Navigation – Plan du site

Maxime 7 : Qu’il suffit du prince d’estre vertueux en apparence, et non pas en effect

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

1 [770] Machiavelle dit. Ad un principe adunque non è necessario havere tutte le sopra scritte qualita, ma è ben necessario parere d’haverle. Anzi ardiro di dire questo che havendole et osservandole semprè, sono dannose, et parendo d’haverle sono utili ; come parere pietoso, federe [sic] [ferderle], humano, religioso, intero, et essere ; ma stare in modo edificato con l’animo, che bisognando tu possi et sappi mutare il contrario. Et hassi da intendere questo che un principe, et massimè uno principe nuovo, non può osservare tutte quelle cose, per le quali gli huomini sono tenuti buoni essendo spesso necessitato per mantenere lo stato, operare contro alla humanita, contro alla charita, contro alla Religione. Et pero bisogna [771] che egli habbia uno animo disposto a volgersi, secondo che i venti et le variationi della fortuna gli comandano ; et come di sopra dissi, non partirsi dal bene, potendo, ma sapere entrare nelle [sic] male, necessitato. Perche gli huomini in universale giudicano più agli occhi, che alle mani, perche tocca a vedere a ciascuno, a sentire a pochi ; ognuno vede quel che tu pari, pochi sentono quel che tu sei, et quelli pochi non ardiscono opporsi alla opinione de molti, che habbino la Maesta dello stato che gli difende ; et nelle attioni di tutti gli huomini, et massimè de principi, dovè non e giudicio a chi reclamare, si guarda al fine. Perche il vulgo ne va semprè preso con quello che pare, et con lo evento della cosa, et nel mondo no è se non vulgo ; Machia. del Principe, cap. 18.

2Le prince n’est pas tenu d’estre garny de touttes les vertus, mais il est necessaire qu’il ait l’apparence de l’estre ; et qui plus est, j’oseray bien [772] dire ce mot, que les aiant et observant en tous endroits, elles sont merveilleusement dommageables, ou au contraire elles profitent grandement si on a seulement le semblant de les avoir ; et fait bon parestre pitoiable, loial et humain, pourveu que ton esprit soit si ductible et dextrement habitué, que tu sache faire le contraire advenant le besoing. Par ainsi il fault entendre qu’un prince ne peult exactement observer tous les poincts qui font estimer les hommes vertueux estant le plus souvent contraint pour deffendre le sien de contrevenir a sa foy, a la charité, humanité, et religion. Et fault qu’il se sache tourner au vent de la fortune, sans s’esloigner de la vertu, s’il luy est possible, mais ou la necessité le contraindroit, se scavoir servir du vice. Les hommes jugent plus a l’œil, qu’a la main, escheant a un chacun de voir ; mais non pas de sentir. Tout le monde void ce que tu parois estre et peu sentent ce que tu es ; et ce peu n’oseroit contrarier a l’opinion de plusieurs qui ont pour eux la Majesté du prince qui les authorise [773] car en touttes les actions des vivans, mesmement en celles des princes desquelles il n’y a point d’appel, l’on se remet tousjours a la fin pour en juger. Le vulgaire ne s’arreste qu’a ce qui apparoist ; et aux evenemens des choses, dans lequel la pluspart du monde est comprise ; Machiavelle, en son Prince, chap. 18.


*

  • 1  Combat spirituel, chap. 2 et 3.

3Non seulement ceux la sont dans l’erreur qui disent avec les Manicheens, que l’homme ne peult eviter le peché ; mais aussi ceux qui assurent avec Jovinian, que ce mesme homme ne peult point pecher ; parce que les uns et les auttres luy ostent le franc-arbitre et la liberté de ses actions. Il est bien vray neant moins, comme tous les peres spirituels en sont d’accord, que nous ne pouvons jamais arriver a aucune sorte de vertu par nos propres forces, d’autant que l’homme n’a pas de soy plus de disposition pour s’eslever au bien, que la pierre en a pour monter en hault vers le ciel ; n’y moins d’inclination de se porter au mal, que la pierre en a de tomber en bas vers [774] la terre. 1C’est pourquoy, tout autant de fois qu’il nous arrive de tomber en quelqu’une de nos imperfections plus ordinaires, il nous fault tourner aussi tost les yeux du costé de ceste generale impuissance que nous avons pour touttes sortes de bonnes œuvres ; nous assurant que jusques a ce que nous l’aions parfaittement conuë, et sincerement confessée devant les yeux du Tout puissant, jamais nos chutes ne cesseront, parce que celuy qui veult eslever son esprit a la conessance de Dieu, et s’unir de tout son pouvoir a ceste lumiere celeste de la verité increé, doibt acquerir premierement la conessance de soy mesme, que Dieu donne ordinairement aux superbes et aux presomptueux par la voie des chuttes. D’ou vient aussi qu’il permet que l’homme tombe plus ou moins selon qu’il reconnoit en luy plus ou moins d’orgueil ; et s’il y en avoit quelqu’un qui en fut entierement exempt, comme a esté la saincte Vierge, il seroit entierement exempt comme elle de toutte sorte de peché. Quand donc il nous arrive de tomber, si nous ne voulons choir encore plus [775] lourdement et plus souvent, recourons soudain de la pensée a l’humble conessance de nous mesmes, et avec des prieres quasi importunes, c’est a dire, faittes egalement avec ardeur et perseverance, demandons a nostre seigneur sur touttes choses la grace de nous bien conestre.

4Ces maximes ainsi posées nous font voir combien les chuttes et les pechés sont profitables a l’homme, puis qu’ils luy font conestre son orgueil, et luy descouvrent sa vanité. Et les advis et les consolations que ce mesme Italien generalement approuvé de tous les contemplatifs, donne en ces sortes de desordres, sont, que si a l’heure que je suis tombé, je me trouble, je m’afflige, et je sens eslever dans mon ame un certain desespoir de pouvoir avancer, et generalement de pouvoir rien faire de bon ; c’est un signe evident que dans l’occasion de bien faire que j’avois euë auparavant, je m’estois confié entierement en moy mesme, et nullement en Dieu ; et il est vray encore, que plus mon chagrin et mon descouragement seront [776] grands apres ma chutte, et plus il faloit que je me fusse confié en moy, et non en Dieu, dans l’occasion de bien faire qui l’avoit precedée. Mais celuy qui a pris soing d’imprimer bien veritablement, et bien avant dans son cœur la defiance de soy, et la confiance en nostre seigneur ; quand il tombe, il ne s’estonne point, il ne se trouble point, il ne se fasche point contre soy mesme, parce qu’il void bien que c’est un effect de sa foiblesse ordinaire, de la quelle il est d’autant moins surpris qu’elle ne luy estoit pas inconnuë. Et d’ailleurs il ne se descourage point, et ne perd jamais pour cela l’esperance qu’il a mise en Dieu ; mais s’affligeant sur touttes choses d’avoir peché, et en concevant une horreur et une tristesse paisible et tranquille, non pour ce qu’il est tombé, ou qui [sic] s’est fait mal en tombant, mais pour ce qu’il a offencé Dieu ; il se releve courageusement avec plus de defiance de soy, et de confiance en Dieu que jamais, il reprend les armes, il revient au combat et poursuit [777] mesmes [sic] ses ennemis jusques a vouloir leur oster la vie.

  • 2  St Jean, chap. 15. vers. 13.
  • 3  Idem, cap. 10.vers. 11.
  • 4  I. Petri, cap. 4. vers. 8.

5Si les chuttes dans les ames les plus pures et les plus spirituelles produisent de si nobles et de si bons effects, pourquoy non dans un prince, et un Ministre d’Estat qui est moins attaché a ces regles de perfection qui regardent plus les hommes en particulier, et chacun pour soy, que le general et la conduitte universelle de tout un Estat ; veu mesme qu’il travaille pour auttruy, et non pour soy ; qu’il adjoute la charité pour le prochain, ou les auttres perdent l’amour qu’ils doibvent a Dieu pour se donner a eux mesmes ; et qu’il ne recule qu’en apparence et par complaisance, pour avancer en effect ses sujets dans l’exercice et la practique d’une vertu utile et veritable ? Ce qui fait voir que si les vertus politiques sont un peu larges et un peu estenduës d’un costé, elles sont aussi bien plus parfaittes et plus relevées de l’auttre, puis qu’elles sont touttes consommées dans l’amour et la charité que [778] l’Evangile demande des Gouverneurs des peuples, et de ceux qui ont la conduitte des auttres ; majorem charitatem nemo habet ut animam suam ponat quis pro amicis suis2 ; bonus pastor animam suam dat pro ovibus suis3 ; et charitas operit multitudinem peccatorum4. Il n’y a qu’un bon prince qui hazarde son propre salut pour chercher celuy des sujets qu’il gouverne.

6De plus, il ne fault si fort oublier nostre humanité, que nous ne nous souvenions, que les vices et les vertus se brouillent en nous de telle sorte, qu’on void souvent des hommes fort vicieux faire de tres bonnes actions ; et d’auttres au contraire qui en commettent de tres meschantes, bien qu’ils soient d’ailleurs dans l’exercice de beaucoup de vertus. Ainsi Theophraste remarque, qu’avec des pierres fort noires on peult tirer des lignes blanches ; et Pline dit, que la couleur de l’argent ne l’empesche pas de faire des marques obscures sur le papier. C’est la mesme chose de certaines personnes dont les operations sont si differentes de leur natu[779]rel, qu’il semble qu’elles dementent leur principe. C’est pourquoy on ne scauroit nier que la vertu et le vice ne se rencontrent souvent en mesme lieu, ny soustenir avec raison que ces deux contraires soient absoluement incompatibles. Ils ne l’estoient pas en la personne du Roy de Philippe de Macedoine, duquel on a dit que jamais auttre que luy n’avoit apporté a la Roiauté tant de vertus, et tant de vices tout a la fois ; si bien que la plus rafinée perfection a tousjours quel[que] trait d’imperfection, comme il n’y a point de corps qui n’ait son ombre, ny de vin si pur qui n’ait sa lie ; ainsi nous pouvons bien establir ceste maxime, que les plus vertueux de ce monde sont simplement ceux qui ont le moins de vices, et que c’est beaucoup a un prince qui doibt s’accommoder a tant de sortes d’esprits, d’estre vertueux en apparence, s’il ne le peut estre en effect. Nostre Seigneur laisse bien souvent en ses serviteurs les plus petittes imperfections, parmy les plus grandes vertus, pour entretenir dans leurs ames les humbles sentimens qu’elles doibvent avoir d’elles mesmes, comme remarquent tous les peres les plus spirituels.

7[780] Davantage, toutte la morale confesse, qu’il n’y a point de vertu qui ne soit environnée de peché et qui ne voie a ses costés deux ennemis qui la menacent ; la clemence est au milieu de l’indulgence et de la severité ; la force est placée entre la temerité et la lascheté ; la liberalité est logée entre l’avarice et la profusion ; ce qui fait qu’il y a des vertus infames, et des vices honorables. La vengeance passe pour grandeur de courage, et l’oubly des injures pour lascheté ; l’ambition est illustre, et parce qu’elle s’attache aux Couronnes, elle pretend n’estre point honteuse ; la modestie et l’humilité sont mesprisées, et d’autant qu’elles cherchent la solitude et le silence, elles ont perdu toutte leur gloire. Ce n’est donc pas sans raison que les Theologiens disent qu’il y a ceste difference entre une vraie vertu, et une parfaitte vertu ; que la parfaitte doibt estre rapportée a la derniere fin de l’homme qui agit ; mais qu’il suffit que la vraie vertu puisse de soy estre rapportée a ceste fin, quoy qu’en effect elle n’y soit pas rapportée ; qui est celle que Machiavelle demande [781] en son prince qui agit plus tost pour le bien de ses sujets, et le repos de son Estat, que pour Luy, ny sa propre personne, ce qui n’appartient qu’aux religieux, et aux solitaires les plus detaschés du monde, et du commerce des hommes.

8S’agissant icy du vice et de la vertu, ce discours plus spirituel que politique, n’en peut estre rejetté justement, pour faire voir que si la vertu est si foible et si imparfaitte parmy ceux qui mettent toutte leur estude et tous leurs soings pour pouvoir la posseder ; il ne fault pas trouver estrange qu’un souverain qui malgré soy est a la teste des bons et des meschans, et meslé estroittement parmy une confusion de peuples ou les vicieux et les plus desreglés sont le plus grand nombre, se relasche quelque fois, et permet de gré ou de force mille et mille choses qu’il ne peult et ne doibt empescher pour la conservation des plus gens de bien, et la tranquillité de tout l’Estat en general. N’estant pas peu a un prince de [782] scavoir mesnager ses actions de la sorte, et faire esclater ce qu’il a de bon et de vertueux, pendant qu’il cache et qu’il dissimule ce qu’il a de mal et de vicieux comme les auttres hommes, puis qu’il n’est pas moins important ny moins necessaire de couvrir nos vices et nos deffaults, que de faire parestre les bonnes parties et les rares qualités qui sont en nous, et qui nous possedent apparemment.

9Pour bien reussir en ce poinct nous avons trois moiens principaux qui sont, la precaution, la couleur ou le desguisement, et la confidence de soy mesme. Le premier est un effect de nostre prudence, et de la conessance que nous debvons avoir de nous mesme, en ne nous engageans pas legerement dans des choses que nous scavons ne pouvoir pas executer heureusement, fuians adrettement les occasions de s’y embarquer crainte de descouvrir nostre foible. Le second, est le remede des faultes que nous pourrions avoir faittes au premier, en couvrant et palliant nos erreurs [783] et mancquemens, faisant voir qu’ils procedent d’une meilleure cause, et qu’ils tendent a quelques auttres desseins ; desguisans nostre lascheté et peu de courage, en douceur et clemence ; nostre lenteur et stupidité, en prudence et retenuë ; nostre ignorance en un silence discret et modeste ; nostre impuissance en vertu, et ainsi du reste. Dissimulans d’auttre costé les vertus exquelles chacun scait que nous excellons, affin que par un mesme coup nous puissions faire croire, que nos deffaults essentielles [sic] ne sont que dans nostre feintise, et que la mesme raison qui les tempere, scait aussi moderer ce que nous avons de plus parfait et de plus avantageux. Pour ce qui est du dernier, qui est la confidence de soy mesme, c’est le plus général, et celuy qui peult cacher tout ce que les auttres ne peuvent couvrir, particulierement quand il s’agit de mespriser, et de desdaigner touttes les choses qui auttrement nous seroient impossibles, en faignant de scavoir, et de posseder absoluement celles qui nous [784] sont les moins conuës, et que nous entendons le moins, et faisant semblant d’ignorer les auttres que nous scavons parfaittement. Imitant en cela les poetes qui disent [diront] a leurs censeurs, que le vers qu’ils blasment le plus leur couste davantage que tous les auttres qu’ils approuvent. Estant certain qu’il n’y a rien plus utile, ny de plus politique, que de faire les rouës de nostre esprit concentriques et tournantes avec celles des temps et des occasions ; sans [Et ne fault point] s’engager legerement dans touttes sortes de choses encore qu’elles semblent certaines et infaillibles, mais avoir tousjours une fenestre pour s’envoler, et une porte de derrière pour rentrer.

10Je veux bien advouer dés l’entrée de ceste maxime que voicy le lieu ou nostre Autheur semble avoir parlé le plus librement, et avec moins de retenuë qu’en pas un auttre ; mais confessons [advoüons] aussi qu’il parle de la vertu d’un prince qui despend plus d’auttruy que de soy, et que si luy mesme ne s’expliquoit, on luy feroit croire [785] qu’il prefere l’ombre au corps ; l’apparence aux effects ; et l’hippocrisie a une vertu solide et veritable. Ce n’est point icy son dessein, ny en pas un auttre endroit de ses ouvrages, mais seulement de faire conestre au prince que sa vertu pour porter le mesme nom que celle des hommes privés, ne se practique point pourtant comme la leur, et que faisant des choses que ses sujets font avec gloire et applaudissement, ce luy seroit un crime et un blasme tout ensemble de les imiter par tout, et d’agir comme le commun des hommes. Quand il permet au souverain de n’avoir en cas de necessité que l’apparence des vertus, plustost que les effects, il en cotte les principales qui sont la foy, la charité, l’humanité, et la Religion. Or que le prince ne puisse enfreindre sa foy, et justement pour le bien de son Estat, nous l’avons fait voir assés clairement en la derniere maxime de nostre premier livre ; et par ainsi l’apparence d’en avoir en ce rencontre, luy est bien plus glorieuse et profitable, que d’en avoir en effect pour la garder avec [786] perte et dommage ; puis que par la il se tire des mains de son ennemy, obtient de luy ce qu’une guerre de longue durée ne pourroit pas faire, et fait le bien de son peuple et de son Estat ; dolus an virtus quis in hoste requirat ; il n’y a point de foy entre ennemis pour les choses temporelles, n’estant pas moins juste de conserver une province pour avoir faussé sa promesse, que d’en usurper et conquerir une auttre par le droict de la guerre et des armes, puis que celuy qui prend par force fait pis, que celuy qui conserve en faussant sa foy, parce qu’outtre que le conquerant viole [fausse] la foy, et la justice naturelle qu’il doibt a tous les hommes de ne rien envahir du leur, il ruine encore un million d’innocens, cause mille sacrileges, mille meurtres [violements], mille violemens [meurtres], milles blasphemes, et mille incendies ; ou celuy qui manque parolle ne fait tort a personne qu’a celuy qui s’en plaint, si tort y a de tromper son ennemy, et celuy qui n’a droit de nous demander et de nous attacquer par la force et la violence. Si les princes vouloient garder la [787] charité, comme elle s’observe, et se doibt observer dedans les cloistres des Minimes qui l’ont prise pour devise ; adieu l’Estat, adieu l’espargne, adieu les nerfs de la guerre qui sont leurs thresors ; ils seroient bientost les plus pauvres de leurs Roiaumes, s’ils vouloient tirer de la necessité [tous] ceux qui y sont, s’ils remettoient [touttes] les tailles et les imposts, et s’ils entreprenoient de satisfaire a tout ce que la charité demandroit [demanderoit] de leur bonté, et de leurs richesses. Il n’en va pas ainsi, c’est assés qu’ils aient une charité exterieure, qu’ils plaignent les malheureux, qu’ils aient compassion des affligés, qu’ils donnent sans s’incommoder et sans surcharger le peuple, une bonne parolle d’un prince vault mieux a un homme de cœur, que tout le bien d’un tres riche bourgeois.

  • 5  Cassiod. Epistol. lib. 5. Epist. 39. Et, lib. 9. Epist. 18.

11Pour ce qui est de l’humanité, il est certain qu’il n’en doibt jamais abandonner l’apparence, comme aussi il luy seroit injuste de la practiquer tousjours en effect ; a cause que jamais il ne feroit punir les coupables, mourir les criminels, ny obeir ses sujets. C’est assés qu’en [788] punissant il tesmoigne que c’est avec regret, et que s’il use de quelque violence, ce sont plustost les necessités de l’Estat qui l’y contraignent que non pas son humeur, ny son naturel barbare et cruel. Il faut plaindre ceux qui faillent, sans laisser pour cela de les chatier et de punir leurs faultes. St Louis disoit que ce n’est pas clemence, mais cruauté, quand le prince peult faire justice, et qu’il ne la fait point ; hoc pietatis genus est, coercere infantiam criminis, ne iuvenescat augmentis ; et clementer irascimus, quando vitia sola damnamus5.

12Au reste, il ne fault pas prendre icy le mot de Religion pour celle que tous les hommes doibvent a Dieu, et au debvoir de leur Conscience, mais pour celle qu’ils exercent entre eux, qui est la Religion de leurs parolles, de leurs actions, et de tout ce qu’ils font ; n’estant pas necessaire de renier son Dieu, ny de rompre avec luy, pour en faire ainsi avec un homme. Si bien que quand nostre Autheur dit, qu’il suffit que le prince soit religieux en apparence, [789] s’il ne le peult estre en effect, crainte que cela ne nuise a son Estat ; c’est a dire, que la Religion de ses parolles ne doibt pas estre prejudiciable a celle qu’il doibt a ses sujets, puis que l’interest du bien publicque, est preferable a celuy du particulier. Il veult qu’il paroisse religieux par tout, mais non pas qu’il en abuse, ny qu’il se laisse surprendre ; il ne luy deffend pas de l’estre effectivement, pourveu que la justice le permette, et que l’utilité de son Estat y consente. Les mineurs peuvent contracter valablement a leur proffit, mais non pas a leur dommage ; ils se peuvent desdire, revocquer leur signature, desadvoüer leur foy donnée, passer par dessus la Religion des contracts en Conscience mesme et juridiquement, quand ils sont laisés. Le prince en est ainsi, c’est un mineur dans son Estat, qui peult bien transiger utilement, mais jamais s’obliger au préjudice d’iceluy, il n’en est point le proprietaire, mais l’usufruictier seulement.

  • 6  Jeremie, cap. 3. vers. 3.
  • 7  Isaie, cap. 3. vers. 9.
  • 8  Machia. En ses Discours, liv. 3. chap. 29.

13[790] Quand Machiavelle dit, que si le prince n’est vertueux, qu’il luy suffit de parestre tel ; il donne a conestre par la, que la vertu est si necessaire a un souverain, qu’il est impossible qu’il puisse bien et heureusement regir et gouverner sans elle, puis que n’en aiant point en effect, il est contraint d’emprunter son nom, et de faire semblant d’en avoir pour se donner creance parmy ses sujets ; estant tousjours plus louable a celuy qui n’en a point d’en emprunter le nom, que d’en mespriser les effects et les apparences. Encore est-ce quelque chose, et c’est se condemner soy mesme d’estre contraint de mandier la faveur d’une chose que nous n’avons point en nous ; c’est demander secours a son ennemy, c’est advoüer sa foiblesse, puis que nous n’agissons pas par ce que nous sommes, mais par ce que nous semblons estre. Et d’autant qu’il est honteux et blasmable de n’aimer point la vertu, et que c’est prudence et modestie de cacher et dissimuler ses vices et ses deffaults, le prince fait semblant d’aimer la probité [vertu] qu’il n’a point, pour couvrir et cacher [791] l’imperfection qu’il a de s’en voir [d’en estre] privé. C’est des-ja une demy vertu de n’oser faire parade de son vice, et de conestre qu’on ne peult le desguiser que par son contraire qui est la vertu. L’Escripture saincte, dit ; frons mulieris meretricis facta est tibi, noluisti erubescere6 ; et ailleurs ; peccatum suum quasi sodoma praedicaverunt, nec absconderunt7. Nostre Autheur ne conseille point au prince, ny a qui que ce soit de feindre la vertu, mais au contraire de faire semblant d’en avoir, si tant est qu’on n’en ait point en effect ; il en a un chapitre tout entier et particulier, qu’il intitule ; Que les pechés des peuples, procedent des princes8.

  • 9  Zonar. Hist. lib.
  • 10  Proverb. cap. 24. vers. 16.
  • 11  Job. cap. 4, vers. 18.
  • 12  Proverb. Cap. 20. Vers. 9.

14L’Empereur Henry 3 practiquoit fort ceste maxime, et Zonare nous assure, que ce fut elle qui mit Michel l’Empereur dessus le throsne de l’Empire9. Apres tout, puis qu’il y a peu d’hommes qui soient vertueux en effect, et que c’est beaucoup pour eux que de le scavoir bien faire ; il y auroit de l’arrogance et de la vanité de le penser estre veritablement. Les plus vertueux se sont ceux qui [792] sont les moins vicieux ; nascimur omnes filii irae ; septies in die cadit justus10 ; in Angelis suis reperit pravitatem11 ; quis ergo potest dicere mundum est cor meum, purus sum a peccato ?12 Nostre vertu n’est pas une vertu mais une abstinence, une moderation, ou plutost un desgoust et une impuissance a quelques vices.

  • 13  Job, cap. 4. vers. 18. 19.

15Quand Machiavelle dit [adjouste] que le peuple ne s’arreste qu’a l’exterieur, et ce qui suit ; il fait une proposition si veritable, qu’il n’y a rien au monde de plus certain ; tellement que de conclure qu’il suffit au prince de parestre vertueux et religieux, encore qu’il ne le soit point ; ce n’est pas a dire pour cela qu’il est deffendu de l’estre en effect et veritablement, mais bien que le peuple est si sot, si simple, et si grossier, qu’il canonisera un homme, et le fera passer pour beat sur des grimaces contraintes, et sur une pieté feinte et estudiée, encore qu’il n’ait rien moins dedans l’ame, tant l’hippocrisie est puissante et recommendable aupres de luy. La conclusion de ceste maxime justifie plainement son [793] Autheur, disant, que tout le monde void ce que le prince paroist estre, et que bien peu scavent ce qu’il est ; et ce peu n’oseroit contrarier a l’opinion de plusieurs qui ont pour eux la majesté du prince qui les authorise, outtre qu’en touttes sortes d’actions on se remet tousjours a la fin pour en juger. Par ceste description naïfve et naturelle il tesmoigne qu’il ne parle simplement que de l’ignorance et aveuglement du peuple, et combien il est facile a surprendre et a tromper, puis que la seule apparence opere autant auprés de luy, que la realité des choses, et qu’une vertu feinte et simulée trouve les mesmes recommendations qu’une entiere et veritable ; veu mesme que les plus clair-voians n’oseroient entreprendre de les desabuser, a cause que la multitude l’emporte, et que l’opinion est plus forte auprès d’eux, que non pas la verité. Estant certain que nostre Autheur ne parle icy que des effects d’une vertu apparente, remarquant que si quelqu’un en descouvre l’erreur, il n’osera s’opposer a tous ceux qui en croiront auttrement ; ce qui fait entierement [794] au pouvoir, a l’avantage, et a la necessité de la veritable, puis que la feinte et la simulée peult faire impression, et se mettre en credit parmy le peuple et les sujets, sans que les plus sages et les mieux sensés luy puissent donner atteinte, ny retirer ces Aveuglés de leur creance fausse et erronée. De plus, sachant combien une vertu solide est rare, et difficile a rencontrer parmy les hommes, pour ne pas desesperer ceux qui n’y scauroient atteindre, il se contente de la bastarde et d’une moins parfaitte, estant plus louable et plus avantageux d’en avoir une feinte, que de n’en point avoir du tout puis que celuy qui tient l’ombre, n’est pas si loing du corps, que celuy qui ne possede ny l’un ny l’auttre. Il descript un prince qui a des hommes a gouverner, et non pas des Anges, encore que le ciel en ait fourny pour [de quoy] peupler l’Enfer ; qui serviunt ei, non sunt stabiles, et in Angelis suis reperit pravitatem ; quanto magis hi qui habitant domos luteas13 ; et quand il dit que ceste apparence de vertu suffit parmy les hommes, faulte d’une plus pure et plus entiere, il ne dit [795] pas pour cela qu’il en soit de mesme envers Dieu, qui ne se paie pas de feintes, mais d’effects seulement. Davantage elle est si incertaine et si corrompuë, et se practique en tant de facons parmy les hommes, qu’il est bien difficile qu’un homme egalement sage et religieux, puisse approuver en soy mesme, ce que sa prudence et sa complaisance luy font donner a une populace aveugle et ignorante.

  • 14  Regum, lib. 3. cap. 21. vers. 21. 22. 23.

16Quoy que le repentir du Roy Achab ne fut pas bien veritable, et que sa penitence ne fut pas sincere, toutte fois ceste demonstration feinte d’un repentir dissimulé qu’il fit parestre d’avoir offencé Dieu, aiant deschiré ses vestemens, aiant pris le cilice, et s’estant couvert d’un sac lors qu’Elias Thesbites le menaça de la part de Dieu de la ruine de son Roiaume, fut pourtant capable d’arrester et de suspendre la cholere du seigneur, qui dit au prophete ; n’a [sic] tu point pris garde comme Achab s’est humilié devant moy ? C’est quoy [sic] je ne veux point l’affliger durant sa vie ; nonnè vidisti humiliatum[796]Achab coram me ? Quia igitur humiliatus est mei causa, non inducam malum in diebus ejus sed in diebus filii sui inferam malum domui ejus14.

  • 15  Ecclesiaste, cap. 9. vers. 1.
  • 16  Joan. Episto. 1. cap. 1. vers. 8.
  • 17  Ecclesiaste, cap. 8. vers. 10.
  • 18  Tertuli. De Anima, cap. 41.
  • 19  Actuum Apostol. cap. 8.
  • 20  Euseb. Histor. Eccles. lib. 2. cap. 13.
  • 21  Exode, cap. 17.
  • 22  Exode, cap. 17, vers. 12.
  • 23  Cardinal. Paleo. De consultatio. Sacri consistor. Part. I, quest. 5.

17L’Escripture saincte nous enseigne qu’il n’y a point de vertu parfaitte parmy les hommes et par consequent que ce n’est pas peu d’en avoir le nom, et d’en reverer l’image ; nescit homo utrum amore, an odio dignus sit15 ; et st Jean dit ; si dixerimus quoniam peccatum non habemus, ipsi nos seducimus, et veritas in nos non est16 ; c’est pour quoy Salomon se mocquant de ces presomptueux et de ces petits saincts qui ne font parade que de leurs miracles, dit ; vidi impios sepultos, qui etiam cum adhuc viverent in loco sancto erant et laudabantur in civitate, quasi justorum operum, sed et hoc vanitas est17. Les peres de l’Eglise nous assurent que les hommes les plus parfaits sont souillés et entachés de vices legers, ce qui a fait dire a Tertulian, qu’es hommes meschans il y a quelque chose de bon, et que dans les tres bons, il y a quelque chose de tres meschant ; sic et in pessimis aliquid boni ; et [797] in optimis non nihil pessimi ; solus enim Deus sine peccato18 ; attendu que les corruptions sont d’autant plus grandes, que les sujets sont exquis et delicats ; et que les moindres taches paroissent davantage sur les choses les plus pures et les plus polies, que les plus grandes sur des corps grossiers et imparfaits. Les actes des Apostres racontent que Simon le magicien poussé d’ambition et de vanité, voulant achepter a pris d’argent la vertu qu’il n’avoit point, et qu’il ne pouvoit acquerir par la, pour tascher de se rendre plus considerable et plus recommendable, et en suitte de cela en tirer davantage qu’il n’en auroit paié19 ; voicy comme Eusebe en parle ; Simon magus ambitione et cupiditate inflatus, mercari voluit pecunia, virtutem miraculorum sub specie pietatis, ut se postea his extolleret, et in his negociaretur20. Nous lisons dans la Bible21, que lors que Moise prioit sur la coline pour la prosperité des armes de Josué contre les Amalecites, pendant qu’il avoit les mains levées au ciel, Josué avoit de l’avantage sur ses ennemis, et que les abaissant eux en avoient [798] sur luy ; ce que voiant Aaron, et Hur, beau frere de Moise qui estoient sur la coline avec luy, ils luy mirent des pierres au dessous des coudes pour les luy faire tenir eslevées, et outtre cela le soustenoient l’un d’un costé et l’auttre de l’auttre, et les tiendrent [sic] ainsi jusques au soleil couchant, et tant que Josué eùt mis en fuitte et en desroutte tous les Amalecites ; Aaron autem et Hur sustentabant manus ejus ex utraque parte22. Si des prieres forcées, et des gestes exterieurs peuvent tant aupres de Dieu, pour quoy des vertus apparantes pourront elles moins aupres des hommes a qui nous ne debvons que nostre exterieur ; Lex humana respicit tantum actus exteriores, et secundum eos res dijudicat, cum occulta mentis non introspiciat ; Lex vero Divina animum principaliter, et propositum agentis intuetur, tum alias multas circunstantias quae ad Legem humanam non pertinent23.

  • 24  St Tho. 1. 2. Quaest. 96. art. 3. ad, 2. Et, 2, 2ae quaest. 32. art. 1. ad, 1.
  • 25  Aristo. Ethico. lib. 2. cap. 4. St Tho. 1. 2. quaest. 100. art. 9.
  • 26  Theophil. In Joan. cap. 11.
  • 27  Deutero. cap. 16.
  • 28  Aristo. Ethico. lib. 2. cap. 4.
  • 29  Idem, politi. lib. 3. cap. 3.
  • 30  St Tho. 1. 2. quaest. 92. art. 1. ad, 3.

18De plus, s’il est vray, comme tous les Theologiens en sont d’accord, qu’on peut faire des actes de vertu, encore qu’on soit sans elle ; quod potest aliquando reperiri actus virtutis, sine virtute, [799] ut quando aliquis facit opus justum, sed non justè24 ; comme celuy qui va a l’Eglise pour y donner des randés vous ; et qui croit avoir restitué son larcin, pour en avoir donné la centieme partie aux pauvres, ou aux Eglises. Pour quoy par une mesme parité d’argument et de raison, et a contre sens, ne se peult il pas faire qu’une action paroisse meschante et vicieuse, qui neant moins sera bonne en soy, ou de soy, puis que les hommes sont si peu d’accord entre eux de ce qu’ils doibvent appeler vertu ; d’ou s’ensuit, dit Aristote, et st Thomas apres luy ; difficultatem non levem versari in re justa [sic] [juste] facienda, aut in aliis operibus bonis benè agendis, eo quod ad opus virtutis rectè faciendum, complura in operante requiruntur, quod sciens, quod eligens, quod ad finem rectum25 ; et plusieurs auttres circonstances qu’Aristote rapporte et specifie au [dedans le] lieu allegué. C’est pour quoy dit Theophilacte, celuy la ne merite point le nom de juste, pour faire des actions justes, mais celuy qui les fait justement ; neque justus dicitur, justum quiddam faciens, sed qui justè facit26 ; et tire ceste conclusion d’un passage du [800] Deuteronome, qui porte, que ; justè quod iustum est persequeris27 ; pour ce qu’il est bien plus noble et plus glorieux, plus difficile et plus genereux de bien faire, que de faire une action simplement bonne, suivant Aristote qui dit ; aliquid est ea agere, quae justus agit ; verum ea agere illo modo quo justus agit, longè est majus28. De plus, dit le mesme Aristote [philosophe] ; aliud est virum bonum esse [esse bonum virum], aliud esse bonum civem29 ; par ainsi il fault croire qu’il y a bien de la difference entre la vertu et la bonté du prince, et [celle] du particulier et de son sujet, suivant mesme st Thomas qui dit, que ; nemo bonus, nisi sit benè [bené sit] proportionatus bono communi30.

  • 31  De consultatio. Sacri consistor. Part. 1. quaest. 5.
  • 32  Paleot. de consul. sacri consistor. part. 5. quaest. 1.
  • 33  Ecclesiastes, cap. 7. vers. 17.
  • 34  Plin. Epistol. lib. 3.
  • 35  St Bernard, serm. 1. De St Joan Baptist.
  • 36  St hieron. epist. 22.

19Le Cardinal Paleote enseigne, que ; nihil impedit unum et eundem actum ad plures referri virtutes31 ; nous pouvons applicquer et accommoder une mesme action a plusieurs vertus, comme quand le prince fait que ses actions bonnes ou mauvaises tendent tousjours au bien de l’Estat, a l’utilité de ses sujets [son peuple], et a la conservation du publique. De plus, puis qu’il y a des pierres precieuses plus pures et plus fines que les auttres, que l’or a ses degrés, que la justice a ses perfections plus ou [801] moins relevées, et que nonobstant cela les moindres ne laissent pas d’estre au rang des plus parfaittes ; pour quoy n’en sera-il de mesme entre les Vertus, puis que selon le mesme Cardinal ; virtutes aliae sunt verae, aliae falsae ; sicuti sunt verae gemmae, et gemmae adulterinae ; verum aurum, et aurum fictum ; vera et falsa justitia32 ; elles ont leurs excés, aussi bien que leurs deffaults ; on est aussi blasmé d’estre trop vertueux, que de l’estre trop peu ; noli esse justus multum ; neque plus sapias quam necesse est, ne obstupescas33. L’hippocrisie et les scrupules ne sont pas moins deffendus et odieux [odieux et deffendus], que d’estre sans retenue et sans modestie. La vraie vertu n’est point reconue, les hommes ne font cas que de la superstition, nous nous attachons plus a plaire, qu’a satisfaire a nostre Conscience ; multi famam, Conscientiam pauci verentur34. Pourveu qu’on nous estime, c’est la perfection que nous cherchons, et celle que st Bernard ne peult approuver quand il parle de ceux qui font semblant de l’aimer plus tost par parade, que par inclination [, et qu’il dit] ; est [802] autem lucere vanum ; tantum ardere, parum ; ardere et lucere perfectum ; sunt autem qui non eo lucent, quia fervent ; sed magis fervent ut luceant35. Et l’on peult dire de ces gens la avec st Hierosme, que leur vie n’est pas saincte, mais artificielle, et qu’ils font un mestier pieux sans vivre de la sorte ; quasi ars sit sancta, non vita36.

20L’on desire plus la reputation, que la vertu, ou sont ceux dit le satirique, qui la cherchent et l’embrassent si on en retranche la recompence ?

  • 38  Ovide, de ponto, lib. 2.

21Et Ovide, dit ; gratis poenitet esse probum38.

22L’hippocrite dont parle Horace ne se soucioit point d’estre vertueux, pourveu qu’il fut estimé tel ;

  • 39  Horat. Epistol. lib. 1. Epistol. 16.

Pulchra Laverna
Da mihi fallere, da justum sanctumque videri,
Noctem peccatis, et fraudibus objice nubem39.

  • 40  Lipse, lib. 4, Civil. Doctrin., cap. 9.
  • 41  Ibidem, cap. 14. Quintus Cursius, lib. 3.
  • 42 erreur : sentir [mais A permet de rectifier]
  • 43  Senec. Declama. lib. 9.
  • 44  Aristot. Polit. lib. 5. cap. 11.
  • 45  Quintil. Instit. Lib. 1. in praefat.
  • 46  Tite Live, hist.
  • 47  Senec.

23Lipse qui est un Autheur sans reproche, et dont [803] la probité ne doibt estre suspecte a personne, en dit il moins que Machiavelle quand il nous laisse par escript dedans ses regles d’Estat, que touttes les vertus sont fort utiles et necessaires pour donner Authorité a un prince, voire mesmes les apparences d’icelles ; quoad virtutes, omnes eae conciliandae Authoritati sunt, imo et species virtutum similes40. Il veult de plus, avec Quinte Curce, que le prince suive es affaires confuses et desesperées, non pas ce qui est beau a dire, mais ce qui est necessaire d’estre executé ; illud saltem dederim, principem in rebus valdè afflictis et adversis ; non speciosa dictu, sed usu necessaria sequi41 ; estant certain qu’il peult un peu gauchir du sentir42[sentier] des loix, non pas pour s’aggrendir, mais pour se conserver, a cause dit Seneque, que la necessité n’a point de loix ; abire leviter ab humanis legibus, sed non nisi sui servandi causa, augendi nunquam ; necessitas enim magnum imbecillitatis humanae patrocinium, omnem legem frangit43. Aristote soustient l’opinion de nostre Autheur dans [dedans] un des chapitres de sa Politique44 ; et toutes les sectes [804] des anciens philosophes donnoient quelque chose a l’exterieur et a l’apparence de leurs sectateurs, suivant ce vieux proverbe, que ; plures philosophi, barba et pallio philosophiam mentiebantur ; Quintilian parlant de ceux de son temps, dit ; non virtute ac studiis ut haberentur philosophi laborabant ; sed vultum et tristitiam, et dissentientem a caeteris habitum pessimis moribus praetendebant45. Peu de gens peuvent atteindre a la vraie vertu, et quand ils le pourroient, ils n’y demeureroient guerres [gueres], tant la foiblesse humaine est grande et desplorable ; ce n’est pas peu que d’estre moins meschant que les auttres, et d’estre reconù pour tel. Ceux qui semblent estre plus parfaits que le commun, se rendent suspects et odieux. Tite Live parlant de la vertu de Camille, dit ; ejus virtutem milites oderant, et mirabantur46 ; tant l’opinion des hommes est aveugle, que de hair ainsi les choses mesmes qu’elle admire et qu’elle ne peult aimer ce qu’elle ne condemne qu’a cause qu’elle ne peult le posseder. Seneque parlant d’un homme qui s’estimoit fort vertueux encore qu’il ne fut pas tel, dit ; at malè exis[805]timat de malis ; hoc etiam mali faciunt [facium], nec ulla major poena nequitiae est, quam quod sibi, ac suis displicet. At odit eos qui subita et magna potentia insolenter utuntur ; idem faciet, cum idem poterit ; multorum quia imbecilla sunt latent vitia, non minus ausura cum illis vires suae placuerint, quam illa quae jam foelicitas aperuit, illis instrumenta explicandae nequitiae desunt. Sic tuto serpens etiam pestifera tractatur, dum riget frigore, non desunt tunc illi venena, sed torpent ; multorum crudelitas et ambitio, et luxuria, ut paria pessimis audeat, fortunae favore deficitur ; eadem velle eos cognosces, da posse quantum volunt47. Nous debvons toutte nostre vertu a nostre impuissance, il n’y a rien de criminel pour nous que ce que les auttres font, et que nous ne pouvons executer ; quand nous le pourrons, ce sera avec innocence, parce que nous nous y plairons ; si nous ne sommes de la partie, on gaste tout ce qui se fait sans nous.

  • 48  Lothicius, Commentar. in petron., arbit. lib. 3. cap. 3.
  • 49  Senec. Epistol. 88.
  • 50  Idem, de Ira, lib. 1. cap. 12.
  • 51  Senec. Contro. Lib. 1. contro. 2.
  • 52  Senec. Epist. 77.

24S’il y a des vices qui se puissent excuser, il n’y a aucun doubte que ce sont ceux des princes [806] avant tous les auttres, tant a cause qu’ils sont les favoris des Dieux, des hommes, et de la nature ; qu’a cause que leur facon d’agir est plus noble, et plus estendüe [large] que celle des auttres [hommes], et qu’ils ont des excuses et des privileges qui ne se parent point de leur caractere, ny de leur souveraineté ; Regum ac principum vitia teguntur tiara, idest, dignitate qua ipsi sunt ornati, eo enim tegmine Reges et principes suam deformitatem occultant, ut non manifesta fiant eorum vitia48. Et s’il est vray, comme dit Seneque, que le bien doibt estre pure [sic], sincere, et exempt de touttes sortes d’incommoditité ; bonum sincerum esse debet, et ab omni parte innoxium49 ; et qu’il perd son nom et sa qualité si les effects ne correspondent a la cause ; et non est bonum, quod incremento fit malum50 ; sans doubte la vertu du prince, quoy que vraie ou simulée, causant a l’Estat et a la Republique toutte sorte de bonheur et de prosperité, sera tousjours tres recommendable, et trouvera son approbation dans [dedans] son utilité, puis que l’interieur et son motif secret [et particulier] n’est point du gibbier des [807] hommes, ny de leur conessance en facon que ce soit ; aliter Deorum Numini subjecta est uniuscujusque Conscientia, aliter nostrae aestimationi51; omnia suo bono constant52, dit l’auttre Seneque ; pourveu que touttes choses subsistent heureusement et favorablement, il n’est pas necessaire de se rompre la teste pour conestre un bien qui est plus doux au goust, qu’a l’examen et a l’imagination.

25On n’appelleroit pas la fortune aveugle, si on pouvoit rendre raison de ses faveurs les plus grandes et les plus estranges, celuy qui les recoit et qui les possede en scait tousjours assés quand il s’en trouve bien, et qu’il en scait bien user.

  • 53  Diogen. Laert.
  • 54  Marnix, en ses resolutions politiq. Sect. 7. resolut. 5.
  • 55  Justin, lib. 1. et, 3.
  • 56  Tite Live, histo. lib. 26.

26Architas prince de Tarente disoit qu’il n’est pas vray semblable que la vertu soit plus exempte de l’abus des meschans ouvriers, que la musique, puis qu’on trouve certains flusteurs qui ne se soucient aucunement de la verité, ny des regles de leurs art, pourveu qu’ils trompent les ignorans sous un beau pretexte qu’ils sont [des] Maistres excellens53. Un politique flamend [françois]54 [808] dit que le prince qui scait feindre la vertu et se servir de son apparence, est accort et discret, imitant [et qu’il imite] en cela le bon Architecte qui expose les plus beaux materiaux au frontispice de son ouvrage, et de son bastiment. Tant que les vices lasches et effeminés de Sardanapale [ne] furent eventés et publiés par le moien d’un sien Vice Roy qui eut credit de le voir dans [dedans] ses excés, tout alla le mieux du monde pour luy et pour son Estat ; mais aussi tost qu’ils furent conus et descouverts, il fut mesprisé, ses sujets se rebellerent contre luy, et conspirerent sa mort55. L’addresse qu’il y a de se faire admirer parmy les hommes, ne consiste pas tant a faire bien touttes choses, qu’a les desbiter prudemment, en les accompagnant d’une grace aimable et charmante en son exterieur, qui est la chose en la quelle un prince se doibt plus particulierement estudier, comme au principal esclat, et au plus puissant ornement de ses qualités les plus belles et les plus ordinaires. Le Grand Scipion n’estoit pas seulement admirable pour les vertus qui estoient en luy, mais [809] aussi pour la dexterité naturelle qu’il avoit de les mettre en parade, et de s’en prevaloir au besoing ; fuit enim Scipio non veris tantum virtutibus mirabilis, sed arte quoque quadam ad [sic] inventa in ostentationem earum compositus ; ex quo togam virilem sumpsit, nullo diè prius ullam publicam privatamque rem egit, quam in Capitolium iret, ingressusque aedem consideret, et plerumque tempus solus in secreto ibi tereret ; hic mos qui per omnem vitam servabatur, seu consulto, seu temerè, vulgatae opinioni fidem apud quosdam fecit, stirpis eum Divinae virum esse ; multa alia ejusdem generis, alia vera, alia assimulata, admirationis humanae in eo juvene excesserant modum ; quibus freta tunc civitas, aetati haudquaquam maturae tantam molem rerum, tantumque Imperium permisit56.

  • 57 Erreur : ont.
  • 58  Maxime de Tyr, traitté, 19.
  • 59  Senec.
  • 60  Sueton. In Vespasian. cap. 14-15.
  • 61  Senec. De clement. lib. 2. cap. 1.
  • 62  Stobeus, De magistratu.
  • 63  Tite Live, lib. 1. Decad. 4.
  • 64  Spartian. et, Dion, in Caracalla.
  • 65  Lucian, liv. 1. Alexandre, ou, le faux prophete.

27Il y avoit un homme en Lybie nommé Psaphon qui veritablement cherchoit une gloire non petitte, et qui n’estoit pas du commun, voulant faire croire qu’il estoit un Dieu ; pour a quoy [810] parvenir il amassa grande quantité d’oiseaux de ceux au quels [sic] [on]57 apprend a parler, et les siffloit et instruisoit jusques a ce qu’ils pussent dire, et prononcer ces parolles ; Psaphon est un grand Dieu. Sachant bien ce jargon, il les laschoit et leur donnoit la liberté. Ce stratageme reussit si heureusement, que non seulement ces oiseaux, mais tous les auttres pour les imiter apprindrent ceste mesme lecon, qu’ils chanterent et publierent de touttes parts. Les Lybiens croiant qu’il y avoit quelque chose de Divin et de surnaturel dans cest Augure, commencerent de sacrifier a Psaphon, et ainsi par le moien de ces animaux il fut fait Dieu de Lybie, et adoré pour tel58. Pourveu que le prince donne bonne opinion de soy a ses sujets, ils publieront par tout ses louanges et ses vertus ; le peuple est encore pis que ces oiseaux, il n’a point d’auttre guide que l’opinion, pourveu qu’il soit preoccupé, il suit tousjours. C’est un aveugle qui se plaist dedans son mal, une lumiere trop pure et trop esclatante luy causeroit de l’esblou[811]issement, il n’est capable que d’erreur et d’ignorance, une vertu trop parfaitte et trop relevée luy donneroit plus de rebut, que d’amour et d’emulation. Ceste foiblesse en veult une auttre du prince, et puis qu’il a le Gouvernail en main, et que sa prudence est le timon de tout son Estat, il fault qu’il se gehenne et qu’il se trompe soy mesme, pour former les apparences de ses actions a l’opinion commune, et a la pluralité des voix qui sont celles du peuple. Ce qui se fait en publique n’est qu’une farce, et un desguisement perpetuel, tout y est contrefait et estudié, c’est a qui duppera son compagnon ; universus mundus histrioniam agit59. Domitian l’Empereur tout cruel et sanguinaire qu’il estoit, estimoit [grandement] neant moins grandement la clemence et la douceur en un prince ; quand il opinoit de quelque affaire dans le senat, il entrelassoit ordinairement son dire de petits traits de louanges de sa misericorde, voulant parestre bening et debonnaire, encore qu’il fut tres cruel [meschant] et tres [812] rigoureux. L’Empereur Vespasian pleuroit et s’affligeoit quand il voioit executer quelqu’un a mort, encore qu’il l’eut bien merité60. Comme on apporta a signer la sentence d’un criminel a Neron, cest insatiable du sang humain, s’escria disant ; vellem nescire litteras61. Bias aiant condemné quelqu’un a la mort, se mit a pleurer amerement et chaudement ; et comme un de ses amis luy demandoit [demanda] pourquoy il pleuroit celuy qu’il venoit de condemner volontairement ; quia, dit il, naturae affectum dare necessarium est, legi autem sententiam62. Les anciens Romains ont confessé, que leur facilité a pardonner leur avoit causé plusieurs fois des guerres et des rebellions avec leurs alliés63. L’Empereur Severe qui estoit doué de quantité de belles vertus, estoit fort rigoureux, et confessoit non obstant cela, que la clemence estoit une vertu fort digne d’un prince, et desiroit d’estre estimé tel, quoy que ses actions tesmoignassent le contraire64. Lucian raconte qu’il y avoit un certain Alexandre Abonotique qui estoit si [813] habile a contrefaire un bien, et qui par une belle apparence desguisoit si parfaittement l’interieur de ses pensées, que personne ne le vit jamais, qu’il ne l’estima pour l’homme du monde le plus juste, le plus franc, et le plus ouvert. Il ne preschoit auttre chose que l’abstinence de l’amour des garcons, comme une chose execrable et honteuse, et neant moins il en faisoit ses plus grands delices. Il ordonna aux villes pontiques, et paphlagoniennes, que de trois ans en trois ans on eut a luy envoier des enfans qui seroient dediés a Dieu pour chanter ses louanges, et qu’on les choisit entre les plus mignards, les plus nobles, et les plus beaux ; les aiant, il en faisoit a son plaisir, les tenoit reserrés comme des esclaves, et se polluoit avec eux. Voilà comme cest adroit dissimulé se jouoit a son plaisir de ces pauvres sots, faisant mestier de s’accoupler avec leurs femmes, et d’abuser de leurs garcons ; et toutte fois c’estoit ce qu’ils desiroient le plus, ny aiant celuy qui ne s’estima heureux quand ce gaillard daignoit jetter les yeux sur sa femme ; et si par fois il en baisoit [814] quelqu’une, le mary croioit avoir des-ja en sa maison un accroissement de tous biens, et un surcroit de tout bon-heur ; plusieurs de ces femmes se vantoient d’avoir eù des enfans de luy, et des maris l’advouoient et s’en glorifioient, tant l’opinion a de force et de puissance sur l’esprit des hommes65.

28Jeanne de la Croix tient l’Espagne comme enchantée pendant une longue suitte d’années ; l’Empereur Charles Quint luy communiquoit ses affaires les plus importantes, et ses entreprises les plus secrettes, les recommendant aux prieres de celle qu’il prenoit pour une saincte, et qui en effect estoit une pecheresse infame, et dissimulée, comme remarque l’histoire de son temps.

  • 66  Genes. cap.
  • 67 Erreur : se

29A Naples [ville capitale du Royaume dont elle porte le nom, et presque la plus belle et la plus grande de toutte l’Italie,] il y avoit de nos jours [y avoit n’y a pas long temps] une jeune religieuse, nommée Beata Julia, qui nonobstant qu’elle passa pour saincte, estoit neant moins si zelée aux desduits de l’amour, que pour luy oster son bandeau, et luy faire perdre la honte enfantine qu’on luy oppose pour priver les hommes de ce plaisir innocent et naturel, elle fit tant par son addresse, et la subtilité a [de] [815] ses inventions, qu’elle apposta un bon religieux habile homme, et de grande reputation dedans la ville, pour la seconder dans le [au] dessein qu’elle avoit de persuader a la noblesse, et aux femmes les plus belles et les plus qualifiées, que sans blasme et sans peché elles pouvoient librement gouster tous les plaisirs, et jouir de touttes les douceurs que ceste aggreable passion fait naistre, avec la retenuë neant moins et la modestie qui les assaisonne, et fuiant les excés qui peuvent alterer et corrompre les actions les plus sainctes, et les divertissemens les plus purs et les plus legitimes. Cest esprit favorable aux hommes, a son sexe, et a la Nature donna l’invention a ce bon pere confesseur de luy envoier tous ceux et celles qui se confesseroient a luy, avec commendement exprés, et par advis et conseils spirituels, d’ensuivre la saincteté de ses [bons] preceptes, attendu le bon estime et la haulte reputation qu’elle s’estoit acquise dedans le monde ; les assurant que s’ils estoient adonnés a ce plaisir que l’erreur et les ignorans [hommes] ont appellé peché, a cause seulement des desordres qui en proviennent, assurement elle leur donneroit des remedes efficaces, [816] et des consolations puissantes pour appaiser ces tentations, et calmer ces mouvemens importuns et pressants. Les penitens qui sont obligés de suivre ponctuellement les ordres de leurs peres spirituels, ne mancquoient point d’aller trouver ceste saincte pretenduë, qui avec un visage et des discours egalement charmans, commenceoit a leur despeindre leurs humeurs, leurs inclinaisons, et les faultes aux quelles ils estoient les plus sujets et les plus enclins [le plus sujets et le plus enclins], suivant les bons et fideles mémoires qu’elle en avoit du confesseur attittré [qui luy reveloit touttes les confessions]. Ces pauvres innocens [abusés] voiant leur fait descouvert, et leurs Consciences tout a nud, prenoient touttes ces fourbes et ces sacrileges pour des revelations Divines, et eussent crù se rebeller contre le ciel de revocquer en doubte la vertu de ceste fille, et de mancquer l’execution de ses conseils. Ces esprits donc ainsi captivés et pour les prendre par les sens, aussi bien que par l’opinion, elle leur remonstroit que c’estoit un abus extreme et du tout insuportable de voir que le monde se laissa si fort mener par le bec ; et que si tant de vieux radotteux abandonnés de leur chaleur naturelle, aussi bien [817] que de la raison, avoient descrié l’amour ; c’estoit avec injustice, et directement contre la liberté du commendement que Dieu en a fait, quand il a dit sans reserve, et sans distinction [restriction] quelconque ; crescitè et multiplicamini, et repletè terram66 ; croissés et multipliés pour peupler le monde et remplir la terre ; d’autant que [a cause que] si le tout puissant ne l’eut voulu permettre aussi bien en la Loy Evangelique et chrestienne, qu’en celle de Nature et la judaique, il n’en eùt point oublié la deffence ny la condemnation, comme de tant d’auttres choses specifiquements rapportées dedans son Evangile ; auttrement [ce]67 seroit l’accuser de surprise, de precipitation, et de nonchalance. Davantage, adjoutoit ceste charitable mere en Dieu, ce divertissement est une fonction naturelle, commune a tous les animaux, et qui n’est pas moins permise et necessaire, que de vuider son ventre, pisser, moucher, et se descharger de tant d’auttres excremens ; puis que ce vaisseau a sa repletion, et son evacuation aussi reguliere et aussi ordinaire que touttes les auttres parties du corps, qu’on ne charge d’aucun crime, a cause [818] sans doubte qu’elles se font sans aucun plaisir et contentement, comme si les choses se rendoient coupables et criminelles, pour estre plaisantes et aggreables. De plus, c’est un malheur extreme de voir que les hommes apres avoir tasché de s’acquerir l’Empire par dessus tous les animaux et par dessus eux mesmes, aient fait tous leurs efforts pour empescher ceste necessité naturelle entre eux, pour la permettre aux bestes bruttes qui en jouissent si librement et si impunement que la presence ny de Dieu, ny des hommes ne la retarde parmy eux en facon que ce soit. Et quand pour plaire a ces vieux refrongnés nous advouërions qu’il y a du peché, neant moins

Vous conessés tres bien que les pardons de Rome
sont faits pour effacer tous les pechés de l’homme
et que nul ne peult pas justement meriter
ces thresors, sans scavoir premierement pecher,
un pardon ne peult rien aupres de l’innocence,
et fault pour le gaigner avoir fait une offence.

  • 68  Senec. Episto. 17.

30Quand l’amour seroit criminel, ce que je ne puis m’imaginer, ceste voie, comme tous les [819] auttres pechés, est une preparation aux sacrements de l’Eglise, puis que sans eux nous ne gousterions jamais les fruicts [douceurs] de la confession, ny les graces de la penitence ; de quelque facon qu’on la prenne, nous imitons par la le sacrement de mariage, qui est le premier, le plus ancien, et le fondamentale de tous les auttres. Ostés l’excés et le scandal, qui de soy est odieux par tout, vous ostés quant et quant le blasme et le peché ; nullum est in rebus vitium, sed in animo ipso68. Touttes ces raisons et quantité d’auttres plus puissantes avoient tellement persuadé le peuple de Naples, que sans crainte et sans scrupule ceste Sibille nouvelle avoit [elles avoient] ramené les premiers siecles, ou il ne faloit que la volonté et le consentement sans auttres ceremonies, pour faire un bon et veritable mariage. Et ceste Illustre beate s’acquit tant de credit et de reputation, qu’elle avoit plus de sectateurs que pas une saincte de la primitive Eglise ; de sorte que le pape Paul 5 qui tenoit le siege pour lors en estant adverty, et ne pouvant avec toutte son Authorité la faire enlever de son cloistre, a cause que toutte [820] la ville qui estoit pour elle s’y opposoit, fut contraint d’executer secrettement et a la faveur de la nuict son entreprise, comme il fit, faisant prendre ceste devote religieuse avec son bienheureux pere confesseur, pour la mener a Rome et la garder comme on fit [fait] entre quattre murailles dans la saincte Inquisition, ou elle estoit encore en l’an 1629, sans neant moins y desbiter aucun de ses miracles charmans ; pendant que le pauvre pere confident tiroit la rame dans les Galeres de sa saincteté. Voilà comme une vertu bien simulée, peult davantage qu’une veritable mal desbitée ; et comme une jeune fille a duppé un fort long temps, et le pape, et le Vice Roy, et les moines, et la noblesse, et les Dames, et le peuple, et generalement tous les plus fins, et tous les plus entendus d’un grand Roiaume.

  • 69  Bozius, de Imperio virtutis, advers. Machiavel. In proemio.

31Quand Bozius parle de l’empire de la vertu sur les vices, contre Machiavelle, et qu’il dit dans la preface de son livre, que ; nobis distinguendum est, aliud esse virtutem simulare, aliud vitia dissimulare ; hoc licet aliquando,[821]illud nunquam ; nefas mentiri, et asserere a te haberi quod non habes ; at occulere, si quid in te est foedi, secus est, cum nihil asseveres, nisi forsan id signis, quibus eadem quae verbis est potestas, ostenderes a te vitio contrariam virtutem possideri ; et tamen nominatim vitia sua in vulgus efferre, atque ostentare, id est, impudentis, qualem Divina Lex acriter objurgans arguit ; frons meretricis facta est tibi, noluisti erubescere, &a peccatum suum quasi Sodoma praedicaverunt. Quo circa ut aliquis a se abesse aliquam virtutem generatim possit, ac debeat saepè quodammodo profiteri, divulgare tamen admissa scelera non semper decet ; nam veluti natura aversatur ac refugit, obscoena quaedam facere, sed abscondi vult, sic juri naturali dissentiens apparet, ut flagitia sua quis prodat, at nemo turpitudinem suam cogendus est detegere ; permittendum si fraus nemini fit, ut velet atque operiat69.

  • 70  Senec. Natural. Quaest. lib. 1. cap. 16.

32Voilà comme ce scavant pere de l’oratoire ennemy declaré de Machiavelle, condemne ceste maxime, et laisse au lecteur de juger la difference qu’il y [822] a entre l’italien de ce grand politique, et le latin de son refutateur, qui demeurant d’accord qu’on peult dissimuler ses vices, et cacher ce qu’il y a de sale et de deffectueux en nous, marque assés qu’on doibt estre vertueux en apparence, si on ne l’est pas en effect ; puis que celuy qui cache ses vices et ses infirmités ne peult passer que pour vertueux en apparence, encore qu’il ne le soit pas en effect, parce qu’il ne fait rien parestre de blasmable, ny qui merite d’estre repris et censuré. De plus, accusant d’impudence ceux qui font le contraire, et condemnant par l’Escripture saincte celuy qui fait gloire de son vice comme une prostituée, sans en avoir aucune honte et pudeur, n’est-ce pas faire une loy, de ce que Machiavelle ne fait qu’un conseil politique, et obliger de Droict Divin celuy qui est sans vertu, de cacher au moins son vice, s’il n’a rien de meilleur a donner ? Encore que ce ne soit pas une petitte vertu d’avoir beaucoup de pudeur, parmy beaucoup de deffaults, et de ne causer aucun scandal, encore qu’on en soit tout [823] remply ; qui est en bon francois demeurer d’accord avec nostre Autheur, que si tant estoit que le prince fut d’un si mauvais naturel, qu’il ne pùt estre vertueux en effect, du moins qu’il le soit en apparence, puis que servant d’exemple a ses sujets, et ne leur debvant que l’exterieur, c’est assés qu’il ne leur marque rien que de bon, encore qu’il n’y ait rien de bon en luy. La distinction, de [sic] ; virtutem simulare, et vitia dissimulare ; n’aiant point de lieu en ce rencontre, parce que dire qu’il suffit au prince d’estre vertueux en apparence, et non pas en effect ; n’est pas luy conseiller de preferer le vice a la vertu, et de n’estre vertueux qu’en apparence, et non pas en effect ; mais seulement, que s’il n’est vertueux en effect, comme nous avons dit cy dessus, il le soit au moins en apparence, puis que l’ombre de la vertu est tousjours plus avantageux et plus glorieux de beaucoup, que le corps et toutte la substance du vice ; n’y aiant politique quelque impie et desreglé qu’il soit qui ait jamais pensé, et moins encore enseigné, que le vice estoit preferable a la vertu. Les Epicuriens [824] tels qu’on se les imagine, les sardanapalistes, et les piliers de bordels et de cabarets quels qu’ils soient, n’ont jamais mis ce poinct de desbordement en avant, puis que les plus vicieux mesme et les plus abandonnés, ne veulent pas estre conus pour tels, ains empruntent le masque de la vertu pour parestre tout auttres qu’ils ne sont ; in perditis quoque, et ad omne dedecus expositis tenerrima est oculorum verecundia ; et un peu apres ; est aliqua etiam prostitutis modestia, et illa corpora, publico objecta ludibrio, aliquid, quo infelix patientia lateat, obtendunt ; adeo quodammodo lupanar quoque verecundum est ; dit le Maistre de la morale70.

33Ce mesme Bozius en un auttre endroit de son livre demeure d’accord avec tous ceux qui conessent un peu l’humanité ; quod paucissimorum scimus esse, ut ad culmen virtutum pervenire,et in eo conquiescere possint,

  • 71  Bozius, Ibidem, cap. 9, sub finem.

Nam vitiis nemo sine nascitur, optimus ille est
qui minimis urgetur
71.

34Le pere Le Moine jesuite establit plus fortement [825] et moins pieusement ceste maxime dedans son livre de la Devotion aisée, que ne fait pas Machiavelle quand il enseigne aux princes, non pas comme il fault estre pieux et vertueux en leur particulier, mais comme il fault regner, et gouverner des sujets qui ne se manient pas comme une poignée de moines bien enfermés et bien cloistrés. Voicy ses propres termes. Si on ne peult atteindre, dit il, a ceste haulte et sublime vertu, on ne doibt se dispenser d’une basse et d’une mediocre. N’y aiant point de vertu qui puisse tousjours aller par hault, et d’un train tousjours egal ; il n’y en a point qui ne decline et qui ne baisse quand l’impression la quitte ; qui ne se destende et relasche quand elle est laissée a elle mesme ; et ce ne seroit faire effort que pour tomber, de vouloir aller plus hault que ne porte le ressort, et que l’impulsion ne souffre ; non seulement les graces sont inegales, elles sont diverses, et ont leurs qualités et leurs marques aussi bien que leur portée et leur mesure. La grace qui fait les debonnaires, [826] ne fait pas les justes ; il en fault une auttre pour estre aumosnier, et une auttre pour estre chaste, et les actions surnaturelles en demandent d’auttres que les naturelles. Se seroit un monstre estrange, si l’on montoit a une vertu eminente avec un aide ordinaire, et par une grace du bas ordre ; si l’on faisoit des actions heroïques, quand on n’a que l’assistance qu’il fault pour en faire de communes. Et au chapitre suivant.

  • 72  Le p. Le Moine, de la Devotion aisée, liv. 3. chap. 3. et, 4.

35L’egalité de perfection n’est pas un bien possible ny mesme un bien convenable ; la sagesse qui est si eminente, ne veult pas estre eminente en touttes choses ; il y a bien des occasions et des sujets, ou les sages moderés sont plus justes que les sages qui excedent. Dieu mesme ne fait pas touttes ses œuvres sur les plus haultes idées ny dans la plus haulte perfection qu’il les pourroit faire ; il n’a pas voulu que tous les corps fussent lumineux et incorruptibles ; que tous les animaux fussent intelligens et raisonnables ; que touttes les plantes fussent fructueuses et salutaires ; il a fait plus d’herbes, qu’il n’a fait [827] de cedres ; et plus de reptiles, que d’aigles ; et plus de gravier, que d’estoiles. Puis finissant ce chapitre ; c’est pour quoy il nous est bon de descendre quelques fois de peur de tomber ; et il n’est pas a propos que tout ce qui est en nous soit lumineux, crainte que nostre propre esclat ne nous esblouisse ; souvenons nous qu’il y a plus de terre que de feu en la composition de l’homme, et que l’esprit y est attaché a la matiere ; et que les cherubins n’ont pas seulement des aisles, mais encore des pieds, je dis mesme des pieds de bestes ; qu’il y a des vertus fortes et des vertus douces, &a.72

36Puis donc, de l’adveu mesme des faiseurs de regles en la Devotion, qu’il y a des vertus haultes et sublimes et des basses et des mediocres ; qu’il n’y en a point qui puissent toujours aller par hault ; qu’il ne s’en trouve point qui ne declinent et ne s’abaissent ; que les graces sont inegales et diverses ; que ce seroit un monstre de vouloir faire des actions heroiques, quand on n’a l’assistance que pour en faire de mediocres. Que la [828] sagesse qui est si eminente, ne veult pas estre eminente en touttes choses ; que Dieu ne fait pas touttes ses choses dans la plus haulte perfection ; qu’il est bon de descendre quelque fois crainte de tomber ; que les cherubins n’ont pas seulement des aisles, mais encore des pieds, et des pieds de bestes. Si touttes ces inegalités veritables se trouvent et se rencontrent en l’homme, et si touttes ces contrarietés si diametralement opposées font son estre et sa composition ; quel inconvenient de dire encore, que c’est assés a un prince qui n’est point Maistre de ses volontés ny de ses actions, d’estre vertueux en apparence, s’il ne le peult estre en effect, puis que les plus religieux et les plus destachés des choses de ce monde ont peine d’en user auttrement ? Et si une Devotion aisée et legitime se contente du mediocre, quand le sublime luy manque ; et si des graces les plus petittes la doibvent satisfaire, quand les relevées ne sont point en son pouvoir ; pourquoy une politique contrainte, et qui doibt non seulement [829] s’accommoder, mais encore contenter tant d’esprits differens, ne pourra-elle souffrir que celuy qui en a la direction ne soit point eminemment vertueux, puis qu’il ne le peut estre que mediocrement suivant le sentiment de ces peres spirituels, qui n’est pas fort different de celuy qui dit avec plus de droict et d’equité, qu’il suffit au prince d’estre vertueux en apparence, et non pas en effect ; puis qu’il fait acte de vertu en donnant bon exemple, et bonne opinion de soy mesme a son peuple, et qu’il fuit le scandal public qui souvent est plus criminel et plus dangereux que le mal mesme qui le cause et qui le fait naistre ? Il est le seul qui se rend coupable de ce deffault politique quel il puisse estre, soit que la grace luy mancque pour agir plus parfaittement, soit que sa prudence, et la necessité de son ministere le portent et le contraignent a cela, sans que ses sujets puissent en recepvoir aucun blasme, ny aucun reproche.

  • 73  Senec. Episto. 117.
  • 74  Idem, Episto. 45.

37C’est pourquoy, disons librement apres tant d’authorités de touttes sortes, qu’il suffit aux princes, [830] moralement parlant, d’estre vertueux en apparence, faulte de le pouvoir estre en effect, parce qu’on ne juge jamais de leurs actions sincerement ny veritablement, chacuns sachant trop bien, que les flatteurs les excusent trop, et que les mesdisant [sic] les font trop coupables et trop criminels ; outtre que le peuple qui en est le juge principal les croit tels [telles] qu’il les void, et qu’on luy desguise ; les historiens nous apprennent qu’on appelloit la cruauté du Roy Assuerus, le juste et equitable courroux de sa Majesté [du Roy] ; et celle de Denis le Tiran de Siracuse, et de Phalaris son semblable, la justice et la haine des meschans. Quand Dieu afflige extraordinairement ceux qui paroissent bons a nos yeux, nous disons que c’est pour esprouver leur constance et leur vertu, et nous appellons ces malheurs des dons de Dieu ; si d’auttre costé ces mesmes miseres tombent sur la teste de ceux que nous croions meschans et vitieux, nous disons que ce sont des peines et des punitions Divines, et nous soustenons [disons] que ces cala[831]mités sont des justes jugemens de Dieu, et des effects de sa justice espouventable. On a voulu faire passer Alexandre le Grand, et Auguste apres luy, pour des Dieux ; et Caïus Caligula a crù estre tel a force d’impostures et de flatteries. Et non seulement on a fait des Dieux des plus meschans et des plus scelerats, mais encore de touttes les choses qu’on croioit leur estre aggreables, leurs vices mesmes, et les instrumens d’iceux ont estés deifiés, et adorés par leurs semblables ; les exemples en sont si communs, en si grand nombre, et si sales, que je ne scaurois les rapporter icy, sans faire plustost des lecons de bordel, que des discours d’Estat ; nullum vitium, dit Seneque, sine patrocinio est ; vitia nostra, quia amamus, deffendimus ; et malumus excusare illa, quam excutere73. Vitia nobis sub virtutum nomine obrepunt ; moderatio vocatur ignavia ; pro cauto, timidus accipitur74 ; nous appellons souvent blancs, ceux qui sont pasles ; et prenons un malade enflé et bouffi pour un corps en bon point et pottelu ; nous donnons a la plus part [832] des vices, les noms des vertus qui leur sont voisinnes. Encore veritablement que l’apparence de la vertu a l’esgard de Dieu scrutateur des cœurs, passera toujours pour vraie et veritable aux yeux troubles et chassieux de tous les hommes qui scavent aussi peu la practiquer en eux mesmes, que la reconestre en auttruy. Concluons donc avec ce petit mot d’advis, que si le prince ne peult estre vertueux en effect, il fault du moins qu’il soit tel en apparence, par ce qu’il est trop regardé [esclairé], et comme en butte a tout lemonde, c’est pourquoy il doibt avoir un soing plus grand de cacher et couvrir ses deffaults, que non pas un homme privé a qui on ne songe pas seulement ; estant certain que ce qui est indiscretion aux particuliers, est appellé en luy Tirannie, mespris, et violement des lois. Et encore que l’on sache que l’humanité est inseparable du vice, on croit neant moins que les princes y apportent de l’affectation, et [833] qu’ils redoublent leurs plaisirs quand ils enfraignent les ordonnances publiques, et qu’ils mesprisent ce qui tient les auttres dans le debvoir et [dans] la subjection ; et souvent l’esclat et la conessance de leur vice, blesse plus et irrite davantage que le vice mesme. Et nonobstant qu’un chacun craigne d’estre guetté et controollé [sic] dedans ses actions, ils le sont neant moins jusques dans leurs contenances, et leurs pensées les plus secrettes ne sont point exemptes de l’examen et de la censure de tout le monde, chacun croiant avoir droit et interest d’en juger. Et comme les taches se font voire davantage par l’eminence et la clarté du lieu ou elles sont assises ; et qu’un porreau sur le front, et une esgratignure sur un beau visage, paroist [paret] plus que ne fait ailleurs une grande cicatrice ; aussi le moindre deffault qui se descouvre dans les actions d’un prince, est esclairé [regardé] de touttes sortes d’yeux, et puis jugé selon l’amour ou l’aversion qu’on a pour luy, [834] et suivant l’ignorance ou la conessance des spectateurs. C’est pourquoy il fault qu’il soit tousjours en garde, et c’est pour cela que les poetes feignent les amours de Jupiter conduittes sous un auttre visage que le sien.

Haut de page

Notes

[…] tanto majore famae sitis est, quam virtutis ; quis enim virtutem amplectitur ipsam praemia si tollas ?37

1  Combat spirituel, chap. 2 et 3.

2  St Jean, chap. 15. vers. 13.

3  Idem, cap. 10.vers. 11.

4  I. Petri, cap. 4. vers. 8.

5  Cassiod. Epistol. lib. 5. Epist. 39. Et, lib. 9. Epist. 18.

6  Jeremie, cap. 3. vers. 3.

7  Isaie, cap. 3. vers. 9.

8  Machia. En ses Discours, liv. 3. chap. 29.

9  Zonar. Hist. lib.

10  Proverb. cap. 24. vers. 16.

11  Job. cap. 4, vers. 18.

12  Proverb. Cap. 20. Vers. 9.

13  Job, cap. 4. vers. 18. 19.

14  Regum, lib. 3. cap. 21. vers. 21. 22. 23.

15  Ecclesiaste, cap. 9. vers. 1.

16  Joan. Episto. 1. cap. 1. vers. 8.

17  Ecclesiaste, cap. 8. vers. 10.

18  Tertuli. De Anima, cap. 41.

19  Actuum Apostol. cap. 8.

20  Euseb. Histor. Eccles. lib. 2. cap. 13.

21  Exode, cap. 17.

22  Exode, cap. 17, vers. 12.

23  Cardinal. Paleo. De consultatio. Sacri consistor. Part. I, quest. 5.

24  St Tho. 1. 2. Quaest. 96. art. 3. ad, 2. Et, 2, 2ae quaest. 32. art. 1. ad, 1.

25  Aristo. Ethico. lib. 2. cap. 4. St Tho. 1. 2. quaest. 100. art. 9.

26  Theophil. In Joan. cap. 11.

27  Deutero. cap. 16.

28  Aristo. Ethico. lib. 2. cap. 4.

29  Idem, politi. lib. 3. cap. 3.

30  St Tho. 1. 2. quaest. 92. art. 1. ad, 3.

31  De consultatio. Sacri consistor. Part. 1. quaest. 5.

32  Paleot. de consul. sacri consistor. part. 5. quaest. 1.

33  Ecclesiastes, cap. 7. vers. 17.

34  Plin. Epistol. lib. 3.

35  St Bernard, serm. 1. De St Joan Baptist.

36  St hieron. epist. 22.

37  Juvenal, satir. 10. vers. 140.

38  Ovide, de ponto, lib. 2.

39  Horat. Epistol. lib. 1. Epistol. 16.

40  Lipse, lib. 4, Civil. Doctrin., cap. 9.

41  Ibidem, cap. 14. Quintus Cursius, lib. 3.

42 erreur : sentir [mais A permet de rectifier]

43  Senec. Declama. lib. 9.

44  Aristot. Polit. lib. 5. cap. 11.

45  Quintil. Instit. Lib. 1. in praefat.

46  Tite Live, hist.

47  Senec.

48  Lothicius, Commentar. in petron., arbit. lib. 3. cap. 3.

49  Senec. Epistol. 88.

50  Idem, de Ira, lib. 1. cap. 12.

51  Senec. Contro. Lib. 1. contro. 2.

52  Senec. Epist. 77.

53  Diogen. Laert.

54  Marnix, en ses resolutions politiq. Sect. 7. resolut. 5.

55  Justin, lib. 1. et, 3.

56  Tite Live, histo. lib. 26.

57 Erreur : ont.

58  Maxime de Tyr, traitté, 19.

59  Senec.

60  Sueton. In Vespasian. cap. 14-15.

61  Senec. De clement. lib. 2. cap. 1.

62  Stobeus, De magistratu.

63  Tite Live, lib. 1. Decad. 4.

64  Spartian. et, Dion, in Caracalla.

65  Lucian, liv. 1. Alexandre, ou, le faux prophete.

66  Genes. cap.

67 Erreur : se

68  Senec. Episto. 17.

69  Bozius, de Imperio virtutis, advers. Machiavel. In proemio.

70  Senec. Natural. Quaest. lib. 1. cap. 16.

71  Bozius, Ibidem, cap. 9, sub finem.

72  Le p. Le Moine, de la Devotion aisée, liv. 3. chap. 3. et, 4.

73  Senec. Episto. 117.

74  Idem, Episto. 45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 7 : Qu’il suffit du prince d’estre vertueux en apparence, et non pas en effect », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre second, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5973

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org