Navigation – Plan du site

« D'autant que qui suis-je pour parler des saints ? » Joseph Delteil hagiographe ?

Aude Bonord

Résumés

Pour un auteur non confessionnel, se référer à la vie d’un saint ou réécrire une hagiographie pose le problème du transfert d’un genre religieux dans le champ littéraire. Dès lors, il est amené, parfois indirectement ou malgré lui, à définir son statut d’hagiographe, car sa réception en dépend. En effet, il pénètre à la fois dans le domaine religieux et dans le domaine des sciences humaines avec le double inconvénient d’être artiste et incroyant.
À l’heure où le groupe des écrivains catholiques tentait d’affirmer son influence dans les arts, le surréaliste Joseph Delteil se trouva au cœur d’une vive polémique au moment de la parution de sa Jeanne d’Arc en mai 1925. L’un des griefs portait sur sa légitimité à écrire la vie d’une sainte, alors qu’il n’était ni théologien, ni historien, ni même écrivain catholique. Il écrivit quelques mois plus la tard la matrice d’une vie de François d’Assise qu’il développa et publia en 1960. À partir de l’étude de la réception de cette œuvre, nous verrons si la controverse sur le statut d’hagiographe de Delteil s’est posée dans les mêmes termes que pour Jeanne d’Arc. En réalité, il reste un hagiographe problématique et tente toujours de définir une place atypique en se référant au jongleur médiéval.

Haut de page

Texte intégral

1Pour un auteur non confessionnel, se référer à la vie d’un saint ou réécrire une hagiographie pose le problème du transfert d’un genre religieux dans le champ littéraire. Dès lors, il est amené, parfois indirectement ou malgré lui, à définir son statut d’hagiographe, car sa réception en dépend. En effet, il pénètre à la fois dans le domaine religieux et dans le domaine des sciences humaines avec le double inconvénient d’être artiste et incroyant. À l’heure où le groupe des écrivains catholiques tentait d’affirmer son influence dans les arts, le surréaliste Joseph Delteil se trouva au cœur d’une vive polémique au moment de la parution de sa Jeanne d’Arc en mai 1925. L’un des griefs portait sur sa légitimité à écrire la vie d’une sainte, alors qu’il n’était ni théologien, ni historien, ni même écrivain catholique.

2Quelques mois après cette bataille qui mobilisa critiques confessionnels et non confessionnels, de droite ou de gauche, orthodoxes ou avant-gardistes, Delteil publia en octobre, dans la revue le Navire d’argent, un Discours aux Oiseaux par saint François d’Assise. Signe de son importance pour l’auteur, ce texte a été tiré à part en janvier 1926 aux éditions des Cahiers Libres, puis repris quasi intégralement dans Mes Amours… (spirituelles…) en 1926 et dans le recueil En Robe des champs en 1934. Il devint enfin un chapitre de son François d’Assise, publié en 1960.

3À partir de l’étude de la réception de cette œuvre, nous verrons si la controverse sur le statut d’hagiographe de Delteil s’est posée dans les mêmes termes que pour Jeanne d’Arc. En réalité, il reste un hagiographe problématique et tente toujours de définir une place atypique.

Delteil, un hagiographe problématique

4Au regard du statut traditionnel de l’hagiographe théologien, ou du moins orthodoxe, la légitimité d’un auteur non confessionnel pour investir un genre religieux n’est toujours pas acquise en 1960.

5Lorsque le Discours aux oiseaux paraît en 1925, la méfiance était bien entendu à son comble vis-à-vis de Delteil. Il était l’homme du scandale de Jeanne d’Arc. Le Père Louis de Gonzague le rappelait dans les Études franciscaines :

[…] son attitude d’écrivain donne à croire qu’il a adopté ce genre [l’hagiographie] pour faire sa trouée, s’imposer à l’attention du public, quitte à passer de l’autre côté de la barricade, quand il sera définitivement reçu, lauré, lu et le reste.

  • 1  P. Louis de Gonzague, Études franciscaines, no 218, septembre-octobre 1926, p. 510 et 519.
  • 2  Ibid., p. 511.

Selon lui, « traitant un sujet qu’évidemment il ignore », il ne pouvait produire qu’une « caricature déplaisante » due à « une démangeaison d’excentricité, compliquée d’un désir de réclame, deux sentiments (?) jugés également nécessaires pour la bonne marche des affaires de librairie1. » Dans le contexte particulièrement riche en publications des célébrations du septième centenaire de la mort du Poverello, Delteil était accusé de vouloir réitérer le succès de scandale qu’il venait d’obtenir avec Jeanne d’Arc. De plus, en passant à côté de la « surnaturalité » du saint, l’écrivain non confessionnel ne pouvait pas « pénétr[er]2 » son personnage. Le critique catholique reprenait la plupart des griefs soulevés contre l’œuvre précédente de Delteil.

  • 3  Charles Camproux, « La langue et le style des écrivains : Joseph Delteil, François d’Assise », Let (...)
  • 4  Robert Kanters, « Œuvres complètes de Joseph Delteil », La Revue de Paris, février 1962, p. 130.
  • 5  Recension sur François d’Assise, [s. n.], Figaro littéraire, 6 février 1960 p. 15.
  • 6  Jean Rousselot, « Delteil nous revient », Marginales, Revue bimestrielle des idées et des lettres, (...)

6En 1960, l’atmosphère était beaucoup plus apaisée, même si un critique littéraire s’attendait à des « fins de non-recevoir absolues3 » de la part des catholiques. En réalité, très peu de critiques se souvinrent que François d’Assise avait été amorcé dès 1925. Delteil n’était plus identifié comme l’auteur de Jeanne d’Arc, il était au contraire bien oublié dans sa retraite près de Montpellier. C’est « un naufragé de la littérature », pour reprendre l’expression de Robert Kanters : « pour beaucoup, Delteil n’est plus qu’un nom, et encore.4 » Le critique rappelait son absence ou sa place très mineure dans les histoires littéraires récentes. Sa vie de François d’Assise devrait, dès lors, provoquer moins de remous parmi les critiques. Son appartenance au groupe surréaliste était, d’une part, fortement minorée. D’autre part, le groupe des écrivains catholiques n’avait plus le même poids sur la scène littéraire que dans les années 1920. Delteil ne représentait plus ni un enjeu stratégique de conversion, comme pour Jacques Maritain en 1925, ni une figure-repoussoir d’usurpateur. Il n’était d’ailleurs plus vraiment opposé à l’écrivain catholique, certains critiques le rapprochant même de Bernanos5 et de Claudel6, ce qui aurait paru impensable au moment de la parution de Jeanne d’Arc.

  • 7  « François avait 27 ans », Témoignage chrétien, n° 807, 25 décembre 1959, p. 18. 
  • 8  « D’autant que qui suis-je pour parler des saints ? Certes je suis catholique, apostolique et roma (...)
  • 9  Fr. Ignace-Etienne Motte reconnaît « l’amour évident, […] la passion avec lequel ce livre a été éc (...)
  • 10  P. Wilibrord, o. f. m. cap., Études franciscaines, nouvelle série, n° 26, juillet 1961, p. 107.
  • 11 Ibid.
  • 12  Ivan Gobry, art. cit., p. 100.

7Pourtant, les rigidités persistent. L’ouverture du genre hagiographique, majoritairement illustré par des ecclésiastiques, au public et aux écrivains non confessionnels divisait encore les catholiques. L’idée que la foi garantirait l’authenticité du récit demeurait en filigrane dans le discours critique confessionnel. Or, Delteil n’était toujours pas considéré comme un écrivain catholique, alors qu’il avait maintenu et même accentué son attitude ambiguë des années 1920. Il avait en effet prépublié un extrait de François d’Assise dans la revue Témoignage chrétien7, à laquelle son ami catholique Robert Morel collaborait, et il publia son œuvre à la fois chez Flammarion et au Club du livre chrétien dirigé par cet ami. De plus, dans la première version de sa préface, il s’était défini en catholique, mais en marge de l’institution8. L’absence de cette préface dans l’édition confessionnelle était sans doute la marque d’une gêne vis-à-vis de ce statut atypique. D’ailleurs, lorsque les Cahiers de vie franciscaine le contactèrent dans le cadre d’un dossier consacré à la sympathie des écrivains contemporains pour saint François, ils s’adressaient à un non confessionnel en vue d’expliquer son attirance pour le saint. Aux yeux des catholiques, Delteil apparaissait donc toujours illégitime à écrire une hagiographie. Si ses critiques les plus sévères lui reconnaissaient une certaine sincérité9, ce qui n’était pas le cas pour Jeanne d’Arc, ils le condamnaient encore de manière virulente. Le Père Wilibrord des Études franciscaines « hésiterait à recommander ce livre […] à qui ne pourrait faire cette gymnastique corrective de “lecteur averti” » pour « redresser ce qui est tordu10 ». Ivan Gobry, pour la revue Les Amis de saint François, achevait sa longue recension en invitant Delteil à « un autodafé de ce livre qui emprisonne ce grand saint dans de si étroites dimensions. Libérez saint François de ce faux témoignage », s’exclamait-il. Pour le frère Motte de La Vie franciscaine, c’était un « livre indéfendable11 » et choquant. Ces deux derniers condamnaient d’ailleurs le Club du livre chrétien. Gobry s’offusquait ainsi : « On se demande selon quels critères le comité de lecture de cette maison justifie son étiquette12 ». L’appartenance incertaine de Delteil à la religion catholique lui interdisait toujours l’accès à un sujet spirituel. En 1960, cependant, seuls les critiques catholiques alimentèrent la polémique. Sans doute François cristallisait-il moins d’idéologies divergentes que Jeanne d’Arc, autant revendiquée par les laïcs que par les catholiques. Par ailleurs, Delteil n’était plus sur le devant de la scène et ne se trouvait donc plus au cœur d’enjeux liés à la conquête du champ littéraire qui opposaient écrivains catholiques et avant-gardistes dans l’entre-deux-guerres.

8Les griefs retenus contre François d’Assise restaient donc tous en lien avec l’hétérodoxie blâmable de l’hagiographe.

  • 13  Ibid., p. 108.
  • 14  Ignace-Étienne Motte, art. cit.
  • 15  « Oui, c’est bien l’accent de saint François et qui eût ravi Teilhard ! », Jean Mambrino, « Joseph (...)

Les critiques reprochaient à Delteil un style inapproprié à son sujet. Gobry dénonçait « la grossièreté » et « la vulgarité13 » de l’expression. Pour Motte, c’était le premier obstacle auquel se heurtaient les lecteurs : « Ils seront choqués par le style, évocateur et colorié certes, mais aussi volontairement cru et grossier, ainsi que par les images osées qui, dans un certain contexte sacral, font au moins figure de faute de goût14. » En 1925, ses soutiens mêmes déploraient souvent le « mauvais goût » inhérent à l’audace de sa langue. En 1960, ce point divisait davantage les critiques. Les défenseurs de l’écrivain voyaient en effet dans l’oralité une marque de poésie. La langue orale était désormais admise dans la langue littéraire et la révérence due au personnage avait sans doute perdu de sa pertinence dans un contexte de déchristianisation avancé. De ce point de vue, l’ouverture de la revue jésuite Études15 faisait figure d’exception et n’arriva qu’en 1977. La plupart des dévaluations du style de Delteil émanaient des critiques catholiques pour des raisons avant tout morales.

  • 16  Ignace-Étienne Motte, art. cit.
  • 17  « Tous les personnages les plus vénérables de l’Église sont, de parti pris, ridicules ou nocifs. [ (...)

9C’était ensuite la vision négative de l’institution ecclésiastique qui apparaissait incompatible avec le genre et le statut de l’hagiographe. Motte dénonçait des « pages inacceptables qui traitent des relations de François avec l’Église, lors de la crise de l’Ordre naissant ; c’est là le point, délicat entre tous, où se joue le drame de la sainteté ; or, nous trouvons des pages sur l’Église que François n’aurait pas tolérées un instant16. » Gobry confrontait sur ce point Delteil aux sources franciscaines (Les trois compagnons, Bonaventure, Celano)17. L’image d’un saint François en opposition par rapport à l’institution, fortement dénoncée dans les années 1920, apparaissait ici encore comme l’erreur qui dénuait François de toute sainteté et dénaturait le genre. Elle faisait d’ailleurs écho au statut hétérodoxe que Delteil avait défini pour lui-même dans sa préface. L’hagiographie n’était donc toujours pas conçue comme un genre littéraire où les droits de l’imagination émanciperaient l’auteur des discours des ecclésiastiques ou des historiens, les deux semblant se confondre dans l’esprit des critiques catholiques.

  • 18  Marie-Josèphe Rustan, « Du surréalisme à saint François d’Assise », Signes du temps, n° 8-9, août- (...)
  • 19  Ivan Gobry, art. cit., p. 106.
  • 20  Voir Wilibrord, art. cit., Gobry, art. cit., p. 101 et Marie-Josèphe Rustan, art. cit.

10Delteil se vit donc reprocher sa vision dissidente du saint : sa définition de la pauvreté n’était pas assez ascétique et l’écrivain refusait « le poids du péché originel » dans un portrait beaucoup trop joyeux du saint, selon Marie-Josèphe Rustan de la revue chrétienne Signes du temps18. Gobry dénonçait une « profanation19 » du saint dont la chasteté était mise en cause. La libération de toute contrainte, chantée par Delteil, lui paraissait par ailleurs contradictoire avec la vertu d’obéissance et sa critique du noviciat et de la science était jugée comme une erreur de perspective. Ce fut surtout la substitution ou la confusion de l’instinct avec la Grâce qui indigna unanimement les catholiques20. Ce grief rappelait le point d’achoppement majeur de la réception de Jeanne d’Arc, y compris pour ceux qui l’avaient soutenu comme Maritain. Ce dernier avait en effet émis pour seule réserve la nécessaire incomplétude d’une vie de saint dénuée d’une approche théologique.

11La difficulté pour un hagiographe littéraire, non confessionnel en outre, à trouver sa place n’est finalement pas levée. Bien que la polémique entre les catholiques soit moins virulente à ce sujet que dans les années 1920, les partisans de l’ouverture ne sont pas devenus majoritaires. Les adversaires de Delteil s’enfermaient ainsi dans une attitude de repli et d’opposition par rapport à une société perçue comme indifférente, voire hostile, à leurs principes. Gobry répliquait dans cette perspective à la préface de Delteil qui destinait son livre aux « agnostiques, libres-penseurs, communistes » :

  • 21  Ivan Gobry, art. cit., p. 108.

Ce qu’il faut, c’est un saint François non pas pour la jeunesse perdue, mais contre elle : un François qui lui apporte l’éblouissement de la sainteté.21

Le débat autour du statut d’hagiographe de Delteil masquait, en réalité, un débat plus large sur la position des catholiques au sein d’une société détachée de ses racines chrétiennes et sur le rôle de l’exemplarité du saint dans un tel contexte.

12Enfin, critiques confessionnels ou non reprochèrent à Delteil de mêler le saint au « naturisme », une utopie qui leur paraissait étrangère à François d’Assise. Les catholiques s’en offusquaient, parce que, selon eux, Delteil réinterprétait les vertus chrétiennes sous un angle naturiste, faisant glisser l’hagiographie vers un érotisme ou un panthéisme inadmissibles :

  • 22  Ignace-Étienne Motte, art. cit.

Sa libération par l’Évangile s’apparente fort à un certain naturisme, voire même végétarisme, “la religion de la chlorophylle” (pp. 65, 95). Cela nous vaut des pages très équivoques sur le corps, sur l’amour humain, sur les relations de François avec Claire ou frère Jacqueline. L’on nous montre longuement François et ses frères amoureux de la nature, où ils vivent “en liberté” ; on ne nous les montre pas pressés d’user jusqu’à leurs dernières forces à annoncer à tous l’amour de Jésus pour les hommes.22

  • 23  Ivan Gobry, art. cit., p. 101.
  • 24  Figaro littéraire, 6 février 1960, art. cit.
  • 25  Jean Rousselot, art. cit., p. 25-26.
  • 26  Ivan Gobry, art. cit., p. 105.
  • 27 Ibid., p. 101.

13Les critiques catholiques se plaçaient sur le plan religieux en dénonçant la dénaturation d’un saint en « homme, le plus naturel23 », renouant avec la critique de Jeanne d’Arc en 1925. Tous les critiques s’accordaient néanmoins à voir dans le livre de Delteil « un cri de foi naturiste », pour reprendre le terme de Gobry. Les critiques de revues non confessionnelles désignaient presque tous cette confusion entre panthéisme et christianisme comme l’une des faiblesses du livre, surtout lorsque Delteil citait pêle-mêle Krishnamurti, Lanza del Vasto, Guénon, Gurdjieff et Ghandi. Cependant, contrairement au point de vue des catholiques, cela ne constituait pas forcément, à leurs yeux, un obstacle à la reconnaissance du genre hagiographique. Bien que déplorant le rattachement de Delteil au « naturisme communautaire », le Figaro littéraire déclarait que « c’est quand même une hagiographie, conforme dans le fond, et surprenante dans la forme24. » Rousselot y vit, quant à lui, le signe que « pour Delteil, François est le plus universel des Saints et peut-être le patron de l’église œcuménique future25. » Pour les catholiques, le syncrétisme de Delteil n’était pas un œcuménisme. Ils envisageaient la sanctification de la nature comme une « interprétation païenne26 » du saint qui le rapprocherait davantage du bouddhisme, des philosophies antiques, d’un primitivisme douteux excluant la référence au Christ. Outre un point de vue incompatible avec celui d’un hagiographe, ils rejetaient l’image édulcorée du saint. Tous reprochèrent à Delteil d’occulter les topoï hagiographiques de la conversion et de la pénitence, « le côté pénible, crucifiant de la vocation franciscaine » au profit d’un portrait de « gai luron » qui « pratique le camping27 », pour reprendre les mots de Gobry qui concluait, après avoir cité les sources franciscaines :

  • 28 Ibid., p. 103.

Il y a loin de ce mépris, de cette méfiance, de cette douleur devant l’abjection du corps, à cette tranquille sérénité du François nu comme un ver du reportage 1960 […]. Certes, François a dû gambader, laisser libre cours à son cœur et à ses jambes : mais cette unique attitude, sans le salutaire contrepoids de la pénitence (qui donne au reste toute son innocence), n’a rien à voir avec la sainteté.28

  • 29  Robert Kanters, art. cit., p. 139.

14Les catholiques ont retenu de la préface ce qui alimentait leur critique. Delteil y refusait l’inscription de son œuvre dans le genre hagiographique pour éviter d’éveiller les mêmes polémiques que pour Jeanne d’Arc. Le choix incongru du « reportage » ne l’en prémunit pas davantage que celui de l’épopée en 1925. Par ailleurs, son affirmation en tant que catholique ne lui valut que la reconnaissance d’une certaine bonne foi, mais ne fut pas vraiment prise au sérieux. Les revues ou journaux non confessionnels, de leur côté, apprécièrent la truculence de l’auteur, l’image du saint centrée sur la joie, mais ils classaient de la même façon Delteil en naturiste, soulignant souvent sa référence à Rousseau qui l’éloignait du christianisme et de ses contemporains. Robert Kanters y vit l’une des raisons de l’isolement de Delteil dans la littérature de son temps29. L’écrivain restait, aux yeux de la critique, un inclassable en marge de toute institution, littéraire et religieuse.

  • 30  Joseph Delteil, « François mon ami », Les Nouvelles littéraires, n° 1692, 4 février 1960, p. 1.
  • 31  Arnaud Baubérot, Histoire du naturisme, Le mythe du retour à la nature, Rennes, Presses universita (...)

15Ce caractère atypique lui valut en effet une marginalisation durable dans le monde des lettres. Comme dans les années 1920, l’écrivain revendiquait une position singulière et refusait simultanément toute attitude de conflit avec les catholiques. Il se présentait ainsi en « laïc amoureux » du saint dans sa lettre aux Cahiers de vie franciscaine. Cette définition permettait de le distinguer de l’hagiographe religieux et sans doute de l’écrivain confessionnel. Il adopta d’ailleurs, y compris pour lui-même, le néologisme « françoisier » plutôt que franciscain, par humilité, mais aussi par souci de marquer son indépendance vis-à-vis de l’ordre. Dans le même temps, il nia toute volonté de choquer et pratiqua les mêmes autocensures qu’en 1925 en supprimant sa préface dans l’édition du Club du livre chrétien et en la réduisant considérablement pour la parution des Œuvres complètes en 1961, où il pouvait pourtant choisir de la maintenir. Tous les passages pointés du doigt par les critiques furent ôtés, en particulier ceux qui avaient alimentés la critique du naturisme. Là encore, Delteil fuyait une étiquette. S’il ne cacha jamais son admiration pour Rousseau depuis les années 1920, il se défendit rapidement de présenter le saint en porte-drapeau du courant naturiste, par ailleurs multiforme, apparu dès le début du xxe siècle, très vivant dans l’entre-deux-guerres et réactivé par le mouvement hippie : « Mais plutôt qu’un retour à la nature – mot équivoque, romantique, suspect – il y a là un retour à la terre, à la primitive terre d’Adam30. » La formule associait avec ambiguïté primitivisme et référence à l’Ancien Testament. Cependant, dans l’esprit de Delteil, elle clarifiait sa position, proche de la foi simple de son enfance paysanne et non de ce courant assez hétérogène qui revendiquait, comme lui, « la critique du progrès et le projet de régénérer l’homme par la nature » avec en filigrane « la nostalgie du paradis perdu31 », mais sans arrière-plan chrétien. Par sa mise au point, Delteil tentait, d’une part, d’apaiser les conflits, et tenait, d’autre part, à garder sa liberté vis-à-vis de tout groupe. Cependant, sa stratégie d’ouverture à tous les courants susceptibles de le porter semble échouer précisément parce qu’elle refuse de prendre une position tranchée.

  • 32  Voir par exemple Charles Camproux, art. cit., et Jean Rousselot, art. cit.
  • 33  Ivan Gobry, art. cit., p. 106.

16En revanche, Delteil n’est plus remis en cause dans son statut d’hagiographe par rapport à l’hagiographe historien. Si on lui avait reproché des anachronismes et des inexactitudes dans le texte de 1925, ce point n’était plus soulevé par la critique en 1960. Elle fit bien la distinction entre le personnage fictif de Delteil et le personnage historique32. À l’heure du Nouveau Roman et de l’existentialisme, le décloisonnement des catégories génériques et disciplinaires était sans doute devenu la norme. De plus, le genre hagiographique n’étant plus en vogue en littérature, contrairement aux années 1920, il ne cristallisait sans doute plus les conflits de frontières entre sciences humaines et littérature. Pour cette même raison, les catholiques ne voyaient sans doute plus dans l’indulgence vis-à-vis de Delteil la possibilité de rétablir leur influence, ou du moins leur audience dans la société et le monde des arts. Dès lors, seuls les critiques confessionnels opposaient le saint de Delteil aux sources franciscaines pour dénoncer, à l’image de Gobry, un « faux témoignage ». Le critique des Amis de saint François n’admettait pas la transformation d’un saint en héros de roman, déplorant un saint François décrit comme « un héros de cinéma américain33 ». Pour lui, la « biographie romancée » pratiquée par Delteil était inappropriée au saint. L’hagiographie devait rester cantonnée dans le domaine de la littérature spirituelle.

17Face aux deux statuts traditionnels de l’hagiographe, Delteil construit une posture fantaisiste où l’arbitraire de l’invention artistique domine. En réalité, c’est surtout avec le statut oral et populaire du conteur qu’il entend renouer en se fondant sur des légendes.

La définition d’un statut fantaisiste : le « jongleur »

18En effet, justifiant sa démarche dans sa réponse aux Cahiers de vie franciscaine, Delteil se définit à la fois en dehors des champs religieux et scientifique :

  • 34  Lettre de Joseph Delteil, Cahiers de vie franciscaine, n° 31, 3e trimestre 1961, p. 135.

Mon seul propos a été, comme du dehors, en laïc amoureux, de chanter saint François de tout mon cœur et selon mes moyens, qui sont plutôt de jongleur, de poète…34

  • 35  Joseph Delteil, « Pourquoi j’aime saint François » (ibid., p. 142).
  • 36  Joseph Delteil, François d’Assise, op. cit., p. 6.
  • 37  Selon Paul Zumthor, La Lettre et la voix de la « littérature » médiévale, Paris, Seuil, coll. Poét (...)
  • 38  7e feuillet joint au manuscrit de François d’Assise, recensé sous la cote JDI. 2 (microfilm) dans (...)
  • 39  Selon Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, coll. Poétique, 1972, p. 67.
  • 40  Ibid.
  • 41  « Ceci n’est donc pas une hagiographie, à peine biographie… plutôt une romance, une rhapsodie, l’a (...)
  • 42  Sur cette question, nous nous permettons de renvoyer à notre article « L’hagiographie et le report (...)

Il fit de même pour son personnage, opposant un « saint François de l’art » au saint « objectif, scientifique, orthodoxe » « de l’Histoire et de l’Église »35. Cependant, le modèle choisi du « jongleur », non seulement pour l’hagiographe mais pour l’artiste, ne relève pas uniquement du goût de Delteil pour l’anachronisme. Dans la première version de sa préface, il s’était déjà présenté comme le « petit jongleur de saint François36 ». Par ce statut inattendu, il renvoie tout d’abord à la forme première, c’est-à-dire orale, de l’hagiographie. Il ne s’affranchit pas seulement d’un statut savant en affirmant la primauté de l’imagination, il s’écarte de la définition traditionnelle de l’écrivain, liée à l’écrit, à l’homme de lettres, au beau style. À l’image du jongleur, l’écrivain doit, pour Delteil, inscrire la poésie dans l’espace social par la présence d’une voix37. Dès le manuscrit, il s’était donné pour modèle les « grosses grâces du conteur des veillées » associées aux « chants de village38 » qui rappellent en contexte occitan le récitant médiéval. Ce dernier était d’ailleurs réputé pour ses apostrophes aux auditeurs39, l’une des caractéristiques du style de Delteil dans ses vies de saints et, en particulier, dans François d’Assise. Paul Zumthor signale à ce propos que, dans certains textes, « l’intervention a la valeur d’une clause rhétorique de véracité40 » et donne l’allure d’un témoignage. Or, c’est bien cette posture, conforme à celle de nombreux hagiographes médiévaux ayant vécu dans le compagnonnage du saint, que prend Delteil dans l’incipit de François d’Assise : « j’y étais, je l’ai vu41 ». Il la modernise à travers le statut du reporter42, autant à la marge que l’hagiographe qui n’a pas la foi.

  • 43  Figaro littéraire, 12 février 1960, art. cit.

19Par ailleurs, en mettant le cœur systématiquement en avant, Delteil ne s’oppose pas seulement à la science de l’hagiographe historien. Il revendique les droits de la subjectivité, justifiant d’une part ses extrapolations, soulignées par la critique qui le peint en « troubadour truculent43 », d’autre part le rapport de proximité qu’il entretient avec son personnage au point de s’y identifier. Il ne s’en cache pas dans ce même article pour les Cahiers de vie franciscaine :

  • 44  Joseph Delteil, « Pourquoi j’aime saint François », art. cit., p. 143-144.

En ce qui concerne mon Saint François, si j’ai tant insisté sur son côté sylvestre, sur sa cabane, n’est-ce pas parce qu’à l’horizon de ma vie aussi il y a une cabane ! Mon père […] était bûcheron […]. Dans ce contexte, comment d’emblée la cabane de saint François ne me serait-elle pas entrée dans le cœur à pleines voiles, au risque de prendre toute la place, et d’y faire ombre à d’autres traits sans doute plus catholiques… Et voilà comment on devient sans le savoir scandaleux ou immoral44 !... 

20Il revendique le droit pour l’hagiographe de mêler ses propres traits à ceux du saint. Sa description de François rappelle d’ailleurs à maints égards celle du jongleur : menant une existence errante, se traitant lui-même de fou et en délicatesse avec l’Église pour ses discours parfois proches de ceux du prêcheur. François figure alors autant un modèle à imiter, comme pour l’hagiographe traditionnel, qu’un moi idéal.

  • 45  « Paris est ma bête noire, je suis un sauvage… » affirme-t-il dans son entretien avec Maurice Chap (...)
  • 46  Henri Baconnier, « Écrivain très connu et vigneron obscur. Le romancier Joseph Delteil détruit la (...)

21Dans ses entretiens, Delteil ne manque d’ailleurs pas de construire pour lui-même une posture d’écrivain franciscain, ressentant le « besoin de filer dans la forêt » pour écrire et s’y relire à haute voix, vivant modestement en pleine nature à l’écart des milieux littéraires parisiens45. Cette identification, déjà affirmée en 1925 par la formule « Jeanne d’Arc, c’est moi ! » et qui fut à l’époque source d’ironie ou de virulente critique, est désormais entérinée par les journalistes. Au moment de la parution de ses œuvres complètes, un an après François d’Assise, Henri Baconnier décrivit l’écrivain comme un « homme obstiné, qui cache sous un masque de douceur franciscaine, une âme de mystique espagnol46 ». Son confrère, Maurice Chauvet allait plus loin, en interprétant la sélection drastique opérée par Delteil parmi ses œuvres dans ce volume, pour n’en retenir que six, comme un « élan d’humilité franciscaine » :

  • 47  Maurice Chauvet, « Un événement littéraire. La publication des “Œuvres complètes” de Joseph Deltei (...)

Mais on ne m’ôtera pas de l’idée que c’est là un coup du Père François, celui d’Assise ; il rappelle la façon dont le futur Poverello se dépouilla de ses vêtements sur la grand’place de sa ville et apparut nu au grand ébahissement et scandale du peuple assisois.47

  • 48  Entretien de Marie-Charlotte Bouton avec Delteil : « Naturel, pauvre, libre, l’homme Delteil », La (...)
  • 49 Ibid., p. 25.
  • 50  Ivan Gobry, art. cit., p. 108.

Une dizaine d’années plus tard, quand Delteil revendiquait encore son amour pour le saint auprès du magazine chrétien La Vie, la journaliste n’hésita pas à reprendre dans son titre, appliqués à l’écrivain, les qualificatifs que celui-ci donnait dans son entretien pour définir la mission de l’homme sur terre selon saint François : « Naturel, pauvre, libre, l’homme Delteil48 ». La journaliste cautionnait complètement l’image de Delteil en disciple de saint François. Il se décrivait d’ailleurs de la même manière que son personnage : « J’ai voulu tout simplement rejoindre la nature, vivre innocemment, c’est-à-dire être un saint "naturel"49. » En 1977, Delteil est presque canonisé par cette revue catholique, qui le présente en écrivain croyant et appuie le parallèle avec le saint. Sa position tranche avec les sarcasmes de Gobry à propos d’« un écrivain qui aime tant saint François, sans aimer la sainteté50 ».

22Le personnage Delteil se confond désormais avec l’homme, la relecture hagiographique de sa vie est curieusement passée de l’autofiction au discours biographique. De facéties en facéties, à défaut d’obtenir une place reconnue dans l’histoire littéraire, Delteil a réussi à imposer une posture.

  • 51  Marie-Josèphe Rustan, « Le “François d’Assise” de Delteil », Les Cahiers du sud, no 355, avril-mai (...)
  • 52  Émile Bouvier, « Du "Choléra" à “Saint François d’Assise” », Midi libre, lundi 18 janvier 1960, p. (...)

23En définitive, un romancier-hagiographe reste un statut problématique pour un public catholique, car l’imagination s’accommode mal d’orthodoxie. D’ailleurs, les déclarations de l’écrivain lui-même, qui n’hésite pas à se définir comme catholique, même à la marge, ne suffisent pas à obtenir l’étiquette d’écrivain confessionnel. De plus, en 1960, les critiques peinent désormais à identifier le genre hagiographique qui n’est plus développé par les écrivains catholiques, groupe par ailleurs en voie de disparition. Par conséquent, s’ils hésitent toujours à classer l’œuvre dans un genre, ils s’orientent davantage vers des catégories floues sous leur plume : le lyrisme ou la littérature d’idées, plus courante à l’époque. Ils usent en effet de terminologies vagues : Marie-Josèphe Rustan, dans une revue chrétienne, parle de « littérature militante51 », Émile Bouvier évoque un « existentialisme deltélien52 » lyrique. De même, si l’oralité n’est plus liée à l’oralisation scandaleuse de la langue littéraire, comme en 1925, elle n’est pas davantage perçue comme une trace de la forme légendaire ; ce sont pourtant les références de Delteil. En somme, le changement du contexte littéraire et la méconnaissance patente des critiques non confessionnels pour le genre hagiographique, impliquent un effacement du débat autour du statut d’hagiographe. Delteil put alors progressivement imposer sa posture d’écrivain franciscain, ou plutôt « françoisier », sans s’attirer l’ironie des uns ou les dénonciations d’imposture des autres.

Haut de page

Notes

1  P. Louis de Gonzague, Études franciscaines, no 218, septembre-octobre 1926, p. 510 et 519.

2  Ibid., p. 511.

3  Charles Camproux, « La langue et le style des écrivains : Joseph Delteil, François d’Assise », Lettres françaises, 19-25 mai 1960, p. 4.

4  Robert Kanters, « Œuvres complètes de Joseph Delteil », La Revue de Paris, février 1962, p. 130.

5  Recension sur François d’Assise, [s. n.], Figaro littéraire, 6 février 1960 p. 15.

6  Jean Rousselot, « Delteil nous revient », Marginales, Revue bimestrielle des idées et des lettres, n° 72, avril-mai 1960, p. 24-26.

7  « François avait 27 ans », Témoignage chrétien, n° 807, 25 décembre 1959, p. 18. 

8  « D’autant que qui suis-je pour parler des saints ? Certes je suis catholique, apostolique et romain de naissance et de droit, de par le lait de ma mère, de par la foi de mon cœur. Je crois en Dieu comme un poisson à l’eau. Je crois en Jésus-Christ comme à l’algèbre. Mais ni théologien patenté, ni sacré dévot, à peine “charbonnier”. Un simple “amateur” de Dieu, une espèce de franc-tireur, un vrai “mineur”, j’espère. […] Ah ! ah ! pouffe Tartempion, spirituel jusqu’aux ongles… Singulier chrétien !... », Joseph Delteil, François d’Assise, Paris, Flammarion, 1960, p. 9-10.

9  Fr. Ignace-Etienne Motte reconnaît « l’amour évident, […] la passion avec lequel ce livre a été écrit », « François d’Assise par Fr. [sic] Delteil », La vie franciscaine, avril 1960, p. 268. Ivan Gobry admet que Delteil « ne fait pas le malin pour son unique réputation : il sert une cause sacrée », dans « Saint François et le néo-naturalisme », Les Amis de saint François, Revue de Doctrine, de Littérature et d’Art, nouvelle série, n° 3-4, juillet-décembre 1960, p. 100.

10  P. Wilibrord, o. f. m. cap., Études franciscaines, nouvelle série, n° 26, juillet 1961, p. 107.

11 Ibid.

12  Ivan Gobry, art. cit., p. 100.

13  Ibid., p. 108.

14  Ignace-Étienne Motte, art. cit.

15  « Oui, c’est bien l’accent de saint François et qui eût ravi Teilhard ! », Jean Mambrino, « Joseph Delteil ou les Treilles de la Création », Études, mars 1977, tome 346, p. 363.

16  Ignace-Étienne Motte, art. cit.

17  « Tous les personnages les plus vénérables de l’Église sont, de parti pris, ridicules ou nocifs. […] Or, que nous apprennent sur ces personnages les biographes primitifs ? », Ivan Gobry, art. cit., p. 107.

18  Marie-Josèphe Rustan, « Du surréalisme à saint François d’Assise », Signes du temps, n° 8-9, août-septembre 1961, p. 30.

19  Ivan Gobry, art. cit., p. 106.

20  Voir Wilibrord, art. cit., Gobry, art. cit., p. 101 et Marie-Josèphe Rustan, art. cit.

21  Ivan Gobry, art. cit., p. 108.

22  Ignace-Étienne Motte, art. cit.

23  Ivan Gobry, art. cit., p. 101.

24  Figaro littéraire, 6 février 1960, art. cit.

25  Jean Rousselot, art. cit., p. 25-26.

26  Ivan Gobry, art. cit., p. 105.

27 Ibid., p. 101.

28 Ibid., p. 103.

29  Robert Kanters, art. cit., p. 139.

30  Joseph Delteil, « François mon ami », Les Nouvelles littéraires, n° 1692, 4 février 1960, p. 1.

31  Arnaud Baubérot, Histoire du naturisme, Le mythe du retour à la nature, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2004, p. 11.

32  Voir par exemple Charles Camproux, art. cit., et Jean Rousselot, art. cit.

33  Ivan Gobry, art. cit., p. 106.

34  Lettre de Joseph Delteil, Cahiers de vie franciscaine, n° 31, 3e trimestre 1961, p. 135.

35  Joseph Delteil, « Pourquoi j’aime saint François » (ibid., p. 142).

36  Joseph Delteil, François d’Assise, op. cit., p. 6.

37  Selon Paul Zumthor, La Lettre et la voix de la « littérature » médiévale, Paris, Seuil, coll. Poétique, 1987, p. 322 : « Les jongleurs, récitants, ménestrels, gens du verbe forment l’immense majorité de ceux par qui la poésie s’insère dans l’existence sociale : elle s’y insère par l’œuvre de la voix, seul mass medium alors existant ; et mieux le texte se prête à l’effet vocal, plus intensément il remplit sa fonction ; plus la vocalité qu’il manifeste apparaît intentionnelle, mieux il agit. »

38  7e feuillet joint au manuscrit de François d’Assise, recensé sous la cote JDI. 2 (microfilm) dans le fonds Delteil de la Bibliothèque municipale de Montpellier.

39  Selon Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, coll. Poétique, 1972, p. 67.

40  Ibid.

41  « Ceci n’est donc pas une hagiographie, à peine biographie… plutôt une romance, une rhapsodie, l’almanach du Père François… un reportage, en somme : j’y étais, je l’ai vu… », Joseph Delteil, François d’Assise, dans Œuvres complètes, Paris, Grasset, 2002, p. 549.

42  Sur cette question, nous nous permettons de renvoyer à notre article « L’hagiographie et le reportage, un couple improbable ? (Delteil, Cendrars) » dans Roman et reportage, rencontres croisées, textes réunis par Myriam Boucharenc, Limoges, Pulim, coll. Médiatextes, 2015, p. 171-184.

43  Figaro littéraire, 12 février 1960, art. cit.

44  Joseph Delteil, « Pourquoi j’aime saint François », art. cit., p. 143-144.

45  « Paris est ma bête noire, je suis un sauvage… » affirme-t-il dans son entretien avec Maurice Chapelan « Joseph Delteil a choisi par élimination ses œuvres “complètes”. “J’ai gardé les bons millésimes et rejeté la piquette” », Le Figaro littéraire, n° 819, 30 décembre 1961, p. 3.

46  Henri Baconnier, « Écrivain très connu et vigneron obscur. Le romancier Joseph Delteil détruit la majeure partie des vingt-huit livres qu’il écrivit. Il n’en conserve que six qui viennent de paraître sous le titre “Œuvres complètes” », Midi Libre, 24 novembre 1961, p. 7.

47  Maurice Chauvet, « Un événement littéraire. La publication des “Œuvres complètes” de Joseph Delteil », Midi libre, 2 décembre 1961, p. 10.

48  Entretien de Marie-Charlotte Bouton avec Delteil : « Naturel, pauvre, libre, l’homme Delteil », La Vie, hebdomadaire chrétien d’actualités, n° 1653, 3-9 mai 1977, p. 24-25.

49 Ibid., p. 25.

50  Ivan Gobry, art. cit., p. 108.

51  Marie-Josèphe Rustan, « Le “François d’Assise” de Delteil », Les Cahiers du sud, no 355, avril-mai 1960, p. 470.

52  Émile Bouvier, « Du "Choléra" à “Saint François d’Assise” », Midi libre, lundi 18 janvier 1960, p. 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Bonord, « « D'autant que qui suis-je pour parler des saints ? » Joseph Delteil hagiographe ? », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2015-01 | 2015, mis en ligne le 02 décembre 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6479 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6479

Haut de page

Auteur

Aude Bonord

Maître de conférences en littérature française (xxe-xxie siècles) à l’Université d’Orléans (laboratoire POLEN, équipe CEPOC, EA 4710).
Elle a publié Les « Hagiographes de la main gauche ». Variations de la vie de saints au xxe siècle, éd. Classiques Garnier, coll. « Études de littérature des xxe et xxie siècles » n° 22, 2011, 676 p ; ainsi que de nombreux articles sur la réécriture de référents religieux chrétiens, en particulier médiévaux, dans la littérature contemporaine non confessionnelle, sur la forme légendaire et sur les mythologies d’auteur. Par exemple, « La Jeanne d’Arc de Joseph Delteil. Identité d’écrivain et modèle hagiographique », Revue d’Histoire littéraire de la France, n° 3, juillet 2011, p. 635-651 ; « Écriture et réécritures de la légende dans quelques œuvres de Sylvie Germain », Carnets de Chaminadour, n° 8, « Sylvie Germain », septembre 2013, p. 21-33.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page