Navigation – Plan du site

La fabrication d’une identité catholique : stratégies de l’incipit dans la première Vie de Jeanne de Chantal (1642)

Marion de Lencquesaing

Résumés

Jeanne-Françoise Frémyot de Chantal (1572-1641) est l’une des figures majeures de la Réforme catholique. Les Vies racontant son existence permettent d’interroger la nécessité nouvelle d’une identité catholique, même pour le héros de la sainteté, identité que ne va désormais plus de soi au lendemain des guerres de Religion. Sa Vie, racontée dès l’année 1642 par la Mère Françoise-Madeleine de Chaugy, entend prouver dès les premiers chapitres du récit hagiographique l’orthodoxie confessionnelle de la religieuse, et ce, dès son enfance, et même au-delà, chez ses ancêtres. Nous étudierons alors un motif topique, celui de la généalogie, avant de nous arrêter sur le portrait du père de l’héroïne, Bénigne Frémyot, Président à mortier du Parlement de Bourgogne durant la huitième guerre de Religion.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est issu d’une communication donnée en anglais à l’Université d’Oxford (Radcliffe Humanities Building) à l’occasion d’une journée d’études intitulée Early modern Catholic life-writing le 31 mai 2014, par Nicholas Davidson et Tom Hamilton (The Oxford Research Centre in the Humanities).

Texte intégral

  • 1  Le terme « catholique » n’apparaît qu’à une reprise dans l’incipit de la première Vie de la Mère d (...)
  • 2  Nous entendons par confession un système de pensée et un ensemble de pratiques communs à un groupe (...)
  • 3  Thierry Wanegffelen fait une intéressante mise au point sur cette appellation dans son article « U (...)
  • 4  Thierry Wanegffelen, Ibid., p. 497-498.
  • 5  Thierry Wanegffelen, « Réforme, réformations, protestantisme », op. cit., p. 32, 35 et 37 : la Réf (...)

1Le terme « catholique »1 fonctionne comme une étiquette qui semble ne pas aller encore de soi au xviie siècle quand on écrit la Vie d’une figure de sainteté née en 1572. Deux confessions2 chrétiennes rivales occupent majoritairement le champ religieux en France après les bouleversements du xvie siècle qui voient la naissance de deux manières de vivre l’Église aux alentours de 1520 : d’une part, l’Église, que nous appellerons l’Église catholique3, qui reconnaît le pape comme autorité suprême et qui se place « en continuité avec une Tradition pluri-séculaire »4, d’autre part, les Protestants. Chaque Église appelle à la Réforme5 et se dote progressivement d’un système d’orthodoxie élaboré, d’un Credo spécifique : l’Église catholique définit le sien durant le concile de Trente (1545-1563), où elle affirme avec force le dogme de l’Eucharistie et le culte des saints.

2La Vie de saint catholique composée aux lendemains de ce schisme confessionnel doit ainsi représenter d’une manière nouvelle la question de la foi de son personnage et la construction de ce que l’on pourrait appeler son identité confessionnelle : une étiquette qui suppose des traits caractéristiques, un ensemble de pratiques mais aussi tout un imaginaire idéologique. Un cas particulièrement pertinent est celui de Jeanne de Chantal : née Jeanne Frémyot en 1572, fille de l’un des présidents du Parlement de Dijon en plein cœur de la huitième guerre de Religion, épouse du baron Christophe de Rabutin-Chantal, devenue religieuse après sa mort, fondatrice d’un ordre religieux féminin qui connut un immense succès au cours du xviie siècle (la Visitation Sainte-Marie, fondée avec l’évêque de Genève François de Sales en 1610), extrêmement réputée pour ses vertus, morte en odeur de sainteté en 1641, canonisée en 1767, elle est présentée par ses hagiographes comme l’incarnation des valeurs qu’entend véhiculer l’Église post-tridentine. La première exigence de l’écrit hagiographique consiste donc à élaborer une figure de catholique exemplaire ; l’incipit est alors un lieu stratégique. C’est à ce moment-là que la question de l’identité religieuse est posée : les moments topiques de la généalogie familiale et de l’enfance du saint sont remotivés dans le sens d’un anti-protestantisme violent, autorisant par là même la figure d’une sainte catholique et constituant l’écrit hagiographique en écrit polémique.

  • 6  Henri Cauchon de Maupas du Tour, La Vie de la vénérable Mère Jeanne-Françoise Fremiot, Fondatrice, (...)

3Nous n’utiliserons qu’une Vie de Jeanne de Chantal pour ce travail : les Mémoires de la Mère de Chaugy, composés en 1642, restés manuscrits, mais qui sont le fondement de toutes les Vies écrites a posteriori (notamment la célèbre Vie composée par Maupas du Tour, qui connut de nombreuses rééditions6).

  • 7  Jean-Pierre Cavaillé, « Pour un usage critique des catégories en histoire », art. cit.
  • 8  En 1642, le « combat » contre les protestants, malgré l’édit de Nantes, est toujours d’actualité, (...)
  • 9  Le récit médiéval de la vie d’un saint se limite aux événements marquants de sa vie (naissance, pr (...)
  • 10  Nous renvoyons au travail d’Antoinette Gimaret, Extraordinaire et ordinaire des croix : les représ (...)

4La double insistance sur l’identité catholique de la famille Frémyot et sur l’instinctive répugnance de Jeanne de Chantal enfant face aux protestants est l’indice d’une nécessité de la catégorisation7 en ces lendemains de guerres religieuses : l’identité catholique doit être construite, elle ne va pas de soi. Cette figure de sainte très catholique est donc élaborée de deux façons par l’écrit hagiographique : d’une part, au niveau de la micro-histoire de Jeanne de Chantal et de son rapport aux protestants8 (on constitue le protestant, en tant qu’individu, comme l’ennemi menaçant Jeanne de Chantal, et non pas tant le protestantisme comme religion) ; d’autre part, l’élaboration de l’identité catholique de Jeanne de Chantal passe par des figures familiales, celles de ses ancêtres et notamment de son père, le président à mortier au Parlement de Bourgogne Bénigne Frémyot. L’hagiographe produit ainsi de puissants effets de contextualisation9, donnant à voir les lieux et temps dans lesquels évolue l’héroïne, effets de contextualisation qui ne sont pas seulement des effets de réel censés historiciser le récit mais qui élaborent eux-mêmes la question de l’identité catholique de Jeanne de Chantal comme un enjeu du récit. Une hagiographie « renouvelée » voit donc le jour, réponse aux critiques protestantes contre un culte des saints taxé de superstition. Les Vies composées au lendemain des guerres de Religion se doivent alors d’être irréprochables, c’est-à-dire historicisées et vraisemblables, quand certains éléments topiques des Vies depuis des siècles sont « mis en sourdine » sans être pour autant évacués, tels les miracles et l’extraordinaire corporel10.

  • 11  Jean Delumeau, Un chemin d’histoire. Chrétienté et christianisation, Paris, Fayard, 1981, p. 231 s (...)

5Ainsi, nous verrons comment est construite l’identité catholique d’une sainte au moyen de l’historicisation du discours hagiographique, qui passe ici par des phénomènes de contextualisation et par l’utilisation du genre de la chronique (familiale et historique), révélateur de la fin de l’ancien modèle de chrétienté hérité de l’Antiquité11 et d’un renouvellement de la pratique de l’écriture de la Vie de saint.

La naissance d’une sainte antiprotestante

6La Mère de Chaugy, premier hagiographe de Jeanne de Chantal, produit un discours de l’évidence religieuse (la foi catholique apparaissant comme seule option) où s’articulent généalogie familiale de « bons catholiques » et épisodes édifiants de l’enfance d’une jeune sainte viscéralement antiprotestante dès le berceau.

  • 12 Chaugy, op. cit., l. I, chap. 2, p. 7-8.

7Contre toute attente, le début de la vie de la jeune Jeanne Frémyot n’est pas directement consacré à sa naissance : deux chapitres font office d’incipit, et leur architecture enchâsse la naissance de l’héroïne dans un ensemble de faits familiaux et historiques venant contextualiser la figure. En effet, Jeanne ne « naît » qu’au début du deuxième chapitre ; auparavant, on apprend qui sont ses ancêtres et quels sont leurs faits d’armes. Une page est rapidement consacrée à cette naissance et à son enfance12, le deuxième chapitre délaissant à nouveau l’héroïne pour s’intéresser de nouveau à sa famille, et dans le cas présent, son père.

8De ce moment consacré aux premiers instants de son existence, un seul est rapporté :

  • 13  Ibid., p. 8.

Dès son âge, l’on remarqua en elle […] une aversion si incomparable aux hérétiques, que si quelqu’un d’eux la voulait toucher ou porter entre ses bras, elle ne cessait de crier qu’il ne l’eût posée.13

  • 14  Florent Brayard (dir.), Des contextes en histoire : Actes du forum CRH (2011), La Bibliothèque du (...)
  • 15  Ibid.
  • 16  On peut lire à la fin du premier chapitre à propos du père de Jeanne Frémyot : « […] quelque insta (...)

9On renouvelle ici un topos médiéval, celui du puer senex, que l’on réinterprète en fonction du contexte14 immédiatement polémique : le don (« [indice particulier] de la grâce divine » selon l’hagiographe15) du discernement confessionnel conféré à l’enfant révèle la foi et l’identité confessionnelle de l’héroïne, la dimension fortement militante de la Vie de la fondatrice de la Visitation, et constitue le protestant comme une sorte d’ennemi héréditaire16, confirmant l’élaboration d’une généalogie d’ancêtres fidèles à l’Église romaine. Le meilleur moyen de fabriquer l’héroïne en catholique passe ainsi par l’opposition au protestant.

10Autour de cet épisode central des deux premiers chapitres de la Vie, l’hagiographe compose une chronique familiale et historique en deux temps : d’une part, la généalogie de la famille Frémyot, le passé d’une famille fidèle à l’Église, d’autre part, la geste politique du père de Jeanne.

La généalogie très catholique de la famille Frémyot : renouvellement du motif de la sainteté reçue en héritage dans la noblesse

11La Mère de Chaugy annonce dès la première phrase de son récit sa volonté de revenir sur la généalogie de son héroïne :

  • 17  Ibid., p. 3.

Ce n’est pas pour faire parade des choses desquelles le monde fait gloire, que nous voulons parler de la très-noble et vénérable race de notre Bienheureuse Mère Jeanne-Françoise Frémyot de Chantal ; mais c’est qu’il nous semble raisonnable de chercher, un peu avant, la racine de l’arbre dont nous avons goûté le fruit.17

  • 18  André Vauchez, La Sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Age, d’après les procès de ca (...)

12Ce « retour » sur le passé de Jeanne de Chantal correspond à un moment topique du récit hagiographique, qu’André Vauchez observe dans les Vies de saints du Bas Moyen Âge : la correspondance entre les hiérarchies céleste et terrestre, avec l’idée d’une transmission héréditaire du charisme dans certaines familles, les saints étant plus aisément issus de familles nobles18. Elle refuse immédiatement l’argument temporel de la gloire aristocratique : il ne s’agit pas de faire « parade des choses desquelles le monde fait gloire », mais de voir la « racine » de laquelle est sortie Jeanne de Chantal. L’hagiographe évacue la dimension polémique attachée au discours épidictique en l’honneur de l’ascendance noble de l’héroïne, et renouvelle le topos en dessinant une généalogie non pas spécifiquement noble et sainte, mais une généalogie « d’orthodoxie », d’hommes fidèles à l’Église romaine, même avant les guerres de Religion, cette fidélité préfigurant la fidélité à venir de Jeanne de Chantal.

  • 19 Chaugy, op. cit., l. I, chap. 1, p. 4.
  • 20 Ibid.

13S’esquisse alors un parcours en diachronie de l’arrière-grand-père de Jeanne de Chantal, Jean Frémyot (la Mère de Chaugy se trompe dans le prénom du bisaïeul, il s’agit en réalité de René), en passant par le grand-père, René Frémyot (il s’agit donc ici de Jean), pour aboutir au père de notre héroïne, Bénigne Frémyot. L’inversion des prénoms n’est que peu dommageable dans la mesure où les ancêtres de Jeanne de Chantal sont tous présentés comme vertueux, et finalement assez interchangeables. Ce parcours dans les origines de la future sainte évoque les généalogies bibliques : les ancêtres de Jeanne de Chantal ont été « bénis de génération en génération »19, de la même manière que la Bible dessinait d’infinies généalogies menant aux prophètes ; son arrière-grand-père est « un exemplaire de toute justice et de vertu », « père des pauvres », « refuge des affligés », qui connut une « sainte mort »20. Le vocabulaire encomiastique et les énoncés généralisants utilisés pour qualifier cet homme qui vécut dans un temps éloigné de l’immédiate contemporanéité du récit (il meurt en 1518, le processus de construction confessionnelle débute vers 1520 ; la Mère de Chaugy écrit en 1642, plus d’un siècle après) renvoie la figure à un temps immémorial auquel seul l’écrit hagiographique peut donner un accès.

  • 21 Ibidem.
  • 22 Ibid., p. 5.

14Ce temps de l’exemplarité masculine se répète alors dans son premier descendant, le grand-père de Jeanne de Chantal, lequel faisait toujours « ce qui est agréable devant le Seigneur », qui est un « fidèle enfant de la Sainte Église », prêchant jeune homme contre « le précipice de l’hérésie »21 : les bouleversements des guerres de Religion apparaissent dans le récit, de manière axiologiquement (mais classiquement, dans une Vie de saint du xviie siècle) négative. À ce moment du récit, l’hagiographe rapporte un épisode qui illustre l’exemplarité de la foi de ce personnage, et qui couronne une existence toute fidèle à Dieu : s’étant vu révéler surnaturellement le jour et l’heure de son décès (là encore, il s’agit d’un topos hagiographique : seuls ceux qui ont mené une vie sainte reçoivent cette grâce), il décide de partir dire adieu à ses proches ; se produit alors une « chose véritablement merveilleuse »22 :

  • 23 Ibid.

[…] c’est que ce bon vieillard, voulant monter sur sa petite mule pour aller prendre congé de ses amis, il ne le pouvait à cause de sa débilité. Cette bête, comme si elle eût connu la nécessité de son maître, étend ses quatre jambes, s’abaisse jusque quasi à toucher la terre avec son ventre, et demeure dans cette posture jusqu’à ce que ce bon vieillard fût bien agencé sur sa selle […].23

15Ce récit, concession tardive à un merveilleux désormais suspect dans les Vies très vraisemblables du xviie siècle, vient prouver la vie sainte du personnage. Il relève d’une dimension plus anecdotique que théologique du miracle. Ce sont les vestiges d’une hagiographie où le merveilleux avait sa place, telle que la composait le Moyen-Âge.

  • 24 Ibid., p. 6.

16Enfin, le père de Jeanne de Chantal est la troisième figure de ce nouvel arbre de Jessé : Bénigne Frémyot est présenté comme le défenseur de la « Mère Église » contre les « fureurs d’enfer » et les « mensonges » de « l’école de Lucifer »24 qu’est le protestantisme. Nous voilà face à une troisième figure, pleinement actuelle comparée aux deux autres : celle du catholique militant antiprotestant.

  • 25 Ibid., p. 4.
  • 26 Ibid., p. 6.
  • 27  Thierry Wanegffelen, « Réforme, Réformation, Protestantisme », art. cit., p. 35 : « C’est ‘‘de mai (...)
  • 28  Le concile de Trente évoque « les traditions non écrites qui, reçues par les apôtres de la bouche (...)

17Cette généalogie de catholiques exemplaires, cette filiation d’hommes « saints » – à ne pas comprendre au sens juridique du terme –, n’a pas d’explication biologique. L’hagiographe insiste, dans son récit diachronique, sur l’idée d’une filiation d’exemplarité religieuse en actes, transmise par l’éducation : le grand-père de Jeanne « ne se [détourne] point de la bonne voie de son père », et, « bon père de famille », son « principal soin » est la « bonne et dévote éducation de ses dignes enfants », faisant des discours à ces derniers sur « le lait empesté » de la « pernicieuse doctrine » et le « venin des erreurs » des réformés ; il est lui-même un « fidèle enfant de la Sainte Église »25. À son tour, Bénigne Frémyot, le père de Jeanne de Chantal, bénéficie des « fruits des saintes semences que son bon père avait jetées en son âme »26, reconduisant la métaphore de la semence, de la racine et des fruits. Ainsi, l’hagiographe explique les sources des prédispositions de Jeanne de Chantal à la sainteté : il en fait non pas une sainteté héréditaire biologiquement, non pas une grâce de Dieu, mais le « fruit » d’une longue suite d’ancêtres exemplaires dû à une éducation présentée comme catholique. Cette idée d’une transmission renvoie au passé, qui apparaît comme l’argument autorisant par excellence : ce temps long d’un passé familial évacue tout soupçon de nouveauté dérangeante (le protestantisme), rejoignant l’argument tout puissant de la tradition. Si le mot n’apparaît pas dans le récit, le concept est bien présent en sous-main : tradition religieuse comme ensemble de savoirs et de valeurs transmis de génération en génération, et tradition ecclésiologique car les catholiques restant fidèles à l’idée de succession apostolique27 s’opposent à la seule autorité de la sola scriptura de la Réforme protestante et au principe du sola fide28. On voit ainsi se croiser deux pratiques de la généalogie, aristocratique et biblique.

La chronique historique des faits d’armes de Bénigne Frémyot à la fin du xvie siècle

18Le chapitre 2 des Mémoires de la Mère de Chaugy est consacré à la naissance de Jeanne Chantal, puis aux événements historiques qui se déroulent en France et plus particulièrement en Bourgogne dans le derniers tiers du XVIe siècle. L’hagiographe compose la chronique (historique) de Bénigne Frémyot durant cette période, les faits étant rapportés chronologiquement ; elle vient continuer la chronique familiale énoncée auparavant, histoire et généalogie d’une ancienne famille.

  • 29  Le Parlement de Dijon est fermement antiprotestant : depuis 1562, il refuse d’enregistrer l’édit d (...)

19La chronique historique de la Mère de Chaugy commence avec la mention du sacre de Henri III en février 1575 et une évocation très générale des troubles qui continuent d’agiter la France durant plusieurs années (le manque de reconnaissance de Henri III comme roi légitime, le début de la huitième guerre de Religion en 1585 après la mort de François d’Anjou, dernier fils de Henri II et de Catherine de Médicis) ; le président Frémyot décide de maintenir un parlement fidèle au roi de France contre le parlement ligueur qui siège à Dijon29. Il l’établit à Flavigny-sur-Ozerain en janvier 1589, puis à Semur-en-Auxois, parvient à rallier conseillers, avocats et nobles de la province pour maintenir l’autorité royale en Bourgogne, contre Charles de Lorraine, duc de Mayenne, gouverneur de Bourgogne, devenu chef de la Ligue après l’assassinat de son frère Henri de Lorraine, duc de Guise, en 1588. Il le maintient jusqu’à la victoire d’Henri IV à Fontaine-Française en 1595, après son sacre en 1594, et est largement récompensé par le roi pour sa fidélité.

20La chronique historique sert ici à faire un tableau élogieux du père de Jeanne de Chantal, confirmant l’excellence de la généalogie des Frémyot. On brosse le portrait d’un homme au destin d’exception, placé du côté de la loi, du légalisme, et non des ligueurs rebelles, présenté comme :

  • 30 Chaugy, op. cit., l. I, chap. 2, p. 9.

[…] inculquant à ceux qui s’étaient rangés à lui, que la grande richesse d’un politique et d’un homme d’épée est la gloire de s’appauvrir pour garder fidélité, et servir sa patrie et son Prince légitime.30

  • 31  Hippolyte Delehaye, Les légendes hagiographiques, Besançon, Jacquin, 1903.
  • 32  Les travaux des bollandistes, débutés en 1641, coïncident avec l’écriture de la Vie de Jeanne de C (...)

21Le deuxième élément important est la volonté d’historiciser le récit : l’insertion de ces quelques pages d’annales de l’histoire de France à l’échelle de la Bourgogne signifie l’insertion, dans le genre hagiographique, de l’histoire. La Vie de saint, après les attaques des protestants contre le culte des saints, devient le lieu focal d’un urgent renouvellement : il faut évacuer de la Vie tout ce qui n’est pas vraisemblable, tout ce qui concourt à la discréditer, à commencer par le merveilleux et l’intemporalité des récits, « légendes hagiographiques », pour reprendre la belle expression d’Hippolyte Delehaye, devenues aux yeux de nombreux lecteurs légendes littéraires, légendes imaginaires31. Le renouveau hagiographique passe ici par l’introduction de l’histoire sous la forme de la chronique : la Vie de saint doit être historique au sens où elle emprunte désormais les méthodes de l’histoire32. L’insertion de cette « page d’histoire », outre l’éloge de la lignée dont est issue la sainte, est un moyen, en contextualisant le récit, de lui donner la force du récit historique, sa validité, sa légitimité.

22Enfin, il s’agit aussi d’insister sur la figure du père de Jeanne de Chantal à la fois comme fidèle sujet de l’Église et fidèle sujet du roi, la Mère de Chaugy liant de manière indissociable ces deux fidélités. La fidélité au roi vient non seulement anoblir la figure paternelle, mais surtout elle est pensée comme une partie de la fidélité à l’Église, elle lui est insensiblement subordonnée, par un habile tissage de la fidélité au roi et de la foi catholique du président Frémyot : la fidélité au roi trouve sa raison d’être parce que le roi est dit « Très-Chrétien » (rappelons la filiation spirituelle de l’Église au roi de France, et plus tardivement, au xixe siècle, de l’Église et de la France). L’hagiographe démontre alors cette fidélité aux deux rois successifs (Henri III, puis Henri IV). Elle immisce dans le récit historique une anecdote merveilleuse :

  • 33 Chaugy, op. cit., l. I, chap. 2, p. 10.

Parmi tous ces troubles, le roi Henri III fut tué, ce qui fit faire des feux de joie dans le cœur de ses ennemis ; mais celui du fidèle président fut atteint d’une si vive douleur, qu’en une nuit il devint tout blanc du côté sur lequel il était couché.33

23L’anecdote merveilleuse pourrait desservir le sérieux de la chronique historique ; elle vient surtout rapatrier cette dernière dans le giron du genre hagiographique marqué par le légendaire et le merveilleux, mettant à distance la froideur (l’objectivité apparente ?) de la chronique historique.

  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid, l. I, chap. 2, p. 11.

24Enfin, les multiples gestes de reconnaissance (en actes et en paroles) d’Henri IV achèvent de prouver la fidélité paternelle : cela concerne la moitié du récit (quatre pages) consacré à la chronique historique. À chaque geste de reconnaissance royale (« caresses royales »34) correspond une « noble » réaction du président : la chronique historique est là pour vanter ses qualités, pour fabriquer une image vertueuse. Quand le roi veut lui offrir la charge de premier Président du Parlement de Dijon (supérieur à la charge de Président à mortier), il refuse au profit de l’actuel président, ce qui met en valeur sa modestie ; le roi lui donne « l’archevêché de Bourges, la grande abbaye de Saint-Etienne de Dijon, des provisions pour le prieuré de Nantua » car Bénigne Frémyot « avait dessein, après avoir fait tant de généreuses actions pour son prince terrestre, de se dédier uniquement le reste de ses jours, au service du Prince du ciel, en l’état ecclésiastique »35. C’est une projection fictive de la suite de l’existence du président, dans la mesure où :

  • 36  Ibid., p. 11-12.

[…] il ne se put pas faire prêtre, d’autant qu’il avait eu deux femmes, et la dernière était veuve quand il l’épousa ; et ne voulant pas garder les biens de l’Église, il remit tous ses bénéfices à son fils, lequel Dieu appela à l’état ecclésiastique ; et le bon président demeura exerçant sa charge avec toute justice et sincérité de conscience.36

25Il s’agit en réalité pour le président d’une ambitieuse acquisition, son fils sera archevêque ; enfin, le président gracie celui qui a voulu tuer son fils pendant la division du Parlement de Bourgogne, révélant sa charité.

  • 37  Nous empruntons l’expression à Arlette Jouanna (Arlette Jouanna, Jacqueline Boucher, Dominique Bil (...)

26Ce qui nous intéresse enfin, et nous ramène à la question de l’identité catholique qui doit être affirmée dans l’écrit hagiographique, est la dimension stratégique de la « co-textualité » voulue entre fidélité au roi et fidélité à l’Église. Historiquement, on peut dire que le président Frémyot appartenait aux catholiques modérés37 qui se sont alliés avec les protestants pour maintenir Henri IV sur le trône de France ; d’où l’insistance de l’hagiographe sur la fidélité du père de Jeanne de Chantal à l’Église catholique, qui est régulièrement rappelée dans le cours du récit de sa lutte contre les ligueurs. L’hagiographe remotive les bénéfices ecclésiastiques offerts au président dans le sens d’un désir de sacerdoce ; surtout, elle conclut le chapitre sur une parole prononcée par le président à l’adresse du roi :

  • 38 Chaugy, op. cit., l. I, chap. 2, p. 11.

Il arriva encore une chose fort agréable, c’est que le roi se récréant une fois avec plusieurs seigneurs, et parlant des affaires passées, le président Frémyot lui dit : « Sire, je vous confesse que si Votre Majesté n’eût crié de bon cœur : Vive l’Église romaine ! je n’aurais jamais crié : Vive le Roi Henri IV ! Ce grand monarque aima fort cette chrétienne franchise […].38

  • 39  Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne 1587-1596. Contribution à l’histoire des provinces française (...)

27D’un point de vue chronologique, nous savons que l’engagement royaliste de Bénigne remonte bien avant l’abjuration du calvinisme par Henri IV en juillet 1593 (sa première conversion de 1572 étant invalidée par son retour au protestantisme en 1576) : le pari d’un Henri IV catholique en 1589 était donc risqué. Les historiens du xxe siècle voient plutôt dans la fidélité royale de Bénigne Frémyot les raisons d’une ambition sociale : c’est un catholique fidèle mais non intransigeant, appartenant à un milieu robin, tenant de la loi et désireux de s’élever socialement, craignant que sa charge ne lui échappe39. On est bien loin de la seule fidélité à l’Église romaine. Les anecdotes qui caviardent la chronique historique, en apparence éléments secondaires et escamotables, sont finalement des éléments déterminants de la construction de l’orthodoxie du personnage : ce sont des critères de catholicité qui viennent affirmer haut et fort l’identité catholique de Bénigne Frémyot.

28Ainsi, en introduisant le genre historique dans la Vie de saint, La Mère de Chaugy confère au récit hagiographique la légitimité de l’histoire, sa crédibilité, sa vraisemblance, tout en faisant de ce récit historique, autorisé par son genre même, le lieu d’élaboration d’une figure de catholique exemplaire. Les topoi multiples qui parsèment le récit sont l’indice d’une filiation à une pratique hagiographique (refusée par les protestants) mais ils sont aussi, dans leur renouvellement, les éléments stratégiques d’une démonstration de catholicité, au même titre que la contextualisation venait rendre le récit hagiographique historique, et donc, d’une certaine manière, légitime.

Haut de page

Notes

1  Le terme « catholique » n’apparaît qu’à une reprise dans l’incipit de la première Vie de la Mère de Chantal, pour parler de « la foi catholique » de la ville de Dijon ville d’origine du saint Bénigne (Françoise-Madeleine de Chaugy, Mémoires sur la vie et les vertus de sainte Jeanne-Françoise Frémyot de Chantal, dans Sainte Jeanne-Françoise Frémyot de Chantal, sa vie et ses œuvres, Paris, Plon, 1874, vol. I, l. I, chap. 1, p. 4).

2  Nous entendons par confession un système de pensée et un ensemble de pratiques communs à un groupe. Nous renvoyons à Jacques Le Brun, La Jouissance et le Trouble. Recherches sur la littérature chrétienne de l’âge classique, Genève, Droz, 2004, Avant-propos, p. 8. On consultera aussi : Jean-Pierre Cavaillé, « Pour un usage critique des catégories en histoire », P. Laag & C. Limieux (dir.), Faire des sciences sociales, Paris, éd. de l’EHESS, 2012, p. 121-147 ; Howard Becker, Outsiders: studies in the sociology of deviance, New York, Free Press, 1963 ; John O’Malley, Trent and all that. Renaming Catholicism in the Early Modern Era, Cambridge, Massachusetts, London, England, Harvard University Press, 2000 ; Thierry Wanegffelen, « Les chrétiens face aux églises dans l’Europe moderne », Nouvelle Revue du Seizième Siècle, 11, 1993, p. 37-53 ; du même, « Réforme, réformations, protestantisme », John Miller (dir.), L’Europe protestante aux xvie et xviie siècles, Paris, Belin, 1997, p. 31-53.

3  Thierry Wanegffelen fait une intéressante mise au point sur cette appellation dans son article « Une expression de l’altérité confessionnelle au siècle des réformations. France, 1520-1650 », Revue de synthèse, 114, 1993, p. 498, n. 3.

4  Thierry Wanegffelen, Ibid., p. 497-498.

5  Thierry Wanegffelen, « Réforme, réformations, protestantisme », op. cit., p. 32, 35 et 37 : la Réforme apparaît comme une nécessité pour de nombreux chrétiens du premier xvie siècle : une « Réforme-rupture » pour les protestants, une « Réforme en continuité » pour les catholiques. Thierry Wanegffelen réfute l’idée selon laquelle l’idéal de Réforme serait d’abord protestant, puis catholique. Il propose de parler de Réforme comme idéal antérieur à la naissance du protestantisme ; le terme « réformation » désigne les mises en œuvre catholiques et protestantes de la Réforme.

6  Henri Cauchon de Maupas du Tour, La Vie de la vénérable Mère Jeanne-Françoise Fremiot, Fondatrice, Premiere Mere & Religieuse de l'Ordre de la Visitation de Saincte Marie, Paris, Siméon Piget, 1643.

7  Jean-Pierre Cavaillé, « Pour un usage critique des catégories en histoire », art. cit.

8  En 1642, le « combat » contre les protestants, malgré l’édit de Nantes, est toujours d’actualité, même larvé : il s’agit toujours de contrer les protestants, que ce soit par l’évangélisation et les missions (l’apostolat de François de Sales, évêque de Genève « hors les murs »), ou par une littérature spirituelle aux accents polémiques.

9  Le récit médiéval de la vie d’un saint se limite aux événements marquants de sa vie (naissance, premiers signes annonciateurs de sainteté, conversion s’il y a lieu, miracles, mort exemplaire et en odeur de sainteté), souvent en-dehors de toute contextualisation. On ne peut plus désormais écrire la Vie de saint hors contexte.

10  Nous renvoyons au travail d’Antoinette Gimaret, Extraordinaire et ordinaire des croix : les représentations du corps souffrant (1580-1650), Paris, Champion, 2011.

11  Jean Delumeau, Un chemin d’histoire. Chrétienté et christianisation, Paris, Fayard, 1981, p. 231 sq.

12 Chaugy, op. cit., l. I, chap. 2, p. 7-8.

13  Ibid., p. 8.

14  Florent Brayard (dir.), Des contextes en histoire : Actes du forum CRH (2011), La Bibliothèque du CRH, 2013.

15  Ibid.

16  On peut lire à la fin du premier chapitre à propos du père de Jeanne Frémyot : « […] quelque instance que l'on lui fît par après, l'on n'eut jamais le crédit de lui faire entendre un discours d'hérétique, et il empêchait ses compagnons d'y aller, leur disant qu'aller au prêche, c'était courir à l'école d'enfer, et que Lucifer en était précepteur. » (Ibid., l. I, chap. 1, p. 6)

17  Ibid., p. 3.

18  André Vauchez, La Sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Age, d’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, École française de Rome, 1988 [1981], p. 209 sq.

19 Chaugy, op. cit., l. I, chap. 1, p. 4.

20 Ibid.

21 Ibidem.

22 Ibid., p. 5.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 6.

25 Ibid., p. 4.

26 Ibid., p. 6.

27  Thierry Wanegffelen, « Réforme, Réformation, Protestantisme », art. cit., p. 35 : « C’est ‘‘de main en main’’ (par l’imposition des mains, lors des ordinations) que se perpétue l’Église et rompre la chaîne de tradition qui relie aux Apôtres, et, à travers eux, au Christ, c’est sombrer dans le schisme et sortir de la voie du salut. »

28  Le concile de Trente évoque « les traditions non écrites qui, reçues par les apôtres de la bouche du Christ lui-même ou transmises comme de main en main par les apôtres sous la dictées de l’Esprit Saint, sont parvenues jusqu’à nous. » (Le saint Concile de Trente œcuménique et général, célébré sous Paul III, Jules III et Pie IV, Souverains Pontifes, nouvellement traduit par M. l’abbé Chanut, Paris, Antoine Dezallier, 1690, IVe session, Décret des Écritures canoniques, p. 1).

29  Le Parlement de Dijon est fermement antiprotestant : depuis 1562, il refuse d’enregistrer l’édit de janvier accordant la liberté de culte aux protestants.

30 Chaugy, op. cit., l. I, chap. 2, p. 9.

31  Hippolyte Delehaye, Les légendes hagiographiques, Besançon, Jacquin, 1903.

32  Les travaux des bollandistes, débutés en 1641, coïncident avec l’écriture de la Vie de Jeanne de Chantal ; même si l’on ne connaît à la Mère de Chaugy aucun lien avec eux, on ne peut manquer de noter ce « moment » de renouvellement méthodologique.

33 Chaugy, op. cit., l. I, chap. 2, p. 10.

34 Ibid.

35 Ibid, l. I, chap. 2, p. 11.

36  Ibid., p. 11-12.

37  Nous empruntons l’expression à Arlette Jouanna (Arlette Jouanna, Jacqueline Boucher, Dominique Biloghi et Guy Le Thiec, Histoire et dictionnaire des guerres de Religion, Paris, Robert Laffont, 1998). Le président Frémyot apparaît du côté des Politiques, par opposition aux Zélés (nous renvoyons à Robert Descimon et Christian Jouhaud, La France du premier xviie siècle (1594-1661), Paris, Belin Sup, 1996, chap. 2, « Religion et politique » et à Arlette Jouanna, La France du xvie siècle (1483-1598), Paris, PUF, Quadrige Manuels, 1996, chap. 38 « ‘‘Zélés’’ contre Politiques (1589-1594) », p. 601-618).

38 Chaugy, op. cit., l. I, chap. 2, p. 11.

39  Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne 1587-1596. Contribution à l’histoire des provinces françaises pendant la Ligue, Paris, Auguste Picard, 1937. Robert Descimon évoque le même type de raisons pour les parlementaires parisiens (Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1594), Paris, Éditions Klincksieck, 1983).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion de Lencquesaing, « La fabrication d’une identité catholique : stratégies de l’incipit dans la première Vie de Jeanne de Chantal (1642) », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Sophie Houdard, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6298

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page