Navigation – Plan du site

La Marraine du sel et la petite monnaie de Richelieu

Nicolas Schapira

Résumé

La démarche adoptée dans cet article consiste à utiliser la Marraine du Sel comme porte d'entrée vers des réalités du xviie siècle qui incluent la naissance d'une historiographie avec laquelle joue Maurice Fourré. Elle repose sur les correspondances inattendues organisées par le roman entre d'un coté l'univers bourgeois du petit commerce dans une bourgade des années 50 et de l'autre le Grand Siècle en ses hautes passions politiques. Le roman de Maurice Fourré servira donc a regarder dans leur dimension d'écriture des récits datant de 1629 qui mettent en jeu le statut des protagonistes de l'une des transactions qui sont à l'origine du domaine et de la ville de Richelieu. Chemin faisant, apparaitront des motifs historiographiques relatifs au cardinal de Richelieu saisis dans le moment de leur fabrication/mobilisation.

Haut de page

Texte intégral

1La démarche adoptée ici consiste à utiliser La Marraine du selcomme porte d’entrée vers des réalités du xviie siècle qui incluent la naissance d’une historiographie avec laquelle joue Maurice Fourré. Elle repose sur les correspondances inattendues organisées par le roman entre d’un côté l’univers bourgeois du petit commerce dans une bourgade des années 1950 et de l’autre le Grand siècle en ses hautes passions politiques. D’emblée le Richelieu du xviie siècle vient enchâsser l’univers de la boutique : le roman a deux foyers, le magasin où s’est nouée l’intrigue entre les personnages, et la ville ancienne, donnée comme la véritable échelle de ce qui se joue dans le récit, parcourue par les personnages de la boutique, décrite par celui d’entre eux qui est aussi le narrateur.

  • 1  Sur l’opposition, de ce point de vue, entre la description de Richelieu par Julien Gracq et par Ma (...)
  • 2  Michel de Certeau, La Possession de Loudun, Julliard, 1970.

2Cette rencontre entre deux époques opère comme une libération des potentialités poétiques de personnages ordinaires qui poétisent à leur tour des figures historiques. Elle ne se fait pas sous la forme d’une histoire qui dirait le déclin d’une cité, encore moins la décadence des valeurs aristocratiques dans l’univers bourgeois par exemple : nulle comparaison entre époques, nul sens de l’histoire n’est à l’œuvre ici1. La veuve Allespic, mourante, d’emblée happée par le passé, lieu où se retrouvent les morts dans une ville saturée par leur présence, est rapprochée, avec son inquiétant secret, de la figure ténébreuse du cardinal de Richelieu. Ce rapprochement ne la transforme pas en personnage grotesque : l’hiatus entre la patronne d’un commerce de mercerie et le premier ministre de Louis XIII forme un espace pour du jeu – qui induit une disposition à entrer dans le mystère des actions et passions de la « sorcière » Allespic et du voyageur de commerce Clair Harondel, lui-même improbable Urbain Grandier, le curé des possédées de Loudun, correspondance suggérée elle aussi par maintes notations éparses dans le livre mais qui ne cristallisent pas en une interprétation2. Abraham Allespic, lui, est présenté nettement comme un personnage du xviie siècle réincarné dans une boutique, mais cela pour souligner combien cette origine lui réussit dans sa vie professionnelle (« Esclave parfait des exquises doctrines de courtoisie, qui lui avaient été enseignées dès l’enfance, et dont le commerce au détail lui avait confirmé l’efficacité… », MS, p. 68).

3Pour un roman qui affiche un cadre aussi outrageusement balzacien, on voit peu d’argent circulant ou thésaurisé, ou mis en rapport avec de la réussite sociale. Dans le dispositif de la Marraine du sel, les préoccupations commerciales et financières font partie du cadre, affichées à l’orée de scènes ou de chapitres (par exemple la première rencontre de Clair Harondel avec Abraham Allespic, lequel « dans sa position d’acheteur, n’offrait pas au Représentant-vendeur un sourire aussi évident que celui dont il honorait ses clients richelais » MS, p. 83-84) puis reléguées loin de l’action. Elles reviennent pourtant comme sanction de la double mort trouble de Mariette Allespic et du chat empoisonné : vente du domaine de Fol hyver, cortège funèbre composé d’« une vingtaine de messieurs, pour la plupart des fournisseurs » (MS, p. 186), risque d’une diminution de « la valeur locative de l’immeuble Allespic » (MS, p. 188) et surtout d’une baisse de l’attractivité touristique de la ville du fait d’une mauvaise publicité qui doit être absolument évitée – d’où ce dialogue de deux notables (« – Le Cardinal nous suffit… – à tous égards ! » MS, p. 188) qui marque une instrumentalisation brutale du passé, et la crainte peut-être de ne pas arriver à le contenir dans les bornes d’une historiographie convenue. Les questions d’argent en rapport avec la notabilité bourgeoise sont ainsi curieusement à la fois très présentes et tenues à distance. Le roman offre comme des échappées par rapport au décor du commerce, mais comme on vient de le voir, l’autre décor, celui de Richelieu même, y ramène.

4Autre observation liée à cette structuration du roman autour de deux époques : la Marraine du sel déboussole les temps qu’elle met en contact. Plus exactement, le roman organise (du moins dans sa structure initiale, qui devient plus complexe dès la fin de la première partie, en s’ouvrant à d’autres temps et d’autres lieux, y compris littéraires, avec la figure de Jules Verne par exemple) la coprésence de deux boules à facettes, l’une diffractant un xviie siècle poli par l’historiographie, l’autre réfléchissant un univers contemporain (de Maurice Fourré) socialement très typé – les éclats de l’une et de l’autre se mêlant dans leur projection sur les murs de la ville de Richelieu. De ce fait, le décor de la cité tel qu’il est mobilisé estrange la vie bourgeoise saisie dans ses stéréotypes – univers de la boutique, adultère, supputation de crime pour dernière page de quotidien régional – mais les motifs historiographiques sont eux-mêmes arrachés au récit historique qui leur donnait sens lorsqu’ils se trouvent incarnés dans les pierres de Richelieu, et de là susceptibles d’être frottés à d’autres imaginaires.

5Je voudrais maintenant me saisir de ce double aspect remarquable du contact entre deux époques (présence/absence de l’argent, usages de motifs historiographiques) pour observer le récit de l’une des nombreuses transactions qui sont à l’origine de la ville de Richelieu, dans le moment même de cet achat. Comment écrit-on cette transaction ? Quel statut a la question financière dans le récit de cet achat ? Le roman de Maurice Fourré servira ici à regarder dans leur dimension d’écriture des récits qui mettent en jeu le statut des protagonistes de la transaction. Chemin faisant, apparaîtront des motifs historiographiques relatifs au cardinal de Richelieu saisis dans le moment de leur fabrication/mobilisation.

Un prix et deux réputations

6Un passage de la longue historiette de Tallemant des Réaux consacrée au cardinal de Richelieu peut introduire à cette démarche :

  • 3  Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes, édition établie et annotée par Antoine Adam, Gallimard, (...)

Dans le dessein de faire un duché à Richelieu, il voulut avoir l’Isle-Bouchard, qui estoit à M. de la Trimouille ; et pour le faire donner dans le panneau, il envoya des mouchards, qui dirent que le Cardinal en donneroit tant ; c’estoit plus que cette terre ne valoit : le Duc le crut. Le Cardinal luy demande s’il la vouloit vendre. L’autre luy dit que ouy, et qu’il luy en donnoit sa parole. “Et moy”, dit le Cardinal, “je vous donne aussy ma parole de l’achepter : il faut donc voir”, adjouste-t-il, “combien elle sera estimée, car vous ne voudriez pas me survendre. – Ah ! on m’avoit dit ”, respondit le Duc, “que vous en donneriez tout ce qu’on voudroit”. Cependant il fallut en passer par là. La forest seule valoit les cent mille escus qu’il en donna. M. de la Trimouille a bien fait plus de fous marchez que celuy-là. La Moussaye, son beau-frere, a tiré de la forest de Quintin, qu’il luy vendit avec la terre de Quintin, les cinq cens mille francs qu’a cousté le tout. Il a donné une forest avec le fonds pour moins que le bois ne vaut.3

  • 4  Sonja Kmec, Across the channel : noblewomen in sevententh-century France and England, Trier, Kliom (...)

7L’anecdote montre la roublardise de Richelieu en face de la naïveté – voire pire – du duc de La Trémoille. Ce dernier, grand aristocrate protestant converti au catholicisme sous les murs de la Rochelle assiégée, mais qui a continué à jouer un rôle dans les affaires protestantes (et dont la femme, Marie de la Tour d’Auvergne, était une figure dominante du monde huguenot français4), faisait bien partie de l’horizon social de Tallemant, issu d’une famille de financiers protestants, et qui devait fréquenter Marie de la Tour d’Auvergne à Charenton, où se trouvait le temple des huguenots de la capitale. Pourtant, cette anecdote réunit un personnage historique à un autre qui n’a survécu que dans la foule attrapée par Tallemant au sein des historiettes, et qui n’a pas, même pour cet auteur, un statut identique à celui de Richelieu, loin s’en faut. Tallemant mobilise La Trémoille pour peindre un Richelieu dont les traits ont déjà été dessinés par d’autres, ou qu’il peint parmi d’autres, l’ensemble de ses gestes faisant prendre ou monter une historiographie. Le Richelieu que nous connaissons – et qu’utilise Maurice Fourré – est déjà presque tout entier dans l’historiette rédigée une vingtaine d’années après la mort du cardinal – talent, cruauté, domination, âpreté au gain, grands projets.

  • 5  Le prix est donné par Jean Rogier d’Iray (voir plus loin sur ce personnage) et figure dans les doc (...)
  • 6  Ibid. p. 68-71. Sur Tallemant des Réaux voir Vincenette Maigne, Tallemant des Réaux. Le manuscrit (...)

8Tallemant s’est trompé, et doublement. L’Ile-Bouchard a été vendue le 18 décembre 1629 pour 60 000 écus (et non pas 100 000) et de plus aucun document ne laisse penser que les La Trémoille ont été joués ou se sont montrés mécontents de ce prix5. Les informations distillées dans les Historiettes se révèlent pourtant souvent diaboliquement exactes, et Tallemant semblait ici particulièrement bien placé pour connaître le prix de la transaction, son père faisant partie du consortium chargé de percevoir la plupart des revenus du cardinal6. Aurait-il été ici rattrapé par une réputation générale de Richelieu, qu’il allait à son tour propager ? Voilà qui invite à remonter encore un peu plus le temps, pour revenir en 1629, au moment même de la négociation de cette vente : les lettres du secrétaire du duc de la Trémoille adressées à la duchesse pour la tenir au courant de l’avancée des négociations permettent de regarder l’écriture de cet événement du côté de cette aristocratie anonyme dans une interaction capitale pour elle avec le ministre.

Les La Trémoille, combien de divisions ?

9En 1629 la ville de Richelieu n’existe pas encore. Comme l’a montré l’historien anglais Joseph Bergin, l’achat de L’Ile-Bouchard a été une étape essentielle vers l’érection en duché (en 1631) du vaste ensemble de terres que le ministre rassemblait depuis les années 1620 dans la région, moins en raison de la situation géographique de ce domaine que parce qu’il rapportait gros, et permettait à son nouveau détenteur d’envisager de faire face aux frais occasionnés par l’opération de constitution du duché – au centre duquel il installera la nouvelle cité.

  • 7  Ce vaste ensemble de correspondances est accessible sur internet dans une transcription réalisée p (...)

10Pour les La Trémoille, l’opération apparaît moins glorieuse quoique, pour des raisons diverses, elle rencontre l’intérêt de chacun des membres de la famille. A la suite de déboires en 1621-22, celle-ci s’efforce dans les années suivantes de rétablir la prospérité de ses affaires, en révisant la gestion de ses différents domaines et en en vendant certains, ce qui suppose des voyages constants, une grande application dans le choix des fermiers ainsi que dans la conduite de nombreux procès. Les lettres que s’échangent le duc, la duchesse et la duchesse douairière ou qu’ils adressent à leurs secrétaires sont avant tout des missives d’affaires, qui traitent de fermiers, de lettres de change et de marchés7. Cette gestion très collective n’empêche pas la famille d’être dans ces années-là relativement divisée sur l’attitude à adopter face à l’offensive antiprotestante du pouvoir royal. La mère du duc, la duchesse Charlotte Brabantine de Nassau, n’a cessé de retenir, au cours des années 1620, son fils Henri tenté par les aventures militaires protestantes, et s’efforce de rester dans les meilleurs termes avec la cour. Cependant ni elle ni sa belle-fille n’ont beaucoup apprécié semble-t-il la conversion d’Henri au siège de la Rochelle (Marie de la Tour d’Auvergne, à cette nouvelle, s’empresse de faire baptiser sa dernière fille dans la confession réformée). Au même moment, le frère cadet d’Henri, Frédéric de Nassau, comte de Laval, se trouve sur l’un des navires anglais qui tente de secourir la citadelle huguenote.

  • 8  Cf. la lettre de Jean Rogier d’Iray, intendant des La Trémoille à Marie de la Tour du 23 décembre (...)

11Ce n’est donc pas une famille parfaitement unie qui affronte la proposition du cardinal à l’automne 1629. Distance géographique et politique : Frédéric de Nassau, à qui doit revenir le château de l’Ile-Bouchard, se trouve à Londres, dans l’attente d’un pardon royal qui ne vient qu’en novembre. Marie de la Tour est retenue en Bretagne par des affaires puis par une maladie, tandis qu’Henri quitte Thouars pour rejoindre à Paris sa mère et la cour, où est finalement signé le contrat de vente. Mais la préparation de la transaction avec Richelieu implique aussi une négociation financière serrée entre les membres de la famille : le douaire de Charlotte de Nassau, veuve depuis 1604, est en partie assis sur les revenus de l’Ile-Bouchard ; elle entend donc préserver ce revenu. En vertu du partage réalisé après la mort de son mari, le duc Claude de la Trémoille, le château de l’Ile-Bouchard appartient à Frédéric de Nassau, tandis que les terres du domaine doivent être partagées entre les trois héritiers, la part de chacun d’eux faisant l’objet de discussions. Enfin Marie de La Tour, qui n’est pas héritière, attend une gratification financière du cardinal à l’occasion de la vente8.

Les secrets du secrétaire

12Quelque chose des tensions, espoirs, réflexions suscités par cette affaire nous est parvenu par les lettres de Jean Rogier d’Iray à Marie de la Tour d’Auvergne entre octobre et décembre 1629. Jean Rogier d’Iray, issu d’une famille d’officiers du roi poitevins huguenots, est entré au service d’Henri de la Trémoille comme premier secrétaire en 1617, avant de devenir intendant général de ses terres dix ans plus tard. Ses deux fonctions l’ont amené à des déplacements constants, le plus souvent à la suite d’Henri de la Trémoille. Sa correspondance montre qu’au début des années 1620 il surveille et conseille le jeune duc – qui n’est pas réputé avoir une tête très politique ni être trop assidu aux affaires – pour le compte de la très expérimentée Charlotte de Nassau, voire de Marie de la Tour. Les lettres à cette dernière durant l’automne 1629 prolongent cette relation de confiance tissée de longue date : Jean Rogier d’Iray lui raconte par le menu la négociation elle-même mais aussi le contexte des échanges curiaux et familiaux dans laquelle elle s’inscrit.

13Cette correspondance nous amène à la fois près et loin de Tallemant. Lorsque l’affaire de l’Ile-Bouchard apparaît dans les lettres de Rogier, en octobre, le fidèle serviteur exprime avant tout la crainte que le duc se fasse rouler par Richelieu. Celui-ci a fait miroiter à Henri, par le truchement d’un intermédiaire, de lui faire obtenir le gouvernement de la Bretagne et du Poitou, ou bien une autre charge de ce niveau : manière commode de réinvestir immédiatement le produit de la vente, manière surtout d’en tirer un bénéfice politique en obtenant une charge prestigieuse. En outre, Richelieu suggère aussi la possibilité d’une union entre l’une de ses nièces et le fils du duc et de la duchesse, comme l’explique Rogier à Marie de la Tour le 18 octobre 1629 :

  • 9  Ibid., p. 23.

Vostre Excellence sçait assés ce qu’on désire dudit Sieur de Seillé [l’intermédiaire], c’est une conjoncture d’affaire qu’on tasche de faire à scavoir de celle de l’Isle-Bouchard et de celle de la lieutenance de Bretagne au cas que la Reine Mère ou Monsieur le Cardinal en ayent le gouvernement et non autrement. Vous aurez sceu la proposition de l’alliance […] C’est un leurre, je ne sçay si Son Excellence [le duc de La Trémoille] s’y arrestera, mais on a affaire à gens fins.9

Le 2 décembre, dans une nouvelle lettre, il précise sa pensée :

  • 10  Ibid., p. 29.

Toute ma crainte est que le contract de l’Isle Bouchard se face et que tous les autres demeurent là, mais pour moy j’ai peur de tout.10

14On le voit, ce n’est pas le prix qui inquiète ici Rogier, mais plutôt la perspective d’une simple transaction en lieu et place d’une alliance, concrétisée de plusieurs manières, avec le détenteur du pouvoir. Par ailleurs, à la différence de Tallemant, jusque là le discours de Rogier est très concentré sur l’échange : il ne mobilise pas la figure de Richelieu, la seule allusion au cardinal (« on a affaire à gens fins ») pouvant concerner aussi bien un premier ministre qu’un traitant ou un fermier.

15Le discours change radicalement dans une lettre du 9 décembre. Rogier raconte d’abord comment Charlotte Brabantine de Nassau, d’abord mécontente d’être laissée de côté dans la négociation, a obtenu d’être reçue par le cardinal. Rogier fait un compte rendu très favorable de cette entrevue :

  • 11  Ibid., p. 30.

Monseigneur le Cardinal luy dist toutes les bonnes parolles et luy rendit tous les honneurs qu’elle pouvoit désirer et en retourna très contente, luy [=Richelieu] ayant promis tout service et à toute la maison. Elle luy parla de l’alliance qu’elle approuve et luy [=Richelieu] tesmoigne le mesme, mais dit que si les jeunes gens avoient plus d’aage qu’il y faudroit plustost délibérer et résoudre.
Je sçay cependant qu’il l’a bien fort goustée et a dist à un de ses confidens à sçavoir M. le Surintendant que c’estoit mieux son faict et scelon son cœur que l’autre qui luy avoit été proposée par un des plus Grands du Royaume. J’ay tasché par tous moyens de dechiffrer cela, ceux de sa maison estiment qu’il a voulu parler de Monseigneur le Prince pour Monseigneur son fils [=le futur grand Condé] avec la fille de laquelle nous parlons pour nous (…) Cecy Madame s’il vous plaist demeurera à vous. Je l’ay seulement dict à Monseigneur [=le duc Henry]. En l’estat et autorité qu’est Monseigneur le Cardinal il feroit pour cela tout ce qu’il voudroit, car il sert si dignement le Roy et l’Estat que toutes choses luy succèdent au-delà de ses propres désirs.11

16Jean Rogier d’Iray donne ensuite un exemple de ce succès, l’élévation récente au cardinalat du propre frère de Richelieu, ainsi commentée :

  • 12  Ibid.

Je n’ay point souvenance d’avoir leu en nos histoires que deux frères germains ayent esté à mesme temps cardinaux du passé, mais il n’y a rien dont les grands et signalés services de cet incomparable ministre ne soient dignes12.

Deux éléments sont remarquables dans cette longue citation : le changement d’attitude de Rogier d’Iray, et la manière de formuler son adhésion à la transaction telle qu’elle est proposée par Richelieu.

17Disons d’emblée que le mariage projeté ne s’est pas réalisé – la nièce de Richelieu a bien épousé en revanche le futur grand Condé – et que les La Trémoille n’ont pas noué d’alliance profitable avec le cardinal au faîte de son pouvoir dans les années qui ont suivi. L’abandon subit d’une méfiance pourtant bien justifiée peut s’expliquer de plusieurs manières : le projet de vente divisait jusque là les La Trémoille, quand il semble désormais faire l’unanimité, et Jean Rogier se montre très attaché à la bonne entente familiale. Par ailleurs toute une partie de la lettre de l’intendant est destinée à convaincre Marie de La Tour d’accepter ses propres projets de carrière : il est sur le point d’acheter un office de trésorier de France en Poitou, et voudrait désormais arrêter les voyages incessants pour le compte de ses patrons et s’installer à Thouars, d’où il continuerait à administrer leurs biens. Il explique notamment que les affaires de la famille sont maintenant prospères, et ne nécessitent plus autant de séjours dans les propriétés éloignées – la réussite de la négociation de l’Ile-Bouchard étant un élément (implicite) de cette démonstration.

  • 13  Pour une analyse des discours encomiastiques relatifs à Richelieu, voir Mathilde Bombart et Eric M (...)

18Constatons cependant que le langage qu’il utilise pour signifier désormais son adhésion au projet est celui qui fleurit dans les mêmes années au devant de tant de livres dédiés au cardinal13. Rogier coule son discours de justification de la transaction dans le discours du pouvoir, au moment même où, se posant en homme habile capable de « déchiffrer » les mystères de la cour, ancien secrétaire qui perce désormais les secrets (qui en fait même ses propres secrets lorsqu’il les livre à ses maîtres), il se situe en fait du côté du pouvoir par son aptitude à lire les signes qu’il émet. On voit ici littéralement ce discours d’éloge de Richelieu prendre en historiographie, dans le phénomène que constitue sa reprise par Rogier d’Iray, dans la mobilisation de ce discours pour d’autres fins que la gloire du cardinal.

Un achat dans une dynamique de pouvoir

19Dans la suite de la même lettre, Rogier d’Iray évoque le prix de la vente :

  • 14  Correspondance de Jean Rogier d’Iray, p. 30-31.

Je reprens le discours de l’Isle-Bouchard, du prix duquel on n’a point parlé sinon à la seconde conférence de Madame vostre belle-mère et dudit Sieur de Seillé qui l’asseura de soixante mil escus dont il dit qu’elle estoit contente. Depuis qu’elle a veu Monseigneur le Cardinal, elle estime qu’il en eust bien baillé soixante et dix, mais dès le commencement il dist à Monseigneur qu’il ne traitteroit point du prix et s’en remettoit audit Sieur de Seillé et à dire vray la terre est bien vendue et croy que chacun y gaignera. Elle vaut 3200 L de ferme (…) sur cela fault faire les réparations aux ponts et château, mais ce n’est point trop pour Monseigneur le Cardinal qui fera là le plus beau duché de France.14

  • 15  Ibid., p. 38.

20Frappe ici l’évidence pour Jean Rogier d’Iray du dessein ducal de Richelieu. La publicité faite à ce dessein laisse penser qu’il ne s’agit pas uniquement là pour le ministre d’accéder à la grande noblesse, ni même d’ajuster son statut nobiliaire à sa place dans l’état. Le projet vaut pour lui-même : il marque la détermination de Richelieu, et participe de la légende du cardinal. L’achat de l’Ile-Bouchard est en lui-même, dès 1629, un foyer de discours sur la capacité d’action et la puissance de projection du premier ministre. Rogier d’Iray raconte dans une autre lettre que l’intégralité de la somme versée comptant aux La Trémoille a été prêtée par le financier Montmaur : encore un élément du crédit dont jouit le ministre, cette fois auprès des manieurs d’argent15. Le duché n’est donc pas seulement un but, mais un moyen qui prend sens dans une politique.

  • 16  Ibid., p. 36.

21Cette transaction est encore un instrument de pouvoir d’une autre manière. Au moment où il est question de redistribuer un certain nombre de gouvernements, l’achat de l’Ile-Bouchard représente un moyen de faire entrer une nouvelle famille dans la ronde de ceux qui attendent les retombées de la faveur. L’intendant s’interroge d’ailleurs au profit de Marie de la Tour sur le meilleur emploi des 88 000 livres tournois qui reviennent au duc Henri. Faut-il qu’il acquière le gouvernement du Poitou comme le propose Richelieu ? Mais ce gouvernement « nest plus depuis la ruine de la Rochelle en la considération du passé »16. Deux choix possibles sont jugés heureux par l’intendant : l’achat d’un hôtel particulier à Paris, qui permet de « s’attacher auprès du roy » et d’en retirer des bénéfices, ou bien mettre « lesdits deniers en l’employ de ses debtes », et escompter que la charge militaire que le duc détient déjà lui permettra de s’illustrer à la guerre qui commence, et qu'il recevra pour ce service-là une plus haute faveur. L’impressionnante capacité financière des La Trémoille qui, en vendant l’un de leurs nombreux domaines, sont en position d’acquérir un gouvernement, ne les laisse pas moins dans l’indécision sur la bonne manière de placer cet argent. Mais les réflexions qui les animent sont tournées vers la meilleure manière de rester dans la proximité du monarque.

La petite monnaie de Richelieu

  • 17  Christian Jouhaud, La Main de Richelieu ou le pouvoir cardinal, Gallimard, 1991.

22Les lettres de Jean Rogier d’Iray font sentir le monnayage de l’image du cardinal, telle qu’elle est propagée par les hommes de lettres qui gravitent de près ou de loin autour de lui. Usage social ici, et non politique ou savant : un serviteur négocie la place qui lui convient le mieux dans le dispositif de la Maison des La Trémoille en montrant son intelligence des situations. Un tel usage participe de la prise en historiographie de Richelieu, laquelle permet à cette figure de voyager dans l’espace et dans le temps17. à Richelieu (la ville), au xxe siècle, on retrouve cette menue monnaie du grand homme : c’est un lieu où elle peut encore avoir cours – pour « attirer et divertir les Parisiens en vacances » (M.S., p. 188), en tout cas. Nouveaux usages donc, qui ne se superposent pas non plus exactement à l’historiographie savante, et qui sont également décalés par rapport à une autre présence du passé, celle qu’imposent les vestiges de l’action politique constituée par l’érection de la ville au xviie siècle. Les antennes délicates de Maurice Fourré captent ce feuilleté de présences du passé, et le roman le donne à voir au moyen de la mise en circulation très décidée d’images du xviie siècle.

23Ces images, dans le roman, opèrent une poétisation de l’univers de la boutique. Quand les lettres de Rogier montrent si nettement que le flux des transactions opérées par Richelieu est un élément capital dans l’instauration d’une dynamique politique, la mise en circulation d’images du xviie siècle dans le roman détourne des transactions auxquelles on tend à réduire le monde non politique de la boutique : elle installe ainsi un flottement sur le sens même de ces transactions, qui perdure même après l’ostensible retour aux affaires suivant l’enterrement de Mariette Allespic.

Haut de page

Notes

1  Sur l’opposition, de ce point de vue, entre la description de Richelieu par Julien Gracq et par Maurice Fourré, voir Christian Jouhaud, Sauver le Grand-Siècle ? Présence et transmission du passé, Seuil, 2007, p. 19-22.

2  Michel de Certeau, La Possession de Loudun, Julliard, 1970.

3  Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes, édition établie et annotée par Antoine Adam, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1960, tome 1, p. 251

4  Sonja Kmec, Across the channel : noblewomen in sevententh-century France and England, Trier, Kliomedia, 2010.

5  Le prix est donné par Jean Rogier d’Iray (voir plus loin sur ce personnage) et figure dans les documents comptables du cardinal de Richelieu mobilisés par Joseph Bergin dans Pouvoir et fortune de Richelieu, [trad. fr.] Robert Laffont, 1987, p. 325.

6  Ibid. p. 68-71. Sur Tallemant des Réaux voir Vincenette Maigne, Tallemant des Réaux. Le manuscrit 673. Edition critique, Paris, Klincksieck, 1994 ; Robert Descimon, « L’exemplarité sociale des Historiettes de Tallemant des Réaux », dans Laurence Giavarini (dir.), Construire l’exemplarité. Pratiques littéraires et discours historiens (xvie-xviiie siècles), Dijon, EUD, 2008, p. 181-192 ; Alain Boureau, « Contes du père et comptes du fils : le roman familial des Tallemant », Myriam Cottias et alii (dir.), Le Corps, la famille et l’état : hommage à André Burguière, Rennes, PUR, 2010, p. 185-194.

7  Ce vaste ensemble de correspondances est accessible sur internet dans une transcription réalisée par Jean-Luc Tulot, qui a en outre réalisé un travail précieux pour présenter ces correspondances, notamment en identifiant les personnages qui apparaissent dans les lettres. http://jeanluc.tulot.pagesperso-orange.fr/01LMDLT.htm (consulté pour la dernière fois le 9 octobre 2012). Dans la suite de l’article, la pagination renvoie à cette transcription.

8  Cf. la lettre de Jean Rogier d’Iray, intendant des La Trémoille à Marie de la Tour du 23 décembre 1629 : « Depuis mes dernières le contrat de vente de l’Isle-Bouchard a esté signé (…) j’ay souvent parlé d’une gratification pour vostre Excellence et on m’a fait espérer que vous la recevriés et Madame vostre belle-mère une aultre, mais que jamais mondit sieur le cardinal n’y vouloit estre obligé, et cependant qu’il ne manquoit point d’en user ainsy. Cela est à venir. » (Correspondance de Jean Rogier d’Iray, p. 38)

9  Ibid., p. 23.

10  Ibid., p. 29.

11  Ibid., p. 30.

12  Ibid.

13  Pour une analyse des discours encomiastiques relatifs à Richelieu, voir Mathilde Bombart et Eric Méchoulan (éd.), Politiques de l’épistolaire au xviie siècle. Autour du Recueil Faret, Garnier, 2011.

14  Correspondance de Jean Rogier d’Iray, p. 30-31.

15  Ibid., p. 38.

16  Ibid., p. 36.

17  Christian Jouhaud, La Main de Richelieu ou le pouvoir cardinal, Gallimard, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Schapira, « La Marraine du sel et la petite monnaie de Richelieu », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2014-01 | 2014, mis en ligne le 09 mai 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5997 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5997

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org