Navigation – Plan du site

Maxime 2 : Qu'un prince doibt accommoder les vices, et les vertus a son Estat

ENBaCH
EACEAEuropean Commission - Education & TrainingEuropean Commission - Education & Training

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

 [533] Maxime 2 : Qu'un prince doibt accommoder les vices, et les vertus a son Estat


*

1Machiavelle dit. Egli è tanto discosto da me come si vive, a come si doveria vivere, che colui che lascia quello che si fa, per quello che si doveria fare, impara più tosto la rovina, che la preservatione sua. Perche un huomo che voglia fare in tutte le parti professione di buono, convien che rovini fra tanti che non sono buoni. Ondè è necessario ad un principe volendosi mantenere, imparare a potere essere non buono, et usarlo et non usarlo secondo la necessita ; Machia. Del Principe, Cap. 15.

2Il y a si grande difference de ce que l’on vit, a ce qu’on debvroit vivre, que qui mesprisera ce qui se fait, pour ce qui se debvroit faire, apprendra plustost sa ruine, que sa conservation. Pourtant celuy qui voudroit tenir en touttes choses estroitte profession d’homme de bien, il ne pourroit avoir longue durée en la compagnie de tant d’auttres [534] qui ne valent rien. A raison de quoy il est necessaire a un prince qui se veult maintenir, apprendre a pouvoir quelque fois n’estre bon, et le practiquer selon l’exigence des affaires ; Machiavelle, en son Prince, chap. 15.


*

31- C’est icy ou les hommes veulent estre les juges et les parties ; c’est icy ou ils veulent estre tesmoings en leurs propres causes ; c’est icy ou l’on void comme ils se flattent, et comme ils sont rebels a l’humanité. Voicy l’object de leur Idolatrie, ce sont ces noms qui les aveuglent, et qui sont le fondement des peines et des recompences, du blasme et de la gloire, de l’honneur et de l’infamie qu’ils establissent entre eux. Enfin, c’est de ceste source qu’ils tirent leur esclat et leur approbation ; voicy le theatre ou chacun croit mieux faire que son compagnon, et quelques preparés qu’ils soient, leur contenance est estudiée, leur personnage est emprunté, ils representent ce qu’ils n’entendent pas, tout y est contraint, ils ne font pas ce qu’ils sont, et apres tout cela soit bien, soit mal, la piece s’acheve en farce et en momerie sans qu’on sache qui a perdu ny gaigné. Nous courons apres la vertu [535] et nous ne la conessons point, nous cherchons ce qui nous fuit, nous souhaitons ce qui ne peult pas compatir avec nous, et nous croions la posseder entierement quand nous aimons nos vices, et que nous ne condemnons pas nos deffaults, mais ceux d’auttruy seulement.

  • 1  La numérotation et le titre des sections figurent en marge dans le ms. [NdR]

2- Que cest que vertu.1

  • 2  Quintil. Instit. lib. 5. cap. 14.
  • 3  Senec. De Vita Beata, cap. 7. Idem, De provid. Cap. 1. Idem, Epist. 73.
  • 4  Hermas lib. 2. Mandato, 7.

4Ou est ceste vertu que l’on appelle le seul et souverain bien de l’homme ? Solum bonum virtus ; nam id demum bonum est, quo nemo malè uti potest, virtute autem nemo malè uti potest, bonum est ergo virtus2. Ou est celle que Seneque fait aller du pair avec les Dieux ? Actum quiddam est virtus, excelsum, regale, invictum, infatigabile ; inter bonos viros, ac Deum amicitia est, conciliante virtute ; et Sextius dicebat, Jovem plus non posse, quam bonum virum ; Jupiter quo antecedit virum bonum, diutius bonus est ; non est virtus major, quae longior3 ; Les Dieux ne sont plus saincts ny plus vertueux que les hommes, qu’a cause qu’ils le sont plus long temps. Et cest avantage n’est point considerable, parce que la plus longue n’est pas la plus grande, ny la plus parfaitte, a cause qu’elle n’emprunte pas sa gloire et [ny] sa recommendation du temps, mais de soy mesme, et de sa perfection seulement. Un disciple de st Paul [536] veult, qu’on revere le vertueux comme un Dieu, et semble ne luy donner pas moins d’authorité et de pouvoir parmy les hommes ; omnis enim virtutem habens, etiam timendus est4.

  • 5  Philo. De sacrif. Abel, et Cain.
  • 6  Aristo. Ethico. lib. 2. cap. 6.
  • 7  Ibidem, cap. 5.
  • 8  Horace, lib. 1, Epistol.
  • 9  Aristo. Ethico. lib. 2 . cap. 5.

5Pendant qu’on dispute de la preseance et du respect qui se doibt aux Dieux, et a la vertu des hommes, on ne prend pas garde qu’un grand et scavant sacrificateur hebreu qui conessoit l’origine et des biens et des maux, et qui plaint plustost l’humanité, qu’il ne la flatte, dit, que le vice est plus ancien que la vertu, et qu’il luy dispute le droict d’aisnesse comme le premier et le plus naturel a l’homme ; virtutem a vitio, antiquitate superari5. Nostre premier pere dans l’estat d’innocence, a pù pecher et transgresser, mais non pas meriter puis que le bonheur eternel estoit joint a son estre et a sa naissance ; sa premiere vertu vint de son repentir, et s’il n’eut point failly, elle seroit encore a naistre et pour luy et pour ses successeurs. Quoy qu’il en soit, celle qui nous reste est si foible et si honteuse que ce n’est auttre chose qu’une partie de nos deffaults, et le milieu ou la mediocrité de deux vices extremes ; mediocritas est, seu medium duorum vitiorum ; unius [537] quod est nimio ; alterius, quod ex eo quod parum est, nascitur6. Virtus medium et invenit, et sequitur ; nimium enim et parum ad vitium pertinent, mediocritas vero ad virtutem7. Voila comme le prince des philosophes, et le plus puissant genie des hommes la despeint. Le Maistre des poetes liriques la met dans la privation, et dedans [dans] la fuitte du vice ; virtus, est vitium fugere8. Par ainsi l’excés et l’impuissance sont le fondement de nos merites, nostre recommendation vient de nos deffaults, nostre gloire se tire de nos desreglemens, et nostre bonté se trouve entre les vices et les pechés. Nostre vertu n’est auttre chose que de ne point exceder en nos actions, qui est un ordre [une chose] que la Nature nous conseille, et que neant moins nous attribuons a nostre Conscience et a nostre Religion, pour en tirer de la gloire, du merite, de la vanité, et de la recompence, tant nous sommes mercenaires. Nous nous trouvons [sommes] scavans et feconds pour le mal, steriles et ignorans pour le bien ; peccare multis modis possumus, et rectè facere uno modo9 ; toutte nostre addresse est quasi tousjours criminelle, et c’est [538] merveil de trouver en nous quelque chose d’innocent, puis que l’Apostre dit que nostre partage n’est auttre, que le vice et le peché.

3- Que les hommes ne sont pas encore bien d’accord entre eux, que c’est que vice, et vertu.

6Et tant s’en fault que nous puissions justement pretendre a une vertu solide et veritable, puis que nous ne sommes pas encore d’accord entre nous qu’elle elle est, ny en quoy elle consiste, non plus que son ennemy, et son contraire. Et la cause de ceste division vient de ce que nous faisons trois faultes grandes et importantes au jugement et en l’approbation des choses bonnes, ou mauvaises. La premiere, interprettant a bien, ou a mal, ce qui est indifferent ; l’auttre, en nous representant le bien, ou le mal beaucoup plus grand qu’il n’est en effect ; et la derniere, en appellant bien ce qui est mal, et mal ce qui ne l’est point. Quant a la premiere, il est certain que la plus part des choses de ce monde ont deux anses par les quelles on les peult prendre, et est a nostre chois de nous mettre de tel costé que nous voudrons, ny aiant raison qu’elle elle soit, qui n’ait sa contraire. La mort qui est le plus grand [539] mal que nous craignons, en considerant la misere de ce monde, est l’affranchissement, et le prompt remede a tous nos maux, un port et un abry contre touttes les tempestes et les orages de la vie. Il en est ainsi de tous les auttres objects, et y en a peu qui puissent estre tenus si absoluement pour mauvais, que l’on n’en puisse tirer quelque avantage ; ny si generalement reconus pour bien, qui n’ait ses inconveniens aussi. Chacun scait condemner les jugemens qui se font avec passion, et sans conessance de cause, et neant moins ceux que nous faisons sont quasi tous de la sorte. Pour bien juger il fault despouiller nostre esprit de la preoccupation des opinions, et des erreurs populaires. Il n’y a personne qui ne cloche d’un pied, et c’est beaucoup de ne le point faire des deux. Prestons aux faultes d’auttruy les excuses et les justifications que nous donnons aux nostres, et nous trouverons moins a redire a ce qu’ils font, et nos censures seront plus rares, et nos corrections moins severes.

  • 10  St Chrisost. Tom 4. In Epist. 1. Ad Corinth. Cap. 4. Homil. 12.
  • 11  Deutero. Chap. 25, vers. 5.
  • 12  Machia. en ses Discours, liv. 1. Chap. 25.
  • 13  St Basile, de Virginitate.
  • 14  Albert. Magnus, in paradiso animae, in prologo.

7Ce n’est point la justice ny l’equité qui nous [540] gouverne pour discerner le vice d’avec la vertu ; l’humeur, l’inclination, et les interests de chaque particulier opere beaucoup en ceste querelle. Multa vitia videntur bona, et multa videntur esse mala quae non sunt ; sic quae verè bona sunt, sed multitudini bona non videntur, ea fugimus, non investigata rerum natura, multitudinis opinionem respicientes10. Les bigots et les hipocrites disent, qu’une Devotion pure, naifve, et sans fard, n’est point entiere ny fervente, et le vray religieux condemne celle qui n’a que les grimaces, l’exterieur, et les bigarrures. L’avare fait un crime de la liberalité ; et l’honorable et le splendide, dit, que le mesquin et le vilain est le plus coupable et le plus odieux de tous les hommes ; radix malorum omnium avaritia.L’humble accuse de superbe et d’orgueil celuy qui est noble en touttes ses actions, et qui aime une vertu esclatante et vigoureuse ; et ce genereux proteste que c’est auttre qui le blasme est stupide, un insensible, et un hebeté. Les Casuistes qui se tuent et se tourmentent pour conestre des pechés [541] qu’ils ne font pas, ne peuvent tomber d’accord entre eux de ce qui est licite, ou deffendu, non plus que de ce qui est bon ou mauvais. La Loy de Moise commende l’inceste, et notte d’infamie celuy qui ne veult pas espouser la vefve de son frere pour susciter et faire germer la semence du deffunct ; suscitare semen fratris11 ; et la Loy Evangelique le deffend, le condemne et en fait un crime. Les prestres grecs sont mariés sans scandale et sans peché, sans estre schismatiques pour cela ; et les latins n’oseroient le desirer seulement sans offense et sans convoitise. Les Grecs ne reconessent point le pape pour chef [souverain] de leur Eglise, et ne laissent d’estre sauvés pour cela ; et les Catholiques latins tiennent et enseignent que hors l’Eglise romaine il n’y a point de salut. Les princes font mille choses innocemment, que les particuliers n’oseroient entreprendre sans se rendre coupables et dignes de punition. Le commun des hommes, dit nostre Autheur12, s’arreste plus a l’apparence exterieure des choses, qu’a la pure verité. Et le plus grand [542] desordre qui soit en tout cecy est, que les vices vont tenir boutique si prés des vertus, qu’ils trompent et surprennent les plus fins, et les plus clair-voians ; proxima enim et veluti contiguis januis, Gentiles quoque aiunt, vitia esse virtutibus13. La severité contrefait la justice, dit Albert le Grand14, la melancholie noire veult passer pour une gravité remplie de prudence et de majesté ; le prodigue dit qu’il est honneste homme et liberal ; l’avare soustient qu’il est sage et prevoiant ; l’opiniastre, qu’il est constant ; le trompeur, qu’il est adroit ; le dissimulé, qu’il est patient ; le poltron, qu’il n’est pas mal faisant ; le superstitieux, qu’il est fervent et zelé a la Religion ; et l’hipocrite jure qu’il ne fait que des miracles, et qu’il est tout [un] sainct. Un peu de minne bien desbitée fait croire aux hommes tout ce qu’elle veult, et leur persuade tout ce qu’elle entreprend ;

  • 15  Juvenal. Satir. 13.

Fallit enim vitium speciè virtutis et umbra,
cum sit triste habitu vultuque et veste severum,
nec dubiè tanquam frugi laudatur avarus.
15

  • 16  St Grego. Epist. lib. 1. Epist. 24.
  • 17  Epistol. Lib. 7. Epistol. 9.
  • 18  Err. ms : vitii [NdR]
  • 19  Gregor. de Republi. lib. 13. Cap.1. num. 1.

8[543] Le grand et pieux st Gregoire, dit, saepè vitia, ita virtutes se esse mentiuntur, ut tenacitas, parsimonia ; effusio, largitas, crudelitas, zelus iustitiae ; remissio, pietas videri velit16. Sidonius Apollinaris a une epistre entiere sur ce sujet qu’il appuie d’exemples, outtre la solidité de ses fortes et puissantes raisons17. Ce qui est cause, dit un grand homme du dernier siecle, que ; ingenia pessima hominum, virtutis [virtutes] nomine vitia18 affinis, obscurant ; et vitia nomine virtutis defendere satagunt ; et sic bona malis mixta, non ita facile est secernere19.

  • 20  Senec. Epist. 120. et, 121.
  • 21  Aristo. Ethico.
  • 22  In acta Aposto. cap. 23. Homil. 48.
  • 23  Sinesius, de Regno.
  • 24  Salust. Coniurat. Catilin.

9Seneque qui n’a pas moins conù la vertu qu’aucun philosophe, voire mesme qu’aucun religieux qui se soit meslé d’en parler, pour dire ce qu’elle est, il la fait parente et voisinne du vice seulement, la favorisant [pour la favoriser] davantage par la, que ceux qui l’en font sortir ; virtutibus vitia confinia sunt20 ; en quoy il s’est voulu accorder avec Aristote qui dit, que ; habent vitia nonnulla, cum virtutibus affinitatem21 ; ce que st Jean Chrisostome a voulu ratifier [du] depuis, disant que ; vitia quaedam [544] sunt cognata virtutibus22 ; et Sinesius, alia aliarum virtutum, vitia in confinio sunt23. Vicina sunt vitia virtutibus, dit st Hierosme. Et Thucidides parlant des guerres civiles de son temps raconte, que pour favoriser les vices publics, on les baptisoient de mots nouveaux plus doux et plus honnestes, et que pour les pallier on changeoit et desguisoit, ou leurs tiltres, ou leurs vrais noms. Il y a long temps disoit Caton que nous avons perdu les vrais noms des choses ; jampridem equidem vera rerum vocabula amisimus, quia bona aliena largiri, liberalitas ; malarum rerum audacia, fortitudo vocatur ; eo Respublica in extremo sita est24.

  • 25  Horat. Lib. 1. Epistol. 6.

10Il n’y a personne qui ne sache que ce qui passe en un lieu pour vice, passe ailleurs pour vertu ; ils s’en trouvent beaucoup qui ne la prennent que pour un simple terme de college, comme si elle n’avoit rien de solide que le seul divertissement qu’elle y donne par touttes les contestations dont elle fournit le sujet ; virtutem verba putas, ut Lucum ligna25 ; et les dernieres parolles que Brutus dit en mourant aux champs philippiques furent les mesmes qu’Hercules avoit auttrefois [545] tenu, scavoir qu’il se repentoit de l’avoir si long temps suivie, et si soigneusement cultivée comme une chose reelle et veritablement subsistante, puis qu’elle n’avoit rien que l’apparence, qu’un nom vain, et qu’un esclat capable seulement d’esblouir et de surprendre les esprits ; te colui virtus ut rem, ast tu nomen inane es.

11Le vice est bien plus solide, plus aggreable, plus present, et plus favorable ; c’est luy qui donne les biens, les charges, et les honneurs ; il n’y a point, ou peu de plaisirs dont nous ne luy soions redevables ; c’est l’amy de l’homme, c’est l’autheur de ses contentemens ; il n’a rien que de present [solide], les effets sont pour luy, et l’esperance et l’imagination pour celle qui se contente de luy estre contraire, sans neant moins le pouvoir vaincre ny surmonter.

  • 26  Lactant. Divinar. Instit. Lib. 6 cap. 14.

12L’orateur chrestien qui n’estoit pas moins scavant, qu’amateur de la vertu, tesmoigne pourtant qu’il l’a mieux conuë par ses actions, que par ses descriptions et ses definitions, puis qu’il trouve tant de difficulté a la separer du vice, et le vice d’avec elle ; [546] philosophi, dit-il, et virtutes quasdam pro vitiis, et vitia quaedam pro virtutibus habuerunt26.

  • 27  St August. de Civitat. Dei.
  • 28  Lactant. Divina. Institut. Lib. 6. Cap. 15.

13Si vous demandés aux Theologiens et contemplatifs ce qu’il leur en semble, vous les trouverés tous de ce sentiment, parce que les uns mettent la haulte et veritable Devotion dans la parade et le grand nombre d’oraisons, et les auttres appellent cela hippocrisie et superstition. St Augustin veult que le parfait Religieux travaille de ses mains, et st Bernard, et tous ceux qui en escrivent aujourdhuy luy deffendent, et ne luy demande qu’une meditation, et une contemplation continuelle. Il y a autant d’opinions d’un costé que de l’auttre chez touttes sortes d’autheurs, pour scavoir quelle vie est la meilleure, l’active ou la contemplative. On n’a pas moins de peine a s’accorder touchant le souverain bien de l’homme, puis que st Augustin assure, que Varron a remarqué deux cent, quattre vingt opinions touchant ce poinct, sans celles qu’on a adjoutées depuis27. On donne tout aux parolles, on s’attache plus aux mots, que non pas aux choses ; [547] on croit avoir terminé la question quand on luy a donné un auttre nom, ou en la desguisant par une supposition, ou quelque distinction ridicule et impertinente ; ita fit ut ea quae tollenda essent, non tollant, sed temperent ; si quidem nomina tantummodo immutant, res ipsae manent28. Quelque avantage que nostre vertu pretende, si fault-il qu’elle advouë qu’elle tire et qu’elle emprunte son appuy et sa recommendation du vice. La vaillance est imparfaitte, si la cholere ne la seconde et ne l’eschauffe ; semper Ajax fortis, fortissimus tamen in furore ; l’Advocat esmùt les juges pour en avoir justice, contre la pureté et la sincerité du fait ; la compassion sert d’esguillon a la clemence ; la generosité [vaillance] est esveillée par la crainte et la deffiance. Combien de belles et nobles [genereuses] actions sont sorties de l’ambition ? La penitence qui rappelle l’innocence baptismale, n’est qu’un effect du peché ; tant de rares et sainctes conversions ne vienne [viennent] que d’une mauvaise vie passée ; et souvent nous debvons tout cela a l’impuissance qui se trouve plus[548]tost en nous, que la vertu, ny que l’amour que nous debvons avoir pour elle. Nos actions ne sont jamais sans deffaults, non plus que nos corps sans maladies petittes ou grandes ; les fiebvres ont leur chaud et leur froid alternativement ; des effects d’une passion ardente et violente, nous retombons dedans d’auttres d’une passion froide et languissante. Nous abandonnons l’essence des choses, pour nous laisser emporter a la ceremonie ; et nous nous tenons aux branches, pour quitter le tronc et la substance.

  • 29  St Hieriosme, Epist. 7.
  • 30  Lib. 1. Epist. 24.
  • 31  St Ciril. Cateches. 4.
  • 32  St Hiero. Epist. 1. Ad Demetriad. de Virginitate.
  • 33  Caesar, lib. 6. Tacit. De morib. Germanor.
  • 34  ff. de haered. petit. Leg. 27.
  • 35  Deuteron. Cap. 23. vers.
  • 36  St Math. Cap. 19. vers.

14Le vice pour se mettre en credit a tousjours la vertu pour pretexte, et ses charmes sont si puissans qu’il gaigne tout ce qu’il veult, et persuade tout ce qu’il entreprend ; venena non dantur, nisi melle circumlita ; et vitia non decipiunt, nisi sub specie umbraque virtutum29. Et st Gregoire en l’une de ses Epistres se plaint que ; saepè vitia virtutes se esse mentiuntur30. St Cyrille hierosolimitain commence sa quatrieme cartechese par ces mots ; imitatur virtutem, vitium ; Diabolus transformatus in Angelum lucis, non ut eo revertatur ubi [fuit], [549] sed ut homines fallat31. C’est pour quoy la vertu estant aussi difficile a discerner, qu’a pratiquer, et de plus aiant un visage plus severe et plus rigoureux, que le vice qui l’a tousjours riant, plein de charmes, et de plaisirs ; il ne fault pas s’estonner si elle est si mal suivie, et si le plus souvent on en prend plustost l’ombre que le corps, veu mesme que les plus exacts et les plus clair-voians ont bien de la peine de s’exempter de ces surprises ; summa tibi scientia sit, notitia summa, vitia virtutesque distinguere, quae quamquam semper contraria sibi sint, aliqua tamen ex eis tanta junguntur similitudine, ut discerni vix possint ; sic fallaci ac pessima decepti similitudine, vitiis pro virtutibus gloriantur, et multi virtutis umbram, veritatem sequuntur pauci32. Plusieurs philosophes ont soustenu que l’honnesteté et la turpitude ne consistoient [consistoit] qu’en la fantaisie et police humaine, a cause que ce qui est vice en un lieu, est vertu en un auttre ; ce qui est deffendu dedans une Republique, est permis [commendé] dedans l’auttre. Les loix, les coustumes, et les ceremonies que nous gardons en ces pais, sont rejettées, ridicules [ridicules, rejetées], et mesprisées aux auttres. Le Roy Mithridates ordonna [550] des pris aux meilleurs yvrongnes de son Roiaume. Les auttres les punissent ; Xercés en decerna pour ceux qui inventeroient quelques nouvelles voluptés [quelque nouvelle volupté], d’auttres les rejettent et le [les] condemnent par tout ou elles se trouvent. Les Ephesiens ne pouvoient souffrir parmy eux une vertu eminente, c’est pour quoy Heraclite disoient [sic] qu’ils meritoient tous d’estre pendus. Les Perses permettent le mariage entre les enfans, les peres, et les meres, coustume incestueuse [et] deffenduë par les Grecs et les Romains. Parmy les Massagetes les femmes estoient communes, et m’estonne comme ceste brutalité ait pù tomber dedans l’esprit de Platon en la composition de sa Republique. Le larcin estoit permis a Sparte, et parmy les Allemands ; apud Germanos latrocinia nullam habent infamiam33 ; et ailleurs il est puni de mort, et notté d’infamie. Les Indiens avoient coustume d’accomplir l’acte de la generation a la veuë de tout le monde ; et s’est trouvé des philosophe[s] qui ont authorisé ceste turpitude [action], encore que par tout ailleurs elle soit honteuse, infame, et deffenduë par une modestie publique qui en fait le plus grand plaisir, non a cause de soy veritablement, mais pour les desordres qui en pourroient arriver. [551] Les bordels sont permis a Rome, et en d’auttres bonnes villes bien policées ; ut avertantur stupra honestissimarum feminarum. Et comme dit la loy ; etiam in honestarumvirorum praediis, lupanaria exerceantur34. Tacite parlant de Neron, dit ; metuebatur enim ne in stupra feminarum illustrium prorumperet, si illa libidine prohiberetur. Nous lisons dans l’histoire romaine que l’Empereur Severe tiroit tribut des putains et des macquereaux de ses Estats, le quel argent estoit emploié aux reparations des Edifices publiques. L’usure estoit permise, ou du moins tolerée dans la Loy de Moise ; extraneo tuo foenerabis, at fratri tuo non ; propter duritiam cordis Judaeorum35. Et Jesus Christ permet aux pharisiens le divorce pour la mesme consideration ; Moises pro duritia cordis vestri permisit vobis dimittere uxores vestras ; caeterum a principio non fuit ita36 ; ce qui se faisoit pour le plus grand bien de l’Estat. Saluste parlant de l’Empereur Auguste, dit ; quod adulteria exercuit, non libidine, sed ratione commissa, quo facilius consilia adversariorum per cujusque uxores exquireret.

  • 37  Senec.
  • 38  Plin. In panegir.

15Il y a des Barbares qui croient faire office de [552] pieté de tuer et manger leurs parens, ce que les auttres hommes ont [cela] en horreur ; anciennement les Juifs, et aujourdhuy les Turcs, ont pluralité de [plusieurs] femmes, et maintenant les ordonnances Divines et humaines le deffendent. On n’auroit jamais fait de vouloir rapporter touttes les opinions differentes et contraires, cest eschantillon suffit pour faire conestre que les opinions [choses] n’entrent en nous que par telle composition que bon nous semble. Touttes choses ont deux anses, disoit Epictete ; et un ancien poete remarque que souvent le vice nous semble vertu et que le vray semblable passe en nos creances pour une verité infaillible. Non seulement les lieux changent et alterent tout a fait les mœurs et les complexions des hommes, comme nous le voions par experience, mais aussi les sentimens et les opinions. Nos coustumes ne sont que des croiances [creances] diverses et differentes, sans auttre fondement que l’ignorance et l’incertitude que nous suivons et practiquons. Tous les paiens qui nous ont voulu faire conestre ce que c’estoit que vertu, et quel estoit le vice, apres avoir blasmé ce dernier, et loué le premier, ont fait des Dieux et des uns et des auttres indifferemment. Priape n’estoit pas moins reveré, que [553] Diane et Junon ; Venus avoit son Temple et ses adorateurs, aussi bien que ces deux chastes Deesses ; la mauvaise fortune avoit ses debvots, aussi bien que la bonne ; Pluton n’estoit pas sans supplians [adorateur], non plus que Jupiter. Unus quisque mavult credere, quam judicare, versat nos et praecipitat traditus per manus error, ipsa consuetudo assentiendi periculosa et lubrica37 ; et ce [le] mesme philosophe adjoutant encore un traict de creon pour mieux representer l’ignorance humaine, dit ; ratione non componimur, sed consuetudine obducimur ; honestius putamus, quod frequentius ; recti apud nos locum tenet error, ubi publicus factus est ; et qui pis est [, c’est que] ; nemo sibi tantum errat, sed aliis erroris causa et Author est ; parce que, dit st Augustin [, que] ; quod vult, non quod est, credit, qui cupit errare. Outtre qu’il n’y a rien de plus certain, que la veritable conessance des actions des hommes, n’est pas seulement difficile, mais entierement impossible ; occultat eorum semina Deus, et plerumque bonorum, malorumque causae sub diversa specie latent38.

  • 39  Barclay, Argenis, lib. 1.
  • 40  Silvester. Verbo, Lex, ss. 10.
  • 41  Instit. de raptu, ss. inter eas ; et Codic. de nuptiis, leg. nemini.
  • 42  35 quaest. 3 progeniem.
  • 43  Authent. Quibus modis natu. effici. sui, ss. si quis.
  • 44  Concil. Toletan. 1.
  • 45  Codic. De adulter. Leg. crimen ; et lege, castitati.
  • 46  31 quaest. 1. ss. obauditur.
  • 47  Codic. De secund. Nuptiis, leg. 1 et, 2.
  • 48  De secund. Nupt. Cap. 1. in fine.
  • 49  ff. de poenis, leg. Cogitationis.
  • 50  33. Quaest. 2. omnis.

16On accommode la vertu aux temps et aux occasions comme les choses les plus indifferentes ; multae virtutes in vitia degenerant ; et quod magis est, saepè videas eosdem affectus pro temporum sorte, nunc virtutes [554] esse, nunc vitia39. Les Loix Civiles et Canoniques ne sont point exemptes de ces inconstances et contrarietés ; et encore qu’elles soient establies pour affermir et juger les biens, la vie, les actions, l’honneur, et les Consciences des hommes ; elles se condemnent entre elles, et [elles] se descreditent d’elles mesmes, et plustost que se faire reconestre, elles se perdent et se ruinent par leur mauvaise intelligence. Un celebre Autheur40 ne craint point de dire qu’il y a quantité de Loix Civiles et Canoniques qui sont entierement contraires a celles que les Casuistes reservent a la Conscience ; comme celles qui authorisent et permettent les mariages entre les cousins et cousinnes germaines, contre ce qui est deffendu par l’Eglise ; et qui deffendent a celuy qui auroit ravy une fille de l’espouser41, encore que les decrets des papes le souffrent et le conseillent42. Le Droit Civil permet a celuy qui n’est point marié de tenir une fille avec luy43 ; ce que le premier Concile de Tolede regle en ces termes ; caeterum is qui uxorem non habet, et pro uxore concubinam habet, a communione non repellatur, tamen ut unius mulieris, aut uxoris, aut concubinae, ut ei placuerit, sit con[555]junctione contentus44. Et neant moins les dernieres Constitutions Canoniques le deffendent absoluement. Le Droict Civil ne veult pas que le mary qui aura trouvé sa femme adultere, la reconesse et luy pardonne45 ; et le Droict Canonique luy permet le contraire, voire mesme luy ordonne46 ; ce qui n’est pas sans mistere de voir l’Eglise et le palais si contraires en ce poinct, a cause que les juges laics qui seuls sont capables de ceste injure la condemnent pour tascher de s’en exempter, et de s’en mettre a couvert ; ou au contraire les Ecclesiastiques qui sont ceux qui donnent lieu a ces plaintes et a ces deffences [ceste ordonnance], la flattent de leur costé, et la tolerent autant qu’ils peuvent pour ne point descrier leur besongne, et ne point improuver une chose qu’ils font si volontier et avec tant de plaisir ; et crainte aussi de rebutter celles qui leur font courtaisie [plaisir] en ce rencontre, et qui suivent le parti de ceux qui ne les condemnent point. Les Empereurs deffendent aux vefves de se remarier pendant l’année de leur Dueil, et nottent d’infamie, et fulminent de grandes peines contre celles qui le font47 ; et les papes leur donnent la liberté de le faire quand [556] il leur plaira48, en suitte des parolles de l’Apostre qui dit ; nubat mulier cui vult. Les loix qui dispensent les peres et meres de nourrir les enfans qu’ils ont hors le mariage, font injure a Dieu, a la Nature, a la justice, et a la charité. Celles qui approuvent la lesion d’outtre moitié de juste pris dedans le commerce des hommes authorisent la fraude, le larcin, et la tromperie. Les auttres qui ne punissent point les mauvais desseins, non plus que les pensées criminelles49, sont entierement contraires aux loix de Dieu, de la Conscience, et du Droict Canon, qui dit, que ; omnis mala cogitatio, vel a Deo, vel per poenitentiam punienda est50.

  • 51  Contzen, politic. lib. 5. cap. 4. ss. 6.

17Voilà comme les hommes ne sont pas d’accord entre eux, ny des choses qu’ils doibvent suivre comme vertu, ny de celles qu’ils doibvent fuir comme vice, pas mesme des loix qu’ils doibvent garder et reconestre comme utiles, honnestes [honnestes, utiles], et necessaires. C’est pour quoy reconessant leur ignorance, leur foiblesse, et leur inconstance, ils advouent pour conclusion de notre proposition, et disent ; verum multo plures esse leges iniquas in omni rerum [557] genere, facile esset ostendere, et harum quaedam excusari posse videntur. Quamvis nullius virtutis actus sit, qui non aliquando imperari lege lata possit ; sed quia communi tali se accommodat, in qua non omnia possunt puniri, ideoque nec omnia etiam convenit prohiberi ; quapropter quaedam dissimulat, non approbando, sed quia humana potestas hominum vitiis impar est ; non enim est materia legis Civilis, quaelibet determinatio bonorum operum51 ; c’est le Jesuite Contzen, Theologien et professeur allemand qui fait ceste declaration au nom de tous ceux qui suivent la Doctrine catholique, apostolique, et romaine.

[4- Si les hommes sont capables de la vertu.]

  • 52  Senec.
  • 53  Tertulian. De spectaculis.

18Les hommes sont si malheureux et si fort a plaindre, que quand bien mesme ils conestroient la vertu, je ne scais s’ils seroient capables de la pouvoir suivre et practiquer. Leur foiblesse est si grande, leur preudhommie si languide, et leur nature si imparfaitte, que souvent ils sont contrains de se servir et user de mauvais moiens, pour eviter et sortir d’un plus grand mal, ou pour parvenir a une bonne fin ; tellement qu’il fault quelque fois legitimer [558] et authoriser non seulement les choses qui ne sont pas bonnes, mais encore les mauvaises, comme si pour estre bon il faloit estre un peu meschant. Et cecy se void non seulement au fait de la justice et de la police [police et de la justice], mais encore en la Religion, ce qui monstre bien que toutte la conduitte et composition humaine, est faitte et bastie de pieces malades et imparfaittes. Combien de choses illicites sont permises en la police, et en usage publique, non seulement par connivence et permission, mais encore par l’approbation des loix ; ex senatus consultis et plebiscitis scelera exercentur52. Pour descharger un Estat de trop de gens, on les envoie ailleurs s’accommoder aux despens d’auttruy, et pour pallier leur bannissement, on change ce mot en celuy de Colonies [Colonie]. Pour enseigner et persuader la temperance, Licurgue faisoit enyvrer les ilottes serfs, pour par ce desreglement faire prendre ce vice en horreur par ceux qui les regardoient. Les Romains voulant dresser le peuple a la vaillance, et au mespris des dangers, et de la mort, faisoient des spectacles furieux de gladiateurs et escrimeurs a outtrance, [559] ce qui n’estoit au commencement que des criminels, puis des esclaves innocens, et enfin des libres qui se donnoient a cela ; homo sacra res per jocum et lusum occiditur ; dit Seneque. Et le grand Tertulian en condemnant ces inhumanités, et ces morts pompeuses et precipitées, dit ; satis spectaculi in homine mors est ; innocentes in ludum veniunt, ut publicae voluptatis hostiae fiant53. Les bordels dans les grandes villes, les usures par tout, les monts de pieté, ou plustost de volerie et de cruauté en tant d’endroits, les divorces en la loy de Moise, et parmy tant d’auttres nations, la diversité de Religions, et tant d’auttres desordres qui se permettent pour esviter de plus grands maux, sont-ce pas des preuves et des marques certaines de la misere humaine ?

  • 54  Senec.

19La justice ne peult subsister, ny estre en exercice sans quelque meslange d’injustice, non seulement la communtative, d’autant qu’il est en quelque facon necessaire, a cause qu’on ne scauroit vivre et traficquer par ensemble, sans lesion, tromperie, et dommage mutuel, et les lois le souffrent au dessous de la moitie de juste pris ; mais mesme [560] la distributive, comme elle mesme le confesse, summun jus, summa injuria. Platon, et tous les legislateurs apres luy permettent d’attirer par fraudes, et par fausses esperances de faveur ou de pardon, le criminel pour l’obliger a descouvrir son fait ; qui est vouloir arriver a la justice par le moien de l’iniustice, de la surprise, et de la pipperie. Passerons nous sous silence l’invention des gehennes et des tortures, qui est plustost un essay de patience, que de verité ? Parce que celuy qui les peult, et qui ne les peult point souffrir cachera toujours la verité, n’y aiant rien de plus certain, que la douleur ne fera pas plustost dire ce qui est, que ce qui n’est point. Si l’on croit que l’innocent est assés patient pour supporter les tourmens, pour quoy par identité de raison celuy qui est criminel ne le sera-il aussi, puis qu’il est question de sauver sa vie et son honneur ? Pour excuse a cecy l’on dit que la torture estonne le coupable, qu’elle l’affoiblit, et qu’elle luy fait confesser sa faulte, ou au contraire elle rassure et fortifie celuy qui ne l’est point ; mais ceste raison est captieuse a cause que le contraire s’est [561] souvent veu et practiqué ; outtre que ce moien est bien plein de doubte, de cruauté, et d’incertitude. Que ne diroit-on, et que ne feroit-on pas pour fuir et s’exempter de semblables douleurs ? Innocentes mentiri cogit dolor54 ; et par ainsi il arrive que le juge qui ordonne la gehenne affin de ne pas faire mourir l’innocent, le fait a la fin mourir innocent et gehenné tout ensemble. On adjoute que ce n’est pas une grande injustice, ny une grande rigueur de tourmenter, et de rompre un homme de la faulte du quel on doubte encore ; et pour ne le pas tuer sans occasion, on luy fait pis que si on le condemnoit a la mort. Que s’il est innocent, et s’il supporte constemment la peine qu’on luy fait endurer, quelle raison luy fait-on de l’injustice de son tourment ; il sera absous, grand mercy voila un innocent bien satisfait, et bien recompensé de n’estre pas criminel. Quoy qu’il en soit, c’est le moindre mal que la foiblesse humaine ait pù inventer, et ce n’est pas peu pour un malheureux qu’on luy laisse la moitie de la vie, qu’on vouloit luy faire perdre entierement, et parce [562] qu’il n’estoit point encore assés miserable, on le surcharge de douleurs, de maux, et d’afflictions qui ne l’abandonnent qu’avec la vie.

  • 55  St Paul, Epist.

20Rien ne tesmoigne si fort combien les hommes sont incapables de vertu que quand on considere comment ils se comportent pour ce qui est de la Religion. La superstition a mis tout [tout mis] en desordre, l’hypocrisie a confu touttes choses, la Devotion n’est plus qu’en ceremonies, et touttes les bonnes œuvres sont reduittes a des grimaces exterieures et ridicules. Il n’y a plus de pureté, ce n’est qu’un meslange de resveries et d’extravagances. Ceste premiere naifveté est entierement effacée et corrompuë ; la ferveur et simplicité des premiers chrestiens est mesprisée, des conseils Divins, nous en avons fait des commendemens des hommes. Nostre Tirannie injuste et violente, a changé la liberté que nous tenions du ciel, en une servitude et un esclavage honteux et insuportable ; au lieu de recepvoir la loy de celuy que nous adorons, nous ruinons et supprimons celle qu’il nous a donnée ; et comme si les creatures estoient plus sages que le Createur ; et que celuy qui ne se conoit point, sceut mieux les choses qui luy sont necessaires que non pas celuy [563] qui l’a fait, et qui n’ignore pas les plus petits de ses mouvemens ; nous ordonnons a tous momens tant de choses au dela de nostre pouvoir et de nostre suffisance, qu’a peine scavons nous maintenant si nostre Religion vient d’en hault, ou si elle est point quelque invention des hommes. L’obeissance a pris la place du commendement, le sujet s’est emparé du sceptre de son Roy, la submission n’agit plus sans conessance de cause, il n’y a plus d’esclaves de la foy ; captivantes intellectum ad obsequium fidei55; cela estoit bon du temps des Apostres, nous sommes bien plus clair-voians, nostre piété est bien plus pure, ces bonnes gens n’avoient auttre merite que leur simplicité, Dieu n’avoit qu’esbauché le culte qu’il desire de nous, il ne nous a pas instruit suffisamment, ses preceptes sont imparfaits et trop grossiers ; en un mot, pour trop faire les entendus, nous faisons les sots ; et nostre presomption a tellement embarassé les preceptes Divins avec les humains, qu’il ne nous en reste qu’une confusion tres grande, et un aveuglement pitoiable. Apres tout cela je vous laisse a penser, si les hommes sont capables de vertu, et qui en sera le juge et l’arbitre.

21[564] Ou est le vertueux et le parfait qui ne sache, et qui n’advouë, a moins que de perdre sa qualité pretenduë, que la plus part des hommes, et peut estre tous, sont souvent menés et poussés a la vertu, et a bien faire, par des ressorts meschans et reprouvés par deffault et par impuissance naturelle, par passion et par le vice mesme. La chasteté, l’abstinence, et la temperance arrivent ordinairement en nous lors que les forces corporelles leur font place, et que la foiblesse les y recoit. Le mespris de la mort, la patience dedans les infortunes, et la constance et fermeté parmy les dangers, viennent [vient] souvent d’une insensibilité, ou brutalité, et faulte d’apprehension et de conessance. Nous debvons presque toutte nostre vaillance, nostre liberalité, et la justice mesme que nous rendons, a l’ambition. La discretion, la prudence, et la modestie, trouvent pour l’ordinaire leur recommendation dedans une ignorance bien desguisée. L’œconomie et la sobrieté sont souvent les fruicts d’une avarice sordide et honteuse. En un mot, combien de belles actions produit la presomption et la temerité ? Que ne fait pas la faintise, l’hippocrisie, et la dissimulation de l’homme ? Par ainsi nous voions que les [565] actions que nous appellons vertu, n’en sont souvent que le masque, et que si elles en portent le visage, elles n’en ont pas l’essence ny la qualité pour cela. Que si elles peuvent estre appellées vertueuses, ce sera pour la consideration d’auttruy, et a cause seulement de la face qu’elles portent en public, mais non pas a cause de celuy qui les produit, chez qui elles ne sont pas telles en effect, d’autant qu’il se trouve que la gloire, le proffit, la coustume, ou telle auttre cause estrangere et sans merite, l’aura induit et porté a les faire. Quelques fois ces mesmes bonnes actions sont sorties de la bettise et de la stupidité, ce qui a fait dire, que la sagesse et la sottise se trouvent et se rencontrent en un mesme point de goust et de resolution en la souffrance des accidens humains. C’est pour quoy il n’est pas peu temeraire et dangereux de juger de la probité, ou de la malice d’un homme par les signes exterieurs, il fault sonder le dedans, et conestre quels ressorts causent et donnent le bransle a ces mouvemens. Les meschans font souvent de belles et bonnes choses, aussi bien que les plus vertueux ; et les uns et les auttres se gardent egalement de mal faire en public ; oderunt peccare boni, et mali. [566] Ainsi pour descouvrir et scavoir quelle est la vraie prudhommie, il ne se fault pas entierement arrester a ce que nous voions, touttes ces grimaces ne sont que le marc et le plus grossier, et souvent une happelourde, et un masque trompeur. Il fault penetrer au dedans et scavoir le secret et le motif qui fait jouer les cordes, qu’elle est l’ame et la vie qui causent ces belles apparences ; s’est [sic] par la qu’il [en] fault juger sainement. Et ne veux point de ces vertus timides, scholastiques, et pedantesques ; sunt quibus innocentia, nisi metu non placet, mais une qui soit masle, vigoureuse, et naturelle ; quam nec ipsa iniquitas delet ; anima legis ratio, ce qui m’oblige a plaindre et a condemner la chestive et malheureuse hippocrisie des formalistes et des bigots reguliers, qui se tenans a l’escorce et aux mots de la Loy, pensent en estre quitte pour cela, s’imaginant qu’on leur en doibt de reste et que par la ils ont religieusement et sainctement accomply la Loy et les prophetes ; ne sachant pas, ou ne voulans pas scavoir qu’il y a beaucoup d’auttres choses requises et necessaires outtre cela ; [567] quam multa, pietas, humanitas, liberalitas, fides exigunt, quae extra tabulas sunt ; quam angusta innocentia, ad legem bonum esse ; latius officiorum patet, quam juris regula.

  • 56  Senec. Epist. 121.
  • 57  Senec.
  • 58  St Augustin.

22Puis qu’il est si certain qu’il n’y a point d’hommes exempts de vice, ou du moins [et particulierement] de ce que les hommes font tel, comme s’ils avoient entepris de se descrier eux mesmes, plustost que de justifier leur estre, et de jouir sans rebellion des faveurs et des privileges que la Nature ne leur refuse point. Et pour faire voir que nous ne sommes pas capables de vertu, c’est que nous ne scavons pas qu’elle elle est, et que nous n’approuvons pas [ne scavons pas qu’elle est est], et [que nous] ne condemnons pas par tout une mesme chose d’un commun consentement, pas seulement dans une mesme ville, a cause que nous n’en jugeons que par l’amour ou la haine, l’inclination ou l’aversion, le goust ou le desgoust que nous y prenons, et que nous avons pour elles. Nous regardons plus a nos interest, qu’a la verité des choses, qui [c’] est la querelle generale et la plus commune qui soit parmy les hommes ou chacun soustient et deffend ce qu’il affectionne et ce qu’il practique, [568] pour condemner ce qu’il ne fait pas, et qui repugne a son humeur ; une chose est assés criminelle, quand elle nous desplait, et si elle ne l’est envers les auttres, il n’importe, il suffit qu’elle le soit aupres de moy, je ne suis responsable de mes actions a qui que ce soit, chacun fait comme il l’entend, et n’y a personne qui ne soit Maistre de sa Conscience ; ea enim parte sibi carus est homo, qua homo est56. C’est une science toutte Divine, et plus difficile qu’on ne croit [pas] de scavoir jouir de son estre, et de scavoir bien faire l’homme ; magnam rem puta, unum hominem agere57 ; sans se jetter a l’escart, et ne vouloir pas faire comme les plus sages et les mieux sensés [autres]. Touttes ces extravagances, tous ces efforts artificiels et estudiés, ces vies bigeardes et separées du commun, ne partent que de folie et de passion, ce sont des maladies et des desgousts qui tesmoignent que le dedans est alteré et corrompu. Ils se veulent mettre hors d’eux mesmes, ils veulent eschapper a l’homme, et taschans de se transformer en Anges, ils se metamorphosent en bestes, et pensans faire les Divins ils font le[s] sots et les ridicules. L’homme est une ame, et un corps tout ensemble, c’est mal fait [569] de desmembrer ce bastiment, et de mettre en divorce l’union fraternelle et naturelle qui est entre eux. Ce desordre vient de l’ignorance qu’il a de son estre et de sa composition, il est tout auttre qu’il ne croit, et n’est rien moins que ce qu’il pense estre ; ce qui a fait dire a st Augustin ; modus quo corporibus adhaerent spiritus omnino mirus est ; nec comprehendi ab homine potest ; et hoc ipse est homo58.

  • 59  St Augustin. tom. 10. In appendice, de diversis, sermo. 36.
  • 60  Idem, tom. 1 de morib. Eccles. Cathol. Lib. 1.
  • 61  Idem, tom. 1 in decem categoriis.

23Le mesme st Augustin confesse ailleurs, que les plus religieux ne scavent presque point comme il fault faire pour pouvoir atteindre a la vertu, et s’en rendre capable ; in ipsis autem virtutibus obtinendis tam dubius modus est, et tam incerta discretio est, ut si quis-quam inter bonorum malorumque confinia subtilissimi discriminis poterit servare mensuras, difficile sit ut benè sibi consciam probitatem, obtrectantium lingua non mordeat, et iniquorum evadat opprobria, cui amica est justitia59. Disant en un auttre endroit qu’il est bien plus facile de feindre la vertu, que de la posseder, et d’en avoir les apparences, que non pas les effects ; facilius est virtutem simulare, quam habere60. Outtre que ce n’est point la vertu qui nous rend vertueux, mais seulement plus couverts, plus adroits, plus temperés, [570] et plus retenus ; a virtute non potest dici virtuosus sed moderatus et industrius61.

  • 62  ff. de posth. Leg. 1 ss bestias.
  • 63  Horat.
  • 64  Senec. Epistol. 75.
  • 65  St Augustin.
  • 66  St August. de Civit. Dei, lib. 19, cap. 25.

24Nostre vertu est trop foible et trop languide pour pouvoir faire de si beaux coups ; si on ne la flattoit et si on ne luy tendoit la main, elle demeureroit sans action et sans vigueur. Le jurisconsulte qui conessoit ceste infirmité, dit que ; aliquid permittitur gratia virtutis, quod alias non permitteretur62 ; ce qu’il n’auroit pas mis en avant, s’ils n’avoit crù avec Horace, que le vice et l’imperfection est si naturelle a l’homme, qu’on ne prenoit ses moindres deffauts pour ses perfections les plus esclatantes et les plus relevées, il perdroit l’amour et le souvenir de la vertu, aussi bien que la practique et la conessance ; vitiis nemo sine nascitur, optimus ille est, qui minimis urgetur63. Et Seneque dit ; cogita quantum circa te videas malorum ; aspice, quam nullum sit nefas sine exemplo ; quantum quotidiè nequitia proficiat, quantum publicè, privatimque peccetur ; intelliges, satis nos consequi, si inter pessimos non sumus64. Outtre qu’il est né dedans le vice, et qu’il a beaucoup de peine pour s’en tirer, encore fault-il de la violence et de la contrainte pour pouvoir l’obliger de se porter [571] a ceste seule apparence de bien ; sola Authoritas est, quae cogit stultos ut ad sapientiam festinent65. Soit par crainte, soit par inclination qu’il tasche de se rendre vertueux, ou est le but et l’object de ceste louable resolution ? Qui est celuy qui n’a auttre intention que de plaire a son Dieu, et dont l’ame n’a aucun mouvement qui ne tende a son honneur et a sa gloire ? virtutes nisi ad Deum referantur, nedum non sunt virtutes, verum potius perniciosa vitia66. Si les vertus des hommes ne le sont que par la, je crains fort qu’ils n’en aient encore moins qu’on ne scauroit s’imaginer, puis que ces pensées et ces applications se rencontrent aussi peu dedans leurs esprits, que la perfection et la pureté dedans leurs cœurs, et leurs actions.

  • 67  St August. de Civit. Dei, lib. 5, cap. 13.

25On n’est plus vertueux que pour la gloire et la recompence, encore qu’un chacun sache qu’en ce cas elle est sans merite, et qu’il y a de la vanité d’en pretendre de la louange, et par consequent du peché, qui est tousjours revenir a la vertu des hommes qui font mal lors qu’ils croient faire bien. De plus, quand on fait quelque chose pour en estre paié, lors qu’on en a touché le pris, on n’en peult plus rien [572] attendre justement ; ainsi les hommes ne se portant au bien que pour des considerations humaines, les aiant acquises, ils sont satisfaits en leurs desseins, mais non pas en leurs Consciences. Neant moins pour s’accommoder a la fragilité humaine, on permet ce trafic pour retarder le vice par ceste apparence de vertu ; st Augustin fait un chapitre entier sur ce sujet dedans [dans] son livre de La cité de Dieu, qu’il intitule ainsi ; De Amore laudis, qui cum sit vitium, ob hoc virtus putatur, quia per ipsum vitia majora cohibentur67 ; et le poete, dit ; quis enim virtutem amplectitur ipsam, praemia si desint. Personne ne se contente de la recompence que la vertu porte avec soy, nous sommes mercenaires en touttes nos actions, nous n’estimons rien que les choses presentes ; il n’y a remede, le monde est basti de la sorte ; totus mundus in maligno positus est ; il fault prendre d’un mauvais paieur ce qu’on en peult avoir. Il s’est trouvé beaucoup de garces qui ont receu du ciel quantité de faveurs miraculeuses pur ne s’estre point voulu prostituer les jours de samedy qu’elles consacrent a la Madonne [573] c’est a dire, a la vierge qui a leur dire n’aime la chasteté que ce jour la, et encore aujourdhuy a Rome ceste Devotion est exactement et religieusement observée.

  • 68  Senec. Contro. Lib. 2. Contro 12. Ibidem, lib. 4, contro 25.
  • 69  Diogen. Laert. liv. 6. En sa vie.
  • 70  Barclay, Euphor. part. 1.
  • 71  Philo Judaeus, lib. De nominum mutatione.

26Puis donc que la vertu des hommes est si doubteuse et chargée de tant de deffaults, les veritables chrestiens la doibvent tenir pour un acheminement a la seule et parfaitte felicité, et non pas pour une perfection infaillible et certaine ; parce qu’encore qu’elle nous puisse en quelque facon ouvrir le pas pour rechercher nostre souverain bien, elle nous laisse neant moins en chemin, et ne scait pas le moien pour nous y faire parvenir absoluement et infailliblement ; et quelque excellente et relevée qu’elle soit a la facon des anciens, elle est tousjours imparfaitte, et ne peult pas nous conduire tout a fait a nostre derniere fin. Un philosophe de nos jours soustient, qu’estimer que la vertu puisse indifferemment guerir touttes sortes de maux, c’est un tesmoignage de vanité, ou d’apprentissage en la philosophie ; parce que la vie de l’homme est une harmonie composée de tant de tons differens, [574] qu’il est bien difficile qu’elle les puisse tousjours tenir d’accord ; nemo sine vitio est, in Catone moderatio, in Cicerone constantia desideratur ; ille iracundus est, ille libidinosus est68. Crates le Thebain disoit qu’il estoit impossible de trouver un homme qui fut du tout exempt de vice et que la vie de l’homme ressembloit a une pomme de Grenade qui n’est jamais si saine qu’il n’y ait tousjours quelque graine pourrie69 ; quoniam, dit l’Euphormion, neminem suis vitiis carere natura voluit70. C’est pour quoy pour finir ceste section par l’authorité du docte Philon, advouons et reconessons que la plus grande vertu des hommes est, de stabstenir des exces du vice, comme incapables d’agir sans luy, et comme s’il leur estoit impossible de s’abstenir du mal ; les merites venans du non faire, et non pas de l’action tirant leur gloire et leur avantage, non pas du bien qu’ils font, mais du mal qu’ils ne commettent pas, ce qui pourtant n’est pas peu recommendable en eux parmy une fragilité si grande ; praeclarum enim quiddam est, vitia fugere, et aversari ; sed virtutum integra possessio ab homine nobis simili, acquiri non potest. Congruenter itaque rationi [575] dixit Moses ; Esto inculpatus ; magni ad vitae felicitatem momenti esse reputans, culpa et suspicione criminis carere ; ei porro qui sic vitam suam instituerit, pollicetur se hereditatem Tabulis testamenti relicturum, qualem quidem Deum dare deceat71. Et semble icy que les Juifs aient crù que la vertu morale estoit suffisante a salut ; comme en effect elle n’est pas peu considerable en l’homme, puis qu’il est si peu capable d’une plus pure, et plus relevée.

5- Que la vertu a ses ennemis, aussi bien que le vice.

  • 72  Tacit. Annal. Lib. 5.
  • 73  Machia. en son prince, chap. 19.
  • 74  Aelian.
  • 75  Plutarque.
  • 76  Machia. en son Prince, chap. 19.
  • 77  Proverb. Cap. 24, vers. 16.

27De plus les hommes sont si malheureux, si jaloux, et si envieux des merites qu’ils ne possedent point, que la vertu trouve ses ennemis parmy eux, aussi bien que les vices les plus noirs et les plus detestables ; ce que Tacite qui parle de tout en peu de mots n’a point ignoré disant, qu’il y a des vertus mesmes odieuses ; quaedam imo virtutes odio sunt, severitas obstinata, invictus adversus gratiam animus72. Et nostre Autheur apres luy n’a point oublié de remarquer ce mesme aveuglement quand il dit, que la malveillance s’acquiert aussi bien entre les hommes par la vertu, que par le vice73 ; qui est [576] un reproche honteux qu’il fait avec justice a tous les hommes en general. C’est la vertu qui fait naistre l’envie, la haine, le mespris et la calomnie ; c’est elle qui cause les poisons et qui a fait naistre les Tirans pour martiriser tant de saincts glorieux ; c’est elle qui a fait mourir nostre Dieu ; c’est elle qui ne scait produire que de mauvais effects parmy les hommes, puis qu’on n’en veult qu’a ceux qui la possedent ou au contraire le vice engendre la pitie, la compassion, la charité, la clemence, l’aumosne, la misericorde ; et tout cela a la confusion des hommes qui scavent aussi mal recompenser que punir. L’Empereur Pertinax fut haÿ par ses soldats a cause de sa trop grande vertu ; et nous remarquons dedans Aelian qu’Alexandre le Grand n’avoit aversion que de trois personnes dedans [dans] tout son Roiaume ; de Perdicas, a cause de sa vaillance et de sa generosité ; de Lisimache, pour sa trop grande prudence, et son trop d’experience a bien ranger une armée en bataille ; et d’Antigonus, parce qu’il estoit trop splendide et trop magnifique74. Ce qui fait [577] dire a Themistoclés que ses actions n’estoient point encore assés recommendables, ny assés considerables, puis qu’il estoit sans envieux et sans ennemis75. L’histoire est remplie d’un grand nombre d’exemples pareils qui font voir comme la vertu fait perdre les Couronnes, encore qu’elle soit la seule qui les merite et qui les peult pretendre ; et comme au contraire le vice esclatte par tout, luy qui n’est remply que d’erreurs et de tenebres. C’est pour quoy Machiavelle la voiant comme inutile et si mal reconuë, accommodant son prince a l’humeur des hommes, et ne voulant pas qu’un Ange s’abandonne parmy des Brutes, separant les interests de Conscience d’avec ceux de l’Estat ; et ne considerant que les moiens de conserver des biens temporels, donne des advis et des conseils qu’il croit infaillibles et necessaires pour bien gouverner et conserver un Roiaume parmy les hommes. Et quand il dit en quelque lieu de son prince, que celuy qui veult conserver son Estat sera maintefois forcé a n’estre du tout bon et vertueux, et qu’il fault qu’il s’accommode a l’humeur de ceux qu’il veult contenter, et particulierement [578] s’il en a besoing76 ; il n’en veult pas faire un vicieux pour cela, mais un prudent ; il n’en veult pas faire un homme abandonné, mais un complaisant ; il n’en veult pas faire un homme perdu, mais un adroit, un discret, et un sage mondain. Il ne prend pas icy le vice et la corruption, pour tout ce qu’il y a de noir et d’abominable parmy les hommes, mais seulement pour les deffaults, les foiblesses, et les infirmités qui n’abandonnent point l’humanité, et dont elle veult estre servie ; y aiant beaucoup de choses qui se peuvent appeler vicieuses, qui pourtant ne sont point criminelles pour cela ; et beaucoup de corruptions qui pareillement n’alterent point les Consciences saines et bien formées. Prenant les choses a la rigueur, les hommes font peu d’actions qui n’aient quelque tache de vice, puis que le juste peche sept fois le jour [tous les jours] ; septies in die cadit justus77. La vertu des hommes est si corrompue que si elle estoit bien examinée, on la trouveroit plus digne de punition, que de recompence quand nostre Autheur dit, que le prince ensuive les vices et les inclinations de ceux avec [579] qui il est obligé de vivre et de converser, c’est a dire, qu’il ne face pas le cagot dans le monde, ny le moine au milieu de ses Courtisans. Il y a des libertés dedans la Cour qui n’ont pas moins d’innocence que d’indifference, qui pourtant seroient scandaleuses et condemnées dedans les cloistres et dans [dedans] les solitudes. Il fait un prince qui est violenté d’auttruy, et qui est contraint de faire l’homme avec les auttres, et de suivre les maximes du monde, sans faire tort a celles de la Conscience. Et ne fault pas dire qu’en accommodant les vices et les vertus a l’utilité de l’Estat, il donne la mesme recommendation a l’un comme a l’auttre, ce n’est point son dessein, il tesmoigne assés le contraire quand il dit, que la malveillance s’acquiert aussi bien entre les hommes par la vertu, que par le vice ; mais il dit a la honte et confusion des hommes, que le vice a plus d’approbateurs et de sectateurs que non pas la vertu, et qu’il est plus en credit et plus reveré parmy eux, voir mesme plus puissant pour se faire suivre et recompenser.

  • 78  Plutarq. En la vie de Nicias.
  • 79  Plutarq. En la vie d’Alcibiades.

28Chacun scait que dans l’illustre et fameuse [580] Republique d’Athenes les plus hommes de bien et les plus remplis de vertu, estoient tenus et reputés pour pernicieux a l’Estat, comme s’ils eussent aspiré a la Tirannie, a l’oppression du peuple, et a la ruine de la Liberté publique. Et parce qu’il leur eùt esté honteux, et que leur malice eùt esté sans excuse de punir et de chastier un homme pour estre parfaittement vertueux, ils trouverent un moien, et une peine favorable pour remedier a l’injustice, ou juste soupcon, qu’ils avoient conceù d’un homme parfait [vertueux], scavoir l’ostracisme, qui estoit un Bannissement honorable ; dont le peuple se servit de dix en dix ans, comme d’un medicament salutaire pour purger la cité, chassant hors d’icelle pour autant de temps celuy qui surpassoit les auttres, ou en honneur, ou en richesse, ou en reputation, crainte qu’en les laissant toujours prosperer, ils ne se rendissent Maistres de la Republique78. Et ceste punition glorieuse ne se practiquoit que contre les plus illustres et les plus qualifiés qui par la se rendoient suspects aux auttres citoiens. Plutarque en un [581] auttre endroit dit, que l’ostracisme n’estoit pas fait pour chastier les meschans, et punir les malfacteurs, mais d’un nom plus honneste il l’appelle, moderation et peine punitive de trop de Grandeur, de trop de vertu, et de trop d’excellence, et ce pour servir de consolation a l’envie et a la malice des hommes79 ; tant la vertu est malheureuse et peu considerée aupres de ceux qui n’en sont pas capables, et qui ne la veulent pas reconestre crainte de se condemner eux mesmes. Pendant que le peuple d’Athenes donnoit ses opinions pour faire le bannissement accoustumé, un d’entre eux qui ne scavoit escrire, et qui ne conessoit point Aristides, sinon par sa grande reputation, s’addressa a luy mesme et le pria d’escrire son nom sur sa pierre disant qu’il vouloit bannir celuy la par sa voix ; Aristides tout estonné de ceste procedure, luy dit, vienca bon homme, Aristides t’a-il fait quelque desplaisir, non dit l’auttre, neant moins il me desplait de ce que je l’entends appeller par tout, Aristides le Juste ; alors Aristides sans plus rien repliquer, [582] escrivit son nom sur la pierre qui le fit bannir, sachant bien que le peuple est un torrent qui entraisne souvent les plus sages, et contre le quel les plus prudens ne se roidissent pas volontiers. Cestes loy d’Estat a esté practiquée contre Periclés, Themistocles, Alcibiades, et quantité d’auttres grands personnages, dont ils ne haissoient pas la vertu, qu’en tant qu’elle leur estoit suspecte, et ce bannissement a tousjours esté honorable et glorieux a ceux qui le souffroient.

  • 80  Tite Live, lib. 8. Decad. 4.
  • 81  Plutarque. en la vie de Caton d’Utique.

29Les historiens ne disent point que les Romains aient practiqué l’ostracisme, mais ils confessent tous, qu’aians reconù en Scipion l’Africain une vertu si excellente et si parfaitte qu’elle surpassoit toutte celle des auttres, et que se deffians de tant de merites, ils l’accuserent malicieusement, et luy imposerent des crimes dont il n’estoit aucunement entaché, ny coupable en facon que ce soit80. A Rome tout le monde avoit en grand honneur et admiration la rare et parfaitte probité, justice, rondeur et severité a soustenir les Loix de Caton d’Utique ; et neant [583] moins le peuple ne l’emploia quasi jamais aux charges principales de l’Estat, ceux qui estoient moins vertueux et moins estimés leur estans plus aggreables ; les Romains ne pouvans se persuader qu’il leur fut expedient d’eslire au Consulat, ou ès auttres Magistrats supremes un homme d’excellente vertu comme estoit Caton, le quel neant moins ils admiroient et loüoient haultement81 ; ce qui se practique tres souvent dedans nos cloistres, ou les plus habiles et les plus vertueux ne sont point eslus superieurs, mais les plus faciles et les plus accommodans aux foiblesses et aux infirmités que les habits des religieux cachent plus, qu’ils ne les estoufent.

  • 82  Tite Live, lib. 5. Decad. 1 et 5.

30Tite Live tesmoigne que les grandes vertus de Furius Camillus, et de Paul Emile furent bien admirées du peuple, voire mesme eslevées jusques au ciel, mais neant moins suspectes, et comme telles accusées et rejettées ; et leurs accusateurs ne scavoient dire auttre chose contre eux, sinon qu’ils estoient trop honorés et trop estimés a cause des grandes victoires, et des triomphes superbes et magnifiques qu’on leur avoit dressés82. Petilius accusateur du mesme Scipion disoit, que c’estoit une grande honte de [584] voir que chacun crioit que la ville de Rome Emperiere du monde estoit comme cachée sous son ombre, comme si luy seul devoit avoir tout l’honneur et toutte la splendeur de la Republique, et la tenir couverte de son nom ; a quoy Scipion ne repliqua jamais rien, aussi n’eut il pù dire auttre chose sinon, que sa vertu ne luy devoit pas nuire ; mais conessant bien que ses Citoiens ne la pouvoient souffrir ny endurer, il se bannit luy mesme de Rome, et se retira a Liternum en une maison champestre qu’il avoit la, ou il finit le reste de ses jours ; tant il est vray que les chassieux ne peuvent pas voir le soleil, ny le trouvent beau ; non plus que les hommes de petitte vertu ne scauroient souffrir ceux qui en sont tout brillans et tout esclatans.

6- Que les vicieux ont leurs sectateurs, aussi bien que les vertueux.

  • 83  Josué, cap. 2. Vers. 1.
  • 84  Rabbi Moses, au livre des Commendemens.
  • 85  St Math. Cap. 1.

31La vertu n’a pas seulement ses ennemis aussi bien que le vice, mais les vicieux aussi bien que les vertueux, ont leurs sectateurs, leurs imitateurs, leurs confidens, leurs fauteurs, et leurs approbateurs. Josué ce grand et redoutable Capitaine hebreu qui commendoit aux astres, aux hommes, et aux elemens, voulant former une entreprise [585] sur le Roiaume de Jericho, envoia des espions dedans sa capitale pour en reconestre l’estat, et luy en faire rapport ; arrivés qu’ils furent dedans la ville, ils allerent descendre et loger chez Rahab qui estoit une garce, et y coucherent une nuict ; qui pergentes ingressi sunt domum mulieris meretricis, nomine Rahab, et quieverunt apud eam83 ; de quoy le Roy estant adverty les y envoia chercher sans les trouver neant moins a cause qu’elle les avoit caché dans [dedans] son grenier, d’ou elle les fit evader secrettement et adroitement le landemain matin, apres qu’ils luy eurent promis de la sauver et tous les siens lors qu’ils saccageroient la ville comme ils s’y preparoient, ce qu’ils firent, aiant esté la seule, avec ceux qu’elle refugia dedans sa maison, qui ne passa pas par le fil de l’espée des Israelites, qui la firent sortir de la ville avec tout ce qui luy appartenoit, auparavant de la brusler comme ils firent. Et de plus Josué luy permit, et a toutte sa parenté de demeurer parmy son peuple, avec les mesmes libertés et franchises qu’eux ; l’espousant quelque temps apres, si nous en croions Rabbi Moses84, et apres lui Salomon fils de Naasson, comme tesmoigne st Mathieu en la [586] genealogie de Jesus Christ85.

32Ceste histoire n’est pas sans mistere, et quelque sens qu’on luy puisse donner, il est constant que ces explorateurs prefererent le logement de ceste garce, a celuy des plus femmes de bien de la ville, et sa conservation a celle des plus innocens et des plus vertueux de tout ce Roiaume. Et s’il est permis de conjecturer en choses si haultes et si estranges, pour moy je crois qu’ils allerent descendre chez ceste paillarde, affin qu’on les prist plustost pour des frippons et des desbauchés, que pour des espions, et des gens qui eussent dessein sur l’Estat, et qui pensassent a choses si grandes et si importantes dedans un lieu de ceste nature ; aimans mieux perdre quelque chose de leur reputation, que de mancquer en leur entreprise, postposans touttes auttres considerations a l’utilité et necessité de l’Estat, puiqu’une vertu severe et reguliere leur eut esté contraire, et au dessein pour le quel ils estoient venus, estant certains qu’on se deffie plus d’un homme sage, posé et retenu, que non pas d’un gaillard et d’un estourdy qui cherche plustost le bordel, que non pas le palais d’un [du] prince, et les fortifications de la ville.

  • 86  Marquez, l’homme d’Estat chrestien, liv. 2. en Josué, chap. 8. sur la fin.
  • 87  St Jacob epist. cap. 2. vers. 25.
  • 88  St August. in Enchirid. Cap. 95 et 96.
  • 89  Senec. Epistol. 98.
  • 90  Iudith, cap. 8. vers. 2-3.
  • 91  Iob, cap. 14. vers. 6.
  • 92  Tacit. annal. lib. 3. cap. 11.
  • 93  Ecclesiastes, cap. 10. vers. 1.
  • 94  Ruth, cap. 2. vers. 16.
  • 95  St Chrisosto. Homil. 32. in cap. 19. Math.

33[587] Ce qui me fera dire apres un grand predicateur Espagnol86, faisant des reflexions chrestiennes et politiques sur ceste mesme histoire, que personne ne doibt tenir les pecheurs pour inutiles en ce monde, puis que Dieu fait naistre de leurs espines ses roses les plus precieuses, et monstre par la que ceux qui l’offencent plus griefvement ne doibvent avoir horreur de recourir a sa misericorde ; ce qu’il dit apres avoir raconté comme Dieu se servit de Rahab putain publique, pour sauver les espions qu’il avoit envoié en la ville de Jericho ; fide Rahab meretrix non periit cum incredulis, excipiens exploratores cum pace ; et les termes de l’Apostre sont ; Rahab meretrix nonne ex operibus justificata est, suscipiens nuntios, et alia via ejiciens87. Pour la quelle action elle fut si considerée que Jesus Christ en voulut tirer sa genealogie ; ce qui fait que st Hierosme remarque en ses commentaires sur st Marc, que cest Evangeliste, la ste Vierge exceptée, ne fait mention dans la genealogie de nostre Seigneur, que des femmes que l’Escripture nous donne pour infames et deshonnestes, comme de ceste Rahab ; puis de Thamar qui se mit en habit de putain sur [588] le grand chemin pour faire tresbucher son beau pere, la quelle fut condemnée au feu pour ce regard ; et de Bersabée qui commettant un adultere avec David, causa la mort de l’innocent voire son mary legitime. Ce que le Sauveur des hommes fit de la sorte pour oster au monde l’horreur des fragilités, et enseigner que qui venoit rachepter les pecheurs, les venoit quant et quant honorer en prenant naissance d’eux. Dont les Gouverneurs et Ministres chrestiens, dit ce Religieux espagnol, peuvent inferer que l’une des parties principales du Gouvernement, est de scavoir permettre et tolerer, et que celuy qui se promet d’obvier a tout, travaille en vain. La majesté de nostre Dieu permet plusieurs maux pour en tirer de plus grands biens, comme dit st Augustin88, et est folie de penser remedier a tous les accidens d’un grand corps ; multos fortuna liberat poena, metu neminem89 ; plusieurs s’exemptent de la peine de la loi, mais nul de la crainte. Le bon Gouverneur se doibt porter ainsi que le bon pere de famille, le quel ne doibt s’enquerir trop curieusement de ce que font ses valets, ny servir de surveillant importun a leurs ouvrages, ainsi que [589] le mary de Judith le quel mourut de trop de soucis ; vir enim Manasses mortuus est in diebus messis hordeaceae, instabat enim super alligantes manipulos in campo, et venit aestus super caput ejus, et mortuus est90. Au contraire doibt se destourner, et faire semblant qu’il ne les void pas, et s’absenter quelque fois pour leur donner temps de respirer, selon que Job demandoit a Dieu lors qu’il disoit ; recede ergo paululum ab eo ut quiescat91. Il ne s’esmouvera donc a chaque occasion, et ne tesmoignera du ressentiment de tous ces desordres pour ne perdre la reputation, comme il feroit ne remediant en effect a ce dont il monstreroit s’estre appercù. Car comme dit Tibere, il y a des vices plus puissans que les princes, aux quels s’opposer de ferme a ferme, ne sert qu’a descouvrir et mettre au jour leur impuissance92. A raison de quoy, Salomon disoit, que la plus grande sagesse consistoit a se faire fol pour un temps ; preciosior est sapientia, et gloria parva, et ad tempus stultitia93. Boob commendoit a ses seilleurs qu’ils laissassent choir en terre quelques espics de guet apend, et qu’ils ne tournassent la teste en arriere, affin que Ruth les recueillit [590] comme oubliés94. C’est pour quoy les faultes qui sentent plus sa fragilité que sa malice, ce n’est en bon Ministre d’estendre la corde si avant que l’arc vienne a se rompre, ny de deffier les vents sans vouloir parfois plier les voiles ; permittimus, quod nolentes indulgemus, quia pravam hominum voluntatem ad plenum cohibere non possumus ; dit st Jean Chrisostome95. Et le Gouverneur qui voudra tirer touttes choses jusques au bout, essaiera ses forces contre la pierre de Sisifus. Voilà les propres termes de ce politique Religieux de sainct Augustin.

34Aristides qui avoit merité le surnom de Juste estant surintendant des finances d’Athenes, s’y comporta au commencement avec tant de Religion et de fidelité, qu’il empeschoit que tous ceux qui estoient sous luy puissent rien desrober en facon que ce soit ; ce qui le fit incontinent accuser d’estre le plus grand voleur, et plus insigne larron qui ait [eut] jamais possedé ceste [591] charge, et fut sur le poinct de perdre la vie par la calomnie de ses ennemis ; neant moins s’estant justifié, et se voiant absous et continué dedans sa charge ; conessant combien sa trop grande vertu luy avoit esté peu favorable, il resolut de s’y comporter comme les auttres avoient fait devant luy, laissant piller et desrober ceux qui en avoient envie, et qui avoient accoustumé de ce faire, et apres cela il se trouva le plus homme de bien du monde, et chacun publioit sa preudhommie, son innocence, et sage conduitte.

7- Que le vice trouve sa recompence aussi que la vertu

  • 96  Plin. Epistol. lib. 2.

35Sa connivence luy fut favorable, et fut contraint pour conserver sa vie, son honneur, et ses biens, de dissimuler des choses qu’il voioit bien, et qu’il n’approuvoit point ; estant dedans une ville semblable a celle dont parle Pline le politique ; in qua non minora praemia, imo majora, nequitia et improbitas, quam pudor et virtus, habent96.

  • 97  Athen. Dipnoso. Lib. 13.

36C’est pour quoy Danaé se plaint a ceux qui vouloient la precipiter, et leur dit avec une generosité qui surpasse le naturel de son sexe, qu’elle ne s’estonne pas si les Dieux sont mesprisés de [592] la plus part des hommes, parce qu’ils semblent estre moins favorables aux bons, qu’aux meschans ; estant vray, dit-elle, que pour avoir conservé mon mary, je n’ay auttre recompence, ny auttre satisfaction que celle qui me reste de l’avoir fait ; et Laodicè pour avoir tué le sien malheureusement, est honorée et reverée, comme si elle avoit fait quelque acte heroique et signalé ; virum meum servavi, hanc mihi gratiam Dii rependunt ; quod autem Laodice maritum suum interfecerit, in maximo honore est97. Les richesses et les presens ne sont plus que pour les [ne se donnent plus qu’aux] femmes qui n’ont point de vertu ; les macquereaux ont gouverné les Estats, et possedé les charges les plus importantes et les plus relevées de l’Empire. Les offices de judicature ne se donnent le plus souvent qu’a des bourreaux, et a ceux qui ne reconessent auttre innocence que celle qui leur est recommendée, et qui plaist a celuy qui les a mis en charge. Et pour ne point faire un livre d’une plainte qui est aussi commune, qu’elle est honteuse et demnable ; voions comme la vertu est souvent nuisible, et le vice utile et profitable a ceux qui scavent bien le desbiter.

8- Que la vertu est souvent nuisible, et le vice profitable.

  • 98  Barclay, Veritatis lacrimae.
  • 99  Ecclesiastes, cap. 8. vers. 14.
  • 100  Salust.
  • 101  St Paul, ad Roman. cap. 7 vers. 15.

37[593] Un Autheur moderne dans des larmes aussi justes qu’elles sont exprimées de bonne grace, despeint en peu de mots ceste confusion pitoiable, et cest aveuglement espouventable ; son latin est trop beau pour luy en desrober la politesse ; multi ad virtutem nati, ne pauperes esse cogerentur, deservere naturam ; aliqui quia probi esse non poterant, sequuti sunt perversitatem, et in commune malum iuravere ; illos ambitio ad magistratus evexit, quoniam per scelus compendiaria via est ad honores, longa et ardua virtuti98. Salomon s’en estoit plain le premier, et en fait une sottise extreme, et une vanité insuportable dans le desnombrement qu’il fait des faultes, des erreurs, des injustices, et des desreglemens des hommes ; est et alia vanitas, quae fit super terram ; sunt justi quibus mala proveniunt, quasi opera egerint impiorum ; et sunt impii qui ita securi sunt, quasi justorum facta habeant, sed et hoc vanissimum judico99. Le vice a pris la place de la vertu, elle n’est plus considerée dedans le monde, l’utilité et le profit [594] sont les Dieux de la terre, qui peult contenter son avarice et son ambition, a trouvé les miracles du temps, le repos apparent des Consciences, et les consolations necessaires a la vie humaine. Catilina a esté estimé scelerat et parricide, non pas pour avoir voulu usurper la souveraineté de sa patrie, mais parce qu’il n’en vient pas à bout, et qu’il ne fut meschant qu’a demy ; et a cause que Caesar fut plus hardy et plus heureux dedans la mesme entreprise, et qu’il acheva ce que l’auttre avoit commencé, on l’appella l’amy des Dieux, le favory des hommes et le pere de la patrie ; Catilina scelestus et parricida, quia conatus opprimere patriam ipsemet oppressus fuit ; Caesar autem foelix, et pater patriae, quia perfecit100. C’est pour quoy Seneque le Tragique dit, qu’on ne peult pas oster le nom de vertu aux vices heureux et favorables ; foelix scelus, virtus vocatur. Voila comme il despeint l’humeur perverse des hommes qui n’ont auttre object que l’utile, et qui ne recompensent que les choses qu’ils doibvent [debvroient] punir. Ils advouënt bien que la [595] vertu est honneste, mais ils publient aussi qu’elle est souvent inutile et nuisible a leurs desseins, et que si le vice a quelque chose d’odieux, [que] ce n’est que dans le mot, que les effects en sont tres bons, et la practique tres profitable. Ce n’est pas le dessein qui nous rend glorieux, c’est l’execution ; c’est la fin de l’action, et non pas son projet qui fait juger de sa bonté. C’est pour quoy les hommes voians tant de gouts differens, et que la vertu est si mal reconuë, et le vice si favorablement traitté, sont necessairement contrains de suivre et d’embrasser ce qui les rend plus recommendables, et qui maintient leur fortune et leur bon-heur ; quod odi malum illud facio ; non enim quod volo bonum, hoc ago101 ; et le poete dit ; video meliora, proboque, deteriora sequor.

9- Difference d’entre les actions des princes, et de leurs Ministres ; d’avec celles des hommes privés

38Tous ces discours ne regardent que l’homme en general, le prince y a sa part et quelque chose de plus, il est temps de parler de ses avantages et de ses privileges, sa nature est humaine, mais sa condition l’esleve par dessus, et le [596] separe du commun des auttres. Sa qualité le dispense de mille et mille subjections qui sont inseparables des hommes privés, et de tous ceux qui relevent de son sceptre et de sa Couronne, n’y aiant rien de plus certain, que la justice, la vertu, et la probité du souverain chemine tout auttrement que celle des particuliers. Elle a ses allures plus larges et plus libres a cause de la grande, pesante, et dangereuse charge qu’il porte, et qu’il conduit, ce qui le fait marcher d’un pas qui sembleroit detraqué et desreglé en un auttre, mais qui pourtant luy est necessaire, loial, et legitime. Il fault qu’il esquive et gauchisse quelque fois, une demarche faitte a propos avance plus le chemin, qu’elle ne l’alonge ; il est obligé de mesler la prudence avec la justice, non pas tousjours, ny en tous cas, mais quand il s’agit de la necessité et de l’importante et evidente utilité de la Republique, c’est a dire, et de l’Estat, et du prince, qui sont choses conjoinctes et inseparables. Ceste obligation luy est naturelle et ne peult s’en dispenser pour quelque pre[597]texte que ce soit ; il fait tousjours ce qu’il doibt quand il procure et qu’il augmente le bien publique ; salus populi, suprema lex esto. La vertu d’un prince a cela de plus noble, que celle d’un homme privé, qu’elle consiste a conserver les biens d’auttruy, et celle du particulier a garder le sien propre, c’est pour quoy sa personne nous est sacrée, d’autant qu’il a son estre plus pour le general [bien publique], que pour soy mesme. Il agit comme les Dieux qui ne songent point a eux, mais a ceux qu’ils protegent, et qu’ils font subsister. Il ne peult rien meriter pour soy non plus qu’eux, a cause qu’il est par dessus touttes sortes de recompences et de reconessances humaines ; il en est le Maistre, c’est luy qui les distribuë a qui il veult, et comme il luy plaist. Si ses actions nous semblent vicieuses, c’est que nous n’en scavons pas les causes ny les motifs ; nous murmurons bien contre les saisons, et contre les froidures en esté, et les chaleurs extra-ordinaires en hyver. Nous ne pouvons souffrir de voir tant de meschans prosperer, [598] et tant de sots et d’ignorans eslevés aux charges les plus belles et les plus eminentes.

  • 102  Barclay, Argenis, lib. 3.
  • 103  Theophraste.
  • 104  Tacit. Annal. lib. 15.
  • 105  Thucid. Lib. 6.
  • 106  Plutarque.

39Le Roy d’Angleterre [En son Basilicon.] dans les preceptes de bien regner qu’il donne a son fils et successeurs de sa Couronne, dit, que les puritains examinans ses actions, et tout ce qu’il faisoit, distinguoient le deub de sa charge, et de son office de Roy, d’avec le vice et les deffaults de sa personne ; vitia distingunt, quibus seipsum Rex maculat, ab iis quibus perdit Rempublicam, dit un de ses sujets102. Theophraste remarque qu’Aristides estoit un homme parfaittement juste et equitable es choses privées, et en ce qu’il faisoit d’homme a homme ; mais qu’au gouvernement des affaires il faisoit beaucoup de choses selon l’exigence du temps ; et pour ce aiant esté appellé pour donner son advis si les Atheniens en une affaire qui les pressoit pouvoient enlever les deniers qui avoient estés mis en espargne en l’Isle de Delos, d’ou ils ne se pouvoient tirer sans l’exprés consentement des Grecs, il dit, qu’il n’estoit pas juste, mais qu’il estoit utile et necessaire ; ainsi l’utilité l’emporta par dessus la justice103. Jason Roy [599] de Thessalie, disoit qu’il estoit necessaire de faire tort en destail, qui vouloit faire justice en gros ; in summa fortuna id aequius, quod validius104 ; et Thucidide, dit ; principi nihil injustum, quod fructuosum105. Le philosophe Anaxarche voulant consoler Alexandre le Grand qui se desesperoit pour le meurtre qu’il venoit de commettre ; il luy dit, que Dice et Themis, c’est a dire la justice et l’equité, estoient assesseurs de Jupiter ; pour monstrer, dit Plutarque, que tout ce que le prince faisoit, estoit bien fait106. A plus forte raison quand c’est plustost pour le bien et le soulagement de l’Estat, que pour contenter sa cholere et sa passion.

  • 107  Aristo. lib. 5. moral. cap. 2.
  • 108  Aristo. lib. 5. Moral. cap. 2.
  • 109  Piccolomini, de moribus, gradu, 10, cap. 2.

40Aristote fait une grande difference entre la bonté morale et privée, et la bonté civile et generale, tesmoignant par la que les actions des princes, et celles de leurs Ministres doibvent estre jugées d’une auttres sorte, et pesées dedans une auttre balance, que celle de leurs sujets ; aliud est virum bonum esse, aliud civem bonum107 ; et voicy la raison qu’il en donne ; vir probus virtute formatur, [600] qua rectè suas animi affectiones componit, et intus ac erga se congruenter afficitur ; civis vel probus, rectè formatur per justitiam universam, qua rectè se habet ad alios ; et puis concluant il dit ; longè difficilius esse congruenter se habere erga alios, quam erga se ipsum108. Ceste vertu particuliere est avare, sombre, et comme a demy morte ; ou l’auttre est noble, esclatante, et genereuse ; celle-cy est toutte remplie de charité, et l’auttre n’a que l’amour de soy mesme ; celle-cy n’a que le bien commun en recommendation et se sacrifie tous les jours pour le conserver, et l’auttre abandonne tout pour ses propres interests, et mesprise les choses qui ne sont point pour elle. Advouons donc avec un grand philosophe morale, que ; cum virtus sit perfectio ejus, cujus est virtus ; propterea rerum differentium, distinctaeque vitae, distinctam esse virtutem necesse est109.

10- Que les princes, et leurs Ministres font beaucoup de choses qui passent pour bonnes et louables, qui seroient blasmables et vicieuses en des particuliers

  • 110  Montagne, en ses Essais, lib. 3, chap. 2.
  • 111  Tacit. Annal. lib. 6, cap. 2.
  • 112  Tacit. Annal. lib. 3, cap. 1.
  • 113  Pedo.
  • 114  St Augustin, Confessio. lib. 3, cap. 8.

41Ceste distinction est si juste et si raisonnable, qu’il est certain que les princes et leurs Ministres font beaucoup de choses qui passent pour bonnes et louables, qui neant moins seroient blasmables [601] et vicieuses, voire mesmes punissables en des particuliers. Nostre Seneque francois dit avec prudence et naifveté, que les actions des princes, comme elles regardent le general, aussi veulent elles estre jugées en gros, et non pas en destail comme celles du commun peuple ; quae fuerant vitia, mores sunt ; il se peult trouver des actions en eux, ou avec justice le plaisir excuseroit le peché, comme nous disons du proffit et de l’utilité110. Tacite rapporte un jugement cy dessus du senateur L. Arnutius, qui disoit que touttes choses n’estoient pas indifferemment bien seantes a un chacun ; non eadem omnibus decora111. Le prince peult faire des choses avec innocence et impunité, qu’un homme privé ne scauroit faire sans crime, ny esviter sans peine. L’Empereur Tibere qui n’estoit pas moins scavant que bon politique, n’ignoroit pas ceste lecon quand il disoit, que les mesmes choses n’estoient pas egalement [indifferemment] permises a l’Empereur, aux Rois, aux princes, au peuple [aux princes, a l’Empereur, au peuple], aux petits compagnons de maisons basses et mediocres, ny a touttes sortes de villes et de Republiques ; non eadem decora principibus viris, et Imperatori, populoque, et modicis domibus, aut civitatibus112. Et le [602] poete Pedo qui vivoit du temps de cest Empereur dit ; non eadem vulgusque decent, et culmina rerum113. St Augustin l’oracle de l’Eglise parlant de la difference de ces actions, decide avec sa prudence ordinaire, que ; Regi licet in civitate cui regnat, jubere aliquid quod neque ante illum quisquam nec ipse nunquam jusserat, et non contra societatem civitatis eius obtemperatur114. Si le sage Caton parmy la severité de ses sentimens a crù, et decidé que le peuple pouvoit des choses avec justice, que le prince ne pouvoit pas entreprendre legitimement ; ut quod aequum in populo suo, idem Reges facere iniquum censeret ; il n’y [a point] de doubte aussi a contre sens, que le souverain peult faire innocemment quantité de choses, qui seroient criminelles en ses sujets qui voudroient en faire de mesme.

  • 115  Tacit. Annal. lib. 12, cap. 2.
  • 116  Ecclesiasticus, cap. 37, vers. 31.
  • 117  Ecclesiasticus, cap. 39, vers. 39-40.
  • 118  Senec. In sapientem non cadere iniuriam ; cap. 15.
  • 119  Tite Live, hist. lib.

42Ce n’est pas seulement la difference de la condition du prince, et de l’homme privé qui fait que ce qui est louable en l’un, est blasmable en l’auttre ; mais encore davantage, ce qui est digne de gloire en un souverain, sera digne d’infamie en un auttre, tant pour la diversité des coustumes, [603] que pour l’inegalité de leurs esprits, et la disproportion de leurs merites et vertus. Estant certain qu’un prince qui passe pour bon et genereux, est tousjours presumé bien faire, quelque malice et quelque lascheté qu’il exerce, pour peu de pretexte et de couleur qu’il luy donne ; ou au contraire celuy qui est en mauvaise reputation pourroit faire des miracles, qu’on les prendroit pour des charmes et des illusions ; tant il est veritable que nos actions relevent absoluëment et souverainement de l’opinion ; et que leur approbation ne despend ny de nous, ny de ce qu’elles sont, mais de ceux qui en jugent, et qui les prennent comme il leur plaist, et qui n’en sachant ny le fond, ny l’intention, ne peuvent qu’ils ne s’abusent et ne se trompent bien souvent. Neron disoit qu’on ne voioit rien d’impudique en sa maison, comme en celle de Messaline, si ce n’estoit par raison d’Estat ; nihil domi impudicum, nisi dominationi expediret115. Si un particulier en faisoit ainsi, il passeroit pour infame, et sa maison pour un bordel. Si un homme privé disoit qu’il ne veult [604] pas tenir sa parolle, ny garder sa promesse, puis que les princes en font de mesme, il y seroit contraint par arrest, et condemné aux despens, outtre qu’il passeroit pour ridicule et pour impertinent ; non enim omnia, dit l’Ecclesiastique, omnibus expediunt, et non omni animae, omne genus placet116. Un prince ne va point du pair avec son sujet, et comme ses charges et ses soings sont plus grands et plus importans, aussi doit-il avoir des graces et des privileges qui ne soient pas communs. Mais il fault qu’il en use avec prudence et discretion, qu’il les reserve pour les occasions importantes et necessaires, et qu’il ne les emploie que pour une bonne fin ; omnia opera Domini bona, et omne opus, hora sua subministrabit ; non est dicere, hoc illo nequius est, omnia enim in tempore suo comprobabuntur117. Il ne fault pas regarder ce que fait un prince, mais ce qu’il doibt faire, pourveu que les evenemens nous soient favorables, il y auroit de la temerité d’en rechercher la cause, et de l’ingratitude de la vouloir blasmer, c’est a Dieu seul qu’il fault reserver ce pouvoir. Les Rois qui ont triple Genie [triples genies], doibvent pareillement avoir [605] trois fois autant d’esprit et de graces que les auttres, tout le monde estant d’accord, qu’ils ont un Ange tutelaire comme hommes, un auttre comme Rois, et un troisieme pour le Roiaume en general ; et par ainsi doibvent estre les plus sages, les plus prudens, et les plus clair-voians de leurs Estats ; estant necessaire que celuy qui guide et qui conduit les auttres, soit le plus esclairé et le plus intelligent de tous. C’est pour quoy il ne fault pas s’estonner si ses actions ne sont pas approuvées d’un chacun, et s’il est exempt d’en rechercher et mandier l’approbation ; sapiens non it qua populus, sed ut sidera contrarium iter mundo intendunt, ita hic adversus opinionem omnium vadit118. Il peult dire a ceux qui se plaignent, ce que le Consul Quintius disoit en pareille occasion consolant des malades qui ne scavoient pas la bonté, ny la vertu des remedes qu’il leur faisoit prendre ; vellem equidem vobis placere, Quirites, sed multo magis volo vos salvos esse qualicunque erga me animo futuri sitis119. Encore que le cigne ait la chair fort noire et fort laide, il ne laisse [606] pas de passer pour le plus beau et le plus aimable des oiseaux, a cause de la blancheur et politesse de ses plumes. Laissons l’intérieur et la Conscience au prince, c’est a luy a faire d’y penser, il y a de l’insolence en celuy qui le veult entreprendre ; pourveu que ce qui paroit a nos yeux, et ce que nous manions soit doux et aggreable, qu’avons nous affaire de lever l’escorce, et de descouvrir ce que nous ne cherchons pas, et qui n’est pas de nostre gibbier.

11- Que si les princes ont quelques vices, ou quelques deffaults, ils doibvent les cacher

  • 120  Machia. en son prince, chap. 15.

43S’ils ont quelques deffaults remarquables, c’est a faire a eux de les couvrir et de les cacher le plus prudemment qu’il leur sera possible. Je n’ignore point, dit Machiavelle, que tout le monde confessera que c’est une chose tres louable de voir un prince garny de touttes sortes de vertus, mais parce qu’il n’est pas possible de les posseder touttes ensemble, et entierement les observer, pour la fragilité de la condition humaine qui n’y peult consentir ; il est necessaire qu’il ait tant de prudence, qu’il puisse a tout le moins eviter l’infamie de ses vices, particulierement [607] de ceux qui luy pourroient faire perdre son Estat120. En effet se seroit chose honteuse a un prince de faire gloire et vanité de son peché, et des deffaults qui regardent sa propre personne, mais quand il s’agit du bien et de l’avencement de son Estat, alors il peult et doibt y accommoder les vices et les vertus, c’est a dire, qu’il ne doibt avoir esgard aux censures et jugemens du peuple ny laisser de procurer leur bien, et l’utilité publique, quoy qu’ils en condemment les moiens, et qu’ils en rejettent la cause et le procedé.

12- que le prince peult et doibt accommoder les vices, et les vertus a son Estat

44Et d’autant que ceste proposition sembleroit Impie et damnable si je la mettois en avant de moy mesme ; je veux par trois sortes de preuves justifier son innocence, et monstrer combien elle est utile et necessaire pour bien heureusement gouverner un Estat.

La premiere sera tirée del’Escripture ste.

La seconde, des peres de l’Eglise, des Theologiens et Canonistes.

Et la troisieme et derniere, de la raison, et de [608] l’experience des Autheurs prophanes les plus suivis, et des politiques les plus approuvés.

Preuve 1, tirée de l’Escripture Ste

45Puis donc que le prince est dedans son Estat, et que Dieu est au ciel, puis qu’il en est l’image [en terre], le soleil dans la Nature, et l’ame dedans le corps ; et qu’il est vray que le souverain Createur accommode sa bonté et sa misericorde aussi bien au salut des Juifs, qu’a celuy des chrestiens ; et a celuy des plus criminels, comme a celuy des plus innocens par une clemence toutte particuliere. S’il est hors de doubte que le soleil ne refuse point ses raions aux cloaques ny aux lieux les plus infects, non plus qu’aux fleurs et aux autels. Et puis que chacun conoit que l’ame s’abandonne et preste ses facultés aux actions les plus noires et qu’elle approuve le moins, aussi bien qu’aux plus pures, et aux plus religieuses. Pour quoy le prince qui est contraint et obligé de vivre et de converser parmy tant de sortes d’esprits bigeards, de gouverner tant d’humeurs differentes, et de s’accommoder a tant d’hommes qui n’ont rien de raisonnable que le nom, et qui par malheur font la partie la plus grande, et la plus puissante, [609] voire quasi le tout de son Estat, ne pourra-il leur accorder des choses qui ne leur sont pas moins utiles qu’aux plus sages et aux plus entendus ? Ou seroit sa prudence ? Ou seroit sa qualité de pere et de Gouverneur du peuple ? Ou seroit la difference de l’homme et du souverain ? Comment feroit-il parestre qu’il scait faire l’un quand il fault, et l’auttre quand il est necessaire ? Comment distingueroit il ses actions particulieres et privées, d’avec celles de Roy qui sont celles qui regardent le bien de son Estat, et la conservation de ses sujets ? Combien de choses remarquons nous en Dieu qui seroient indignes de luy et de son Estre, si elles ne se rapportoient entierement a l’humeur des hommes ? Le soleil seoit moins noble et moins puissant qu’il n’est pas, s’il n’esclairoit que la moitie des choses du monde ; et l’ame feroit beaucoup rabattre de son estime, et de l’excellence qu’on luy accorde en la faisant immortelle, si nous ne scavions qu’elle s’accommode aux fontions corporelles, et qu’elle leur accorde beaucoup de choses qu’elle ne feroit pas, si elle [610] estoit independante d’elles. Le prince en son particulier et dedans son repos, est comme Dieu dans le ciel sans auttre meditation et sans auttre action que sa propre contemplation ; il est comme le soleil dans son estre sans considerer la communication de ses raions, et le commerce qu’il a parmy nous par le moien de sa lumiere et comme l’ame destachée de la pesanteur et de l’eclavage de son corps brouillon et remply de desordre. Mais comme pere du peuple et souverain Gouverneur de son Estat, il est comme Dieu qui pour se communiquer aux hommes semble se despoüiller de sa Divinité ; il est comme le soleil qui pour animer le monde, et vivifier touttes choses, semble quitter le ciel pour habiter la terre, et se joindre avec elle ; et comme l’ame qui pour s’accommoder au corps et luy donner l’appuy qu’il en recoit, s’est tellement unie avec luy que la plus part des hommes, et quasi tous les plus scavans, ont crù et croient encore que ce n’est qu’une mesme chose, tant ceste liaison est grande et parfaitte. Et comme touttes ces Divinités [puissances] ont receu quelque blasme en leurs operations, aussi ne fault [611] pas s’estonner si tant de petits esprits qui ne se conessent point eux mesmes, font aller du pair les actions du prince avec celles du commun, ne sachans ce qu’ils peuvent, non plus que ce qu’ils sont.

  • 121  Psal. 113, vers. 13-14-15.

46L’homme [a trois] objects principaux de ses actions, Dieu, soy mesme, et le prochain. Le soleil communique sa chaleur par tout, et ne la retient pas pour soy ; la vertu du prince ne se propose que l’interest d’auttruy sans considerer le sien ; et pour s’acquitter de son debvoir, elle se mesprise soy mesme, parce qu’un veritable souverain aimera mieux estre bon, et parestre meschant ; qu’estre meschant en effect, et sembler bon aux yeux de ceux qui le flattent et qui le conessent si mal. Et ces contraintes hipocrites, et ces complaisances serviles ne se peuvent souffrir qu’en ceux qui en font mestier, et qui en veulent profiter, et non pas en un prince qui ne se paie que par sa propre satisfaction, et par l’acquis de son debvoir, outtre, qu’elles luy seroient aussi inutiles, que honteuses et ridicules. Pour [612] avoir soing du salut de ses sujets, il ne fault point apprehender leurs discours ny leur disgrace, le medecin se mocque des injures de son malade ; souvent le peuple juge temerairement et sans conessance de cause des conseils et des actions de ceux qui les gouvernent ; et c’est icy que la justice, la prudence, et la charité n’ont point d’esgard a ses opinions erronées, mais a son bien et a son profit seulement, mesprisant ce qui se dit, pour faire ce qui se doibt. Personne ne me semble faire plus d’estat de la vertu, dit Seneque en ses Epistres, que celuy qui pour ne pas perdre la Conscience d’un homme de bien, ne craint pas de perdre la renommée, lors qu’il est necessaire de causer un plus grand bien. L’Escripture saincte appelle Idole le prince qui n’a soing que de soy et non pas de ses sujets, parce qu’il n’est pas un vray prince, mais seulement l’image et la peinture d’un prince, et l’ombre de ce qu’il devroit estre ; c’est un fantosme dont l’apparence decoit les yeux, et dont le nom trompe les oreilles ; ce sont des corps d’hommes qui n’ont pas des ames de Rois. On pourroit dire d’eux avec justice, [613] ce que David disoit des Idoles des Gentils ; elles ont des yeux, et ne voient point ; elles ont des oreilles, et n’entendent point ; elles ont des bouches, et ne parlent point ; elles ont des pieds, et ne marchent point121. Je veux bien advouer que c’est une chose louable et glorieuse d’exercer la vertu envers soy mesme, mais il fault confesser aussi qu’elle est encore plus grande et plus excellente de l’exercer envers plusieurs, et que c’est la rendre toutte Divine de l’exercer envers tous. Les vertus particulieres ne se communiquent point, et ne profitent a personne, elles sont sans fruict sinon chez elles mesmes ; ou au contraire celles des princes font des effects si merveilleux qu’elles protegent ceux qui n’en ont point, et augmentent celles de ceux qui en ont le plus ; elles animent les plus languides, elles sont utiles a tout le monde, elles ne tendent qu’au bien public, et ne buttent qu’a la grandeur de l’Estat.

  • 122  Ecclesiastes, cap. 7, vers. 17-18.
  • 123  Psal. 32, vers. 16.
  • 124  Ecclesiastes, cap. 7, vers. 21.
  • 125  Ibidem, vers. 16.
  • 126  Exode, cap. 32.

47Quand Salomon dit ; noli esse justus multum, neque plus sapias quam necesse est, ne obstupescas ; ne impiè agas multum122 ; et David, que ; non salvatur Rex per multam virtutem123 ; n’est-ce pas [614] pour apprendre au prince et a ses Ministres, qu’ils peuvent accommoder les vices et les vertus a l’Estat ? De qui prendrons nous des regles politiques, sinon du plus grand Roy, et du plus sage qui fut jamais ? Pourquoy flatter si fort la foiblesse humaine que de vouloir luy persuader qu’elle peult agir sans vice, et sans deffault ; non est homo justus in terra qui faciat bonum, et non peccet124 ; dit le mesme Salomon. Quelle presomption avons nous de nos forces ? Ou est ceste vertu qui nous puisse donner tant de vanité ? En mesme temps que nous pensons estre sans vice, de ceste seule pensée nous en faisons un crime ; haec quoque vidi in diebus vanitatis meae, justus perit in justitia sua, et impius multo vivit tempore in malitia sua125. Ceste bonne opinion que nous avons de nous mesmes nous perd, et retranche nos jours ; si nous avons dessein de prosperer il fault reconestre sa foiblesse, advouer son humanité, et confesser que nous ne sommes remplis que d’erreur, d’imperfection, et de fragilité. Aaron qui est le grand prestre de la loy apres avoir sacrifié [615] au veau d’or pour captiver la bienveillance du peuple, et conserver l’union et la tranquillité dedans la Republique pendant l’absence de Moise, leur permit les festins, les jeux, et les dances126, que les reformateurs de police comdemnent aujourdhuy, voulans les faire passer pour les inventions infernales et diaboliques, encore que l’Escripture Saincte les souffre et les permette.

  • 127  Genes. Cap. 19. Vers. 8.
  • 128  Sanchez, de matrim., lib. 7, disputatio 11, num. 28.
  • 129  St Math. Cap. 13, vers. 29.

48Loth abandonna ses filles aux sodomites, pour empescher que ses hostes ne fussent corrompus et violés par ces infames ; habeo duas filias, quae nec dum cognoverunt virum, educam eas ad vos, et abutimini eis sicut vobis placuerit, dum modo viris istis nihil mali faciatis, quia ingressi sunt sub umbra culminis mei127. En quoy Sanchez dit qu’il ne pecha pas, appuié de l’opinion de st Ambroise, st Augustin, st Chrisostome, et quantité de Theologiens qu’il allegue pour soustenir ceste Doctrine qu’il traitte a fond pour et contre128. Et st Mathieu dit dans le nouveau Testament ; sinite crescere zizania, ne cum ea evellere vultis, evella[616]tis et triticum129 ; il est bon de dissimuler les petits maux, pour eviter les grands.

Preuve 2, tirée des peres de l’Eglise, des Theologiens, et Canonistes

  • 130  Part. 2. Quaest. 66.
  • 131  Deutero. Cap. 23, vers. 19-20.
  • 132  Scipion Ammirato, Disc. Polit. Sur Tacite, liv. 6, disc. 7.
  • 133  Grotius, de Jure Belli et pacis, lib. 2, cap. 5, num. 15.
  • 134  Concil. Toleta.
  • 135  De sacerdot. lib. 1.
  • 136  Philon le Juif, lib. Joseph.
  • 137  Senec. Epist. 13.

49Il n’y a personne qui ne sache combien Dieu haït et deteste les larcins, neant moins il consent en cas de necessité que chacun prenne du bien d’auttruy pour vivre, plustost que de se laisser mourir de faim ; c’est la Doctrine de st Thomas130. Il ne veut pas que l’on preste a usure, neant moins il permet aux juifs en compassion de leur dureté de prester, non pas a leur nation, mais bien aux auttres ; et ainsi volontairement il se relasche pour le bien universel des hommes ; non foenerabis fratri tuo ad usuram pecuniam, nec fruges, nec quamlibet aliam rem, sed alieno ; fratri autem tuo absque usura id quo indiget commodabis, ut benedicat tibi Dominus Deus tuus in omni opere tuo131. Pour ce mesme respect, et par raison d’Estat, les Juifs sont tolerés parmy les chrestiens132, quoy que leurs ennemis les plus grands et qui ont en derision leur Sauveur et leur Redempteur, apres l’avoir mis en croix comme un voleur et un brigand. On souffre les garces et les putains dedans la ville de Rome, et par [617] touttes les villes les mieux policées ; ce que st Augustin n’improuve pas, affin dit il, qu’elles servent comme de rempart aux plus femmes de bien, et de boullevarts aux filles les plus chastes ; casta, quam nemo rogavit. Les Juriconsultes et politiques sont d’accord qu’il y a de certains concubinages, qui passent pour des mariages legitimes et veritables ; concubinatum quendam, verum ac ratum esse conjugium, etsi effectibus quibusdam juris civilis propriis privetur, aut etiam effectus quosdam naturales impedimento legis civilis omittat133. Le premier Concile de Tolete passe bien plus avant quand il dit ; caeterum is qui non habet uxorem, et pro uxore concubinam habet, a communione non repellatur, tamen ut unius mulieris, aut uxoris, aut concubinae, ut ei placuerit, sit conjunctione contentus134 ; declaration qui semble avoir donné lieu aux mariages de Conscience qui se trouvent dans touttes les grandes villes, et parmy touttes sortes de nations, et qui ne donne pas une petite atteinte a ceux qui deffendent le mariage et le concubinage honneste et sans scandale [618] aux ecclesiastiques et auttres. Ainsi le prince doibt fermer les yeux en ces rencontres, puis que les lois civiles le permettent, que les Conciles ne le deffendent point, et que l’Eglise le tolere pieusement. St Chrisostome dit ; que celuy qui va toujours le droict chemin sans s’en destourner jamais, est souvent cause qu’il arrive de grands maux a celuy auquel il n’aura donné quelque tour de souplesse135. Et Philon le Juif fait ceste comparaison ; comme le pilotte, dit il, change les aides du vaisseau selon les vents, ne tenant pas tousjours une mesme facon ; et que le medecin expert ne se sert pas d’un seul remede pour touttes sortes de maux, et non pas mesmes en un mesme mal s’il varie, mais observant les accés, les relaches, les repletions, les evacuations, et les divers accidens, il change beaucoup de choses pour la santé, esprouvant l’un, et puis l’auttre ; ainsi le Gouverneur de l’Estat doibt estre de plusieurs formes et visages, d’une facon en paix, et d’une auttre en guerre, et se tenir tousjours prest aux occasions136. Seneque appelle ces esprits adroits et accommodans ; temporaria ingenia137.

  • 138  Concil. tom. 3, fol. 692.
  • 139  Actuu. Apostol. cap. 24, vers. 3.
  • 140  Eusebe, histo.

50Dedans le troisieme sinode romain, le Roy [619] Arian est appellé sainct ; sanctus princeps ; non ex meritis, disent les nottes sur ce passage, sed ex consuetudinè, piissimus et sanctissimus nominatur138. St Denis Evesque d’Alexandrie, appelle tres saincts les Empereurs Valerian et Gratian, qui neant moins estoient paiens ; ce qu’il fit, dit Eusebe, a l’exemple de st Paul139 ; qui nefarium hominem praefecturam gerentem, consueta nomenclatura, optimum felicem vocavit ; ce juge infidele s’appelloit Foelix140. Les princes sont ainsi appellés saincts, pieux, et religieux, par les plus religieux mesmes, et qui sont exempts de tous soubcons de flatterie, parce qu’en mettant tous leurs soings, et emploiant touttes leurs veilles a la conservation de leurs sujets, et n’aians auttre but que leur utilité et proffit tant en general qu’en particulier, ils ne peuvent qu’ils ne meritent extremement. Et ne fault point doubter que beaucoup de choses leur sont permises, qui ne le seroient pas a des particuliers ; aussi tous les peres, et tous les politiques sont d’accord en ce poinct, que les Rois et les souverains jouent deux personnages, scavoir celuy d’homme et celuy de Roy, qui en emporte [620] encore beaucoup d’auttres apres soy ; comme l’ame dans le corps qui pour estre immortelle et tousjours raisonnable de soy, s’accommode neant moins et se preste aux actions les plus basses et les plus materielles, et n’abandonne point un homme pour estre vuide et despouillé de raison. Disons donc que si les Rois paiens, Impies, et Idolatres sont appellés tres saincts par nos saincts mesmes ; qu’a plus forte raison ceux qui sont chrestiens, pieux, et catholiques, et qui ne se destournent du droict chemin, que comme des bons pasteurs et des gardes fideles qui courent apres leurs brebis esgarées, pour les ramener dans le gros du trouppeau, ne peuvent estre accusés sans injustice dedans leurs actions, et [qu’ils] ne peuvent faillir que par l’opinion de ceux qui ne scavent ce qu’ils peuvent, non plus que ce qu’ils doibvent. Quelle sottise seroit-ce a un homme de condemner celuy qui quitteroit le grand chemin pour trouver et sauver celuy qui court au precipice par des lieux escartés et inconus ? Seroit-ce pour blasmer sa charité, et paier d’ingratitude ses peines et son amour ? Ainsi quand le prince se relasche quelque fois de ceste etroitte vertu, et qu’il ne refuse point le secours du vice, ou de ce [621] qui semble vice, pour un bien general et necessaire a son Estat, il fait le Roy, et non pas l’homme, il monstre sa prudence, plustost que sa foiblesse, et tesmoigne qu’il est plus propre pour commender, que pour obeir.

  • 141  Marquez, en son homme d’Estat chrestien, liv. 2, chap. 6.
  • 142  St August. de Civit. Dei. Fragmenta ex Seneca.
  • 143  Senec. Espitol. 122.

51St Augustin qui conessoit la portée de l’homme, n’est pas si severe ny si delicat que tant de petits escrivains qui se veulent mesler de regler les princes et les Estats, encore que le plus souvent ils ne sachent ce qu’ils disent, ny ce qu’ils escrivent, estalans leurs resveries et leurs melancholies pour des oracles et des maximes qu’on ne peult pas violer sans crime de Leze Majesté Divine, si on s’en rapporte a leurs opinions erronées, s’imaginans que les Roiaumes et les Empires se gouvernent comme des cloistres, ou la plus grande raison est dans le silence, et la principale action dans une obeissance aveugle. Ne sachans pas les bonnes gens que souvent ils sont plus empeschés a gouverner une douzaine de petits moines, qu’un prince sage et prudent ne le sera apres autant d’armées puissantes, et autant de provinces grandes et esloignées. Laissons ces nouveaux reformateurs pour ce qu’ils sont, que leurs sectateurs leurs donnent [622] autant de creance que leur ignorance le pourra permettre ; pour moy je ne puis abandonner les appuis de nostre Religion, et par consequent les veritables directeurs de nos Consciences ; que st Augustin suffise pour mille, voicy comment il conclut au livre qu’il a fait du mensonge, et dit ; qu’il y a des matieres non seulement indecentes, mais horribles a la chair, aux quelles l’homme de bien se peult laisser aller licitement et louablement141 ; ce qu’il prouve par l’exemple de Loth, qui pour deslivrer ses hostes offrit ses filles, et les abandonna a la licence et brutalité des sodomites ; Loth autem cum ita justus esset, ut Angelos etiam hospites suscipere mereretur, stuprandas filias sodomitis obtulit, ut feminarum potius ab eis corpora quam virorum corrumperentur ; comme un moindre mal, ainsi que nous avons remarqué cy dessus. Il adjouste encore celuy d’un veritable chrestien, et pere de nostre Eglise qui est Origene, le quel [qui] aima mieux adorer les Idoles, et leur offrir de l’encens, que de permettre qu’on soüilla sa pudicité ; comme s’il eut preferé la pureté et la netteté de son corps a celle de l’ame et de l’esprit. Et apres cela on ne veult pas qu’un prince pour le salut de tout [623] un Estat, et d’un million de peuples, s’escarte tant soit peu, non pas de la vraie vertu, mais de la vertu du commun, a la quelle les sages ne sont point obligés seulement ; quia major pars populi facit, quod cur faciat, ignorat142. C’est pour quoy, dit Seneque ; non oportet id facere, quod populus ; res sordida est, trita ac vulgari via vivere143.

  • 144  St August. de civit. Dei, lib. 19, cap. 1 et 4.
  • 145  St August. de civit. Dei, lib. 19, cap. 19.
  • 146  St August. tom. 1 de libero arbitrio, lib. 2.
  • 147  St August. tom. 10, in append. de divers. sermon. 35.

52Si nous considerons la vertu, comme st Augustin nous la despeint, disant qu’elle est l’art et la regle qui doibt gouverner nostre vie, et nos actions ; virtus est ars agenda vitae144 ; qui pourra desnier au prince de la pouvoir accommoder a son Estat, puis qu’on la juge plustost par sa fin, que par son commencement, et par ses effects, que par sa cause. Estant certain que le but et l’object principal de celle du prince est le salut de ses sujets, et la conservation de son Estat ; comme le mesme st Augustin l’enseigne en son livre de la Cité de Dieu, qui est la Republique chrestienne ; in actione vero, dit il, non amandus est honor in hac vita sine potentia, quoniam vana sub sole ; sed opus ipsum, quod per eundem honorem vel potentiam fit, si rectè atque utiliter fit, id est, ut valeat ad eam salutem subditorum, quae secundum Deum [624] est145. Il faut que le prince mesprise, le, que dira-on de Plutarque, la gloire qu’il scauroit attendre de l’approbation de ses sujets est trop vaine et trop peu considerable, pourveu qu’il agisse utilement comme un bon pere [de] famille, il n’est pas responsable de ses actions a ses enfans, ny a ses sujets, c’est assés qu’ils s’en trouvent bien, et qu’ils en conessent plustost le proffit et l’utilité que non pas les causes et les raisons qui les ont fait naistre. On n’abuse point de la vertu de la sorte, elle n’est pas si facile a corrompre que le peuple s’imagine, et particulierement dedans les actions nobles et relevées comme sont celles des princes et des Rois ; virtutibus nemo malè utitur, adjoute ce mesme Docteur, caeteris autem bonis, id est, mediis et minimis, non solum benè, sed etiam malè quisque uti potest ; et ideo virtute nemo malè utitur, quia opus virtutis, est bonus usus istorum, quibus etiam non benè uti possumus146. L’ouvrage de la vertu est trop pure, son usage monstre ce qu’elle est, et les choses les plus vicieuses trouveroient leur justification dedans le temperament qu’elle leur apporte ; non itaque virtus, sed causa virtutis apud Deum mercedem habet147 ; ce n’est point elle, mais le bien qu’elle cause qui [625] attend sa recompence du ciel.

  • 148  St Gregor. in Job, lib. 1, cap. 19.
  • 149  Ibidem, lib. 20, cap. 9.
  • 150 Aliae virtutes sunt, quae ab aliis virtutibus differunt ; St Cyprian, de singul. clerico.
  • 151  St Gregor. in Job, lib. 28, cap. 6.
  • 152  St August. tom. 8, enarratio. in psal. 83.
  • 153  Clemens Alexand.

53St Gregoire le Grand pour faire une vertu parfaitte, veult qu’elle soit composée de touttes les auttres ; neque enim unaquaeque verè virtus est, si mixta aliis virtutibus non est148 ; disant ailleurs que la vertu sans la prudence, n’est pas vertu ; quia reliquae virtutes, nisi sapientiae epulis repletae, ea quae appetunt prudenter agant, virtutes esse nequaquam possunt. De plus la vraie vertu consistant en l’amour et en la charité, comme il adjoute par forme de conclusion ; vera virtus in amore est149 ; qui est capable de la pouvoir posseder avec touttes ces qualités, que le prince que nous despeignons ? Estant certain que de tous les hommes de la terre il n’y a que les Rois et les souverains qui puissent couronner leurs vertus de touttes les auttres, puis qu’il y en a qui ne peuvent estre exercées, ny par les pauvres, ny par les riches ; ny par les moines, ny par les Courtisans ; ny par les prestres, ny par les mariés ; et qu’eux seuls sont capables de practiquer touttes celles dont chaque condition se rend recommendable150. De plus ou est la [626] vertu qui ait plus besoing de prudence que celle des princes ? Les particuliers font passer les leurs pour miraculeuses, encore que le plus souvent elles soient extravagantes et ridicules ; ou celle des souverains est regardée de tant d’yeux, et guettée par tant de surveillans, qu’a moins que d’estre confitte en merveils, et remplie de pureté, a peine trouvera elle qui l’approuve, et qui luy pardonne le moindre deffault. En un mot qui sera celuy qui osera leur contester cest amour paternel, ceste charité plus qu’humaine qu’ils ont pour leurs peuples [leur peuple], leurs sujets, et leur Estat ? Disons donc qu’il n’y a que la vertu du prince qui soit parfaitte, prudente, et charitable ; et que ceste perfection despend de la scavoir mesler avec toutes les auttres pour en pouvoir tirer le fruict necessaire. Que ceste prudence consiste a la scavoir accommoder a l’Estat ; et que ceste charité se tesmoigne par le soing, la vigilance, et la bonté qu’il a pour le bien, l’utilité, et la conservation de son peuple ; non enim res eadem semper est virtus, quia per momenta temporum, saepè merita mutantur actionum, adjoute ce grand sainct151. Estant tres veritable que nos actions dependent plus de la necessité, et [627] des occasions, que de nous mesmes ; omnium actionum humanarum mater necessitas152. Clement Alexandrin parlant de l’homme de bien et vertueux, dit qu’il fera beaucoup de choses en consideration de son prochain, qu’il ne feroit pas pour soy ; ob utilitatem proximi faciet quaedam, quae sponte alioquin ac primaria intentione non faceret153. Et tous les Canonistes sont d’accord, que ; vitiositas actus, ab effectu discernenda est.

  • 154  St Cyprian, Epist. 2.
  • 155  Arnob. Adversus gentes, lib. 3.

54St Cyprian ne s’esloigne pas fort de ce sentiment quand il dit, que ; homicidium cum admittunt singuli, crimen est ; virtus vocatur, cum publicè geritur ; impunitatem sceleribus acquirit, non innocentiae ratio, sed saevitiae magnitudo154. Et un peu apres ; consensere jura peccatis, et coepit esse licitum, quod publicum est. Arnobe dit, que c’est le bon effect que la chose produit qui fait juger de la bonté de sa cause ; humana haec bona, ex oppositione vitiorum existimationem meruerunt habere laudabilem155.

  • 156  St Ambros. In psal. 50, vers. Tibi soli peccavi.
  • 157  Tertul. ad scapulam, cap. 2.

55St Ambroise passe bien plus avant quand il dit que les princes ; nullis legibus adstricti sunt, liberi a vinculis peccatorum156. Et Tertulian croit qu’ils [628] sont ; solo Deo minores157 ; n’y aiant donc Dieu seul au dessus d’eux, il fault necessairement qu’ils soient au dessus de tous les hommes qui ne se gouvernans pas d’une mesme facon, ny d’une mesme maniere, il fault s’accommoder aux uns d’une sorte, et aux auttres d’une auttre ; attendu mesme que les uns font vertu, ce que les auttres appellent vice ; et qu’un pais approuve une chose, qu’une auttre contrée condemne et rejette.

56St Augustin remarque, que comme dans la musique ont [sic] fait des concerts excellens, et une melodie merveilleuse, douce, et aggreable de voix et de tons differens ; aussi dans la Republique des humeurs et des actions contraires et repugnantes, on en fait une concorde et union paisible et desirable ; et quae harmonia a musicis dicitur in cantu, eam esse in civitate concordiam ; et n’y a que le prince expert, et qui a l’oreille bonne, qui puisse gouverner ceste harmonie ravissante et charmante.

  • 158  Codic. de adulteri. leg. 31 cum vir nubit.
  • 159  Codic. de raptu virgin. et, vidua. leg. unica.

57Chacun scait que c’est un vice, voir un crime capital de ravir une fille, et d’en vouloir faire un auttre soy mesme malgré elle, en despit du Magistrat, et contre la Liberté publique ; ubi amor quaeritur, nec invenitur158 ; dit l’Empereur. C’est pour[629]quoy le Droict civil punit de mort le ravisseur, et declare nul le mariage qu’il pourroit faire159 ; et neant moins le Droict Canon l’absoult et le souffre, en quoy l’un et l’auttre se trompe, s’il ne veult accommoder les vices et les vertus a l’Estat pour se servir des termes de nostre maxime.

  • 160  Rittershusius, De different. Iuris civil. et canon. lib. 2, cap. 15.

58Et au contraire, encore que le Droict Canon face un crime du concubinage, et qu’il le deffende severement, le Droict Civil neant moins le permet, et le tolere impunement comme un mariage legitime, sans toutte fois l’approuver absoluement pour eviter de plus grand maux, et ne pas rendre le mariage contemptible seulement, qui de soy est des-ja assés onereux a la plus part de ceux qui en portent le joug avec plus de douleur, que de contentement ; sunt et alia saepè in Republica permittenda, quae si cum perfectis viveretur, planè non haberent locum ; dit un fameux Jurisconsulte160.

  • 161  Cano. nemo, 18. quaest. 2.
  • 162  ff. de concub. Leg. de Concubinatu.

59Le Droict Civil permet les usures pour le soulagement du public, et le Droict Canon les deffend rigoureusement161. Il punit la simple fornication, comme un vice et une chose deffenduë ; et le Droict Civil la dissimule, et la tient comme indifferente [630] quand le public n’y est point interessé162.

  • 163  Deutero. cap. 20, vers. 14.
  • 164  Regum, lib. 1, cap. 30, vers. 26.
  • 165  Senec. de benef. lib. 3 cap. 37.
  • 166  Polib. histor. lib. 5.
  • 167  Tite Live, hist., lib. 31.
  • 168  Grotius, De Iure Belli et pacis, lib. 3, cap. 4, num. 18-19.

60Combien de crimes souffre-on en guerre, voire mesme sont commendés, qui seroient punis d’ailleurs, et en auttres temps, comme les meurtres, incendies, les violemens des femmes, des filles, et des religieuses contre tout Droict Divin, les empoisonnemens des puits et des fontaines, les surprises, les pillages et les desgats dont l’innocent souffre avec le coupable. Les loix de Dieu dans le Deuteronome les commendent comme permis et necessaires ; omnia ejus spolia (parlant d’une ville conquise) diripies tibi, et frueris praeda hostium quam tibi Deus dederit163. Et David faisant part aux anciens hebreux des despouilles de ceux de Siceleg, dit ; accipite benedictionem de praeda hostium Domini164. Ce qui peut estre a fait dire a Seneque illustre Gouverneur d’un meschant Empereur, que ; militaribus viris speciosissimum est divitem aliquem spem hostilibus facere165. Polibe estoit de ce sentiment quand il dit dans son histoire ; jure belli comprehendi, ut munitiones hostium, portus, urbs, viri, naves, fructus, et si qua sint similia,[631]aut eripiantur, aut corrumpantur166. Ce que Tite Live souscript disant ; esse quaedam belli jura quae ut facere ita pati sit fas ; sata exuri, dirui tecta, praedas hominum, pecorum agi167 ; quae commissa capite luerent, sed quia paludati fecerunt, laudamus. Grotius des modernes sur ceste mesme matiere, dit que ; stupra in foeminas in bellis, et permissa et impermissa sunt ; neque tantum qui haec faciunt, sed et qui aliis faciendi Authores sunt, Jure Gentium incupati habentur168.

  • 169  Concil. Trident. Sessio 25, cap. 21.

61Le Concile de Trente parlant de la dissolution et des desordres qui sont dans les cloistres et les monasteres, ensemble des moiens de les reformer, et les remettre dans leur ancienne discipline, dit ; que les temps et la commune facon de vivre ne le peult permettre, et qu’il fault souffrir quelques abus, pour en esviter de plus grands, et de plus grands maux ; verum adeo dura difficilisque est praesentium temporum conditio, ut nec statim omnibus, nec commune ubique, quod optaret, remedium possit adhiberi169.

  • 170  Javelle, en sa morale polit., liv. 3, traité 3, cap. 1.
  • 171  Sanchez, De matri., lib. 7, disputat. 11, num. 26-27.

62Si la maxime d’un scavant jacobin est veritable ; quod non expedit civitati solos virtuosos [632] dominari ; nam cum omnes naturaliter honores appetant, moverent seditiones nolentes pati quod semper remaneant inhonorati170 ; il est bien vraisemblable que le commendant doibt se relascher quelque fois, et dissimuler quelque chose en faveur du vice, et des vicieux, pour satisfaire a ceste maxime, et tenir l’Estat en paix et en repos. Sanches celebre Docteur Jesuite allegue quelques Theologiens qui enseignent ; quod licet consulere aequale malum ad vitandum aequale ; et quod licet alteri consulere minus malum, ad vitandum majus171.

  • 172  Aristo. Politic., lib. 4, cap. 1.
  • 173  Contzen, polit., lib. 1, cap. 2, ss 5 et 6.

63Un auttre Jesuite Allemand assés considerable en ce genre d’escrire, et qui fait profession particuliere de censurer Machiavelle autant qu’il peult, dit instruisant l’Empereur auquel il desdie son livre, que ; in politicis disputationibus scio non posse, nec debere eam quae in phisicis, aut mathematicis adhiberi solet demonstrationem ; nolo Rempublicam platonicam, ille enim, qualis optari potest, civitatem nobis describit, non quae in hoc mundo, hoc est, malorum congerie improbitatis esse potest, neque enim de illis quae nunquam fuerunt, nec erunt[633]sed de rebus publicis quae sunt, aut esse possunt, sermonem instituam ; in quibus pauci optimi, multi mediocres, et magis extra vitia quam cum virtutibus, non pauci pessimi, qui solo timore legum continentur, nequè publicè sint criminosi ; aliam meliorem Rempublicam sol nec oriens, nec occidens unquam vidit, sed multas saepè deteriores. Statum ergo Reipublicae, ut rectè monet Aristoteles172, eum qui esse potest consideremus ; eumque si optimum facere non possumus, a pessimo tamen quam longissimè abducamus ; alioqui si talem Rempublicam unquam fuisse constaret, sperari etiam jam posset173. Puis finissant ce chapitre, il dit ; de Republica igitur acturus, ita rationes componam, ut statuam in ea multos esse malos, omnes autem bonos majore in periculo esse ne fiant mali, malos autem minore in spe, ut fiant boni, principem utrisque consulere oportere.

  • 174  Contzen, polit., lib. 5, cap. 4, ss 4-5-6.
  • 175  Instit. De raptu, ss inter eas. Et cod. de nuptiis, leg. nemini.
  • 176  Causa 35, quaest. 3.
  • 177  Cod. de raptu virg. Leg. unica.
  • 178  Cod. de Adulter. Leg. crimen ; et leg. castitati.
  • 179  Causa 31, quaest. 1, ss obauditur.
  • 180  Codic. De secund. nupt. leg. 1 et 2.
  • 181  1 ad Corinth. Cap. 7, vers. 39.
  • 182  ff de pactis, leg. iuris gentium.
  • 183  Extravag. de pactis., cap. 1. 22. quaest. 5 juramenti.
  • 184  ff de prevaricat. Leg. finali.
  • 185  St Thomas, 2, 2, quaest. 69.

64Et dans un auttre endroit de ce mesme livre, venant a la practique de nostre maxime, il pose pour fondement, que ; nulla lege civili mala ulla praecipi, aut defendi possunt, etiam[634]si pseudo-politici jactent id Reipublicae necessarium esse174 ; ce qu’il contredit par les exemples et les Authorités qu’il rapporte, puis qu’elles condemnent son jugement, et font voir que l’experience y est entierement contraire, n’y aiant rien de plus certain que nous avons quantité de loix, ou contraires a soy mesmes, ou opposées a la Divine ; ou permises dans la police de l’Eglise, et deffenduës dans la civile ; tesmoing celles ; quae concedunt filium germani unius posse copulare matrimonium cum filia alterius germani175 ; parce que la Loy Divine le deffend comme il est porté dans le decret de Gratian, au Canon ; progeniem176. Celles qui disent ; puellam raptam non posse contrahere matrimonium cum suo raptore177 ; ce que le Droict Canon permet et tolere au prejudice mesme des anciens Canons qui le deffendoient. Celles qui condemnent le mary qui retient sa femme apres l’avoir trouvée en adultere178 ; quia secundum Deum, et jura canonica potest illam tenere sine poena, modo velit ab adulterio recedere179. Celles qui nottent d’infamie, et d’auttres peines de Droict la femme qui se remarie pendant l’année du dueil de son mary180 ; contre la disposition [635] de l’Apostre qui permet le contraire ; mulier alligata est legi quanto tempore vir ejus vivit ; quod si dormierit vir ejus, liberata est ; cui vult nubat181 ; quand elle veult, et sans restriction quelconque. Celles qui disent ; hominem non teneri ex promissione nudo pacto, sine alia juris solemnitate, cum non oriatur inde actio182 ; quia secundum Deum et Canones mortaliter peccat recedens a pacto183. Celles qui permettent la lesion d’outtre moitie de juste pris entre le vendeur et l’achepteur. Celles qui permettent de corrompre les accusateurs pour sauver nos parens184, ce que la Theologie deffend185. Celles qui ne punissent point les sorciers, magiciens, et enchanteurs quoy que criminels de Leze Majesté Divine ; qui souffrent et tolerent les bordels, que Dieu condemne et deffend.

65Le Concile de Trente ordonne cent choses, que les ordonnances de France condemnent et rejettent avec comminations de peines. L’une de ces loix est bonne, et l’auttre improuvée, puis qu’elles sont ainsi opposées ; neant moins permises et usitées dans les Estats ou elles sont receuës, et apres cela, qu’est-ce, qu’accommoder les vices et les vertus [636] en cas de necessité pour le bien de l’Estat ? Cum ergo lex, dit ce mesme Jesuite, non circa solam justitiam versetur ; spectant enim illae praecipue bonum publicum, et humanam in civitate concordiam et felicitatem, ad quam in primis justitia necessaria est. Et un peu apres. Ratio autem firmissima sumitur ex fine, nam legis institutum est, felices facere cives suos, quod alia ratione fieri non potest, quam omnium virtutum observatione. Omnia enim peccata prohibere lex civilis potest, sed quia communitati se accommodat, in qua non omnia possunt puniri, ideoque nec omnia etiam convenit prohiberi, ideo quaedam dissimulat non approbando, sed quia humana potestas hominum vitiis impar est ; naturali tamen et Divina Lege omnia prohibentur, quia Deus et cognoscere, et ulcisci omnia potest. Non est materia Legis Civilis, quaelibet determinatio bonorum operum, neque enim Lex Civilis ardua jejunia, ad perpetuam castimoniam praecipere potest.

  • 186  Campanella, Atheismus Triumphatus, cap. 10.

66Un grand Jacobin de nos jours dans un livre tout particulier qu’il a fait contre Machiavelle, non seulement pour refuter sa politique, mais aussi [637] pour le faire passer pour Impie et pour Athée, demeure d’accord nonobstant la rigueur de ses invectives, que ; nulla Respublica prohibere potest vitia omnia, nec praecipere virtutes omnes186 ; ce qu’il emprunte de l’Apostre qui dit, que ; si diximus quia peccatum non habemus, ipsi nos seducimus ; adjoutant de plus, que ; Christus formavit Rempublicam quandam, sicut Plato suam, quae in mundo reperiri nequit ; ut, non jurare omnino ; non judicare ; non litigare, sed cedere et pallium petenti, tunicam ; non cogitare de chrastino ; non thesaurisare, non esse sollicitum quid manducabimus, &a qui est abolir, ou du moins mespriser le travail, negliger de conserver des biens pour la necessité, rejetter le labourage et la recolte, la deffence naturelle, et la conservation de ses biens acquis. L’Evangile veult aussi que nous vendions ce que nous avons pour le donner aux pauvres ; que nous nous chastrions pour le Roiaume des cieux ; que nous arrachions nostre œil s’il nous scandalise ; encore que n’avoir point de bien, ny rien de propre, c’est le moien d’oster les aumosnes, d’ensevelir la charité, et se rendre [638] sans misericorde envers le prochain, et les necessiteux.

67Neminem latet, dit le mesme Campanella, en reformant nostre Machiavelle, quod hodiè non vivimus secundum Legem Christi tantummodo sed secundum Civiles a Gentilibus derivatas ; comme sainct Bernard remarque en son livre, De Consideratione ad Eugenium ; quoniam nequitia et fragilitas Divinam Legem observare diffidunt ; confessi sumus, legibus humanis non omnia vitia prohiberi, eo quod major hominum pars imperfecti sumus, nec ad tantam reduci possumus rationabilitatem. Evangelium laudavit villicum iniquitatis, quoniam ex jam facto malo elicuit bonum ; non autem docuit facere mala, nec augere, sed remittere, et ad bonum trahere ; comme Platon, Aristote, et st Thomas enseignent.

  • 187  Le p. Senault, en son Monarq. Liv. 7. Disc. 4.

68Le plus recent de nos Theologiens qui a escript de la politique, dit que nous ne scaurions approuver ceste Republique dont Platon nous a fait l’idée, nous trouvons les loix qu’il luy a prescriptes trop severes, et nous nous mocquons d’un philosophe qui n’a pas consulté la corruption du siecle [639] dans le quel il escrivoit. Ciceron blasmoit les advis du jeune Caton, et quoy que cest orateur aimast la justice, il condemnoit la severité de ce grand homme qui opinoit dans la Republique Romaine, comme si elle eùt conservé son ancienne pureté.187

[Preuve 3 et derniere, tirée de la raison, et de l’experience des Autheurs profanes les plus suivis, et des politiques les plus approuvés]

  • 188  Joan Francis. Picus Mirandul. Lib. 1, de rerum praenotio. cap. 10.
  • 189  Fragment contre Machiavelle, fol. 77-78-79.
  • 190  Machia. en son Prince, chap. 18 et 25.

69Pour venir a nostre troisieme et derniere preuve, disons avec Socrate, que si les vertus sont des sciences, pour quoy le prince ne les appliquera-il, et ne les desbitera-il pas selon la suffisance et la capacité de ses sujets, et pour leur plus grand bien, proffit, et utilité ? S’il est vray que la superstition est quelque fois necessaire pour appuier la vraie Religion, il n’y a aucun doubte que le prince sage et prudent peult et doibt quand la necessité le requiert accommoder les vices et les vertus a son Estat, et s’escarter quelque fois du chemin ordinaire pour ne point eschapper une occasion importante et favorable au bien de la Republique ; voicy comme le Prince de la Mirande qui avoit la Doctrine, la practique, la naissance et la probité, en parle ; [640] et quamquam aliquando dictum appareat superstitionem Religioni aliqua ex parte convenire, verbi causa, cum eam, non nulli Religionem supra modum servatam, esse putarint ; revocare eo debemus mentem, translatione quapiam solere aliquando usurpari virtutum nomine et vitiorum ; et interdum, astutum prudentem dici ; et furentem hominem, fortem nominari188. Puis que mesme les hommes prives scavent donner couleur a leurs actions en couvrant adrettement ce qui y semble de plus rude et de plus deffectueux ; le prince seroit bien malheureux et bien grossier, s’il n’en pouvoit et n’en scavoit faire de mesme, estant le seul qui fait avec justice, ce que les auttres ne font qu’avec pretexte. Un nouveau [sic] politique de ce temps, et qui fait profession de censurer et de refuter Machiavelle avec apparat, dit189 ; que le Ministre particulier, ou confident du prince doibt estre homme de bien, mais a la mode de la Cour ; qu’il doibt avoir les vertus et qualités qui sont particulierement requises en un Ministre, mais qu’il n’est pas necessaire qu’il ait touttes les qualités [641] d’un homme si exactement scrupuleux et conscientieux, les quelles qualités au contraire on estime incompatibles avec les auttres ; en voicy la raison ; le Ministre dont nous parlons aiant a vivre prés de la personne du prince, et a estre emploié dans les affaires les plus grandes et les plus importantes de la Cour, doibt estre un tres excellent et tres accomply Courtisan ; or la principale qualité d’un Courtisan, et celle qui luy donne la forme, et qui est de son essence selon la plus commune opinion, est de scavoir bien faire ses affaires, qui est le but principal du Courtisan dés qu’il prend resolution de se jetter dedans la Cour, comme le but de celuy qui se jette dedans un cloistre est de faire son salut ; or celuy qui a ce but de faire ses affaires, il fault pareillement qu’il soit deliberé de les faire par les moiens qui peuvent servir a cela, et si quelqu’un vient a s’imaginer qu’il soit difficile de les faire avec sincerité, simplicité, et generosité, il faudra renoncer a touttes ces qualités, et prendre les contraires, puis que ce sont celles qui sont de mises en ce lieu la. Parce que touttes [642] les Cours estant corrompuës et au chef, et aux membres, ce seroit une impertinence d’y vouloir emploier un grand homme de bien, et qui viendroit d’un bon air. Le bien, dit nostre Autheur, n’est pas tousjours de mise, ny de saison, et bien souvent le prince qui le voudra mettre en œuvre pourchassera sa ruine ; car il y a des temps ou il fault necessairement user de mal, et de vice. Et pourtant le prince prudent doibt bien prendre garde au temps et a la variation du vent et de la fortune, et doibt se scavoir servir du vice a son proffit et avantage quand le temps le requiert. Auttrement s’il vouloit tousjours suivre la vertu et le bien, il y a des saisons si contraires a cela par le changement de fortune qu’il tomberoit incontinent en ruine. Il ne fault pas pourtant que le prince s’esloigne de la vertu, s’il luy est possible, mais ou la necessité le contraindroit, qu’il sache se servir du vice ; tout le monde void ce que tu semble estre, et peu scavent ce que tu es190.

  • 191  Senec. Episto. 116.
  • 192  Tacit. Annal. lib. 14.
  • 193  Tacit. Annal. lib. 14.
  • 194  Tacit. Histor. lib. 4.
  • 195  Dion, lib. 54.
  • 196  Tacit. in Agrico.
  • 197  Cassiod. Epistol. lib. 3, epist. 51.

70Les jeux, les balles, les comedies, les balets, les dances, les masquarades, les festins, [643] les bancquets ne doibvent point estre bannies des Cours des princes, ny des divertissemens de leurs sujets ; quoy que nos reformateurs nouveaux alleguent au contraire ; et que les moines et les Casuistes trouvent en ces esbats la source et l’origine de tous les maux et de tous les pechés qui entretiennent leur melancholie, et qui tourmentent leurs Consciences plus erronées, que timorées. Ces actions sont indifferentes de soy, louables a qui scait s’en acquitter de bonne grace, et vertueuses au prince qui s’en sert pour une bonne fin, et pour un plus grand bien. C’est par la qu’il se concilie l’amitie et la bienveillance du peuple, et qu’il entretient l’union et [la] bonne intelligence parmy eux ; Seneque dit, que tout ce qui fait rire, plaist au peuple, comme aux petits enfans ; vulgo sicut pueris, omne ludicrum in pretio est191. Et Tacite adjoute qu’il se baigne en plaisirs et divertissemens, et particulierement quand cela vient du prince ; cupiens voluptatum, et si trahat eo princeps, laetum192 ; disant que les anciens ne les mesprisoient point, [644] ains au contraire qu’ils s’esbattoient a voir les jeux publics ; nec majores abhorruisse spectaculorum oblectamentis193. Estant certain que les Romains ont plus gaigné sur leurs sujets par ces artifices de Theatres et de passe temps publics, qu’avec le bruit de leurs armes ; voluptatibus Romanos plus adversus subjectos, quam armis valuisse194. Pilades, charlatan tres renommé scavoit bien cela, quand il respondit a l’Empereur Auguste qui le tanceoit de ce qu’a son occasion le peuple s’esmouvoit a tout propos ; qu’il estoit expedient a son Estat que ses sujets s’amusassent autour de telles gens que luy ; expedit tibi, O Caesar, populum circa nos distineri195 ; à cause, comme remarque Tacite, que des esprits effarouchés et qui ne sont point radoucis par les plaisirs, sont dangereux dedans une Republique, et suspects a leurs seigneurs ; virtus, ac ferocia subditorum, ingrata imperantibus196. Ce que le sage et prudent Ministre d’Estat [politique] Cassiodore n’improuve point, mais au contraire le semble conseiller quand il dit ; paucos ratio capit, et raros probabilis oblectat intentio, [645] et ad illud potius turba ducitur, quod ad curarum remissionem constat viventium. Nam quicquid aestimat voluptuosum, hoc et ad beatitudinem temporum judicat applicandum ; quaepropter largiamur expensas, non semper ex judicio demus ; expedit interdum desipere, ut populi possimus desiderata gaudia continere197.

  • 198  Plutarq. en la vie de Romulus, et de Caesar. Quint. Instit. Orator. lib. 1, cap. 9. Ovidius, fasto (...)
  • 199  Montag. en ses Essais, livre 1, chap. 25.

71Voilà comme les princes peuvent et doibvent souffrir et tolerer, voire mesme estre de la partie de ces divertissemens publics et particuliers, a cause des grands biens qui en arrivent, sans avoir esgard aux petits desordres qui s’y rencontrent quelque fois ; attendu qu’il s’en commet souvent davantage aux Eglises, qu’a la commedie, a cause qu’on y est trop esclairé, et que la Devotion et l’hippocrisie sont de grands voiles pour couvrir les malices qu’on mesditte en tenant les quinze effusions en main, et les quinze joies de mariage au cœur et dans l’ame. Entre les jeux de recreation des anciens Romains, les lupercaux n’y tenoient pas le dernier rang ; et quand ils se celebroient plusieurs jeunes hommes [646] courroient tout nuds par la ville, et d’un foüet de cuir qu’ils portoient, frappoient en riant et s’esgaiant tous ceux qu’ils rencontroient ; mesme plusieurs dames de condition venoient au devant d’eux, et leur tendoient les mains ouvertes pour recepvoir quelques coups de leurs foüets, s’imaginant qu’estans ainsi frappées, celles qui estoient enceintes enfanteroient sans grande douleur, et celles qui estoient steriles, seroient renduës propres a la generation ; Justin dit, qu’Evander fut Autheur de ceste Religion et ceremonie198. Ainsi les Romains qui se picquoient d’une modestie tres grande, et d’une gravité tres particuliere, toleroient ces choses, tant pour le divertissement du peuple, que pour contenter l’imagination des femmes qui n’est pas peu puissante, ny peu considerable au fait de leurs accouchemens. En suitte de quoy Montagne dit dans ses Essais ; j’ay tousjours accusé d’impertinence ceux qui condemnent les comediens, et d’injustice ceux qui leur refusent l’entrée aux bonnes villes, et qui envient au peuple ces plaisirs publics. Les bonnes polices prennent soing d’assembler [647] les citoiens et de les rallier, comme aux offices serieux de la Devotion, comme aussi aux jeux et aux exercices ; la societé et amitie s’en augmente, et puis on ne leur scauroit accorder des passetemps plus reglés que ceux qui se font en presence d’un chacun, et a la veuë mesme du Magistrat ; et je ne trouverois raisonnable que le prince a ses despens en gratifiat quelques fois la commune d’une affection et bonté comme paternelle ; et qu’aux villes peuplées [populeuses] il eùt des lieux destinés et disposés pour ces spectacles199.

  • 200  Tacit. histor. lib. 4, cap. 10.
  • 201  Scipio. Ammi. en ses Disc. polit. Sur Tacite, liv. 8, disc. 5.

72A Rome il y avoit une gabelle sur les ruffiens et les putains que l’Empereur Alexandre Severe fit destiner aux reparations des theatres, amphitheatres, et des cirques ; et si cest impost estoit vicieux et honteux a l’Empire, et deshonneste a la police romaine, pour quoy fut il estably par les Empereurs et de telle sorte, que le peché qui se commettoit venant a estre approuvé par la loy de la gabelle, estoit tenu pour juste et legitime, ne plus ny moins qu’un auttre [648] traffic plus honorable et plus necessaire ? A quoy Tacite respond avec prudence et jugement que le repos et la felicité du peuple qui est un bien universel, ne se peult maintenir et conserver sans les armes, ny les armes sans la solde, ny la solde sans les gabelles ; que par consequent les gabelles sont un bien plus universel, que les paillardes et les ruffiens ne sont dommageables200 ; et de la on peult conclure, dit cest Italien reformateur pourtant de Machiavelle, que ce ne sera pas tant de mal que l’on crie, de permettre semblables libertés, affin de subvenir aux necessités de la Republique par le moien des gabelles qui s’en exigeront201 ; et tout cela n’est-ce pas accommoder les vices et les vertus au bien et a l’utilité de l’Estat ?

  • 202  Tite Live, lib. 4, Decad. 4.
  • 203  Senec. lib. 1 de clement. cap. 17.
  • 204  Petron. Arbitr., cap. 44.
  • 205  Epictet. in Enchirid. cap. 23.
  • 206  Simplicius, hic.
  • 207  Senec. Epist. 5.
  • 208  Idem, Espist. 48.
  • 209  Senec. Epistol. 117.
  • 210  Idem, lib. 2, de Ira, cap. 27.

73Nous avons monstré cy devant comme parmy les Grecs les hommes d’eminente vertu estoient tenus et reputés pour pernicieux a l’Estat, comme s’ils eussent aspiré à la Tirannie, et a l’oppression de la Liberté publique ; et par consequent, comme il est absoluement necessaire de s’accommoder a l’humeur de ceux que nous [649] avons a gouverner, de relascher quelque chose a leur violence, et de s’escarter quelque fois du chemin le plus battu, pour pouvoir se tirer de la presse ; et ne fault pas s’imaginer que le prince puisse tellement plaire a chacun, ny les contenter de telle sorte qu’il n’y ait tousjours quelque mescontent ; il doibt croire et s’arrester seulement la, que ; nulla lex satis commoda omnibus est, id modo quaeritur, si majori parti et in summa[m] prodest202 ; pourveu qu’elle profitte et qu’elle soit utile au general, c’est tout ce que l’on peult attendre et esperer de la loy la plus saincte et la plus religieuse qu’on scauroit faire, la Divine n’en fait pas davantage ; nullum animal morosius est, nullum majore arte tractandum, quam homo203 ; l’homme de tous les animaux est le plus difficile a gouverner et a contenter ; souvent il mesprise les choses qui luy sont les plus necessaires, pour courir apres celles qui luy sont aussi nuisibles, que deffenduës ; c’est une estrange humeur que la sienne, il est plus capable de rebellion, que d’obeissance, l’ignorance et l’inconstance sont les deux puissances [650] qui le gouvernent le plus, et apres cela que peut-on en attendre de bon et de solide ? Nec dubio ita est, si quis vitiorum omnium inimicus rectum iter vitae coepit insistere, primum propter morum differentiam odium habet, quis enim potest probare diversa ; nihil volunt inter homines melius credi, quam quod ipsi tenent204 ; ils n’approuvent que ce qu’ils font, leur appetit leur tient lieu de regle, pouveu qu’ils l’aiment, il est juste. Ceste insolence et ceste presomption a fait dire au plus religieux de tous les paiens que parmy ces desordres et ces confusions, les plus sages n’avoient auttre chose a faire que de se tenir tousjours fermes, et de bien representer leur personnage ; nostrum est, datam personam effingere205 ; parce dit Simplicius son commentateur, que nostre vie en ce monde est comme une comedie ou chacun tasche de jouer [representer] son personnage le mieux qu’il luy est possible206. Id agamus, aut meliorem vitam sequamur quam vulgus, non ut contrariam ; intus omnia dissimilia sint, frons nostra populo conveniat ; vita nostra temperanda est inter bonos mores, et publicos207 ; alteri minas [vivas] oportet, si vis tibi vivere208 ; [651] nous ne debvons au peuple que nostre exterieur, le dedans est tout a nous, et ne releve de l’Empire de qui que ce soit, et personne n’y peult pretendre sans injustice et Tirannie. Les contenances du sage ne doibvent pas estre si severes qu’elles ne donnent quelque chose a l’humanité, pour apprivoiser les auttres il ne fault pas tousjours condemner tout ce qu’ils font, outtre qu’il est bien difficile qu’on n’eschappe bien souvent a soy mesme ; nos homunciones sumus, omnia nobis negare non possumus209 ; et de plus ; quis est iste qui se profitetur omnibus legibus innocentem ?210 Quis est hic, dit l’Apostre, et laudabimus eum ? Qui est cest unique qui n’a jamais transgressé, ou est cest homme Divin affin qu’on luy dresse des autels, ou est ce criminel affin qu’on le juge et qu’on luy face conestre son erreur et son aveuglement ?

  • 211  Machia. en son Prince, chap. 15.

74Et si l’Anti-Machiaveliste Ammirato, enseigne que c’est une regle generale d’Estat, receuë et approuvée de tous les politiques, qu’il fault postposer sa propre reputation au bien publique ; qu’est-ce a dire auttre chose sinon, qu’il fault [652] que le prince accommode les vices et les vertus à l’Estat, c’est a dire ses actions a l’humeur du peuple, qui pour l’ordinaire aiant le goust despravé ne recoit et n’approuve que les choses les plus deffectueuses, et ne se laisse gouverner que suivant son caprice, la raison luy est tousjours suspecte ; outtre, dit notre Autheur, que si l’on considere bien de tout, quelque chose se rencontrera avoir apparence de vertu, qui toutte fois estant suivie, sera cause de destruction ; et au contraire, une auttre qui semblera vice, la practique de la quelle moiennera l’assurance et fidelité du prince211.

  • 212  Sextus Empiri. Advers. Mathema. Lib. 10.
  • 213  St Hiero. Lib. 1 Comment. In cap. 5 Math.
  • 214  Platon.
  • 215  Piccolomini, de morib. In introd. cap. 11.
  • 216  Aristot. Lib. 2, Ethico.
  • 217  Herodian. Hist. lib. 2.

75De plus, si la vertu ne consiste que dans l’utilité, comme dit Sextus Empiricus avec beaucoup de raison212, quel mouvement plus puissant et quelle obligation plus grande pour porter le prince a gauchir quelque fois, pour le bien et l’utilité de son Estat ; si gauchir on peult quand on cause des biens et des proffits, que les actions les plus justes n’oseraient se promettre ny entreprendre, puis que suivant St Hierosme mesme, non virtus, sed causa virtutis apud Deum merce[653]dem habet213. Quand Dieu nous donne son paradis, il ne regarde point comme nous avons vescu, mais comme nous sommes morts, c’est la bonne fit [fin] qui fait tout, ceux qui arrivent au port apres une grande tempeste, sont plus guais et plus joieux, que ceux qui s’y trouvent par un vent favorable. Quand un petit vice a causé une grande vertu, et un petit mal un grand bien, il fault necessairement que ce principe s’efface, auttrement le repentir ne pourroit prendre la place du peché, et nos faultes ne trouveroient jamais de pardon dans la penitence. Tous les philosophes sont d’accord que la vertu ne tire pas sa perfection de soy, mais de l’action qui en provient, ce que st Hierosme a souscript cy dessus ; de sorte qu’il ne la fault pas tant regarder en soy, que hors de soy, et dans son operation ; ainsi il ne fault pas s’en chercher comment le prince a causé ce bonheur, mais seulement le gouster doucement, et luy donner l’approbation que le soulagement que nous en recepvons demande de nostre reconessance. Davantage, il est certain, ou toutte [654] l’Eschole et toutte la philosophie [politique] se trompent, que la vertu n’est pas, ny l’object, ny le but principal, ny le fondement du Gouvernement Civil, parce qu’elle regarde plus celuy qui la possede, et luy est plus propre et plus avantageuse, que non pas a ceux qu’il convient gouverner et policer exterieurement, ou le bien publique en general est plus necessaire, plus considerable, et plus recommendable, que non pas la vertu particuliere qui ne regarde que son possesseur et n’est utile ny profitable a personne qu’a luy. Quand Platon veult que la vertu ne soit auttre chose, que prudence214, ne veult il pas aussi par une consequence infaillible, que le prince l’applique et la desbitte selon que le bien et l’utilité de son Estat le requerera ; elle n’est pas faitte seulement pour la Republique interieure et qui ne se void point, il fault qu’elle s’accommode a l’exterieure, et que les branches se tiennent tousjours a leur tronc. De plus il y a quantité de vertus heroiques qui sont purement humaines, et qui ne participent en rien que [655] ce soit a la saincteté ; elles sont communes aux paiens, comme aux chrestiens, tirant tout leur esclat de l’action, ou de la condition de ceux qui les font ; ce qui fait bien voir que la vertu civile et politique, est bien plus noble et plus universelle, que celle qu’on attache a la seule Conscience des particuliers ; vitia enim, non secus ex eventu a civili considerantur, quam a medico morbi et venena215. Aristote dit, que la vertu n’a pour object que les entreprises haultes et relevées, et qu’elle ne s’attache qu’aux choses grandes et difficiles ; virtus circa difficile versatur216 ; or chacun scait que l’art de regner, est le mestier des mestiers, le plus noble, le plus important, et le plus glorieux qui soit entre les hommes ; et qu’ainsi la vertu du prince ne va du pair avec celle de qui que ce soit, qu’elle est la premiere et la plus excellente de touttes, et la seule qui sert de baze a l’Estat, et qui est comme son pole et son appuy. C’est elle qui est obligée d’avoir tousjours l’œil sur le bien publique, et qui est souvent contrainte de faire [656] beaucoup de choses qui semblent n’avoir pas touttes les circonstances d’une equité exacte et ordinaire. Et parce que la droitte raison n’y a pas toujours le dessus, il fault quelque fois emploier la forse, comme dit Ciceron qui a si long temps gouverné l’Empire Romain, a cause que l’honnesteté de [et] la justice est, ou la necessité et l’utilité publique appelle ; et quelque mauvaise odeur qu’on puisse avoir du prince, qui est fin, trompeur, et dissimulé, pourveu que ses actions procurent le bien public, l’affection des sujets rabat et dissipe [hume] tout le venin qu’il y pourroit avoir. Si les souverains vouloient tousjours examiner la justice de leurs guerres, combien de belles occasions perdroient ils de s’aggrendir ? Que s’ils ne permettoient a leurs soldats beaucoup de friponneries et d’abus, leurs armées demeureroient sans hommes, et sans victoires. En quel danger se mit l’Empereur Pertinax pour avoir voulu reformer les siens, et leur deffendre les pilleries et violences aux quelles ils estoient accoustumés ; si quidem a rapinis injuriisque, ad temperatum vitae cultum revocati, ac mitem illam, civilemque gubernandi rationem, in contumeliam [657] suam ac dedecus accipientes, ut ex qua licentiam sibi ademptam intelligerent, nullo jam pacto rectorem hujusmodi tolerandum statuebant217.

  • 218  Le Pippre, chap. 11.
  • 219  Senec. in Hercul. Oete.
  • 220  Aristo. Politic. Lib. 5, cap. 11.
  • 221  Senec. in Thieste.

76Un Espagnol approuvé de la ste Inquisition de sa province, dit dans une de ses intentions morales et civiles, que chacun scait que la prudence ne s’accorde pas tousjours avec la justice, et que la necessité fait aucune fois trouver juste, tout ce qui est utile au bien public ; necessitas interdum fieri jubet, bono magis exemplo, quam concesso jure218. Aux affaires confuses et desplorées un prince ne doibt pas suivre ce qui est beau a dire, mais ce qui est bon a faire, et necessaire d’estre executé ; il fault laisser la speculation, et tant de belles distinctions aux particuliers qui n’ont auttre chose a faire qu’a examiner les actions des princes, et trouver a redire a des choses qu’ils ne conessent point. La necessité qui est le grand support et l’excuse legitime de la fragilité humaine, est par dessus, et enfraint touttes sortes de loix ; et celuy qui ne fait mal que par contrainte, et pour une bonne fin, n’est guerres meschant ; necessitas [658] magnum imbecillitatis humanae patrocinium, omnem legem frangit ; nec est nocens quicumque non sponte est nocens219. Si le prince ne peult estre du tout bon, suffit qu’il le soit a demy, et qu’il ne soit pas du tout meschant ; aut planè bonus sit, aut semi bonus ; nec malus omnino, sed semi malus220. Il est impossible pour quelque juste et vertueux qu’il soit, qu’il ne commette quelque injustice ; fieri non potest, quin etiam optimi principes, ut nunc rerum status est, iniquè aliquid agant ; dit Democrite. [C’est s’arracher une dent pour avoir du repos, et coupper un membre a son enfant, pour luy sauver la vie.] Seneque le Tragique enseigne [dit], que quand un prince ne peult commettre, que ce que l’honneur luy veult permettre, [qu’] il n’est prince qu’a demy, et par emprunt ; ubicunque tantum honesta dominanti licent, precario regnatur221.

  • 222  Lipse, lib. 4. Civil. Doctri. cap. 13. Ex Cicero in Oratio pro Marco Coelio.
  • 223  Cassiod. Epistol. lib. 9, Epist. 9.
  • 224  Picolomini, de moribus, gradu 10, cap. 2.

77L’un des plus sages et des plus grands personnages de nostre temps, et qui a si heureusement rencontré dedans les preceptes de gouverner les Estats, dit que selon son jugement qui n’est pas a mespriser, il n’est pas tousjours [659] requis que la vraie et droitte raison ait le dessus dedans les actions d’un prince ; ses termes sont beaux ; ne tantopere quaeso mirentur, aut indignentur, si nobis arbitris, non superet semper vera illa et directa ratio222. Ce qu’il semble avoir tiré des politiques de Plutarque, qui dit ; qu’il est necessaire de faire injustice en destail et aux pettites choses, pour pouvoir conserver la justice qui se doibt rencontrer dedans les grandes et les importantes ; disciplina imperandi est amare quod multis expedit223 ; tout est vertu dedans les actions du souverain quand il use de sa puissance legitime, mais il est vray aussi qu’elles ne sont pas touttes egalement parfaittes. C’est pour quoy le morale Picolomini conclut pour le prince, ses Ministres, et ses sujets, que ; cum in terris Respublica ex omni parte rectè formata minimè reperitur ; cum autem probus civis praesentem suae Reipublicae statum tenatur diligere, et eum pro facultate servare, et legibus ejus obedire ; frequenter cogitur ea agere, quae cum absoluta probitate pugnant. [660] Bonus civis propterea dicitur talis, quia paret legibus suae Reipublicae, obedientia autem etiam sine virtute servari potest, cum ea non sit virtus, sed via potius ad virtutem et habitum ejus ; quare civis potest esse probus sine habitu virtutis moralis, sine qua vir absolutè probus minimè esse valet224.

  • 225  Montagne, en ses Essais, liv. 3, chap. 1.
  • 226  Cicero. Officio. lib. 3.
  • 227  Senec. Epistol. 82.
  • 228  Senec. epist. 95.
  • 229  Senec. de brevit. vitae, cap. 15.
  • 230  Idem, De Benific., lib. 2, cap. 18.
  • 231  Diogen. Laert. lib. 6.
  • 232  Senec.
  • 233  St Augustin de verbis, sermon. 13, cap. 6.

78Montagne dit225, qu’il y a des vices legitimes, comme plusieurs actions illegitimes, quoy que bonnes et excusables ; la justice en soy naturelle et universelle, est auttrement reglée et plus noblement que n’est ceste auttre justice speciale, nationale, et contrainte au besoing de nos polices ; veri juris, germanaeque justitiae solidam et expressam effigiem nullam tenemus, umbra et imaginibus utimur226. Apud sapientem sunt ipsa honesta, apud vulgum simulachra rerum honestarum et effigies227 ; c’est pour quoy le sage Dandamis entendant reciter les vies de Socrates, Pitagore, et Diogene, les jugea de grands personnages en touttes auttres choses, mais trop asservis a la reverence des loix ; pour les quelles authoriser et seconder la vraie vertu a beaucoup a se [661] desmettre de sa vigueur originelle, et non seulement par leur permission plusieurs actions vicieuses ont lieu, mais encore a leur suasion ; ex senatus consultis, et plebis scitis scelera exercentur228 ; comme nous avons fait voir cy dessus. N’y ayiant que le seul sage exempt des loix des hommes, parce qu’il est le seul qui en peult donner aux auttres, et n’en recepvoir de personne ; sapiens solus, generis humani legibus solvitur, omnia illi saecula, ut Deo serviunt229. Sapiens animum in potestate habet, legem sibi quam vult dicit, et quam dixit servat230. Antistenes soustenoit puissamment que le sage n’estoit point obligé aux loix des hommes, et qu’il n’en conessoit point d’auttres que celles de sa vertu ; sentiens, non ideo quid faciendum aut vitandum quia leges jubent aut vetant, sed quia ipsa ratio dictat hoc esse honestum, illud turpe ; leges non omnia praescribunt, at virtutis regula docet ubique quid sit honestum, quid turpe ; coacta virtus, virtus non est231. Il luy permet de plus d’aimer et de faire a sa mode tout ce qu’il trouve a propos sans s’arrester aux loix, a cause qu’il est plus sage qu’elles, et qu’il a plus de conessance de la vertu. Quelque bonne minne que nous facions nous n'avons [662] garde de pouvoir estre gens de bien selon Dieu, puis que nous ne le scaurions estre selon nous ; l’homme s’ordonne a soy mesme d’estre necessairement en faulte, en quoy il tesmoigne qu’il n’est guerres fin de tailler son obligation sur le model d’un auttre [estre] que le sien, qui pourroit l’accuser d’injustice de ne point executer ce qu’il lui est impossible de faire. La vertu destinée aux affaires du monde, est une vertu a plusieurs plis, artificielle, et meslée ; et fault qu’elle soit ainsi pour se joindre a la foiblesse humaine ; elle n’est pas droitte, constante, ny purement innocente. Les annales reprochent encore maintenant a quelques uns de nos Rois de s’estre trop simplement laissé [laissés] aller aux conscientieuses persuasions de leurs confesseurs ; les affaires d’Estat on [ont] des preceptes plus hardis, ces bons peres negligent trop ceste science, et comme ils la trouvent toutte auttre que celle de leurs Escholes, ils ont autant de peine de s’y jetter, que de l’approuver. Les vertus scholastiques et novices sont niaises, ridicules, et dangereuses au maniement des affaires publiques. Il fault que celuy qui [663] parmy la presse gauchisse, qu’il serre ses coudes, qu’il recule, ou qu’il avance, voire mesme qu’il quitte le droict chemin selon ce qu’il rencontre. L’homme d’Estat est obligé de vivre non selon soy, mais selon auttruy ; non selon ce qu’il se propose, mais selon ce qu’on luy propose, selon le temps, selon les hommes, et selon les affaires. Platon dit, que qui eschappe ses braies nettes des intrigues du monde, c’est par hazard et par miracle. L’innocence civile se mesure selon les lieux et les saisons ; on peult regretter les meilleurs temps, mais non pas fuir le present ; on peult desirer des occasions plus saines et plus favorables, neant moins il fault sortir de celles qui nous environnent. Aristippe [Aristippus] ne songeoit qu’a gouverner son corps, comme s’il n’eut point eù d’ame ; et Zenon ne songeoit qu’a son ame, comme s’il n’eut point eù de corps ; et tous deux mancquoient en cela. Pitagore a suivy une philosophie toutte contemplative, Socratte mettoit la sienne dedans les mœurs, et dedans les actions, et Platon a composé la sienne de ces deux la. Les stoiciens veulent que le sage parfait soit aussi expert et entendu a l’usage [664] des voluptés et des plaisirs, qu’en tous les auttres debvoirs de la vie, la Nature nous y convie, nostre raison nous le conseille, et nostre appetit nous y porte. La philosophie qui conoit la portée du sage, dit que touttes actions luy sciéent bien, et qu’elles l’honorent egalement. La grandeur de l’ame ne gist point a tirer tousjours en hault, il fault scavoir se ranger et se tenir dedans ses bornes, elle tient pour grand tout ce qui est moderé, et monstre sa perfection en aimant les choses qui ne surpassent point son pouvoir ny sa conessance ; n’y aiant rien de si beau, de si glorieux, ny de si legitime, que de bien faire l’homme en touttes nos actions, puis que nostre plus grande maladie et la plus dangereuse est de mespriser nostre estre ; magnam rem puta unum hominem agere232. Il est vray que l’intemperance est la peste des voluptés, mais il est vray aussi que la temperance n’est pas leur fleau, mais leur assaisonnement ; il n’y a que l’excés qui altere nos actions et qui les rende blasmables, et y en a peu qui soient telles de soy. Si quelque [665] plaisir nous chatouille, il ne nous fault pas abandonner aux sens, mais y associer nostre ame et nostre raison, non pas pour s’y engager, mais pour s’y esgaier ; non pas pour s’y perdre, mais pour s’y retrouver ; suivant st Augustin qui dit, que ; qui velut summum bonum, laudat animae naturam ; et tanquam malum, naturam carnis accusat ; profecto et animam carnaliter appetit, et carnem carnaliter fugit, quoniam id vanitate sentit humana, non veritate divina233 ; Aristote aiant soustenu [soustient] qu’un homme prudent et juste, peut estre intemperant et incontinent.

  • 234  Tacite, lib. 1, cap. 8 et 9.
  • 235  Montagne, en ses Essais, liv. I, chap. 25.
  • 236  Horat. Epist. 25.
  • 237  Brusonius, lib. 7, cap. 2.
  • 238  Senec. de Benef. lib. 4, cap. 9.

79Il fault qu’un homme sache et puisse faire touttes choses, mais qu’il n’aime a faire que les bonnes, affin qu’on ne dise pas de luy ce que Tacite dit de l’Empereur Galba, que sa vertu estoit plus redevable a son impuissance, qu’a sa temperance ; magis extra vitia, quam cum virtutibus234. Le prudent s’accommode a touttes humeurs, nations, et compagnies, voire aux desreglemens et aux excés si la necessité le requiert et luy contraint. Les philosophes blasment Callisthenes [666] d’avoir perdu la bonne grace du grand [d’] Alexandre [le grand] son Maistre, pour n’avoir pas voulu boire d’autant avec luy235. Le Ministre rira, follastrera et se desbauchera avec son prince quand il sera besoing ; et fault qu’en la desbauche mesme il surpasse en vigueur et en fermeté ses compagnons, et qu’il ne laisse a faire le mal, ny a faulte de force, ny de science, mais a faulte de volonté seulement ; multum interest utrum peccare quis nolit aut nesciat. J’ay souvent remarqué avec admiration la Nature admirable [merveilleuse] d’Alcibiades de se transformer si aisement en tant de sortes de facon sans interresser sa santé, surpassant aujourd’huy la pompe et la somptuosité persienne, demain l’austerité et la frugalité lacedemonienne, aussi reformé en Sparte, que voluptueux en Ionie ; omnis Aristippum decuit color, et statu, et res236. Quand il estoit a Athenes, il faisoit l’orateur et le philosophe, avec les Lacedemoniens il se monstroit austere et severe en sa vie ; avec les Thraces, il s’exerceoit non seulement a monter a cheval, mais aussi a bien boire. On dit du vieux Caton ; huic versatile ingenium, sic pa[667]riter ad omnia fuit, ut natum ad id unum diceres, quodcunque ageret. L’usage est plus receu au monde et a la Cour, que non pas les loix, ny les ordonnances ; par exemple qui voudroit juger du poinct d’honneur, ou de la justice d’un appel selon les termes du palais, ou les regles de la Conscience, il passeroit pour ridicule et impertinent ; en ces occasions il fault se reduire a ce qui se practique, et suivant cela former sa resolution et son jugement. Pittacus Mitilenien estant interrogé ce qui estoit de meilleur et de plus juste parmy les hommes, respondit, que c’estoit de scavoir s’accommoder aux temps et aux occasions, et de bien reussir aux choses que nous entreprenions ; quod in praesentia occurrit, bene agere237. Et Seneque enseigne, que les choses honnestes et legitimes n’ont auttre fondement que l’usage et l’approbation des hommes ; honestum propter nullam aliam causam, quam propter usum sequimur238.

  • 239  Tacit. Annal., lib. 13.
  • 240  Aristophanes.
  • 241  Ammian Marcellin, lib. 23.

80Burrus, et Seneque deux sages et vertueux Courtisans, aiant estés choisis pour eslever la jeunesse de Neron, reconessans ce que ce naturel ne pouvoit [668] estre rangé au bien, mais au contraire qu’il estoit entierement porté au mal et a l’incontinence, en danger de causer dans les familles de Rome plusieurs adulteres et scandales ; se resolurent de luy donner pour assouvir ceste passion desreglée, une affranchie qui retient [retint] quelque temps sa fureur et son intemperance, couvrant ses amours sous la poursuitte qu’ils faisoient faire par un des amis de Seneque nommé Enneus Serenus, sous le nom du quel Neron faisoit des presens a ceste femme239. Dans touttes l’antiquité personne n’a laissé de plus beaux enseignemens que les sept sages de Grece ; et dedans la mesme antiquité il n’y a point eù de Tirans plus injustes ny plus inhumains que ceux d’entre eux qui ont regné ou gouverné l’Estat. Aristophane dit, que les pithagoriciens se servoient de la frugalité et parsimonie plustost pour s’accommoder a leur pauvreté et necessité, que pour aucun desir de vertu qui fut en eux, estans bien aise de faire bonne chere aux despens d’auttruy240. Festinus compagnon de Maximin sous l’Empereur Valentinan avait gouverné l’Asie avec beaucoup de [669] douceur et de reputation, blasmant les cruautés et calomnies dont Maximin usoit envers plusieurs pour s’avancer ; et voiant que par ce moien son Compagnon avoit esté fait general des trouppes pretoriennes qui estoit la plus haulte dignité apres celle de l’Empereur, il se resolut de changer d’humeur, et de commettre plusieurs cruautés et injustices, reconessant combien sa douceur et sa vertu luy estoient contraires, et dommageables241.

  • 242  Cicero.

81Puis donc que les hommes par leur aveuglement ne se peuvent entierement paier d’une bonne monnoie, il y fault encore emploier la fausse ; ce moien a esté practiqué par tous les legislateurs, et n’y a point de police ou il n’y ait quelque meslange, ou de vanité ceremonieuse, ou d’opinion mensongere qui sert comme d’une bride a tenir le peuple en obeissance et en debvoir. Et c’est pour cela que la plus part ont leur origine et leur commencement fabuleux, et enrichis de misteres surnaturels [supernaturels]. Ciceron parlant du moien qu’il tenoit a gouverner le peuple, dit ; populo imposuimus, et oratores visi sumus242 ; on luy fait accroire ce que [670] l’on veult, pourveu que petit a petit on le mene au poinct qu’on attend de luy. Il approuve touttes les choses qu’on scait luy desguiser adroittement [adrettement], il se contente de la simple opinion pour toutte connessance de cause ; pouveu qu’un prince ne mancque pas de pretexte, il ne mancquera jamais de raison ; l’approbation ne se donne pas toujours aux choses les plus justes, et la difficulté qu’on a de les conestre, fait qu’on n’en juge souvent que confusement et temerairement.

  • 243  Quint. Curti., lib. 5.
  • 244  Tacit. in Agrico. Cap. 4.
  • 245  Tacit. Annal. lib. 13, cap. 2.
  • 246  Idem, histo. lib. 1, cap. 1 et Annal, lib. 13, cap. 5.

82Il ne fault point effaroucher les esprits, ny les porter d’une extremité a l’auttre ; quand les femmes de Babilone se trouvent es bancquets, elles y paroissent modestement vestuës, mais peu a peu elles ostent leurs habits piece apres piece, et enfin se despouillent touttes nuës, ce que se fait non pas par les putains publiques, mais par les meres de famille, et par les hommes aussi les plus retenus ; puis appellent entregent et bonne grace ceste prostitution de leurs corps243. Quand le prince se sert du vice pour le bien et l’avantage de son Estat, il ne fault pas qu’il se descouvre tout d’un coup, mais seulement avec le temps [671] en faisant conestre l’utilité plustost que le moien qui la fait naistre ; et surtout qu’il tesmoigne tousjours que son intention tend [tousjours] a la vertu, et qu’il n’a auttre but, ny auttre dessein que le soulagement et la conservation de ses sujets. Il y a un proverbe qui dit, acquerés la reputation, et puis reposés vous. Tacite fait grand fond sur ceste maxime, et la conseille comme tres necessaire, disant en parlant d’Agricola ; non ignarus instandum famae ac prout prima cessissent, forè universa244. En un autre endroit racontant comme Domitius Corbulon se comportoit lors qu’il estoit Gouverneur du Roiaume d’Armenie, dit, qu’a son evenement il butta principalement a acquerir une bonne reputation ; ut famae inserviret, quae in novis coeptis validissima est245 ; a cause que la reputation estant une fois perduë, tous les malheurs qui naissent d’une mauvaise fortune, sont imputés a la faulte de celuy qui en est innocent ; inviso simul principe, seu benè, seu malè facta praemunt246 ; depuis qu’un prince a perdu sa reputation, tout ce qu’il fait, soit bien, soit mal, luy est [672] tousjours a charge.

  • 247  St Paul, ad, [sic]

83Le Prince doibt estre pieux et religieux autant avec science, qu’avec Conscience, crainte de prendre le faux pour le vray, la ceremonie pour l’effect, et la superstition pour la Religion ; ce qui luy causeroit de tres grands malheurs, et le mettroit en proie aux hipocrites ; parce que si la Devotion n’est bien fondée et son zele bien reglé, il est impossible de pouvoir croire ny s’imaginer les maux qu’il peult faire et causer. Premierement il se laisse surprendre, et puis apres il surprend les auttres, ny aiant rien de plus certain qu’en matiere de Devotion les plus fins et les plus habiles s’y trouvent souvent pris et attrappés. Plusieurs croient estre grandement devots, s’ils sont grandement ignorans en ce qui concerne la Religion ; captivantes intellectum ad obsequium Christi [fidei]247 ; de quoy ils se rapportent entierement aux gens du mestier, qui puis apres estans gaignés et practiqués les menent par un beau chemin. Chacun scait les miseres ou plusieurs princes tres sages et tres advisés d’ailleurs sont tombés, faulte d’avoir [673] entendu ceste Cabale. C’est maintenant un mestier que la Devotion, il fault grande addresse et beaucoup de finesse pour s’en bien servir, et la bien desbitter. Chacun l’enseigne a sa mode, les plus fins et les plus matois scavent bien ce qu’elle vault, et ce qu’elle peult quand elle est bien mesnagée. En touttes auttres affaires on se peult instruire et conseiller, on peult changer d’advis et conestre son erreur ; mais en ce qui regarde la Devotion, il y en a peu qui changent quand une fois ils sont preoccupés. Il fault du temps et de la science, et n’est point aisé d’effacer de l’esprit d’un homme ce que la superstition y a une fois empreint et imprimé. C’est une maladie qui est dans les esprits, une corruption qui est dedans l’ame, et de la quelle on void peu de gens qui guerissent, et principalement quand elle est inveterée ; a cause qu’il n’y a personne qui croie estre plus sain que ceux qui couvent et qui sont touchés de ceste peste incurable, ce qui fait qu’ils negligent les remedes, et qu’ils croient les medecins plus malades qu’ils ne sont dedans leur erreur, et leur aveuglement.

  • 248  Machia. en son prince, chap. 15.

84[674] Je scais bien que je me suis un peu estendu sur ceste maxime, et l’ay fait a dessein comme estant la plus morale, la plus necessaire, et la seule qui comprend touttes les actions des hommes qui sont enfermées et bornées par les liens du vice, ou de la vertu. Je n’ay point en cest endroit, non plus que dans les auttres de ce livre, suivy la façon commune et ordinaire de raisonner, ny attaché aux opinions que je ferois moins de difficulté de suivre entre particuliers, et ou mon interest se trouveroit seul engagé sans prejudicier a celuy du public. Les fonctions des Rois, et des souverains sont si differentes de celles des auttres hommes, le bien general est si privilegié a comparaison du privé, la facon de gouverner les hommes est si importante et si difficile ; qu’il fault estre incapable d’obeir et de commender, et indigne d’estre prince et sujet, pour ne point advouer que le souverain peult et doibt accommoder les vices et les vertus au bien et a l’avancement de son Estat. Et puis que mon intention est, dit Machiavelle, de proposer enseignemens profitables a celuy qui les entendra, il m’a semblé plus per[675]tinent de me conformer a la verité effectuelle de la chose, qu’a l’imagination d’icelle. Plusieurs ont figuré des Republiques et des Monarchies, dont il ne s’en vit oncques en nature de semblables ; parce qu’il y a si grande difference (notate verba) de ce que l’on fait, a ce qu’on debvroit faire ; que qui mesprisera ce qui se fait, pour ce qui se debvroit faire, apprend plustost sa ruine, que sa conservation248. Et Gaspard d’Auvergne traducteur de ce livre, dit en son epistre liminaire, que plusieurs Autheurs ont figuré en leurs escripts je ne scais quelle perfection de prince, non imitable a tous les humains, pour la fragile condition de ceste nature ; ou au contraire Machiavelle a voulu accommoder la forme de ses preceptes seulement a ce qui est sujet a l’experience, et la plus commune facon de faire dont les princes les plus sages ont usé ; estimant estre chose fort inepte de monstrer un chemin par ou l’on ne va point, pour laisser celuy qui est battu de tout le monde. Telle est la loy du monde qui est naturellement vicieux de n’y pouvoir longuement prosperer, mesme [676] en ses souveraines Dignités, sans scavoir s’aider du vice au besoing, pour l’occasion cessée, retourner incontinent a la vertu.

  • 249  Tacit., histor. lib. 1.
  • 250  Ibidem, lib. 3.

85Les plus grands hommes, et ceux qui ont le mieux conù le naturel des peuples, et la facon de les bien gouverner, sont tous dans ce sentiment, tesmoing Tacite qui descrivant l’humeur des Courtisans, dit qu’ils sont ; malis bonisque artibus mixti, nimiae voluptates cum vacat, quoties expedit magnae virtutes249 ; adjoutant en un auttre endroit, que ; plerique non virtutibus ut boni, sed quomodo pessimus quisque, vitiis valent250.

  • 251  Idem, Annal. lib. 3.
  • 252  Tacit. histor. lib. 1.
  • 253  Idem, Annal. lib. 1 et 3.
  • 254  Idem, histor. lib. 1 et 4°.
  • 255  Idem, Annal. lib. 1.
  • 256  Clapmari. De Arcanis rerum public. lib. 4, cap. 4.

86Tous les meilleurs politiques demeurent d’accord qu’il fault dissimuler certains abus, et auttres vieilles coustumes erronées qu’on ne peult abolir ny supprimer tout d’un coup sans trouble et sans desordre ; vitiis adultis connivendum aliquando ; quia cum mediocribus remediis his malis resisti non potest, nescio an suasurus sim omittere potius praevalida et adulta vitia quam hoc adsequi ut palam fieret, quibus[677]flagitiis impar princeps sit, qui non Aedilis, aut praetoris, aut consulis partes sustinet ; majus aliquid et excelsius ab eo postulatur251. Disant en quelque endroit de son Histoire ; quod pars sapientiae est, quoquo modo acta, si mutari non possunt, comprobare252 ; et imminentem necessitatem spontè praevenire ; outtre que ; non expedit gravioribus remediis restringuere, quod paulatim exolescit ; inest enim rebus cuntis quidam velut orbis, ut quem ad modum temporum vices, ita morum vertantur253 ; et nocuit semper antiquus rigor, et nimia severitas, cui jam pares non sumus ; nam vitia erunt, donec homines ; sed neque haec continua ; et meliorum interventu pensantur254. Saepè multa jubentur bono magis exemplo, quam concesso jure255. Pompeius Censor factus, dum nimis severè vulgi mores inquirit, et graviora remedia, quam delicta erant, inducit ; et ea quae armis tuebantur, armis amisit ; parce que, dit Clapmarius ; hujusce modi morbi pro valetudine Reipublicae curandi sunt256 ; qui est un deffault que Tacite remarque en Galba ; qui dum nimium[678]honestatis retinens esse studebat, seque, et Rempublicam multum afflixit, quia ad hanc formam caetera non erant. Estant certain comme il a dit ailleurs que ; habet aliquid ex iniquo omne magnum exemplum, quod contra singulos utilitate publica rependitur. Plutarque ne craignant point de conseiller ; ut a justitia in parvis rebus nonnunquam abeas, si salvam eam voles in magnis. Et Caton dit, que ; nulla lex satis commoda est, id modo quaeritur, si majori parti, et in summa prodest. Ce qui a fait dire a Clapmarius cy dessus allegué, que ; minimè contradicunt haec jura Legi Divinae, caetero quin non essent iura, sed flagitia ; sicut enim jura belli, jura fisci suos certos habent terminos, e quibus si evagantur, non amplius jura sunt, sed summa injustitia ; ut si fiscus omnia rapiat, si naturae vis inferatur, jus Gentium ac Divinum violetur ; sic etiam iura Dominationis suos certos habent limites,e quibus si excurrunt, et in vitiorum confinia atque possessiones involant, non amplius jura sunt, sed scelera et dominationis flagitia ; quapropter huic juri duos terminos statuo, religionem et fidem, quae si integra maneant, nihil prohibet nonnumquam[679]a communi jure recedere pacis ac quietis causa.

  • 257  ff. de manumissio. leg. 4.
  • 258  Tite Live, lib. 42.
  • 259  Tacit. Annal. lib. 3.
  • 260  err. Ms : poteram (le texte de Semplicius permet de rectifier) [NdR]
  • 261  Simplic. in cap. 34. Enchirid. Epicteti.

87Le juriconsulte Ulpian parlant de ceste maxime, et comme il fault conniver aux petittes faultes, et les dissimuler pour un plus grand bien, dit ; conniventibus oculis agere257 ; et la Glose d’Accurse ; non inspecta stricta juris ratione. Un Roy de Macedoine dit dans Tite Live qu’il en usoit ainsi ; non quia probaret, sed quia in nova possessione regni patienda omnia essent passum258. Tibere estant interrogé par le senat de ce qu’il ne reformoit pas quelques abus qui estoient dans l’Estat, respondit ; non id tempus esse censurae, quia indecorum est obtrectare, quod non obtinetur259. Ce mesme Autheur parlant ailleurs d’un certain Felix, l’accuse ; nimiis remediis delicta accendisse. Simplicius en ses commentaires sur l’Enchiridion d’Epictete, parlant du franc-arbitre, et de la liberté qu’ont les hommes de s’adonner au bien, ou au mal, faisant voir que Dieu n’est point l’Autheur de ce dernier, dit ; atque etiam Divina vindicta, ultrice justitiae suae parte, quae et permittit et auget aliquantis[680]per affectus, eatenus progreditur, quatenus aliter curari non poterant260, nisi prius interdum, aut saepius etiam insaniae appetitioni morem gessissent. Quae causa est, cur etiam boni paedagogi non omnibus puerorum cupiditatibus adversentur, sed saepè conniveant, interdum etiam obsequantur ; quasi animus ille, huiusmodi affectus non planè possit evomere, nisi aliquando iis obsecutus fuerit, et ipsa actione saturatus. Neque vero paedagogum vel Divinam vindictam mali dicimus esse causam, sed boni, quod boni causa ista fiant ; etenim quae studia ad modestiam pertinent, modesta, et quae ad sanitatem, salubria dicemus ; omnis porro actio, fine cujus causa suscepta fuit, informatur atque perficitur261 ; parce que les moiens estans indifferens a celuy qui agit et qui gouverne, il ne regarde que la fin, sachant que c’est par la qu’il fault juger de nos actions, et non pas d’un commencement imparfait, feint, desguisé, et sans rien de ferme ny d’arresté.

  • 262  Idem, in cap. 49.
  • 263  Escobar, Theolog. Moral. Tract. 1, examn. 2, num. 21. Et tract. 5 exam. 4, num. 8.

88Ce mesme philosophe expliquant ailleurs l’intention d’Epictete, quand il dit ; theatra frequen[681]tare non esse necesse ; ce grand morale temperant touttes choses, confesse que ; crebro in theatra venire non est opus ; sed illud potius est opus, ne crebro in ea venias ; si quando autem tempus tulerit, aut ob ritum festivitatis, cui et ludorum habetur honos, aut popularis obsequii causa ; (invisi enim esse solent, qui consuetam vitae rationem negligere videntur) aut experimenti periculique faciendi causa, aut ob aliam probabilem rationem, tempestivum fuerit prodire in theatrum ; intento animo esse oportebit, et excitare animadversionem, ut apud nos simus, nec iis quae ibi fiunt nos addicamus, sed eum vincere velimus qui vincit ; et ea quae fiunt, ita fieri ut fiunt ; hoc est, ut nec appetitionem, nec declinationem ad illa afferamus, ut quae res externae sint. Itaque vultus ea constantia esse debet, quae nec odiosa sit, et gravitatem habeat suavitate temperatam, ut neque acclames, neque assurgas victoribus, nec effusè rideas ob ridicula dicta, sed etiam cum judicio laudes, alios leniter arridendo probes262. Estant vray que les choses en soy ne sont pas deffenduës, mais le mauvais [682] usage d’icelles seulement ; apres mesme qu’Escobar et auttres Theologiens Jesuites enseignent, qu’on n’est point obligé d’avoir de l’affection actuellement pour Dieu avant l’article de la mort, sans determiner aucun temps263 ; Vasquez dit qu’il suffit a l’article de la mort ; d’auttres, quand on est obligé d’estre contrit ; d’auttres, les jours de festes ; Hurtado de Mendoza, pretend qu’on n’y est obligé que tous les ans ; Coninch, en trois ou quattre ans une fois ; Henriquez, tous les cinq ans ; et Filuitius, remet cela au jugement des sages ; st Thomas, aussi tost apres l’usage de raison ; Scote, chaque dimanche ; d’auttres, quand on est griefvement tenté ; Sotus, quand on recoit un bienfait de Dieu, d’auttres, a la mort ; et le pere Sirmond en son livre de la Deffence de la vertu, conclut, qu’on n’est obligé a auttre chose a la rigueur qu’a observer les auttres commendemens sans aucune affection pour Dieu, et sans que nostre cœur soit a luy, pourveu qu’on ne le haisse pas ; disant, que Dieu en nous commendant de l’aimer se contente que nous luy obeissions en ses auttres commendemens, [683] estant dit que nous aimerons Dieu en faisant sa volonté, comme si nous l’aimions d’affection. Ainsi voiés la bonté de Dieu qui ne nous commende pas tant de l’aimer, que de ne le point hair ; et voila comme nos peres ont deschargé les hommes de l’obligation penible d’aimer Dieu actuellement ; et on pretend mesme que ceste dispense d’aimer Dieu, est l’advantage que Jesus Christ a apporté au monde, qui est le comble de l’impieté, et bien pire que d’accommoder les vices et les vertus a l’Estat pour le bien et le soulagement des peuples.

  • 264  Caussin, Apolog. pag. 126.128.
  • 265  Gerson, in Opuscolo Tripart.

89Le P. Caussin dans l’Apologie qu’il a faitte pour les peres de sa Compagnie, et la deffence de leur Doctrine, dit264 ; on nous accuse d’enseigner, que l’acte interieur de l’amour de Dieu n’est que conseillé, et non pas commendé ; et on attribuë ceste Impieté au p. Antoine Sirmond, qui ne dit auttre chose sinon, que nous satisfaisons au commendement d’aimer Dieu, quand nous l’aimons en verité et par œuvres dans une parfaitte observance de ses commandemens ; et que nous avons plus de necessité [684] de l’amour effectif qu’on tesmoigne a Dieu par des actes interieurs, et de complaisance. Gerson n’a point auttrement entendu le precepte d’aimer Dieu, disant, qu’il estoit accompli quand nous en rendions des tesmoignages assurés par nos œuvres265.

  • 266  St Paul.
  • 267  Tite Live, hist. lib. 2.

90Si tant de grands Theologiens, et tant de Docteurs fameux reglent ainsi le fondement de nos actions, et la base de nostre Religion ; et s’ils nous dispensent, ou du moins bornent humainement et modiquement un amour qui est né avec nous, une reconessance que toutte creature doibt a son Createur indispensablement pour estre de Droict Divin, un commendement qui doibt presider en tout ce que nous faisons, et nous conduire a la fin de nos jours dans la gloire eternelle du tout puissant qui nous l’enjoint et nous l’ordonne, pour quoy un prince temporel qui doibt compatir aux foiblesses et aux infirmités de ses sujets, et qui n’a pas l’authorité independante de celuy ; qui operatur omnia secundum consilium voluntatis suae266 ; ny le pouvoir [685] sur les Consciences, non plus que leur conessance, ne pourra-il des choses moins importantes accommodant les vices et les vertus a son Estat lors qu’il est contraint de ce faire, et qu’il ne peult pas en user auttrement, puis qu’il y a moins de mal a aimer son prochain de la sorte en luy procurant du bien et du bonheur, qu’a ne pas aimer Dieu de la facon que tant de Docteurs celebres le permettent et le tolerent, veu mesme que l’infirmité est si essentielle a l’homme, et qu’il est tellement paistry dedans le vice et le peché, que l’innocence n’est point assurée pour luy, ce qu’un grand homme n’a point ignoré, disant que ; periculosum est in tot humanis erroribus sola innocentia vivere267.

  • 268  Bauny, Somme des pechés, tract. 4, quaest. 14.

91Quand le p. Bauny enseigne en sa Somme des pechés, qu’il est permis de rechercher directement, primo et per se, une occasion prochaine de pecher pour le bien spirituel, ou temporel de nous, ou de nostre prochain ; par exemple qu’il est permis a chacun d’aller en des lieux publics [686] pour convertir des femmes perduës, encore que soit vray semblable qu’on y pechera, pour avoir experimenté souvent qu’on est accoustumé de se laisser aller au peché par les caresses de ces femmes268. Ceste Doctrine d’un scavant jesuite accommode elle pas les vices et les vertus a l’Estat puis qu’elle le permet en ceste sorte de police qui non seulement est interieure, mais exterieure aussi ?

  • 269  Balzac en son Aristippe, pag. 183.184.185. in 12.

92Il y a long temps, dit la meilleure plume de nos jours269, que le monde a perdu son innocence, nous sommes dans la corruption des siecles, et dans la caducité de la Nature ; tout est foible, tout est malade, dans les assemblées des hommes. Si vous voulés donc gouverner heureusement, si vous voulés travailler au bien de l’Estat avec succes, accommodés vous aux deffaults et a l’imperfection de vostre matiere ; deffaitte vous de ceste vertu incommode dont vostre siecle n’est pas capable ; supportés ce que vous ne scauries reformer ; dissimulés les faultes qui ne peuvent estre corrigées ; ne touchés point à des maux qui descouvriront l’impuissance des remedes, qui descrieront la medecine et qui rendront les medecins ridicules. Respectés ces fatales maladies [687] qui sont envoiées d’en hault, et ou il se remarque quelque chose d’estranger, et d’inconù ; quand le doigt de Dieu paroist, il fault qu’il face peur a la main des hommes.Contentés s’il se peult l’honneur et la dignité de la Couronne, pour en vouloir conserver l’honneur et la dignité ; ne vous attachés pas de telle sorte a cest, honneste, sauvage, rigoureux, et philosophique, que vous ne le quitties quand la necessité l’exige de vous pour un auttre honneste plus humain, plus doux, et plus populaire. Souvenés vous que la raison est beaucoup moins pressée dans la politique, que dans la morale ; qu’elle a son estenduë plus large et plus libre, sans comparaison, quand il s’agit de rendre les peuples heureux, que quand il ne s’agit que de rendre gens de bien les particuliers ; il y a des maximes qui ne sont pas justes de leur nature, mais que leur usage justifie ; il y a des remedes sales, ce sont pourtant des remedes ; dans ces salutaires compositions il entre du sang humain, il entre de l’ordure, et d’auttres vilaines choses, mais la santé est encore plus belle que [688] toutes ces choses ne sont vilaines ; le venin guerit en quelques rencontres, et en ce cas la le venin n’est pas mauvais ; c’est pour quoy il ne fault pas estre ny trop juste, ni trop honneste, &a.

  • 270  Regum, lib. 1, cap. 16.

93Pour donc parler de la bonté et malice de la vie de quelqu’un, il fault regarder au cours ordinaire d’icelle, et non pas aux escapades et saillies qui s’y rencontrent quelques fois ; estant certain qu’il se trouve des personnes qui ont commis des crimes enormes, de qui pourtant le naturel en gros et en general estoit meilleur et plus parfait, que celuy de ceux qui croient en estre entierement exempts. David dont la vie est souillée de meurtre, et d’adultere, sans parler de sa cholere, de sa vengeance, et de sa dissimulation, a esté jugé de Dieu mesme, pour un homme selon son cœur ; inveni David servum secundum cor meum270 ; et Saül qui n’estoit entaché d’aucun de ces crimes, n’est pas neant moins estimé si homme de bien, comme la fin de sa vie, et de son histoire nous l’apprend.

94Encore que Michel L’Ange ne sceut faire que des figures espouventables, et des hommes laids, [689] rudes, et effroiables, passoit neant moins pour aussi expert et aussi excellent en son art, et n’en acqueroit pas moins d’estime et de louange que Raphael d’Urbin qui ne pouvoit peindre que des visages rians, mignards, delicats, charmans, et aggreables. Ainsi, comme un prince doibt estre parfait en touttes choses, et scavoir s’accommoder a touttes sortes d’humeurs et de visages pour en pouvoir disposer, et les gouverner comme il doibt ; aussi fault il qu’il sache faire et l’un et l’auttre de ces traits, pour contenter les yeux de tout le monde, avoir une approbation generale, et tesmoigner qu’il n’oublie rien, et ne neglige quoy que ce soit pour parvenir a une bonne fin, contenter ses sujets, et leur plaire comme un excellent Maistre, et un tres bon pere de famille. Encore veritablement que je ne luy conseillerois pas d’exprimer si naïfvement tous les traits des choses qui semblent estre alterées, et porter quelque difformité avec soy, que faisoit le Titian, qui peignoit [peignit] avec tant d’addresse et si naturellement un homme atteint de la fiebvre, que le [690] medecin voiant son portrait, conùt et jugea d’abord qu’il avoit la fiebvre quarte, nonobstant qu’il faille estre Maistre et bien expert pour descouvrir ce secret, et desbrouiller ceste grande phisionomie. Il fault que le prince face esclater sa vertu pour animer les plus religieux ; il fault qu’il couvre et qu’il colore son vice, pour ramener les moins raisonnables ; touttes ses actions doibvent tendre a l’amour et a la charité qu’il doibt avoir pour ses sujets ; ils seront bien ingrats, s’ils le paient de calomnie, et luy sera toujours assés innocent et asses vertueux, s’il n’opere que du bien, s’il ne cause que du bonheur, s’il conserve des malades qui trouvent de mauvais goust tout ce qu’on leur presente et qui ne scavent ce qui leur est bon, non plus que ce qui leur est utile et necessaire, encore qu’ils en profitent, et qu’ils en aient la jouissance.

Haut de page

Notes

1  La numérotation et le titre des sections figurent en marge dans le ms. [NdR]

2  Quintil. Instit. lib. 5. cap. 14.

3  Senec. De Vita Beata, cap. 7. Idem, De provid. Cap. 1. Idem, Epist. 73.

4  Hermas lib. 2. Mandato, 7.

5  Philo. De sacrif. Abel, et Cain.

6  Aristo. Ethico. lib. 2. cap. 6.

7  Ibidem, cap. 5.

8  Horace, lib. 1, Epistol.

9  Aristo. Ethico. lib. 2 . cap. 5.

10  St Chrisost. Tom 4. In Epist. 1. Ad Corinth. Cap. 4. Homil. 12.

11  Deutero. Chap. 25, vers. 5.

12  Machia. en ses Discours, liv. 1. Chap. 25.

13  St Basile, de Virginitate.

14  Albert. Magnus, in paradiso animae, in prologo.

15  Juvenal. Satir. 13.

16  St Grego. Epist. lib. 1. Epist. 24.

17  Epistol. Lib. 7. Epistol. 9.

18  Err. ms : vitii [NdR]

19  Gregor. de Republi. lib. 13. Cap.1. num. 1.

20  Senec. Epist. 120. et, 121.

21  Aristo. Ethico.

22  In acta Aposto. cap. 23. Homil. 48.

23  Sinesius, de Regno.

24  Salust. Coniurat. Catilin.

25  Horat. Lib. 1. Epistol. 6.

26  Lactant. Divinar. Instit. Lib. 6 cap. 14.

27  St August. de Civitat. Dei.

28  Lactant. Divina. Institut. Lib. 6. Cap. 15.

29  St Hieriosme, Epist. 7.

30  Lib. 1. Epist. 24.

31  St Ciril. Cateches. 4.

32  St Hiero. Epist. 1. Ad Demetriad. de Virginitate.

33  Caesar, lib. 6. Tacit. De morib. Germanor.

34  ff. de haered. petit. Leg. 27.

35  Deuteron. Cap. 23. vers.

36  St Math. Cap. 19. vers.

37  Senec.

38  Plin. In panegir.

39  Barclay, Argenis, lib. 1.

40  Silvester. Verbo, Lex, ss. 10.

41  Instit. de raptu, ss. inter eas ; et Codic. de nuptiis, leg. nemini.

42  35 quaest. 3 progeniem.

43  Authent. Quibus modis natu. effici. sui, ss. si quis.

44  Concil. Toletan. 1.

45  Codic. De adulter. Leg. crimen ; et lege, castitati.

46  31 quaest. 1. ss. obauditur.

47  Codic. De secund. Nuptiis, leg. 1 et, 2.

48  De secund. Nupt. Cap. 1. in fine.

49  ff. de poenis, leg. Cogitationis.

Justinien, Digeste, De poenis, leg. 18.

50  33. Quaest. 2. omnis.

51  Contzen, politic. lib. 5. cap. 4. ss. 6.

52  Senec.

53  Tertulian. De spectaculis.

54  Senec.

55  St Paul, Epist.

56  Senec. Epist. 121.

57  Senec.

58  St Augustin.

59  St Augustin. tom. 10. In appendice, de diversis, sermo. 36.

60  Idem, tom. 1 de morib. Eccles. Cathol. Lib. 1.

61  Idem, tom. 1 in decem categoriis.

62  ff. de posth. Leg. 1 ss bestias.

63  Horat.

64  Senec. Epistol. 75.

65  St Augustin.

66  St August. de Civit. Dei, lib. 19, cap. 25.

67  St August. de Civit. Dei, lib. 5, cap. 13.

68  Senec. Contro. Lib. 2. Contro 12. Ibidem, lib. 4, contro 25.

69  Diogen. Laert. liv. 6. En sa vie.

70  Barclay, Euphor. part. 1.

71  Philo Judaeus, lib. De nominum mutatione.

72  Tacit. Annal. Lib. 5.

73  Machia. en son prince, chap. 19.

74  Aelian.

75  Plutarque.

76  Machia. en son Prince, chap. 19.

77  Proverb. Cap. 24, vers. 16.

78  Plutarq. En la vie de Nicias.

79  Plutarq. En la vie d’Alcibiades.

80  Tite Live, lib. 8. Decad. 4.

81  Plutarque. en la vie de Caton d’Utique.

82  Tite Live, lib. 5. Decad. 1 et 5.

83  Josué, cap. 2. Vers. 1.

84  Rabbi Moses, au livre des Commendemens.

85  St Math. Cap. 1.

86  Marquez, l’homme d’Estat chrestien, liv. 2. en Josué, chap. 8. sur la fin.

87  St Jacob epist. cap. 2. vers. 25.

88  St August. in Enchirid. Cap. 95 et 96.

89  Senec. Epistol. 98.

90  Iudith, cap. 8. vers. 2-3.

91  Iob, cap. 14. vers. 6.

92  Tacit. annal. lib. 3. cap. 11.

93  Ecclesiastes, cap. 10. vers. 1.

94  Ruth, cap. 2. vers. 16.

95  St Chrisosto. Homil. 32. in cap. 19. Math.

96  Plin. Epistol. lib. 2.

97  Athen. Dipnoso. Lib. 13.

98  Barclay, Veritatis lacrimae.

99  Ecclesiastes, cap. 8. vers. 14.

100  Salust.

101  St Paul, ad Roman. cap. 7 vers. 15.

102  Barclay, Argenis, lib. 3.

103  Theophraste.

104  Tacit. Annal. lib. 15.

105  Thucid. Lib. 6.

106  Plutarque.

107  Aristo. lib. 5. moral. cap. 2.

108  Aristo. lib. 5. Moral. cap. 2.

109  Piccolomini, de moribus, gradu, 10, cap. 2.

110  Montagne, en ses Essais, lib. 3, chap. 2.

111  Tacit. Annal. lib. 6, cap. 2.

112  Tacit. Annal. lib. 3, cap. 1.

113  Pedo.

114  St Augustin, Confessio. lib. 3, cap. 8.

115  Tacit. Annal. lib. 12, cap. 2.

116  Ecclesiasticus, cap. 37, vers. 31.

117  Ecclesiasticus, cap. 39, vers. 39-40.

118  Senec. In sapientem non cadere iniuriam ; cap. 15.

119  Tite Live, hist. lib.

120  Machia. en son prince, chap. 15.

121  Psal. 113, vers. 13-14-15.

122  Ecclesiastes, cap. 7, vers. 17-18.

123  Psal. 32, vers. 16.

124  Ecclesiastes, cap. 7, vers. 21.

125  Ibidem, vers. 16.

126  Exode, cap. 32.

127  Genes. Cap. 19. Vers. 8.

128  Sanchez, de matrim., lib. 7, disputatio 11, num. 28.

129  St Math. Cap. 13, vers. 29.

130  Part. 2. Quaest. 66.

131  Deutero. Cap. 23, vers. 19-20.

132  Scipion Ammirato, Disc. Polit. Sur Tacite, liv. 6, disc. 7.

133  Grotius, de Jure Belli et pacis, lib. 2, cap. 5, num. 15.

134  Concil. Toleta.

135  De sacerdot. lib. 1.

136  Philon le Juif, lib. Joseph.

137  Senec. Epist. 13.

138  Concil. tom. 3, fol. 692.

139  Actuu. Apostol. cap. 24, vers. 3.

140  Eusebe, histo.

141  Marquez, en son homme d’Estat chrestien, liv. 2, chap. 6.

St August. De mendacio, cap. 7 et 9.

142  St August. de Civit. Dei. Fragmenta ex Seneca.

143  Senec. Espitol. 122.

144  St August. de civit. Dei, lib. 19, cap. 1 et 4.

145  St August. de civit. Dei, lib. 19, cap. 19.

146  St August. tom. 1 de libero arbitrio, lib. 2.

147  St August. tom. 10, in append. de divers. sermon. 35.

148  St Gregor. in Job, lib. 1, cap. 19.

149  Ibidem, lib. 20, cap. 9.

150 Aliae virtutes sunt, quae ab aliis virtutibus differunt ; St Cyprian, de singul. clerico.

151  St Gregor. in Job, lib. 28, cap. 6.

152  St August. tom. 8, enarratio. in psal. 83.

153  Clemens Alexand.

154  St Cyprian, Epist. 2.

155  Arnob. Adversus gentes, lib. 3.

156  St Ambros. In psal. 50, vers. Tibi soli peccavi.

157  Tertul. ad scapulam, cap. 2.

158  Codic. de adulteri. leg. 31 cum vir nubit.

159  Codic. de raptu virgin. et, vidua. leg. unica.

160  Rittershusius, De different. Iuris civil. et canon. lib. 2, cap. 15.

161  Cano. nemo, 18. quaest. 2.

162  ff. de concub. Leg. de Concubinatu.

163  Deutero. cap. 20, vers. 14.

164  Regum, lib. 1, cap. 30, vers. 26.

165  Senec. de benef. lib. 3 cap. 37.

166  Polib. histor. lib. 5.

167  Tite Live, hist., lib. 31.

168  Grotius, De Iure Belli et pacis, lib. 3, cap. 4, num. 18-19.

169  Concil. Trident. Sessio 25, cap. 21.

170  Javelle, en sa morale polit., liv. 3, traité 3, cap. 1.

171  Sanchez, De matri., lib. 7, disputat. 11, num. 26-27.

172  Aristo. Politic., lib. 4, cap. 1.

173  Contzen, polit., lib. 1, cap. 2, ss 5 et 6.

174  Contzen, polit., lib. 5, cap. 4, ss 4-5-6.

175  Instit. De raptu, ss inter eas. Et cod. de nuptiis, leg. nemini.

176  Causa 35, quaest. 3.

177  Cod. de raptu virg. Leg. unica.

178  Cod. de Adulter. Leg. crimen ; et leg. castitati.

179  Causa 31, quaest. 1, ss obauditur.

180  Codic. De secund. nupt. leg. 1 et 2.

181  1 ad Corinth. Cap. 7, vers. 39.

182  ff de pactis, leg. iuris gentium.

183  Extravag. de pactis., cap. 1. 22. quaest. 5 juramenti.

184  ff de prevaricat. Leg. finali.

185  St Thomas, 2, 2, quaest. 69.

186  Campanella, Atheismus Triumphatus, cap. 10.

187  Le p. Senault, en son Monarq. Liv. 7. Disc. 4.

188  Joan Francis. Picus Mirandul. Lib. 1, de rerum praenotio. cap. 10.

189  Fragment contre Machiavelle, fol. 77-78-79.

190  Machia. en son Prince, chap. 18 et 25.

191  Senec. Episto. 116.

192  Tacit. Annal. lib. 14.

193  Tacit. Annal. lib. 14.

194  Tacit. Histor. lib. 4.

195  Dion, lib. 54.

196  Tacit. in Agrico.

197  Cassiod. Epistol. lib. 3, epist. 51.

198  Plutarq. en la vie de Romulus, et de Caesar. Quint. Instit. Orator. lib. 1, cap. 9. Ovidius, fastor. lib. 2. Volateranus, lib. 29. Fenestell. lib. 1 De sacerdot. Romanor. Dionis. Halicarnass. Lib. 1 anti. Romanar. St August. de Civit. Dei, lib. 18, cap. 12. Vigenere sur Tite Live. Justin, lib. 43.

199  Montag. en ses Essais, livre 1, chap. 25.

200  Tacit. histor. lib. 4, cap. 10.

201  Scipio. Ammi. en ses Disc. polit. Sur Tacite, liv. 8, disc. 5.

202  Tite Live, lib. 4, Decad. 4.

203  Senec. lib. 1 de clement. cap. 17.

204  Petron. Arbitr., cap. 44.

205  Epictet. in Enchirid. cap. 23.

206  Simplicius, hic.

207  Senec. Epist. 5.

208  Idem, Espist. 48.

209  Senec. Epistol. 117.

210  Idem, lib. 2, de Ira, cap. 27.

211  Machia. en son Prince, chap. 15.

212  Sextus Empiri. Advers. Mathema. Lib. 10.

213  St Hiero. Lib. 1 Comment. In cap. 5 Math.

214  Platon.

215  Piccolomini, de morib. In introd. cap. 11.

216  Aristot. Lib. 2, Ethico.

217  Herodian. Hist. lib. 2.

218  Le Pippre, chap. 11.

219  Senec. in Hercul. Oete.

220  Aristo. Politic. Lib. 5, cap. 11.

221  Senec. in Thieste.

222  Lipse, lib. 4. Civil. Doctri. cap. 13. Ex Cicero in Oratio pro Marco Coelio.

223  Cassiod. Epistol. lib. 9, Epist. 9.

224  Picolomini, de moribus, gradu 10, cap. 2.

225  Montagne, en ses Essais, liv. 3, chap. 1.

226  Cicero. Officio. lib. 3.

227  Senec. Epistol. 82.

228  Senec. epist. 95.

229  Senec. de brevit. vitae, cap. 15.

230  Idem, De Benific., lib. 2, cap. 18.

231  Diogen. Laert. lib. 6.

232  Senec.

233  St Augustin de verbis, sermon. 13, cap. 6.

234  Tacite, lib. 1, cap. 8 et 9.

235  Montagne, en ses Essais, liv. I, chap. 25.

236  Horat. Epist. 25.

237  Brusonius, lib. 7, cap. 2.

238  Senec. de Benef. lib. 4, cap. 9.

239  Tacit. Annal., lib. 13.

240  Aristophanes.

241  Ammian Marcellin, lib. 23.

242  Cicero.

243  Quint. Curti., lib. 5.

244  Tacit. in Agrico. Cap. 4.

245  Tacit. Annal. lib. 13, cap. 2.

246  Idem, histo. lib. 1, cap. 1 et Annal, lib. 13, cap. 5.

247  St Paul, ad, [sic]

248  Machia. en son prince, chap. 15.

249  Tacit., histor. lib. 1.

250  Ibidem, lib. 3.

251  Idem, Annal. lib. 3.

252  Tacit. histor. lib. 1.

253  Idem, Annal. lib. 1 et 3.

254  Idem, histor. lib. 1 et 4°.

255  Idem, Annal. lib. 1.

256  Clapmari. De Arcanis rerum public. lib. 4, cap. 4.

257  ff. de manumissio. leg. 4.

258  Tite Live, lib. 42.

259  Tacit. Annal. lib. 3.

260  err. Ms : poteram (le texte de Semplicius permet de rectifier) [NdR]

261  Simplic. in cap. 34. Enchirid. Epicteti.

262  Idem, in cap. 49.

263  Escobar, Theolog. Moral. Tract. 1, examn. 2, num. 21. Et tract. 5 exam. 4, num. 8.

264  Caussin, Apolog. pag. 126.128.

265  Gerson, in Opuscolo Tripart.

266  St Paul.

267  Tite Live, hist. lib. 2.

268  Bauny, Somme des pechés, tract. 4, quaest. 14.

269  Balzac en son Aristippe, pag. 183.184.185. in 12.

270  Regum, lib. 1, cap. 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 2 : Qu'un prince doibt accommoder les vices, et les vertus a son Estat », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre second, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5986

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page