Navigation – Plan du site

Sur plusieurs frontières : le président d’Espagnet (1564–après 1637)

[2005]
Dinah Ribard

Notes de l’auteur

Cet article a été initialement publié en 2005 dans le numéro 2 de la revue électronique Comètes, “Sciences / Lettres - classements et croisements, XVIe-XVIIIe siècles”, dir. M. Brunet et B. Parmentier :http://www.cometes.org/revue/numeros/numero-2-sciences-lettres/dinah-ribard-sur-plusieurs-frontieres-le-president-despagnet/
Je tiens à remercier Christophe Blanquie, Christian Jouhaud et Cécile Soudan pour leur aide généreuse et multiple.

Texte intégral

11609 : Jean d’Espagnet, président au parlement de Bordeaux, se trouve à la tête de la commission chargée d’éliminer la sorcellerie dans le Labourd dont l’acteur le plus connu, et l’historien, est Pierre de Lancre. 1623 : le même Jean d’Espagnet publie – anonymement – à Paris un ensemble composé de deux livres, un traité de philosophie naturelle marqué par le paracelsisme et le néo-platonisme et un ouvrage alchimique, l’Enchiridion physicæ restitutæ et l’Arcanum Hermeticæ Philosophiæ Opus. Un épisode de la carrière politique d’un magistrat, un fait de publication : la célébrité de la chasse aux sorcières du Labourd a pour une fois perpétué les deux faces de l’identité de Jean d’Espagnet telle qu’elle apparaît dans les écrits de son temps – immédiatement ou moins immédiatement contemporains. « President au Parlement de Bourdeaux, a été l’un des savans hommes du xvii. siècle », écrit ainsi Bayle dans la notice du Dictionnaire historique et critique (1697) qui lui est consacré, à la suite de Sorel qui explique longuement, dans son traité De la perfection de l’homme (1655) repris plus tard dans la Science universelle, les raisons de l’attribution de l’Enchiridion à « Messire Jean d’Espagnet President au Parlement de Bourdeaux ». Si aujourd’hui la question du statut d’un auteur, en dehors de sa qualité d’auteur, n’apparaît généralement pas comme indissociable de celle de la lecture qu’il convient de faire de sa production (en particulier lorsqu’il s’agit de philosophie), la violence de 1609 a en l’occurrence porté jusqu’à nous la matière d’une interrogation sur la cohérence des différentes formes d’apparition publique de l’auteur de l’Arcanum Opus.

  • 1  Voir notamment J. Bernou, La Chasse aux sorcières dans le Labourd (1609). 2tude historique, Agen, (...)
  • 2  Sur les distinctions entre sorcellerie, magie, fausse alchimie, vraie alchimie, sans cesse mobilis (...)
  • 3  Leland L. Estes, « Good Witches, Wise Men, Astrologers, and Scientists : William Perkins and the L (...)
  • 4  Ce résultat est acquis, s’agissant de d’Espagnet, dans les Conversations de Monsieur l’Abbé Bourde (...)

2Cette interrogation est d’ordinaire ainsi formulée : comment comprendre l’investissement d’un alchimiste dans une chasse aux sorcières1 ? Au-delà d’une interprétation en termes de concurrence – et donc de circonstances aggravantes – ou d’une adhésion à ce que de Lancre laisse entendre, à savoir que d’Espagnet s’était en fait tenu à l’écart et avait laissé faire son subordonné – lequel serait donc le véritable coupable de l’affaire –, suivre cette piste imposerait surtout de distinguer l’alchimie savante, présentée comme une science et comme une philosophie par d’Espagnet, des diverses pratiques qualifiées de sorcellerie par les juges2. Il serait même possible de suggérer, selon l’hypothèse proposée à une autre échelle par Leland L. Estes3, que la criminalisation de ces multiples pratiques, et des mœurs dont elles étaient issues, a pu aller de pair avec la production de la « chimie » comme philosophie naturelle et donc comme lieu d’intervention sur les contenus, les objets et les frontières du savoir savant4. Alchimiste et officier socialement défini par un certain nombre de traits dont faisait partie la « science » (c'est-à-dire l’accès à ce savoir savant), donc acteur engagé à double titre dans les tâches de (re)délimitation de ses frontières et d’exclusion de ses autres, d’Espagnet ne pouvait que rejeter la magie des Basques dans une extériorité radicale par rapport à l’espace où s’exerçait son activité intellectuelle.

  • 5  Ce constat, en fait, légitime la démarche proposée : rien ne nous dit qu’il pratiquait déjà l’alch (...)

3Mais plutôt que d’appliquer ainsi cette hypothèse large au cas du président d’Espagnet, je voudrais proposer, à titre expérimental, la démarche inverse : regarder sa production philosophique et alchimique à partir du statut de magistrat qui explique sa présence dans le Labourd. L’exercice n’est pas à sens unique, puisqu’il implique d’intégrer cette production dans la trajectoire interrogée : il s’agit aussi ici de se demander ce qu’on est amené à comprendre de cette trajectoire si l’on prend pleinement en compte les publications de d’Espagnet – opération d’autant plus délicate ou illégitime, à première vue, que celles-ci sont intervenues tardivement, et dans des conditions qui sont généralement désignées par les termes de « retraite » ou de « loisir ». Né en 1564, d’Espagnet est en effet non seulement déjà âgé en 1623, mais il a résigné sa charge depuis plusieurs années, et parle lui-même d’une retraite prise pour se consacrer à la science dans l’avertissement de l’Enchiridion5.

  • 6  Je remercie Didier Kahn, qui étudie en détail les écrits et la pensée de d’Espagnet dans sa thèse (...)

4L’expérience proposée ici a un autre objectif, indissociable du premier. Elle vise à introduire le court terme, autrement dit la temporalité de l’action, dans la réflexion sur les variations dans le classement des savoirs (donc sur l’historicité de ces classements). L’histoire des rapports entre les « sciences » et les « lettres », ou entre différents types de savoirs et d’activités, pourrait gagner à ne pas s’écrire comme une histoire sans acteurs – une histoire dont les personnages ne sont que les témoins ou les relais de changements dans les cadres de pensée ou les cadres institutionnels de la pensée – et à prendre en compte ce que ceux qui produisent (ou reproduisent) ces rapports font en les produisant ou en les utilisant : je voudrais ici, en tout cas, en faire l’essai6.

Hypothèses sur une trajectoire : pour déjouer une assignation (les « lettres »)

  • 7  Pour une réflexion sur ce type de problématique, voir Michel Cassan, « Formation, savoirs et ident (...)
  • 8  Il s’agit d’un poème latin sur les eaux minérales de Pougues. Raymond de Massac enseignait la méde (...)
  • 9  Les deux poèmes dus à d’Espagnet, l’un en français et l’autre en latin, ouvrent le Tableau de l’in (...)

5Prendre en compte le fait que d’Espagnet est un magistrat bordelais, est-ce se trouver ramené à des figures bien connues de l’histoire littéraire ou culturelle : la société cultivée de province, le « loisir lettré », la « république des lettres »7 ? Un moyen d’observer sa production à partir de son statut consiste à la comparer à celle d’autres membres du même parlement dans la même période. Pour ne pas parler de cas célèbres comme ceux, un peu antérieurs, de La Boétie, Montaigne ou Florimond de Raemond, le conseiller Jean d’Arrérac, par exemple, publie entre 1598 et 1625 une Philosophie civile et d’Etat, des Pandectes, Trois divers traités (sur les juges, les offices et « diverses antiquités ») et un Panégyrique à la ville de Bordeaux très fleuri. A première vue, cet officier bordelais ne paraît pas fondamentalement différent par ses écrits de d’Espagnet, qui accède à l’imprimé par de savants poèmes liminaires à l’ouverture de livres de Raymond de Massac (1599)8 et de Pierre de Lancre (1612)9, avant de publier (1616) un ouvrage politique attribué à Louis XI, le Rosier des guerres, en y ajoutant un Traité de l’institution du jeune Prince de son cru, puis de donner ses traités philosophiques et chimiques. Une telle comparaison appelle pourtant deux remarques.

  • 10  Une autre manière de décrire cette culture unitaire consiste à la rattacher à une période, la Rena (...)
  • 11  Le terme est alors souvent utilisé, on le sait, de manière quasi interchangeable avec ceux de « le (...)

6D’abord, on peut noter que le modèle du « loisir lettré » ou de la « république des lettres » élude la question de l’autorité. La réflexion philosophique, la connaissance de l’antiquité ou la capacité à composer poèmes et discours en latin ou en français peuvent certes être comprises comme faisant partie de la culture de magistrats passés par les collèges et les universités – une culture dont le caractère unitaire est signifié dans la critique et l’historiographie par l’adjectif « lettrée »10. Mais il est sans doute plus intéressant de s’interroger sur la façon dont un statut assis, précisément, sur des titres certifiant la possession de cette culture – la « science »11 dont il a déjà été question et qu’est censé détenir tout occupant d’une charge ou d’une fonction –, qualifie une production écrite, autorise sa mise en circulation, lui donne à elle aussi un statut. Cela n’est pas sans implication, car il faut alors envisager que l’écriture, même lorsqu’elle touche à des matières apparemment sans rapport avec l’activité professionnelle, peut être une manière d’agir dans le cadre de sa fonction, et peut-être aussi sur elle.

  • 12  La publication de cette traduction de François de Foix, évêque d’Aire, à Bordeaux (chez Simon Mill (...)

7à partir de là, ce que peut avoir de remarquable la production de d’Espagnet, à part l’absence d’ouvrages juridiques, s’apprécie mieux. En matière de philosophie, il ne se borne pas à la morale et à la politique. Il donne aussi une philosophie naturelle qui a tous les traits d’une intervention puisqu’il y touche à des questions d’actualité, comme l’atomisme et la pluralité des mondes ; et on peut remarquer que ses pièces liminaires évoquent des phénomènes merveilleux ou extraordinaires (les eaux médicinales, la magie noire) relevant d’un jugement philosophique sur leurs causes possibles. Surtout, son écriture n’est pas liée à sa ville. Il ne publie qu’à Paris, toujours chez le même éditeur (Nicolas Buon), à la différence de Jean d’Arrérac qui, comme beaucoup d’autres, confie ses livres à des imprimeurs bordelais, et alors même que le Pimandre d’Hermès Trismégiste, par exemple, avait été publié à Bordeaux (1579)12. Et ce n’est pas à une notabilité bordelaise qu’il offre ses premières pièces d’éloge destinées à l’impression, mais à un médecin d’Orléans. Ces constats incitent à interroger sa trajectoire à partir de la question de son inscription (ou plutôt de sa non-inscription) locale.

  • 13  BNF Pièces originales 1066 (testament de Jeanne Mestadier).
  • 14  Ses lettres de provision sont datées du 3 avril 1592, et il est reçu le 16 octobre (BNF ms. fr. 14 (...)
  • 15  A. D. Gironde, 1B17 f° 197. Le chroniqueur du parlement de Bordeaux, Cruseau, raconte sa réception (...)
  • 16  Après Fleury Vindry (Les Parlementaires français au xvie siècle, Paris, Champion, 1909, t. II, 1, (...)
  • 17  Les Chambres de l’édit ou mi-parties, composées de magistrats catholiques et protestants, jugeaien (...)

8Les grandes étapes de sa vie professionnelle sont connues et attestées. On sait qu’il est avocat au parlement de Bordeaux – c'est-à-dire simplement qu’il a fait des études de droit – en 1590 : il est ainsi qualifié dans le testament de sa mère, daté du 24 juillet 159013. En 1592, il devient conseiller au Grand Conseil14, en décembre 1600 président au parlement de Bordeaux15, en 1602 conseiller d’état ; il quitte sa charge de président à mortier, vendue à un conseiller bordelais, Bavolier, en décembre 1611, sous la promesse de continuer à avoir les mêmes privilèges et à recevoir les mêmes marques d’honneur que s’il était resté parlementaire, ce qui donne lieu par la suite à conflits et à réclamations16. Son fils Etienne, né en 1597, siège lui aussi au parlement de Bordeaux en tant que conseiller à partir de 1617. Il faut enfin préciser qu’au cours de ses années d’activité dans la magistrature, Jean d’Espagnet avait présidé à plusieurs reprises la chambre de l’Edit de Nérac (en 1605 et en 1610-1611)17.

  • 18  Voir Mario Schiff, La Fille d’alliance de Montaigne. Marie de Gournay, Genève, Slatkine Reprints, (...)

9Dans la biographie de d’Espagnet, c'est-à-dire dans le récit stabilisé qui circule des notices de dictionnaires aux notes de bas de pages et aux passages des articles qui ont besoin de le situer, ces étapes s’enchaînent de manière naturelle pour former une carrière. Ce récit comme la plupart de ceux du même genre, en outre, met exactement sur le même plan ces renseignements socio-professionnels et des éléments supposés fonctionner comme indices de l’appartenance à un milieu culturel – et donc expliquer finalement l’existence d’une production écrite. Je pense notamment à la mise en rapport du fait que Marie de Gournay affirme dans un de ses écrits, L’Ombre de la demoiselle de Gournay (1626), connaître d’Espagnet depuis 1595 avec la charge bordelaise de celui-ci, et donc avec la figure d’une relation de collégialité avec Montaigne (qui, on peut le rappeler, quitte le parlement de Bordeaux en 1570)18 : cette mise en rapport permet d’évoquer tout un milieu culturel de magistrats pour qui les pratiques savantes et lettrées seraient fondamentales, et fondamentalement distinctes de leurs autres activités.

10Ce qui suit vise donc moins à donner des informations supplémentaires – beaucoup de travail reste à faire, notamment dans les archives bordelaises – qu’à rendre moins évident ce double entrelacement biographique. Pour cela, je voudrais ici être attentive aux possibilités d’hypothèse suggérées notamment par ce qu’écrivent sur d’Espagnet les chroniqueurs bordelais lorsqu’ils le font apparaître. Ces chroniques, en effet, font plus qu’aider à la reconstitution de sa trajectoire ; elles indiquent des voies à suivre pour l’expérimentation proposée.

11Dans sa Chronique bordelaise, Jean de Gaufreteau raconte un épisode grâce auquel on sait que d’Espagnet était encore vivant en 1637 :

  • 19  Jean de Gaufreteau, Chronique bordelaise, Extrait des Publications de la Société des bibliophiles (...)

Jean d’Espagnet, qui de conseiller au Grand Conseil avait été fait président au mortier dans le parlement de Bordeaux, ayant vendu son office de président à Jean de Bavolier, conseiller audit Parlement, comme François de Pichon, gendre dudit Bavolier, eut succédé en ladite charge, après le décès dudit Bavolier, son beau-père, se mit en devoir de contester la préséance et le rang au président d’Espagnet, se trouvant en la prédication qui se faisait dans l’Eglise Saint-André. Mais l’affaire étant traitée au Parlement, et les amis et parents du président d’Espagnet y opérant fortement, joint le mérite et l’âge d’icelui, et le temps qu’il avait servi le Roi, la préséance fut conservée au président d’Espagnet, qui, depuis, en toutes occasions, a eu droit de marcher devant le président Pichon ; lequel, à cause de ce, ne se voulut jamais trouver en assemblées où ledit président d’Espagnet s’est trouvé, quand il s’en pouvait dédire. Mais, en conséquence de ce, le susdit président d’Espagnet et Pichon s’étant trouvés en l’année 1637, au mois d’avril, en l’assemblée des fiançailles qui se firent pour le mariage d’entre la fille du premier lit de François de Mestivier, conseiller au Parlement, et Jean de Martin, frère de l’abbé de Feïse, et en laquelle assemblée se trouvait le président de Pontac, parent maternel de la promise, comme fut à mener ladite promise à l’église pour fiancer, et ledit président Pichon se présentant pour l’action, au devant dudit Espagnet, comme étant plus ancien que Pontac, et disputant le rang à l’autre, le président Pontac, qui était prié par le père de la promise de lui faire conduite, ayant pris la fille par la main, la présenta au président d’Espagnet, lequel fit ladite action. Aussi était-il parent maternel de la promise, et plus proche que ledit président Pontac.19

  • 20  Voir plus haut, note 15. D’Espagnet possède, et semble-t-il occupe régulièrement une « maison nobl (...)
  • 21  Gaufreteau évoque aussi l’aspect financier de la commission du Labourd (Chronique bordelaise, op.  (...)

12Ce qui m’intéresse ici est la formule utilisée au début du récit : « Jean d’Espagnet, qui de conseiller au Grand Conseil avait été fait président au mortier ». La phrase suggère, malgré tout ce qui dans la suite de l’épisode indique l’ancrage de d’Espagnet dans les milieux (traversés de conflits) de la magistrature bordelaise, que son entrée au sein de celle-ci avait été l’effet d’une volonté qui n’était pas seulement la sienne. L’épisode de 1594 – la charge de conseiller au parlement de Bordeaux acquise et presque aussitôt abandonnée – tend à montrer que ses projets étaient tournés vers Bordeaux et la Guyenne20. Mais si on peut voir là l’une des étapes (en l’occurrence inaboutie) d’une ascension sociale impliquant un passage par le Grand Conseil pour revenir dans sa province d’origine plus digne d’y occuper des charges lucratives, et ainsi d’être choisi pour des commissions plus lucratives encore, comme la présidence de la Chambre de l’Edit21, on peut aussi proposer une autre tentative de lecture du parcours de d’Espagnet. Beaucoup de choses – y compris du côté de ses publications, mais aussi de sa réputation – s’éclairent en effet si on fait l’hypothèse que cette ascension s’est effectuée dans le service d’Henri IV.

  • 22  Voir plus haut, note 13. Un secrétaire du roi nommé Jean ou Pierre Mestardier (il résigne sa charg (...)
  • 23  Voir François Secret, « Réforme et alchimie », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestanti (...)
  • 24  Chronique d’Etienne de Cruseau, op. cit., t. I, p. 264-266 : « Le samedi, 9e du mois de décembre 1 (...)
  • 25  Il y a une autre explication à cette absence. Les registres de l’église de Saint-Emilion contienne (...)
  • 26  Par exemple en avril 1602 où « monsieur d’Hispagnet, sixième président en la Cour, prononça présid (...)

13D’Espagnet n’appartenait pas aux grandes familles parlementaires bordelaises. Il était le fils d’un médecin de Saint-Emilion qualifié dans le testament de sa femme (elle-même veuve d’un « juge ordinaire » de Bazas et tout de même fille de secrétaire du roi) de « docteur en médecine, médecin ordinaire »22 de la ville de Bordeaux et qui avait auparavant, semble-t-il, soigné le futur Henri IV à Pau23. En racontant sa réception en détails, Cruseau suggère qu’il a peut-être un peu vite accédé à la charge extrêmement prestigieuse de président à mortier, et indique qu’il n’a pas pu fournir d’extrait baptistaire24. Cette absence intrigue un peu. D’Espagnet, certes, n’a pas l’âge requis de quarante ans, mais il aurait pu avoir recours à une dispense d’âge. Aurait-on affaire avec lui à un ancien protestant25 ? La question n’a ici d’intérêt que pour venir s’ajouter à l’impression d’ensemble que l’inscription locale de d’Espagnet était parmi les hommes d’Henri IV en Guyenne plutôt que dans la notabilité bordelaise. Dans son cas, le passage par Paris et le Grand Conseil pourrait avoir un autre sens que le parcours similaire effectué dans la même période par plusieurs fils de grandes familles parlementaires de la Guyenne (Pontac ou de Gourgues) ; il pourrait avoir été à la fois récompensé et placé dans un lieu important par l’obtention de la charge de président au parlement. C’est là en tout cas la réputation qu’il semblait avoir à Bordeaux. A chaque fois qu’il parle de lui, Cruseau insiste, de manière assez peu vraisemblable, sur son incapacité à incarner dignement son rôle et notamment à discourir – ce qui montre aussi le caractère politique des discours sur les compétences lettrées de tel ou tel – comme s’il rappelait une sorte de parachutage26. Mais il parle aussi de ses voyages à la cour, notamment en 1608, et rapporte, c'est-à-dire consolide, les bruits qui couraient alors sur lui :

  • 27  Chronique d’Etienne de Cruseau, op. cit., t. II, p. 50.

Pendant les susdites vacations, monsieur le président d’Hispagnet s’en partit pour aller à la Cour, où le bruit est qu’il a vendu son office de président en ladite Cour au sieur de Beaumond, pour le prix de cent mille livres, et qu’il a été admis et couché sur l’état des conseillers d’état et privé, avec huit cents écus de pension.27

  • 28  Sur l’importance pour le pouvoir politique français, tout au long du xviie siècle, des négociation (...)
  • 29  Cruseau (Chronique d’Etienne de Cruseau, op. cit., t. II, p. 221) décrit la scène : « Avec ledit s (...)
  • 30  Le Rosier des guerre composé par le feu Roi Louis XI de ce nom pour Monseigneur le Dauphin Charles (...)
  • 31  Je cite d’après la précoce traduction française de l’Enchiridion par Jean Bachou (1651) : « Après (...)
  • 32  Sur ce point, voir l’analyse de Didier Kahn, « Entre atomisme, alchimie et théologie […] », art. c (...)

14En fait, d’Espagnet est déjà conseiller d’Etat depuis 1602. Très honorifique, ce titre pouvait aussi correspondre à une fonction réelle. Son acquisition montre en tout cas que d’Espagnet a continué à être bien en cour après son entrée au parlement de Bordeaux, comme le montrent peut-être aussi les commissions pour aller à Nérac ou dans le Labourd – d’autant plus que cette dernière comportait pour lui une autre tâche que la chasse aux sorcières, à savoir le règlement d’un problème de frontière sur la Bidassoa28. L’entrée au Conseil d’état peut aussi être interprétée comme une étape dans une carrière politique, impliquant l’accès à des possibilités d’action plus importantes. Cette perspective change aussi la suite du récit en suggérant que résigner sa charge de président à Bordeaux n’impliquait pas forcément pour d’Espagnet l’abandon de toute ambition et de toute action politiques, mais inaugurait peut-être au contraire une concentration sur ce terrain. C’est en tout cas ce que tendrait à suggérer la succession de deux événements en 1615-1616 : d’une part la cérémonie qui voit d’Espagnet siéger, en présence de Louis XIII et en face de ses anciens collègues, parmi les membres du Conseil29 ; d’autre part la publication du Rosier des guerres, dans lequel il s’emploie à incarner et à charger d’un sens concret sa qualité de conseiller d’état, donnée à voir sur une page de titre qui mentionne aussi sa charge de président, mais pas la localisation de celle-ci30. Et dans ce cas, la double parution de 1623 pourrait à son tour apparaître comme une reconversion de sa politique de publication dans une autre conjoncture politique. Anonyme, elle se présente comme déterminée par une volonté de prendre de la distance et de la hauteur31. Le livre n’en est pas moins dédié à Henri de Bourbon, évêque de Metz et marquis de Verneuil, fils légitimé d’Henri IV32. Malgré les déclarations de l’auteur, on n’est pas forcé de penser que la publication de l’ouvrage était le signe d’un abandon de la scène et d’une consécration au travail savant mené dans la retraite.

Action, tradition, nouveauté

15L’analyse menée jusqu’ici visait à suggérer l’idée d’un parcours sociopolitique pour proposer d’y intégrer les publications de d’Espagnet. Parcours politique plutôt que carrière professionnelle : il s’agit en l’occurrence de penser deux choses à la fois. D’abord, une action du pouvoir politique sur la trajectoire professionnelle et sociale d’un acteur, ce qui peut renvoyer, et doit être compris comme pouvant renvoyer en même temps à une rétribution ou à une installation de cet acteur dans les lieux où il peut être le plus utile, à l’attente d’un service ou, du côté de l’acteur lui-même, à l’incorporation de cette attente et à une orientation des gestes et des comportements en direction du pouvoir. Mais il s’agit aussi de penser une politique du sujet de cette trajectoire. Dans cette perspective, les livres qu’il écrit et fait paraître ne peuvent plus être renvoyés à un milieu et à une culture – même en évolution – dont ils seraient des signes. Ils s’offrent comme des actions jadis accomplies, et on doit se demander comment pouvait être pensé comme une action, par exemple, ce qui s’y donne comme inscription dans une tradition, ou comme changement dans la destination de l’écriture, ou comme choix d’un domaine de savoir.

16L’épître dédicatoire du Rosier des guerres à Louis XIII contient un récit sur l’histoire du manuscrit publié par d’Espagnet :

  • 33  Le Rosier des guerre, op. cit., épître dédicatoire n. p.

J’ai estimé que ceux qui sont capables d’y contribuer [à la formation du roi] quelque chose, sont coupables s’ils ne le font, chacun étant obligé d’y apporter sa pierre, comme à un édifice public. Recherchant à part moi l’honneur de me donner part à cette obligation, & le moyen de m’en acquitter, ma mémoire m’a fourni depuis quelque temps un sujet, que j’ai autrefois rencontré sous ma plume, sujet que j’ai jugé de votre Majesté, convenable à votre âge, & à mon désir. De douze années que j’ai employé[es] à servir le feu Roi Henry le Grand votre Père, SIRE, & votre Majesté en la charge de Président au Parlement de Bordeaux, j’en ai passé trois à la tête de la Chambre de l’Edit en Guyenne, séante en la Ville de Nérac, laquelle étant visitée en l’année mil six cent six par le feu Sieur Maréchal d’Ornano, Lieutenant Général au gouvernement de Guyenne (qui était un prodige du siècle non moins en preud’hommie qu’en courage, affection & fidélité au servir des Rois qu’il a servis & bien de l’Etat, l’éminence de ses vertus m’oblige d’en dire ce mot en passant) il obtint en don du feu Roi quelques armes & meubles de fort peu de valeur, qui étaient dans un petit cabinet au Château dudit Nérac : il me fit l’honneur de m’en offrir plus que je n’en acceptai, me contenant de quelques pièces, qui étaient plus à mon usage qu’au sien : un petit manuscrit du Roi Louis XI fait pour Monseigneur le Dauphin son fils, depuis son successeur à la Couronne, en fut une, que je trouvai en un coin parmi de vieilles armes, lequel ou par quelque dégoût, ou par la presse des occupations qui m’attachaient lors au Palais, je méconnus & négligeai, mais depuis m’étant donné meilleure part au repos : comme l’esprit libre s’amuse parfois à se jouer & folâtrer avec la mémoire : le mien en cet exercice m’a représenté l’image de ce livre absent, que j’ai trouvé parmi mes autres livres, & rapporté de Bordeaux à ce dernier voyage, auquel j’ai suivi votre Majesté : & l’ayant feuilleté tout à loisir en la Ville de Tours pendant le séjour qu’elle y a fait, je l’ai trouvé succulent, riche en belles sentences, plein de très belles instructions : c’est en effet un recueil de sagesse, un manuel digne d’un Monarque : l’aveu d’un de nos plus grands Rois, qu’il porte sur son front : l’accueil d’un Dauphin de France, tel que vous avez été, SIRE, qui lui a ouvert la main & le cœur : le soin que le feu Roi votre père a eu de le tenir sous la protection de ses plus chères armes, augmenteront envers vous son prix & sa recommandation. Ce ne sont pas ces fleurs de lis, ce n’est pas cette robe Royale qu’il a chargé de nouveau pour vous venir trouver, par où il veut être vu & prisé : il vous semond, SIRE, de l’ouvrir, de le considérer par dedans, d’en lire avec attention chaque jour un feuillet : il est de trop bonne maison pour se contenter de votre mémoire, il veut loger dans votre cœur, il l’a marqué pour son Louvre. Il ne sera pas ingrat de cet honneur, en revanche il vous inspirera la sagesse Royale, dont il est tout plein, laquelle vous élèvera sur ses ailes autant par-dessus les autres Rois, que les sacrées fleurs de lis rendent votre Couronne éminente sur toutes celles du monde.33

  • 34  Ce récit donne à lire des liens de clientèle entre d’Espagnet et d’Ornano, acteur important parmi (...)
  • 35  Il dit qu’il s’est fait le « parrain de ce manuscrit royal à cette seconde naissance qu’il prend » (...)
  • 36  Naudé, dans son Addition à l’histoire de Louis XI (1630), signale que d’Espagnet s’est trompé, et (...)

17D’Espagnet affirme ici offrir au jeune roi un livre qui lui permettra de s’inscrire dans une double filiation. En lisant comme il convient ce qui fut donné par Louis XI à son fils, il occupera la place de ce fils et activera par là le lien qui l’unit aux anciens rois de France. Mais c’est aussi le souvenir de l’ancrage gascon d’Henri IV, des armes et des meubles du château de Nérac, et du bon serviteur du roi en Guyenne (Alphonse d’Ornano34) à qui certains d’entre eux ont été transmis avant de passer à d’Espagnet, bref le souvenir de fidélités locales, qui est rappelé du même mouvement. Autrement et plus précisément dit, l’accès à un objet qui non seulement vient des ancêtres du royal destinataire, mais aussi porte en lui la figure d’une transmission légitime et la possibilité de l’investir, implique ici la reconnaissance d’un passé proche où ces fidélités ont joué un rôle. D’Espagnet se pose ainsi en intermédiaire ou, comme il le dit à l’ouverture de l’« Avertissement sur le Rosier » qui suit immédiatement l’épître dédicatoire, en « parrain »35 : il transmet ce qui mérite d’être transmis de la génération précédente, ayant su distinguer parmi les « vieilles armes » laissées à Nérac – armes « de fort peu de valeur » mais qui étaient aussi « les plus chères armes » du « feu Roi » – ce manuscrit authentiquement « royal » jusqu’alors enfoui36. De là son souci d’établir l’auctorialité de Louis XI, véritable origine selon lui et source d’autorité du traité

  • 37  Le Rosier des guerres, op. cit., « Avertissement sur le Rosier », n. p.

[...] qu’il a fait dresser par quelques personnages notables en suffisance & sagesse, auquel j’estime qu’il a contribué du sien, puisqu’il l’a voulu avouer & honorer de son nom : ç’a été aussi pour servir d’aiguillon à mondit Seigneur son fils, afin qu’il en fît plus d’état, & mieux son profit37.

C’est en effet la même opération que réitère le « parrain » du manuscrit en invoquant le nom du père et celui de l’ancêtre, « un de nos plus grands Rois ».

  • 38  « Sire, Le seul timon ne fait pas le Pilote, il faut y ajouter l’art de le bien manier, qui consis (...)
  • 39  « La plupart de ceux, qui ont écrit sur ce sujet, se sont contentés de discourir des vertus & des (...)
  • 40  On peut remarquer que le fils du maréchal d’Ornano, Jean-Baptiste, sera en 1619 nommé gouverneur d (...)
  • 41  On peut noter que d’Espagnet ne cesse d’insérer dans son discours des signes de ce rapport à une t (...)

18Dans le dispositif ainsi mis en place, la continuité d’un roi à un autre, d’un père à un fils, du passé au présent n’est pas naturelle : elle doit être produite, par des écrits et par des hommes qui incarnent – y compris physiquement, comme il apparaît dans l’évocation de la présence de d’Espagnet lors du voyage de retour du jeune roi après son séjour à Bordeaux, c'est-à-dire après son mariage, célébré dans cette ville en 1615 – la transmission de l’héritage, le passage d’une génération à l’autre. En ajoutant son propre traité De l’institution du jeune Prince au Rosier des guerres, d’Espagnet s’installe dans ce rôle en le caractérisant comme un rôle de philosophe éducateur, ainsi que le suggère d’emblée l’épître dédicatoire du Rosier qui s’ouvre sur une évocation fortement platonicienne de l’art royal du commandement, comparé à celui du pilote38. Ainsi, l’homme qui donne à son roi un livre recouvert d’une « robe Royale » – l’expression renvoie probablement à la reliure de l’exemplaire offert, qui en signale la valeur d’héritage – est aussi celui qui peut lui dire que l’essence royale est à l’intérieur, dans les mots que ce lecteur particulier doit faire siens, et qui peut également affirmer que son propre traité donne un contenu à ce qui, dans les autres ouvrages du même genre, n’est que discours vides sur les vertus du prince39. Non qu’il faille forcément penser que le conseiller d’état et ex-président au parlement offre là ses services pour une position de précepteur des futurs enfants du jeune roi – en général confiée à des gens dont le statut social était nettement inférieur au sien, tandis que le gouverneur était choisi dans la haute noblesse –, même si De l’institution du jeune Prince détaille longuement les qualités indispensables à un tel homme, celles qui lui sont communes avec le gouverneur, et celles qui lui sont propres40. Il me semble qu’il tente autre chose, une sorte de fusion de différents traits qu’il entend unir en lui – et qui font peut-être déjà partie de la réputation qu’il a ou pense avoir aux yeux de ses destinataires, sans doute moins Louis XIII lui-même que son entourage – pour définir une fonction spécifique à la situation de transmission brutale du pouvoir royal à laquelle la France s’est trouvée confrontée. Fusion, donc, du conseiller d’Etat, du philosophe – c'est-à-dire également du savant : d’Espagnet est aussi l’homme qui est allé prendre des mesures pour déterminer la situation d’une frontière et le type de bateaux qui devaient être autorisés à la franchir – et du témoin de la période précédente41.

  • 42  D’Espagnet critique ainsi ce qui est arrivé à Commines : « pensant émender l’orthographe, & polir (...)
  • 43  « Je dirai en passant qu’une des meilleures lois d’Etat, que nous ayons en France pour maintenir n (...)

19On a là un exemple d’action – ou de tentative d’action : l’analyse de ce qui est fait ne doit pas être remplacée par, ou considérée comme dépendante de la difficile mesure de sa réussite ou de son échec – par l’écriture sur un statut et une identité qu’il s’agit de mettre en œuvre pour élaborer une fonction politique. Mais il faut également remarquer que l’opération est délicate, car elle définit les compétences que d’Espagnet revendique comme tirant leur force et leur valeur de leur ancrage dans un passé posé comme tel. Sans parler du risque d’ensemble qu’il peut y avoir à affirmer une appartenance au temps d’Henri IV (mais il faut aussi prendre en compte que d’Espagnet fait avec ce qu’il a), ce qui rend possible l’entreprise d’adaptation d’un ensemble de savoirs à un moment politique est en même temps ce qui les fragilise. Est ainsi déclarée comme venue du passé (passéiste ?), par exemple, la défense du respect du vieux langage français42, la mobilisation de la référence à d’anciens usages (comme celui de porter des couronnes de roses dans les banquets, référence utilisée pour expliquer le titre du manuscrit publié) ou, plus généralement, l’éloge des « bonnes lettres »43 et la posture de philosophe conseiller.

  • 44  L’Incrédulité et mécréance du sortilège pleinement convaincue. Où il est amplement et curieusement (...)
  • 45  Sur Geoffroy Gay, voir Christian Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, 1985, p (...)
  • 46  « Il y a quelque temps, que Votre Majesté étant venue visiter les Provinces […], vous honorâtes la (...)

20La question du rapport au passé est reposée dans l’Enchiridion et réglée autrement. Mais avant d’en venir à ce dernier ouvrage, il peut être utile pour l’éclairer de faire un détour par le livre quasi-contemporain de Pierre de Lancre, L’Incrédulité et mécréance du sortilège, publié en 1622 chez le même éditeur que ceux de d’Espagnet, Nicolas Buon44. Ce livre, ouvert par la traduction (par Geoffroy Gay45) du poème latin donné par d’Espagnet pour accompagner le Tableau de l’inconstance des mauvais anges de 1612, se présente comme destiné à remplacer une rencontre ratée entre de Lancre et Louis XIII qui, lors de l’expédition ayant conduit au rattachement du Béarn à la France (1620), est passé en son absence par la propriété du spécialiste des sorcières pour y observer un phénomène remarquable : une colline creusée de grottes remplies de coquilles pétrifiées (des fossiles) et donnant sur la Garonne46.

  • 47  « Il est donc très à propos de faire savoir encore un coup, à ceux qui voudront prendre la peine d (...)
  • 48  C’est ce qu’indique le passage de l’épître dédicatoire sur « l’incrédulité & mécréance, que les co (...)
  • 49  La fin de l’épître dédicatoire insiste ainsi sur son désintéressement : l’important est que le roi (...)
  • 50  Après avoir renoncé à toute récompense dans le passage de l’épître dédicatoire qui vient d’être ci (...)
  • 51  Voir plus haut, note 44.
  • 52  Il évoque même Albert le Grand, ainsi qu’une expérience remarquable : « Palamèdes, mon grand ami, (...)

21Dans l’épître dédicatoire et les très longs « Avertissements » de L’Incrédulité et mécréance (33 pages in-4°), de Lancre s’emploie à rattacher au premier le second livre et l’offre qui en est faite en roi, à tisser une continuité47. Mais ces Avertissements sont aussi et surtout consacrés à rendre compte du débat entre savants sur la présence de coquilles dans la pierre et dans un lieu éloigné de la mer (miracle ou jeu de la nature ?), et à le trancher : pour de Lancre, cette bizarrerie doit être considérée comme un phénomène naturel. Dans un livre destiné à réitérer ce qu’il pose comme l’action centrale de sa vie – à savoir la commission dans le Labourd et, indissociablement, sa mise en écriture – en accentuant la radicalité spécifique de sa position48, de Lancre fait aussi le choix d’adopter une posture de philosophe naturel qui se consacre au savoir et à l’écriture dans la retraite49. L’opération, c'est-à-dire l’effort pour attirer la reconnaissance royale et obtenir des possibilités d’agir à nouveau dans son domaine spécifique de compétence – le Béarn rattaché à la France, signale-t-il, est encore tout plein de sorcières –, est très voyante, bien plus voyante que dans les traités publiés par d’Espagnet en 162350. Le rapprochement suggère pourtant une voie pour comprendre le passage d’une écriture arrimée à l’action politique à l’écriture de la science détachée des affaires – ici combinées dans un seul et même livre. Deux hommes qui ont travaillé ensemble et dont les publications montrent de remarquables proximités51 ont en tout cas choisi de faire paraître à très peu de distance, et dans une conjoncture marquée par d’éclatantes affaires impliquant des alchimistes et des « libertins », des livres qui mettent en avant leur capacité à intervenir dans un domaine où science (en l’occurrence la philosophie naturelle, le savoir des causes) et religion se touchent. Ici, il faut préciser. Ce que font ces deux conseillers d’Etat qui sont aussi d’anciens ou d’actuels spécialistes des sorcières, c’est justement situer leur intervention dans un tel domaine, dessiner (ou souligner) des frontières à l’intérieur desquelles on peut être chrétien militant et spécialiste de certains jeux de la nature (comme de Lancre) ou philosophe chimiste anti-aristotélicien et spiritualiste (comme d’Espagnet), c'est-à-dire, très intensément au début des années 1620, agir. Il n’est peut-être pas sans intérêt pour faire l’hypothèse qu’une telle action a été possible et pensable, en tout cas, de noter que le long développement sur les coquilles est de la part de Pierre de Lancre une occasion d’affirmer à la fois sa dévotion – il a installé des tableaux pieux dans sa grotte à fossiles – et sa connaissance des pierres, c'est-à-dire d’un des sujets principaux de l’Arcanum Opus de d’Espagnet52.

  • 53  Voir par exemple un passage caractéristique : « Or mon esprit s’échauffant dans cet exercice, & ex (...)
  • 54  Les développements de d’Espagnet sur l’atomisme et sur la pluralité des mondes (repris en totalité (...)
  • 55  Voir la correspondance de Mersenne – qui fait paraître L’impiété des déistes, athées et libertins (...)
  • 56  Voir plus haut, note 31.
  • 57  C’est le projet exposé dans l’avis « Aux Professeurs de la Philosophie d’Hermès » qui ouvre (toujo (...)
  • 58  Voir Didier Kahn, « Entre atomisme, alchimie et théologie […] », art. cit., qui suggère que les th (...)

22Au terme du parcours proposé, il est donc possible de regarder la nouveauté revendiquée53, et frappante pour les contemporains54, de l’Enchiridion physicæ restitutæ et de l’Arcanum Hermeticæ Philosophiæ Opus de 1623 comme on a regardé l’inscription dans une (ou dans des) tradition(s) opérée dans le Rosier des guerres. C’est une autre fonction mettant en œuvre un savoir – en partie le même savoir, d’ailleurs, puisque la référence à Lulle est présente dans les publications de 1623 comme dans celle de 1616 – qui s’élabore ici par l’écriture. Et pour le conseiller d’état ancien (expérimenté ?) et confronté à de nouveaux changements politiques qu’est alors d’Espagnet c’est une autre manière possible de se présenter – discrètement puisque le livre est anonyme, mais réellement puisqu’il est dédié, et dédié dans la fidélité aux choix passés – comme possédant les compétences les mieux adaptées à ce que de multiples événements et publications font apparaître comme les besoins du moment55. Le sage conseiller du jeune prince formé aux « bonnes lettres », devenu sans doute inutile, disparaît devant l’homme qui a su s’élever du service des « Lois Politiques » à celui des lois « de l’Univers » et de la « République du Monde »56 en s’investissant dans les formes les plus problématiquement actuelles du débat savant. Se posant toujours comme philosophe, il entend à présent enseigner, en adoptant un mode d’écriture par sentences ou « canons », comment discriminer la vraie de la fausse alchimie57 et comment pratiquer une philosophie naturelle qui soit en même temps entièrement spirituelle, remarquable par la reformulation conciliante – parce que spirituelle – qu’elle propose de thèses à première vue incompatibles, par exemple l’hylémorphisme et l’atomisme58.


*

23L’analyse tentée ici n’avait pas pour but de s’annuler en débouchant sur une interprétation de la philosophie de d’Espagnet. Il s’agissait plutôt de construire des moyens de rendre visible, et interrogeable, le fait qu’un ouvrage à l’accent novateur affirmé, et classé comme tel par ses commentateurs, repose sur une compréhension de la philosophie – d’Espagnet emploie le mot « sciences » – comme capital savant :

  • 59  La Philosophie naturelle rétablie en sa pureté, op. cit., « Aux disciples de la Philosophie nature (...)

[...] avec les siècles les sciences ont acquis une maturité parfaite ; ainsi une longue suite d’années leur a baillé l’achèvement tout autant que la force de l’esprit humain l’a pu permettre ; & assurément il y a beaucoup de choses qui sont agitées, dont on n’a pas encore trouvé la vraie solution. La Philosophie ne s’use pas par les années comme un habit : mais elle en devient plus forte, si bien que le temps lui baille du crédit, & le lui ôte tout ensemble, puisqu’à mesure qu’elle devient nouvelle, elle est plus assurée que l’ancienne. Ne condamnez donc pas avec précipitation un innocent sans le vouloir entendre ; s’il semble que j’aie commis un crime en retranchant les termes sacrés de la Philosophie, ne vous laissez pas emporter à la colère, & ne m’appelez pas d’abord sacrilège : mais considérez si nous n’avons plutôt avancé la Philosophie que de l’avoir reculée ; si nous ne lui avons pas plutôt redonné sa pureté, que de l’avoir corrompue ; si nous n’en avons plutôt augmenté la majesté, que de l’avoir amoindri [sic].59

  • 60  Une formulation ironique de cette opération apparaissait dans le sonnet inséré par de Lancre au dé (...)

24La question, ici, est celle du crédit et de la dignité : ceux que donne à la philosophie sa nature de savoir accumulé qu’un individu qualifié et expérimenté peut à la fois posséder et mettre au travail dans le présent. D’Espagnet dit qu’il se consacre à la science, aux recherches désintéressées sur les lois de l’Univers et, par là, qu’il est passé à un domaine d’activité intellectuelle qui n’était pas le sien jusqu’ici, à un type de discipline tout à fait spécifique – d’autant plus qu’il affirme que l’exercice de cette discipline est incompatible avec les affaires. Pourtant, il est difficile de ne pas voir qu’il réitère là, avec d’autres objets et sur un mode présenté comme plus théorique, l’opération du Rosier60.

25Deuxième suggestion, liée à celle qui vient d’être faite. Si on considère, comme cela a été proposé dans les pages qui précèdent, que l’Enchiridion et l’Arcanum Opus paraissent dans une conjoncture, et s’ajustent à cette conjoncture, alors il faut remarquer la réactivité de d’Espagnet, qui s’y insère très promptement. La remarquer, mais sans nécessairement la rendre extraordinaire ou invraisemblable : beaucoup de ces livres viennent de lieux – voire d’auteurs – plus ou moins proches de lui. Apparaît ici une géographie (aquitaine, en l’occurrence) de l’intervention par l’imprimé sur la circulation des discours.

26Une troisième et dernière suggestion procède de ce qui vient d’être dit. On voit bien ici qu’une division des savoirs et des activités savantes est explicitement mise en œuvre par d’Espagnet, qu’elle n’est pas simplement reflétée ou reproduite. Cette division, en outre, est mise au service d’une adaptation de ces activités aux besoins du court terme alors réalisée par plusieurs auteurs proches les uns des autres. Grâce à ces opérations menées sinon ensemble, du moins en même temps, les productions de ces auteurs deviennent centrales, et contribuent à créer l’événement (l’actualité) auquel elles-mêmes apparaissent comme réagissant. Comprendre ces mécanismes, c’est donc admettre que l’histoire des disciplines et des catégories ou domaines intellectuels est elle aussi faite par des acteurs, et des politiques d’acteurs.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment J. Bernou, La Chasse aux sorcières dans le Labourd (1609). 2tude historique, Agen, Imprimerie Calvet et Célérié, 1897 et, récemment, la très riche introduction à la dernière édition du Tableau de Pierre de Lancre (Pierre de Lancre, Tableau de l’inconstance des mauvais ange et démons. Où il est amplement traité des sorciers et de la sorcellerie, Paris, éditions 00h00, 2000), dotée d’une abondante bibliographie. Voir également la seule étude historique jusqu’ici consacrée en propre à d’Espagnet, J. Maxwell, Un Magistrat hermétiste. Jean d’Espagnet, Président au Parlement de Bordeaux, Bordeaux, G. Gounouilhou, 1896.

2  Sur les distinctions entre sorcellerie, magie, fausse alchimie, vraie alchimie, sans cesse mobilisées dans les débats au début du xviie siècle, notamment autour de Mersenne et notamment dans les années 1620, marquées par les affaires des Rose-Croix (1623), des thèses de Villon et de Clave (1624) et de la condamnation de Khunrath par la Sorbonne (1625), voir en particulier Didier Kahn, « Entre atomisme, alchimie et théologie : la réception des thèses d’Antoine de Villon et Étienne de Clave contre Aristote, Paracelse et les “cabalistes” (24-25 août 1624) », Annals of Science, 58, 2001, p. 241-286. Sur Etienne de Clave, voir le dossier qui lui a été consacré par la revue Corpus, n° 39, 2001, p. 9-99.

3  Leland L. Estes, « Good Witches, Wise Men, Astrologers, and Scientists : William Perkins and the Limits of the European Witch-Hunts » dans Hermeticism and the Renaissance. Intellectual History and the Occult in Early Modern Europe, ed. by I. Merkel and A. G. Debus, Washington-London and Toronto, Associated University Presses, 1988, p. 154-165. L’article emprunte une voie proche de la réflexion de Carlo Ginzburg sur les effets de l’élaboration de nouveaux schémas savants par les spécialistes – au sens répressif du terme – de la sorcellerie (Les Batailles nocturnes. Sorcellerie et rituels agraires aux xvie et xviie siècles, trad. G. Charuty, Paris, Flammarion, 1984), mais ce qu’il observe n’est pas la manière dont ce discours savant (et pourvu d’autorité) agit sur les pratiques magiques « populaires », mais son action sur d’autres pratiques savantes – qui pouvaient être celles des juges eux-mêmes.

4  Ce résultat est acquis, s’agissant de d’Espagnet, dans les Conversations de Monsieur l’Abbé Bourdelot, Contenant diverses Recherches, Observations, Expériences, & Raisonnements de Physique, Médecine, Chymie, & Mathématiques. Le tout recueilli par le Sr LE GALLOIS, Et le Parallèle de la Physique d’Aristote & de celle de Monsieur Descartes, lu dans ladite Académie, Paris, Thomas Moette, 1672. La préface indique que dans l’Académie Bourdelot, où on ne rejette ni Lulle, ni Paracelse, ni Hobbes, et où on écoute aussi favorablement Aristote que Descartes ou Gassendi, on a vu autrefois venir parler « les Révérends Pères Magnan, Mersenne, Grandamy, & plusieurs autres Religieux très célèbres par leur science. On y vit Messieurs Gassendi, La Mothe Le Vayer, Montmor, Pascal, Le Pailleur, Petit, Roberval, Hullon, Despagnet père & fils, Verdus, & autres Esprits sublimes » (p. 56).

5  Ce constat, en fait, légitime la démarche proposée : rien ne nous dit qu’il pratiquait déjà l’alchimie en 1609, alors qu’on est sûr qu’il avait bien appartenu, et donc appartenait encore, au monde des magistrats lors de la publication de ses œuvres philosophiques et alchimiques.

6  Je remercie Didier Kahn, qui étudie en détail les écrits et la pensée de d’Espagnet dans sa thèse à paraître (Paracelsisme et alchimie en France à la fin de la Renaissance (1567-1625), Université de Pari IV, 1998, à paraître à Genève, chez Droz), de m’avoir communiqué avant publication la notice qu’il a rédigée sur lui pour le Dictionary of French Seventeenth-Century Philosophers. Le travail qui suit modifie sur certains points la synthèse biographique qu’il propose.

7  Pour une réflexion sur ce type de problématique, voir Michel Cassan, « Formation, savoirs et identité des officiers ‘moyens’ de justice aux xvie-xviie siècles : des exemples limousins et marchois » dans Les Officiers « moyens » à l’époque moderne : pouvoir, culture, identité (France, Angleterre, Allemagne), études réunies par M. Cassan, Limoges, PULIM, 1998, p. 295-322 et Isabelle Luciani, « La province poétique au xviie siècle : sociabilité distinctive et intégration culturelle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 47-3, 2000, p. 545-564. Louis Desgraves (« Les cercles scientifiques bordelais et leurs relations avec le P. Mersenne », Actes du colloque du 4ème centenaire de la naissance de Marin Mersenne (1588-1988), études réunies par J.-M. Constant et A. Fillon, Université du Maine, 1994, p. 83-91) tranche la question s’agissant de d’Espagnet : pour lui, celui-ci correspond au type du curieux et de l’amateur provincial.

8  Il s’agit d’un poème latin sur les eaux minérales de Pougues. Raymond de Massac enseignait la médecine à Orléans ; il a lui aussi écrit à la louange de sa ville (voir le Recueil des poèmes et panégyriques de la ville d’Orléans publié à Orléans en 1646).

9  Les deux poèmes dus à d’Espagnet, l’un en français et l’autre en latin, ouvrent le Tableau de l’inconstance des mauvais anges.

10  Une autre manière de décrire cette culture unitaire consiste à la rattacher à une période, la Renaissance, comme le fait par exemple Thomas Willard : « I want to point out, more generally, that D’Espagnet was a typical ‘Renaissance man’ and moved in many worlds. He was a magistratre and a mathematician, an antiquarian and an alchemist, a poet in Latin and French, and a friend of French Literati » (« The Many worlds of Jean D’Espagnet » dans A. G. Debus and M. T. Walton (eds.), Reading the Book of Nature. The Other Side of the Scientific Revolution, Kirksville (Missouri), 1998, p. 201-214 ; citation p. 201-202). Un tel énoncé suppose réglé ce qui est en question.

11  Le terme est alors souvent utilisé, on le sait, de manière quasi interchangeable avec ceux de « lettres » ou de « littérature » : tous désignent le savoir possédé à l’issue d’un apprentissage. Je l’emploi ici pour sa charge sociale : sujet à des usages fortement codés, il connote davantage l’autorité que sa détention confère.

12  La publication de cette traduction de François de Foix, évêque d’Aire, à Bordeaux (chez Simon Millanges) indique qu’il existait dans cette ville des libraires susceptibles d’imprimer des ouvrages hermétistes, et que d’Espagnet aurait pu leur confier le sien.

13  BNF Pièces originales 1066 (testament de Jeanne Mestadier).

14  Ses lettres de provision sont datées du 3 avril 1592, et il est reçu le 16 octobre (BNF ms. fr. 14015, p. 64 et ms. fr. 32989, fol. 218). Voir Camille Trani, « Les magistrats du Grand Conseil au xvie siècle (1547-1610) », Paris et Ile-de-France. Mémoires publiés par la Fédération des Sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Ile-de-France, 42 (1991), p. 61-218 (p. 141-142 sur d’Espagnet). Cette institution parisienne concurrente des parlements et qui avait le royaume tout entier pour ressort tendait à être utilisée par le pouvoir royal pour faire contrepoids à ceux-ci – fonction politique qui était allée se renforçant au cours du xvie siècle (voir Christophe Blanquie, Les Institutions de la France des Bourbons (1589-1789), Paris, Belin, 2003, p. 147-153 ; Camille Trani, Le Grand Conseil de Henri II à Henri IV (1547-1610), Thèse pour le doctorat en droit, Université Paris II, 1969). Camille Trani montre aussi que les conseillers au Grand Conseil font souvent carrière ensuite comme maîtres des requêtes ou comme présidents au parlement de la province dont ils sont issus : leur passage par cette cour permet ainsi, dans certains cas, à des serviteurs du roi pas forcément issus des plus grandes familles d’accéder à des positions avantageuses.

15  A. D. Gironde, 1B17 f° 197. Le chroniqueur du parlement de Bordeaux, Cruseau, raconte sa réception : « Le samedi, 9e du mois de décembre 1600, les lettres du président en la Cour du Parlement de Bordeaux, obtenues par le sieur d’Hispagnet […] en vertu de la résignation du feu sieur Christophe de Babiault, aussi président en ladite Cour quand vivait, furent lues […] [il] fut reçu et ses lettres registrées », Chronique d’Etienne de Cruseau, publiée par la Société des Bibliophiles de Guyenne, Bordeaux, Imprimerie G. Gounouilhou, 1879-81, t. I, p. 264-265. On peut ajouter un épisode qui n’apparaît dans aucune notice sur d’Espagnet : en 1594, il avait été nommé à un office de conseiller au parlement de Bordeaux, mais avait démissionné peu après (A. D. Gironde, 1B16 f° 35, f° 64 v et f° 65 v).

16  Après Fleury Vindry (Les Parlementaires français au xvie siècle, Paris, Champion, 1909, t. II, 1, p. 45-46), Camille Trani affirme que Bavolier étant mort très peu de temps après, d’Espagnet reprit sa charge, en donnant pour preuve, d’après Cruseau, le fait qu’il siège par deux fois au parlement, en décembre 1615. Mais en réalité, Cruseau raconte seulement que, le 4 décembre, d’Espagnet est venu réclamer le respect des assurances reçues en 1611 (Chronique d’Etienne de Cruseau, op. cit., t. II, p. 214 : « Le même jour de vendredi 1615 [décembre], le sieur d’Hispagnet, jadis président en la Cour du Parlement de Bordeaux, s’étant défait dudit office de président en faveur du feu sieur de Bavolier, aurait prié la Cour de lui réserver l’entrée et privilège qui furent octroyés au feu sieur de Villeneuve en janvier 1589, et, depuis, au sieur président de Nesmond père, en l’an 1592 ; et de tant que lorsque ledit sieur d’Hispagnet se démît, il demandait marcher en son rang, tant aux compagnies privées que publiques, et que lorsqu’il irait au Palais, il se siérait au banc des présidents, et que quand ils porteraient leurs manteaux, mortiers et épitoques, qu’il pût aussi les prendre et marcher à son rang de réception sans pouvoir présider, fut dit qu’il pourrait jouir pleinement de son rang aux compagnies particulières et publiques après les présidents, sans pouvoir user des ornements autres que de la robe et chapeau d’écarlate ») et que, le 10 décembre, il est venu siéger lors du lit de justice tenu par Louis XIII à Bordeaux – mais pas en tant que membre du parlement, puisqu’il s’assied avec les conseillers d’état et maîtres des requêtes (voir plus loin), comme l’indiquent aussi les registres secrets du parlement de Bordeaux à propos de cette cérémonie (voir Archives historiques du département de la Gironde, t. XLIII, Paris-Bordeaux, Picard-Féret, 1908, pièce n° CCLV, Entrée solennelle de Louis XIII et Anne d’Autriche à Bordeaux, p. 318). C’était le gendre de Bavolier, François de Pichon, qui lui avait succédé dans la charge de président en 1612.

17  Les Chambres de l’édit ou mi-parties, composées de magistrats catholiques et protestants, jugeaient, sur requête d’une des parties, les procès civils et criminels dans lesquels des protestants étaient impliqués. Les membres catholiques étaient tirés – par rotation – du parlement dont la Chambre de l’édit dépendait (Bordeaux pour Nérac, donc) ; les protestants servaient en permanence. Voir Christophe Blanquie, Les Institutions de la France des Bourbons, op. cit., p. 86-89 ; Stéphane Capot, Justice et religion en Languedoc au temps de l’édit de Nantes. La Chambre de l’édit de Castres (1579-1679), Paris, école des Chartes, 1998 (Mémoires et documents de l’école des Chartes, 52) ; sur l’histoire de la chambre de Nérac, voir le chapitre IX de L’Histoire du Parlement de Bordeaux depuis sa création jusqu’à sa suppression (1451-1790) de C.-B.-F. Boscheron des Portes, Bordeaux, Charles Lefebvre, 1877. La mission dans le Labourd prend fin au moment (novembre 1609) où d’Espagnet retourne à Nérac pour l’année 1610.

18  Voir Mario Schiff, La Fille d’alliance de Montaigne. Marie de Gournay, Genève, Slatkine Reprints, 1978, p. 109-113. Sur Marie de Gournay, voir Michèle Fogel, Marie de Gournay. Itinéraires d'une femme savante, Paris, Fayard, 2004.

19  Jean de Gaufreteau, Chronique bordelaise, Extrait des Publications de la Société des bibliophiles de Guyenne, éd. J. Delpit, t. II, Bordeaux, Charles Lefebvre, 1878, p. 243-244. Sur Gaufreteau, dont la production se détache de celle de ces « officiers érudits qui pratiquent le droit mais aussi la virtuosité poétique et la philosophie » parce qu’ils ont un rapport reconnu à l’autorité, voir Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000, p. 308-319 (citation p. 312).

20  Voir plus haut, note 15. D’Espagnet possède, et semble-t-il occupe régulièrement une « maison noble » héritée de sa mère dans la région de Saint-Emilion.

21  Gaufreteau évoque aussi l’aspect financier de la commission du Labourd (Chronique bordelaise, op. cit., t. II, p. 121). D’autres ascensions sociales du même type ont été réalisées dans la même période à Bordeaux. L’homme à qui d’Espagnet vend sa charge en 1611, Jean de Bavolier, était fils de procureur, et Gaufreteau le signale comme venu de peu. Il laisse à sa fille une fortune considérable gagnée dans l’exercice de ses fonctions de magistrat (voir l’Histoire de Bordeaux, dir. B. Higounet, t. III : Bordeaux de 1453 à 1715, dir. R. Boutruche (avec la collaboration de J. Bernard, L. Desgraves, F. Giteau, F. Loirette et P. Roudié), Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1966, p. 489). Il a été au moins une fois en association avec d’Espagnet dans une commission (A. D. Gironde 1B17 f° 303 v°). Il existe un livre récent sur la politique d’Henri IV en direction des parlementaires, Michel de Waele, Les Relations entre le parlement de Paris et Henri IV, Paris, Publisud, 2000.

22  Voir plus haut, note 13. Un secrétaire du roi nommé Jean ou Pierre Mestardier (il résigne sa charge en 1544) apparaît dans l’Histoire de la Grande Chancellerie d’Abraham Tessereau (Histoire chronologique de la Grande Chancellerie de France, contenant son origine, l’état de ses officiers, un recueil exact de leurs noms depuis le commencement de la monarchie jusqu’à présent, leurs fonctions, privilèges, prérogatives, droits et règlements [...] le tout tiré des chartes, édits […] et autres actes authentiques […], Paris, P. Le Petit - P. Emery, 1676-1710, t. I, p. 88 et 106). Le testament de la mère de d’Espagnet nomme son père Pierre, et affirme qu’elle n’a rien reçu en héritage de celui-ci.

23  Voir François Secret, « Réforme et alchimie », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 124, 1978, p. 173-186.

24  Chronique d’Etienne de Cruseau, op. cit., t. I, p. 264-266 : « Le samedi, 9e du mois de décembre 1600, les lettres du président en la Cour du Parlement de Bordeaux, obtenues par le sieur d’Hispagnet, fils de Saint-Emilion, de maître Hispagnet, docteur en médecine, en vertu de la résignation du feu sieur Christophe de Babiault […] furent lues […] quoiqu’il s’en fallût deux ans qu’il n’eût servi dix ans une Cour souveraine, n’y ayant que huit ans et trois mois qu’il avait été reçu au Grand Conseil. Et qu’il ne fît apparaître qu’il eût quarante ans d’âge. Toutefois fut reçu et ses lettres registrées, en pensant obtenir pour ce jour et seulement qu’il ferait apparaître par témoins de son âge, ne pouvant fournir de baptistaire, ni de son enquête faite lorsqu’il fut reçu conseiller au Grand Conseil. Et n’étant entré ce jour, il fut remis au lundi pour lui faire lire les articles de foi et lui faire prêter le serment. Ce qui fut trouvé étrange. Le lundi, 11e du même mois de décembre 1600, entre sept et huit heures du matin, les Chambres assemblées, fut avisé de faire entrer le sieur d’Hispagnet, et fut dit qu’on apportât les articles de foi pour les lui faire lire ; y en eut aucun qui dirent que cela n’avait été résolu et qu’on n’en avait opiné. Ce qui fut mis en délibération, et enfin passé qu’ils les lirait et jurerait, ce qui fut fait ; et qu’il lui serait dit qu’où il serait trouvé changer de religion autre que la religion catholique, apostolique et romaine, il consentait son état être déclaré impétrable ; ce qui fut fait ; il y prêta son consentement ; et ce fait, le sieur premier président Chezac lui fit une très belle remontrance, et puis prêta le serment accoutumé, et fut à l’instant installé au côté du sieur président de Lalane […] »

25  Il y a une autre explication à cette absence. Les registres de l’église de Saint-Emilion contiennent une requête de d’Espagnet indiquant qu’il souhaite y faire inscrire le baptême de son fils Etienne, lequel aurait eu lieu dans une église proche de sa maison (qui est aussi celle qu’il a héritée de sa mère) mais dépourvue de coffres où garder les registres. On peut toutefois remarquer que cette requête date de 1601, au moment où d’Espagnet vient d’accéder à sa charge, alors que son fils est né, et supposé baptisé, en 1597. On pourrait voir là la volonté d’effacer les traces d’un ancien protestantisme.

26  Par exemple en avril 1602 où « monsieur d’Hispagnet, sixième président en la Cour, prononça présidentalement un arrêt d’un lignagier. L’appellation venait du pays d’Agenais, où, quoi qu’il il eût quelque échange frauduleux […] les parties furent mises hors de cour et de procès. Et fit très mal, s’était troublé dès le commencement, par ce, dit-il, que monsieur de Menardeau, maître des requêtes, qui était assis en l’audience, le regardait. Et entra en telle appréhension, qu’il s’arrêta cinq ou six fois, quoi qu’il n’amena que choses de peu, vulgaires et assez mal à propos. Voilà comme il va de se connaître », Chronique d’Etienne de Cruseau, op. cit., t. I, p. 301. Cruseau évoque aussi (t. II, p. 4) un discours qu’il décrit comme médiocre, à l’ouverture de la Chambre de l’Edit en 1605 ; or, il ne se trouve pas à Nérac à ce moment-là : il utilise donc des bruits sur d’Espagnet pour construire sa réputation négative. Le chroniqueur de Nérac, Isaac de Pérès, produit en tout cas une réputation différente lorsqu’il rapporte le retour de d’Espagnet dans sa ville : « Monsr le Président d’Espagnet arriva en ceste ville, pour le service de la Chambre, le mardy X Novambre 1609. Messrs les Consulz furent jusqu’à Barbaste pour le recepvoir, accompagnés de plusieurs habitans. […] Et, à la salutation qui luy fut faite au dit Barbaste, le dit sieur de Venyer, premier Consul, lui fit ceste harangue : ‘Monseigneur, nous ne voulons pas entreprendre de vous faire un long discours et prescher vos louanges, d’autant plus que nostre capacité est trop foible, laissant cella aux gens doctes qui n’auroit que trop de subjet pour en parler. Nous venons icy seulement, pour vous rendre l’honneur qui vous appartient […] et pour vous tesmoigner l’aize et le contentement que tous les habitans de nostre ville ont de vous revoir. C’est surtout nous, les Consulz d’icelle, qui sommes particulièrement en possession de faire savoir à vous et à tout vostre corps, dézirant y estre maintenus, réputant à grand honneur d’y estre employés. Nous avons eu bien et honneur, déjà, Monseigneur, d’avoir expérimenté vos dispositions paisibles, plaines de prudence et de justice en l’exercice de vostre honorable charge et ailleurs, qui nous fait espérer […] que toutes choses iront de mieux en mieux. […]’ Le dit sieur Despagnet fit l’ouverture du palais de la Cour et Chambre de Nérac, le jeudy 12 Novambre 1609, ayant faict une harangue qui dura environ deux heures, et après, selon la coustume, fut presté le serment par les advocats et procureurs », Chronique d’Isaac de Pérès, publiée par Ph. Tamizey de Larroque, Revue de l’Agenais, 1881, p. 86-87.

27  Chronique d’Etienne de Cruseau, op. cit., t. II, p. 50.

28  Sur l’importance pour le pouvoir politique français, tout au long du xviie siècle, des négociations sur les frontières pyrénéennes, et sur l’investissement d’acteurs de premier plan dans ces questions, voir Peter Sahlins, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le xviie siècle, traduction G. de Laforcade, Paris, Belin, 1996, p. 17-147 et Daniel Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire xvie-xixe siècle, Paris, Gallimard, 1998, p. 150-192. Sur les tensions frontalières entre la France et l’Espagne en 1609, voir Christian Desplat, « Henri IV et la Navarre française » dans Provinces et pays du midi au temps d’Henri de Navarre. Avènement d’Henri IV 4e centenaire. Colloque II (Bayonne 1988), Pau, J & D Editions / Association Henri IV 1989, 1989, p. 65-90, en particulier p. 86-88.

29  Cruseau (Chronique d’Etienne de Cruseau, op. cit., t. II, p. 221) décrit la scène : « Avec ledit sieur Chancelier vinrent messieurs le président de Thou, comme premier conseiller d’Etat ; monsieur de Vic, le sieur de Commartin, le sieur président Jeannin Du Bui, le sieur de Beaumond, doyen des maîtres des requêtes ; le sieur de Marillac, de Leovillier, d’Hispagnet, de Lucmajour, de Renard et autres, qui s’assirent sur deux bancs qui furent apposés au milieu de la Chambre et au-devant de nous, à côté gauche de Sa Majesté. Et à main droite de Sadite Majesté étaient assis, au bas de la Reine, les sieurs de Mango et de Pontac de Sales, maîtres des requêtes, vêtus de robes et chaperons d’écarlate, seuls, et au-dessous y avait un banc où étaient assis le sieur d’Estemines, chevalier des deux ordres ; le sieur de La Curce, capitaine de la compagnie de gendarmes de la Reine mère, et plusieurs autres seigneurs », ainsi qu’au-devant d’eux, du même côté, six évêques. Certes, d’Espagnet peut être ainsi mis en valeur parce qu’il se trouve que la cérémonie se déroule à Bordeaux, dans la cour à laquelle il avait appartenu. Reste que la place occupée est très honorable.

30  Le Rosier des guerre composé par le feu Roi Louis XI de ce nom pour Monseigneur le Dauphin Charles son fils, Mis en lumière sur le Manuscrit trouvé au Château de Nérac dans le cabinet du Roi par le Sieur Président d’Espagnet, Conseiller du Roi en ses Conseils d’Etat & Privé, et ensuite un Traité De l’Institution du jeune Prince fait par ledit sieur Président D’Espagnet, Au Roi, Paris, Nicolas Buon, 1616

31  Je cite d’après la précoce traduction française de l’Enchiridion par Jean Bachou (1651) : « Après avoir abandonné les soins, & les embarras de la Cour pour venir jouir de la douceur & de la tranquillité de l’esprit dans ma maison ; en sorte que je puis dire maintenant avec le Poète, enfin j’ai recouvert [sic] ma liberté, & j’ai rompu les chaînes qui me liaient. Après avoir, dis-je, quitté cette mer (Messieurs qui recherchez les secrets de la Nature) j’ai senti dans ma solitude renaître en moi cette affection, & cette inclination à l’étude de la Nature, qu’autrefois j’avais embrassé dans ma jeunesse. Et comme cette pensée d’abord m’a flatté, je l’ai volontiers entretenue & fomentée ; si bien qu’il semble que la Nature par ce bienfait, a voulu récompenser la perte de la Fortune, que de mon propre mouvement je venais de quitter. J’ai suivi cet étude, afin de me mettre à couvert des reproches que le public me pouvait faire : car je m’imaginais déjà que l’on m’allait appeler le déserteur des Lois, de la patrie, & des charges publiques. C’est pour cela que craignant d’être condamné en cette qualité, j’ai eu recours à d’autres Lois pour me défendre, qui sont celles de l’Univers, que l’on peut appeler la patrie commune de tout le monde, afin que ces Lois pussent protéger mon innocence contre la calomnie. Et assurément il n’y aura personne qui puisse souffrir que les Lois Politiques portent sentence contre un homme, qui ayant quitté le soin des embarras de la vie civile, s’est adonné à l’étude & à la connaissance de la République du Monde », La Philosophie naturelle rétablie en sa pureté. Où l’on voit à découvert toute l’économie de la Nature ; & où se manifestent quantité d’erreurs de la Philosophie Ancienne, étant rédigée par Canons & démonstrations certaines. Avec le Traité de l’Ouvrage secret de la Philosophie d’Hermès, qui enseigne la matière, & la façon de faire la Pierre Philosophale, Paris, Edme Pépingué, 1651, Avis « Aux disciples de la Philosophie naturelle », n. p.

32  Sur ce point, voir l’analyse de Didier Kahn, « Entre atomisme, alchimie et théologie […] », art. cit.

33  Le Rosier des guerre, op. cit., épître dédicatoire n. p.

34  Ce récit donne à lire des liens de clientèle entre d’Espagnet et d’Ornano, acteur important parmi ceux qui s’étaient mis au service d’Henri IV, nommé par celui-ci maréchal de France (1595) puis lieutenant du roi en Guyenne à la suite du maréchal de Matignon (1597) ; en 1599, il était devenu maire de Bordeaux. Il meurt en janvier 1610 (pour une présentation rapide de ce personnage, voir Histoire de Bordeaux, t. IV, op. cit., p. 316-318). D’Espagnet semble ici raconter (en se protégeant par la mention de leur « peu de valeur ») que les objets contenus dans le « cabinet » du château de Nérac, château familial d’Henri IV, lui avaient été aussitôt offerts comme à un fidèle par ce fidèle du roi défunt. On peut aussi remarquer qu’il déclare qu’un manuscrit royal était « plus à [son] usage » qu’à celui d’un maréchal de France ; il est certes homme de robe et de plume, mais c’est là mettre particulièrement en valeur sa compétence savante. Les rapports d’Henri IV avec la Guyenne sont un des objets centraux du livre de Jean-Pierre Babelon, Henri IV, Paris, Fayard, 1982. Sur la politique royale en Aquitaine, voir Francis Loirette, L’état et la région. L’exemple de l’Aquitaine au xviie siècle. Centralisation monarchique, politique régionale et tension sociale, Talence, Presses Universitaires de Bordeaux, 1998.

35  Il dit qu’il s’est fait le « parrain de ce manuscrit royal à cette seconde naissance qu’il prend », Le Rosier des guerres, op. cit., « Avertissement sur le Rosier », n. p.

36  Naudé, dans son Addition à l’histoire de Louis XI (1630), signale que d’Espagnet s’est trompé, et que le manuscrit du Rosier avait été publié avant lui : l’érudition bibliographique, ici, défait l’opération d’établissement d’une continuité entre le passé récent et le présent (voir Gabriel Naudé, Addition à l’histoire de Louis XI, Paris, Fayard, 1999, p. 50-52). On peut noter que l’Addition est dédiée au conseiller et secrétaire d’état du même marquis de Verneuil.

37  Le Rosier des guerres, op. cit., « Avertissement sur le Rosier », n. p.

38  « Sire, Le seul timon ne fait pas le Pilote, il faut y ajouter l’art de le bien manier, qui consiste principalement en deux points, en la connaissance de la carte, & en l’usage de la boussole : celle-là lui montre les routes de la mer, celle-ci du ciel, qu’il doit prendre pour guide de sa navigation. La Royauté ressemble à un navire, le sceptre figure de la puissance souveraine est le gouvernail, le Roi est le pilote : Mais le seul sceptre ne parfait pas le Roi, sa perfection dépend d’en bien user, que la suffisance et la preud’hommie lui enseigneront : celle-là lui doit servir de cartes, pour lui représenter les voies qu’il doit tenir en la conduite & direction de son Etat : celle-ci de quadrant & d’aiguille, qui lui proposera le Ciel pour mire de ses actions, à l’exemple du pilote, lequel par la considération du Ciel parvient heureusement au port & à la terre qu’il désire. Si on lui ôte ces deux pièces, ce sera plutôt le fantôme, que la personne d’un Roi », Le Rosier des guerres, op. cit., épître dédicatoire n. p. D’Espagnet brode ici sur Le Politique de Platon.

39  « La plupart de ceux, qui ont écrit sur ce sujet, se sont contentés de discourir des vertus & des perfections requises à un Prince, de l’exhorter & disposer à les recevoir, mais ils ont omis ou coupé ce qu’ils devaient le plus traiter, savoir est les principaux points de l’éducation & instruction du jeune Prince : en quoi ils ont fait comme le médecin, qui s’amuserait à consoler son malade, à louer l’art de médecine & la vertu des remèdes, & l’encourager à la convalescence, sans lui en prescrire ni ordonner les moyens : ou comme celui, qui s’occuperait à attiser le feu, sans y mettre de bois pour l’entretenir & fomenter. J’ai pris le contre-pied, tâchant au rebours d’enseigner plus que de discourir, afin de me tirer par ce moyen de l’ornière & du chemin battu, & rendre mon petit labeur plus utile & fructueux », Le Rosier des guerres, op. cit., « Avertissement de l’auteur » de L’Institution du jeune Prince, par le Sieur Président d’Espagnet, Conseiller du Roi en ses Conseils d’Etat & Privé, n. p.

40  On peut remarquer que le fils du maréchal d’Ornano, Jean-Baptiste, sera en 1619 nommé gouverneur de Gaston d’Orléans. Par ailleurs, un passage du chapitre sur le précepteur compare la bonne lecture à une opération alchimique et permet ainsi de renforcer la vraisemblance de l’attribution de l’Enchiridion et de l’Arcanum Opus à d’Espagnet (voir François Secret, « Littérature et alchimie », X : « Melle de Gournay, alchimiste », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 35, 1973, p. 526-531) : « La plupart de ceux, qui se mêlent de lire les bons livres, se contentent & croient avoir tout fait, lorsqu’ils ont acquis la connaissance du langage & du sens des Auteurs, c’est tout ce que les plus savants enseignent aux écoles, & néanmoins ce n’est pas la principale utilité, que la lecture nous doit fournir, il en y a une autre au-delà, qui est comme la cause finale […] Les mouches à miel nous enseignent, que la Nature a mis ès fleurs quelque chose de plus exquis que la beauté & que l’odeur, qui ne peuvent contenter que l’œil & l’odorat, elles en tirent une quintessence, dont elles font un excellent ouvrage. L’instinct de ces petits animaux, & de plusieurs autres, que la Nature a doué d’une connaissance particulière, a donné jour à l’esprit de l’homme, pour observer & reconnaître la vertu des simples, & des métaux, & extraire par l’art spagirique leur essence, en quoi consiste une des meilleures parties de la médecine. Les livres qui ne sont autre chose qu’une production de l’esprit de l’homme, ont aussi leur quintessence, leur suc médicinal, pour la santé de l’esprit & de l’âme, qu’il faut extraire par l’alambic du discours : le fruit de la lecture est imparfait, jusqu’à ce que ce feu mental & intellectuel ait consommé & réduit les livres en cendre, & qu’il en ait tiré & séparé le sel, le mercure & le soufre, ainsi que les Chimistes pratiquent en leurs matières. L’utilité qu’on tire des livres est triple, outre les deux premières & communes, que j’ai marqué[es], il y en a une troisième, c’est le recueil que doit faire l’esprit capable du lecteur, des maximes & résolutions qui tacitement résultent du fait, du discours ou des exemples allégués par l’auteur : c’est en effet informer le jugement & la prudence, leur établir un conseil secret, où ils puissent recourir ès occurrences qui se présenteront ès plus importantes affaires du monde, pleins de doutes & de difficultés, comme sont ceux que traitent les Rois & les Princes, & qui regardent la science de bien gouverner un grand Etat : […] c’est proprement digérer les livres : la plupart de ceux qui lisent, se contentent de les avaler tout entiers, aussi les rendent-ils tous crus, quand ils viennent à en faire montre. L’effet de ce labeur est de convertir les fleurs des livres en miel & en faire un précieux aliment de l’esprit & de l’âme : c’est un secret qu’il faut de bonne heure enseigner aux jeunes Princes, afin qu’ils s’en fassent un art & une habitude pour profiter à la lecture de tous les livres, qu’ils prendront en main », Le Rosier des guerres, op. cit., p. 76-80. Une autre allusion à l’alchimie se trouve dans l’« Avertissement sur le rosier », où d’Espagnet explique le fait qu’il n’ait publié qu’un manuscrit incomplet (d’après la table des matières qu’il en possède) par l’idée que la plupart des « ouvrages royaux » demeurent imparfaits. Pour une lecture alchimique de l’édition du Rosier des guerres par d’Espagnet, voir Louis XI, Le Rosier des guerres, introduction et notes F. Leclercq, Paris, Paris-Zanzibar, 1994.

41  On peut noter que d’Espagnet ne cesse d’insérer dans son discours des signes de ce rapport à une tradition récente, par exemple en louant les gouverneurs donnés par Henri IV puis Marie de Médicis à leurs deux fils, ou en rappelant une habitude de la reine Marguerite : « entre les bienfaits infinis, dont notre grand Henri a bienheuré la France, il faut compter un des premiers le choix qu’il a fait de la personne de Monsieur de Souvré Chevalier de ses Ordres, & à présent Maréchal de France, pour lui fier & consigner le plus cher gage que Dieu lui eût donné, & à la France, Monseigneur le Dauphin lors, maintenant notre Roi […] La Reine, qui pendant l’âge d’or de sa régence a exactement suivi l’ordre établi en la conduite des affaires par la sagesse du feu Roi, & imité ses louables actions, l’a secondé encore en celle-là ayant pris le soin de l’éducation de Monsieur frère unique du Roi, & fait élection de Monsieur de Brèves pour commettre à sa vigilance & suffisance le gouvernement de personne tant précieuse à la France […] ce petit Hercule élevé par sa main nous promet d’employer la force de son bras à dompter la fierté des monstres, ennemis du repos public, & étendre ses victoires & conquêtes jusqu’au-delà des bornes de l’Empire sujet au croissant », Le Rosier des guerres, op. cit., p. 14-16, et p. 81-82 : « Cette forme ordinaire que la feue Reine Marguerite pratiquait à ses repas & ès heures de son loisir, est digne de louange & d’imitation. Cette grande Princesse avait d’ordinaire deux ou trois des plus beaux & doctes esprits, qu’elle obligeait par bons appointements de se trouver près d’elle à ses heures, principalement à ses repas, pour lui fournir d’entretien par forme de discours ou de dispute sur les plus belles questions de Philosophie, ou sur quelque autre digne sujet […] Cette Académie est bien plus digne d’un grand Prince, que celle de la bouffonnerie ou de la médisance ».

42  D’Espagnet critique ainsi ce qui est arrivé à Commines : « pensant émender l’orthographe, & polir la diction, on a arraché les marques de l’antiquité, tellement que le style de son livre n’est pas celui de son temps, ainsi que nous pouvons juger tant par ce petit manuscrit, que par plusieurs autres de même âge, qui se trouvent ès célèbres Bibliothèques », par exemple l’histoire du roi Charles VI par Juvénal des Ursins, récemment mise au jour par Godefroy, Le Rosier des guerres, op. cit., « Avertissement sur le rosier », n. p.

43  « Je dirai en passant qu’une des meilleures lois d’Etat, que nous ayons en France pour maintenir notre ancienne valeur & générosité, est la défense aux nobles de traiter la marchandise : il serait bon de défendre encore la robe aux francs Gentilshommes, si la Nature n’y avait pourvu par le moyen de l’antipathie qu’elle a logé[e] entre l’épée & la plume […] Il faut avouer que l’usage de notre robe, qui n’est pas à la Romaine, abat le courage, & abâtardit la disposition aux fonctions militaires. Je n’entends pas sous la robe comprendre l’étude des bonnes lettres […] C’est une erreur, j’oserai dire folie héréditaire parmi nos Gentilshommes, que de mépriser les lettres & les sciences en haine de la robe, comme si c’était leur habit propre & particulier, […] tous habits leur sont bons & bienséants, elles sont utiles à toutes professions, elles manient d’une main l’épée, & de l’autre la plume […] : que nos courtisans reconnaissent de bonne foi, quel avantage ont sur eux ceux d’entre eux, qui ont quelque teinture des lettres & suffisance acquise, quel honneur & respect ils sont contraints tous saisis d’admiration de leur déférer », Le Rosier des guerres, op. cit., p. 4-6 (c’est le début de l’Institution du jeune Prince).

44  L’Incrédulité et mécréance du sortilège pleinement convaincue. Où il est amplement et curieusement traité, de la vérité ou illusion du Sortilège, de la Fascination, de l’Attouchement, du Scopelisme, de la Divination, de la Ligature ou Liaison Magique, des Apparitions : Et d’une infinité d’autres rares & nouveaux sujets, par P. de L’Ancre Conseiller du Roi en son Conseil d’Etat, Paris, Nicolas Buon, 1622. On peut noter que les productions de d’Espagnet et de Lancre semblent étonnamment parallèles : en 1617, de Lancre avait ainsi publié, un an après le Rosier des guerres, et là encore chez Nicolas Buon, un Livre des princes, contenant plusieurs notables discours pour l’instruction des rois, empereurs et monarques. Il serait sans doute possible de faire l’hypothèse que ce conseiller au parlement de Bordeaux, plus âgé que d’Espagnet (il est né en 1553) a tenté dans les années 1610-1620 des opérations proches des siennes, voire coordonnées avec elles. Il a commencé à publier des livres avant d’Espagnet (le Tableau de l’inconstance et instabilité de toutes choses paraît en 1607 chez L’Angelier), et on peut penser que c’est lui qui l’a mis en relations avec Nicolas Buon, chez qui il a fait paraître, en association avec Jean Berjon, le Tableau de l’inconstance des mauvais anges – livre où il raconte de manière précise et élogieuse la mission sur la Bidassoa. Mais il aurait pu, en retour ou en même temps, bénéficier de la protection d’un homme dont la carrière a été plus rapide et plus brillante que la sienne, et qui est déjà au Conseil d’Etat depuis dix ans quand de Lancre y entre, en 1612.

45  Sur Geoffroy Gay, voir Christian Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, 1985, p. 192-201. On peut retenir ici de l’analyse que lui consacre Christian Jouhaud que ce personnage, socialement inférieur à de Lancre et a fortiori à d’Espagnet, tente parallèlement ses propres opérations par l’écriture, par exemple en tentant d’entrer dans les bonnes grâces de Marie de Gournay : c’est, lui, en tant qu’auteur et donc par des auteurs qu’il essaie de se faire connaître.

46  « Il y a quelque temps, que Votre Majesté étant venue visiter les Provinces […], vous honorâtes la Guyenne de votre Royale présence, pour dissiper les nuées de nos derniers mouvements. Et voulant passer outre, pour voir le patrimoine ancien de vos aïeux en Béarn ; quelque esprit paravanture plus curieux que dévot, donna envie à V. M. de voir & considérer en un lieu que j’ai choisi pour ma dernière retraite, une Chapelle des Grottes & des Fontaines, dans une montagne d’Huîtres, ayant son aspect sur la rivière de Garonne : bâties […] des mains seules de la Nature. Où V. M. reconnut & admira ses ébats & menus plaisirs. SIRE, c’est le Mont Parnasse de mes Muses, où je me suis réduit, pour y trouver mon repos, à l’exemple des anciens Romains, qui avaient bâti le temple du Repos en la campagne. Je suis bien marri, SIRE, de n’avoir pu vous offrir moi-même, les fleurs & les fruits des Muses qui habitent en ce lieu, desquelles je tire comme l’inspiration d’une nouvelle vie, mon esprit sur mes vieux jours ne se nourrissant guère d’autre chose. Le bruit de la guerre, m’avait en ce temps-là renfermé dans la ville prochaine, & les incommodités qui accompagnent la vieillesse, m’y retenaient à regret. Mais dégagé maintenant de l’un & de l’autre, je viens offrir à V. M. ces Discours & Traités, concernant les Magiciens & Sorciers ; contre lesquels le feu Roi Henri le Grand, ayant ci-devant décerné commission en toute Souveraineté, qui nous fut mise en main ; nous nous en sommes acquittés avec toute la prudence & intégrité qu’il nous a été possible. SIRE, ce sont d’étranges crimes, maléfices & cas nouveaux, & le récit véritable de leurs peines, tirés la plupart de ce grand Registre de ce grand Consistoire de Demi-dieux […] pour faire mieux déloger l’incrédulité & mécréance, que les compagnies Souveraines, & tous Juges & autres grands personnages en pourraient avoir […] », L’Incrédulité et mécréance du sortilège, op. cit., épître dédicatoire au roi, p. 3-4.

47  « Il est donc très à propos de faire savoir encore un coup, à ceux qui voudront prendre la peine de lire ces discours ; que le feu Roi Henri le Grand, ayant décerné commission contre les Sorciers, à la requête de la Noblesse, & Syndic du pays de Labour, elle fut mise en main aux sieur d’Espaignet Conseiller du Roi en son Conseil d’Etat, & Président au Parlement de Bordeaux, & à moi, qui ai eu l’honneur d’y avoir servi le Roi l’espace de trente-quatre ans. La commission nous fut décernée en toute Souveraineté, & vérifiée audit Parlement. Etant expirée, ledit sieur Président s’en alla servir le Roi en la Chambre de Nérac : Si bien que n’ayant loisir de rendre compte au Roi, & à Monseigneur le Chancelier, de tout ce qui s’y était passé, (de quoi il se fût acquitté beaucoup mieux que moi) il me laissa cette corvée, qui me donna occasion de mettre la main à la plume, pour dresser mon premier Tome, lequel contient toutes les procédures les plus célèbres des Sorcières, que nous avons ou condamnées à mort, ou bannies, ou renvoyées audit Parlement : & ce second Tome en contient les raisons, & découvre tant que faire se peut, comment le Diable & ses suppôts les Sorciers, peuvent faire tant de maux, & maléfices […] Donc le premier Tome est comme le Registre ou procès verbal, contenant l’instruction & les procédures sur lesquelles est fondée leur condamnation. Et ce second en contient les raisons, & le commerce qui se passe par tout le monde entre Satan & les sorciers : car ils ont même maître, & même procéder par tout l’Univers », L’Incrédulité et mécréance du sortilège, op. cit., Avertissements, p. 10-11.

48  C’est ce qu’indique le passage de l’épître dédicatoire sur « l’incrédulité & mécréance, que les compagnies Souveraines, & tous Juges & autres grands personnages en [= de son discours sur la sorcellerie] pourraient avoir ; & convaincre d’erreur & d’aveuglement, ceux qui se plaisent plus aux obscurités des Eclipses, qu’aux purs & clairs rayons du Soleil. Académiciens nouveaux qui soutiennent, qu’il n’y a nulle vérité en ce qu’on dit des Sorciers et du sortilège, ains que le tout n’est qu’illusion », L’Incrédulité et mécréance du sortilège, op. cit., épître dédicatoire, p. 4. Le 10ème livre de l’ouvrage est consacré à cette incrédulité des juges, dont de Lancre s’efforce de montrer l’illégitimité.

49  La fin de l’épître dédicatoire insiste ainsi sur son désintéressement : l’important est que le roi ait le livre agréable et le juge d’après le désir extrême qu’a son auteur de profiter au public. De Lancre ne cherche pas d’autre récompense, et d’ailleurs son « dessein est de tenir toujours [ses] Muses en pleine liberté, & ne soumettre leurs labeurs à cette vileté, qu’ils soient pesés dans la seule balance de la gratification & de la faveur, craignant trouver le contrepoids d’une récompense forcée, telle qu’on donne à un importun », L’Incrédulité et mécréance du sortilège, op. cit., épître dédicatoire, p. 5.

50  Après avoir renoncé à toute récompense dans le passage de l’épître dédicatoire qui vient d’être cité, de Lancre déclare qu’il ne veut évidemment pas empêcher le grand mécène qui est venu visiter son Mont Parnasse de le gratifier, « car on ne peut clore la main aux Royales sans témérité », L’Incrédulité et mécréance du sortilège, op. cit., épître dédicatoire, p. 5. Il conclut p. 6-7 en disant qu’il n’aspire plus qu’à quitter cette vie, et ne travaille que pour mettre dans l’esprit du roi « de bannir & exterminer entièrement de votre Cour & de cet Auguste & saint Royaume les Magiciens, Sorciers, Devins, Tireurs d’Horoscopes, Juifs, Apostats, Athées, et tous ces autres ennemis de Dieu ».

51  Voir plus haut, note 44.

52  Il évoque même Albert le Grand, ainsi qu’une expérience remarquable : « Palamèdes, mon grand ami, très bon orfèvre, d’un esprit hardi & relevé, m’a souvent raconté, que pendant qu’il sciait & rompait du Marbre, il avait trouvé au milieu d’une grande pièce qu’il n’avait pu briser qu’à grands coups de marteau, de l’huile enfermé & clos comme dans un vase, d’une odeur très suave & agréable à voir, qu’on disait avoir certaine vertu de guérir plusieurs maladies, lequel ayant été manié par lui, ses mains en retinrent longtemps une très bonne & suave odeur : de quoi je ne pourrai rendre raison ; car je ne sais en quelle manière, cette pièce solide demeurant toujours en cet état, cet huile s’était pu ramasser & enfermer de la sorte », L’Incrédulité et mécréance du sortilège, op. cit., Avertissements, p. 34. François Secret mentionne ce passage comme une allusion à l’alchimie dans son article sur « Melle de Gournay, alchimiste », art. cit.

53  Voir par exemple un passage caractéristique : « Or mon esprit s’échauffant dans cet exercice, & examinant plusieurs décrets de la Philosophie ancienne, ne pouvait aucunement y consentir, à cause d’un faux jour & débile qui lui venait à travers des nuages, que la Nature de premier abord lui présentait de loin, & comme des confins les plus reculés de la vérité : jusqu’à tant que cette lumière se renforçant, & l’engourdissement des nuées en ayant été forcé & vaincu, je découvris un plus grand jour, dont mon entendement ayant été éclairé, il eût plus d’hardiesse & de confiance pour pénétrer dans les secrets de la Nature. D’abord les erreurs des anciens, qui sont la source & l’origine de toutes les mauvaises opinions qui sont venues ensuite, touchant les principes de la Nature, se sont présentés [sic] à mon esprit. Car lorsque je méditais les opinions qui sont communément reçues, touchant la matière première, & la forme universelle dont toutes choses ont été faites, le nombre des éléments, leurs qualités, leur répugnance, leur situation, & leur réciprocation, je n’ai point trouvé qu’elles satisfissent mon esprit : & j’avoue que l’autorité de tous ces grands Philosophes, qui étaient de sentiment contraire au mien, non plus que leurs raisons ambiguës & subtiles, n’ont pu me débaucher de mes opinions, ni obscurcir en moi cette lumière de la Nature, qui a éclairé mon esprit, & à laquelle je me suis laissé conduire », La Philosophie naturelle rétablie en sa pureté, op. cit., « Aux disciples de la Philosophie naturelle », n. p.

54  Les développements de d’Espagnet sur l’atomisme et sur la pluralité des mondes (repris en totalité par Pierre Borel dans son Discours nouveau prouvant la pluralité des Monde de 1657) ont tout particulièrement contribué à signaler son livre. Sorel, dans la section de la Science universelle qu’il consacre aux novateurs en philosophie, fait de l’Enchiridion le premier ouvrage de physique véritablement novateur dû à un Français, en relativisant par là la nouveauté de ceux de Descartes (La Science Universelle de Sorel, divisée en quatre Tomes, Paris, Nicolas Le Gras, 1668, t. IV, « Des Novateurs modernes en Philosophie », p. 413-415 ; le texte est le même que dans De la perfection de l’homme, Paris, Robert de Nain, 1655, p. 249-250). Jean Bachou, le traducteur de l’Enchiridion, développe un propos très similaire dans le « Discours à la recommandation de la Philosophie ancienne rétablie en sa pureté […] Extrait de quelques Ecrits curieux de ce siècle » par lequel il introduit le texte qu’il a traduit ; il précise en outre que le premier volet de la Science universelle, intitulé La Science des choses corporelles et paru en 1634, s’inspire beaucoup de l’Enchiridion. Il commente : « Cette Science des choses corporelles est plus ample de vrai que ce Livre-ci, à qui on a donné le titre de Sommaire : mais celui-ci contient beaucoup de secrets que l’autre n’a pas, parce qu’outre qu’il y a un Traité de la Philosophie d’Hermès, qui y est compris, les principes de Physique qu’il rapporte sont entièrement appuyés sur ceux de la Chimie », La Philosophie naturelle rétablie en sa pureté, op. cit., « Discours à la recommandation de la Philosophie ancienne rétablie en sa pureté », n. p. Sorel se défend de ces accusations dans le passage cité (p. 415) en insistant sur le caractère de chimères spiritualistes de certaines des propositions de d’Espagnet : « Dans tout le reste de son Livre il se trouve beaucoup de particularités très curieuses touchant l’origine des Choses, leur substance, & leurs divers changements, ce qui se rapporte fort au dessein que ce nouveau Philosophe a eu de parler des choses Chimiques. Aussi a-t-il mis ensuite un traité […] dans lequel il parle de la matière de la pierre Philosophale & de ses Digestions […] Véritablement comme beaucoup de gens bien sensés tiennent la pierre Philosophale pour une chimère, cela pourrait décréditer tout le Livre, n’était que sa belle manière de s’expliquer lui a donné de la réputation. Ceux qui sont du parti de Péripat le condamneront entièrement ; D’autres approuveront quelques opinions, & rejetteront celles qui semblent encore tenir de ces Philosophies particulières qu’on croit être remplies de visions ; comme de dire que la lumière du Soleil & tout autre lumière est spirituelle […]. Les choses n’y sont proposées que par Canons ou Articles succincts, qui laissent beaucoup à deviner & à désirer, mais l’entreprise n’a été aussi que de faire un Enchyridion ou Abrégé. » Il me semble que ce débat, qui contribue à placer l’intervention de d’Espagnet dans la philosophie sur le terrain des rapports entre ‘physique’ et ‘chimie’ et leurs modes d’énonciation, montre son succès en tant qu’intervention. Sur l’histoire de la « nouvelle philosophie » et particulièrement sur Sorel, je me permets de renvoyer à Dinah Ribard, Raconter vivre penser. Histoires de philosophes 1650-1766, Paris, Vrin / EHESS, 2003.

55  Voir la correspondance de Mersenne – qui fait paraître L’impiété des déistes, athées et libertins de ce temps en 1624 et La Vérité des sciences, dirigé notamment contre les chimistes, en 1625 – dans ces années-là. C’est en 1623 que Garasse (ancien enseignant du collège jésuite de Bordeaux) publie la Doctrine curieuse des beaux esprits de ce temps, livre qui est défendu en 1625, on peut le remarquer, par un Nouveau Jugement de ce qui a été dit et écrit pour et contre le livre de la Doctrine curieuse des beaux esprits de ce temps dû au même Geoffroy Gay que la traduction de la pièce de d’Espagnet placée par Pierre de Lancre à l’ouverture de l’Incrédulité et mécréance, et qui pose de manière centrale la question de l’adaptation des publications savantes à une conjoncture précise de lutte contre la circulation de discours dangereux (voir Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature, op. cit., p. 54-62 sur cet écrit de Gay).

56  Voir plus haut, note 31.

57  C’est le projet exposé dans l’avis « Aux Professeurs de la Philosophie d’Hermès » qui ouvre (toujours dans la traduction de Jean Bachou) L’Ouvrage secret de la Philosophie d’Hermès. Où l’on découvre tout ce que la Nature, & l’Art ont de caché touchant la Matière de la Pierre Philosophale ; & la façon de la faire, Fait par le même Auteur du Traité précédent [avec lequel il est relié], Paris, 1651. D’Espagnet affirme s’y adresser à ceux qui ont été trompés par des charlatans.

58  Voir Didier Kahn, « Entre atomisme, alchimie et théologie […] », art. cit., qui suggère que les thèses quasi-matérialistes de Villon et de Clave se concevaient peut-être comme une réponse à ce spiritualisme. Cette position de d’Espagnet n’est pas forcément innovante ; ce qui est peut-être plus remarquable, c’est sa volonté de fédérer différentes approches, et la reconnaissance très vite obtenue par son livre.

59  La Philosophie naturelle rétablie en sa pureté, op. cit., « Aux disciples de la Philosophie naturelle », n. p.

60  Une formulation ironique de cette opération apparaissait dans le sonnet inséré par de Lancre au début du Tableau de l’inconstance des mauvais Ange : « Pour te montrer constant à traiter l’Inconstance / Lancre, tu nous fais voir les changements divers / Des bizarres Démons, hôtes de l’Univers, / Par ce second tableau que tu peins à la France. / Mais quoi ? ne vois-tu pas combien peu de constance / On te donna, voyant sur le bord des Enfers / Les ombres voltiger de ce peuple pervers / Desquels tes jugements ont fait juste vengeance. / Et maintenant tu fais par un contraire sort / Que l’immortalité succède à cette mort / Ta plume leur donnant une immortelle vie ; / Et pour un second mal tu feras naître ainsi / Mille et mille sorciers des cendres de ceux-ci / Qui pour revivre auront de même mort envie » (Tableau de l’inconstance des mauvais anges et Démons, Paris, J. Berjon (et Nicolas Buon), 1612, n. p. Le danger des livres et leur capacité à créer un présent sont ici identifiés l’un à l’autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dinah Ribard, « Sur plusieurs frontières : le président d’Espagnet (1564–après 1637) », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Dinah Ribard, mis en ligne le 03 avril 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6003

Haut de page

Auteur

Dinah Ribard

EHESS (Grihl). http://www.ehess.fr/grihl/CV_Fiches/CV_RibardDinah.htm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page