Navigation – Plan du site
Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie
I. Athées, spirituels, fidéistes

La communauté des biens, un motif radical inacceptable dans l’Angleterre du Commonwealth

Jean-Pierre Cavaillé

Notes de l’auteur

Une première version de cet article a été présentée en français au colloque Radical voices, radical ways, Mulhouse, 11-13 avril 2013.

Texte intégral

1Nous ne tenterons pas ici une exploration approfondie du double motif de la condamnation de la propriété privée et de la promotion de la communauté des biens, tel qui apparaît dans certains écrits radicaux anglais au xviie siècle. Nous voudrions plutôt proposer une réflexion sur les conditions de l’expression publique d’une idée considérée parmi les plus transgressives et les plus dangereuses dans la documentation dont on dispose, y compris dans les textes de plus d’un auteur de l’époque pourtant considéré comme radical. L’outil conceptuel que nous proposons d’utiliser pour conduire cette réflexion est celui offert par le couple notionnel de l’acceptable et de l’inacceptable, dont nous nous servons pour rendre compte de la diffusion et de la censure d’idées radicales dans la culture européenne envisagée au fil de la longue durée. Il ne s’agit pas là de pures idées siégeant dans l’empyrée platonicien mais d’idées effectivement déclarées et défendues par des individus et des groupes, des idées donc exprimées en des énoncés, mais vouées pendant des siècles à la clandestinité ou à la semi-clandestinité et à la transmission orale, de sorte que nous ne les connaissons généralement qu’à travers leur condamnation récurrente, sauf à certains moments où elles accèdent positivement à une expression et à une visibilité publiques et où elles peuvent informer des pratiques collectives et éventuellement s’inscrire durablement dans l’espace des controverses publiques et de l’action politique déclarée.

2Les notions d’acceptable et d’inacceptable permettent de décrire de manière empirique les situations de clandestinité de pans entier de la culture dont l’expression publique est inacceptable mais dont l’existence atteste de ce que nous appelons une acceptabilité restreinte (réservée ou confinée à certains groupes sociaux, minoritaires ou d’ailleurs, le cas échéant, majoritaires). Tout à la fois, les mêmes notions nous aident à rendre compte du déplacement incessant des limites qui permettent, en certaines conjonctures, à des énoncés jusque là jugés absolument inacceptables d’être proférés dans l’espace public et d’y devenir acceptables, sans être pour autant nécessairement acceptés ; tout au plus devient-il acceptable – au moins pour un temps – d’en discuter publiquement.

3Ainsi y a-t-il trois aspects dans notre approche de la question de l’affirmation de l’égalitarisme radical et de la communauté des biens en Angleterre entre1648 et 1652.

4– Une insistance sur la radicalité assumée du motif de la communauté des biens ainsi envisagée par certains individus et groupes radicaux dans une perspective politique ou disons politico-eschatologique à la fin des années 1640 et au début de la décennie suivante en Angleterre, dans le contexte de la montée en puissance et de l’échec du mouvement Leveller.

5– Le constat suivant lequel cette revendication égalitaire et libertaire radicale n’est pas née de rien, ni de sa seule condamnation, mais qu’elle est présente depuis fort longtemps en Angleterre et dans l’ensemble de l’espace européen, dans la culture orale des classes sociales subalternes, mais aussi dans la culture écrite la plus élitaire.

  • 1  Du même coup cette irruption dans l’espace public suppose l’existence préalable suppose l’existenc (...)

6– L’effort pour décrire le processus qui conduit, au lendemain de l’avènement républicain et du régicide, du discours de dénégation de la part des Levellers d’être des Levellers, des Niveleurs des états et des conditions et des apôtres cachés de la communauté des biens, jusqu’à l’apparition de groupes qui revendiquent en plein jour la pratique du « levelling » ; en particuliers les Diggers et ceux que l’on a appelé les Ranters et enfin certains des premiers Quakers, groupe où ont conflué d’ailleurs, comme on le bien sait, ex Levellers, Diggers et Ranters. Tous ces noms, il ne faut pas l’oublier, possèdent d’abord une signification stigmatisante et dénonciatrice, et produisent des identifications de groupes que l’on ne saurait prendre pour argent comptant, ne fut-ce que parce qu’elles sont produites par l’adversaire. De ce fait, ma réflexion porte aussi sur les dénominations polémiques de groupe, qui visent à conférer aux individus assignés à ces groupes une identité négative, par exemple leur appartenance à une « secte » criminelle ou à une bande de comploteurs. Je m’efforce de saisir ces cristallisations dénonciatrices en interaction avec la capacité à réagir individuellement et collectivement à ces accusations, à s’en défendre, mais aussi à se réapproprier et à redéfinir les noms et les accusations auxquelles ces noms sont liés, en défendant comme acceptables des énoncés jusque là tenus pour inacceptables, du moins dans l’espace d’expression publique1.

Liberté, égalité, communauté

  • 2  Cf. Le royaliste Thomas Aston  « the old seditious argument will be obvious to them, that we are a (...)

7Ce qui frappe, à la lecture des textes de Winstanley, mais aussi d’Abiezer Coppe et de quelques autres, est en fait l’extrême force, cohérence, radicalité et – dirons-nous – maturité théorique de leurs positions sur la question de la propriété. Radicalité, parce qu’on y trouve en effet une mise en question radicale – au sens propre d’une volonté de revenir à la racine à la fois ontologique et historique – des inégalités sociales et économiques et des relations de domination, fondées sur l’appropriation de la terre et des biens par certains au détriment des autres. La propriété comme appropriation (la notion de propriété, on le verra, est plus riche de sens dans la littérature de l’époque) étant ainsi conçue avec la plus extrême clarté par Winstanley comme la première source de la domination, accompagnée de toutes les fausses raisons fournies par les clergés et les puissances politiques afin de légitimer leur usurpation des biens et l’imposition de leur pouvoir sur les autres hommes. Cette critique repose sur une conception de l’état de nature – confondue avec la situation édénique d’Adam et Ève2 – où liberté, égalité et communauté des biens sont une seule et même chose.

Winstanley

  • 3  « Au commencement des temps le grand Créateur Raison fit la terre pour qu’elle soit un trésor comm (...)
  • 4  « l’homme fut mis dans les fers, et devint plus Esclave à certain de sa propre espèce, que les Ani (...)

8La question de la propriété, c’est-à-dire de l’appropriation de la terre, est cependant pour Winstanley absolument première, car elle crée l’inégalité et détruit la liberté. Pour lui, la liberté est incompatible avec la propriété, en ceci que la propriété suppose que ceux qui ne possèdent pas sont nécessairement dominés par ceux qui possèdent, et n’ont d’autre choix que de les servir, d’être leurs serfs et leurs esclaves. Les propriétaires, en s’arrogeant la terre et ses fruits, exercent de fait une relation de domination sur ceux qui sont exclus de la propriété. C’est ce qu’il nomme « thegovernement of hightways » ; le gouvernement des bandits de grand chemin, car ce qu’ils possèdent, ils l’ont volé et continuent à le voler à la communauté de ceux qui, désormais, dépendent d’eux pour leur survie. Le processus historique d’aliénation est ainsi décrit : « In the beginning of time the great Creator Reason made the earth to be a common treasury »3. Mais, abusé par l’imagination égoïste (selfish imagination) et par la convoitise (covetousness), les hommes érigèrent l’un des leurs pour les enseigner et leur donner des règles ; dès lors, « man was brought into bondage, and became a greater Slave to such of his own kind, then the Beasts of the field were to him. And hereupon, The earth […] was hedged into enclosures by the teachers and rulers, and the others were made servants and slaves »4.

  • 5  Voir en particulier le Theophrastus Redivivus (1659), composé selon toute apparence par un auteur (...)
  • 6  « Quand la raison commande (rules) en l’homme, il vit en communauté avec le monde (the globe) et e (...)

9Cette analyse est très proche de celle que produit, au même moment, le naturalisme « libertin » sur une base philosophique éclectique (épicurienne, stoïcienne, cynique…)5. Elle n’est d’ailleurs pas absente des spéculations de Winstanley, qui fut manifestement influencé, sans doute de manière indirecte, par quelque forme de stoïcisme, à travers l’identification de Dieu, de la raison et de la nature.6

10Mais pour ce dernier, fort de ses convictions millénaristes, la lutte politique pour une restauration de la liberté et de la communauté est une nécessité éthique et spirituelle, inséparable d’un procès de régénération de l’individu et de l’humanité entière.

  • 7  « Il ne peut y avoir une liberté universelle tant que n’est pas établie la communauté universelle  (...)
  • 8  « La terre sera transformée en un trésor commun pour faire vivre toute l’humanité, sans distinctio (...)
  • 9  Sur Winstanley et Hobbes, voir Christopher Hill, « Winstanley and freedom », Freedom and the Engli (...)

11L’objectif est la liberté, mais « there cannot be a universal liberty till this universal community be established »7. Seule la communauté universelle des biens (« the earth shall be made a common treasury of livelihood to whole mankind, without respect of persons »8) permet d’établir la liberté de tous ; elle est l’unique solution à la compétition des individus pour la possession et pour le pouvoir, que Winstanley conçoit comme une situation de déchéance de l’humanité, là où Hobbes voit l’état de nature. Pour ce dernier, comme on le sait, l’individualisme possessif est la condition naturelle de l’homme, qui conduit à la guerre de tous contre tous ; d’où la nécessité d’établir contractuellement un pouvoir souverain capable de maintenir la paix civile, c’est-à-dire de neutraliser la nocivité de la compétition individuelle, ou plutôt de l’exploiter au bénéfice de tous. Pour Winstanley, la restauration et l’avènement de l’état de communauté, de liberté, et d’égalité consacre la souveraineté de la raison et émancipe l’humanité du joug de la domination9. Établir l’égalité, en effet, consiste à remettre la raison (indissolublement divine, naturelle et humaine) au pouvoir, là où règnent actuellement l’avidité, la compétition et le désir effréné de tous sur toutes choses.

12Les ouvrages de Winstanley et l’expérience éphémère d’appropriation communautaire des terres à laquelle il participa ont sans nul doute marqué une frange impossible à quantifier, mais non négligeable de Levellers ou sympathisant Levellers qui étaient particulièrement réceptifs à la question de la propriété. Il est même très probable que certains d’entre eux étaient parvenus par eux-mêmes à des réflexions similaires.

Clarkson et Coppe

  • 10  « La raison de mon jugement à ce sujet était que Dieu avait fait toutes les choses bonnes, et qu’i (...)

13Nous possédons au moins le témoignage exceptionnel de Lawrence Clarkson qui, se remémorant ses années ranters (lorsque dit-il, on le tenait pour Captain of the rant), évoque la rencontre de ses propres spéculations théologiques antinomistes et de leurs conséquences pratiques dans sa propre vie, avec la mise en cause active de la propriété par le bêchage des Commons, conduite par les Diggers : « The ground of this my judgment was, God made all thing good, so nothing evil but a man judged it ; for I apprehended there was no such thing as theft, cheat, or a lie, but as man made it so; for if the creature had brought this world into [no] propriety, as Mine and Thine, there had been no such title as theft, cheat, or lie; for the prevention hereof Everard and Gerrard Winstanley did dig up the Commons, that so all might have to live of themselves, then there had been no need of defrauding, but unity one with another… »10. Ce passage est suivi des critiques que son auteur aurait lui-même adressées à Winstanley. Elle repose sur le rejet de l’empire de la raison tel que le promouvait le leader des Diggers ; misologisme impliqué par son monisme radical où raison et déraison, bonne et mauvaise action, actes purs et impurs, sainteté et péché, se dissolvent dans l’unité de Dieu. Telle est en effet la doctrine de A Single Eye. Mais il partageait bien avec les Diggers l’affirmation selon laquelle Dieu n’avait pas instauré ni voulu la propriété, inséparable du vol, de la tromperie et du mensonge, qu’il reconnaît avoir pratiqués lui-même avec la conviction de son innocence foncière (attitude, certes, on ne peut moins conforme à l’esprit communautaire des Diggers).

  • 11 A Feiry flying Roll, chap. 1, A Collection, p. 86.
  • 12 A Feiry flying Roll, chap. 1, A Collection, p. 87-88.
  • 13  « Je viens, dit le Seigneur, comme un vengeur, pour niveler aussi tout votre Honneur, Richesses, e (...)
  • 14  « Thou hast many baggs of money, and behold I [the Lord] come as a thief in the night, with my swo (...)
  • 15  « Comment le Seigneur reprendra ses choses extérieures (choses de cette vie) comme Argent, Grain, (...)
  • 16  « Laissez vos maisons, chevaux, biens, or, Terre, laissez-les, ne tenez rien comme vous appartenan (...)
  • 17  Part I, Ibid., p. 88-89.

14Coppe lui-même dénonce la propriété privée, les inégalités sociales et l’asservissement des pauvres, en exploitant le mot et l’idée scandaleuse de « nivellement » (levelling), en se référant et en se démarquant radicalement du « sword levelling » (le nivellement par l’épée des soldats Levellers) et le « digging levelling » de Winstanley11. Il brandit quant à lui la seule épée de l’esprit, qui l’a conduit des jours et des nuits entières à protester publiquement dans les rues de Londres contre les riches dans leurs carrosses, le poing levé et en grinçant des dents. Il affirme que les Levellers (Men-Levellers), éliminés à Bradford (« the lasts levellers that were shot to death »), ne sont que les « ombres » des « choses à venir plus terribles, et pourtant grandes, glorieuses et bonnes » (« shadowes of most terrible, yeat great, gloriousgood things to come »)12. Ce qu’annonce Coppe, c’est le grand nivellement par Dieu dans l’homme intérieur, mais aussi nécessairement dans la société, par les pratiques transgressives des ranters : « I come (saith the Lord) with a vengeance, to levell also your Honour, Riches, etc. »13. Le Dieu de Coppe s’avance dans la nuit comme un voleur, un coupeur de bourses impitoyable14. La métaphore biblique, comme souvent chez Coppe, est à prendre au pied de la lettre. Le chapitre où elle apparaît s’intitule en effet : « How the Lord will recover his outward things (things of this life) as Money, Corn, etc. and for whom, and how they shall be plagued who detaine them as their owne »15. Le texte se termine d’ailleurs par une injonction, ou plutôt une menace; sans équivoque possible : « give up your houses, horses, goods, gold, Lands, give up, account nothing your own, have All Things common, or els the plague of God will rot and consume all that you have »16. Ainsi, le grand nivellement est abolition de « Honour, Nobility, Gentility, Propriety, Superfluity, etc. », toutes choses confondues « into parity, equality, community »17. Et, comme pour Winstanley, il faut ajouter « perfect freedom », la liberté parfaite, pour laquelle Coppe déclare avoir renoncé à toute autre chose.

  • 18  « Nous refusons l’épée, nous avons un mépris sacré pour toute guerre ; nous préférons, ivres mort (...)

15Quant à la pratique ranter « nivelante » de la communauté, opposée à l’épée, elle est décrite par Coppe de la manière la plus provocante et scandaleuse qui soit : « We had as live be dead drunk every day of the weeke, and lye with whores i’th market place ; and account these as good actions as taking the poor abused, enslaved ploughmans money from him […] we had rather starve, I say, then take away his money away from him, for killing men »18.

Naturalisme radical et libertinage spirituel

  • 19  Par exemple dans la somme du naturalisme libertin qu’est le Theophrastus redivivus, op. cit.

16L’unité originaire entre liberté, égalité et communauté, professée par Winstanley et, à sa façon, par Coppe, rapproche singulièrement leur pensée de la manière dont l’état de nature perdu est conçu par les philosophes qui, entre xvie et xviie, exploitent siècle le mythe hésiodique de l’âge d’or dans ses versions lucrétienne et ovidienne. Mais ce que les penseurs naturalistes, tout empreints de saturnisme, se représentent comme une période révolue de l’humanité, dont le très lointain retour n’est envisageable qu’au terme d’une révolution des temps (dans le cadre d’une conception cyclique des temps19), les radicaux anglais, dépositaires en cela d’une longue tradition spiritualiste qui passe en particulier par les idées et les expériences communautaires présentes dans une partie de l’anabaptisme, le conçoivent dans la perspective de l’imminence d’un avènement millénariste qui donne tout son sens à l’action et à la parole présentes, aussi transgressives puissent-elles paraître.

17Il serait d’ailleurs très intéressant et fertile de confronter ici deux mouvements de pensée que tout semble séparer : l’un hyper élitiste, où le sage se détourne de tout réformisme politique, avec la conviction d’une irréductible inacceptabilité et dangerosité sociale de la vérité philosophique, pour retrouver à une échelle strictement individuelle et privée une vie prenant pour seule règle la loi de nature, c’est-à-dire une vie conforme à l’état de nature, l’état social originel qui ne connaissait ni propriété, ni domination, ni religion ; l’autre mouvement profondément ancré dans les couches subalternes des sociétés européennes, pour lequel l’instauration ou plutôt la restauration de la communauté des biens et de la liberté à la fois naturelle et spirituelle, comme répondant à la volonté de Dieu, est immédiatement actualisable, dans le partage de la conviction d’un renversement et d’un nivellement imminents des états et conditions, qui est aussi la conviction que ce qui semble aujourd’hui encore absolument inacceptable et entraîne la plus féroce des répressions est sur le point de se révéler et de s’imposer à tous comme la vérité même. L’eschatologie millénariste est ici inséparable d’une interprétation politique de la chute : le tien et le mien, l’inégalité, la servitude ne sont pas des produits du péché originel de l’homme, mais sont le péché, la séparation de l’homme et de Dieu et de l’homme avec l’homme (à travers la propriété, la domination, les clergés) ; et son remède est à portée de main, qui est indissolublement politique et religieux, au sens d’une révolution spirituelle et morale, dont l’acteur est l’homme régénéré en Dieu et Dieu lui-même manifestant son amour et sa puissance d’égalisation, de nivellement en l’homme.

Une histoire anglaise, le mot Levellers

  • 20  Christopher Hill, « From Lollards to Levellers », in János M. Bak et Gerhard Benecke, Religion and (...)
  • 21  Voir la harangue de Ball chez Froissard. La référence est bien présente dans les années révolution (...)
  • 22  « Though, to speak plainly my real sentiments, I must freely own that as long as there is any prop (...)
  • 23  Voir par exemple les Annales de Stow qui parlent des « riotous persons who ‘bent all their strengt (...)

18Cette pensée politique de la communauté des biens possède en Angleterre une forme spécifique, inséparable, comme on le sait, du statut de franchise associé à la propriété, inséparable aussi du double mythe de la liberté originelle des anglo-saxons et du joug normand (the Norman Yoke) et, peut-être surtout, de la question de l’appropriation nobiliaire des commons et du cloisonnement des propriétés (enclosures). Les Diggers et les Ranters sont en cela les héritiers d’une histoire déjà longue, mobilisée pour une part seulement dans les controverses de l’époque. Sans remonter aux revendications de certains Lollards20 et aux révoltes paysannes de 1381 – signalons au moins la formule proverbiale attribuée à John Ball : « When Adam delved and Eve span/ Who was then the gentleman ? »,souvent reprises dans les années révolutionnaires21– le thème de l’égalité sociale et de la communauté des biens mobilise à la fois des éléments de culture populaires et de culture lettrée – renvoyons ici au moins à l’Utopie de More22– et il apparaît fortement lié à certains courants de la Réforme radicale venus du continent, en particulier l’anabaptisme. Il semble en outre présent dans les luttes sporadiques contre l’appropriation des commons, avec ces noms de Levellers (Niveleurs) et de Diggers (piocheurs) par lesquels se sont probablement auto-désignés ceux qui, lors des révoltes dans les Midlands en 1607, qui abattent les enclosures23.

19Aussi n’est ce nullement un hasard si à la fois l’accusation récurrente de vouloir détruire la propriété privée et la promotion effective de l’égalité sociale et économique, dans les années révolutionnaires, se concentrent sur les mots de « Levellers » et de « levelling », pour signifier immédiatement l’idée de nivellement des fortunes, des états et des conditions.

  • 24  Par exemple, Humble Petition, 11 septembre 1648, art. 18, où les niveleurs demandent au Parlement (...)
  • 25  Sur les Levellers et la propriété, voir, entre autres Laura Brace, The Idea of Property in Sevente (...)
  • 26  « Levellers would not have advocated a community of goods, but they were opposed to the extreme co (...)

20Comme on le sait, ce sont les ennemis des Levellers qui les nomment ainsi pour les identifier et les discréditer à la fois, en en faisant les partisans cachés d’un projet de destruction de la propriété privée et de toute forme de hiérarchie sociale. On connaît l’énergie déployée par les porte-paroles des Levellers pour récuser comme purement diffamatoires ces allégations, et le nom même qui leur est imposé24. L’égalité de droit des citoyens et le suffrage universel, qu’ils réclament, s’accommodent au demeurant parfaitement de la propriété privée25. Plaider pour une meilleure redistribution de la terre et des richesses ne conduit certes pas à remettre en cause le principe même de la propriété privée ; on doit plutôt soutenir, qu’il s’agit de favoriser l’accès à la propriété et à la possibilité de commercer et d’entreprendre26. Et il n’est certes pas absurde de rechercher dans les textes et les actions collectives des Levellers, l’une des premières sources du libéralisme politique, ou du moins de l’une de ses versions qui met résolument l’individu au-dessus de toute propriété et pour lequel l’individu n’est pas défini comme une propriété au sens de la propriété des biens.

  • 27  « To every Individuall, in nature, is given an individuall property by nature, not to be invaded o (...)
  • 28  Hampsher-Monk, « The Political theory of the Levellers », art. cité
  • 29  « Originally, according to this view, ownership might not be vested in a single ‘lord’, but in a g (...)

21En effet les Levellers, malgré les équivoques suscitées par la définition de la liberté individuelle comme « self-property » (Overton)27, ne défendent certes pas une pensée de l’individu comme essentiellement propriétaire, une pensée de l’individualisme possessif. C’est ce que Hampsher-Monk a magistralement montré dans son article de 1976contre Macpherson28. Chez les Levellers, comme chez nombre de leurs contemporains anglais (il faudrait d’ailleurs comparer avec les autres langues vernaculaires), le mot de propriété conserve une part importante de son sens médiéval, qui s’étend jusqu’à désigner l’usufruit individuel de propriétés collectives29. Ainsi au xviie siècle, le mot de « propriété » est-il encore naturellement appliqué en Angleterre aux libertés constitutionnelles, sans que celles-ci ne soient comprises sur le modèle de la propriété privée du sol et des biens. En insistant sur la propriété que tout individu a de ses capacités naturelles (sa raison, en particulier), les Levellers contestent au contraire la réduction de la définition de la propriété à la propriété privée. Cela est par exemple très évident dans le débat qui oppose en 1647 à Putney, Thomas Rainsborough et ses amis à Ireton.

  • 30 A manifestation from Lieutenant Col. John Lilburn, Mr. William Walwyn, Mr. Thomas Prince, and Mr. R (...)

22Hampsher-Monk montre d’ailleurs que même dans le pamphlet écrit par les trois leaders emprisonnés à la tour de Londres en 1649, où ceux-ci sont aux abois et répondent à l’accusation de vouloir abolir la propriété privée, ils affirment non pas l’inviolabilité de cette institution, mais le consensus requis pour son abolition, en affirmant que la communauté des biens parmi les premiers chrétiens était « voluntary not coactive », de sorte que « an inducing the same is most injurious, unlesse there did precede an universall assent thereunto from all and every one of the People »30.

  • 31  « First, the thing itself [universal suffrage] were dangerous if it were settled to destroy proper (...)

23Cette évidence d’une pensée à la fois de la supériorité religieuse, philosophique et morale de la communauté des biens sur la propriété privée et de la prévalence des droits fondamentaux sur la propriété des biens, explique sans doute pourquoi, pour les opposants des Levellers, le suffrage universel conduisait fatalement à la destruction de la propriété privée, et que tel était bien leur objectif mal camouflé derrière des protestations de façade. C’est par exemple ce qu’Ireton exprima de la manière la plus claire lors des débats de Putney autour de l’Agreement of the People31.

24Mais c’est ici, justement, que l’usage de la notion d’acceptabilité peut être utile. Les indices en effet sont nombreux, qui permettent de montrer qu’une contestation non seulement de la propriété comme condition de la franchise (et donc de la citoyenneté : 200 livres de capital annuel), mais du principe même de la propriété privée au nom d’un idéal de la communauté des biens existait bien parmi les Levellers, même si elle n’en était nullement la doctrine officielle et s’il est probable – sans que cela puisse être démontré –, qu’elle demeurât un fait minoritaire.

  • 32  Voir en particulier John Price (and others), Walwins wiles : or The manifestators manifested, 1649 (...)
  • 33  Tyranipocrit, discovered with his wiles, wherewith he vanquisheth. VVritten and printed, to animat (...)

25Nous possédons ainsi plus d’un indice des attaques virulentes de William Walwyn contre la propriété dans ses propos oraux32, et bien sûr dans Tyranipocrit Discovered, s’il en est bien l’auteur33. Pour minoritaires qu’elles fussent, il a bien existé de telles critiques radicales de la propriété au sein du mouvement, mais l’extrême véhémence des attaques contre les Levellers sur ce sujet même et le souci pour leurs leaders de les réfuter, tout en refusant le dogme d’une quelconque sacralisation de la propriété privée, montre bien à quel point l’expression de ces idées était jugée inacceptable.

  • 34  Light Shining in Buckinghamshire, ed. George Sabine, The Works of Gerrard Winstanley, New York: Ru (...)

26Un groupe du Buckinghamshire se revendiquant comme Levellers, dès 1648 – avant donc que Winstanley n’eut fait paraître ses écrits –, appelait à l’égalité de propriété : “All men being alike privileged by birth, so all men were to enjoy the creatures alike without property one more than the other, all men by the grant of God are free, and every man individual, that is to say no man was to lord over his own kind; neither to enclose the creatures to his own use, to impoverishing of his neighbours34. . Les idées maîtresse de Winstanley sont déjà là (on a d’ailleurs suggéré qu’il ait pu lui-même participer à la composition des pamphlets du Buckinghamshire), mais Christopher Hill a mis en évidence d’autres liens unissant à ce moment précis (1648-1649) des énoncés formulés dans les rangs de ceux que l’on appelait les Levellers avec ceux qui sont portés par les « True Levellers » (on pense évidemment d’abord au titre du pamphlet de Winstanley et de ses amis : The true Levellers standard advanced : L’étendard déployé des vrais Levellers), puis par certains de ceux que l’on taxera de Ranters.

27En ce moment précis, au moment de la consommation de la défaite politique des Levellers, se trouve publiquement revendiqué, de manière positive, dans des écrits imprimés, les idées que l’on imputait au Levellers pour les criminaliser et qui, en fait, étaient attachées au nom même qu’on leur avait imposé.

28Il est difficile d’expliquer pourquoi, de manière satisfaisante, ces énoncés ont pu accéder, à ce moment précis (qui est aussi celui du régicide), à la publicité de l’imprimé. L’invocation du fait qu’il s’agissait d’une période où toute censure livresque était pratiquement abolie n’est qu’un élément d’explication, à la fois important et tout à fait insuffisant. On peut aussi faire l’hypothèse que les difficultés et l’échec même des Levellers a libéré, au sein du mouvement, une parole plus radicale, jusque là maintenue sous le boisseau. Quoi qu’il en soit, il nous semble possible de décrire le phénomène comme une tentative pour faire accéder à la discussion publique – et de ce point de vue pour rendre acceptable, même à travers la provocation, comme chez Coppe – une pensée politique, économique et spirituelle de la communauté des biens.

  • 35  « They taught, that it was quite contrary to the end of Creation, to Appropriate anything to any M (...)
  • 36  Disons qu’il fait preuve sur ce sujet d’une ambiguïté minimale : « As for community, I own but tha (...)
  • 37  Il semble que certains ranters, loin de se contenter de reprendre le vieux thème de la « communaut (...)

29L’expérience Digger, fortement combattue, fut de très courte de durée. La production imprimée de Winstanley cesse en 1652 avec la publication de The Law of Freedom. Les Ranters sont poursuivis, en particulier après la promulgation du Blasphemy act de 1650, où cependant la doctrine de la communauté des biens n’est pas directement censurée. Mais l’accusation à leur encontre de vouloir instaurer une « communauté de toutes choses » est récurrente35. Coppe, comme la plupart de ses amis, est contraint d’abjurer ses écrits et ses idées, tout en maintenant toutefois sans trop d’ambiguïté ses préceptes égalitaires et communautaires36 (il ne condamne en fait explicitement que la « communauté des femmes » que l’on accusait les Ranters de promouvoir et de pratiquer37).

  • 38  « Some Quakers advocated the use of ecclesiastical and royalist lands for the relief of poverty, a (...)
  • 39  Ces accusations furent longtemps récurrentes. Par exemple Francis Higginson : « They hold all thin (...)
  • 40  « ... they consistenly repudiated the charge that they sought the wholesale levelling of men’s est (...)

30Comme l’a montré Alan Cole38, on retrouve encore certaines de ces idées dans le grand mouvement des Quakers, où confluèrent des éléments issus des Levellers, des Diggers et des Ranters, tout au moins en ses débuts et de manière plutôt discrète, car bien vite les Quakers se dotèrent eux-mêmes d’un discours public plus acceptable socialement, au moins sur ce plan, qui rejetait explicitement les accusations d’être de nouveaux « Niveleurs » et de promouvoir secrètement l’avènement d’une société sans classe et sans propriété39, au profit de l’éloge plus conventionnel des pratiques d’assistance aux pauvres et de la communauté cultuelle des Friends40.

31Pourtant, alors même que les textes que nous avons évoqués furent assez largement et rapidement oubliés, les formulations d’une critique de la propriété privée et de l’aspiration à une communauté des biens continuaient leurs chemins souterrains, en Angleterre, commeailleurs en Europe, par des voies qui restent encore largement à explorer.

Haut de page

Notes

1  Du même coup cette irruption dans l’espace public suppose l’existence préalable suppose l’existence préalable d’espaces d’acceptabilité restreinte plus ou moins clandestins.

2  Cf. Le royaliste Thomas Aston  « the old seditious argument will be obvious to them, that we are all the sons of Adam, born free; some of them say the gospel hath made them free […] They will plead Scripture for it, that we should live by the sweat of our brows », A Remonstrance against Presbitery, 1641. Et en effet, quelques années plus tard, Lilburne pouvait écrire : « Adam and Eve are the earthly originall foundation as begetters and bringers forth of all and every particular individual man and woman… who are therefore all equal and alike in power dignity and only exercise power by mutual agreement for the good and benefit of each other », Free Man’s Freedom Vindicated, 1646.

3  « Au commencement des temps le grand Créateur Raison fit la terre pour qu’elle soit un trésor commun » (j’assure moi-même la traduction de toutes les citations, en cherchant la plus grande proximité au texte original).

4  « l’homme fut mis dans les fers, et devint plus Esclave à certain de sa propre espèce, que les Animaux aux champs ne l’étaient par rapport à lui. C’est alors que la terre […] fut séparée en parcelles murées par ceux qui enseignaient et donnaient des règles, et les autres furent faits serviteurs et esclaves », The True Levellers Standard Advanced, in The Works of Gerrard Winstanley. With an appendix of documents relating to the Digger Movement, G. Sabine (ed.), Ithaca, NY, 1941, p. 77-78.

5  Voir en particulier le Theophrastus Redivivus (1659), composé selon toute apparence par un auteur français, qui offre une synthèse d’une longue tradition, ed. Guido Canziani et Gianni Paganini (eds), Firenze, La Nuova Italia, 2 t., 1981-1982.

6  « Quand la raison commande (rules) en l’homme, il vit en communauté avec le monde (the globe) et en communauté avec l’esprit du monde ». Il manque une étude approfondie sur les sources “profanes” de Winstanley.

7  « Il ne peut y avoir une liberté universelle tant que n’est pas établie la communauté universelle », Saints Paradice, in Winstanley, Works, op. cit., p. 199.

8  « La terre sera transformée en un trésor commun pour faire vivre toute l’humanité, sans distinction des personnes », A Watch-Word to the city of London, 1649 (je traduis).

9  Sur Winstanley et Hobbes, voir Christopher Hill, « Winstanley and freedom », Freedom and the English Revolution, R. C. Richardson, G. M. Ridden eds, Manchester University Press, 1986, p. 151-168.

10  « La raison de mon jugement à ce sujet était que Dieu avait fait toutes les choses bonnes, et qu’il n’y avait de mauvais que ce l’homme jugeait être tel ; de sorte que je pensais qu’il n’existait pas quelque chose comme vol, tromperie ou mensonge, sinon comme l’homme les avait fait ; de sorte que si la créature n’avait pas introduit la propriété dans ce monde, comme Mien et Tien, il n’y aurait jamais eu ces titres de vol, de tromperie, ou de mensonge ; pour la prévention desquels présentement Everard et Gerrard Winstanley avaient bêché les Communs, de façon que chacun puisse vivre par eux-mêmes, sans qu’il soit besoin de se tromper, mais seulement de s’unir les uns les autres »,  Lost Sheep Found, A Collection, op. cit., p. 181-182 (ma traduction).

11 A Feiry flying Roll, chap. 1, A Collection, p. 86.

12 A Feiry flying Roll, chap. 1, A Collection, p. 87-88.

13  « Je viens, dit le Seigneur, comme un vengeur, pour niveler aussi tout votre Honneur, Richesses, etc. », A Feiry flying Roll, chap. 1, A Collection, p. 88.

14  « Thou hast many baggs of money, and behold I [the Lord] come as a thief in the night, with my sword drawn in my hand, and like a thief as I am - I say deliver your purse, deliver sirrah! deliver or I’l cut thy throat! », A Second Feiry Flying Roule [sic], chap. 2, ibid. p. 100.

15  « Comment le Seigneur reprendra ses choses extérieures (choses de cette vie) comme Argent, Grain, etc. et pour qui, et comment ils seront frappés ceux qui les détiennent comme étant leurs choses propres », A Second Feiry flying Roule, chap. 2, ibid. p. 100.

16  « Laissez vos maisons, chevaux, biens, or, Terre, laissez-les, ne tenez rien comme vous appartenant en propre, ayez Toutes Choses en commun, ou bien la punition de Dieu va briser et consumer tout ce que vous avez », Ibid. p. 101

17  Part I, Ibid., p. 88-89.

18  « Nous refusons l’épée, nous avons un mépris sacré pour toute guerre ; nous préférons, ivres mort tous les jours de la semaine, coucher avec des putains sur la place du marché, considérant cela comme d’aussi bonnes actions que de dépouiller de son argent le pauvre laboureur trompé et asservi [...] à seule fin de tuer des hommes », ibid., p. 89.

19  Par exemple dans la somme du naturalisme libertin qu’est le Theophrastus redivivus, op. cit.

20  Christopher Hill, « From Lollards to Levellers », in János M. Bak et Gerhard Benecke, Religion and rural revolt: papers presented to the Fourth InterdisciplinaryWorkshop on Peasant Studies, University of British Columbia, Manchester University Press, 1982, p. 94.

21  Voir la harangue de Ball chez Froissard. La référence est bien présente dans les années révolutionnaires. Voir en particulier Thomas Fuller, qui assimile les révolté de 1381 à de “pure Levellers” : “… the dangerous rebellion of Wat Tyler and Jack Straw, with thousands of their cursed company. These all were pure Levellers, (inflamed by the abused eloquence of one John Ball, an excommunicated priest) who, maintaining that no gentry was Jure Divino, and all equal by nature,
When Adam delved, and Eve span,
Who was then the gentleman
?
Endeavoured the abolishing of all civil and spiritual degrees and distinctions. Yea, they desired to level men’s parts, as well as their purses…”, The Church History of Britain: From the Birth of Jesus Christ Until the Year, MDCXLVIII, 1655, IV, cent. 14

22  « Though, to speak plainly my real sentiments, I must freely own that as long as there is any property, and while money is the standard of all other things, I cannot think that a nation can be governed either justly or happily: not justly, because the best things will fall to the share of the worst men; nor happily, because all things will be divided among a few (and even these are not in all respects happy), the rest being left to be absolutely miserable », More, Utopia, Arc Manor LLC, 2007, p. 39.

23  Voir par exemple les Annales de Stow qui parlent des « riotous persons who ‘bent all their strength to level and lay open enclosures, without exercising any manner of theft or violence upon any man’s person, goods or chattels ». Apparemment, on ne trouve chez ces premiers Levellers et Diggers aucune revendication de collectivisation des terres privées; mais on ne peut savoir, comme on l’a fait remarquer A. C. Pettet (« Coriolanus and the Midlands insurrection of 1607 », 1950), si certains ne parlaient pas comme ce charpentier Bartholomew Stere, en 1596, lors des troubles dans le Oxfordshire : « His outward pretence was to overthrow enclosures, and to help the poor commonalty that were to famish for want of corn ; but intended to kill the gentlemen of that country and to take the spoil of them, affirming that the Commons long since in Spain did rise and kill all the gentlemen of Spain, and since that time have lived merrily there ? », The Cambridge Shakespeare library: Shakespeare's times, texts, and stages, publié par Catherine M. S. Alexander, 2003, vol. 1, p. 324.

24  Par exemple, Humble Petition, 11 septembre 1648, art. 18, où les niveleurs demandent au Parlement de s’engager à ne pas « abolir la propriété, niveler les biens des hommes ou mettre tout en commun », Andrew Sharp (ed.), The English Levellers, Cambridge University Press, 2007, p. 137. Voir aussi A manifestation from Lieutenant Col. John Lilburn, Mr. William Walwyn, Mr. Thomas Prince, and Mr. Richard Overton, (now prisioners in the Tovver of London) and others, commonly (though unjustly) styled Levellers... 1649.

25  Sur les Levellers et la propriété, voir, entre autres Laura Brace, The Idea of Property in Seventeenth-Century England: Tithes and the Individual, Manchester University Press, 1998, mais en tenant compte de la mise au point de I. Hampsher-Monk, « The Political theory of the Levellers : Putney, Property and Professor Macpherson », Political Studies, 24, 1976.

26  « Levellers would not have advocated a community of goods, but they were opposed to the extreme concentration of wealth in the hands of an elite which was determined to prevent a broader acquisition of property. Levellers (and later Quakers) were defending a specific sort of property in labour which ha been constantly under attack but the rich, whose own property acquired by appropriation had been treated as sacrosanct », L. Brace, The Idea of Property in Seventeenth-Century England , op. cit., p. 49.

27  « To every Individuall, in nature, is given an individuall property by nature, not to be invaded or usurped by any: for every one as he is himselfe, so he hath a selfe propriety, else could he not be himselfe, and on this no second may presume to deprive any of, without manifest violation and affront to the very principles of nature, and of the Rules of equity and justice between man and man; mine and thine cannot be, except this be; no man hath power over my rights and liberties, and I over no mans ; I may be but an Individuall, enjoy my selfe, and my selfe propriety, and may write my selfe no more then my selfe... », Overton, Arrow against all tyrants, TheEnglish Levellers, op. cit., p. 55.

28  Hampsher-Monk, « The Political theory of the Levellers », art. cité

29  « Originally, according to this view, ownership might not be vested in a single ‘lord’, but in a group ; nor need physical objects, especially land, be subject to the exclusive use or ownership of any one such individual or group, but might be divided up amongst a number of them in respect of the different rights or ‘properties’ which might be exercised over it : sheep grazing, wood gathering, hunting, etc. ‘Property’ on this view was in complete contrast to the modern notion of an all-encompassing right to the use and disposal of an object by individual owner », art. cit, p. 407. Hampsher-Monk cite à l’appui un passage éclairant de E. Lewis: « the individual owner could have no right to dispose of his property… there would be no essential difference between usufruct and property, and therefore no obstacle to a concept of multiple ownership. Ownership could not absord the object; it was simply a right in regard to the object; and such rights might be numerous and widely distributed », Medieval Political Ideas (London: Routledge and Paul, 1954), p. 89.

30 A manifestation from Lieutenant Col. John Lilburn, Mr. William Walwyn, Mr. Thomas Prince, and Mr. Richard Overton, (now prisioners in the Tovver of London) and others, commonly (though unjustly) styled Levellers... 1649, éd. Wolfe p. 390

31  « First, the thing itself [universal suffrage] were dangerous if it were settled to destroy property. But I say that the principle that leads to this is destructive to property; for by the same reason that you will alter this Constitution merely that there's a greater Constitution by nature – by the same reason, by the law of nature, there is a greater liberty to the use of other men's goods which that property bars you. » ; « Give me leave to tell you, that if you make this the rule I think you must fly for refuge to an absolute natural Right, and you must deny all Civil Right; and I am sure it will come to that in the consequence... I would fain have any man show me their bounds, where you will end, and why you should not take away all property? », Putney Debates, ed. David Wootton, Divine Right and Democracy: An Anthology of Political Writing in Stuart England (Penguin Group, 1987), p. 311. Sur la position d’Ireton concernant la propriété lors des débats de Putney, voir I. J. Gentles,The English Revolution and the Wars of the Three Kingdoms, 1638-1652, Harlow, Pearson Education, 2007, p. 316.

32  Voir en particulier John Price (and others), Walwins wiles : or The manifestators manifested, 1649. Cet ouvrage rapporte une série d’accusations contre Walwyn pour des propos publics ou privés qu’il aurait tenus dont ceux-ci : « This Mr Walwyn, to work upon the indigent and poorer sort of people, and to raise up their spirits in discontents and clamours, &c. did one time profess, he could wish with all his heart that there was neither Pale, Hedge nor Ditch in the whole Nation, and that it was an unconscionable thing that one man should have ten thousand pounds, and another, more deserving and useful to the Common-wealth, should not be worth two pence ; or to that purpose. At another time discoursing of the inequality and disproportion of the estates and conditions of men in the world, had words to this purpose, That it was a sad and miserable thing that it should so continue, and that it would never be well until all things were common; and it being replyed, Will that ver be ? Answered, We must endeavor it : It being said, That this would destroy all Government; Answered, That then there would be less need of Government, for then there would be no theeves, no covetous persons,no deceiving and abusing of one another, and so no need of government, &c. but if in such a case they have a form and rule of government to determine cases, as may fall out, yet there will be no need of standing Officers in a Common-wealth, no need of Judges, &c but if any difference doe fall out, or any criminall fact be committed, take a Cobler from his Seat, or a Butcher from his Shop, or any other Tradesman that is an honest and just man, and let him heare the case, and determine the same, and then betake himself to his work again. » (p. 16-17) : « Ce Mr Walwyn pour avoir de l’influence sur les indigents et les gens les plus pauvres et pour soulever leurs esprits en mécontentements et clameurs, etc. professa un jour qu’il souhaitait de tout cœur que dans notre pays entier il n’y eût ni clôture, ni haie, ni fossé [de séparation des propriétés] et que c’était chose inconcevable de voir un homme posséder 10 000 livres alors qu’un autre, plus méritant, et plus utile à la République, ne valait pas deux sous... Une autre fois qu’il discourait sur l’inégalité et sur la disproportion des propriétés et des conditions humaines en ce monde, il eut des paroles allant dans ce sens : que c’était chose triste et lamentable que cela doive continuer ainsi, et que rien n’irait bien tant que toutes choses ne seraient pas communes; et comme on lui demandait : « Cela sera-t-il jamais ? » il répondit : « Il nous faut l’essayer » ; et lui étant dit que cela détruirait tout gouvernement, il répondit qu’alors « il y aurait moins besoin de Gouvernement, parce qu’il n’y aurait plus de voleurs ni de gens envieux, pas de tromperies et d’abus des uns par les autres, et donc pas de besoin de gouvernement, etc. mais si quelque différend venait à survenir, ou quelque acte criminel venait à être commis, prenez un cordonnier dans son atelier, ou un boucher dans sa boutique, ou n’importe quel autre commerçant qui est homme juste et honnête et laissez-le entendre le cas, et le résoudre, et puis reprendre son travail à nouveau »

33  Tyranipocrit, discovered with his wiles, wherewith he vanquisheth. VVritten and printed, to animate better artists to pursue that monster , Rotterdam , [s.n.], 1649.

34  Light Shining in Buckinghamshire, ed. George Sabine, The Works of Gerrard Winstanley, New York: Russell and Russell, 1941, p. 611. L’appartenance “leveller” est revendiqué par ce texte (“Mark this, poor people, what the Levellers would do for you”).Voir, entre autres, C. Hill, The World Turned Upside Down: Radical Ideas During the English Revolution, London, Temple Smith, 1972, p. 94, mais surtout l’introduction du même C. Hill à Winstanley, The Law of Freedom, op. cit., p. 30.

35  « They taught, that it was quite contrary to the end of Creation, to Appropriate anything to any Man or Woman ; but that there ought to be a Community of all things » (« Ils enseignaient qu’il était contraire aux fins de la création d’approprier quoi que ce soit à quel homme ou quelle femme que ce soit » ; mais qu’il fallait qu’il y ait une Communauté de toutes les choses »), The Ranters Last Sermon, 1654, p. 4. Voir Morton, The World of the Ranters,  p. 90.

36  Disons qu’il fait preuve sur ce sujet d’une ambiguïté minimale : « As for community, I own but that Apostolical, saint-like community, spoken of in the Scriptures.
So far I either do, or should own community, that if flesh of my flesh, be ready to perish ; I either will, or should call nothing that I have, mine own.
If I have bread, it shall, or should be his, else all my religion is in vain. I am for dealing bread to the hungry, for cloathing the naked, for the breaking of every yoak, for the lettinf of the oppressed go free.
[...] I am utterly against that community which is sinful, or destructive to soul or body, or the being of a Common-wealth.
I own no other, long for none other; but that florious liberty of the sons of God [Rom. 8] », Copp’s return in the wayes of truth .., 1651, éd. N. Smith, p. 155.

37  Il semble que certains ranters, loin de se contenter de reprendre le vieux thème de la « communauté des femmes », invariablement associé à celui de la communauté des biens aient en effet projeté une communauté sexuelle universelle. Selon Edward Hide Jun, les Ranters soutiennent que “all the women in the world are but one womans husband in unity; so that one man may lie with all the women in the world in unity, and one woman may lie with all men in the world, for they are all her husband in unity”, A wonder and yet no wonder a great red dragon in heaven, London, Calvert, 1651, p. 42.

38  « Some Quakers advocated the use of ecclesiastical and royalist lands for the relief of poverty, and other even looked with favour ont the community of goods which they believed had been practised by the early Christians... », Alan Cole, « The Quakers and the English Revolution », Past & Present, n° 10, nov. 1956 (p. 39-54), p. 43.

39  Ces accusations furent longtemps récurrentes. Par exemple Francis Higginson : « They hold all things ought to be common, and teach the Doctrine of Levelling privately to their Disciples... Several of them have affirmed that there ought to be no distinction of Estates but an universal parity », A Brief relation of the Irreligion of the Northern Quakers, 1653, p. 20 ; Thomas Cromber : « ... that several Levellers settled into Quakers, incline to take them for Winstanley Disciples and a branch of the Levellers. An what this man writes of ‘levelling men’s estates, of taking in of Commons, that none should have more ground that he was able to Till and Husband by his own labour’ [Fire in the Bush, p. 64]. Proving unpracticable by reason of so many tough old laws which had fixed Propriety; yet it is pursued by the Quakers as near as they well can, in Thou’ing every one, in denying Titles, Civil respects, and terms of Distinction among men, and at the first they were for Community, ‘thinking is unreasonable that one man should have so a Faithful much and another so little ; and some of them were not free to be tenants to other men’ [A Faithful Discovery of Mistical Antichrist, & p. 39]. And George Fow said ‘one man ought not to be above another’ [Informat. At Lancaster Octob. 5. 1652] », Christianity no enthusiasm, 1678, p. 6-7.

40  « ... they consistenly repudiated the charge that they sought the wholesale levelling of men’s estates by political means », Alan Cole, « The Quakers and the English Revolution », art. cité, p. 43. Sur ces dénégations des Quakers d’être en faveur du nivellement des conditions et fortunes voir en particulier l’étude d’Adrian Davies, « Levelling Quakers? » In Idem, The Quakers in English Society, 1655-1725, Oxford University Press, 2000. L’auteur, qui adopte une position des plus révisionnistes, reconnaît cependant: « However, identifying the extent to which principles of equality and social justice undepinned Quaker thoughts is no easy matter », p. 65.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « La communauté des biens, un motif radical inacceptable dans l’Angleterre du Commonwealth », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie, mis en ligne le 03 avril 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6080

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cavaillé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org