Navigation – Plan du site

Maxime 9 : Qu’un Prince doibt preferer son conseil a tous auttres

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

 [845] Maxime 9 : Qu’un Prince doibt preferer son conseil a tous auttres


*

1Machiavelle, dit. Et perchè alcuni stimano che alcun principe il quale da di se opinione di prudente, sia cosi tenuto, non per sua natura, ma par li [sic] buoni consigli che lui ha d’intorno, senza dubbio s’ingannanno [sic]. Perche questa non falla mai, et è regola generale, che un principe il quale non sia savio per se stesso, non può esser consigliato bene, se gia a sorte non si rimettesse in un solo che al tutto lo governasse, che fusse huomo prudentissimo. In questo caso potra ben esser ben governato, ma durarebbe poco, perche quello Governatore il breve tempo gli torrebbe lo stato ; ma consigliandosi con più d’uno, uno principe che non sia savio, non ha[v]rà mai uniti consigli, ne sapra per se stesso unirli. De i [846] Consiglieri, ciascuno pensera alla proprieta sua, et egli non gli sapra correggere ne conoscere. Et non si possono trovare altrimenti, perche gli huomini sempre ti riusciranno tristi, se da una necesita non son fatti buoni. Pero si conchuide, che li [gli] buoni consigli, da qualunque venghino, conviene naschino dalla prudenza del principe, et non la prudenza del principe da buoni consigli ; Machiavell. del Principe, cap. 23.

2Ceux qui estiment le prince, lequel a le bruit de sage, estre plus reputé tel a l’occasion de son bon conseil, auquel il croit, que de sa propre nature, s’abusent grandement. Car c’est une regle generale qui ne souffre point d’exception, que le prince non sage de luy mesme ne peult estre bien conseillé, si de fortune il ne se remettoit du tout a quelque scavant et experimenté personnage qui eùt l’administration totale de ses affaires ; en ce cas pourroit advenir qu’il seroit bien gouverné ; [847] mais ce n’est pas le plus expedient, parce qu’un tel Gouverneur est volontier en danger de luy tollir son Estat. Or si le prince imprudent se conseille a plusieurs, fault qu’il face son compte d’avoir tousjours conseils et opinions discordantes, lesquelles de luy mesme il ne pourroit reduire, ny reunir ; et quant aux Conseilliers, je vous laisse a penser si chacun d’eux taschera a ses fins et proffit particulier, a quoy il ne scauroit donner remede, ny les corriger, ny conestre. Et d’en trouver qui soient auttres, il n’est pas possible, pour autant que tu feras en tous les hommes quelque preuve de mauvaistie, s’ils ne sont par une necessité contrains d’estre bons et entiers. Par quoy je conclueray, que le bon conseil de quelque part qu’il vienne, fault qu’il procede de la prudence d’un prince, et non point que la prudence du prince naisse du bon conseil ; Machiavelle, en son Prince, chap 23.


*

3Il fault necessairement pour improuver [848] ceste maxime, ou que l’ignorance nous possede, ou que les interests nous gouvernent, ou que l’ambition de commender ait fermé les yeux a nostre raison, et que nous aions resolu de changer nostre obeissance en rebellion, et faire la loy a celuy de qui nous la tenons, et la debvons attendre.

  • 1  Psal. 81. vers. 1.

4Pour entrer dans ceste matiere, et bien esclaircir ceste maxime qui est aussi delicatte qu’importante, je trouve qu’il y a trois sortes de personnes qui gouvernent les Empires et les Monarchies ; les premiers et les plus a plaindre sont ceux qui ne peuvent se conduire, ny par leur propre Lumiere, ny par celle des auttres, et il fault que non seulement ces princes la soient miserables, mais qu’ils rendent encore leurs sujets malheureux avec eux. Les seconds sont ceux a qui la Nature a donné tant de belles conessances, et tant d’ouvertures d’esprit, qu’ils n’ont besoing d’aucun conseil, et peuvent trouver dans leur fond, ce qu’ils chercheroient peut estre inutilement dedans celuy [849] des auttres ; mais les princes et les souverains doibvent scavoir, que ce nombre est fort petit, et que ceux qui pretendent injustement a ceste classe, retombent honteusement dans l’auttre, et se privent du secours d’auttruy, en se persudant qu’ils peuvent s’en passer, et qu’ils n’en ont pas besoing. Les troisiemes, et qui font le plus grand nombre, sont ceux qui ne peuvent pas gouverner seuls, mais qui profitent des bons advis qu’on leur donne, qui escoutent ceux qui les conseillent, qui choisissent ce qui leur est le plus utile, et qui par ce discernement viennent en quelque facon les chefs de leur conseil, et les maistres des affaires qui s’y traittent et qui s’y proposent. Ceste difference d’esprits et de Genies fait voir combien le malheur est grand et deplorable quand le prince ne peult remplir dignement le rang qu’il tient et la place qu’il occupe, et que n’aiant pas les qualités necessaires pour soustenir sa grandeur, il est obligé de les chercher dans les auttres, et de les emprunter de ses ministres souvent [850] avec honte et peril. Quoy qu’un Roy ne puisse se passer de ministres dans l’estenduë d’un grand Estat, je desire neant moins qu’il en soit tousjours le maistre et le chef ; qu’il se rendre capable de juger de leurs advis, et de scavoir choisir et discerner ceux qui luy seront les plus utiles et les plus necessaires. Je pretens donc qu’il soit au milieu de ses conseilliers, comme un auttre Roy represente Dieu au milieu de ses Anges ; Deus stetit in sinagoga Deorum, in medio autem Deos dijudicat1; il est assis dans un throsne de lumiere que ces esprits bienheureux environnent quoy qu’il sache le succés qu’il veult donner aux affaires, il permet qu’on les examine devant luy ; mais comme il est le maistre et le souverain, il se reserve aussi le pouvoir d’en juger absoluement, et de faire ce que sa sagesse infinie luy conseille et luy suggere.

  • 2  Tacit. Annal. Lib. 1.

5Ainsi le prince qui est l’image de Dieu en terre, et qui n’aiant pas sa lumiere, ny ceste sagesse qui ne peult errer, a besoing de l’aide de ses sujets, doibt assembler son Conseil, escouter ses Ministres, [851] et profiter de leurs advis ; mais il doibt aussi se reserver la liberté de les choisir, et de suivre ceux que sa prudence jugera estre les meilleurs, qui est proprement preferer son conseil a tous auttres, parce qu’il conclut, ordonne, et determine ce qu’il veult faire et entreprendre sans que personne s’y oppose ; unum Imperii corpus, unius animo regendum videtur ; dit le plus grand politique de l’Empire Romain2.

  • 3  Regum, lib. 2, cap. 14, vers. 20.
  • 4  Daniel, cap. 10. vers. 13.

6La femme qui disoit a David ; Domine mi Rex, sapiens es, sicut habet sapientiam Angelus Dei, ut intelligas omnia super Terram3 ; vous avés la sagesse d’un Ange, et conessés tous les misteres de l’Estat ; despeignoit un grand Roy [en peu] de parolles, et faisoit le portrait d’un souverain parfait dans la conduitte et le Gouvernement de ses sujets. Platon qui n’avoit auttre lumiere que celle de la raison, vouloit que le Souverain eut commerce avec le bon genie de son Roiaume, qu’il apprist de luy le secret de gouverner, et que dans ses plus importantes affaires, il implora son secours et son assistance. Et les Monarques [852] chrestiens en ont avec les leurs sans scrupule et sans peril, parce qu’ils sont assuré[s] de sa bonté et qu’ils scavent que non seulement ils ont un Ange pour les personnes, mais un encore pour leurs Estats, dont ils partagent avec eux et la conduitte et le nom. En effect, nous apprenons de l’Escripture saincte que le mesme Ange qui estoit le tutelaire des perses, en estoit aussi le prince ; princeps regni persarum restitit mihi4, et qu’il gouvernoit invisiblement le peuple avec le Roy qui le gouvernoit visiblement.

7Comme les Rois sont les images de Dieu dans leurs Estats, et qu’ils participent a sa puissance souveraine dans leurs Monarchies, ils doibvent aussi prendre quelque part a sa providence, et avoir autant de lumiere que d’Authorité pour gouverner tous les peuples qui sont soubmis a leur conduitte ; puis que c’est une chose extremement dangereuse quand la puissance des hommes est aveugle ; qu’ils peuvent beaucoup, et voient peu ; qu’ils osent tout entreprendre, et que faulte de lumiere ils ne peuvent rien executer pour eviter ce malheur qui n’est que trop ordi[853]naire dans la plus part des Roiaumes, et auttres souverainetés, il seroit a souhaiter que les princes fussent aussi esclairés, qu’ils sont absolus, et qu’ils eussent autant d’addresse pour la conduitte, qu’ils ont de puissance pour le commendement.

8Le reproche qu’on fait icy a Machiavelle touchant ceste maxime, est aussi general et commun en touttes sortes de bouches, que le desir d’avoir part dans les secrets du prince et de l’Estat, est grand dans touttes sortes d’esprits et d’humeurs, et ce plustost pour l’aggrendissement de leurs fortunes particulieres, que pour l’accroissement et le soulagement de leur Roy, et de leur patrie. Les moines qui ne se contentent pas d’avoir usurpé le gouvernement des Consciences, et des choses spirituelles, au prejudice de la hierarchie ecclesiastique qui ne les reconoit point en cela ; veulent encore par leurs escripts et leurs maximes claustrales et suspectes, ravir aux prince [princes] leur pouvoir temporel, et se rendre Directeurs de leurs Estats et de leur[s] affaires publiques, aussi bien [854] que de leur interieur, et de leurs pensées les plus secrettes ; soustenans qu’un souverain ne peult et ne doibt entreprendre quoy que ce soit sans advis et sans conseil, pour [taschans d’] establir plus facilement par tout des Conseils de Conscience, comme ils ont fait en Espagne, en Italie, et tous les Estats ou ils sont escoutés, qui est plustost un leurre et un artifice pour contenter leur ambition, et dupper les peuples, que pour creance aucune qu’on adjoute a tout ce qui s’y fait, et qui s’y resoult.

  • 5  Observationes politicae, super motibus Galliae, cap. 15.

9Nous avons monstré cy devant la difference qu’il y a entre la science politique et la monastique, et comme les cours des princes et les Estats des Rois ne se gouvernent pas comme des cloistres, et un petit nombre de freres qui mettent toutte leur perfection dans l’ignorance des choses du monde, et dans l’oubly et le mespris de tout ce qui s’y passe, [.] s’il fault croire ce qu’ils en disent. N’y aiant personne qui ne sache qu’ils jurent et font serment en prenant le Doctorat, ou plustost le bonnet de Docteur entre eux, [Jurans et protestans,] ce [855] qu’ils ne font pas pour l’Escripture saincte, qu’ils suivront et soustiendront opiniastrement [de suivre et de soustenir] au peril de leur vie, et de leur salut mesme, la Doctrine et les escripts de ceux de leurs ordres en tout et par tout, sans s’en despartir en facon que ce soit, ny pour quelque raison qu’on apporte au contraire, comme si st Thomas n’avoit jamais erré [mancqué], et que Scot [Scotte] n’eut jamais failly, quelque envie et quelque jalousie que ce Docteur subtil eùt tesmoigné, contre celuy qui s’est acquis le tiltre de Docteur Angelique [qu’il ait eu contre St Thomas]. Si bien que qui void une opinion de ces bons peres, conoit celles de tous les auttres, escrivant plustost pour ratifier les premiers, que pour les examiner, comme si la verité dependoit plus de l’opinastreté, que de la conessance et de la raison. En tout cas, quand ainsi seroit que les moines pourroient escrire des affaires d’Estat contre leurs propres regles, et que le prince seroit obligé de se conseiller en ses desseins a qui bon luy semblera, ne se trouvera-il pas d’aussi [856] grands personnage [personnages] sans chapperons, et sans [qu’avec] toutes ces bigarrures, qui peuvent faire cest office avec plus de prudence et plus de fidelité, que ces peres suspects et interessés [et moins d’interest]. Quand nostre Autheur fait un prince parfait, ses adversaires en demandent un sot, un simple et sans jugement ; s’il le veult sage et prudent, ses censeurs le veulent ignorant et ridicule ; s’il l’oblige d’estre chef de son Conseil, et s’il le souhaitte le plus intelligent et le plus clair-voiant de tous ses Ministres ; ses calomniateurs s’y opposent, et veulent qu’il ne sache qu’escouter, qu’il n’agisse non plus que son image, qu’il soit dans son conseil comme dedans son grand sceau, en bosse seulement, et qu’il ne puisse executer chose aucune sans l’aide et l’assistance de ceux qui sont la pour recepvoir ses ordres, et les executer [d’auttruy]. C’est luy vouloir oster le caractere de prince et de souverain, c’est vouloir le reduire a une condition pire et plus servile que celle d’un simple bourgeois, puis qu’il n’y a celuy qui ne crùt estre traitté avec [857] injustice et tirannie, si son seigneur mesme le vouloit obliger de se servir en ses affaires particulieres de tel conseil qui luy plairoit donner, luy ostant la liberté de pouvoir agir de soy [mesme], et comme il adviseroit bon estre pour le bien de sa famille. A plus forte raison le souverain qui ne tient son sceptre que du ciel, et qui ne releve que de Dieu, et de son espée. Je parle icy seulement des affaires d’Estat les plus importantes et les plus secrettes, et non pas de touttes les auttres indifferemment ; outtre que cela seroit impossible, il n’est pas necessaire aussi. La prudence des Rois scait ce qu’ils se reservent, et ce qu’ils abandonnent a leurs Conseils, et a leurs justices [cours] souveraines, [;] qui ont et qui reglent [elles ont] les differens des sujets en particulier, et eux le gouvernement et le soing du general, et de tout l’Estat en gros. Estant une chose infaillible et certaine, que s’ils n’ont l’esprit de se conseiller d’eux mesmes, et de conestre si ce qu’on leur propose est utile et necessaire a leurs desseins, ce sont de pauvres Rois, et de [des] malheureux princes [858] de se voir reduits d’aller demander a leurs sujets comme ils doibvent les gouverner, et a leurs voisins ce qu’ils ont a faire chez eux ; nihil existimationem principis gravius laedit, dit un fameux politique de nos jours, quam de ignavia et incapacitate illius opinio ; et nascitur illa dum Princeps se ipsum officio privat, et vices suas uni Ministrorum committit ; eo ipso enim vel ineptum se, et rebus imparem confitetur, vel ignaviam suam prodit, dum ocium praefert curae rerum publicarum5.

10Ainsi, quand nostre Autheur dit, qu’il faut que le bon conseil d’un prince procede de sa prudence, et non point que sa prudence naisse du bon conseil d’auttruy ; ou est l’erreur de ceste maxime, ou est son impieté, ou est la Tirannie et la malice [perfidie] de sa Doctrine ? Il fault estre sans justice et sans raison pour la desapprouver, puis qu’il n’y a rien de plus noble, ny de plus glorieux en un prince, ny de plus utile et de plus favorable a son Estat, sinon que les bons advis viennent de sa prudence, et non point de celle d’auttruy ; [859] auttrement ce seroit en vouloir faire un aveugle qui ne pourroit aller qu’a taston, qui ne pourroit se mouvoir sans guide, et qui ne pourroit rien conestre que par les yeux d’auttruy ; estant veritable que si le prince n’est sage de soy mesme, il ne peult pas l’estre par l’esprit des auttres ; puis qu’il est certain que pour estre capable de recepvoir un bon conseil, il fault estre encore plus capable d’en pouvoir donner un meilleur, ou du moins discerner s’il est bon, ou mauvais, utile ou dommageable, auttrement ce n’est point agir de soy mesme ; parce que [d’autant que] ce n’est pas conestre les choses, ny penetrer dans leurs secrets, que de n’en rien scavoir que par le rapport d’un tiers, outtre que ceux qui nous representent les alterent et les desguisent ordinairement, ou par malice, ou par interest, ou pour favoriser l’amy, ou pour deservir et se venger de l’ennemy, et qu’il est tres difficile, voire mesme impossible que nous pussions [puissions] tomber dans l’opinion d’auttruy en tout et par tout quelques justes et raisonnables que nous puissions estre.

11Pour avoir des sentimens de Roy, il fault estre [860] né tel, et celuy qui ne l’est point et qui veult le contrefaire, reussira aussi mal que feroit un amoureux dedans une passion feinte, au pris de celuy qui en est tellement touché qu’il en perd le boire et le manger, l’esprit et le repos. Il est trop dangereux a un prince, et la suitte de ce discours nous le fera voir, de confier tous les secrets de son Estat a qui que ce soit ; il n’y a personne, quoy que l’on proteste au contraire, qui ne s’aime plus soy mesme, que qui que ce soit au monde ; l’amour que nous nous portons est si naturel, les interests sont si puissans, et le desir de commender si charmant, qu’il n’y a rien qu’on ne face, qu’on n’entreprenne, et qu’on ne tasche d’executer pour s’aggrendir et pour s’eslever ; si violandum est jus, Regnandi causa violandum est ; et l’unique et seul remede a ce mal, est de ne partager son Authorité en facon que ce soit, de n’avoir aucun compagnon en pouvoir, et tenir tousjours ses Ministres en debvoir, qu’ils ne decident rien d’important d’eux mesmes, encore qu’ils proposent et qu’ils expedient touttes choses ; nulla fides Regni sociis. Que si d’auttre [861] costé on demande advis a plusieurs, on n’en tirera que des opinions contraires et discordantes, en suitte de ce vieux dictum [dicton] ; tot capita, tot sensus ; outtre que l’experience nous apprend assés, qu’il n’y a personne qui ne croie estre plus sage que son compagnon, et qui ne face tous ses efforts pour parestre tel ; [et] qu’il n’y a point de conseillier qui ne prefere l’avancement de sa maison, a celuy du Roiaume, et qui ne postpose les interests de son prince, aux siens particuliers quand il y va de s’aggrandir. Les hommes sont faits ainsi et ne seront jamais auttres, c’est pourquoy il fault s’en donner de garde, et les tenir tousjours dedans le debvoir, le respect, et l’obeissance. Ils auront assés d’auttres emplois, et se rendront assés recommendables d’ailleurs quand ils feront executer les volontés du prince, et qu’ils se contenteront de demeurer dans la balance, sans la vouloir tenir et gouverner. Il y a assés d’auttres affaires importantes et honorables ou ils peuvent faire preuve de leur vertu, et de leur justice, sans vouloir pretendre au secret de l’Estat, qui est un depost roial, qui ne [862] peult estre conservé que dans la pourpre et sous la couronne.

  • 6  Exod. Cap. 18. Vers. 22. 26.
  • 7  Numeror. Cap. 11. Vers. 16. 17.
  • 8  Deuteron. Cap. 1. Vers. 12.15.16.17. Exod. Cap. 18. Vers. 21. ad finem Numero. Cap. 11. Vers. 14. (...)

12Quand Jetro beaupere de Moise luy conseille de prendre des gens vertueux et craignans Dieu pour supporter une partie du fais, et l’aider au Gouvernement [en l’administration] du peuple judaique, il borne [borna] leur pouvoir, et regle [regla] leurs fonctions [leur commission] en ceste sorte ; qui judicent populum omni tempore, quicquid autem majus fuerit referant ad te, et ipsi minora tantummodo judicent ; ce qui fut executé ; sed quicquid gravius erat, referebant ad eum, faciliora tantummodo judicantes6 ; ce qui est seulement pour la justice sommaire [souveraine] d’entre les parties, et les choses de fait qui se presentent a decider journellement entre les particuliers sujets, le prince se reservant a luy seul la conessance des affaires d’Estat les plus importantes. Et ce mesme Moise voulant prendre advis de son frere Aaron, de Jetro son beaupere, de Josue son connestable, et son plus grand Capitaine, et des septantes juges qu’il choisit, Dieu luy osta de son esprit pour en faire part a ceux la, affin qu’il fut tousjours sien, et comme venant [863] de luy, gouvernant non seulement en son nom, mais encore en son esprit et sa pensée, et qu’ainsi le gouvernement fut tousjours reduit a l’unité, nonobstant la multiplication des Ministres qui n’agissoient que par un mesme esprit ; congrega mihi septuaginta viros de senibus Israel, quos tu nosti quod senes populi sint ac magistri, et duces eos ad ostium Tabernaculi foederis, faciesque ibi stare tecum, ut descendam, et loquar tibi ; et auferam de spiritu tuo, tradamque eis, ut sustentent tecum onus populi, et non tu solus graveris7. Dans l’Exode, et le Deuteronome, il s’explique encore plus clairement sur cela, quand il laisse pour regle et pour instruction aux Monarques de la terre, ces parolles qui ne peuvent estre rejettées ny condemnées [comme le mesme Moise tesmoigne dans le Deuteronome quand il dit] ; non valeo solus negotia vestra sustinere, et pondus, ac jurgia ; quapropter tuli de tribubus vestris viros sapientes ac [et] nobiles, et constitui eos principes, et tribunos qui docerent vos singula ; praecepique eis dicens, audite illos, et quod iustum est judicate, sive Civis sit ille, sive peregrinus ; nulla erit [864] distantia personarum, ita parvum audietis ut magnum ; nec accipietis cuiusquam personam, quia Dei judicium est ; quod si difficile vobis visum aliquid fuerit, refertè ad me, et ego audiam8. Qui a il de plus formel que ce passage d’un prince choisi et inspiré de Dieu et [du] maistre des politiques, pour faire voir que le souverain [prince] doibt estre le chef de son Conseil, qu’il doibt preferer son advis a tous auttres, puis que les choses que ses Ministres [les auttres] ne peuvent decider luy sont reservées, et que ses officiers [Ministres] ne doibvent prendre conessance que des differens du peuple, pour les juger et decider entre Titius et Maevius sans exception de personne, laissant au prince le general, et le soing particulier des affaires de son Estat, comme en estant l’ame et le Genie, le premier mobile [moteur], et celuy qui veille le plus, et qui y doibt prendre le plus d’interest.

  • 9  Proverb. Cap. 16. Vers. 10.
  • 10  Ibidem, Cap. 20. Vers. 8.
  • 11  Prov. Cap. 28. Vers. 16.
  • 12  Ecclesiasticus, cap. 10. Vers. 1. 3.
  • 13  Ecclesiastes, cap. 10. Vers.
  • 14  Sapient . cap. 6. Vers.
  • 15  Sapienti. Cap. 6. Vers.
  • 16  Regum, lib. 2. Cap. 18. Vers. 3.

13Salomon qui a esté le plus sage, et le plus esclairé [grand] des Rois, assure que les oracles reposent sur les levres des souverains, et qu’il est comme impossible qu’ils se puissent tromper dedans leurs [865] jugemens, et dans les ordonnances qu’ils font de leurs Estats [estat] ; divinatio in labiis Regis, in judicio non errabit os ejus9 ; et un peu aprés ; Rex qui sedet in solio judicii, dissipat omne malum intuitu suo10. Ce sont les oings de Dieu, ils sont ses lieutenans en terre, ils ont des Genies de Rois, ils [ne] ont [que] des graces particulieres en ceste qualité, ils ont des sentimens qui sont propres et reservés à leur condition, quelle apparence qu’ils soient moindres en esprit et en Authorité que leurs sujets, et qu’ils n’aient qu’un nom sans merite, et un pouvoir qu’ils ne conessent point [et sans pouvoir] ; dux indigens prudentia, dit le mesme Salomon, multos opprimet per calumniam11 ; et l’Ecclesiastique dit ; Rex insipiens perdet populum suum ; et principatus sensati, stabilis erit12. Le chef et le prince qui se verra reduit a chercher la prudence et le conseil ailleurs que chez soy, ne pourra jamais s’exempter de commettre mille injustices, de causer mille desordres, et d’opprimer les plus gens de bien [866] et les plus innocens de son peuple, parce que ne jugeant des choses que sur le rapport d’auttruy, et ne conessant point la verité de ce qu’on lui desguise, ne peut en ordonner suivant son equité et sa bonté paternelle, mais seulement suivant la haine, la passion et les interests de ceux qui luy representent sous telles couleurs que bon leur semble. C’est pourquoy l’Ecclesiaste parlant des bonnes qualités des Rois et des souverains, dit ; qualis est rector civitatis, tales inhabitantes in ea13 ; tout le salut et le bonheur des sujets, despend de la sagesse et de la bonne conduitte de leur souverain, estant certain que quand le chef est indisposé et mal sain, il est impossible que les membres et les parties qui en dependent se portent bien, et soient en leur entier ; vae igitur genti cujus Rex puer est14, malheureux donc sont les peuples qui sont gouvernés par des Rois qui se laissent mener comme des enfans, qui ne conessent point les necessités de leurs Estats, et qui sont contraints de se conseiller de touttes choses, et de demander [867] a leurs sujets comme ils doibvent faire les Rois ; ou au contraire bien heureux sont ceux la, de qui le prince est sage, prudent, et intelligent, et qui ne cherche point l’appuy de son Estat que dans soy mesme ; puis que le repos et la tranquillité du peuple est inesbranslable quand elle est soustenuë par la bonne conduitte du prince, et qu’elle procede de ses soings comme de sa [vraie] source veritable et naturelle ; beati quorum Rex intelligens, nam Rex sapiens populi stabilimentum est15 ; a cause que ; unus Rex, pro decem millibus computatur16 ; la personne d’un Roy en vault dix mille auttres, et sa protection et son Gouvernement ne souffrent [souffre] point de compagnons [compagnon], ny de comparaison quelconque [en facon que ce soit].

  • 17  Regum, lib. 1. Cap. 8. Vers. 5. et, 20.
  • 18  Tobie, cap . 16, vers. 7.

14Quand les Israelites demanderent un Roy a Dieu, ce fut pour les juger et gouverner par soy mesme, et non par auttruy ; constitue nobis Regem ut judicet nos, sicut et universae habent nationes ; et un peu apres ; judicabit nos Rex noster, et egredietur ante nos, et[868] pugnabit bella nostra pro nobis17 ; s’ils le veulent seul en paix pour leur rendre la justice ; ils veulent aussi qu’il les conduise luy mesme a la guerre, qu’il marche a la teste de ses armées, qu’il combatte pour eux, et avec eux ; tous auttres chefs et conseilliers pouvant estre suspects aux princes, et dangereux a leurs sujets ; quomodo malis quorumdam suggestionibus, Regum studia depravantur18 ; tout conseil estranger peult donner de l’ombrage au souverain, parce que celuy qui le propose prefere souvent son bien et son avancement a celuy de la chose publique ; ou le prince ne peult rien faire pour luy qui ne soit pour son peuple, ny rien pour son Estat en general, qui ne soit a l’avantage des particuliers, puis que c’est son bien, son patrimoine, son refuge, sa retraite, son honneur, et sa gloire.

  • 19  Proverbio. Cap. 2. Vers.
  • 20  Ecclesiasticus, cap. 37. Vers. 7. 8. 9. 10. 11.
  • 21  Ecclesiasticus, cap. 15. Vers. 14.
  • 22  Idem, cap. 19. Vers. 8.
  • 23  Tobie, cap. 12. Vers. 7.
  • 24  1. ad Corinth. cap. 2 . vers. 11.
  • 25  Ecclesiasticus, cap. 9. Vers. 24.
  • 26  Ibidem, Cap. 10. Vers. 1.

15Lorsque [Quand] Salomon dit en ses proverbes ; si intraverit sapientia cor tuum, et scientia animae tuae placuerit, consilium custodiet te, et prudentia servabit te, ut eruaris [869] a via mala19 ; ne tesmoigne il pas par ce raisonnement que le prince doibt estre le plus sage et le plus entendu de son Estat, affin que par son conseil et sa prudence il se mette a couvert de celuy qu’il pourroit recepvoir de personnes suspectes et interessées, et qui sur un faux rapport luy feroit faire une injustice, ou un faux jugement ; consilium custodiet te, et prudentia servabit te, ut eruaris a via mala ; il n’y a que ton conseil auquel tu te puisse [sic] fier, il n’y a que ta prudence qui puisse conserver ton honneur et ta reputation, et qui te puisse exempter de mille et mille injustices que la malice d’auttruy te feras [sic] commettre sans dessein et malgré toy. C’est pourquoy escoutés Jesus fils de Syrach, et suivés le conseil qu’il vous donne en ces termes ; noli consiliari cum eo qui tibi insidiatur ; et a zelantibus te, absconde consilium ; omnis consiliarius prodit consilium, sed est consiliarius in semet-ipso, a consiliario serva animam tuam, [870] prius scito quae sit illius necessitas, et ipse enim animo suo cogitabit, ne fortè mittat sudem in terram (qu’il ne fiche la perche en terre, pour vous jetter un empeschement au devant, comme qui plante un pieu en terre pour vous faire tomber) et dicat tibi, bona est via tua, et stet e contrario videre quid tibi eveniat20. A quoy bon s’aller descouvrir pour se mettre en danger d’estre trompé, et de ruiner ses affaires en les revelant ; pourquoy renoncer a ceste belle liberté que nous tenons de Dieu et de la Nature, de pouvoir agir de nous mesmes, attendu le peu de fidelité qui se rencontre parmy les hommes ; Deus ab initio constituit hominem, et reliquit illum in manu consilii sui21 ; celuy qui a fait l’homme, c’est celuy la mesme qui l’a fourny de prudence et de conseil pour pouvoir mettre ordre a ses affaires, et choisir ce qu’il voudra ; c’est pourquoy dit le mesme esprit ; amico et inimico noli narrare sensum tuum22 ; ne dittes pas tous vos desseins et sentimens a vostre amy, et moins encore a vostre ennemy, puis qu’il y a si peu de foy entre les hommes [ne dis point ce que tu as dedans l’ame, ny a ton amy, ny a ton ennemy, a peine se trouve-il une seule foy entre tous les hommes] ; outtre qu’il fault que le [871] secret des Rois soit caché, et couvert d’un voile comme une chose sacrée, et que chacun ne peult pas conestre ; sacramentum Regis abscondere bonum est23 ; les pensées et les desseins des princes n’estant pas comme celles des auttres hommes, puis que ce sont autant de misteres et autant de sacremens dont les causes invisibles et non conuës, doibvent demeurer dedans leurs ames [l’ame des princes], estant assés que les sujets en descouvrent les marques et les signes apparens par le bonheur et l’utilité qu’ils sentent et qu’ils recoipvent de l’heureuse et sage conduitte de leurs souverains [leur souverain]. De plus, s’il est vray comme l’Escripture le dit [en tant] d’endroits, que les Rois sont des Dieux sur terre, qu’ils ne relevent et ne dependent immediattement que du ciel ; et l’Apostre adjoutant, que nul n’a jamais conù ce qui est de Dieu, que Dieu mesme ; quae Dei sunt, nemo cognovit, nisi spiritus Dei24 ; ainsi les Rois aiant quelque chose de Divin, et possedant des avantages qui ne sont point communs aux auttres hommes, il est bien difficile que des esprits d’une auttre trempe, et de moindre estoffe que la leur, puissent avoir des [872] sentimens dignes de leurs pensées, et qui correspondent a la grandeur de leur estre ; in manu artificum opera laudabuntur ; et princeps populi in sapientia sermonis sui25 ; ce sainct Escrivain dit ; sui, et non, aliorum ; ce qu’il confirme par la comparaison qu’il faut auparavant, comme s’il vouloit dire, que de mesme que l’artisan est loué pour l’ouvrage qui vient de ses mains quand il est bien fait, et qu’il est de sa facon ; ainsi l’est le prince par la prudence de son discours, de son conseil, et de son raisonnement par les heureux evenemens qui en arrivent, puis que nostre gloire ne procede que de nos actions, et non de celles des auttres ; ce qui luy fait dire au chapitre suivant que ; principatus sensati, stabilis erit26 ; que pour bien gouverner un Estat, et le rendre stable et permanent, il fault que le prince qui en est le chef et le conducteur, soit sage, prudent, et capable de prendre de bons conseils en soy mesme pour en faire valoir les evenemens.

16Supposons avec nos contradicteurs, [posons le cas] que les princes ne puissent, ny ne doibvent rien entreprendre sans l’advis de leurs Conseils [leur conseil], et que ceste voie [873] soit la plus sure et la plus certaine, comme soustiennent ceux qui impugnent leur Authorité souveraine, et la verité de nostre maxime. Qui sera garend de tous ces Autheurs, des maux et des desastres qui peuvent arriver pour les avoir crù ? N’y aiant rien de plus certain, que si le Monarque n’a [s’ils n’ont] qu’un ou deux confidens Ministres d’Estat, ils seront plus faciles a corrompre et a gaigner par les princes estrangers, tesmoing le Valestein pour l’Empereur, que s’il en avoit plusieurs ; et si d’auttre costé il en a [ils en ont] beaucoup, chacun voudra estre le premier, ils ne travailleront qu’a estre les plus emploiés, l’envie se mettra parmy eux, la jalousie y fera naistre la division, puis le mespris et la negligence des affaires, et finalement la ruine de l’Estat ; outtre qu’il est comme impossible que le secret se puisse garder parmy tant de bouches interessées et mal contentes. Ce qui me fait conclure et soustenir de plus en plus, que le prince doibt preferer son conseil a tous auttres pour s’exempter de ces soupcons, de ces ruines, et de ces dangers, y allant tousjours plus du sien, [874] que non pas de tous ses Ministres quelques fideles et affectionnés qu’ils puissent estre a son service et au bien de son Estat.

  • 27  Tertulian,
  • 28  Tacit. annal. Lib. 1.
  • 29  St Cyprian, de Idolor. Vanita.
  • 30  St Chrisost. In acta Apostolor. Homil. 4.

17Tertulian raisonne puissamment a son ordinaire quand il dit en faveur de nostre Autheur, que comme il n’y a qu’un Dieu dans le monde, il n’y peult avoir aussi qu’un souverain dans l’Estat, et comme Dieu ne seroit pas Dieu, s’il n’estoit unique ; Deus, si non unus est, non Deus est27 ; ainsi le Roy ne seroit pas Roy, s’il n’estoit seul, puis que la principauté ne peult souffrir de compagnon, non plus que la Divinité. L’experience a monstré a tous les peuples de la terre, qu’il est impossible de partager l’Authorité, et de conserver la paix, et que le remede a ce mal, est l’unité de puissance ; non aliud discordantis patriae remedium est, quam ut ab uno regatur28. Le Roiaume est un grand corps, et comme celuy-cy ne peut estre animé que par un seul esprit, celuy la ne peult estre gouverné que par un seul souverain ; ils se choqueroient s’ils estoient deux ; quand la jalousie ne les divise[875]roit pas, la diversité des sentimens les partageroit, et causeroit de la confusion dans le gouvernement. Alexandre ne parloit pas seulement en conquerant, mais en souverain, quand il disoit a Darius qui luy offroit une partie de son Estat, que l’Empire ne pouvoit estre conduit que par un seul, comme le monde ne pouvoit estre esclairé que par un soleil. St Cyprian exprime ceste mesme pensée en beaux termes quand il dit, que ; neque enim illa sublimitas potest habere consortem, cum sola omnem teneat potestatem29 ; adjoutant ailleurs apres Minutius Felix, qu’on ne peult reconestre, que ; dux unus in gregibus, et in armentis rector unus. Sainct Chrisostome fait une comparaison aussi belle que politique sur ce mesme sujet, quand parlant de l’harmonie qui se trouve dans la musique, aussi bien que dans un Estat bien reglé, il dit ; vides mirabilem rem, in multis unum, et in uno multos30.

  • 31  Marquez, homme d’Estat chrestien, Liv. 1. chap. 6.
  • 32  Plin. In Paneg. Traian.

18Un Docteur moderne, et confesseur d’un Roy d’Espagne a voulu souscrire touttes ces Authoriés puissan[876]tes dans la vie politique de Moise qu’il nous a données [sic] avec ses reflexions, disant que le prince qui decide les affaires sur le rapport de ses Ministres est sujet a estre trompé, parce qu’il est tousjours a craindre que le Ministre ne soit preoccupé de quelques unes, faisant valoir les services des uns, pour celer ceux des auttres31 ; c’est pour quoy Trajan est loué de ce qu’il vouloit conestre les choses luy mesme, ne voulant s’en rapporter a la foy d’auttruy ; foelices illos quorum fides et industria, non per internuntios et interpretes, sed ab ipso te, neque auribus tuis, sed oculis probantur32.

  • 33  Herodot. Histo. lib.
  • 34  Douiat, enarrat. 17. In Responsa iuris consultorum naturalia.
  • 35  Ad Ephes. Cap. 1. Vers. 11.

19Non seulement l’Escripture ste et les peres de nostre Eglise les plus fameux sont dans ce sentiment avec Machiavelle, mais encore les Autheurs les plus celebres de l’antiquité, et qui passent parmy nous pour les plus excellens et les plus clair-voians dans la politique ; Herodote qui est un des plus anciens et des plus renommés, ses fables a part, remarque dans son histoire, qu’Artebanus oncle de Xerces, estant interrogé par ce Roy touchant la guerre [877] qu’il vouloit faire en Grece, respondit en ces termes ; nisi, Rex, diversae dicantur sententiae, meliorem eligere non poteris ; sed cum plures, variasque audieris, facile discernes tanquam aurum ab aliis metallis meliorem33. Si le Roy intelligent est obligé de choisir et discerner le meilleur des advis differens qu’on luy donne, il fault necessairement que le sien emporte et prevale celuy des auttres, et par ainsi preferer son conseil a tous auttres quand il en descouvre les deffaults ; ce qui a fait dire a un conseillier du parlement de Toulouse, que ; nostra juris prudentia dictat benè Reipublicae consuli per unum ; eamque Gubernationem ab omnibus aliis Gubernationibus, non aliter quam ab hominibus Deum secernere decet34. De plus, si les Rois, comme il est vray, sont les Images et les lieutenans de Dieu, qui operatur omnia secundum consilium voluntatis suae ; comme dit le plus sublime des Apostres35 ; il fault a l’imitation du tout puissant qui leur a mis le pouvoir et l’Authorité en main, qu’ils agissent d’eux mesmes, puis qu’ils sont responsables non seulement de leurs propres actions, mais [878] encore de celles de leurs officiers et de leurs Magistrats, qui n’estans pas maistres, ny peres de la Republique, n’ont ny l’interest, ny l’affection qu’il fault pour gouverner un bien qui ne leur appartient point, et qu’ils diminuent autant qu’ils peuvent pour aggrendir leur patrimoine, et ceux de leurs enfans.

20De plus, si vous donnés tout le soing des affaires a un homme seul, ou a peu, vous mescontentés tous les auttres, vous rebuttés tous les grands corps, et touttes les [grandes] compagnies souveraines de l’Estat, ce qui fait que ce petit nombre emploié se veult maintenir en despit de leurs envieux, et de ceux qui le trouvent mauvais par jalousie seulement et pour cest effect ils cabalent ensemble, cherchent les moiens de s’affermir, et au lieu de songer aux affaires de leur maistre, et du public, ils tournent touttes leurs pensées a ce qu’ils croient pouvoir servir a leur appuy, et a la conservation de leur fortune ; puis s’imaginans que tout le monde leur est ennemy, parce que chacun les envie, ils commencent aussi de leur part a hair un chacun, et de la, abusans et de leur pouvoir et de leur credit, ils passent souvent a l’insolence [879] et a la cruauté. Et touttes ces menées, et touttes ces partialités estant tres dangereuses a l’Estat, me font persister dedans ma premiere opinion que le prince doibt chercher le bien, le repos, et l’utilité de son Estat dans soy mesme, et [dedans] son propre conseil, pour meriter le tiltre de commendant, et celuy de pere et de protecteur de ses sujets.

  • 36  Nouvell. 105. sect. subiaceat, De consulib.
  • 37  Barret, ius Regis, Lib. 1. Cap. 6.
  • 38  Hobbes, de Cive, tit. Religio, cap. 15. Art. 15.

21Si le prince est donné de Dieu, pour la loy animée des hommes ; principem Deus misit legem animatam hominibus36 ; qu’elle apparence que celuy qui doibt vivifier les auttres, soit contraint de leur demander la vie luy mesme ; que celuy qui a le gouvernail en main, cherche qui le gouverne ; et que celuy qui fait la loy a ses sujets, leur demande ce qu’il a a faire pour les maintenir et conserver. Un Autheur moderne, et fort passionné pour l’Authorité des Rois, raisonnant sur ceste nouvelle de l’Empereur, et tombant dedans nostre sentiment, dit ; si princeps lex animata est ; anima et vita legis est sensus legis ; hic autem a Rege ipso petendus, et non ab alio ; quis enim novit mentem Regis, praeter ipsum Regem. Legis autem voluntas a principe latore petenda est, [880] et non ab ipsa legè ; lex enim princeps mutus est ; princeps vero lex loquens est ; ideo sic dictus quia mentem suam ac legis suae exprimere solet37 ; ainsi si le prince ne prefere et ne peult preferer son conseil a tous auttres, il ne pourra jamais estre une loix animée, ny rendre raison de sa loy et de ce qu’il ordonne, ny l’interpretter au besoing, puis qu’il faudroit attendre et recourir a ceux qui luy auroient suggerée ; et par ainsi au lieu d’estre l’ame de ses ordonnances, il n’en seroit que le corps et la matiere la plus grossiere, et ne seroit pas une loy parlante, mais entierement muette et qui ne pourroit rien dire que par la bouche et l’organne d’auttruy. Un Autheur [anonime et] nouveau du mesme pais que celuy-cy, dit en definissant la loy, que ; leges civiles nihil aliud sunt, quam ejus qui in civitate summa potestate praeditus est, de civium futuris negotiiset actionibus mandata38 ; pour monstrer que c’est le prince seul qui ordonne et qui resoult, contre la Doctrine du parlement d’Angleterre [du] lieu de sa naissance.

  • 39  Tite Live, histo. lib. 1.
  • 40  Tacit. Annal. Lib. 1.
  • 41  Ibidem, lib. 2.

22Tite Live qui a consideré la vie de tant de grands [881] personnages dont il nous [qui nous en] a laissé l’histoire, et qui nous a fait part de tant de beaux enseignemens par escript, veult que le prince agisse seul absoluement et souverainement ; saluberrimum in administratione magnarum rerum est, summam Imperii apud unum esse39. Remarquant en un auttre endroit, que Tarquin le superbe aiant entré dans la Roiauté par la force et les armes, et voulant s’y maintenir par l’independance et la souveraineté ; eo accedebat, ut in caritate civium nihil spei reponenti, metu Regnum tutandum esset ; quem ut pluribus incuteret, cognitiones capitalium rerum sine consiliis per se solus exercebat. Et un peu apres. Domesticis consiliis Rempublicam administravit ; Bellum, pacem, foedera, societates per se ipsum cum quibus voluit, in jussu populi ac senatus fecit. Estant certain que le principal appuy de l’Estat doibt estre au prince mesme, parce que c’est luy qui est obligé de [doibt] mettre la main es affaires les plus importantes et les assurer promptement et sur le champ, crainte comme dit Tacite, que remettant touttes [882] choses au conseil il ne les ruine, et n’affoiblisse l’Estat par ce retardement ; neu vim principatus resolvas, cuncta ad senatum revocando40 ; n’y aiant rien de plus veritable que tout despend du prince, qui doibt estre le seul arbitre de ses affaires [de son Estat] ; solus arbiter rerum, jure ac nomine Regio41 ; et en un auttre endroit ; principi summum rerum judicium Dii dederunt, subditis obsequii gloria relicta est.

  • 42  Annal. Lib. 1.
  • 43  Idem, Annal. Lib. 13.
  • 44  Vegetius,

23C’est pour quoy les anciens Romains tenoient pour maxime, que la Republique n’aiant qu’un corps, il ne faloit aussi qu’une ame et qu’un esprit pour la gouverner, et que la raison demandoit qu’aux affaires importantes, l’Authorité qui se trouvoit dispersée pa[r] les membres, fut rappellée et reunie en la persone du prince, avec d’autant plus de justice que le compte de l’Empire n’estoit jamais bon, s’il n’estoit rendu a un seul ; unum Imperii corpus, unius animo regendum ; quia est imperandi ratio, ut non aliter constet, quam si uni reddatur ; et pacis interest omnem potestatem ad unum conferri42 ; comme touttes les lignes tirées de la circumference d’un cercle, aboutissent a son centre. Auttrement, s’il y a plusieurs testes [883] differentes sur le corps de l’Estat ; periculum est si duo solus sint, ne incendio omnia perdantur; parce que ; id Deo placitum est, ut arbitrium rerum penes unum maneret, quid daret, quid adimeret, neque alium judicem quam se pateretur43. C’est pour quoy, dit Vegece ; fieri quid deliberes cum multis tractes, quid facturus sis, cum paucissimis, vel potius ipse tecum44. Le cœur des Rois est impenetrable, ils agissent souvent par des ressorts imperceptibles, et par des considerations qui ne seront jamais sceuës que d’eux mesmes ; et fault scavoir qu’ils ne sont pas si inviolablement liés aux raisons d’Estat, ny si fortement attachés aux loix de leur interest, qu’ils ne puissent les abandonner quelques fois, et les enfreindre quand il est necessaire.

  • 45  Philostrat. En la vie d’Apollonius Tyaneus.
  • 46  Regum, lib. 1. cap. 8. Epistol ad Rom. cap. 13.
  • 47  Gregori. De Rep. Lib. 24. cap. 7.
  • 48  Tacite, lib. 1. Annal.

24Apollonius Tyaneus l’oracle de son temps, estant interrogé par le Roy de Babilone de ce qu’il avoit a faire pour Regner longtemps, heureusement, et assurement, ne luy donna que ce petit, mais excellent precepte ; si multos honoraveris, paucis vero credideris45. Un politique de nos jours, et peut estre le plus docte et le plus universel [scavant homme] de [884] son siecle, est de cest advis quand il dit ; sunt, qui contendant Monarcham solum sine consilio posse de rebus etiam gravioribus statuere ; ut de bello, pace, aliisque negotiis similibus ; alii negant, et in negotiis illis arduis eum non esse sui juris putant. Ego priori sententiae, sed cum temperamento accedo ; quia Deus dedit Regi populi sui omnem potestatem, inquit scriptura46 ; et si non tenetur adhibere Consilium expedit tamen, uti prudentum consilio. Quod si princeps satis esset natura propria sapientia ad imperandum commoda instructus ; ut quae facienda sunt videat, sciat, et velit imperare ; et haec etiam illi praescribere licet47 ; sans qu’il soit obligé d’en rendre compte a qui que ce soit qu’a soy mesme, puis que l’Authorité de commender en souverain le veult ainsi [, suivant Tacite qui dit ; ea est Imperandi ratio, ut non aliter constet, quam si uni reddatur48].

  • 49  Hobbes, de Cive, tit. Imperium, cap. 6. art. 7.
  • 50  ibidem, art. 13.

25Hobbes cy dessus allegué [L’Autheur ananime susdit], enseigne formellement et veritablement, que ; necessarium est ad singolorum conservationem ; ut sit consilium aliquod unum, vel homo unus, qui jus habeat armandi, congregandi, et uniendi tot cives in omni periculo, vel occasione, quot pro incerto numero et viribus hostium ad communem defensionem [885] opus erit, rursusque in hostibus quoties expediet pacem faciendi49. Adjoutant un peu apres, que ; manifestissimum est in omni civitate perfecta, esse summum in aliquo Imperium, quo majus ab hominibus jure conferri non potest, sive quo maius nemo mortalium habere potest in se ipsum ; sublata enim hac potentia, una tollitur civitas, et redit confusio omnium rerum50.

  • 51  Senec. De Benef. lib. 4. cap. 34.
  • 52  Senec. Epistol. 38.
  • 53  Machia. De l’art de la Guerre, liv. 7. chap. 14.

26Quand le prince auroit un conseil secret, et qu’il y proposeroit tous ses desseins, et tout ce qu’il auroit envie de faire ; il fault necessairement qu’il suive, ou la pluralité des voix, ou le plus petit nombre ; si la pluralité est de son costé, qu’estoit il besoing de leur proposer pour publier son secret ; et si elle n’y est pas, et qu’il se laisse aller a leurs opinions, il n’est plus maistre de ses desseins, il n’agit plus de soy, ny en souverain, et sera contraint sans doubte de dire comme Anacharsis, qui s’estant trouvé dedans une assemblée a Athenes, dit qu’il s’esmerveilloit qu’es consultations et deliberations des Grecs, les sages [886] proposoient les affaires, et les fols les decidoient. Que s’il n’a la pluralité des voix, et qu’il passe par dessus leurs raisons, il est encore plus inutile et comme injurieux de demander des advis et des conseils pour ne les pas suivre, et ce mespris pourroit tellement irriter quelqu’un de la compagnie que cela l’obligeroit a espouser le party contraire et de reveler le secret qu’on luy auroit communiqué pour mespriser son sentiment. Seneque dit que le sage ne change jamais de resolution, tant que le temps et [tout le temps que] les choses qui luy ont fait prendre subsistent et demeurent en leur entier ; sapiens non mutat consilium, omnibus his manentibus, quae erant eum sumeret51 ; le prince qui est l’ame de son Estat, le seul qui en a le soing et le gouvernail en main, et celuy qui doibt prevoir et remedier a tout ; quand une fois il a resolu quelque chose, qu’il scait l’ordre qu’il fault mettre aux inconveniens qui arrivent, et qu’il tient le mal d’une main, et l’emplastre de l’auttre ; qu’est il besoing de communiquer une chose resoluë, ceux qui en auront moins de conessance que luy, [887] pourront-ils luy donner des expediens plus prompts et plus favorables ? Consilium nemo clarè dat52 ; dit le mesme Seneque ; personne ne void si clair dedans nos affaires que nous mesmes, le sage se guerit tousjours avant que de se plaindre. Machiavelle apporte un temperament a tout cecy, disant ; conseille toy avec plusieurs des choses que tu doibs faire, mais ce que tu voudras executer puis apres, conseille toy de bien peu de gens, ou pense y toy mesme seulement53.

  • 54  Regum, lib. 2. Paralippo. Lib. 1. Cap. 14.
  • 55  Ibidem, cap. 8. Vers. 15.
  • 56  Regum, lib. 3. Paralippo. Lib. 2. Cap. 1.
  • 57  Regum, lib. 3. cap. 3. vers. 11. 12.
  • 58  Paralippo. lib. 1. cap. 19.
  • 59  Regum, lib. 2. cap. 11. 12. Paralippo. lib. 2. cap. 23.

27Quand David demande conseil au seigneur, s’il doibt attaquer les philistins, il tesmoigne par la comme le prince doibt preferer son conseil a tous auttres, et qu’il ne reconoit auttre chef que Dieu et sa conscience ; consuluit David Dominum54 ; et un peu apres ; faciebat David judicium et justitiam omni populo suo55 ; c’estoit luy, et non auttre qui jugeoit les affaires les plus importantes de son Estat, et qui rendoit la justice a ses sujets. Salomon aiant succedé a la couronne de son pere David, Dieu s’apparut a luy la nuict pendant qu’il dormoit, et luy demanda ce qu’il desiroit de luy, et qu’il luy donneroit56 ; apres plusieurs beaux discours, il le [888] supplie de luy donner la prudence et la sagesse dont il avoit besoing pour pouvoir bien et heureusement gouverner son peuple, et le juger avec droitture et equité ; Dieu luy accordant sa demande, dit ; quia postulasti tibi sapientiam, ad discernendum judicium, ecce feci tibi secundum sermones tuos, et dedi tibi cor sapiens et intellegens, in tantum ut nullus ante te similis tui fuerit nec post te surrecturus sit57. Vous voiés comme Salomon ne demande point un bon conseil, mais en son particulier autant de sagesse et de prudence qu’il en fault pour gouverner son Estat, et comme Dieu exauceant sa priere luy donne la suffisance necessaire sans l’obliger en facon que ce soit de chercher ailleurs du conseil qu’auprés de soy. Si Hanon Roy des Ammonites n’eut [point] pris d’advis, il n’eut pas crù ceux qui luy conseillerent de faire coupper la robbe, et de raser la barbe et les cheveux aux Ambassadeurs que David luy avoit envoiés pour le consoler de la mort de son pere ; et par ainsi il eùt conservé son Roiaume, qu’il perdit pour avoir executé ce mauvais conseil58. Joas Roy d’Israel vint a la couronne fort jeune, aagé [889] seulement de sept ans, et fut gouverné par Joiada son oncle, homme sage et entendu, tellement que pendant que ce bon conseillier vesquit, le Roiaume fut tres bien et tres prudemment administré59. Cela estant ainsi, pourquoy Joas aiant atteint l’aage et l’experience que le temps et les années avoient acquises a Joiada son oncle, ne pouvoit-il pas faire seul, ce que son oncle faisoit sans l’aide d’auttruy pendant son bas aage ?

  • 60  Froissard. Du Haillan. Jean de Serre. et Dupleix, en sa vie.

28Charles 6, Roy de France n’avoit que treize ans quand il vint a la Couronne, et estoit de petit sens ; neant moins pendant sa minorité le Roiaume fut bien et sagement gouverné par ses trois oncles, les Ducs d’Anjou, de Berry, et de Bourgongne ; et ne trouva-on rien a redire a leur gouvernement sinon qu’ils tiroient a eux tout l’argent des finances. Nonobstant cela, ils ne laisserent pas de rentrer au maniement des affaires de l’Estat apres la majorité du Roy, a cause d’une frenesie qui luy survint, et qui luy dura plus de vingt ans, pendant le quel temps le Roiaume souffrit [890] beaucoup par l’ambition, l’envie, l’avarice et la vengeance de ces messieurs qui le gouvernoient60. De cest exemple, et de mille auttres semblables on peult voir et conestre qu’un Roy mineur, de peu de sens et de peu d’esprit, n’est pas le sage et prudent que nostre Autheur demande ; et comme il est dangereux pour l’Estat d’estre gouverné par un auttre que par le prince mesme, puis que la mauvaise conduitte [le mauvais gouvernement] de ces Ministres causoit plus de desordre, que non pas la maladie du Roy.

  • 61  Tacit. Annal. Lib. 5.
  • 62  Dion, et Spartia. in Severo.

29Charles Martel, Pepin, et tant d’auttres usurpateurs administrant les Roiaumes, ne se sont ils pas emparés des Couronnes, et jetté les princes legitimes dedans des cloistres, tesmoignans par la qu’il fault moins d’esprit et de capacité pour estre moine [que non pas] pour estre Roy ; et comme il est necessaire qu’un prince sage et prudent n’a[i]lle chercher de l’advis et du Conseil ailleurs qu’auprés de soy ? Chacun scait comme il en prist a l’Empereur Tibere de s’estre trop fié a Sejan, qui apres l’avoir fait son gendre, fut enfin contraint de le faire mourir a cause de sa trop grande insolence61. L’Empereur Galba qui estoit un fort bon [891] prince, se laissa tellement gouverner et maistriser par Titus Junius, Cornelius Lacus, et Icellus Marcianus, qu’ils le rendirent si odieux a tout le monde, qu’il fut tué et massacré n’aiant regné que sept mois. Et l’Empereur Severe avoit tant de confiance, et donna tant d’Authorité a Plautianus, qu’il sembloit s’estre despouillé de la sienne pour se faire son Ministre62. Cest ingrat fut tellement aveuglé de son bonheur, et l’ambition de regner le possedoit si fort, qu’il avoit entrepris de tuer l’Empereur et ses deux fils, ce qu’il auroit fait, si un Capitaine qu’il taschoit d’attirer a son party n’eut descouvert sa trahison, et son mauvais dessein ; ce que l’Empereur sachant et luy aiant demandé raison de sa perfidie, estoit sur le point de luy pardonner, si son fils ne l’eut tué tout en sa presence, craignant qu’il n’eschappa, se voiant deschargé de la Tirannie de ce traistre et mauvais Conseillier, il devint sage a ses despens, et ne s’engagea plus en semblables dangers [semblable danger], tesmoing ce qu’il fit estant a la guerre avec son fils Bassian, ou se faisant porter dans une littiere a cause qu’il estoit fort goutteux, et voiant que ses soldats [892] se faschoient et mutinoient d’obeir a un chef podagre, et vouloient prendre Bassian son fils pour leur General, il fit mettre [toutte] son armée en bataille, et apres avoir harangué tous les officiers et les soldats, il fit executer sur le champ tous les Autheurs de ceste mutinerie ; puis dit tout hault a toutte l’armée, vous conessés maintenant que c’est la teste qui commende, et non pas les pieds.

  • 63  Plato. De Rep. vel, de Iusto, Dialog. 5.

30Platon dit que l’on peult estimer la Republique heureuse quand celuy qui la gouverne scait philosopher, ou bien que celuy qui est philosophe vint a la gouverner, c’est a dire, quand le prince est sage, prudent, et intelligent de soy mesme et qu’il ne cherche point de raison ailleurs que chez soy63. Et ne fault pas prendre icy le mot de philosophe, pour ceste pedanterie d’eschole qui fait plus d’estat d’un sophisme, que d’une raison veritable, et qui par ce moien en fait extravager davantage, qu’elle ne rabille de cervelles, leur servant plustost d’acheminement a la folie, que d’un moien a la prudence, et a une sagesse solide et bien composée. Quand Platon parle d’un philosophe [893] qui gouverne, c’est d’un consul fait comme Ciceron, et d’un Empereur semblable a Jule Caesar et a Marc Antonin qui fut surnommé le philosophe, non pas a cause de son latin et de son grec, ny de ses sillogismes, mais a cause de sa bonté, de sa vertu, de ses bonnes mœurs, de sa sage conduitte, de sa prudence, et de la douceur de son Gouvernement.

31Il n’y eut jamais nation plus jalouse de sa liberté, ny plus ennemie de la Monarchie que les Romains apres avoir chassé leurs Rois, et neant moins ès affaires les plus importantes, ils ont estés contrains de les commettre a un seul, et de créer un Dictateur, c’est a dire une espece de Monarque pour un temps, et si absolu, que par son establissement tout auttre pouvoir cessoit entierement.

  • 64  Iudicum, cap. 11. Vers. 3. ad, 12.

32Nous lisons dedans le livre des juges quelque chose de semblable64, lors que Jephté bastard de Galaad deslivra Israel de la mains des Ammonites, n’aiant pas voulu se declarer chef des princes de Galaad contre les enfans d’Ammon qui leur faisoient la guerre, qu’a condition qu’ils le reconestroient, non pas pour un temps comme les Dic[894]tateurs Romains, mais tousjours pour leur prince legitime et naturel au cas qu’il en demeureroit vainqueur ; si verè venistis ad me, ut pugnem pro vobis contra filios Ammon, tradideritque eos Dominus in manus meas, ego ero vester princeps ? Qui responderunt ei, Dominus qui haec audit, ipse mediator ac testis est, quod nostra promissa faciemus ; abiit itaque Jephtè cum principibus Galaad, fecitque eum omnis populus principem sui.

  • 65  Regum, lib. 1. Cap. 10. Vers. 1.

33Les parolles que Samuel dit a Saul en l’oignant et le sacrant Roy d’Israel ont quelque chose de conforme a ceste maxime ; ecce unxit te Dominus super haereditatem suam in principem, et liberabis populum suum de manibus inimicorum ejus, qui in circuitu ejus sunt65 ; ou il fault remarquer tout ce singulier ; unxit te in principem ; et liberabis populum suum, &a. sans dire, ny par l’advis de ses Ministres, ny par l’adveu de ses Conseilliers, mais par luy mesme qui est sacré ; in principem ; pour faire la charge d’un Roy absolu et souverain, et non pas celle d’un Ministre d’Estat, [895] et d’un chef de conseil qui agit par la pluralité des voix.

  • 66  Machia. en ses Discours sur Tite Live, liv. 1. Chap. 33.
  • 67  Ennius, et, Virgile, lib. 6. Aeneid.

34Sur ces exemples, et sur ceste experience qu’aux Coups d’Estat les plus importans, qu’au declin des Empires et des Roiautés, qu’a la chutte des Republiques il fault pour dernier remede ramasser toutte l’Authorité dispersée, en une seule personne empruntée ; pour quoy a plus forte raison un prince qui est né tel, et dans ceste Authorité, qui en a le tiltre et non pas la commission, qui regit le sien et non celuy d’auttruy, n’en fera-il de mesme, puis que la Nature, le sang, la justice, l’Authorité et le consentement des peuples le veulent ainsi ? Nostre Autheur rapporte un exemple de l’utilité de ces dictateurs, et de la necessité qu’un prince prefere son conseil a tous auttres, quand il remarque [racontant]66 ; que les voisins de l’Empire Romain, voiant qu’ils estoient sur le poinct d’estre assujettis comme les auttres a ceste grande monarchie, pour remedier a ceste aprehension s’allierent [jusqu'a] plus de quarente [quarante] peuples differens ensemble jurans tous [tous jurans] la destruction de Rome, qui de son costé pour se deffendre [896] et resister a ceste entreprise, crea et establit un Dictateur, cest a dire un chef qui avoit [auroit] toute puissance comme un Roy, qui pourroit de luy mesme entreprendre ce que bon luy sembleroit sans auttre conseil que le sien, et que de ses jugemens il n’y auroit point d’appel ; ce remede nouveau rendit Rome victorieuse et triomphante de ses ennemis, et [du depuis] l’a souvent practiqué depuis, et en [a] tiré une partie de sa gloire et de sa grandeur. Ce dictateur ne duroit qu’autant que l’occasion qui l’avoit fait naistre, et son pouvoir estoit limité a ceste belle et glorieuse borne, qu’il ne pouvoit se mesler d’auttre chose, ny prendre conessance de quoy que ce soit, que du peril present seulement du quel il pouvoit disposer absoluement et souverainement. Tant y a que les Romains qui estoient les plus grands, et les plus advisés politiques qui aient jamais esté, mettoient touttes leurs affaires desesperées, entre les mains et le conseil d’un [seul] homme seul, et y trouvoient le remede et l’heureux succés qu’ils en attendoient ; [897] unus homo cunctando nobis restituit rem67 ; disoient ils de Quintus Fabius Maximus ; et s’ils n’ont continué leurs Dictateurs, c’est qu’ils apprehendoient ce qui leur arriva depuis, un Empire absolu et perpetuel, tesmoing Jules Caesar ; ce qui n’est point a craindre en un Roy Legitime, et qui herite de son sceptre, et de sa couronne en naissant.

35Et ceux qui disent que les princes les plus agissans ont eù un Ministre confident pour leurs affaires les plus secrettes, comme Louis 12, le Cardinal d’Amboise ; l’Empereur Maximilien, Mathieu l’Ange, depuis Evesque de Gurce ; Henry 8. Roy d’Angleterre, le cardinal d’Yorch ; le pape Leon X, le cardinal Jules de Medicis, et ainsi des auttres ; ces mesmes observateurs advoüent aussi et confessent, que la plus part de ces messieurs ont bien aidé a gaster les affaires de leurs maistres, et que les auttres ont grandement abusé de leurs faveurs [leur faveur] et credit, ce qui est si veritable que les histoires en sont touttes pleines, n’osant en cotter davantage crainte d’offencer personne, l’histoire [898] des favory par Monsr Dupuy, en aiant assés dit sur ce sujet, pour contenter sa passion contre le Cardinal de Riche-lieu, a cause de la mort de Monsr de Thou son parent. Neron exerca quantité de meurtres et de cruautés par son propre mouvement, neant moins son confident Tigellins l’un des plus execrables monstres de toutte l’antiquité, luy conseilla de faire mourir Plautus et Silla, deux excellens senateurs relegués auparavant a cause de leur vertu, ce qu’il n’auroit pas fait sans ce miserable conseillier.

36Si jamais homme fut gratifié par son maistre, et comblé de biens et d’honneurs c’a esté le cardinal d’Yorch, du quel nous venons de parler. Il estoit d’une extraction fort vile, et n’avoit aucuns merites, sinon qu’il estoit hardy et remuant. Le Roy Henry 8 d’Angleterre, qui s’est autant traversé soy mesme en la conduitte de sa vie, qu’aucun auttre prince, crùt que c’estoit un homme tel qu’il luy faloit pour la direction [conduitte] de ses affaires les plus secrettes et les plus importantes. Il avoit esté mis a son service par [899] l’Evesque de Wincestre, et estoit un de ses aumosniers ; neant moins se voulant servir de luy en choses plus grandes il luy donna l’Evesché de Lincolne, l’Archesché d’Yorch, le fit chancelier d’Angleterre, puis luy fit donner un chappeau de Cardinal, et la commission de Legat du st siege en Angleterre. Si quelque chose venoit a vacquer, c’estoit pour luy, ou pour les siens, tous [touttes] les Eveschés, et touttes les bonnes abbaies estoient siennes. Le Roy luy faisoit rendre autant d’honneur qu’a sa propre personne, il le faisoit asseoir a sa droitte, il vouloit que ses armes fussent en mesme lieu que les siennes, en un mot il le traittoit comme son compagnon. Touttes ces caresses extra-ordinaires [tout ce bon traittement], tous ces bienfaits excessifs, et tous ces honneurs aux quels on ne pouvoit rien adjouter, ne purent assouvir l’avarice, ny contenter l’ambition de cest homme insatiable, qui ne pùt s’empescher d’en avoir, et d’en chercher ailleurs. Il receut de grandes pensions du Roy François 1, et moiennant ce il fit un marché grandement favorable et avantageux pour nous, qui fut la restitution de la ville [900] de Tournay, que les Anglois avoient conquise sur le Roy Louis 12, et sans l’avarice de ce confident, nous eussions eù bien de la peine de la ravoir auttrement. Ce ne seroit jamais fait de raconter tous les mauvais offices qu’il rendit a son Maistre et a sa Couronne ; parce qu’il se trouve peu ces favoris d’auttre humeur. Le cardinal d’Amboise qui estoit un seigneur fort sage, et fort affectionné a son prince, neant moins aux negotiations d’Italie, et particulierement de Rome, sa qualité et ses interests luy firent faire de grandes faultes et tres prejudiciables aux affaires du Roy Louis 12 son Maistre et son bienfacteur.

  • 68  Machia. en ses Discours sur Tite Live, liv.3, chap. 35.
  • 69  Plutarch. In Demetrio.
  • 70  Tranquill. In Caesare.
  • 71  Dio Cassius, lib. 57.

37Sultan Sali grand Turc, estant prest d’entrer dans [dedans] la Sirie et dans [dedans] l’Egipte, fut conseillé par un de ses Bachats qui tenoit les confins de Perse, d’aller contre le sophi ; ce qu’il fit avec la perte de ses gens et de son armée, ce qui le fascha tellement [dont il fut tellement indigné], qu’il fit mourir ce Bacha68. S’il eut suivi son premier dessein, et s’il eùt preferé son conseil a celuy-la, ceste disgrace ne luy seroit point arrivée ; et sy au contraire ce [901] donneur d’advis n’eut crù estre plus sage et plus entendu dans les affaires de l’Estat que son prince [seigneur], il auroit sauvé sa vie, l’honneur de son Maistre, et la gloire de ses armes. Et ne fault point doubter que le souverain [prince] ne puisse estre si sage et si advisé, qu’il ne trouvera jamais meilleur conseil que le sien, ou que se deffiant d’un chacun, il ne prendra advis de personne, comme faisoit Antigonus Roy d’Asie69 ; Louis 11 en ce Roiaume ; Charles Quint dans [dedans] son Empire ; et Jules Caesar entre les Romains70 ; les quels ne disoient jamais rien de leurs entreprises, encore qu’ils eussent de tres grands et de tres puissants ennemis en teste, aux quels ils ont glorieusement et genereusement resisté. Dio Cassius raconte [dit] que l’Empereur Tibere disoit ; principis animum nemini cognitum esse debere, eumque intellectum, magnorum malorum causam esse ; ut contra eo dissimulato, plura ac majora commoda parari71 ; ce qui fit dire a Metellius Macedonien, que s’il scavoit que sa chemise sceut quelque chose de ses conseils et de ses desseins, il la brusleroit incontinent.

  • 72  Lettres patentes du Roy, en forme d’Edict ; a Paris, 1641.

38[902] Le feu Roy Louis 13 que Dieu absolve, [Le Roy deffunct] voulant laisser des marques de sa prudence, aussi bien que de sa valeur [vertu] et de sa generosité, conessant combien il est important que le prince prefere son conseil [ses conseils] a tous auttres, par sa Declaration du mois de febvrier 1641 publiée au parlement de Paris sa majesté presente, [y sceante] le 21 du mesme mois, ce requerant et consentant son procureur general ; Deffend a tous ses parlemens, et auttres cours souveraines du Roiaume de prendre a l’advenir aucune conessance des affaires qui concernent l’Estat, et l’administration et Gouvernement d’iceluy, que le Roy reserve a sa personne SEULE, et a celle de ses successeurs Rois72 ; ce sont les propres termes de cest edict verifié. Et les motifs en sont si beaux, si politiques, et si judicieux que je ne puis les obmettre, tant pour l’importance du sujet, que pour la satisfaction du lecteur ; voicy comme il commence ; Il n’y a rien qui conserve et qui maintienne davantage les Empires que la puissance du souverain egalement reconuë par ses sujets ; elle rallie et reunit si heureusement touttes les parties de l’Estat, [903] qu’il naist de ceste union, une force qui assure sa grandeur et sa felicité. Il semble que l’establissement des monarchies estant fondé sur le Gouvernement d’un SEUL, cest ordre est comme l’ame qui les anime, et qui leur inspire autant de force et de vigueur qu’il a de perfection. Mais comme ceste Authorité absoluë porte les Estats au plus hault point de leur gloire, aussi lors qu’elle se trouve affoiblie, on les void en peu de temps dechoir de leur Dignité. Et un peu apres ; Le Roy parlant du commencement de son Regne et des entreprises qu’on faisoit sur son Authorité souveraine sur la quelle chacun mettoit la main, dit ; mais comme il estoit difficile que le Regne d’un prince en un si bas aage fut conduit avec la force et avec la vigueur necessaire pour maintenir l’Authorité Roiale au poinct ou nostre tres honoré seigneur et pere l’avoit mise, l’on vid aussi que dés l’entrée de nostre Regne, elle receut de dangereuses atteintes. Nostre cour de parlement de Paris, quoy que portée d’un bon mouvement, entreprit par une action qui n’a point d’ex[904]emple, et qui blesse les loix fondamentales de ceste monarchie, d’ordonner du Gouvernement de nostre Roiaume, et de nostre personne, et les circonstances du temps empescherent que l’on apportat remede a un si grand mal. La dissimulation dont on usa en ce rencontre persuada a nos officiers que l’on approuvoit leur conduitte ; et ce fondement, ceste compagnie croiant qu’apres avoir disposé du Gouvernement de l’Estat, elle pouvoit en censurer l’administration, et demander compte du maniement des affaires publiques, resolut par un arrest, que les princes, Ducs, pairs, et officiers de la couronne qui avoient seance et voix deliberative en nostre ditte cour, seroient invités de s’y trouver, pour adviser sur ce qui seroit proposé pour le bien de nostre service. En suitte les factions commencerent a se former dans l’Estat, et nous pouvons dire, qu’elles n’y ont esté dissipées que depuis que nous avons rendu a l’Authorité Roiale la force et la Majesté qu’elle doibt avoir en un Estat Monarchique, qui ne peult souffrir qu’on mette la main au sceptre du souverain, et qu’on parta[905]ge son Authorité.

  • 73  Isocrat. Oratio. Archidamus.

39Jamais [ce] Roy n’a fait une action plus noble, plus genereuse, ny plus considerable que celle-cy ; elle est favorable a tous les princes, glorieuse a soy mesme [sa majesté], et necessaire a tout l’Estat. Les victoires et les conquestes sont incertaines et journaillieres, une bonne ou mauvaise fortune les donne et les oste a qui elle veult ; in periculis bellicis eorum quae fiunt, maximam fortuna sibi partem vendicat73. Mais se tirer d’esclavage, se mettre en liberté, et conestre ce que l’on peult, et ce que l’on est, c’est l’ouvrage d’un Roy parfait, un coup de maistre [d’un Dieu terrestre], et le premier et le plus hault degré de la sagesse humaine.

  • 74  Declaration du Roy sur la regence de la Reine ; du mois d’Apvril, 1643.

40Neant moins comme c’est une chose extremement desirée que l’Authorité Roiale, et les Ministres d’Estat reconessant comme ils avoient borné leur pouvoir, crainte que la Declaration susditte [du Roy du mois de febvrier de l’an, 1641] ne leur prejudiciat, voiant le Roy deffunct malade a l’extremité, le porterent a en faire une auttre touchant la Regence de la Reine au cas qu’il viendroit a mourir [deceder], ce qu’il fit au plus fort de sa maladie au mois d’Apvril 1643. Dont [906] voicy le motif principal, le plus important, et le plus prejudiciable a l’Authorité souveraine qui est tiré mot a mot de la ditte Declaration. Nous avons tout sujet, dit il, d’esperer de la vertu, de la pieté, et de la sage conduitte de nostre chere et tres honorée espouse et compagne la Reine mere de nos Enfans, que son administration sera heureuse et avantageuse a l’Estat. Mais comme la charge de Regente est de grand poix [poids], sur la quelle repose le salut et la conservation entiere du Roiaume, et qu’il est impossible qu’elle puisse avoir la conessance parfaitte, et si necessaire pour la resolution de si grandes et si difficiles affaires, qui ne s’aquierent que par une longue experience ; nous avons jugé a propos d’establir un Conseil prés d’elle pour la Regence, par les advis du quel, et sous son Authorité, les grandes et importantes affaires de l’Estat soient resoluës suivant la pluralité des voix74.

41Ceste Declaration fut verifiée au parlement de Paris du vivant du Roy deffunct, et dans les auttres parlemens quelques jours apres sa mort. Nonobs[907]tant quoy estant decedé, le 14 may 1643, Louis 14 heritier et successeur de sa Couronne, allant au parlement avec la Reine sa mere pour la faire declarer Regente pendant sa minorité ; monsr [Talon] l’advocat General Talon aiant fait voir que la ditte Declaration du deffunct Roy estoit entierement contraire aux loix fondamentales de l’Estat, qu’elle tendoit a la ruine de l’Authorité Roiale et souveraine, et que c’estoit reduire nostre Monarchie en Aristocratie, contre l’ordre de la politique, le pouvoir, et l’honneur de nos Rois ; mesme blasmant le conseil et l’ambition de ceux qui avoient porté sa Majesté a prescrire des ordres si desadvantageux a la gloire, et a l’ancienne facon de gouverner nostre Estat ; le Roy seant en son lict de justice, apres avoir pris les advis en la forme accoustumée, ne pouvant laisser ensevelir son Authorité avec le Corps du Roy son pere, prononcea par la bouche de monsr le chancelier l’Arrest qui s’ensuit.

  • 75  Arrest donné par le Roy, le, 18. may 1643. touchant la Regence de la Reine sa mere.

42Le Roy seant en son lict de Justice, en la presence et par l’advis du Duc d’Orleans son oncle, de son [908] cousin le prince de Condé premier prince du sang [, du prince de Conty aussi prince du sang], et auttres princes, prelats, pairs et officiers de sa Couronne ; ouy, et ce requerant son procureur General, a declaré et declare la Reine sa mere Regente en France, conformement a la volonté du deffunct Roy son tres honoré seigneur et pere, pour avoir le soing de l’education et nourriture de sa personne, et l’administration absoluë, libre et entiere des affaires de son Roiaume pendant sa minorité ; veult et entend sa ditte majesté que le Duc d’Orleans son oncle soit Lieutenant General en touttes les provinces du Roiaume sous l’Authorité de la ditte Dame ; et que sous la mesme Authorité, son dit oncle soit chef de ses Conseils, et en son absence le prince de Condé ; demeurant au pouvoir de la ditte Dame, de faire choix des personnes de probité et experience en tel nombre quelle jugera a propos pour deliberer aux dits Conseils, et donner leurs advis sur les affaires qui y seront proposées ; sans que neant moins elle soit obligée de suivre la pluralité des voix si bon ne luy semble. Ordonne [&.] sa Majesté que le present arrest sera leù, publié, et registré [909] en tous les Balliages, seneschaussées, et auttres sieges Roiaux de ce ressort, et en touttes les auttres cours de parlement et pais de sa souveraineté ; fait en parlement, le 18 Jour de may 1643. Signé, Du Tillet75.

43Le parlement de Paris qui ne pouvoit gouster en facon que ce soit la Declaration du mois de febvrier de l’an 1641, l’authorise haultement et l’approuve entierement par cest arrest du 18 may 1643, qui porte que la Reine Regente aura l’administration absoluë, libre, et entiere des affaires du Roiaume, pendant la Minorité du Roy, sans qu’elle soit obligée de suivre la pluralité des voix du conseil qu’elle en pourroit prendre ; qui est confirmer de poinct en poinct ce qui est porté dans la susdite Declaration du mois de febvrier, que le Roy reserve a sa personne seule, et a celles de ses sucesseurs Rois, l’administration et Gouvernement des affaires d’Estat, l’Authorité Roiale et monarchique ne pouvant souffrir qu’on mette la main au sceptre du souverain et qu’on partage son Authorité. N’y aiant point [910] d’apparence aussi qu’un tas de jeunes gens sans vertu, sans conessance [naissance], sans merites, et sans experience se facent maistres et tuteurs de leurs souverains [leur souverain], moiennant vingt cinq ou trente mille escus qu’eux, ou leurs peres auront amassés par un gain sordide, et un trafique honteux, qu’ils emploieront en une charge de conseillier dedans [dans] le parlement. Si cela estoit, ou en seroit reduitte l’Authorité des Rois, si apres qu’un maltotier, un partisan, un confiturier, un espicier, un vendeur de racine [racines], ou un petit courtault de boutique ignorant et sans education a achepté un de ces offices, il faloit avoir son consentement et sa verification pour agir dans les affaires les plus importantes de l’Estat, et les plus reservées a l’Authorité Roiale et souveraine ? Une vie mesquine, une nourriture basse, mille [quattre] mots de latins empruntés, et une loy pippée et sifflée comme a un perroquet, avec un peu d’argent mal acquis, feroit des reformateurs et des compagnons de Rois et de Monarques ? Ou est l’aveuglement des hommes, ou est l’erreur du monde, [911] qui seroient les princes assés lasches et assés aveuglés pour le souffrir, et les sujets assés insolens et assés temeraires pour l’oser entreprendre et le penser seulement ? Ce n’est point icy mon dessein d’invectiver contre les cours souveraines, ny de mespriser tant de grands personnages qui en font la plus petitte partie, mais la plus saine, la plus belle, et la plus noble ; ains seulement de conserver l’Authorité des Rois, l’obeissance et le respect qui leur est deub, en plaignant par occasion tant de gens de bien et d’honneur, de qui la raison n’est point reconuë mais estouffée par la pluralité des voix de ceux qui ne les suivent pas, parce qu’ils les perdent de veuë, et qui croiroient estre deshonorés d’aller par un chemin qui leur est inconù, quoy que le plus assuré, et s’ils estoient [et d’estre] de l’advis de ceux qui sont plus sages et plus entendus qu’eux.

44Je ne suis jamais si content que lors que je void la vertu reconuë, et les merites recompensés ; mais aussi quand je considere deux ou trois hommes [912] capables, et remplis de merites et de probité, parmy quarante ou cinquante damoiseaux qui auroient meilleure grace sur des couchettes que sur des fleurs de lis ; je maudis le malheur des hommes, je plains leur infortune, et souhaite de tout mon coeur d’estre sans charge, et sans procés. On ne me persuadera jamais que celuy qui n’estoit qu’un sot, qu’un ignorant, et qu’un estourdy avant que d’avoir achepté son office, soit plus habile, plus docte, et plus scavant apres l’avoir paié comptant du bien d’auttruy ; ce trafique est propre pour faire voir qu’il est meilleur paieur que bon juge, et qu’il a plus d’argent que de doctrine et de capacité. L’esprit se cultive, mais il ne s’achepte point, la prudence se trouve rarement parmy tant de poudre de Cypre, parmy tant de dantelles, et parmy tant de [des] barbes [si jeunes] plus chargées de musque, que de poil et d’experience. Ce n’est point a passer les nuicts et les jours parmy les femmes qu’on apprend les ordonnances et le Droict Romain, mais bien les regles et le Droit du Bordel. Pour moy je ne [913] fis jamais estat d’un homme qui achepte son rang, sa gloire, et sa recommendation, et principalement quand cest esclat descouvre de plus loing ce qu’ils sont, et qu’il tire plus de plaintes de la bouche des gens de bien, que d’applaudissemens veritables et sans flatterie. Je ne puis souffrir la venalité des offices, a cause des abus, des ruines, et des desordres qui en arrivent ; et quant je void les ignorans qui en possedent, je les considere comme des marchands qui ont des pieces rares, et des estoffes precieuses qui ne sont point a leur usage, et dont ils ne peuvent se servir pour n’en scavoir ny le pris ny la valeur ; et leur souhaitte autant de doctrine et de sagesse [prudence], qu’ils ont de bien [que d’argent] et de richesses, priant Dieu de tout mon cœur, qu’il me garde des mains et des jugemens de ces veaux d’or, et de juges faits a pris d’argent [de la sorte].

  • 76  Plato, Dialog. Theages, vel, de sapientia.
  • 77  Hesiode,
  • 78  Pierre Mathieu, hist. de Louis, 11. Liv. 4. num. 6.

45Concluons donc que le Conseil, et particulierement le Conseil secret des princes, estant une chose sacrée, il fault estre des oings du seigneur [de Dieu] pour le pouvoir manier adrettement, et qu’il n’y a que les Rois et les souverains qui puissent le gouverner [914] seul et sainctement et utilement au nom du peuple et de l’Estat ; consilium res sacra est76 ; dit Platon et le poète Hesiode enseigne, que c’est le souverain degré de sagesse de se conseiller soy mesme, et que ce n’en est que la moitie de ne le pouvoir faire sans l’aide d’auttruy ; praestantissimum est per te sapere, proximum duci ope aliena77. De plus la perfidie et l’infidelité est si grande parmy les hommes qu’on ne scait a qui se fier, et quelque bonne minne qu’ils facent, ce ne sont pas des Anges despouillés d’interests et de passion [passions], ils en sont tout paistris, et les portent [ils les apportent] avec eux en touttes [leurs] actions ; et souvent [quelque fois] la haine, ou l’envie ; la crainte, ou l’esperance ; le chagrin, et l’indisposition de la personne, sont comme les moules et les formes des conseils, outtre qu’il y en a plusieurs qui ne parlent qu’apres les auttres, et qui ont plus de complaisance, ou d’indifference, que de lumiere ny d’experience78.

  • 79  Tacit. Histo. lib. 1. cap. 26.

46Il y a des Courtisans de nature si perverse qu’ils refutent touttes choses comme vaines et inutiles si elles ne sont de leur invention, imitans en [915] cela Cornelius Lacon Capitaine des gardes de l’Empereur Galba, qui estoit ennemy de tout conseil quelque bon qu’il fut, s’il ne venoit de luy, et s’opiniastroit d’ordinaire et volontiers contre ceux qui scavoient quelque chose de meilleur et de plus solide que luy ; ignarus militarium animorum, consiliique quamvis egregii, quod non ipse afferret, inimicus, et adversus peritos pervicax79. Cest pourquoy il fault advoüer que le prince peult et doibt conduire de soy mesme, et sans l’advis de qui que ce soit, les affaires les plus importantes de son Estat, et qu’il doibt estre le chef et les officiers de son conseil secret [du moins quand il s’agit de l’execution]. De plus, s’il est loisible a chaque particulier d’en user de la sorte, pourquoy voudra-on rendre sa condition moins libre et plus asservie que celle de son sujet, qui en ses affaires domestiques peult prendre tel advis que bon luy semblera, sans estre astraint ny obligé d’en chercher ailleurs qu’aupres de soy ?

  • 80  Tacite,

47Quand bien le prince mancqueroit d’esprit et de conduitte pour gouverner son Estat, il faudroit qu’un auttre en prist le soing pour suppleer a ses [916] deffaults ; et si cela n’estant pas il le peult faire par soy mesme, pourquoy non aussi bien qu’un lieutenant, ou qu’un premier Ministre, a quoy bon deux maistres si differens en interests, en qualités, et en affection ? Qui ne scait que dans un grand Estat il y arrive d’heure en heure, et de moment en moment un million d’affaires, d’advis, et de nouvelles, aux quelles il fault donner ordre promptement et sur le champs, crainte que l’occasion (ceste grande maistresse des choses du monde) ne s’eschappe, et ne nous abandonne au besoing ; et si le prince le peult faire seul comme il doibt, pourquoy aller chercher du conseil ailleurs pour en retarder l’execution, et tesmoigner qu’il n’a rien d’un souverain que le nom ? Quand il agira de soy mesme, et qu’il ne despendra de personne, il prendra son temps lors qu’il le jugera a propos, et ordonnera sur le champ des necessités presentes, qui est la principale partie [principale], la plus noble, et la plus parfaitte que les politiques estiment et recommendent dans la facon de regir de Philippe de Macedoine pere [917] d’Alexandre le grand. Estant certains que la force du conseil gist au temps, d’autant que les occasions et les matieres roulent et changent sans cesse ; inest rebus velut orbis ; dit le maistre de la politique80.

  • 81  Senec. Epistol. 71.

48Ce ne sont pas les hommes qui donnent conseil aux affaires, mais les affaires qui le donnent et le font prendre aux hommes bon gré, mal gré, et souvent dans l’instant mesme ; c’est pourquoy il fault faire la guerre a l’œil, et prendre advis sur le champs ; consilium in arena ; les choses qui surviennent changent les affaires, et nous obligent a de nouvelles resolutions ; consilia enim rebus aptantur81, dit Seneque ; adjoustant en un auttre endroit, que ; maxima pars consilii in tempore est, quare sub diù nasci debet, et nimis tardum est, nisi sub manu nascatur.

  • 82  Guichard. Hist. liv. 2. chap. 21.
  • 83  Epictete, en ses propos, liv. 1. chap. 9.
  • 84  Plutarq. En la Vie d’Alexandre.
  • 85  Penes Regem, noli [velle] videri sapiens ; Ecclesiastic. cap. 7. vers. 5.
  • 86  Sapient. cap. 6. vers. 22. 26.

49C’est pourquoy Guichardin apres avoir prudemment et pertinemment discouru, de ce qui est du conseil, conclut, qu’il est aussi dangereux que necessaire d’en demander, que d’en recepvoir d’auttruy82. Ce qu’il semble avoir emprunté d’Epictete quand il dit ; que c’est ineptie et vanité de recepvoir [918] d’auttruy, ce qu’on peult avoir de soy mesme83. Le seul exemple d’Alexandre le Grand suffiroit pour monstrer que le prince doibt preferer son conseil a tous auttres, quand Parmenion luy dit que s’il estoit Alexandre il accepteroit le party que le Roy Darius luy proposoit ; a quoy, il respondit, que s’il estoit Parmenion, il se contenteroit de cela84. Pour avoir des sentimens de prince, il fault estre né tel85 ; et ceux qui croient qu’ils en ont souvent d’aussi haults et d’aussi relevés, ne scavent pas que ceux là tiennent plus de l’ambition et du deffault, que de la justice et du naturel, qu’ils sont hors de leur assiette, et n’ont rien de Legitime. Ceux des princes leurs sont propres et sans soubcon [soupcon], ou ceux de leurs Ministres et de leurs favoris sont vicieux, empruntés, et estudiés, tenans tousjours quelque chose de bas, et de l’interest particulier. En vain les princes seroint ils estimés estre d’une naissance plus heureuse, plus favorable et plus accomplie que celle de leurs sujets ; et ceste verité passeroit pour une flatterie que leur Genie est plus fort, plus puissant, et tout parti[919]culier a leur essence, s’ils n’avoient des mouvemens plus nobles, plus purs, et plus penetrans que le commun des hommes. Leur Ange gardien de Roy, celuy de leur Roiaume, et celuy de leurs desseins et de leurs affaires publiques, ne seroient que des ombres et des fantosmes, s’ils n’en faisoient davantage que l’unique et le seul qu’on donne a chacun de ses sujets[son sujet]. Disons donc par la bouche du st Esprit, et apres le plus grand et le plus sage de tous les Rois ; que si les princes veulent avoir l’honneur et la gloire de manier les sceptres, et de posseder les Throsnes et les Couronnes, il fault qu’ils s’en rendent capables, c’est a dire, qu’ils aient la sagesse, la prudence, et la vertu qui leur est necessaire pour bien et heureusement gouverner leur Estat, qui ne peult subsister, ny trouver un appuy certain, que dans la bonne et sage conduitte de son Roy et de son souverain ; si ergo delectamini sedibus et sceptris, o Reges populi, diligite sapientiam, ut in perpetuum regnetis ; Rex enim sapiens, stabilimentum populi est86.

  • 87  Guichardin, hist. d’Italie.

50[920] Il n’y a personne qui n’approuve et qui ne souscrive ce conseil divin, et outtre les tesmoings cy devant rapportés, en voicy quelques uns de modernes qui veulent en augmenter le nombre pour le faire passer pour une maxime aussi approuvée, qu’elle est utile et fondamentale. A n’en point mentir, dit Francois Guichardin, il n’y a rien de plus necessaire aux grandes affaires, ny rien aussi de plus dangereux que de demander conseil ; car qui est assuré qu’en demandant conseil, on le doibve conseiller fidelement ? Parce que celuy qui donne conseil, s’il est fort fidele ou fort affectionné a celuy qui le demande, il fera tourner le conseil du costé qui fera plus a son dessein, et d’ou il recepvra plus de plaisir et plus de satisfaction. L’experience a tousjours monstré, et la raison le veult aussi, que les affaires qui dependent de plusieurs ne succedent jamais bien87.

  • 88  Ribier, Ibidem, pag. 454.

51Un conseiller d’Estat de nos jours, discourant sur le Gouvernement des Monarchies, et principautés souveraines, monstre que c’est une maxime certaine, que qui n’est pas sage et [921] prudent par soy mesme, ne peult estre bien conseillé, n’estant susceptible d’un bon ou mauvais advis qu’on luy donne, et d’en faire distinction et difference. Parce que s’il se conseille avec plusieurs qui seront divisés en opinions, comme il arrive souvent, il est sans doubte que s’il n’a un grand jugement pour bien choisir et prendre le meilleur party, ses conseils seront ordinairement fluctuans et incertains ; car ne pouvant de luy mesme faire election du meilleur, et chacun des conseilliers aiant pour object quelque consideration particuliere, il sera tousjours en hazard d’estre trompé et mal servy88.

  • 89  Huart, Examen des Esprits, chap. 11. sur la fin.
  • 90  Ecclesiasticus, cap. 6. vers. 6.

52Celuy qui a le plus doctement espluché, et fait l’Examen des esprits, dit, que pour trouver une verité cachée, il vault mieux un bon entendement, que cent mille qui ne sont tels ; et la cause de cela est, que les entendemens ne s’aident pas, et de plusieurs ne s’en peult faire un, comme des forces et de la vertu du corps, ou plusieurs se joignans et s’amassant ensemble pour lever un fardeau, ils peuvent plus que ne feroit un seul89 ; c’est pourquoy le sage a bien dit, nous laissant [922] ce conseil ; multi pacifici sint tibi, et consiliarius unus de mille90 ; aie beaucoup d’amis qui [te ?] defendent s’il est question de venir aux mains, mais pour prendre conseil, esly un seul entre mille ; suivant la quelle sentence, Heraclite dit pareillement ; unus mihi instar est mille, un m’est autant que mille.

  • 91  Balzac, Aristippe, pag. 34. in, 12°.

53Le plus eloquent de nos Escrivains, et qui n’estoit pas ignorant des bonnes choses, ny des beaux sentimens, dit dans un de ses livres ou il parle de la cour, et de la facon qu’il y fault vivre ; que c’est un axiome dans la politique, qui passe pour une proposition d’eternelle verité, et qui est aussi vieux que la politique mesme ; qu’un prince malhabile ne scauroit estre ny bien conseillé, ny bien servy ; parce qu’il est necessaire d’avoir des mains pour s’aider utilement des outils ; et d’avoir de la prudence, pour user comme il fault de celle d’auttruy91.

  • 92  Perefix, Archevesque de Paris, en la Vie de Henry, 4. anno, 1600. pag. 260. in, 12°.

54Je veux finir ce chapitre tout roial, par l’advis et le sentiment du precepteur du plus grand Roy du monde, et dont les merites sont recompensés de la dignité d’Archevesque de Paris, [923] qui faisant l’histoire de Henry 4 pour donner le portrait, et representer l’Idée d’un prince achevé a Louis 14 son petit fils, et digne successeur de sa Couronne, dit, parlant des reproches que le Mareschal de Biron faisoit a ce Roy incomparable ; que c’est une noble ambition, et qui non seulement sied bien, mais qui est tout a fait necessaire a un Roy, de croire qu’il n’y a aucun de ses sujets qui vaille mieux que luy. Quand il n’a pas ceste bonne opinion de soy mesme, il ne mancque point de se laisser conduire par celuy qu’il croit plus habile homme que luy, et par la il tombe aussi tost en captivité. Ainsi deubt il se tromper, il fault qu’il s’estime tousjours le plus capable de gouverner son Roiaume. Je dis bien plus, il ne scauroit se tromper en cela, d’autant qu’il n’y a personne plus propre que luy, quelque ignorant qu’il soit a regir son Estat ; Dieu l’aiant destiné a ceste fonction, luy et non pas un auttre, et les peuples estans [924] toujours disposés a recepvoir les commendemens lors qu’ils sortent de sa bouche sacree92.

Haut de page

Notes

1  Psal. 81. vers. 1.

2  Tacit. Annal. Lib. 1.

3  Regum, lib. 2, cap. 14, vers. 20.

4  Daniel, cap. 10. vers. 13.

5  Observationes politicae, super motibus Galliae, cap. 15.

6  Exod. Cap. 18. Vers. 22. 26.

7  Numeror. Cap. 11. Vers. 16. 17.

8  Deuteron. Cap. 1. Vers. 12.15.16.17. Exod. Cap. 18. Vers. 21. ad finem Numero. Cap. 11. Vers. 14. 15. 16. 17.

9  Proverb. Cap. 16. Vers. 10.

10  Ibidem, Cap. 20. Vers. 8.

11  Prov. Cap. 28. Vers. 16.

12  Ecclesiasticus, cap. 10. Vers. 1. 3.

13  Ecclesiastes, cap. 10. Vers.

14  Sapient . cap. 6. Vers.

15  Sapienti. Cap. 6. Vers.

16  Regum, lib. 2. Cap. 18. Vers. 3.

17  Regum, lib. 1. Cap. 8. Vers. 5. et, 20.

18  Tobie, cap . 16, vers. 7.

19  Proverbio. Cap. 2. Vers.

20  Ecclesiasticus, cap. 37. Vers. 7. 8. 9. 10. 11.

21  Ecclesiasticus, cap. 15. Vers. 14.

22  Idem, cap. 19. Vers. 8.

23  Tobie, cap. 12. Vers. 7.

24  1. ad Corinth. cap. 2 . vers. 11.

25  Ecclesiasticus, cap. 9. Vers. 24.

26  Ibidem, Cap. 10. Vers. 1.

27  Tertulian,

28  Tacit. annal. Lib. 1.

29  St Cyprian, de Idolor. Vanita.

30  St Chrisost. In acta Apostolor. Homil. 4.

31  Marquez, homme d’Estat chrestien, Liv. 1. chap. 6.

32  Plin. In Paneg. Traian.

33  Herodot. Histo. lib.

34  Douiat, enarrat. 17. In Responsa iuris consultorum naturalia.

35  Ad Ephes. Cap. 1. Vers. 11.

36  Nouvell. 105. sect. subiaceat, De consulib.

37  Barret, ius Regis, Lib. 1. Cap. 6.

38  Hobbes, de Cive, tit. Religio, cap. 15. Art. 15.

39  Tite Live, histo. lib. 1.

40  Tacit. Annal. Lib. 1.

41  Ibidem, lib. 2.

42  Annal. Lib. 1.

43  Idem, Annal. Lib. 13.

44  Vegetius,

45  Philostrat. En la vie d’Apollonius Tyaneus.

46  Regum, lib. 1. cap. 8. Epistol ad Rom. cap. 13.

47  Gregori. De Rep. Lib. 24. cap. 7.

48  Tacite, lib. 1. Annal.

49  Hobbes, de Cive, tit. Imperium, cap. 6. art. 7.

50  ibidem, art. 13.

51  Senec. De Benef. lib. 4. cap. 34.

52  Senec. Epistol. 38.

53  Machia. De l’art de la Guerre, liv. 7. chap. 14.

54  Regum, lib. 2. Paralippo. Lib. 1. Cap. 14.

55  Ibidem, cap. 8. Vers. 15.

56  Regum, lib. 3. Paralippo. Lib. 2. Cap. 1.

57  Regum, lib. 3. cap. 3. vers. 11. 12.

58  Paralippo. lib. 1. cap. 19.

59  Regum, lib. 2. cap. 11. 12. Paralippo. lib. 2. cap. 23.

60  Froissard. Du Haillan. Jean de Serre. et Dupleix, en sa vie.

61  Tacit. Annal. Lib. 5.

62  Dion, et Spartia. in Severo.

63  Plato. De Rep. vel, de Iusto, Dialog. 5.

64  Iudicum, cap. 11. Vers. 3. ad, 12.

65  Regum, lib. 1. Cap. 10. Vers. 1.

66  Machia. en ses Discours sur Tite Live, liv. 1. Chap. 33.

67  Ennius, et, Virgile, lib. 6. Aeneid.

68  Machia. en ses Discours sur Tite Live, liv.3, chap. 35.

69  Plutarch. In Demetrio.

70  Tranquill. In Caesare.

71  Dio Cassius, lib. 57.

72  Lettres patentes du Roy, en forme d’Edict ; a Paris, 1641.

73  Isocrat. Oratio. Archidamus.

74  Declaration du Roy sur la regence de la Reine ; du mois d’Apvril, 1643.

75  Arrest donné par le Roy, le, 18. may 1643. touchant la Regence de la Reine sa mere.

76  Plato, Dialog. Theages, vel, de sapientia.

77  Hesiode,

78  Pierre Mathieu, hist. de Louis, 11. Liv. 4. num. 6.

79  Tacit. Histo. lib. 1. cap. 26.

80  Tacite,

81  Senec. Epistol. 71.

82  Guichard. Hist. liv. 2. chap. 21.

83  Epictete, en ses propos, liv. 1. chap. 9.

84  Plutarq. En la Vie d’Alexandre.

85  Penes Regem, noli [velle] videri sapiens ; Ecclesiastic. cap. 7. vers. 5.

86  Sapient. cap. 6. vers. 22. 26.

87  Guichardin, hist. d’Italie.

88  Ribier, Ibidem, pag. 454.

89  Huart, Examen des Esprits, chap. 11. sur la fin.

90  Ecclesiasticus, cap. 6. vers. 6.

91  Balzac, Aristippe, pag. 34. in, 12°.

92  Perefix, Archevesque de Paris, en la Vie de Henry, 4. anno, 1600. pag. 260. in, 12°.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 9 : Qu’un Prince doibt preferer son conseil a tous auttres », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre second, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5987

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org