Navigation – Plan du site

Le Grihl à Richelieu

Christian Jouhaud

Texte intégral

  • 1  Avec eux, autour de la même table, se sont assis des représentants de l’Association des Amis de Ma (...)

1Les articles réunis sous le titre Avec Maurice Fourré à Richelieu sont le résultat d’une journée d’étude qui s’est tenue à Richelieu le 24 septembre 20111. Nous commencions alors à travailler autour d’une question : « Voir le passé ? ». La rencontre entre une écriture, celle de Maurice Fourré et un lieu, l’étrange cité construite dans le domaine seigneurial du cardinal de Richelieu à partir de 1631, ville nouvelle et ville fantôme du xviie siècle, a habité et nourri notre réflexion. Les mois ont passé et déjà notre enquête s’achemine vers un provisoire achèvement. Provisoire, car une question comme celle-ci ne peut que rester suspendue, dans l’attente de nouvelles mises à l’épreuve.

2C’est pourquoi il faut regarder ce dossier comme la première d’une série de mises à l’épreuve, comme une étape précoce fondée sur l’expérience presque fugitive d’un contact provoqué entre un romancier dit surréaliste et un lieu qui a nourri naguère son inspiration et sa rêverie. L’expérience est donc aussi celle d’une triple présence éprouvée en un lieu par les auteurs des articles ici rassemblés : temps du regard présent – présent où peuvent être croisées histoire et littérature –, temps fantasmé par le romancier dans la spécificité d’une présence au temps d’un certain lieu où l’écriture est prise, temps passé de la conception et de l’organisation d’un espace qui a survécu, d’une construction, d’une atmosphère qu’une histoire a engendrée.

  • 2  Philippe Audoin, Maurice Fourré, rêveur définitif, Le Soleil noir, 1978. Dans une lettre écrite au (...)

3à propos de Maurice Fourré (1876-1959), Philippe Audoin écrivait en 1978 2 :

Cet écrivain inclassable qui, sous les affèteries d'une préciosité provocante, arrachait son œuvre comme à sa propre chair, à été enseveli, à peine né, dans le cimetière des bizarreries littéraires. Qu'André Breton, Jean Paulhan, Michel Carrouges, Julien Gracq, aient salué ses livres avec enthousiasme n'a rien fait à l'affaire : dans les nomenclatures, les dictionnaires, les anthologies, Fourré est absent. Vingt ans après sa mort, qui se soucie encore du "beau langage" qu'il avait inventé pour passer harmonieusement, et férocement, de vie à trépas ?

  • 3  Maurice Fourré, La marraine du sel, L’arbre vengeur, 2010 (1ère édition Gallimard 1955).
  • 4  Christian Jouhaud, La main de Richelieu ou le pouvoir cardinal, Gallimard, L’un et l’autre, 1991.

4Livre rare, livre oublié, mais continûment célébré par un petit groupe de passionnés, La marraine du sel, d’abord paru en 1955, a été récemment rééditée : c’est l’objet sur lequel a porté notre travail3. La ville de Richelieu est le décor principal de ce roman, ou, pour mieux dire, plus qu’un décor, un des personnages principaux – un personnage historique. L’auteur de ces lignes, qui ne savait rien de Fourré, a rencontré au creux de l’hiver 1990 La marraine du sel dans les rayons de la Firestone Library de Princeton. Après, il n’a plus jamais regardé la ville de Richelieu – sur laquelle il était alors en train d’écrire en historien4 –, qu’en pensant à « l’état des lieux » du début de La marraine.

5Avec Fourré, nous avons refait cet « état des lieux » les 23 et 24 septembre 2011. La comédienne Anne Orsini nous a lu des pages du roman devant les lieux mêmes qu’il évoque, investissant ainsi la promenade de la vivacité d’une question : certains lieux permettent-ils plus que d’autres de « voir le passé » ? Que voit-on alors et comment ? Le domaine de Fol Yver au flanc du rempart nord de Richelieu près de la porte de Chinon, le magasin Allespic, identifié à la grande mercerie magnifiquement vétuste de la Place du Marché, ont été scrutés pour cette vertu spectrale. Mais les spectres n’échappent pas, eux non plus, au passage du temps : le « commerce Allespic » (Laine, Mercerie, Confection, Tissus et Rideaux, Bonneterie, Articles de Travail) a fermé depuis, remplacé par une agence immobilière au destin très incertain.

6Bruno Duval inscrit une phrase de Michel Butor en épigraphe à sa préface de l’édition nouvelle de La marraine du sel :

La confiserie que nous tend Maurice Fourré est semblable à celle que fabriquent les Mexicains pour leur carnaval, tout entière de sucre scintillant mais ayant la forme d’un crâne.

7Nos contributions peuvent être lues comme autant de variations sur cette image. Mais, à côté de la captation sucrée et quelque peu morbide, il faut noter que les auteurs des textes qu’on va lire, dont aucun n’est spécialiste de l’histoire du surréalisme, ont accepté d’accomplir un double mouvement : sortir du terrain habituel de leur recherche pour se dépayser dans le Richelieu de Fourré et regarder la rencontre du romancier et de la ville dans l’horizon de leur travail et de leur expérience. Ce qui correspond parfaitement à la raison d’être du Grihl.

Haut de page

Notes

1  Avec eux, autour de la même table, se sont assis des représentants de l’Association des Amis de Maurice Fourré que l’aventure a tentés et des Amis de Richelieu dont l’invitation généreuse a permis la rencontre richelaise.

2  Philippe Audoin, Maurice Fourré, rêveur définitif, Le Soleil noir, 1978. Dans une lettre écrite au neveu de Fourré après la mort de celui-ci, André Breton écrivait de son côté : « Je ne sais pas d’être qui m’ait été plus énigmatique et plus fascinant que Maurice Fourré ni qui ‘ait paru en possession de lus grands secrets […]. Une très noble draperie vient de se déchirer en silence du côté de l’Ouest. L’œuvre de Maurice Fourré est prise dans ses gloires ; elle est de celles qu’on redécouvrira. » (Maurice Fourré, Lettres à André Breton, Les Cahiers Fourré, AAMF éditions, 2012, p. 86.

3  Maurice Fourré, La marraine du sel, L’arbre vengeur, 2010 (1ère édition Gallimard 1955).

4  Christian Jouhaud, La main de Richelieu ou le pouvoir cardinal, Gallimard, L’un et l’autre, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Jouhaud, « Le Grihl à Richelieu », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2014-01 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2014, consulté le 22 août 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6122

Haut de page

Auteur

Christian Jouhaud

http://grihl.ehess.fr//index.php?343

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org