Navigation – Plan du site

La fabrique d’un saint missionnaire jésuite dans la longue durée (xviie, xviiie et xixe siècles) : Pedro Claver (1580-1654) entre rhétorique, théologie et histoire

Gérard Neveu

Résumés

Les études historiques portant sur les légendes hagiographiques modernes et contemporaines (xviie-xxe siècles) ont été entravées par toute une série de stéréotypes critiques. L’analyse d’un dossier hagiographique concernant un missionnaire jésuite d’origine catalane, Pedro Claver (1580-1654), considéré comme l’ « apôtre des esclaves noirs » en Amérique Latine, permet de mettre en évidence les enjeux religieux, politiques et sociaux d’une canonisation officialisée par le pape Léon XIII en 1888, dans un contexte de lutte idéologique entre la papauté et les pays anglo-saxons au sujet de l’abolition de l’esclavage. L’étude vise à la fois à historiciser et à mettre en contexte ces constructions rhétoriques et iconographiques successives afin de montrer les limites du discours de légitimation théologique et de promotion des saints catholiques par Rome entre xviiie et xixe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Lire pour une approche générale, Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard, L’Historien et la littérature, (...)
  • 2  Ivan Jablonka, L’Histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, (...)
  • 3  Lire Guy Philippart, « L’hagiographie comme littérature : concept récent et nouveaux programmes ?  (...)
  • 4  Le Dictionnaire de l’Académie (1853) traite de la « science des hagiographes » (G. Philippart, art (...)

1Comment et pourquoi écrire une vie de saint moderne ? À cette interrogation l’historien de formation est-il habilité à répondre sans être immédiatement disqualifié ou accusé de promouvoir des croyances religieuses surannées ? Avec quels outils d’analyse, selon quelles méthodes, et en fonction de quelle problématique peut-il en effet aborder et critiquer des sources suspectées par avance de ne véhiculer que des idées cléricales déguisées en style vaguement historique ou de répéter à l’identique des topoï sans valeur informative ? À la différence notable des spécialistes du Moyen Âge, qui ont su maîtriser l’utilisation des Vies de saints pour traiter des questions relevant de la culture, des mentalités, des pratiques religieuses ou sociales, les historiens spécialistes de la modernité (xvie-xviiie siècles) et de l’époque contemporaine (xixe-xxe siècles) se trouvent dans une situation beaucoup plus risquée en raison même des malentendus soulevés par les relations entre littérature et histoire1. Pour reprendre une formule récente due à Ivan Jablonka, « La littérature inquiète l’histoire-science »2. La séparation intervenue très tôt dans la manière d’écrire l’histoire en opposition à la littérature, puis, au xixe siècle, dans la manière de trier les sources historiques, affecte plus encore la relation entre récit hagiographique et « science historique »3. Jusqu’au xviiie siècle pourtant les Vies de saints figuraient dans les catalogues des bibliothèques parisiennes sous la catégorie commune d’« histoire », même si celle-ci était en premier lieu ecclésiastique et apologétique. En vérité, l’inquiétude ici se dédouble. D’une part, parce qu’il n’existe pas de traité sur l’art d’écrire des Vies de saints ; d’autre part, parce que le terme « hagiographie » au sens de « littérature » n’existe pas avant le milieu du xixe siècle, voire le début du xxe siècle4.

2Mais cette inquiétude, soulevée par l’impossibilité de faire entrer l’hagiographie dans une catégorie précise pour en faire un « objet » clairement délimité, ne devient-elle pas alors un stimulant, voire un défi, pour questionner nos méthodes de travail et subvertir en quelque sorte cette double césure héritée du passé, afin d’ouvrir enfin un nouveau chemin commun entre le littéraire et l’historien ? Inspirés à la fois par la méthode du « rebrousse-poil » chère à Walter Benjamin, et par le concept de « bricolage » élaboré par Michel de Certeau, nous voudrions développer trois aspects touchant la figure d’un saint jésuite missionnaire. L’articulation des temps est ici décisive pour construire la critique historique des récits produits en vue de la promotion du saint.

3La première source renvoie au prologue de Bertrand-Gabriel Fleuriau, hagiographe jésuite chargé de publier en 1751 une vie actualisée du vénérable Père Pierre Claver, prenant en compte la reconnaissance officielle des vertus héroïques (1748) nécessaire à une future béatification ou canonisation. Le contexte du xviiie siècle est très différent du xviie siècle, le processus de sécularisation et la critique ouverte des idées religieuses catholiques par les philosophes obligent l’auteur à prendre des précautions tout en se pliant aux exigences institutionnelles de Rome, la dimension théologico-politique du discours va de pair avec l’affirmation d’une construction juridique centralisée. L’hagiographie constitue un canal de transmission d’un pouvoir à vocation universelle qui fait du pape le premier dédicataire, et le premier lecteur du récit.

  • 5  Sur les significations théologiques et spirituelles, voir l’article « Esclavage » du Dictionnaire (...)

4La seconde source, mêle image et texte dans un regard porté vers le passé. C’est à travers la confrontation avec la première vie imprimée datant de 1657 (la Vida du même père par Geronimo Suarez de Somoza) que l’on peut apprécier l’écart qui s’est creusé avec le christocentrisme du xviie siècle, le culte des martyrs, la religion mystique, écart religieux et dévotionnel qui se double d’un écart géographique, social, mental avec la Nouvelle-Espagne, et qui crée un effet de distance et de décentrement, un effet d’étrangeté entre Europe et Amérique. L’articulation de l’image et du texte permet ainsi de dégager la signification complexe de ce décentrement lorsqu’il s’agit de définir la nature de l’esclavage dans la tradition théologique, spirituelle, comme dans sa dimension historique5. En effet le discours hagiographique dysfonctionne, comme si les contradictions inhérentes à la situation réelle apparaissaient visuellement dans l’image elle-même. Comme l’écrivait déjà Montaigne dans ses Essais : « Tout exemple cloche ».

  • 6  Expression que nous reprenons à Jean Baudrillard : « La violence du mondial », dans Power inferno, (...)

5La synthèse finale tente d’établir un lien entre ces deux traditions et ces deux discours pour marquer un troisième écart entre ces deux temporalités et leur progressif effacement dans une logique de moins en moins transcendante et universelle au seul service d’une puissance temporelle et immanente. La question de l’esclavage quitte alors le domaine du théologique et du spirituel pour s’inscrire dans une nouvelle configuration géopolitique planétaire, dans laquelle la culture catholique, en s’universalisant, perd sa singularité et se meurt6. Ce que la crise moderniste au tournant du xxe siècle viendra confirmer.

Les apports du dossier Pedro Claver (1580-1654) : de l’art du bricolage iconographique et hagiographique

  • 7  Le corpus des sources hagiographiques retenues est le suivant : Geronimo Suarez de Somoza, La vida (...)
  • 8  Pedro Claver (1580-1654) est né en juin 1580 à Verdu (Lérida). Son père est un modeste paysan prop (...)
  • 9  Compte tenu de l’espace limité de cette communication nous nous permettons de renvoyer à la public (...)
  • 10  Voir en particulier Ronald J., Morgan, Spanish Americain Saints and the Rhetoric of Identity (1600 (...)
  • 11  Voir Silvana Mostaccio, Early modern jesuits between obedience and conscience during the Generalat (...)

6Quelle place occupe la sainteté d’un obscur missionnaire jésuite catalan dans l’évolution du discours hagiographique sur la longue durée7 ? La figure de Pedro Claver8 constitue un cas emblématique d’une approche historique fondée sur un dossier hagiographique de longue durée9, et cela pour trois raisons principales : le cas de Claver permet en premier lieu d’historiciser le discours hagiographique en menant une analyse des mutations de l’écriture, des réécritures et des réemplois et en procédant à une analyse critique des textes et de leurs usages littéraires, historiques ou institutionnels. En second lieu, ce dossier hagiographique permet de décentrer géographiquement l’analyse et de passer du local au global avec tous les effets d’aller et retour entre traditions hagiographiques européennes (espagnole, italienne, française) et hagiographie en terre de colonisation (terres d’Amérique) où se produit une mutation du contexte religieux, politique et social10. Enfin, il permet de déconstruire le discours institutionnel pour en révéler les présupposés théologiques, sociaux et politiques. Selon l’expression de Michel de Certeau, une théologie se trouve toujours investie dans le discours hagiographique, et cette théologie, en particulier aux xixe et xxe siècles, est destinée à justifier et à légitimer des stratégies de puissance tout autant qu’à justifier l’obéissance interne et externe au sein de la Compagnie de Jésus11. L’individualité compte moins que le personnage, et le modèle qui en résulte est l’effet d’un « bricolage ».

Le bricolage hagiographique du père Fleuriau et son prologue de 1751

  • 12  Nous avons peu d’informations sur le statut d’hagiographe de ce jésuite originaire de Rennes né en (...)

7La première édition en français de la vie de Pedro Claver12 coïncide avec deux événements importants pour rendre compte du contexte dans lequel le travail de l’hagiographe se déroule : d’une part, la reconnaissance de l’« héroïcité des vertus » par le pape Benoît XIV en 1747, qui précède la béatification sous le pape Pie IX en 1851, et la canonisation sous le pape Léon XIII intervenue le 15 janvier 1888. D’autre part, c’est dans cette période des années 1750-1765 que l’on voit apparaître véritablement les mots d’« hagiographe » et d’« hagiographie » dans les grandes dictionnaires de langue française. Le travail de l’hagiographe se professionnalise au service d’une production hagiographique en constante mutation très dominée encore par la Compagnie de Jésus. Le prologue débute ainsi :

  • 13  Consulter l’annexe dans laquelle figure le texte complet du prologue de 1751.

Quelque soin qu’on ait pris jusqu’ici de faire connoître les Hommes illustres, & ceux principalement qui se sont distingués par leur piété, on ose cependant assurer ; que parmi le grand nombre de Vies qui ont paru en ce genre, depuis un siècle, il n’en est peut-être point où il se trouve plus de quoi intéresser, de quoi étonner même la pieuse curiosité d’un Lecteur Chrétien, que dans celle que nous présentons ici au Public.
On y verra un Homme, distingué par la noblesse de sa Naissance, par la pénétration de son Esprit, & par la supériorité de ses Talens, oublier en un moment tout ce qu’il est, & renoncer à tout ce qu’il peut être ; pour aller s’ensevelir sans retour dans l’obscurité d’une Terre étrangère, se consacrer sans ménagement au service des Esclaves les plus méprisables, & se consumer enfin de travaux, soutenus pendant près de quarante ans, avec un courage plus qu’humain, dans une Région dont le Climat seul avoit de quoi effraier la plus austère mortification. On y retrouvera, quoique d’une manière différente (vû que l’Église, seule véritable juge en ces matières, n’y a pas encore appliqué le même sceau d’authorité), presque tout ce qu’on a le plus admiré dans le grand Apôtre des Indes & du Japon ; à la réserve de la variété de ses courses Evangéliques, & de la rapidité de ses Conquêtes : événemens qui donnent plus d’éclat, sans donner par eux-mêmes plus de mérite. Partout c’est le même zèle, le même courage, le même amour pour Dieu, la même soif du salut des Ames rachetées de son Sang, la même ardeur pour les Croix, le même don de Miracles & de Prophéties, & en quelque sorte les mêmes succès dans la conversion de peuples nombreux, de tout État, de toute Secte, & de toute Religion. Enfin, on ne craint point d’avancer, qu’en donnant ici la Vie du Vénérable Pierre Claver, on offre en même-tems le Défenseur le plus ardent & le plus intrépide de la foi de Jesus-Christ, le Restaurateur le plus zélé & le plus infatigable de la piété Chrétienne, le Pere le plus généreux & le plus tendre de tous les malheureux, le Modèle le plus parfait des Pénitens, des Religieux & des Apôtres ; & pour tout dire en un seul mot, la Merveille des Indes Occidentales au dernier siècle, comme dans le précédent S. François Xavier, avoit été la Merveille des Indes Orientales […].13

8Cette entrée en matière du Père Fleuriau peut surprendre, mais elle est révélatrice des transformations du discours hagiographique survenues entre le milieu du xviie siècle et le milieu du xviiie siècle : le saint n’est plus assimilable à un « héros » véritable, rien de surhumain dans le cas de Claver, son engagement dans le monde et dans l’immanence apparaît total, et ce sont les tâches concrètes plus que la spiritualité qui priment sur l’extraordinaire ou le miraculeux. L’auteur souligne la dimension sacrificielle de son action, mais elle nous éloigne des premiers martyrs chrétiens promus comme modèle pour les missionnaires jésuites du xvie siècle et du début du xviie siècle : « aller s’ensevelir sans retour dans l’obscurité d’une Terre étrangère ». Il s’agit là d’une forme de relégation spatiale et territoriale qui n’a rien d’héroïque en soi, mais elle se complète d’une relégation « sociale » et d’un renoncement assumé qui se combinent à l’abaissement volontaire et à l’obéissance du missionnaire : « se consacrer sans ménagement au service des Esclaves les plus misérables ». Or cette formulation tranche avec la culture du siècle d’or espagnol, parce qu’elle détourne et transforme un topos hagiographique dominant alors dans la littérature religieuse, topos qui faisait de la quasi totalité des saints des personnages « nobles », même s’ils n’avaient qu’une extraction modeste, afin de magnifier leur renoncement et leur humilité. L’écart social et le sacrifice de la position justifient alors la sainteté de « l’apôtre des nègres » considéré d’abord, dans la première version espagnole, comme l’« esclavo con los esclavos » (1657) avant d’être qualifié d’ « esclavo de los esclavos » (1666), accentuant ainsi l’abaissement et l’humilité renforcée du personnage.

  • 14  Voir Pierre-Antoine Fabre et Bernard Vincent (éd.), Missions religieuses modernes. « Notre lieu es (...)

9La dimension « mondiale » construite par la mise en parallèle de Pedro Claver et de Français Xavier (canonisé dès 1622) n’est pas indifférente. Cette conception empruntée à la culture missionnaire jésuite14 pourra ainsi légitimer la stratégie géopolitique de la papauté au cours du xixe siècle, lorsque cette dernière revendiquera une place d’arbitre suprême dans le concert des puissances mondiales en compétition pour la domination du monde et la colonisation des terres africaines.

10Au total, c’est bien la mortification du saint qui constitue le point essentiel de la définition de la sainteté proposée par le Père Fleuriau et la preuve ultime de ses vertus héroïques : « se consumer […] de travaux, soutenus pendant près de quarante ans avec un courage plus qu’humain dans une région dont le climat seul avait de quoi effrayer la plus austère mortification ». Toutefois, le récit ne cède pas, en ce milieu de xviiie siècle, dominé par les « Lumières », aux formes rhétoriques ou visuelles des premières vies de Claver. Ce retour vers le xviie siècle apparaît nécessaire pour saisir l’écart et les transformations d’un discours bien éloigné de la simple répétition.

Rhétorique de l’obéissance intérieure : mortifications et « pieuses cruautés »

  • 15  Geronimo Suarez de Somoza, La Vida del Venerable y apostolico Pedro Claver, 1657, Frontispice.
  • 16  Sur les frontispices des vies de saints, voir Helen Hills, « The face is a Mirror of the soul: fro (...)
  • 17  Voir Antonio Rubial Garcia, Profetisas y solitarios. Espacio y mensajes de una religion dirigida p (...)
  • 18  Jacques Le Brun, chapitre IX, « Horreur et jouissance », Sœur et amante. Les biographies spirituel (...)
  • 19  Jacques Le Brun, op. cit., p. 203.
  • 20  Christian Biet (éd.), Théâtre de la cruauté et récits sanglants en France (xvie-xviie siècle), Par (...)

11La première vie imprimée de Pedro Claver (1657)15 s’ouvre par un portrait énigmatique du saint résultant d’un bricolage visuel original16. Le saint est représenté impassible avec la couronne d’épines du Christ sur la tête, alors que son corps est recouvert par des myriades de moustiques et de mouches. Les piqûres d’insectes soumettent le saint à une continuelle torture physique, substitut des cilices traditionnels dans les mortifications des saints antiques et médiévaux. Comment comprendre cette association entre imitation de la Passion du Christ et ces essaims d’insectes assimilés aux instruments du martyre des premiers chrétiens ? La réponse se situe au chapitre VI : « De la mortificacion de sus passiones ». Trois aspects se combinent : une mobilisation des topoï hagiographiques évoquant les premiers martyrs chrétiens et les Pères du désert17, une insistance sur la thématique de la torture et de la souffrance physique transposée dans le milieu spécifique des terres tropicales d’Amérique (chaleur insupportable, humidité et pourriture, maladies horribles, piqûres d’insectes, odeurs insoutenables et puanteur des corps en voie de putréfaction), et enfin, une volonté de justifier le caractère « héroïque » des mortifications (« anadir tormento a tormento, y mortificacion a mortificacion ») dans une forme de surenchère et de compétition avec les saints antiques qui débouche sur une accumulation, une saturation, une sorte de jouissance dans l’horreur à la limite du supportable. On reconnaît immédiatement dans le récit de la vie de Claver tous les éléments de la « culture du dégoût » que Jacques Le Brun a su remarquablement analyser dans les biographies spirituelles féminines françaises du xviie siècle18. Mais dans l’exemple d’un saint à vocation universelle comme Claver nous changeons de registre. En effet, ce ne sont plus des femmes isolées de la société qui servent de modèles. La diffusion du récit hagiographique n’est plus limitée à l’espace clos du couvent et à une microsociété féminine. Non seulement nous avons affaire à un homme, pour qui le martyre demeure une option possible au début du xviie siècle, quoique strictement encadrée dans le cas de l’ordre jésuite, mais encore nous sommes face à un modèle qui concerne surtout un ordre missionnaire et enseignant emblématique de la Contre-Réforme. De surcroit, par sa diffusion même, la littérature hagiographique jésuite s’adresse à un public très vaste comprenant des clercs et des laïcs. Le « mal-à-l’aise religieux diffus » devient beaucoup plus profond et extensif, il se transforme insidieusement en « culture du dégoût »19, et s’inscrit davantage dans la catégorie de l’« inquiétant », au sens freudien du terme. Cette culture se déploie à la fois dans les images, dans la littérature, dans le théâtre tragique de l’époque moderne20. Les mortifications de Claver prennent une intensité paroxystique qui ne se limite plus seulement à une recherche « baroque » de l’extrême, et qui n’est pas réductible seulement à des lieux communs littéraires et édifiants. On mesure ici l’écart qui s’est creusé progressivement entre l’ascèse et une conception du martyre qui s’intériorise et se banalise à la fois : le martyre devient quotidien dans un contexte très prosaïque (le rasage, les repas, les tâches les plus matérielles). Mais la recherche de la souffrance pour la souffrance, de la haine de soi poussée aux ultimes limites, devient une fin en soi en même temps qu’un devoir de tous les instants. À la vertu classique d’humilité et de charité envers les pauvres et les malades se substitue une « guerre » contre l’ennemi intérieur qui se traduit concrètement par une recherche de l’humiliation aux limites de l’abject et de l’obscénité. Le terme de « guerra » est explicitement utilisé, comme si le saint était engagé dans une lutte incessante et interminable, contre son corps, ses désirs et ses passions intérieures.

  • 21  Fleuriau, op. cit., chapitre V, p. 323-324 et p. 349-350.
  • 22  Ibid., p. 349.

12Si, dans le livre V consacré aux vertus du saint, le Père Fleuriau reprend les principaux traits de sa mortification, il use de formulations révélatrices de l’ambivalence de sa position : « On ne craint point de dire », « espèce de prodige », « mortification étonnante », « point si extraordinaire », « pour ainsi parler »21, etc., comme si l’hagiographe prenait des précautions oratoires pour traiter de son sujet. Finalement l’expression « il étoit, pour ainsi parler, l’ennemi implacable de lui-même »22 nous éclaire sur la signification ultime de ces cruautés. Dans d’autres passages, l’hagiographe n’hésite pas à surenchérir dans sa description sur les récits des Pères du désert, mais est-ce destiné à convaincre le lecteur de la vraisemblance de du récit, ou n’est-ce pas déjà une manière d’en mesurer l’invraisemblance ?

Histoire et théologie : Pedro Claver « esclave des esclaves » ou les ambivalences de l’obéissance et de la servitude des esclaves noirs

13La lecture attentive des récits de la vie de Claver conduit à questionner les relations entre le saint et les esclaves, non seulement dans le discours hagiographique imprégné par la théologie paulinienne, mais aussi l’historiographie des pratiques religieuses et coloniales entre xvie et xixe siècle. Qu’est-ce que ces textes permettent de comprendre ou d’occulter des relations sociales réelles entre les esclaves, leurs propriétaires, les chrétiens locaux et le missionnaire jésuite lui-même, engagé dans leur conversion et leur catéchisation ? Quels sont les motifs qui légitiment la reconnaissance de l’héroïcité des vertus de Pedro Claver en 1747 par Benoît XIV, la béatification de 1851 et la canonisation de 1888 ?

  • 23  Sur la représentation des esclaves et des saints noirs dans l’hagiographie et l’iconographie, cons (...)
  • 24  Fleuriau, op. cit., p. 64-68 : « Triste situation des Nègres : On ne peut exprimer toutes les misè (...)
  • 25  Olivier Grenouilleau (éd.), Esclaves, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, p. 8. ; Id., (...)

14La tradition hagiographique médiévale et moderne présente une vision ambivalente des esclaves noirs, qu’il s’agisse de l’iconographie ou du discours hagiographique23. D’un côté, l’esclave représente un objet de compassion car il est, à l’image de Job ou du Christ, l’homme humilié et ignorant, malade et souffrant, victime de l’exploitation et de la cupidité des marchands négriers assimilés aux bourreaux et aux tyrans païens tortionnaires des premiers martyrs chrétiens. Le texte de Fleuriau est emblématique du discours hagiographique du milieu du xviiie siècle qui insiste sur la misère des esclaves24. Cette représentation de l’esclavage est le reflet d’une apologétique moralisante largement diffusée par le discours antiesclavagiste qui englobe les catholiques tout autant que les Quakers américains. Or ce discours, combiné aux exagérations caractéristiques du discours hagiographique catholique, donne une tonalité particulière aux récits de nos hagiographes. Cette vision renvoie à « la tradition léguée par l’abolitionnisme [qui] faisait de l’esclave l’image même de l’humanité blessée, de la victime souffrante et implorante »25

  • 26  Fleuriau, op. cit., p. 65 : « Comme ils sont de Nations différentes, ils diffèrent aussi de caract (...)
  • 27  Ibid.,p. 495-498 : le décret du pape Benoît XIV en réponse à la seconde objection à la reconnaissa (...)

15Mais, à l’opposé, le noir représente aussi l’esclave indocile, rebelle, en révolte contre l’autorité coloniale et ecclésiastique, ou encore l’esclave qui résiste à l’évangélisation pour demeurer dans le « paganisme » et l’immoralité. Il en résulte dans le discours théologique et moral une stricte séparation entre le « Nègre de bon alloi » obéissant et baptisé, et le « mauvais noir » animé par de bas instincts et livré au péché des sens (danse, jeux, sexualité incontrôlée)26. C’est la raison pour laquelle le pape Benoît XIV dans son décret du 22 août 1747 en vient à justifier le recours à la violence pour contredire toute objection à la reconnaissance de l’héroïcité des vertus du Père jésuite27.

  • 28  O. Grenouilleau, Les Traites négrières, Paris, Gallimard, Folio-Histoire, 2004, p. 319-320.

16À la fin du xviiie siècle, c’est sous la pression de l’Angleterre, et non pas à l’initiative de la papauté, que le mouvement abolitionniste connaît une diffusion à l’échelle planétaire : dès 1791-1792, l’opinion publique anglaise se mobilise pour signer une pétition au Parlement en faveur de l’abolition de la traite. À partir de 1807, un acte prévoit d’interdire la traite sur les côtes et territoires d’Afrique. Dès 1810, l’article 10 du traité conclu entre la Grande-Bretagne et la cour du Portugal, réfugiée à Rio grâce au transport des navires anglais, pour éviter la menace des troupes de Napoléon, posait le principe d’une abolition graduelle de la traite. L’Espagne acceptait le même principe en 1814 après sa libération des troupes françaises28. Au terme des guerres napoléoniennes la « machine abolitionniste » se met en place et élargit son influence. En échange de la reconnaissance officielle de leur souveraineté, le Venezuela, le Chili, l’Argentine abolirent la traite. Au congrès de Vienne (1815) l’Angleterre cherche à constituer une ligue internationale de répression de la traite. De 1816 à 1841, elle multiplia les conventions bilatérales.

  • 29  Voir Gianni La Bella, « Léon XIII et la bataille anti-esclavagiste », dans P. Levillain et Jean-Ma (...)
  • 30  In plurimis, dans Enchiridion delle encicliche, leone XIII 1878-1903, III, Bologne, 1997, p. 1481.
  • 31  Voir Claude Prudhomme, Stratégie missionnaire du Saint-Siège sous Léon XIII (1878-1903), Rome, Éco (...)
  • 32  La bataille antiesclavagiste de l’Église catholique au xixe siècle se divise en deux phases selon (...)

17Le tableau que les historiens peuvent aujourd’hui dresser du contexte antiesclavagiste du xixe siècle montre la marginalisation progressive de la papauté dans le débat et les actes pratiques. C’est probablement cette raison qui explique la « contre-offensive » missionnaire hagiographique et historiographique menée par le pape Léon XIII pendant l’année 188829. La revanche hagiographique débute en quelque sorte le 15 janvier 1888 par la canonisation de Pedro Claver à l’initiative du pape Léon XIII. Cette canonisation s’accompagne de la réédition sous une forme renouvelée de la Vie de Fernandez de 1666 avec de notables changements dans la méthode d’exposition des sources. Quel est le modèle proposé ? Le modèle de l’apôtre des noirs comme « miroir des vertus apostoliques » selon la lettre apostolique de Léon XIII : « Si les missionnaires s’efforcent de reprendre à leur compte et de renouveler la charité et la patience de cet homme, ils seront assurément de dignes ministres du salut, source de consolation et messagers de paix, et ils pourront, avec l’aide de Dieu, changer la solitude, l’ignorance et la férocité en richesse bienheureuse de la religion et de la civilisation »30. La relance des missions se combine à une relance hagiographique destinée à « remobiliser » les troupes papales dans une mondialisation de plus en plus dominée par les intérêts économiques et géopolitiques31. La publication de l’Encyclique datée du 5 mai 1888 « In plurimis » fournit les bases dogmatiques de la reconquête catholique. La contre-offensive de la papauté se déploie également dans le domaine diplomatique avec l’action de Mgr Lavigerie et la « croisade » anti-esclavagiste32.

  • 33  Voir l’annexe n° VIII dans P. Sola, Vida de San Pedro Claver, op. cit.,p. 565-575.

18Au total le changement de contexte historique justifie l’évolution de la figure du saint missionnaire qui peut alors se résumer à trois expressions significatives de la transformation de la relation du saint aux esclaves : dans la Vie de 1657, l’expression « Esclavo con los esclavos » exprime encore le rattachement à la tradition hagiographique franciscaine et à la proximité avec les pauvres. En revanche, l’expression « Esclavo de los esclavos » (1666) assure le passage de l’humilité à l’humiliation, à la mortification, au dolorisme et à l’infériorisation du saint par rapport aux esclaves noirs, surenchère dans l’abaissement et dans la souffrance physique « héroïsée » du saint qui en fait un modèle imitable pour la conversion des noirs au modèle christique. Enfin, au terme de la transformation nous trouvons chez les Petits Bollandistes (1874) et dans l’iconographie cette formulation : « Pierre, esclave des nègres pour toujours ». Il s’agit là d’un nouveau changement de registre, plus eschatologique et plus politique, qui nous renvoie à la conception de l’histoire et de la sainteté promue par la papauté sous les règnes de Pie IX et de Léon XIII. La volonté de récréer a posteriori une continuité historique33, comme la préemption sur le futur exercée par le pouvoir religieux, marquent la capacité du pouvoir papal à éterniser et à théologiser la figure du saint.

Conclusion : trois opérations hagiographiques et leurs limites

  • 34  Voir la postface d’Alphonse Dupront au livre d’Émile Poulat, Histoire, dogme et critique dans la c (...)

19Face aux mutations du monde et au renforcement des nations anglo-saxonnes (Grande-Bretagne et États-Unis), l’Église romaine se trouve en position défensive. Il en résulte un durcissement des positions théologiques et des revendications historiques qui prépare la « crise moderniste » au tournant du xxe siècle34. La revendication d’universalisme passe prioritairement par un discours hagiographique renouvelé, trop longtemps sous-estimé. Ce discours manifeste une réaction à la montée des États-nations et des idées démocratiques et anticatholiques, émanant aussi bien des milieux protestants que des milieux laïcs inspirés par les idées émancipatrices de la Révolution française. L’apologétique hagiographique se déploie alors dans plusieurs directions.

  • 35  Voir Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, traduction de Jean-Pierre Grosse (...)
  • 36  Voir Giorgio Agamben, De la très haute pauvreté. Règles et forme de vie, Paris, Payot, 2011.
  • 37  Cette évolution n’a pas échappé à l’attention d’un esprit critique comme Romain Rolland qui note d (...)

20En premier lieu, dans le domaine géopolitique et économique, face à la montée en puissance des économies capitalistes anglo-saxonnes qui menacent les anciens empires coloniaux espagnols et portugais. En second lieu, la lutte se déploie dans le domaine religieux, où se rejouent les affrontements confessionnels des débuts de l’âge moderne entre d’une part, une éthique protestante expansionniste, favorable au capitalisme et au libre-échange dans une économie ouverte à la libre entreprise, au travail libre, et, d’autre part, une morale catholique marquée par l’ambivalence et les contradictions entre un anticapitalisme proclamé (dénonciation de l’usure, de la cupidité, de l’exploitation de l’homme) et une défense effective des intérêts catholiques et des systèmes de production esclavagistes d’Amérique latine35. Enfin, l’opération hagiographique est destinée à promouvoir une figure de saint universel, ou universalisable. Pedro Claver combine, dans une forme de collage visuel ou textuel, l’image traditionnelle du sacrifice absolu de soi sur le modèle du Christ et des premiers martyrs, et celle de « l’esclave des esclaves » engagé dans une lutte supposée pour l’émancipation des noirs. Les esclaves noirs deviennent alors des substituts des « pauvres » médiévaux dont la littérature hagiographique franciscaine constitue en quelque sorte la matrice36. Les esclaves sont à l’image de ces pauvres médiévaux des objets de honte, de relégation sociale hors de la communauté humaine et chrétienne, ils sont l’objet d’un discrédit moral et d’un rejet impitoyable. La promotion du missionnaire Pedro Claver en fait donc un intermédiaire, un trait d’union entre une humanité intégrée au processus de développement économique et social d’origine espagnole et une humanité exploitée, reléguée, séparée, rejetée. Toutefois l’action de Pedro Claver ne dépasse pas celle de la christianisation et de la conversion au baptême des peuples lointains. Pedro Claver n’est pas un abolitionniste avant l’heure. Il convient ici de ne pas faire d’anachronisme. La promotion de l’obéissance est ici déterminante. La formule « esclave des esclaves » est une formule équivoque et ambiguë. Elle synthétise et recouvre une opération qui accompagne un processus de glissement de sens qui fait de l’obéissance de l’esclave, au sens d’Aristote, de Saint Paul, ou de Saint Augustin, une métaphore efficace qui ne s’applique non plus seulement au domaine du clerc ou du religieux engagé dans la voie de la perfection christique, mais qui recouvre l’obéissance due au maitre par l’esclave dans l’ordre économique et social37. On passe en quelque sorte du religieux au social par un jeu de passe-passe. L’obéissance du fils (Christ) due au Père (Dieu) renvoie à la règle jésuite de l’obéissance du fils (Claver) au père fondateur (Ignace) ou au général de la Compagnie (Acquaviva), puis on glisse imperceptiblement de ce rapport institutionnel d’obéissance au rapport social de l’obéissance de l’esclave « due » à son propriétaire. En imitant le saint Pedro Claver on se plie en réalité à une autre obéissance, celle due au maître, au propriétaire du corps si ce n’est à celui de l’âme. C’est par la conversion au christianisme, par l’imitation du saint, lui-même imitateur du Christ et d’Ignace, que s’opère le processus de transfert de l’obéissance de la sphère religieuse et théologique à la sphère proprement sociale. Le lien social de dépendance se trouve ainsi occulté par le lien moral et par le modèle de vertu à imiter. L’esclave se trouve ainsi enfermé dans une logique d’obéissance à un ordre économique et social qui se trouve justifié et fondé « en raison » par une herméneutique théologique tout aussi implacable que l’ordre social qu’elle sert à justifier.

Annexe

21Bertrand-Gabriel Fleuriau, Vie du vénérable Père Pierre Claver, de la compagnie de Jésus, Apôtre de Cartagène, et des Indes Occidentales, Paris, Bordelet, 1751, « Préface », (non paginée)

Quelque soin qu’on ait pris jusqu’ici de faire connoître les Hommes illustres, & ceux principalement qui se sont distingués par leur piété, on ose cependant assurer ; que parmi le grand nombre de Vies qui ont paru en ce genre, depuis un siècle, il n’en est peut-être point où il se trouve plus de quoi intéresser, de quoi étonner même la pieuse curiosité d’un Lecteur Chrétien, que dans celle que nous présentons ici au Public.

On y verra un Homme, distingué par la noblesse de sa Naissance, par la pénétration de son Esprit, & par la supériorité de ses Talens, oublier en un moment tout ce qu’il est, & renoncer à tout ce qu’il peut être ; pour aller s’ensevelir sans retour dans l’obscurité d’une Terre étrangère, se consacrer sans ménagement au service des Esclaves les plus méprisables, & se consumer enfin de travaux, soutenus pendant près de quarante ans, avec un courage plus qu’humain, dans une Région dont le Climat seul avoit de quoi effraier la plus austère mortification. On y retrouvera, quoique d’une manière différente, (vû que l’Eglise, seule véritable juge en ces matières, n’y a pas encore appliqué le même sceau d’authorité) presque tout ce qu’on a le plus admiré dans le grand Apôtre des Indes & du Japon ; à la réserve de la variété de ses courses Evangéliques, & de la rapidité de ses Conquêtes : événemens qui donnent plus d’éclat, sans donner par eux-mêmes plus de mérite. Partout c’est le même zèle, le même courage, le même amour pour Dieu, la même soif du salut des Ames rachetées de son Sang, la même ardeur pour les Croix, le même don de Miracles & de Prophéties, & en quelque sorte les mêmes succès dans la conversion de peuples nombreux, de tout Etat, de toute Secte, & de toute Religion. Enfin, on ne craint point d’avancer, qu’en donnant ici la Vie du Vénérable Pierre Claver, on offre en même-tems le Défenseur le plus ardent & le plus intrépide de la foi de Jesus-Christ, le Restaurateur le plus zélé & le plus infatigable de la piété Chrétienne, le Pere le plus généreux & le plus tendre de tous les malheureux, le Modèle le plus parfait des Pénitens, des Religieux & des Apôtres ; & pour tout dire en un seul mot, la Merveille des Indes Occidentales au dernier siècle, comme dans le précédent S. François Xavier, avoit été la Merveille des Indes Orientales.

Il paroîtra sans doute surprenant, que la mémoire d’un si Grand-Homme ait été si longtems ensevelie dans un coin éloigné de la Terre. A la réserve du Royaume où il avoit pris naissance, il étoit presque inconnu à toute le reste de l’Europe : mais le Seigneur, dont la Providence sur ses Saints est toujours admirable, a voulu enfin, pour la manifestation de sa propre gloire, s’intéresser à celle de son Serviteur. Il n’a pas permis que le souvenir de tant de sublimes Vertus, & de travaux Heroïques se perdît dans le monde Chrétien : l’éclat s’en est répandu de l’Amérique en Espagne, & de l’Espagne en Italie, jusqu’au pié du Thrône du Vicaire de Jesus-Christ. Nous avons appris en France, & les Nouvelles publiques en ont fait mention plus d’une fois, qu’à Rome, depuis plusieurs années, on avoit déjà commencé à travailler au Procès de la Canonisation d’un Apôtre, digne au moins de l’admiration des Fidelles, jusqu’à ce qu’on le propose authentiquement à leur vénération. C’est ce qui m’a engagé à tâcher de la faire connoître à tous ceux pour qui la véritable Sainteté a des attraits.

22Malgré toute ma bonne volonté, il m’eût été impossible d’y réussir, si je n’avois été prévenu dans ce dessein, par un jésuite Espagnol, zélé pour la gloire d’un Homme qui étoit son Confrère, qui vivoit encore de son tems, & dont il ne pouvoit ignorer les grandes actions ; vû principalement le soin qu’ont les Jesuites d’envoier à leurs Supérieurs, & jusqu’à leur Général, le détail le plus exact de tout ce qui se passe chés eux d’extraordinaire, dans les Contrées même les plus reculées. En 1657, c’est-à-dire, trois ans après la mort du P. Claver, le P. Joseph Fernandez avoit déjà fait imprimer à Madrid une Vie Espagnole du Saint Missionnaire : mais comme elle avoit été composée avant les Procès-Verbaux qui se firent depuis, elle n’étoit fondée que sur le bruit Public, sur les écrits du P. Claver, & sur le témoignage des Religieux qui, aiant longtems vécu avec lui, eurent souvent occasion d’être les admirateurs de ses Vertus : ainsi elle n’avoit encore, ni l’étenduë, ni l’authorité nécessaire à bien faire connoître toutes les merveilles du Serviteur de Dieu.

Ce ne fut qu’en la même année 1657, que les Informations Juridiques à ce sujet commencèrent, par l’ordre des Grands-Vicaires & du Chapitre de Cartagène, (le Siège étant alors vacant) à la Requête du Gouverneur, des Magistrats, & des Jesuites : elles continuèrent jusqu’en 1660 ; & c’est sur ces Pièces authentiques, sur une infinité de dépositions faites avec serment, par des Personnes dont on n’a pu soupçonner, ni les lumières, ni la sincérité, que le même Jesuite Espagnol, composa une nouvelle Vie in 4° qui fut imprimée à Sarragosse, en 1666. C’est un ample Recüeil de Mémoires parsemés de digressions hors d’œuvre, interrompus par mille Réflexions Mystiques, ou des déclarations trop Oratoires, & souvent même arrangés avec peu de Méthode, plutôt qu’une Histoire écrite avec un certain goût : mais après tout, comme elle contient un grand nombre de faits très-détaillés, quoique sans asses d’ordre, faute d’autres Mémoires, j’avois été nécessité de m’y conformer dans toute ce que je rapporte ici des Vertus & des Miracles de l’Apôtre des Indes Occidentales ; & je l’avois fait d’autant plus volontiers, qu’il se trouvoit appuié sur des authorités qu’on ne pouvoit contester sans témérité.

23Depuis, comme j’étois sur le point de finir cet Ouvrage, il m’est tombé entre les mains une Vie du P. Claver, écrite en Italien par le P. Joseph de Lara Jesuite chargé de poursuivre la Canonisation du Vénérable Serviteur de Dieu, & imprimée à Rome, en 1748. Elle est presque entièrement conforme, pour les Faits & les Miracles, à celle du Jesuite Espagnol : mais elle a l’avantage d’être tirée des Procès Juridiques dressés, ou présentés à Rome, pour la Canonisation de l’Apôtre de Cartagène ; & par-là, elle acquiert un nouveau degré de certitude & d’authenticité, qui manque à l’autre. Il est vrai qu’elle ne seroit peut-être pas encore de notre goût, étant, aussi bien que la Vie Espagnole, divisée par Chapitres, sans assez d’ordre & de liaison : mais comme je n’ai presque rien inféré dans celle que je donne ici au Public, qui n’en soit tiré, elle m’a du moins mis en état de contenter les Lecteurs les plus soupçonneux, j’entens ceux qui veulent des preuves de tout ce qu’on leur raconte, & qui pourront les trouver dans les Actes portés & discutés à Rome, en présence même du Souverain Pontife. Du reste, ceux qui sont en état de lire les deux Vies, Espagnole & Italienne, en les comparant avec celle que je donne ici en François, pourront aisément en reconnoître la différence : ainsi, quoique dans plusieurs endroits, je n’aïe guères pu avoir d’autre mérite, que celui de Traducteur, (comme il est arrivé à l’Autheur Italien, à l’égard de l’Espagnol) il a fallu d’ailleurs retrancher tant de choses inutiles, débroüiller tant de circonstances mal digérées, & rétablir dans un nouvel ordre tant de faits déplacés, que dans le total on trouvera deux Ouvrages tout différens. Les faits & miracles ne s’inventent point ; & puisque je ne pouvois avoir que ces deux Autheurs pour guides, il n’est pas étonnant qu’en cela j’aïe dit les mêmes choses qu’eux : il suffit qu’elles soient dites dans un autre tour, un autre goût, & un autre arrangement qui m’a paru plus naturel.

Je n’ai garde cependant de prétendre, que cet ouvrage soit exempt de tous les défauts qu’on pourroit reprocher aux deux autres : j’y en reconnois même beaucoup, & je conviens, que dans plusieurs endroits il pourra paroître ennuieux à ceux qui cherchent, moins à s’instruire & à s’édifier sérieusement, qu’à se réjouir, ou à s’amuser agréablement. Si cela est, pourra dire quelque Critique de mauvaise humeur, pourquoi donc le présenter ? A cela je répondrai simplement ; que le zèle pour la gloire du Saint Homme dont j’écris la vie m’a comme entraîné malgré moi ; que je n’ai point fait difficulté d’immoler mon amour propre, à la vénération profonde dont je suis pénétré pour ses vertus ; & que j’ai crû pouvoir espérer, que l’utilité & l’approbation d’un certain nombre de Lecteurs moins difficiles me dedommageroit assés de la délicatesse & de la censure des autres. J’ajouterai même, que si on fait attention au genre d’Histoire que j’avois à écrire, on excusera plus aisément des défauts qu’il m’étoit comme impossible d’éviter ; du moins on conviendra, qu’il étoit très-difficile d’y entrainer, & d’y soutenir l’attention, aussi agréablement que dans la plupart des autres vies d’Hommes illustres qui ont paru dans la Public avec succès. Les événemens singuliers & diversifiés ; les courses fréquentes & les voiages multipliés ; les tempêtes & les naufrages souvent essuies ; les persécutions des Hommes & des Démons soutenuës avec constance, & surmontées avec courage ; les Ordres Religieux établis, ou réformés ; que sçais-je ? Les Négociations intéressantes heureusement terminées, les emplois importans dignement remplis, les changemens éclatans de situation, de lieu, ou de circonstances : tout cela a par lui-même de quoi réveiller l’esprit, & frapper l’imagination qui se plaît naturellement à cette diversité d’objets : mais tout cela n’a pû trouver place ici. C’est un Saint, il est vrai, & un grand Saint ; mais qui dès sa plus tendre jeunesse, prévenu par la Grace, l’a toujours été d’une manière presque uniforme, & qui n’a point eu d’obstacle remarquable à surmonter, pour suivre sa vocation. C’est un illustre Missionnaire ; mais qui traverse les Mers une seule fois, qui ne sort point d’une même Contrée où il est borné par l’obéissance pour toute sa vie, qui entreprend toujours les mêmes projets, qui reprend continuellement les mêmes travaux, & qui donne sans cesse le spectacle des mêmes vertus. Ses actions sont héroïques, ses miracles éclatans, & par là capables d’intéresser : mais ce sont toujours les mêmes, tout s’opère toujours dans le même lieu, & presque à l’égard des mêmes personnes. Le moien de ne pas fatiguer à la longue un Lecteur qui ne cherche partout que du nouveau ? Disons encore, que dans tout le cours d’une vie aussi longue, ce qui se fit hier, se fait aujourd’hui, & se fera encore demain ; de sorte que pour ne pas écrire un Journal insipide, on a été obligé de mettre de suite dans le même genre, tout ce qui n’est arrivé que dans des temps assez éloignés : arrangement qui donne nécessairement un certain air de monotonie capable de faire languir la narration.

Mais si l’Historien en est plus à plaindre, le Héros de son Histoire n’en est que plus digne d’admiration pour les Esprits un peu attentifs. Oui, il y a peut-être plus d’Héroïsme à soutenir pendant 40 années l’effraiante uniformité d’une vie aussi crucifiée, & aussi pleine de travaux, telle qu’on la trouvera ici, & à la soutenir avec un courage qui ne se démente pas un instant, sans que jamais il s’offre rien où la Nature, qui cherche à se retrouver partout, puisse pourtant se retrouver elle-même ; qu’à passer successivement d’un travail ou d’un emploi à l’autre, quand même chacun d’eux entraineroit les mêmes fatigues ; je dis plus, qu’à parcourir même en Apôtre des Roiaumes entiers, pour les conquérir à Jesus-Christ. Comme la variété dans les plaisirs les rend plus piquans, aussi la variété dans les peines mêmes les rend plus supportables : c’est l’espèce de consolation que n’a point eu le P. Claver, & l’avantage qui manque à celui qui entreprend d’écrire sa vie. On ne pourra, par exemple, sans étonnement le voir renouveller mille fois aux pies des Nègres, des malades, & des Lépreux, le spectacle que quelques Saints, & en particulier le grand Xavier, ont donné au Monde ; je veux dire, celui de cette charité & de ce courage plus qu’Héroïque qui les ont portés à baiser une fois des plaiës affreuses, & à succer le pus qui en découloit : mais, je le répète, ce sont toujours les mêmes actions, comme presque tous les autres prodiges de sa vie ont été les mêmes. Après tout, si la répétition, quoique nécessaire, en devient insensiblement fatigante, quarante ans d’une vie illustrée par ces actions & par ces prodiges n’en méritent pas moins d’être présentés aux Ames fidelles, qui dans ces sortes de lectures cherchent la solide satisfaction, & d’admirer les vertus dont on leur parle, & de s’animer elles-mêmes à les pratiquer.

24Au reste, quoique d’autres avant moi aient déjà pris soin de le faire remarquer, je suis bien aise de trouver ici l’occasion de le rappeller pour l’honneur de notre Religion : ce n’est que dans le sein de l’Eglise Catholique & Romaine, à qui seule il appartient de former les Saints, qu’on trouve des hommes pareils : c’est du sein de l’Eglise Romaine qu’est sortie la lumière de l’Asie & des Indes Orientales, un Xavier ; & c’est du sein de la même Eglise qu’est sortie depuis la lumière des Indes Occidentales & de l’Amerique, un Claver. Dans quelque Religion que ce puisse être, on trouvera des hommes attachés aux devoirs de leur Etat, généreux envers les misérables, modestes dans la prospérité, patiens dans la disgrâce, réglés dans leurs mœurs & dans leur conduite ; en un mot bons Parens, bons Amis, bon Cotoiens. Est-il même une Nation idolâtre un peu policée, où il n’en ait paru quelqu’un ? Il ne faut pour cela que de la raison & du courage, ou même de la vanité & de l’intérêt. Mais où trouvera-t-on, même dans les Sectes & les Sociétés qui affectent le plus un certain air de probité, ou de réforme, un homme toujours inviolablement uni à Dieu, jusques dans la dissipation des devoirs de son emploi, parce qu’il ne les remplit que pour lui plaire : un homme pauvre, humble, & mortifié, jusqu’à trouver sa richesse dans l’indigence, sa gloire dans les humiliations, son plaisir dans les afflictions & dans les croix ; un homme charitable, jusqu’à se dépouiller de tout, pour enrichir des étrangers ; généreux, jusqu’à sacrifier son propre bonheur, pour les délivrer de leurs misères ; patient jusqu’à chérir ses peines, & ceux qui les lui font souffrir ; détaché de lui-même, jusqu’à ne s’occuper que de la félicité des autres hommes qu’il regarde tous comme ses Concitoiens, comme ses Freres ? Où trouvera-t-on, dis-je, un tel homme ? Où l’a-t-on jamais trouvé, si ce n’est dans l’Eglise Romaine ?

25Enfin, pour obéir au Decret de N.S.P. le Pape Urbain VIII, je proteste ; que quand j’ai donné au Vénérable P. Claver le nom de Saint, je ne l’ai fait que dans le sens & selon l’usage établi d’accorder ce titre aux hommes, même encore vivans, qui se distinguent par leurs vertus ; & que je n’ai eu aucune intention de prévenir la décision de l’Eglise, qui a seule le droit de juger définitivement de la vraie Sainteté de ceux qui meurent dans sa Communion. Puisse-t-elle nous accorder bientôt la consolation d’honorer publiquement sur nos Autels, un Apôtre qui a si long-tems travaillé à sa gloire sur la Terre, & que tant de Fidelles révèrent déjà au fond de leurs cœurs.

Haut de page

Notes

1  Lire pour une approche générale, Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard, L’Historien et la littérature, Paris, La Découverte, 2010 ; Christian Jouhaud, Dinah Ribard, Nicolas Schapira, Histoire, Littérature, Témoignage, Paris, Folio-Histoire, 2009.

2  Ivan Jablonka, L’Histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Librairie du xxie siècle, 2014, p. 309.

3  Lire Guy Philippart, « L’hagiographie comme littérature : concept récent et nouveaux programmes ? », Revue de Sciences Humaines, n° 251, 1998, p. 11-39.

4  Le Dictionnaire de l’Académie (1853) traite de la « science des hagiographes » (G. Philippart, art. cit.) ; le Dictionnaire Bescherelle (1855) parle de « science des légendes » ; le New Dictionary on Historical Principles (1901) parle des « saints lives as a branch of literature or legend ».

5  Sur les significations théologiques et spirituelles, voir l’article « Esclavage » du Dictionnaire de Théologie Catholique, V, 1913, col. 457-520 ; Dictionnaire de Spiritualité, « Spiritualité de l’esclave », IV, 1958, col. 1067-1080.

6  Expression que nous reprenons à Jean Baudrillard : « La violence du mondial », dans Power inferno, Paris, Galilée, 2002, p. 65-83.

7  Le corpus des sources hagiographiques retenues est le suivant : Geronimo Suarez de Somoza, La vida del Venerable y apostolico Pedro Claver, Madrid, 1657 ; Joseph Fernandez, Apostolica y penitente vida del Venerable Padre Claver, Zaragoza, Diego Dormer, 1666 ; Bertrand-Gabriel Fleuriau, La Vie du vénérable Pierre Claver, de la Compagnie de Jésus, Apôtre de Cartagène et des Indes occidentales, Paris, Bordelet, 1751 ; Les Petits Bollandistes. Vies de saints : « Le bienheureux Pierre Claver, apôtre des nègres », tome X, 1874, p. 603-621 ; Juan Maria Sola, Vida de San Pedro Claver de la Compania de Jesus, Apostol de los negros, por el P. José Fernandez, sacada de los procesos juridicos hechos ante el ordinario de Cartagena de Indias (1657-1660) refundida y acrecentada por el P. Juan Maria Sola, Barcelona, Imprenta y libreriia de V.E.H. de J. Subirana, Barcelona, Libreria Viuda de Subirana, 1888.

8  Pedro Claver (1580-1654) est né en juin 1580 à Verdu (Lérida). Son père est un modeste paysan propriétaire de vignes et d’oliviers. En 1596, il commence des études de « lettres et arts » à l’Université de Barcelone. Il entre en 1602 dans la Compagnie de Jésus où il prononce le 18 août 1604 ses premiers vœux. Il poursuit des études de philosophie au Collège Monte Sion à Palma de Mallorca de 1605 à 1608. C’est au cours de ses études qu’il fait la connaissance d’Alonso Rodriguez (1531-1617), dont l’expérience missionnaire et la spiritualité déterminent son choix de la mission en terre lointaine. Le « désir des Indes » occupe au début du xviie siècle une grande place dans la dynamique de la mondialisation de l’ordre jésuite. Mais paradoxalement, sa vocation de saint paraît fragile dès l’origine car il est jugé par ses pairs comme un « esprit médiocre ». Dans la notice du Diccionario de los santos (2000), on peut lire : « la valoracion de los superiores es muy negativa : discernimiento inferior a la media ; escasa circunspeccion en los negocios ; mediocre perfil en las letras. Bueno para predicar a los indios ». Il poursuit ensuite des études de théologie au collège de Belen à Barcelone qui se prolongent jusqu’en 1610. Il est alors envoyé à Santa Fe de Bogota, capitale de vice-royaume de Grenade. Il termine enfin sa formation dans le collège jésuite fondé en 1606 transformé en Université Javeriana en 1623. Il est ordonné prêtre à Carthagène le 19 mars 1616. Il devient la « socius » d’Alonso Sandoval (1576-1652), auteur du De instauranda Aethiopum salute, chargé de l’apostolat des esclaves noirs introduits en Amérique du Sud par le port de Carthagène « de las Indias ». Il prononce ses vœux perpétuels le 3 avril 1622. Son vœu personnel était de travailler uniquement pour les « Etiopes », expression qui désigne la force de travail venue d’Afrique : Petrus Claver, Aethiopum semper servus. Il meurt le 8 septembre 1654, en réputation de sainteté, au terme d’une action apostolique étendue sur quarante années. L’héroïcité des vertus de Pedro Claver est reconnue en 1747 par le pape Benoît XIV, la béatification est célébrée en 1851 sous le pontificat de Pie IX. La canonisation du saint a lieu sous le règne du pape Léon XIII, le 15 janvier 1888, le même jour que la canonisation d’Alonso Rodriguez.

9  Compte tenu de l’espace limité de cette communication nous nous permettons de renvoyer à la publication plus complète du dossier et des sources par Gérard Neveu et Pierre-Antoine Fabre, « La extension continental del restablecimiento : la Vuelta de las causas de los santos jesuitas. Continuidad y rupturas de las narraciones hagiograficas », dans Pierre-Antoine Fabre, Elisa Cardenas, Jaime H. Borja, (éd.), La Compania de Jesus en América latina despues de la restauracion : Los simbolos restaurados, Mexico, Universidad Iberoamericana Ciudad de México, 2014, p. 35-123.

10  Voir en particulier Ronald J., Morgan, Spanish Americain Saints and the Rhetoric of Identity (1600-1800) », Arizona University Press, 2002, sur le processus de « créolisation » de la sainteté.

11  Voir Silvana Mostaccio, Early modern jesuits between obedience and conscience during the Generalate of Claudio Acquaviva (1581-1615), Ashgate editor, 2014.

12  Nous avons peu d’informations sur le statut d’hagiographe de ce jésuite originaire de Rennes né en 1693, entré au noviciat en 1708, préfet des études à Paris et à La Flèche. Il meurt à Nantes en 1773. La consultation du volume III de la Bibliothèque de la Compagnie de Jésus par De Backer et Sommervogel (p. 785-787) témoigne des éditions de la vie de Claver entre 1751 (première édition chez Bordelet à Paris) et des éditions successives en 1830, 1834, 1835, 1851 et 1888. C’est là la principale œuvre de ce jésuite.

13  Consulter l’annexe dans laquelle figure le texte complet du prologue de 1751.

14  Voir Pierre-Antoine Fabre et Bernard Vincent (éd.), Missions religieuses modernes. « Notre lieu est le monde », Rome, École Française de Rome, 2007.

15  Geronimo Suarez de Somoza, La Vida del Venerable y apostolico Pedro Claver, 1657, Frontispice.

16  Sur les frontispices des vies de saints, voir Helen Hills, « The face is a Mirror of the soul: frontispices and the production of sanctity in post-tridentine Naples », Art History, vol. 31, 4, septembre 2008, p. 547-573.

17  Voir Antonio Rubial Garcia, Profetisas y solitarios. Espacio y mensajes de una religion dirigida por ermitanos y beatas en la ciudades de Nueva Espana, Mexico, Universidad nacional autonoma de Mexico, 2006 ; Jaime Humberto Borja, « Cuerpo y mortificacion en la hagiografia colonial neogranadina », Theologica Xavieriana, vol. 57, n° 162, 1997, p. 259-286.

18  Jacques Le Brun, chapitre IX, « Horreur et jouissance », Sœur et amante. Les biographies spirituelles féminines du xviie siècle, Genève, Droz, 2013, p. 203-214.

19  Jacques Le Brun, op. cit., p. 203.

20  Christian Biet (éd.), Théâtre de la cruauté et récits sanglants en France (xvie-xviie siècle), Paris, Robert Laffont, 1996 ; Christian Biet, Marie-Madeleine Fragonard (éd.), Tragédies et récits de martyres en France (fin xvie-début xviie siècles), Paris, Garnier, 2009.

21  Fleuriau, op. cit., chapitre V, p. 323-324 et p. 349-350.

22  Ibid., p. 349.

23  Sur la représentation des esclaves et des saints noirs dans l’hagiographie et l’iconographie, consulter A. Martin Casares, M. Garcia Barranco (éd.), La esclavitud negroafricana en la historia de Espana, Siglos xvi y xvii, Grenade, Comares, 2010 ; Victor I. Stoichita, Figures de la transgression, Genève, Droz, 2013, chapitre 5 « L’image du noir », p. 101-134 ; Giovanna Fiume, Il santo moro. I processi di canonizzazione di Benedetto da Palermo (1594-1807), Milan, Franco Angeli, 2002.

24  Fleuriau, op. cit., p. 64-68 : « Triste situation des Nègres : On ne peut exprimer toutes les misères que ces pauvres esclaves ont à souffrir durant tout le cours de la Navigation. On les entasse pêle-mêle au fond des Vaisseaux, sans lit, sans vêtement, & presque sans nourriture, toujours chargés de chaînes, & plongés dans leurs ordures. Tout cela joint à la chaleur du lieu obscur où on les renferme, & à la mauvaise qualité des alimens qu’on leur donne, leur cause des maladies, des plaies, & des ulcères, qui augmentent leur infection naturelle à un tel point, que souvent ils ne la peuvent supporter eux-mêmes. Il n’est point de Bêtes si maltraitées que ces malheureux : de là vient que plusieurs tombent enfin dans le désespoir, & qu’ils aiment mieux se laisser mourir de faim, que de vivre dans un état si déplorable. Il arrive même souvent que quand la vieillesse, ou l’infirmité les a mis hors d’état de travailler & de rendre service, leurs Maîtres les abandonnent impitoiablement à leurs propres misères, comme des Animaux devenus inutiles, sans daigner leur procurer le moindre secours. »

25  Olivier Grenouilleau (éd.), Esclaves, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, p. 8. ; Id., Qu’est-ce que l’esclavage ? Une histoire globale, Paris, Gallimard, 2014.

26  Fleuriau, op. cit., p. 65 : « Comme ils sont de Nations différentes, ils diffèrent aussi de caractère & de langage ; d’où il arrive, qu’on a des peines infinies à les former & à les instruire. Sur les seules Côtes de Guinée on en compte de plus de trente sortes, dont chacune parle une Langue différente. Ceux-ci sont les mieux faits, les plus noirs, les plus courageux, & les plus robustes ; c’est ce qu’on appelle, les Nègres de bon alloi : mais ce sont aussi les plus sauvages, ceux en qui l’on découvre moins de raison, avec une certaine fierté stupide qui les rend presque intraitables. Il y en a d’autres tirés des confins de la Mauritanie qui, sans avoir leurs bonnes qualités, en ont tous les vices & toute l’indocilité. »

27  Ibid.,p. 495-498 : le décret du pape Benoît XIV en réponse à la seconde objection à la reconnaissance de l’héroïcité des vertus justifie ainsi sa décision : « Quoique le Vénérable Serviteur de Dieu se soit comporté d’une manière digne d’éloges, en faisant tous ses efforts, pour empêcher les Nègres nouvellement convertis à la Foi de se livrer, selon la coutume de leur Païs, à des danses indécentes avec des femmes, dans la crainte de les voir, comme il étoit souvent arrivé, retourner à leur vomissement, & s’adonner à des jeux de hasard, où l’expérience faisoit connoître que les juremens, & les imprécations étoient ordinaires ; cependant, il paroît, qu’il s’est quelquefois laissé trop emporter à l’ardeur de son zèle, & qu’il a passé les bornes de Missionnaire, lorsque pour dissiper ces Assemblées défendues, il a frappé les coupables, avec une discipline, & quelquefois avec une clef, qu’il tenoit alors par hasard à la main (le texte de Fleuriau, p. 106, évoque un « Crucifix d’une main, & de l’autre une Discipline dont il frappoit les danseurs (…) »). Mais si l’on fait une sérieuse attention au caractère dur & indomptable des Nègres, à leur naturel féroce, à leur mépris pour les avertissements qu’on leur avoit donnés ; si on considère la douceur du Serviteur de Dieu, manifestée en tant d’autres occasions, tant de marques de son extrême charité, & de sa tendresse envers les Nègres, qui l’ont toujours respecté comme leur Bienfacteur, & leur Père ; si l’on fait réflexion, que jamais ces sortes de corrections n’ont excité la moindre plainte contre lui, on n’y pourra rien trouver à reprendre, rien d’opposé à la douceur, & au devoir d’un Missionnaire. En effet, l’Apôtre saint Paul, qui dans son Epître aux Galates, c. 6, avoit dit, Instruisez en esprit de douceur ; dit lui-même, dans la première aux Corinthiens, c. 4. Viendrai-je à vous, la verge à la main, ou en esprit de charité & de douceur ? Et dans celle à Tite, c. 1, Reprenez-les durement. C’est que, selon la différence des personnes & des pechés, il faut emploier, tantôt la sévérité, & même la punition ; tantôt la douceur, & la mansuétude. L’Apôtre jugea, qu’on devoit user de charité, & de douceur avec les Galates, de réprimande & de correction avec les Corinthiens, & les Crétois ; parce que les Galates, quoique pécheurs, reconnoissoient leur mal, & se livroient au Médecin pour être guéris ; les Corinthiens au contraire, insensibles à leurs désordres, refusoient de se soumettre à leurs Maîtres, & à la correction de la Pénitence ; & les Cretois étoient menteurs, méchans, & paresseux.» Sur cette thématique de la violence, lire Antonio Rubial Garcia, La Justicia de Dios. La violencia fisica y simbolica de los santos en la historia del cristianismo, Madrid, Trama Editorial, 2011.

28  O. Grenouilleau, Les Traites négrières, Paris, Gallimard, Folio-Histoire, 2004, p. 319-320.

29  Voir Gianni La Bella, « Léon XIII et la bataille anti-esclavagiste », dans P. Levillain et Jean-Marc Ticchi (éd.), Le Pontificat de Léon XIII, Rome, école Française de Rome, 2006, p. 251-264 ; C.A. de Moura Ribeiro Zeron, Ligne de foi. La Compagnie de Jésus et l’esclavage dans le processus de formation de la société coloniale en Amérique portugaise (xvie-xviie siècles), Paris, Honoré Champion, 2009, p. 18-30.

30  In plurimis, dans Enchiridion delle encicliche, leone XIII 1878-1903, III, Bologne, 1997, p. 1481.

31  Voir Claude Prudhomme, Stratégie missionnaire du Saint-Siège sous Léon XIII (1878-1903), Rome, École Française de Rome, 1994 ; Philippe Joutard, P. Boutry, D. Julia (éd.), Histoire de la France religieuse, t. 3, « Du Roi très chrétien à la laïcité républicaine (xviiie-xixe siècle) », Paris, Seuil, 1991.

32  La bataille antiesclavagiste de l’Église catholique au xixe siècle se divise en deux phases selon G. La Bella : la première, de 1873 à 1881, et la seconde, de 1888 à 1890.

33  Voir l’annexe n° VIII dans P. Sola, Vida de San Pedro Claver, op. cit.,p. 565-575.

34  Voir la postface d’Alphonse Dupront au livre d’Émile Poulat, Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste, Paris, Albin Michel, 1996, p. 721-733.

35  Voir Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, traduction de Jean-Pierre Grossein, Paris, Gallimard, 2003, à compléter par Michaël Löwy, La cage d’acier. Max Weber et le marxisme wébérien, Paris, 2013 ; M. Foessel, Après la fin du monde. Critique de la raison apocalyptique, Paris, Seuil, 2012.

36  Voir Giorgio Agamben, De la très haute pauvreté. Règles et forme de vie, Paris, Payot, 2011.

37  Cette évolution n’a pas échappé à l’attention d’un esprit critique comme Romain Rolland qui note dans son Journal de Vézelay : « Mardi 6 mai 1941 : […] le christianisme a si peu ruiné l’esclavage, qu’il le défendait encore au xixe siècle, contre les anti-esclavagistes américains. En 1845, un gouverneur des États du Sud écrivait : “L’antiesclavagisme est le fruit d’un rationalisme odieux, qui place l’intelligence humaine au-dessus de la parole de Dieu.” - Et en 1863, cent ecclésiastiques de toutes confessions, publiaient un manifeste : - ‘‘ […] Nous considérons l’abolitionnisme comme une intervention dans les plans de la Providence divine. Nous déclarons en présence de Dieu que le rapport de maître à esclave n’est pas irréconciliable avec notre sainte foi...’’ » (Romain Rolland. Journal de Vézelay, 1938-1944, édition de Jean Lacoste, Paris, Bartillat, 2e édition, 2012, p. 600).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://dossiersgrihl.revues.org/docannexe/image/6405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Neveu, « La fabrique d’un saint missionnaire jésuite dans la longue durée (xviie, xviiie et xixe siècles) : Pedro Claver (1580-1654) entre rhétorique, théologie et histoire », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2015-01 | 2015, mis en ligne le 29 novembre 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6405 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6405

Haut de page

Auteur

Gérard Neveu

Gérard Neveu (Agrégé d’histoire, Docteur en histoire de l’EHESS, 2011, membre associé au CARE et au CÉSOR)
- « Le discours hagiographique dans l’Europe catholique du Moyen Âge à l’époque contemporaine (xiiie-xxe siècle) : Théologie, rhétorique, histoire. », thèse de Doctorat d’histoire de l’EHESS soutenue le 5 juillet 2011 sous la direction de Pierre-Antoine Fabre.
- “La extension continental del restablecimiento: la vuelta de las causas de los santos jesuitas. Continuidad y rupturas de las narraciones hagiograficas”, écrit en collaboration avec Pierre-Antoine Fabre, dans Pierre-Antoine Fabre, Elisa Cárdenas Ayala et Jaime-Humberto Borja Gomez (dir.), La Compañía de Jesús en América latina después de la Restauración: los símbolos restaurados, Ciudad de Mexico, Pontificia Universidad Javeriana – Universidad Iberoamericana, 2014, volumen 5, p. 35-123.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page