Navigation – Plan du site

« Une vieille matière d’une manière nouvelle » ou comment romancer la Vie de sainte : Roselis ou l’histoire de sainte Suzanne de Jean-Pierre Camus (1623)

Nancy Oddo

Résumés

Dans son avis au lecteur de Roselis ou l’histoire de sainte Susanne (1623), Jean-Pierre Camus, évêque romancier, déclare renouveler le genre hagiographique par une poétique inédite définie dans un ample encadrement péritextuel : outre le changement du nom de la sainte, il propose des digressions qui doivent primer sur le récit des faits. Sollicitant la rhétorique de l’energeia, le texte déploie dialogues, descriptions, analogies et intrusions d’auteur à visée édifiante qui, paradoxalement, limitent l’accès à l’intériorité des personnages et tiennent à distance les affects du lecteur. La nouveauté inhérente au récit réside bien plus dans son esthétique (la varietas) et sa pragmatique qui actualisent et concrétisent les conseils, mais surtout dans son usage polémique contre les protestants et politique au service de Louis XIII qui inaugure une série d’entrées royales après sa victoire en Languedoc. Dans ce contexte, Roselis christianise le genre de l’encomiastique royale autant que la figure de Susanne, que l’iconographie a dénudée dans son bain. Camus dés-érotise cette scène clé en rappelant son sens chrétien : le baptême.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’expression, employée par Gustave Reynier et Henri Bremond (Histoire littéraire du sentiment reli (...)
  • 2  Jean-Pierre Camus, La Pieuse Julie. Histoire parisienne, Paris, M. Lasnier, 1652, p. 573-574.
  • 3  Jean-Pierre Camus, Agathonphile, ou les martyrs siciliens Agathon, Philargyrippe, Tryphine et leur (...)
  • 4  Voir Barbara Selmeci, « Penser ‘la belle image’. La représentation du saint comme enjeu du roman m (...)
  • 5  Jean-Pierre Camus, Roselis ou l’histoire de sainte Susanne, Paris, Claude Chappelet, 1623.
  • 6  Ibid., « Au Lecteur », feuillet non numéroté : « Je ne te presente rien de nouveau en ce Livre, mo (...)

1Jean-Pierre Camus est un évêque polygraphe particulièrement prolixe, auteur d’homélies, de diversités, d’allégories, de la biographie de François de Sales, de nouvelles tragiques, et de romans dévots1 qu’il appelle « Anti-romans » ou « Histoires dévotes » afin de valoriser leur visée édifiante et non divertissante, et de les distinguer explicitement des Amadis et autres Bergeries « remplis de feintes et de contes frivoles, ridicules, de fatras qui se terminent en fadaise ». Sa voie est celle de la vérité, qu’il clame haut et fort, contre les méfaits qu’il attribue à la fiction : « J’ai fait le choix pour mon partage du chemin de la verité2 » répète-t-il à l’envi. Et pour l’évêque de Belley, rien de plus vrai que la Bible : sous sa plume, l’hagiographie adopte le nom plus général d’histoire dévote. Dès 1621, son Agathonphile ou les martyrs siciliens suivi de l’éloge des histoires dévotes3 qui en définit les pieux enjeux, amplifie en huit cents pages quelques lignes tirées du Martyrologe romain. À partir d’une trame hagiographique4, légitimée par l’Écriture sainte et les sources canoniques, Camus s’essaie à divers métissages propres à valoriser le fort potentiel narratif des histoires sacrées : ici hagiographie et roman grec, ailleurs hagiographie et histoire tragique, histoire sentimentale, galerie de tableaux, etc. En quête d’hybridations inédites, il offre en 1623, selon ses propres termes, « une vieille matiere d’une maniere nouvelle », une « forme fraische », une « façon et méthode non vulgaire » avec Roselis ou l’histoire de sainte Susanne5 : telles sont les formules de son avis Au lecteur6 pour exprimer son apport à la matière biblique tirée du chapitre XIII de Daniel. Quel est ce nouvel apport annoncé avec vigueur et enthousiasme ? Comment se caractérise cette « manière nouvelle » pour cette « vieille matière » qu’est la vie de sainte Susanne ? Serait-ce un simple effet d’accroche publicitaire, une captatio benevolentiae destinée à piquer la curiosité des lecteurs ? Par ailleurs, si Susanne a inspiré de nombreux peintres contemporains, elle n’a pas suscité d’engouement particulier en littérature qui lui préfère Madeleine : pourquoi ce choix ?

La manière nouvelle exhibée

  • 7  Epistre au Roy de 13 pages ; Au Lecteur de 15 pages ; Privilege de 3 pages ; Table des sommaires d (...)
  • 8  Voir Sylvie Robic, Le Salut par l’excès. Jean-Pierre Camus (1584-1652), la poétique d’un évêque ro (...)
  • 9  J.-P. Camus, op. cit., « Paranymphe » : « Ce n’est pas un petit avantage qu’avoir un beau nom », p (...)
  • 10  Ibid., « Epistre au Roy », feuillet non numéroté.

2À son habitude, Camus défend ses œuvres en s’en faisant le théoricien : il anticipe reproches et légitime ses procédés dans le péritexte, au seuil de son récit, dans son Avis au lecteur où il manie paradoxes et effets de surprise, tout autant qu’en sa clôture, dans son Paranymphe sur le nom de Roselis précédé d’un Discours apologetique pour la verité de cette Histoire sacrée. Cet encadrement conséquent et relativement croissant (un total de 85 pages, dont 38 au début7 et 47 pages finales, sur les 708 du livre) cherche à retenir en ses rets l’imagination du lecteur que Camus tient à maîtriser8 tout en offrant des clefs de lecture. Ainsi, la transformation du nom de Susanne en Roselis suscite-t-elle l’ultime et ample commentaire : l’histoire de Susanne est celle d’une action pure et innocente que Camus a voulu « exprim[er] en notre langue par celui de Roselis ». Il s’agit d’une traduction littérale du nom biblique en langue vulgaire car « en la langue sainte il signifie et une rose et un lys ». Si le lecteur distrait, ou simplement peu porté à l’hébreu, avait songé à un nom de roman sentimental, il est ramené à l’étymologie savante qui entraîne une exégèse : Camus invite à l’interprétation, mais sous haute surveillance, texte biblique à l’appui. Le nom est signifiant, il importe même qu’il soit beau9, mais toutes ses significations sont encadrées : l’excès de lisibilité du nom propre s’en trouve modifié pour guider le lecteur sans erreur possible, ni vagabondage. « Roselis » ne peut pas être l’indice d’un tropisme romanesque, ou plutôt, l’évêque de Belley, conscient de la possibilité de cette lecture, la réfute immédiatement : le nom fonctionne simultanément comme signe de fiction et signe de vulgarisation religieuse propre à rafraîchir le Martyrologe. Le romanesque est suscité et interdit, dans le même élan paradoxal qui préside à cette manière nouvelle. Camus opte pour ce retour à l’étymologie peut-être autant pour des motifs esthétiques et apologétiques, que pour adapter le titre de son histoire au roi à qui elle est dédiée : Roselis renvoie au lys royal, ce qui ne peut que plaire à un auteur dont le goût pour les jeux d’homonymie est fort. La dédicace à Louis XIII multiplie les rappels de la fleur symbolique de la monarchie française : elle chante la valeur du roi, plus grand encore que Salomon « puisque la magnificence & la pompe de ce Prince n’esgala jamais la gloire de vos Lys 10». L’étymologie de Susanne résonne opportunément pour glorifier la figure royale.

3L’encadrement théorique touche aussi à la forme que Camus définit en termes nouveaux, suivant le mouvement d’épanorthose inhérent à ses explications :

  • 11  Ibid., « Avis au lecteur », feuillet non numéroté.

C’est une Parafrase, que dis-je, c’est un Commentaire du treiziesme chapitre de Daniel, ou plustost une Parafrase Commentee, un Commentaire Parafrasé, contenant tout d’un fil & d’une Narration continuë, la Constance de cette glorieuse Saincte11.

  • 12  Ibid.
  • 13  Ibid.

4La narration linéaire est en vérité amplement entrecoupée de digressions qui sermonnent, de liste de modèles de vertus à imiter, et d’équivalents métaphoriques. La définition générique joue sur la répétition, la paronomase et l’inversion sans que l’on puisse véritablement caractériser cette forme nouvelle : seule ressort sa dimension uniformément religieuse et pédagogique, puisque commentaires et paraphrases visent à rendre intelligible un texte obscur par le moyen de l’addition, de l’amplification. Mais ces ajouts, qui font que le récit n’est « pas un simple Narré, où la seule deduction du faict fa[it] le corps de l’ouvrage12 », requièrent un renversement des habitudes de lecture : dans Roselis, « le principal n’est devenu qu’accessoire, l’accessoire s’est rendu principal13 ». Plusieurs images topiques servent ce projet de réformation de l’écriture pour transformer les manières de lire : celle de la broderie, de l’abeille, de la sculpture, etc. L’art et la liberté d’un créateur s’affirment, même si l’effacement de tout amour propre auctorial préside à l’écriture camusienne :

  • 14  Ibid.

[...] le faict qui est dans la bouche de tout le monde, ne m’a servy que comme de fonds pour y coucher diverses couleurs, & de satin blanc pour le couvrir d’une broderie diversifiee. Les digressions, les explications, les applications, les instructions font le corps de cet ouvrage plustost que les deductions : je voltige sur les versets de Daniel, comme une abeille sur les fleurs, pour en faire la composition de mes rayons, me donnant la liberté de faire des essors, lesquels si je ne me trompe, ne seront point inutiles à qui les voudra ruminer & peser attentivement. J’ay employé en la fonte de cette Statuë les metaux & les materiaux des Predications d’un Advent14.

  • 15  Voir les analyses suggestives de Clizia Carminati, « Narrazione e storia nella riflessione dei rom (...)
  • 16  Camus précise en marge que « c’est celuy de l’an 1622 presché à Paris, en l’Eglise S. Jean ».
  • 17  Jean-Pierre Camus, op. cit., « Au lecteur ».
  • 18  Camus reconnaît cet emprunt dans son avis « Au lecteur ».

5La trame de la vie de sainte importe moins que la « broderie » ajoutée par Camus : l’édification passe par ces ajouts, comme si la trame hagiographique ne parvenait plus, seule, à ce but. Rien de simplement ornemental ni de superflu dans cette diversité d’explications (la broderie paraît toute spirituelle puisqu’elle vise à entraîner ruminations dévotes et graves réflexions), mais surtout, point de narcissisme d’auteur dans la refonte de la matière biblique en dépit de cette « liberté de faire des essors », toute vouée au progrès spirituel des lecteurs. En précisant de la sorte les moyens scripturaires de la « nouvelle maniere » de l’hagiographie, l’évêque de Belley exhibe les écarts entre la source biblique des versets de Daniel et sa réécriture. Nous sont dévoilés les procédés et le degré de fictionnalité du récit15 qui nécessitent chez le lecteur de se détacher du scénario narratif, pour s’arrimer aux instructions issues d’un prêche16 puisque, désormais, l’accessoire est devenu essentiel : il est « le corps de cet ouvrage », c’est-à-dire le principal. Ce renversement entre l’accessoire et le principal fonde l’écriture de l’histoire dévote, expressément présentée par Camus comme le prolongement de son activité pastorale : le lecteur doit prendre la posture du fidèle venu écouter les saintes instructions d’un prélat. Dans ce passage « d’un cri à l’écrit », l’évêque explique qu’il a dû renoncer aux ornements du style oratoire « pour suivre la facilité et la simplicité de l’Historique, lequel ne laisse pas d’avoir ses grâces en sa naïveté desvestuë d’artifice17 ». Le modèle de l’Écriture sainte est concurrencé par celui de l’Histoire qui partage la même exigence de vérité dans un régime narratif profane : le glissement de l’histoire sacrée à l’histoire profane est sensible d’autant que l’auteur superpose les sources de son récit : versets de Daniel, puis paraphrase latine d’un « sçavant religieux Profès de la Chartreuse du Mont-Dieu18 », puis prêche, enfin récit sous le titre de Roselis. La métamorphose de l’hagiographie en roman dévot s’accomplit dans ce feuilleté de références. Camus précise avoir trié et choisi dans sa matière orale pour « faire un bouquet et non un fagot » : l’écrivain a le temps de fournir un travail esthétique, de créer de l’harmonie, de faire du beau. Au prétendu manque d’élaboration esthétique de la parole orale en chaire, il oppose « le loisir de l’écrivain » qui lui laisse le temps de la mise en ordre, non de l’agencement du récit hagiographique dont la trame est maintenue, mais des digressions et commentaires. Son récit se forge en effet sur la binarité (les deux personnages négatifs des vieillards/les deux personnages positifs de Susanne et de Daniel), redoublée dans la construction elle-même majoritairement binaire des comparaisons éducatives entre figures de chasteté (Lucrèce/Susanne ou Judith/Susanne) et des développements édifiants (poison/remède ; douleurs de Susanne, de son époux, de ses enfants, de ses parents etc. puis, dans le même ordre de succession, joie quand les vieillards sont confondus). Le texte souligne cet agencement :

  • 19  Ibid., p. 602.

Mais pour aller d’ordre en ce Triomphe et en ôter la confusion qui en feroit disparoistre la beauté, comme nous avons consideré en detail les douleurs de ceux à qui appartenoit Susanne, lorsqu’on la conduisoit au supplice ; aussi à ce retour glorieux devons nous à parcelles nous en representer les joyes19.

6Le beau est harmonieux et inhérent au souci pédagogique : l’art de la composition ne se résume pas à une esthétisation qui serait gratuite. Ce goût de l’ordre comprend une valeur morale puisque Camus propose de décrire les passions des vieillards à la fois pour ordonner leur confusion spirituelle, et pour guider la lecture. Les émotions requièrent une rationalisation salutaire propre à éloigner toute emprise sur les affects du lecteur maintenus à distance.

7Camus présente enfin un argumentaire favorable à l’invention de manière paradoxale dans son avis au lecteur :

  • 20  Ibid., « Au lecteur ».

La diversité des esprits faict celle des Escrits, chacun abonde dans son sens ; & si les visages sont tous dissemblables, beaucoup plus les pensees, comme de qualité bien plus souple & susceptible de variables formes ; le vray & non fabuleux Protee, c’est l’imagination, mere de tant de sortes d’especes20

  • 21  Ibid. : « Il est vrai que le nord montre le chemin sur la mer, mais ce n’est pas ce qui fait avanc (...)
  • 22  Ibid. : « On peut allumer sa chandelle à celle d’un autre, mais il ne s’ensuit pas que pour cela n (...)

8À ses yeux, la part d’inventivité dans ses propres œuvres réside dans l’amplification qui est de l’ordre du commentaire et conforte la leçon : il déploie les métaphores florales du lierre arrimé à la muraille, des fleurs accrochées à la tige, celle de la navigation21 ou de la chandelle22. Toutes ces images expriment la présence de l’invention, jamais supplantée par l’imitation, toujours fidèle au Texte sacré et toujours vouées au même but : édifier par des manières littéraires inédites. Le programme de nouveautés affiché est alléchant, mais la lecture des quelques six cents pages de la vie de Susanne le confirme-t-elle ? L’hagiographie camusienne est-elle toujours si nouvelle et si fraîche après avoir parcouru l’épais volume ?

La nouveauté à l’épreuve du texte

  • 23  Voir Michel Pastoureau, « L’enromancement du nom : enquête sur la diffusion des noms de héros arth (...)
  • 24  J.-P. Camus, op. cit., p. 147.
  • 25  Ibid., p. 162.
  • 26  Les verbes de perceptions visuelles abondent : « nous y verrons », « nous y contemplerons », « nou (...)
  • 27  J.-C. Camus, op. cit., p. 184.

9Tout n’est pas rafraîchissant et palpitant, mais le texte travaille le légendaire biblique, infléchissant la vie de saint vers la littérarité en employant des procédés propres à la fiction narrative, puisque l’hagiographie peut « s’enromancer »23, précisément parce qu’elle relève d’une transcendance décalée : elle constitue le contrepoint, en langue vernaculaire, d’une littérature religieuse perçue comme plus difficile et moins accessible aux laïcs. Jouant d’effets de dramatisation, elle rend plus vivants les moments importants qui scandent toute vie de saint, par l’usage du style direct pour les dialogues supposés. Dans Roselis, Camus invite sans cesse son lecteur : « Ecoutons les devis dont ils s’entretiennent », « écoutons donc l’infortuné dialogisme que faisaient ou que pouvaient faire Achab et Sedecie puisque notre Texte sacré dit qu’ils prirent ensemble resolution de surprendre cette beauté autant pleine d’appats que d’innocence24 ». Suit alors un dialogue de dix pages. Dans la même perspective, l’usage des intrusions du narrateur, communes au roman, pour juger un personnage, est à mentionner : « Voyez comme ce rusé est subtil25 », ce qui est encore une façon de guider le lecteur. Camus envahit son récit par ses discours, ses listes et ses analogies nées de ses innombrables métaphores : il veut faire voir, peindre, mettre sous les yeux, élaborant un dispositif pictural26 pour une vie de sainte qui passe par le regard et l’émotion. Images et lexique affectif sont prépondérants et insufflent une énergie démultipliée, une force incommensurable à Susanne. Son récit fait ressentir sa sainteté par cette vigueur et cette puissance, toutes deux puisées dans les versets de Daniel, « energiques » et aux « couleurs vives27 » : la rhétorique de l’energeia est abondamment sollicitée.

  • 28 Ibid., p. 138.
  • 29 Ibid., p. 144.
  • 30 Ibid., p. 142.
  • 31  Ibid., p. 145.
  • 32  Comme aux pages 498-502.
  • 33  J.-C. Camus, op. cit., p. 599.
  • 34 Ibid., p. 536.

10Autre manière nouvelle : l’évêque de Belley s’essaie à la mise en relief du for intérieur de ses personnages, des bons comme des mauvais. Sont révélés « les sentiments » de Susanne surprise par les vieillards, mais aussi ceux des vieillards à sa vue. Le procédé le plus marquant de l’enromancement de la sainte ne lui est pas spécifique puisqu’il touche l’ensemble des personnages, méchants compris. Camus se montre attentif à leurs émotions intérieures. Il se justifie néanmoins de montrer les passions, de pénétrer « dans les secrets des tenebres, & dans l’obscurité de ces malicieuses consultations28 » et dramatise ce processus : « Perçons donc, ainsi que le Profete, la muraille du Temple de leurs cœurs, & nous y verrons d’estranges abominations29 ». Plus encore, il le scénographie en donnant d’abord l’interdit divin de la « penetration des cœurs & la veuë des pensées humaines30 », réservée à Dieu seul, puis trois raisons justifiant sa transgression dans le cas de Susanne : il ne s’agit pas d’une vengeance humaine, mais divine ; il ne cherche pas à connaître l’avenir, puisque l’histoire est ancienne ; enfin, les faits ont déjà éventé le secret des cœurs. Il devient possible de percer « la muraille du temple de leurs cœurs », de « descouvrir à nud leur passion » et de « deschir[er] le voyle du temple de leurs cœurs31 ». Ces précautions formulées, comment nous sont révélés les sentiments des héros ? En vérité, l’on ne pénètre les cœurs que par le discours, dialogue ou monologue, ou par l’insertion de vers, forts nombreux, souvent issus de psaumes ou de cantiques32, parfois d’un motet33 ou d’un poète latin34. Si Camus est bien conscient de l’individualisation constitutive des personnages romanesques, les moyens narratifs qu’il met en œuvre la limitent. Dans Roselis, l’intériorité s’exprime finalement moins dans le récit que dans ses péritextes où se manifeste une connaissance profonde et subtile des affects humains, en particulier ceux des lecteurs face au récit. Le fond des cœurs des lecteurs, sondé à des fins d’édification spirituelle, intéresse bien plus Camus que celui de ses personnages qui, s’il se subjectivait, risquerait d’enflammer un processus identification moins maîtrisable. En maintenant une distance par le style direct, les vers ou les métaphores, Camus offre un accès encore limité, et surtout contrôlé, au for intérieur de ses protagonistes.

  • 35 Ibid., p. 116.
  • 36 Ibid., p. 119.
  • 37  Ibid., p. 124-125.

11La nouveauté passe sans doute plus par une stylisation soignée et le souci de la varietas apparent dans l’usage de la satire, par exemple, pour condamner la lubricité des deux vieillards lubriques. Cette autre forme de l’indignation morale se fait tantôt condamnation directe virulente, tantôt satire mordante du vieillard amoureux, issue de Juvénal. Le rire mordant n’est pas banni de l’hagiographie pour dénoncer le vice et expliquer pourquoi les deux vieillards ont sombré dans le péché : Camus joue sur l’effet de contraste entre le style haut (« qui eust donc jamais creu que ces Cygnes si blancs en l’exterieur, eussent esté si noirs en l’interieur ?35 ») et style bas oral (« mon bonhomme c’est fait, vous ne pouvez pas être deux fois, il est temps de plier bagage36 »). Il pratique le contre blason dans sa description des deux voyeurs : « crâne pelé & chauve », les yeux changés en « ruisseaux bourbeux plein d’une mauvaise humeur qui les offusque », un « teint olivastre & plombé » et, pour finir, « ne disons rien de l’haleine qui sort du milieu de ces pourritures & de cet estomac [...] ; de cette toux importune qui luy rompt les flancs, qui luy escorche le gosier ; de ce tremblement de bras, de jambe, & de col37 ». L’amplification satirique reconduit ici des topoï, mais les modernise à l’occasion du récit des périls affrontés par Susanne mis au goût du jour. La scène topique tirée de l’hagiographie où les vieillards voient Susanne dans son palais et tombent sous son charme, suscite un réquisitoire contre les vanités du monde actualisées :

  • 38  Ibid., p. 103-104.

O Dieu ! & que sera-ce de ces frequentations frivoles, inutiles, oysives, non necessaires, disons plus pernicieuses & dangereuses, qui se pratiquent dans le siecle, où c’est l’ordinaire de voir, & d’estre veu, de visiter, & d’estre visité, la plus grande part de la vie se perdant en ces complimens. Mais que dira-t-on de ces assemblées folastres où l’on ne parle que de passer le temps en jeux, danses, balets, festins, cajolleries, mugueteries, ou en esblouissant la veuë du monde se passent tant d’œuvres de tenebres [...] puisque le monde n’est qu’une Comedie38

  • 39  Antoine Mazurek, résumé de la thèse de doctorat : « L’ange gardien à l’époque moderne : culte, éla (...)

12Par ces apostrophes et adresses directes, au ton proche des sermons contre la mode et les mondanités, Camus renvoie à l’univers de ses lecteurs, à leurs activités et à leur langage, métaphore du théâtre du monde comprise. Clichés et références de proximité renouvellent l’hagiographie par intrusion d’une langue et d’habitudes profanes dans l’univers sacré et atemporel de la vie de saint. Ce même souci d’actualisation explique l’évocation de pratiques religieuses comme la dévotion à l’ange gardien39, qui connaît un essor sans précédent après le concile de Trente grâce à François de Sales, dont les liens avec Camus sont connus. Lorsque les deux vieillards décident de surprendre Susanne au bain, le narrateur les engage à faire appel à leur ange protecteur :

  • 40 Camus, op. cit., p. 174.

 [...] qui pensera que son Ange Gardien le regarde, le considere, & remarque par le menu toutes ses actions, & que cet Ange void tousjours, nonobstant cette commission qui luy est donnee de nous guider en toutes nos voyes, la face de l’Eternel Père, en laquelle est l’object de la souveraine felicité40

  • 41 Ibid., p. 323.
  • 42 Ibid., p. 253.
  • 43 Ibid., p. 259.

13Céder aux modes, à la langue et aux pratiques contemporaines n’amenuise néanmoins jamais la dimension spirituelle du récit. Si Camus tourne en dérision les deux vieillards, il veille à maintenir autour de la chaste et vertueuse Susanne l’aura de la femme forte, « ce courage masle habitant un corps féminin41 ». Pour cela, il lui faut éviter deux écueils contradictoires : en faire un objet d’idolâtrie ; en faire un modèle trop proche, trop incarné, trop facile à imiter. Car s’il facilite l’identification du lecteur à son héroïne, son ouvrage perd en absolu ; s’il maintient un modèle de sainteté inaccessible, il risque de le décourager. Camus esquive cette tension par son usage de la digression et du commentaire : chaque épisode de la vie de la sainte est suivi de son ample traduction en termes pratiques. La description de l’embarras de Susanne surprise au bain est immédiatement accompagnée de soixante-dix pages d’une « digression sur les stratagemes diaboliques, dont se servent mille mauvais esprits dedans le monde, pour ruiner la pudicité des plus determinees42 » : à la scène biblique succède une version pragmatique, spécifiquement adressée aux lecteurs mondains contemporains, par un auteur dont l’objectif avoué est d’« amplifier, dilater le royaume de Jesus Christ par tous les moyens43 ». Une série de cas pratiques offerts aux dames pour résister à la séduction masculine se déploie en un système binaire où, à chaque « poison », correspond un « remede » efficace : comment se protéger d’un cadeau offert par un séducteur ? En refusant de le recevoir ; que faire de lettres ou de sonnets galants reçus ? Les jeter au feu. Par cette transposition très pragmatique de la pudeur idéale incarnée par Susanne, la distance avec la sainteté reste maintenue et l’évêque propose une lecture individualisée adaptée aux dames. Il ne s’agit plus pour la lectrice de s’identifier à un personnage : le narrateur endosse le rôle du directeur de conscience pour orienter et diriger spirituellement sa lectrice, la figure de la sainte placée à distance respectable, pour en faire un support de dévotion, non un objet d’identification.

14Seule la toute fin de la narration souligne la fragile frontière entre la sainte et la femme, lorsque Camus représente sa chaste héroïne sauvée du péril de la calomnie, et retrouvant son époux. Elle n’est d’ailleurs plus sainte Susanne, mais Roselis, en qui peuvent se chanter les vertus du mariage à travers les retrouvailles conjugales :

  • 44 Ibid., p. 612-613.

Mais il est temps que nous nous retirions et que nous laissions en paix la chaste Roselis dans le palais de son époux car il la va introduire dans son cellier à vin, c’est-à-dire dans ses cabinets de délices, pour rétablir en elle l’ordre de sa dilection ; elle s’esjouira en Dieu & en lui, & lui en Dieu & elle, ils vont prier ensemble comme Isaac et Rebecca, ou plutôt comme le jeune Tobie et Sara, ils vont remercier Dieu qui les a delivrés de ces deux démons. O Hymen, c’est icy que tu attaches un ruban vermeil sur mes levres, & que tu voiles beaucoup de choses à mon esprit, volant à ce discours plusieurs considerations qui le pourroient autant adoucir qu’enrichir. O que de gloire apres tant d’ennuis, que de felicitez apres tant de diverses traverses. Laissons leur cueillir en joye les fruicts tires du milieu de tant d’espines & de peines. Laissons Roselis à Joachim, & Joachim à Roselis ; mais pourquoy ont deux noms ceux qui ne sont qu’un & de chair & de cœur44 ?

15L’expression du regret, métaphorisé par le ruban vermeil qui empêche de dire l’amour charnel, suggère un érotisme discret, pour une fois totalement offert à l’imagination, mais dans le cadre sacramentel du mariage.

Une « ancienne renouvelée » sainteté au service du roi

  • 45 Ibid., p. 184.

16En amplifiant, afin de l’adapter à ses contemporains, l’histoire de Susanne, Camus édifie ce que l’on pourrait appeler, en pastichant Du Bellay, une « ancienne renouvelée » sainteté : l’ambigüité du rapport au Texte sacré, inimitable mais à transmettre dans le cadre pastoral, s’en trouve clarifiée. La mission pastorale de l’évêque romancier le pousse à ce travail éducatif de vulgarisation de la Bible : la rendre lisible, compréhensible, la traduire en terme concrets pour édifier, toujours en encadrant. Ce faisant, son écriture exhibe son rapport au Texte sacré : il le respecte scrupuleusement, à la lettre, comme en témoignent ses innombrables formules « comme dit notre Texte sacré », « le Texte sacré dit », etc. ; il précise tout autant que cette source sacrée est inégalable tant son éloquence est parfaite, son « énergie » si vive et « son pinceau inimitable45 » :

  • 46  Ibid., p. 194.

Ce que je dis de cette entrée et de la contemplation de ces satyres est si vivement depeint dans le texte sacré que ma paraphrase languit auprès de l’énergie des paroles de Daniel. Pour dire ce port, ce geste, ce maintien, cette taille droite et relevée comme une palme, cette forme majestueuse digne d’un empire, il faudrait être parfait orateur46.

Ce que Camus ne prétend pas être, bien sûr : il écrit tout de même, se sachant imparfait, ad majorem gloriam dei. Le mouvement et l’action au service de Dieu sont privilégiés : la mise en scène de son lien avec le Texte sacré apparaît profitable pour le lecteur qui peut y voir un modèle possible d’action chrétienne dans le monde et un rapport serein, à bonne distance, avec la sainteté. Camus ne se pose pas comme modèle identificatoire, mais son lien dialectisé à la sainteté pourrait être suivi.

  • 47  Marie-Louise Fabre, Suzanne ou les avatars d’un motif biblique, Paris, L’harmattan, 2000.

17Cette mission pastorale n’est évidemment pas exempte d’un venin polémique : derrière ces remarques esthétiques s’affirme le culte des saints, sujet de discordes violentes entre protestants et catholiques. Le choix de Susanne renforce cet aspect conflictuel : elle est une sainte problématique qui n’apparaît pas dans la Bible des Septante, mais uniquement dans La Vulgate, « Texte sacré » adopté par le concile de Trente, mais contesté par les protestants47. Il n’est certes pas nouveau de lier hagiographie et polémique religieuse, et dans Roselis, la controverse est fréquemment explicitée avec force dans le récit :

  • 48  Camus, op. cit., p. 458.

Ruse de laquelle se sert encore l’hérésie de nostre age qui voudroit bien persuader au peuple, si elle pouvoit, que l’Eglise, cette Colombe sans fiel, cette colonne de fermeté, cette fidele toujours assistée du saint esprit, qui ne permet pas qu’elle puisse ny faillir ny defaillir est tombee en adultere faisant banqueroute à la foy qu’elle doit à son epoux48.

18À l’orée de son livre, Camus manifeste déjà ce ton mordant anti-protestant dans l’épître au roi Louis XIII, glorifié pour avoir combattu l’hérésie :

  • 49  Ibid., « Epistre au Roy ».

 [Roselis] vient à vous en temps opportun, au retour de tant de combats dignes de tant d’Histoires, & de tant de victoires suivies d’autant de triomphes, que les honneurs acquis par vostre espee sont capables d’occuper toutes les plumes des plus celebres Escrivains. Que si à tant de Lauriers & de Palmes elle mesle ses Roses & ses Lys, que fera-t’elle, sinon tesmoigner que vostre bras fatal à l’Erreur, & à la Rebellion, ayant cultivé l’Olivier dedans le champ de Mars, en l’arrosant & de sang & de larmes, merite pour la paix acquise par tant de faicts d’armes, d’estre paré de Lys & de Roses qui sont les fleurs aymees des Roys, & les Reynes des plus aimables fleurs49.

  • 50  Nicolas Le Roux, Le Roi, la cour, l’état. De la renaissance à l’absolutisme, Seyssel, Champ Vallon (...)
  • 51  Marie-Claude Canova-Green, « Révolte et imaginaire : le voyage de Louis XIII en Provence (1622) », (...)

19Avec ce premier ouvrage qu’il dédie au roi, Camus contribue « aux applaudissemens de [son] triomphant retour » : le retour de Louis XIII de sa campagne en Languedoc est en effet scandé par une série d’entrées royales marquantes à la fin de 1622, inséparables de l’instauration de ce que les historiens ont coutume d’appeler le premier absolutisme50. Marie-Claude Canova-Green51 donne le détail et les enjeux de ce spectacle de la puissance royale pour emblématiser un pouvoir vainqueur et conquérant. Les nécessités de la guerre ouverte contre les protestants révoltés en Guyenne (1621), puis en Languedoc (1622) ont conduit Louis XIII dans le Sud du royaume : des sièges difficiles marquent ce dernier voyage, dont ceux de Montauban et de Montpellier. La signature du traité de Montpellier en octobre 1622 inaugure une période de calme relatif et le retour du roi à Paris après cette dernière campagne est triomphal : Arles (le 30 octobre), Aix (du 3 au 10 novembre), Marseille (le 7 novembre), Avignon (le 16 novembre), puis Montélimar, Valence, Grenoble et Lyon où le consul et le chapitre avaient organisé de superbes fêtes le 11 décembre 1622. Camus dut s’y rendre et Roselis dont l’approbation date du 10 février 1623, sert nettement l’encomiastique royale : écrite et imprimée rapidement après l’événement, son Histoire de sainte Susanne est une œuvre de circonstance, un panégyrique qui célèbre un fait historique et exalte les vertus chrétiennes de Louis XIII.

  • 52  Théodore Godefroy, Le Cérémonial françois, Paris, Gabriel Cramoisy, 1659, p. 1031, mentionne l’emb (...)

20Il me semble que Camus renouvelle l’emblématique des entrées royales à coloration mythologique et allégorique, dont les métaphores sont essentiellement tirées de l’antiquité : Louis le Juste est magnifié en Hercule, en Alexandre, en Jupiter et surtout en Persée52. Sa dédicace au roi reprend cette figure développée lors des entrées royales de 1622 et, plus généralement, dans toute l’encomiastique monarchique des années 1610-1620 où Louis XIII figure en Persée tuant l’hérésie-Méduse et sauvant la France-Andromède :

  • 53  Camus, op. cit., « Epistre au Roy ».

Quelles graces vous pourra rendre votre France, cette Andromède, sauvee par vous son Persee, des monstres de tant de malheurs, puisque vous avez tranché la teste à cette Meduse qui changeoit en rochers les cœurs de ceux qui esloignez de Dieu, ne pouvoient en V. M. supporter son Image53 ?

  • 54  En témoigne le portrait allégorique représentant François Ier sous la forme d’une déité androgyne (...)
  • 55  Voir Hélène Duccini, Faire voir, faire croire. L’opinion publique sous Louis XIII, Seyssel, Champ (...)
  • 56  Le père Fronton du Duc, L’Histoire tragique de la Pucelle de DomRemy aultrement d’Orléans, nouvel (...)
  • 57  Pierre-Emmanuel Dauzat, Les Pères de leur mère. Essai sur l’esprit de contradiction des Pères de l (...)

21Son roman hagiographique fête le triomphe royal, glorifie le prince auquel il tend un miroir neuf avec Susanne, opérant une translatio de l’univers antique classique à l’imaginaire biblique chrétien, à la manière des jésuites qui ont orchestré les entrées provençales et lyonnaises, en rappelant que le roi sert l’Église romaine catholique. Camus propose une féminisation pour accompagner la christianisation de l’image royale de Louis XIII, ce qui relève d’un mode panégyrique assez courant en France54, mais encore inédit pour ce roi55. Par ailleurs, il ne reprend aucune des figures féminines chrétiennes usuelles de femmes fortes : ni Judith, ni Jeanne d’Arc56. Susanne est une nouveauté dans l’encomiastique royale, mais plus encore, son usage par Camus restitue sa dimension théologique à la sainte, devenue avec Jérôme et Augustin une figure morale liée à l’adultère, voire avec Suzanne et des vieillards (1550) de Véronèse une pécheresse, une préfiguration de la femme adultère57. L’évêque de Belley christianise son roi et rechristianise Susanne, effaçant toute ambivalence de l’une des figura de l’Église, pour lui redonner son sens premier. En témoigne la suppression de tout érotisme dans la fameuse scène du bain où elle n’apparaît pas nue, mais entièrement recouverte d’un drap dont Camus refuse même le jeu de transparence.

22Il faut s’attacher au brouillage des modèles identificatoires de Roselis pour saisir l’apport camusien et la transformation qu’il fait subir à l’encomiastique royale : Louis XIII est d’abord Salomon (le Juste, comme Louis le Juste), trois fois utilisé (« nouveau Salomon », « un autre Salomon » et un « Salomon paisible ») ; puis il est Daniel dans l’épître (« Votre France, comme une Susanne, estoit persecutee par deux faux Vieillards, l’Erreur, & la Rebellion ; en les separant, comme un autre Daniel, vous les avez confondus »). La fin du récit, qui peut être lue comme un miroir au roi :

  • 58  Camus, op. cit., p. 521.

Si jamais vous avez vu une émeute populaire, une sedition furieuse, c’est alors que la confusion & le desordre forment une image de cette Tour orgueilleuse, par laquelle on vouloit escheler le Ciel : Mais au milieu de cette mutinerie, si un homme grave & d’authorité vient à paroistre, soudain ces petits esprits du vulgaire […] s’escartent, ou bien l’escoutent avec attention : S’il est eloquent & avisé, il adoucit leurs courages, calme les boüillons de leur courroux, & change la tempeste en bonace58

  • 59  Jean-Pierre Camus, Pétronille. Accident pitoyable de nos jours, cause d’une vocation religieuse, L (...)
  • 60  Époque des homélies (1614-1623) liée à son élection le 20 août 1614 député du clergé aux États-Gén (...)
  • 61  La première parution date de 1620 : La Mémoire de Darie, Agathonphile ; puis Parthenice, Dorothée, (...)

23La reprise du mythe de Babel pour disqualifier l’orgueil protestant précède l’éloge des vertus associées à la figure royale : gravité, autorité, éloquence et jugement avisé. Enfin, la première mention de la rose est appliquée au Roi : Roselis doit lui servir de guide pour les vertus chrétiennes de la chasteté, de l’innocence, de la constance et de la pureté. Le roi condense les figures de Salomon, de Daniel et de Roselis-Susanne, et Camus valorise des vertus non guerrières pour son souverain victorieux. Sa voix appelle à l’éloquence, à la gravité et à la douceur (« il adoucit leurs courages ») quand les jésuites valorisent force et violence martiales dans les entrées de 1622 : par ce refus du spectacle belliqueux, Camus ouvre à son souverain un chemin différent, une « voie de laict59 » vers Dieu après les combats. C’est celle que lui-même emprunte dans son entreprise romanesque vouée à poursuivre par l’écriture de fictions narratives son apostolat : 1623 est précisément la date de publication de son dernier recueil d’Homélies60. Roselis appartient à une période de transition dans sa production, entre ses homélies et ses récits61 : il entre dans l’époque des romans (1623-1629). Son panégyrique renferme une institution au prince, comme à tout chrétien, qu’il convie à la parole, à la douceur et à la prière sous le regard providentiel de Dieu puisque « nous sommes tous des Roselis ».

  • 62  Les stances de Malherbes paraissent anonymement jusqu’à l’édition de 1630 du Camp de la place Roya (...)
  • 63  Honoré Laugier, Recueil des cartels publiez es presences de leurs MM en la place Royalle le 5, 6, (...)

24Cette invitation générale à la douceur de l’éloquence est confortée par l’un des nombreux poèmes insérés, massivement empruntés aux Psaumes. Le motet final, qui célèbre les retrouvailles de Roselis et Joachim, présente la particularité d’être la réécriture de stances composées par Malherbe62 et mises en musique par Boessert en l’honneur du mariage de Louis XIII et Anne d’Autriche en 1612. L’ensemble des poèmes écrits pour ces fêtes est publié dès 161263 : Camus a pu y avoir facilement accès et s’en inspirer pour son motet qui revêt une fonction encomiastique. À travers Roselis et Joachim, le roi et la reine de France sont honorés par ces vers courtisans introduits fort à propos, les retrouvailles du couple fictif suscitant l’éloge du sacrement de mariage. Manière adroite de mêler cour et sainteté, éloge royal et hagiographie, poésie de circonstance et vie de saint par le biais d’un « motet de loüange » qui associe, par le jeu de correspondances obliques, Roselis à Anne d’Autriche (les stances-sources lui sont consacrées) et à la vierge Marie. Voici les deux textes, respectivement celui de Malherbe et celui de Camus :

  • 64  Ibid., « À la Reine », p. 8-9.

Fleurs de beautez & de vertus
Apres nos malheurs abbatus
D’une si parfaicte victoire
Quel marbre à la posterité
Fera paroistre vostre gloire
Au lustre qu’elle a merité ?
Non non, malgré les envieux
La raison veut qu’entre les Dieux
Vostre image soit adoree :
Et qu’aydant comm’eux aux mortels,
Lors que vous serez imploree,
Comm’eux vous ayez des autels.
Nos fastes sont pleins de lauriers
De toutes sortes de guerriers :
Mais hors de toute flatterie,
Furent-ils jamais embellis
D’un tel acte qu’a faict Marie
Pour le salut des fleurs de lis64 ?

  • 65  Camus, op. cit., p. 599-600.

Fleur de beauté & de vertus
Apres ces monstres abattus
D’une si parfaitte victoire,
Quel marbre à la posterité
Fera paroistre vostre gloire
Au lustre qu’elle a merité ?
Astre puissant & radieux,
La raison veut qu’en nos saincts lieux
Vostre image soit honoree
Et que secourant les mortels
Lors que vous serez imploree
Vous paroissiez sur nos Autels.
Nos fastes sont pleins de lauriers
De saincts & genereux guerriers
Qui nous emplissent de merveille,
Mais quand furent ils embellis
D’une resistance pareille
A celle-là de Roselis65 ?

  • 66  René Laurentin, Le Vœu de Louis XIII, passé ou avenir de la France ?(1988), Paris, François-Xavier (...)

25Les modifications apportées dans Roselis accentuent la valeur chrétienne du discours : suppression des Dieux antiques (les Dieux/ nos saints lieux) et de l’envie (les envieux / astre radieux), qualification des guerriers « saincts et genereux ». La résistance condense les vertus de la sainte : là réside la force du roi, de la reine et de tous les catholiques ; là réside l’ultime leçon de Camus. Superposant Roselis à Marie, Camus engage à la dévotion mariale, à une dévotion douce mais exigeante, dont la constance demeure toujours ferme devant l’adversité. En 1638, le vœu de Louis XIII, la consécration du royaume de France à Dieu par l’intermédiaire de la Vierge66, semblera lui donner raison.

  • 67  Je reprends ici le titre et les frontières chronologiques, qui correspondent à la carrière de Nico (...)

26En romançant la vie de Susanne, l’évêque de Belley apporte donc une contribution emblématique de la fabrique des saintes images qui occupe les années 1580-166067 : le métissage formel, à partir de l’hagiographie, lui permet d’exprimer avec exactitude les sentiments de ses personnages pour les transmettre aux lecteurs dans un cadre maîtrisé. Il lui permet aussi l’heureuse combinaison d’un panégyrique au roi et à la reine, doublé d’une institution au prince et aux chrétiens. Enfin, il transforme l’encomiastique royale, l’infléchissant vers des valeurs pacifiques, faites de paroles et de raison, incarnées par la figure inédite de sainte Susanne. Mais sans doute le renouvellement le plus frappant touche-t-il la représentation même de Susanne : Roselis jaillit comme le contrepoint à toute la tradition iconographique qui privilégie la scène du bain et les seins de la sainte. Camus rhabille Susanne, replace le moment isolé par les peintres dans la continuité d’un long récit entrecoupé de pieuses digressions et de fermes engagements à la résistance, à la chasteté et à la pureté, sous la férule mariale. En rebaptisant cette sainte, il rappelle précisément la nature chrétienne de la scène fameuse du bain, métaphore du baptême.

Haut de page

Notes

1  L’expression, employée par Gustave Reynier et Henri Bremond (Histoire littéraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guerres de religion jusqu’à nos jours (1933), Grenoble, Jérôme Millon, 2006, p. 254-275), est à prendre dans son sens actuel, plus général et neutre qu’à l’époque de Camus, de fictions narratives à teneur spirituelle et théologique, destinées à édifier les lecteurs.

2  Jean-Pierre Camus, La Pieuse Julie. Histoire parisienne, Paris, M. Lasnier, 1652, p. 573-574.

3  Jean-Pierre Camus, Agathonphile, ou les martyrs siciliens Agathon, Philargyrippe, Tryphine et leurs associez, histoire devote où se decouvre l’art de bien aymer, Paris, Claude Chappelet, 1620.

4  Voir Barbara Selmeci, « Penser ‘la belle image’. La représentation du saint comme enjeu du roman moderne », dans Roman et religion de J.-P. Camus à Fénelon, Littératures classiques, 2012/3, n° 79, p. 79-94.

5  Jean-Pierre Camus, Roselis ou l’histoire de sainte Susanne, Paris, Claude Chappelet, 1623.

6  Ibid., « Au Lecteur », feuillet non numéroté : « Je ne te presente rien de nouveau en ce Livre, mon cher Lecteur, car est-il rien de plus cognu que l’Histoire de Susanne, chantée & rechantée par les femmes et les enfans, & non ignorée des plus ignorans de la terre ? Mais je puis dire que je te donne une vieille matiere d’une nouvelle manière, & que si le sujet est ancien, la forme en est toute fraische, cette Narration si commune estant traittée d’une façon & d’une méthode que tu ne treuveras point vulgaire. »

7  Epistre au Roy de 13 pages ; Au Lecteur de 15 pages ; Privilege de 3 pages ; Table des sommaires de ceste Histoire de S. Susanne de 7 pages au début du récit. Le Discours occupe les pages 647 à 670 et le Paranymphe, les pages 647 à 670. Pour une description matérielle détaillée, voir Fictions narratives en prose de l’âge baroque. Répertoire analytique (1611-1623), sous la direction de Frank Greiner, Paris, Champion, 2014, p. 946-951.

8  Voir Sylvie Robic, Le Salut par l’excès. Jean-Pierre Camus (1584-1652), la poétique d’un évêque romancier, Paris, Champion, 1999.

9  J.-P. Camus, op. cit., « Paranymphe » : « Ce n’est pas un petit avantage qu’avoir un beau nom », p. 647.

10  Ibid., « Epistre au Roy », feuillet non numéroté.

11  Ibid., « Avis au lecteur », feuillet non numéroté.

12  Ibid.

13  Ibid.

14  Ibid.

15  Voir les analyses suggestives de Clizia Carminati, « Narrazione e storia nella riflessione dei romanzieri secenteschi », dans Narrazione e storia tra Italia e Spagna nel Seicento, a cura di Clizia Carminati e Valentina Nider, Università degli studi di Trento, 2007, p. 37-108.

16  Camus précise en marge que « c’est celuy de l’an 1622 presché à Paris, en l’Eglise S. Jean ».

17  Jean-Pierre Camus, op. cit., « Au lecteur ».

18  Camus reconnaît cet emprunt dans son avis « Au lecteur ».

19  Ibid., p. 602.

20  Ibid., « Au lecteur ».

21  Ibid. : « Il est vrai que le nord montre le chemin sur la mer, mais ce n’est pas ce qui fait avancer : c’est la rame ou la voile ».

22  Ibid. : « On peut allumer sa chandelle à celle d’un autre, mais il ne s’ensuit pas que pour cela notre flambeau ne luise de sa propre lumière sans diminution de celle d’autrui ».

23  Voir Michel Pastoureau, « L’enromancement du nom : enquête sur la diffusion des noms de héros arthuriens à la fin du Moyen Âge », dans Couleurs, images, symboles : études d’histoire et d’anthropologie, Paris, Le Léopard d’Or, 1989, p. 111-124.

24  J.-P. Camus, op. cit., p. 147.

25  Ibid., p. 162.

26  Les verbes de perceptions visuelles abondent : « nous y verrons », « nous y contemplerons », « nous y appercevrons », etc.

27  J.-C. Camus, op. cit., p. 184.

28 Ibid., p. 138.

29 Ibid., p. 144.

30 Ibid., p. 142.

31  Ibid., p. 145.

32  Comme aux pages 498-502.

33  J.-C. Camus, op. cit., p. 599.

34 Ibid., p. 536.

35 Ibid., p. 116.

36 Ibid., p. 119.

37  Ibid., p. 124-125.

38  Ibid., p. 103-104.

39  Antoine Mazurek, résumé de la thèse de doctorat : « L’ange gardien à l’époque moderne : culte, élaboration doctrinale et usages. xvie-xviie siècles », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2013, URL : http://acrh.revues.org/5623.

40 Camus, op. cit., p. 174.

41 Ibid., p. 323.

42 Ibid., p. 253.

43 Ibid., p. 259.

44 Ibid., p. 612-613.

45 Ibid., p. 184.

46  Ibid., p. 194.

47  Marie-Louise Fabre, Suzanne ou les avatars d’un motif biblique, Paris, L’harmattan, 2000.

48  Camus, op. cit., p. 458.

49  Ibid., « Epistre au Roy ».

50  Nicolas Le Roux, Le Roi, la cour, l’état. De la renaissance à l’absolutisme, Seyssel, Champ Vallon, 2012.

51  Marie-Claude Canova-Green, « Révolte et imaginaire : le voyage de Louis XIII en Provence (1622) », Dix-septième siècle, 2001/3, n° 212, p. 429-439.

52  Théodore Godefroy, Le Cérémonial françois, Paris, Gabriel Cramoisy, 1659, p. 1031, mentionne l’emblème royal d’Arles « Perseus gallicus », autrefois appliqué à Henri IV.

53  Camus, op. cit., « Epistre au Roy ».

54  En témoigne le portrait allégorique représentant François Ier sous la forme d’une déité androgyne synthétisant les attributs de Mars, Minerve, Diane, Cupidon et Mercure.

55  Voir Hélène Duccini, Faire voir, faire croire. L’opinion publique sous Louis XIII, Seyssel, Champ Vallon, 2003, qui n’en mentionne aucune pour Louis XIII. Non que les modèles féminins vertueux pour des hommes soient impossibles, mais peut-être l’imagerie négative d’Henri III en homme-femme est-elle encore proche dans les esprits en 1620.

56  Le père Fronton du Duc, L’Histoire tragique de la Pucelle de DomRemy aultrement d’Orléans, nouvellement départie par Actes, & représentée par Personnages, Nancy, veuve Jehan Janson, 1581, où Charles III et sa suite sont représentés. Voir Dorothée Vincent, « Femmes fortes et amazones : les figures belliqueuses et les festivités princières au sein des échanges franco-lorrains (1580-1652), Cornucopia, [en ligne] Le Verger, Bouquet VI, nov. 2014.

57  Pierre-Emmanuel Dauzat, Les Pères de leur mère. Essai sur l’esprit de contradiction des Pères de l’Église, Paris, Albin Michel, 2001, p. 6.

58  Camus, op. cit., p. 521.

59  Jean-Pierre Camus, Pétronille. Accident pitoyable de nos jours, cause d’une vocation religieuse, Lyon, Jacques Gaudion, 1626, p. 472 : « Ces livres que vous m’avez enseignez me seront desormais en singulieres delices, puis qu’ils me meinent au Ciel par une voye de laict. »

60  Époque des homélies (1614-1623) liée à son élection le 20 août 1614 député du clergé aux États-Généraux pour les ecclésiastiques du « baillage de Beugé en Bresse ». Homélies quadragésimales (1615), Homélies dominicales, Homélies festives, Homélies sur la Passion de Notre Seigneur (1616), Homélies eucharistiques (1618), Homélies diverses, Homélies mariales et Homélies spirituelles sur le Cantique des Cantiques (1619), Homélie panégyriques de saint Ignace (1622), Mélanges d’Homélies (1622), Homélies panégyriques de saint Charles (1623).

61  La première parution date de 1620 : La Mémoire de Darie, Agathonphile ; puis Parthenice, Dorothée, Elise, en 1621 et Alexis, Agathe à Lucie en 1622.

62  Les stances de Malherbes paraissent anonymement jusqu’à l’édition de 1630 du Camp de la place Royalle ou relation de ce qui s’y est passé les 5e, 6e et 7e jours d’avril 1612 (...), Paris, Jean Laquehay, 1630.

63  Honoré Laugier, Recueil des cartels publiez es presences de leurs MM en la place Royalle le 5, 6, 7 d'avril 1612, Paris, Micard, 1612.

64  Ibid., « À la Reine », p. 8-9.

65  Camus, op. cit., p. 599-600.

66  René Laurentin, Le Vœu de Louis XIII, passé ou avenir de la France ?(1988), Paris, François-Xavier de Guibert, 2004, p. 105-112.

67  Je reprends ici le titre et les frontières chronologiques, qui correspondent à la carrière de Nicolas Poussin, de l’exposition du musée du Louvre (avril-juin 2015) : La Fabrique des saintes images. Rome-Paris 1580-1660.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nancy Oddo, « « Une vieille matière d’une manière nouvelle » ou comment romancer la Vie de sainte : Roselis ou l’histoire de sainte Suzanne de Jean-Pierre Camus (1623) », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2015-01 | 2015, mis en ligne le 29 novembre 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6338 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6338

Haut de page

Auteur

Nancy Oddo

Nancy Oddo, spécialiste de la littérature du xvie siècle, est maître de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, EA-174. Elle travaille sur les liens entre récits et religion et a participé entre autres aux deux répertoires Fictions narratives en prose de l’âge baroque. Répertoire analytique. Première partie (1585-1610) et Deuxième partie (1611-1623), sous la direction de F. Greiner (Paris, Champion, 2007 et 2014). Elle prépare actuellement un livre ‘Chemin de velours vers Dieu’. Fiction et dévotion au temps de la Réforme catholique (à paraître librairie Honoré Champion).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org