Navigation – Plan du site

Négocier avec acharnement. Catherine de Médicis à la veille des guerres civiles

Matthieu Gellard

Résumés

Les quinze lettres proposées permettent d’explorer les tentatives menées par Catherine de Médicis en 1562, 1568, 1579-1580 et 1585 pour sauver la paix. Alors que la guerre se prépare ou que les armes ont parfois déjà parlé, elle essaie encore de faire revenir la paix et négocie par lettres interposées ou de visu pour se faire entendre. Elle exploite ainsi le fait que le début de la guerre n’est pas toujours synonyme de début des combats, en particulier durant les guerres de Religion qui sont marquées par l’absence de déclaration de guerre. L’espace ainsi créé devient pour elle un espace de négociation qu’elle tente de mettre à profit pour ramener les acteurs au calme.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Catherine de Médicis de 1559 à 1589

  • 1  Ivan Cloulas, Catherine de Médicis, Paris, Fayard, 1979; Jean- François Solnon, Catherine de Médic (...)

1Catherine de Médicis est l’auteure des quinze lettres proposées1. Née en 1519 à Florence, elle épouse en 1533 le duc d’Orléans, futur Henri II, et devient reine de France en 1547. La mort de son mari, le 10 juillet 1559, puis celle de son fils aîné François II, le 5 décembre 1560, font d’elle la régente du royaume ou plus exactement la « gouvernante de France » de 1560 à 1563. Néanmoins, son rôle ne s’arrête pas avec la déclaration de majorité de Charles IX devant le parlement de Rouen le 17 août 1563. Le roi lui renouvelle en effet sa confiance lors de cette cérémonie et, jusqu’à la fin du règne en 1574, elle conserve des pouvoirs plus ou moins équivalents à ceux qu’elle avait eu les trois premières années.

  • 2  Peut-être l’assassinat des Guise, perpétré pendant que Catherine de Médicis est alitée pour la der (...)

2Avec l’arrivée de Henri III sur le trône, les choses se modifient sensiblement. À la différence de son frère et prédécesseur, le nouveau roi est majeur et expérimenté, aussi bien militairement que politiquement. Il a mené les armées royales durant la troisième et la quatrième guerre de Religion (batailles de Jarnac et de Moncontour, siège de La Rochelle), puis il est devenu roi de Pologne en 1573 et a régné à Cracovie quelques mois. À sa montée sur le trône, il annonce donc son intention de gouverner seul. Jamais cependant la confiance qu’il accorde à sa mère ne se dément et, jusqu’à l’épuisement de ses dernières forces, celle-ci lui sert de négociatrice, de conseillère, de secrétaire même2.

La correspondance de Catherine de Médicis

  • 3  Hector de La Ferrière et Gustave Baguenault (éd.), Lettres de Catherine de Médicis, Paris, Imprime (...)
  • 4  Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne (éd.), Paris Renouar (...)

3À une époque où l’exercice du pouvoir passe pour l’essentiel par l’envoi et la réception de lettres, celles-ci étant souvent le seul lien entre la cour et ses agents ou les autres acteurs du jeu politique, gouverner revient pour une bonne part à écrire. Occupant une place privilégiée au cœur de l’État monarchique de 1559-1560 à sa mort le 5 janvier 1589, Catherine de Médicis a donc produit durant cette période une correspondance extrêmement fournie. Il reste aujourd’hui environ 6 000 de ses lettres, pour la plupart éditées à la fin du xixe et au début du xxe siècles par Hector de La Ferrière et Gustave Baguenault3. Il est néanmoins possible de faire quelques projections et d’estimer qu’elle a pu en écrire ou en signer jusqu’à 30 000 durant les trois décennies mentionnées. Il est évident que la part des lettres qu’elle a écrit de sa main est beaucoup plus réduite ; elle représente peut-être 13 ou 14% du total. On est donc bien loin des « vingt paires de lettres et longues »4 en un soir, évoquées par Brantôme. Les autres, elle les dicte à ses secrétaires particuliers ou aux secrétaires d’État, leur remettant d’autres fois des instructions écrites. Mais au fond, qu’importe qu’elle tienne la plume ou non ; si elle n’est pas toujours scripteur, elle est bien l’auteure ou au moins une des auteurs de ses lettres.

4Celles-ci sont très clairement des lettres officielles. L’intervention des secrétaires d’État dans le processus de rédaction de ces lettres, qu’ils contresignent en outre régulièrement, le prouve bien. Surtout, ces lettres se combinent avec celles du roi pour former le paquet officiel. En effet, de 1559 à 1589, la plupart des correspondants habituels de la monarchie reçoivent régulièrement une lettre du roi et une autre de sa mère, répondant ensuite aux deux dans des missives séparées. Ces deux lettres qui forment ensemble la correspondance monarchique officielle sont organiquement liées par un système de renvois, et le lecteur, s’il veut disposer de l’intégralité du message royal, doit toujours les lire en parallèle. Il faut d’ailleurs noter que Catherine de Médicis s’est assurée dès 1560 un monopole sur les processus tant de réception des lettres adressées au souverain que d’élaboration des réponses de ce dernier. Tout du long du règne de Charles IX, elle intervient donc dans la rédaction des lettres royales aux côtés des secrétaires d’État. Sous Henri III, les choses ont changé et le rôle dévolu à Catherine de Médicis dans l’administration des affaires du royaume a lui aussi évolué. Néanmoins, il est fréquent que le roi lui-même, quand ce ne sont pas ses secrétaires d’État, s’adresse à sa mère pour avoir son avis sur telle ou telle lettre qu’il vient de recevoir ou sur telle autre qu’il doit expédier.

  • 5  Phénomène visible dans Louis Paris (éd.), Négociations, Lettres et Pièces diverses relatives au rè (...)

5Aucune correspondance avec les destinataires habituels de la monarchie, ambassadeurs, gouverneurs ou lieutenants généraux, princes étrangers, grands seigneurs français, etc., n’échappe à la logique décrite ci-dessus. Ce caractère bicéphale de l’activité épistolaire monarchique n’a cependant rien d’exceptionnel puisqu’il se retrouve à chaque fois qu’un conseiller privilégié ou un favori seconde le monarque dans son « métier de roi ». Sous François II, le duc de Guise et le cardinal de Lorraine accompagnaient ainsi de leurs propres lettres celles du souverain5.

Les destinataires de Catherine de Médicis

6Les quinze lettres sélectionnées sont toutes celles qui ont été adressées par Catherine de Médicis aux chefs du parti protestant et de la Ligue lorsqu’un conflit les opposant à la monarchie se dessine : Louis de Bourbon, prince de Condé (cinq premières lettres), Gaspard de Coligny amiral de France (sixième et septième lettres), Henri de Bourbon, prince de Condé (huitième et neuvième lettres), Henri de Bourbon, roi de Navarre (dixième et onzième lettres), Henri de Lorraine, duc de Guise (douzième et treizième lettres), Louis de Lorraine, cardinal de Guise (quatorzième lettre), Charles de Lorraine, duc de Mayenne (quinzième lettre).

7Ces quinze lettres permettent de couvrir les prémices des première, troisième, septième et huitième guerres de Religion. Il ne subsiste aucune lettre aux principaux protagonistes du déclenchement des hostilités pour la cinquième et la sixième guerre. Quant à la deuxième et à la quatrième, elles ont été écartées car la rupture entre la monarchie et les Huguenots est brutale, alors que dans les six autres cas, elle n’existe pas vraiment, ce qui laisse ouverte la possibilité d’un apaisement rapide. Cet article s'intéresse justement aux tentatives de Catherine de Médicis pour imposer une solution pacifique.

Corpus et commentaires

À la veille de la première guerre de Religion

8La première guerre de Religion6 commence entre le 1er mars 1562, date du massacre de Wassy, et le 2 avril de la même année, date à laquelle Condé s’empare d’Orléans en réaction au fait que le triumvirat a ramené le roi et sa mère à Paris le 27 mars ; les Protestants retiennent la première date et les Catholiques la seconde… Il y a donc une période d’incertitude qui dure (au moins) tout au long du mois de mars. Le milieu de ce mois est particulièrement trouble puisque le duc de Guise et le prince de Condé font leur entrée dans Paris presque simultanément le 16. Guise est bientôt rejoint par le connétable de Montmorency, le maréchal de Saint-André et le roi de Navarre, alors que le prince de Condé y est encore, mais seul et donc en infériorité numérique.

  • 7  Elle écrit dans le même temps à la princesse de Condé : Jane Couchmann et Colette H. Winn (éd.), A (...)
  • 8  Réunie pour l’élection comme roi des Romains de Maximilien de Habsbourg, fils aîné de Ferdinand Ie (...)
  • 9  Cité par H. de La Ferrière (éd.), Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., t. I, p. 282, note 1.

9C’est dans ce contexte que prennent place les quatre premières lettres sélectionnées7. Celles-ci présentent en outre la caractéristique d’avoir été utilisées par le prince de Condé dans les mois suivant puisqu’il les fait exhiber par son envoyé dans l’empire, Jacques Spifame, sr de Passy, à la diète de Francfort8. Spifame se sert de ces quatre lettres pour légitimer la prise d’armes de son maître et expliquer que celle-ci s’est faite à l’appel de la reine mère : « Du commandement que la Royne a faict à Monsieur le prince de Condé de prendre les armes pour la liberté du Roy et la sienne […], il y a tesmoignage de plusieurs chevaliers ; aussi il y a lettres, lesquelles sont par devers mon dict sieur le Prince, qui n’a voulu les hasarder au danger des chemins, mais nous a recommandé, Sire, de recouvrer de Madame de Roye, sa belle mère, estant avec messieurs ses enfans à Strasbourg, quatre lettres escriptes et signées de sa main que nous exhibons, Sire, à Vostre sacrée Majesté. »9 Pour se défendre, Catherine de Médicis fait expédier des copies de ces lettres à l’ambassadeur français dans l’empire, Bernardin Bochetel, évêque de Rennes, et les assortit d’un commentaire explicatif. Celui-ci est donné ici sous chacune des lettres. Pour la reine mère, il s’agit de montrer que ces quatre lettres n’ont jamais eu d’autre objectif que d’inciter Condé à quitter Paris avant que les choses ne dégénèrent entre ses troupes et celles des triumvirs. Condé parti, elle espérait que les seigneurs catholiques feraient de même.

1- Lettre (copie) écrite entre le 16 et le 26 mars 1562 au prince de Condé

  • 10  Ibid., p. 281-282.

« Mon cousin, j’ay entendu par le baron de la Garde ce que luy avez dict, dont, mon cousin, j’ay esté et suys asseurée que je ne m’asseure pas plus de moy-mesmes et que je n’oublyeray jamais ce que ferez pour le Roy mon filz et moy ; et pour ce qu’il s’en retourne pour l’occasion qu’il vous dira, je ne vous feray plus longue lettre, et vous prye seullement le croire de ce qu’il vous dira de la part de celle de qui vous pouvez asseurer comme de vostre propre mère,
Qui est vostre bonne cousine,
Caterine »10

1 bis - Explication

« Ce que Monsieur le Prince avoyt mandé à la Royne estoyt qu’il désiroyt que de luy obéyr, dont la Royne luy mandoyt qu’elle s’asseuroyt bien fort, et que pour le luy faire paroistre, qu’elle le pryoyt sortir de Paris, et s’en venir trouver le roy son filz et elle, s’asseurant que s’il le faisoyt, le roy de Navarre et les autres seigneurs qui estoynt à Paris en feroient de mesmes. »

2 - Lettre (copie) écrite entre le 16 et le 26 mars 1562 au prince de Condé

  • 11  Ibid., p. 282-283.

« Mon cousin j’ay parlé à Ivoy aussi librement que si c’estoyt à vous-mesmes, m’asseurant de sa fidélité, et qu’il ne dira riens que à vous mesmes et que vous ne m’alléguerez jamais et aurez seullement souvenances de conserver les enffans et la mère et le royaume, comme celuy à qui touche, et qui ce peult asseurer ne sera jamais oublyé. Bruslez ceste lectre incontinant.
Vostre bonne cousine,
Caterine. »11

2 bis - Explication

« Ceste lestre fut escripte pour ce que la Royne estoyt advertye que le roy de Navarre et ces seigneurs faisoient un grand amas de gens de tous costez ; et pour ceste cause, elle le pryoit de sortir de Paris, affin qu’ilz eussent occasion d’en faire de mesmes, prévoyant très bien que, si la chose passoyt plus avant, ce seroyt la ruyne du Roy, d’elle et de tout le royaume ; de la ruyne duquel elle le prye n’estre cause, d’autant que cella ne touchoyt que à luy. »

3- Lettre (copie) écrite entre le 16 et le 26 mars 1562 au prince de Condé

  • 12  Ibid., p. 283.

« Mon cousin, je voy tant de choses qui me déplaisent que, si ce n’estoit la fiance que j’ay en Dieu, et asseurance en vous que m’ayderez à conserver ce royaume et le service du Roy mon filz, en despit de ceulx qui veullent tout perdre, je seroys encores plus faschée ; mais j’espère que nous remédirons bien à tout avec vostre bon conseil et ayde et pour en avoir dict à ce porteur mon adviz bien au long, je ne vous en feray redite par la présente, et vous prye le croir ce qu’il vous en dira à tous deux de la part de
Vostre bonne cousine,
caterine »12

3 bis - Explication

« Ayant la royne mandé par une infinité de foys au prince qu’elle le pryoyt de désarmer, il luy escrivit qu’elle estoyt abusée et qu’elle s’asseurast, s’il partoyt de Paris le premier et qu’il posast les armes, qu’elle verroyt choses qui luy desplairoyt infiniment. Sur quoy elle luy respond qu’elle a veu tant de choses qui luy déplaisoient, comme d’avoir veu prendre les armes et les garder contre sa volunté et ne les avoyr voullu poser quant elle l’avoyt commandé, que cella la mectroit en grande peine, sans l’espérance qu’elle avoyt que de sa part il luy obéyroit, et n’en feroyt pas de mesmes ; et que, si pour cette contenction où ils estoient à qui se désarmeroyt le premier, les choses continuyoient, elle prévoyoyt la ruyne du royaume ; et que si les autre voulloient tout perdre en ne se désarmant, qu’elle le pryoyt n’en faire de mesmes, estant asseurée qu’estans tous ensemble auprès du Roy, ils s’assembleroyent pour prendre ung bon conseil, par où il se remédiroyt à tous les maulx que l’on prévoyoyt devoir advenir. Et s’il avoyt aussy bien produict une lettre subséquente à ceste cy que la Royne luy escrivit après qu’il luy eust réplicqué qu’il ne pouvoit pour son honneur se désarmer le premier, il se verroyt qu’elle luy mandoyt que l’honneur estoyt à qui obéyroyt le premier, et non à celluy qui demeureroyt le dernier armé. »

4 - Lettre (copie) écrite entre le 16 et le 26 mars 1562 au prince de Condé

  • 13  Ibid., p. 283-284.

« Mon cousin, je vous remercye de la peine que prenez de si souvent me mander de voz nouvelles et pour espérer vous veoir bientost, je ne vous feray plus longue lectre, et vous prye seullement vous asseurer que je n’oublyeray jamais ce que faictes pour moy, et si je meurs avant avoir le moyen de le pouvoir recongnoistre, comme j’en ay la volonté, j’en lairray une instruction à mes enffans. J’ay dict à ce porteur aucune chose pour vous dire, que je vous prye croire, et m’asseure que vous connoistrez que tout ce que je faictz est pour remectre tout en paix et en repoz, ce que je sçay que désirez autant que
Vostre bonne cousin,
Caterine
S’il vous plaist votre femme, belle mère et oncle trouveront icy mes recommandations. »13

4 bis - Explication

« Ceste lettre montre l’intencion de toutes les autres et faict clairement paroistre que tout ce qu’elle faisoy n’estoyt que pour le faire sortir de Paris, comme il luy avoyt mandé, lorsqu’elle fust escripte, qu’il vouloyt faire, tendant à paciffier toutes choses. »

À la veille de la troisième guerre de Religion

10La troisième guerre de Religion est elle aussi précédée par une période d’incertitude. La deuxième a pris fin par la paix de Longjumeau du 23 mars 1568 et les mois qui suivent sont ceux d’une défiance réciproque ; le roi demande aux Huguenots de renvoyer les mercenaires qu’ils ont recrutés tandis que lui-même remet à plus tard le licenciement des siens. Par ailleurs, le conflit s’internationalise avec la répression espagnole aux Pays-Bas et la première alliance entre Gueux et Huguenots. Cette défiance finit par aboutir à la fuite des chefs protestants qui, le 23 août 1568, quittent la Bourgogne où ils étaient assemblés pour se réfugier à La Rochelle. Cette décision n’est pas pour autant une déclaration de guerre et il est bien difficile de situer le déclenchement de celle-ci, la date du 23 août, si elle est pratique, ne correspondant en rien au début des opérations militaires.

  • 14  Cet immense travail qui consiste à faire appliquer les édits de pacification est confié à des comm (...)

11Les trois lettres ci-dessous présentent donc la particularité d’être autant inscrites dans une avant-guerre (celle de la troisième guerre civile) que dans une après-guerre (celle de la deuxième). Elles portent en effet largement sur l’application de l’édit de pacification qui est censé ramené la paix, les entorses à cet édit faisant justement craindre le retour de la guerre14. Dans ce cas précis, après-guerre et avant-guerre se mêlent donc étroitement.

5 - Lettre (minute) du 26 juillet 1568 au prince de Condé

  • 15  H. de La Ferriere (éd.), Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., t. III, p. 159.

« Mon cousin, le Roy monsieur mon filz et moy avons este bien marryz de veoir que vous soyez en la crainte en laquelle vous estes d’aultant que vous vous pouvez asseurer que nostre intention est du tout à faire garder l’édict de paciffication et de conserver tous ses subjects, tant d’une religion que d’aultre, qui luy sont obéissans, comme vous verrez plus particulièrement par les lectres qu’il vous escript et ce qu’il mande tant au sr de Tavannes que au premier président de Dijon, mais aussy je vous prye, mon cousin, pour l’amitié que vous portez tant au Roy monsieur mon filz que au bien et conservation de ceste couronne, que vous mandiez à ceulx de la religion, qu’ilz aient à poser incontinant les armes et remectre les villes qu’ilz tiennent soubz son obéissance, affin que par là l’on puisse mieulx cognoistre le zèle, dévotion et affection qu’ils disent avoir à son service et à luy rendre l’obéissance qu’ilz doyvent et par ce moyen j’espère que l’on vivra avec tel repoz que nous devons tous désirer ; priant Dieu vous avoir, mon cousin, etc. »15

6 - Lettre (minute) d’août 1568 à l’amiral de Coligny

  • 16  Gouverneur d’Auxerre.
  • 17  Ibid., p. 163-165.

« Mon cousin, j’ay entendeu par le cappitaine Antrechaulx ce que luy aviés commandé me dire et l’ay faict parler au Roy monsieur mon filz et m’asseure qu’il vous fera fidelle rapport de la volunté que luy et moy avons qu’il soit faict bonne justice du meurtre qui a esté commis en la personne du gentilhomme qui estoit à vous à Auxerre et pour cest effect il a envoyé vers le maistre des requestes qui y est, afin qu’il ayt à en informer et faire chastier de telle façon ceulx qui l’ont commis que chascun puisse cognoistre clairement sa volunté, qui est de conserver la vie à tous ses subjectz, pourveu qu’ilz luy soyent obéissans, et a mandé au sr de Prye16 d’y assister, afin que l’exécution s’en ensuyve. Et quant à ce que m’escrivez de ce qui ordinairement se faict par tout ce royaume et qu’il n’y a poinct de justice faicte pour toutz les meurtres qui sont commis, vous entendrez par Téligny et par ledict Antrechaulx comme il desplaict au Roy d’estre sy mal obéy et, s’il y a quelcun qui eust une mauvaise volonté pour recommancer encores de nouveau les troubles, il ayt occasion de le collorer sur ce qui est contre son intention ; car il désire et veult que la justice soit esgalle à toutz ses subjectz et l’a ainsy mandé et faict entendre à toutz ceulx qui ont l’administration de sa justice en toutes ses provynces et croy certainement que desjà l’effect se verroit de sa volunté, si n’eust esté que les armes sont encores plus entre les mains de ceulx qui ne les devroient point avoir que entre les siennes, qui est cause que ung chascun soustient et empesche qu’il ne soyt obéy et donne craincte à ceulx qui ont reçu mal par le passé durant les troubles de ne s’oser fier, s’ilz ne veoient du tout que les armes ne soient que entre les mains du Roy seul, ainsi que, quant la paix a esté faicte et a esté arresté, non que je veuille prendre cela pour excuze que le Roy monsieur mon filz ne désire que la justice soyt faicte, ainsy que je m’asseure que tous les jours vous cognoistrez davantage par les effectz ; et ne fault penser que ne luy ne moy ramentevions les choses passées, s’il y en a quelcun qui nous peut desplaire, car nous désirons tant le repoz de ce royaulme, seureté de vous tous que, de ma part, je vouldrois qu’il ne vous en souvynt jamays et que pensiez, comme est la vérité, que avez ung bon roy, qui n’a jamays aymé le sang de ses subjectz, mais tousjours les recevoir entre ses braz pour les conserver et les garder pour les emploier en l’augmentation de ce royaulme et non pas à la ruyne, ainsy que sçavez très bien que l’ay nourry en ceste volonté ; qui me faict vous prier ne luy donner occasion de la changer et de vous asseurer de sa bonté et ne penser qu’il y ait personne qui puisse le destorner de cognoistre la vérité et qu’il est roy à tous et qu’ils vous veult touts conserver, et que vous luy soyiez tous obéissans et fidelles, comme vous avez esté aulx roys ses pères et grand père et de ma part je vouldrois, ainsi que me mandés, avoir parlé à vous et vous feroys cognoistre que n’avez nulle occasion d’estre aulx crainctes et peurs que vous estes. Quant vous voudrez venir, vous le pouvez faire, comme vous l’avez faict autrefoys, me trouvant tousjours en la mesme volonté que j’ay accoustumé d’estre en vostre endroict, qui est tout ce que je vous escripray présentement, priant Dieu, mon cousin, vous avoir en sa saincte et digne garde. »17

7 - Lettre (minute) du 7 août 1568 à l’amiral de Coligny

  • 18  Ibid., p. 167-168.

« Mon cousin, le Roy monsieur mon filz et moy avons esté bien marrys du meurtre qui a esté commis en la personne du sr de Damansay et non seullement de cestui-cy, mays aussi de tous les aultres qui se commettent tous les jours tant d’une part que d’aultre et vous asseurans que sa volonté et intention et la mienne est qu’il en soit faict pugnition et justice telle qu’elle puisse servir d’exemple à tous ceulx qui en uzent et mesmes contre ceulx qui transgressent le dernier édict de pacification, lequel nous voulons estre entièrement gardé et entretenu, l’aiant ainsy par exprés commandé et escript par plusieurs foys à toutes les courtz de parlements et gouverneurs de provynce, baillyz et séneschaulx et qu’ils en fissent incontinent la punition et nous advertissent du devoir qu’ilz y auroient faict, ne voulant que tant de meurtres, pilleries et saccagements qui se comectent tous les jours et mesmes depuis ledict édict soyent et demeurent impunyz, ains que la justice soyt bien et deuement administrée et ung chacun maintenu et conservé soubz les béneffices d’icelui et que l’on punisse rigoureusement ceulx qui y contreviendront, ce que j’espère vous congnoistrez par effect que le Roy mondict seigneur et filz n’a rien tant à cœur que cela. Et ne fault point, mon cousin, que cella empesche que d’une part et d’autre l’on oublye les choses passées et que tous bons subjectz du nombre desquels vous estes et de ses principaulx officiers s’employent à faire qu’il soit bien obéy et par ce moïen, aiant le zèle et la volonté si bonne comme il a, la justice estant faicte ainsy qu’il appartient pour chastier les meschants et conserver les bons et demeurans les choses comme il est bien raisonnable, nous serons en repoz et chascun vivra ainsy qu’il doibt ; et quant aux peurs et craintes que vous distes devoir avoir pour les advertissements qui vous sont donnez et ceulx mesmes qui sont invytés d’estre de la partie pour vous tuer, je vous prie, mon cousin, de nous mander qui est à faire, veu que le Roy mondict sieur et filz et moy en ferons faire telle punition que vous en demeurerez contens, aultrement je penseray que ce sont des personnes qui vous mandent cela pour vous entretenir en la deffiance en laquelle vous estes. Vous sçavez que je n’en uzoys pas ainsy de ceux que l’on nous disoyt qu’ilz nous vouloyent tuer, et que je les eusse voulu faire oyr devant ceulx qui les accusoient pour après punyr l’accusant pour n’avoir preuve que son accusation fust véritable. Par quoy, je vous prye que vous nous nommiez ceux qui vous en advertissent, afin que l’on vériffie si cela est vrai et que l’on chastye ceulx qui se trouveront meschans ; priant Dieu, mon cousin, etc. »18

12Les trois lettres sont donc écrites pendant les quelques semaines de l’été 1568, juste avant que les principaux chefs réformés quittent la Bourgogne en toute hâte. La reine mère recourt à Condé et à Coligny pour tenter de faire appliquer l’édit de pacification, leur mettant sous les yeux que tout le monde doit y mettre du sien. Elle insiste ainsi sur la volonté de la couronne de rendre la justice de manière impartiale. Elle s’emploie par ailleurs à légitimer le fait que le roi n’a pas démobilisé ses troupes. La méfiance que cela suscite chez les Huguenots est celle, compréhensible, qu’un adversaire peut nourrir en voyant son ennemi en position de force. Catherine de Médicis insiste néanmoins sur le fait que la monarchie ne peut être considérée comme un parti parmi d’autres et qu’il est légitime que le roi dispose, seul, d’une force armée. La nécessité de développer cet argument montre combien le pouvoir royal est déjà affaibli et combien la méfiance est installée chez les Protestants.

  • 19  Archivo documental español publicado por la Real Academia de la historia. Negociaciones con Franci (...)
  • 20  Stéphane-Claude Gigon, La Troisième Guerre de Religion. Jarnac, Moncontour (1568-1569), Paris, H. (...)
  • 21  Álava explique à Philippe II que Tavannes aurait refusé. C’est aussi ce que disent les mémoires de (...)
  • 22  Catherine de Médicis à Gaspard de Saulx de Tavannes le 26 juillet 1568, H. de La Ferriere (éd.), L (...)
  • 23  Léonce Pingaud (éd.), Correspondance des Saulx-Tavannes au xvie siècle, Paris, Champion, 1877,p. 2 (...)

13La reine mère doit donc rassurer les deux chefs huguenots, d’autant que, durant l’été 1568, la rumeur court que la couronne a ordonné leur élimination. La reine mère l’a annoncé au représentant de Philippe II, don Francés de Álava19, même s’il est probable que l’ordre lui-même n’a jamais été donné à Gaspard de Saulx de Tavannes, lieutenant-général du roi en Bourgogne20. La lettre que Catherine de Médicis envoie à ce dernier le 26 juillet 1568 ne porte aucune mention de ce projet, alors que c’est lui qui est censé l’exécuter21. Elle lui écrit au contraire de tenir « la main à faire bien griefvement puny ceulx qui seront sy meschantz et malencontreux d’entreprendre d’attenter à [l]a personne » du prince22. Ce peut, bien sûr, être une lettre destinée à être montrée à Condé pour le rassurer puisqu’elle est mentionnée dans celle qui est adressée au prince (cinquième lettre). Néanmoins, c’est la seule lettre de Catherine de Médicis à Tavannes qui subsiste pour cette période et il est impossible de savoir s’il a existé une lettre secrète parallèle contenant de plus noirs desseins. Toutefois, il n’y a rien non plus sur un tel projet dans les lettres que Tavannes adresse à la reine mère et au roi en juillet-août 156823. Dans tous les cas, les Huguenots sont convaincus depuis 1565 et la conférence de Bayonne au cours de laquelle Catherine de Médicis a rencontré le duc d’Albe, que les couronnes de France et d’Espagne se sont mises d’accord pour procéder à leur extermination et la rumeur reprend donc de l’ampleur durant l’été 1568.

Au commencement de la septième guerre de Religion

14Si lors du déclenchement de la première et de la troisième guerres civiles, Catherine de Médicis tente de prévenir les événements, au début de la septième, elle doit faire face à une prise d’armes et tente, après coup, de désamorcer la situation de façon à ce que l’action entreprise reste isolée et ne marque pas le début d’un nouveau conflit. La septième guerre de Religion commence en effet par la prise d’armes de Condé qui s’empare de La Fère le 29 novembre 1579, les Catholiques de Picardie ayant refusé de lui restituer le gouvernement de la province. Les articles secrets de la paix de Bergerac qui avait mis fin à la sixième guerre civile le 14 septembre 1576 prévoyaient effectivement que le prince de Condé retrouverait son gouvernement, mais la monarchie n’avait pas encore donné suite à cette partie de l’accord. Pendant plusieurs mois, ce coup d’éclat reste isolé et ce n’est qu’au début de l’année suivante que Henri de Navarre finit par prendre les armes. Même alors, nombre de Protestants restent tranquilles (à La Rochelle, dans le Languedoc, etc.).

8 - Lettre (copie) du 13 décembre 1579 au prince de Condé

  • 24  Gustave Baguenault (éd.), Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., t. VII, p. 206.

« Mon cousin, j’ay receu vostre lettre et entendeu par ce porteur ce que l’avez chargé de me dire, estans bien aise de l’asseurance que me faictes de vouloir faire tout ce qui plaist au Roy et que par moy entendrez de sa volunté, que continuant en cette oppinion le trouverez tousjours en si bonne [volunté] en vostre endroict que en serez content, et de ma part en tout ce que je vous pourray faire, m’asseurant que me donnerez les moyens de vous le faire congnoistre par effect, en me veoyant, je vous prie vous asseurer que ne vous conseilleray rien que sy estiez mon fils je ne luy en disse de mesme. Et vous prie de me monstrer à ce commencement ce que me mandez de parolles de la fiance qu’avez en moy, et voulloir venir mardy au matin à Chauny, où je m’en vais couscher demain, affin que plus aisément puissions parler ensemble, vous asseurant sur ma foy et honneur et parolle de royne et princesse que n’y aurez ny mal ny desplaisir, ny nul des vostres non plus que moy mesme, et que si estiez mon propre fils, et me monstrant cette confiance, veu la peine que en ce temps et en l’aage que je suis j’ay prinse pour vous veoir et parler à vous, cella me contentera infiniment et le Roy mon fils, qui encore par la fiance que avec raison pouvez avoir de luy et de moy, qui aimerions mieux mourir que faillir à nos promesses et parolles ; et, m’asseurant que n’en doubtez point et que le ferez, je n’estendray la présente plus au long, sinon pour prier Dieu vous avoyr en sa saincte et digne garde.
Escript à Noyon, ce xiiie décembre 1579. »24

9 - Lettre (copie) du 15 décembre 1579 au prince de Condé

  • 25  Lieutenant-général en Picardie.
  • 26  Ibid., p. 206-207.

« Mon cousin, j’ay prié Monsieur de Piennes25 de vous allez trouver pour adviser avecques vous le lieu où je vous pourray veoir et parler, pour au plutost prendre une si bonne résollution que ce pauvre royaulme puisse demeurer en paix et repos, et que, faisant ce bon service au Roy d’y aider, que l’on congnoisse que vostre particullier ne sera jamais cause de l’empescher, vous obligerez le Roy mon fils à vous faire par effect preuve de la bonne volunté que je scais qu’il vous porte, et ce royaulme à prendre telle asseurance de vous que la raison veut, estant du sang de vostre roy proche comme vous estes, et m’asseurant que oultre l’asseurance que par mon aultre lettre vous ay donnée et donne encore par la présente de me pouvoir venir trouver au lieu qui sera advisé par vous et le sr de Piennes, je m’asseure que, le cognoissant, vous estre affectionné, cela vous asseurera encore davantaige qu’il ne vouldroit estre ministre d’une tromperie, comme aussy j’aimerois mieulx mourir que la faire, non pas à vous seullement mais au moindre de la terre.
Et en cette volunté feray fin, priant Dieu vous faire prendre une si bonne résolution pour le bien et repos de cette province et du royaulme.
De Chauny, le xve décembre 1578. »26

10 - Lettre autographe du 31 mars 1580 au roi de Navarre

« Mon fils, s’an retournent Masparot, présant porteur, j’é bien vouleu fayre la présante, enn atendent que Raguignot s’an retourne, our vous dyre que je suys bien ayse de cet qu’il a dist au Roy et à moy, que pour lui compleyre ayste content de voyr le marychal de Byron, pour l’espéranse que je ay que cela cera cause de la pays et aystablissement de l’aydyst en la Guienne et par conséquant par tout le Royaume, cet que devez désirer, aystent cet que estes ; et en atendent qu’yl s’an retourne, je vous prye de fayre de fason que l’on conoyse, et le Roy aye aucasion de croyre, que cet que lui avés mendé n’est pas pour l’antretenir de belles paroles, mès que le volés et l’avés ynsi den le ceour. Cet que je prie à Dieu qu’il souyt ynsi, et vous douyn bonne santé.
De Paris, ce dernyer jour de mars 1580.
Vostre bonne mère,

11 - Lettre (copie) du 21 avril 1580 au roi de Navarre

  • 27  Ibid., p. 233.

15Caterine »27

  • 28  Ibid., p. 252-253.

 « Mon filz, je ne puis croire qu’il soit possible que vous vouliez la ruyne de ce royaulme, come elle sera, et la vostre, si la guerre se commence ; et vous prie considérer ce que vous estes et quel bien vous peut advenir de la ruyne de cet estat, et que ceux qui vous font faire ces choses si mal à propos ne vous aiment point, mais faut que ce soient des personnes qui ont tant fait de maux qu’ils ne puissent estre en seuretté que en veoyant tout en trouble, et ne se soucient ny de vostre bien ny de vostre honneur ny qu’il y a va de la réputation, qui sont les choses que les princes enfin doibvent avoir les plus chères. Le Roy, quelle occasion vous donne-[t]-il de ce faire ? Il vous demande que luy observiez ce que lui avez promis et juré, et de quoy avez esté tous contens ; car ce n’est pas une loy ny commandement qu’il vous ait faict, par la puissance que Dieu luy a donnée sur tous estans ses subjectz, qu’il vous veuille malgré vous tous faire tenir, mais c’est bien paix et traicté faict et disputté comme de per à per ; et, jusques à ce que en ayez esté d’accord, n’a rien voullu faire observer ny effectuer, mais l’ayant juré de bonne volunté, l’ayant accordé, est d’obéir, s’il veult l’entretenir et que l’entreteniez de vostre costé. C’est un si mauvais fondement et prétexte de faire pour cela prendre les armes, que je m’asseure que tous ceux de vostre Relligion saichans, comme il est vérité, que le Roy veut de son costé faire entretenir l’édict, que, estant gens de bien, se réuniront à leur Roy pour courir sus à ceux qui vouldront troubler le repos public et de cest estat : en quoy si Dieu vous avoit tant abandonné qu’il fut vray que vous en fussiez cause et l’eussiez commandé, je m’asseure qu’il ne vous aideroit ny assisteroit et que vous vous trouveriez seul accompaigné de brigandz et gens qui par leurs mal faicts ont méritté la corde ; je ne croiray jamais qu’estant sorty d’une si noble race, vouliez estre le chef et général des brigands, volleurs et malfaicteurs de ce Royaulme. Cela ne me peut entrer au cœur, qui me faict espérer que tout ce bruict est faux que le fassiez faire, et que ceux qui le font se veoyant, comme la raison le vous commande, abandonnés de vostre ombre seullement, non que de vostre personne, qu’ils s’estimeront bien heureux au plus tost se retirer. Et vous prie, pour l’amour que je vous porte, excuser ce que je vous dis, si ne faictes congnoistre comment cecy vous deplaist, que vous estes le prince le plus mal conseillé et le plus descrié qui scauroit estre ; car personne n’adjoustera jamais plus de foy à choses que disiez ne promettiez, après avoir mandé ce qu’avez au Roy, sans attendre sa réponse, faire prendre partout les armes. Considérez que vous mettant en la place d’un autre, que c’est que vous en diriez de ce qu’il fit ainsy. Or, mon fils, je vous prie croire ceux qui vous veullent du bien, que vous mesmes ne vous en voullez. Car vous en voullez plus à ceux qui pour leur intérest vous conseillent et vous font perdre, puisqu’ils [ont] tant de puissance sur vous que de vous faire un tel mal. Je vous prie qu’ils ne l’ayent pour le faire à tout le public de ce Royaulme, et voulloir ung peu regarder quelles gens ce sont et ce qu’ils ont accoustumé de faire, et le bien qui vous est advenu de leurs conseils, et ne vous laissez tant aller à leur passion que vous ayez occasion de leur voulloir autant de mal que leur voullez de bien maintenant. Ces faultes ne sont pas péchez que la pénitent n’en soit encore aussy prompte que la repentance ; mais tout cela après ce coup donné n’est plus rien. Je vous prie me croire et remettre les choses comme la raison le veult, et au moings comme quand Fontenilles partist, et faire exécuter ce que le Roy vous mande par luy et par Ravignan, affin que ce pauvre Royaume demeure en repos, et qu’il n’y ait occasion de dire que l’avez troublé. Vous n’en sçauriez avoir ny honneur ny proffict. Je vous prire de me croire, et vous verrez la différence qu’il y a du conseil d’une mère qui vous aime à celuy de ceux qui n’aiment ny eux ny leur maistre, mais à piller et tout perdre et ruyner. Je prie Dieu qu’il vous le fasse bien prendre.
De Chenonceulx, ce xxie jour d’avril 1580.
Vostre bonne mère,
Caterine »28

  • 29  Henri III à Nicolas d’Angennes, sr de Rambouillet, le 5 décembre 1579, Jacqueline Boucher, Pierre (...)
  • 30  Henri III à Nicolas d’Angennes, sr de Rambouillet, le 6 janvier 1580, ibid, p. 321, n° 3617.

16Dans la huitième lettre, la reine mère feint donc d’ignorer le coup de force du prince, validant les droits de ce dernier sur le gouvernement de Picardie. Dans une lettre du 5 décembre à un de ses serviteurs, Nicolas d’Angennes, sr de Rambouillet, Henri III s’en tient plus ou moins à cette version et ne charge en aucune manière le prince de Condé, regrettant juste que celui-ci n’ait pas attendu qu’il l’installe lui-même dans son gouvernement29. Un mois plus tard, il revient sur cette affaire dans une autre lettre à Nicolas d’Angennes et insiste sur le fait qu’il a toléré les agissements du prince de façon à sauver la paix30.

  • 31  Catherine de Médicis à Arnaud Du Ferrier le 28 décembre 1579, G. Baguenault (éd.), Lettres de Cath (...)

17Dans le même temps, la reine mère exhorte le prince à l’attendre avant d’agir et elle lui propose de le rencontrer quelques jours après. Dans une lettre adressée à Arnaud Du Ferrier, quinze jours plus tard, elle se réjouit du succès de cette rencontre et se montre optimiste quant à la suite des événements31. Pour une fois, elle n’a pas tort : Henri de Navarre reste neutre jusqu’en avril de l’année suivante. L’espoir de la reine mère est néanmoins déçu puisque Navarre finit par prendre les armes. Sa lettre du 21 avril 1580 croise celle que Navarre lui envoie en date du 20 et ignore bien entendu son manifeste du 15. Toute sa déception s’y sent clairement. L’enjeu en est de façon évidente la responsabilité de Navarre dans le déclenchement de la guerre, alors même, insiste-t-elle, qu’il a été associé de façon étroite aux accords que la monarchie lui demande de respecter. Après la paix de Bergerac confirmée par l’édit de Poitiers en 1576, elle s’est en effet rendue dans le Sud-Ouest de la France en 1578 et a négocié avec Navarre le traité de Nérac du 28 février 1579.

À la veille de la huitième guerre de Religion

  • 32  Sur ce thème, voir aussi le texte de Tatiana Debbagi Baranova dans ce dossier :«  Préparer la guer (...)

18La huitième guerre civile32 débute elle aussi par une prise d’armes, celle de la Ligue qui occupe au printemps 1585 les principales villes de Champagne. Cependant, même si le déclenchement de la guerre ne fait aucun doute, il est suivi par une période d’attente. Les quatre lettres qui suivent se placent juste après le début de ces opérations militaires.

12 - Lettre (copie) de février-mars 1585 au duc de Guise

  • 33  G. Baguenault (éd.), Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., t. VIII, p. 239-240. G. Baguenault (...)

« Mon nepveu, aiant entendu une chose que je ne puys croire, n’ay voullu, pour satisfaire à la promesse que je vous ay faicte de vous advertir de ce que je entendrois, que 30 cornettes de cavallerie qu’avoit le prince de Parme, pour se qu’il a acomodé les affaires avec ceulx d’Anvers, qu’il les a lisenciez et qu’ilz dizent s’en venir en France pour vostre service : ce que je ne puis croire, comme je le dis quand on me l’a comté ; car ce seroit une chose sans raison, et seroit une chose si mauvaise et esloignée de ce que m’avez dict, et continué toutes les fois que avez envoyé de par deçà que vouliez continuer au service que avez tousjours faict au Roy et ne faire chose qui luy puisse desplaire, ne donner occasion d’avoir nul ombre de voz actions ; qui est cause que quant l’on me dit de telle chose, comme que avez mandé à tous ceulx qui avoient charge avec vous, ou pour vous, en ce qui s’est passé, qu’ilz se tinssent prestz pour le xvme de ce mois ; ce ne pansez que ce vous en mandez vous feist penser que l’on l’écrit et ne le vous mander pas. Mais, vous aiant assuré que cet que je entenderay que vous toucheroit, je le vous manderè, cella me le faict faire, encore que je ne doubte poinct qu’on se m’en puisse assurer du contraire ; que m’en mandiez ce que avez entendu par delà de ceste casseur du prince de Parme, et d’où peult estre venu ce bruict de ce lever pour estre pour le xve de ce mois, pour me faire si certaine de voz actions que j’en responde, comme feis et m’avez prié de faire, à tous ceulx qui m’en parleront. Et pour aulter tous les bruictz, je vous prie vous en venir icy incontinant que aurez veu monsieur d’Espernon, comme je l’ay dit au Seure, pour vous le dire : et je m’asseure qu’en receverez contantement d’avoir veu le Roy qui embrasse de telle façon ce faict, de conserver son éedit, que cella vous doit encore d’avantage faire désirer de luy faire cognoistre, par toutes voz actions et déportemens, comme prenez assurance de luy, et croiez que c’est ce que devez faire et c’est vostre bien aultre son servyse. Je vous prie me faire responce, et je feray fin priant Dieu vous conserver.
Signé : Vostre bonne tante,
Caterine. »33

13 - Lettre originale du 16 mars 1585 au duc de Guise

  • 34  Ces bruits sont fondés puisque les troupes de la Ligue s’emparent peu à peu de toutes les places d (...)
  • 35  Ibid., p. 242.

« Mon nepveu, je suis aultant marrye qu’esbahye des malvais bruictz qui courent et advis que nous avons de quelques nouveaux remuemens, dont on veut vous attribuer la cause34. Encore que je m’asseure du contraire, comme je l’ay tousjours dict au Roy mon fils, qui ne s’en peut rien persuader non plus que moy, toutefois pour s’en rendre hors de doubte, il a advisé d’envoyer le sr de Maintenon, présent porteur, exprès devers vous, avec charge de vous faire entendre, sur ce, aulcunes choses de sa part ; n’ayant pas voulu qu’il soit party sans vous faire cette lettre, par laquelle je vous prie entendre aussy ce qu’il vous dira de la mienne. Priant Dieu vous avoir en sa garde.
Escript à Paris, le xvie mars 1585.
caterine »35

14- Lettre (copie) du 16 mars 1585 au cardinal de Guise

  • 36 Ibid., p. 242-243.

« Mon nepveu, le Roy monsieur mon filz, veoyant que depuis vostre partement ces mauvais bruictz continuent, et qu’il en vient de divers endroictz advis tous conformes, il a advisé d’envoyer le sr de Maintenon devers mon nepveu le duc de Guyse, et le sr de Rochefort aussi devers mon nepveu le duc de Mayenne, voz frères, pour s’en esclaircir avec eulx. Il vous en escript pareillement par le srde la Viéville, présent porteur, comme aussi j’ay bien voullu faire, et vous prier vous souvenir de tout ce que je vous en ay dict à vostre partement, et faire de vostre part en sorte que le Roy mondict Sr et filz puisse avoir occasion de contentement de mesdits nepveuz vos frères, et de vous, que je prie Dieu, etc.
À Paris, le xvime mars 1585. »36

15 - Lettre originale du 16 mars 1585 au duc de Mayenne

  • 37 Ibid., p. 243.

« Mon nepveu, je n’ay voulu jamais croire ny adjouster foy aux mauvais bruictz qui courent, encore qu’ils nous soyent confirmés de plusieurs endroictz, ayant toujours asseuré du contraire le Roy monsieur mon fils, qui ne s’en est rien pu persuader non plus que moy ; il a touttefois advisé de s’en esclaircir avec vous, comme avec le duc vostre frère, et envoye pour cet effect le sr de Rochefort, présent porteur, devers vous. Je l’ay bien voulu accompaigner de la présente, par laquelle je vous prie le croire de ce qu’il vous dira, sur ce, de ma part. Priant Dieu, mon nepveu, vous avoir en sa garde.
Escript à Paris, le xvie mars 1585.
caterine »37

  • 38  Henri III au duc de Guise, au cardinal de Guise et au duc de Mayenne le 16 mars 1585, J. Boucher, (...)

19Catherine de Médicis fait donc mine de ne pas croire aux rumeurs qui lui sont parvenues et, le même jour, le roi écrit peu ou prou les mêmes lettres38. Le procédé rhétorique est classique chez elle et vise à désamorcer la situation en évitant une réaction d’autorité dont la monarchie n’a pas les moyens. Si les trois dernières lettres peuvent paraître ne rien dire et accompagner seulement les porteurs au titre de lettres de créance, elles disent bien tout de même sa volonté de négocier. Le degré de précision des informations dont dispose la reine et son insistance sur le fait que ses renseignements ont été confirmés par plusieurs sources prouvent bien qu’elle n’a aucun doute sur la réalité des opérations en cours mais qu’elle cherche à temporiser. Peu de temps après, la reine mère se met d’ailleurs en route pour rencontrer le duc de Guise. S’en suivront les longues négociations qui aboutissent finalement au traité de Nemours du 18 juillet 1585 : tous les édits de pacification précédents sont révoqués et l’exercice du culte protestant est interdit. Cet accord semble donc donner raison à la stratégie de Catherine de Médicis puisque le spectre de la guerre s’éloigne. Ce n’est que temporaire puisque, en concluant un accord et une paix avec la Ligue, la reine mère jette les Protestants dans la guerre. Si elle a réussi à étirer l’avant-guerre, c’est donc au prix d’un conflit contre un autre adversaire.

Conclusion

  • 39  La bataille de Dreux a lieu le 19 décembre 1562, soit 8 ou 9 mois après le début de la première gu (...)
  • 40  Catherine de Médicis à Pomponne de Bellièvre le 3 octobre 1567, G. Baguenault, Lettres de Catherin (...)

20Dans chacun des cas observés, il faut noter la décorrélation entre le début de la guerre et le début des combats39. C’est justement cela qui permet à Catherine de Médicis de poursuivre les négociations dans l’espoir d’éviter que les choses ne dégénèrent et de revenir à la paix avant même qu’il y ait eu de vrais affrontements. Seules la deuxième et la quatrième guerre civile échappent à ce modèle. La quatrième car elle débute avec la Saint-Barthélemy (c’est d’ailleurs la seule fois où la couronne est à l’initiative d’une rupture) et la deuxième parce qu’elle est déclenchée par la surprise de Meaux en septembre 1567, que la couronne ne peut pardonner à Condé. Dès le 3 octobre 1567, la reine mère écrit ainsi à l’ambassadeur à Soleure, Pomponne de Bellièvre, pour lui demander de procéder à une levée de 4 000 hommes, tout en précisant que le roi est décidé à « réprimer telles entreprises et restablyr la paix en son royaume par la force, puisque la douceur et clemence n’y peult profficter »40.

21Toutes ces lettres montrent donc que même lorsque la situation intérieure se dégrade, Catherine de Médicis continue de négocier et de chercher un accord. Si le déclenchement de la deuxième et surtout de la quatrième guerres de Religion diffèrent de ce modèle, dans la majorité des cas, la reine mère cherche à apaiser la situation et à maintenir le dialogue ouvert avec les différents protagonistes de façon à éviter la guerre, un autre des ses réflexes étant de se rendre elle-même auprès des protagonistes pour négocier directement avec eux. Cette attitude est en cohérence avec la politique de tolérance civile qu’elle cherche à imposer tout au long des trois décennies de sa présence aux affaires et avec son souci de consolider le pouvoir de ses fils et l’autorité de la parole monarchique.

  • 41  Catherine de Médicis à Sébastien de L’Aubespine, évêque de Limoges, et Jean Ébrard de Saint-Sulpic (...)
  • 42  Dans le cas des conflits extérieurs, la séparation entre guerre et paix est plus nette (avec l’env (...)

22Au cours de l’avant-guerre, Catherine de Médicis cherche donc surtout à préserver la paix, plus encore qu’à préparer la guerre. L’absence de déclaration de guerre et cette activité négociatrice continue en temps de paix comme en temps de guerre entraînent une dilution de la séparation entre guerre et paix, la reine mère n’utilisant par exemple le terme de « guerre civile » qu’en juin 1562 alors que les historiens considèrent que la première guerre de Religion a commencé en mars41. C’est d’ailleurs en partie ce qui donne sa cohérence à la période des guerres de Religion, pensée à posteriori par les historiens. Ce brouillage des repères est entretenu par Catherine de Médicis qui tire peut-être ainsi parti de l’impensé ou de l’impensable qu’est la guerre civile42. La continuité de son action négociatrice apparaît pour une part comme un refus de prendre en considération le basculement dans un temps de guerre et montre au contraire qu’elle veut continuer de croire que le retour à la paix est possible. Ce refus est donc une conséquence de sa politique tout autant qu’il en est un instrument, puisqu’en construisant une indétermination du temps dans lequel se trouvent ses contemporains, elle les incite à revenir à la paix comme si la guerre n’avait jamais vraiment été là, puisqu’elle n’a jamais vraiment commencé.

  • 43  Denis Crouzet, Le Haut Cœur de Catherine de Médicis. Une raison politique aux temps de la Saint-Ba (...)
  • 44  Jérémie Foa, « Preuves et épreuves. La politisation des conflits confessionnels au début des guerr (...)
  • 45  On parle par exemple de la surprise d’Amboise, de la surprise de Meaux, etc.

23Si cela fonctionne en partie en 1579-1580 et en 1585-1588, la guerre finit toujours par imposer sa logique lorsque les combats éclatent. Pour Denis Crouzet, ces moments de déchainement de la violence, tant redoutés par la reine mère qui fait tout pour les éviter, seraient néanmoins compris dans sa logique négociatrice. Ils seraient envisagés par elle comme une nécessaire catharsis, une parenthèse au terme de laquelle les discussions peuvent reprendre43. De fait, l’après-guerre ou plutôt l’après bataille se situe directement dans la lignée de l’« avant », consistant en une longue négociation menée avec acharnement jusqu’à la signature de la paix. La vraie rupture dans l’ordre du temps politique de Catherine de Médicis c’est donc celle qu’introduit le combat, plus encore que la guerre. Et encore, car l’« avant » et l’« après », de part et d’autre du fracas des combattants, se ressemblent à s’y méprendre. Au régime des armes, la reine mère tente en effet sans cesse d’imposer celui des mots ; au guerrier articulé au religieux, elle cherche à substituer le politique44. Obliger les principaux acteurs des conflits confessionnels à négocier, à dialoguer, c’est bien tenter de leur imposer une solution politique. L’avant-guerre de Catherine de Médicis est saturée de mots et de lettres, construite par une écriture épistolaire intense qui cherche à nier le fait qu’elle est une avant-guerre et tente au contraire de revenir ou de rester dans le temps de la paix et de la politique. Si dans l’avant-guerre, Catherine de Médicis se bat à coups de plume pour éviter la guerre, c’est qu’elle est emportée dans une spirale désespérée, toujours surprise45 par des événements dont elle doit gérer les conséquences, contrainte à parer au plus pressé et à limiter les dégâts. La monarchie française est en effet en permanence sur la défensive, menant une politique en réaction à des événements dont elle ne parvient pas à dominer le cours et qu’elle ne semble créer qu’à l’occasion, tragique, de la Saint-Barthélemy. Ces quinze lettres par lesquelles la reine mère cherche à éviter la guerre le prouvent bien ; elles montrent un pouvoir monarchique incapable d’imposer son autorité, réduit, au même titre que les autres acteurs, à tenter d'influencer le cours d’événements qu’il ne maîtrise plus.

Haut de page

Notes

1  Ivan Cloulas, Catherine de Médicis, Paris, Fayard, 1979; Jean- François Solnon, Catherine de Médicis, Paris, Perrin, 2003 ; Thierry Wanegffelen, Catherine de Médicis. Le pouvoir au féminin, Paris, Payot, 2005.

2  Peut-être l’assassinat des Guise, perpétré pendant que Catherine de Médicis est alitée pour la dernière fois, est-il le signe d’une première rupture réelle, mais la mort de la reine mère rend impossible la validation ou l’infirmation de cette hypothèse.

3  Hector de La Ferrière et Gustave Baguenault (éd.), Lettres de Catherine de Médicis, Paris, Imprimerie nationale, 1880-1943, 11 volumes. Pour quelques corrections et ajouts, voir Matthieu Gellard, « Commentaire critique de l’édition des Lettres de Catherine de Médicis », Paris, Cour de France.fr, mis en ligne le 1er juin 2013, consulté le 8 juillet 2015. URL : http://cour-de-france.fr/article2788.html. Voir par ailleurs Idem, Une reine épistolaire. Lettres et pouvoir au temps de Catherine de Médicis, Paris, Classiques Garnier, 2015.

4  Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, Œuvres complètes, Ludovic Lalanne (éd.), Paris Renouard, 1873, t. VII, p. 374.

5  Phénomène visible dans Louis Paris (éd.), Négociations, Lettres et Pièces diverses relatives au règne de François II, tirées du portefeuille de Sébastien de l’Aubespine, évêque de Limoges, Paris, Imprimerie royale, 1841.

6  Sur ce thème, voir aussi le texte de David El Kenz dans ce dossier, « L’avant-guerre“ des guerres de Religion, d’après les lettres historiques d’Étienne Pasquier ».

7  Elle écrit dans le même temps à la princesse de Condé : Jane Couchmann et Colette H. Winn (éd.), Autour d'Éléonore de Roye, princesse de Condé. Étude du milieu protestant dans les années 1550-1565 à partir de documents authentiques nouvellement édités, Paris, Champion, 2012, p. 70-71.

8  Réunie pour l’élection comme roi des Romains de Maximilien de Habsbourg, fils aîné de Ferdinand Ier.

9  Cité par H. de La Ferrière (éd.), Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., t. I, p. 282, note 1.

10  Ibid., p. 281-282.

11  Ibid., p. 282-283.

12  Ibid., p. 283.

13  Ibid., p. 283-284.

14  Cet immense travail qui consiste à faire appliquer les édits de pacification est confié à des commissaires. Ceux-ci ont été étudiés par Jérémie Foa, Le Tombeau de la paix. Une histoire des édits de pacification (1560-1572), Limoges, PULIM, 2015.

15  H. de La Ferriere (éd.), Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., t. III, p. 159.

16  Gouverneur d’Auxerre.

17  Ibid., p. 163-165.

18  Ibid., p. 167-168.

19  Archivo documental español publicado por la Real Academia de la historia. Negociaciones con Francia, Madrid, Editorial Maestre, 1960, vol. 11, p. 9.

20  Stéphane-Claude Gigon, La Troisième Guerre de Religion. Jarnac, Moncontour (1568-1569), Paris, H. Charles-Lavauzelle, 1911, p. 37-40, explique en particulier que les forces dont disposait Tavannes étaient trop réduites.

21  Álava explique à Philippe II que Tavannes aurait refusé. C’est aussi ce que disent les mémoires de Gaspard de Saulx de Tavannes, rédigés par un de ses fils. Jean de Saulx de Tavannes, Mémoires de très-noble et très-illustre Gaspard de Saulx, seigneur de Tavannes, mareschal de France, amiral des mers de Levant, gouverneur de Provence, conseiller du roy, et capitaine de cent hommes d’armes, in Joseph-François Michaud et Jean-Joseph-François Poujoulat (éd.), Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, Paris, Éd. du commentaire analytique du Code civil, 1838, série 1, volume 8, p. 303-304. La valeur de ce témoignage est contestée par S.-C. Gigon, La Troisième Guerre de Religion…, op. cit., p. 37-40.

22  Catherine de Médicis à Gaspard de Saulx de Tavannes le 26 juillet 1568, H. de La Ferriere (éd.), Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., t. III, p. 159.

23  Léonce Pingaud (éd.), Correspondance des Saulx-Tavannes au xvie siècle, Paris, Champion, 1877,p. 252-272.

24  Gustave Baguenault (éd.), Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., t. VII, p. 206.

25  Lieutenant-général en Picardie.

26  Ibid., p. 206-207.

27  Ibid., p. 233.

28  Ibid., p. 252-253.

29  Henri III à Nicolas d’Angennes, sr de Rambouillet, le 5 décembre 1579, Jacqueline Boucher, Pierre Champion et Michel Francois (éd.), Lettres de Henri III, roi de France, Paris, Klincksieck et Librairie de la Société de l’histoire de France, 1984, t. IV, p. 306, n° 3585.

30  Henri III à Nicolas d’Angennes, sr de Rambouillet, le 6 janvier 1580, ibid, p. 321, n° 3617.

31  Catherine de Médicis à Arnaud Du Ferrier le 28 décembre 1579, G. Baguenault (éd.), Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., t. VII, p. 213-214. Durant ces négociations menées durant deux mois à Chauny (Aisne), la reine mère a surtout gagné du temps et a empêché Condé de pousser son avantage.

32  Sur ce thème, voir aussi le texte de Tatiana Debbagi Baranova dans ce dossier :«  Préparer la guerre dans l’incertitude : Le cas de la Déclaration du Roy de Navarre contre les calomnies publiées es protestation de ceux de la Ligue (1585) »

33  G. Baguenault (éd.), Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., t. VIII, p. 239-240. G. Baguenault précise que la lettre est prise sur une copie de très mauvaise qualité et qu’il est parfois difficile de la corriger.

34  Ces bruits sont fondés puisque les troupes de la Ligue s’emparent peu à peu de toutes les places de Champagne. À noter que le manifeste de Péronne est daté du dernier jour du mois de mars mais a été envoyé à tout le Midi de la France dès le 19 du même mois.

35  Ibid., p. 242.

36 Ibid., p. 242-243.

37 Ibid., p. 243.

38  Henri III au duc de Guise, au cardinal de Guise et au duc de Mayenne le 16 mars 1585, J. Boucher, P. Champion et M. Francois (éd.), Lettres de Henri III, op. cit., t. VI, p. 408, n° 5766, 5767 et 5768.

39  La bataille de Dreux a lieu le 19 décembre 1562, soit 8 ou 9 mois après le début de la première guerre civile, la bataille de Jarnac le 13 mars 1569, soit 7 mois après la fuite des chefs huguenots pour La Rochelle, etc.

40  Catherine de Médicis à Pomponne de Bellièvre le 3 octobre 1567, G. Baguenault, Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., t. X, p. 216.

41  Catherine de Médicis à Sébastien de L’Aubespine, évêque de Limoges, et Jean Ébrard de Saint-Sulpice le 22 juin 1562, ibid., t. I, p. 337.

42  Dans le cas des conflits extérieurs, la séparation entre guerre et paix est plus nette (avec l’envoi des hérauts d’armes par exemple), et probablement de plus en plus nette au cours de la période moderne avec la formalisation de la diplomatie (la déclaration de guerre entraîne le rappel des ambassadeurs et la rupture des relations diplomatiques).

43  Denis Crouzet, Le Haut Cœur de Catherine de Médicis. Une raison politique aux temps de la Saint-Barthélemy, Paris, Albin Michel, 2005.

44  Jérémie Foa, « Preuves et épreuves. La politisation des conflits confessionnels au début des guerres de Religion », in Olivia Carpi et Philippe Nivet (dir.), Guerre et politique en Picardie aux époques moderne et contemporaine, Amiens, Encrage, 2007, p. 9-23.

45  On parle par exemple de la surprise d’Amboise, de la surprise de Meaux, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Gellard, « Négocier avec acharnement. Catherine de Médicis à la veille des guerres civiles », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2017-01 | 2017, mis en ligne le 10 mars 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6531 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6531

Haut de page

Auteur

Matthieu Gellard

Matthieu Gellard est agrégé et docteur en histoire. Il est l'auteur d'une thèse publiée en 2015 chez Classiques Garnier (Une reine épistolaire. Lettres et pouvoir au temps de Catherine de Médicis) et de nombreux articles sur l'histoire politique et diplomatique de la France des guerres de Religion et sur le gouvernement par l'écrit à l'époque moderne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org