Skip to navigation – Site map

Remarques sur l'Anti-Gentillet de Machon

Jérémie Barthas

Abstracts

This research concerns a foundamental aspect of the genesis and structure of Louis Machon's Apology for Machiavelli : the relationship with the Discourse against Machiavelli by the huguenot Innocent Gentillet. It is based on the preparation of a cross-reference table.

Top of page

Full text

1Je ne crains pas d'affirmer que la publication de l'Apologie pour Machiavelle de Louis Machon restera comme l'un des évènements les plus importants de ce cinquième centenaire de la rédaction du Prince de Machiavel. Au regard de cela, le but que je me suis fixé dans le cadre de cette contribution est bien modeste.

  • 1  La pagination est celle de la version de 1668, puisque c'est sur la base de cette version et dans (...)
  • 2  Innocent Gentillet, Discours contre Machiavel. A new edition of the original french text with sele (...)

2Un léger problème d'identification se posait dès les premières lignes de la Préface au lecteur de l'Apologie pour Machiavelle, dans la version de 1643 comme dans celle de 1668. Machiavel – écrit Louis Machon – est le seul auteur auquel « on impute tous les maux qui se font et toutes les perfidies qui se rencontrent dans le gouvernement des affaires publiques ». Machon oppose d'emblée à cela que « [l]es maximes [de Machiavel] ne sont point nouvelles, puis qu'elles sont aussi vieilles que le temps et les Estats » (p. 11). Par delà la valeur collective qu'il conserve bien, le pronom indéfini – ce « on » qui « impute » – revêt aussi ici une valeur individuelle. La rumeur et l'opinion commune s'alimentent à une source doctrinale première : le célèbre Anti-Machiavel d'Innocent Gentillet2.

  • 3  Pour une présentation générale, voir P. D. Stewart, Innocent Gentillet e la sua polemica antimachi (...)

3En 1576, Gentillet n'était certes pas le premier à s'exprimer contre Machiavel. Néanmoins, il revient à cet avocat huguenot du Dauphiné, proche du Duc de Lesdiguières et figure majeure des luttes politiques et religieuses locales, d'avoir réduit de manière systématique la pensée de l'illustre Florentin à un corps de maximes politiques qu'il jugeait très méchantes et très dangereuses. Il lui revient aussi l'idée d'y voir l'origine d'une nouvelle façon de gouverner qu'il nomme « à l'Italienne ou à la Florentine » et qui aurait pénétré en France après la mort d'Henry II – c'est-à-dire, comme le suggère Gentillet à mots plus ou moins couverts, sous l'influence de sa veuve, elle-même fille du dédicataire original du Prince de Machiavel : la reine Catherine de Médicis. Sous la plume de Gentillet, Machiavel est devenu le bouc-émissaire des massacres de la Saint-Barthélémy3.

  • 4  Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., p. 148 [Livre II, chap. 1, ligne 70 = II 1 70].

4En conformité avec un usage déjà consolidé en son temps, Machon semble accepter l'idée que des maximes formant une sorte de catéchisme politique suffisent à exprimer l'essence de la pensée de Machiavel, en tant qu'il s'agit d'une pensée orientée vers l'action plutôt que vers les « méditations politiques » (p. 16). Contre l'usage commun, il met en cause le jugement moral qui est fait à propos de ces règles pratiques : il réfute l'attribution au seul Machiavel, dans le but de le condamner, de fonctionnements politiques et de « maximes d'Estat » universels. En réponse à l'Anti-Machiavel, qui présente ce que son auteur appelle la « religion Machiavelliste »4 comme une doctrine vicieuse venue de l'étranger, Machon soutient une entreprise de « naturalisation » de Machiavel : « […] je vous supplie – écrit-il dans la dédicace à Arnault de Pontac – au nom de cet illustre naturalisé, de ne point fermer l'oreille à ses justifications [...] ». Il juge la doctrine de Machiavel, basée sur l'observation des hommes et des pratiques, « nécessaire », « utile », « indispensable » et « raisonnable ».

  • 5  Jean-Pierre Cavaillé, Louis Machon. Une apologie pour Machiavel, San Domenico di Fiesole, EUI work (...)
  • 6  Voir l'annexe A.

5Ainsi que l'a pointé Jean-Pierre Cavaillé dès son premier travail sur l'Apologie, « [l]e Machiavel défendu [...] est celui de l'Anti-Machiave»5. De fait, Machon réinterprète des maximes attribuées à Machiavel, et la plupart d'entre elles, comme le démontre une simple table des correspondances6, dérive de Gentillet. Parfois, Machon en développe la justification, d'autres fois, il en réfute l'attribution. Si donc l'Apologie pour Machiavelle semble se configurer d'abord comme un Anti-Gentillet, je voudrais simplement ici fournir un commencement d'évaluation systématique de la part qui revient effectivement à Gentillet dans la genèse et la structure de l'Apologie de Machon. Il s'agit donc, dans ces remarques, d'établir quelques éléments de base ou les éclairer.


***

6Dans la première version de la Préface de l'Apologie, on trouve d'ailleurs une confirmation de l'importance séminale que le texte de Gentillet revêt pour Machon : par comparaison avec la dernière version, qui est considérablement augmentée, les marginalia renvoient à peu d'auteurs et de textes. Onze fois Machiavel, une fois la Bible, une fois Érasme, une fois Commynes et une fois Augustin d'Hippone. Ces deux dernières références y sont en fait indirectes.

  • 7  Antonii Possevini, Iudicium de Nuae, Iohannis Bodini, Philippi Mornaei et Nicolai Machiavelli quib (...)
  • 8  Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., p. 78 [I 2 642-645].
  • 9  Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., p. 31 [I 1 317-320].

7Comme l'a identifié Cavaillé dans son édition critique de l'Apologie, la juxtaposition de deux citations d'Augustin est empruntée à un ouvrage du jésuite Antonio Possevino. Cet ouvrage était dirigé contre Machiavel, mais aussi, entre autres, contre l'ouvrage de Gentillet « cui Antimachiavellum nomen est »7. Or, c'est de ce dernier que Machon tire la citation de Philippe de Commynes, l'historien de Louis XI, contemporain de Machiavel et auteur par excellence que Gentillet lui oppose comme représentant d'un art de gouverner « à la française »8. Les notes de l'édition critique de l'Apologie indiquent de nombreux emprunts de références classiques ou bibliques à des auteurs modernes comme, par exemple, Juste Lipse ou Hugo Grotius. L'une d'elle renvoie aussi à la première maxime de la première partie de l'Anti-Machiavel : là où, se référant au deuxième livre des Rois et au deuxième livre des Chroniques, Gentillet écrit « Pareillement Joas Roy d'Israel vint à la couronne, estant jeune enfant, aagé seulement de sept ans. Mais il fut gouverné par Joiada son oncle, homme meur et sage, tellement que pendant que ce bon conseiller vesquit, le Royaume fut bien et droitement administré »9, Machon ne retranche que « pareillement », remplace « bien et adroitement », par « très bien et très prudemment » et maintient la référence en marge aux mêmes passages de l'Ancien Testament (II ix. 889). Je suppose que d'ultérieures recherches, examinant de manière systématique les références et citations, feraient paraître un plus grand nombre d'emprunts à Gentillet. Cela permettrait d'éclairer la façon dont Machon a travaillé, et avec quels instruments, pour chacune des versions de son manuscrit. Je commence ici par recenser les références explicites à Innocent Gentillet dans le texte de Machon.

  • 10 Sur la théorie machiavélienne du conflit, son originalité et sa réception, voir Gabriele Pedullà, M (...)
  • 11  Les Discours de l'estat de paix et de guerre de Messire Nicolas Machiavelli, Secrétaire & citoyen (...)
  • 12  Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., p. 464 [(III 31 1).

8Dans la première version de l'Apologie, on trouve le nom de Gentillet cité trois fois. Ces citations sont toutes concentrées au sein du commentaire de l'un des chapitres les plus novateurs des Discours sur la première Décade de Tite-Live de Machiavel, le quatrième du premier livre qui porte sur l'évaluation positive des conflits civils à Rome10. Il est intitulé : « Che la disunione della Plebe e del Senato romano fece libera e potente quella republica ». La traduction française dont Gentillet disposait, donne : « Que la contrariété du Sénat et du Peuple de Rome a esté cause de sa liberté et grandeur », et dans le texte le terme de disunione est rendu par l'hendiadys « sédition et débat »11. La maxime que Gentillet en a tiré, et qu'il a commenté, après une paraphrase tendancieuse du chapitre de Machiavel est : « Seditions & dissentions civiles sont utiles, et ne sont à blasmer »12. Machon ne s'y trompe pas qui y retrouve l'axiome « Regnare si vis, divide » (p. 24).

9La concentration de la référence explicite à Gentillet dans le texte de Machon est significative. Cette référence vient tôt dans l'Apologie, à l'occasion du commentaire de la deuxième maxime soi-disant machiavélienne : « Que le prince doibt entretenir les seditions et dissentions parmy ses sujets, pour le bien de son Estat ». La présence de l'hendiadys « séditions et dissentions » manifeste déjà l'évidence du parallélisme du texte de Machon d'avec celui de Gentillet. La référence explicite à Gentillet dans le cadre du commentaire de cette maxime permet à Machon de donner une appréciation générale et définitive de l'Anti-Machiavel. Elle le dispense d'y revenir ailleurs de manière explicite et spécifique, alors même que seules deux des vingt-trois maximes exposées par Machon ne trouvent pas leur correspondante dans le texte de Gentillet. Cette démarche témoigne de la lecture attentive que Machon a pu faire de l'Anti-Machiavel.

10En effet, le cas particulier retenu par Machon, celui des « séditions » – qu'il traite aussi dans le chapitre suivant – est au centre de l'attaque conduite par Gentillet contre Machiavel, et un motif dominant et récurrent de l'Anti-Machiavel dont la portée va au delà des trois chapitres qui lui sont explicitement dédiés. Il est exemplaire de la lecture de Machiavel produite par Gentillet dans le contexte des guerres de religion, et du type d'interprétation politique de celles-ci qu'il promeut. Pour ce combattant huguenot, les guerres civiles qui déchirent la France ne devraient pas être interprétées à partir des différences confessionnelles, mais à partir de l'influence des idées de Machiavel. Ce dernier serait responsable en dernière instance de ces « séditions et dissensions ». Gentillet attribue ainsi à Machiavel l'idée « tyrannique » que le prince doit « entretenir partialités entre ses sujets », soit les diviser et favoriser les conflits qui les séparent, afin d'affermir sa domination. Machon n'éprouve pas de difficulté particulière à réfuter l'interprétation que Gentillet propose de Machiavel, à la fois à partir de la lecture interne du chapitre en question des Discours et en alléguant une série de textes parallèles que  l'auteur de l'Anti-Machiavel n'a pas pris en compte et qui remettent en cause de manière catégorique l'axiome « diviser pour mieux régner ». Machon insiste ainsi sur l'importance du chapitre vingt-sept du troisième livre des Discours, traitant de la façon de restaurer l'unité dans une cité divisée.

11Machon attaque donc la méthode de Gentillet, une méthode basée sur la « calomnie », la « mauvaise foy », le « mensonge », les « impostures » et l'altération des « maximes » de Machiavel : Gentillet, écrit Machon, « preste des erreurs a nostre accusé pour avoir sujet de les refuter » (p. 16). De plus, Machon dénonce le lien entre cette méthode et l'appartenance confessionnelle de Gentillet, dont il précise qu'il fut « l’un des principaux pretendus reformateurs de l’Eglise ». L'anti-Machiavel est biaisé par les buts que poursuit son auteur dans le contexte des guerres de religion. Mais il y a plus. Gentillet est, selon Machon, de ceux qui « aiment mieux accommoder l’Escripture Saincte a leurs opinions, que non pas soumettre leurs Esprits a la verité de son sens, et de ce qu’elle contient » (p. 17). Enfin, Machon confère à Gentillet une fonction paradigmatique : le nom de Gentillet est systématiquement attaché à l'évocation indéterminée de « ceux qui le suivent » (p. 17), de « ses adhérans » (p. 18), de ceux qui le croit « avec plus de foy qu’il n’en merite » (p. 22).

12De la sorte, dans l'ensemble du texte de l'Apologie, les formes indéterminées – « on »  blâme, « ceux qui » accusent ou condamnent, etc. – qui sont d'un emploi fréquent, peuvent par hypothèse être rapportées, comme au début de la Préface, à cette source première que constitue l'Anti-Machiavel de Gentillet, alors même que Machon n'est plus explicite. D'où l'utilité que représente l'établissement d'instruments tels que des tables de correspondances Machiavel-Gentillet-Machon, dont je propose ci-dessous deux versions.

13Mais venons en à la la seconde version de l'Apologie. Maintenant le nom de Gentillet, apparaît explicitement dès la Préface au lecteur, qui fait l'objet d'additions considérables, puisqu'elle passe de moins de 3000 mots à plus de 7500 mots. Les points précédents, concernant la méthode de Gentillet, et le lien entre cette méthode et sa position confessionnelle, trouvent à s'appuyer, d'une part, sur l'autorité de Possevin – à l'origine du classement de l'Anti-Machiavel latin, qui était sorti de l'anonymat avec l'édition de 1590, dans l'Index romain des livres interdits de 1596 – et, d'autre part, sur celle d'une publication luthérienne plus récente (Daniel Classen, 1655).

14La fonction paradigmatique de Gentillet se trouve quant à elle illustrée par une citation du médecin anglais Thomas Browne, dont l'ouvrage de 1642 paraît en traduction française quand Machon met au point la dernière version de l'Apologie. Machon le cite toutefois dans l'original latin, au terme et en contrepoint d'une liste assez fournie de citations d'auteurs anti-machiavéliens. Browne associait Gentillet, le jésuite espagnol Pedro Ribadeneira, l'oratorien italien Tommaso Bozio, et les autres auteurs qui ont fait des livres contre Machiavel, en ce qu'ils « ne semblent pas avoir suffisamment saisi le sens de Machiavel, parce que les mêmes choses qu'il a écrite, déjà autrefois Aristote dans sa Politique, et Thomas d'Aquin dans ses commentaires sur celles-ci, en avaient traité » (p. 30).

  • 13  Voir Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, 5e éd., 4 vol., Amsterdam etc., Brunel et (...)

15On retrouve là en synthèse un argument déjà présenté par Gaspard Schopp, Hermann Conring et Gabriel Naudé13, mais surtout celui qui est développé de manière systématique, avec quelques déplacements, dans l'Apologie pour Machiavelle : là où on accuse Machiavel de tous les vices, argumente Machon, il n'est pas plus vicieux, et souvent moins, pas plus terrible et souvent moins, pas plus machiavélique et souvent moins, que la Bible ou que les Pères de l'église.


***

16Quand il nomme lui-même Gentillet, Machon le fait toujours en tant que « Président Gentillet ». Que signifie ce titre de « Président ? Il est clair pour Machon qu'il réfère à des fonctions judiciaires occupées par Gentillet : Machon considère tout à fait honteux pour « un homme de ceste condition », c'est-à-dire occupant la fonction de juge, d'instruire un procès à charge uniquement en noircissant « la verité d’impostures, et l’innocent de tous les crimes que la malice [lui] suggere » (p. 17).

  • 14  Voir Stewart, Innocent Gentillet, op. cit., pp. 15-21 avec d'ultérieures références.

17Quelques faits. En septembre 1577, fut promulgué l'édit de Poitiers. L'article 8. 22 portait création dans la cours de justice du parlement de Grenoble d'une « chambre tri-partie » composée de deux présidents, l'un protestant, l'autre catholique, et douze autres juges dont un tiers protestant et le reste catholique. En janvier 1579, Gentillet a été nommé par le Roi « président » pour la partie protestante, après avoir été l'année précédente élu par les assemblées des églises réformées du Dauphiné et confirmé par le Roi de Navarre. En août 1579, la reine Catherine de Médicis l'a bien reçu comme député des protestants du Dauphiné, et il a été présenté à elle comme « Président Gentillet ». Toutefois, le parlement de Grenoble s'est opposé avec succès à ce que le combattant huguenot exerce cette charge jusqu'à la fin de l'année 1582, et pour autant il ne semble pas certain que la Chambre de l'édit ait jamais pu fonctionner jusqu'à sa révocation par la Reine en août 158514. Gentillet a donc eu de 1579 à 1585 un titre associé à une fonction qu'il n'a peut-être jamais exercé.

18Dans le dispositif rhétorique de Machon, qui se présente en avocat et défenseur dans le procès en appel qu'il tente d'ouvrir en faveur de Machiavel, on commence à percevoir la place qu'occupe Gentillet, et on devine l'intérêt symbolique d'évoquer ses fonctions. Mais d'où Machon dérive-t-il donc son information ? Ma réponse reste incertaine et incomplète.

  • 15  Cité dans Stewart, Innocent Gentillet, op. cit., p. 21. Pour la description des éditions, voir l'i (...)

19Jusqu'à 1585, les ouvrages de Gentillet ont paru anonymes. Ce sera encore souvent le cas par la suite, y compris dans les traductions qui en sont faites. Des dix éditions de l'Anti-Machiavel qui ont été publiées dans la langue française originale entre 1576 et 1620, seule l'édition de Lausanne de 1585, qui est rarissime (un seul exemplaire connu, conservé à Grenoble), donne le nom de l'auteur. En juin, peu avant la révocation de la Chambre tripartie mais alors que Gentillet était déjà en exil à Genève, ce dernier avait obtenu du conseil de cette ville, l'autorisation de « reimprimer son livre intitulé antimachiavel le quel il a révisé »15. En son frontispice, cette édition précise « Par le Président Gentillet ». Elle est la seule à le faire.

20L'ouvrage de Gentillet sur Le bureau du concile de Trente, publié en 1586, et l'édition de 1588 de son Apologie, ou défense pour les chrestiens de France, un écrit d'abord publié anonymement en 1578 (et condamné dans l'Index d'Espagne en 1583), désignent plutôt Gentillet comme « jurisconsulte dauphinois », ainsi que le font la réédition de la traduction latine de l'Anti-Machiavel de 1590, la traduction hollandaise du même ouvrage de 1637, et l'édition que Gentillet a établi de l'ouvrage latin d'un juriste médiéval italien.

21À part l'Anti-Machiavel, Machon connaissait très probablement les deux autres ouvrages de Gentillet : l'allusion à ceux qui « aiment mieux accommoder l’Escripture Saincte a leurs opinions, que non pas soumettre leurs Esprits a la verité de son sens » y renvoie de manière transparente. En effet, dans l'un et l'autre de ces textes – et les titres complets sont déjà explicites – Gentillet s'efforce de démontrer la conformité du Calvinisme à la Bible, à la raison, aux Pères de l’Église et aux plus anciens canons, contre l'autorité plus récente du Concile de Trente.

  • 16  Consulter Harro Höpfl, Jesuit Political Thought. The Society of Jesus and the State, c. 1540-1630, (...)

22Or, Machon se livre à une opération à certains égards similaire, et tout aussi suspecte d'hérésie, qui peut contribuer à expliquer la non publication de son œuvre. D'une part, il s'oppose explicitement, dès la lettre de dédicace, au jugement rendu contre Machiavel par le Concile de Trente et qui a conduit à la mise à l'Index du Florentin en 1559. D'autre part, il s'emploie à démontrer la conformité du Machiavélisme à la Bible, à la raison, et aux Pères de l’Église, soulignant à maintes reprises que la pensée politique post-tridentine, notamment celle des jésuites, n'est qu'un machiavélisme hypocrite : par exemple, écrit Machon, « Le jesuite Contzen en ses Politiques contre Machiavelle, nous enseigne formellement appuié de la Doctrine des peres, ce que nostre Autheur ne dit qu’en passant » (p. 117). Adam Contzen (1571-1635) est un auteur passablement oublié aujourd'hui, au bénéfice relatif de quelques théoriciens de la raison d'État, mais son ouvrage de science politique était alors extrêmement important16. Machon s'y réfère très souvent de manière explicite, traduisant une volonté de critique de la science politique de son temps ne pouvant se limiter au cadre suranné de l'Anti-Machiavel de Gentillet qui lui servait pourtant de point de départ.

23Comme on ne trouve pas le titre de « Président » dans les autres textes de Gentillet et chez les auteurs qui en ont parlé, on pourrait donc supposer que Machon a connu l'édition de 1585. Pourtant, les caractéristiques propres à cette édition et à l'opération que l'auteur de l'Apologie conduit sur l'Anti-Machiavel ne permettent pas de conclure en ce sens.

  • 17  Voir Stewart, Innocent Gentillet, op. cit., p. 30.

24Le titre complet de l'Anti-Machiavel était Discours sur les moyens de bien gouverner et maintenir en bonne paix un Royaume ou autre Principauté, divisez en trois parties asavoir du Conseil, de la religion & Police que doit tenir un Prince. Contre Nicolas Machiavel Florentin. L'ouvrage a donc d'abord paru en 1576, de manière anonyme et sans lieu ni nom d'éditeur. Il a été six fois réimprimé sous cette forme jusqu'en 1579. Les réimpressions comportaient de légères corrections. La longueur du titre a amené l'emploi de l’abréviation logique de Discours contre Machiavel, y compris par son auteur même dès la lettre de dédicace de l'ouvrage au Duc D'Alençon, et encore dans le titre de la Déclaration de l'auteur des Discours contre Machiavel pour satisfaire aux plaintifs d'aucuns italiens qu'il publie d'abord séparément, puis dans l'édition de 1577 de l'Anti-Machiavel. Le terme d'Anti-Machiavel pour désigner ordinairement le livre, ou bien son auteur, a lui-même très tôt circulé17. Machon utilise l'une et l'autre de ces abréviations, mais il ne se soucie pas de donner le titre complet.

25L'édition originale de l'Anti-Machiavel organise en trois parties le commentaire de  cinquante maximes tirées du Prince et des Discours, vraisemblablement les deux seuls ouvrages de Machiavel connus par Gentillet en 1576. En revanche, comme l'indique la page de titre, l'édition de 1585 est « corrigée & augmentée de plus de la moitié ». Tout en conservant la structure tripartite initiale, au commentaire des maximes tirées du Prince et des Discours vient s'ajouter celui de vingt-trois maximes tirées de L'Art de la guerre et des Histoires Florentines. Cette édition de l'Anti-Machiavel fut réimprimée en 1609 et en 1620, mais sans nom d'auteur, et sans indication de lieu ni d'éditeur.

26Or, Machon ne se réfère pas au corpus des maximes tel qu'il figure dans l'édition de 1585 et ses réimpressions successives anonymes, mais seulement à celui qui figure dans les sept éditions imprimées entre 1576 et 1579. Il y a donc tout lieu de retenir que c'est l'une de celles-ci que Machon a utilisé et de douter qu'il ait pu voir la rarissime édition de 1585. Que l'on trouve chez Machon une citation de l'Art de la guerre ne saurait constituer une objection. Cela provient de la diversité des éditions françaises que Gentillet et Machon ont eu sous la main. Quelques mots là-dessus, car ils permettent d'éclairer en conclusion ce que j'ai pointé plus rapidement concernant la structure de l'Apologie.

  • 18  Consulter Sergio Bertelli et Piero Innocenti, Bibliografia machiavelliana, Verona, Valdonega, 1979

27En 1571 parut une édition rassemblant en un volume une traduction française des Discours et une traduction du Prince18. La traduction du Prince était attribuée à Gaspard d'Auvergne, mais celle des Discours était anonyme, piratant en fait l'ancienne traduction de Gohory, qui par ailleurs sortait au même moment de l'anonymat dans une version révisée. C'est cette édition, ou l'une de celles qui en dérive, que Gentillet a utilisé pour son Anti-Machiavel de 1576. Pour lui, de 1571 à 1572, elle forme une séquence directe avec les massacres de la Saint Barthélémy, dont elle serait la cause. Cette édition rassemblant les Discours et Le prince a été réimprimée une vingtaine de fois jusqu'en 1606. À partir de 1613, elle est reprise avec l'ajout de L'art de la guerre, qui n'avait pas été réédité en français depuis la première traduction de 1546. Jusqu'en 1637, c'est l'édition française standard, imprimée une bonne vingtaine de fois. Machon évoque ainsi « la traduction dont nous nous servons, qui est la seule qui se debite en France sous le nom de Gaspard d’Auvergne ». À ce point, il dispose donc du même texte que Gentillet pour Le prince et les Discours, mais donc aussi de L'Art de la guerre. À la différence de Gentillet, une fois la maxime sélectionnée, et cité le texte de Machiavel qui la justifie ou non, Machon a confronté celui-ci à une version de l'original italien, qu'il copie de façon souvent fautive. Mais l'édition française qu'il utilise est aussi « illustrez de maximes politiques en marges ». Machon emprunte aux marges de cette édition l'une des maximes qu'il commente.

  • 19 Voir l'annexe C. Pour les titres, se reporter à l'annexe A.

28C'est aussi la pratique de ces éditions, qui mettent en premier les Discours et en deuxième Le prince, qui explique la structure de l'Apologie. La structure tripartite de Gentillet était une conséquence de son projet de fonder une science politique nouvelle sur les trois piliers qui doivent soutenir la monarchie : le conseil, la religion et la police. Le projet de Machon est d'une autre nature. S'agissant d'abord d'une défense de Machiavel, dont le point de départ est une réfutation de Gentillet, il a sélectionné dans l'Anti-Machiavel la plupart des maximes qu'il entendait réinterpréter. Mais il les a réorganisées en suivant l'ordre des chapitres des deux ouvrages de Machiavel, et sa structure bi-partite reprend l'ordre de l'édition française qu'il utilise, offrant les Discours en premier et Le prince en second. Dans la première partie, il rompt deux fois cet ordre, pour pouvoir traiter plus complètement d'un thème spécifique, et respecter davantage une même séquence thématique19.


***

29La première de ces deux ruptures lui permet d'approfondir la question des « séditions ». En effet, Machon pousse plus loin la réfutation de Gentillet contenue dans le commentaire de la deuxième maxime dans celui de la troisième maxime. C'est pourtant l'une des seules dont on ne trouve pas la correspondance directe dans l'Anti-Machiavel. Par rapport au plan de l'Apologie, il s'agit même d'une interpolation, répondant à une nécessité d'ordre logique et argumentative. D'après cette troisième maxime machiavélique, il faudrait « appaiser les seditions et emotions populaires, par la force et la violence ». Machon met en avant l'opinion contraire de Machiavel : « les remedes qu’il suggere [sont] plus benings et moins caustiques que ceux que nous trouvons ordonnés par tout ailleurs » (p. 26). Pourtant, « [c]este maxime porte sa justification avec soy » (ibid.). Machon en veut pour preuve des massacres de masse dirigés par Moïse : « Nous lisons dans l’Escripture Saincte, que Coré, d’Athan, et Abiron s’estans rebellés, et causé une sedition parmy le peuple d’Israel contre Moise leur Gouverneur, furent engloutis tous vifs dedans la Terre ; et que les deux cent cinquante qui offroient de l’encens pour eux, avec quatorze mille sept cent des rebellés, furent tous bruslés, et ce par les prieres de Moise [...] ». Machon en tire la conclusion suivante, en forme de question rhétorique : « Si Moise qui est le politique sans reproche, et duquel on doibt imiter les actions, aussi bien qu’adjouter foy a ses parolles, nous a laissé cest exemple pour nous en pouvoir servir dans la necessité ; s’il est permis d’imiter les bonnes choses, et les saincts qui les font sans injustice, pourquoy les souverains qui ne sont point immediatement appuyés du ciel au poinct qu’il l’estoit, et qui n’ont auttre secours que celuy qu’ils tirent de leur authorité et de leur prudence, n’en feront ils de mesme en cas de besoing, et lors que la rage tient la place de l’amour, et la rebellion celle de l’obeissance et de la subjection ?  » (p. 28-29). L'auteur de l'Apologie semble proposer là une justification tacite de la Saint Barthélémy, fondée sur la Bible et excluant Machiavel de toute responsabilité conceptuelle en la matière. Le renversement de Gentillet est total. Machon n'est pas pour autant de ces auteurs qui pour rendre Machiavel acceptable s'emploient à le neutraliser en le présentant comme un enfant de chœur.

30Table des correspondances : voir le document annexe ci-dessous

Top of page

Notes

1  La pagination est celle de la version de 1668, puisque c'est sur la base de cette version et dans sa pagination que sont données les variantes de l'édition en ligne. La préface est paginée en italique de p. 1 à p. 39 pour la distinguer de la pagination des maximes qui va de p. 1 à p. 946.

2  Innocent Gentillet, Discours contre Machiavel. A new edition of the original french text with selected variant readings, introduction and notes by A. d'Andrea & P. D. Stewart, Firenze, Casalini, 1974, p. 14 [Livre I, Preface, lignes 241-252].

3  Pour une présentation générale, voir P. D. Stewart, Innocent Gentillet e la sua polemica antimachiavellica, Firenze, La nuova Italia, 1969, pp. 6-25. Dans son gros volume, Machiavelli. The First Century (Oxford, Oxford University Press, 2005), Sidney Anglo consacre les chapitres 8, 9 et 10 à Innocent Gentillet.

4  Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., p. 148 [Livre II, chap. 1, ligne 70 = II 1 70].

5  Jean-Pierre Cavaillé, Louis Machon. Une apologie pour Machiavel, San Domenico di Fiesole, EUI working paper, 1998, p. 13, introduisant une analyse des stratégies argumentatives de Machon ; repris dans Jean-Pierre Cavaillé, Dis/simulations. Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquato Accetto. Religion, morale et politique au xviie siècle, Paris, Champion, 2002. Dans la première version de son étude « Un apologista machiavelliano del 'Grand siècle' : Louis Machon » publiée dans ses Studi sulla Fortuna del Machiavelli (Rome, Istituto storico italiano, 1965) Giuliano Procacci avait déjà relevé que Machon écrivait « sulla falsariga dell'Antimachiavel del Gentillet » (p. 195). Une deuxième version se trouve dans  Giuliano Procacci, Machiavelli nella cultura europea dell'età moderna, Bari, Laterza, 1995.

6  Voir l'annexe A.

7  Antonii Possevini, Iudicium de Nuae, Iohannis Bodini, Philippi Mornaei et Nicolai Machiavelli quibusdam scriptis, Lyon, Buysson, 1593, p. 133.

8  Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., p. 78 [I 2 642-645].

9  Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., p. 31 [I 1 317-320].

10 Sur la théorie machiavélienne du conflit, son originalité et sa réception, voir Gabriele Pedullà, Machiavelli in tumulto. Conquista, cittadinanza e conflitto nei Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio, Roma, Bulzoni, 2011.

11  Les Discours de l'estat de paix et de guerre de Messire Nicolas Machiavelli, Secrétaire & citoyen Florentin, Sur la première decade de Tite Live, traduict d'Italien en Françoys. Plus un livre du mesme aucteur intitulé, le Prince, Paris, Marnef et Cavellat, 1572, pp. 33-37.

12  Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., p. 464 [(III 31 1).

13  Voir Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, 5e éd., 4 vol., Amsterdam etc., Brunel et al., 1740 [1ère éd. 1697], vol. 3., art. Machiavel, rem. E, p. 246.

14  Voir Stewart, Innocent Gentillet, op. cit., pp. 15-21 avec d'ultérieures références.

15  Cité dans Stewart, Innocent Gentillet, op. cit., p. 21. Pour la description des éditions, voir l'introduction de l'édition du Discours contre Machiavel par d'Andrea et Stewart, pp. xvii-lxix.

16  Consulter Harro Höpfl, Jesuit Political Thought. The Society of Jesus and the State, c. 1540-1630, Cambridge, Cambridge University Press, 2004. Contzen n'apparaît pas dans l'ouvrage classique de Friedrich Meinecke sur L'idée de la raison d'État dans l'histoire des temps modernes (1924, traduit de l'allemand par M. Chevallier, Genève, Droz, 1973). Signalons une récente édition et traduction du traité De la raison d'État de Giovanni Botero par les soins de Pierre Benedittini et Romain Descendre (Paris, Gallimard, 2014).

17  Voir Stewart, Innocent Gentillet, op. cit., p. 30.

18  Consulter Sergio Bertelli et Piero Innocenti, Bibliografia machiavelliana, Verona, Valdonega, 1979.

19 Voir l'annexe C. Pour les titres, se reporter à l'annexe A.

Top of page

References

Electronic reference

Jérémie Barthas, « Remarques sur l'Anti-Gentillet de Machon », Les Dossiers du Grihl [Online], 2016-01 | 2016, Online since 25 September 2014, connection on 28 May 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6187 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6187

Top of page

About the author

Jérémie Barthas

Jérémie Barthas, actuellement Marie Curie Senior Research Fellow au Centre for the Study of the History of Political Thought à l'université Queen Mary de Londres, est notamment l'auteur de L'Argent n'est pas le nerf de la guerre. Essai sur une prétendue erreur de Machiavel, publié dans la Collection de l'École Française de Rome en 2011.  

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org