Navigation – Plan du site

La Rose et la Bouteille (c’est la vie). Les Riches Lieux de Fourré

Christian Biet

Résumés

La Nuit du Rose Hôtel de Fourré, est un roman, un texte, un poème sans cesse repris et corrigé, matrice des autres textes dont, La Marraine de sel. Fourré, en surréaliste, procède par associations et par système d’intertextualité, avec distance et humour. Le lien associatif passant d’un livre, d’un lieu, d’un rêve, d’un hôtel à un autre, et d’une marraine à une autre, fonctionne. Et dans le même temps, dans ces farces tragiques, la dive bouteille et la mort triomphent à Montparnasse comme à Richelieu. Et c’est dans cet « à-peu-près » mystique, philosophique, littéraire, autobiographique que se situe la poésie de Fourré, entre différentes formes, entre deux bouteilles, entre deux lieux, entre deux temps.

Haut de page

Texte intégral

1Maurice Fourré, du Grand Ouest, né en 1876 à Angers, y mourut en 1959.

  • 1  Je fais ici allusion à un ouvrage de Jean-Luc Rispail auquel j’ai participé aux côtés de Jean-Paul (...)

2La critique du surréalisme choisit généralement ainsi sa méthode : ou elle écrit l’histoire d’une période, d’un groupe, d’un auteur, avec une sorte de précision anecdotique qui frise l’obsession en matière de dates, de lieux, d’heures, de personnes présentes à tel ou tel événement qui, lui-même, doit être dûment décrit ; ou — méthode complémentaire de la précédente — elle consigne l’histoire des éditions (et surtout de la première) de tel ou tel ouvrage, ou groupe d’ouvrages, en déterminant « l’influence » ou l’impact de tel ou tel acteur lors de la mise en place technique et/ou éditoriale de l’objet (nécessairement symbolique, ou emblématique) choisi ; ou encore elle choisit une méthode qui consiste à rédiger une biographie impliquée, et/ou un témoignage « vécu », qui prend parti pour tel ou tel (pour ou contre Breton par exemple) et, quoi qu’il en soit, se situe « du côté » surréaliste, « à l’intérieur » du surréalisme ; ou, enfin — et là aussi la méthode est complémentaire de la précédente — la critique du surréalisme produit un essai « littéraire » lui aussi impliqué, para-surréaliste lui-même, imprécis par nature, par volonté plus que par insuffisance : un moment d’« à-peu-près » qui cultive les formules et les images prises dans le répertoire du surréalisme — et dont l’intertextualité, le plus souvent, n’est indiquée nulle part si bien que seuls les initiés (et ils s’estiment nombreux) comprennent, ou font semblant de comprendre et d’identifier (c’est le même fonctionnement de la citation qu’en jazz)… Alors comment faire lorsque, comme moi, on revient au corpus surréaliste après un long moment d’absence (20 ans exactement), alors que s’interposent des images et des souvenirs aussi tragiques que marquants1, qu’on est dans une ville aussi surréelle que Richelieu, et qu’on est censé parler d’un écrivain surréaliste de l’après-guerre, auteur par ailleurs peu connu qui, selon l’anecdote, a été d’abord surréaliste sans le savoir ? Et que doit-on faire, comment doit-on faire lorsqu’on est pris par le double-objet de ce jour-ci : le lieu de la ville et le lieu-non-lieu des textes ? Alors, je me situerai dans l’à-peu-près, l’à-peu-près de quoi, je me le demande… Je serai dans la lecture flottante et dans une attention tout aussi flottante à ma lecture. En tout cas, je n’irai pas vers l’anecdote humaine, ni l’histoire, ni l’histoire de l’édition, je me placerai dans une découverte qui, décidément, décide de ce rapport que j’entretiens avec le corpus surréaliste, à vingt ans d’écart.

Le Rose Hôtel : Unic ?

  • 2  Maurice Fourré, La Nuit du Rose Hôtel, éditions Gallimard, préface d’André Breton, 1950.

3Fourré aime les lieux uniques, qu’il déploie. Il les rend riches, à la fois refermés sur eux-mêmes et déployés par les rêves. Parmi ces Riches Lieux de Fourré, nous avons choisi d’entrer par le lieu du Rose Hôtel2, roman, texte, poème sans cesse repris et corrigé, matrice des autres textes et des autres lieux : le Rose-Hôtel comme creuset pour les alliages alchimiques à suivre, dont, à mon sens, La Marraine de sel. Avant Georges Perec, Fourré a inventé un roman-poème situé dans un immeuble, rien que dans un immeuble : on n’en bouge pas durant la nuit du solstice d’été, celle du 21 juin (jusqu’à quatre heures du matin), sinon pour s’évader au fil des souvenirs, des digressions, des histoires satyriques, mystiques et oniriques délivrées par les personnages transparents, sinon pour apercevoir ses occupants encadrés dans des fenêtres à la française (ces french windows devenues ensuite fresh widow, première œuvre connue de Duchamp).  

4Cet immeuble est situé à Montparnasse et nous sommes durant l’entre-deux-guerres. C’est un hôtel, plutôt de passe, en tout cas pour les étages intermédiaires entre le rez-de-chaussée — là où sont l’accueil et les repas — et le dernier étage, mansardé. Il est tenu par Rose, patronne du majordome Vespasien, ancienne dame-pipi devenue tenancière. C’est l’un de ces hôtels de Montparnasse où Kiki (la vraie) se produisait et où Aragon, entre autres surréalistes priapiques, aimaient à donner leurs rendez-vous, l’après-midi, le soir, parfois la nuit. Les biographes de Fourré, Bruno Duval en particulier, révèlent qu’il s’agit de l’Unic Hôtel (56 rue du Montparnasse) où Fourré descendait. L’Unic Hôtel est maintenant devenu l’Hôtel Unic Renoir Saint-Germain, dont il reste, selon les 104 avis de Trip Adivsor (www.tripadvisor.fr), le côté glauque malgré une nouvelle façade touristique apparemment accueillante. Entre 108 et 128 (le samedi) euros la nuit pour une chambre double. Trip Advisor classe cet hôtel, pourtant trois étoiles, au rang de 1403e sur les 1845 hôtels parisiens notés. Il reporte 11 notes « Excellent », 34 « Très bon », 20 « Moyen », 13 « Mauvais », et surtout 26 « Épouvantable », chiffre élevé et rare pour un hôtel de ce genre. Je cite quelques témoignages.

- Avis écrit le 23 septembre 2010 :
J'avais déjà séjourné dans la partie ruelle de l'hôtel pour le même prix, mais là : mauvaise pioche ! La chambre au cinquième était pourrie, sale, les photos parlent d'elles même (sic) ! Le linge de toilette était plein de fond de teint, des déchets derrière le radiateur, les murs pleins de moisi... (Trois photos sont jointes)

- Avis écrit le 22 février 2010 :
Hôtel un peu bruyant quant aux portes qui se ferment toutes seules en claquant, literie un peu fatiguée, intérieur du placard pas très net, mais petit déjeuner copieux et bien servi et personnel aimable.

- Avis écrit le 31 mars 2009 :
L'accueil est agréable et efficace. La proximité vraiment immédiate de la gare Montparnasse est très pratique. La chambre était excessivement petite. La douche était carrément minuscule, je pense que les personnes grandes ou fortes ne peuvent pas entrer dedans. La propreté de la SDB était irréprochable celle de la chambre un peu moins (des moutons au plafond et sur la clim). Mini bar correctement rempli. La chambre n'était pas ou mal insonorisée donc il m'a été Impossible de m'endormir avant 4 h. du mat. car beaucoup trop de bruit (lits qui grincent dans les chambres autour, conversations de la chambres voisine).

- Avis écrit le 3 mars 2009 :
Chambre réservée pour 4 : 2 grands lits et non pas 4 lits de 90 ; gênant.

5Aux dernières nouvelles, cet hôtel n’est plus de passe — bien que, le temps m’ayant manqué, je n’aie pu vraiment vérifier. Mais il reste le glauque, le sordide, et peut-être aussi, tout en haut, un peu du mystère de la nuit du passage à l’été, la nuit la plus longue, celle du 21 juin.

Associations : Rose Hôtel, riche lieu

6Rose trône. Elle règne sur tout l’hôtel meublé, en rose non fanée, présente à tout moment, imposant le thème, la répétition incessante de son nom thématisé, cent fois remis sur le métier de Maurice Fourré. On apprend (par la police, qui veille, et que Rose renseigne, parfois) que Rose s’appelle Rose Adolphine Aimée Babonneau, qu’elle est née le 28 mai 1876 à Rosiers-sur-Loire (Maine-et-Loire) dans le Val-de-Loire, et qu’elle est veuve d’un certain Désiré Butin, dit Beau-Désir.

7Revenons ainsi au Rose-Hôtel : « Éros c’est la vie », disait Duchamp et la vie et Éros, c’est la chair des étages intermédiaires, et celle de Rose, et celle de Rosine encore… et les autres, toutes les autres que Fourré à fourrées. Car Rose est accueillante : sans pouvoir remplacer son bel ami, Beau Désir disparu, Butin si désiré qu’il est parti en fumée, Rose, qu’on nomme aussi « la Reine des roses » accueille les gens que le maître des lieux, itinérant de l’univers, lui demande d’accueillir : elle le fait sans rechigner.

8Ainsi, Jean-Pierre, venu de Mayenne, est-il là, accueilli donc, re-nommé Dada, apte à servir dans l’épicerie de la Rive Gauche et à tomber amoureux, comme prévu, de Rosine, alias Kiki (de Montparnasse…) elle aussi accueillie par Rose en son hôtel sur l’ordre de Léopold, le propriétaire qui ne signe pas ses cartes postales mais indique toujours les coordonnées (latitude et longitude) du lieu qui, un moment, donc, l’accueille. Enfin, nous sommes dans les années 1920-1950, assurément après 1920, date où Dada (Tristan Tzara, alias Samuel Rosenstock) arrivé de Zurich et Kiki (née Alice Ernestine Prin) se rencontrèrent.

9Associons. 1. Dada : Jean-Pierre, le Dada, le « je », est une ombre dans le Rose-Hôtel, celle de Tzara. 2. Kiki : on le sait, c’est le surnom de la Reine de Montparnasse. Kiki, a été le modèle, la muse et l’amante de bon nombre d’artistes du temps, tout en cultivant des talents de chanteuse, danseuse, gérante de cabaret, peintre et actrice de cinéma. Si l’on sait que, dans le texte de Fourré, Rosine est la nièce de Rose et l’enfant naturelle de Léopold Piron (cet hôtel est une affaire de famille, comme la grande quincaillerie de la famille Fourré), on n’oubliera donc jamais qu’elle peut aussi être rêvée et devenir Kiki. 3. Rose : c’est la vie, Rose Sélavy et la vie c’est maintenant, aussi, pour nous, la Vie Mode d’emploi. Les désirs surréels s’y croisent et les poètes aussi. Duchamp et sa photo, Desnos et ses aphorismes, ses approximatifs calembours. Desnos a en effet repris, dès 1922, le personnage de Rrose à son compte au gré des séances de sommeil hypnotique et de leur mise en texte : « Suivrez-vous Rrose Sélavy au pays des nombres décimaux où il n'y a décombres ni maux ? », « Rrose Sélavy affichera-t-elle longtemps au cadran des astres le cadastre des ans ? », « Nos peines sont des peignes de givre dans des cheveux ivres. »... Une partie de ces aphorismes sera reprise dans le recueil Corps et biens (1930). Enfin, dans l'aphorisme numéro 13, on lit : « Rrose Sélavy connaît bien le marchand du sel. » Fourré doit savoir tout ça… Rrose (Sélavy) serait-elle la marraine de Rose (du Rose-Hôtel), autant que Rose Babonneau est « la marraine du Rose-Hôtel » (p. 28) ? La question, contrairement aux poissons, est insoluble, mais on peut rêver...

10Dada, Kiki, la rue du Montparnasse, les passes et l’écriture, Rose/Rrose, Duchamp, Desnos, nous sommes ainsi pris dans la première couche mythologique du surréalisme, telle qu’elle peut-être rêvée par un oisif d’Angers, ou de Nantes, à peine sorti des wagons de la gare Montparnasse toute proche (1926, Fourré a 40 ans), ou telle qu’elle peut être écrite par un homme vieux (1950, Fourré a 74 ans) et ne cessant de se réécrire, après la guerre, après la déportation de Desnos, une fois l’hypnose et tous ses rêves assassinés. Autrement dit, nous lisons quelque chose comme un panthéon surréaliste, dûment édifié par Fourré, qui se déploie par associations, se donne le choix des occurrences et cultive les références intertextuelles dissimulées… Et comme en plus de 30 années de réécriture, d’autres couches ont eu le temps de se former, on notera, à côté du Paris-Montparnasse en bistre et en paillettes, l’apparition des roses de la Passion, pour les lecteurs mystiques servis par un autre Fourré, plus âgé et élève tardif de l’Université catholique d’Angers. Cela dit, il s’agit encore d’un « à-peu-près » intertextuel, puisqu’on se prend à hésiter entre les roses (et les lys) de Thérèse (de Lisieux) et la plume philosophique de Thérèse (d’Avila) qui figure en épigraphe : « La vie n’est qu’une nuit à passer dans une mauvaise auberge » — l’une et l’autre, en tout cas, savaient mettre en scène, par écrit, leur propre vie, pour se transformer en saintes écritures. On ne les départagera donc pas en les accolant à Rrose Sélavy et à Rose Babonneau…

La nuit la plus longue

11En haut du Rose-Hôtel, tout en haut, dans les lambris, sont « les Ambassadeurs » qui tiennent, selon la police (qui, toujours, observe) de curieuses réunions mystiques, ricanantes, orgiaques-par-les-mots, poétiques (en un mot), tandis qu’une sorte de sage Hindou, l’Archiviste Nanavati-Benoist, dans une chambre discrète que tout le monde tente d’observer par le trou de la serrure, médite et attend Léopold Piron, le Commanditaire. Enfin, de bas en haut et de haut en bas, pour la communication, opèrent deux valets de chambre (Joël Micquelic, alias Vespasien, un Breton qui a généralement les mains dans la poche de son tablier, ce que Rose lui reproche, et Charlemagne, second majordome) s’appuyant sur des moyens plus ou moins techniques. Et puis il y a la cuisinière, Pibale, nom qu’on donne aux buissons d’anguilles, dans le Val-de-Loire. Tout cela pour quoi ?

12Pour dire/écrire l’amour, durant la plus longue nuit de l’année (la « nuit Mystique » p. 304), en XIX chapitres (pas 20, mais 19 pour cette nuit du 21). L’amour sous toutes ses formes poétiques : familiales en bas, sexuelles au milieu, philosophiques et ésotériques en haut. L’amour et la rose. L’amour sous forme de fleurs, mais aussi l’amour sous la forme du monument phallique, la colonne de Sainte-Cornille que la couverture de la première édition dévoile : couverture rose avec, centrée, la reproduction de la carte postale figurant la tour d’observation de Cornillé-les-Caves, Maine-et-Loire (longtemps, le livre sera en évidence dans la librairie du Minotaure et fera la joie de ceux qui savent reconnaître la chose). L’amour, c’est ce qui se dresse dans le rose, tout autant que dans la rose : c’est la vie. Tout cela pour attendre une ombre qui ne sera que projetée, celle de Piron, le globe-trotter (Raymond Roussel ? l’oncle de Fourré, Alfred, parti en Amérique Latine et finalement enfermé dans un asile ?) et entendre quelques impressions d’Afrique. En l’absence de Piron, ces impressions sont racontées par l’un des « Ambassadeurs », celui qu’on nomme « le Gouverneur », alias Oscar Gouverneur, aventurier marqué « ex-champion grimacier, rieur virtuose et présentateur d’un phénomène prodigieux, la célèbre Hermina Gouverneur, son ex-épouse, dans des cirques internationaux (confirmé par enquête auprès des Consulats) » comme le note la Police — p. 59... De l’amour, du sexe, des voyages, des impressions, des récits, des associations de mots et de pensées, tout cela pour quoi ? Pour écrire, peut-être, le lieu poétique, surréaliste, fait de références, de figures tutélaires et de rêves hypnotiques, réuni en un endroit forcément glauque qui, semble-t-il, n’a, de nos jours pas entièrement perdu son côté sordide. Mais écrire comment ? Au moyen de quoi ? Au moyen de références, on l’a dit, d’associations, de figures et d’intertextualité, certes, à partir d’un lieu, un bâtiment-hôtel en étages, et d’un temps, une nuit de XIX chapitres, bien sûr. Mais avec quoi ?

13Le début et la fin de l’ouvrage nous le disent. L’écrivain, peut-être surréaliste, en tout cas de l’Ouest, le note avec insistance : l’amour, la poésie, le voyage, la sexualité, la nuit la plus longue du 21 juin, passent par la chambre 21, là où est la veuve Bouteille. Car c’est bien la Bouteille qui annonce et clôt La Nuit du Rose-Hôtel : c’est elle qui, arrivant de l’Ouest, se présente au premier chapitre, toute verticale, et abat les cartes principales alors qu’elle sait déjà tout. La Dive Bouteille de l’Ouest, rabelaisienne autant que tourangelle sait en effet tout, exige la suite et vient pour entendre et voir l’amour de Kiki et Dada, ainsi que le passage du Tonton Coucou, cette nuit-là, au Rose-Hôtel. La Dive Bouteille sait aussi qu’il faut associer l’amour, le sexe, la bouteille et la Tour de Sainte-Cornille — dont elle exige la photo —, parce que là est, s’il existe, l’Homme Parfait (p. 34). En un mot, celle qui habite à la nuit du 21 et qui sait tout, produit tout, c’est la Veuve et Divine Bouteille du Val-de-Loire, que Fourré semble fort bien connaître au point qu’il en fait le moyen démasqué de son écriture poétique.

Le rose et le noir : de la Veuve Bouteille à la marraine de sel

14On ne s’étonnera donc point que cette Bouteille, de l’Ouest à Montparnasse, une fois ce premier trajet établi, l’aller, mène ensuite à Richelieu, au retour. Jean-Pierre voyage (à l’instar de Maurice dans sa camionnette achetée par la famille quincaillière), et devient Clair Harondel : Clair comme René et Harondel comme ne faisant pas le printemps. Mais il ne cesse pas d’aimer. En tout cas il est séduit, ou fasciné, cette fois par une A(lle)spic de passage. Et il ne perd pas l’habitude, non plus, de faire naître de belles ombres. Ainsi, Clair aboutit en Basse-Touraine, à Richelieu, tout près de cette ville, Loudun, où fut brûlé « Urbain Grandier, prêtre angevin, accusé d’avoir envoûté les Ursulines de Loudun avec une rose » (p. 38). Sa nouvelle Marraine est Mariette Allespic, non plus celle qui « connaît bien le marchand du sel », Rrose Sélavy, non plus Rose Babonneau « la marraine du Rose-Hôtel », mais, par une poétique ellipse, la « marraine du sel » : une Rrose envoûtante et empoisonnée, donc. C’est la vie… ou bien, encore, c’est une assistante « qui présente le mignon catéchumène, au moment où le Célébrant du Baptême lui impose le symbole du sel amer. » (La Marraine du sel, p. 127).

15Le lien associatif passant d’un livre, d’un lieu, d’un rêve, d’un hôtel à un autre, et d’une marraine à une autre, fonctionne alors. Cette fois nous allons à « la Rose blanche », c’est le nom de l’autre hôtel, celui de Richelieu, là où sur une plaque de marbre blanc il est écrit que « Ici souriait en pleurant le Représentant de Commerce endormi pendant que mourait Madame Veuve Allespic, Magicienne et Empoisonneuse » (p. 45). Voici maintenant une autre veuve : La Veuve, c’est la maintenant Veuve Noire (la guillotine) que menace celle que les journaux appellent aussi « la Veuve Noire », Marie Besnard, « l’empoisonneuse », accusée de 13 meurtres (parricide, matricide, meurtre de ses maris, etc.). C’est d’elle que Fourré se sert pour son texte, de ce fait divers, à proprement parler développé, diversifié, disloqué à la faveur de l’écriture. Fourré n’a jamais su si la véritable veuve de Loudun avait été totalement blanchie… elle le fut après douze ans d’enquête : le premier procès de « La Bonne dame de Loudun » ou de la « Brinvilliers du xxe siècle » date de 1952 ; son premier acquittement et sa remise en liberté ont lieu en 1954 après 4 ans et 9 mois de détention, mais les investigations se poursuivent jusqu’en 1961, pour qu’enfin Marie Besnard soit acquittée en 1961, deux ans après la mort de Fourré.

16La Marraine du Sel paraît en 1955 et Fourré meurt, en effet, en 1959.
Maurice/Jean-Pierre devenu Clair, voyageur tragique et farcesque, va donc ici aimer le sombre, le noir, la Veuve dont on ne sait pas si elle est pour lui une horreur, une menace, ou celle qui le mène quelque part, en lui imposant le sel amer, vers un curieux baptême, en quelque sorte. Mais Clair, fasciné par la sombre Mariette Allespic, est aussi protégé, aimé et finalement séduit par sa blanche fille, Florine, la fleur de sel. On le sent bien, si la fleur, ou la rose reste au centre des choses, sa couleur l’a rendue blanche, cadavérique, et son mystère est passé du côté de l’envoûtement, du poison, ou du diable.

17Comme à l’accoutumée, Fourré empile et produit des liens, des associations contradictoires dont on ne donnera ici qu’une liste et que d’autres, dans ce recueil, commentent. Voyageur amoureux à Richelieu / voyageur saisi par la rigueur de Richelieu ; Richelieu la ville rigoureuse / Richelieu le tueur de supposés conjurés ennemis ; l’exécution en série « par » Richelieu (Boutteville, Cinq-Mars, De Thou, Marillac, etc.) / l’exécution contemporaine près de Richelieu, à Loudun (où a été exécuté Grandier) ; Loudun l’envoûtement en série (les Ursulines) / Loudun l’empoisonnement en série (Marie Besnard) ; etc.

18C’est ainsi que le lecteur avance, en suivant un voyageur représentant de farces et attrapes, mais aussi d’articles funéraires, lorsqu’il est pris dans les rets, par les lacets droits et croisés de la ville, du temps, de la magicienne-empoisonneuse, lorsqu’il est envoûté par le temps, le lieu, la magie, le bric-à-brac du magasin. C’est ainsi que le lecteur est pris. Restent les rets des rêves, puisqu’il s’agit de reconstituer le passé de la magicienne à partir des lacets ferroviaires, de rêver sa propre mort — Clair Harondel empoisonné par sa Mariette — ou de rêver celle de l’empoisonneuse. Et surtout, il reste les verres, une nouvelle fois il reste la bouteille, la boisson du Grand Café de Richelieu et de l’Hôtel de la Rose blanche, puis la « fillette » de Chinon de l’autre côté de la Vienne, à Chinon, en fuyant la mort puis en suivant la Loire…

19La troisième partie, la dernière, scande le retour à la ville quadrillée (car, si La Nuit du Rose Hôtel était dans un lieu fermé verticalement organisé, La Marraine du sel prend principalement place dans la ville, lieu fermé horizontalement organisé). Clair revient vers Mariette, mourante, puis blanche enfin, cadavérique, morte et recouverte de satin rose vif (p. 183), rose c'est la mort, mais il revient aussi vers la fleur, la rose, l’amour, Florine, sa fille, la rose « blanche comme un suaire » p. 159). À Richelieu, ville en tuffeau, le rose cède devant la blancheur hiératique, mortelle et mortuaire… Et si, finalement, la terre même de Richelieu était toxique, puisqu’elle semble tuer les chats qui la lèchent ? Et si les rets de Richelieu tuaient pour de bon, bien plus que les Mariette Allespic ?

20Reste que, de fleurs blanches en cadavres mais aussi de bouteilles absorbées et de verres bus en fillettes consommées, on en arrive à la barmaid du Grand Café de Richelieu, évidemment appelée Mirabelle, et qui présente un excellent dérivatif à l’enfermement richelais comme au désarroi du voyageur, pris dans les rets de la ville, dans les râles de la mère défunte et dans les sanglots de Florine, sa fille translucide. Une Mirabelle qu’on boit avec ferveur tandis que Florine, en pleurs, s’étend sur le lit de mort de Mariette. Parallèlement et contradictoirement à l’exercice de la mort, il y a donc, très heureusement, la dive boisson, parfait divertissement face à la tragédie. L’histoire de Fourré et de sa littérature pourraient bien, alors, se résumer à cette vision carnavalesque et philosophique (Descartes) des mannequins de cire fondant au soleil, dans la vitrine de la grande quincaillerie de Richelieu (qui donne plein sud) dont il sera souvent question dans ce recueil. Farce et tragique, farce tragique, Fourré. Les mariés, littéralement, fondent comme on fond d’amour et comme on disparaît en changeant de forme. La cire humaine, l’amour humain sont ainsi faits, qu’ils fondent, et qu’ils se liquéfient.

21Et c’est dans cet « à-peu-près » mystique, philosophique, littéraire, autobiographique que se situe la poésie de Fourré, entre différentes formes, entre deux bouteilles, entre deux lieux, entre deux temps, à l’Ouest. Si, dans ce texte, le rose s’efface devant le blanc et si la fleur semble vaincue par la pierre et la terre, il n’en reste pas moins que le liquide, dans l’Ouest, conserve sa puissance. De Rabelais à Fourré, les auteurs ne cessent de le déclarer.

Haut de page

Notes

1  Je fais ici allusion à un ouvrage de Jean-Luc Rispail auquel j’ai participé aux côtés de Jean-Paul Brighelli, J.-L. Rispail n’ayant pu, pour des raisons de santé, en terminer l’écriture : Jean-Luc Rispail, Les Surréalistes. Une génération entre le rêve et l'action, Paris, Découvertes Gallimard, 1991.

2  Maurice Fourré, La Nuit du Rose Hôtel, éditions Gallimard, préface d’André Breton, 1950.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Biet, « La Rose et la Bouteille (c’est la vie). Les Riches Lieux de Fourré », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2014-01 | 2014, mis en ligne le 20 novembre 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5998 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5998

Haut de page

Auteur

Christian Biet

Paris Ouest-Nanterre, IUF.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page