Navigation – Plan du site

Les libertinages de Beata Julia

Sophie Houdard
ENBaCH
EACEAEuropean Commission - Education & TrainingEuropean Commission - Education & Training

Résumés

On ne saura jamais si Louis Machon a écrit ou recopié l’historiette de Beata Julia qui occupe deux pages de la deuxième partie au chapitre 7 de son Apologie de Machiavel. L’héroïne, une tertiaire franciscaine de Naples, a été condamnée à la prison à vie par le Saint-Office en 1615 pour sainteté simulée et libertinage moral. Machon se sert de cette affaire pour construire ensemble libertinage moral et athéisme libertin qui mêlent l’imposture, la dépravation sexuelle et une théologie subversive. Tout le sel de l’historiette repose sur la fabrication d’un pastiche libertin qui fait passer les idées et les énoncés d’une littérature irréligieuse dans les discours d’une fausse religieuse. On verra que le cas est pour Machon un bon exemple du pouvoir de l’imposture et l’occasion de mettre en place avec le lecteur un humour tout à fait exceptionnel.

Haut de page

Texte intégral

Il padre Anello adorava Sor Giulia all’ignuda, chiamandola porta del Cielo.
Relatione della sopradetta Sor Giulia.

  • 1  Jean-Pierre Cavaillé, Dis/simulations Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naud (...)

1La maxime 7 du livre II de l’Apologie de Machiavel de Louis Machon, « Qu’il suffit au prince d’être vertueux en apparence et non pas en effet » [p. 770] poursuit l’éloge de la dissimulation politique qui est au cœur de l’entreprise du chanoine de Toul. Néanmoins il faut que le prince dissimule sa pratique dissimulatoire par la mise en œuvre de cérémonies et autres pseudo-mystères qui tiennent le peuple dans l’obéissance, la religion contribuant à produire par tous les moyens qui sont les siens une « illusion salutaire » dont seuls les esprits forts peuvent peut-être s’affranchir1.

  • 2  Chez Machon l’exemple et le cas ne sont jamais neutres ni cantonnés dans l’illustration d’un préce (...)
  • 3  Nous reprenons la notion à Jean-Pierre Cavaillé, Dis/simulations, op. cit.
  • 4  Voir le passage où s’opère le glissement d’exemples impersonnels construits avec la tournure « cel (...)
  • 5  Le terme de « grimaces » est employé à propos du théâtre de la dévotion des femmes — visiter les h (...)
  • 6  Sur cette « anthropologie noire », on lira les remarques de Jean-Pierre Cavaillé dans l’ouvrage dé (...)

2Une image court dans le traité, celle de la nudité corporelle qu’il est nécessaire de cacher [p. 33] parce qu’il y a en elle « quelque chose qui semble porter du rebut et de l’étonnement », de même que la nudité des « desseins monstrueux » suppose qu’on la cache derrière le « rideau » ou les « beaux habits » d’une expression acceptable [p. 768]. Ailleurs, c’est au déshabillage progressif de la réputation du prince qu’en appelle Machon évoquant à titre d’exemple2 les femmes de Babylone se rendant aux festins modestement vêtues et se mettant nues « pièce par pièce », « ce qui se faisait non par des putains publiques, mais par des mères de familles et par les hommes aussi les plus retenus », l’effeuillage discret métamorphosant « ceste prostitution de leur corps » en « entregent et bonne grâce » [p. 670] : la dis/simulation3, on le voit, n’est pas seulement utile à duper le peuple ( « les mères de famille » et « les hommes les plus retenus ») tout comme le prince qui lui aussi ne peut découvrir brutalement ses vices. Le « rideau » et les « beaux habits » construisent au cœur de l’Apologie un théâtre des apparences nécessaires à la vie sociale et à (se) cacher la crudité d’une économie pulsionnelle violente4 : la tromperie, la cérémonie, la grimace5 construisent dans le traité un univers de la dis/simulation généralisée, ni le prince ni les particuliers n’étant à l’abri de feintes destinées à tenir la bride au déchaînement libidinal6.

3La religion est de ce point de vue un instrument utile à l’État, ses cérémonies, ses pseudo-miracles, ses pratiques ascétiques servant à contenir la publicité des méchancetés de chacun et à masquer les crimes que le prince exécute au nom de la raison d’État et dans le but (simulé ?) de défendre le bien public.

  • 7  Citons ici une phrase parmi tant d’autres de Freud : « Il est de notoriété publique que les prêtre (...)

4L’histoire récente d’une religieuse, Beata Julia, intervient dans ce chapitre pour illustrer la manière dont la sainteté, forme exemplaire de la contrainte morale et physique, se révèle une tromperie pour déployer en coulisses les pratiques sexuelles les plus désordonnées. Parmi tous les exemples que le chapitre évoque, celui de cette fausse sainte, organisatrice d’un lupanar dévot au sein de la noblesse napolitaine, suscite chez Machon le plaisir de raconter une historiette où la religieuse prêche la liberté des corps au nom de la loi naturelle et divine et déclenche une véritable passion sociale à Naples. Beata Julia condense donc à elle seule les traits de la directrice spirituelle abusive qui par sa tromperie profite des crédules, s’attire un pouvoir immense en manipulant les désirs dont elle capte la force. Machon, avant Freud, avait compris la puissance de la religion comme illusion7.

5On verra aussi que l’historiette fonctionne comme le pastiche d’une narration libertine où le lecteur déniaisé saura décrypter, non sans plaisir, les citations empruntées à une tradition d’écrits qui depuis le procès de Théophile circulent en faisant passer cet esprit libertin dont Garasse dénonçait les « risées mortelles » et que le texte de Machon reprend avec l’humour d’un narrateur sarcastique.

Beata Julia, un cas d’athéisme libertin

  • 8  Toutes les citations de l’épisode sont empruntées aux pages 814 à 820, Apologie, livre II, maxime  (...)
  • 9  Giulia di Marco est née en 1574 ou 1575 en Molise. Après avoir été domestique, elle prend l’habit (...)

6L’histoire de Beata Julia commence comme l’un de ces faits divers dont les histoires tragiques et les occasionnels évoquent les traits les plus spectaculaires : c’est donc l’histoire vraie et récente d’une jeune religieuse qui « nonobstant qu’elle passa pour sainte » était la plus « zélée aux déduits de l’amour », la plus fine et astucieuse dans l’art de persuader toute la noblesse de Naples et surtout les femmes « les plus belles et les qualifiées, que sans blâme et sans péché elles pouvaient librement goûter tous les plaisirs et jouir de toutes les douceurs de cette agréable passion »8. Le décor de l’histoire galante est planté, à cette différence près (et qui n’est pas des moindres) que la galanterie vire vite à la débauche et que la religieuse a été condamnée à Rome par le Saint-Office en 1615 à la prison à vie pour sainteté simulée et pratiques hérétiques mêlant impeccabilité et actes charnels les plus infâmes9.

  • 10  Voir l’entrée « Di Marco » du Dizionario biografico degli Italiani, Trecanni, par Jean-Michel Sall (...)

7Louis Machon opère par collage à partir de quelques pièces du dossier extraites surtout des textes de l’abjuration publique de Giulia di Marco (tel est son vrai nom) et de ses deux comparses, le confesseur don Aniello Arciero et le juriste Giuseppe de Vicariis, qui avouèrent leurs crimes après onze mois de prison dans une cérémonie imposante d’abjuration à Rome devant Santa Maria sopra Minerva. Pour Jean-Michel Sallmann, il ne fait pas de doute que le procès mené contre les trois accusés sent le montage inquisitorial, on y retrouve en effet les stéréotypes destinés à assurer une condamnation lourde : la dépravation morale, les orgies collectives du groupe, les avortements, de la magie ont permis de se débarrasser de cette santa viva qui avait réussi à s’imposer chez le vice-roi de Naples, le Comte de Lemos et son épouse, Caterina de la Cerda y Sandoval, sœur du duc de Lerma10. Le Saint-Office et les Théatins ont donc eu raison, non sans difficulté cependant, d’une fille qui voulait être sainte, comme tant d’autres à l’époque, mais qui aura été prise dans les filets de pouvoirs rivaux. Si l’on ne sait pas comment Machon a travaillé, on retrouve cependant quelques unes de ses manières de faire puisqu’ici comme dans le reste de l’Apologie il procède à la construction d’un patchwork où se mêlent l’hérésiologie et la tradition libertine, soit, comme on le verra, des libertinages que Machon se plaît à confondre.

  • 11  Beaucoup de documents manuscrits ont été conservés à la Bibliothèque Nationale de Naples. Paola Zi (...)
  • 12  Les bizzoche ou pinzochere sont souvent d’origine modeste ce qui leur interdit d’entrer dans les m (...)
  • 13  Giovanni Romeo, « Confesseurs et inquisiteurs dans l’Italie moderne : un bilan », Revue de l’histo (...)
  • 14  Sur cet ouvrage, voir notre article « Un cas d’athéisme spirituel aux Pays-Bas espagnols : les Dix (...)

8Il ne fait pas de doute en effet que ce procès pour libertinage au sens moral du terme a été monté par l’accusation et l’on sait en outre que les accusés ont été torturés pendant leur incarcération dans les prisons du Saint-Office avant de passer aux aveux11. De toutes façons, ce n’est pas la vérité des faits qui retient l’attention de Machon mais l’imputation de « sainteté simulée » qui inscrit au cœur de la vie religieuse la plus exemplaire un double négatif qui ruine (ou devrait ruiner) toute espèce de distinction entre la vraie et la fausse sainteté, ce qui constitue pour l’auteur de l’Apologie un formidable exemple pour montrer la domination du vice sur la vertu et l’efficacité de l’imposture. Ce qui l’intéresse aussi dans cette histoire, c’est le personnage de la Béate, figure sociale bien connue dans le paysage de l’époque et surtout dans la péninsule ibérique et l’Italie méridionale : la bizzoca ou monaca di casa12 — qui est ici une fille d’origine très modeste (il semble que la mère de Giulia Di Marco était une esclave turque) — réussit jusqu’à sa chute organisée par les religieux une carrière sociale de premier plan. Enfin, il ne faut pas non plus perdre de vue que le libertinage moral qui obsède les tribunaux de la contre-réforme (voir les cas innombrables de dénonciation de la sollecitatio ad turpia13) est un motif ancien de la satire des religieux, reprise par les protestants et les libertins pour dénoncer l’essor moderne de la direction spirituelle. Surtout, le libertinage moral accompagne depuis longtemps la condamnation des courants mystiques du Libre Esprit, il a fait un retour important chez les hérésiologues du début de l’époque moderne comme chez le carme espagnol Jérôme Gratien de la Mère de Dieu (1545-1614) envoyé aux Pays-Bas espagnols dans les premières années du xviie siècle pour veiller au respect de l’orthodoxie thérésienne chez les carmes déchaussés. C’est ainsi qu’il publie un traité où il distingue plusieurs formes d’athéisme contemporain parmi lesquelles l’athéisme spirituel des Perfectistes et l’athéisme libertin : dans les deux cas, des « petites femmes » ( mugerzillas) s’érigent en maîtresses spirituelles et en interprètes des Écritures qu’elles prétendent lire sous la seule conduite de l’esprit divin14.

  • 15  L’un des manuscrits cité par Paola Zito qui résume les « dottrine heretiche e altri errori » de Gi (...)
  • 16  Eleanor McLaughlin, « The Heresy of the Free Spirit and Late Medieval Mysticism », Medievalia et H (...)

9Les aveux de Giulia di Marco et de ses deux disciples montrent que le groupe spirituel favorisait les expériences mystiques proches de celles qu’avait censurées le décret doctrinal médiéval Ad Nostrum (1312) qui mettait dans le même sac béguines, bégards, frérots, parfaits, fraticelles, synonymes de disciples du Libre Esprit. L’impeccabilité évoquée par Giulia sous la forme d’une indifférence absolue à la chair et à ses plaisirs, l’éradication de ses inclinations naturelles, de ses appétits et de ses passions ( qui rend de facto inutile le travail de la grâce), la présence d’une illumination la conduisant à la béatification jusqu’à la divinisation, ses unions divines continues et ses extases, enfin et surtout l’acte de chair pratiqué collectivement dans des orgies menées sans scrupule et sans péché, montrent évidemment la présence d’un substrat mystique confondu avec les stéréotypes de l’hérésiologie la plus ancienne15 : on y retrouve l’idée de la liberté spirituelle d’origine paulinienne qui émancipe celui que l’esprit conduit de toute loi exercée par l’institution, puisque l’esprit est la loi de Dieu ; l’impeccabilité de l’âme qui rend inutile le mérite acquis péniblement ; enfin, le corps est ramené à un automatisme vague et indifférent, qui n’empêche en aucun cas la fruition. Dès le concile de Vienne qui formulait les condamnations peu de temps après la mort sur le bûcher de Marguerite Porète, le décret Cum de quibusdam mulieribus mettait en garde contre des femmes portant un habit spécial et discourant librement et « à leur fantaisie » sur la Trinité et l’essence divine. Comme le suggère Eleanor Mc Laughlin dans un article sur l’hérésie du Libre Esprit, les affirmations prêtées aux inculpés par l’inquisition selon lesquelles la fornication n’est pas un péché, pas plus que le boire ou le manger, sont vraisemblablement d’origine inquisitoriale, mais elles traduisent et il ne faut pas les négliger, des préoccupations mystiques qui ont trait à la liberté et au péché16.

10En reprenant à l’actualité judiciaire un cas de libertinage moral Louis Machon donne à lire l’histoire d’une secte spirituelle où règne la licence sexuelle et l’interprétation hérétique des Écritures : Beata Julia offre à Louis Machon l’opportunité de tisser dans une même histoire religion, politique et libertinages d’origine morale et philosophique.

 « Croissez et multipliez » : Beata Julia et la Bible libertine

11L’historiette de Beata Julia est un grand moment d’humour ou, si l’on reprend les termes négatifs du jésuite Garasse, une de ces « risées mortelles » que les libertins se donnent le plaisir d’écrire en prenant les Écritures pour cible de leurs pointes et jeux d’esprit. Sous la plume de Machon ( si c’est lui l’auteur, car nous n’en savons rien), la fausse sainte et vraie directrice libertine sait persuader les fils et les filles de la secte qu’il faut mépriser les scrupules comme l’affirment les esprits forts, c’est-à-dire affranchis de la direction de conscience, les « assurant que s’ils estoient adonnés à ce plaisir que l’erreur et les ignorants ont appelé péché […] elle leur donnerait des remèdes efficaces et des consolations puissantes » : dupés par la fausse sainte, les « innocents » de la secte dont le confesseur a révélé les pensées et actes peccamineux «voyant leur fait decouvert et leurs consciences tout à nud, prenoient toutes ces fourbes et ces sacrilèges pour des revelations divines ». Les disciples sont donc trompés par la fille, abusés par leur confesseur mais aussi libérés par la Béate de l’empire de la faute : les « pénitents » — qui s’en remettent aux religieux — sont des « ignorants » et de « pauvres innocents » qui assument ensuite leurs inclinations et leurs désirs, le terme d’« innocents» remplaçant en 1668 celui d’ « abusés » d’abord choisi par le narrateur. Beata Julia est donc une (mauvaise) « Mère » d’abord, mais qui rend ensuite l’innocence à ses fils et filles en leur tenant des discours de rébellion contre « les vieux radotteux », entendons les religieux, « abandonnés de leur chaleur naturelle » et de la raison et qui pour cette seule cause (matérielle, humorale) décrient de manière irrationnelle l’amour que Dieu a naturellement défendu dans la Genèse en invitant les humains à la reproduction :

Crescite et multiplicamini, et replete terram ; croissés et multipliés pour peupler le monde et remplir la terre [...] Davantage adjoutait cette charitable mere en Dieu, ce divertissement est une fonction naturelle, commune à tous les animaux, et qui n’est pas moins permise et necessaire que de vuider son ventre, pisser, moucher et se descharger de tant d’autres excremens ; puisque ce vaisseau a sa repletion et son evacuation aussi reguliere et aussi ordinaire que toutes les autres parties du corps qu’on ne charge d’aucun crime, a cause sans doute qu’elles se font sans aucun plaisir et contentement comme si les choses se rendoient coupables et criminelles, pour estre plaisantes et agreables.

  • 17  Pierre Dufour [Paul Lacroix], dans son Histoire de la prostitution chez tous les peuples du monde, (...)
  • 18  Rabelais, Le Tiers Livre, « Comment Panurge prend conseil de Frère Jean des Entommeures ».
  • 19  Je remercie Melaine Folliard de m’avoir indiqué cette référence au Moyen de parvenir, édition 1616 (...)
  • 20  Sur les usages libertins de la Bible, on lira les nombreux exemples donnés dans l’article « La Bib (...)
  • 21  Frédéric Lachèvre, Le libertinage au xviie siècle, I : Le Libertinage devant le Parlement de Paris (...)
  • 22  Selon Melaine Folliard, la fortune de ce poème est très importante au xviie siècle qui le reprodui (...)

12Le discours de la « charitable mère en Dieu » est un magnifique morceau de bravoure libertin ou, si l’on préfère, un cas exemplaire de détournement au sens situationniste du terme de la charité chrétienne ! Beata Julia reprend l’adage biblique « croissez et multipliez » qui constitue un signal du libertinage moral imputé aux sectes hérétiques (les hérésiologues le prêtent aux Picards et Bayle s’en souviendra17), mais c’est aussi un clin d’œil aux paraphrases profanes depuis Rabelais 18 et le Moyen de parvenir de Béroalde de Verville19. L’énoncé fait peut-être et d’abord signe vers le virage libertin20 que constitue l’interrogatoire de Théophile après la déposition de l’avocat Claude d’Anisy qui l’avait désigné comme l’auteur d’un quatrain dont il citait seulement deux vers : « Croître et multiplier au langage des dieux/ Qu’est-ce sinon foutre en langage des hommes ? »21. Théophile balaiera, on le sait, d’un revers de la main cette attribution, le poème étant ancien et connu pour être de Malherbe22.

  • 23  C’est aussi un trait de l’humour libertin que de faire des leçons de théologie aux moines. Théophi (...)

13Il y a évidemment pas mal d’humour de la part de Louis Machon à faire d’une fausse sainte extatique et illuminée l’avocate du naturalisme, de la liberté des corps et du plaisir érotique. Dans ce dispositif où la « religieuse » défend l’amour ( éros) comme une « necessité naturelle », Machon, qui connaît la théologie, peut aussi s’offrir le plaisir de rappeler par l’intermédiaire de cette « Sibille nouvelle » que l’institution politique et religieuse du mariage est une affaire récente ( preuve s’il en est que la raison d’État et la religion disposent de fictions légales communes pour se soutenir mutuellement) qui n’avait besoin dans les « premiers siècles » que du consentement, « sans autre cérémonie »23.

  • 24  « Qu’a fait l’action génitale aux hommes, si naturelle et si nécessaire et si juste pour n’oser pa (...)
  • 25  Sur cette question, voir Alain Boureau, Le désir dicté, Paris, les Belles Lettres, 2014. Machon ci (...)

14La défense du plaisir sexuel comme « fonction naturelle » emprunte à Lucrèce, à Montaigne24 et sans doute à Vanini. En tout cas, Machon écrit un palimpseste libertin qu’il fait prononcer à la Beata Julia pour défendre crûment la naturalité des plaisirs corporels qui doit peut-être quelque chose aux recueils de poésies satyriques et à ce « Sonnet par le sieur Bernier » qui se termine sur le vers : « le foutre est naturel comme manger et boire ». Machon reprend encore la formule de la Genèse ( « croissés et multipliés ») dans un ajout du manuscrit de 1668 à propos d’un couple marié qui se retire au couvent (« environ l’an 1640 ») puis se retrouve et cédant à nouveau « à la flamme » du désir, conçoit un fils [ p. 234] : l’épisode pourrait provenir d’un ouvrage de droit canon, Machon soulignant en bon docteur de la loi que le « droit naturel et divin » est supérieur au vœu de religion, ce qui est canoniquement exact, le seul vœu qui a d’ailleurs fait difficulté sur la longue durée étant précisément le vœu de chasteté parce qu’il prétendait régenter le désir sexuel ( autant dire l’homme) et qu’il devait céder devant le sacrement du « mariage » dont l’universalité « naturelle » s’imposait puisqu’il avait été institué avant le péché et non comme remède25. Aussi le vœu de religion doit-il être toujours rompu pour la conservation des hommes et de l’État. Beata Julia, fausse sainte, vraie libertine (savante et immorale), le sait bien (ou en tout cas le narrateur qui la fait parler) puisqu’elle rappelle que le « sacrement du mariage est le premier, le plus ancien, et le fondamental de tous les autres ». Machon s’offre ainsi qu’à son lecteur le plaisir supplémentaire de donner des leçons de droit canonique et de discipline religieuse par l’intermédiaire d’une fille hérétique et licencieuse !

15Le péché ne s’explique donc pas par la nature de l’acte sexuel (naturel et donc bon), ni par le plaisir qu’il génère, ce qui obligerait à concevoir un Dieu ennemi de la nature et des choses plaisantes qui s’y trouvent : le péché existe seulement pour nourrir l’institution de la confession et la pénitence ; le péché est donc une invention qui fait tenir l’Église.

16Le sizain à rimes plates ( poème entier ou tronqué) qui commence par ces deux vers « Vous connessés tres bien que les pardons de Rome/ Sont faits pour effacer tous les péchés de l’homme » est peut-être comme le suggère Melaine Folliard, une citation adressée à tous les libertins qui reconnaîtront grâce à la rime «Rome »// « homme » et au contenu le passage très polémique de la « Plainte de Théophile à son ami Tircis », parue en 1623 et qui avait suscité la colère de Garasse avant d’intéresser les juges lors du procès :

  • 26  Je reprends le texte édité dans le volume des Libertins du xviie siècle, La Pléiade, Paris, Éditio (...)

Ils ont avec Satan contre moi pactisé ;

A force de médire ils m’ont débaptisé

Sans autre fondement qu’une envieuse rage

Contre des passe-temps où m’a porté mon âge :

Un plaisir naturel, où mes esprits enclins

Ne laissent point de place à mes désirs malins ;

Un divertissement qu’on doit permettre à l’homme,

Ce que sa sainteté ne punit pas [permet] à Rome,

Car la nécessité que la police suit

Punissant ce péché ne fait pas peu de fruit26.

Vous connessés tres bien que les pardons de Rome Sont faits pour effacer tous les péchés de l’homme

Et que nul ne peult pas justement meriter

Ces tresors, sans savoir premierement péché,

Un pardon ne peult rien aupres de l’innocence,

Et faut pour le gagner avoir fait une offence.

17S’il n’est évidemment pas sûr que Machon cite explicitement dans le sizain reproduit dans la colonne de droite la rime polémique, s’il n’est pas sûr non plus qu’il manipule en sous-main la mémoire libertine des années 1620, il reste que la manière d’écrire du chanoine de Toul favorise ce type d’interprétation ou de surinterprétation qu’il induit volontiers chez ses lecteurs. Quant à l’historiette, elle constitue une sorte de pastiche (et non une parodie ou une satire) de l’histoire libertine pour établir avec les lecteurs une relation à la fois distancée (qui peut croire à une telle histoire ?) et fondée sur la connivence (le partage de la mémoire libertine, de ses idées et de ses procédés d’écriture).

Beata Julia et les Jeanne

  • 27  Madeleine de la Croix (1487-1560), abbesse des clarisses de Cordoue a été pendant presque quarante (...)
  • 28  Alain Boureau, La papesse Jeanne, Aubier, 1988, voir le chapitre 5, « La papesse et ses sœurs ».

18Avec la fausse sainte de Naples, Louis Machon rappelle l’existence d’un autre cas célèbre, celui de Madeleine de la Croix, cette clarisse de Cordoue qui aurait dit-on réussi à duper les plus grands (Charles Quint lui-même) par sa sainteté et ses lumières, avant d’être dénoncée comme illuminée et sorcière27. En passant vite sur ce cas qui lui offrait moins de détails libertins, Machon avait commis une erreur sur le nom : Madeleine était sous sa plume devenue Jeanne, signe peut-être qu’il avait en tête « les » Jeanne ( la papesse Jeanne, Jeanne d’Arc, la Mère Jeanne de Postel), ces figures de prophétesse qui hantent le discours catholique qui les refoule ou refuse, mais qui reviennent dans d’autres histoires (ainsi « Guillemette » à laquelle Bayle consacre une entrée), comme autant de figures de ce qu’Alain Boureau a étudié comme « l’impossible matriarcat spirituel 28».

19Si Louis Machon fait revenir une « Jeanne » derrière Madeleine de la Croix et Beata Julia, ce n’est évidemment pas pour défendre les femmes de l’ostracisme des religieux et leur faire jouer un rôle que l’institution ecclésiastique leur refuse. Il s’agit de produire avec cette fable la vérité de l’Église, en tant quelle met à nu un dispositif très efficace d’imposture politique, une « religieuse », fille de rien, devenant le prototype de la réussite, puisqu’elle arrive à être admirée par le vice-roi de Naples, sa femme, les prieurs et abbesses des plus grands ordres religieux de la ville, et quantités de patriciens.

20D’où cette conclusion du narrateur typique des « histoires véritables » du temps :

Voilà comme une vertu bien simulée peut davantage qu’une veritable mal desbitée ; et comme une jeune fille a duppé un fort long temps, et le pape, et le vice-Roy, et les Moines et la Noblesse, et les Dames et le peuple, et generalement tous les plus fins et les plus entendus du Roiaume.

21L’efficacité de la feinte ne suffit cependant pas à expliquer ce succès, et manque aussi de ce sel que Machon a tendance à poivrer quelque peu. Il faut encore que la fille ait su manier les désirs (in)avoués (elle les connaît grâce au rôle de son complice le confesseur) de ceux qu’elle fera ses disciples et ses adorateurs. Car c’est ici que Beata Julia est plus qu’une quelconque fausse sainte : en manipulant politique et érotisme, elle organise, comme bien des princes, une politique des corps dont Machon a donné juste avant l’épisode un exemple frappant. Il l’emprunte à Lucien qui raconte comment un certain Alexandre Arbonotique dénonçait publiquement l’amour des garçons pour mieux en jouir discrètement, profitant de la bêtise et de la vénalité de ses sujets qui lui offraient fils et femmes pour s’assurer un profit économique ou un peu de pouvoir : « plusieurs de ces femmes se vantaient d’avoir eu des enfants de lui et des maris l’advouaient et s’en glorifiaient, tant l’opinion a de force et de puissance sur l’esprit des hommes » [fol. 814]. Le « lupanar » de Beata Julia écrit un chapitre un peu différent à ces histoires qui nouent, dans l’Apologie, l’assujettissement au désir du maître, la prostitution devenant la forme moderne de la servitude volontaire au corps et au désir princier. Car dans l’historiette, Julia se moque de ces pauvres « innocents » ( abusés par elle, mais surtout par les religieux qui leur font croire au péché), elle les trompe et leur offre de faux miracles. Mais Julia leur donne aussi des plaisirs, le droit à y consentir et des discours qui leur permettront de s’émanciper : « elle remonstrait que c’était un abus extreme et du tout insupportable de voir que tout le monde se laisse si fort mener par le bec ».

22Les « innocents » de la sœur Julia ne sont plus les « sots » du prince, et s’ils sont abusés, ils le sont au moins pour leur plaisir et leur déniaisement.

23Certes, Machon ne montre guère de compassion pour le sort de la religieuse dont il note qu’en 1629 elle était encore dans les prisons du Saint Office et que son disciple ramerait encore dans quelque galère du pape. Que lui importe ce qu’est devenue cette figure de la subversion morale et hiérarchique qui a échoué à accéder au statut de « sainte » ? Machon se moque sans doute bien des procès internes à l’institution et du devenir d’un petit groupe spirituel pris dans la complexité politique de Naples. Ce qui compte pour lui, c’est la fable d’une fille qui, comme un prince (de l’Église ou de la société civile), a utilisé les faux miracles et les cérémonies pour dominer son monde. Qu’elle y soit un temps parvenue en s’appuyant sur les désirs les plus forts et les plus fous, n’est pas pour étonner Louis Machon qui ferait bien du « lupanar » napolitain l’exemple de la vie politique de son temps.

Annexe

24Louis Machon, Apologie pour Machiavelle ou plutost la politique des Rois et la science des souverains … Au Tourne 1668 [ en gras dans le texte] [ 1er manuscrit, A Paris 1643]

25[…]

  • 29  Genes. cap. Genèse, 1, 28. La trad. suit.
  • 30  Erreur : se

26A Naples [ville capitale du Royaume dont elle porte le nom, et presque la plus belle et la plus grande de toutte l’Italie,] il y avoit de nos jours [y avoit n’y a pas long temps] une jeune religieuse, nommée Beata Julia, qui nonobstant qu’elle passa pour saincte, estoit neantmoins si zelée aux desduits de l’amour, que pour luy oster son bandeau, et luy faire perdre la honte enfantine qu’on luy oppose pour priver les hommes de ce plaisir innocent et naturel, elle fit tant par son addresse, et la subtilité a [de] [815] ses inventions, qu’elle apposta un bon religieux habile homme, et de grande reputation dedans la ville, pour la seconder dans le [au] dessein qu’elle avoit de persuader a la noblesse, et aux femmes les plus belles et les plus qualifiées, que sans blasme et sans peché elles pouvoient librement gouster tous les plaisirs, et jouir de touttes les douceurs que ceste aggreable passion fait naistre, avec la retenuë neantmoins et la modestie qui les assaisonne, et fuiant les excés qui peuvent alterer et corrompre les actions les plus sainctes, et les divertissemens les plus purs et les plus legitimes. Cest esprit favorable aux hommes, a son sexe, et a la nature donna l’invention a ce bon pere confesseur de luy envoier tous ceux et celles qui se confesseroient a luy, avec commendement exprés, et par advis et conseils spirituels, d’ensuivre la saincteté de ses [bons] preceptes, attendu le bon estime et la haulte reputation qu’elle s’estoit acquise dedans le monde ; les assurant que s’ils estoient adonnés a ce plaisir que l’erreur et les Ignorans [hommes] ont appellé peché, a cause seulement des desordres qui en proviennent, assurement elle leur donneroit des remedes efficaces, [816] et des consolations puissantes pour appaiser ces tentations, et calmer ces mouvemens importuns et pressants. Les penitens qui sont obligés de suivre ponctuellement les ordres de leurs peres spirituels, ne mancquoient point d’aller trouver ceste saincte pretenduë, qui avec un visage et des discours egalement charmans, commenceoit a leur despeindre leurs humeurs, leurs inclinaisons, et les faultes auxquelles ils estoient les plus sujets et les plus enclins [le plus sujets et le plus enclins], suivant les bons et fideles mémoires qu’elle en avoit du confesseur attittré [qui luy reveloit touttes les confessions]. Ces pauvres Innocens [abusés] voiant leur fait descouvert, et leurs Consciences tout a nud, prenoient touttes ces fourbes et ces sacrileges pour des revelations Divines, et eussent crù se rebeller contre le ciel de revocquer en doubte la vertu de ceste fille, et de mancquer l’execution de ses conseils. Ces esprits donc ainsi captivés et pour les prendre par les sens, aussi bien que par l’opinion, elle leur remonstroit que c’estoit un abus extreme et du tout insuportable de voir que le monde se laissa si fort mener par le bec ; et que si tant de vieux radotteux abandonnés de leur chaleur naturelle, aussi bien [817] que de la raison, avoient descriè l’amour ; c’estoit avec injustice, et directement contre la liberté du commendement que Dieu en a fait, quand il a dit sans reserve, et sans distinction [restriction] quelconque ; crescitè et multiplicamini, et repletè terram29 ; croissés et multipliés pour peupler le monde et remplir la Terre ; d’autant que [a cause que] si le tout puissant ne l’eut voulu permettre aussi bien en la loy Evangelique et chrestienne, qu’en celle de nature et la Judaique, il n’en eùt point oublié la deffence ny la condemnation, comme de tant d’auttres choses specifiquements rapportées dedans son Evangile ; auttrement [ce]30 seroit l’accuser de surprise, de precipitation, et de nonchalance. Davantage, adjoutoit ceste charitable mere en Dieu, ce divertissement est une fonction naturelle, commune a tous les animaux, et qui n’est pas moins permise et necessaire, que de vuider son ventre, pisser, moucher, et se descharger de tant d’auttres excremens ; puis que ce vaisseau a sa repletion, et son evacuation aussi reguliere et aussi ordinaire que touttes les auttres parties du corps, qu’on ne charge d’aucun crime, a cause [818] sans doubte qu’elles se font sans aucun plaisir et contentement, comme si les choses se rendoient coupables et criminelles, pour estre plaisantes et aggreables. De plus, c’est un malheur extreme de voir que les hommes apres avoir tasché de s’acquerir l’Empire par dessus tous les animaux et par dessus eux mesmes, aient fait tous leurs efforts pour empescher ceste necessité naturelle entre eux, pour la permettre aux bestes bruttes qui en jouissent si librement et si impunement que la presence ny de Dieu, ny des hommes ne la retarde parmy eux en facon que ce soit. Et quand pour plaire a ces vieux refrongnés [sic] nous advouërions qu’il y a du peché, neantmoins

Vous conessés tres bien que les pardons de Rome
sont faits pour effacer tous les pechés de l’homme
et que nul ne peult pas justement meriter
ces Thresors, sans scavoir premierement pecher,
un pardon ne peult rien aupres de l’Innocence,
et fault pour le gaigner avoir fait une offence.

  • 31  Senec. Episto. 17. « Le vice n’est pas dans les choses, mais dans l’esprit lui-même », Sénèque, Ép (...)

27Quand l’amour seroit criminel, ce que je ne puis m’imaginer, ceste voie, comme tous les [819] auttres pechés, est une preparation aux sacrements de l’Eglise, puis que sans eux nous ne gousterions jamais les fruicts [douceurs] de la confession, ny les graces de la penitence ; de quelque facon qu’on la prenne, nous imitons par la le sacrement de mariage, qui est le premier, le plus ancien, et le fondamentale [sic] de tous les auttres. Ostés l’excés et le scandal, qui de soy est odieux par tout, vous ostés quant et quant le blasme et le peché ; nullum est in rebus vitium, sed in animo ipso31. Touttes ces raisons et quantité d’auttres plus puissantes avoient tellement persuadé le peuple de Naples, que sans crainte et sans scrupule ceste Sibille nouvelle avoit [elles avoient] ramené les premiers siecles, ou il ne faloit que la volonté et le consentement sans auttres ceremonies, pour faire un bon et veritable mariage. Et ceste Illustre Beate s’acquit tant de credit et de reputation, qu’elle avoit plus de sectateurs que pas une saincte de la primitive Eglise ; de sorte que le pape Paul, 5. qui tenoit le siege pour lors en estant adverty, et ne pouvant avec toutte son authorité la faire enlever de son cloistre, a cause que toutte [820] la ville qui estoit pour elle s’y opposoit, fut contraint d’executer secrettement et a la faveur de la nuict son entreprise, comme il fit, faisant prendre ceste devote religieuse avec son bienheureux pere confesseur, pour la mener a Rome et la garder comme on fit [fait] entre quattre murailles dans la Saincte Inquisition, ou elle estoit encore en l’an, 1629. sans neantmoins y desbiter aucun de ses miracles charmans ; pendant que le pauvre pere confident tiroit la rame dans les Galeres de sa saincteté. Voilà comme une Vertu bien simulée, peult davantage qu’une veritable mal desbitée ; et comme une jeune fille a duppé un fort long temps, et le pape, et le vice Roy, et les Moines, et la Noblesse, et les Dames, et le peuple, et generalement tous les plus fins, et tous les plus entendus d’un grand Roiaume.

Haut de page

Notes

1  Jean-Pierre Cavaillé, Dis/simulations Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquato Acetto. Religion, morale et politique au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 291.

2  Chez Machon l’exemple et le cas ne sont jamais neutres ni cantonnés dans l’illustration d’un précepte. Ils ont le plus souvent pour fonction de faire vaciller la démonstration en la radicalisant ou en en déplaçant le contenu et installent le lecteur dans la même distance que le narrateur, distance propice à l’humour corrosif.

3  Nous reprenons la notion à Jean-Pierre Cavaillé, Dis/simulations, op. cit.

4  Voir le passage où s’opère le glissement d’exemples impersonnels construits avec la tournure « celui qui » aux énoncés à la première personne qui englobent finalement avec « nous » le narrateur, le lecteur et l’ensemble des hommes [p. 745] : bien sûr, le narrateur n’est pas l’auteur et le « je » de l’exemple suivant, « quand je me cache pour vaquer à mes fonctions naturelles n’est ce pas dissimuler la faiblesse humaine qui est en moi ? » peut aussi bien renvoyer au sujet rhétorique des exemples canoniques de la morale ou du sermon. Mais un peu plus loin le soutien à la première personne de la dissimulation politique est corrigé par ce curieux supplément plus personnel qui renverse le propos par une causalité adversative étrange : « quoi que je n’aie jamais su la pratiquer » [p. 746]

5  Le terme de « grimaces » est employé à propos du théâtre de la dévotion des femmes — visiter les hôpitaux, faire la charité, etc. —, qui leur donne de beaux rôles qu’elle n’appliquent ni en vérité ni ailleurs mais seulement sur la scène dévote. Machon conclut de la tolérance des époux à les laisser endosser ce rôle de (fausse) femme de vertu qu’il les empêche de « faire pis » [p. 277].

6  Sur cette « anthropologie noire », on lira les remarques de Jean-Pierre Cavaillé dans l’ouvrage déjà cité, ainsi que dans Les Déniaisés, Irréligion et libertinage au début de l’époque moderne, Paris, Classiques Garnier, 2013.

7  Citons ici une phrase parmi tant d’autres de Freud : « Il est de notoriété publique que les prêtres n’ont pu maintenir les foules dans leur servilité envers la religion qu’en faisant d’aussi grandes concessions au caractère pulsionnel propre à la nature humaine », L’Avenir d’une illusion (1927), cité ici dans le recueil paru récemment, Sigmund Freud, Religion, Paris, Éditions Gallimard, 2012, p. 202.

8  Toutes les citations de l’épisode sont empruntées aux pages 814 à 820, Apologie, livre II, maxime 7. Le texte de l’historiette est donné en annexe.

9  Giulia di Marco est née en 1574 ou 1575 en Molise. Après avoir été domestique, elle prend l’habit de tertiaire franciscaine et organise une congrégation dévote où elle s’attire un succès considérable auprès de la noblesse napolitaine comme avec des correspondants de la noblesse ecclésiastique. Inquiétée par le Saint-Office, Giulia di Marco est finalement condamnée en 1615 à la prison à vie après une longue détention et une affaire pleine de rebondissements. Son confesseur meurt en prison en 1630, son disciple le plus important est mené à l’hôpital romain S. Sisto en 1652 et les dernières nouvelles que l’on a de Giulia remontent semble-t-il au mois de mars 1653 où elle était encore dans les prisons du pape.

10  Voir l’entrée « Di Marco » du Dizionario biografico degli Italiani, Trecanni, par Jean-Michel Sallmann, vol. 49, 1991. Sur la concurrence entre Orsola Benincasa, sainte locale reconnue et appuyée par les Théatins, Giulia di Marco et quelques autres, on se reportera à l’ouvrage du même, Naples et ses saints à l’âge baroque (1540-1750), PUF, 1994. Voir aussi l’entrée « Di Marco », par Adelisa Malena, du Dizionario dell’Inquisizione, A. Prosperi, V. Lavenia, J. Tedeschi, 2010, p. 482-484.

11  Beaucoup de documents manuscrits ont été conservés à la Bibliothèque Nationale de Naples. Paola Zito a reconstitué les épisodes du succès de la Mère spirituelle et de son groupe, jusqu’au scandale provoqué par les aveux de la liberté de la chair ; elle fournit également quelques extraits des pièces à charge, qui sont les seules qui nous restent. Dans l’une d’entre elles, il est question des tortures préalables aux aveux « volontaires » des accusés, voir Paola Zito, Giulia e l’inquisitore Simulazione di santità e misticismo nella Napoli di primo seicento, Arte tipografica, Napoli, 2000, p. 212.

12  Les bizzoche ou pinzochere sont souvent d’origine modeste ce qui leur interdit d’entrer dans les maisons religieuses qu’il faut financer. Les tertiaires dominicaines ou franciscaines portent un habit spécial et prononcent des vœux simples. Elles gravitent autour d’un couvent ou d’une communauté spirituelle. Ce sont elles qui fournissent le gros des « saintes vives » qui dans la péninsule ibérique et italienne sont l’objet d’enquêtes de la part de l’inquisition. Voir, Finzione e santità tra medioevo ed età moderna, a cura di Gabriella Zarri, Turin, Rosenberg et Sellier, 1991 ; Moshe Sluhovsky, Believe Not Every Spirit. Possession, Mysticism and Discernment in Early Modern Catholicism, The University of Chicago Press, 2007.

13  Giovanni Romeo, « Confesseurs et inquisiteurs dans l’Italie moderne : un bilan », Revue de l’histoire des religions, 220-2, 2003, pp. 153-165.

14  Sur cet ouvrage, voir notre article « Un cas d’athéisme spirituel aux Pays-Bas espagnols : les Dix lamentations de Jérôme Gratien (1611) », Les Dossiers du Grihl [en ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, libertinage, athéisme, irréligion, 2007, http://dossiersgrihl.revues.org/423.

15  L’un des manuscrits cité par Paola Zito qui résume les « dottrine heretiche e altri errori » de Giulia di Marco et ses deux disciples évoque la secte sous la forme d’une école (« nova scola »), où la Maîtresse (« Maestra ») est dotée d’une illumination exceptionnelle (sorte de lumen gloriae) qu’elle communique à son confesseur et à son disciple « per via di congiuntione carnale ». Ce lumen lui fait connaître la vie des corps glorieux et la vision béatifique ici-bas (ce qui est une erreur majeure depuis les grandes mises au point doctrinales des hérésies médiévales comme l’a montré l’ouvrage de Christian Trottmann). Enfin l’illumination rend la chair impeccable et la confession inutile sinon à la Mère elle-même qui s’attribue le droit de confesser. De plus, Giulia di Marco est dotée de phénomènes extraordinaires suspects comme l’extase, la prophétie, elle pratique l’oraison sans image et sans discours, etc. Voir Paola Zito, op. cit., p. 181 et suivantes. Le texte des erreurs est suivi du rappel des hérésies qui ont envahi le royaume de Naples au siècle précédent, comme celle de Flaminio, ami de Valdès, en 1550, celle des judaïsants en 1564 et, en 1582, celle conduite par un sacramentaire. Sur l’essor des hétérodoxies à Naples au xvie siècle, voir Luca Addante, Eretici e libertini nel cinquecento italiano, Roma, Laterza, 2010. Sur les stéréotypes anciens, voir Norman Cohn, Démonolâtrie et sorcellerie au Moyen Age, Fantasmes et réalités, tr. fr. Paris, Payot, 1982.

16  Eleanor McLaughlin, « The Heresy of the Free Spirit and Late Medieval Mysticism », Medievalia et Humanistica, 4, 1973, p. 37-52.

17  Pierre Dufour [Paul Lacroix], dans son Histoire de la prostitution chez tous les peuples du monde, t. V, chapitre XXVII « la prostitution dans l’hérésie du Moyen-Age », p. 181,Bruxelles, Seré éditeur, 1851-1853, cite le conseil biblique (« croissez et multipliez ») comme un énoncé prêté aux Bégards puis aux Picards par la tradition hérésiologique. Voir par ailleurs les articles que Pierre Bayle consacre aux Picards et Turlupins, sectes antinomiques et libertines.

18  Rabelais, Le Tiers Livre, « Comment Panurge prend conseil de Frère Jean des Entommeures ».

19  Je remercie Melaine Folliard de m’avoir indiqué cette référence au Moyen de parvenir, édition 1616, p. 338-339.

20  Sur les usages libertins de la Bible, on lira les nombreux exemples donnés dans l’article « La Bible des libertins » de Françoise Charles-Daubert, dans Le Grand Siècle et la Bible, sous la direction de Jean-Robert Armogathe, Paris, Beauchesne, 1989, p. 670-677.

21  Frédéric Lachèvre, Le libertinage au xviie siècle, I : Le Libertinage devant le Parlement de Paris. Le procès du poète Théophile de Viau, Paris, Champion, 1909, p. 409.

22  Selon Melaine Folliard, la fortune de ce poème est très importante au xviie siècle qui le reproduit dans de nombreux recueils collectifs de poésie, manuscrits ou imprimés. Il constituerait selon lui un « tournant » — le ton badin et goliardique se radicalisant au point d’être pour les juges le signal d’une transgression religieuse grave —, en devenant plus tard une sorte de « mot de passe » du libertinage des temps héroïques, comme chez Cyrano ou Dassoucy qui reprend d’ailleurs l’expression dans ses Aventures. Je le remercie pour l’ensemble de ses remarques.

23  C’est aussi un trait de l’humour libertin que de faire des leçons de théologie aux moines. Théophile ne s‘en est pas privé dans ses joutes écrites avec Garasse. Voir Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 366.

24  « Qu’a fait l’action génitale aux hommes, si naturelle et si nécessaire et si juste pour n’oser parler sans vergogne et pour l’exclure des propos sérieux et reglez », Essais, livre III, ch. V.

25  Sur cette question, voir Alain Boureau, Le désir dicté, Paris, les Belles Lettres, 2014. Machon cite d’ailleurs des cas célèbres de religieux ayant fait des allers-retours de la vie civile à la vie religieuse, comme Joyeuse pendant les guerres de Religion, et les Grecs de Venise et de Naples : « Il y a des prestres grecs mariés à Naples, par permission du pape, qui en fait un crime capital aux Latins » [p. 104].

26  Je reprends le texte édité dans le volume des Libertins du xviie siècle, La Pléiade, Paris, Éditions Gallimard, 1999, p. 29. Dans les premières éditions 1623 et 1624, le texte portait le verbe « permet » au lieu de « ne punit pas », tandis que Garasse lisait « ne permet pas » et rendait ainsi le « divertissement » un plaisir contre nature. La présence du mot « divertissement » dans les deux poèmes pourrait constituer selon Melaine Foliard un indice supplémentaire d’emprunt crypté.

27  Madeleine de la Croix (1487-1560), abbesse des clarisses de Cordoue a été pendant presque quarante ans une mère spirituelle dévouée à l’empereur et aux cardinaux espagnols avant d’être « déclassée » et condamnée pour sorcellerie et magie. Son cas est partout présent aux xvie et xviie siècles, par exemple chez Bodin, Simancas, Grenade, et Bona à la fin du siècle. Voir la notice de Bernard Forthomme, à l’entrée « Hernandez Francisca », sur ces espagnoles soupçonnées d’illuminisme et de simulation, Les Femmes mystiques, Histoire et dictionnaire sous la direction d’Audrey Fella, Paris, Robert Laffont, 2013.

28  Alain Boureau, La papesse Jeanne, Aubier, 1988, voir le chapitre 5, « La papesse et ses sœurs ».

29  Genes. cap. Genèse, 1, 28. La trad. suit.

30  Erreur : se

31  Senec. Episto. 17. « Le vice n’est pas dans les choses, mais dans l’esprit lui-même », Sénèque, Épître 17, § 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Houdard, « Les libertinages de Beata Julia », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Louis Machon, apologiste de Machiavel, mis en ligne le 25 juillet 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6172

Haut de page

Auteur

Sophie Houdard

http://grihl.ehess.fr/index.php?336

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page