Skip to navigation – Site map

De la mort de Charles II à la guerre de Succession d’Espagne : l’horizon de la guerre et son pronostic dans la presse francophone

Marion Brétéché

Abstracts

From the death of Charles II to the war of Spanish Succession: the horizon of war and his prognostics in the French-speaking Press. This contribution questions the fundamental link between journalism of political analysis and war when the death of the King of Spain was likely to tip Europe into a generalized conflict. While seeking whether the confrontation seemed inevitable to journalists in 1700-1701, this paper demonstrates how war was constructed as imminent in the press and how the press can be a privileged observatory to size the processes of analysis specifically used in the beginning of the 18th century. Finally, though the Mercures did not show what could be the feeling of the people of the time about war, they show to what extent war could be the subject of written pieces and debates even before it was declared. As such, these periodicals have helped to build and disseminate a sense of omnipresence of war in the society of the 17th and 18th centuries - a construction that is still widely efficient nowadays.

Top of page

Full text

Références des documents cités

- Jean Donneau de Visé, Mercure galant, Paris, Barbin et Loyson, mai 1672-mai 1710, trimestriel puis mensuel à partir de 1677, in-12, avec privilège du roi.

- Mercure historique et politique concernant l’état présent de l’Europe, ce qui se passe dans toutes les cours, l’intérêt des Princes, leurs brigues, et généralement tout ce qu’il y a de curieux pour le mois de…, le tout accompagné de Réflexions politiques sur chaque État, La Haye, H. van Bulderen, puis L. et H. van Dole, puis F.-H. Scheurleer et al., nov. 1686-avril 1782, mensuel, 192 vol. semestriels in-12, [pour les années 1700-1702, auteur identifié : La Brune].

- Lettres historiques contenant ce qui se passe de plus important en Europe et les réflexions nécessaires sur ce sujet, La Haye, [Adrian Moetjens] puis Amsterdam, [Jacques Desbordes], 1692-1728, mensuel, 73 vol. semestriels in-12, [pour les années 1700-1702, auteur identifié : Jean Dumont].

- Esprit des cours de l’Europe, où l’on voit ce qui s’y passe de plus important touchant la Politique, et en général ce qu’il y a de plus remarquable dans les nouvelles, La Haye, les Frères L’Honoré, puis François L’Honoré, puis Jonas L’Honoré, puis Etienne Foulque, puis Amsterdam « imprimé pour l'Auteur », juin 1699-déc. 1710, mensuel puis tous les 4 mois, 19 vol. semestriels in-12, [pour les années 1700-1702, auteur identifié : Nicolas Gueudeville et Guillaume de Lamberty].

Rappel de la chronologie des événements

- 1er novembre 1700 : mort de Charles II, roi d’Espagne

- 16 novembre 1700 : Louis XIV accepte officiellement le testament de Charles II en faveur du duc d’Anjou, au détriment du traité de partage de mars 1700

- 1er février 1701 : Louis XIV reconnaît par lettres patentes le droit de Philippe V à succéder à la couronne de France

- Février 1701 : occupation des places de la Barrière par les troupes françaises

- 7 septembre 1701 : naissance de la Grande Alliance lors de la signature du Traité de La Haye par l'Angleterre, les Provinces-Unies et le Saint-Empire

- Mai 1702 : l’Angleterre, les Provinces-Unies et l’Autriche déclarent officiellement la guerre à la France et à l’Espagne.

Documents cités chronologiquement

Lettres historiques, livraison d’octobre 1700

  • 1  Cette transcription respecte l'orthographe et la ponctuation originales.

« Lettre VI. Affaires d’Espagne, de Portugal et des Païs-Bas1.

1Monsieur,
I. Jusques icy j’ay crû pouvoir vous mander que la santé du Roi était rétablie. Toutes les Lettres de Madrid le portoient ainsi, et les frequents Exercices que Sa Majesté a pris cet Eté tant par le moyen de la promenade que par celui de la chasse ne nous permettoient pas d’en juger autrement. Quand on est bien malade et en danger de mourir, on n’a pas envie de se tant promener. Cependant certaines nouvelles que nous avons receües par la voye de France parlent si positivement d’un dernier accident survenu à Sa Majesté depuis le depart de la poste ordinaire, que l’on a sujet de tout craindre pour ses precieux jours, d’autant plus que le Roi de France aussi-tôt les avoir aprises a declaré qu’il alloit faire augmenter ses trouppes de dix hommes par Compagnie. Je ne veux neanmoins esperer que ce ne sera rien et que le nouveau Medecin Napolitain que Sa Majesté a fait venir, et qu’elle entretient à cinquante pistoles par mois, maisons et Table franches, la tirera d’affaire. […] » [p. 438-439. NB : aucune allusion à ces préparatifs n’apparaît dans l’article de France qui précède celui-ci].

Lettres historiques, livraison de novembre 1700

« Lettre IV. Affaires de France.

2Monsieur,
I. Malgré toutes les bonnes nouvelles qui étoient venües de Madrid, depuis le dernier accident survenu au Roi Catholique et sa convalescence, on n’a pas laissé de continüer en toute diligence les preparatifs ordonnez par sa Majesté du côté de Bayonne. Les munitionnaires destinez pour l’armée y arrivèrent le 21 du mois passé et le Marquis y étoit attendu […]. L’armée sera composée de trente et un bataillons et de quarante Escadrons. Cependant on travaille incessamment à l’augmentation de dix hommes par Compagnie d’Infanterie que le Roi avoit commandée, y compris les cent compagnies de Marine qui par ce moyen se trouverons augmentées de dix mille hommes.
On arme aussi sept vaisseaux de guerre à Brest et à Rochefort [suit la liste des navires, leur armement et le nom de leur capitaine]. Voilà tout ce que j’ai apris sur ce sujet jusqu’à cette heure, mais il ne faut pas douter que si la nouvelle qu’on vient de recevoir d’Espagne se confirme, tous ces armements là ne grossissent considerablement. » [p. 523-524]
[…/…]

« Lettre VI. Affaires d’Espagne et des Païs-Bas.

3Monsieur,
I. Enfin le triste évenement que l’on prevoyoit depuis si long-tems et que l’on ne pouvoit prevoir sans crainte est arrivé. Le Roi Catholique est mort. Divers Courriers depêchez d’Espagne en droiture et de Paris en ont apporté la nouvelle et vont mettre toute l’Europe en de réciproques méfiances, à moins qu’il ne plaise à Dieu de toucher les cœurs des Puissances les plus intéressées en cette affaire et les disposer à donner franchement les mains au Traité Judicieux qui a été fait pour l’affermissement de la tranquillité generale de l’Europe. Pour moi qui l’ai toujours esperé ainsi, je ne sçaurois encore changer de sentiment. Mais comme c’est une chose sur laquelle je ne pourrois maintenant raisonner que d’une manière prématurée, je remets au mois prochain à vous en entretenir plus amplement et me contenterai pour aujourd’hui de vous dire en peu de mots ce que nous avions ci-devant appris de la derniere recheute du Roi. » [p. 549]
[…/…]

4« III. Hollande.
Monsieur l’ambassadeur [d’Espagne à La Haye, le comte de Quiros] ayant été conduit en cet ordre à l’assemblée de Leurs Hautes Puissances [les États Généraux de La Haye] et ayant pris la place qui lui avait été destinée devant Monsieur le Président, il fit son compliment en ces termes :

5Messieurs.

C’est avec une joye bien grande que je puis enfin me trouver dans vôtre illustre assemblée et témoigner de bouche à V.V.S.S. en quels sentimens d’estime et d’amitié Sa majesté continuë d’être à leur égard.

Je me serois même acquité plûtôt de ce devoir, si je n’avois été retenu par les differentes et facheuses nouvelles qui nous sont venûes d’Espagne depuis quelque tems, mais comme par la grace de Dieu la convalescence du Roi mon Maître a dissipé nos allarmes ; je n’ai pas voulu differer davantage une fonction qui me fait autant de plaisir que d’honneur.  

Les ordres dont il a plû au Roi mon Maître de me charger, sont Messieurs d’asseurer Vos Seigneuries qu’il souhaite de resserrer de plus en plus les nœuds de l’ancienne correspondance qui a regné ci-devant entre S.M. et V.V.S.S. Sa Majesté ne doute pas que ce qu’elle vient de faire tout recemment en consideration du Roi de la Grande Bretagne, et de V.V.S.SS ne soit un moyen pour cela, et elle espere que la genereuse facilité qu’elle a marquée en cette occasion, vous portera à reprendre vos anciennes maximes, et à concourir comme autrefois avec elle à ce qui est de l’interêt commun, et à ce qui peut véritablement asseurer le repos de l’Europe.

En mon particulier Messieurs je l’espere autant que je le souhaite, heureux si mon respect pour Vos S.S. et mon exactitude à seconder en toutes choses les Saintes intentions du Roi mon Maître peuvent contribuer à un si grand bien.

C’est au moins à quoi je continuerai de donner tous mes soins, afin qu’à mon retour en Espagne je puisse remporter la satisfaction d’avoir été jusques au dernier jour en ces Provinces un Ministre de Paix, d’amitié et de Correspondance.

Monsieur Van Lieren qui ce jour-là presidoit dans l’assemblée des Etats, et qui s’acquite toujours de cette fonction avec un applaudissement général lui répondit.

Monsieur.

Leurs Hautes Puissances sont d’autant  plus sensibles à la joye de voir en leur assemblée un Ministre de sa Majesté Catholique qu’elles avoient été privée depuis long-temps de cet honneur par une fatalité qui leur avoit causé beaucoup de regret. Elles ont Monsieur tant de respect et tant de veneration pour sa personne sacrée, et elles font une estime si particuliere de son amitié, qu’elles seront toujours portées à employer tous les moyens possibles pour la meriter, la cultiver et la conserver. Et comme il est constant que de la conservation de sa chere vie depend entièrement le repos et la tranquillité de l’Europe, elles prient Dieu de tout leur cœur de vouloir prolonger ses jours, le retablir en sa premiere santé et lui donner à la fin un Successeur qui soit digne de gouverner une si vaste Monarchie.

Quand au sujet Monsieur de vôtre retour et du nouvel emploi dont il a plu à Sa Majesté de vous honorer, L.L.H.H.P.P. ne vous en feront aucun compliment, étant persuadées que vous ne doutez pas de l’estime et de la consideration qu’elles ont toujours eu pour vous et pour vôtre merite, ainsi elles se contentent de vous asseurer qu’elles continueront toujours en ces sentiments à vôtre égard, et que vous leur êtes le très bien venu. » [p. 558-561]

Mercure galant, livraison datée du 30 novembre 1700

6« La paix donnée par le Roy n’est pas nouvelle ; mais comme la manière de la donner paroistra toujours une chose aussi nouvelle qu’extraordinaire, on en parlera éternellement. C’est ce qui m’oblige à vous envoyer le Sonnet qui suit.

Tu calmes l’Univers en bornant tes Exploits,
Prince aussi modéré que Heros invincible,
Et ta grande Ame trouve un plaisir plus sensible
A le pacifier qu’à luy donner des Loix.
Jusqu’icy triomphante, ou tranquille à ton choix,
La France désormais assurée et paisible
Aux tempestes de Mars toujours inaccessible,
Se rira des debats des Peuples et des Rois.
Te plaist-il d’enchaîner le Démon de la Guerre ?
Quel titan oseroit réveiller ton tonnerre,
Qui frappe sans esclave au gré de tes souhaits ?
Quand tu veux te priver, au comble de la gloire,
Des douceurs que l’on goûte au sein de la Victoire,
Tu relègues Bellones et tu fixes la Paix. »

[p. 5-7, en ouverture de la livraison].
[…/…]

7« Voicy la suite du Journal du voyage de Fontainebleau. » [p. 207. Dans la table en fin de livraison, cet article est intitulé « Versailles, depuis que Monseigneur est reconnu Roy d’Espagne ». Il s’agit d’une relation au jour le jour de la vie à la cour de France, couvrant la période du 21 octobre au 26 novembre 1700.] […/…]
« Le mardy, Monseigneur et Monseigneur le Duc de Bourgogne coururent le Loup. Le Roy apprit à midy que Charles II Roy d’Espagne estoit décédé à Madrid le premier de ce mois… [Suit le détail du testament]. Il est à remarquer que Charles II est le sixieme Roy d’Espagne mort au mois de Novembre et que le 21 Octobre il parut sur Madrid à midy une grande Etoille fort brillante du côté de la France, dans le tems que le Soleil estoit encore sa force et fort lumineux. » [p. 222. À partir du 16 novembre, date à laquelle Louis XIV annonce son acceptation du testament, le récit de Donneau de Visé porte essentiellement sur les actions et réactions qui accréditent la légitimité du duc d’Anjou (p. 234 à 276). À aucun moment, il n’est question des dissensions que ce testament pourrait entraîner.]

Mercure galant, livraison datée du 31 janvier 1701

8« Je croy ne pouvoir commencer ma Lettre dans cette nouvelle année, la première du dix-huitième Siecle, que par un Sonnet, où vous trouverez l’Histoire des derniers temps renfermée. Le premier quatrain marque la guerre que le Roy a toûjours faite avec autant d’avantage que de gloire. Le second fait voir qu’il a bien voulu donner à la Paix à l’Europe lorsqu’il estoit le plus en estat d’étendre ses Conquestes. Le premier des deux Tercets regarde le Traité de Partage par lequel Sa Majesté cedoit genereusement des Couronnes pour ne pas troubler le repos dont tant de Peuples jouissent par sa bonté, et dans l’autre, l’Auteur nous fait remarquer la récompense qu’il plaist à Dieu d’accorder à cet Auguste Monarque pour un si grand sacrifice. » [p. 5-7, en ouverture de la livraison. Vient ensuite le sonnet dédié au roi].

Mercure historique et politique, livraison de janvier 1701, « Avant-propos »

[Cet « avant-propos » est une récapitulation des événements survenus dans l’année écoulée ; on trouve ce type d’articles synthétiques dans les livraisons de janvier de presque tous les mercures de Hollande].

9« Avant-propos.
Ceux qui dresseront l’Horoscope du Siecle dans lequel nous venons d’entrer auront un champ vaste ; car quels raisonnemens à perte de vûe ne pourront-ils pas faire sur tant d’évenemens extraordinaires qui sont arrivez, lors que le Siecle qu’on vient de finir étoit sur le point d’expirer ? L’invasion des troupes saxonnes et prussiennes dans la Livonie, celle de l’armée Danoise dans le Holstein, le Siege de Riga, celui de Nerva, la victoire du Roi de Suede sur le Moscovite, la mort de l’heritier presomptif de la Couronne d’Angleterre, l’Election d’un Pape qui pourra voir les jours de Pierre, la mort du Roi d’Espagne, son Testament en faveur d’un Prince François ; l’acceptation qu’en fait la France ; un Roi dans la Prusse ; tous ces evenemens, et quelques autres non moins remarquables que je passe sous silence, sont arrivez coup sur coup dans le cours d’une seule année. Il y a longtems que les Pronostiqueurs n’avoient eu une matiere si ample et si abondante. Cependant on peut dire sans courir le moindre risque de se tromper, que leurs conjectures seront des conjectures dans l’air ; Car enfin, il ne faut que la mort d’un Grand, une petite revolution dans un Royaume, le mécontentement de quelque Puissance, la jalousie d’un Prince, un coup d’Etat inattendu, pour renvenser [sic] tout le Sistème sur lequel ils pourront batir. On en voit un exemple qui nous doit convaincre de cette verité dans l’un des évenemens dont on vient de faire mention, je veux parler de l’acceptation que Sa Majesté Très Chrêtienne a faite du Testament du Roi Catholique en faveur du Duc d’Anjou, son petit fils. Combien de projets cette acceptation n’a-t-elle pas devangez [sic] ? Combien de mesures n’a-t-elle pas rompues ? Et en quel état douteux ne laisse-t-elle pas encore toute l’Europe ? La foible constitution du Roi d’Espagne, ses incommoditez continuelles, des rechûtes frequentes et dangereuses, le peu d’apparence qu’il y avoit qu’il laissât des enfans, les prétentions de l’Empereur et du Roi de France sur la Monarchie Espagnolle ; toutes ces choses faisoient craindre, avec raison, que la Paix ne seroit pas de durée, et que la guerre qui s’allumeroit entre les deux Princes prétendans entraineroit nécessairement toutes les Puissances de l’Europe, chacune par rapport à ses interets. Ce fut cette apprehension qui fit naitre le Traité de Partage qui a fait tant de bruit, et qui sembloit devoir prevenir les malheurs d’une guerre sanglante et universelle.

10On peut dire néanmoins que ce Traité a produit un effet tout contraire, puisque depuis la mort du Roi d’Espagne, on est dans la même crainte où l’on étoit de voir l’Empereur et la France aux mains et toutes les Puissances de l’Europe prendre parti dans cette querelle.

11Ce partage, qui avoit été projetté avec tant de sagesse, et qui marquoit si bien la droiture de ceux qui en avoient été les Mediateurs, n’avoit pas été néanmoins du goût de tout le monde. Il avoit allarmé la Cour de Rome, toute l’Italie, et le Duc de Lorraine. Mais ceux qui en avoient été les plus allarmez, c’étoient les Espagnols, qui voyoient leur Monarchie demembrée. Pour éviter ce démembrement ils se sont donnez au plus fort, et il y a grande apparence que la France avoit bien prevu que la chose arriveroit ainsi.

12Quoi qu’il en soit, cette Couronne n’a pas balancé un seul moment à accepter la disposition du Roi Catholique. Ainsi voila l’Empereur frustré de toutes ses esperances, nonobstant tous les menagemens qu’il a eus pour les Espagnols ; Voila l’Europe dans les mêmes inquietudes où elle étoit auparavant ; et par la plus surprenante de toutes les Metamorphoses, voila l’Espagne elle même entre les mains de la France sa Rivale, après avoir disputé pendant tout un Siecle pour ne pas subir le joug Francois. Que ceux qui se mêlent de pronostiquer viennent après cela débiter leurs raisonnemens creux et leurs conjectures ; autant en emporte le vent.

13J’avoüe qu’un homme qui connoit l’humeur, le genie, les forces et les interets des Princes ; qu’un homme qui a de l’esprit, du jugement et de la Mémoire, qui connoit par l’Histoire, et par l’usage du monde les principes sur lesquels roulent les affaires générales, et qui d’ailleurs est instruit à fond de la manière dont chacun se gouverne dans ses Etats ; j’avoüe, dis-je, qu’un tel homme peu conjecturer assez juste. Mais aussi il faut avoüer, que comme les évenemens humains sont tous contingens, il est plus probable qu’il se trompera et qu’il sera la dupe de ses conjectures, qu’il ne l’est qu’il rencontrera, avec quelque justesse qu’il raisonne.

14Je sais bien que le President du Vair, Personnage que ses lumières avoient élevé en France a l’un des premiers Emplois de la Robe, sous la Regence de Marie de Medicis, disoit au raport de M. Menage ; que depuis qu’il avoit été en âge d’homme, il n’étoit arrivé rien d’important ni à l’Etat, ni au Public, ni à lui-même en particulier qu’il ne l’eût preveu. Mais c’étoit une illusion de ce grand homme, n’en déplaise à sa Sagacité et à ses lumieres. Quandoque bonus dormitat Homerus. Il étoit homme comme les autres, comme on sceut fort bien le lui reprocher après la mort du Maréchal d’Ancre.

15La seule chose sur laquelle un habile politique pourroit faire des raisonnemens fort solides, seroit l’examen de cette Question dont la France soutient l’affirmative : S’il est plus avantageux à l’Europe, que la Monarchie d’Espagne soit entre les mains d’un seul Maître, quoi que François, que si elle étoit demembrée sur le pied du Traité de Partage. Mais c’est une corde à laquelle on n’ose pas bien toucher encore. On regarde la Question comme Problematique, on y trouve du pour et du contre, chacun y fait des reflexions, mais ce sont des reflexions qu’on ne se dit gueres qu’à l’oreille. Les Puissances interessées ne se sont pas déclarées encore sur les Memoires que leur a fait communiquer le Roi Très-Chrêtien. C’est donc aux Politiques à se taire jusqu’à ce que ces Puissances se soient déclarées, ou du moins à ne décider que tout bas, si l’on doit regarder comme recevable, ou comme illusoire, la Distinction de l’esprit et des termes du Traité de Partage, suivant laquelle les François inferent, que l’esprit de ce Traité subsiste par l’acceptation du Testament du Roi d’Espagne et qu’il n’y a que ce seul moyen pour maintenir le repos et la tranquillité de l’Europe. Je finis par la remarque d’un très habile homme. La porte qui avoit été fermée par les Renonciations vient d’être ouverte par ce Testament et la Maison de Bourbon void aujourd’hui sa nombreuse Lignée heritiere d’une si vaste succession, qui lui avoit couté depuis un Siecle tant de guerres et d’épuisemens. C’est par ce grand et extraordinaire évenement que nous commençons ce nouveau Siecle. La posterité en verra les suites, et la Providence en disposera selon les fins qui lui sont reservées, et non selon les vûës de la prudence humaine tant de fois dementies par le passé. Voila ma Thése. » [p. 3-8]

Esprit des cours de l’Europe, livraison de février 1701

16« Cour de France.
[…/…] Sa Majesté Très-Chrêtienne refuse le Gouvernement absolu d’une vaste Monarchie pour ne point alarmer les autres souverains : la moderation est grande, et peut être placée bien haut dans l’Heroïsme : plût au Ciel qu’on eut toûjours pensé de même, et qu’on fût entré de tout tems dans cette genereuse disposition ! mais la modestie du Roi a un mauvais endroit, c’est qu’autant elle est glorieuse au Roi, autant elle est inutile à l’Europe. Que la France gouverne l’Espagne, ou que l’Espagne ne se gouverne que par les Conseils de la France, n’est-ce pas la même chose ? Que la finance et les armes courent sous les ordres de Sa Majesté Trés-Chretienne ou sous ceux de la Regence, en courent-ils moins, et trouve-t-on là quelque distinction. Quel est le sujet de la juste frayeur dont l’Europe doit être à present saisie ? Est-ce de voir la Regence d’Espagne se soumettre à Sa Majesté Trés-Chretienne, et lui obéir aveuglément. Ce n’est pas là le point fixe : au contraire, l’on doit plus esperer que craindre de ce côté-là, puisque la France publie la Paix par tout, et qu’elle proteste à sa maniére et avec toute sa sincerité Politique qu’elle n’a pas accepté le Testament que pour affermir le repos commun. Mais ce qui alarme les Princes, c’est l’union de deux Puissances dont l’une a plus de forces qu’il n’en faut pour rendre à l’autre toutes les forces qu’elle peut avoir ; et lesquelles aprés cela, tant qu’elles agiront de concert, ne trouveront plus rien qui puisse leur résister, avanceront avec la rapidité d’un torrent, et seront en état de faire la loi au reste des Souverains. Ce doit être là le vrai motif de cette terreur que l’on voit se répandre de plus en plus parmi tant de Peuples, qui ont des craintes anticipées, à la verité, mais fondées trés solidement pour le culte, la liberté et l’abondance : le mal est éloigné, je le veux mais il paroit inévitable, et cela ne suffit-il pas pour l’appréhender ? N’est-ce point de cette apprehension si raisonnable que naissent tous ces bruits de guerre qui font la matiére dominante dans les journaux publics, ce qui les fait rechercher avec une avidité extraordinaire. Je ne sçai si l’Europe s’est jamais rencontrée dans une pareille situation ; la prosperité y fait souhaiter la guerre ; les plus forts semblent avoir peur, et les plus foibles s’animent, et s’encouragent : le parti méprisant et redoutable n’oublie rien pour prevenir une rupture ouverte : c’est à quoi il employe caresses, menaces, hauteurs, flateries, largesses ; et le parti méprisé et inferieur se remuë, il machine et met tout en œuvre pour avoir de quoi en venir à un éclat ; ainsi l’on peut dire que la force se defie d’elle même, et que la foiblesse s’arme de confiance. D’où vient ce contraste ? de la prevoyance d’un malheur au devant duquel on ne peut courir trop promptement, et pour m’expliquer sans ambiguité, il vient de la jalousie que l’union des deux plus Puissantes Monarchies de l’Europe donne avec raison à tous les amateurs de son équilibre et de sa liberté. Ce seroit ici l’endroit de conjecturer, si ces étincelles qui petillent de tous côtez causeront un incendie general, ou bien si les orages qui se forment en tant de lieux se dissiperont sans troubler le calme present ; mais il y auroit de la temerité à decider là dessus ; la chose est d’une enchainure trop embarassée pour entreprendre de la demeler ; le pour et le contre mettent la balance dans une justesse apparente, les particuliers ont la vûë trop courte pour en juger, l’inégalité leur est imperceptible, il n’y a que l’œil du Souverain à qui elle n’échape pas, encore a-t-il besoin de toute sa penetration pour ne la pas manquer, et c’est aux sujets d’attendre patiemment sur cet important article les résolutions de leurs Maîtres. Disons seulement, cela se peut sans blesser la prudence, qu’une Paix inquiéte, timide, et qui peut s’envoler à tous momens ne merite pas d’être appellée [sic] un bien ; car bornant les hommes à la simple joüissance du present, elle leur ôte le plus doux assaisonnement de tous les biens, je veux dire le sentiment d’une possession assurée ; une telle paix ne donne rien à l’avenir, et la guerre peut le rendre certain, or le risque n’est-il pas moins grand de chercher à s’assurer une bonne fois, que de demeurer toujours dans le danger de perdre ? » [p. 132-135. Le premier article de la livraison, consacré à la France, s’étend de la p. 120 à 158 –  soit 33% du numéro – et porte exclusivement sur les interactions entre la France et l’Espagne à propos de la succession de Charles II et sur leurs conséquences].

Mercure historique et politique, livraison de janvier 1702 « Avant-propos »

17« Avant-propos.
[…/…]
La situation des affaires d’Italie, et les mouvemens qu’on a lieu d’apprehender encore dans le Royaume de Naples, n’encouragent pas peu ceux qui sont interessez à soûtenir l’Empereur dans cette rencontre : et comme les principales Puissances qui doivent agir pour la cause commune ont pris toutes les précautions possibles pour n’agir pas inutilement, on ne void pas bien encore quel sera le parti que prendra la France, d’où dépend la Paix ou la guerre. Les grands preparatifs qu’elle a faits et qu’elle fait tous les jours ; ses grands armemens tant par mer que par terre ; les gros impots qu’elle met sur les peuples tant chez elle que dans les Païs-Bas Espagnols ; tout cela fait juger d’abord qu’elle se croit assez forte pour tenir tête à Sa Majesté Imperiale et à ses Alliez et qu’elle ne desespere pas d’affermir le Roi Catholique sur le trône de toute la Monarchie d’Espagne. Mais lorsqu’on y fait tant soit peu d’attention on a peine à se persuader qu’elle en veüille venir à une rupture, quelque puissante que soit cette Couronne elle ne l’est pas assez pour resister à toute l’Europe, car on doit compter pour très peu de chose quelques Princes qui se sont déclarez pour elle, et qui pourroient bien s’en détacher pour ne risquer pas d’avoir un sort semblable à celui du Duc de Mantoüe. Je crois donc que la France y pensera plus d’une fois, avant que de s’engager dans une guerre générale, dont la seule pensée fait frémir, et qu’elle donnera dans un accommodement. Si je conjecture mal je ne suis pas le seul. L’Auteur que j’ai déja cité et qui conjecture toujours assez juste* semble n’être pas éloigné de croire que tout se pacifiera à l’amiable. Sage et judicieux comme il est, il ne dit pas tout ce qu’il pense, mais on ne laisse pas d’entrevoir sa pensée. Il n’y a point eu, dit-il, de conjoncture plus épineuse que celle-ci, mais il n’y en a point eu de plus fertile en contretemps, et en ressources imprevûes ; ce qui est un sujet d’esperance, aussi bien que de crainte. Il n’a pas pleu à Dieu de bénir les précautions qu’on avoit prises pour prevenir les malheurs de la guerre : et il n’a pas permis non plus que les maux qu’on craignoit ayent été sans remede. On s’est trompé dans l’un et dans l’autre, et tout a été surprenant en mal et en bien. Cela fait voir que la Providence en dispose pour d’autres fins que celles que la prudence humaine se propose, et qu’on doit s’attendre à voir frapper de plus grands coups. On doit faire la même reflexion à l’égard des affaires du Nord, quoi qu’elles semblent s’embroüiller de plus en plus, car enfin on a lieu de s’attendre du Roi de Suède, qu’à l’exemple de ses glorieux Ancestres dont il suit si bien les traces, il voudra se mettre en état de balancer les affaires de l’Europe, et d’être la ressource et l’appui de ses Alliez ce qu’il ne pourroit faire s’il avoit à soutenir une guerre particulière.

18Je ne donnerai pas ici un dénombrement des évenemens arrivez pendant le cours de l’année que nous venons de finir, ils sont trop importans, trop extraordinaires et trop remarquables pour qu’on ne s’en souvienne pas. 

[En note :] * Mr. du Breuil dans les Nouvelles Extraordinaires du 29 Décembre 1701 et du 2 janvier 1702.  [Les Nouvelles extraordinaires sont le supplément de la Gazette d’Amsterdam, alors publiées par Jean Tronchin du Breuil.] » [p. 8-10]

Analyse

  • 2  Sur cette forme de presse, voir Marion Brétéché, Les Compagnons de Mercure. Journalisme et politiq (...)

19Les extraits qui précèdent sont tirés de quatre périodiques mensuels relevant de la forme éditoriale que j’ai désignée sous le qualificatif de « mercures »2. Ces fragments sont issus de livraisons publiées entre octobre 1700 et janvier 1702, durant la période d’incertitude que provoque la mort du roi d’Espagne, Charles II, le 1er novembre 1700. Son testament est en effet à l’origine de fortes dissensions à travers l’Europe – les prétendants à sa succession étant nombreux et pugnaces, malgré la rédaction avant même la disparition du souverain, de plusieurs traités pour partager son empire.

  • 3  Marion Brétéché et Dinah Ribard, « Qu’est-ce que les mercures au temps du Mercure galant ? », Dix- (...)

20Parmi les périodiques ici mobilisés, trois sont publiés à La Haye sous couvert d’anonymat : l’Esprit des cours de l’Europe, les Lettres historiques, le Mercure historique et politique. Le Mercure galant est quant à lui rédigé à Paris, par Jean Donneau de Visé. Fondé en 1672, cet ouvrage est le plus ancien et constitue un contre-modèle pour les périodiques publiés à partir de 1686 aux Provinces-Unies : les « mercures de Hollande ». Le titre du deuxième d’entre eux, le Mercure historique et politique créé en novembre 1686, témoigne de cet antagonisme3. Toutefois, lorsque naît en 1699, l’Esprit des cours de l’Europe, septième titre relevant de cette nouvelle forme, cet illustre repoussoir est délaissé : son rédacteur, Nicolas Gueudeville, préfère en effet se distinguer de ses concurrents et prédécesseurs hollandais, parmi lesquels les Lettres historiques créées en 1692 par le libraire Adrian Moetjens. Ce choix indique qu’à cette date, cette nouvelle forme de presse est déjà bien identifiée par les contemporains.

  • 4  Par exemple, le Mercure historique et politique créé en 1686 perdure jusqu’en 1782, la Clef du cab (...)
  • 5  Pierre Bayle, Réponse aux questions d’un provincial, Rotterdam, Reinier Leers, 1704, t. 2, p. 119.
  • 6  Sur les gazettes, voir en particulier Henri Duranton, Claude Labrosse et Pierre Rétat (dir.), Les (...)

21Les mercures de Hollande sont des mensuels d’actualité politique qui se caractérisent par un contenu, un dispositif éditorial et un discours réflexif sur l’écriture de l’actualité. Durant les années 1680-1720, une douzaine de titres est imprimée en Hollande, certains durant plusieurs dizaines d’années d’affilée4. Chaque mois, ces périodiques proposent dans une livraison d’une centaine de pages in-12 un compte rendu de l’actualité politique accompagné de commentaires et de diverses pièces. Ils sélectionnent les nouvelles les plus importantes, les synthétisent et citent des documents. À partir de ce contenu, leurs rédacteurs élaborent ensuite une interprétation politique explicite des événements, qu’ils appellent « réflexions » et que Pierre Bayle qualifie de « dissertations »5. Celles-ci constituent la principale nouveauté de cette forme éditoriale vis-à-vis de la presse périodique politique imprimée existant à l’époque sous la forme des gazettes. Ces dernières proposent en effet, deux fois par semaine, sur six à huit pages, une succession de bulletins de nouvelles laconiques, sans commentaire ni interprétation6. Dans ces conditions, les mercures marquent la naissance d’un journalisme d’analyse et d’opinion politique en langue française.

  • 7  Histoire abrégée de l’Europe, où l’on voit tout ce qui se passe de considérable dans les États, da (...)

22Dans les mercures, comme dans les gazettes, les nouvelles sont organisées par articles géographiques – entre six et douze selon les titres et les périodes, certains articles rassemblant parfois plusieurs États comme dans le cas des rubriques « Italie », « Allemagne » ou « Pays du Nord ». L’Europe dans son entier est ainsi systématiquement couverte. Cette envergure géographique fait partie des attendus de la forme éditoriale à un double niveau : non seulement, tous les pays doivent être abordés mais les analyses doivent sortir du seul cadre national pour envisager les répercussions internationales des événements locaux. D’ordinaire, les informations sont classées à l’intérieur d’un article en fonction du lieu de provenance de la nouvelle, non du lieu où elle s’est déroulée. Toutefois, contrairement aux gazettes, le rubriquage est l’un des procédés éditoriaux employés par les auteurs pour interpréter la situation politique. De manière à rendre les faits compréhensibles pour le lecteur, l’ordre de succession des articles – normalement fixe – peut ainsi être modifié au gré des événements tandis que certains pays peuvent être réunis ou isolés. Dans les livraisons d’octobre et novembre 1688, le rédacteur de l’Histoire abrégée de l’Europe réunit ainsi les articles « Angleterre » et « Hollande »7. Il y décrit seulement la flotte conduite par le stathouder jusqu’en Angleterre car, précise-t-il, il ne possède pas les nouvelles qui lui permettraient d’expliquer les modalités et les conséquences de l’intervention militaire de Guillaume d’Orange. Jacques Bernard anticipe ici symboliquement le cours des événements de la « Glorieuse Révolution ». Par la matérialité du périodique, il donne à lire la portée géopolitique de l’intervention, l’implication des Provinces-Unies et l’entrelacement des destins des deux pays qui risque d’en découler, sans pour autant se lancer dans des interprétations politiques qui risqueraient de déplaire aux autorités néerlandaises ou anglaises.

  • 8  Sur cette question des sources, peu étudiée faute de documentation, voir André Belo, Nouvelles d'A (...)

23Les sources mobilisées par les auteurs de ces ouvrages sont difficiles à identifier car elles ne sont quasiment jamais évoquées. Les nouvelles ne sont ni introduites ni référencées, simplement transmises comme si les rédacteurs en étaient eux-mêmes la source première. Contrairement aux gazetiers8, il n’est pas du tout certain qu’ils soient abonnés à des lettres de nouvelles. Cet écart s’explique par la périodicité des mercures. En raison de la mensualité, leurs rédacteurs sont avant tout à la recherche de récits et de matériaux leur permettant d’étoffer leurs réflexions. Contrairement à ce que l’on trouve dans les bi-hebdomadaires, ils ne se contentent pas de dresser une liste de faits. Ils proposent un compte rendu mis en forme et narrativisé, puis commentent les événements pour leur attribuer une signification et les replacer dans une succession d’actions politiques. Ils s’inscrivent davantage dans une démarche explicative et interprétative, que dans la perspective purement informative des nouvelles à la main, ou même des gazettes qui imitent ces dernières. Les mercures sont donc une entreprise de mise en récit et d’interprétation des gazettes, celles-ci étant utilisées comme sources, puis complétées grâce aux pièces et aux analyses des rédacteurs.

  • 9  Voir le travail précurseur de Myriam Yardeni : « Gueudeville et Louis XIV : un précurseur du socia (...)
  • 10  Mémoires historiques pour le siècle courant, Amsterdam, N. Potgieter et É. Ledet, 1728-1742, mensu (...)

24Dans ces conditions, et contrairement aux gazettes, ces ouvrages sont amplement différents les uns des autres. Chaque mercure a son style, ses thèmes privilégiés, ses spécificités éditoriales et, bien sûr, son point de vue, dégageant ainsi une identité éditoriale forte qui repose largement sur la nature et l’orientation politique des interprétations proposées. Par exemple, l’Esprit des cours de l’Europe se détache par son engouement républicain, ses très vives attaques à l’encontre de la politique de Louis XIV et son ton satirique voire moraliste9 ; l’Histoire abrégée de l’Europe tente au contraire d’emprunter un ton plus neutre tout en défendant les protestants de France tandis que les Mémoires historiques pour le siècle courant ne cachent pas leur tendance pro-catholique10. Ces caractéristiques dépendent de l’auteur – et sans doute aussi de l’éditeur, même si son intervention est difficile à cerner, faute de sources.

  • 11  Jusqu’alors le terme était associé à la publication des « journaux », ces mensuels érudits consacr (...)
  • 12  Lettres historiques, janvier 1692, t. 1, « Lettre 1. Dessein de l’Auteur », p. 8-9.
  • 13  Esprit des cours de l’Europe, t. 1, juillet 1699, p. 17-18.

25Pour soutenir la légitimité de cette nouvelle écriture de l’actualité, les rédacteurs de mercures favorisent l’émergence d’une figure auctoriale inédite sous les traits d’un journaliste idéal. Attestation de la singularité de leur activité, ils ne se désignent jamais sous le qualificatif de « gazetier » d’ordinaire associé à la presse politique. Ils se qualifient de « nouvelliste » ou d’« auteur » et, à partir du début du xviiie siècle, emploient le terme de « journaliste »11. L’apparition de cette désignation repose sur le caractère inédit de la forme de presse qu’ils élaborent et surtout, sur la fonction nouvelle de politisation des lecteurs qu’ils lui attribuent. Dans le cadre de cette construction, l’incarnation du journaliste idéal est un protestant français réfugié aux Provinces-Unies. En tête de son ouvrage, le rédacteur des Lettres historiques affirme ainsi : « Je déclare que je suis Hollandais par inclination et par devoir, si je ne le suis pas par naissance. […] J’ai une Religion et cette Religion est la Protestante. »12 Cette identité auctoriale s’inscrit dans une vision géopolitique des événements. Pour les auteurs, cet exilé est capable de commenter l’actualité politique mieux que quiconque parce qu’il a vécu de l’intérieur la politique de la France et parce qu’il se trouve désormais dans le pays placé au cœur des relations internationales. Gueudeville décrit avec emphase dans son Esprit des cours cette place singulière tenue par la France : « On ne peut nier que la France donne le branle à l’Europe ; qu’elle influë à tous les intérêts des Souverains ; que les Princes ont les yeux tournez sur elle ; que c’est par rapport à elle qu’ils concertent leurs desseins ; et que comme si cette fiére Monarchie étoit effectivement le Soleil du Monde Politique, il y a peu de Cours qui ne craigne sa trop grande ardeur. Il ne s’en est pas beaucoup falu qu’elle n’ait tout mis sous ses pieds… »13

  • 14  « Jugéz donc combien je me trouve heureux dans ce lieu de repos où je puis vivre librement et selo (...)

26Dans cette interprétation du monde, les Provinces-Unies apparaissent au contraire comme le fer de lance de la résistance à cette domination, comme un carrefour essentiel à la circulation de l’information et comme le refuge de la liberté14.

  • 15  Sur le Refuge huguenot, voir en particulier Michelle Magdelaine et Rudolf von Thadden (dir.), Le R (...)
  • 16  Contrairement aux autres rédacteurs de mercures, Nicolas Gueudeville a fait l’objet d’une biograph (...)
  • 17  Jean Dumont, Mémoires politiques pour servir à la parfaite intelligence de l’histoire de la paix d (...)
  • 18  Bien qu’il s’agisse de l’auteur du célèbre Corps universel diplomatique du Droit des gens publié e (...)
  • 19  Les auteurs du Mercure historique et politique ont été identifiés par Jean Lombard dans « Les réda (...)
  • 20  Sur Jean Donneau de Visé, voir Pierre Mélèse, Un homme de lettres au temps du grand roi, Donneau d (...)
  • 21  Anne Sauvy, Livres saisis à Paris entre 1678-1701, d’après une étude préliminaire de Motoko Ninomi (...)

27Cette figure élaborée dans les mercures est d’autant plus idéalisée que ces périodiques sont systématiquement anonymes – du moins jusqu’aux années 1730. Cependant, elle recoupe tout de même, en partie, la biographie de ses concepteurs. Sauf exceptions, les rédacteurs de mercures sont des exilés français installés aux Provinces-Unies. Environ la moitié d’entre eux sont des réfugiés huguenots15 tandis que certains se convertissent à leur arrivée. Mais la véritable originalité de la trajectoire de ces hommes tient au fait que, progressivement, tous se mettent à vivre de leur plume alors qu’ils n’avaient absolument rien publié avant leur départ de France. C’est l’exil et la spécificité du contexte néerlandais et européen en ces années 1680-1720 qui leur ont permis de devenir de véritables professionnels de la publication de l’actualité politique. Ils subviennent en effet aux besoins de leur famille grâce aux revenus que leur fournissent leurs manuscrits et aucun d’entre eux ne bénéficie de pension ou de charge auprès d’un gouvernement. À partir de la fondation de l’Esprit des cours de l’Europe, le moine défroqué converti au protestantisme, Nicolas Gueudeville, vit ainsi exclusivement de ses travaux de librairie16. Le rédacteur des Lettres historiques à cette période, Jean Dumont, est quant à lui, un ancien officier de l’armée de Louis XIV, arrivé à La Haye vers 1692. En 1700, il vient de publier une histoire de l’Europe depuis la paix de Ryswick17 et essaie d’obtenir une charge d’historiographe des Provinces-Unies. Il joue en parallèle le rôle de secrétaire auprès de l’ambassadeur d’Espagne à La Haye, celui dont il est question dans l’extrait des Lettres historiques de novembre 170018. Bien que son nom n’ait pu être identifié, Le rédacteur du Mercure historique et politique au début des années 1700 demeure un inconnu pour les historiens19. L’auteur du Mercure galant est au contraire bien connu puisqu’il s’agit de Jean Donneau de Visé et qu’il est pour sa part pensionné par Versailles20. Il publie son ouvrage avec un privilège royal, est soumis à la censure et n’a pas de concurrence directe en France puisque son privilège est assorti d’un monopole comme cela est le cas dans le royaume en matière de presse. Rien de tel n’est possible aux Provinces-Unies : la censure préalable n’existe pas, les privilèges – facultatifs et à la fonction seulement commerciale – sont très rares, et les auteurs vivent essentiellement de la rétribution que leur fournissent leurs éditeurs. Par conséquent, en Hollande, il y a une très forte concurrence entre ces mercures, d’où l’importance de la qualité des analyses qui les distinguent les uns des autres. Néanmoins, les mercures de Hollande sont interdits en France et ne pénètrent donc sur le territoire que par le biais de la contrebande21.

  • 22  Sur les discours produits pour soutenir les prétentions françaises, voir Alexandre Y. Haran, Le Ly (...)
  • 23  Lettres historiques, janvier 1700, t. 17, p. 3-4.

28Les mercures, et plus largement la presse politique, entretiennent un lien très étroit avec la guerre. La publication des mercures repose sur une volonté de rendre compte des événements, en particulier de ceux que les rédacteurs considèrent comme des ruptures d’équilibre à l’échelle d’un pays ou d’une aire géopolitique. Au fil des livraisons, c’est donc un tableau de l’agitation politique qu’ils composent. Or, selon eux, celle-ci serait essentiellement causée par l’omniprésence des conflits en Europe, eux-mêmes dus à la fin du xviie siècle aux prétentions hégémoniques de Louis XIV, accusé d’aspirer à la monarchie universelle22. Cette ambition française expliquerait la permanence de l’état de guerre, caractéristique selon eux de la période. À tel point qu’en janvier 1700, le rédacteur des Lettres historiques considère que « le sujet d’observation le plus remarquable » offert par l’année écoulée est qu’elle n’a été « troublée d’aucune guerre en aucune partie de l’Europe »23. La guerre constitue donc l’un des sujets les plus abondamment traités dans les mercures. Ces derniers ont d’ailleurs tous été fondés en période de conflit. En pleine guerre de Succession d’Espagne, l’année 1707 marque ainsi l’apogée de cette production avec la publication concomitante de six mercures. Durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg, en 1689-1690 soit trois ans à peine après la création de la forme éditoriale, quatre mensuels se partagent le public.

  • 24  Lettres historiques, janvier 1699, t. 15, p. 3.
  • 25  La Clef du cabinet des princes, décembre 1734, p. 389-390, citée par Pierre Rétat et Jean Sgard, ( (...)

29Les rédacteurs expliquent ce phénomène : la guerre fournirait aux journalistes des faits à raconter et surtout, nécessiterait des commentaires. Un an après avoir annoncé qu’il envisageait de cesser la publication de ses Lettres historiques suite à la signature de la paix de Ryswick, le journaliste constate ainsi que lorsque « les princes combatent, ils protestent que ce n’est que pour avoir la Paix. Cependant à peine l’ont-ils obtenûe qu’ils prennent de nouvelles mesures pour recommencer la guerre. »24 Repérer et analyser ces actions des princes risquant de provoquer une nouvelle conflagration ou de la prolonger constitue donc l’une des fonctions principales que s’attribuent les rédacteurs. Selon eux, les Européens se trouvent donc toujours un peu dans un « avant la guerre ». L’issue des affrontements inspire également nombre de commentaires fondés sur l’interprétation de chaque retournement de situation. Ils justifient cette forte présence de la guerre dans leurs ouvrages par le fait que l’incertitude et l’omniprésence des combats concernent toute l’Europe, tous les peuples et tous les sujets – donc tous les lecteurs. En 1734, le rédacteur de la Clef du cabinet des princes écrit ainsi : « Tout le monde n’est pas obligé de savoir faire la guerre, mais tout le monde est curieux d’en apprendre assez pour en raisonner, et pour en parler avec quelque justesse. »25 Puisque les mercures se pensent nourris par la guerre, il n’est pas étonnant que la mort de Charles II constitue pour leurs rédacteurs un événement de premier ordre, et sans doute même une aubaine.

30Les premiers extraits présentés ci-dessus, datés de l’automne 1700, concernent les suspicions de décès de Charles II puis l’annonce de sa mort et du contenu de son testament. Le roi d’Espagne n’ayant pas de descendance directe, sa succession attise les convoitises. Trois principaux prétendants revendiquent l’héritage : le petit-fils de Louis XIV – le duc d’Anjou –, le second fils de l’empereur Léopold 1er  – l’archiduc Charles, futur Charles VI – et le petit-fils de l’empereur – Joseph Ferdinand de Bavière. Toutefois, aucune de ces possibilités ne satisfait l’ensemble des protagonistes européens car toutes risquent de déstabiliser l’équilibre européen, au profit des Habsbourg ou des Bourbon. C’est pourquoi, depuis les années 1690, les principaux États sont en négociation pour parvenir à un partage de l’héritage de Charles II entre plusieurs princes. Toutes ces tractations se trouvent finalement invalidées par le testament d’octobre 1700 de Charles II qui désigne le duc d’Anjou comme unique héritier. Seize jours après la mort du roi d’Espagne, suite à l’acceptation du testament par Louis XIV, se pose donc la question de savoir comment l’Europe va réagir à la présence d’un Bourbon à la tête de l’empire espagnol.

31Les extraits suivants de ce dossier, publiés entre janvier 1701 et janvier 1702, sont consacrés aux possibles conséquences de cette nouvelle configuration géopolitique. Ils analysent le testament de Charles II et son acceptation par Louis XIV, interprètent les préparatifs militaires des différents pays européens et les intérêts de chacun d’entre eux au maintien de la paix ou à une déclaration de guerre. Entre la fin de l’année 1700 et le début de l’année 1702, les rédacteurs de mercures situent explicitement l’Europe dans un possible « avant la guerre » dont la réalisation est progressivement présentée comme de plus en plus probable. Cette période d’un an et demi entre l’événement qui est à l’origine de la guerre et le début des combats est pour la presse politique un temps d’analyse des faits mais aussi de « pronostic » visant à évaluer les probabilités et les motifs d’une reprise des hostilités. L’élaboration de cet « avant la guerre » est effectuée dans les mercures grâce à plusieurs types de contenus et à diverses pratiques éditoriales.  

32Dès les rumeurs concernant la mort de Charles II parvenues aux rédacteurs de mercures, la question de la guerre envahit les livraisons et en particulier certains articles : ceux des pays concernés par la succession – la France et l’Espagne – mais aussi ceux des pays hostiles à la succession française – la Hollande, par exemple. Cette présence plus manifeste d’une hypothétique conflagration repose sur l’idée implicite, commune à tous les journalistes, selon laquelle les actions des princes ne sont pas ce qu’elles paraissent être, d’autant plus en ces années où la succession de Charles II a bousculé l’équilibre international et suscité de nouveaux comportements politiques. En février 1701, Gueudeville écrit ainsi :

  • 26  Esprit des cours de l’Europe, février 1701, p 133-134.

«Je ne sçai si l’Europe s’est jamais rencontrée dans une pareille situation ; la prosperité y fait souhaiter la guerre ; les plus forts semblent avoir peur, et les plus foibles s’animent, et s’encouragent : le parti méprisant et redoutable n’oublie rien pour prevenir une rupture ouverte : c’est à quoi il employe caresses, menaces, hauteurs, flateries, largesses ; et le parti méprisé et inferieur se remuë, il machine et met tout en œuvre pour avoir de quoi en venir à un éclat ; ainsi l’on peut dire que la force se defie d’elle même, et que la foiblesse s’arme de confiance. »26

33Dans ces conditions, les actions des gouvernements méritent d’être décrites et interprétées pour les lecteurs non-initiés aux arcana imperii. C’est dans cette perspective que le rédacteur de l’Esprit des cours modifie l’ordre de ses rubriques à partir de septembre 1701, à la suite de la signature de la Grande Alliance par l'Angleterre, les Provinces-Unies et le Saint-Empire : désormais, les articles de France et d’Espagne sont réunis, de même que ceux d’Angleterre et de Hollande ; signe que les deux partis sont désormais en place.

34La nécessité d’expliciter les faits est d’autant plus grande que, d’après les rédacteurs de mercures de Hollande, la mort de Charles II va très certainement déclencher une guerre. Cette relation de cause à effet est particulièrement visible dans les Lettres historiques : dans les livraisons d’octobre et novembre 1700, Jean Dumont annonce en effet le renforcement des troupes françaises à la suite des bulletins de santé de Charles II. À la même période, dans le Mercure galant, il n’est au contraire jamais question d’une possible guerre. Dans la livraison du 30 novembre 1700, Donneau de Visé célèbre ainsi Louis XIV en roi de paix dans un sonnet placé en ouverture du numéro. Dans la suite du numéro, il se concentre sur les réactions françaises à l’annonce de l’acceptation du testament, sans jamais rien dire des réactions européennes et surtout, sans jamais envisager les répercussions possibles de cette décision. Deux mois plus tard, l’auteur donne un nouveau sonnet qui expose l’ambigüité même de la position de la France : le premier quatrain montre Louis XIV en roi de guerre victorieux ; le second, en roi qui a fait la guerre pour donner la paix à l’Europe ; enfin, le premier tercet célèbre le traité de partage tandis que le deuxième présente le testament de Charles II comme une récompense divine à un si grand monarque. Dans ces conditions, le Mercure galant parle lui aussi des hostilités à venir : en négatif, par le biais d’une célébration de la paix, la guerre est également présente ; elle est même incarnée par la personne de Louis XIV, sur le point de redevenir roi de guerre pour protéger l’héritage de son petit-fils.

  • 27  Dans le Mercure historique et politique de janvier 1701, p. 3, il est question de dresser « l’Horo (...)
  • 28  Voir par exemple, la dénonciation de cette pratique par Pierre Bayle dans le chapitre « Que les no (...)

35Cependant, l’élaboration de cet « avant la guerre » ne repose pas seulement sur des faits nécessitant d’être décodés. Celui-ci se fonde aussi très largement sur les « pronostics » que les rédacteurs proposent dans leurs mercures. Ce type de commentaires est fondé sur l’analyse de précédents, l’histoire mais aussi l’expertise politique des auteurs. Il se trouve en particulier dans les « récapitulations » présentes en début d’année dans la plupart des mensuels, ces articles qui ont pour fonction de faire le point sur les événements les plus marquants de l’année écoulée de manière à mieux envisager ceux à venir27. Cette pratique prospectiviste est courante dans la presse, et plus largement, dans les écrits politiques qui commentent l’actualité et circulent sous forme de feuilles volantes28. La plupart des auteurs qui s’y adonnent y accusent leurs concurrents, et parfois contradicteurs, de jouer au « prophète ». Dans sa caricature des nouvellistes publiée dans le Mercure galant, Donneau de visé écrit ainsi :

  • 29  Jean Donneau de Visé, Mercure galant, 1673, t. 2, p. 86. Il s’agit d’un extrait de la Comédie cont (...)

« Ils sçavent le present, le futur, le passé,
Et souvent un Arrest qui n’est point prononcé ;
Mais entre eux toutefois ils ne s’accordent guere,
Chacun ayant divers souhaits,
Le Guerrier conclut à la Guerre,
Et le Pacifique à la Paix. »29

  • 30  Esprit des cours de l’Europe, février 1701, p. 135.

36Comme en témoigne le choix de la situation concluant cet extrait, la période qui précède la guerre constitue, pour les auteurs politiques, un moment particulièrement propice au pronostic. Cependant, les rédacteurs de mercures exploitent davantage encore cette situation que leurs concurrents car, comme le montre les sources publiées ci-dessus, ils exploitent cette thématique pour raisonner sur la validité des pronostics proposés par la presse. Ils insistent ainsi sur la force de la contingence et sur la vulnérabilité des prévisions – « Que ceux qui se mêlent de pronostiquer viennent après cela débiter leurs raisonnemens creux et leurs conjectures ; autant en emporte le vent » d’après les Lettres historiques de janvier 1701. La plupart ne se hasardent guère qu’à énoncer les diverses possibilités et leurs conséquences, sans trancher. Seul Gueudeville, le plus audacieux d’entre eux, ose malgré toutes les incertitudes qu’il dit reconnaître, interroger la valeur d’une « Paix inquiéte […] qui peut s’envoler à tous momens »30.


*

37Ce dossier témoigne de la construction médiatique de l’imminence de la guerre dans la presse au tournant des xviie et xviiie siècles. Il constitue en même temps un observatoire privilégié pour saisir plusieurs procédés d’analyse de l’actualité propres à cette période. En somme, les mercures ne disent pas quel était le sentiment des contemporains vis-à-vis de la guerre mais plutôt à quel point celle-ci était un objet sur lequel écrire et disserter, et ce, avant même qu’elle ne soit déclarée. À ce titre, ces périodiques ont contribué à construire et à diffuser un sentiment d’omniprésence de la guerre dans la société des xviie et xviiie siècles, construction encore largement efficiente aujourd’hui.

Top of page

Notes

1  Cette transcription respecte l'orthographe et la ponctuation originales.

2  Sur cette forme de presse, voir Marion Brétéché, Les Compagnons de Mercure. Journalisme et politique dans l’Europe de Louis XIV, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2015.

3  Marion Brétéché et Dinah Ribard, « Qu’est-ce que les mercures au temps du Mercure galant ? », Dix-septième siècle, 1/2016 (n° 270), p. 9-22.

4  Par exemple, le Mercure historique et politique créé en 1686 perdure jusqu’en 1782, la Clef du cabinet des princes née en 1704 subsiste jusqu’en 1773 tandis que les Lettres historiques sont publiées de 1692 à 1728 – en 1728, elles sont rebaptisées, jusqu’en 1742, Mémoires historiques pour le siècle courant.

5  Pierre Bayle, Réponse aux questions d’un provincial, Rotterdam, Reinier Leers, 1704, t. 2, p. 119.

6  Sur les gazettes, voir en particulier Henri Duranton, Claude Labrosse et Pierre Rétat (dir.), Les Gazettes européennes de langue française, xviie-xviiie siècles, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1992 ; H. Duranton et P. Rétat (dir.), Gazettes et information politique sous l’Ancien Régime, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1999 ; Denis Reynaud et Chantal Thomas (dir.), La Suite à l’ordinaire prochain. La représentation du monde dans les gazettes, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1999. Pour une riche monographie, voir Pierre Rétat(dir.), La Gazette d’Amsterdam, miroir de l’Europe au xviiie siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 2001.

7  Histoire abrégée de l’Europe, où l’on voit tout ce qui se passe de considérable dans les États, dans les armes, dans la nature, dans les arts et dans les sciences, Leyde, Claude Jordan, juil. 1686-déc. 1688, mensuel, 5 vol. semestriels in-12.

8  Sur cette question des sources, peu étudiée faute de documentation, voir André Belo, Nouvelles d'Ancien Régime : la Gazette de Lisbonne et l'information manuscrite au Portugal (1715-1760), thèse de doctorat préparée sous la direction de Roger Chartier et soutenue à l’EHESS en 2005 ainsi que « Pouvoir de l’imprimé et valeur du manuscrit dans le Portugal du xviiie siècle : le cas de l’information périodique », in Ricardo Saez (dir.), L’Imprimé et ses pouvoirs dans les langues romanes, Rennes, PUR, 2009, p. 173-189. Je me permets de renvoyer aussi à M. Brétéché, Les Compagnons de Mercure…, op. cit., p. 152-195.

9  Voir le travail précurseur de Myriam Yardeni : « Gueudeville et Louis XIV : un précurseur du socialisme, critique des structures sociales louis-quatorziennes », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°19, 1972, p. 598-620.

10  Mémoires historiques pour le siècle courant, Amsterdam, N. Potgieter et É. Ledet, 1728-1742, mensuel, 42  vol. semestriels in-12. Ce mercure est rédigé par Jean Desroches-Parthenay.

11  Jusqu’alors le terme était associé à la publication des « journaux », ces mensuels érudits consacrés à ce qui se passe de nouveau dans la République des lettres, non dans le gouvernement des États. Dans l’emploi qu’en font les rédacteurs de mercures, le terme est au contraire appliqué à l’actualité spécifiquement politique. Voir par exemple La Clef du cabinet des princes de l’Europe, ou Recueil historique et politique sur les matières du tems, « J. Le Sincère à l’Enseigne de la Vérité », [Luxembourg, André Chevalier], juil. 1704-juin 1773, mensuel, 138 vol. semestriels petit in-8°, livraison de juillet 1705, t. 3, Avertissement, p. II ou livraison de juin 1707, t. 6, p. 431.

12  Lettres historiques, janvier 1692, t. 1, « Lettre 1. Dessein de l’Auteur », p. 8-9.

13  Esprit des cours de l’Europe, t. 1, juillet 1699, p. 17-18.

14  « Jugéz donc combien je me trouve heureux dans ce lieu de repos où je puis vivre librement et selon les mouvemens de ma conscience […]. En quittant l’air natal et abordant la frontiére, il me sembloit déjà que je respirois un certain air de liberté qui me redonnoit une nouvelle vie. […] Quelle joye de pouvoir lire et dire les verités qu’une honnête liberté peut permettre et de vivre sous un gouvernement où les loix sont autant pour les souverains que pour les peuples et où l’on a l’avantage de pouvoir converser familierement avec ses supérieurs ! », Lettres sur les matières du temps, Amsterdam, Savouret, t. 1, 10 février 1688, Lettre 1, p. 4-5.

15  Sur le Refuge huguenot, voir en particulier Michelle Magdelaine et Rudolf von Thadden (dir.), Le Refuge huguenot, Paris, A. Colin, 1985 ; Myriam Yardeni, Le Refuge protestant, Paris, PUF, 1985 et Le Refuge huguenot. Assimilation et culture, Paris, Champion, 2002.

16  Contrairement aux autres rédacteurs de mercures, Nicolas Gueudeville a fait l’objet d’une biographie, voir Aubrey Rosenberg, Nicolas Gueudeville and his Work, La Haye, Nijhoff, 1982.

17  Jean Dumont, Mémoires politiques pour servir à la parfaite intelligence de l’histoire de la paix de Ryswick, La Haye, F. L’Honoré et É. Foulque, 1699, 4 vol. in-12.

18  Bien qu’il s’agisse de l’auteur du célèbre Corps universel diplomatique du Droit des gens publié entre 1726 et 1731, Jean Dumont n’a pas fait l’objet d’une étude biographique. Pour une approche sociale de sa trajectoire, voir Les Compagnons de Mercure…, op. cit., p. 196-217.

19  Les auteurs du Mercure historique et politique ont été identifiés par Jean Lombard dans « Les rédacteurs du Mercure historique et politique de La Haye (La Haye, novembre 1686-avril 1782) », in Roger Lathuillère (dir.), Langue, Littérature du xviie et du xviiie siècle, Paris, CDU-SEDES, 1990, p. 295-305.

20  Sur Jean Donneau de Visé, voir Pierre Mélèse, Un homme de lettres au temps du grand roi, Donneau de Visé, Paris, Droz, 1936 et Monique Vincent, Donneau de Visé et le « Mercure galant », Thèse de doctorat d’État, Université Paris IV Sorbonne, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, Lille, 1987.

21  Anne Sauvy, Livres saisis à Paris entre 1678-1701, d’après une étude préliminaire de Motoko Ninomiya, La Haye, M. Nijhoff, 1972.

22  Sur les discours produits pour soutenir les prétentions françaises, voir Alexandre Y. Haran, Le Lys et le globe. Messianisme dynastique et rêve impérial en France à l’aube des temps modernes, Seyssel, Champ Vallon, 2000.

23  Lettres historiques, janvier 1700, t. 17, p. 3-4.

24  Lettres historiques, janvier 1699, t. 15, p. 3.

25  La Clef du cabinet des princes, décembre 1734, p. 389-390, citée par Pierre Rétat et Jean Sgard, (dir.), Presse et histoire au xviiie siècle. L’année 1734, Paris, CNRS, 1979, p. 51.

26  Esprit des cours de l’Europe, février 1701, p 133-134.

27  Dans le Mercure historique et politique de janvier 1701, p. 3, il est question de dresser « l’Horoscope du Siecle dans lequel nous venons d’entrer ».

28  Voir par exemple, la dénonciation de cette pratique par Pierre Bayle dans le chapitre « Que les nouvellistes feroient bien de ne pas anticiper sur l’avenir » de sa Réponse aux questions d’un provincial, Rotterdam, Reinier Leers, 1704, t. 1, p. 149-159 ; ou encore la critique très virulente de l’Esprit des cours publiée anonymement sous le titre Réflexions historiques, politiques et critiques sur le journal intitulé La Clef du Cabinet des Princes, etc…, Cologne, Pierre Marteau, 1711, in-12, 66 p.

29  Jean Donneau de Visé, Mercure galant, 1673, t. 2, p. 86. Il s’agit d’un extrait de la Comédie contre les Nouvellistes de Donneau de Visé, publié dans le Mercure.

30  Esprit des cours de l’Europe, février 1701, p. 135.

Top of page

References

Electronic reference

Marion Brétéché, « De la mort de Charles II à la guerre de Succession d’Espagne : l’horizon de la guerre et son pronostic dans la presse francophone », Les Dossiers du Grihl [Online], 2017-01 | 2017, Online since 28 February 2017, connection on 27 May 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6608 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6608

Top of page

About the author

Marion Brétéché

Maitre Docteur en histoire, Marion Brétéché est spécialiste de la presse politique en langue française aux xviie et xviiie siècles et de la publication des écrits politiques. Elle propose une histoire éditoriale, sociale et politique du journalisme en Europe et étudie les ramifications, dans la société et dans les pratiques de gouvernement, de la publication imprimée et manuscrite des nouvelles. À ce titre, elle travaille également sur la communication politique des États. Ses recherches ont donné lieu à plusieurs publications dont un livre paru en 2015 chez Champ Vallon sous le titre Les Compagnons de Mercure. Journalisme et politique dans l’Europe de Louis XIV.
http://grihl.ehess.fr/index.php?325

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org