Navigation – Plan du site

Sujets déplacés à Richelieu. La Marraine du Sel, une histoire tragique de ce temps

Laurence Giavarini

Résumés

Dans cet article, j'essaie de donner sens à la polysémie du procédé de déplacement dont la Marraine du sel est le cadre : déplacements (décentrements) spatiaux, déplacements (refoulements et retours) dans le passé, jeux de rôles entre les personnages (sujets), déplacement analytique. L'ensemble de ces techniques qui contribuent à l'humour du texte me permet de le lire comme une forme actualisée au xxe siècle du genre de la diabolique, de l'histoire tragique de ce temps, la forme à travers laquelle Fourré répond à sa manière à l'injonction surréaliste de saisir le contenu latent d'une époque. Mais cette forme est probablement aussi la façon dont le sujet du roman peut saisir son histoire.

Haut de page

Texte intégral

La voyageuse qui traversa les Halles à la tombée de l’été
Marchait sur la pointe des pieds.Le désespoir roulait au ciel ses grands arums si beaux
Et dans le sac à main il y avait mon rêve ce flacon de sels
Que seule a respiré la marraine de Dieu
André Breton, « Tournesol », Clair de Terre, 1923.

1Dans les lignes qui suivent, il s’agira d’essayer de donner sens à ce qui a retenu ma première lecture de La Marraine du sel, alors même qu’il me semblait m’enliser dans un texte dont le côté farceur ne m’est apparu que plus tard – en revanche, la diction d’Anne Orsini dans les rues de Richelieu en septembre 2011 rendait immédiatement sensible ce trait du texte. La Marraine du sel est un de ces romans dont un résumé ne peut rendre compte – c’est très net dans les recensions de l’époque comme dans les plus récentes, au moment de la réédition du roman –, précisément parce que tout résumé est immédiatement saisi dans une temporalité que l’ensemble du texte récuse (l’agonie de Mariette par exemple), et contre laquelle il lutte. En outre, on risque de se tromper en reconstituant un ordre des faits et de rater ce point que l’histoire (le récit) y est produite par le passé auquel il faut donc retourner pour comprendre le temps du roman.

21. Un après-midi pluvieux, ayant renoncé au « vagabondage automobile », Clair Harondel, ou plutôt le « je » qui se substitue souvent à Clair Harondel et qui pourrait bien être une persona un peu différente –

  • 1  Maurice Fourré, La Marraine du sel, Talence, L’Arbre vengeur, 2010, p. 44. Tous les extraits sont (...)

— Je cherche Clair Harondel.
Qui répond
— Moi aussi, monsieur Allespic !…1

  • 2  Cité par Julien Lanoë, « La Marraine du Sel », paru dans NRF d'avril 1956, p 724-726, repris dans (...)

3– Clair Harondel, donc, se plonge dans la lecture de Jules Verne, « poète des mécaniques nouvelles et du déplacement voyageur » (p. 73). L’expression de « déplacement voyageur » semble d’abord une de ces redondances dont le texte est prolixe, l’adjectif permettant de faire briller brièvement le substantif avant de le laisser s’éteindre, le temps de laisser apercevoir qu’il pourrait y avoir des déplacements autres que « voyageurs ». Qu’est-ce donc qu’un déplacement non voyageur ? Le trajet du voyageur de commerce qu’est Harondel, dont on peut dire qu’« il est en déplacement » – sans doute. Mais la question du déplacement peut se saisir plus largement, plus intellectuellement ou plus analytiquement. Maurice Fourré sollicite la réflexion quand il écrit dans ses cahiers préparatoires qu’il « déplace toute les questions »2, quand il déclare être « pèlerin de toujours autre chose », reliant le « déplacement voyageur » à cette « autre chose » inconnue.

  • 3  Maurice Fourré, La Marraine du sel, éd. citée, p. 127, en épigraphe du chapitre « Pirouette » : «  (...)
  • 4  Leurs portraits d’époque sont reproduits dans Richelieu à Richelieu. Architecture et décors d’un c (...)

4Et de fait, les « questions » ne sont pas seules déplacées. Dans le titre donné à cet article le mot « sujet » signifie deux fois, du côté de ce dont on parle, de ce dont il est question, et du côté des sujets d’énonciation, de ceux qui disent « je » et qui sont ici « sujets », précisément, à de multiples changements et ruptures de position, contribuant à l’égarement du lecteur. Le déplacement ne saisit celui-ci que parce qu’il s’inscrit d’abord dans le langage, parce qu’il s’entend, avant même que l’on sache que comprendre. Ainsi le titre de La Marraine du sel télescope-t-il les figures de deux vers de « Tournesol », le poème de Breton placé en exergue à ces pages : de la « marraine de Dieu » qui a respiré « le flacon de sels » de la voyageuse, l’on entend surgir la « marraine du sel », et des sels qui ramènent à « la vie » (ou à la mort qu’est la vie) vient dans une évidence le sel amer de celle qui accompagne le catéchumène vers son baptême3. Le temps de La Marraine du sel tient dans l’intervalle dilaté, immesurable, de cet accompagnement, le temps qui précède le baptême confondu avec le temps d’une agonie. Le déplacement est aussi en ce sens celui qui consiste à raconter l’histoire insistante d’un mercier (Allespic) dans la ville dessinée par un Lemercier (et même trois Lemercier : Jacques, l’architecte du Cardinal, Pierre architecte de l’église de Richelieu, Nicolas II, le troisième membre de la famille sur le chantier de Richelieu4). Maurice Fourré est un farceur, mais un farceur méticuleux : le lieu produit la fable, l’histoire du lieu produit du signifiant, lequel tend à réapparaître de loin en loin dans le récit.

  • 5  Maurice Fourré, La Marraine du sel, éd. citée, « Le billot de cristal », p. 103-106.
  • 6  Sigmund Freud, Le Rêve et son interprétation [Ûber den Traum, 1901], traduit de l’allemand par Hél (...)

5C’est aussi que la culture, l’histoire et l’expérience rendent le réel polysémique : un verre bu au comptoir militaire peut devenir le « calice rouge » qui fera passer le poison, tout comme le paiement du verre devient la monnaie du « Grand Passage », la pièce donnée au nocher qui fera traverser l’Achéron, en quelque sorte la monnaie d’échange d’Harondel et d’Allespic dans le rêve5. La question du déplacement est donc ici également analytique, en référence à l’une des formes de production du contenu manifeste du rêve selon Freud, troisième élément de la fabrication onirique, avec la condensation (laquelle permet que plusieurs éléments du contenu latent puissent être concentrés sur un même élément du contenu manifeste par conséquent polysémique, ou donne des figures humaines à personnalité multiple ou mixte) et la transposition (en une image, une dramatisation)6. Le déplacement propre au rêve selon Freud consiste en ce que l’intensité affective se porte sur un autre objet, et vient bien sûr de ce que les détails anodins du contenu manifeste sont liés aux pensées latentes importantes.

6On se souvient donc de Freud en lisant le roman-rêve de Maurice Fourré, mais il n’est pas sûr qu’il faille, avec La Marraine du sel, interpréter plutôt qu’enregistrer et décrire des mécanismes, des reprises, des procédés – et quelques bons mots. Si texte bloque l’interprétation qu’il semble susciter, c’est que le déplacement doit s’accompagner, non s’interpréter.

Clair, que faut-il penser de toutes ces horreurs ?…
Je suis resté songeur et puis j’ai répondu :– Rien.  (p. 179)


*

72. Que raconte le déplacement dans La Marraine du sel, que raconte-t-il de La Marraine du sel ? Alors que l’on a renoncé à résumer l’histoire, voilà que l’on se surprend à la lister.

  • 7  Michel de Certeau, La Possession de Loudun [1970], Paris, Gallimard, Folio/Essais, « Histoire », 2 (...)

8D’emblée, le présent reflue vers un passé qui n’est jamais passé. Loudun semble ainsi déplacé à Richelieu, la possession de 1634 vers ce qui fut peut-être un de ses foyers – la persécution des protestants par le Cardinal, selon Michel de Certeau7 –, le symptôme périphérique, quoique trompeur en sa théâtralité, vers son centre, soit la volonté du cardinal, ou plutôt l’espace géométrique de la volonté du cardinal de Richelieu (la ville de Richelieu donc). Dans La Marraine du sel, Loudun est un lointain tout proche, quelques kilomètres à peine, que Mirabelle, la petite barmaid de l’hôtel de la Rose Blanche où loge Clair Harondel, a toujours eu envie de voir (p. 177), et vers lequel le récit se déplace donc.

Mirabelle :– J’ai lu dans un journal qu’au siècle du cardinal de Richelieu un pauvre curé angevin, nommé Grandier, avait tourné en fumée sur la place du Pilori à Loudun, pour s’être découvert trop galant avec de malheureuses Ursulines.
– Rien ne t’échappe, Mirabelle. (p. 179)

  • 8  Sur Le Gascon extravagant, Histoire comique dont l’édition moderne donnée par Felicita Robello (Al (...)

9On pourrait ajouter encore, merveilleusement : le narrateur de La Marraine du sel se prénomme Clair Harondel. Or, l’auteur probable du Gascon extravagant, roman paru sans nom d’auteur en 1637, sans doute pour des raisons de censure, et qui raconte la possession de Loudun sous forme d’une allégorie comique et philosophique – cet auteur s’appelait Onésime de Claireville8. Et avec cela, la possession des religieuses qui avaient leur demeure à Richelieu et ont donné leur nom à une place devient dans La Marraine du sel la possession de l’homme, Clair Harondel.

  • 9  Aujourd’hui, la mise en rapport de la possession de Loudun et de l’affaire de Marie Besnard dans l (...)
  • 10  Le « théâtre » commence avec l’arrestation, plutôt que les empoisonnements, de Marie Besnard.

10L’autre passé du roman est plus récent, quasiment un présent, une actualité qui vient de Loudun encore9, où la possession du xviie siècle s’est réactualisée après la seconde guerre mondiale en un théâtre de poisons, de 1949 jusqu’à 196110. La figure de Marie Besnard, « normale, tellement normale qu’elle est anormalement normale » avait déclaré le psychiatre Cellier chargé de l’examiner, se reconnaît évidemment dans celle de Mariette Allespic, empoisonneuse elle aussi. Les significations passées du lieu s’actualisent dans le présent du roman, comme l’histoire se cristallise dans des signifiants : ainsi, le prénom d’Allespic, Abraham, vaut-il moins comme prénom protestant que comme signe, trace du protestantisme à Richelieu (nouveau Loudun), de même que l’ancien couvent des religieuses du xviie siècle n’existe plus que dans le nom d’une place de la ville.

11Ce premier déplacement temporel est constitutif du lieu où se passe l’histoire, qui peut s’en saisir, se développer à partir du lieu. Le déplacement est un décentrement : avec le crime, la ville de Richelieu, « sise à la rencontre cardinale de quatre départements » (p. 23) se déporte vers le domaine de Fol-Hyver, près des remparts, à la marge donc de cette géométrie mentale (« la curieuse ville géométrique de Richelieu »). Mais ce déplacement est un retour vers le centre, puisqu’à Fol-Hyver l’histoire des Allespic et d’Harondel qui n’a pas encore été racontée reflue d’emblée vers le sang des victimes du cardinal de Richelieu, et la ville tirée au cordeau vers « la salle centrale du menu domaine de Fol-Hyver » où se dévoile le cadre des gravures :

  • 11  Ce n’est pas tout à fait exact : Montmorency fut exécuté à Toulouse, en 1632, pour rébellion contr (...)

La lampe voilée d’incarnat éclaire faiblement quatre gravures désuètes où de beaux jeunes gens en costumes Louis XIII, dans un envol de manteaux et de manchettes, collerettes et chapeaux à plumes, offrent sur le billot à la hache d’un bourreau leur cou dénudé.
Comte François de Boutteville, fameux pour ses froissements d’épée, décapité à 27 ans, place Royale à Paris.
Saint-Mars et de Thou, 22 et 36 ans.
Louis de Marillac.
Henri de Montmorency, accusé d’avoir conspiré contre le cardinal Armand du Plessis de Richelieu. (p. 23-24)11.

  • 12  Maurice Fourré, La Marraine du sel, éd. citée, « Le rideau bleu », p. 115-126.

12Plus loin, le centre de Richelieu va refluer vers Nantes, et la place centrale de la ville cardinale vers la place de l’Édit, qui figure peut-être un arrière-plan historique sérieux à l’épidémie de possession de 1634, symptôme d’un mal religieux qu’aurait simplement refoulé la difficile paix de 1598. Nantes est une forme rêvée, un instant, de Richelieu, de Loudun, le lieu matriciel du rêve (p. 107) qui renverse les rôles de l’amant et du mari pour mieux les retrouver12. Dans le rêve, le soldat Allespic regarde les gares de l’ouest où s’arrête le train :

À Nantes arrêt assez long. Souvenirs du lycée et de divers séjours. Le Musée. Carnaval. Berlingots.
Maintenant voici la Rencontre.  (p. 108)

13Plus loin, la « demoiselle survenue à Nantes », « sensitive compagne » du soldat Allespic, lui raconte son premier amour : « C’était à Nantes, à l’entrée d’une rue débouchant sur la place de l’Édit. » (p. 122). Et bien sûr, c’était Clair Harondel (p. 126).

14Enfin, le centre de Richelieu se déplace une dernière fois vers Sainte-Christine-la-Forêt, lieu où doit se trouver la dernière amante de Philibert Orgilex – « Quand je serai une morte, tu iras trouver Philibert Orgilex. Et sa dernière amante vous consolera tous les deux !… » (p. 173) – fausse clé cachée et exhibée par Mariette Allespic mourante, car elle n’est probablement qu’un ultime report, un clin d’œil, le mouvement d’une échappée hors de Richelieu. Déplacement sans fin, peut-être sans autre objet que cette fuite.

15Le déplacement est ainsi un activateur de récits, récits dans lesquels les personnages se doublent les uns les autres, échangent leurs positions : l’histoire d’Abraham Allespic, père de Florine et cocu d’Harondel, se renverse le temps d’un songe en l’histoire d’Allespic amant paternel d’une jeune fille amante d’Harondel. Les voyages de Clair Harondel font d’ailleurs rayonner autour de Richelieu autant de miroirs de l’empoisonnement du mariage : à Amboise, c’est l’histoire de Hyacinthe Laboureau (p. 136-139), lui-même raconteur de l’histoire d’un

[...] veuf, qu’il [avait] connu du côté de Champtoceaux en tombant sur Nantes rive gauche et qui descendait tous les jours dans un caveau privé pour contempler la mariée couchée, dans un cercueil vitré. (p. 138)

À la périphérie de ce déplacement (Champtoceaux), le miroir du miroir permet de revenir vers le centre du roman, vers les mariés fondus de la vitrine, sur la place de Richelieu. Plus loin, à Sainte-Christine-la-Forêt, c’est l’histoire de Philibert Orgilex, dépité par « celle qui ne fut jamais sa femme » quoique l’ayant épousé lui qui choisit plus tard de n’aimer que des ombres,

[...] femmes inconnues qui comblaient son cœur aimant, sans jamais abandonner une parcelle d’elles-mêmes dans sa main vide », des « ombres à qui il a donné son être et sa vie. (p. 198)

Le déplacement permet l’expression d’un premier affect dépassionné, désangoissé – « Pauvre garçon » dit Mirabelle à propos d’Orgilex (p 199) –, s’il est lui-même la trace évidente d’une angoisse. Car un peu plus loin encore, « aventure tragique et singulière », Orgilex écrit une longue correspondance anonyme pour une jeune femme qui doit l’épouser mais ne l’aime pas, tandis qu’elle s’éprend de son ombre épistolaire, jusqu’à en mourir (p. 201-204). Le déplacement cerne ainsi le cœur et les personnages du roman d’ombres menaçantes, mortelles comme leurs modèles vers qui elles reviennent pour les envoûter :

Mme Allespic m’a demandé si souvent de lui redire [le drame] dont elle était elle-même comme envoûtée, au point que ses dernier propos l’évoquèrent dans le moment qui allait précéder son agonie… (p. 204).

Le déplacement est un jeu de substitutions : Harondel est le chat Tabou, et sa mort remplacée par celle de l’animal – « C’est toi, mon pauvre Chéri, que la Sorcière a assassiné avant de mourir » (p. 182), « on dit que Tabou est mort pour Clair Harondel » (Mirabelle, p. 194). Harondel est parfois Allespic – dans son « carnaval imaginaire » par exemple, « Je suis le Petit-Gris ce soir » (p. 91) – et il n’y a donc pas jusqu’à Abraham Allespic qui ne meure une deuxième fois devant le lit de mort de Mariette Allespic :

Clair :
– Je suis Abraham Allespic.
Le Petit Gris tombe en syncope au pied du lit de la morte rose. (p. 184)


*

163. Ce principe de déplacement qui se décline en plusieurs procédés distincts se marque dans l’étrangeté des désignations consistant à nommer une première fois les personnages, à les identifier, puis à les renommer de telle sorte que le lecteur a le sentiment de la perpétuelle reprise d’un récit où nul n’est jamais notoire, jamais exactement reconnu, jamais susceptible d’être désigné par un simple « il » ou « le », « elle » ou « la », pronom fondu dans l’histoire. Un personnage ne se saisit que par ce que les autres disent de lui et lui de lui-même, et ce sont avant tout ces désignations qui racontent l’histoire : Harondel est d’abord « monsieur Clair » pour Mme Allespic (p. 39), plus loin « mon petit questionneur » (p. 48), ailleurs « mon aimé » (p. 54), « mon chéri » (p. 75), « mon amour » (p. 87). Encore cela ne produit-il pas le trouble de ces expressions en lesquelles les personnages s’objectivent souvent : « Lorsque je suis monté en voiture, Orgilex m’a pressé contre lui, puis le vieil homme m’a regardé partir » (p. 146) – comme si d’un geste à l’auteur, Orgilex s’était mué en vieil homme devant Clair Harondel. L’attention du lecteur se déplace ainsi du récit aux figures annonciatrices de mort qui enveloppent le narrateur, recristallisant du signifiant épars (Ores-gît-l’ex). De manière significative, c’est le récit de guerre en lequel s’échangent les noms et les places d’Harondel et l’Allespic, c’est le songe qui est le moment de récit le plus linéaire, apparemment le plus cohérent.

17Surprend aussi l’alternance entre un sujet en première personne et les désignations qu’il introduit ou qui le font resurgir. Un « je » présente un nom au moment de l’entrée en matière, nom de celui qui sera plus loin « le représentant en fantaisies funéraires » (p. 29), puis le « Promeneur » (p. 40), le « Jeune Homme » (p. 40), le « Représentant de commerce » (p. 43), le « Voyageur de commerce » (p. 47) ; ou encore « le représentant » (p. 57), le « bel amant séducteur, qui s’adresse comme un parlementaire surhumain à la petite défunte » (p. 59), le « représentant d’amour » (p. 61), le « voyageur en jouets, articles pour mariage et funéraires », « Clair Ha-ron-ron-del » (p. 62), ce ron-ron justifierait bien son incarnation dans le chat tabou), « le sergent sentimental du fief familial » (p. 64), le « Représentant-Vendeur » (p. 84). Le personnage ne se développe pas, il s’entrevoit sous les masques qu’il hante : « Entre les mains de Clair qui cache son visage et ses yeux, filtre mon souffle » (p. 56). Ainsi peut-il être le « livide Harondel » dans « l’insolent carnaval imaginaire » (p. 91), livide comme l’était plus tôt le Cardinal (« changé en pierre livide », p. 59).

18C’est que le personnage se construit ici comme l’amalgame d’une série de rôles, et que l’on glisse à travers ces variations de positions, ces projections ; que l’unité narrative s’y enlise dans le même mouvement comme si, à chaque ligne, le récit devait recommencer, redistribuer les rôles, redésigner les protagonistes. Deux grands moments du roman témoignent du rapport entre déplacement et confusion. Les mariés de la vitrine, tout d’abord : Harondel devient le frère de la mariée fondante – « Luisantes et lumineuses, les prunelles vitrières de ma jeune sœur sans visage suspendaient leurs vides regards à des fils de fer mobiles, que maintenait l’ossature cachée sous les mousselines (p. 99). Le rêve ensuite, qui thématise de manière très ordonnée le déplacement entre Harondel et Allespic qu’il raconte en racontant un voyage. Ainsi, « désincarné de la personnalité du sieur Harondel », voici « Abraham Allespic », « gisant endormi et qui rêve dans la chambre n° 13 de la Rose Blanche » (p. 104) : « étais-je Clair, étais-je Moi, ou toujours le nommé Allespic, défunt représentatif et navré » (p. 104). Ainsi Harondel rêve-t-il qu’il est Allespic à qui une jeune fille aimée rapporte son amour manqué pour Harondel – à Nantes.

19Abraham Allespic est lui-même affecté par de tels procédés de renomination : « passant bourgeois » (p. 44), « Abraham » (p. 45), « notre Petit Gris » (p. 74), « le négociant Allespic » (p. 100). Rien d’étonnant si son portrait procède comme une recette ou un poème surréaliste (c’est la même chose), suivant le principe de la liste :

Monsieur Allespic
était
un
PETIT GRIS
Des gants de fil gris
Pantalon gris et veston gris
Gris souris       Gris perle […] (p. 65)

20Lui aussi parle de lui-même en troisième personne dans le songe (p. 107), devenu un « je » qui se raconte et s’observe », le « sage Allespic » (p. 108), mais un « je » qui redevient un « il » quand les temps se brouillent (« le défunt Allespic » p. 115). Les glissements énonciatifs figurent des didascalies intégrées au texte narratif du rêve : « Le sergent Allespic interroge paternellement la visiteuse de son rêve » (p. 121).

  • 13  Michel Leiris, Le Ruban au cou d’Olympia, Paris, Gallimard, 1981.

21De ce jeu sur l’énonciation, Mariette Allespic elle-même apparaît affectée, qui est « la Mourante » (p. 38), « Mme veuve Allespic, magicienne et empoisonneuse » (p. 45), « notre Mariette » (p. 51), « ma pauvre maman » (p. 52), « l’atroce et criminelle, l’infortunée Mariette » (p. 52), « ma vieille et voluptueuse amie » (p. 58). Le déplacement affecte les personnages dans la mesure où ils sont susceptibles d’échanger leurs rôles : Clair Harondel avec Abraham Allespic, l’amant et le mari bien sûr, Florine et Mariette auprès de Clair Harondel, mère et fille autour de l’amant. Le déplacement est donc polysémique autour de Mariette Allespic, « bijou rose et noir » comme écrit Michel Leiris à propos de l’Olympia de Manet13. Même le chat noir y est.

22Ce même trouble de l’énonciation et des identités, le début du chapitre « Reflets » (p. 167) le renforce en faisant surgir une figure lexicale au féminin, inquiétante, revenue dans l’autre temps de l’énonciation : « Narrateur des événements qui entourèrent à Richelieu le décès de Mariette Allespic, Clair Harondel prie Celle qui le lit de vouloir bien écouter un plaidoyer personnel. » Et « j’en appelle toujours à Celle qui nous lit » (p. 170 je souligne). Qui est-elle, « Celle qui nous lit », « Celle qui le lit » ? Que l’on entrevoie Mariette Allespic derrière ce démonstratif, et c’est alors le lecteur en son rôle qui se voit transformé en magicienne empoisonneuse.


*

234. Un risque qu’il y a faire l’analyse des déplacements et des brouillages tient dans la tentation de regrouper, de refaire de l’homogène. Le roman se désoriente lui dans des formes simples, hétéromorphes, d’énonciation, des formes qui aiment la liste, réorganisent les signes sur la page, arrêtent plus encore la prose et occupent poétiquement le blanc.

24Sans doute alors, « le Cardinal nous suffit », mais on peut tenter de poser la question de savoir à quelle actualité, à quel « événement d’écritures » appartient La Marraine du sel pour reprendre à Michel de Certeau une expression désignant chez lui la possession de Loudun. Qu’est-ce que produit le déplacement comme technique d’écriture et comme mode de lecture ? Il me semble qu’il intéresse l’actualisation dans le présent de 1955 d’un genre littéraire du passé qui avait eu pour objet le présent du « fait divers », actualisation que l’édition en 2010 de La Marraine du sel à l’Arbre vengeur ne permet plus d’apercevoir. La publication du roman chez un éditeur de textes rares ou méconnus produit nécessairement en effet un écart dans notre perception du roman, un écart qui construit la lecture du roman « à la marge » quand il avait paru chez Gallimard en 1955, dans la même collection que les textes de Desnos ou Pierre Jean Jouve. Ce n’est pas du tout la même chose de lire un roman publié par Gallimard et le même roman publié à l’Arbre vengeur cinquante ans plus tard ; pour le dire autrement, ce n’est pas la même chose de lire un roman vieux de cinquante ans dans une collection de poche de « classiques », ou dans une collection de textes rares. L’édition matérialise d’une certaine façon la distance du texte d’avec notre présent.

  • 14  François de Rosset, Histoires tragiques mémorables et tragiques de ce temps où sont contenues les (...)
  • 15  Ibid, « Au lecteur », p. 35 : « Ces histoires, Lecteur, sont advenues de notre temps et ne doivent (...)

25Si l’on tente de rapporter le roman de Maurice Fourré à ce qui lui servit en partie de contexte – la littérature retravaillée, déplacée par le second surréalisme des années 50, et les procès de Marie Besnard qui furent un moment essentiel de la justice et de la télévision d’après-guerre –, alors ce roman-poème peut être lu comme une histoire tragique de ce temps, dans le sens où le genre de l’histoire tragique avait été nécessairement de ce temps, c’est-à-dire toujours pour celui qui la composait, de « notre temps ». Tel fut ainsi le titre d’un best-seller du xviie siècle, les Histoires mémorables et tragiques de notre temps que François de Rosset fit paraître en 161414 (vingt ans avant la possession de Loudun), et où il tentait d’élever à hauteur des exemples antiques les histoires horribles de son époque, exemples monstrueux d’une horreur qu’il percevait et affirmait comme étant de « notre » temps15.

26Cette définition de l’histoire tragique comme ce qui serait propre à notre temps, à ce temps donc, on la retrouve au xixe siècle chez Barbey d’Aurevilly, dans la première préface des Diaboliques notamment :

  • 16  Barbey d’Aurevilly, Les Diaboliques, première préface, 1874.

L’alphabet des romanciers, c’est la vie de tous ceux qui eurent des passions et des aventures, et il ne s’agit que de combiner, avec la discrétion d’un art profond, les lettres de cet alphabet-là. […] Les Diaboliques ne sont pas des diableries : ce sont des Diaboliques, – des histoires réelles de ce temps de progrès et d’une civilisation si délicieuse et si divine, que, quand on s’avise de les écrire, il semble toujours que ce soit le Diable qui ait dicté !16

  • 17  Voir, ici, l’article de Sophie Houdard.

27Dans La Marraine du sel, la diabolique s’alimente au vaudeville provincial qui se réduplique brièvement en roman de guerre (dans le songe d’Harondel), mais aussi en fable provinciale flaubertienne, ailleurs en poème dadaïste, comme les canards du tournant des xvie et xviie siècles avaient servi de matrice aux histoires tragiques corsetées par la rhétorique de ce temps, elles-mêmes plus tard matrices de l’horreur aurevillienne – des histoires qui, avant même les faits de Loudun, s’étaient nourries de crimes passionnels, de sorcellerie, d’amour pécheur, de passion de vengeance… pour s’affirmer symptômes d’une époque. Des histoires ordonnées selon une rhétorique des passions, voire une rhétorique de la possession aboutissant à des « spectacles sanglants », au cœur saignant et spectaculaire des passions humaines : cette rhétorique du récit en passait en effet par des stations mémorables (ouverture dans un temps de paix, cristallisation du mal en des passions violentes, crise dans le sang, contrition ou endurcissement…). Aussi peut-on voir dans la façon dont le récit de La Marraine du sel ne cesse de se fixer en formes de textes – épitaphes (« Ici souriait en pleurant le Représentant de commerce… », p. 45), notules, recette, carte des vins, poème en vers blancs (p. 65), écriture de la province (Flaubert ou Mallarmé), péroraison (p. 55) –, dans la façon dont le texte déploie les genres qu’il emprunte tels une série de stations dans les exercices d’école surréaliste, l’équivalent poétique d’une rhétorique, la poétique d’une histoire tragique de ce temps, nécessairement en mode dada, en vaudeville ricanant, mais nécessairement informée des pouvoirs de saisie propre au déplacement : car c’est cela que Breton avait donné comme objectif aux techniques du surréalisme – la saisie du contenu latent d’une époque17.

28Mais pour être de son temps, l’histoire tragique a besoin d’être située, par les déplacements et les répétitions qui la caractérisent ici, dans un ensemble de significations qui en font aussi un système propre, cohérent, qui la situent dans une série exemplaire, ici celle des mariages ratés, des mariages empoisonnés. C’est en cela que nous est donné un mode opératoire possible de l’histoire tragique pour un sujet : car ce n’est que lorsque Clair Harondel se reprend aux amours « tragiques » d’Orgilex, qu’enfin lui, le voyageur de commerce, peut pleurer (p. 204). Des larmes déplacées si l’on veut. Parce qu’on ne peut exactement parler du présent, on ne peut même être tout à fait dans son présent, si bien que ce temps, notre temps ne saurait-il jamais se saisir pour nous-mêmes que dans un jeu de déplacements.

Haut de page

Notes

1  Maurice Fourré, La Marraine du sel, Talence, L’Arbre vengeur, 2010, p. 44. Tous les extraits sont désormais cités dans cette édition.

2  Cité par Julien Lanoë, « La Marraine du Sel », paru dans NRF d'avril 1956, p 724-726, repris dans Fleur de lune, 12-13, n° 12 - 13 - 1er semestre 2005. http://aamf.tristanbastit.fr/index.php?article232/la-marraine-du-sel.

3  Maurice Fourré, La Marraine du sel, éd. citée, p. 127, en épigraphe du chapitre « Pirouette » : « Dans certaines régions de l’Ouest, on appelle Marraine du Sel la dame assistante, qui présente le mignon catéchumène, au moment où le célébrant du Baptême lui impose le symbole du sel amer. »

4  Leurs portraits d’époque sont reproduits dans Richelieu à Richelieu. Architecture et décors d’un château disparu, Milan, Silvana Editoriale, 2011, p. 76-79.

5  Maurice Fourré, La Marraine du sel, éd. citée, « Le billot de cristal », p. 103-106.

6  Sigmund Freud, Le Rêve et son interprétation [Ûber den Traum, 1901], traduit de l’allemand par Hélène Legros, Paris, Gallimard, 1925.

7  Michel de Certeau, La Possession de Loudun [1970], Paris, Gallimard, Folio/Essais, « Histoire », 2005.

8  Sur Le Gascon extravagant, Histoire comique dont l’édition moderne donnée par Felicita Robello (Albano Terme, Piovan, 1984) est épuisée, voir Jean-Pierre Cavaillé, Laurence Giavarini et Cécile Soudan (dir.), Lectures croisées du Gascon extravagant, Les Dossiers du Grihl 2007-01, http://dossiersgrihl.revues.org/325.

9  Aujourd’hui, la mise en rapport de la possession de Loudun et de l’affaire de Marie Besnard dans la même ville est constante quand il s’agit de la ville de Loudun.

10  Le « théâtre » commence avec l’arrestation, plutôt que les empoisonnements, de Marie Besnard.

11  Ce n’est pas tout à fait exact : Montmorency fut exécuté à Toulouse, en 1632, pour rébellion contre le roi.

12  Maurice Fourré, La Marraine du sel, éd. citée, « Le rideau bleu », p. 115-126.

13  Michel Leiris, Le Ruban au cou d’Olympia, Paris, Gallimard, 1981.

14  François de Rosset, Histoires tragiques mémorables et tragiques de ce temps où sont contenues les morts funestes et lamentables de plusieurs personnes arrivées par leurs ambitions, vols, rapines et par autres accidents divers et mémorables [1619], éd. Anne de Vaucher Gravili, Paris, Le livre de poche, 1994. C’est dans la première édition, en 1614, que le titre spécifie « Histoires tragiques de nostre temps ».

15  Ibid, « Au lecteur », p. 35 : « Ces histoires, Lecteur, sont advenues de notre temps et ne doivent rien à celles de l’Antiquité en matière d’admiration. La France en a été le théâtre où l’Amour et l’Ambition, principaux acteurs de la scène, ont représenté divers personnages. »

16  Barbey d’Aurevilly, Les Diaboliques, première préface, 1874.

17  Voir, ici, l’article de Sophie Houdard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Giavarini, « Sujets déplacés à Richelieu. La Marraine du Sel, une histoire tragique de ce temps », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2014-01 | 2014, mis en ligne le 14 avril 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5996 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5996

Haut de page

Auteur

Laurence Giavarini

http://grihl.ehess.fr/index.php?333

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org