Navigation – Plan du site

Maxime 5 : Qu’il fault suivre la Religion par raison d’Estat, quoy que fausse et erronée, comme son principal appuy

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

L'édition critique du manuscrit de 1668 a été publiée par Jean-Pierre Cavaillé en collaboration avec Cécile Soudan aux éditions Honoré Champion, collection « Libre Pensée et Littérature Clandestine », n°69, 740 p., ISBN 978-2-7453-3457-2. Cette édition comporte notamment une importante introduction, la traduction des citations latines et l'identification des références bibliographiques utilisées par Louis Machon.

Texte intégral

1[71] Maxime 5 : Qu’il fault suivre la Religion par raison d’Estat, quoy que fausse et erronée, comme son principal appuy

  • 1  1
  • 2  2
  • 3  3
  • 4  4
  • 5  5
  • 6  6

2Machiavelle dit1. Quelli principi, o quelle Republiche le quali se vogliono mantenere incorrotto, hanno sopra ogni altra cosa a mantenere le ceremonie della Religione, et tenerle sempre nella loro veneratione2. Perche nissuno maggiore inditio si puotè havere dalla ruina d’una provincia, che vedere dispregiato il culto Divino. Et un peu apres3 ; Debbono adunque i principi d’una Republica, o d’un Regno, i fondamenti della Religione che loro tengono mantenergli, et fatto questo, sarà loro facil cosa a mantenere la loro Republica religiosa, et per consequente buona et unita4. Et debbono tutte le cose che nascono in favore di quella, (comè chè le giudicassino false) favorir le, et accresser le ; et tanto più la debbono fare, quanto più prudenti sono, et quanto più conos[72]citori delle cose naturali. Et perche questo modo è stato osservato da gli huonimi savi, ne è nata la opinione de i miracoli, che si celebrano nelle Religoni, etiandio false ; perche i prudenti gli augmentano, da qualunque principio essi nascono ; et l’autorita loro da poi a quelli fede appresso a qualunque ; di questi miracoli ne fù a Roma assai. Et un peu apres5 ; La quale Religione se nè principi della Republica christiana si fusse mantenuta secondo che dal datore d’essa ne fu ordinato, sarebbero gli stati, et le Republiche christiane più unite, et più felici assai, ch’elle non sono6. Ne si può fare altra maggiore coniettura della declinatione d’essa, quanto è vedere come quelli popoli che sono più propinqui alla chiesa Romana capo della Religione nostra, hanno meno Religione. Et chi considerasse i fondamenti suoi, et vedesse l’uso presente quanto è diverso da quelli, giudicherebbe esser propinque senza dubbio, ò la rovina, ò il flagello. Machia. Di Discorsi, lib. I, cap. 12.

  • 7  1. Que la Religion est l’appuy des Estats, et le mespris qu’on en fait, leur ruine et leur destruc (...)
  • 8  2 Que la Religion tient les sujets en bride et les contient dans le debvoir plus qu’aucune Loy qui (...)
  • 9  3 Ce n’est pas a faire aux princes temporels de juger de la Religion, ni de la reformer.
  • 10  4. Il accuse les princes chrestiens de moins de Religion que les paiens.
  • 11  5 Il se plaint de ce que la Religion se corrompt et s’altere tous les jours, au lieu de s’augmente (...)

3Quiconque7 veult maintenir un Roiaume en [73] son entier, il doibt sur touttes choses penser de la Religion, qu’elle ne se passe, et que peu a peu ne vienne a nonchaloir ; car le signe que l’on peult avoir de la perdition d’un pais, c’est quand on void que Dieu s’y oublie, et son service. Et un peu apres8 ; Que le Roy donc qui aura desir de sauver son Roiaume, visite les fondemens de sa Religion, et prenne bien garde qu’il n’en vienne faulte, lors sans peine il tiendra ses sujets en Devotion et saincteté, et par ceste bride les rangera a la raison, et fera d’eux ce qu’il voudra ;9voire s’il survient quelque chose fausse, ou non, (c’est tout un pourveu qu’elle tourne en la faveur, et avantage d’icelle), qu’il consente, qu’il y donne les mains, et le fera s’il est sage, et s’il entend raison ; c’est d’ou sont venus tant de miracles au monde (je parle des Religions perverses). Les princes prudens les soutenoient et confirmoient, par quelques moiens qu’ils fussent faits et forgés ; apres eux nul ne faisoit difficulté de croire ; a Rome y en avoit a revendre. Et un peu apres ; 10Plust a Dieu que les princes chrestiens en fissent ainsi, j’entend qu’ils gardassent aussi bien leur Religion telle qu’elle leur fut [74] premierement baillée, leurs Roiaumes et Republiques s’en porteroient un peu mieux qu’elles ne font. 11Vraiement, c’est un mauvais signe pour eux de voir que les contrées les plus prochaines de l’Eglise Romaine, sont celles qui ont le moins de Religion, tellement que qui revisitera son commencement, et considerera comme le present usage y retire, sans point de faulte il jugera incontinent, que nous ne sommes pas loing de nostre fin, ou de quelque grande punition Divine ; Machia. en ses Discours politiques sur Tite Live, [livre I.] chap. 12.


*

  • 12  Nulla gens est, neque tam ferea, quae non, etiam si ignoret qualem Deum habere deceat, tamen haben (...)
  • 13  Philo, ait, Religionem suam, cuique videri optimam, ut quae plerumque, non ratione, sed affectu di (...)

412Jamais les hommes ne se sont si bien, ni si generalement accordés que dedans l’establissement de la Religion ; et jamais aussi ils n’ont trouvé un sujet parmy eux qui leur causa tant de biens, et tant de maux tout ensemble, ny qui leur procura tant de troubles, et tant de tranquillité par un mesme moien. Il n’y a peuples si Barbares, ny si mal policés, qui n’exercent [ne reconessent quelque sorte de] une Religion, et qui n’aient des ceremonies particulieres pour la faire reconestre et practiquer, [75] et par la se justifie son [est le] consentement universel. Mais pour scavoir qui a la meilleure, la plus pure, et la plus saincte, c’est icy que les haines, les guerres, les persecutions, les martires, et les cruautés trouvent leur sujet, et la cause generale de tous les desordres de la terre. 13Chacun combat pour la sienne, encore qu’il n’y en ait qu’une bonne ; personne n’espargne ny ses biens, ny son sang, ny sa vie pour la faire valoir ; on met icy le souverain bien pendant la vie, et le repos de Conscience dedans la mort ; et l’on croit [croit-on] meriter le ciel pour avoir disputé qui en auroit le plus de conessance, et qui seroit celuy qui l’iroit embrasser [occuper] le premier et le plus ardemment [devotement].

5Sur ceste verité non contestée, il fault tirer ceste consequence infaillible, que la Religion qu’elle elle soit, est le plus commun, le plus certain, et le principal appuy de l’Estat. Et avant que de nous engager [plus avant], non pas a prouver, mais a resonner plus amplement [discourir] sur ce sujet conformement au sentiment de nostre Autheur, il fault, pour suivre son ordre et son raisonnement, distinguer en cinq poincts ce qu’il [en] a dit cy dessus [en six poincts], pour les [76] examiner plus clairement [, que nous examinerons] les uns apres les auttres, comme s’ensuit.

61. Que la Religion est l’appuy des Estats ; et le mespris qu’on en fait, leur ruine et leur destruction [2. Que le mespris de la religion, est la ruine des Estats].

72. [3.] Que la Religion tient les sujets en bride, et les contient dans le [dedans leur] debvoir plus qu’aucune Loy qui soit.

83. [4.] Que ce n’est pas a faire aux princes temporels de juger de la Religion, ny de la reformer, et par ainsi qu’ils sont obligés par raison d’Estat de la suivre, ou tolerer, quoy que fausse et erronée.

94. Pourquoy il [Qu’il] accuse les princes chrestiens de moins de Religion que les paiens.

105. [6.] Qu’il se plaint de ce que la Religion se corrompt et s’altere tous les jours, au lieu de s’augmenter et de se perfectionner.

  • 14  1. Que la Religion est l’appuy des Estats ; et le mespris qu’on en fait, leur ruine et leur Destru (...)

1114Que la Religion ne soit l’appuy et le fondement des Estats, c’est ce que l’experience [et] et le sens commun nous obligent de croire et de confesser. Tous les escrivains tant sacrés, que prophanes; tous les Autheurs] en sont d’accord, et s’ils l’estoient aussi bien de [77] l’essence, comme du nom, les schismes et les divisions seroient aussi rares, que les heresies sont ordinaires [, sans nombre], et sans esperance de les voir jamais abolies, sans un miracle tres particulier et tres puissant de celuy qui en est l’Autheur, et qui est l’object de nos vœux et de nos sacrifices. Et pour poursuivre nostre poincte, non pas en Theologien scholastique, mais en politique chrestien ; [, et] laissant a ces premiers l’examen [la conessance] de sa Nature, et de ce qu’elle est ; voions ce que son nom et sa practique peuvent [peut] faire, et comme ils sont utiles et reverés [il est utile et reveré] parmy les hommes.

  • 15  Plato
  • 16  Plutarch.
  • 17  Philo-Judaeus.
  • 18  Xenophon.
  • 19  Cicer. lib. 1 de natur. deorum.

12Platon l’appelle ; propugnaculum potestatis ac legum, et honestae disciplinae vinculum15. Plutarque dit que c’est ; coagulum omnis societatis, et fundamentum legislationis16 ; Philon le Juif luy donne cest eloge, et dit qu’elle est ; efficacissimum amatorium, et vinculum indissolubile benevolae amicitiae17 ; Cyrus attribue a la Religion le respect et l’obeissance que ses sujets luy rendoient18 ; Ciceron soustient [dit] que sans elle il n’y peult avoir de foy, de societé, ny de justice parmy les hommes ; pietate sublata, fides etiam et societas humani generis et una excellentissima [78] virtus justitia tollitur19.

  • 20  Codic. de haereticis, leg. 4. ss. 1.
  • 21  Quint. Curti. lib. 4.
  • 22  Tite Live, Hist., lib. 5.

13C’est pourquoy les Empereurs romains ont fait une querelle commune du mespris de la Religion, et ont interessé tous les hommes a en rechercher la vengeance et la punition ; volumus esse publicum crimen, quia quod in Religionem Divinam committitur, in omnium fertur iniuriam20. Elle n’est point contraire a la police, puis qu’elle est la police mesme, et que ceux qui n’en ont point conseillent aux auttres de s’en servir comme d’un remede excellent pour captiver le peuple et tenir touttes choses calmes dedans la Republique ; et les faire reussir utilement et favorablement [heureusement] ; nulla res efficacius multitudinem regit, quam superstitio ; dit l’historien d’Alexandre le Grand21, et Tite-Live adjoute, que si on examine bien touttes choses ; invenietis omnia prospera evenisse sequentibus Deos, adversa spernentibus22.

  • 23  Papon, en ses Arrests, liv. 1. tit. 2. arrest 8.
  • 24  St August. de Civit. Dei.
  • 25  Bodin in method. cap. 6.
  • 26  Julian. Imper. Epist. 52.

14Monsieur Capel advocat general [du Roy] au parlement de Paris, dans une harangue qu’il fit en l’an 1535 louant Francois 1. de ce qu’il avoit eù soing de la Religion, remonstra et fit conestre, que les [79] Roiaumes et Republiques des anciens paiens qui avoient pris [eu] soing de [bien] faire observer leur Religion, avoient prosperé en toutte felicité, parce, disoit il, encore que leur Religion fut fausse et qu’ils vequssent en erreur et tenebres, ils ne laissoient pas de reussir heureusement, a cause que l’estimant bonne et vraie, ils l’avoient en singuliere reverence et recommendation23 ; ce qu’il a pris de Polibe, et de st Augustin, qui dit en son livre de laCité de Dieu, que ; auctum a Deo imperium Romanum, quod cordi illis fuisset, quamvis falsa, Religio24. Bodin remarque qu’elle est si importante et si puissante, que non seulement elle conserve les Estats, mais [qu’elle] les fait acquerir ; plerique sola Religionis specie maxima Regna invaserunt, ut Arabes, Persae, Mauri, et pontifices Romani25. Et l’Empereur Apostat, qui est [et] celuy qui n’en connaissoit point que celles qu’il se forgeoit, assure et affirme [en affirmant], que ; est autem, ut bonorum omnium revera maximum pietas ac Religio ; sic contra, malorum maximum [omnium], Impietas26.

  • 27  Sueto. in Calig. cap. 51. Dion, in Caligul.
  • 28  Aristo. polit. lib. 5. cap. 11.
  • 29  Machia. en sesDisc. liv. 1. chap. 11.

15Et parce que les actions des hommes sont inconstantes, [80] leurs resolutions vaines [incertaines], leurs desseins suspects, et leurs loix incertaines et sujettes a desadveu, ceux qui ont apporté la Religion parmy eux, et qui en font [ont fait] la baze et le fondement de leurs Estats, les ont [l’ont] fait authoriser du ciel quelque vertueux qu’ils aient pù estre, tesmoing Moise, et apres luy les paiens ne pouvant meriter ceste grace, ont tasché de la feindre, et de persuader a leurs sujets qu’elle ne leur avoit point esté refusée, non plus qu’aux veritables legislateurs [Autheurs]. Solon, Licurgue, Numa, Mahomet, et quantité d’auttres sont de ce nombre ; et l’Empereur Caligula qui fut l’un des plus grands mespriseurs des Dieux dont nous aions conessance, pour contrefaire l’homme de bien, et s’authoriser davantage, faisoit courir le bruit qu’il parloit souvent avec Jupiter, et qu’il avoit grande familiarité avec Castor et Pollux qu’il disoit ses freres ; se glorifiant aussi d’avoir bonne accointance avec la lune, et de coucher avec elle comme avec une Deesse. Voulant par ces artifices persuader au peuple, que non seulement il estoit fort devot et religieux, mais aussi que par le moien de ceste grande [81] privauté qu’il avoit avec les Dieux, il participoit a la Divinité, et estoit de leur conseil27. Cest hippocrite scavoit bien ce que dit Aristote que le pouvoir des Rois consiste en la Religion, a cause que les sujets qui se persuadent que leur prince craint vraiement Dieu, ne peuvent pas s’imaginer qu’il leur face injustice ; et la crainte qu’ils ont de deplaire au Dieu qu’ils croient [s’imaginent] luy estre favorable, fait qu’ils sont plus soupples [humbles] et plus obeissans ; oportet principem erga Religionem Deorum affici vehementer, minus enim formidabunt populi ne quid contra justitiam fiat si religioni debitum illum existimabunt, ac Deorum timorem habere, minusque contra illum audebunt insurgere, quasi deos habeat propitios et faventes28. Et sans aller chercher des Authorités plus loing, voions comme en parle nostre Autheur qu’on publie si malicieusement pour son ennemy et son destructeur ; si j’avois a estre juge, dit-il, le quel de Romulus, ou de Numa, auroit plus fait de bien a Rome, Numa l’emporteroit ; car ou la Religion est bien plantée, l’on y met aisement [82] les armes ; mais ou elles sont seules receuës, la religion ne peut bonnement trouver accés29. Et un peu apres. C’est mon opinion que la Religion instituée par Numa fut l’une des causes principales de la grande felicité de Rome, car d’elle vient le bon ordre, le bon ordre fit la grande fortune, de la bonne fortune procederent les heureuses issuës de leurs magnanimes entreprises ; et j’ose le dire, que tout ainsi que l’estime que l’on fait de l’honneur Divin, et l’entretien de la foy, maintient les Republiques en bon ordre, aussi le mespris d’icelle est cause de leur derniere ruine.

16Ou trouvera-on un passage plus avantageux et plus exprés pour la recommandation de la Religion chez tous les Peres de l’Eglise que celuy la ? le quel de tant de censeurs en a parlé en meilleurs termes, et plus religieusement ? Et sans s’arrester a la traduction dont nous nous servons, qui est la seule qui se debite en France sous le nom de Gaspard d’Auvergne, encore que le sr de Vingtemille dans l’histoire Genealogique de sa maison dise en estre le premier traducteur ; Machiavelle ne dit pas qu’il fault suivre la Religion par raison d’Es[83]tat, mais les ceremonies seulement ; sopra ogni altra cosa a mantenere le ceremonie della Religione ; a cause que le peuple est extremement amateur et jaloux des choses qu’il a accoustumé de practiquer dans ses Devotions, quoy [encore] que souvent elles soient tres ridicules et [touttes] remplies de superstition. N’y aiant rien de plus certain [, quant a ce qui est de la Religion, ] qu’il conseille dans [dedans] tous ses livres de [d’y] porter le peuple a la Religion quelque prix que ce soit, les plus rudes et les plus brutaux d’une facon, les plus opiniastres et les plus arrestés d’une auttre, et les plus raisonnables et mieux sensés comme ils l’entendent [de mesme] ; monstrant dedans le chapitre suivant par divers exemples qu’il rapporte, comme les Romains s’en [se] servoient [de la religion] pour regler leur ville, pour commencer et poursuivre leurs entreprises, et pour appaiser les seditions et emotions populaires.

  • 30  Caesar Octavian.
  • 31  Dion, Histor. lib. 52.
  • 32  Surius, in anno, 1566.
  • 33  Aristot. Ethico. lib. 5.
  • 34  Cicer. lib. 2. De Divinatio.
  • 35  Machab. lib. 2. cap. 7.

17C’est l’advis que le sage et prudent Maecenas donna a Caesar Octavian30, disant ; Deum semper et ubique cole, ut moribus patriae est receptum, ad eundemque cultum alios compelle, peregrinarum vero Religionum Authores odio et supliciis prosequere, et illos qui nova Numina [84] introducunt, et multos ad utendum peregrinis legibus alliciunt ; unde conjurationes, coitiones, et conciliabula existunt, minimè principatui commodae res31. Surius dit que le Roy d’Espagne voulant faire recevoir en ses Estats des Pais Bas le Concile de Trente, cela causa une telle sedition que toutte ceste province [le païs] en pensa perir32. Aristote enseigne ; cultum Dei inductum a natura, modum autem colendi a lege esse33. C’est pourquoy, dit Ciceron [Ciceron dit] ; majorum instituta tueri, sacris ceremoniisque retinendis, sapientis est34. Toutte l’histoire des Machabées confirme ceste Doctrine, puis qu’au plus fort de leurs martirs ils s’escrioient ; parati sumus mori magis, quam patrias Dei leges praevaricari ; et un peu apres ; ego autem, sicut et fratres mei, animam et corpus meum trado pro patriis Legibus35.

  • 36  Novella, de Judaeis.

18Le Roy Numa avoit telle creance et telle assurance en la Religion, que quelqu’un luy venant donner advis que les ennemis s’apprestoient contre luy, respondit, et moy je sacrifie aux Dieux ; voulant dire par la qu’estant bien avec eux, il n’avoit rien a craindre. L’Empereur Theodose36 dit, qu’entre tous les soings que nous avons de la Republique, il n’y en a point [aucun] qui nous touche [85] tant, ny qui soit si propre a la Majesté imperiale, que [comme] la garde et l’observation de la Religion, parce qu’en la conservant elle sert de porte et d’entrée a toutte la felicité et prosperité de l’Empire.

  • 37  St Cyprian. episto. 27.
  • 38  Evagrius, lib. 3. cap. 14. Novell. 4, de episcop. et clericis.
  • 39  Volchelius, de vera Religione, lib. 1. cap. 5.

19Les Empereurs Theodose [ce mesme Empereur] et Valentinian, disoient que la fermeté et stabilité d’un Estat despend de la Religion, et que ces deux choses sont si estroittement unies et liées [par] ensemble, qu’elles croissent et diminuent par ensemble aussi37. L’Empereur Zenon dit en ses Edits et ordonnances, qu’elle [que la Religion] est la baze, le fondement, et la protectrice de l’Empire Romain, et la mere eternelle et immortelle de son sceptre, et de sa Couronne38. Volchelius qui est plus subtil que Religieux, se sert de l’authorité de Machiavelle qu’il blasme assés souvent d’ailleurs, dans son livre de la Vraie Religion, pour monstrer combien elle est utile et necessaire dedans l’Estat39.

  • 40  2. Que le mespris de la Religion est la ruine des Estats.
  • 41  Regum, lib. 1. cap. 2.
  • 42  Regum, lib. 3. cap. 9. vers. 4-5.

2040S’il est vray, comme il n’en fault pas doubter, que la Religion est l’appuy des Estats ; il fault par une mesme necessité conclure, qu’il n’y a rien qui les ruine, ny qui les altere davantage que de la mespriser, et n’en faire aucun [point de] cas. Aussi tost que les enfans d’Helie et de Samuel commencerent [86] a la negliger, ils virent en mesme temps la ruine de leurs Roiaumes, et la perte de leurs provinces41 ; c’est pourquoy Dieu dit a Salomon, qui pourtant n’en fit gueres bien son proffit [ses proffits] ; si ambulaveris coram me sicut ambulavit pater tuus in simplicitate cordis et in aequitate, et feceris omnia quae praecepi tibi ; et legitima mea et judicia mea servaveris ; ponam thronum Regni tui in sempiternum, sicut locutus sum patri tuo dicens, non auferetur vir de genere tuo, de throno Israel. Si autem aversione aversi fueritis, vos et filii vestri non sequentes me, nec custodientes mandata mea et ceremonias quas proposui vobis, sed abjeritis et colueritis Deos alienos, et adoraveritis eos, auferam Israel de superficie Terrae quam dedi eis, et Templum quod sanctificavi nomini meo, projiciam a conspectu meo, eritque Israel in proverbium et in fabulam cunctis populis, et domus haec erit in exemplum ; omnis qui transierit per eam stupebit et dicet, quare Dominus fecit sic terrae huic ? Et domui huic ? Et dicent, quia dereliquerunt Dominum suum42. Aussi tost qu’Adam eùt mesprisé la religion, et les commandemens de son Dieu, aussi tost il [87] perdit la souveraineté qu’il avoit sur [toutes] les creatures, qui en mesme temps se rebellerent contre luy, et [du] depuis luy furent tousjours contraires, et ne le reconurent plus que pour luy resister.

  • 43  Pausanias, lib. 10.
  • 44  Aulus Gellius, lib. 3. cap. 9.

21Apres la propre Authorité du dispensateur [maistre] des Roiaumes, et du pere de la Verité, ce seroit chose inutile d’en emprunter des hommes [rapporter des prophanes], puis qu’elles ne persuadent qu’autant que la raison le peult permettre, ou [et que] celle-cy ne recoit plus de contradiction [difficulté] quand elle est une fois prononcée. Et pour faire voir come elle se fait reconestre et advoüer chez les paiens aussi bien qu’auprés de ceux qui embrassent et suivent la vraie Religion, les histoires profanes en font foy ; et Pausanias43 assure, qu’auprés de Mantinée cité d’Arcadie, estoit un Temple consacré a Neptune, dont l’entrée estoit interditte aux hommes, et si pour cela n’y avoit point d’auttres gardes sinon quelque [sic] petittes cordes de laine posées au dessus de la porte, les quelles causoient telles craintes et fraieurs que ce lieu en estoit rendu fort reveré ; arriva neant moins qu’Ægipte fils de Hippore Roy d’Arcadie, homme de peu de Religion, sans respect et reverence couppa ces cordelettes ; et comme il entroit dedans le Temple, les ondes de [88] la mer en sortirent si impetueusement qu’elles l’aveuglerent du tout, dont peu apres il mourut apres avoir perdu les yeux ; et ce miracle fut d’autant plus grand et merveilleux, que la mer estoit esloignée de la de plus de trois mille. Ce [Le] mesme Autheur au livre precedent, dit qu’en la ville de Cabire en Beotie, un mille prés de Thebes y avoit un Temple desdié a Cerés auquel personne n’entroit que les seuls Cabiriens ; advient que Mardoine Capitaine de Xercés y estant entré avec son armée pour le piller, fut en un moment surpris d’une telle fureur que luy et ceux qui le suivoient [de son armée], se precipitans des montagnes et rochers en bas, moururent tous miserablement. Cambises fils de Cyrus envoia cinquante mille hommes pour ruiner le Temple de Jupiter Hammon, les quels par une soudaine tempeste et orage furent tous couverts de monceaux de sables avant qu’y estre arrivés, et perirent ainsi malheureusement sans avoir executé un si [leur] pernicieux dessein. Aule Gelle raconte, que tous ceux qui estoient avec Q. Cepion Consul qui pilla l’or du Temple de Toulouse, ou il y avoit cent dix mille marcs d’or, et cinq millions de marcs d’argent, moururent tous, et touttes leurs familles [89] dedans l’an, et n’y en eùt pas un qui en portat une seule piece en sa maison44. Les Romains aiant pris Cartage, quelqu’un despouilla la statue d’Apollon d’une robbe d’or qu’elle avoit sur le dos, mais les mains de celuy qui commit [avoit commis] ce sacrilege, se trouverent couppées et attachées a ceste mesme robbe. Brennus Capitaine des Gaulois, estant entré par force dans le Temple d’Apollon en Delphes, et l’aiant mis a sac, fut surpris de tant de rage et de fureur qu’il se tua luy mesme [de ses propres mains].

  • 45  Senec. De benef. lib. 7. cap. 7.
  • 46  Exode, cap. 22. vers. 28.

22Il fault absoluement que ces punitions [choses] soient vraies, ou bien dire qu’il n’y a point de Dieu, puis qu’il est le seul qui peult resister a la violence des princes, et qui peult les chastier et [en] reprimant leurs insolences, et le mespris qu’ils font des choses qu’ils doibvent reverer. Et ne fault pas regarder si ce sont des Temples de faux Dieux, ou d’Idoles ; mais que ceux qui les adorent les tenant pour veritables, et tout Divins, font un sacrilege de ne les pas reconestre pour [reverer comme] tels, et sont aussi criminels que leur volonté est meschante et coupable ; qualiaquunque quae putantur Numina pejerata, dit un illustre paien [Senecque], a vero Numine vindicari ; punitur, quia tanquam Deo facit [fecit] ; opinio illum [90] sua obligat poenae45. Cela est fondé en Droict Divin, aussi bien que dans le naturel, Moise nous l’ordonnant dedans l’Exode, quand il dit ; Diis non detrahes46 ; je doibs l’honneur au Dieu que je crois, et que je reconois.

  • 47  Cicer. Oratio. de aruspicum responsis.

23Les Romains qui ne redebvoient rien en quoy que ce soit aux auttres nations, ne faisoient gloire neant moins que d’avoir une Republique plus religieuse qu’aucune auttre, de quoy un de leurs consuls [en] fait foy quand il dit ; nec numero hispanos, nec robore Gallos, nec calliditate Poenos, nec artibus Graecos, nec denique hoc ipso hujus gentis ac terrae, domestico nativoque sensu Italos ipsos ac Latinos, sed pietate ac Religione, atque hac sapientia, quod Deorum immortalium Numine omnia regi gubernarique perspeximus, omnes gentes nationesque superavimus47.

  • 48  2. [3.] Que la Religion tient les sujets en bride, et les contient dans le debvoir plus qu’aucune (...)
  • 49  Natura est contumax animus et in contrarium atque arduum nitens. Senec. lib. 1, De Clement.

2448La Religion n’est pas seulement necessaire de [pour] soy, mais encore tres utile pour contenir dans [dedans] le debvoir et l’obeissance ceux que nous avons a Gouverner, et qui sont en nostre puissance ; n’y aiant rien qui tienne davantage le[s] [les] sujets en bride et en subjection que sa conservation [consideration], et le respect qu’ils luy portent. Estant vray que les [91] hommes seroient les plus indomptables de tous les animaux49, si la crainte de Dieu ne s’opposoit a leurs rebellions, et aux entreprises [violences] dont ils sont capables. Ce remede est louable, legitime, et glorieux, c’est le plus doux et le plus puissant de tous, c’est l’unique qui n’est point controllé et qui est le plus universellement approuvé ; ceux mesmes qui le mesprisent, luy obeissent ; et si l’interieur desment l’exterieur, qu’importe au prince, il n’est point responsable de nos pensées, c’est nostre affaire, nous sommes les Maistres et les Ministres de nostre salut. C’est assés qu’il soit obey, il suffit que la chose publique [republicque] soit en bonne union, et que les desordres et les mauvais exemples en soient bannis.

  • 50  St Augustin
  • 51  Xenophon, Paedag. lib. 8.
  • 52  Lactant. de Ira Dei, cap. 12.

25Les Rois qui sont les Lieutenans de Dieu en terre n’ont que les corps et les actions des hommes en Gouvernement, le Maistre des Maistres [il] s’est reservé les Consciences, a cause qu’il n’y a que luy qui le [les] conesse, et qui ne peut estre trompé ; solus Deus mentium Rex est50 ; dit st Augustin ; le mal que nous pensons ne nuit a personne qu’a nous mesmes ; que si nous le mettons en [a] effect, et que nous offencions nostre prochain, pour lors [92] la justice des hommes ne le laissera point [pas] impuni. Et comme les peines [la peine] et les supplices retardent et font cesser les mauvais desseins [mauvaises actions], pour empescher qu’on n’en meditte et qu’on n’en forme de nouveaux [souhaite], on oppose la Religion et la crainte de Dieu, pour servir d’obstacle aux mauvaises pensées ; et par ce moien l’on persuade aux sujets, que ce n’est pas seulement assés de ne point faire de meschantes actions, mais mesme qu’il ne fault pas avoir le desir d’en commettre [faire], qui est le plus hault point de perfection auquel l’humanité puisse atteindre [scauroit aspirer]. Cyrus dit dans Xenophon, que la seule Religion fait que les sujets vivent bien entre eux, et qu’ils n’entreprennent rien contre le prince ; si Dei metuentes sunt, minus eos, aut inter se aliquid illicitum patraturos, aut in Regem51. Et Lactance enseigne [affirme], que ; Religio et timor Dei solus est qui custodit hominum inter se societatem52.

26Il n’est pas moins [inutile et] superflu de discourir icy davantage pour prouver une chose dont personne ne doubte, et dont les effects sont plus communs et plus certains que les raisons qu’on scauroit prester a la Verité qui l’accompagne ; [93] qu’il est utile et necessaire de venir a la troisieme [quatrieme] partie de ceste maxime, qui est celle que l’on dit authoriser touttes sortes de Religions, favoriser la superstition, et mettre en credit les faux miracles, contre l’intention de nostre Autheur qui n’enseigne auttre chose sinon ; qu’il n’appartient pas aux princes temporels, de juger de la Religion au fond, et moins encore [encore moins] de la reformer ; qui n’est pas le sentiment de la pluspart de ses adversaires, qui ne se trompent pas moins en cest endroit, qu’ils ont fait presque en tous les auttres.

  • 53  3. [4.] Que ce n’est pas a faire aux princes temporels de juger de la Religion, ny de la reformer  (...)

2753Il ne fault pas estre grand Theologien, ny grand politique pour conestre et scavoir, que Machiavelle accommode icy la Religion aux esprits bas et grossiers de la populace, pour ne pas les obliger [a] davantage qu’ils ne peuvent ; sachant bien qu’ils ne sont pas capables d’une plus pure et plus relevée, qu’il n’y a rien entre eux qui ne soit altéré et corrompù, et qu’ils ne se laissent conduire que par [l’erreur et] l’opinion commune, et non [pas] par la Verité la plus saine et la plus entiere. Et ceux qui disent que de ce raisonnement [94] particulier qui ne regarde que l’ignorance et la stupidité du peuple, il pretend en faire une regle generale, et une maxime fondamentale [politique] pour les Estats bien policés, se trompent et luy imposent tres assurement, parce qu’il fait voir le contraire par la conclusion de son discours, ou il declare son sentiment nettement en ces mots ; cependant les chefs et Capitaines Romains scavoient bien combien en valoit la marchandise ; comme s’il vouloit dire, le peuple le veult ainsi, le bien de l’Estat le requiert, il n’est pas capable [ils ne sont pas capables] de plus de pureté, l’action est plus indifferente que criminelle ; populus vult decipi, decipiatur ergo. Desapprouvant au fond ce procedé [ceste procedure], puis qu’il ne veult pas que les chefs et conducteurs qui doibvent estre plus sages et mieux sensés, en soient touchés ; mais seulement la populace [commune] qui ne veult que de l’exterieur, qui est tout dans les ceremonies, et qui jamais ne peult accorder ses sentimens avec la raison et la verité des choses. Et s’il semble vouloir dire qu’il fault suivre indifferemment touttes sortes de Religions ; il ne mesprise pas la bonne pour cela ; [95] mais seulement dans une necessité d’Estat aussi permise que politique, il conseille au prince de s’accommoder a l’humeur de ses sujets qui ne sont pas tous d’accords en ce poinct, comme le grand nombre des differentes [religions] nous fait [font] voir ; sachant trop bien, et advouant trop clairement le pouvoir qu’elle a, puis que vraie ou fausse elle peult tout de soy, mais non en soy dedans [mesme dans] les esprits de ceux qui en abusent, a cause qu’ils ne la conessent point. Il suppose plustost qu’elles sont touttes [que touttes les religions sont] bonnes, qu’il ne les mesprise, estant vray que dans touttes celles de la terre, voire mesme dedans la chrestienne et Catholique que l’on croit exempte d’erreur et d’impureté, on y a toleré, et y souffre-on encore des faux miracles, et des adorations Idolatres, pour la satisfaction du peuple, et pour ne point l’effaroucher ny troubler dedans ses Devotions particulieres ; sans que pourtant on les approuve au fond, mais leurs effects seulement [leurs effects], et la bonne intention de ceux qui sont ainsi pieusement abusés. Chacun scait que dedans l’Eglise Romaine qui est la nostre, on y adore plus de cloux de Jesus Christ crucifié, par exemple, qu’il n’y en a ; [96] et comme les papes ont renvoié ceux qui vouloient esclaircir ce differant [ceste affaire], leur disant, qu’ils les adorassent comme ils avoient accoustumé faire. Ainsi ceste maxime ne peut estre mesprisée dedans une bonne police, parce que la Verité en seroit plus dangereuse et dommageable, que n’est pas une ignorance innocente, puis qu’on juge des actions de l’ame par l’intention, et qu’il est plus avantageux de bien faire par des moiens qui n’ont rien d’impie ny de mauvais qu’un erreur indifferent, que de perdre et de ruiner les choses les plus sainctes et les plus sacrées, pour en vouloir monstrer et descouvrir le secret et la Verité a des esprits qui n’en sont pas capables. [A cause que] Le peuple n’aiant auttre guide que la Religion qu’il se forme de pere en fils, et qu’il veult accommoder a ses caprices, et a ses sentimens erronés, et non pas a ce qu’elle est regulierement ; puis qu’il n’y a plus [et n’y aiant plus] de Moise pour luy faire des miracles en touttes rencontres ; il fault bon gré, mal gré tolerer [emprunter] ceux qui ne sont qu’apparens, puis qu’ils font les mesmes effects, que c’est pour une mesme fin, et qu’ils ne buttent qu’a contenir le peuple [97] dedans l’obeissance, et le ranger a son debvoir.

  • 54  Grego. Nazian. Oratio. 11 et 18.
  • 55  St August. de Baptismo, lib. 1. cap. 15.

28Il s’agit plus icy des ceremonies exterieures, comme nous venons de dire, que non pas de la Religion au fond, et puis qu’elles sont pour l’ordinaire fort dissemblables, elles ne peuvent aussi estre que tres indifferentes, auttrement tout seroit perdu et desreglé, et nos Religieux mesmes se condemneroient les uns les auttres, puis que le principal fondement de leurs regles est d’avoir quelque chose de particulier, et rien de commun ny de pareil aux auttres, soit en leurs habits, soit en leurs mœurs ; il fault plustost regarder le lieu ou ces chemins nous conduisent, que non pas les moiens differens qu’ils nous suggerent pour y arriver ; st Gregoire de Naziance nous donne ce conseil quand il dit ; unam nobis patriam esse, nempe Hierusalem illam quae mente percipitur, non eas quas hic angustis finibus conscriptas videmus54. Ce que st Augustin semble souscrire quand il dit, que ; ecclesia omnes per Baptismum parit sive apud se, id est, ex utero suo, sive extra se de semine viri sui, sive de se, sive de ancilla ; nam nec[98]et Ismael magis Sarae filius fuit quam Agar quia per ipsius jura conjugalia, et in ancilla seminatus erat, et ex ancilla susceptus ; sicut apud istos Ecclesiae jure quod est in Baptismo, nascuntur quicunque nascuntur55. Nicephore de Constantinople escrivant au pape Leon luy mande, que ; in Ecclesia Dei non est prius, et posterius, sicut nec Judaeus, nec Graecus, nec Barbarus, nec servus, nec liber, sed omnes in Christo unum sumus.

  • 56  Justin, Quaest. et respons. 27.
  • 57  Œcumeni. in 2 ad Corinth.
  • 58  St Chrisost. de sacerdot. lib. 3.
  • 59  St Augustin, Epist. 119, ad Januarium.

29Justin martir, plus formellement encore, dit que ; multa sunt in scriptura quae non imputat Deus tanquam peccatum iis qui illa transgrediuntur propter eam quae intervenit necessitatem56; imo, ut ait, Œcumenius, ipsa lex plerumque sui ipsius complectitur abolitione57. Et st Chrisostome enseigne ; quod Divus Paulus ne concessa quidem a Christo potestate utendum sibi ubique aliquando judicavit, ut nequis eorum qui fidem suam Christo obstrinxissent, offenderetur58. St Augustin recharge, et dit ; quod Ecclesia Dei inter multam paleam, multaque zizania constituta, multa tolerat ; et tamen quae sunt contra fidem, vel bonam vitam non [99] approbat, nec tacet, nec facit59 ; qui est pour le fond de la Religion, et non pour ce qui est de son exterieur, qui sont les ceremonies differentes.

30Il est vray que la diversité des Religions est bien grande, mais il est plus certain encore que c’est un consentement universel, qu’il y a un Dieu ; et ceste varieté n’est que dans les ceremonies, ou la confession du Tout-puissant est publique et certaine, comme son adoration practiquée de tous les hommes. Et ces diverses facons et des uns et des auttres, sont autant de tesmoignages, que ce ne leur est point seulement une Doctrine apprise de peuple a peuple ; mais que chacun l’a trouvée et luë en son climat, et en soy mesme. Il se trouvent [sic] des peuples qui vivent sans Rois, sans toicts, ny maisons, qui sont nuds, qui paissent par les champs ; mais point sans quelque conessance d’un Dieu, nul sans quelque espece de Religion ; pour monstrer qu’il n’est pas si naturel a l’homme de s’associer, de se couvrir contre les injures du ciel, mesme de chercher sa propre vie, comme il luy est [100] naturel de conestre celuy qui luy a donnée. Les Ciniques et les Epicuriens qui ont estés sans honte et sans pudeur en touttes auttres choses, ont estés honteux de nier celle-cy, et de mesconestre celuy qui fait les cœurs, et qui esclaire les esprits.

  • 60  Trigault hist. de la chine.

31Chacun scait que touttes les Religions bonnes et mauvaises, sont fondées sur l’Escripture saincte, et que chacun y trouve l’appuy de la sienne ; mais il fault demeurer d’accord aussi que ceste difference n’est que dans l’opinion de ses Interprettes, puis que la verité qui n’est qu’une, n’en peult produire qu’une bonne ; quilibet verbum Dei habet pro fundamento, sed non omnes eodem modo interpretantur. Les Peres mesmes ne s’accordent point en leurs explications, et les Interprettes qui leur ont succedé moins encore. Chacun croit mieux rencontrer que son compagnon, et comme ils se contredisent les uns et les auttres ou par ignorance, ou par jalousie, c’est pourquoy sans s’y attacher aveuglement, il vault mieux quitter ces sentimens d’hommes fragiles, pour s’attacher a celuy qui illumine les entendemens ; ne supremum Numen deseratur, et Christus cum suis beneficiis abne[101]getur. Sur ce fondement chrestien et veritable, quod Deus ubique, et in omni gente coli potest, cujus cultus non est privatis hominum sententiis adstrictus, et multo minus his vel illis ceremoniis coarctatus ; et quae media in una Religione offeruntur ad salutem, eadem et in altera exhibentur ; neque ad eam quicquam faciunt externae ceremoniae, opiniones hominum, et dubiae quaestiones ; ce qui fait conclure au Pere Trigault en son Histoire de la Chine ; sperari posse, non paucos e veteribus sinis in lege naturae salutem invenisse60.

  • 61  St. August., Contra episcop. Parmen., lib. 3, cap. 2.
  • 62  Paulus Diaco. De Gestis Roma. lib. 6. cap. 8.
  • 63  Princeps Christ., lib. 1. cap. 26.
  • 64  Clasen, De Relig. politic. cap. 18.

32Ribadeneira, Jesuite aussi, dans le Prince Chrestien qu’il a composé contre Machiavelle, ne le condemne pas en cest endroit, puis qu’il demeure d’accord, que ; cum totum Regnum, vel partem ejus maximam, haeresis occupavit, nec possunt lolia zizaniarum extirpari, nisi pariter triticum evellatur ; aut si magna rerum conversio, vel armorum pericula timentur, christiana prudentia docet tum quidem dissimulatione utendum, ne plus damni quam commodi emergat. Ut enim monet D. Augustinus, non propter malos boni deserendi, sed propter bonos mali [102] tolerandi sunt61. Qua ex causa Justinus Imperator, ut scribit Paulus Diaconus62, Arianis templa quae habebant Constantinopoli, non abstulit ; ac id Joannis primi papae et martiris, legatorumque cum eo a Rege Theodorico Ariano missorum precibus impulsus, ne tiranno praeberet occasionem catholicorum Templa et Ecclesias vastandi et deripiendi63. Theodahadus, dit que ; cum Divinitas patiatur multas religiones esse, nos unam non audemus imponere64.

  • 65  Trigault,Hist. de la Chine, liv. 1. chap. 10.
  • 66  Holden, De fidei resolutio. lib. 1. cap. 9 et lib. 2. cap. 1.

33Le mesme Trigault Jesuite, dit qu’il y a trois sectes egalement suivies, et publiquement practiquées dans la Chine ou se trouve leur Apostolat ; la premiere est ; Litteratorum, quae prae caeteris clara est ; l’auttre s’appelle ; Sciequia, quae cum Pitagora transmigrationem animarum credit ; la troisieme, se nomme ; Lauzu, quae inter reliqua inanium Deorum simulachra, coeli quoque Dominum colit, sed ei multa indigna affingit. les quelles trois sectes sont inviolablement observées ; ad Regni auxilium, quod fecit rex (dit cest historien) ut sectariorum omnium animos sibi conciliaret65. la quelle maxime semble estre fondée sur celle de la Theologie qui porte, que ; Quicquid a Theologis Catho[103]licis in utramque partem ; etiam cum maxima acerbitate, disseritur ac disputatur, hoc liberum est66 ; or celle-cy estant de ceste nature comme les choses sus alleguées font voir, jugés si on peult en tirer qu’une consequence favorable.

  • 67  Edwin Sandis, Relation de l’Estat et de la Religion, chap. 33.

34La practique en est si universelle parmy les princes les plus chrestiens, qu’elle ne scauroit plus se revocquer en doubte ; les polonais qui sont si zélés pour la Religion Catholique, n’en condemnent pas une dans leurs Estats, ce qui fait dire d’eux, que si quelqu’un a perdu sa Religion, il alle la chercher en Polongne, et qu’assurement il la trouvera, auttrement qu’il sache qu’elle est evanouie du monde67.

35Les Grecs qui sont opposés a l’Eglise romaine en tant de choses, et tres importantes, ont une Eglise a Venise avec un Archevesque de Philadelphie, un Evesque de Cerigo, et plusieurs auttres prestres pour la gouverner. Les Italiens vont souvent a leurs messes qu’ils celebrent en pain levé, et avec d’auttres ceremonies que nous jugeons schismatiques, ce qui se practique et se tolere dans la ville de Rome mesme, et a Paris ou j’ay veu celebrer a la Grecque publiquement l’Archevesque de [104] Trebizonde, en l’an 1647. Il y a des prestres grecs mariés a Naples, par permission du pape, qui en fait un crime capital aux Latins. Nous voions des Grecs en Calabre, et en la Pouille sujets du Roy d’Espagne qui leur laisse libre l’exercice de leur Religion, comme en plusieurs auttres endroits d’Italie ; quoy qu’ils soient condemnés par l’Eglise Romaine pour estre directement contraires au pouvoir, et a l’authorité du pape.

36Les Juifs ennemis jurés et declarés du christianisme sont soufferts et tolerés en plusieurs endroits de l’Italie, de la France, de l’Allemagne, et ailleurs. On tient qu’il y en a plus de dix mille a Rome ou ils ont quatre ou cinq Sinagogues, et l’usage libre de la circoncision, de leur lithurgie, et de leurs presches en public, avec permission a un chacun d’y assister. Ils y exercent l’usure impunement jusques a dix-huit pour cent sur les chrestiens, et prestent leurs noms a plusieurs Catholiques pour profiter de ce mesme gain illicite, et contraire au Droict Divin et humain. Ils ont en quelques endroits un magistrat particulier pour conestre de leurs differens avec les chrestiens. Le pape les souffre aussi dedans sa ville d’Avignon, apres mesme qu’ils [105] ont esté chassés de France et d’Espagne.

  • 68  Titul. de haebreis.
  • 69  Cano. qui sincera, Distinct. 45. Cano. consuluit De Judaeis ; et ibi, felinus.
  • 70  Ad Galat. cap. 6. vers. 13.
  • 71  Cano. nullus, 28. quaest. 1.

37Dans la taxe de la chancellerie de Rome, il y en a une qui porte dispense a un juif de pouvoir avoir une Sinagogue en sa maison propre, moiennant la somme de     . Et qu’on peult avoir pareillement dispense du pape d’ériger de nouveau une Synagogue publique, en paiant     , mesme de prescher en particulier68, qui est contrevenir directement a la Loy ; nullus, Codic. de summa Trinit. et fide catholica ; ou par expres il est deffendu de donner lieux aux heretiques pour l’exercice des erreurs, &a. contre quoy le pape allegue qu’il ne tient les Juifs pour heretiques, parce que le fondement de leur Religion a esté auttrefois veritable69 ; quoy que l’Apostre dit ; que celuy qui se circoncit, renonce a Jesus Christ ; neque enim qui circumciduntur, legem custodiunt70. Le pape leur permet pareillement d’exercer la medecine, et la chirurgie, quoy que le septieme Concile de Tolete deffende entre auttres choses a tous chrestiens tant laics, qu’Ecclesiastiques, de se servir d’aucuns Juifs en leurs maladies, et moins encore de prendre des medecines de leurs mains sur peine d’excommunication pour les laics, et de suspension de degrés [106] pour les Ecclesiastiques ; et ordonne a tous juges et officiers de tenir la main a ce qu’ils jouissent de ces privileges71.

  • 72  Contzen, Polit. lib. 6. cap. 4. ss. 6.
  • 73 Ibidem, lib. 8. cap. 17. ss. 7.

38Chacun scait que dans la ville de Metz, capitale du Roiaume d’Austrasie, il y a grand nombre de Juifs qui exercent leur Religion publiquement dans leur Sinagogue, comme les Religieux dans leurs Eglises. Et Contzen Jesuite Allemand qui declare haultement la guerre a Machiavelle, escript dans sa Politique, que ; numerus Judaeorum multo major est universo clero, unam, alteramque urbem nominare possum, quae multo plures fovet, quam sint Ecclesiastici in toto Archiepiscopatu Moguntino ; sed non illos alimus modo, sed ex foenore, fraudibus, flagitiis alimus ; et quod premit Rempublicam ditamus72. Et ailleurs il dit qu’il y en a plus de cent mille dans la seule Allemagne ; et parlant si on doibt les en chasser, il respond ; nec me movet quod multi principes eos retinent, quia multi justissimé pepulerunt ; itaque illis qui retinent non facio injuriam, quia qui retinendos censent, eos qui dimiserunt non offendunt73.

39Les heretiques qui ont l’exercice de leur Religion libre en France, en Allemagne, en Angleterre, [107] en Hollande, en Suisse, Danemarch, Suede et tant d’auttres lieux ou elle est tenuë et reputée fausse, ne laissent d’estre soufferts et tolerés, admis dedans les charges et les dignités, quoy que haultement ils blasment et condemnent celle que nos Rois practiquent qui est l’Apostolique et Romaine, soustenant impunement et dans leurs presches publics, et par leurs escripts imprimés, que nos Sacremens sont Impies et funestes, comme ont fait les Cataphriges environ l’an 181, qu’ils estoient inutiles et de peu de valeurs comme firent les Catharins en l’an 256. Les Donatistes ont maintenu en l’an 358 que les Sacremens qui estoient administrés par des mauvais prestres, estoient nuls et sans effect ; ce que les Albanois renouvellerent en l’an 796, et Viclef, en 1410. Les flagellans qui semoient leurs erreurs, en 1352 ont rejetté et mesprisé les Sacremens ; les Adamistes au contraire, en l’an 1531, les admettoient et les administroient tout nuds ; Calvin, et ses sectateurs n’en veulent reconestre que deux, et tant d’auttres. Et neant moins les princes souffrent et tolerent dans leurs Estats ces religions differentes et contraires a celle qu’ils professent, [108]encore qu’ils les croient fausses et erronées, sans que personne les blasme d’heresie, ny d’impieté pour cela.

  • 74  Scaliger,

40Si la superstition qui ne peult passer que pour une Religion fausse, ou du moins corrompuë, est permise et dissimulée par les plus sages et les plus prudens ; et si beaucoup s’en servent pour parvenir a des choses plus importantes et plus necessaires ; pourquoy le Souverain qui doibt regler les forts et les foibles, les sages et les fols, les pieux et les libertins, ne pourra-il suivre ou feindre quelque fois par raison d’Estat, non pas la Religion, qui ne peult s’alterer en soy, mais une ceremonie exterieure qui veritablement est fausse et erronée, puis qu’il y trouve l’appuy de son Estat, et la conservation de ses sujets ? Nulla humana opera, dit un des plus grands hommes de nos jours, melior ad cultum Divinum augendum, quam superstitio ; quemadmodum ambitio vitium est ipsa, maximarum autem virtutum mater ; ita superstitio, de qua paulatim cum aliquid auferas, quasi ursae catulum lambendo formas. Ac qui nudam illam ac simplicem Religionem ab initio hauserunt,[109] minimo quoque argumento labefactantur, levissimo attritu gracilescunt, atque tandem Athei fiunt74.

  • 75  Ia ad Corinth. cap. 7. vers. 16-17.

41Puis qu’il y a de la superstition par tout, et qu’elle ne peult passer que pour l’erreur et l’abus d’une veritable Religion, comme la jalousie pour une marque vicieuse de l’amour ; si les princes temporels, les prelats, et les Evesques la souffrent, voire mesme la fomentent pour un plus grand bien, et pour conserver le corps dont elle n’est que l’ombre et l’apparence ; pourquoy un grand Roy qui a tant de sortes d’esprits a gouverner refusera il ceste complaisance a la foiblesse de ses sujets, de faire semblant d’approuver leur erreur, et de ne le conestre pas, pour conserver les plus sages et les plus esclairés dedans les bons sentimens, et la verité des choses ? St Paul pour s’accommoder a la foiblesse des hommes permit aux chrestiens de son temps de se marier avec les infideles dont on leur deffendoit la frequentation simple auparavant ; leur donnant ceste consolation mesme, que ; sanctificatus est vir infidelis per mulierem fidelem, et sanctificata est mulier infidelis, per virum fidelem. Unde enim scis [110]mulier, si virum salvum facies ; utrumque sicut vocavit Deus ambulet75.

  • 76  St Antonin. in Summa, part. 3. tit. 1. cap. 11. ss. quod papa.
  • 77  Boerius, Consil. 20. num. 26.
  • 78  Benedict. in cap. Raynutius, verbo, qui cum alia, num. 26. part. 3.

42Si le pape qui est le lieutenant de Jesus Christ en terre, et le successeur des Apostres par tout dispense contre le Droict Divin, et les Canons de l’Eglise pour des particuliers tres souvent ; pourquoy un prince temporel qui en est l’image aussi, ne pourra-il souffrir, ou du moins dissimuler une ceremonie de Religion qu’il n’approuve point, et qu’il ne peult empescher, pour le bien de tous ses sujets, et la conservation de son Estat ? Les Jurisconsultes politiques remarquent et veritablement ; quod papa contra manifestum divinarum legum interdictum dispensavit, ut et patruo et avuncolo cum fratris sororisque filia matrimonium contrahere liceret76. Le pape Martin 5 permit a un frere d’espouser sa sœur, et ce avec l’advis de ses Docteurs. Il accorda a un moine profés de quitter et son chapperon et son cloistre pour se marier, a condition neant moins qu’apres qu’il auroit des enfans pour conserver le nom et le bien de sa maison, chose fort necessaire devant Dieu, il abandonneroit sa femme pour reprendre et son habit et son cloistre77 ; [111] contre la Loy apostolique qui veult, que ; quod Deus conjuxit, homo non separet ; encore qu’un fameux Jurisconsulte ait osé escrire ; potestatem papae esse dispensare ut matrimonium temporale contrahatur78. Si ces maximes papales sont equitables en ces occasions, comme soustiennent tous les Canonistes, et les ultramontains particulierement ; je ne crois pas qu’on puisse accuser d’injustice non plus que d’impieté les princes temporels qui practiquent celle-cy moins dangereuse et plus necessaire, quand il y va de la conservation de la Religion, du salut de ses prestres, et du repos de tout l’Estat.

43Davantage si c’est un precepte de Droict Divin et Naturel, comme enseignent tous les Theologiens, de n’infamer point le prochain, et duquel le pape mesme ne peult pas dispenser, non plus qu’en celuy de ne tuer point, parce qu’il est Divin et naturel aussi ; comment le souverain pourra-il en seureté de Conscience et d’Estat, scandaliser une partie de ses sujets qu’il void dans une erreur qui ne fait tort a personne qu’a eux seuls ? Nostre seigneur ne refusa point la communion a Judas, [112] pour ne point descouvrir son peché, qui n’estoit pas leger et indifferent comme celuy dont nous parlons, mais rempli d’infidelité, et de crime de Leze Majesté Divine au premier chef.

44Si tant de Peres, et tant de Docteurs de l’Eglise ont crù que les paiens qui ont moralement bien vecu sont sauvés, eux qui estoient Idolatres, et qui professoient une Religion que nous croions fausse et erronée, comme on peult voir dans le traitté curieux de Collius, De Animabus paganorum ; La Mothe Le Vaier dans le sien, De la vertu des paiens ; et tant d’auttres sur ce mesme sujet. Pourquoy un prince qui ne peult forcer les Consciences, et qui n’a aucun pouvoir sur icelles, ne pourra-il suivre aux occasions une Religion, ou des ceremonies fausses et erronées, ou du moins les tolerer, pour le bien et la conservation de son Estat, et d’une meilleure Religion mesme ?

  • 79  Lactant. lib. 5. cap. 20.

45Qu’il ne soit veritable qu’un prince temporel n’a aucun Droict sur les Consciences, et qu’il ne doibt contraindre personne en ce qui est de la Religion, puis que ce choix nous est souverainement abandonné par Dieu mesme qui en est [113] l’object et le vengeur unique. C’est une verité qui nous est enseignée dés longtemps par le scavant Lactance, qui soustient avec beaucoup de raison, que ; Religio cogi non potest ; quia nihil tam volontarium est quam religio, in qua si animus sacrificantis aversus est, jam sublata, jam nulla est ; et longè diversa sunt carnificia, et pietas ; nec potest, aut Veritas cum vi, aut justitia cum crudelitate coniungi ; Religio defendenda est, non occidendo, sed moriendo ; non saevitia, sed patientia ; non scelere, sed fide ; illa enim malorum sunt, haec bonorum ; et necesse est bonum in Religione versari, non malum ; nam si sanguine, si tormentis, si malo Religionem defendere velis, jam non defendetur illa, sed polluetur atque violabitur79.

  • 80  Plato.
  • 81  Bodin, Repub. liv. 7. chap. 4.
  • 82  Cassiod. Vario. lib. 2. epist. 27.
  • 83  Concil. Tolet. 4. can. 55. Decret. dist. 45, cap. de Judaeis.
  • 84  Thuan. in praefat. tom. 1. histo.
  • 85  Volchelius, de vera Religio. lib. 1. cap. 6.

46Platon dit, que ; poena errantis, est doceri80, et Bodin remarque en sa Republique que l’Empereur Theodoric ne forca jamais personne dans sa Religion81. Cassiodore escrivant de sa part au senat de Rome, dit que ; Religionem imperare non possumus, quia nemo cogitur, ut credat[114]invitus82. Et le concile quatrieme de Tolete ordonne ; ut nemini deinceps ad credendum vis inferatur, cui enim vult Deus miseretur, et quem vult indurat ; solius enim Deus est conscientiis imperare83. Monsr le President de Thou aussi illustre dans la politique que scavant dans le palais, et celebre dans l’histoire, dit avec beaucoup de prudence ; quod alia omnia pro arbitrio civilis magistratus, atque adeo principis sanciuntur, sola Religio non imperatur84 ; a quoy Volchelius adjoute, que ; ea demum vera religio est, quae liberè suscipitur, non quae cogitur, et ab invito quodammodo extorquetur85 ; auttrement elle ne vient plus de Dieu, mais des hommes, qui souvent sont dans l’erreur lors mesme qu’ils veulent reprendre et corriger les auttres, ce qui n’est que trop veritable et trop ordinaire. Par ainsi la Religion estant un effect de la grace, et non d’une violence humaine, et debvant estre libre et volontaire pour estre parfaitte ; il fault par maxime d’Estat laisser libre ceux qui suivent la fausse et l’erronée, ou du moins le souffrir et tolerer, si on ne peult pas leur applaudir, ny les mieux conseiller.

  • 86  Gregor. De Republic. lib. 13. cap. 12. num. 21.

47[115] Ne disons donc plus si opiniastrement que Machiavelle veult soutenir par ceste maxime, l’erreur et la fausseté de la Religion, ny qu’il pretend [pretende] faire aller du pair celle qui est vaine et erronée, avec la pure et la veritable. Quand il dit avec trop de Verité, que les princes souffrent [tolerent] les faux miracles pour augmenter la Devotion des peuples, aussi bien que leur union dedans l’Estat ; il tesmoigne assés qu’il ne les approuve pas, puis qu’il les appelle faux ; outtre qu’il dit, qu’il n’entend parler que des Religions paiennes, et de celles ou les hommes se font des Dieux tels qu’ils veulent. Gregoire dans sa Republique voulant censurer ce discours de nostre Autheur, le confirme entierement en ces [voicy ses] propres termes ; scio, dit-il, quod [quid] Machiavellus vir perniciosissimus, furcifer, et sacrilegus scripserit, principem probare debere falsa miracula in populo, ut Devotiones populi augeat86 ; et un peu apres, aiant blasmé ceste maxime, il adjoute [dit] tant la Verité est forte et puissante ; aliud est loqui de principibus Ethnicis qui nullam certam habebant Religionem, et quam [116] vellent poterant subditis persuadere ; aliud agere de principibus christianis, penes quos, ut apud omnem populum christianum, unus Deus, una fides, unum Baptisma ; qui est le propre sens de Machiavelle, qui s’explique assés clairement pour faire voir l’imposture, et la mauvaise foy de ses adversaires.

  • 87  Lactant. Divi. Institut. lib. 3. cap. 10.

48Apres tout, pour parler chrestiennement et avec la modestie qui doibt accompagner nostre zele, et nostre confession ; qui est l’homme assés rempli de vanité, d’orgueil, et de presomption qui puisse croire qu’il peult faire un acte d’une vraie et parfaitte Religion sans quelque meslange de foiblesse humaine, et de superstition ? Ceste entreprise est trop temeraire et trop relevée pour nous, Dieu regarde plus nostre intention que nos actions ; elles sont bien faittes, si elles sont bien pensées ; elles sont trop materielles [naturelles] et trop corrompuës pour en venir la, quand nous croions bien faire, et que nous taschons qu’il en soit ainsi, c’est beaucoup pour un homme ; quia rerum celestium rationem cognoscere nullo modo possumus ; et sapientiores imperiti, qui etiam si errant in Religione diligenda, tamen [117] naturae suae, conditionisque meminerunt87.

  • 88  St Cyprian, epist. 73.
  • 89  Contzen, Polit. lib. 2. cap. 16. ss 1.2.3.4.
  • 90  Gregor. de Repu. lib. 8. cap. 2. num. 16.
  • 91  Ibid., § 4.

49D’accuser Machiavelle de conseiller a son prince de tolerer touttes sortes de miracles dans son Estat, pourveu qu’ils se facent a son avantage, c’est le blasmer d’estre de l’advis des Peres de l’Eglise, et de tous les moines qui se sont reservés le desbit et la conessance de ces misteres et de ces secrets. Parce que si le prince ne recoit indifferemment tous les miracles qui se font, il faudra necessairement qu’il les examine avant que de les approuver, ou condemner [et d’y adjouter foy], et ainsi entreprendre par dessus son pouvoir, et plus que l’obeissance et la submission qu’il doibt a sa Religion ne luy permettent [permet], et ne desirent de luy. Le Jesuite Contzen en ses Politiques contre Machiavelle, nous enseigne formellement appuié de la Doctrine des Peres, ce que nostre Autheur ne dit qu’en passant. Voicy ses regles et ses preceptes, et comme il commence son chapitre ; principi tuendae verae religionis cura commissa est, instituendae tamen aut innovandae, nulla est omnino potestas. Qua propter, et hoc sedulo attendet princeps ut ipse religionem veterem non innovet, nec ullos nomine reformationis cudat articulos ; non enim [118] est arbiter Religionis, sed discipulus ; discat, et non faciat Religionem ; teneat animo usuque ostendat, pietatem colendam, non esse politicis Edictis perplexam reddendam ; audiat sanctum Cyprianum88 ; nec hoc frater charissime sine scripturae Divinae Authoritate proponimus, ut dicamus certa lege ac propria ordinatione Divinitus cuncta esse disposita ; nec posse quenquam contra Episcopos et sacerdotes usurpare sibi aliquid, quod non sit sui juris et potestatis. Nam et Chore, et Dathan, et Abiron, contra Moisem et Aaron sacerdotem sacrificandi sibi licentiam usurpare conati sunt ; nec tamen, quod illicitè ausi sunt, impunè fecerunt89. Puis faisant [voir] le danger qu’il y a de changer, et de vouloir reformer ce qui se passe parmy le peuple pour vraie et parfaitte Religion, il conclud en ces termes ; Religio mutata, Rempublicam aut turbat, aut mutat ; cum enim vehemens sit stimulus Religionis, multique sint, qui vetera deserere, etiam morte proposita nolint, multorum indignatio, omnium discordia oritur ; et quia in Germania, lege quadam principes Religionem suo arbitrio moderantur, hinc tanta est Religionum varietas ac ignorantia, ut pené [119] nulla religio supersit. Et Gregoire prouvant ceste mesme chose par l’exemple de l’Angleterre, dit ; amisit Religionem Anglia, dum Reges ejus quidam voluerunt sibi Religionis omnimodam usurpare potestatem, et dici caput Ecclesiae90. Ainsi Contzen, dans le discours sus allegué [concluant son discours], dit ; omnis mundus agnoscat, Religionis a principum opinione pendentis, non esse ullam constantiam91.

50Ribadeneira qui est un auttre [autheur] Jesuite Espagnol, dans [dedans] le Prince chrestien qu’il a fait contre nostre politique, en dit encore davantage que Contzen, celuy cy n’aiant fait qu’un chapitre sur ce sujet, et l’auttre [cest auttre en aiant] trois [tous] entiers ou il ne parle d’auttre chose ; estant bien aise de me servir de l’authorité de ces escrivains plustost que d’aucun auttre, a cause qu’ils croient estre les arbitres de la foy, et les oracles de la Religion quand ils sont une fois appuiés de leur General, et de leur saincte Inquisition ; outtre qu’ils ont pris a tasche de blasmer et de censurer ce rare et solide escrivain, qui dit  plustost ce qu’on fait, que ce qu’il faudroit faire.

  • 92  Ribadeneira, lib. 1. princip. christia. cap. 19.
  • 93  Lampridius, in Alexandro.
  • 94  Paralipp. lib. 2. cap. 26.
  • 95  Regum, lib. 1. cap. 13.

51Pour donc justifier et faire voir comme le [120] prince n’a pas plus de droict de conestre et de s’informer des secrets de la Religion, que le peuple, et comme il n’y peult auttre chose que la faire [de la faire] observer telle qu’il la trouve, sans conessance de cause, il dit, que ; principes custodes sunt Divinae Legis, non Interpretes ; Ministri sunt Ecclesiae, non Judices ; gladium portant, ut haereticos, perduelles, sacrilegos, et quotquot persequuntur aut Ecclesiae pacem turbant, suppliciis coerceant ; sed in rebus ecclesiasticis, nec legum latores sunt, nec Divinae voluntatis explanatores aut internuntii92. Et pour preuve de son dire rapporte l’exemple de l’Empereur Alexandre Severe93 qui defferoit tellement aux Augures et prestres de sa Loy, qu’il leur abandonnoit entierement et souverainement tout ce qui despendoit de la Religion, jusques a la mesme [sic] qu’il leur permettoit de changer et de reformer ce que luy mesme auroit fait touchant cela. Le Roy Ozias voulant brusler de l’encens sur l’autel comme faisoit le grand prestre, pensant par la faire une action aggreable a Dieu, le pontife luy dit ; non est tui officii, ut adoleas incensum Domino, [121] sed sacerdotum94 ; ce qu’aiant mesprisé, et continuant ses sacrifices [son sacrifice], Dieu luy envoia la lepre, et le fit sortir du Temple. Saul pour avoir voulu sacrifier au prejudice du souverain pontife, fut cause que Dieu transfera son Roiaume en une auttre lignée, et que ses enfans en furent privés95.

  • 96  Gelasius, Epist. ad Anastas.
  • 97  St Ambroise. Epist. 32.
  • 98  Nicepho. hist. lib. 11. cap. 30. Sozom. histo. lib. 6. cap. 7. Ruffin, Histo. lib. 1. cap. 2.
  • 99  Baron. in anno 364.
  • 100  Baronius, in anno, 404. 3.

52Le pape Gelase escrivant a l’Empereur Anastase, dit ; nosti, clementissime fili, quod licet praesideas humano generi, dignitate rerum terrenarum ; tamen praesulibus Divinarum colla submittis, atque ab eis causas tuae salutis expectas ; subdi te debere cognoscis Religionis ordine potius, quam praesse ; nosti itaque inter haec ex illorum te pendere judicio, non illos ad tuam redigi posse voluntatem96. Et st Ambroise en l’une de ses Epistres ; si conferendum est de fide, sacerdotum debet esse ista collatio, sicut factum est sub Constantino augustae memoriae principè, qui nullas leges ante praemisit, sed liberum dedit judicium sacerdotibus97. Tous les historiens sacrés ne peuvent assés louer le vieux Valentinian l’Empereur, de ce que jamais il ne voulut prendre conessance aucune des choses qui concernoient la Religion, [122] disant, qu’elles n’estoient point de son pouvoir, ny de sa juridiction ; dicebat enim potestatis suae fines excedere98 ; c’est pourquoy, comme il estoit un jour tres humblement supplié de vouloir permettre qu’on assembla un Concile pour le bien de la foy et de la Religion, il respondit ; mihi, qui unus e numero laicorum sum, non licet me ejusmodi negotiis interponere ; ideo sacerdotes et Episcopi, quibus haec curae sunt, seorsum per se ubicunque ipsis liberum fuerit, conveniant99. L’Empereur Honorius, reprend l’Empereur Arcadius son frere, de ce qu’il s’entremettoit d’appaiser la division qui estoit a Constantinople entre les Evesques sectateurs de Theophile, et ceux de st Jean Chrisostome, luy disant ; si quid de causa Religionis inter Antistites ageretur, episcopale oportuit esse judicium ; ad illos enim Divinarum rerum interpretatio, ad nos Religionis spectat obsequium100.

  • 101  Acta Ephesini Concilii. St Cyrill. tom. 4. Epist. 17.

53Que si les princes et les Rois assistent quelque fois aux Conciles, et s’y trouvent en personne, ou des Ambassadeurs pour eux, ce n’est que pour les authoriser, et non [pas] pour deliberer des choses qui s’y proposent ; le jeune Theodose nepveu de l’Em[123]pereur Honorius, dans la lettre de creance qu’il donna au Comte Candidian pour assister de sa part au Concile d’Ephese, declare qu’il n’entend pas qu’il prenne conessance quelconque des choses qui regarderont la foy et la Religion ; igitur Candidianum praeclarissimum religiosissimorum domesticorum Comitem, ad hanc vestram sinodum abire jussimus, sed ea lege et conditione, ut cum quaestionibus et controversiis quae circa fidei dogmata incidunt, nihil quidquam commune habeat ; nefas enim est, qui sanctissimorum Episcoporum catalogo adscriptus non est, eum Ecclesiasticis negotiis et consultationibus se immiscere101.

  • 102  Baronius, in anno, 431.
  • 103  In actis Concilii, Distinct. 17. ss. ad haec. Sigon. lib. 16. de occid. Imper.
  • 104  St Chrisosto. homil. 4. in Isaiam.

54L’Empereur Marcian declarant pourquoy il se trouvoit au Concile de Calcédoine, dit ; nos ad confirmandam fidem, non ad ostendendam virtutem, exemplo Constantini Imperatoris, adesse sinodo excogitavimus102. Theodoric Roy des Goths qui suivoit la Religion des Arriens, assistant au quatrieme Sinode qui se tient a Rome du temps du pape Simmachus, ne voulut jamais prendre aucune conessance des choses de la Religion qui s’y decidoient, au contraire respondit ; sinodalis esse arbitrii, in tanto negotio sequenda praescribere, [124] nec aliquid ad se praeter reverentiam, de Ecclesiasticis negotiis pertinere103. St Chrisostome en l’une de ses homelies faisant remonstrance aux Rois sur ce sujet, dit avec sa chaleur ordinaire ; maneto intra tuos terminos, o Rex, alii enim sunt termini Regni, alii termini sacerdotii ; hoc Regnum illo majus est ; ille quidem ea quae sunt in terris sortitus est administranda ; caeterum sacerdotii jus e supernis descendit ; Regi ea quae hic sunt, commissa sunt mihi coelestia ; Regi corpora commissa sunt, sacerdoti animae ; major hic principatus, propterea Rex caput submittit manui sacerdotis104. Nous avons examiné ceste question a fond, dans nostre traitté politique des Differens Ecclesiastiques arrivés depuis le commencement de la Monarchie jusques a maintenant, tant entre les papes, et les Rois de France, que le clergé de leur Roiaume.

  • 105  2a ad Corinth. cap. 10, vers. 5.
  • 106  Guion, en ses Leçons, tom. 3. liv. 4. chap. 10.
  • 107  Quint. Curti. lib. 4.
  • 108  Guion, en ses Leçons, tom. 3. liv. 4. chap. 11.

55Apres tant de preuves si irreprochables et si formellement concluantes en faveur de nostre Autheur, pourquoy ne dira-il pas qu’un prince sage et prudent,[modeste, et chrestien]doibt recepvoir et tolerer tous les miracles qui se font dans son Estat seulement, pourveu qu’ils ne luy soient point dommageables et nuisibles, presumant tousjours bien de touttes [125] ces choses, et laissant juger de leurs impostures et de leurs deffaults a ceux qui s’en reservent le pouvoir, suivant le conseil de st Paul qui dit ; captivantes intellectum ad obsequium Christi [fidei]105. Un Autheur francois dont les escripts ne sont point a mespriser106, enseigne que l’on peult honnestement dissimuler en matiere de Religion pour une bonne fin, suivant Platon qui dit en ses Loix, que ce n’est pas chose indigne de la gravité et probité du legislateur d’user de telle sorte de mensonge, luy estant assés de persuader au peuple ce qui luy est bon, utile, et necessaire ; n’estant pas deffendu de tromper les gens mal traitables, fascheux, et difficiles a gouverner, grossiers et superstitieux, craintifs et estonnés, et les induire a quelque superstition pour venir a bout d’un louable dessein, ou pour renger par la bride de Religion ceux qu’on ne peult avoir par amour ny par force, qui est le plus fort moien que nous aions pour retenir les plus farouches et les plus indomptables ; car, comme dit Sabellic, il n’y a rien qui plus facilement retienne le peuple que la superstition, ny qui soit de plus grande efficace pour esmouvoir a l’intention et opinion que l’on veult regir et conduire ; nulla res multitudinem efficacius [126] regit, quam superstitio107 ; de ceste facon ont usé les plus grands et advisés legislateurs, et les plus experimentés Capitaines du monde. Et adjoutant les exemples aux advis et conseils, apres en avoir rapporté quantité, il dit au chapitre suivant ; voila comme les braves Capitaines font aisément leur proffit de la superstition du peuple, pourveu qu’eux mesmes ne tombent en ce vice108 ; qui est la mesme Doctrine que celle que nostre Autheur desbitte, sans que personne y trouve a redire. Au contraire, les plus sages, et les plus advisés la fomentent et la favorisent autant qu’ils peuvent pour le bien et l’utilité qu’ils en recoivent ; et n’ont garde de l’empescher ny de la troubler encore qu’ils sachent ce qui en est, comme ces Capitaines romains, puis que c’est le moien le plus assuré et le plus certain pour manier et gouverner la populace, d’ou vient que non seulement ils authorisent et augmentent celle qui est des-ja dedans les esprits, mais encore quand il est besoing, en font et en inventent de nouvelles, comme Scipion, Sertorius, Silla, et plusieurs auttres.

  • 109  Tite Live, Hist. lib. 6.
  • 110  Contzen, Politic. lib. 10. cap. 38. ss. 7.
  • 111  Bodin, Meth. legend. hist. cap. 4.

56[127] Appius Claudius se plaignant au peuple de l’insolence des Tribuns de la commune, et faisant voir qu’ils estoient la cause que les Auspices, et les auttres choses concernant la Religion se negligeoient et se corrompoient tous les jours, dit ; eludant nunc Religionem, quid enim [est] si pulli non pascentur ? Si ex cavea tardius exierint ? Si occinuerit avis ? Parva sint haec ; sed parva ista non contemnendo majores nostri maximam hanc Rempublicam fecerunt109. Contzen, dedans ses Politiques, met la superstition au rang des stratagemes de guerre, et permet de s’en servir pour tromper son ennemy ; a plus forte raison pour contenir son amy, et empescher que le peuple ne se perde et ne se ruine ; superstitione hostium, multi ad sua commoda usi sunt, unicum solum adferam hoc loco exemplum, quod insignem superstitiosorum miseriam mirifice ostendit ; Panarmus et Gonispus Messenii, equis pulchris, tunicis albis, purpureis lacernis, in castra Laconum profecti, ab illis sunt putati Castor et Pollux, multos occiderunt, et superstitioni illuserunt, atque inde ad suos incolumes redierunt110. Qui [128] est se servir de la Religion quoy que vaine et fausse pour le bien et l’utilité de l’Estat, conformement a l’opinion de nostre Autheur. Illi venia digniores, dit Bodin, quod superstitione praestat quam Impietate obligari ; et falsam, quam nullam habere Religionem111.

  • 112  Tacit. Annal. lib. 15.
  • 113  Joseph, liv. 2. Contre Appian Alexandrin.
  • 114  En son Apologie contre Apolloine Molon, et Lisima.
  • 115  Cassiod. Vario. lib. 10. Epist. 26.

57De plus, puis que les princes ne sont pas juges capables ny competens pour conestre l’imposture ou la Verité, la fourbe ou la vertu des miracles ; et qu’il n’y a personne qui ne croie sa religion la meilleure et la plus veritable de touttes ; tesmoings les anciens Romains qui accusoient les chrestiens, d’erreur, d’Idolatrie, et de superstition112, croians estre les seuls au monde exempts de ces deffaults. Et que nous scavons qu’il se rencontre par tout des cœurs et des courages assés grands et assés genereux pour souffrir [le martir] en touttes sortes de Religions [Religion] ; pourquoy n’adjouterons nous pas foy aux choses que nous voions, et ne croirons [nous] pas ce qui se fait a nos yeux ? Si nous blasmons les miracles des auttres, ils n’en font pas moins des nostres, ils adjoutent la mesme creance [foy] aux leurs, qu’ils feroient a ceux que nous operons [faisons], s’ils estoient [129] de nostre parti et de nostre communion [creance]. Si nous les appelons imposteurs, ils nous appellent sorciers et magiciens ; si nous disons qu’ils sont Idolatres [impies], ils nous accusent de sacrilege. St Augustin, et Salvian meditans sur ceste contrarieté, et tenans leurs jugemens en suspend, disent qu’ils peuvent errer, mais qu’ils peuvent ne pas estre heretiques [ne peuvent pas estre heretiques], puis que c’est l’opiniastreté et non pas l’ignorance qui fait les reprouvés [coupables]. [ ; et] Joseph dit, qu’il est convenable que les sages demeurent constans en leurs propres Loix quant a la pieté, sans injustement reprendre celle [celle] des auttres113. Quant a nous [moy], dit-il ailleurs114, certes je ne voudrais pas faire un jugement temeraire sur les Loix d’auttruy ; car nostre bonne coustume est de plustost garder et observer les nostres, que d’accuser ou reprendre celles des auttres, ny de se mocquer ou vituperer ceux qui és auttres nations sont estimés Dieux, nostre legislateur Moise appertement et expressement nous l’a deffendu pour la reverence de l’adorable appellation de Dieu qui leur est attribuée ; pour ce nous ne nous entremettons de blasmer [blasonner], vituperer, ny reprendre, ny les Dieux, [130] ny les loix estrangeres. Qui est la mesme chose que l’Empereur Justinian escrivit au Roy Theobaldus ; cum Divinitas multas patiatur Religiones esse, nos unam non audemus imponere ; retinemus enim legisse, voluntarié sacrificandum esse Domino, non cujus quam cogentis Imperio115.

  • 116  Joseph, Antiq. Judaiq., lib. 2. chap. 7.
  • 117  Ibidem, lib. 3. cap. 1.
  • 118  Rabbi Moises De Ægipto.

58C’est la foy, et la creance qui fait tout, ils ont dessein d’adorer auttre chose que ce qu’ils reverent quand ils sont trompés, et peut estre sont ils innocens parce qu’ils sont mal instruits, et qu’ils ne conessent pas leur faulte, ny leur erreur. Joseph qui croit plus aux miracles de Moise, qu’a ceux du sauveur du monde, non content de doubter si la mer Rouge se fendit et separa naturellement, ou divinement [miraculeusement] pour luy faire passage, et aux enfans d’Israel, adjoute [encore] que celle de Pamphilie en fit autant aux Macedoniens qu’Alexandre le Grand conduisoit a la guerre116. Il assure aussi que dedans son pais, et de son temps, la Manne y pleuvoit ordinairement, comme elle faisoit du temps de Moise miraculeusement [par un miracle expres]117. Rabbi Moises d’Egipte, dit que les miracles de Moise se pouvoient [131] faire naturellement, comme les grenouilles et les sauterelles qui s’engendrent de putrefaction d’eau, et de poudre, comme nous voions és chaleurs d’esté tous les jours devant nos yeux ; et [il dit] que la mer se peult separer et diviser par la violence des vents, comme on void arriver souvent par les tempestes ; et qu’il n’y a rien si aisé que de trouver des eaux par des artifices humains118.

  • 119  Tacit. Annal. lib. 20. Dion, in Vespas.
  • 120  Sueton. in Vespasia. cap. 7.
  • 121  Spartian. in Adriano.
  • 122  Dion, in Marco Antonino.
  • 123  Capitolin, in Marco Antoni.

59L’Empereur Vespasian estant en Judée guerit un aveugle de son crachat ; et un auttre qui avoit une main seiche dont il ne se pouvoit servir119 ; Suetone adjoute que ce mesme prince guerit un [qui estoit] impotent et paralitique d’une cuisse120. Spartian escript en la vie de l’Empereur Adrian, qu’une femme aveugle recouvra la veuë en luy baisant les genoux ; et un aveugle né semblablement, en le touchant seulement, et [que] par mesme moien Adrian perdit la fiebvre qu’il avoit121. L’Empereur Antonin faisant la guerre contre les Marcommanes, impetra de la pluie du ciel par l’intercession du Dieu Mercure122 ; et Capitolin parlant de la mesme chose, dit, [132] que pour obtenir ceste pluie, il eùt recours a une Religion estrangere123.

  • 124 Hist., lib. 3.
  • 125 Ibidem, lib. 24.
  • 126 Ibidem, lib. 7.
  • 127 Ibidem, lib. 24.
  • 128 Ibidem, lib. 45.
  • 129 Ibidem, lib. 3.

60Entre une infinité de miracles et de prodiges dont Tite Live fait mention dans son Histoire, dit que pendant le Consulat de P. Volumnius, et Ser. Sulpitius, il fit une pluie de viande a Rome, dont les oiseaux mangeoient en volant, et celle qui tomboit a terre y demeura plusieurs jours sans changer de goust, ny d’odeur, comme la manne du desert ; jacuisse per aliquot dies ut nihil odor mutaret124. Dans un auttre endroit il dit, qu’il y avoit une chapelle dans le Temple de Junon Lacinia, ou l’on ne voioit jamais poudre quelconque, quelque orage, ny quelque vent qu’il fit ; cujus cinerem nullus unquam moveat ventus125. Parlant ailleurs d’une peste violente qui arriva a Rome l’année mesme que Furius Cornelius mourut ; et que les remedes et les prieres publiques ne la pouvoient guerir, les plus vieux de la ville donnerent advis au Magistrat qu’auttrefois leur dictateur en avoit appaisé une semblable en fichant un cloux dans une muraille ; le senat créa pour Dictateur sur le champ Manlius Imperiosus pour ficher [133] un cloux au costé droict du Temple de Jupiter qui estoit opposé a celuy de Minerve pour faire cesser ceste maladie cruelle, comme il fit126. Il assure aussi qu’entre un grand nombre de prodiges qui arriverent pendant l’année du Consulat de Quintus Fabius, et de M. Marcellus, un enfant parla dans le ventre de sa mere, et cria haultement ; Io triumphe127 ; qu’un beuf parla en Sicile, et un auttre a Rome pendant que le Roy Antiochus assisté d’Annibal se disposoit a luy faire la guerre, et luy dit en l’advertissant ; Roma cave tibi128. Il atteste aussi qu’une vache parla dans Rome pour la seconde fois, comme l’Asne de Balaan, pendant le Consulat de P. Volumnius, et Ser. Sulpitius, parce qu’on ne voulut pas l’escouter la premiere ; bovem locutam, cui rei priore anno fides non fuerat creditum129.

  • 130  Canon. 1. teneamus, quest. 1.
  • 131  Cano. Venerabilis, de Testibus.

61De dire que ces miracles sont faux et improuvés a cause qu’ils sont faits chez des Infideles et parmy [par] des paiens, c’est ce qui surpasse la conessance des hommes, puis que les Juifs mesmes doubtent de ceux de leur patron, que les chrestiens ne nient point qu’il n’y ait des impostures parmy [134] les leurs, et que l’Eglise confesse que les plus meschans sont capables d’en faire. Et pour monstrer en gros que tout le raisonnement de ceste troisieme [quatrieme] partie est fondé sur les loix et les maximes Ecclesiastiques ; qui portent que les princes temporels ne doibvent [le prince temporel ne doibt point] juger des choses divines et surnaturelles ; que les papes s’en reservent la conessance, que les bons et les meschans, les chrestiens et les paiens sont capables de ces merveilles ; le pape Alexandre 3 prohibet venerari reliquias, etiam eorum qui miracula facere dicuntur ; nisi de vita eorum approbatio habita fuerit a sede Apostolica, mali quippe interdum miracula faciunt130 ; ideo non omnis qui miracula facit pro sancto haberi debet, nisi habita prius inquisitione probitatis ejus131. En un mot, Machiavelle ne parle icy que des miracles et des ceremonies qui se faisoient parmy les paiens et les infideles ; souhaitant autant de zele et de ferveur dedans les ames des princes chrestiens, et d’amour et d’affection pour leur Religion, que ces pauvres aveuglés [135] en avoient pour la leur. Et de ceste plainte nous ferons la quatrieme [faisons la cinquieme] section de ce discours, qui n’est pas moins religieuse, qu’il est necessaire de faire voir combien il est veritable, que les princes chrestiens ont moins de Religion, que n’en avoient [non pas] les paiens.

  • 132  4. Pourquoy il accuse les princes chrestiens de [5. que les princes chrestiens ont] moins de Relig (...)
  • 133  Sermon. de sanctis Apostol. Petro, et Paulo.
  • 134  Quae utilitas in sanguine tuo si descendimus in corruptionem. Psal. 29, vers. 10.

62132Il fault avoir aussi peu de conessance des mœurs des hommes, que de ce qui est necessaire a leur salut, pour ignorer que les infideles, et particulierement les Ægiptiens, et les anciens Romains, estoient plus religieux, [plus devot,] et plus pieux mille fois que ne sont les princes chrestiens de maintenant. Le grand st Leon parlant de la Republique de Rome, et comme elle surpassoit touttes les auttres en Religion, aussi bien qu’en force et en grandeur, dit ; haec autem civitas ignorans suae provectionis Authorem, cum penè omnibus dominaretur Gentibus, omnium Gentium erroribus serviebat, et magnam sibi videbatur assumpsisse Religionem, quia nullam respuebat falsitatem133. Ils n’agissoient en touttes leurs actions qu’a la faveur d’une Divinité particuliere, touttes leurs entreprises n’estoient [136] que l’execution de leurs Augures, et de leurs oracles ; ils avoient des Dieux tutelaires de touttes choses, et s’ils adoroient mal ils n’en savoient rien, ce n’estoit pas leur dessein, leur intention estoit toutte auttre, elle tendoit a la reconessance d’un Dieu tout puissant, s’ils l’eussent mieux conù, ils n’en eussent pas esté plus religieux pour cela, mais mieux instruits seulement. Parmy tant de Dieux ils cherchoient l’unique et le veritable, et s’ils en faisoient de tant de sortes, c’est que, de touttes les graces et de touttes les faveurs qu’ils recepvoient du ciel, ils en faisoient autant de Deités particulieres ; et au lieu de scavoir distinguer les attributs de Dieu a la facon des chrestiens, ils en divisoient l’Essence ; [et] en d’un puissant en touttes choses, ils en faisoient des foibles en touttes, et en forgeoient plusieurs pour chaque vertu [chaques vertus] en destail. Les Juifs en faisoient quasi de mesme quand ils disoient, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob, le Dieu de nos peres, le Dieu des armées [années], le Dieu de la guerre, le Dieu de la paix, le Dieu de Pharaon, de Dieu d’Elie, le Dieu des gens, le Dieu d’Israel, [le Dieu d’Israel, le Dieu des gens,] le Dieu des Dieux, et mille auttres qualités [137] particulieres qui se voient par tout le vieux, et le nouveau Testament. Et comme les paiens n’avoient qu’une conessance grossiere et confuse de la Religion judaique, aussi ont ils fait des Dieux tutelaires de telles et telles familles et maisons, du Dieu d’Abraham, du Dieu d’Isaac, du Dieu de Jacob, et des auttres. Ou, au contraire les princes chrestiens pour ne point estre accusés d’Idolatrie ny de superstition, n’en reconessent quasi point du tout, laissent les choses comme ils les trouvent, la Nature leur est une bonne et sage maistresse qui ne peult mancquer dedans ses ordres et ses operations, touttes choses se suivent necessairement, qu’est-il besoing de demander au ciel, ce qu’il ne nous peult refuser, et dont la suitte des temps nous fera jouir. La pieté est trop basse pour un homme de cœur, c’est un divertissement reservé aux bonnes femmes qui ne sont [pas] capables de choses plus grandes ; c’est assés que nous croions un Dieu, il a assés souffert pour nous, les merites de sa passion sont infinis, quel avantage tireroit-il de sa mort et de ses tourments, si nous n’estions sauvés [138] comme il nous l’a promis ?134

63Il est vray que tant de grimaces sont assés inutiles, et que ce n’est pas le grand nombre des ceremonies qui fait la bonne Religion [les Religions] ; neant moins s’en fault-il quelques unes [quelqu’une], nostre culte despend du deshord [sic] aussi bien que du dedans, nos Consciences nous y obligent, l’utilité de l’Estat le desire ainsi, il fault donner des marques de ce que nous sommes, et nostre propre salut le veult absoluëment. Pour donc faire voir la justice des plaintes de nostre Autheur, la [La] police est elle gardée parmy la Religion chrestienne, comme elle l’estoit dedans la paienne ? Ou est la pureté et la modestie des vestales dedans nos cloistres ? Ou sont les peines et les chastois de ceux qui violent leurs vœux, et qui se rient de leurs sermens ? Plust a Dieu, dit Machiavelle, et tous les plus pieux [modestes] avec luy, que les princes chrestiens gardassent aussi bien leur Religion telle qu’elle leur fut premierement baillée, que les paiens faisoient la leur, leurs Roiaumes et Republiques s’en porteroient un peu mieux qu’elles ne font.

  • 135  5. [6.] Il se plaint de ce que la Religion se corrompt, et s’altere tous les jours, au lieu de s’a (...)

64[139] 135Ce grand politique reconessant que la Religion s’altere, et se corrompt tous les jours de plus en plus, apres qu’il l’a souhaitée toutte pure, et telle que Jesus Christ et ses Apostres nous l’ont enseignée ; il se plaint avec raison de voir que les contrées mesmes les plus voisines de l’Eglise romaine, sont celles qui en ont le moins, et qu’au lieu de s’augmenter et de se perfectionner de plus en plus, elle s’altere et se corrompt tousjours davantage, ce qu’il prend pour un marque de nostre fin prochaine, et [ou] pour le sujet de quelque punition divine. Les Italiens ressemblans en cela aux [les] enfans d’Israel, qui estoient plus enclins a l’Idolatrie que les paiens mesmes, quoy qu’ils vissent continuellement devant leurs yeux des miracles nouveaux et a souhaits. On s’accoustume a tout, la presence des choses les fait negliger, il n’y a que la non-jouissance en credit parmy les hommes, et nous voions quasi tous les vieux saincts, quoy que les plus grands, sans vertu, sans miracles et sans adorateurs par la Canonisation des derniers venus, et par le culte de ceux qui les mettent en credit.

  • 136  Gerard. Vossius, in Epist. ad Clem. 8, in comment. istius libri.
  • 137  Isocrat. Oratio ad Nicoclem.
  • 138  Tertul. ad Prax. et, lib. 4. contra Marcion. et de praescript.
  • 139  Codic. de sum. Trinit. tit. 1. leg. 1.

65[140] Si ceste plainte venoit d’une auttre bouche, que de celle de Machiavelle, on la feroit passer pour un oracle, et pour un advertissement [une pensée] qui n’auroit pas moins d’authorité que ceux qui viennent des Peres de l’Eglise, et de nos reformateurs les plus zelés. Elle n’est point nouvelle, il y a longtemps que st Bernard en a dit davantage dans son livre De Consideratione ad Eugenium ; que le pape Innocent X voulut [, et de telle sorte que le pape d’aujourd’huy a pensé] mettre au rang des livres deffendus, quoy que ses predecesseurs Nicolas 5, Pie 5, Gregoire 13, Urbain 7 et auttres celebres pontifes l’eussent tousjours entre les mains comme un miroir qui ne flatte point, et que son Autheur soit appellé devot [les ouvrages de celuy qu’on appelle devot] par excellence, et que toutte l’Eglise le revere pour un grand sainct136. [Et] Isocrates, beaucoup de siecles [long temps] auparavant, tout esblouÿ qu’il estoit, parlant au Roy Nicocles, dit ; Religionem quam a majoribus accepisti conserva, solemneque et pulcherrimum sacrificium, et cultum maximum existima [puta], si ipse sis optimus et justissimus ; major enim spes est ejusmodi boni aliquid a Diis impetraturos, quam qui Aras Delubraque aedificant137. Tertulian en plusieurs endroits de ses livres rencherit sur cest advis, et se plaint fort [de telle sorte] de voir la Religion si altérée et si corrompuë, [141] mesme dedans sa source, et lors qu’elle ne faisoit quasi que naistre, qu’a peine s’en peult il consoler ; il ne l’appelle que l’ombre et la figure de ce qu’elle a esté, et semble vouloir dire qu’elle est si dissemblable a soy mesme, qu’on ne peult quasi plus la [qu’a peine la peut-on plus] reconestre, tant la broderie a caché l’estoffe ; adversus omnes novitates hoc praejudicatum sit, id esse verius quodcunque prius ; in omnibus veritas imaginem antecedit, postremo similitudo succedit138. Il n’y a que le naturel par tout, ce n’est pas orner un beau visage que de le charger de plastre, c’est mettre un masque trompeur et fragile [caducque], en la place d’une beauté naisve et veritable. La Religion de nos peres, n’estoit pas celle que nous avons, ils avoient moins de ceremonies, mais plus de pieté [et estoient plus pieux] ; ils avoient moins de loix de Conscience, et estoient moins meschans [mauvais] ; ils avoient moins de grimaces [ceremonies], et faisoient plus d’effects. Ils scavoient croire, et n’estoient point hippocrites ; ils practiquoient mieux la vertu, qu’ils n’en scavoient le nom ; ils ne portoient point d’habits de moines, ny de scapulaires, et estoient tres religieux ; ils n’avoient point de leurs livrées differentes, parce qu’ils estoient tous d’une mesme confrairie, qui est [142] celle de Jesus Christ, et de ses Apostres. Ce sont des caprices de l’inconstance humaine et de la presomption des hommes qui veulent supprimer les Loix du Createur, pour mettre en leur place celles des creatures ; nous faisons aussi peu les choses que Dieu nous commende, comme nous avons peine de trouver celles qu’on nous ordonne, dedans l’Escripture Saincte. La Religion est descenduë jusqu’a nous comme les eaux qui s’esloignans de leurs sources se troublent et se brouillent tousjours davantage tant plus elles s’egarent et qu’elles vont en avant. Et quoy qu’on nous ait adverty de bonheur de prendre garde a ce desordre, nostre obeissance n’a pas esté assés grande, ny nostre zele assés constant pour ne pas s’escarter de ceste premiere pureté evangelique. Il y a long temps que la faulte en est faitte, tesmoing l’ordonnance des Empereurs Gratian, Theodose, et Valentinian, qui dit ; cunctos populos quos clementiae nostrae regit imperium, in tali Religione volumus versari, quam Divum Petrum Apostolum tradidisse Romanis, Religio usque adhuc ab ipso insinuata declarat, quamque pontificem Damasum sequi claret, et [143] Petrum Alexandriae Episcopum virum Apostolicae sanctitatis ; hoc est, ut secundum Apostolicam disciplinam, Evangelicamque Doctrinam patris, et filii, et spiritus sancti unam Deitatem sub pari majestate, et sub pia Trinitate credamus139. Ce bel Edict addressé au peuple de Constantinople, fait le commencement de tout le code de l’Empereur Justinian, et le nostre debvroit l’imiter en cela.

Haut de page

Notes

1  1

2  2

3  3

4  4

5  5

6  6

7  1. Que la Religion est l’appuy des Estats, et le mespris qu’on en fait, leur ruine et leur destruction.

8  2 Que la Religion tient les sujets en bride et les contient dans le debvoir plus qu’aucune Loy qui soit.

9  3 Ce n’est pas a faire aux princes temporels de juger de la Religion, ni de la reformer.

10  4. Il accuse les princes chrestiens de moins de Religion que les paiens.

11  5 Il se plaint de ce que la Religion se corrompt et s’altere tous les jours, au lieu de s’augmenter et de perfectionner.

12  Nulla gens est, neque tam ferea, quae non, etiam si ignoret qualem Deum habere deceat, tamen habendum sciat ; Cicero., de legib., lib. 1.

13  Philo, ait, Religionem suam, cuique videri optimam, ut quae plerumque, non ratione, sed affectu dijudicetur. In legatio. ad Caium.

14  1. Que la Religion est l’appuy des Estats ; et le mespris qu’on en fait, leur ruine et leur Destruction.

15  Plato

16  Plutarch.

17  Philo-Judaeus.

18  Xenophon.

19  Cicer. lib. 1 de natur. deorum.

20  Codic. de haereticis, leg. 4. ss. 1.

21  Quint. Curti. lib. 4.

22  Tite Live, Hist., lib. 5.

23  Papon, en ses Arrests, liv. 1. tit. 2. arrest 8.

24  St August. de Civit. Dei.

25  Bodin in method. cap. 6.

26  Julian. Imper. Epist. 52.

27  Sueto. in Calig. cap. 51. Dion, in Caligul.

28  Aristo. polit. lib. 5. cap. 11.

29  Machia. en sesDisc. liv. 1. chap. 11.

30  Caesar Octavian.

31  Dion, Histor. lib. 52.

32  Surius, in anno, 1566.

33  Aristot. Ethico. lib. 5.

34  Cicer. lib. 2. De Divinatio.

35  Machab. lib. 2. cap. 7.

36  Novella, de Judaeis.

37  St Cyprian. episto. 27.

38  Evagrius, lib. 3. cap. 14. Novell. 4, de episcop. et clericis.

39  Volchelius, de vera Religione, lib. 1. cap. 5.

40  2. Que le mespris de la Religion est la ruine des Estats.

41  Regum, lib. 1. cap. 2.

42  Regum, lib. 3. cap. 9. vers. 4-5.

43  Pausanias, lib. 10.

44  Aulus Gellius, lib. 3. cap. 9.

45  Senec. De benef. lib. 7. cap. 7.

46  Exode, cap. 22. vers. 28.

47  Cicer. Oratio. de aruspicum responsis.

48  2. [3.] Que la Religion tient les sujets en bride, et les contient dans le debvoir plus qu’aucune Loy qui soit.

49  Natura est contumax animus et in contrarium atque arduum nitens. Senec. lib. 1, De Clement.

50  St Augustin

51  Xenophon, Paedag. lib. 8.

52  Lactant. de Ira Dei, cap. 12.

53  3. [4.] Que ce n’est pas a faire aux princes temporels de juger de la Religion, ny de la reformer ; et par ainsi qu’ils sont obligés par raison d’Estat de la suivre, ou tolerer, quoyque fausse et erronée.

54  Grego. Nazian. Oratio. 11 et 18.

55  St August. de Baptismo, lib. 1. cap. 15.

56  Justin, Quaest. et respons. 27.

57  Œcumeni. in 2 ad Corinth.

58  St Chrisost. de sacerdot. lib. 3.

59  St Augustin, Epist. 119, ad Januarium.

60  Trigault hist. de la chine.

61  St. August., Contra episcop. Parmen., lib. 3, cap. 2.

62  Paulus Diaco. De Gestis Roma. lib. 6. cap. 8.

63  Princeps Christ., lib. 1. cap. 26.

64  Clasen, De Relig. politic. cap. 18.

65  Trigault,Hist. de la Chine, liv. 1. chap. 10.

66  Holden, De fidei resolutio. lib. 1. cap. 9 et lib. 2. cap. 1.

67  Edwin Sandis, Relation de l’Estat et de la Religion, chap. 33.

68  Titul. de haebreis.

69  Cano. qui sincera, Distinct. 45. Cano. consuluit De Judaeis ; et ibi, felinus.

70  Ad Galat. cap. 6. vers. 13.

71  Cano. nullus, 28. quaest. 1.

72  Contzen, Polit. lib. 6. cap. 4. ss. 6.

73 Ibidem, lib. 8. cap. 17. ss. 7.

74  Scaliger,

75  Ia ad Corinth. cap. 7. vers. 16-17.

76  St Antonin. in Summa, part. 3. tit. 1. cap. 11. ss. quod papa.

77  Boerius, Consil. 20. num. 26.

78  Benedict. in cap. Raynutius, verbo, qui cum alia, num. 26. part. 3.

79  Lactant. lib. 5. cap. 20.

80  Plato.

81  Bodin, Repub. liv. 7. chap. 4.

82  Cassiod. Vario. lib. 2. epist. 27.

83  Concil. Tolet. 4. can. 55. Decret. dist. 45, cap. de Judaeis.

84  Thuan. in praefat. tom. 1. histo.

85  Volchelius, de vera Religio. lib. 1. cap. 6.

86  Gregor. De Republic. lib. 13. cap. 12. num. 21.

87  Lactant. Divi. Institut. lib. 3. cap. 10.

88  St Cyprian, epist. 73.

89  Contzen, Polit. lib. 2. cap. 16. ss 1.2.3.4.

90  Gregor. de Repu. lib. 8. cap. 2. num. 16.

91  Ibid., § 4.

92  Ribadeneira, lib. 1. princip. christia. cap. 19.

93  Lampridius, in Alexandro.

94  Paralipp. lib. 2. cap. 26.

95  Regum, lib. 1. cap. 13.

96  Gelasius, Epist. ad Anastas.

97  St Ambroise. Epist. 32.

98  Nicepho. hist. lib. 11. cap. 30. Sozom. histo. lib. 6. cap. 7. Ruffin, Histo. lib. 1. cap. 2.

99  Baron. in anno 364.

100  Baronius, in anno, 404. 3.

101  Acta Ephesini Concilii. St Cyrill. tom. 4. Epist. 17.

102  Baronius, in anno, 431.

103  In actis Concilii, Distinct. 17. ss. ad haec. Sigon. lib. 16. de occid. Imper.

104  St Chrisosto. homil. 4. in Isaiam.

105  2a ad Corinth. cap. 10, vers. 5.

106  Guion, en ses Leçons, tom. 3. liv. 4. chap. 10.

107  Quint. Curti. lib. 4.

108  Guion, en ses Leçons, tom. 3. liv. 4. chap. 11.

109  Tite Live, Hist. lib. 6.

110  Contzen, Politic. lib. 10. cap. 38. ss. 7.

111  Bodin, Meth. legend. hist. cap. 4.

112  Tacit. Annal. lib. 15.

113  Joseph, liv. 2. Contre Appian Alexandrin.

114  En son Apologie contre Apolloine Molon, et Lisima.

115  Cassiod. Vario. lib. 10. Epist. 26.

116  Joseph, Antiq. Judaiq., lib. 2. chap. 7.

117  Ibidem, lib. 3. cap. 1.

118  Rabbi Moises De Ægipto.

119  Tacit. Annal. lib. 20. Dion, in Vespas.

120  Sueton. in Vespasia. cap. 7.

121  Spartian. in Adriano.

122  Dion, in Marco Antonino.

123  Capitolin, in Marco Antoni.

124 Hist., lib. 3.

125 Ibidem, lib. 24.

126 Ibidem, lib. 7.

127 Ibidem, lib. 24.

128 Ibidem, lib. 45.

129 Ibidem, lib. 3.

130  Canon. 1. teneamus, quest. 1.

131  Cano. Venerabilis, de Testibus.

132  4. Pourquoy il accuse les princes chrestiens de [5. que les princes chrestiens ont] moins de Religion, que les paiens.]

133  Sermon. de sanctis Apostol. Petro, et Paulo.

134  Quae utilitas in sanguine tuo si descendimus in corruptionem. Psal. 29, vers. 10.

135  5. [6.] Il se plaint de ce que la Religion se corrompt, et s’altere tous les jours, au lieu de s’augmenter, et de se perfectionner.

136  Gerard. Vossius, in Epist. ad Clem. 8, in comment. istius libri.

137  Isocrat. Oratio ad Nicoclem.

138  Tertul. ad Prax. et, lib. 4. contra Marcion. et de praescript.

139  Codic. de sum. Trinit. tit. 1. leg. 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime 5 : Qu’il fault suivre la Religion par raison d’Estat, quoy que fausse et erronée, comme son principal appuy », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Apologie pour Machiavelle - Livre premier, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6241

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org