Skip to navigation – Site map

Expérience politique, livre et trajectoire sociale au xvie siècle : Etienne du Tronchet et ses Lettres missives et familières

Nicolas Schapira

Abstracts

Political experience, book and social trajectory in the 16th century: Etienne du Tronchet and his Lettres missives et familières.In this paper, we focus on a specific case to explore the modality of political action with books, that has nothing to do with propaganda. The Lettres missives of Estienne Du Tronchet is the first collection of letters published as a book by his own writer. The mainspring of action is not to convince the reader with a discourse, but the capacity of the book to embody some duration - to be considered as resulting from a succession of actions spread over time and open to the future. More generally, this shows a specificity of printed books, which undoubtedly underlies many uses of print in political matters. Our collection of letters is used by its author as an instrument for action at a crucial moment of his secretary career; this book realizes Du Tronchet's experience in the sense of "realizing a gain": it converts one specific experience into some readiness to act in the future.

Top of page

Full text

1Le livre reste aujourd’hui un outil très commun dans une carrière politique, même si ce phénomène est peu commenté du fait de l’effervescence intellectuelle suscitée par les nouveaux medias nés de la révolution d’internet : du livre-programme publié dans la perspective d’une campagne électorale aux Mémoires en passant par le livre de réflexion qui symbolise la prise de recul par rapport à l’actualité – ce qui est un autre moyen d’avoir prise sur elle. La biographie d’un grand personnage du passé – support de la méditation distanciée sur le temps présent – est une autre forme assez courante d’inscription des hommes politiques dans l’univers des livres et des auteurs. Le livre politique fortement centré sur la mise en scène de son auteur concerne non seulement des responsables à la forte notoriété mais aussi des membres de cabinets ministériels, qui mettent en récit leur expérience auprès des grands hommes qu’ils ont servis, non sans arrière-pensée, sans doute, sur la suite de leur carrière. Mais qu’est-ce qui se joue au juste dans ces publications de l’activité politique de leurs auteurs ? S’il s’agit de convaincre, ne prêchent-elles pas que des convertis ? Recette de cabinet de communication, sans doute, ces objets, pris en masse, perdent de leur présence banale pour devenir un phénomène qui possède son épaisseur propre.

  • 1  Damien Zanone, écrire son temps. Les Mémoires en France de 1815 à 1848, Presses Universitaires de (...)

2Une telle pratique remonte loin, même si elle demande à être historicisée précisément : des livres centrés sur l’expérience politique de leurs auteurs ont aussi été un moyen d’action pour le personnel entourant les puissants sous l’Ancien Régime. C’est le cas de beaucoup d’ouvrages qui ont ensuite été catalogués comme Mémoires, bien que cette catégorisation empêche justement de les regarder comme des outils politiques. La réflexion sur le genre des Mémoires, de la fin du xixe siècle jusqu’à aujourd’hui, fait trop souvent de l’écriture à distance de la vie politique un élément clé de la définition de ce type de récit, ce qui est très contestable pour nombre de « Mémoires », rédigés au cœur d’une carrière, le lieu commun de l’écriture dans la retraite étant l’un des éléments de l’action du livre1. Les livres qui portent le titre de « Mémoires », sous l’Ancien Régime, sont, du reste, bien souvent non pas le récit suivi des événements auxquels un individu a été mêlé, mais des recueils de documents, et ce fait dirige le regard vers d’autres types de livres où l’expérience politique d’un individu peut être mise en jeu, par exemple les recueils épistolaires.

  • 2  Alain Viala, « La Genèse des formes épistolaires en français et leurs sources latines et européenn (...)
  • 3  Roger Duchêne, « Le lecteur de lettres », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 78, 6, 1978, p (...)

3Nous allons analyser ici dans cette perspective un livre qui a une certaine notoriété dans l’histoire littéraire. Les Lettres Missives et familières d’Etienne Du Tronchet, publiées à Paris chez l’éditeur Lucas Breyer en 1568, sont en effet le premier recueil dans lequel un auteur français publie ses propres lettres – un geste inaugural à l’immense postérité2. L’histoire littéraire fait de cet ouvrage un jalon essentiel dans la définition d’un genre littéraire épistolaire3. Nous voudrions emmener le lecteur dans une autre direction. Étudier ce recueil avec, dans notre boîte à outils, la catégorie de « l’action expectative », permet de réfléchir au type d’action sociopolitique que l’on pouvait mener avec les livres. Le dispositif des Lettres missives et familières, très spectaculaire, exhibe un mode d’« agir au futur » qui pourrait être actif, quoique moins visible, dans bien d’autres ouvrages.

  • 4  Paul Veyne, « Lisibilité des images, propagande et apparat monarchique dans l’Empire romain », Rev (...)

4Ce qui apparaît dans ce livre est en tout cas assez différent du modèle dominant de compréhension de l’action des écrits en politique, où le livre agit par les effets de persuasion que discours et images produisent sur un lecteur – le modèle de la propagande. Il a souvent été souligné que ce modèle n’est pas très adapté aux sociétés anciennes. Comme l’écrit Paul Veyne, « le palais de Versailles n’était pas de la propagande. C’est d’apparat, de faste monarchique qu’il faut parler : un prince dont la supériorité naturelle s’imposait d’elle-même n’appartient pas au même âge historique qu’un dictateur qui fait le siège des consciences à chaque coin de rue. La propagande, comme la publicité commerciale, vise à convaincre, à « faire croire » ; l’apparat royal, lui, avec ses monuments, ses cérémonies, manifestait la splendeur du souverain, à laquelle ses sujets étaient présumés croire d’avance. »4 Toutefois, la critique a été surtout menée en réfléchissant sur des cérémonies ou des monuments. Dans les travaux sur les écrits politiques, le modèle de la propagande continue à dominer, renforcé par celui, venue des études littéraires, de la rhétorique – modèle communicationnel de l’effet d’un texte sur un lecteur.

  • 5 Gérard Sabatier, Versailles ou la figure du roi, Paris, Albin Michel, 1999 ; Oded Rabinovitch, Anat (...)

5Le modèle alternatif proposé par Paul Veyne n’est pas non plus sans poser problème, en ce qu’il éloigne peut-être trop de l’action politique : la colonne Trajane ou le palais de Versailles deviennent des expressions de la grandeur de pouvoirs qui en imposent par leur présence dans l’espace public. Ils ne cherchent pas à persuader, ils impressionnent. Ils sont donc bien l’instrument d’une relation nouée entre un souverain et ses sujets, mais – et c’est ici que se loge notre question – cette relation ne se trouve pas située précisément dans le temps. Dans l’analyse de Veyne, le courtisan déambulant dans les salles du palais de Versailles – et subissant l’emprise du lieu – est le même en 1685 et en 1710, quelque soit la conjoncture politique. En outre, échappe à l’analyse le processus de construction – et de transformation permanente bien souvent – des monuments, processus qui fait l’objet de discours qui peuvent être autant d’actions menés par des acteurs assez divers – grands acteurs politiques, artistes, hommes de lettres commentant les travaux, de Colbert aux frères Perrault en passant par Félibien pour continuer avec l’exemple versaillais5. Enfin, l’apparition du livre imprimé a déterminé la possibilité pour des acteurs relativement modestes par leur rang social ou leur fonction d’agir en politique, un phénomène non négligeable mais qui ne rentre pas ni dans le cadre d’analyse de la propagande ni dans celui proposé par Paul Veyne.

  • 6  (1985), Nouvelle édition, Paris, Aubier, 2009.

6Dans Mazarinades, la Fronde des mots, Christian Jouhaud a mis en œuvre un autre modèle d’analyse du rôle de l’écrit dans une crise politique6. Les mazarinades sont analysées comme des gestes tactiques qui prennent sens dans le court terme de l’événement. Elles peuvent contribuer à faire croire, moins d’ailleurs à la validité d’idées qu’à la puissance d’acteurs – à leur capacité à dominer une situation politique. En cela leur mode d’être se rapproche de celui des monuments étudiés par Paul Veyne, mais l’analyse éclaire, en même temps qu’une pragmatique de l’écrit, des événements, une conjoncture politique. Les mazarinades sont aussi susceptibles de produire des simulacres de persuasion politique (notamment en transformant en scène l’espace politique et en assignant un rôle de spectateur passif à un public) qui confèrent de la puissance à ceux qui sont capables de produire de telles représentations de persuasion – les acteurs politiques comme les auteurs qu’ils stipendient. L’analyse associe en tous les cas étroitement trois éléments : des gestes politiques, des actions par l’écrit rapprochées des premiers, des théorisations de l’action politique produites à l’époque.

7À partir de ce cadre d’analyse, on se propose de travailler au moyen du recueil épistolaire de Du Tronchet, une modalité particulière de l’action par le livre – et une modalité d’action qui se prête à l’analyse du livre comme instrument dans une trajectoire sociale d’acteur politique. L’événementialité ici n’est pas celle d’un affrontement de factions, mais concerne le tournant d’une carrière. Il sera donc bien question de politique : les trajectoires d’acteurs sociaux dans les univers de pouvoir constituent un phénomène politique, de même que le fait que des livres interviennent dans l’évolution de telles trajectoires. En outre ces ouvrages proposent des représentations de ce qu’il en est de la politique qui ne sont pas séparables de leurs visées tactiques.

8Dans le recueil de Du Tronchet, le ressort de l’action est la capacité du livre à incarner de la durée : à apparaître comme le fruit d’une succession d’actions étalée dans le temps et ouverte sur l’avenir. Il y a là une propriété sans doute unique du livre ; en tant qu’il est un objet, qui a été réalisé, qui existe dans le monde, dont l’existence représente la succession d’actions qui permet de le tenir entre les mains ; ce que la discursivité du livre permet de mettre en évidence à même l’objet. Le Recueil de Du Tronchet, au temps de l’enfance – ou de l’adolescence – du livre imprimé, révèle l’usage sociopolitique d’une telle propriété. Elle permet en effet de présentifier l’expérience passée d’un acteur politique par le livre que le lecteur tient entre les mains en montrant que ce livre est un geste d’intervention réussi dans la trajectoire de son auteur – une promesse pour l’avenir. Le livre assure la confiance dans un individu – préoccupation centrale du personnel politique – en rendant crédible le fait que ce passé et ce présent offrent une garantie sur la mise en jeu à venir des compétences de cet individu.

Etienne Du Tronchet entre le Forez et la cour

  • 7  Toutes les données biographiques sur Etienne Du Tronchet et sa famille, sauf exception, viennent d (...)
  • 8  Caroline zum Kolk (éd.), État de la maison de Catherine de Médicis, 1547-1585 (BNF, ms. fr. nouv. (...)

9Etienne Du Tronchet est né vers 1510-1515 dans le Forez. Il est vraisemblablement issu d’une famille de petits notables locaux qui s’inscrivent à sa génération dans le service du roi, si l’on en croit la trajectoire des membres repérés de sa famille : l’une de ses sœurs a épousé un notaire royal qui devient ensuite lieutenant au bailliage de la Riverie en lyonnais ; l’autre est mariée au lieutenant du prévot du Forez ; deux cousins sont marchands bourgeois de Lyon7. Vers 1530, Du Tronchet devient secrétaire de Jean d’Albon seigneur de Saint-André, gouverneur du Beaujolais et homme de cour. Ce maître meurt en 1549, et Du Tronchet passe alors au service de Jacques d’Albon de Saint André, fils de Jean et favori du nouveau roi Henri II. Il devient dans cette période secrétaire de la reine Catherine de Médicis : il figure sur un état de la maison de la reine en 1550, et le 24 août de cette même année, reçoit une gratification du consulat de Lyon lorsque son maître fait son entrée dans cette ville8. Un acte notarié de 1554 nous apprend que Du Tronchet a été gratifié par Jacques d’Albon de l’office du greffe de Bresse pour quatre ans, une charge rémunératrice venant rétribuer un bon serviteur. Deux ans plus tard, il acquiert une nouvelle charge, celle d’élu et trésorier du domaine. Mais il est accusé peu après de détourner les deniers reçus dans le cadre de sa charge d’élu, ce qui lui vaut des tensions avec son maître : c’est peut-être une des raisons qui le conduisent à quitter son service en 1560 – Jacques d’Albon meurt peu après, en 1562, lors de la bataille de Dreux – et à se retirer dans sa région natale, où il subit le sac de Montbrison par les troupes protestantes du baron des Adrets – il aurait été alors emprisonné.

  • 9  Avant 1568, Du Tronchet n’avait livré à l’imprimé que quelques poèmes d’escorte dans des ouvrages (...)

10Si ce récit d’un parcours de secrétaire n’est pas infirmé par les traces laissées dans les archives par Du Tronchet, c’est bien ce dernier qui en conte les principaux événements dans son recueil épistolaire de 1668 par lequel s’inaugure une tardive carrière d’écrivain9. Passées les pièces liminaires sur lesquelles nous reviendrons, le début du recueil proprement dit est en effet constitué d’une succession de lettres qui nouent étroitement le rappel de cette situation difficile, l’effort pour en sortir, et le récit de la publication de son livre. Censé contenir les lettres effectivement envoyées par l’auteur pour lui-même ou dans le cadre de son service de secrétaire, le recueil accompagne, en les publiant, les démarches de Du Tronchet pour retrouver un emploi.

Un dispositif, et non une rhétorique

  • 10  Sur le comte de Retz, voir Nicolas Le Roux, La Faveur du roi : mignons et courtisans au temps des (...)

11La première lettre est, comme de juste, pour le dédicataire de l’ouvrage, le comte de Retz Albert de Gondi, aristocrate bien en cour sur qui Du Tronchet prétend se reposer pour juger de la valeur de son recueil10. La deuxième n’est pas de Du Tronchet : elle émane d’un membre de la bonne noblesse du Forez, Jacques d’Apchon, neveu de son ancien maître le maréchal de Saint-André. Il exhorte Du Tronchet à faire imprimer ses belles missives, et un peu plus loin dans le recueil, se trouve la réponse de l’épistolier, qui demande à Jacques d’Apchon de s’entremettre auprès du comte de Retz pour que celui-ci accepte la dédicace de l’ouvrage. Le début du recueil raconte donc les démarches pour faire publier un ouvrage dans la lumière la plus favorable à son auteur. Le livre que le lecteur tient entre ses mains lui permet de constater le succès d’une opération, qui est en fait à double détente, puisqu’il s’agit, en publiant le recueil et la gloire de Du Tronchet, de lui procurer un nouvel emploi de secrétaire.

12Cette autre visée est nettement affichée au début de l’ouvrage. La troisième lettre du recueil est adressée à une figure de la cour, le maréchal de Vieilleville. Du Tronchet lui demande de présenter à Catherine de Médicis un placet en vers de l’épistolier – geste d’intercession qui manifesterait la protection que Vielleville accorde à Du Tronchet, en vertu de leur amitié de longue date. S’ensuit dans le recueil le placet en question dans lequel, après avoir narré à la reine-mère les épreuves par lesquelles il est passé, l’épistolier l’implore de le reprendre à son service. On y lit notamment :

  • 11  Lettres missives et familières, op. cit., f° 6.

Suppliant humblement qu’à vostre maiesté
Il plaise le remectre ainsi qu’il a este
Couché dans vostre estat & aux gages remis,
C’est tout-un de combien, pourveu qu’il y soit mis,
Car vostre estat n’a point un mestier si petit :
Qu’il ne soit assez grand pour le sien appétit.
Le faisant sommelier, s’il n’est bon secrétaire.
Et pourveu qu’il ne soit Thresorier ou laquais :
Il pensera d’avoir recouvert grand acquais11.

13L’usage des vers, la naïveté affichée de l’évocation de l’univers domestique d’une maison royale, confèrent une tonalité aimable – plaisante, même – au placet, dans une continuité avec l’ensemble du recueil : requête remarquable, donc, mais qui n’en est pas moins une requête. Or, à nouveau, le livre donne à voir le succès de l’opération, puisque sur la page de titre, Du Tronchet est dit « secrétaire de la reine mère du roi » – une qualité confirmée officiellement par le privilège de librairie placé juste après.

14Le lecteur découvre ainsi que la situation de Du Tronchet en 1568, secrétaire de la reine et auteur d’un recueil épistolaire saturé de références à la cour, est le résultat d’une série de gestes concertés qui a débouché sur un succès après un temps d’incertitude – le temps étiré des premières lettres tournées vers le futur mais sans garantie de réussite. Ce dispositif est bien autre chose que le déploiement d’une rhétorique. Le lecteur n’est pas mis en situation de croire (ou non) à la force de conviction des lettres de Du Tronchet, il est placé devant le succès d’une opération. Remarquons en outre que ladite opération repose non seulement sur des lettres bien faites mais aussi sur leur combinaison et les modalités de leur mise en jeu (par exemple l’utilisation d’intermédiaires pour les apporter à leurs destinataires). Ce qui est donné à voir est de l’action avec de l’écrit, non l’effet d’une rhétorique.

15Mais à quoi bon un tel dispositif ? Répondre à cette question implique d’élargir le regard à l’ensemble du recueil.

Modèles épistolaires et modèles du service politique

  • 12  « La plume est legitime receveuse du cœur, duquel dépend l’importance de l’honneur, & la vraye glo (...)

16La préface, signée Du Tronchet, tourne l’ouvrage vers un public de praticiens de l’épistolarité à qui il s’agit de donner des modèles de lettres mais aussi de faire réfléchir sur ce qu’est un bon secrétaire. Du Tronchet commence par expliquer ironiquement qu’en ces temps où l’on s’autorise le pillage sous couvert de défendre la bonne religion, lui-même n’a pas hésité à s’inspirer de lettres écrites par d’autres, notamment des lettres italiennes. Il noue ainsi d’emblée la pratique épistolaire à une éthique qui renvoie au souci du bien public. Car ses « larçins » revêtent un sens bien différent de celui des armées des guerres de religion : les lettres expriment ce que les hommes d’état ont dans le cœur, si bien que les secrétaires qui les rédigent tiennent dans leurs mains l’honneur et la gloire de leurs maîtres et de l’état. Il leur faut donc de bons modèles12.

  • 13  Voir par exemple cet « Argument » : « Monsieur le Maréchal de Sainct André fut tué en l’an mil cin (...)

17Le recueil prétend offrir de tels modèles, mais à partir de l’expérience de Du Tronchet. La plupart des lettres sont de lui, adressées à un vaste réseau de relations, ou écrites dans le cadre de ses emplois de secrétaire. Un très grand nombre de situations de la vie de l’épistolier apparaissent donc dans le livre. En outre, chaque lettre est commentée dans un « argument » en italique qui la précède. Les arguments produisent les lettres particulières en modèle ; y apparaissent les « mots clé » des recueils épistolaires ultérieurs – lettres d’amour, de consolation, de sollicitation, de remerciements – même si le grand nombre de lettres, et la variété des situations mises en jeu dépasse de beaucoup ces quelques rubriques13. Cependant, l’argument ne sert pas uniquement à classer les lettres : il est aussi le support d’une réflexion sur le pouvoir de l’écriture et le service de plume, et le moyen pour Du Tronchet de distiller des conseils qui sont rapportés à sa vaste expérience dont les lettres témoignent.

18Plusieurs lettres sont ainsi consacrées à la relation du secrétaire et de son patron. Du Tronchet défend par exemple l’idée que

  • 14 Ibid. f° 12v.

« Un serviteur de qualité, arrivant au service d’un Seigneur, doit honnestement protester de pouvoir parler à luy franchement, en ce qui touche son service, ou qui concerne son honneur, & sa reputation. Et faut noter par ceste lettre traduicte que les grandes & importantes charges doivent estre imposées à personnes d’experience… »14

19La lettre introduite par cet « Argument » n’est pas de Du Tronchet. Elle émane d’un secrétaire italien qui donne une justification judicieuse et instructive pour son maître (et le lecteur) de son absence lors d’une négociation importante après que son patron lui en a fait le reproche.

20Plusieurs autres lettres mettent en scène Du Tronchet conseiller de ses maîtres successifs, notamment dans leur rapport avec le roi – les plaçant par-là dans la position de secrétaire face au monarque. Il écrit par exemple au maréchal de Saint-André alors que celui-ci est l’un des principaux officiers de l’armée royale qui se trouve alors en Italie, mais qu’il se trouve en désaccord avec les choix tactiques des chefs de l’armée :

  • 15 Ibid. f° 14 r.

Monseigneur, vos lettres pleines d’une grave prudence & d’un magnanime cueur ont esté merveilleusement agréables à Sa Majesté, combien qu’elles luy aient donné à cognoistre, que le succez de l’entreprise est plutost à craindre que à espérer, & tout au rebours de ce que plusieurs autres principaux du camp luy en ont escrit, lesquels pour ne congnoistre la qualité & la situation du pays, la malice de l’air, les forces de l’ennemy, & autres choses considerables du faict de la guerre, & plutost par adventure pour chatouiller l’intention du Roy, assentir & aduler la gloire de celuy que sçavés, se sont desia gratifiez avec luy, & ont demandé le triumphe de la victoire. Et cette diversité d’escrire envers sa Maiesté, qui est d’incomparable iugement, vous a accreu une grandissime reputation à son endroict15.

21Du Tronchet conforte le choix fait par Saint-André d’écrire au roi sa vision (pessimiste) de la campagne en cours, et plus bas, il explique que le conseil du roi a manifesté son accord avec sa vision. Reste, continue Du Tronchet, que le général qui commande l’armée est « difficile et  peu traictable », et que Saint-André lui doit obéissance. Saint-André doit donc le conseiller au mieux, et surtout continuer à écrire au roi afin de préserver sa réputation en cas de défaite. Voilà bien une action expectative : le conseil divergent pose la stature du chef de guerre et préserve l’avenir dans une situation où Saint-André est relativement impuissant, puisque soumis aux ordres d’un supérieur.

22On voit ainsi comment Du Tronchet se met en scène dans son recueil comme parfait secrétaire : les lettres elles-mêmes révèlent sa maitrise de l’art épistolaire et les différents contextes professionnels ou amicaux dans lesquels ils ont pu être appréciés, quand les nombreux poèmes d’escorte qui ouvrent le livre, écrits par des amis, louangent en Du Tronchet le secrétaire révélant son habileté au public. L’art du secrétaire, n’est-ce pas aussi celui de manier avec adresse la louange de ses patrons ? De ce point de vue encore le recueil, avec son récit de publication liminaire complexe qui brasse avec virtuosité les éloges de ses différents patrons et protecteurs est bien une démonstration des capacités de Du Tronchet dans ce type de service de plume.

23Le secrétaire montre aussi sa maîtrise des réseaux tant locaux que curiaux. Le Forez pourrait n’avoir été, pour Du Tronchet, qu’un espace de repli dans les temps difficiles du début des années 1560. En réalité, ses emplois de secrétaire l’ont sans doute ramené souvent dans la région, Jean et Jacques d’Albon ayant successivement détenu la charge de gouverneur du pays. Son recueil manifeste du moins avec force l’inscription forézienne de son auteur, une bonne partie des lettres étant adressées à des personnages de la région, membres de sa famille, officiers et autres notables qui sont soigneusement présentés ès qualités, et que l’on retrouve sans peine grâce à un index dans lequel chaque nom propre est situé. Le recueil démontre ainsi que Du Tronchet est bien assis en son pays, soutenu par un réseau avec lequel il entretient des rapports soutenus d’affection et d’affaires.

24Il révèle également l’étendue du réseau de relations du secrétaire en dehors du Forez : à Lyon comme à Paris Du Tronchet semble posséder de multiples connaissances parmi les marchands, les clercs et plus encore la robe et la noblesse. Son réseau s’étend jusqu’à la cour, représentée non seulement par les grands personnages vers lesquels son recueil est d’emblée tourné que par de plus modestes sujets (contacts utiles néanmoins), valets de chambre du roi ou bien poètes. Toutes les personnes à qui il écrit sont soigneusement situées socialement et institutionnellement : le recueil fait ainsi figure de bottin administratif des années 1560, et son auteur de parfait connaisseur de l’administration royale, des offices de justice et de finance jusqu’aux charges de la Maison du roi. Qu’est-ce qu’un bon secrétaire, si l’on considère le geste de Du Tronchet donnant à imprimer ses Lettres missives ? Un maître dans l’art épistolaire, un spécialiste du maniement des affaires publiques, un fin connaisseur de l’appareil d’Etat, et un bon écrivain, capable de publier la gloire de ses patrons avec la sienne propre.

25On voit ainsi les bénéfices d’une mise en livre d’une identité de secrétaire. Mais il y a plus : cette identité se trouve garantie par l’objet que le lecteur tient entre les mains. Avec le dispositif liminaire des cinq premières lettres, cette mise en livre devient elle-même une action de secrétaire qui a réussi. Le recueil des Lettres Missives réalise ainsi l’expérience de Du Tronchet au sens où on dit « réaliser un gain » : il convertit une expérience en disponibilité à l’action pour l’avenir. Pour faire cela il n’a pas suffi de réemployer des lettres écrites dans le cadre du service : il a fallu les rendre vivantes en les mêlant à de l’action présente.

Conclusion

  • 16  Louis Marin, Le Portrait du roi, Paris, Minuit, 1981 ; Roger Chartier, « Le monde comme représenta (...)

26L’avènement de l’imprimerie a permis à des individus (relativement) modestes de produire des représentations d’eux-mêmes dans un espace des publications où leur identité se trouve mise en circulation parmi celles des princes, des généraux et autres grands hommes du présent et du passé. Mais qu’est-ce qui garantit cette identité dans le cas d’acteurs qui n’ont pas, de droit (par leur statut sociopolitique), accès à la représentation ?16 Le Recueil des lettres missives et familières montre comment le livre peut devenir la preuve de la représentation qu’il transmet – une modalité d’attestation parmi d’autres sans doute, mais qui révèle une propriété générale du livre : objet, et objet bavard, montrant et parlant son processus de fabrication, et par là le lien entre une attente et un résultat. Le livre est un instrument d’action non pas seulement parce qu’il permet de projeter des discours, mais aussi parce qu’il a, en tant qu’objet, la propriété singulière d’incarner l’écoulement du temps de sa conception à sa publication, pourvu que cette propriété soit activée par un dispositif adéquat. La représentation, ici, ne repose pas sur le crédit que le lecteur accorde au discours, ni sur l’émotion suscitée par l’agencement des mots, mais bien sur le livre. Il ne rend pas tant présent un absent qu’une trajectoire, orientée vers l’avenir ; c’est par là qu’il peut être le support d’actions expectatives. Cette force du livre, à la Renaissance et plus tard, a pu donner naissance à des auteurs, tel le secrétaire Du Tronchet et sa tardive carrière d’écrivain.

Top of page

Notes

1  Damien Zanone, écrire son temps. Les Mémoires en France de 1815 à 1848, Presses Universitaires de Lyon, 2006 ; Christian Jouhaud, Dinah Ribard et Nicolas Schapira, Histoire Littérature Témoignage. écrire les malheurs du temps, Paris, Gallimard, 2009.

2  Alain Viala, « La Genèse des formes épistolaires en français et leurs sources latines et européennes : Essai de chronologie distinctive (xvie-xviie s.) », Revue de littérature comparée 55, 1981, p. 168-183.

3  Roger Duchêne, « Le lecteur de lettres », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 78, 6, 1978, p. 977-990 ; Catherine Magnien-Simonin, « Estienne du Tronchet, des Lettres missives et familières (1569) aux Finances et thrésor de la plume françoise de E.D.T. (1572) », in Rosanna Gorris Camos (éd.), « Il segretario è come un angelo ». Trattati, raccolte epistolari, vite paradigmatiche, ovvero come essere un buon segretario nel Rinascimento, Atti del XIV Convegno Internazionle di Studio Verona, 25-27 maggio 2006, Fasano, Schena Editore, 2008, p. 199-213 ; Luc Vaillancourt, La Lettre familière au xvie siècle : rhétorique humaniste de l’épistolaire, Paris, Champion, 2003, p. 235-279 ; Janet Altman, « Pour une histoire culturelle de la lettre. L’épistolier et l’état », in Mireille Bossis (éd.), L’épistolarité à travers les siècles. Communication et/ou gestes d’écritures. Actes du colloque international de Cerisy-la-Salle, sous la dir. de Mireille Bossis et de Charles A. Porter, Stuttgart, F. Steiner, 1990, p. 106-115.

4  Paul Veyne, « Lisibilité des images, propagande et apparat monarchique dans l’Empire romain », Revue historique, 1/2002, p. 3.

5 Gérard Sabatier, Versailles ou la figure du roi, Paris, Albin Michel, 1999 ; Oded Rabinovitch, Anatomy of a Family of Letters : The Perraults, 1640-1705, PhD Brown Univ., 2011.

6  (1985), Nouvelle édition, Paris, Aubier, 2009.

7  Toutes les données biographiques sur Etienne Du Tronchet et sa famille, sauf exception, viennent de Claude Longeon, Les écrivains foréziens du xvie siècle, Répertoire bio-bibliographique, Centre d’études foréziennes, 1970, p. 93-117.

8  Caroline zum Kolk (éd.), État de la maison de Catherine de Médicis, 1547-1585 (BNF, ms. fr. nouv. acq. 9175, f. 379-394). Document édité en ligne sur Cour-de-France.fr le 19 octobre 2007. Lien : http://cour-de-france.fr/article2.html.

9  Avant 1568, Du Tronchet n’avait livré à l’imprimé que quelques poèmes d’escorte dans des ouvrages d’amis. L’édition de 1568 est connue par la tradition, mais il n’en existe plus d’exemplaire connu. On utilise l’édition de 1569, parue à Paris chez Lucas Breyer et Nicolas Du Chemin.

10  Sur le comte de Retz, voir Nicolas Le Roux, La Faveur du roi : mignons et courtisans au temps des derniers Valois, Seyssel, Champ Vallon, 2001, p. 63-68 ; Emmanuel Buron, « Le mythe du salon de la maréchale de Retz. élements pour une sociologie de la littérature à la cour des derniers Valois », in Isabelle de Conihout et alii (dir.), Henri III mécène des arts, des sciences et des lettres, PUPS, 2006, p. 306-315.

11  Lettres missives et familières, op. cit., f° 6.

12  « La plume est legitime receveuse du cœur, duquel dépend l’importance de l’honneur, & la vraye gloire, & le vray & legitime Secrétaire bien composé en doit estre fidele & digne Ministre & dispensateur. » (Ibid., préface, n.p.)

13  Voir par exemple cet « Argument » : « Monsieur le Maréchal de Sainct André fut tué en l’an mil cinq cens soixante deux, en la iournée de Dreux. Ce qu’ayant entendu son secrétaire, lors estant au camp de Mgr le Duc de Nemours, devant Lyon, envoye à Monsieur de Mont-Rond ceste lettre de consolation, contenant avec les louanges de l’oncle, la perte encourüe au nepveu, au serviteur, & au public : aussi un discours du chemin de plainte & de consolation, la difference de la vie passagiere (soubs le nom qu’elle s’est faussement imposée) & de l’aeternelle. » (Ibid., f° 97v.)

14 Ibid. f° 12v.

15 Ibid. f° 14 r.

16  Louis Marin, Le Portrait du roi, Paris, Minuit, 1981 ; Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales ESC, 1989, p. 1505-1520.

Top of page

References

Electronic reference

Nicolas Schapira, « Expérience politique, livre et trajectoire sociale au xvie siècle : Etienne du Tronchet et ses Lettres missives et familières », Les Dossiers du Grihl [Online], 2017-01 | 2017, Online since 01 March 2017, connection on 26 July 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6628 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6628

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org