a se mutiner, ce qui fut cause que le senat entretenoit les guerres, et suscitoit [forgoit] des ennemis s’ils n’y en avoit point, pour se garantir des guerres civiles. Et outtre les raisons cy dessus, celle-cy n’est pas de peu de poid, [841] c’est a scavoir qu’il n’y a moien plus seur d’entretenir un peuple au debvoir d’honneur et de vertu, que par la crainte d’un ennemy guerrier ; jamais, dit Polibe, on n’a veu les Romains plus vertueux, ny les sujets plus obeissans aux magistrats, ny les magistrats aux Lois, sinon lors que Pyrrhus en un temps, et Annibal en l’auttre estoient aux portes de Rome8. Apres que Perseus et Antioque furent vaincus, et n’aians plus d’ennemy assés puissant pour les tenir en cervelle, alors les vices commencerent a prendre pied, et le peuple se laissa couler en delices et superfluités, qui gasterent entierement les bonnes mœurs, et obscursirent la splendeur de l’ancienne vertu. O combien cestuy-la fut estimé sage qui resista ouvertement en plein senat, et empescha tant qu’il peut que la ville de Carthage [ne] fut rasée, predisant que la vertu des Romains s’aneantiroit bientost si on en venoit la. [;] Car tout ainsi que [a cause que comme] la licence effrenée fait enfler et desborder les hommes en tous vices, aussi la crainte les retient [842] dans le [en] debvoir et l’obeissance. Et ne fault pas doubter que ce grand politique et gouverneur de tout le monde, ainsi qu’il a donné a touttes choses son contraire, n’ait aussi permis les guerres et les inimitiés entre les peuples pour chastier les uns par les auttres, et les tenir tous en crainte, qui est le seul frein de la vertu ; comme Samuel remonstra bien en la harangue qu’il fit au peuple d’Israel, que Dieu leur avoit suscité des ennemis pour les tenir en cervelle, et pour les tenter, les sonder, et chastier9. Voilà les raisons qui peuvent servir, pour monstrer que ceux la s’abusent grandement, qui pensent que le seul but de la guerre, soit la paix, et la tranquillité publique.

  • 10  Plutarq. Comme on pourra recepvoir utilité de ses ennemis.
  • 11  Senec. Epito. Controvers. Lib. 4. controv. 5.
  • 12  Suidas,

5Plutarque qui a fait un livre de l’utilité qu’on peult recepvoir de ses ennemis, dit que l’homme prudent et sage scait tirer profit et utilité de ses ennemis10. Que les fols gastent et corrompent les amities, la ou les sages scavent user oportunement, et tirer des commodités mesmes des inimities. Et Seneque [843] le Rheteur, dit ; hostis aliquando vulnus sanavit quod fecerat ; ob hoc maximè, quia alius sanare non poterat11. Il y a des faveurs et des secours que nous ne pouvons attendre que de nos ennemis, les amis flattent trop nos maux, et leur complaisance augmente nostre lethargie, au lieu de nous esveiller. Suidas dit que les sages apprennent beaucoup de leurs ennemis, et qu’estre sur ses gardes, c’est le moien de subsister, qui est une lecon que l’amy ne nous apprend point, mais que l’ennemy nous fait comprendre bon gré, malgré que nous en aions12. C’est d’eux que nous tenons nostre prudence, nostre retenuë, [et] nostre modestie, et la plus part de nostre vertu ; ce sont eux qui nous ont appris a bastir les villes, a songer a nos seuretés, a regler nos mœurs, a cacher nos deffaults, et a faire tant de miracles de Nature ; ce sont-ils en un mot qui excitent nostre vertu, qui font voir ce que nous valons, et qui sont les Autheurs [844] de nostre gloire, et de nostre reputation la plus avantageuse.

Haut de page

Notes

1  Senec. de provident. cap. 2.

2  Senec. Episto. 95.

3  Histoire, de Louis. 11.

4  Machia. en ses Discours politi. Liv. 1, chap. 6.

5 Tacit. Annal. Lib. 5.

6  Plutarque, et Bodin, en sa Republiq. Liv. 4. chap. 1.

7  Bodin, en sa Republiq. Liv. 5. chap. 5.

8  Polibe, histo. Lib. 6.

9  Regum, liv. 1. Cap. 12.

10  Plutarq. Comme on pourra recepvoir utilité de ses ennemis.

11  Senec. Epito. Controvers. Lib. 4. controv. 5.

12  Suidas,

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 8 : Que les Princes doibvent entretenir des ennemis pour faire parestre leur vertu, et leur grandeur », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre second, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5972

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org