Navigation – Plan du site

La Marraine du Sel de Maurice Fourré ou comment tuer le temps à Richelieu ?

Sophie Houdard

Résumés

Pourquoi Maurice Fourré a-t-il situé sa Marraine du Sel dans la ville de Richelieu ? Avait-il lu l'essai d'André Breton  la question des châteaux » publié en 1937, puis de nouveau en 1957 ? En fait, le château du cardinal-ministre, complètement détruit après la Révolution, pourrait être un exemple parfait. Dans cet article, nous souhaitons montrer comment Maurice Fourré déplace la question du surréalisme pour créer une forme d'histoire et de mémoire hantées.

Haut de page

Texte intégral

Le surréalisme est un vaste dispositif de tables d’écoute
dans les ténèbres et les projections spectrales.Michel Carrouges, 1950.

1Peu de temps après la parution de la Marraine du sel, Maurice Fourré écrit à son amie Colette Audry pour lui demander son avis :

  • 1  Les titres sont sans italiques. Cette lettre à Colette Audry datée du 4 février 1956 est parue dan (...)

Que penses-tu, après l’avoir lue dans le texte, de cette Marraine exécutée comme un rapide brûlot en vue de réveiller le Rose-Hôtel et faire partir le Nègre, ce en quoi elle a en somme réussi ?1

  • 2  Tête-de-Nègre est écrit en 1958. Il paraît de manière posthume en 1960 chez Gallimard, avec cette (...)
  • 3  Ibidem.

2Il faudrait citer la lettre en entier pour savoir un peu mieux pourquoi Maurice Fourré publie ce « brûlot ». La première raison qu’il donne est qu’il doit « tuer le temps » (le narrateur cherche à « tuer » voire « assassiner » le temps dans la Marraine du sel) au propre comme au figuré. Car si la parution du Rose-Hôtel l’a fait connaître à soixante-treize ans comme écrivain et comme surréaliste, lui ouvrant chez Gallimard la collection « Révélations », les ventes ne suivent pas et André Breton montre vite quelques réticences à prolonger l’expérience. C’est alors Tête-de-Nègre, son roman-clé que Fourré veut « faire partir » pour satisfaire Paulhan et Breton et les obliger à sortir du silence où les deux éditeurs se sont alors murés2. Comme il l’écrit encore dans la même lettre « Tête-de-Nègre est un voisinage dont le poids manque à la Marraine mais qui l’appelle ». La Marraine — titre incomplet et sans italiques — présentée ici avec la désinvolture coutumière de Fourré est d’abord, en tout cas dans cette lettre, le moyen rapide et définitif d’attendre le roman suivant auquel il tient plus qu’à tous les autres et dont « le seul relief prendra son ombre sur la Marraine rigolante »3. L’agonie de Mariette Allespic tombe donc « à pic » pour exécuter le temps et secouer les éditeurs.

  • 4  Paru dans l’Almanach illustré du père Ubu au tout début du siècle : Alfred Jarry, Almanach illustr (...)

3On peut en effet lire cette Marraine comme un moment, un entre-deux, pour « réveiller le Rose-Hôtel » avec celui de la Rose Blanche à Richelieu et « faire partir le Nègre » — entendons le Baron Déodat de Languedic, ce quatre fois veuf, dit Tête-de-Nègre, assassiné à quatre-vingt-treize ans — en produisant à Richelieu une scène d’anthropophagie burlesque où deux blancs (la jeune mariée de Philibert Orgelex et le pasteur anglican) se partagent la vie d’un noir. On notera (comment ne pas y penser avec Fourré) le clin d’œil à Alfred Jarry qui n’aurait pas renié une telle Cène pour son « Ubu colonial »4.

  • 5  MS, pour La Marraine du sel, Éditions de l’Arbre vengeur, 2010, p. 150.
  • 6  MS, p. 53.
  • 7  Maurice Fourré, Tête-de-Nègre, Librairie Gallimard, 1960, p. 13, 43, 48.

4Il serait sans doute possible de montrer en détail (peut-être quelqu’un l’aura déjà tenté) que la Marraine du Sel annonce, provoque et permet d’attendre Tête-de-Nègre : le mot lui-même y apparaît pour désigner la couleur de « sang passé5 » de la bordure du « rideau cramoisi »6 derrière lequel se tient Mariette, vieille maîtresse agonisante, dont le nom, Allespic, condense un bestiaire symbolique et la formule biblique détournée du roman à venir « Tu fouleras l’Aspic et le Basilic ! ». Il faudrait alors repérer les allusions prospectives que Clair Harondel, Voyageur de commerce de la Marraine, ne manque pas de produire vers le futur « Monsieur Maurice » : les « apparitions dominicales » du « Monsieur anonyme », « Mage de la camionnette angevine », forment dans Tête-de-Nègre la suite, ou peut-être le refoulé sombre et méchant des pérégrinations rigolantes de la Marraine du Sel. En tout cas, à qui lit comme je l’ai fait les deux livres à la suite, il paraît évident que Fourré écrit le retour du jeune-homme un peu vieilli en « Vieux Monsieur venu du Sud », déjà (ou encore) «Fantôme » et « excentrique passant dans le rêve d’une nuit fuligineuse »7. Maurice (Fourré) est à peine caché derrière ce « faux anonyme », personnage et auteur de Tête-de-Nègre, mort en juin 1959, avant d’avoir vu paraître son roman. Car à vouloir tuer le temps, c’est évidemment le temps qui aura eu raison de Maurice Fourré.

Richelieu et « la question des châteaux »

  • 8  M.S., p. 40.

5Il décide en tout cas d’écrire dans un lieu, Richelieu, et c’est ce lieu qui va m’intéresser. Car si la lettre à Colette Audry ouvre des pistes, elle ne dit rien de l’installation de cette Marraine en ce lieu propice aux agonies et aux apparitions. Si l’on trouve bien quelques explications biographiques à ce choix, il reste tout un pan inexploré de cette localisation de l’écrivain et de l’histoire de la Marraine. Or, Richelieu est une « cité bouleversante8 », comme l’affirme le narrateur, et qui bouleverse l’ordre du temps et de la présence du passé. C’est une ville dont le château ducal est un fantôme, une présence-absence qu’on reconstitue depuis sa disparition dans les écrits, les gravures, et plus récemment les images en 3D.

  • 9  André Breton, « Limites non-frontières du surréalisme » (1937), repris dans La Clé des champs (195 (...)

6Fourré trouve peut-être en ce lieu le moyen de correspondre à la « méthode surréaliste » que Breton avait exposée en 1937 dans un article paru au moment de l’exposition internationale du surréalisme de Londres (« Limites non-frontières du surréalisme ») et qu’il liait à « la question des châteaux »9. Breton s’interrogeait sur le rôle des châteaux comme lieux prédestinés au « retour des puissances du passé » dans le roman noir anglais, pour exprimer le contenu latent d’une époque, ce mélange « de nostalgie et de terreur » suscité alors par la Révolution. Il ajoutait alors qu’il voyait dans la guerre de 1870 comme dans la première guerre mondiale, dans le nationalisme franco-allemand des années trente et l’abandon de la république espagnole les éléments de « terreur » qui attendaient leurs « châteaux » pour fournir à l’époque contemporaine le lieu de résonnance « pathognomonique du grand trouble social qui s’empare de l’Europe à la fin du xviiie siècle », idée qu’il formule dans les lignes suivantes :

  • 10  André Breton, Ibid. p. 32.

Le psychisme humain, en ce qu’il a de plus universel, a trouvé dans le château gothique et ses accessoires un lieu de fixation si précis qu’il serait de toute nécessité de savoir ce qu’est pour notre époque l’équivalent d’un tel lieu. (Tout porte à croire qu’il ne s’agit point d’une usine)10.

7L’article est passionnant puisqu’il s’agit de savoir comment le surréalisme ne doit pas « perdre le point de vue de la tête de l’histoire », en choisissant des « lieux de fixation » dont « l’ordonnance » permette que les hôtes disparus se mêlent à quelque nouvel habitant pour trouver ce que Breton appelle

  • 11  Ibid., p. 31-32. Breton cite une lettre d’Horace Walpole à William Cole de mars 1765 qui annonce, (...)

[...] la solution du problème de son comportement actuel, problème sentimental des plus difficiles — que ce mythe des survivances et des intercessions possibles en pareil lieu […].11

  • 12  M.S., p. 138.
  • 13  Michel Carrouges a été le plus fidèle critique de Maurice Fourré dont il a suivi et commenté bien (...)

8Rien ne permet de savoir si Fourré a lu cet article lors de sa deuxième parution en 1953, mais la « question » que soulève André Breton est frappante quand on lit la Marraine du sel, au moins et d’abord parce que les éléments du roman noir y abondent (songeons aux amours « gothiques » de Hyacinthe Laboureau et de la mariée couchée dans un cercueil vitré12), sans compter l’atmosphère nervalienne de la nuit et du rêve qui ouvre le roman. Pourtant, il n’est pas sûr que Breton ait pu reconnaître dans ce lieu de Richelieu cette « forme de mediumnité » actuelle qu’il appelait de ses vœux, pour déployer des « mythes électriquement conducteurs » comme l’écrit Michel Carrouges, évoquant le château d’Argol de Gracq ou celui de Montségur13. Cela n’est pas sûr parce que si Fourré manipule les spectres et les fantômes, s’il fait en sorte que son personnage-narrateur s’éprouve lui-même comme fantôme dans Richelieu, comme « lieu de fixation », ce sont peut-être moins, comme je voudrais le montrer, les labyrinthes intérieurs et les « mondes extravagants » de la psyché qui intéressent Fourré (et que guette sans doute Breton), que des formes de mediumnité qui sont ici des médiations ou des formes agissantes de la mémoire.

La Marraine, une Histoire de l’œil

9À Richelieu Fourré multiplie les images de toutes sortes, en deux dimensions (les gravures, les photographies) ou en trois (statues, mannequins, chatte naturalisée) ; images négatives (comme cette main qui a soulevé et vidé le gobelet de la Rose-Blanche ; les marginalia d’Abraham Allespic) ou livres et « graphiques » qui, telles des poupées russes, gardent trace des voyages de Clair et Mariette dans la bibliothèque-pigeonnier du défunt mari. Richelieu est d’abord le lieu de la hantise des « images » qui depuis le xixe siècle jusqu’aux années cinquante, temps de l’écriture, apparaissent dans le tissu du récit. Il ne s’agit pas seulement de séries d’images comme dans un album, mais d’un système de construction et d’un point de vue qui commande en grande partie l’écriture du récit. La Marraine du sel est exécutée comme une hypertrophie de l’œil qui est le premier ordonnateur de ce lieu de Richelieu (le regard de la vieille maîtresse, les « prunelles arsenicales » du défunt, l’œil du cardinal qui peut encore tuer, les prunelles de verre de Blanchette, etc., dans des séries à la Buñuel et à la Bataille). La vision de Richelieu paraît sortir de « la bouche d’ombre » du regard de Mariette menaçant Clair, ce personnage qui n’est peut-être à son tour qu’un « réflecteur » d’images, de simulacres et de fantômes. L’œil est donc le « point cardinal » d’une ville qui est d’abord un lieu d’impressions multiples plus que l’« observatoire du ciel intérieur » qu’attendait Breton. Si « ciel intérieur » il y a chez Fourré, c’est le ciel de l’œil organisant au dehors une série de projections spectrales sur un espace topographique et une série de cartes qui se sont superposés avec le temps et que le Voyageur de commerce, héros automobile des temps modernes, parcourt en y « apparaissant ». On notera d’ailleurs que chez Fourré ce n’est pas le paysage qui « apparaît », selon la formule convenue, mais le personnage qui surgit et « revient » dans une carte ou un graphique, dans des images et des noms de lieux chargés d’histoire(s).

  • 14  M.S., p. 141.
  • 15  On n’en finirait pas de citer les noms de lieux : Bressuire, la Chapelle Saint-Laurent, le Pas de (...)

10En lieu et place du château ou de ses ruines, il y a à Richelieu l’œil qui dirige le récit et sa lecture dans la mise au jour des images et des inscriptions : la rue Urbain Grandier à Châtellerault, quartier de Blossac, la place de Loudun du même nom, « Amboise et sa conjuration », « Cinq Mars et l’ombre bleu pâle de sa tour décapitée »14. Les toponymes miniaturisent l’Histoire, la condensent et la déplacent, le nom de lieu agissant comme un extrait de guide touristique ou de manuel scolaire que l’œil mobilise et donne à voir au lecteur comme une « image mentale » ou une image d’Épinal ce qui est ici la même chose (et qui peut-être n’aurait pas convenu à Breton) : ainsi la tour « décapitée » de Cinq-Mars qui, comme dans le rêve ou dans une vignette publicitaire, condense un lieu et la mort du favori de Louis XIII15.

  • 16  Il y en a d’autres, en particulier un dispositif alchimique très en vogue dans les années cinquant (...)

11Si ce dispositif qui préside aux pérégrinations de Clair Harondel peut fonctionner16, c’est que la « question des châteaux » pour reprendre l’expression de Breton, est traitée par Fourré comme un plan « décapité », le plan déstabilisé de la ville de Richelieu excentrée par une présence-absence : le fantôme du château disparu.

Richelieu, ville désaxée

  • 17  La ville est placée au nord en aval du château afin d’évacuer les eaux usées.
  • 18  On lira l’article de Christine Toulier dans le catalogue de l’exposition Richelieu à Richelieu (Or (...)

12Lors de ma première lecture de la Marraine du sel j’avais été frappée par un détail que je n’arrivais pas à fixer, Fourré ayant délibérément construit un plan de la ville qui n’est pas tout à fait conforme au plan de la ville de Richelieu actuel ou passé. Ce détail m’a paru pouvoir être au fondement des pérégrinations de Clair Harondel et expliquer le rôle de ces « fantômes invendables » que le Voyageur de commerce trimbale durant les huit jours où il tâche de tuer le temps pour échapper à l’agonie de Mariette, à cette histoire de poisons et de maléfices. Faisons en tout cas le pari que Maurice Fourré écrit à partir d’une absence : la ville symétrique, étranglée dans le plan hippodamien d’une rectitude totale, a survécu au château qui au Sud constituait son point cardinal. Le Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest de 1935 le constate d’ailleurs avec amertume : le château et la ville « ne se regardaient même pas », selon le rédacteur, mais se tournaient le dos, car la ville avait été bâtie sur un coup de force au nord du château, dont la façade, tournée vers l’ouest, devait être l’axe fondateur17. Les plans sont unanimes à décrire la curieuse topographie d’une ville qui s’est détachée du plan prévu pour qu’elle en devienne le Nord, le pôle survivant du château manquant. Dès lors, Richelieu est une cité à l’orientation étrange, factice, moins idéale (comme le voulaient le cardinal et son architecte Lemercier) que surréaliste (comme le veut Fourré), car la ville tient sans le Sud qui devait en être le « point cardinal », elle tient comme une ville désaxée18.

  • 19  Au moment où Fourré séjourne à Richelieu, Marie Besnard a été condamnée à cinq ans de prison et bé (...)

13Fourré s’empare d’un détail qui a dû le frapper : des trois portes monumentales de la ville, celle du Nord conduisait vers Chinon et Champigny, une était aveugle et ne servait qu’à la symétrie, celle du Sud allait vers le château et dans la direction de Loudun. Fourré fait de la porte Sud – lieu de la statue assassine du cardinal de Richelieu – la porte qui conduit surtout, d’abord, vers Loudun (ce qui n’est plus le cas au moment où il écrit), mettant ainsi à la place du fantôme du château un autre fantôme, celui du curé Grandier. Dès lors, l’axe Nord/Sud qui commande l’essentiel des pérégrinations du Voyageur de commerce le fait aller soit vers Chinon, soit vers Loudun, la ville des possédées, appelée la ville des cendres. C’est aussi à Loudun que vit au moment où écrit Fourré Marie Besnard, celle qu’on appelle la Brinvilliers du XXe siècle, la Veuve noire, ou la Bonne Dame (Belladone moderne). Le lieu de Richelieu est donc d’abord un château absent, « maintenant rasé », comme le souligne Fourré, un axe géographique excentré, une porte qui ne va nulle part, et un sud narratif qui superpose aux cendres de Grandier la ville de Loudun où vit Marie Besnard19. Les journalistes l’écriront après son acquittement en décembre 1961 : « Sans Loudun, sans la ville des possédés, il n’y aurait jamais eu d’affaire Marie Besnard ». Fourré le fait voir dans la Marraine du sel en désaxant le plan de la ville pour que se superposent la statue de Richelieu, les inscriptions du nom d’Urbain Grandier, la violence d’une géométrie au cordeau et la mort qui surgit si l’on gratte, comme le chat Tabou, la terre et les cendres qui y sont dispersées.

« J’avais acheté une carte postale des vieux remparts pour Florine »

  • 20  M.S., p. 38.

14La ville de Loudun n’a jamais tenu à faire valoir cette affaire de nonnes possédées et de curé sur le bûcher : la route du Nord qui va vers Chinon est plus souriante et accueillante au touriste, elle est, comme l’écrit Fourré, « tout illuminée du souvenir de sainte Jeanne d’Arc brûlée à Rouen », mais la même route « tranche du nord au sud le fief du Cardinal se dirigeant vers la ville où fut passé par le feu, en 1634, Urbain Grandier, prêtre angevin accusé d’avoir envoûté du diable les ursulines de Loudun, avec une rose »20 : il y a donc des bûchers qui illuminent et des bûchers qui ternissent des lieux. Clair Harondel, alias Maurice, le sait si bien qu’en déplaçant l’affaire des poisons et des maléfices dans la ville ducale, c’est-à-dire dans son axe cardinal, il fait surgir un fait divers qui pourrait effrayer les Parisiens en vacances : « le Cardinal nous suffit ! » prononce de manière péremptoire un orateur apéritif qui surveille déjà les « images » qui légendent les lieux et assurent leur rentabilité. Maurice Fourré organise alors les voyages de Clair Harondel, le Voyageur de commerce qui « fait » déjà 22 départements de la France du Sud-Ouest, en lui faisant fuir la ville « étranglée » et ses poisons, d’abord vers le Nord, par la route qui conduit à Chinon : dès ce moment, se superposent les cartes de l’Ancien Régime (pieusement évoquées par le mari défunt avec la sénéchaussée d’Angers et son Diable), les départements administratifs et postaux qui sont le lot du Voyageur de commerce, selon un feuilleté imperceptible, mais qui a dû frapper Maurice Fourré puisque ces lignes imaginaires sont encore aujourd’hui des frontières immatérielles si fortes que les habitants de Richelieu – ville de « la rencontre cardinale de quatre départements, le Maine-et-Loire, les Deux-Sèvres, l’Indre-et-Loire et la Vienne » – n’en franchissent pas souvent les limites.

  • 21  René Bazin, Contes et Paysages (en Province), Tours, Alfred Mame et fils, 1923, p. 20.
  • 22  Maurice Fourré, Tête-de-Nègre, op. cit., Troisième partie, « Souvenir de l’année 1905 :
    —Ménagez l’ (...)
  • 23  M.S. « Le Voyageur de Commerce, coltinant ses fantômes invendables ici, salue les tonnelles du rir (...)

15Dans ses Contes et Paysages (en province), que René Bazin publie en 1923, Vitré et Fougères sont l’occasion d’une réflexion de l’auteur sur la possibilité de ressentir ce qu’il appelle « une émotion archéologique » au moment où le « visiteur » a remplacé « le pèlerin romantique » : l’émotion, selon Bazin, est devenue impossible, non parce que les choses l’empêcheraient, mais plutôt parce que ce touriste, que tout voyageur est devenu, subit « le voisinage immédiat de la vie d’aujourd’hui […] qui fait que l’esprit est impuissant à se recueillir et à s’enfermer dans le passé »21. On sait que Fourré a envoyé promener les conseils stylistiques et moraux (qui sont, en l’occurrence, la même chose) de René Bazin en citant en épigraphe à Tête-de-Nègre le célèbre juron ubuesque22. Il n’empêche que Fourré n’est sans doute pas insensible à cette question du visiteur devenu sous sa plume un Voyageur de Commerce empêtré de « fantômes invendables »23, apparaissant dans un paysage où c’est justement le voisinage de la vie actuelle (celle de toute une vie) qui enclenche l’apparition du passé où seuls les défunts (comme Abraham Allespic) sont capables de « s’enfermer ». Là où René Bazin évoquait avec nostalgie un retour vers le passé empêché par la photographie, la circulation des vignettes des guides de voyage qui organisent le territoire en représentations jusqu’à en faire un parfait simulacre, Maurice Fourré, partant peut-être du même constat, puise au contraire la poésie dans la mélancolie d’une France de l’Ouest où les lieux-noms condensent et font revenir les récits du passé. Clair Harondel va-t-il fuir Richelieu vers le sud ou vers le nord ? Car l’Est, à peine évoqué, est immédiatement abandonné. Clair fuit en parcourant des toponymes : d’abord Chinon, ville rabelaisienne, nom de vin, file vers la « Vendée militaire » ou dérive vers le Sud-ouest et le « pays des Mauges », « la Chappelle Saint-Laurent », le « Pas de la Vierge », la « Griffe du Diable ». Le Voyageur de Commerce, « mélancolique ambassadeur de Richelieu », va à la rencontre de cartes postales, de lieux légendaires, de pèlerinages (de la chouannerie, des colonnes infernales, de la Vierge) et ses voyages  « panique vagabonde dans le bocage vendéen » , filent les noms propres qui sont à la fois les tristes désignateurs rigides des linguistes, privés de signifié, et des mots-fantômes saturés de récits et d’images subliminales.

16Quel est l’ombilic de la Marraine du sel ? le nom de Sainte Christine, sortie de son lieu « la Forêt », que le dernier chapitre télégraphique (« Stop »), aussi mystérieux que burlesque, écrit en lettres capitales sur le papier que tient la main refroidie de la défunte : tout nom de lieu est chez Fourré, comme dans un rêve, une inscription de fantômes.

Richelieu, point cardinal ?

  • 24  Michel Leiris, Le Point cardinal, A Georges Limbour, Aux Éditions du Sagittaire, 1927. Voir, Joëll (...)

17En 1927, Michel Leiris publie Le Point cardinal qu’il dédie à Georges Limbour24. C’est un récit onirique qui tâche de produire ce « Point suprême » que Breton définit à nouveau en 1945 dans Situation du surréalisme, comme le point de résolution de toutes les antinomies (le rêve, la réalité, le sommeil, la veille, l’objectif, le subjectif). Le Point cardinal de Leiris est une belle mise en œuvre de cette quête qui devrait être libératrice sur tout les plans (psychique, social, sexuel, etc.) et pas seulement esthétiques.

  • 25  Ibid., p. 35.
  • 26  Ibid., p. 33 et suivantes.

18Dans le récit apparaît une inscription en lettres capitales champs catalauniques, une banderole commémorative qui transforme les Romains en « mannequins glabres, asexués, au crâne parfaitement nu et sphérique, aux membres lissés, comme faits de maillots blancs bourrés de crin »25 : les lettres figurent des personnages qui sont autant de mannequins d’Histoire qui s’étendent dans le rêve et sur la page, sur « les lettres commémoratives », comme si ces lettres (et non les faits) surgissaient du passé (Leiris nomme les dix-neuf caractères blancs un « squelette soudain extériorisé »), l’inscription (des livres d’histoire et autres vignettes) s’accrochant sur « l’écran de la mémoire du narrateur »26. L’usage graphico-onirique que fait Michel Leiris des mots en lettres capitales, des noms de lieux, des inscriptions, me paraît proche de ce que fait Fourré avec les lieux de l’Ouest et les inscriptions de la ville cardinale.

19Certes, Maurice Fourré ne va pas si loin que Leiris dans le travail du rêve et la déconstruction onirique de la narration, et l’ombilic du rêve de la « nuit géométrique » à Richelieu, le « point cardinal » des routes du Voyageur de Commerce restent inconnus, issus de la zone d’ombre de l’œil qui organise la superposition des inscriptions et nous y renvoie.

20Mais Fourré écrit aussi une histoire d’amour qui finit mal, les hésitations d’un Voyageur de Commerce volage, qui irait bien vers le nord et la Touraine pétillante, mais qui choisit finalement d’aller vers le Sud, par la porte de Loudun, avec une fille de l’auberge pour lui raconter des histoires de poison et de Nonnes endiablées. Fourré, on le sait, n’est pas toujours aussi sérieux que Leiris et Breton.

  • 27  Michel Carrouges, Les Grands pères prodiges, Librairie Plon, 1957

21Michel Carrouges a bien compris La Marraine du sel et son auteur. Il lui dédie en 1957 ses Grands Pères prodiges, avec ces quelques lignes : « À Maurice Fourré, Vert magicien de La Nuit du Rose-Hôtel et de la Marraine du Sel en l’honneur de ses 80 ans »27. Le livre n’est pas exceptionnel, il faut bien le reconnaître, mais il convient bien à Fourré. L’action se situe en 2025 au moment où une substance permet de rajeunir tous ceux qui habitent Adrar, Capitale des États-Unis du monde. Dans ce roman d’anticipation, le rajeunissement est une merveille pour les plaisirs du corps, mais les vieillards rajeunis demeurent, malgré cela, lourds, comme dotés d’une gravité issue du poids psychique et mémoriel de leur passé qu’aucun remède ne peut alléger. Matthias, le personnage principal, y est alors comme dissocié entre l’observé (le jeune) et l’observateur (le vieillard).

22Maurice Fourré-Clair Harondel est de cette trempe-là, jeune par les plaisirs qu’il se donne dans la vie et dans l’écriture, mais vieux par la mémoire et sa sédimentation topographique. « J’écrirai sur la vieillesse », promettait-il à Colette Audry, prévoyant peut-être la mise en chantier de cette Marraine où le temps se tue à parcourir, moitié endormi, moitié éveillé, les inscriptions et les histoires laissées. Fourré lui-même se définissait d’ailleurs comme l’« Ambassadeur attardé d’un moment révolu de l’Histoire », revenant, mais aussi annonciateur et porte-parole de l’Histoire à Richelieu.

Haut de page

Notes

1  Les titres sont sans italiques. Cette lettre à Colette Audry datée du 4 février 1956 est parue dans Fleur de Lune, 10, grâce à Yves Le Baut qui avait sollicitée Audry pour obtenir d’elle les « petits carnets » où elle prenait en notes ce que lui disait Maurice Fourré. Au moment où il écrit cette lettre, Fourré attend en vain des nouvelles de Paulhan et de Breton, il venait aussi de lire la critique « peu aimable » de la Marraine du Sel par A. Rousseaux du Figaro Littéraire. Un peu fâché, Fourré concluait « Rousseaux n’a pas compris que mon surréalisme était à l’intérieur de ces mouvements changeants plus que dans une forme qui se bafoue souvent !».

2  Tête-de-Nègre est écrit en 1958. Il paraît de manière posthume en 1960 chez Gallimard, avec cette dédicace « Pour Jean Paulhan silencieusement ».

3  Ibidem.

4  Paru dans l’Almanach illustré du père Ubu au tout début du siècle : Alfred Jarry, Almanach illustré du Père Ubu, Œuvres complètes, I, Gallimard, La Pléiade, p. 597, en particulier.

5  MS, pour La Marraine du sel, Éditions de l’Arbre vengeur, 2010, p. 150.

6  MS, p. 53.

7  Maurice Fourré, Tête-de-Nègre, Librairie Gallimard, 1960, p. 13, 43, 48.

8  M.S., p. 40.

9  André Breton, « Limites non-frontières du surréalisme » (1937), repris dans La Clé des champs (1953), Éditions Jean-Jacques Pauvert, 10/18, 1973.

10  André Breton, Ibid. p. 32.

11  Ibid., p. 31-32. Breton cite une lettre d’Horace Walpole à William Cole de mars 1765 qui annonce, selon lui, l’abandon au rêve et à l’écriture automatique dans le lieu du château. Pour Breton la question est de savoir s’il y a des lieux « prédestinés à l’accomplissement de la forme particulière de mediumnité » comme chez l’écrivain anglais nourri de « romance » gothique. Breton évoque alors la place du vieux château chez Huysmans et l’effet que lui a procuré un film, Berkeley Square, où le nouvel habitant du château fait revivre de manière hallucinatoire les hôtes disparus. Mais le château gothique n’est pas une nécessité pour Breton qui note sa nature historiquement et littérairement déterminée et propose de trouver le lieu actuel capable de répondre à la « question des châteaux ».

12  M.S., p. 138.

13  Michel Carrouges a été le plus fidèle critique de Maurice Fourré dont il a suivi et commenté bien des écrits ( ainsi dans la première édition de ses Machines célibataires, Éditions Arcanes, 1954 où Fourré est étudié avec Leiris). Pour Carrouges, le château surréaliste est un lieu d’apparition des fantômes et c’est moins, comme il l’écrit encore, la « ruine matérielle » qui importe que les « mythes électriquement conducteurs par lesquels l’esprit humain va vers le tréfonds de ses propres labyrinthes ». Il fait une critique intéressante de la maison de L’Amour fou de Breton et du malaise du narrateur devant la statue d’Etienne Dolet dans Nadja : Carrouges note le sentiment excessif de certaines présences pour Breton, les signes insolites de terreur et l’action « locale » d’inquiétude et de trouble que provoquent certains lieux. Voir, André Breton et les données fondamentales du surréalisme, Gallimard, 1950, p. 50 et suivantes.

14  M.S., p. 141.

15  On n’en finirait pas de citer les noms de lieux : Bressuire, la Chapelle Saint-Laurent, le Pas de la Vierge, La griffe du Diable, La chapelle des druides, la Vendée militaire, le pays des Mauges, etc. Une recherche rapide dans un Guide Bleu de l’Ouest fournit quantités de légendes, épisodes des guerres vendéennes, qui écrivent dans les mots et dans les ruines la narration des territoires que les cartes administratives d’Ancien Régime (la sénéchaussée d‘Angers, par exemple) continuent en sous-main d’écrire et de montrer jusque dans les cartes postales.

16  Il y en a d’autres, en particulier un dispositif alchimique très en vogue dans les années cinquante, en particulier chez René Alleau avec la revue Medium, mais aussi avec la tendance occultiste du Second manifeste de Breton. Voir la livraison de Fleur de lune, 2005, numéro anniversaire du Caméléon mystique.

17  La ville est placée au nord en aval du château afin d’évacuer les eaux usées.

18  On lira l’article de Christine Toulier dans le catalogue de l’exposition Richelieu à Richelieu (Orléans, Tours, Richelieu) paru en 2011, « La capitale d’un duché : jardins, parc, ville et territoire » : « Si le château peut exister sans la ville, la ville est construite en fonction du château. », l’ensemble du site est plat et il n’y a pas de réel « point de vue » car dans la ville on ne voit pas le château et dans le château on ne voit pas la ville. Elle ajoute encore que la place du Marché (ex place Cardinale) est le lieu d’intersection de l’axe est-ouest de la route de Loudun qui passe par le même porte et bute contre la fausse porte du parc (depuis la construction de la route) : il n’y a, selon elle, qu’un seul centre à l’ensemble du projet et c’est la place Cardinale ou du Marché, p. 57-58.

19  Au moment où Fourré séjourne à Richelieu, Marie Besnard a été condamnée à cinq ans de prison et bénéficie d’une liberté provisoire, en attendant un nouveau procès, de nouvelles expertises des corps qu’on exhume régulièrement pour y vérifier la trace et le rôle de l’arsenic.

20  M.S., p. 38.

21  René Bazin, Contes et Paysages (en Province), Tours, Alfred Mame et fils, 1923, p. 20.

22  Maurice Fourré, Tête-de-Nègre, op. cit., Troisième partie, « Souvenir de l’année 1905 :
—Ménagez l’âme de nos amis, mon cher enfant ! René Bazin
—… ! Alfred Jarry ».

23  M.S. « Le Voyageur de Commerce, coltinant ses fantômes invendables ici, salue les tonnelles du rire ».

24  Michel Leiris, Le Point cardinal, A Georges Limbour, Aux Éditions du Sagittaire, 1927. Voir, Joëlle de Sermet, Michel leiris poète surréaliste, PUF, 1997.

25  Ibid., p. 35.

26  Ibid., p. 33 et suivantes.

27  Michel Carrouges, Les Grands pères prodiges, Librairie Plon, 1957

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Houdard, « La Marraine du Sel de Maurice Fourré ou comment tuer le temps à Richelieu ? », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2014-01 | 2014, mis en ligne le 14 avril 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5993 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5993

Haut de page

Auteur

Sophie Houdard

http://grihl.ehess.fr/index.php?336

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org