Navigation – Plan du site
Secret et mensonge. Essais et comptes rendus

La face cachée de l’injonction de transparence

Jean-Pierre Cavaillé

Résumés

La présente réflexion vise à produire une critique à la fois philosophique et proprement politique – au nom même de la démocratie – de l’injonction idéologique de transparence généralisée, susceptible de s’appliquer aussi bien à la vie privée des citoyens qu’à la vie publique et de mettre en cause la séparation même entre privé et public.
On tente ici de faire apparaître que toute action visant à l’extension de la transparence exige et produit elle-même des procédures secrète ; de sorte qu’il n’y a pas de gain dans la transparence, à quelque niveau que ce soit, qui ne produise en même temps de l’opacité.
Mais surtout, dans le cadre de l’histoire des démocraties représentatives, une distinction s’impose entre principe de publicité, production de l’information qui permet l’approbation ou la désapprobation, et l’injonction de transparence, qui méconnaît l’importance déterminante de la médiation et de la construction d’une distance critique. En régime de démocratie représentative le principe de publicité ne cesse de se heurter aux manœuvres antidémocratiques permises par les considérables marges d’action secrètes concédées aux représentants. Mais une meilleure application du principe de publicité et donc un meilleur contrôle de la représentation, ne doit pas être confondue avec la pure et simple extension de la transparence qui, lorsqu’elle devient une fin à elle-même, tourne le dos à la démocratie, si du moins on conçoit celle-ci comme garantie du maximum de liberté en même temps que d’information possibles aux citoyens.

Haut de page

Notes de l’auteur

Le présent texte est tiré d’une communication donnée à Mons, au colloque en hommage à Henri La Fontaine : Entre secret et transparence : guerre, paix et démocratie, 22-24 mai 2013.

Texte intégral

1L’injonction de transparence, dans nos démocraties représentatives contemporaines, pose un problème crucial, que l’on aperçoit immédiatement, du moins si l’on prend le terme de transparence comme il est souvent utilisé, c’est-à-dire dans sa plus grande généralité, et comme une injonction susceptible ainsi de s’adresser aussi bien à l’État qu’à la société civile. En effet, il semble qu’il n’y ait pas de progrès possible de la démocratie, de progrès dans l’affirmation concrète de la souveraineté du peuple citoyen, sans un progrès de la transparence, alors même que la généralisation de la transparence à l’ensemble de la société conduirait immanquablement à une forme nouvelle de totalitarisme. Ce totalitarisme viserait au contrôle total des actes et des pensées des citoyens dans la collaboration elle-même transparente de la société civile, des médias et de l’appareil d’État. Il n’est pas difficile de décrire dans les démocraties contemporaines, de nombreuses tendances susceptibles de converger vers une telle forme de totalitarisme.

  • 2  Du Pouvoir. Histoire naturelle de sa croissance, Genève, Le Cheval ailé, 1945.

2Notons bien cependant que l’idée d’un totalitarisme démocratique (que je distingue de la démocratie totalitaire théorisée par Jouvenel, qui demeure un totalitarisme exclusivement étatique2), est tout sauf une contradiction dans les termes, du moins si l’on s’en tient à la définition minimale de la démocratie comme régime de la souveraineté populaire (on peut même dire qu’un totalitarisme de la transparence et dans la transparence serait nécessairement démocratique). Ce n’est que, lorsqu’on fait intervenir la notion de liberté, comme valeur supérieure reconnue de manière consensuelle dans la société démocratique, de la démocratie alors comme forme de société et de vivre ensemble dans la liberté et non pas seulement comme régime politique, que la contradiction devient éclatante. Dès lors que chacun est en permanence exposé, dans ses actes, ses paroles, ses opinions, à la surveillance et au contrôle, il n’est plus de liberté ; le fait que l’instance de contrôle émane directement ou indirectement de la souveraineté populaire et puisse être, de ce point de vue, « démocratique », ne change rien à l’anéantissement de la liberté individuelle et collective que suppose le régime de transparence totale. Il n’est certes pas fortuit que le panoptique de Bentham analysé par Foucault soit un modèle carcéral.

3Il existe donc un lien intrinsèque, proprement politique, entre liberté et opacité et donc entre démocratie et droit au secret ; la société démocratique en effet ne saurait garantir la liberté des citoyens sans protéger certaines formes de secret dont la violation détruit la liberté. Ainsi le problème de la transparence est-il susceptible de conduire à une redéfinition de la démocratie visant à préserver les régimes de souveraineté populaire, au nom de la liberté, de la dérive inspirée par l’idéal totalitaire d’une société rendue parfaitement transparente à elle-même par une omniprésence panoptique des médias et sous le contrôle d’un appareil d’État qui serait lui-même transparent dans son fonctionnement.

4Je parle d’idéal, parce que l’on peut et que l’on doit se demander si un tel système est réalisable, du fait même qu’il n’y a pas de pratique de la transparence qui ne produise sa propre opacité, et qui ne l’accompagne en quelque sorte comme son ombre. Car c’est là le grand refoulé de l’injonction de transparence, un refoulement dont la notion même de transparence est l’expression, car un objet transparent n’a pas d’ombre ; il ne cache rien, ni en lui, ni hors de lui. Tout au contraire, je m’inspirerai de l’intuition de Simmel, suivant laquelle le secret est consubstantiel à toute société humaine et qui pose le principe de « développement historique de la société » suivant : « quelque chose qui autrefois était manifeste vient à être protégé dans le secret, et à l’inverse, ce qui autrefois était secret peut se passer de cette protection et devient manifeste » (p. 40). On peut prendre comme exemple la double constitution progressive de la vie privée en secret légitime et de l’acquisition progressive du principe de publicité dans la vie politique, là où auparavant il existait un consensus sur la légitimité des pratiques ordinaires et extraordinaires du secret dans le gouvernement des hommes. Mais j’irai pour ma part plus loin dans le même sens, en postulant qu’il n’y a pas de progrès de la transparence dans la vie politique ou dans vie sociale qui ne secrète sa propre opacité ; l’idée étant que toute action visant à la transparence produit du secret, en même temps qu’elle rend visible ce qui était secret.

  • 3  L’expression « stratégie secrète » veut ici dire que, même si le fait de recourir à une stratégie (...)

5Ce que je voudrais suggérer, c’est d’abord que l’on ne prend pas assez en compte l’évidence selon laquelle la lutte pour plus de transparence démocratique ne peut être menée qu’à travers la mise en place et le succès de procédures secrètes voire même de stratégies clandestines. Les combats de Wikileaks ou des Anonymus le montrent suffisamment, qui sont des formes contemporaines de luttes clandestines ou semi clandestines ; ce qui en soi, bien sûr ne les disqualifie certes pas (on peut avoir de fort bonnes raisons éthiques et politiques de recourir à des pratiques clandestines), à condition que ces activistes qui dissimulent leurs identités et développent des stratégies secrètes3 soient capables de reconnaître et d’intégrer à leur discours et à leur actes cette vérité irréductible : à savoir que le secret et l’opacité constituent une part essentielle de toute action politique ; s’ils ne le font pas, ce n’est pas seulement par stratégie, mais aussi et surtout pour des raisons idéologiques, parce qu’ils sont largement affectés par l’idéologie de la transparence.

  • 4  Je me réfère ici aussi bien au modèle de la clandestinité obligée de la résistance au tyran ou à l (...)

6Pour l’idéologie de la transparence, toute pratique secrète n’est qu’un pis-aller, un mal nécessaire et un dispositif provisoire à l’abolition duquel, précisément, il s’agit de travailler. Cette idéologie ne saurait reconnaître que le secret est une dimension irréductible de l’agir politique, et pas seulement dans les situations de guerre ou d’exception4, mais aussi dans les situations les plus normales, normées et délibératives de la vie d’une démocratie représentative. Mêmes les pratiques de démocratie directe ne sauraient se passer de l’usage du secret, c’est-à-dire de la réservation de certaines informations, par exemple à travers la discussion informelle ou la délibération privée, à un groupe plus ou moins restreint d’acteurs, et par là à l’exclusion, au moins provisoire, de tous les autres, tenus donc au secret. On ne peut en effet imaginer un groupe, même de quelques personnes, où des décisions importantes puissent être prises collectivement par une délibération exclusivement et de bout en bout transparente pour tous. La pratique de discussions et d’échanges en petits comités et en a parte – et donc secrets au moins au moment où elles ont lieu – qui permet à la réflexion individuelle de se constituer et de mûrir et à des positions partagées de se constituer et de s’affirmer, semble tout à fait nécessaire au processus même de délibération collective.

7Mais plus globalement, comme je l’ai postulé, il me semble possible d’affirmer que la conquête d’une nouvelle zone de transparence dans la vie politique et sociale s’accompagne toujours nécessairement d’une nouvelle zone d’opacité, parce que la mise en œuvre de cette transparence requiert la constitution de procédures qui ne sauraient elles-mêmes être transparentes, mais aussi parce que la focalisation du regard et de l’attention sur un domaine où la transparence est jugée nécessaire, ne peut pas ne pas s’accompagner de la reconnaissance au moins tacite (voire secrète) de la légitimité d’un champ d’opacité qui lui est associée.

8Par exemple, l’imposition de la publication des patrimoines des élus en France après l’affaire Cahuzac (et à l’image d’ailleurs d’autres pays où cette disposition existe) ne peut être efficace que si l’on prévoit des organes de contrôle indépendants, et auxquels on reconnaît donc la possibilité d’œuvrer efficacement par des procédures d’enquête secrètes, dispositifs encadrés et contrôlables, mais qui protègent nécessairement le secret de l’enquête (avec l’importante question qui se pose immédiatement de savoir qui va contrôler les contrôleurs). Sans compter que ces mesures vont conduire les élus contrevenants à développer des stratégies (secrètes évidemment) pour soustraire au regard des enquêteurs une partie de leur patrimoine effectif. Mais qui plus est, la focalisation de l’attention sur ce sujet, libère ailleurs, et cela est beaucoup plus difficile à voir, une moindre vigilance sur d’autres thèmes, propices évidemment au développement de pratiques opaques. Par exemple à trop se focaliser sur les patrimoines des élus, on en vient à juger finalement moins importante la question pourtant fondamentale de leurs projets politiques et de leurs réelles positions idéologiques ; et l’on contribue à créer par là, de fait, sans le vouloir, une zone nouvelle d’opacité.

  • 5  La Contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Le Seuil, 2006.
  • 6  L’exigence de transparence, « nouvelle fonction morale et politique », témoigne selon l’auteur d’u (...)

9Comme Pierre Rosanvallon l’a montré dans La Contre-démocratie, la fonction de vigilance et de surveillance du pouvoir par les citoyens est inhérente à la démocratie représentative moderne5, et l’idéologie de la transparence en découle. Mais l’un des problème posés par ce qu’est devenue la fonction de vigilance citoyenne, avec l’avènement de l’idéologie de la transparence, est qu’elle tend à se détourner des questions de choix et des projets politiques, par désaveu et scepticisme (c’est ce qu’analyse longuement Rosanvallon)6, mais je dirai aussi parce qu’il est impossible d’exercer la vigilance et le contrôle citoyen sur toutes les dimensions de l’action politiques des représentants. Le secret, pour le meilleur et pour le pire, se nourrit aussi de l’inattention, du détournement de l’attention, et les médias sont très efficaces pour pratiquer ces détournements secrètement manipulables par ceux qui y ont intérêt.

10L’exemple que j’ai apporté et les considérations que j’en ai tiré, n’ont pas du tout pour but de montrer que toute revendication pour plus de transparence dans la vie publique est finalement inutile, pas du tout, mais de montrer simplement que l’exercice de la transparence ne peut pas ne pas s’accompagner d’un exercice corollaire du secret, que l’on produit du secret en même temps que de la transparence, et que la vraie question est en fait toujours d’établir le partage, au nom même des principes démocratiques, à travers la discussion publique, entre les sphères de légitimité respectives du secret et de la transparence.

11Le problème majeur à mon sens, est celui de la reconnaissance ouverte, explicite, publique, transparente si l’on veut, de l’existence de sphères légitimes d’opacité ou de secret, car parler de secret légitime devient de plus en plus difficile, en quelque domaine que ce soit, du fait d’une appréhension axiologique négative du secret et de l’opacité en tant que tels et de la promotion médiatique de conduites d’exhibitions publiques de la vie privée, que nous aurions, hier encore, jugées inconcevables.

12Indiscutablement, l’empire de l’idéologie de la transparence s’étend. L’existence de secrets légitimes en démocratie, voire au nom même de la démocratie, est pourtant à la fois une évidence (par exemple sous le nom de « respect de la vie privée », même si l’exhibition est promue, il faut qu’elle soit voulue, désirée pour être légitime, mais aussi des secrets associés aux fonctions régaliennes parfaitement reconnues à l’État : très rares sont les citoyens qui contestent la nécessité des services secrets ; au contraire si l’on dénonce au nom de la transparence qu’ils ne sont pas suffisamment contrôlés, c’est pour déplorer leur manque d’efficacité. Cette existence de secrets légitimes est donc bien une évidence (voir infra pour une liste plus complète), mais à la fois elle est un sujet dont il est de plus en plus difficile de débattre publiquement (ou alors à travers des périphrases qui évitent l’usage positif du mot de secret) ; la question des secrets légitimes, dans tous les domaines, devient une sorte de tabou, une question elle-même opacifiée. Cette procédure de mise au secret de la question du secret conforte la pente idéologique en faveur de la transparence totalitaire, car évidemment, la suspicion jetée sur les procédures d’opacité et de secret en tant que telles facilite la justification de pratiques de surveillance et de contrôle des citoyens qui mettent en péril les libertés publiques.

13Car le constat du caractère utopique, au sens de son impossible réalisation, de la transparence totalitaire, n’a en fait rien de rassurant, parce que les pratiques effectives que l’idéologie de la transparence est susceptible de justifier n’en sont pas moins liberticides, et la conviction qu’elles ne peuvent que s’accompagner d’un surcroît d’opacité n’a absolument rien de rassurant, surtout dans un contexte de dénégation du secret, de fiction dénégatrice du secret.

14Même les institutions les plus opaques s’emploient aujourd’hui à produire la fiction de leur transparence. Je prends un seul exemple. Il existe en France une loide 2006 « relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire »7, en vertu de laquelle a été créé un « Haut Comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire ». Ce comité, dont les membres sont nommés par décret (!) et qui est rigoureusement pro nucléaire, est dénoncé par la CRIIRAD, structure indépendante associative d’information sur le nucléaire, comme constituant une « régression » considérable en matière de pluralisme et d’information8. S’il est un domaine par excellence opaque en France9, c’est bien celui du nucléaire (aussi bien civil que militaire) et l’on a ici un exemple assez caricatural de ce à quoi peut servir l’invocation incantatoire de la transparence, qui – on le voit – pénètre jusqu’au droit, et se trouve instrumentalisée pour maintenir le secret d’État sur un secteur industriel majeur.


***

15Si l’on veut critiquer efficacement la notion contemporaine de transparence, il n’est pas inutile de revenir à son origine, qui est indiscutablement ce que Rosanvallon nomme la « démocratie de surveillance », qui naît avec la Révolution. Le chercheur cite à ce sujet, entre autres, Madame Roland, qui écrivait en 1791 : « le gouvernement représentatif devient bientôt le plus corrompu des gouvernements si le peuple cesse d’inspecter ses représentants » (cité p. 35). L’inspection, le contrôle, la surveillance des représentants par le peuple, et la légalité de cet exercice, à travers la liberté de la presse notamment, est une partie déterminante de ce que l’on nomme publicité.

  • 10  Michel Foucault., « L’œil du pouvoir » in Dits et écrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard, 2001, p. (...)

16Indiscutablement la démocratie moderne est indissociable d’une revendication de publicité que l’on confond souvent, pour de bonnes et de mauvaises raisons, avec l’injonction de transparence. La démocratie moderne est née des Lumières et avec les noms même de Lumières, Enlightenment, Aufklärung, Illuminismo, nous sommes évidemment d’emblée plongés dans le même champ métaphorique que celui qui se trouve aujourd’hui mobilisé par le mot de transparence. Je me permets de citer un passage de Michel Foucault, remarquablement synthétique, de « L’œil du pouvoir » : « Une peur a hanté la seconde moitié du xviiie siècle : c’est l’espace sombre, l’écran d’obscurité qui fait obstacle à l’entière visibilité des choses, des gens, des vérités. Dissoudre les fragments de nuit qui s’opposent à la lumière, faire qu’il n’y ait plus d’espace sombre dans la société, démolir ces chambres noires où se fomentent l’arbitraire politique, les caprices du monarque, les superstitions religieuses, les complots des tyrans et des prêtres, les illusions de l’ignorance, les épidémies »10. Foucault exprime ici très bien l’investissement indissolublement politique et scientifique de la question de la métaphore de la lumière au xviiie siècle ; l’action d’éclairer, est à la fois un acte de connaissance et un acte d’affranchissement, à la fois individuel et collectif. Si on la confronte avec l’actuelle promotion de la transparence, qui sans nul doute est l’héritière de l’idéal des Lumières, il est frappant de constater qu’il n’est plus question, du moins au premier chef, explicitement, d’un lien intrinsèque unissant acquisition du savoir et affranchissement. Il s’agit plutôt de la revendication, par la mise en transparence, d’une pure visibilité et d’une possibilité de contrôle par la visibilité, immédiate et frontale, qui ne se pense pas, du moins pas spontanément et nécessairement comme une connaissance favorisant la liberté. Avec l’idéologie de la transparence tout se passe comme si le citoyen était toujours déjà éclairé et libre, comme si c’était là un acquis, et comme s’il n’y avait plus à penser la connaissance et la liberté comme un processus et un combat de dévoilement perpétuel. Cette simple remarque suffit à différencier radicalement l’aspiration des Lumières de l’injonction contemporaine de transparence.

17Car, que veut-on dire, généralement, lorsqu’on revendique la transparence des administrations, des institutions et des personnes publiques ? Essentiellement l’accès, sur le modèle métaphorique de la vision directe, à des données, quantitatives et qualitatives, qui n’acquièrent de sens et de valeur qu’à travers un travail d’interprétation, donc d’élaboration de ce donné en savoir opinable et c’est dans cette double activité de réflexion privée et de discussion publique que s’exerçait et que s’actualisait pour l’idéal démocratique issu des Lumières la liberté du citoyen. En lui-même, comme il se présente, le donné est opaque. Or l’injonction de transparence rend en fait difficilement pensable le travail de distanciation et de médiation nécessaire qui permet le décryptage et l’appropriation critique de ce qu’atteint la vision directe. Du reste le donné qui s’offre dans la vision directe n’est jamais brut ; il est toujours déjà le résultat d’une élaboration plus ou moins complexe – d’où d’ailleurs son opacité – et la conscience de l’élaboration préalable de l’information est la condition de son appropriation critique. Or la notion de transparence laisse croire ici encore que la chose s’y révèle dans une vérité originelle, en deçà de toute manipulation et de toute falsification. Elle nourrit ainsi une illusion dommageable, à mon sens, pour la liberté et pour l’information éclairée du citoyen.

  • 11  Vers la paix perpétuelle, édition Françoise Proust, Flammarion, 1991, p. 122 et 128. Voir Luc Fois (...)

18Surtout, pour conduire un peu plus loin cette confrontation de l’exigence de transparence à sa genèse historique, force est de constater que le concept politique clé des Lumières est celui de publicité, non celui de transparence. Le principe de publicité s’oppose au secret associé aux formes despotiques de gouvernement, il garantit la justice, là où le secret était, pour les Lumières, l’élément du pouvoir arbitraire. C’est pourquoi, il est essentiel à l’état de droit, au point que Kant, dans Vers la paix perpétuelle,en fait la condition transcendantale du droit public, dont la formule est la suivante : « toute action […] dont la maxime n’est pas compatible avec la publicité, n’est pas de droit » et il explicite ainsi : « Une maxime, en effet, que je ne peux pas divulguer sans faire échouer par là mon propre dessein, une maxime qu’il faut absolument garder secrète, pour qu’elle réussisse et que je ne peux pas avouer publiquement sans susciter par là, immanquablement, la résistance de tous à mon propre projet, ne peut devoir cette opposition de tous contre moi, opposition nécessaire, universelle et par conséquent qu’on doit considérer comme a priori, qu’au tort dont elle menace chacun »11. Mais aussi Kant doit-il tout de suite constater l’incompatibilité des maximes requises par le droit des gens (c’est-à-dire le droit des États) et de la publicité, en l’état actuel des choses (qui est un état de guerre ouverte ou larvée entre les nations) ; seule, explique-t-il, une fédération pacifiée des États permettrait l’application du principe de publicité au droit des gens. On ne peut ici qu’esquisser par prétérition la critique de cette conception kantienne de l’action, dès lors que l’on reconnaît qu’il y a, en toute action politique, une part de secret au moment même de sa préparation et de son exécution, sans laquelle l’action serait impossible ou condamnée à l’échec, et cette maxime même que l’on peut appeler la maxime du secret stratégique, ne saurait être publiée par l’acteur politique, aussi démocrate convaincu soit-il, sans s’avérer contre-performante. C’est, foncièrement, l’une des leçons de Machiavel, que les démocraties modernes n’ont jamais pu démentir.

  • 12  Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Pairs, Calmann-Lévy, 1995, p. 119 sq. Voir (...)
  • 13  Eric Duhamel, Secret et Démocratie, op. cit.

19Mais la publicité n’en demeure pas moins un impératif inséparable de l’idée de démocratie, même s’il n’est jamais parfaitement réalisé ni sans doute réalisable ; celui de la soumission des pratiques et des actes de gouvernement au tribunal de l’opinion publique, en application de la vielle maxime romaine dont Bernard Manin a montré l’importance dans la formation des démocraties représentatives modernes : « Quod omnes tangit, ab omnibus tractari et approbari debet » : « ce qui touche tout le monde, doit être considéré et approuvé par tous »12. Mais l’exigence de publicité ainsi conçue, la production de l’information qui permet l’approbation ou la désapprobation (sanctionnées par le vote des citoyens), doit être distinguée de l’exigence de transparence, comme l’a montré l’historien contemporanéiste Éric Duhamel (disparu prématurément en 2000) : la transparence, est la « visibilité immédiate de toute chose à tout moment », là où la « publicité de la vie publique » qui « introduit l’idée d’un minimum de distance » et permet ainsi à chacun de « considérer et d’opiner »13. Cette distance, qui est celle introduite nécessairement par la médiation de la représentation, est pour cette pensée de la publicité en régime de représentation, celle par laquelle une critique argumentée peut avoir lieu.

  • 14  Loi du 17 juillet1970, article 9 : « chacun a droit au respect de sa vie privée ».
  • 15  Loi du 10 juillet 1991 « relative au secret des correspondances émises par la voie des télécommuni (...)

20Cette séparation et cette distance sont aussi propices au secret, un secret qui peut couvrir tous les dévoiements de la représentation, mais qu’il faut d’abord appréhender de manière positive, car il s’agit bien d’abord de formes de secrets légitimes et surtaux légaux. On voit alors que l’histoire de la démocratie est inséparable d’une dialectique entre secret et publicité. Comme le souligne Éric Duhamel, « si la démocratie s’est construite contre le secret, elle lui a aussi donné un cadre juridique et éthique, dont la délimitation nous renseigne sur les valeurs et leurs représentation d’une société à un moment historiquement daté ». L’historien note, en s’appuyant sur le cas français, qu’en même temps qu’a progressé l’exigence de publicité et de transparence a progressé celle du respect des secrets garantis par la loi. Il s’agit d’abord des secrets qui relèvent des droits des citoyens : la loi garantit ainsi le secret des consciences et le droit au secret pour la vie privée14, mais on peut évoquer aussi le secret des communications15, le secret de l’état civil, etc. D’autre part, il s’agit de secrets qui relèvent du fonctionnement des institutions de l’État : secret-défense, secret attaché à l’activité diplomatique, mais aussi des secrets étroitement liés au fonctionnement de la démocratie représentative, celui du vote d’abord (qui est évidemment un droit politique fondamental), et encore de certaines délibérations institutionnelles, comme celles du conseil des ministres ou celles, en France, des délibérations du Conseil constitutionnel.

21Mais la médiation de la représentation, dans nos démocraties, implique en fait la reconnaissance au moins tacite de la légitimité, pour les acteurs politiques, dans leurs activités pourtant publiques, de pratiques non soumises à la publicité (la part effectivement publiée des actes de paroles d’un élu, même au sommet de l’État est tout à fait minime, si l’on y réfléchit) reconnues aux acteurs politiques qui jouissent de surcroît, du moins a priori, des mêmes droits individuels au secret que les autres citoyens. Ainsi les représentants sont-ils susceptibles de trahir l’intérêt général et d’agir à l’encontre du mandat qu’il leur a été confié. Les scandales politico-financiers, qui ont bien sûr la pratique du secret pour condition de possibilité, témoignent de la vulnérabilité de la démocratie représentative, du fait de l’opacité que les réseaux d’acteurs participant au pouvoir ou proches du pouvoir sont capables d’entretenir sur une base parfaitement légale.

22En même temps, le fait même qu’éclatent tant de scandales montre que les médias d’investigation et de diffusion de l’information bénéficient effectivement du principe de publicité et à la fois d’une protection au moins relative de leurs secrets, puisqu’ils sont protégés au demeurant par la loi dans leur exercice, qui implique la reconnaissance du secret des sources, régulièrement d’ailleurs remis en cause et qui montre que le principe de publicité, loin de s’appliquer de manière systématique, est perpétuellement menacé et fait l’objet des luttes les plus âpres.

23La défiance générale à l’égard de la classe politique, qui s’accompagne aujourd’hui de l’impossible exigence de transparence totale est évidemment inséparable de l’existence d’une culture politique du secret qui favorise la transgression des lois et des règles dont les représentants sont pourtant les garants. La colère du citoyen est facile à comprendre, lorsqu’il apprend que le ministre en charge de la répression de la fraude fiscale est lui-même un fraudeur, qui, une fois mis en cause, n’a pas hésité à mentir « les yeux dans les yeux » devant le parlement et donc à la nation entière, pour à la fin produire un mea culpa médiatique, comme simulacre de transparence dont l’artifice et donc l’opacité n’ont échappé à personne.


***

24En guise de conclusion, je voudrais avancer – certes un peu tard – un remord méthodologique. Avec les quelques exemples que j’ai pris, du scandale Cahuzac, de la publication des patrimoines des élus, ou de la loi de « transparence » du nucléaire en France, nous voyons en fait qu’avec ce concept, comme avec tous les autres qui s’appliquent au domaine social, il ne faut pas se contenter de raisonner en termes généraux, car alors le danger est grand de faire de la notion de transparence ou de celle de publicité, comme du reste de celle d’opacité ou de celle secret, des concepts univoques dans leurs emplois. Transparence et opacité, publicité et secret ne peuvent être appréhendés correctement que si l’on prend soin de les considérer en relation avec les objets qu’ils désignent : institutions, types de pratiques, formes de discours, etc. Le mot de transparence, surtout, est devenu un terme obligé – je dis bien obligé, obligatoire, incontournable – du vocabulaire politique, de sorte que même les ennemis de tout progrès des pratiques de transparence – surtout eux –, en font un usage effréné (comme celui d’ailleurs de « démocratie » et en liaison étroite avec celui de « démocratie » dans le syntagme « transparence démocratique »), de sorte qu’il n’y a rien de plus opaque que ce mot-là, devenu une sorte de mot slogan ; un impératif catégorique de l’action politique et de la vie sociale et morale. Et il faut donc être extrêmement attentif, dans les discours, aux objets auxquels on l’applique (soit pour déplorer son manque, soit pour vanter sa présence, soit encore, plus rarement pour dénoncer les excès de la transparence, comme je l’ai fait ici), aux pratiques que le mot prétend décrire, qu’il informe et éventuellement transforme, et – peut-être surtout – à la position dans le champ social qu’occupe la personne qui utilise le mot, que ce soit de manière positive ou, plus rarement, négative. Car, ce n’est pas du tout la même chose que de réclamer une plus grande transparence des administrations publiques (qui se traduit par exemple par la revendication de la possibilité des citoyens d’accéder aux dossiers qui les concernent), de déclarer la transparence de l’action politique dans le cadre d’un discours public tenu par des responsables ou encore d’invoquer la nécessité d’une extension du contrôle des populations en arguant de la sécurité publique ; par exemple, de la nécessité d’une connaissance plus complète et plus fine des agissements et des opinions des citoyens. Dans ce dernier cas, du reste, on n’utilisera pas le mot de transparence, car ces pratiques de contrôle et de surveillance ne font pas (du moins encore) l’objet d’un consensus parmi les citoyens, alors que l’invocation du mot est exclusivement positive ; et le fait que pour certaines pratiques d’enquête et de surveillance des citoyens l’usage du terme soit aussi difficile, montre bien que l’on reconnaît spontanément des limites aux pratiques légitimes (policières, administratives, juridiques, médiatiques) visant à produire une plus complète transparence sociale.

Haut de page

Notes

1  Georg Simmel, Secret et sociétés secrètes, trad. de l’allemand par Sibylle Muller postface de Patrick Watier, Strasbourg, Circé, 199, p. 25.

2  Du Pouvoir. Histoire naturelle de sa croissance, Genève, Le Cheval ailé, 1945.

3  L’expression « stratégie secrète » veut ici dire que, même si le fait de recourir à une stratégie n’est pas caché, il n’est pas de stratégie qui ne recoure au secret. L’action stratégique implique la dissimulation, la ruse, voire le mensonge. C’est du reste la raison pour laquelle Habermas oppose l’agir communicationnel conçu « comme poursuite sans réserve, autrement dit sincère, de fins illocutoires », à l’agir stratégique : « celui qui agit de manière stratégique est contraint de transgresser de façon discrète la condition de sincérité qui régit l’agir communicationnel », La Pensée Postmétaphysique. Essais philosophiques, Paris, 1993 : chap. IV, p. 130-134. Mais on peut adresser à la maxime Habermasienne de transparence communicationnelle, la même critique qu’à la maxime de la publicité chez Kant (voir infra.)

4  Je me réfère ici aussi bien au modèle de la clandestinité obligée de la résistance au tyran ou à l’occupant, qu’à celui du complot, mais aussi au modèle de ce que l’on appelle la raison d’État. Cette forme de pratique du secret, dans ce type de situation, concerne en fait tous les acteurs, quelle que soit leur position dans les conflits.

5  La Contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Le Seuil, 2006.

6  L’exigence de transparence, « nouvelle fonction morale et politique », témoigne selon l’auteur d’un « bouleversement de grande ampleur […] déclenché par la « désidéologisation » du politique et les formes de désenchantement qu’elle a entraînées » (p. 51). « Une véritable idéologie de la transparence s’est ainsi peu à peu érigée en lieu et place de l’idéal démocratique de production d’un monde commun. La transparence est devenue la vertu qui s’est substituée à la vérité ou à l’idée d’intérêt général dans un monde marqué par l’incertitude. Avec elle sont supposées se dissoudre, sur un mode platement métaphorique, les tensions et les difficultés du monde », p. 262. Et l’auteur ajoute en note : « Le xxie siècle renoue paradoxalement de cette façon avec les utopies révolutionnaires naïves d’une conversion des hommes et des institutions provoquée par les bienfaits de la seule publicité. Vision elle-même associée au présupposé rousseauiste d’une volonté générale produite par les vertus de l’immédiateté », ibid.

7  Loi n° 2006-686 du 13 juin 2006.

8  Communiqué de presse du 23 septembre 2008.
http://www.criirad.org/actualites/dossiers-08/hctisn/cp-hautcomite-23spbre08.pdf

9  Au-delà de la gestion étatique du nucléaire, c’est toute la haute administration française qui est réputée dans le monde occidental pour son opacité. Voir par exemple le récent livre de Peter Gumbel, Elite Academy. Enquête sur la France malade de ses Grandes Ecoles, Denoël, 2013.

10  Michel Foucault., « L’œil du pouvoir » in Dits et écrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard, 2001, p. 197.

11  Vers la paix perpétuelle, édition Françoise Proust, Flammarion, 1991, p. 122 et 128. Voir Luc Foisneau, « Autorité et vérité. Hobbes dans l’espace public kantien », in L. Foisneau, D. Thouard (éd.), Kant et Hobbes. De la violence à la politique, Paris, Vrin, 2005, p. 17-32.Voir également Sandrine Baume, « La transparence dans la conduite des affaires publiques. Origines et sens d’une exigence », site Raison-publique, 2011, article où cependant les notions de publicité et de transparence ne sont pas selon nous suffisamment distinguées. http://www.raison-publique.fr/article459.html.

12  Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Pairs, Calmann-Lévy, 1995, p. 119 sq. Voir à ce sujet, l’article d’Éric Duhamel, « Secret et Démocratie », in Matériaux pour l'histoire de notre temps, 2000, n. 58. pp. 77-80, p. 78.

13  Eric Duhamel, Secret et Démocratie, op. cit.

14  Loi du 17 juillet1970, article 9 : « chacun a droit au respect de sa vie privée ».

15  Loi du 10 juillet 1991 « relative au secret des correspondances émises par la voie des télécommunications », votée, comme le fait remarquer Éric Duhamel, après que la France ait été doublement condamnée par la cour européenne des droits de l'homme (arrêts Huvig et Kruslin du 24 avril 1990).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « La face cachée de l’injonction de transparence », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Secret et mensonge. Essais et comptes rendus, mis en ligne le 03 décembre 2014, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6212

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cavaillé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org