Navigation – Plan du site

Le lieu des spectres : Maurice Fourré et Richelieu

Christian Jouhaud

Texte intégral

  • 1  Christian Jouhaud, Sauver le Grand-Siècle ? Présence et transmission du passé, Paris, Le Seuil, 20 (...)
  • 2  « Richelieu en Touraine. Le délabrement de la minuscule cité du cardinal rappelle celui de l'Alger (...)
  • 3  Maurice Fourré, La marraine du sel, Paris, Gallimard, 1955, réédition Talence, L’Arbre vengeur, 20 (...)

1Face au passé, Maurice Fourré m’a d’abord semblé un anti-Gracq. C’est comme cela que je l’ai utilisé ailleurs1. Dans Les Carnets du grand chemin, Gracq consacre un paragraphe apparemment méprisant à la ville de Richelieu 2 ; Fourré paraissait par avance lui répondre comme en une « évocation réparatrice ». Là où le premier, saisi par la décadence de la cité ducale (« un faubourg Saint-Germain repeuplé par Charonne et en route vers le bidonville »), s’offusquait d’apercevoir de la Grand rue un « dédale de courettes, d'appentis, de bonbonnes de butane, de cages à lapin », le second voyait des « hôtels alanguis dans la pierre dure » offrant derrière leurs porches solennels « l’embuscade borgne de courettes secrètes, géométriquement cloisonnées, que réunissent pour des cheminements occultes d’étroits pertuis »3. Mais en fait, à mieux y regarder, je crois que les deux auteurs voient la même chose à Richelieu, qui n’est pourtant pas la même chose : Gracq évoque un état (le délabrement), Fourré des actions possibles en l’état, inévitables mêmes, imposées par la spécificité du rapport d’un lieu au temps : il ne déplore pas les manifestations hideuses d’une perte, qui défigurerait une identité inscrite dans l’histoire, pour dessiner plutôt le filigrane enlevé d’une discrète transfiguration. Pour lui, ou son héros, la vie actuelle dans le lieu représenterait en douce ce qui a fait naître ce lieu. L’emprise du lieu sur cette vie qui l’habite et qu’il habite, en une réciproque possession, subvertit la linéarité du temps en des raccourcis dramatiques. D’autant mieux que la vie des vivants est aussi celle des morts. « La cité bouleversante du cardinal » qui apparaît la nuit dans sa « civile majesté nécropolaire » est ceinte de « remparts fantomatiques » à l’ombre desquels ne peut échapper le Mable vivant, ce « minime et gracieux affluent ». La majesté nécropolaire d’une ville qui apparaît, qui revient, qui hante le rapport au passé de qui l’aime, la désigne-t-elle comme ville-fantôme ? Ce serait la rabaisser au rang des bourgs abandonnés d’une quelconque ruée vers l’or. Car ce n’est pas sa monumentalité qui impose la présence du passé, mais c’est la co-présence de la monumentalité et du délabrement qui permet de le faire advenir dans l’événement répété d’apparitions et de disparitions qui laissent des traces ne serait-ce que dans l’intuition d’une absence. C’est ainsi que dans « le grand parc vide » il arrive que la présence de ce qui a disparu impose la hantise de ce qui n’a jamais été là, tels « les cygnes noirâtres qui ont rencontré dans l’au-delà le rire métallique du château ducal ». Ces cygnes qui « languissent et revivent » sous « un morceau de lune et des éclats stellaires qui se lassent de tournoyer » figurent des spectres au retour d’un ailleurs insignifiant. Sur l’eau noire des fausses douves du château absent, ils manifestent la coalescence maintenue de la disparition semeuse de traces (le château) et de la présence habitée (la ville), rencontre séculaire des contraires qui donne lieu au spectre ou plutôt à l’attente du spectre.

  • 4  Jacques Derrida, Spectres de Marx, Paris, Galilée, 1993, en particulier chapitre 
  • 5  P. 181.

2La spectralité ainsi constituée dans un lieu peut se regarder depuis le surplomb offert par quelques intuitions des Spectres de Marx de Jacques Derrida4. Celle-ci d’abord : le spectre est la fréquence d’une visibilité, d’une visibilité de l’invisible, étant entendu que, par essence, la visibilité est précisément ce qui ne se voit pas. Fréquence indique ici une répétition (un retour) et une vibration perceptible (comme une radiofréquence). Le fait de ne pas voir ce que la visibilité appelle pour trouver une forme rend indispensable de situer ce non-vu dans le temps afin de lui donner quelque existence désirée. Un spectre paraît se présenter (c’est une « visitation »5) : on se le re-présente parce qu’il n’accède pas à la présence, ce qui exige de prendre en considération son temps et son histoire, la singularité de sa temporalité et de son historicité.

  • 6  Ibid.

3Spectral est donc « ce qu’on imagine, ce qu’on croit voir et qu’on projette : sur un écran imaginaire, là où il n’y a rien à voir […] mais qu’on ne peut plus fermer l’œil à guetter le retour »6. La fréquence de l’apparition devient ici celle de la disparition dans la vision de ce que l’on désirait se donner à voir : on « mime le fantôme » qui « disparaît alors en apparaissant dans le phénomène de son phantasme » ; le phénomène remplace le fantôme qui, lui, n’est pas phénoménal.

  • 7  Ibid.

4Enfin le spectre d’abord nous voit, « nous nous sentons observés, parfois surveillés par lui avant toute apparition »7. Tel est le pouvoir de l’image quand quelque chose en elle vient subvertir ou désordonner ou inverser les places, confondre l’œil du vivant et l’artifice de la représentation. C’est le cas avec le trompe-l’œil. Louis Marin attire notre attention sur le fait que l’effet de présence suscité par le trompe-l’œil n’est pas celui de la représentation gouvernée par la mimesis et les lois de la perspective :

  • 8  Louis Marin, « Représentation et simulacre », Critique, 543-544, juin-juillet 1978, pp. 534-543. C (...)

Le trompe-l’œil s’épuise dans ses effets ; le simulacre n’en est que la somme. […] Ce n’est plus l’objet qui est en représentation sur la toile et qui, invinciblement, nécessairement suppose pour s’y construire et s’y produire, un sujet qui le contemple à partir d’un lieu contraint […]. C’est la chose même, là sur la toile, intransitive, suffisante à soi, opaque, étonnante, stupéfiant le regard. Le beau mensonge de l’art est devenu quelque chose comme une inquiétante hallucination, la belle apparence, apparition d’un fantôme, la représentation de l’objet, évocation magique de la chose ; l’image un double : le trompe-l’œil ou l’événement, l’irruption du simulacre […] qui tend son apparition fantomatique vers notre regard, vers notre corps.8

Une si forte illusion de présence de la chose en soi dans sa représentation fantomatique impose le constat de l’apparition. Chez Fourré le trop de densité spectrale dans le lieu nécropolaire excède le phantasme et déborde sur des objets regardables porteurs de l’invisible.

5Je vais maintenant épingler quelques uns d’entre eux ramassés au début de La marraine du sel. Le narrateur conduit le lecteur vers eux, mais commence par rappeler doctement :

  • 9  La marraine…, p. 37.

La ville de Richelieu se présente, a-t-on dit souvent, dans un rectangle de 350 toises de long et 250 de large (la toise équivaut à 1 mètre 999 millimètres). La cité désuète et charmante, est ceinte d’un mur entouré de fossés qu’alimente le Mable. Dans le sens de la longueur est tracée une Grande-Rue Centrale de 140 toises de long sur 6 de large ; à chaque extrémité deux places symétriques, ayant pour entrée deux portes monumentales, apparaissaient.9

6L’histoire se joue entre la ville « se présente » et les places « apparaissaient ». Le passage du présent à l’imparfait dessine en creux le lieu de l’intrigue où l’on rencontre : la chatte Blanchette, la statue du cardinal, quelques images sur un mur. En chacune de ces stations, l’invisible se fixe et, par le fil mystérieux de la mort et de l’histoire, tire vers lui qui le regarde.


*

  • 10  Idem, p. 57.

7La chatte Blanchette : « Blanchette est une petite chatte naturalisée, couchée en rond sur une tablette, dans le couloir du premier étage de la Rose Blanche. Entre ses paupières mi-closes dans un visage de neige, on découvre en se penchant le fil scintillant d’une prunelle de verre où se mire le dernier sourire de la nuit. »10

8Clair Harondel, le Représentant de Commerce en fantaisies joyeuses et funèbres, se lance dans un questionnement spéculatif et historien qui brouille le rapport au temps qu’il énonce :

  • 11  Ibid., pp. 57-58.

En quel siècle vivais-tu Blanchette ? Est-ce un artisan coiffé d’une perruque qui t’a empaillée, après t’avoir rencontrée, vivante, sous les quinquets de la place Notre-Dame ? Dans quel paradis pour petits animaux, domestiques ou libres, a donc émigré l’âme du chat qui t’aura connue en amour sur les toitures rectilignes des hôtels aristocratiques où tintait le cristal des lustres au son des violons ? As-tu fait entendre ta mélopée de bouilloire indestructible, couchée en rondelle de poils blancs sur les genoux cavaliers du Cardinal changé en pierre livide ? Que sait-on ? Et que sais-tu, Dame Blanche, du bel amant séducteur, qui s’adresse, comme un parlementaire surhumain, à la petite défunte, en caressant ton dos arrondi pour l’éternité des Chats ?11

9Histoire incertaine de la chatte Blanchette qui, parce qu’on est à Richelieu, pourrait avoir vécu au temps du cardinal, mais un cardinal déjà changé en « pierre livide », toujours là aujourd’hui entre ville et parc. Rêverie ? Travail de l’imagination, comme dans l’évocation d’une auberge ancien relais de poste dans La presqu’île de Julien Gracq ?

  • 12  Julien Gracq, La presqu’île, Paris, Corti, 1970, p. 141-142.

En face de lui, de l’autre côté de la place, s’allongeait jusqu’à l’angle de la ruelle du rempart une longue bâtisse à étage, au toit d’ardoise à girouette, crêté d’une guipure de zinc découpé, troué par l’œil de bœuf de ses mansardes ; un mur plein, piqué de ravenelles, prolongeait la façade de ce qui paraissait être une ancienne auberge. Le portail voûté, clouté de ses clous énormes qu’on appelle en Espagne moitiés d’orange – avec une porte piétonne à loquet de fer découpé dans son vantail de droite – éventrait le mur plein ; derrière la porte charretière, on imaginait encore malgré soi une cour pavée, un abreuvoir, le ferraillement de roues, les coups de fouet, le feu ronflant, les poulets plumés, le remue-ménage de postillons et de servantes d’un relais qui dételle pour l’étape du soir. Il laissa son imagination un moment courir la poste sur ce tohu-bohu plaisant. Cette petite agitation de fantômes qu’il évoquait venait peupler sans effort l’heure dorée et béante qui lui semblait à peine réelle ; il avait parfois le sentiment vif de ces joints mal étanches de sa vie où la coulée du temps un moment semblait fuir et où, rameutées l’un à l’autre par un même éclairage sans âge, le va-et-vient des seules images revenait battre comme une porte.12

L’imagination court la poste, mais, ce qui compte, c’est qu’elle le fasse « malgré soi » : l’hypothétique auberge en proie à l’agitation des fantômes s’impose comme apparition. Les images fuient par des joints biographiques mal étanches, dans un éclairage sans âge qui n’est pas l’histoire, où elles font battre au loin et au près la porte du temps hors du temps. La chatte Blanchette n’est pas une image et n’est pas un fantôme. L’artisan et le chat, quand vivaient-ils ? On ne sait ; elle, pourtant, est dans l’histoire. A jamais couchée en rond, elle existe, présente dans le temps où Clair la rencontre, et pense à son histoire, et présente aussi dans le temps où un artisan l’a naturalisée. Mais cette double présence lui confère le pouvoir de porter en elle les fantômes d’un artisan à perruque et d’un chat amoureux sur les toits rectilignes des vieux hôtels aristocratiques. C’est de l’intensité de son inscription dans l’histoire qu’elle fait venir les apparitions. Et que, finalement, elle transforme en « parlementaire surhumain » celui qui voit ce qu’elle fait apparaître et qu’elle rend présent au temps, alors que la surhumanité ouvre une carrière spectrale au « bel amant séducteur ».

  • 13  La marraine..., p. 41.
  • 14  Christian Jouhaud, La main de Richelieu ou le pouvoir cardinal, Paris, Gallimard, 1991, p. XXXX
  • 15  La. marraine…, p. 42 et p. 28.

10La statue du cardinal : « devant la statue monumentale du fondateur dont le regard décapite les remparts abandonnés »13. La « pierre livide », qui fut longtemps à Versailles avant qu’un ministre de la Troisième République l’imagine à Richelieu14, est plus lourdement encore présente dans l’histoire, celle du xviie siècle par ce qu’elle représente, celle de la Monarchie de Juillet (par les réalisations versaillaises sur l’histoire de France), celle d’un voyage de Versailles à Richelieu achevé le 17 juillet 1932. Elle impose certes sa puissance par sa masse minérale, blanche et hautaine, mais elle porte aussi la puissance spectrale de la violence meurtrière du pouvoir politique d’autrefois par le regard qui décapite. Mais voici que soudain, pour un instant peut-être, sous les yeux de Clair Harondel, « dans une décoration de brumes tourangelles, le marbre soyeux du grand cardinal engoncé de draperies marche sans avancer au sommet du socle architectural », dans un « Frou-frou de cape fantomale. »15.

  • 16  Idem, p. 41.
  • 17  Ibid., p. 43.
  • 18  Ibid.

11Comme la chatte Blanchette, le cardinal de pierre existe et impose sa présence au temps : son histoire est celle d’une statue qui, arrivée là où ce qu’elle représente peut accéder à la vie des spectres, devient capable de spectraliser qui la regarde sous la lune : « nous ne serons plus que d’humbles transparences se tirant la révérence, parmi l’encens de fumée dernière, sous les rubans du gel et les catafalques d’une neige perlière »16. C’est le moment où dans « la nuit géométrique » surgit un fantôme, un vrai, celui qui hante Clair Harondel, qui se tient en lui au point de lui faire soupçonner qu’il est devenu lui : « le fantôme de M. Abraham traverse-t-il le brouillard, un gros livre rouge sous le bras, défilant les yeux baissés sous les quenouilles vaporeuses des quinconces ? »17. Quel est ce gros livre rouge ? Le Traité de la perfection du chrétien, « ouvrage commencé par le cardinal de Richelieu en 1636, édité par Mme la duchesse d’Aiguillon en 1646, exécuté probablement avec la coopération du Père Joseph, François Le Clerc du Tremblay, l’éminence Grise, qui proposé pour le cardinalat sans se voir jamais coiffé du chapeau, devait, après s’être distingué au siège d’Amiens sous le nom de baron de Mafflée, fonder l’ordre cloîtré des Bénédictines du Calvaire. Récréation. »18 Le fantôme historiophore Abraham Allespic transporte, avec le livre qu’il tient sous son bras, des noms et des faits du temps du cardinal. On pourrait croire que le parcours s’est inversé, allant non plus de l’objet monumental, porteur incontestable d’une histoire, vers le spectre que l’histoire permet d’évoquer, mais du spectre à l’objet réduit à la taille d’un livre. Il n’en est rien : c’est le gros livre rouge trouvé par Clair Harondel dans la bibliothèque d’Abraham Allespic qui a fait venir le fantôme de son propriétaire, par ailleurs assassiné par la maîtresse ensorcelante de Clair : les spectres continuent bien à entrer dans la hantise du présent par la porte de l’histoire.

  • 19  Idem, p. 23-24.

12Il y faut le brouillard ; il y faut le nom de Richelieu bien campé dans son temps, mais possédé par une statue de pierre livide qui, sous la lune, marche sans avancer comme n’importe qui peut le voir à Richelieu presque chaque nuit. La statue est cette chose froide et morte qui porte le spectre d’une présence, une présence que la ville nécropolaire manifeste dans sa forme même. Un événement a eu lieu, un jour : « un ordre soudain » qui a fait s’édifier une ville « au cordeau, pour les hauts domestiques de l’immense château ducal maintenant rasé »19. La ville a traversé les siècles ; le projet qui l’avait fait naître et construire est incrusté dans sa présence au temps : il cherche à contraindre chaque expérience de sa traversée, il revient dans toute initiative qui l’oublie ou le détourne. Le spectre trahit ainsi le trouble chronologique du rêveur qui mêle les temps et rejoint l’histoire pour s’y incruster.


*

  • 20  Ibid.

13Des images au mur : « Etat des lieux. La salle centrale du menu domaine de Fol-Hiver, proche des remparts mouillés de la curieuse ville géométrique de Richelieu en Basse-Touraine, sise à la rencontre cardinale de quatre départements, le Maine-et-Loire, Deux-Sèvres, l’Indre-et-Loire et la Vienne. La lampe voilée d’incarnat éclaire faiblement quatre gravures désuètes […] »20.

  • 21  Ibid.
  • 22  Idem, p. 26.

14La lumière faible mais incarnadine laisse voir et colorie les gravures sur lesquelles « de beaux jeunes gens en costumes Louis XIII, dans un envol de manteaux et de manchettes, collerettes et chapeaux à plumes, offrent sur le billot à la hache d’un bourreau leur cou dénudé »21. C’est ainsi qu’« agenouillés à l’instant de la décollation, les beaux suppliciés, pendus au mur par des cordonnets dans leur rectangle de bois fossoyeur, jaillissent d’un rayon rouge »22.

  • 23  Idem, p. 24.

15Dans cet affichage de « franfreluches » la présence du maître doit se montrer dans le même registre de représentation, matériel, iconographique et symbolique : « Un travail de tapisserie moderne présente une inscription noire sur fond blanc. Délices de M. du Plessis. Une autre gravure figure, entouré de ses gardes, le cardinal de Richelieu, mourant dans un bateau voilé qui glissait au fil du Rhône, traînant dans une barque plus mignonne les promis au supplice du lendemain. Apothéose du petit homme rouge »23.

16Les gravures faiblement éclairées, copiées sur des peintures d’histoire, consomment la trahison de la grandeur et de l’ordre édificateurs de la cité et du domaine du cardinal dans la décadence désuète d’une imagerie romantique. Cette manière d’habiter le passé, et de se l’approprier par le travail énigmatique d’une tapisserie moderne aux « délices de M. du Plessis », fabrique une histoire originale : la rencontre du passé dans sa vérité matérielle et monumentale et du passé travaillé par un imaginaire dont les figures vivantes traversent le temps. Que, dans la ville ducale, des gravures des Chalais, Boutteville, Montmorency, de Thou, Cinq-Mars – les décapités de Richelieu – tapissent les murs montre comment le passé se trouve, dans un lieu, habité par ses propres représentations. Il ne s’agit plus seulement de la grandeur et de la force des hôtels « haute époque » et du plan géométrique, mais aussi de celle du mélange, dans l’acte même d’être là, de l’image anachronique des jeunes gens sacrifiés aux « délices de M. du Plessis » et de l’inévitable allégeance au regard fondateur qui « décapite les remparts abandonnés ». Cette rencontre est unique parce qu’elle est si violemment située : la représentation de l’action s’étiole sur un mur de demeure bourgeoise, dans le lieu même – l’étrange cité – où l’action a pu être pensée dans ses effets de représentation. La fiction de Maurice Fourré nous montre ainsi la ville de Richelieu en Touraine comme une trace du passé, en partie ruinée mais vive, portant en elle, dans une maison accolée aux remparts fantômes, les marques de son historiographie future.

17Au temps de la reproduction mécanique des œuvres d’art, la peinture d’histoire s’est démultipliée en gravures : décadence dans la désuétude mélancolique des intérieurs petits bourgeois que Gracq exécrait. Mais la maison de Fol Hiver, par la grâce d’un rayon rouge sur la glace miroitante des « sous verre », redonne couleur et vie aux gravures spectres d’une peinture morte. Soudain vivants les « beaux suppliciés », en particulier le comte de Boutteville qui « humilie de ses grâces insouciantes le bourreau masqué », habitent leur pictural cénotaphe romantique « dans leurs rectangles de bois fossoyeur ».

  • 24  Roland Barthes, La chambre claire, Paris, Le Seuil, 1980. Le punctum « comme une flèche qui vient (...)
  • 25  Jacques Derrida, Chaque fois unique, la fin du monde, Paris, Galilée, 2003, p. 82.

18Commentant le « punctum » de la photographie mis en avant par Roland Barthes 24, Derrida, dans l’article oraison funèbre publié après la mort de Barthes, écrivait : « nous sommes en proie à la puissance fantomatique du supplément : cet emplacement insituable est ce qui donne lieu au spectre »25. à Richelieu, dans le récit de Fourré, cet emplacement insituable devient soudain situé par le regard qui le saisit dans le hasard de la rencontre entre une gravure et un rayon incarnadin. Mais cet emplacement ne prend vie comme hantise que dans l’événement singulier et éphémère d’une « performance » qui l’expose au regard, « performance » produite par le court-circuit temporel né du contact entre ce regard et le passé, dans le cadre singulier du salon d’une maison romantique accolée au faux rempart d’une cité idéale légèrement délabrée où s’impose la présence encore dominatrice de celui qui a donné son nom à la ville.


*

19Avec La marraine du sel, Maurice Fourré serait donc l’auteur d’un roman-performance. Quelques fétiches historiques, fortement inscrits à la fois dans leur temps et dans celui de leur vision par Clair Harondel, sont mis en action en un lieu présentant un rapport comparable au temps, mais à une autre échelle. L’expérience consiste à faire percevoir par ce choc temporel la puissance de hantise de spectres traversant le temps, sans qu’il soit possible de les voir – et pour cause – hors des objets historiens et nécromanciens qui les évoquent. Cette performance littéraire a une résonance historiographique. D’abord elle déplace en acte les représentations de l’histoire dont il est question, de la peinture historique romantique jusqu’à l’âge des performances (dont Fourré est contemporain des débuts), en brisant la linéarité du temps et en bouleversant la puissance de représentation des images du passé sans en modifier les formes visibles. Quant aux fantômes et à leur hantise des présents successifs, ils permettent de penser, ou au moins d’éprouver ou d’imaginer, un phénomène impalpable, invisible et pourtant réel : le retour du passé dans l’écriture qui le saisit ou prétend le saisir.

Haut de page

Notes

1  Christian Jouhaud, Sauver le Grand-Siècle ? Présence et transmission du passé, Paris, Le Seuil, 2007.

2  « Richelieu en Touraine. Le délabrement de la minuscule cité du cardinal rappelle celui de l'Alger européenne repeuplée après 1962 par les natifs du gourbi. Les immenses fenêtres des pavillons Louis XIII de la rue principale, hautes de trois mètres cinquante, sont rebouchées à demi, tantôt en haut, tantôt en bas par des plaques de ciment, qui tentent de les rajuster à l'échelle des modernes bonbonnières ; certaines sont coupées à mi-hauteur par un plancher supplémentaire, comme au château des papes d'Avignon réaménagé un moment en caserne. Pas un rideau, lorsqu'elles subsistent intactes, à ces verrières géantes : il y a là apparemment un format de voilage que ne fournit plus nul Monoprix. Au fond des porches voûtés, immenses, qui béent sur la rue, on aperçoit un dédale de courettes, d'appentis, de bonbonnes de butane, de cages à lapin. C'est comme un faubourg Saint-Germain repeuplé par Charonne et en route vers le bidonville ; la mesquinerie sordide de l'habitat moderne s'affiche exemplairement dans cette bastide aristocratique colonisée par des squatters petit-bourgeois, dans ces "intérieurs" où les logis de haute époque sont partout réduits hideusement comme des crânes jivaros », Julien Gracq, Carnets du grand chemin, Paris, José Corti, 1992, pp. 23-24.

3  Maurice Fourré, La marraine du sel, Paris, Gallimard, 1955, réédition Talence, L’Arbre vengeur, 2010 : édition citée ici, p. 40.

4  Jacques Derrida, Spectres de Marx, Paris, Galilée, 1993, en particulier chapitre 

5  P. 181.

6  Ibid.

7  Ibid.

8  Louis Marin, « Représentation et simulacre », Critique, 543-544, juin-juillet 1978, pp. 534-543. Cet article déploie les conséquences théoriques de cette mise en cause de la représentation par le simulacre.

9  La marraine…, p. 37.

10  Idem, p. 57.

11  Ibid., pp. 57-58.

12  Julien Gracq, La presqu’île, Paris, Corti, 1970, p. 141-142.

13  La marraine..., p. 41.

14  Christian Jouhaud, La main de Richelieu ou le pouvoir cardinal, Paris, Gallimard, 1991, p. XXXX

15  La. marraine…, p. 42 et p. 28.

16  Idem, p. 41.

17  Ibid., p. 43.

18  Ibid.

19  Idem, p. 23-24.

20  Ibid.

21  Ibid.

22  Idem, p. 26.

23  Idem, p. 24.

24  Roland Barthes, La chambre claire, Paris, Le Seuil, 1980. Le punctum « comme une flèche qui vient me percer …] est un supplément : c’est ce qui s’ajoute à la photo et qui cependant y est déjà » (p. 49).

25  Jacques Derrida, Chaque fois unique, la fin du monde, Paris, Galilée, 2003, p. 82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Jouhaud, « Le lieu des spectres : Maurice Fourré et Richelieu », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2014-01 | 2014, mis en ligne le 14 avril 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5992 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5992

Haut de page

Auteur

Christian Jouhaud

http://grihl.ehess.fr/index.php?343

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org