Navigation – Plan du site

Maxime 10 : Que la justice de la guerre, est dans son utilité

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

 [925] Maxime 10 : Que la justice de la guerre, est dans son utilité

1Machiavelle, dit. Perche quella Guerra è giusta, che gli è necessaria ; et quelle armi son pietose, dovè non si spera il altro che in elle; Del Principe, Cap. 26.

2La guerre ne peult faillir d’estre estimée juste, laquelle est necessaire ; et les armes sont bonnes et raisonnables, quand on ne peult avoir esperance d’ailleurs que d’icelles ; Machiavelle, en son Prince, chap 26.


*

  • 1  Cicero. Officio. lib.

3Voicy le dernier effort de l’imposture contre Machiavelle, mais non pas le moins injurieux, ny le moins criminel, puis qu’on veult qu’il mette la justice de la guerre dedans son utilité, luy qui ne l’establit que sur la necessité, et lors qu’on ne peult trouver son salut, ny sa conservation que dedans les armes. D’une [926] deffence legitime et naturelle, on en fait une guerre tirannique et violente, et pour s’opposer a la rage et a la fureur de ceux qui nous attaquent, on dit que nous opprimons l’innocent, et que nous ravissons le bien, l’honneur et la liberté d’auttruy. Les seuls termes de nostre Autheur suffiroient pour le justifier entierement, et si ses calomniateurs les avoient bien entendus et bien considerés, ils les trouveroient plustost sortis [plustost] d’une bouche remplie de douceur et de compassion, que non pas d’un conseil barbare [, inhumain] et sans misericorde ; [quella guerra] guerra è justa, che è necessaria ; et quelle armi son pietosé, dovè non si spera il altro che in elle. Qui a jamais parlé avec plus de sentiment de douceur et de compassion [pitié] d’une guerre inevitable et necessitée ? Que veult-on de plus modeste et de plus religieux que de plaindre ceux qui sont contrains de chercher leur appuy et leur repos dedans le trouble et la confusion des armes ? Quel nom plus favorable peut-on donner a ceste sorte d’azile, que celuy de pieux et [927]de pitoiable ? Les esprits les plus pacifiques et les plus tranquilles n’ont jamais condemné la guerre deffensive, puis que la raison l’authorise aupres des plus sages, que la necessité la fait approuver aux barbares, que la coustume la suggere a touttes sortes de gens, et que la nature l’enseigne aux bestes mesmes ; qui non se[se non] defendit, nec obsistit si potest injuriae, tam est in vitio, quam si parentes, aut patriam, aut socios deserat ; dit un grand Consul romain1.

  • 2  St August. de Civit. Dei, lib. 4. Cap. 75.
  • 3  err. Ms : proscriberis.
  • 4  Cicero,
  • 5  Tacite,
  • 6  Senec,

4Personne ne doubte qu’il ne soit permis a un chacun par les Loix de la nature mesmes, de repousser les injures qu’on luy veult faire, soit en se deffendant, soit en les empeschant, soit en vangeant et repoussant celles qu’on auroit receuës. Et comme le plus hault point de la grandeur et de la felicité des princes est de pouvoir faire tout ce qu’ils veulent, comme dit Pline, parlant a l’Empereur Trajan ; c’est aussi un acte d’une gloire excellente, et d’une equité sans pareille de ne vouloir qu’autant qu’ils doibvent, et non pas autant qu’ils peuvent. [928] C’est pourquoy il fault considerer qu’outtre les [le] mepris de Dieu, de la Religion, des Loix, et des Magistrats ; les desordres, les ruines, les meurtres, les violemens, les voles, et les larcins qui arrivent de la guerre ; les hommes par le continuel usage des armes, deviennent [encore] cruels et barbares ; cause pourquoy [ce qui fait que] le prince n’y doibt jamais entrer que le plus tard qu’il peult ny sans quelque necessité presente ou a venir, n’y aiant rien de si contraire, ny qui repugne davantage a la nature humaine que la ruine et la destruction de l’homme [d’icelle] ; bellum gerere, dit st Augustin, malis videtur foelicitatis, bonis vero necessitatis2. Or la guerre se fait par necessité, et par consequent justement, quand on apprehende de grands maux, de grandes servitudes, et de grands esclavages ; quando apparet futurum, ut si victus eris, praescribaris3 ; si viceris, tamen servias4 ; auquel cas, dit Tacite, on peut legitimement ; miseram pacem, bello bene mutari, cum aut ausos libertas sequitur, aut victi iidem erunt5 ; qui est la pensée de Seneque quand il dit ; incurri in pericula, ubi quiescenti paria metuuntur6.

  • 7  Becan. Analog. Veter. et novi Testa. Cap. 17. Quaest. 1.
  • 8  Menoch. Instit. politic. lib. 3. Cap. 10. num. 1.
  • 9  St Math. cap. 8. vers. 9.10.
  • 10  Actuum Apostolor. cap. 10. vers. 1.2.

5[929] Les Theologiens qui parlent de ceste maxime la decident de ceste sorte ; la guerre, disent ils, est offensive, ou deffensive [deffensive, ou offensive] ; si elle est deffensive, il n’y a rien de plus certain qu’elle est innocente et permise, n’y aiant rien de plus naturel, ny de plus legitime que de se deffendre lors qu’on est attaqué7 ; vim vi repellere licet. Si elle est offensive, il fault pareillement advouer qu’[elle n’]est pas moins licite, quand elle est necessaire, et qu’on ne peult tirer l’adresse d’une injure receuë auttrement que par la force des [et les] armes, qui est [sont] la justice et la raison des princes ; ratio ultima Regum ; comme les procés entre les particuliers qui sont permis de droict et d’equité, puis qu’on les appelle, se pourvoir en justice. C’est pourquoy, dit le Jesuite Menoch ; illud statuendum est, nullo iure vetitum esse bellum, cum ratio recta suaserit, arma contra hostes capere, acie instructa confligere, si resistant occidere, regiones hostium et oppida invadere, uno verbo, bellum gerere8. Ce qui se prouve, dit il, par quantité d’exemples de l’Escripture saincte, et par les faits heroiques [930] de tant de grands personnages qui y sont haultement loüés, et qui ont passé la plus part de leur vie et de leur regne en des guerres continuelles ; comme Abraham, Moise, Josué, Gedeon, Samson, David, Josias, les Machabées, et tant d’auttres. Et dans la loy Evangelique, nous voions que le sauveur du monde donne des louages au centenier qui luy dit qu’il estoit Capitaine et conducteur de gens d’armes, au lieu de le blasmer dedans sa profession, et de luy deffendre de la plus exercer ; habeo sub me milites, et dico huic, vade, et vadit ; et alii, veni, et venit ; audiens autem Jesus miratus est, et sequentibus se dixit ; a me dico vobis, non inveni tantam fidem in Israel9. Les Actes des Apostres rapportent un pareil exemple de Corneille chef et Centenier des bandes italiennes qui est appellé homme pieux, religieux, et craignant Dieu ; vir erat in Caesarea nomine Cornelius, centurio cohortis, quae dicitur italica ; religiosus ac timens Deum cum omni domo sua, faciens elemosinas multas plebi, et deprecans Deum semper10 ; et qui se faisant baptiser par St Pierre, ne receut de luy aucune [931] deffence de suivre les armes, ny de se mesler de la guerre, tesmoigant par la que de soy elle est indifferente et innocente.

  • 11  St August. ad marcellinum, cap. 5.
  • 12  St Luc, cap. 3. vers. 14.
  • 13  Regum, lib. 1. cap. 25. vers. 3.
  • 14  Josué, cap. 10. vers. 12.
  • 15  Machabeo. lib. 2. cap. 6.

6St Augustin donnant son advis la dessus, dit ; si christiana disciplina omnia bella culparet, hoc potius militibus consilium salutis petentibus in Evangelio diceretur, ut abjicerent arma, seque militiae omnino subtraherent11 ; ou au contraire, dit il, nous lisons dedans st Luc, que st Jean Baptiste respondant aux soldats qui luy demandoient conseil de ce qu’ils avoient a faire, et de la sorte qu’ils se gouverneroient ; ne leur deffend point l’usage des armes, mais plustost semble leur permettre, disant ; neminem concutiatis, neque calumniam faciatis, et contenti estote stipendiis vestris12 ; militare non prohibuit ; adjoute st Augustin. Dieu commanda a Saul de faire la guerre aux Amalecites, et de les ruiner entierement ; vade, et percute Amalec, et demolire universa ejus, non parcas ei13. Et pour authoriser les guerres justes et necessaires, il a fait des miracles incomparables, et tout a fait extra-ordinaires ; [932] faisant arrester le soleil pour favoriser Josué contre les Amorreens, les accablant par une gresle de foudre et de carreaux14 ; et donnant un Ange aux Machabées, pour deffaire et mettre en desroute l’armée du Roy de Perse qui venoit pour assaillir les Juifs15.

  • 16  Origene,
  • 17  St Ambroise, sermo. 7. St August. de verbo Domini.
  • 18  St Ambroise, officio. lib. 1. cap. 27.
  • 19  De Civit. Dei, lib. 4.
  • 20  Idem, in Iosuè, lib. 6. quaest. 10.
  • 21  St Bernard sermon. ad milites templi, cap. 1.
  • 22  St August. Epist. 194.
  • 23  Machabeo. lib. 2. cap. 15. vers. 21.
  • 24  Jeremie, cap. 6. vers. 4.

7Origene, dit ; ut bella justa atque ordinata inter homines gerantur, si quando id jubeat necessitas16, et deux autres Docteurs celebres [celebres Docteurs] de nostre Eglise [l’Eglise Catholique] assurent, que ; militare non est delictum, sed propter praedam militare peccatum est17. Le premier adjoutant dedans ses Offices, que ; fortitudo, quae vel bello tuetur a barbaris patriam, vel domi defendit infirmos, vel a latronibus socios, plena iustitia est18. Et st Augustin dedans son livre de la Cité de Dieu, veult que ; causa justa belli suscipiendi nulla esse alia potest nisi injuria ; et iniquitas partis adversae, justa bella ingerit19 ; et sur Josué ; justa bella definiuntur, quae ulciscuntur injurias20. St Bernard enseigne, que si la cause de la guerre est juste ; il est impossible que le succés en puisse estre mauvais et criminel ; si bona fuerit causa pugnan[933]di, pugnae exitus malus esse non poterit21 ; estant certain [dit] st Augustin, que Dieu est le juge et le spectateur des armées qui sont aux mains, pour donner la victoire a celuy qui a la justice de son costé ; quando pugnatur, Deus spectat, et partem quam inspicit justam ; ibi dat palmam22. Dieu voulant favoriser une armée ne regarde [regardant] point au nombre de combattans, mais a la justice de leur cause ; qui non secundum armorum potentiam, sed prout ipsi placet, dat dignis victoriam23 ; c’est pourquoy le prophete Jeremie dit, qu’il fault sanctifier la guerre, auparavant que la declarer ; sanctificate super eam bellum24.

  • 25  Psal. 113. vers. 16.
  • 26  Tacite, lib. 15. Annal.

8Les conquerans disent soit par galenterie, ou serieusement, que Dieu s’estant reservé le ciel, il semble avoir abandonné la terre a ceux qui la peuvent occuper justement ; coelum coeli Domino, terram autem dedit filiis hominum25. Que la justice comme on nous la represente, est une vertu de particulier, et non pas de souverain ; sua retinere, privatae domus ; de alienis certare, Regiam laudem esse26 ; et que si on vouloit obliger [934] les Rois et les princes a restituer ce que leurs Ancestres ont usurpé, il faudroit les reduire a une condition privée. Dans ces sortes de guerres on considere autant le succés, que le motif ; on les croit justes, quand elles sont heureuses ; la victoire declare qui est l’innocent, ou le coupable ; haec acies victum factura nocentem est ; dit le poete Lucain. Le party du victorieux est toujours meilleur, que celuy du vaincu, puis que si l’un est approuvé de Caton, c’est a dire des hommes sages, l’auttre est favorisé du Destin ; victrix causa Diis placuit, sed victa Catoni.

  • 27  33. Quaest. 1. cap. Militare.
  • 28  Paulus a Castro, consil. 33.
  • 29  Tite, Live, histo. lib. 9.
  • 30  Idem, histo. lib. 5.
  • 31  Plato, in Alcibiade.
  • 32  Senec. de Benefic. lib. 3. cap. 14.
  • 33  Salust. De bell. Iugurth.
  • 34  Cicer. Officio. lib. 1.
  • 35  Isocrat. Oratio. Archidamus.
  • 36  Cassiod. lib. 3. Variar. Epist. 17.
  • 37  Iulian. Impera. Oratio. 2.
  • 38  Sueto. In August. cap. 20.
  • 39  Aurel. Victor.
  • 40  Soldat suedois, pag. 369.

9Il y a un texte dans le droict canon qui dit ; quod militare non est delictum27 ; ce qui a fait dire a Paul de Castre en suitte de cela ; bellum omni jure, divino, Naturali, et Gentium, pro tuitione rerum suarum permissum esse28. Estant certain que ceste maxime de Machiavelle n’est que la traduction et la response de Claudius Pontius General de l’armée des Samnites, qui voiant qu’il ne pouvoit eviter la guerre contre les Romains qui l’y contraignoient, [935] encore qu’il eùt bien desiré de vivre en paix et bonne intelligence avec eux, dit ; justum est bellum, quibus necessarium, et pia arma, quibus nisi in armis, relinquitur spes29 ; aiant dit en un livre precedent, que les Gaulois faisant leur premiere entrée en Italie avec une puissante armée sous la conduitte de leur Roy Brennus, les Romains leur envoierent des Ambassadeurs pour scavoir a quel dessein ; quod nam id jus esset, agrum a possessoribus petere, aut minari arma, Romanis quaerentibus ? ecquid in Hetruria rei Gallis esset ? Cum illi se in armis jus ferre, et omnia virorum fortium esse ferociter dicerent ; accensis utrinque animis ad arma discurritur, et prelium conseritur30. Platon enseigne ; bella geri posse, non modo si quis vi opprimatur, aut expiletur, verum etiam si deceptus fuerit31 ; ce que Seneque a imité de luy quand il dit ; quod aequissima vox est, et jus Gentium prae se ferens ; redde quod debes32. Saluste adjoute, que ; sapientes pacis causa bellum gerunt, et laborem spe otii sustentant33 ; et Ciceron souhaite ; ut bellum ita suscipiatur, ut nihil aliud nisi[936]pax quaesita videatur34 ; suivant le conseil d’Isocrate qui dit ; omnia pericula belli potius expectarem, quam ad turpes pactiones descenderem. [cum enim] Nobis hostes injusta imperant, cum agrum eripiunt, servosque nostros manumittunt, cum in ea terra collocant illos quam nobis patres reliquerunt ; cum nos non tantum nostris opibus spoliant, sed etiam contumeliis afficiunt ; ego vero harum rerum causa non bellum tantum, sed et exilia, et mortes, nobis esse perpetiendas arbitror ; longè enim praestat in ea laude et gloria qua floremus emori, quam in [cum] omni dedecore vivere, si Thebanorum imperata fecissemus. Quod si nihil dissimulandum est, planeque dicendum quod sentio, praestiterit nos deleri, quam ab hostibus derideri35. Et Cassiodore qui est un des plus religieux et des plus celebres politiques que nous aions, permet ; tunc veniendum ad arma, cum locum apud adversarios justitia non potest invenire36 ; et un moins homme de bien que luy, mais non pas moins considerable en esprit et Authorité, dit qu’il ne fault entreprendre aucune guerre ; [937] nisi quod ad subditorum utilitatem pertineat37 ; comme Suetone rapporte de l’Empereur Auguste qui ne fit jamais guerre a peuple quelconque, sans une cause juste et necessaire38 ; et Aurelius Victor, de l’Empereur Theodose, qui n’entreprist jamais guerre aucune, que celles qu’il trouva commencées a son evenement a la Couronne ; bella non movit, sed invenit39. Et de nos jours le Duc Charles de Lorraine, respondant [respondit] au Roy de Suede sur ce qu’il se plaignoit a luy de ce qu’il opposoit ses armes a sa gloire, a ses conquestes, et a ses entreprises, sans luy en avoir donné sujet ; et le priant de cesser et de s’en despartir, ou bien de luy declarer ce qui l’obligeoit a continuer ; luy dit [escrivit], qu’il avoit estimé que la guerre luy estant inevitable, c’estoit lascheté de la souffrir, et generosité de la commencer ; quoy que malheureusement pour luy, ses voisins, et ses pauvres sujets40.

  • 41  Grotius, de Jure Belli, et pacis.
  • 42  Scriban. Polit. christia. lib. 2. cap. 31.
  • 43  Contzen, politicor. Lib. 10. Cap. 3. 4. 5. 6. et, 7.

10Grotius en son livre des Droicts de la guerre [De jure belli et pacis], traitte ceste maxime avec tant de Doctrine et de solidité, que ce seroit vouloir luy en oster la gloire que le dissimuler, et avoir trop de [938] vanité et de presomption de penser pouvoir adjouter quelque chose a ce qu’il en a escript si prudemment et si curieusement41. Scribanus Jesuite Espagnol, fortifie ceste opinion dedans son Politique chrestien, dont voicy le tiltre tant seulement pour s’exempter de redittes ennuieuses et importunes ; bella princeps non suscipiat, nisi necessitas cogat ; auquel cas dit il ; audebit pro suorum Regnique incolumitate vitam ponere, gloriosius inter medios armatos hostes animam positurus, quam ignavam et precariam vitam habiturus42. Et Contzen Jesuite Allemand, soustient avec opiniastreté ceste necessité politique, quoy que par tout son livre il face une guerre ouverte a l’Autheur que nous deffendons [nostre Autheur]43.

  • 44  Navarr. In Manual. Cap. 27. Num. 281. 285. 287.
  • 45  Isaie, cap. 32. vers. 8.
  • 46  Iudicum, cap. 17. vers. 7. cap. 18. vers. 1 et cap . 21. vers. 24.

11Au reste puis que touttes les choses de ce monde sont si incertaines, si doubteuses, et si changeantes, et qu’il n’y a rien de si sainct qui n’ait ses sacrileges, rien de si ridicule qui n’ait ses sectateurs, point d’opinion qui ne trouve ses approbateurs ; que l’ignorance des hommes tient touttes choses dans la controverse, l’irresolution, et l’incertitude, et que de vouloir [939] croire a tous les Autheurs les plus probables et les plus approuvés, ce ne seroit rien croire, puis qu’ils ne sont pas d’accord entre eux ; il fault appeler sa propre raison, et ne point s’escarter de sa prudence ordinaire, pour former une resolution, establir sa creance, et regler sa conscience sur les advis et les conseils qui nous semblent les plus naturels, les plus legitimes, et les moins suspects. Tous les Escrivains sont d’accord de ceste suspension de jugement, et reconessant leur foible advouënt que ce chemin est suffisant a salut, et que nous nous pouvons garantir et tirer des tenebres de ce monde obscur et embrouillé, mettre nos consciences a couvert et les sauver des atteintes du peché, a la faveur d’un guide et d’un Autheur approuvé, que nous croirons le plus convenable a nostre humeur, le plus raisonnable a nostre sentiment, et le plus conforme et le plus approchant de nostre creance. Navarre qui tient le premier rang entre tous les Casuistes et les Canonistes, apportant dix medecines pour la guerison des Consciences [940] scrupuleuses et timorées, ordonne celle-cy comme une des principales ; electio bona ex variis opinionibus, et quiescere in ea ; et hoc addo, non semper esse necessarium partem tutiorem eligere ; quia satis est quo ad praecepti implementum tutam eligere ; et illam, quae benignior, aut favoribilior fuerit ; et quam Doctores affirmant, authoritate et scientia, in materia de qua agitur, praestantiores44. Par ainsi, encore que nostre doctrine paroisse un peu plus large et moins timide que celle qu’on nous desbitte tous les jours sur ce sujet avec aussi peu de fondement et d’equité, que de prudence et de jugement, neant moins tirant son estre de la verité toutte nuë, son appuy de la raison, son Authorité de l’Escripture saincte, sa practique [conformité] des peres de l’Eglise, et son approbation de tous les Autheurs les plus doctes et les mieux sensés ; soit qu’elle semble [paresse] delicatte, soit qu’elle rencontre la creance qu’on doibt a sa candeur, et a sa fidelité, elle peult se practiquer par provision, et au deffault d’une lumiere plus grande, et de remedes plus parfaits et plus salutaires. Elle est a l’usage de peu de personnes, [941] elle n’est pas propre a touttes sortes de gouts, les petits estomachs aussi bien que les petits cervaux auront peine de la digerer. C’est une viande de Roy [Roys], et de ceux qu’il [qu’ils] en veult [veulent] rendre dignes et capables ; je serois marry qu’elle fut plus commune, puis qu’elle est reservée pour les Dieux et les souverains de la terre. Ce seroit estre trop ingrat et trop mesconessant de vouloir faire marcher du pair avec nous nos maistres et nos seigneurs ; nous debvons cest Estude, et cest office aux soings, aux peines, et aux travaux qu’ils emploient pour nostre conservation, de leur faire conestre jusques a quel poinct ils peuvent estendre et relascher leur vertu, puis qu’il y auroit de l’injustice et de la Tirannie de la vouloir mesurer a celle du commun des hommes ; princeps ea quae digna sunt principe cogitabit, et ipse super Duces stabit45 ; il fault que le prince esleve ses pensées par dessus celles du commun, que ses actions correspondent a sa qualité, que tous ses sujets et officiers relevent de luy, et qu’il ne despende de personne que de Dieu, [942] et de son espée ; auttrement il n’y aura que confusion dedans son Estat, son Authorité sera mesprisée, et chacun secouera le joug de son obeissance ; non erat Rex in Israel, sed unus quisque quod sibi rectum videbatur hoc faciebat46.

Ad vos ergo, Reges, sunt hi sermones mei, ut discatis sapientiam, et non excidatis ; Sapientiae, Cap. 6. vers. 10.

Fin.

[945]

Declaration

Et

Protestation de l’Autheur

12Je ne suis point si Idolatre de mes [propres] sentimens, ny si peù conessant du pouvoir et de l’Authorité de l’opinion commune, que je veule [veuille] m’opinastrer a celles que je viens de mettre en avant, pour rejetter et mespriser les auttres qui pourroient estre plus saines et plus solides. Je scais que je puis faillir par ignorance, et non par malice ; il est juste que mes raisons trouvent leurs adversaires, comme je n’approuve point touttes celles qu’on me presente. Je n’ay cherché que l’appuy de l’innocence, la justification des princes [et des] souverains, et une doctrine propre et convenable a l’humeur et au Gouvernement des hommes qui se practique aujourdhuy. On pourroit en trouver une plus pure, mais il faudroit aussi rencontrer [trouver] des Esprits plus sains, plus soubmis [entiers], et plus parfaits. Je n’ay point consideré les hommes tels qu’ils devroient estre, mais tels [946] qu’ils sont pour l’ordinaire ; c’est le [les] ruiner en les flattant que de penser les exempter de malice [matiere], les dispenser de faillir, et leur vouloir faire croire qu’ils peuvent estre sans taches, sans erreur, et sans foiblesse. Si j’en ay trop dit, et trop descouvert, et si mes plaintes et mes discours contiennent quelque chose qui semble contraire a la Doctrine Catholique, Apostolique, et Romaine, a cause du seul Autheur que je deffend ; je les condemne des a present, je les revocque tout autant que je puis, et les desadvouë de telle sorte, que je les soumets entierement a sa censure, a son examen, et a son jugement ; protestant et declarant haultement ne m’en vouloir esloigner ni despartir en facon que ce soit, mais bien de suivre avec respect, et non sans raison, ses oracles et ses conseils avec l’obeissance et la submission qu’elle scauroit desirer de son enfant et de son nourrison le plus humble, le plus zelé, et le plus fervent.

13[Liberé, sed veré.
Veritas odium parit.
Fin. 1643]

Haut de page

Notes

1  Cicero. Officio. lib.

2  St August. de Civit. Dei, lib. 4. Cap. 75.

3  err. Ms : proscriberis.

4  Cicero,

5  Tacite,

6  Senec,

7  Becan. Analog. Veter. et novi Testa. Cap. 17. Quaest. 1.

8  Menoch. Instit. politic. lib. 3. Cap. 10. num. 1.

9  St Math. cap. 8. vers. 9.10.

10  Actuum Apostolor. cap. 10. vers. 1.2.

11  St August. ad marcellinum, cap. 5.

12  St Luc, cap. 3. vers. 14.

13  Regum, lib. 1. cap. 25. vers. 3.

14  Josué, cap. 10. vers. 12.

15  Machabeo. lib. 2. cap. 6.

16  Origene,

17  St Ambroise, sermo. 7. St August. de verbo Domini.

18  St Ambroise, officio. lib. 1. cap. 27.

19  De Civit. Dei, lib. 4.

20  Idem, in Iosuè, lib. 6. quaest. 10.

21  St Bernard sermon. ad milites templi, cap. 1.

22  St August. Epist. 194.

23  Machabeo. lib. 2. cap. 15. vers. 21.

24  Jeremie, cap. 6. vers. 4.

25  Psal. 113. vers. 16.

26  Tacite, lib. 15. Annal.

27  33. Quaest. 1. cap. Militare.

28  Paulus a Castro, consil. 33.

29  Tite, Live, histo. lib. 9.

30  Idem, histo. lib. 5.

31  Plato, in Alcibiade.

32  Senec. de Benefic. lib. 3. cap. 14.

33  Salust. De bell. Iugurth.

34  Cicer. Officio. lib. 1.

35  Isocrat. Oratio. Archidamus.

36  Cassiod. lib. 3. Variar. Epist. 17.

37  Iulian. Impera. Oratio. 2.

38  Sueto. In August. cap. 20.

39  Aurel. Victor.

40  Soldat suedois, pag. 369.

41  Grotius, de Jure Belli, et pacis.

42  Scriban. Polit. christia. lib. 2. cap. 31.

43  Contzen, politicor. Lib. 10. Cap. 3. 4. 5. 6. et, 7.

44  Navarr. In Manual. Cap. 27. Num. 281. 285. 287.

45  Isaie, cap. 32. vers. 8.

46  Iudicum, cap. 17. vers. 7. cap. 18. vers. 1 et cap . 21. vers. 24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 10 : Que la justice de la guerre, est dans son utilité », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre second, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5988

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org