Navigation – Plan du site

Préparer la guerre dans l’incertitude : Le cas de la Déclaration du Roy de Navarre contre les calomnies publiées es protestation de ceux de la Ligue (1585)

Preparing the war in uncertainty: the case of the « Déclaration du Roy de Navarre contre les calomnies publiées es protestation de ceux de la Ligue » (1585)
Kriegsvorbereitung in Unsicherheit: Der Fall der « Déclaration du Roy de Navarre contre les calomnies publiées es protestation de ceux de la Ligue » (1585)
Tatiana Debbagi Baranova

Résumés

Cet article examine la Déclaration du roi de Navarre et analyse le contexte et les modalités de sa publication en juillet 1585. Henri de Navarre proteste ainsi publiquement contre les accusations dont l’accablent les ligueurs et déclare sa fidélité au roi. Cette analyse s’attache à montrer comment un parti nobiliaire manie les écrits manuscrits et imprimés, privés et publics, afin d’agir sur la configuration d’un conflit militaire qu’on sent proche et surtout afin de préparer une base légitime pour un engagement futur. Elle tente, par ailleurs, d’esquisser une certaine pensée de l’action qui sous-tend les actes et les discours de Henri de Navarre et de son conseiller Philippe Duplessis-Mornay. Cette pensée valorise, en effet, la capacité d’une rapide adaptation aux circonstances, comprise comme une aptitude à se conformer aux desseins de Dieu, et donc promeut un calcul politique ouvert aux multiples possibilités. Pourtant, elle ne remet pas en question la constance des valeurs nobiliaires et chrétiennes. Dans ces conditions, la publication de la posture du roi de Navarre qui fait appel au sens d’honneur sert de révélateur du champ de forces constitué.

Haut de page

Notes de la rédaction

La Déclaration du Roy de Navarre contre les calomnies publiées es protestation de ceux de la Ligue est en ligne sur Gallica à l’URL suivante : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k79476x/f23.image

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, Gilles Lecuppre et Élodie Lecuppre-Desjardin, « Les formes de la polémique dans (...)

1Depuis la fin du Moyen Âge, la publication des Déclarations nobiliaires est un moment important et ritualisé d’entrée en guerre. Les lettres et les déclarations sont émises par les grands seigneurs pour justifier la levée des troupes en dépit de la prérogative royale. Ces documents élaborés dans leurs conseils, rédigés en leurs noms, signés voire écrits de leur main, désignent l’ennemi du bien public contre lequel les armes sont prises et formulent son acte d’accusation. La mise en scène d’une situation de danger éminent et de la faillite de l’arbitrage royal doit montrer la nécessité de recourir à ce moyen extraordinaire qu’est la guerre. Les Déclarations avancent aussi des réclamations qui forment une sorte de programme politique prenant en compte les intérêts d’alliés potentiels. Elles constituent donc une base pour le recrutement des partisans et pour la négociation avec le pouvoir1.

  • 2 La prise d’armes par la Ligue catholique en 1585, évoquée ici-bas, présente un contre-exemple, parc (...)
  • 3 Arlette Jouanna, Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’état moderne, Par (...)

2Une fois rédigée et signée, la Déclaration est adressée au roi puis diffusée à l’intérieur voire aussi à l’extérieur du royaume. Elle est envoyée en priorité aux corps du royaume et aux personnages d’influence, capables d’apporter un soutien aux révoltés. Depuis la généralisation de l’imprimé, elle est distribuée le plus largement possible. Si la négociation avec le pouvoir royal suit généralement la publication de l’engagement d’un grand, il est rare que cette négociation aboutisse à un désarmement2. Le caractère public de la Déclaration rend le conflit presque inévitable par la mise en jeu de l’honneur nobiliaire. D’une part, quelles que soient les réelles motivations des grands qui entrent en conflit, l’intention déclarée ne peut pas être mise en doute sans porter atteinte à leur honneur. D’autre part, la personne désignée comme ennemi du bien public – généralement un proche conseiller du roi – reçoit un affront décuplé par la publicité de la déclaration, ce qui favorise le recours aux armes. Les déclarations qui interviennent au moment où la mobilisation militaire devient difficile à dissimuler s’apparentent donc à une offense publique qui doit provoquer une prise de parti. Part indispensable du rituel de révolte3 qui révèle ainsi la constitution d’une force militaire partisane, elle est le produit d’une réflexion stratégique qui a pour objectif d’établir les termes avantageux du conflit militaire, favorables à la mobilisation maximale des ressources.

On peut certes se demander si les déclarations interviennent encore dans la période d’« avant la guerre » ou bien si elles constituent déjà un acte de guerre, d’autant plus que leur publication accompagne souvent – mais pas systématiquement – une première opération militaire, la prise d’une ou de plusieurs villes. En effet, l’occupation militaire d'un territoire constitue le meilleur argument pour obtenir des concessions lors de négociations futures. Il est donc difficile de distinguer, clairement, le moment exact de l’entrée en guerre. Les contemporains eux-mêmes n’hésitent pas à jouer sur ce point, notamment pour rejeter la responsabilité de l’initiative guerrière sur l’adversaire. Convenons, pour le moment, que le point de rupture l’arrêt des négociations publiques et le début des manœuvres militaires dirigées clairement contre l’armée ennemie constituent le point de rupture.

3Ces considérations préalables sont nécessaires pour comprendre à quel point la Déclaration du Roy de Navarre contre les calomnies publiées es protestations de ceux de la Ligue qui se sont eslevez en ce Royaume occupe une place à part dans la série des déclarations nobiliaires4. Ce texte, probablement rédigé par le conseiller d’Henri de Navarre, Philippe Duplessis-Mornay, après une discussion au sein du conseil, est signé le 10 juin 1585, à Bergerac. Son objectif n’est pas de justifier une prise d’armes imminente mais de publier, au contraire, la fidélité du roi de Navarre à l’égard d’Henri III et d’inciter ce dernier à le soutenir en retour. Elle paraît dans une situation politique marquée par l’incertitude quant à la configuration du conflit à venir et semble vouloir donner, à travers la définition de la posture publique d’Henri de Navarre, un cadre de référence pour une action politique et militaire future. Les choix d’argumentation et de modes de publication semblent se fonder sur l’expérience des guerres précédentes, sur l’analyse de la conjoncture présente et sur le pronostic concernant les possibles du choix politique royal. Ils témoignent donc de cet « art subtil du calcul politique [qui] a conquis ses lettres de noblesse en Italie aux xve et xvie siècles »5 et qui a été appliqué et développé par les grands et leurs agents au cours des guerres de Religion. De quelle façon les auteurs de ce texte tentent-ils d’agir sur le futur dans le contexte de la préparation de l’affrontement militaire ? Manifestation d’une « science rationnelle » de l’action politique à première vue, la Déclaration semble renvoyer à la vision d’un futur conforme à la pensée théologique protestante. Pour essayer de mettre en lumière la philosophie de l’action qui sous-tend la Déclaration, commençons par analyser le contexte politique qui explique les choix argumentatifs des auteurs pour réfléchir, ensuite, sur les usages qui en ont été faits.

Deux mois d’expectative face à la prise d’armes par la Ligue catholique

  • 6 Declaration des causes qui ont meu Monseigneur la cardinal de Bourbon, et les Pairs, Princes, Prela (...)
  • 7 Hugues Daussy, Les Huguenots et le roi. Le combat politique de Philippe Duplessis-Mornay (1572-1600 (...)

4Depuis le décès du duc François d’Anjou, le 19 juin 1584, Henri de Bourbon, roi de Navarre, est devenu l’héritier de la couronne selon la loi salique. La Ligue catholique, sous la conduite d’Henri de Guise, prend les armes afin d’obtenir d’Henri III la destitution de son héritier calviniste au profit de son oncle sexagénaire, le cardinal Charles de Bourbon, et le rétablissement du catholicisme comme seule religion du royaume. Le 31 mars 1585, est publiée la Déclaration des causes qui ont meu Monseigneur le cardinal de Bourbon, & les Pairs, Princes, Prélats, Seigneurs, Villes & Communautés catholiques de s’opposer par armes à ceux qui veulent subvertir la religion et l’état. Il s’agit, pour la première fois dans l’histoire des guerres de Religion, de la prise d’armes à l’initiative du parti catholique. Henri de Navarre qui se trouve alors en Guyenne, dont il est le gouverneur, est désigné dans la Déclaration comme « hérétique » et relaps. Les Ligueurs qui réclament sa destitution justifient leur prise d’armes par l’armement des protestants ; ils les accusent d’entretenir les gens de guerre, de retenir les huit villes de sûreté qu’ils devaient rendre au roi en 1583 et d’avoir sollicité les princes de France afin de « s’assurer des moyens nécessaires pour renverser la Religion catholique »6. Henri III qui avait reconnu Henri de Navarre comme son successeur et qui l’avait sommé de se convertir, lui ordonne de contenir les réformés et de ne pas prendre les armes afin de prouver la fausseté de ces accusations. Il promet de garantir la sécurité des protestants7. Henri de Navarre est alors réduit à la position d’expectation.

  • 8 Philippe Duplessis-Mornay, Mémoires et correspondance, éd. par A.-D. de la Fontenelle de Vaudoré et (...)

5La situation est inédite : la prise d’armes par la Ligue place les réformés dans la posture de bons serviteurs du roi, alors que les catholiques intransigeants apparaissent, pour la première fois, comme perturbateurs du repos public. Le roi de Navarre, en sa qualité de prince héritier, souhaite faire tout son possible pour conserver le soutien royal. Philippe Duplessis-Mornay, son conseiller, fait une analyse intéressante de la situation dans une lettre à Bartholomeo d’Elbène, datée du 29 mars (donc peu avant la publication de la Déclaration) : il affirme ignorer l’intention exacte des Ligueurs mais il remarque que le départ des Guise de la cour semble présager une prise d’armes : « De moi, je prends tout en bien : s’ils desistent [de prendre les armes], ils auront perdeu creance envers beaucoup de gens ; s’ils persistent, ils auront reveillé l’esprit du roy, pour penser à ses affaires »8. Il affiche donc sa satisfaction devant une conjoncture politique qui lui semble favorable.

  • 9 Voir, par exemple, Xavier Le Person, «Practiques et practiqueurs » : la vie politique à la fin du r (...)
  • 10 Henri III, Lettres de Henri III, roi de France, t. IV, éd. par Pierre Champion et Michel François, (...)
  • 11 Voir là-dessus Matthieu Gellard, Négocier avec acharnement. Catherine de Médicis à la veille des gu (...)
  • 12 Xavier Le Person, op. cit., p. 216.
  • 13 René de Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue (1585), éd. par Alain Dufour, Genève, Droz, 196 (...)

6Néanmoins, la position du roi face aux Ligueurs est loin d’être claire. De récentes études montrent qu’Henri III n’a pas été pris au dépourvu ni n’est resté passif face à leur prise d’armes9. Depuis le début du mois de mars, il multiplie les dépêches de dissuasion à l’adresse de la grande noblesse. Il commence à mobiliser les forces armées au mois de mars, au moins deux semaines avant la publication de la Déclaration du cardinal. À la fin du mois, il avertit le roi de Navarre : « Mon frère, je vous advise que je n’ai pu empescher […] les mauvais desseins du duc de Guise. Il est armé ; tenez vous sur vos gardes et n’attentez rien »10. Le roi de Navarre reçoit également une Déclaration de la volonté du Roy sur les nouveaux troubles de ce Royaume qui répond à la proclamation du cardinal en dénonçant cette prise d’armes et l’intervention des Ligueurs dans les affaires royales. La Ligue et le roi s’arment en toute hâte et se livrent à une guerre d’intimidation. Mais le roi de Navarre apprend que des négociations, assumées par Catherine de Médicis, ont été engagées11. Ces négociations durent presque trois mois, d’avril à juillet 1585. Si les Ligueurs s’emparent de nombreuses villes et gouvernements principalement au Nord et à l’est du Royaume, le roi n’est pas dépourvu de ressources : au mois de mai il semble plutôt en position de force12. L’issue des négociations est pourtant difficile à prévoir. Le roi pourrait s’allier avec les Ligueurs contre les réformés – une hypothèse qui paraît d’autant plus probable au parti réformé que le pouvoir royal avait toujours pris le parti catholique au cours des guerres précédentes –, ou bien rompre les négociations et faire la guerre à la Ligue ou encore négocier la paix en amenant les Ligueurs à abandonner leurs exigences religieuses. À la cour, nombreux sont ceux qui pensent que le roi s’engagera contre la Ligue : le 25 mai encore, René de Lucinge, ambassadeur de Savoie, compte les armées du roi de Navarre et du prince de Condé dans les forces royales13.

  • 14 Philippe Duplessis-Mornay, Mémoires, op. cit., p. 13-16.
  • 15 Henri IV, Recueil de lettres missives de Henri IV, pub. par M. Berger de Xivrey, Paris, imprimerie (...)
  • 16 Henri III, Lettres, op. cit., lettre n° 5872 : « Prie le roi de Navarre de ne rien entreprendre sur (...)

7L’expérience des guerres de Religion rend les réformés méfiants vis-à-vis du roi. De plus, avant même la prise d’armes par la Ligue, le roi de Navarre se savait surveillé dans ses déplacements et ses actions. Dès la fin du mois de mars, il décèle les signes qui lui montrent que le roi ne souhaite pas l’associer à la défense du trône. Dans sa lettre à Chassincourt, son député à la cour, le roi de Navarre écrit que le maréchal de Matignon, lieutenant général du roi en Guyenne, lève une armée : « J’en oy aussi peu parler que si je n’estois point gouverneur, et en somme n’ay de sa part aucune communication des affaires de la Guyenne ». Il demande à son député de faire comprendre au roi, uniquement si l’occasion se présente, que le maréchal de Matignon lui a fait dire « par quelques uns de mes serviteurs, et diverses fois, que tous ces remuements pourroyent bien enfin retomber sur moy, et que j’avois à y penser ». Il prie le roi de l’employer ouvertement à son service pour lui témoigner sa confiance. La méfiance des réformés, dit-il, s’accroit lorsqu’ils s’aperçoivent que « je suis oublié et laissé derrière, et que je demeure comme eux […] déspouillé pendant que chacun s’arme, [et] au lieu de quitter la defiance, [ils] la reprennent »14. Il renouvelle cette demande dans sa lettre du 13 avril qui répond à l’annonce officielle de la prise d’armes par le duc de Guise15. Mais le roi n’entend pas ses sollicitations. Les lettres royales ne font que réitérer l’ordre de contenir les réformés et de ne pas attiser la méfiance des catholiques. Henri III promet que l’armée de Matignon fera le nécessaire pour défendre les édits16.

  • 17 Philippe Duplessis-Mornay, Mémoires, op. cit., p. 30 et sq., Instruction à M. de Segur, allant de l (...)
  • 18 Hugues Daussy, Les Huguenots et le roi, op. cit., p. 317.

En attendant la résolution de la situation, le roi de Navarre renonce à toute action offensive. Il se prépare néanmoins à la guerre. Il donne l’ordre de pourvoir à la défense des places tenues par les protestants et renforce sa propre garde. Au début du mois de mai, il envoie Jacques Segur-Pardaillan auprès de la reine d’Angleterre, avec la mission de solliciter Elisabeth Ière de l’aider, si la situation l’exige. Ce dernier doit prier la reine d’envoyer une flotte de secours et de prêter une somme nécessaire pour recruter une armée en France17. Ségur doit ensuite se rendre dans l’Empire pour poursuivre les négociations auprès des princes allemands. Henri de Navarre rencontre également son futur allié, le duc de Montmorency18.

  • 19 Henri IV, Recueil de lettres missives, op.cit., p. 62-65.

8Le 17 mai, il tente de sonder, à nouveau, les intentions royales. Il fait part à Henri III de sa difficulté de retenir les réformés qui voient se former les troupes ligueuses sans pouvoir s’y opposer et qui s’inquiètent du secret dont sont entourées les négociations du roi avec la Ligue. Il formule clairement ses craintes en déclarant que « la voix commune, mesmes de vos principaux officiers es villes et provinces de deça » affirme que ces troubles se pacifieront aux dépens des huguenots, et « que les choses en sont desjà si avant, qu’ils les font tenir comme faictes et concluës ». En soumettant cette supposition à Henri III, Henri de Navarre cherche à provoquer une réponse qui lui permettra de juger du positionnement du roi dans le conflit. Il affirme également avoir engagé sa parole et son honneur auprès des réformés en les assurant « que Vostre Majeste sçauroit bien pourveoir à le repression de ses ennemis et à leur conservation tout ensemble » et « qu’il n’y a pas d’apparence que Vostre Majesté voulust contenter des estrangers aux despens des princes qui ont cest honneur de le toucher de si près, ny rachepter la paix avec ceux qui troublent vostre Estat, au domage de ceulx qui ne desirent que trainer leur vie sous l’obeissance de vos édits »19. Il cherche, en effet, à obliger le roi à engager son honneur et construit ainsi la virtualité d’une réponse royale favorable.

  • 20 Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, éd. par André Thierry, t. VI (1579-1585), Genève, Droz, 19 (...)
  • 21 Henri III, Lettres de Henri III roi de France, pub. par Jacqueline Boucher, Paris, SHF, 2012, t. VI (...)
  • 22 René de Lucinge, Lettres, op. cit., p. 97, lettre au duc de Savoie du 8 juin 1585.

9Néanmoins, face à la multiplication de signes de défiance des officiers royaux et sans attendre la réponse, il réunit une assemblée de nobles protestants à Guîtres, près de Coutras, les 29 et 30 mai. La décision est prise de ne pas envoyer les gentilshommes armés dans les troupes royales, mais de créer une armée protestante indépendante, capable soit de se mettre au service du roi soit d’assurer la défense des réformés20. La lettre du roi qui arrive au début du mois de juin et qui répond à la missive du 17 mai a du confirmer le roi de Navarre dans sa décision, car Henri III ne prend pas la peine de réfuter, avec vigueur, les rumeurs rapportées par son héritier et n’apporte aucune information concrète. Le roi se contente de rappeler la communauté de leurs intérêts : « il est très certain que les auteurs de ces nouveaux remuements d’armes, s’adressant à moy et à ma couronne, s’adressent pareillement à vous et prétendent s’avancer et acroistre au dommage de l’un et de l’autre ». Il affirme qu’il a différé de mettre le roi de Navarre au courant de la négociation parce que cette dernière a très peu progressé malgré ses efforts et parce que le respect du secret est primordial pour son succès. Il promet d’inclure les réformés dans la paix et réitère sa demande de ne pas prendre les armes21. Alors qu’à la cour René de Lucinge croit à l’alliance du roi avec les protestants au moins jusqu’au 8 juin22, au sud-ouest de la France, le refus des officiers royaux de coopérer avec le roi de Navarre et la retenue du roi qui rechigne à l’engager à son service rendent l’issue de la situation presque évidente.

Obliger le roi : choix stratégiques de la Déclaration du roi de Navarre

  • 23 Voir la lettre de Stafford à Walsingham, datée du 22 Juin 1585, Calendar of State Papers Foreign, E (...)

10C’est lorsque l’expectative n’est plus supportable que la décision de rédiger une déclaration est prise. Écrite de la main du roi de Navarre, elle est signée à Bergerac le 10 juin et envoyée au roi avec le seigneur de Serillac. Lorsque ce dernier est arrêté sur le chemin par les troupes du duc d’Elbeuf, la Declaration du roy de Navarre est confiée à la poste. Henri III en fait la lecture dans son conseil, en présence des agents du roi de Navarre et probablement de l’ambassadeur anglais, entre le 22 et le 28 juin23.

  • 24 Declaration du roy de Navarre, op. cit., p.3.
  • 25 Ibid., p. 4.

11La démarche déclarative est traditionnellement justifiée, dans une lettre préliminaire adressée au roi, par la nécessité de défendre la réputation d’Henri de Navarre contre les calomnies des Ligueurs qui ont tâché de le « rendre suspect à vostre Majesté, odieux à tous les Ordres & Estats, & en mauvaise odeur envers tous les Princes et nations de la Chrétienté »24. Cette offense publique requiert une réponse équivalente. Malgré cette annonce d’intention qui reprend un lieu commun, le sens de l’action est bien différent. Si l’on ne trouve pas de traces d’une telle justification dans les lettres qu’Henri de Navarre adresse au roi, c’est parce qu’il estime que le souverain est parfaitement au courant de la situation. Mais il a échoué dans sa tentative d’obtenir un engagement royal. Les lettres d’Henri III sont évasives et le chef du parti protestant est clairement tenu à l’écart de la politique royale. Dans ces circonstances, la réception de la Déclaration doit contraindre le souverain à donner enfin une réponse claire et à prendre parti publiquement. Le roi de Navarre demande une reconnaissance officielle de son innocence et de son obéissance, en priant le roi d’autoriser que les officiers et les ambassadeurs royaux présentent cette Déclaration à « toutes vos Cours de Parlement, & autres corps notables de ce Royaume », donc à toutes les instances de décision judiciaire, ainsi qu’à « tous Princes Chrétiens vos amis & alliez »25 afin de le disculper. Il s’agit donc d’une demande de justice que le souverain ne peut ignorer, d’autant plus qu’il avait exprimé, en privé, son soutien à Henri de Navarre. S’il accepte la publication officielle de la Déclaration, il donnera publiquement raison à son héritier protestant et, s’il refuse, le roi de Navarre saura qu’il penche du côté de la Ligue et se chargera lui-même de la diffuser. L’envoi de ce document constitue donc un moyen de pression ultime et prévient le roi de la prochaine sortie d’Henri de Navarre sur la scène publique. La perspective de la publication nationale et surtout internationale de ce texte devant de nombreux témoins de haut rang doit obliger Henri III à y répondre point par point pour satisfaire aux exigences d’honneur et de justice.

  • 26 Hugues Daussy, Les Huguenots et le roi, op. cit, p. 337 et sq.
  • 27 Philippe Duplessis-Mornay, Mémoires, op. cit., Instruction au sieur Constant, allant de la part du (...)

12La base argumentative de la Déclaration du roy de Navarre a certainement été élaborée en collaboration étroite avec Philippe Duplessis-Mornay26. Il ne s’agira pas ici de l’étudier en profondeur mais de mettre en lumière quelques points stratégiques pour montrer comment Duplessis-Mornay tente de créer des contraintes d’honneur afin de rendre impossible l’engagement contre son maître. Il doit, avant tout, récuser l’accusation d’hérésie. Le roi de Navarre affirme partager les bases de la doctrine chrétienne et n’aspirer qu’à la réformation des abus dans l’Église. Surtout, il offre de se soumettre, en matière de foi, à la décision d’un concile national. De nombreux catholiques gallicans trouvent cette proposition très raisonnable, d’autant plus que la tenue d’un tel concile est demandée depuis le début du conflit religieux, au point de devenir un lieu commun. Un hérétique est, par définition, obstiné : or, l’ouverture du roi de Navarre prouve la sincérité de sa foi et sa bonne volonté. Duplessis-Mornay confirmera cet objectif plus tard, dans une lettre au maréchal de Montmorency, lorsqu’il lui écrira que le roi, en prenant la connaissance de la Déclaration, aurait voulu retarder son alliance avec la Ligue, car la plupart des gentilshommes présents à la lecture ont protesté « ne pouvoir honnestement porter les armes contre le roy de Navarre soi soumettant à la raison et mesmes pour le faict de la relligion à ung Concile »27. La Déclaration doit aussi rassurer les catholiques en dédramatisant, de façon implicite, la perspective de la succession du roi de Navarre à la couronne. Il affirme qu’il a toujours respecté les consciences et employé à son service les représentants des deux confessions :

Il n’aurait jamais fait obstacle à l’exercice de la religion catholique dans les territoires sous son gouvernement. S’il a gardé la religion protestante comme seule confession possible en Béarn – où elle a été implantée par sa mère en accord avec les États – cela a été conforme aux souhaits de ses sujets. Le rôle central accordé aux États doit persuader les catholiques qu’aucun changement religieux n’interviendra sans un consentement commun.

  • 29 Le texte de ce concordat a été imprimé, mais le libelle est aujourd’hui perdu. Voir Denis Pallier, (...)
  • 30 Henri IV, Recueil de lettres missives, op. cit., t. II, p. 78, Lettre à la reine d’Angleterre, vers (...)

13Le roi de Navarre réfute également les accusations de rébellion avancées contre lui dans la Déclaration du cardinal de Bourbon. Le prolongement de l’occupation des villes de sûreté a été accordé par le roi en attendant la pacification des conflits locaux. S’il entretient des relations avec la reine d’Angleterre et les princes protestants, il n’a conclu aucun traité au détriment du roi de France. En guise de preuve, Henri de Bourbon demande l’autorisation du roi de présenter cette Déclaration à ces souverains par les ambassadeurs royaux qui doivent les solliciter à confirmer ou à infirmer sa parole. La Déclaration s’attache ensuite à prouver que le texte du concordat de Magdebourg, dont la copie circule en France et est lue en chaire par les prédicateurs, est un faux29. Ce concordat aurait été conclu entre son représentant, le seigneur de Ségur, la reine d’Angleterre et les princes protestants d’Allemagne, en décembre 1584, pour abolir la religion catholique après la mort d’Henri III. Mais, comme l’explique l’auteur, ce document est rempli d’incohérences internes, car de nombreux personnages mentionnés comme présents à cette assemblée se trouvaient ailleurs voire étaient déjà morts comme le prince d’Orange, assassiné en juillet 1584. Une telle réunion n’a jamais eu lieu. En parallèle à cette démarche explicative, le roi de Navarre sollicite tous les princes mis en cause dans cette affaire pour confirmer ses dires. Dans sa lettre à Elisabeth Ière, il explique qu’il demande à tous les princes de religion réformée avec lesquels il était en contact pendant ces dernières années de lui délivrer une attestation « escripte et signée de leur main » qui répondra à la question « si onc je leur ay proposé ou faict proposer chose semblable », attestation qu’il pourrait « présenter au Roy mondict seigneur, et en l’assemblée des estats de ce Royaume, en tant que besoin seroit »30.

  • 31 Pierre de L’Estoile, Registre-Journal, op. cit., t. II (1996), oct. 1576, p. 60.
  • 32 Marco Penzi, « Les pamphlets ligueurs et la polémique anti-ligueuse : faux textes et « vrais faux » (...)
  • 33 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, La Haye, chez Henri Scheurleer, 1740, t. 6, p. 188-1 (...)
  • 34 Declaration du roy de Navarre, op. cit., p. 40.

14Henri de Navarre finit par rejeter l’accusation de rébellion sur les Ligueurs. Ce sont eux qui souhaitent la mort du roi en soulevant la question de sa succession alors que ce dernier est en fleur de l’âge et en lui proposant, comme successeur, un cardinal de soixante-six ans. Pour appuyer l’accusation, le roi de Navarre rappelle l’affaire de l’avocat David, trouvé, après sa mort, en possession d’un mémoire établissant les droits du duc de Guise sur le trône de France31. Ce document compromettant était probablement un faux, mais il était utilisé par les réformés pour prouver la conspiration guisarde32. Le roi de Navarre suggère également que le seigneur de Salcède, exécuté en 1582 pour tentative d’empoisonnement du duc d’Anjou, a été engagé par le duc de Guise33. Il rappelle encore au roi qu’en 1576, au moment de la formation de la Ligue de Péronne, il lui avait prédit les événements qui sont en train de se réaliser. Le rappel des agressions que les protestants subissent depuis les derniers « treize ou quatorze ans », c’est-à-dire depuis la Saint-Barthélemy, doit montrer au lecteur que s’ils prennent des précautions, ou retiennent des villes, c’est parce que leur sécurité a toujours été menacée34.

  • 35 Ibid., p. 53
  • 36 Jean-Pierre Babelon, Henri IV, op. cit., p. 351-352.
  • 37 François Billacois, Le Duel dans la société française des xvie-xviie siècles. Essai de psychologie (...)
  • 38 Denis Crouzet, Dieu dans ses royaumes. Une histoire des guerres de Religion, Seyssel, Champ Vallon, (...)

15La Déclaration formule surtout des offres « honorables » dont l’objectif est de proposer un mode de résolution du conflit si honnête et si conforme à l’éthique nobiliaire que leur rejet parait impossible et témoigne d’une mauvaise volonté. Il déclare que les protestants sont prêts à rendre les places de sûreté et que lui et le prince de Condé sont prêts à se démettre de leurs gouvernements à condition que les ligueurs fassent de même. Et puisque le duc de Guise, le vrai chef de la Ligue, semble en vouloir à sa personne, le roi de Navarre lui lance un démenti, afin de le provoquer en duel. Il s’agit d’un vrai sacrifice de soi, car Henri de Navarre propose de mettre sa vie en danger, malgré la différence de rang, pour éviter une nouvelle effusion du sang des Français35. Certains historiens – tel Jean-Pierre Babelon – ont jugé ce geste comme une référence à un code chevaleresque respecté mais dépassé depuis longtemps, comme c’était déjà le cas au temps de François Ier qui avait lancé un défi à Charles Quint36. Pourtant, les recherches de François Billacois sur le duel ont montré que le cartel – seul acte de procédure écrit – connaît une grande vogue dans les dernières décennies du siècle et devient même objet de collection37. Contrairement à l’Italie, où le cartel sert d’échappatoire au combat réel, en France beaucoup de défis se terminent par un affrontement sanglant. Pour les gentilshommes, voire pour les grands, l’appel au duel renvoie donc à un mode bien réel et répandu de règlement de conflit. Le geste est donc lourd de sens, car le roi de Navarre propose de verser son sang pour épargner celui des sujets du roi de France, tant protestants que catholiques. Denis Crouzet analyse cette offre sacrificielle de soi comme « l’un des points d’origine de l’investissement sacral […] qui va mener le Béarnais à la couronne »38. En effet, ce dernier, en offrant sa personne au royaume, se place bien au-dessus de la logique d’un chef de parti.

16La Déclaration élabore donc un discours approprié pour un héritier du trône – généreux, clément à l’égard des sujets de toutes les confessions, respectueux des décisions des institutions traditionnelles, des édits de tolérance, du principe de la liberté de conscience – prêt à mourir pour le bien du royaume et de ses habitants.

Prévoir tous les possibles

  • 39 Philippe Duplessis-Mornay, Mémoires, op. cit., p. 126-128.
  • 40 Voir mon analyse de cette instruction dans Tatiana Debbagi Baranova, À coups de libelles. Une cultu (...)

17En publiant cette Déclaration qui élabore une posture stoïque et formule des offres difficiles à décliner, le roi de Navarre et ses conseillers invitent le roi à se prononcer en faveur de son héritier légitime après deux mois et demi d’incertitude. Ils envisagent tout à fait la possibilité du ralliement du roi à leur discours comme en témoigne l’instruction donnée par Duplessis-Mornay aux seigneurs de Clervant et de Chassincourt39. Elle indique la façon de procéder à la publication de la Déclaration, en fonction de la réponse royale. Si elle est bien reçue, ils doivent prier le roi d’en garder la version manuscrite, écrite de la main du roi de Navarre, en preuve de sa bonne volonté. Ils solliciteront l’autorisation du roi d’en envoyer des copies aux différentes cours du Parlement et de les remettre aux ambassadeurs du roi qui se chargeront de la présenter aux souverains étrangers. Ils veilleront également à ce que la Déclaration soit imprimée accompagnée d’un privilège royal en signe d’approbation. Si elle est rejetée, Clervant et Chassincourt devront emprunter la voie non officielle de la publication, l’imprimer clandestinement et la faire distribuer aux « personnes d’autorité » dans le royaume et à l’étranger, en empruntant donc des voies de publication « privées ». Il est curieux que les instructions concertant le premier cas de figure sont plus détaillées et plus longues. En effet, c’est bien la publication officielle de ce document qui pourrait fournir à tous les Français la preuve d’engagement du roi40.

18Malgré tous les signes de défiance, le roi de Navarre et son conseiller se sont donc employés à construire une virtualité du succès de leur entreprise de persuasion. Mais la même Déclaration peut aussi justifier une rupture avec le souverain. En effet, le refus d’une offre si honnête et raisonnable ne peut que légitimer la prise d’armes par les protestants et justifier l’intervention des souverains étrangers. Ainsi, quel que soit le résultat de la présentation de la Déclaration, cette action ne peut que contribuer au succès de l’action protestante ; elle doit servir de révélateur voire d’accélérateur des événements futurs dont le choix ne dépend finalement que de Dieu.

  • 41 Philippe De Mornay, sieur du Plessis Marly, De la vérité de la religion chrestienne, contre les ath (...)
  • 42 Ibid., p. 299.

19En effet, Philippe Duplessis-Mornay semble avoir une vision optimiste du futur, vision fondée sur sa foi en la Providence conduisant les réformés vers une victoire définitive. Dans son traité De la vérité de la religion chrétienne, rédigé six ans auparavant et publié à plusieurs reprises (y compris à Paris en 1585), il a construit une pensée cohérente sur le rapport entre l’action humaine et la providence divine, pensée qu’il réactive dans certaines de ses lettres de l’année 1585. Selon lui, un homme sage et expérimenté peut prévoir le futur avec une grande probabilité (de trois quart environ) lorsqu’il connaît bien les prémisses d’une situation. Ainsi, ses lettres – aussi bien que celles du roi de Navarre – montrent que l’engagement du roi du côté de la Ligue lui paraît le plus probable. Duplessis-Mornay précise néanmoins que l’homme le plus avisé peut se tromper car il ne peut pas tenir compte de toutes les circonstances et maîtriser toutes les causes qui mènent à un résultat. Seul Dieu qui a la connaissance immédiate du passé, du présent et de l’avenir sait ce qui va se passer et fait acheminer le monde vers la fin prédéterminée. Il le fait tout en laissant les hommes agir librement en les entrainant dans une direction, comme pris dans un courant. Les événements et les actions qui paraissent être les fruits du hasard s’inséreraient en réalité dans une chaîne de causes et de conséquences qui échapperait à l’entendement des hommes, de sorte qu’un fait qui semble contraire à un résultat souhaité y mène inexorablement. Dans cette situation, dit Duplessis-Mornay, « bien heureuse est [la volonté humaine qui, ayant pressenti la direction du mouvement de la Providence] tasche de [le] suyvre, & bien malheureuse [celle] qui se fait trainer »41. Il conclut : « Ainsi nous pouvons cheminer […] entre la licence & la servitude des choses, quand nous leur laissons leurs mouvemens libres, parvenans toutesfois, quelque tour qu’ils pensent prendre, à la fin qu’il plaist à Dieu leur ordonner »42. Cette philosophie religieuse semble aboutir à une attitude qui consiste à créer les conditions favorables à une issue souhaitée, tout en prévoyant des alternatives politiques. Dans tous les cas, face à l’incertitude, la Déclaration du roi de Navarre constitue une référence stable, en proposant un discours digne, honorable, convenable à un héritier du trône et capable donc de susciter l’adhésion.

Mettre en scène la réception de la Déclaration

  • 43 Henri III, Lettres, op. cit., lettre n° 5945.
  • 44 Pierre de L’Estoile note dans son journal que la Déclaration fut imprimée dans la capitale « soubs (...)

20La Déclaration est lue devant le Conseil du roi à la fin du mois du juin, lorsque les négociations avec la Ligue sont sur le point d’aboutir ; le 7 juin, il a déjà annoncé, dans sa lettre au maréchal de Matignon, qu’il avait accordé aux Ligueurs « le point de la religion », c’est-à-dire la révocation du régime de tolérance43. Pourtant, il manifeste bien sa bienveillance aux seigneurs de Clervant et de Chassincourt qu’il semble avoir reçus en présence de Stafford, l’ambassadeur d’Elisabeth Ière et allié du roi de Navarre. Henri III continue de mener un double jeu. Il n’a pas l’intention de trancher définitivement entre les deux partis et de figer ainsi son jeu politique. Dès la première lecture, il interdit aux agents du roi de Navarre d’imprimer la Déclaration et d’en délivrer les copies avant qu’il ne consulte la reine-mère. Il leur fait ainsi comprendre qu’ils ne peuvent pas compter sur son soutien public. Il ne délivrera jamais l’autorisation de la présenter aux parlements de France. Henri III envoie même des lettres à la noblesse dans lesquelles plusieurs arguments de la Déclaration du roy de Navarre sont réfutés, afin de montrer que ce dernier avait bien agi en partisan, en désobéissant aux injonctions royales. Mais il semble tolérer une publication clandestine de la Déclaration à Paris, comme s’il laissait comprendre aux partisans du roi de Navarre que c’était bien la nécessité politique qui le contraignait à agir ainsi contre son gré44 . Henri III laisse même son « archi-mignon », le duc d’Epernon, l’une des cibles des Ligueurs, se prononcer en public en faveur de son héritier contesté.

  • 45 Données de Universal Short Title Catalogue, www.ustc.ac.uk.
  • 46 Declaration du roy de Navarre sur les calomnies publiees contre luy és protestations de ceux de la (...)
  • 47 Voir Universal Short Title Catalogue, www.ustc.ac.uk.
  • 48 Declaration du roy de Navarre sur les calomnies publiees contre luy & protestations de ceux de la l (...)
  • 49 Declaratio ad calumnias adversus se sparsas in protestantibus eorum, Leiden, [Christophe Plantin] a (...)
  • 50 The declaration of the King of Nauarre touching the slaunders published against him in the protesta (...)
  • 51 Weytere declaration oder erclaerung: so Henricus der Koenig von Navarra auff der Catholischen vorge (...)

21Face au choix royal, les agents d’Henri de Navarre s’appliquent à diffuser la Déclaration le plus largement possible. À côté des versions manuscrites, adressées aux alliés les plus importants, on trouve aujourd’hui neuf éditions de ce texte en français45. Une édition qui ne porte ni le lieu de l’impression ni le nom de l’éditeur, peut être identifiée avec la publication parisienne clandestine46. Louis Rabier, imprimeur orléanais installé à Orthez, l’édite à six reprises47. Ces éditions portent un privilège du roi de Navarre, qui, en tant que seigneur de Béarn, n’a pas besoin de l’autorisation du roi de France pour la publier sur ce territoire. Deux autres éditions paraissent à La Rochelle, fief protestant, chez Pierre Haulti, certainement à l’usage des fidèles du prince de Condé48. La Déclaration est également publiée à l’étranger. À Leiden, sont imprimées des traductions latine et flamande49. À Londres, on la publie en anglais tout en conservant le texte du privilège en béarnais, pour mieux préserver l’authenticité du document50. Sa traduction allemande paraît plus tard, à Cologne, incluse dans un recueil qui publie également les lettres postérieures du roi de Navarre au roi de France51. La Déclaration du roi de Navarre est donc largement connue en France et en Europe.

  • 52 Staffort à Walsingham, 22 Juin 1585, Calendar State Papers, op. cit.
  • 53 Philippe Duplessis Mornay, Mémoires, op. cit., p. 151, dans l’Instruction au Sieur Constant, allant (...)
  • 54 Certains jugent même, comme l’écrit au comte de Leicester un correspondant anglais le 2 juillet 158 (...)

22Mais si elle est imprimée sans aucun commentaire, les agents du roi de Navarre diffusent, parmi ses alliés potentiels, les rumeurs de la réception favorable du texte par le roi. Ainsi, Stafford écrit à la cour d’Angleterre que le roi de Navarre a formulé des propositions si raisonnables que le roi ne pouvait pas réagir de façon négative. L’ambassadeur dit lui-même avoir été surpris par leur caractère généreux : il n’aurait jamais pensé qu’Henri de Navarre se hasarderait à défier le duc de Guise et à proposer que les chefs protestants se démettent des villes de sureté et des gouvernements. Henri III qui avait fait lire cette déclaration en plein Conseil, aurait envoyé un messager à la reine mère pour lui demander de ne pas avancer la négociation jusqu’à ce qu’il lui fasse parvenir sa volonté. Il écrit : « All the Council that heard it read thought it the reasonablest thing that ever was set »52. Nous avons vu que Duplessis-Mornay a reçu des informations allant dans le même sens. Il annonce au maréchal de Montmorency que la Déclaration a été lue « devant sa Majesté en son conseil présents les princes et plus grands de la court, feut trouvée pleine de si grandes raisons et de si equitables offres, que le roy manda à la royne sa mère, attendeu icelle, de suspendre pour un peu la finale conclusion » de sa négociation53. Ainsi, les partisans du roi de Navarre recréent, dans les milieux qui leur sont a priori favorables, la fiction d’un roi captif, contraint d’agir, en public, contre son intime conviction. Ils présentent Henri de Navarre comme le principal soutien de la Couronne, seul capable de s’opposer aux rebelles54.

  • 55 Imprimée à Bergerac, Ortès et La Rochelle.

23Pendant tout l’été, ils utilisent donc le texte de la Déclaration comme preuve de son comportement désintéressé et sacrificiel. Au moment de la publication de l’édit de Nemours (le 18 juillet 1585) qui officialise l’alliance du roi avec la Ligue, Henri de Navarre rappelle, dans les lettres à ses correspondants, avoir fait des offres, connues de tous, offres qui ôtaient aux Ligueurs toute occasion de mécontentement. Maintenant qu’ils ont forcé le roi à traiter avec eux, la prise d’armes défensive est justifiée. Le 10 août, il signe enfin le document qui annonce son entrée en guerre contre la Ligue : il s’agit de la Declaration et protestation du roy de Navarre, de monseigneur du prince de Condé, de Monsieur le duc de Montmorency sur la paix faicte avec ceulx de la maison de Lorraine, chefs et principaux aucteurs de la Ligue, au préjudice de la maison de France55.

24En publiant sa première Déclaration, le roi de Navarre a donc essayé d’agir sur le futur afin de poser les bases justificatives du conflit qu’il sent inévitable. Ses offres et sa posture d’héritier du trône soucieux de faire respecter les prérogatives royales doivent mettre en scène l’illégitimité de la prise d’armes par la Ligue, obliger le roi à reconnaître ses mérites et, peut-être, si telle est la volonté de la providence divine, infléchir sa décision. Dans une situation politique instable provoquée par des négociations prolongées où tous les revirements sont possibles, où le jeu des masques rend difficile l’analyse de la situation même lorsqu’on fait partie de l’entourage immédiat du roi, bref, dans une situation dont seul Dieu connaît l’issue, cette Déclaration sur l’honneur, très largement diffusée, constitue une base solide et durable qui peut servir de référence légitimante pour une action militaire future, même si le doute persiste quant à sa configuration. Obligés d’agir dans l’incertitude, Henri de Navarre et son conseiller font preuve d’un calcul politique ouvert aux multiples possibilités, en jouant sur la supposée stabilité des valeurs nobiliaires et chrétiennes communément partagées.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, Gilles Lecuppre et Élodie Lecuppre-Desjardin, « Les formes de la polémique dans les manifestes des partis réformateurs au temps des guerres civiles (France et Angleterre, xve siècle) », dans Usages et stratégies polémiques en Europe (du xive au milieu du xviie siècle), Marie Bouhaïk-Gironès, Tatiana Debbagi Baranova et Nathalie Szczech (dir.), Peter Lang, 2016, p.47-72 ; les analyses des Déclarations du prince de Condé dans mon livre, Tatiana Debbagi Baranova, À coups de libelles. Une culture politique au temps des guerres de religion (1562-1598), Genève, Droz, 2012, p. 124-144 ou encore mon article « Les libelles anti-Concini », in Bernard Teyssandier (dir.), Le Roi hors de page et autres textes. Une anthologie, Reims, EPURE, 2013, p. 409-423.

2 La prise d’armes par la Ligue catholique en 1585, évoquée ici-bas, présente un contre-exemple, parce que, après de longues négociations, Henri III finit par conclure un traité avec la Ligue contre le parti protestant.

3 Arlette Jouanna, Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’état moderne, Paris, Fayard, 1989.

4 Declaration du Roy de Navarre sur les calomnies publiées contre luy és Protestation de ceux de la Ligue qui se sont eslevez en ce Royaume, à Ortés, 1585.

5 Reinhart Koselleck, Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, trad. par Johen Hoock et Marie-Claire Hoock, Paris, éd. de l’EHESS, de 2000 (1re trad en 1990), p. 27.

6 Declaration des causes qui ont meu Monseigneur la cardinal de Bourbon, et les Pairs, Princes, Prelats, Seigneurs, Villes et Communautez Catholiques de ce Royaume de s'opposer par armes à ceux qui veulent subuertir la religion, s.l., 1585, p. 5-6.

7 Hugues Daussy, Les Huguenots et le roi. Le combat politique de Philippe Duplessis-Mornay (1572-1600), Genève, Droz, 2002, p. 316 et sq. et Jean-Pierre Babelon, Henri IV, Paris, Fayard, 2009.

8 Philippe Duplessis-Mornay, Mémoires et correspondance, éd. par A.-D. de la Fontenelle de Vaudoré et P.-R. Augius, Paris, 1824, t. 3, p. 5.

9 Voir, par exemple, Xavier Le Person, «Practiques et practiqueurs » : la vie politique à la fin du règne de Henri III (1584-1589), Genève, Droz, 2002.

10 Henri III, Lettres de Henri III, roi de France, t. IV, éd. par Pierre Champion et Michel François, Paris, Société de l'histoire de France, 2006, lettre n° 3756.

11 Voir là-dessus Matthieu Gellard, Négocier avec acharnement. Catherine de Médicis à la veille des guerres civiles dans le présent dossier : https://dossiersgrihl.revues.org/6531.

12 Xavier Le Person, op. cit., p. 216.

13 René de Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue (1585), éd. par Alain Dufour, Genève, Droz, 1964, p. 26-28.

14 Philippe Duplessis-Mornay, Mémoires, op. cit., p. 13-16.

15 Henri IV, Recueil de lettres missives de Henri IV, pub. par M. Berger de Xivrey, Paris, imprimerie royale, t. II, 1843, p. 38.

16 Henri III, Lettres, op. cit., lettre n° 5872 : « Prie le roi de Navarre de ne rien entreprendre sur ces remuements d’armes. Les réparations et fortifications que Navarre a commencé à ordonner par delà renforcent les impressions qu’ils donnent à ses sujets, surtout aux habitants de bonnes villes, dans lesquelles ils s’efforcent de faire renaître des confréries du temps passé, pour mieux attirer à eux ceux qui sont plein du zèle de la religion. C’est ce qui traverse le plus dans les villes les affaires du roi. Voila pourquoi il demande à son beau-frère avec instance de ne faire aucune levée de gens de guerre et croire que ceux qu’il a ordonné au maréchal de Matignon d’assembler pour empêcher les courses et désordres que font les autres, seront employés pour sa défense, aussi pour faire entretenir les édits là où le besoin s’en présentera. Que Navarre fasse cesser les réparations et fortifications qu’il fait faire, ou pour le moins les contraintes dont on use à cet effet envers les paysans (plaintes) ».

17 Philippe Duplessis-Mornay, Mémoires, op. cit., p. 30 et sq., Instruction à M. de Segur, allant de la part du roy de Naverre vers la royne d’Angleterre, dressée par M. Duplessis.

18 Hugues Daussy, Les Huguenots et le roi, op. cit., p. 317.

19 Henri IV, Recueil de lettres missives, op.cit., p. 62-65.

20 Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, éd. par André Thierry, t. VI (1579-1585), Genève, Droz, 1992, p. 181-186.

21 Henri III, Lettres de Henri III roi de France, pub. par Jacqueline Boucher, Paris, SHF, 2012, t. VII (21 mars 1585-31 décembre 1587), lettre n° 5921.

22 René de Lucinge, Lettres, op. cit., p. 97, lettre au duc de Savoie du 8 juin 1585.

23 Voir la lettre de Stafford à Walsingham, datée du 22 Juin 1585, Calendar of State Papers Foreign, Elisabeth, volume 19, August 1584-August 1585, éd. Sophie Crawford Lomas, London, 1916, consulté sur British History Online, http://www.british-history.ac.uk/cal-state-papers/foreign/vol19.

Pierre de L’Estoile avance la date du 28 juin, voir son Registre-Journal du règne de Henri III, t. V (1585-1587), éd. par Madeleine Lazard et Gilbert Schrenck, Genève Droz, 2001, note du 28 juin, p. 31. René de Lucinge (Lettres, op. cit.) l’évoque dans sa lettre au duc de Savoie du 30 juin.

24 Declaration du roy de Navarre, op. cit., p.3.

25 Ibid., p. 4.

26 Hugues Daussy, Les Huguenots et le roi, op. cit, p. 337 et sq.

27 Philippe Duplessis-Mornay, Mémoires, op. cit., Instruction au sieur Constant, allant de la part du roy de Navarre vers M. de Montmorency, dressée par M. Duplessis, juillet 1585, p. 152.

28 Declaration du roy de Navarre, op. cit., p. 23.

29 Le texte de ce concordat a été imprimé, mais le libelle est aujourd’hui perdu. Voir Denis Pallier, Recherches sur l'imprimerie à Paris pendant la Ligue (1585-1594), Genève, Droz, 1976, p. 62.

30 Henri IV, Recueil de lettres missives, op. cit., t. II, p. 78, Lettre à la reine d’Angleterre, vers la mi-juin 1585.

31 Pierre de L’Estoile, Registre-Journal, op. cit., t. II (1996), oct. 1576, p. 60.

32 Marco Penzi, « Les pamphlets ligueurs et la polémique anti-ligueuse : faux textes et « vrais faux » : propagande et manipulation du récit (1576-1584) », in Jacques Berchtold et Marie-Madelaine Fragonard (éd.), La Mémoire des guerres de religion : la concurrence des genres historiques (xvie-xviie siècles), Actes du colloque international de Paris, Genève, Droz, 2007, p. 138-142.

33 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, La Haye, chez Henri Scheurleer, 1740, t. 6, p. 188-199.

34 Declaration du roy de Navarre, op. cit., p. 40.

35 Ibid., p. 53

36 Jean-Pierre Babelon, Henri IV, op. cit., p. 351-352.

37 François Billacois, Le Duel dans la société française des xvie-xviie siècles. Essai de psychologie historique, Paris, éditions de l’EHESS, 1986, p. 98-99.

38 Denis Crouzet, Dieu dans ses royaumes. Une histoire des guerres de Religion, Seyssel, Champ Vallon, 2008, p. 446 et sq.

39 Philippe Duplessis-Mornay, Mémoires, op. cit., p. 126-128.

40 Voir mon analyse de cette instruction dans Tatiana Debbagi Baranova, À coups de libelles. Une culture politique au temps des guerres de religion (1562-1598), Genève, Droz, 2012, p. 388-396.

41 Philippe De Mornay, sieur du Plessis Marly, De la vérité de la religion chrestienne, contre les athées, épicuriens, payens, juifs, mahumédistes et autres infidèles, Anvers, Christophe Plantin, 1585, p. 296.

42 Ibid., p. 299.

43 Henri III, Lettres, op. cit., lettre n° 5945.

44 Pierre de L’Estoile note dans son journal que la Déclaration fut imprimée dans la capitale « soubs tacite consentement du Roy et par son commandement […] et publié partout, et copies envoiées de toutes part ». Pierre de L’Estoile, Registre-journal, op. cit., p. 31, note du 28 juin 1585.

45 Données de Universal Short Title Catalogue, www.ustc.ac.uk.

46 Declaration du roy de Navarre sur les calomnies publiees contre luy és protestations de ceux de la ligue qui se sont esleuez en ce Royaume, s.l.s.n., 1585, in-8°, 40 p., 4 copies connues.

47 Voir Universal Short Title Catalogue, www.ustc.ac.uk.

48 Declaration du roy de Navarre sur les calomnies publiees contre luy & protestations de ceux de la ligue qui se sont esleuez en ce Royaume, Imprimé nouuellement, s.l.s.n. La Rochelle, Pierre Haultin], 1585, in-8°, 56 p., 10 copies connues.

49 Declaratio ad calumnias adversus se sparsas in protestantibus eorum, Leiden, [Christophe Plantin] apud Thomas Basson, 1585, in-8°, 56 p et Verclaringhe vanden coninck van Navarre, op de ghedichte loghenen, teghen hen openbaerlick uutghegheven inde protestatien, ghedaen by die vanden verbondt, Leiden, Thomas Basson, 1585, in-4°, 30 p.

50 The declaration of the King of Nauarre touching the slaunders published against him in the protestations of those of the League that are rysen up in armes in this realme of Fraunce. With priuiledge. Truely translated into English according to the French copie, London, by John Charlewood, 1585, in-8°, 79 p.

51 Weytere declaration oder erclaerung: so Henricus der Koenig von Navarra auff der Catholischen vorgeendes declarirn und sonst in Franckreich beschehen protestieren: den 10 Junii negstuerschinen gethon hat. Sambt den ursachen warumb er vermeine das ime von seinen gegenteylen unguetlich beschehen: sambt des Koenigs von Franckreich edicts inhalt hierin begriffen so auff solche declarationes den 18. Julii ergangen 1585, Köln, Gottfried von Kempen, 1585, in-4°, 11 f.

52 Staffort à Walsingham, 22 Juin 1585, Calendar State Papers, op. cit.

53 Philippe Duplessis Mornay, Mémoires, op. cit., p. 151, dans l’Instruction au Sieur Constant, allant de la part du roy de Navarre vers M de Montmorency, dressée par M. Duplessis, juillet 1585.

54 Certains jugent même, comme l’écrit au comte de Leicester un correspondant anglais le 2 juillet 1585, qu’Henri de Navarre est déjà armé, car même si la Déclaration affirme qu’il avait patiemment attendu les ordres royaux jusque-là, « it is very certain that the King of Navarre would have sent this defiance to the Duke of Guise if he were not sure of his forces », Calendar of State Papers Foreign, op. cit.

55 Imprimée à Bergerac, Ortès et La Rochelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tatiana Debbagi Baranova, « Préparer la guerre dans l’incertitude : Le cas de la Déclaration du Roy de Navarre contre les calomnies publiées es protestation de ceux de la Ligue (1585) », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2017-01 | 2017, mis en ligne le 02 mars 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6561 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6561

Haut de page

Auteur

Tatiana Debbagi Baranova

Maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne et chercheur du Centre Roland Mousnier, Tatiana Debbagi Baranova a consacré sa thèse aux usages politiques des libelles dans la deuxième moitié du xvie siècle (À coups de libelles. Une culture politique aux temps des guerres de Religion (1562-1598), Genève, Droz, 2012). Elle s’intéresse notamment aux stratégies de communication pensées par les auteurs et les acteurs religieux et politiques aussi bien qu’aux questions de circulation et de réception de l’information à l’époque de la première modernité, des guerres d’Italie au début du xviie siècle (voir, par exemple, ses articles « Les libelles anti-Concini » dans Le roi hors de page et autres textes. Une anthologie, dir. par B. Teyssandier, Reims, EPURE, 2013 ou « Le duc de Sully et les libelles : construction d’une posture publique », dans Sully, le ministre et le mécène, Albinéa, n°26, 2014). Elle travaille actuellement sur la chanson en tant que pratique sociale, moyen de communication et instrument pédagogique au xvie siècle (« Combat d’un bourgeois parisien. Christophe de Bordeaux et son Beau recueil de plusieurs belles chansons spirituelles (1569) », Médialité et interprétation contemporaine des premières guerres de Religion, Oldenbourg, De Gruyter, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org