Skip to navigation – Site map

La Trompette de la Valtoline (1623) : Écrire l’attente à la veille de la guerre franco-espagnole

Bernd Klesmann

Abstracts

The text anonymously published "The trumpet of Valtoline" (1623) represents an interesting example of lampoons that expanded in the 17th century Europe. Written in a captivating and richly pictured language, it joined historical analysis and plausible future options to instantaneous and revealing explanation of French political alliance and war. Returning far back in the past, this plea in favour of an active position in the conflict against the Spanish crown shows the future action as a collective and societal project and at the same time appeals to the actual creative force of late feudal elites. This article aims to briefly explain the various references of the text and its specific role in the debate on the political and diplomatic position of France.

Top of page

Editor's notes

La Trompette de la Valtoline est accessible en ligne sur Gallica à l’URL suivante : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k100403j

Full text

1Le regard vers l’avenir, tel que nous pouvons le saisir à plusieurs siècles de distance, semble souvent lié au présent, aux passions du moment et à l’expression de vœux et d’ambitions personnelles ou collectives. Le témoignage choisi pour cette contribution, un document qu’on pourrait qualifier de texte de propagande, va nous permettre d’analyser d’une manière plus précise les enjeux historiques d’une logique temporelle du discours politique et diplomatique.

2Il s’agit d’un pamphlet anonyme, publié en 1623, évoquant les tensions et rivalités entre la maison d’Autriche et leurs adversaires dans la Valteline1. Beaucoup d’auteurs se sont penchés sur le contexte politique et stratégique de ce conflit très particulier qui a fait d‘une vallée d’aspect rural et campagnard un théâtre de la diplomatie européenne2. Il suffira donc d’en résumer rapidement les éléments majeurs.

  • 3  Romolo Quazza, op. cit., p. 51-52.

3En 1509, une première alliance rapproche les ligues des Grisons de la couronne de France, alors en possession du duché de Milan3. La rivalité séculaire avec les Habsbourg ne fait qu’augmenter la valeur de cette alliance qui connaît bientôt une nouvelle dimension avec l’émergence du protestantisme, majoritaire dans une grande partie du territoire contrôlé par les ligues des Grisons, mais non dans la Valteline annexée. À l’été 1620, l’Espagne s’empare de la vallée, devenue un passage clé pour le transfert des armées entre l’Espagne et l’Italie d’un côté, et l’Autriche de l’autre côté des Alpes. En France, la minorité de Louis XIII, la disette financière et le conflit avec les huguenots ne permettent d’entamer une politique d’envergure au niveau européen. Avec la pacification interne, et surtout après le traité avec les Huguenots signé à Montpellier en octobre 1622, la situation prend un aspect plus encourageant. En même temps, dans le Saint-Empire, les forces des protestants peinent, depuis la perte de la Bohême en automne 1620, à mettre en danger la prépondérance de l’Empereur et de ses cousins espagnols, plus présents que jamais en Allemagne en raison de la réouverture des hostilités vis-à-vis des rebelles néerlandais à partir de 1621/22 (fin de la trêve conclue en 1609).

4D’un point de vue « géostratégique », le contrôle des passages par les vallées alpines peut donc paraître désirable au roi de France et à son entourage. D’un autre côté, la perspective d‘une guerre ouverte contre l’Espagne, puissance mondiale de l’époque, doit effrayer les cercles dirigeants. C’est dans ce contexte de l’imminence d’une décision importante et inéluctable qu’il faut situer le texte en question : faut-il remettre en question l’accord fragile, mais favorable à l’Espagne, du traité de Madrid, signé en avril 1621, ou non ?

  • 4  Louis Dedouvres, Le Père Joseph polémiste : ses premiers écrits, 1623-1626, Paris, Picard, 1895, p (...)
  • 5  Theodor Kükelhaus, Compte rendu de l’ouvrage de Dedouvres, Historische Zeitschrift, 83/1, 1899, p. (...)
  • 6  Louis Dedouvres, Le Père Joseph de Paris, capucin, l’Éminence grise, 2 vols., Paris, Beauchesne, 1 (...)
  • 7  Cf. Jean-Yves Mollier et Maurice Carrez, « Libelles, brochures et propagande en Europe du xvie au (...)
  • 8  La trompette de la Valtoline, op. cit., p. 9: « J’entends desia ces ames lasches […] dire à vostre (...)

5Le texte de La trompette de la Valteline fait partie d’un courant politico-littéraire farouchement hostile à la politique de l’Espagne. L’identité de l’auteur reste dans l’ombre. Fin connaisseur de la littérature française et néo-latine du xviie siècle, l’abbé Dedouvres, a attribué le texte au « Père Joseph », François-Joseph Le Clerc du Tremblay (1577–1638)4, proposition aussitôt contestée par un chercheur allemand, Theodor Kükelhaus, et le Suisse Hans Nabholz (1874–1961), futur professeur d’histoire à l’université de Zurich5. Les analyses ultérieures des spécialistes n’ont pu établir de preuves supplémentaires susceptibles de trancher la question6. Sans aucun doute, le pamphlet s’inscrit dans la logique du parti « français » ou « politique » de l’époque, hérité du règne d’Henri IV, et dont Richelieu se fera le champion tout au long de son ministère à partir de 1624. Dans le combat des opinions, l’attitude des « politiques » se trouvait exposée aux critiques des adversaires, constellation inscrite dans le texte à travers son caractère dialogique : c’est dans le feu des polémiques que les pamphlets et libelles de l’époque ont pu développer leur acuité discursive7, en étalant les faiblesses des argumentations concurrentes ou opposées, et en insistant sur leurs contradictions et la bassesse de leurs intentions8.

L’expérience : la « tyrannie » espagnole

  • 9  Cf. Rainer Babel, Garde et protection. Der Königsschutz in der französischen Außenpolitik vom 15. (...)

6En France, la politique des alliances avec des princes protestants, dirigée contre les ambitions impériales de la maison d’Autriche, remonte jusqu’au règne de François I et de son fils Henri II9. Dans un souci d’adopter une perspective de longue durée, le texte évoque le problème de la prépondérance politique de l’Espagne, en se référant au règne d’Henri III et surtout celui de son beau-frère, grand rival et successeur, Henri IV. L‘exaltation du bon roi Henri IV, « de glorieuse mémoire », s’inscrit dans les débuts d’une idéalisation durable, palpable jusqu’au premier xixe siècle au moins.

  • 10  La Trompette de la Valtoline, op. cit., p. 3-4.

7Pour illustrer cette temporalité de l’expérience, l’auteur utilise des allégories et des métaphores très diverses, par exemple celle de la « semence », symbole de la croissance naturelle comme de la puissance de l’attente : les semences de la « perfidie et de [la] rébellion » auraient été répandues, implantées dès la fin du règne de Henri III, donc au temps de la ligue10.

  • 11  Ibid., p. 4.
  • 12  Ibid, p. 4-5.

8Une autre métaphore est celle de l’« orage », topos classique pour désigner des turbulences politiques ou sociales, dans lesquelles se serait trouvé le vaisseau de l’état11. Cette sorte de symbolique naturelle ou physique s’amplifie d’une dimension mythologique, lorsqu’il est question de l’« Hidre », dont les têtes, comme l‘on sait, ne cessent de se renouveler, voire de se multiplier malgré tous les efforts de résistance.12

  • 13  Ibid., p. 6.
  • 14  Franz Bosbach, Monarchia universalis : ein politischer Leitbegriff der frühen Neuzeit, Göttingen, (...)
  • 15  La Trompette de la Valtoline, op. cit., p. 4.

9Métaphores morphologiques et organiques sont également utilisées pour désigner l’attitude de l‘adversaire : les ambitions universalistes des Espagnols sont qualifiés d’« héréditaires »13, allant bien au-delà des dispositions individuelles des monarques et des ministres – c’est le spectre de la monarchie universelle du temps de Charles Quint, phénomène étudié par l’historien Franz Bosbach14. L’ambition tyrannique de l’Espagne est assimilée à des « torches » attisant un feu destructeur qui ne pourra s’éteindre que « dans le sang de la France »15.

10La remarquable densité de ces expressions imagées se concrétise dans une narration historique : les guerres contre les Huguenots, fléau vaincu par Henri IV, sont imputées aux machinations espagnoles, tout comme le gouvernement de fait de Concini, maréchal d’Ancre, discrédité pour ses abus de pouvoir pendant la minorité de Louis XIII. Dans ces passages du texte, nous saisissons un autre genre de temporalité, lié à la vie individuelle des régents : la période de minorité du roi devient une sorte de temporalité à part, qui va de pair avec tout un engrenage de règlements d’exception pour la constitution politique du royaume, surtout en ouvrant la possibilité d’une régence féminine en la personne de la reine mère, autrement exclu du trône par les lois fondamentales du royaume.

11Les vestiges mémoriels du passé sont condensés dans une logique d’expérience linéaire, excluant toute interprétation concurrente. Le passé, présenté comme une série d’évidences de l’inimité espagnole, se transforme ainsi en fil conducteur d’un argument historique et de ses actualisations très concrètes.

  • 16  Cit. d’après Roland Mousnier, L’Homme rouge ou la vie du cardinal de Richelieu (1585-1642), Paris, (...)

12Le texte se fait donc, indépendamment du problème de l’identification de l‘auteur, le porte-parole du courant des « politiques » à la cour, conscients de l’importance de l’alliance des Vénitiens dans la lutte séculaire contre les Habsbourg. Le résident vénitien et futur doge, Giovanni Pesaro (1589-1659), peut ainsi rapporter, en juin 1624, qu’il a « pénétré [Richelieu] de toutes les raisons que comporte l’affaire de la Valteline; il m’a promis de trouver, avec la reine mère, l’occasion de parler au roi et de lui faire comprendre toute l’importance de ces passages; car, viendra certainement le jour où la France montrera sa vigueur»16.

L’attente : L’espoir d‘un triomphe militaire

  • 17  La Trompette de la Valtoline, op. cit., p. 11-12.

13Cette vigueur de la politique royale qui entrera en action au cours de l’été 1623 à l’aide d‘une expédition militaire, est le vœu primordial de notre auteur. Ainsi, la vision de l’avenir que le texte renferme se traduit par des appels, des exhortations, des impératifs – la trompette étant le symbole parlant de l’appel d’urgence et de l’alarme militaire. Il ne s’agit pas d’un avenir qui descendra tranquillement sur les acteurs, mais bien d’une sorte d’opération in extremis, une douleur mortelle à laquelle il faut mettre un terme, une sorte de vide politique qu’il faut aménager et structurer. Cette nécessité, catégorie charnière de toute légitimation de guerre, est d’autant plus évidente, selon l’auteur, que la seule perspective qui résulterait d’une attente passive, serait celle des victimes de Polyphème, c’est à dire l’espoir ridicule d’être mangé le dernier (par le monstre espagnol bien évidemment)17. En tout état de cause, la mort violente semble menacer le présent. C’est donc une logique de la défense immédiate, peut-être également d’une immédiateté défensive ; en d’autres termes : il faut être attentif et impérativement agir vite pour préserver la vie de l’organisme politique, le royaume de France.

  • 18  Ibid., p. 13.
  • 19  Ibid., p. 12.

14Si l‘on réussit à agir vite en effet, il y a un meilleur avenir qui s’offre au royaume, et l’on pourra «conseruer la grandeur de la France»18. L’auteur évoque le souvenir des « valeureux peres » comme un modèle à suivre19. Nous pouvons ainsi observer la construction mémorielle d‘une temporalité de la constance, de la conservation, mais non d’une stagnation : il s’agit plutôt d‘une obligation méta-temporelle de continuation dynamique, toujours ouverte aux initiatives courageuses.

  • 20  Ibid.

15Dans le projet de récupération, voire de reconquête à main armée des « fiefs » perdus de Naples et Milan, enjeux du conflit avec les royaumes d’Aragon et d’Espagne depuis des siècles, nous pouvons saisir les dimensions géographiques de l’horizon du parti « politique ». Dans une logique de guerre, l’auteur envisage même la conquête de l’Espagne, comme les ancêtres supposés « firent iadis sous les estendars de Charlemagne ».20

  • 21  Johannes Burkhardt, „Die Friedlosigkeit der Frühen Neuzeit. Grundlegung einer Theorie der Bellizit (...)

16Ces deux références aux conquêtes de l’Italie et de l’Espagne sont tout à fait explicites, mais en même temps, elles englobent presque un millénaire sans en parler, et sans en détailler les revers de l’histoire – p.ex. le fait que Charlemagne n’a jamais pu s’emparer de l’Espagne et que les conquêtes de Naples et de Milan se sont soldées par des échecs. De toute évidence, il ne s’agit pas, en premier lieu, de véracité historique, mais d’agitation politique. Le passé, proche ou lointain, est instrumentalisé à des fins très concrètes, et se retrouve dans le rôle d’un argument fourre-tout en faveur d’un conflit armé, tel que l’a analysé l’historien Johannes Burkhardt en parlant d‘« élément de support mémoriel » (« memoriales Stützmittel »)21. La mise en exergue d‘une tradition chevaleresque et héroïque se fait au service d’intérêts politiques.

  • 22  Il sera le père et le grand-père de deux maréchaux de France ; son petit-fils Victor-Marie (1660-1 (...)

17Ira-t-on trop loin dans l’analyse des instrumentalisations historiques en voyant dans la référence à « Hannibal » une allusion au futur chef de l’expédition militaire, François-Annibal d’Estrées, marquis de Cœuvres (1573-1670) ? Le frère de la célèbre maîtresse du roi Henri IV, en tout cas, a couronné sa carrière de capitaine avec l’expulsion des troupes espagnoles de la Valteline, et plus tard, en 1632, avec la prise de l’archevêché de Trêves dans la guerre « en coulisses » contre l’Espagne22.

18En 1623, on ne connaît pas (encore) le résultat de toutes ces opérations. Première étape dans la lutte contre la politique espagnole, le traité de Monçon (Catalogne), signé en mars 1626, impose des concessions considérables aux Grisons, alliés de la France, Louis XIII se voyant dans l’obligation, à la veille de l’assaut décisif contre les Huguenots de La Rochelle, de se rapprocher momentanément de l’Espagne.

  • 23  La Trompette de la Valtoline, op. cit., p. 8.

19Tous ces résultats ne sont pas prévisibles en 1623, il s’agit plutôt, dans notre texte, d’une attente suggestive, d‘une sorte d’encouragement général, d‘une exhortation à la vaillance et l’élan guerrier. Il est intéressant d’observer que cette exhortation est associée à une logique d’accélération : il faut agir vite, selon l’auteur, pour ne pas perdre l’élan et l’avantage. Cet argument se traduit dans le texte par une autre métaphore, selon un adage plus ou moins populaire: « le vin et le secret ne valent rien quand ils sont esuantez ». D’après l’auteur, c’est selon « l’occurrence » qu’il faut agir23. Toute attente ou toute délibération approfondie même, est associée, dans cette logique proche de celle de la guerre préventive, à une lâcheté, fatale pour l’avenir de l’état. Ainsi, l’attente de l’avenir est assimilée à une activité volontaire, une activité, de surcroît, susceptible de créer de nouvelles attentes et espérances.

L’enjeu des légitimations : foi, royauté, noblesse

20Toutes ces légitimations, dont nous venons de passer en revue quelques grandes lignes, ont une dimension temporelle, une espèce de chronologie juridique. Ainsi, c’est l’étendue dans le temps qui constitue et renforce le droit : l’ancienneté des revendications devient un premier gage de leur solidité.

  • 24  Ibid., p. 11-12.

21Un problème majeur de la légitimation de toute guerre contre l’Espagne est posé par la question de l’unité de l’Église de Rome. L’Espagne, première puissance catholique de l’époque, dispose de nombreux partisans en France, y compris dans l’entourage du roi. L’auteur de notre texte s’efforce d’anticiper les objections de ce parti « espagnol » ou « dévôt », en évoquant le rôle de la papauté ; c’est dans ce contexte précis, en effet, que l’allégorie de l’anthropophage Polyphème (l‘Espagne) déploie toute sa signification. Le pape, dit l’auteur, n’est pas du tout favorable à la domination espagnole exercée sur une grande partie de l’Italie, d’autant moins qu’il doit craindre d’être le dernier prince indépendant face à une prépondérance écrasante des satellites de l’Espagne à Milan, Naples et ailleurs. Quoique la datation approximative du texte ne nous permette pas de préciser le moment exact de sa rédaction, il paraît peu probable qu’il ait été écrit après la mort du pape Grégoire XV Ludovisi, survenue le 8 juillet 1823. Dans le cas contraire, l’auteur aurait sûrement profité de l’occasion de l’avènement d’Urbain VIII Barberini au mois d‘août, le ci-devant nonce apostolique en France, pour souligner l’entente entre le pape et le roi très-chrétien. Or, le texte se contente de remarques générales, privilégiant l’idée de la menace espagnole pour l’ensemble de la péninsule italienne24.

22La solidité menacée du pouvoir royal fait écho, dans le texte, à l’ancienneté de ses alliances, qui crée et renforce un droit et un devoir d’assistance, surtout à l’égard des Grisons attaqués par la puissance espagnole : il s’agit des « anciens alliez de cette Couronne, ces pauures Grisons blanchis soubs le fais de ses insupportables cruautez ». Le jeu de mots, central pour la dimension humoristique du titre, en permettant d’esquisser les conséquences de l’influence espagnole, devient un instrument dans la rhétorique de guerre. La valeur militaire des élites féodales, par contre, est érigée en appui principal de la politique future, aussi nécessaire que glorieuse.

  • 25  Ibid., p. 7.

23Pour conclure, retenons que l’on peut constater que le texte de l’auteur anonyme, proche du parti « politique », construit une logique temporelle du problème de la guerre avec l’Espagne, une chronologie politique qui inscrit les phénomènes actuels ou contemporains dans une structure plus ou moins immuable, de longue durée. Cet aspect de longue durée est non seulement décisif pour la constitution d’une légitimité bien ancrée dans le temps, mais également pour une attente de succès, voire de supériorité politique, évoquée même par la notion de providence : « le dessein de la diuine prouidence qui vous assigne l’Empire de tout le monde et la seigneurie de l’Vniuers »25.

Top of page

Notes

1  La Trompette de la Valtoline, sonnee par le Grison blanchy soubs la tyrannie de l’Espagnol. Av Roy, [s.l.] mdcxxiii ; publication datée au printemps de 1623 d’après le Catalogue de l’histoire de France, t. 1, Paris, Didot, 1865, p. 544 (Lb36 2158).

2  Romolo Quazza, « Politica Europea nella questione Valtellinica. La lega franco-veneto-savoiarda et la pace di Monçon », Nuovo Archivio Veneto. Nuova Serie, 41, 1921, p. 50-151 ; Rémy Pithon, « Les débuts difficiles du ministère de Richelieu et la crise de la Valteline, 1621-1629 », Revue d’histoire diplomatique, 74, 1960, p. 298-322. Andreas Wendland, Der Nutzen der Pässe und die Gefährdung der Seelen : Spanien, Mailand und der Kampf ums Veltlin, 1620-1641, Zurich 1995. Sven Externbrink, Le Cœur du monde : Frankreich und die norditalienischen Staaten (Mantua, Parma, Savoyen) im Zeitalter Richelieus (1624-1635), Münster : LIT, 1999.

3  Romolo Quazza, op. cit., p. 51-52.

4  Louis Dedouvres, Le Père Joseph polémiste : ses premiers écrits, 1623-1626, Paris, Picard, 1895, p. 164-165 et p. 558-560. L’auteur suppose une publication antérieure au mois d’octobre 1623.

5  Theodor Kükelhaus, Compte rendu de l’ouvrage de Dedouvres, Historische Zeitschrift, 83/1, 1899, p. 116. Id., „Bericht über Studien zur Geschichte Fancans“, in Emil Kroymann, Theodor Kükelhaus : eine Gedächtnisrede, Düsseldorf 1905, p. 12-17. Hans Nabholz, „Die öffentliche Meinung in Frankreich und die Veltlinerfrage zur Zeit Richelieus“, Jahrbuch für Schweizerische Geschichte, 26, 1901, p. 1-67 : p. 18-19.

6  Louis Dedouvres, Le Père Joseph de Paris, capucin, l’Éminence grise, 2 vols., Paris, Beauchesne, 1932. Cf. le compte rendu élogieux, publié après la mort de l’auteur par Jean-Baptiste Sabrié, Revue d’histoire de l’Église de France, 19 1933, p. 390-393. Rémy Pithon, « Quelques réflexions sur les milieux gouvernementaux français au début du xviie siècle », Cahiers Vilfredo Pareto, 13, 1967, p. 193-198, p. 194, ann. 2, y voit un degré avancé de « morbus biograficus [sic] » par rapport au Père Joseph. Benoist Pierre, Le père Joseph : l’éminence grise de Richelieu, Paris, Perrin, 2007, p. 156-159, constate une crise temporaire jusqu’aux débuts de la collaboration avec Richelieu, entré au conseil en avril 1624.

7  Cf. Jean-Yves Mollier et Maurice Carrez, « Libelles, brochures et propagande en Europe du xvie au xxe siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 90-91 | 2003, mis en ligne le 01 janvier 2007, consulté le 21 juin 2016. URL : http://chrhc.revues.org/1433.

8  La trompette de la Valtoline, op. cit., p. 9: « J’entends desia ces ames lasches […] dire à vostre Maiesté […] ».

9  Cf. Rainer Babel, Garde et protection. Der Königsschutz in der französischen Außenpolitik vom 15. bis zum 17. Jahrhundert, Ostfildern: Thorbecke, 2014, p. 207-241.

10  La Trompette de la Valtoline, op. cit., p. 3-4.

11  Ibid., p. 4.

12  Ibid, p. 4-5.

13  Ibid., p. 6.

14  Franz Bosbach, Monarchia universalis : ein politischer Leitbegriff der frühen Neuzeit, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1988.

15  La Trompette de la Valtoline, op. cit., p. 4.

16  Cit. d’après Roland Mousnier, L’Homme rouge ou la vie du cardinal de Richelieu (1585-1642), Paris, Laffont, 1992, p. 214 ; Ibid., p. 127-135, l’histoire antérieure des alliances françaises en Italie depuis la mort d‘Henri IV.

17  La Trompette de la Valtoline, op. cit., p. 11-12.

18  Ibid., p. 13.

19  Ibid., p. 12.

20  Ibid.

21  Johannes Burkhardt, „Die Friedlosigkeit der Frühen Neuzeit. Grundlegung einer Theorie der Bellizität Europas“, Zeitschrift für Historische Forschung, 24, 1997, p. 509-574 : p. 561-570.

22  Il sera le père et le grand-père de deux maréchaux de France ; son petit-fils Victor-Marie (1660-1737), duc et pair, marié à une fille du maréchal de Noailles, sera un des « Immortels » de l’Académie.

23  La Trompette de la Valtoline, op. cit., p. 8.

24  Ibid., p. 11-12.

25  Ibid., p. 7.

Top of page

References

Electronic reference

Bernd Klesmann, « La Trompette de la Valtoline (1623) : Écrire l’attente à la veille de la guerre franco-espagnole », Les Dossiers du Grihl [Online], 2017-01 | 2017, Online since 02 March 2017, connection on 19 September 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6576 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6576

Top of page

About the author

Bernd Klesmann

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org