Skip to navigation – Site map

Le romanesque au secours de la Vie de saint : la Vie de la Mère de Chantal par l’abbé Marsollier (1717)

Marion de Lencquesaing

Abstracts

Literary criticism more often studies the hagiographic pattern used in novels, rather than the upsurge of fiction in hagiographic Life writing. We want to study this upsurge in the Life of a major figure of the Counter-Reformation, Jeanne de Chantal, written by Father Marsollier in 1717. It seems to be the sign of hagiographic changes, but also of changes within the Literary field. One episode of the Life resorts to an exceptionally elaborate writing, using fictional tools. We will then be able to interrogate the aesthetical and pastoral issues of such a rewriting in a limited corpus of Jeanne de Chantal’s Lives in the Early Modern period.

Top of page

Full text

  • 1  Il s’agit, par ce « retour aux origines », de « reconstituer une unité au moment où, en se dévelop (...)
  • 2  Six Vies de Jeanne de Chantal sont composées entre sa mort et sa béatification en 1751 : la visita (...)
  • 3  Il écrit cependant une Vie cryptée de l’une des filles de Jeanne de Chantal (La Mémoire de Darie, (...)
  • 4  Nous employons ce terme à dessein. Les Vies de Jeanne de Chantal la contruisent comme farouchement (...)
  • 5  Le saint Concile de Trente œcuménique et général, célébré sous Paul III, Jules III et Pie IV, Souv (...)
  • 6  Sur ces questions de renouvellement hagiographique à l’époque moderne, nous renvoyons à l’introduc (...)

1De grands aristocrates, un père champion de la fidélité politique au roi Henri IV et de la fidélité catholique à l’Église romaine, un mariage d’amour, un mari assassiné, un renoncement héroïque au monde et à ses propres enfants : autant d’éléments qui fleurent bon le romanesque. La vie de Jeanne-Françoise Frémyot, baronne de Rabutin-Chantal, née en 1572 et morte en 1641, fondatrice de l’Ordre de la Visitation Sainte-Marie, possède tous les éléments d’un roman dévot. Au lendemain de sa mort, on compose plusieurs récits de sa vie pour entretenir la mémoire de la fondatrice1, pour la faire mieux connaître hors des murs du cloître, ce travail de canonisation d’écriture dans la longue durée2 aboutissant à ses béatifications et canonisation (respectivement en 1751 et 1767). Oubliée l’histoire dévote qu’un Jean-Pierre Camus aurait composée avec plaisir3, c’est le genre autorisé et autorisant, narratif, non fictionnel de la Vie de saint, qui publie, avec approbations et privilège, un personnage aussi important de la jeune Contre-Réforme4 : un jésuite, le Père Alexandre Fichet, et un évêque, Henri Cauchon de Maupas du Tour, s’emparent de la figure et composent les premières Vies de Jeanne de Chantal en 1643, dupliquant le manuscrit d’une visitandine, la Mère Françoise-Madeleine de Chaugy, rédigé à cet effet en 1642. Cette double publication a lieu dans un siècle où l’écriture de la Vie de saint subit l’une de ses plus importantes mutations : après les guerres de Religion et les critiques protestantes contre un culte des saints taxé de merveilleux et superstitieux, après le décret sur le culte des saints du Concile de Trente et plus récemment les décrets d’Urbain VIII sur l’exigence de non culte nécessaire à l’ouverture de tout procès, la Vie du candidat à la sainteté doit faire ses preuves et devenir vraisemblable5. Au sein même de notre corpus d’étude, la Vie de Maupas est un exemple particulièrement éclairant du travail d’historicisation du récit hagiographique mais aussi de normalisation de la figure sainte6, tant par rapport aux Mémoires dont ils s’inspirent qu’au vu de la production hagiographique qui le précède. Pourtant, entre les premières Vies de Jeanne de Chantal (les années 1642-1643) et la dernière de notre période (1717), on constate la présence discrète mais croissante d’éléments que l’on dirait caractéristiques de la fiction romanesque, et ce, paradoxalement, au sein d’un genre qui entend gagner en légitimité en recourant aux procédés historiens.

  • 7  Délimiter les attentes du public lecteur de Vies de saint, mais aussi la réception qui en est fait (...)
  • 8  Comme le rappelait Michel de Certeau, « l’usage de l’hagiographie correspond à son contenu. » (L’é(...)
  • 9  Les hagiographes modernes de Jeanne de Chantal sont majoritairement des séculiers (Marsollier) et (...)
  • 10  On remarquera que cette irruption du romanesque a lieu dans une Vie qui a reçu toute l’autorisatio (...)

2Pourquoi un tel recours ? Quels enjeux esthétiques et pastoraux sont à l’œuvre dans ce qui pourrait être perçu comme une subversion ? Est-ce un moyen de renouveler un discours hagiographique, largement digressif, qui lasse déjà son public ? Certains font dès la deuxième moitié du xviie siècle le choix de l’abrégé, réduisant considérablement les dimensions de leurs ouvrages. Le travail du temps – c’est-à-dire des siècles, des modes, des goûts, des évolutions langagières, des changements de régime et de politique religieuse – au sein d’un corpus hagiographique réduit à une même figure de sainteté nous impose d’interroger les conditions du renouvellement : ce sont avant tout les mutations formelles, souvent tributaires d’une attente7, qui nous le signalent. Il nous semblerait ainsi que cette réécriture d’une Vie de Jeanne de Chantal au début du xviiie siècle soit le symptôme de bouleversements esthétiques plus larges à l’œuvre dans le champ littéraire contemporain. En outre, elle interroge à la fois l’usage et le contenu de la Vie8 : qu’entendent-ils « dire » aux fidèles ?9 Quelles pratiques de lecture définissent-ils ? À la modernisation de la langue qui accompagne toute réécriture, l’hagiographe peut-il joindre ce qui va avoir la préférence du public, le goût pour la nouveauté et le divertissement ? En d’autres termes, peut-il improviser et s’improviser écrivain ?10

Genèse du romanesque dans les Vies de Jeanne de Chantal

  • 11  Terence Cave, « ‘‘Supendere animos’’ : pour une histoire de la notion de suspens », in Gisèle Math (...)
  • 12  Nous travaillons ici la catégorie romanesque à partir des critères définis par Jean-Marie Schaeffe (...)

3Il faut déterminer ce que nous entendons par romanesque : non pas ici la caractéristique du roman comme genre, mais une modalité esthétique et existentielle de la fiction narrative, capable de migrer hors du roman, qui aurait comme principale caractéristique thématique le sentiment amoureux, et comme caractéristique technique des procédés narratifs, notamment le goût de la péripétie et du renversement (qui est souvent, mais pas nécessairement, invraisemblable), le principe de suspens11 et d’incertitude, enfin une structuration par épisodes12. Une « impression » de romanesque ressort ainsi de certaines Vies de Jeanne de Chantal, des Vies qui sont déjà des réécritures postérieures aux Mémoires de Chaugy. C’est cette effraction du romanesque en hagiographie qui nous intéresse, ces moments où les hagiographes fabriquent du romanesque pour fabriquer leur sainte.

  • 13  Concernant l’emploi problématique de l’expression « siècle des saints », nous renvoyons à Sophie H (...)
  • 14  Voir Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle (1598-1701), Genève, Dr (...)
  • 15  Conjointement à cette irruption dans la Vie de saint, on évoquera le soupçon genré qui pèse sur le (...)

4Dans l’épisode de la vie de Jeanne de Chantal qui va nous intéresser, l’usage de la « veine » romanesque s’accompagne d’une fictionnalisation. Elle passe notamment par l’utilisation de la topique romanesque de l’amour – l’hagiographe invente un sentiment amoureux là où l’on n’en trouvait nulle trace dans les Vies précédentes – et par l’une de ses conséquences : la création d’un personnage qui évolue et non simplement d’un saint figé, donnant à lire l’ébauche d’une psychologisation du saint devenu individu. Il se trouve que ce surgissement du romanesque dans le processus de réécriture hagiographique a lieu au moment où la production de Vies de saints s’essouffle, dans notre cas de manière marquante au début du xviiie siècle, après le grand « siècle des saints »13 qui a vu culminer la production hagiographique dans la seconde moitié du siècle14. Cette irruption du romanesque serait alors l’indice d’une littérarisation du discours hagiographique, la Vie de saint participant peut-être, malgré elle, de l’évolution d’une littérature où le for intérieur trouve à se dire, dans un moment où la légitimité de la forme romanesque en littérature est largement débattue15.

  • 16  Nous nous permettons de renvoyer à notre article : Marion de Lencquesaing, « La fabrication d’une (...)
  • 17  Chaugy, Mémoires, op. cit., l. I, chap. 3, p. 13.
  • 18  Ibid.
  • 19  Ibid., p. 14.
  • 20  Dans l’hagiographie moderne, la première partie est habituellement consacrée à la Vie passée dans (...)
  • 21  Il apparaît dans un autre épisode, discutant avec le père de Jeanne enfant, que les biographes ne (...)
  • 22  Cet épisode est en outre renforcé par la peinture saisissante d’un Poitou détruit par les guerres (...)
  • 23  Ibid., p. 13.

5L’épisode qui nous intéresse est celui du séjour de Jeanne jeune fille, partie dans le Poitou accompagner sa sœur Marguerite récemment mariée au baron de Neufchèze ; ce départ a aussi pour raison la volonté de son père, Bénigne Frémyot, président à mortier au Parlement de Bourgogne, qui désire l’éloigner des troubles du huitième conflit des guerres de Religion, qui ont repris en 158516. Nous reprenons ici le récit succinct qu’en fait la Mère de Chaugy : dans le château du baron de Neufchèze, Jeanne jeune fille fait la rencontre d’une « vieille demoiselle » qui tente de lui apprendre les arts de la séduction (« les fards et des choses encore bien plus pernicieuses »17), puis qui lui promet de lui faire épouser un « très-grand seigneur et des premiers du Poitou »18 ; la Vierge Marie la sauve « des filets de cette mauvaise créature »19. Par la suite, un gentilhomme protestant désire l’épouser, mais elle refuse à cause de leurs différences confessionnelles. Cet épisode est pour l’hagiographe l’occasion d’une anecdote parmi d’autres illustrant la vie et les victoires de Jeanne de Chantal dans le monde20. Le « huguenot » apparaît clairement comme la figure de l’ennemi schismatique21 dans ce début de Vie plus Contre-Réforme que Réforme catholique22. Cet épisode sert ainsi, chez Chaugy, à dresser le portrait d’une catholique fidèle à la foi romaine et à « la vertu » irréprochable, à travers le récit d’une épreuve (« son innocence » eut pu faire « naufrage »), envoyée par Dieu (« Dieu le permit »23), qui, dans la lignée de tout bon récit hagiographique, se termine par la victoire du saint, en sous-main déjà saint.

  • 24  Fichet, op. cit., première partie, chap. 6, p. 76.
  • 25  Ibid., p. 75.
  • 26  « Dieu le permit pour faire voir la force et la vertu de cette jeune demoiselle ; […] ce bon Dieu, (...)
  • 27  Sylvie Robic, Le Salut par l’excès, op. cit.

6L’épisode est repris de manière plus ou moins similaire dans les Vies composées et publiées par la suite. En 1643, le Père Fichet use, dans une moindre mesure, des ressorts du romanesque pour narrer cet épisode. Il étoffe légèrement le récit initial sans inventer de nouveaux faits ; il construit des schémas actanciels très binaires, des personnages archétypaux ; surtout, il produit un récit « inquiet » : il intervient dans son récit, exhorte le lecteur à la compassion : « les larmes me tombent icy des yeux »24, et met en scène son attente, créant du suspens là où on ne l’attend pas : « je frémis de peur et d’indignation […]. Jeanne Françoise, prenez garde à vous ! »25. Chez Chaugy, le suspens était nul car, comme l’annonçait l’hagiographe avant son récit, Jeanne était « choisie » par Dieu26. S’ensuit chez Fichet un récit fidèle aux événements rapportés par les Mémoires de Chaugy, mais ponctué par les interventions exaltées ou angoissées de l’hagiographe. Cette fiction d’une issue incertaine tient à la psychologie de la lecture hagiographique : le biographe programme la lecture, dans une logique pragmatique, car il faut avant tout songer à maintenir l’attention du lecteur et à l’attacher au personnage. En outre, il crée ce que Sylvie Robic nomme une figure d’« encernement » du lecteur, l’écriture de l’épisode est littéralement tournée vers les lecteurs27. Enfin, son goût de la digression (rappelons les 1200 pages de l’ouvrage) permet d’entretenir l’angoisse du lecteur.

  • 28  L’abbé Jacques Marsollier (né en 1647, mort en 1724, d’après Voltaire dans le Catalogue des écriva (...)
  • 29  Petite nièce de Jeanne de Chantal, elle est surtout sa secrétaire au sein de la Visitation et pass (...)

7La réécriture de l’épisode est plus frappante dans la Vie composée par l’abbé Jacques Marsollier en 171728. Ce texte est directement dérivé des premières Vies de la religieuse, et plus particulièrement de la Vie composée par Maupas en 1643. Il fait partie du dossier constitué pour le procès en canonisation débuté en 1715, d’où un horizon d’attente complexe : il faut ajouter, aux lectorats religieux et mondain, les juges du Vatican. Un commentaire de cet épisode par le grand hagiographe de Jeanne de Chantal au xixe siècle, le père Émile Bougaud, nous permet de mesurer axiologiquement les modifications apportées à l’écrit le plus ancien (et, en vertu du très problématique prestige de l’origine et des relations de Chaugy avec la Mère de Chantal29, considéré comme le plus fidèle à la réalité) par Marsollier :

  • 30  Émile Bougaud, Histoire de Sainte Chantal et des origines de la Visitation, Paris, Lecoffre, 1861, (...)

L’un des derniers historiens de sainte Chantal, l’abbé Marsollier, peint ces temps de la jeunesse de Jeanne Françoise sous d’autres couleurs ; Elle aurait été « séduite un instant par le monde » ; « les plaisirs innocents lui seroient devenus fades » ; insensiblement elle aurait « cédé à l’épreuve de la flatterie » ; mais heureusement Dieu aurait excité en elle « un trouble salutaire », etc… […]. [Marsollier] imagine et raconte ici tout un roman dont on ne trouve aucune trace dans les mémoires contemporains.30

8Indice tardif de la froideur avec laquelle l’invention est reçue en hagiographie, les propos du Père Bougaud nous amènent donc à nous demander ce qu’il pourrait y avoir, dans ces pages, de si criminel pour oser employer le terme de « roman ».

Les amours de jeunesse d’une sainte : l’inventive réécriture de l’abbé Marsollier

  • 31  Le reste du temps, il fait figurer ses sources en marge, en l’occurrence, Maupas (qui rapporte l’é (...)
  • 32  Jean-Marie Schaeffer, « La catégorie du romanesque », art. cit., p. 299

9Marsollier dilate considérablement le simple épisode que Chaugy rapportait, multipliant et surtout inventant des péripéties. C’est d’ailleurs l’un des rares moments où l’hagiographe ne cite pas ses sources31. On peut parler d’une « saturation événementielle » de l’épisode32, avec une structuration épisodique, la diégèse étant constamment relancée par une nouvelle péripétie. Marsollier crée des espaces axiologiquement marqués, où la maison du baron de Neufchèze est un lieu opposé à celui qu’a connu Jeanne chez son père :

  • 33 Marsollier, op. cit., l. I, p. 26-27.

Mademoiselle Fremiot trouva chez le baron d’Effran son beaufrere les choses sur un pied bien différent de ce qu’elles étoient dans la maison de son Père […]. Ce n’étoit que festins & danses, les plaisirs se succedoient les uns aux autres, & tous les jours on en inventoient de nouveaux. […] toute la jeune noblesse s’attachoit à lui plaire, & à la divertir, à gagner son estime & à s’insinuer dans son cœur.33

Certains faits connaissent une excroissance prodigieuse sous sa plume. La « vieille demoiselle », qui, chez Chaugy, voyait ses exhortations suivies d’une fin de non recevoir a ici une réelle influence sur la jeune fille :

  • 34  Ibid., p. 29-30.

Mademoiselle Frémiot s’apperçut alors qu’il en est du goût pour les divertissemens, comme de celui que l’on a pour les viandes, qu’en s’accoûtumant aux choses de haut-goût, les viandes communes & simplement assaisonnées deviennent insipides. Jusqu’alors le seul changement de travail, un petit jeu, une lecture, une promenade, une conversation innocente avoient suffit pour la divertir. Insensiblement toutes ces choses lui parurent fades, lorsque des plaisirs plus vifs lui manquoient, elle s’ennuoït, elle étoit inquiète, il lui sembloit que quelque chose lui manquoit.34

La sainte hiératique de la tradition des premières Vies a disparu, faisant place à une jeune fille inquiète et désorientée, et quasiment versatile.

  • 35  Chaugy, op. cit., p. 14.
  • 36  L’adverbe « passionnément » est employé par Chaugy, mais à propos des sentiments de la sœur de Jea (...)

10De même, alors que chez Chaugy il était question de « la recherche importune d’un jeune seigneur huguenot »35, Marsollier évoque une véritable passion amoureuse36 :

  • 37  Marsollier, op. cit., p. 30-31.

Un jeune Seigneur Huguenot riche, bienfait, des mieux alliés de la Province, ami intime du Baron d’Effran, devint fort amoureux de Mademoiselle Frémiot. Ses assuidités & tout ce qu’il faisait pour plaire à la Demoiselle, découvroit assez sa passion […].37

11On remarquera toutes les qualités que lui confère le biographe (richesse, beauté, naissance), afin de rendre irrésistible le prétendant et de le faire rentrer dans le rôle topique de l’amant. Le défi n’en sera que plus grand pour l’héroïne, qui, de « Mademoiselle Fremiot », est réduite au très générique (et très stéréotypé) « la Demoiselle », achevant de réduire Jeanne au rôle féminin de la cour amoureuse.

  • 38  Ibid., p. 31. Cette « conspiration » n’était que le seul fait du gentilhomme protestant à l’origin (...)

12Marsollier invente aussi certains événements ; si le gentilhomme protestant possédait bien, chez Chaugy et Maupas, l’appui du baron de Neufchèze dans cette entreprise, chez Marsollier, la sœur de Jeanne s’engage à l’aider aussi, et les voilà organisant une « espèce de conspiration »38 :

  • 39  Marsollier, op. cit., p. 33-34. Marsollier réactualise discrètement un épisode topique des Vies de (...)

[…] ils résolurent de cacher à Mademoiselle Fremiot la religion du Gentilhomme dont il étoit question, & cependant d’engager l’affaire d’une manière qu’elle ne pût reculer […] Mademoiselle Frémiot qui le regardoit comme un homme qu’on lui destinoit pour mari, ne se cachoit plus de l’inclination qu’elle avoit pour lui […].39

  • 40  Ibid., p. 37.
  • 41  Ibid. Jeanne apparaît comme un autre Alceste refusant de se plier au jeu social, mais en vertu de (...)
  • 42  Ibid., p. 39.

13Enfin, Marsollier invente les sentiments des personnages, sentiments auxquels nous n’avions pas accès dans les Vies précédentes. Face à l’inflexibilité de Jeanne, sa sœur est « fort choquée de son refus »40. On lui fait espérer la conversion du gentilhomme, elle refuse toujours, le gentilhomme est « au désespoir », elle est « traitée de petit esprit, de scrupuleuse, de devote imbecille »41 ; les deux sœurs se séparent en mauvais termes, sa sœur « ne [pouvant] lui pardonner d’avoir rompu toutes les mesures qu’elle avoit prises pour l’établir en Poitou »42.

  • 43  Marsollier inscrit Jeanne dans la lignée des héros tentés par l’amour profane avant d’accomplir le (...)

14Marsollier développe donc le réseau narratif de l’événement amoureux : toute une constellation de péripéties complexifie une simple histoire de recherche en mariage immédiatement refusée (révélant une pratique sociale autorisée, celle des mariages interconfessionnels). L’exacerbation de la topique amoureuse passe ainsi par la représentation des affects, ceux du gentilhomme comme ceux de l’héroïne43. Ce réseau très dense d’obstacles semble être davantage au service du récit que de l’édification. Il s’agit de grandir l’héroïne, de valoriser son courage, de lui donner une victoire plus totale. Mais ce sont peut-être des préoccupations de gloire plus que d’édification, plus romanesques qu’hagiographiques.

15Néanmoins, malgré l’effet d’incertitude, induit par l’accès si ce n’est à l’intériorité du moins aux réactions affectives des personnages (colère, désespoir, mépris), Marsollier ne quitte jamais le cadre providentialiste de la Vie de saint : si elle semble devenir un temps le sujet de son parcours hagiographique, Jeanne s’inscrit toujours dans les schémas de la Providence divine. Celle-ci apparaît bien au début du récit de l’épisode :

  • 44  Ibid., p. 26. Cette phrase est dupliquée des Mémoires de Chaugy : « Dieu le permit pour faire voir (...)

Dieu […] permit ce voyage pour y faire éclater la vertu naissante de Mademoiselle Fremiot, son innocence y fut si fortement attaquée, qu’elle y eût succombé, si Dieu ne l’eût soutenue […].44

  • 45  Gérard Ferreyrolles note la congruence des dispositifs romanesque et providentiel, qui nous appara (...)

Il n’y a donc pas d’inquiétude à avoir quant à l’issue de l’épreuve45.

16Ce n’est donc pas tant du côté du suspens que Marsollier remanie le texte (ce que faisait un hagiographe comme Fichet), mais dans une logique de l’effet : il multiplie les situations limites, les obstacles insurmontables, les dangers évités à la dernière minute ; la dimension édifiante du récit mais aussi le divertissement de la lecture ne résident alors pas tant dans l’incertitude que dans le plaisir pris à frôler les frontières.

Le roman d’apprentissage de la sainteté

17L’avertissement de l’édition de 1717 revient sur les Vies composées par les premiers hagiographes en ces termes :

  • 46  Marsollier, op. cit., Avertissement, p. IV.

Comme les deux prémiéres sont un peu surannées, & que quoi qu’elles soient composées avec beaucoup de piété, le style dont elles sont écrites n’est plus du goût d’à-présent […] : on en a souhaité une nouvelle […].46

18Pour Marsollier, la piété ne fait pas tout, et surtout pas le style. Voilà qui exprime clairement le désir d’un renouvellement formel de l’hagiographie, connue pour être une lecture indigeste. Surtout, c’est l’attention au temps qui doit être notée : le style des Vies se démode, il ne correspond plus aux attentes du public, dans un siècle où l’attention au « goût », justement, acquiert une importance jusque-là inégalée et une signification nouvelle que sanctionne l’adjonction par l’hagiographe de la locution adverbiale « à-présent » au substantif. Le goût n’est pas ici le bon goût « classique » ni le « bon jugement », c’est quelque chose qui ne relève pas d’une norme esthétique anhistorique. Marsollier n’écrit pas seulement la Vie de Jeanne de Chantal pour influer sur le public, il l’écrit aussi en conformité avec un goût, celui de l’époque, c’est-à-dire les canons littéraires du moment, s’éloignant de la notion de goût comme norme (« le bon goût ») pour aller vers quelque chose qui serait de l’ordre de « la mode » du moment, que l’on rapprocherait de l’esthétique du sentiment et de la subjectivité. Voilà le saint qui se plie aux exigences du lectorat.

Marsollier révèle ainsi que :

  • 47  Ibid., p. xiv. Nous soulignons.

[…] on n’a rien épargné pour rendre la lecture de la nouvelle Vie de la vénérable Mère de Chantal que l’on donne au Public, aussi agréable, & aussi intéressante, qu’elle est édifiante & utile.47

19Le péritexte de la Vie composée par Marsollier permet ainsi d’interroger les conditions de production du texte et sanctionne les exigences d’un nouveau pan du public, le plus mondain, postulé lecteur de romans. Marsollier a le mérite de mettre en lumière le fait que l’hagiographie, pour être un discours institutionnel à visée intemporelle, n’en est pas moins dépendante du goût d’« à-présent ».

20Il s’agira donc, pour Marsollier, de fabriquer un récit qui, outre sa vocation édifiante, humanise Jeanne, la rende plus proche du lecteur. À cet effet, il produit du vraisemblable et non une indifférence surhumaine à la cour qu’un jeune homme (riche, beau, bien né, nous l’avons dit) pourrait faire :

  • 48  Ibid., p. 24.

Que d’ennemis à combattre d’autant plus dangereux qu’ils ne déplaisent pas, que l’innocence sans experience n’est pas toujours assez sur ses gardes […].48

21Ainsi, Jeanne devient imitable et non seulement admirable. Marsollier multiplie les substantifs vagues et généralisants pour désigner Jeanne, elle est une « jeune personne », au cœur « fort sensible à l’amitié », « bien faite », « d’une figure agréable » et recourt à des tournures impersonnelles :

  • 49  Ibid., p. 28.

On s’accoutume même insensiblement à aimer les mœurs & les sentimens des gens qui ont trouvé le secret de se faire aimer, & le plaisir qu’on trouve d’abord avec les malhonnêtes gens, fait peu à peu estimer ce qu’ils ont même de méprisable.49

22Les formules s’appliquant à Jeanne deviennent des maximes réutilisables pour le lecteur. L’identification est plus facile et la mise en garde plus effective. La postérité de la Vie de Jeanne de Chantal en termes de manuel d’éducation est en germe dans la curiosité non seulement pour les actes mais aussi pour la psychologie du personnage féminin : elle sera en effet très rapidement présentée comme le modèle de la femme exemplaire en tous ses états, enfant, jeune fille, épouse, veuve et religieuse.

  • 50  Ibid., p. 39.
  • 51  Ce qu’elle fera en épousant le mari choisi par son père, « trop convaincuë de la sagesse & de la t (...)

23On a vu que Marsollier amplifie narrativement l’épisode, développant plus particulièrement les sentiments des différents protagonistes, et notamment le sentiment amoureux. Cet épisode se constitue alors en étape dans son évolution comme individu : entre le début et la fin de l’épisode, Jeanne n’est plus la même, elle découvre comment « détruire l’esprit d’intérêt en elle »50, comment ne rien vouloir pour elle-même et n’aimer rien que Dieu51.

24Le séjour en Poitou est dépeint comme l’occasion de deux prises de conscience, qui prennent la forme de deux discours rapportés sur les dangers de la passion :

  • 52  Ibid., p. 30.

[…] elle comprit que si les divertissemens innocens sont plus simples, & moins sensibles, ils causent une joïe plus pure, plus egale & plus durable ; au lieu que les plaisirs vif & picquans ont toujours une malignité qui inquiete le cœur, & qui en bannit la tranquilité. Cette réflexion lui en fit faire une autre, qui fut que la compagnie de la vieille Demoiselle ne lui convenoit point […].52

  • 53  Ibid., p. 36-37.

25Mademoiselle Fremiot répondit donc à sa sœur, qu’elle se reprocheroit toute sa vie d’avoir mis sa religion en danger en épousant un Calviniste, que les jeunes gens faisoient tout espérer, promettoient tout quand il étoit question de se satisfaire, qu’il ne falloit jamais compter sur des promesses dictées par la passion. Que quand le Gentilhomme qu’on lui proposoit seroit devenu le maître de sa personne par le mariage, il ne feroit que ce qui lui conviendroit. Qu’un changement de religion n’accommoderoit pas ses affaires, & que dans ces rencontres l’interêt seul avoit coûtume de décider. Qu’en un mot elle la prioit de ne lui plus parler de cette affaire, ou qu’elle écriroit à son Père de la faire revenir à Dijon.53

26Marsollier invente ces propos attribués à Jeanne. La fiction de dialogue de la deuxième citation (rare en hagiographie) donne une réelle dynamique à la focalisation interne : on est au plus près de l’intimité psychologique et morale du personnage, qui porte un jugement sur ce qui l’entoure, société et individus, et règle son comportement en conséquence de ce qu’il a appris. Jeanne possède désormais un for intérieur qui n’est pas celui, topique, des lettres de confidence mystique de la sainte (le seul auquel on avait alors accès, par leur publication en 1644 et l’inclusion d’extraits dans les Vies), mais plutôt celui d’une jeune fille qui découvre les écueils du grand monde.

  • 54  Voir Jacques Le Brun, Sœur et amante, op. cit., Introduction, p. 16.
  • 55  Marsollier, op. cit., p. 27.

Elle acquiert ainsi une nouvelle épaisseur psychologique, ce qui contribue au processus d’individuation essentiellement spirituelle (les parcours de vie restent souvent les mêmes) déjà en germe dans la façon dont on raconte la Vie des saints depuis un siècle54. Celle qui n’est qu’« innocence sans expérience »55 peut désormais prononcer une condamnation sans appel de la passion. Marsollier dessine de manière originale un roman d’apprentissage de la sainteté.

27Le passage par le romanesque aura donc permis de rendre le saint plus accessible au lecteur : Jeanne humanisée au début du xviiie siècle participe du renouvellement d’un discours qui commence à lasser son public et d’une adaptation de la logique d’imitation hagiographique poussée à son extrême, l’identification romanesque.


*

  • 56  Le Père Bougaud ne s’y est pas trompé en 1861… Entre-temps, c’est un curieux polygraphe du nom de (...)

28En conclusion, il faut noter le paradoxal potentiel transgressif de ce récit : en effet, c’est un épisode romanesque presque unique dans la Vie composée par Marsollier. Et pourtant, son traitement romanesque est particulièrement soigné et réécrit, révélant la conscience qu’avait Marsollier de son pouvoir d’impression sur les lecteurs, orchestré à des fins pastorales56. D’une part, c’est une réalité sociologique qui affleure ici, la possibilité du mariage entre protestants et catholiques, et contre laquelle Marsollier met en garde ses lectrices. L’aisance avec laquelle, selon l’hagiographe, ce mariage aurait pu être conclu a valeur d’histoire édifiante ; la façon dont la sainte frôle inconsciemment, sans jamais la franchir, la limite confessionnelle, a une valeur presque cathartique. D’autre part, l’hagiographe mesure les attentes de son public pour construire son récit, afin d’instruire et de plaire, préoccupation nouvelle en hagiographie. La Vie est ainsi composée en ménageant ses effets, en cherchant à émouvoir : prenant acte de l’inadéquation formelle de la Vie de saint, Marsollier tente d’en restaurer le pouvoir pastoral, en recourant à la mode littéraire de l’époque, le goût du romanesque. À l’admiration, il substitue l’imitation ; à l’imitation, il substitue l’identification.

Top of page

Notes

1  Il s’agit, par ce « retour aux origines », de « reconstituer une unité au moment où, en se développant, le groupe risque de se disperser » : nous renvoyons ici au chapitre consacré à l’hagiographie dans L’écriture de l’histoire de Michel de Certeau (chapitre VII « Une variante : l’édification hagio-graphique », Paris, Folio Histoire, 2002 [1975], p. 320-321). L’Ordre compte 87 maisons à la mort de la fondatrice ; maintenir l’esprit « originel » de la Visitation Sainte-Marie sera son tout dernier souhait, par le principe d’union des monastères entre eux (Bernard Dompnier, « La cordiale communication de nos petites nouvelles » les lettres circulaires, pratique d’union des monastère, in Bernard Dompnier, Dominique Julia (dir.), Visitation et Visitandines aux xviie et xviiie siècles, Saint-Étienne, Publications de l'Université de Saint-Étienne, 2001, p. 277-300). Concernant la nécessité de faire mémoire, nous renvoyons aussi aux remarques de Jacques Le Brun dans l’introduction à son recueil d’articles Sœur et amante. Les biographies spirituelles féminines du xviie siècle, Genève, Droz, 2013, p. 8 sq.

2  Six Vies de Jeanne de Chantal sont composées entre sa mort et sa béatification en 1751 : la visitandine Françoise-Madeleine de Chaugy compose en 1642 une Vie de Jeanne de Chantal restée manuscrite pendant deux siècles (elle est publiée pour la première en 1843 par le Père Boulangé : Mémoires sur la Vie et les Vertus de sainte Jeanne-François de Chantal […] recueillis par la Mère Françoise-Madeleine de Chaugy, sa nièce et secrétaire, Paris, Debécourt, 1843 ; la version qui fait autorité et restitue fidèlement le manuscrit est publiée en 1874 par les visitandines : Mémoires sur la vie et les vertus de sainte Jeanne-Françoise Frémyot de Chantal, in Sainte Jeanne-Françoise Frémyot de Chantal, sa vie et ses œuvres, Paris, Plon, 1874, t. I). Cet écrit est immédiatement communiqué au jésuite Fichet et à l’évêque Maupas qui composent alors chacun une Vie de la Mère de Chantal (Alexandre Fichet, Les Sainctes Reliques de l'Érothée, en la saincte vie de la Mere Jeanne Françoise de Fremiot, Baronne de Chantal, Premiere Superieure, & Fondatrice de l'Ordre de la Visitation saincte Marie. Excellent original de saincteté, & vray pourtrait de l'Espouse de Jesus, Paris, Sébastien Huré, 1643 et Henri Cauchon de Maupas du Tour, La Vie de la vénérable Mère Jeanne-Françoise Fremiot, Fondatrice, Premiere Mere & Religieuse de l'Ordre de la Visitation de Saincte Marie, Paris, Siméon Piget, 1643). Paraissent ensuite une Vie en vers composée par Joseph Piolle, La Saincte vie de la venerable Mere Jeanne Françoise Fremiot, baronne de Chantal, Premiere Superieure, & Fondatrice de l’Ordre de la Visitation Saincte Marie, Lyon, Vincent de Coeursillys, 1650 ; une Vie abrégée attribuée (le débat reste ouvert) à Louise-Françoise de Bussy-Rabutin, La Vie en abregé de Madame de Chantal, premiere mere & fondatrice de l'ordre de la Visitation de Sainte Marie, Paris, Simon Benard, 1697 ; enfin, une Vie composée par l’abbé Jacques Marsollier, à la demande des visitandines au moment de l’ouverture du procès de leur fondatrice en 1715, La Vie de la venerable mere de Chantal, fondatrice, prémiére religieuse, & prémiére supérieure de l'ordre de la Visitation de sainte Marie, Paris, François Babuty, 1717.

3  Il écrit cependant une Vie cryptée de l’une des filles de Jeanne de Chantal (La Mémoire de Darie, où se voit l'idée d'une dévotieuse vie et d'une religieuse mort, Paris, C. Chappelet, 1620). Concernant Jean-Pierre Camus, nous renvoyons aux travaux de Sylvie Robic, Le Salut par l’excès, Jean-Pierre Camus (1584-1652). La poétique d’un évêque romancier, Paris, Honoré Champion, 1999 et à l’ouvrage à paraître de Nancy Oddo (« Un chemin de velours vers Dieu » : fiction et dévotion au temps de la Réforme catholique). Notre contribution entre en résonance avec celle de Nancy Oddo dans le présent dossier.

4  Nous employons ce terme à dessein. Les Vies de Jeanne de Chantal la contruisent comme farouchement anti-protestante, et ce, dès son enfance.

5  Le saint Concile de Trente œcuménique et général, célébré sous Paul III, Jules III et Pie IV, Souverains Pontifes, nouvellement traduit par M. l’abbé Chanut, Paris, Antoine Dezallier, 1690 (voir la 25e session tenue en 1563). Nous renvoyons sur cette question à : Christian Renoux, « Une source de l'histoire de la mystique moderne revisitée : les procès de canonisation », Mélanges de l'École française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 105, n° 1, 1993, p. 177-217 ; Jean-Robert Armogathe, « La fabrique des saints. Causes espagnoles et procédures romaines d’Urbain VIII à Benoît XIV (xviie-xviiie siècles) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 33-2 | 2003, mis en ligne le 30 novembre 2009, consulté le 10 octobre 2012. URL : http://mcv.revues.org/158 ; Éric Suire, La Sainteté française de la Réforme catholique (xvie-xviiie siècles), d’après les textes hagiographiques et les procès de canonisation, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2001, chapitre 7 « La sainteté reconnue. Le procès de canonisation », p. 349-396.

6  Sur ces questions de renouvellement hagiographique à l’époque moderne, nous renvoyons à l’introduction au présent dossier : « Lire et écrire des Vies de saints : regards croisés xviie/xixe siècles », et plus particulièrement aux deux premières parties : « Comment être un saint de la Contre-Réforme ? » et « La vie moderne des saints ».

7  Délimiter les attentes du public lecteur de Vies de saint, mais aussi la réception qui en est faite, est une gageure pour l’époque moderne. Nous renvoyons aux travaux d’Albrecht Burkardt : Les Clients des saints. Maladie et quête du miracle à travers les procès de canonisation de la première moitié du xviie siècle en France, Rome, École française de Rome, 2004 ; « Reconnaissance et dévotion : les vies de saints et leurs lectures au début du xviie siècle à travers les procès de canonisation », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 43-2, 1996, p. 214-233 et aux remarques d’Éric Suire dans La Sainteté française, op. cit., p. 46 sq.

8  Comme le rappelait Michel de Certeau, « l’usage de l’hagiographie correspond à son contenu. » (L’écriture de l’histoire, op. cit., p. 322).

9  Les hagiographes modernes de Jeanne de Chantal sont majoritairement des séculiers (Marsollier) et des jésuites (Fichet ; Maupas est très proche de la Compagnie).

10  On remarquera que cette irruption du romanesque a lieu dans une Vie qui a reçu toute l’autorisation possible : approbations, privilèges, mais aussi l’autorité des visitandines elles-mêmes, qui la lui ont demandée, afin de compléter le dossier du procès (Marsollier sait qu’il écrit pour la congrégation des Rites). C’est un écrit majeur du corpus chantalien et non une Vie périphérique.

11  Terence Cave, « ‘‘Supendere animos’’ : pour une histoire de la notion de suspens », in Gisèle Mathieu-Castellani & Michel Plaisance (dir.), Les Commentaires et la naissance de la critique littéraire. France/Italie (xive-xvie siècles), Paris, Aux amateurs de livres, 1990, p. 211-218.

12  Nous travaillons ici la catégorie romanesque à partir des critères définis par Jean-Marie Schaeffer : « l’importance accordée, dans la chaîne causale de la diégèse, au domaine des affects, des passions et des sentiments ainsi qu'à leurs modes de manifestation les plus absolus et extrêmes », « la représentation des typologies actancielles, physiques et morales par leurs extrêmes, du côté du pôle positif comme du côté du pôle négatif », « la saturation événementielle de la diégèse et son extensibilité indéfinie » et « la particularité mimétique du romanesque, à savoir le fait qu'il se présente en général comme un contre-modèle de la réalité dans laquelle vit le lecteur » (Jean-Marie Schaeffer, « La catégorie du romanesque », in Le Romanesque, Gilles Declercq et Michel Murat (dir.), Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2004, p. 291-302).

13  Concernant l’emploi problématique de l’expression « siècle des saints », nous renvoyons à Sophie Houdard, « Le Grand Siècle ou le Siècle des Saints : une fausse perspective », Littératures classiques 2011/3 (n° 76), p. 147-154, et notamment p. 149, n. 8.

14  Voir Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle (1598-1701), Genève, Droz, 1969 et Éric Suire, La Sainteté française, op. cit., p. 59 sq.

15  Conjointement à cette irruption dans la Vie de saint, on évoquera le soupçon genré qui pèse sur les formes romanesques, considérées comme littérature pour les femmes (soupçon à mettre en perspective avec le mépris du goût précieux), c’est-à-dire littérature de moindre qualité, parlant évidemment d’amour. Le tournant des xviie et xviiie siècles fait longuement le procès du roman, depuis les critiques morales de Pierre Nicole contre le roman pervertissant l’âme (la première lettre des Lettres sur l’hérésie imaginaire, datées de 1664-1665), le mépris de Boileau pour un genre jugé inférieur (Art poétique, chant III, 1674), à l’article « Roman » dans L’Encyclopédie (1762), en passant par l’important ouvrage de l’évêque Pierre-Daniel Huet, le Traité de l’Origine des Romans, publié en 1670 en préface à Zaïde, de Mme de La Fayette, qui, en théorisant la naissance du roman, tente de le faire entrer dans les catégories littéraires acceptables de son époque.

16  Nous nous permettons de renvoyer à notre article : Marion de Lencquesaing, « La fabrication d’une identité catholique : stratégies de l’incipit dans la première Vie de Jeanne de Chantal (1642) », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Sophie Houdard, mis en ligne le 01 septembre 2015, URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6298, plus particulièrement la troisième partie.

17  Chaugy, Mémoires, op. cit., l. I, chap. 3, p. 13.

18  Ibid.

19  Ibid., p. 14.

20  Dans l’hagiographie moderne, la première partie est habituellement consacrée à la Vie passée dans le monde, la deuxième à la vie cloîtrée et la dernière aux vertus héroïques et à la vie spirituelle. Le schéma binaire est aussi courant (biographie puis vertus).

21  Il apparaît dans un autre épisode, discutant avec le père de Jeanne enfant, que les biographes ne manquent jamais de rappeler : « Dès son jeune âge, l’on remarqua en elle des indices particuliers de la grâce divine, et entre autres une modestie fort majestueuse et une aversion si incomparable aux hérétiques, que si quelqu'un d'eux la voulait toucher ou porter entre ses bras, elle ne cessait de crier qu’il ne l'eût posée. » (Chaugy, op. cit., l. II, chap. 2, p. 8)

22  Cet épisode est en outre renforcé par la peinture saisissante d’un Poitou détruit par les guerres de religion, source des larmes intarissables de l’héroïne qui se voile le visage pour cacher qu’elle a pleuré ; le thème de la dissimulation pudique et modeste entre en opposition avec le « masque » du protestant cachant sa religion, lequel est « hypocrite » et « hérétique, et des plus obstinés » (Ibid., l. I, chap. 3, p. 15), et la dimension pathétique ne réside pas ici dans l’épisode amoureux mais dans le sentiment religieux.

23  Ibid., p. 13.

24  Fichet, op. cit., première partie, chap. 6, p. 76.

25  Ibid., p. 75.

26  « Dieu le permit pour faire voir la force et la vertu de cette jeune demoiselle ; […] ce bon Dieu, qui se l’était choisie, [l’assista] d’une grâce toute particulière. » (Chaugy, op. cit., p. 13)

27  Sylvie Robic, Le Salut par l’excès, op. cit.

28  L’abbé Jacques Marsollier (né en 1647, mort en 1724, d’après Voltaire dans le Catalogue des écrivains du siècle de Louis XIV) compose ses Entretiens sur les devoirs de la vie civile et sur plusieurs points importants de la morale chrétienne (publiés en 1714 chez Babuty) en même temps que la Vie de Jeanne de Chantal, le privilège datant de décembre 1716, les approbations datant d’octobre 1715 et de novembre 1716. Le procès pour la canonisation de Jeanne de Chantal s’ouvre en 1715. La Vie est publiée chez Babuty en 1717. Il a aussi composé une Vie de François de Sales en 1700, une Vie (largement critiquée) de Rancé à partir de Maupeou en 1703 et différents ouvrages « historiques » (dont une polémique Histoire de l’Inquisition et son origine en 1693, mise à l’Index : Marsollier est connu pour son gallicanisme), sans oublier une Apologie pour Érasme en 1713, elle aussi vivement attaquée. Nous renvoyons aussi à la notice qui lui est consacrée dans le Grand Dictionnaire historique de Moréri (1759, t. VII, p. 284-285).

29  Petite nièce de Jeanne de Chantal, elle est surtout sa secrétaire au sein de la Visitation et passera un temps important à ses côtés durant les cinq dernières années de sa vie. Les premières sœurs de l’Ordre la charge de noter les souvenirs de la Mère de Chantal.

30  Émile Bougaud, Histoire de Sainte Chantal et des origines de la Visitation, Paris, Lecoffre, 1861, chap. 1, p. 26-29. Nous soulignons.

31  Le reste du temps, il fait figurer ses sources en marge, en l’occurrence, Maupas (qui rapporte l’épisode au chapitre 3 en suivant fidèlement le récit de Chaugy (op. cit., p. 15-16).

32  Jean-Marie Schaeffer, « La catégorie du romanesque », art. cit., p. 299

33 Marsollier, op. cit., l. I, p. 26-27.

34  Ibid., p. 29-30.

35  Chaugy, op. cit., p. 14.

36  L’adverbe « passionnément » est employé par Chaugy, mais à propos des sentiments de la sœur de Jeanne, qui « [désirait] passionnément de la mener en Poitou avec elle […]. » (Chaugy, op. cit., p. 13). Marsollier lui prêtera un comportement peu aimable à la fin de cette aventure.

37  Marsollier, op. cit., p. 30-31.

38  Ibid., p. 31. Cette « conspiration » n’était que le seul fait du gentilhomme protestant à l’origine : « il feignit d’être catholique pour venir à bout de son dessein » (Chaugy, op. cit., p. 14).

39  Marsollier, op. cit., p. 33-34. Marsollier réactualise discrètement un épisode topique des Vies de saint, celui de la vierge martyre qu’un homme convoite et qui refuse de l’épouser au nom de sa foi (Agathe dans La Légende dorée, convoitée par Quintien, gouverneur de Sicile « adonné aux idoles », sainte Agnès convoitée par le fils du gouverneur qui lui demande de sacrifier à la déesse Vesta, etc.). Il fabrique un intertexte qui n’apparaissait pas dans les éditions précédentes de la Vie de Jeanne de Chantal, en l’adaptant selon des exigences idéologiques précises : Jeanne jeune fille en proie à la conspiration de son entourage est une nouvelle vierge martyre, mais l’ennemi reste celui qui appartient à « l’autre » religion, la religion ennemie, le calviniste venant prendre la place du païen.

40  Ibid., p. 37.

41  Ibid. Jeanne apparaît comme un autre Alceste refusant de se plier au jeu social, mais en vertu de sa fidélité religieuse.

42  Ibid., p. 39.

43  Marsollier inscrit Jeanne dans la lignée des héros tentés par l’amour profane avant d’accomplir leur grande mission (comme les héros de l’Agathonphile de Camus), avant de trouver son véritable époux (comme le jeune héros du Télémaque, amoureux de Calypso avant d’aimer la vertueuse Antiope).

44  Ibid., p. 26. Cette phrase est dupliquée des Mémoires de Chaugy : « Dieu le permit pour faire voir la force et la vertu de cette jeune demoiselle ; car ce fut ici où son innocence fut puissamment attaquée, et où sa vertu eût fait naufrage, si ce bon Dieu, qui se l’était choisie, ne l’eût assistée d’une grâce toute particulière. » (op. cit., p. 13) Face à la « vieille demoiselle », « […] Dieu […] excita un trouble salutaire dans son ame […] » (Marsollier, op. cit., p. 30) ; elle apprend en revanche la religion du protestant par « on ne sait […] quelle voie » (Ibid., p. 34).

45  Gérard Ferreyrolles note la congruence des dispositifs romanesque et providentiel, qui nous apparaît alors d’autant plus forte dans la Vie de saint. La Providence est un principe d’ordre des péripéties, elle est une figure d’écrivain dont l’hagiographe ne serait que le truchement – à l’exception de Marsollier, qui prend quelques libertés au sein du schéma de la Providence (« La Providence dans le Télémaque », François-Xavier Cuche et Jacques Le brun (dir.), Fénelon. Mystique et politique (1699-1999), p. 189-204).

46  Marsollier, op. cit., Avertissement, p. IV.

47  Ibid., p. xiv. Nous soulignons.

48  Ibid., p. 24.

49  Ibid., p. 28.

50  Ibid., p. 39.

51  Ce qu’elle fera en épousant le mari choisi par son père, « trop convaincuë de la sagesse & de la tendresse de son Pere pour ne pas approuver son choix. » (Ibid., p. 41).

52  Ibid., p. 30.

53  Ibid., p. 36-37.

54  Voir Jacques Le Brun, Sœur et amante, op. cit., Introduction, p. 16.

55  Marsollier, op. cit., p. 27.

56  Le Père Bougaud ne s’y est pas trompé en 1861… Entre-temps, c’est un curieux polygraphe du nom de Cubières qui se saisira de l’épisode et composera un parodique « drame en trois actes » (La Baronne de Chantal, fondatrice de l'ordre de la Visitation, drame historique en 3 actes et en vers, suivi d'une lettre de St Jérôme à une dame romaine, par A.-M. de Cubières, Paris, Imprimerie du « Patriote français », an III [1794]) où la baronne, décidée à se retirer du monde, voit revenir du passé son amour de jeunesse, le gentilhomme protestant, devenu ermite mais incapable d’oublier Jeanne. Preuve s’il en est de l’autonomisation de l’épisode et de la façon dont il a acquis un réel potentiel romanesque.

Top of page

References

Electronic reference

Marion de Lencquesaing, « Le romanesque au secours de la Vie de saint : la Vie de la Mère de Chantal par l’abbé Marsollier (1717) », Les Dossiers du Grihl [Online], 2015-01 | 2015, Online since 29 November 2015, connection on 26 April 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6365 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6365

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page